AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Royaume d'Ecosse 2.0

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Lun 12 Mai 2014, 21:09

Artillerie de campagne et artillerie lourde

L'artillerie écossaise à longtemps compté sur l'arsenal de Dumfries pour s'équiper de pièces à chargement par la bouche mais rata le passage au chargement par la culasse. L'Ecosse se contenta à partir du milieu des années 1860 à fabriquer des canons étrangers sous licence.

L'épreuve du feu du Royal Scotish Artillery Corps (RSAC) _nom de l'arme au sein de l'armée écossaise mais sans existence organique_ fût bien entendu la première guerre mondiale.

L'armée écossaise était largement équipé de matériel britannique. Au total pas moins de 24 batteries d'artillerie de campagne servirent sur le front français même si il n'y eu réellement qu'une dizaine en permanence en position de tir, les autres étant au repos ou à l'entraînement à l'arrière.

En fonction des menaces et des besoins, les deux divisions écossaises disposaient de quatre à six batteries chargées de la couverture de l'infanterie, de tirs de harcèlement sur les positions allemands et bien entendu de la préparation en vue d'une offensive. Elles pouvaient bénéficier également du soutien de l'artillerie anglaise ou française.

La pièce principale était l'obusier Ordnance QF (Quick Fire _cela signifiait que l'obus était d'un seul tenant ce qui permettait un tir rapide ou Quick Fire) de 114mm qui équipa seize des vingt-quatre batteries soit un total de 128 pièces (plus quelques exemplaires restés en Ecosse pour l'instruction de nouveaux artilleurs).


Ordnance QF 4.5 inch (114mm) camouflés sur le front français durant le premier conflit mondial

Calibre : 114.3mm Longueur du tube : 1.77m Poids (total) 1365kg (obus) 15.876kg  Pointage en site : -5° à +65° Elevation en azimut : 6° Vitesse initiale : 308 m/s Portée maximale : 6675m

Les huit dernières batteries soit un total de 64 pièces étaient équipés de canons BL de 60 livres. Ce canon était plus destiné aux tirs de contre-batterie pour neutraliser l'artillerie allemande.


Canon BL (Breech Load) 60 livres dans les Flandres

Caracteristiques : calibre : 127mm  longueur du tube : 4.26m Poids (total) 4470kg (obus) 27.200kg
Pointage en site : -5° à +21.5° Pointage en azimut : 8° Vitesse initiale de l'obus : 634 m/s Portée maximale : 11247m


L'Independent Scotish Cavalry Brigade déployée au sein de l'armée d'Orient fût équipé par les français. C'est ainsi que les six batteries d'artillerie de campagne appuyant cette brigade furent équipés avec des canons de 75mm pour quatre d'entre-elles et de canons de 105mm pour les deux dernières.


Canon de 75mm modèle 1897 muni de pneumatiques

Caractéristiques du canon de 75mm modèle 1897 : longueur 2.58m poids (batterie) 1140kg (ordre de route) 1970kg (obus) 6.195kg Pointage en site : -11° à +18° Pointage en azimut : 6° Vitesse initiale de l'obus : 575 m/s Portée maximale : 11000m


Canon de 105mm modèle 1913S munis de pneumatiques

Caracteristiques du canon de 105mm Schneider modèle 1913 : longueur du tube 2.98m Poids (en batterie) 2300kg (en ordre de route) 2650kg (obus) 15.740kg Pointage en site : -5° à +37° Pointage en azimut : 6° Vitesse initiale de l'obus : 550 m/s Portée maximale : 12000m

A la fin du conflit, l'armée écossaise se trouva donc avec un parc pléthorique et surdimensionné de 30 batteries et 240 pièces d'artillerie dans quatre calibres différents.

Les pièces françaises furent revendues à l'étranger (après l'accord de la France) ou feraillées, l'Ecosse choisisant de conserver les pièces britanniques, les obusiers de 114mm équipant deux régiments à quatre batteries de huit pièces soit un total de 64 canons et les canons de 127mm un unique régiment à quatre batteries de huit pièces soit 32 canons.

Les pièces en surplus servant à l'entrainement ou de réserve de pièces complètes ou de pièces détachées.

A ces trente batteries d'artillerie de campagne s'ajouta plusieurs batteries d'artillerie lourde mises en oeuvre sur le front français. Quatre batteries soit un total de 32 pièces furent mises sur pied et équipés d'obusiers anglais de 203mm connus sous le nom de 8 inch BL Howitzer Mk VII.


obusier de 8 pouces (203mm) Mk VII

Caracteristiques : Calibre : 203mm Longueur du tube : 3.77m Poids (en batterie ) 9017kg
(obus) 90.7kg Pointage en site : 0° à 15° Pointage en azimut : 8°  Vitesse initiale : 457 m/s Portée maximale : 11245m


Ces obusiers furent remplacés au milieu des années trente au sein du Scotish Heavy Artillery Regiment (SHAR) _ancètre du 155th Independent Artillery Régiment_  par des obusiers tchèques de 220mm.

Ces obusiers furent ainsi mis en oeuvre par l'armée écossaise jusqu'en 1940 date à laquelle l'épuisement des stocks de munitions et l'impossibilité d'en commander à la Tchecoslovaquie annexée par l'Allemagne entraina leur retrait et leur remplacement par des obusiers américains de 203mm. Deux exemplaires ont été conservés au musée de l'armée à Edimbourg.


obusier Skoda de 220mm

Calibre : 220mm Longueur de la pièce : 4.34m  Poids (en ordre de route) 22700kg (en batterie) 14700kg (obus) 128kg   Pointage en hauteur : +40° à +70° Pointage en direction : 350° Vitesse initiale : 500 m/s Portée maximale : 14200m  

Ces obusiers connus en Ecosse sous le nom de Scotish Howitzer mod. 1927 furent remplacés en 1942 par des obusiers M1 de 203mm (Scotish Howizer mod. 42), l'une des plus grosses pièces de l'arsenal allié qui équipa ainsi deux batteries de l'artillerie écossaise qui appuyèrent le XXXème corps.


obusier M1 de 203mm

Caracteristiques : Calibre : 203mm Longueur de la pièce : 5.324m Poids (en ordre de route) 14515kg (batterie) 13417kg (obus) : 90.7kg Pointage en site : -2° à +65° Pointage en azimut : 60° Vitesse initiale de l'obus : 594 m/s Portée maximale : 16596m.

Et l'artillerie de campagne dans tout ça ? Elle fût modernisée à l'orée de la seconde guerre mondiale avec l'arrivée de nouvelles pièces plus modernes.

C'est ainsi que les obusiers de 114mm furent remplacés par des obusiers de 25 livres; pièce qui fût l'une des plus réussies de la seconde-guerre mondiale. Elle était connue en Ecosse sous le nom de Scotish Howtizer mod 39.


obusier de 25 livres

Calibre : 87.6mm Longueur de la pièce : 2.4m Poids (total) 1800kg (obus) 11.340kg Pointage en site : -5° à +40° Pointage en azimut : 8° Vitesse initiale de l'obus : 532 m/s  Portée :12 253m

Les canons de 25 livres furent plus tard complétés par des canons de 155mm, restés dans l'histoire sous le nom de «Long Tom» et officiellement connus sous le nom de M1 et que les écossais appelaient Scotish Gun mod 43.


Le canon de 155mm M1 était familièrement connu sous le nom de Long Tom

Calibre : 155mm Longueur de la pièce : 7.36m Poids (en ordre de route) 13880kg (en batterie) 12600kg (obus) 42kg Pointage en hauteur : -2° à +65° Pointage en direction : 60° Vitesse initiale : 853 m/s Portée maximale : 23221m

La guerre froide entraina une nouvelle réorganisation et un réequipement des unités d'artillerie écossaise.

C'est ainsi que le Royal Scotish Artillery Corps aligna en 1960, trois régiments d'artillerie autoportée, (l'un intégré à la 7th Highlander Armoured Division, un autre à la 11th Lowland Armoured Division et le troisième à la 13th Independent Armoured Brigade) mais également de six régiments d'artillerie tractée.

Pour cette dernière catégorie, on trouve trois régiments d'artillerie tractée lourde à canons de 155mm intégrés à la 1st Scotish Infantry Division, à la 4th  Scotish Infantry Division et à la 9th Light Infantry Division  et trois régiments d'artillerie tractée légère à canon de 105mm pour la 8th Light Infantry Brigade, à la 5th Scotish Airborne Brigade et à la 2nd Scotish Airborne Brigade.

Les trois régiments d'artillerie autoportée furent d'abord équipés des Sexton et des Priest de la seconde guerre mondiale avant de recevoir des M109 de conception et de fabrication américaine.


M-109A3 de l'armée danoise

Caracteristiques du M-109 :

Calibre 155mm Longueur : 9.1m Largeur : 3.1m Hauteur : 3.3m Poids (en ordre de combar) 27.5 tonnes Portée maximale : 18000m (projectiles conventionnels) à 30000 (projectiles à propulsion additionelle) Cadence de tir : (théorique) 4 coups par minute (pratique) 1 coup/minute.  Vitesse maximale : 65 km/h Distance franchissable : 350km


Les régiments d'artillerie tractée légers chargés de l'appui des unités légères sont équipées de l'obusier léger italien Oto Melara mod. 59


Obusier de 105mm Oto Melara modèle 1959 (le modèle ici présenté est utilisé par l'armée grecque)

Caracteristiques :Calibre : 105mm Longueur : 3.65m largeur : 1.50m hauteur : 1.93m Poids (total) 1200kg (obus) inconnu  Portée maximale : 10575m Pointage en site : -5° à +65° Pointage en azimut : 36°

Les régiments d'artillerie tractée lourdes sont équipés après le second conflit mondial de canons de 155mm M1 plus connu sous le surnom de Long Tom.

Chaque régiment d'artillerie lourde tracté était organisé classiquement selon les normes OTAN avec un état-major, une batterie de soutien et trois batteries de huit pièces.

Le Long Tom était une pièce efficace mais l'usure des tubes, l'évolution de l'artillerie et le manque de pièces détachées nécessita son remplacement par un canon plus moderne.


Canon de 155mm M-198

Après avoir évalué le canon canadien GC-45 et les prototypes du TRF-1 français, l'armée écossaise resta fidèle à l'armement américian en sélectionnant le canon de 155mm M-198 adopté en 1980 par l'armée écossaise sous le nom de Scotish Heavy Gun mod.80.

Ce canon va rééquiper les trois régiments d'artillerie tractée lourde à raison de vingt-quatre pièces soit un total de soixante-douze pièces en ligne plus vingt-quatre en réserve pour entraînement et instruction.

Ce canon est toujours en service en 2014 mais plus pour très longtemps puisqu'en septembre 2013, l'Ecosse à passé commande de canons de 155mm singapouriens Singapore Technologies Kinetics (STK) FH-2000 dont les premières pièces ont été livrées en janvier 2014, la mise en service devant avoir lieu à l'été. Il à reçu l'appélation officielle de Scotish Heavy gun mod.14.

Caracteristiques Techniques du Scotish Heavy Gun mod.14

Poids en ordre de combat : 13200kg Longueur en position de tir : 12.90m longueur du tube : 8.06m (52 calibres) Largeur 9.73m  Portée maximale : 19km avec des obus conventionnels 40km avec des obus à propulsion additionnelle Cadence de tir : 6 coups/minute Angle d'évolution : -3° à +70° en site et sur 40° en azimut Equipe de pièce : 6 hommes



Singapour Technologies Kinetics (STK) FH-2000

Le M-109 est encore en service actuellement dans sa version la plus évoluée, la version A-6 Paladin  identique ou peu s'en faut à celle de l'US Army. Son remplacement est cependant envisagé sans que le choix ne soit pas encore fait entre une pièce lourde chenillée ou une pièce automotrice.

A l'heure actuelle, il existe trois candidats déclarés avec le Pzh2000, l'AS-90 _des pièces de seconde main_ et le Donar, un automoteur léger de 155mm qui combine une tourelle automatisée de 155mm dérivée du Pzh2000 sur le chassis de l'ASCOD austro-espagnol.

Selon certaines sources, l'Ecosse serait très interessée, le Donar ayant l'avantage d'avoir un canon de 52 calibres là où l'AS90 n'à qu'un canon de 39 calibres.

A moins que le K-9 Thunder sud-coréen ne coiffe tout le monde au poteau


AS-90 en action dans la région de Bassorah

Caracteristiques (AS90) :  Calibre : 155mm Longueur : 9.07m largeur : 3.3m hauteur : 3.0m Poids (en ordre de combat) 45 tonnes Portée maximale : 24700m Cadence de tir : 3 coups en dix secondes ou 6 coups par minute pour une période de 3 minutes ou 2 coups par minute en tir soutenu (sur une heure) Vitesse maximale : 55 km/h Distance franchissable : 370 km


Canon automoteur Donar

Caracteristiques (Donar) : Calibre : 155mm Longueur : 10.3m largeur : 2.38m hauteur : 3m Poids (en aérotransport) 31.5 tonnes (en ordre de combat) 35 tonnes Portée maximale : inconnue Cadence de tir : 6 coups/minute Vitesse maximale : 60 km/h Distance franchissable : 500 km


K9 Thunder

Caracteristiques (K9 Thunder) : Calibre : 155mm Longueur : 8.43m largeur : 3.4m hauteur : 3.54m Poids en ordre de combat : 46.3 tonnes Portée maximale : 30 à 40km Cadence de tir : trois coups en quinze seconde, trois salves de six coups enchaînées en trois minutes Vitesse maximale : 67 km/h Distance franchissable : 360km

Néanmoins la rescente acquisition du Caesar pour rééquiper la 11th Lowland  Mecanized Division et la 3rd Scotish Infantry Division   en remplacement du M-109 pourrait entrainer le remplacement des autres Paladin par des Caesar même si certains opérationnels écossais renaclent à l'idée de remplacer des automoteurs lourds bien protégés par des automovants pas protégés.

Les deux régiments d'artillerie légers tractés ont été équipés d'obusiers Oto-Melara M-59 de 105mm remplacés par des Light Gun anglais en 1987, ces canons étant toujours en service en 2014 même si il n'équipe plus qu'un régiment de la 3rd Scotish Infantry Division.

Leur remplacement par des LG MkIII un temps envisagé à été repoussé sine die en raison de restrictions budgétaires.On s'achemine plus vraisemblablement vers la modernisation des canons anglais qui vont bientôt cohabiter avec des Caesar.


Light Gun de 105mm

Caracteristiques du Light Gun  

Calibre : 105mm Longueur : 8.8m Largeur : 1.78m Hauteur : 2.13m Poids : 1858 kg Portée : 17200m Cadence de tir : 6 à 8 coups par minute


A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Lun 19 Mai 2014, 19:44

Chars de combat

Le char de la victoire comme pionnier

Renault FT

Comme pour nombre d'armées, l'Ecosse ne découvrit le char qu'après le premier conflit mondial, n'ayant pas eu le temps ou l'occasion d'acquérir quelques uns de ses véhicules qui allaient révolutionner la tactique terrestre.

Elle profita largement des surplus français et comme l'Angleterre, la Finlande, l'Espagne et la Pologne, l'Ecosse se porta acquéreuse de 48 chars Renault FT avec lesquels elle appris les bases du combat mécanisé. Sur ces quarante-huit chars, 32 étaient à mitrailleuse et 16 à canon de 37mm.

Ces chars équipèrent deux bataillons indépendants qui formèrent des générations de pilotes, de tireurs et de chefs de chars.

Les Renault FT furent ainsi utilisés intensivement, les quarante-huit chars du lot initial furent rapidement consommés et remplacés par d'autres chars issus des surplus français mais également du remplacement du «char de la victoire» par le Renault R-35.

Caractéristiques Techniques du Renault FT

Poids total : (char-mitrailleur) 6.5 tonnes (char-canon de 37mm) 6.7 tonnes

Dimensions : longueur 4m (5.10m avec la queue passe tranchée) largeur 1.74m hauteur 2.14m

Motorisation : un moteur Renault 4 cylindres dévellopant 35 ch à 1300 tours minutes. Boite à quatre vitesse + une marche arrière. Réservoir de 96 litres d'essence

Vitesse maximale 7.8 km/h, environ 2 km/h en terrain varié Pente 45° Autonomie : 8 heures

Blindage : tourelle blindée à 22 et 16mm, parois verticales 16mm parois obliques 8mm plancher 6mm

Armement : (char-mitrailleur) une mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 de 8mm avec 4800 coups en 50 bandes articulées de 96 cartouches ou un canon de 37mm semi-automatique avec 237 obus.

Si les chars-canon ont conservé leur pièce de 37mm, les chars-mitrailleurs ont remplacé leur Hochkiss modèle 1914 par une Lewis calibre .30 à refroidissement par air.

Equipage : 2 hommes (mécanicien pilote et chef de char tireur).


Cruiser MkI

Cruiser MkI

Pour remplacer le petit Renault FT, l'armée écossaise envisagea plusieurs hypothèses. La première celle du dévellopement d'un char national fût vite abandonné devant les investissements nécessaires pour créer une base industrielle, investissements démesurés quand on sait que les besoins nationaux étaient faibles (deux bataillons) et l'espoir d'export bien trop aléatoire.

Restait donc un char étranger. Après avoir sondé la France, l'Ecosse se tourna vers son grand voisin du sud et passa commande de Cruiser MkI pour remplacer des Renault FT littéralement à bout de souffle.

Ces petits chars rapides équipèrent les 1st Independent Armoured Bataillon _à l'origine de la 7th Highlander Armoured Division_ et 2nd Independent Armoured Bataillon _à l'origine de la 11th Lowland Armoured Division_ mais ne servirent jamais au combat.

Formant des générations de conducteurs, de chefs de char et de tireurs, les Cruiser Mark I furent remplacés par les Dragon _nom écossais des Cromwell_ fin 1941/début 1942.

Quelques exemplaires furent maintenus en service jusqu'en 1945 au sein de la Home Guard pour assurer la défense du territoire écossais et le maintien de l'ordre. Ces chars maintenus en service perdirent leur canon de 2 livres pour un canon de 47mm Böhler, les mitrailleuses Vickers en tourelles indépendantes étant supprimées.

Deux blindés de ce type ont été préservés jusqu'à nos jours, le premier au Royal Scotish War Museum et le second devant l'Ecole de Cavalerie de Dundee.

Caractéristiques Techniques du Cruiser MkI

Poids :10.88 tonnes Longueur : 5.8m largeur 2.5m hauteur 2.65m

Motorisation : moteur essence AEC 179 6 cylindres de 150ch

Performances : Vitesse maximale 40 km/h distance franchissable 240km

Protection : 6 à 14mm

Armement : tourelle principale avec un canon de 2 livres à 100 coups et une mitrailleuse calibre .303 et deux tourelles indépendantes avec une mitrailleuse calibre .303 avec 3000 cartouches au total

Equipage : 6 hommes (commandant, tireur,chargeur,conducteur et deux mitrailleurs)



A27M Cruiser Tank MkVIII/Cromwell/Dragon Mk.I

Le char Dragon de la Royal Scotish Army n'est autre que le Cromwell

Le 25 novembre 1941, l'Ecosse déclare la guerre à l'Allemagne et entame la mobilisation de la totalité de ses ressources pour une guerre totale.

La victoire ne pouvant venir que d'une force blindée mécanisée, l'Ecosse décide de mettre sur pied un puissant corps blindé de quatre divisions, rapidement ramené à deux.

Les deux bataillons indépendants de chars sont dissous le 5 novembre pour mettre sur pied deux divisions blindées, le 1er bataillon servant à la mise sur pied de la 7th Highlander Armoured Division et le 2ème bataillon servant à la mise sur pied de la 11th Lowland Armoured Division.

En ce qui concerne l'équipement, l'armée écossaise envisagea d'abord d'acquérir le M-4 Sherman avant de choisir le Cromwell rebaptisé Dragon dans les rangs écossais, le Lord Protecteur du Commonwealth of England ayant laissé de très mauvais souvenirs en Ecosse.

Le Cromwell/Dragon est considéré comme le premier char britannique efficace, associant la vitesse des Cruiser au solide armement du Churchill et un blindage qui ne le rendait pas inapte à la lutte contre les chars allemands même si il aurait pu être meilleur.

Les deux divisions blindées écossaises disposaient chacune de deux régiments de chars organisés en un état-major, un escadron de soutien, trois escadrons de char et un escadron de reconnaissance.

Chaque escadron de char est organisé en un peloton de commandement et trois pelotons de six chars soit dix-huit par escadron auxquels s'ajoute un char pour le commandant de l'escadron plus un char pour le commandant du régiment soit un total de cinquante-huit chars par régiment et de cent-seize pour une division.

L'Ecosse va donc aligner une force blindée respectable de 232 chars tous de type Cromwell/Dragon. En comptant les pertes au combat, les pertes par accident et les engins réformés pour usure, ce sont 400 Cromwell/Dragon qui ont été utilisés par la Royal Scotish Army.

Outre les chars de combat, on trouve également des Dragon de dépannage, poseurs de pont sans compter plusieurs prototypes de canons automoteurs (un avec un canon de 17 livres et un autre avec un canon de 25 livres) et de canons antiaériens automouvants avec des canons de 20mm et de 40mm mais aucun de ces projets ne déboucha sur une production en série.


Char Comet finlandais préservé dans un musée

Les Cromwell furent complétés à la fin du conflit par quelques Comet. Ils restèrent en service jusqu'en 1952 quand ils furent remplacés par des Centurion plus modernes.

Deux Dragon ont été conservés comme reliques de musée, l'un aux couleurs de la 7th HAD et le second aux couleurs de la 11th HAD.

Caractéristiques Techniques du Scotish Tank Model 41 «Dragon»

Poids en ordre de combat : 28 tonnes

Dimensions : Longueur : 6.35m Largeur : 2.91m Hauteur : 2.83m

Blindage : 8 à 76mm

Motorisation : Rolls Royce Meteor V12 essence d'une puissance de 600ch.

Performances : Vitesse maximale : 64 km/h (bridée à 51 km/h en service) Distance Franchissable : 280km

Armement : un canon Ordnance QF de 75mm et deux mitrailleuses Vickers calibre .30


A-41 Cruiser Tank Centurion Mk.I

Centurion MkIII

Le Dragon et son dérivé le Comet (armé lui d'un canon de 77mm) étaient de bons chars mais étaient appelés à une rapide obsolescence.

En 1947, l'Ecosse évalua le M-47 Patton et le Centurion Mk5 britannique, le premier étant armé d'un canon de 90mm et le second d'un canon de 105mm L7. Elle sélectionna le second pour équiper les deux divisions blindées et la brigade blindée indépendante déployée en Allemagne.

Le Centurion est issu du programme de char Cruiser A41. Ce char devait succéder au Comet et pouvoir lutter de manière efficace contre les chars allemands.

Le Cromwell et le Comet ainsi que le Challenger _un prototype avec un Comet armé d'un canon de 17 livres abandonné au profit du Sherman Firefly_ étaient des chars intéressants mais leur puissance de feu et leur protection les rendaient inaptes à l'affrontement face au Panther et au Tiger.

Ces problèmes entrainèrent le dévellopement d'un char moyen qui annonce les premiers Main Battle Tank (MBT) avec pour la première fois pour un char anglais, une bonne protection, une bonne mobilité et un armement crédible avec un canon de 20 livres (84mm).

Il est mis en service en 1945 mais trop tard pour participer à la seconde guerre mondiale. Il participa néanmoins à la guerre de Corée mais également à la guerre du Vietnam sous les couleurs australiennes ainsi qu'aux différents conflits israélo-arabe au sein de l'armée israélienne.

Les deux divisions blindées écossaises disposaient chacun de deux régiments de chars organisés en un état-major, un escadron de soutien et trois escadrons de chars.

L'escadron de char type 05 disposait d'un état-major, d'un peloton de soutien et de trois pelotons de cinq chars soit quinze chars auxquels il faut ajouter un char pour le commandant d'escadron et un autre son adjoint soit un total de dix-sept chars par escadron et cinquante et un par régiment soit pour la division blindée un total de cent-deux chars.

La 13th Independent Armoured Brigade dispose de deux bataillons de chars organisés en un escadron de commandement et de soutien et deux escadrons de combat soit un total par bataillon de soixante-huit chars pour la brigade.

Au total, la Royal Scotish Army dispose en ligne de 272 chars de combat Centurion Mk5 auxquels s'ajoutent des chars de dépannage (70 exemplaires) et des chars du génie (48 exemplaires). A cela s'ajoute 140 chars stockés en réserve d'attrition.

A noter que vingt-quatre tourelles de Centurion furent réutilisés pour la défense des approches d'Inverness (six tourelles), de Glasgow (six tourelles), Aberdeen (deux tourelles),Edimbourg (quatre tourelles) et les Orcades (six tourelles).

Ces tourelles comme les Centi suisses étaient installés sur un emplacement en béton. Un abri souterrain permettait à l'équipe de pièce (cinq hommes) de se reposer (en temps de guerre ou en période d'alerte, une équipe de réserve était présente pour relever les servants en position).

Un blockaus de conduite de tir était présent pour deux tourelles et des tourelles démontables armées de mitrailleuses de 7.62 et de 12.7mm étaient chargées de la protection rapprochée.

Une partie de ces tourelles à été supprimée en 1995 (Aberdeeen,Orcades) mais les tourelles défendant Inverness et Fastlane sont toujours en service. Elles doivent cependant être remplacées prochainement par les tourelles de chars Léopard 1, elles aussi armées de canons de 105mm L7.

Caracteristiques techniques du Centurion

Poids en ordre de combat : 51 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 9.85m (coque) 7.60m largeur : 4.30m hauteur : 3m (sans mitrailleuse antiaérienne)
Moteur : Rolls Royce Meteor Mk IVB 12 cylindres à essence dévellopant 650ch

Performances : Vitesse maximale : 56 km/h sur route et 40 km/h en tout terrain Autonomie : 450 km

Blindage maximal : 152mm

Armement : un canon Royal Ordnance L7 de 105mm, une mitrailleuse coaxiale Browning M1919 puis MG3 de 7.62mm, une mitrailleuse antiaérienne de 12.7mm Browning M2

Equipage : pilote, chef de char, tireur et radio-chargeur


Main Battle Tank Leopard 1A3

Prototype du Leopard 1

Les Centurion étaient de bons chars mais la technologie évoluant rapidement, la Royal Scotish Army envisagea à la fin des années cinquante de le remplacer ou de le moderniser.

Un temps la modernisation tint la corde mais en 1965, des cavaliers écossais testèrent le Léopard 1 dans le cadre d'une tournée européenne pour tester les nouveaux chars disponibles qu'il s'agisse du M-60 américain, de l'AMX-30 français et même du Chieftain anglais.

Le projet de modernisation (nouveau moteur, amélioration du blindage, changement de la conduite de tir) fût abandonné au profit de la commande d'un char moderne en l'occurence des Léopard 1A3, devenant le deuxième pays étranger à l'acquérir après la Belgique.

Le Leopard 1 symbolise la renaissance en République Fédérale d'Allemagne (RFA) d'une industrie de chars mise en sommeil avec la défaite de 1945, la jeune Bundeswehr ayant été rééquipée avec du matériel américain en l'occurence des M-47 et des M-48.

Au milieu des années cinquante, en dépit de l'existence de l'OTAN, l'Europe tente d'assurer elle même sa défense en dévellopant un équipement commun, un gage d'indépendance.

Le diamant des forces armées c'est le char de combat principal qui à remplacé les chars légers, lourds et moyens dans la plupart des armées, seule l'armée anglaise ayant toujours le goût du char lourd bien armé (canon de 120mm) et bien protégé mais lent et peu mobile, rendant inapte la British Army on Rhin (BAOR) aux opérations dans la profondeur.

Ayant des besoins similaires, la France, la RFA et l'Italie envisagèrent la mise au point et l'acquisition d'un char moyen pour remplacer les M-47 du MDAP.

En dépit de besoin similaires, les pays ne réussirent pas à s'entendre et firent chacun cavalier seul, la France dévellopant l'AMX-30 tandis que l'Italie allait produire sous licence le nouveau char allemand qui allait porter le nom d'un félin en l'occurence le Leopard (qui devint logiquement Leopard 1 après l'apparition du Leopard 2).

Deux groupes furent chargés de dévelloper des prototypes, le prototype A est sélectionné en 1963, la firme Krauss-Maffei devenant le maitre d'oeuvre du programme, produisant le char et sa version antiaérienne, le Guépard pendant que Krupp-Mak était chargé de la construction des autres versions dérivées.

En septembre 1965, la Bundeswehr reçoit ses premiers chars de série, la production ne cessant qu'en 1979, reprenant en 1981 pour satisfaire les commandes turques et grecques.

La commande écossaise est passée en septembre 1967 et les chars livrés à partir du printemps 1968, d'abord à la 13th Independent Armoured Brigade _stationnée rappelons-le en Allemagne_ avant d'équiper les 7th Highlander Armoured Division et 11th Lowland Armoured Division, les derniers chars étant livrés en janvier 1970.

Au total, l'Ecosse à acquis 272 Léopard 1A3 auxquels s'ajoute 84 Léopard ARV (Armoured Recovery Vehicle) et 48 Léopard AEV (Armoured Engineer Vehicle) plus 72 chars de réserve soit un total de 476 chars acquis.

Ces chars ont été portés au standard A5 au début des années quatre-vingt et vont rester en service jusqu'en 2007 quand ils sont remplacés par des Leopard 2A4, des véhicules neufs et non des véhicules de seconde main.

La flotte de Léopard à été réduite en 1995 quand la 13th Independent Armoured Brigade à été dissoute puis que la 11th Lowland Armoured Division à été transformée en 2000 en division légère blindée (11th Lowland Mecanized Division), les Léopard 1 étant remplacés par des Centauro 8X8 eux aussi armés d'un canon de 105mm.

Caractéristiques Techniques des Léopard 1A5

Poids en ordre de combat : 39700kg (39.7 tonnes)

Dimensions : longueur (totale) 9.54m (caisse) 7.09m largeur : 3.41m hauteur : 2.76m

Motorisation : un moteur MTU polycarburant de 830ch

Performances : vitesse maximale 65km/h Autonomie sur route 600km

Blindage : 10 à 70mm

Armement : un canon de 105mm Royal Ordnance Factory L7 alimenté à 60 coups et deux mitrailleuses de 7.62mm MG3 alimentées à 5500 coups au total

Equipage : un conducteur, un chef de char, un tireur et un pourvoyeur


Main Battle Tank (MBT) Léopard 2

Leopard 2A6

Les premiers chars de combats principaux occidentaux (M-60, Leopard 1,AMX-30) étaient tous armés d'un canon de 105mm suffisant pour affronter leurs homologues soviétiques notamment les T-54 et T-55 armés d'un canon de 100mm voir le T-62 armé d'un canon de 115mm.

Au début des années soixante, on étudia les successeurs de ces chars. Les informations (souvent alarmistes) sur les futurs chars soviétiques avaient au moins un point commun : un blindage plus épais et plus efficace nécessitant un canon plus puissant.

Le calibre 120mm fût donc choisit comme nouveau calibre standard de l'OTAN et comme pour la première génération de MBT, il y eut plusieurs tentatives de coopération comme le MBT-70 germano-américain ou le MBT-80 germano-anglais mais au final comme pour le Leopard 1, les allemands firent cavalier seul.

Partant du Leopard 1, intégrant des composants du MBT-70, les allemands aboutirent au Kieler (sanglier), un char expérimental qui allait finalement aboutir au Leopard 2 dont les premiers prototypes firent leurs premiers tours de chenille en 1973.

En 1974, un accord fût signé entre l'Allemagne et les Etats-Unis pour la production d'une version adaptée du Leopard 2, baptisée Leopard 2 AV (Austere Version) mais qui ne dépassa pas le stade du prototype, les américains préférant le M-1 Abrams.

Les commandes furent passées en septembre 1977 pour 1800 exemplaires en cinq tranches, les premiers étant livrés en 1979. Le succès à l'export ne tarda avec des commandes venues de Suisse et des Pays-Bas.

L'Ecosse se montra intéressée par le Leopard 2 et envisagea en 1989 de commander le nouveau fleuron de l'industrie militaire d'Outre-Rhin mais les budgets ne furent pas débloqués avant la fin de la guerre froide, repoussant le projet sine die.

Avec la fin de la guerre Froide, la question de la présence des chars au sein de la Royal Scotish Army fût clairement posée.

Le principal argument de la présence de chars au sein de l'armée écossaise était la défense de la RFA dans le cadre de l'OTAN.

La chute du mur de Berlin (1989) puis l'implosion du bloc de l'Est (1991) mit fin à la menace soviétique sur l'Occident. Conséquence, les SFWG sont dissoutes en 1995.

Les partisans des lourds eurent fort à faire pour convaincre le gouvernement écossais de maintenir une composante char au sein de l'armée de terre.

Ils choisirent la bonne tactique en acceptant volontairement de réduire la voilure. La dissolution de la 13th Independent Armoured Brigade ne causa aucun tristesse à part parmi les membres de l'unité et leurs anciens. Son existence n'était justifiée que par la menace soviétique et cette menace disparue, elle ne pouvait que disparaître.

Restait les deux divisions blindées stationnées en Ecosse. La 7th Highlander Armoured Division fût maintenue comme une division blindée classique mais la 11th Lowland Armoured Division fût transformée en division légère blindée (11th Lowland Mecanized Division), les Leopard 1A5 étant comme on à l'à vu remplacés par des Centauro, eux aussi armé d'un canon de 105mm.

Les Leopard 1 encore en service (102 exemplaires répartis en deux régiments à trois escadrons) furent modernisés à minima entre 2000 et 2003, une solution interimaire en attendant le choix d'un nouveau char.

Un appel d'offres fût lancé en 2005. Il demandait un char à canon de 120mm, rapide et bien protégé pouvant mener des opérations de combat mais également de maintien de la paix.

Plusieurs candidats se proposèrent. General Dynamics proposa une version du M-1A2 Abrams à moteur diesel _moins gourmand que la turbine d'origine_ , Vickers le Challenger 2E, Krauss-Maffei le Leopard 2A4 et le GIAT son Leclerc.

Les différents candidats envoyèrent deux chars en Ecosse pour des évaluations dans les Highlands puis les Orcades. A l'issu du premier tour, le Challenger 2E et le M-1 Abrams furent éliminés, ne laissant que le Leclerc et le Léopard 2A4.

Le Leclerc séduisit les opérationnels écossais mais les allemands eurent un argument décisif en proposant la cession de chars d'occasion pour permettre de former les équipages et d'attendre sereinement la sortie des chars neufs, chose que la France ne pouvait offrir à cette date.

C'est donc le Leopard 2A4 qui est choisit en mars 2006. Pour équiper les deux régiments de la 7th HAD, l'Ecosse commanda un total de 102 Léopard 2A4 auxquels s'ajoutèrent 48 Léopard 2A4 de seconde main _conservés comme volant de fonctionnement et comme réserve en cas de conflit_ mais également des versions spécialisés en l'occurence 28 Buffel _version Armoured Recovery Vehicle ARV_ et 12 Armoured Bridge Vehicle ARBV Leguan suivis quelques années plus tard de 16 Armoured Engineer Vehicle (AEV) Kodiak.

Cela porte le total à 206 le nombre de Léopard 2 acquis à par l'Ecosse. Toujours en service en 2014, ils doivent être portés entre 2016 et 2018 au standard A7, le plus évolué des standard du Léopard 2, standard déjà choisit par l'Arabie Saoudite.

Caracteristiques techniques du Léopard 2A4

Poids en ordre de combat : 59 tonnes

Dimensions : longueur : 9.67m largeur : 3.7m Hauteur : 2.48m

Moteur : MTU MB 873 polycarburant 12 cylindres en V de 1500ch

Performances : Vitesse maximale : 72 km/h sur route 45 km/h en tout terrain Autonomie : 550 km

Blindage maximal : 340mm

Armement : un canon Rheinmetall de 120mm de 44 calibres alimenté à 42 coups, deux mitrailleuses de 7.62mm MG3 (une coaxiale et une antiaérienne) alirmentées à 4750 coups, deux groupes de huit lanceurs de pots fumigènes Wegman.

Equipage : pilote, chef de char, tireur et radio-chargeur.


A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Lun 26 Mai 2014, 22:27

Véhicules chenillés

Chenillettes Carden-Lloyd

Carden-Lloyd MkVI

L'apparition des chars de combat permis enfin de rompre le front occidental et  aux alliés de croire à la victoire prochaine.

Si les problèmes posés par le franchissement des tranchées, la destruction des barbelés et l'élimination des mitrailleuses fût résolu, celui du transport de l'infanterie restait encore irrésolu.

Marchant à pied, dans un terrain bouleversé par les cratères d'obus, l'infanterie ne pouvait suivre les chars, laissant le temps à l'ennemi si nécessaire de laisser passer les chars _qui pouvaient être détruits par l'artillerie_ et de reconstituer une ligne de feu contre l'infanterie.

Il y eut bien quelques chars privés de leurs canons et transformés en ravitailleurs/transporteurs de troupes mais l'expérience ne fût guère concluante, l'absence d'un confort minimal rendant même les soldats plus fatigués et moins dispo que si ils avaient opérer à pied.

Durant l'entre-deux-guerre, l'Ecosse utilisa des camions de fabrication nationale pour transporter l'infanterie mais en terrain difficile, les camions n'étaient guère opérant.

D'où l'idée d'employer de petits chenillés pour à défaut de transporter les hommes, de transporter l'armement collectif et le ravitaillement pour alléger les fantassins.

En 1935, l'Ecosse commanda 280 chenillettes Carden-Loyd plus une licence de production lui permettant de produite près de 500 véhicules supplémentaires.

D'abord utilisécomme simple transporteur ou remorqueur d'armes lourdes, il le fût ensuite comme véritable véhicule de combat, recevant une mitrailleuse ou même un canon antichar Böhler de 47mm, véhicules mis en œuvre notamment par la Home Guard qui constituait durant la seconde guerre mondiale, la seule force de défense de l'Ecosse, l'armée régulière étant largement déployée en Italie et en Europe de l'Ouest.

Ces petits véhicules participèrent à l'opération Torch ainsi qu'aux débarquement en Sicile et en Italie péninsulaire mais quand l'armée écossaise débarqua en Normandie, les chenillettes Carden-Loyd avaient été remplacées par des Half Track M3 pour le transport de l'infanterie et par des  Kangaroo pour les taches de soutien et de ravitaillement.

Caractéristiques Techniques de la chenillette Carden-Loyd

Longueur : 3.65m largeur : 2.11m hauteur : 1.57m Poids en ordre de combat : 3.75 tonnes Motorisation : Ford V-8 essence de 85ch Vitesse maximale : 48 km/h Distance franchissable : 250 km Blindage : 7 à 10mm Armement : une mitrailleuse Vickers ou un fusil-mitrailleur Bren


Hafl-Track M3 et VTT Kangaroo

Half-track M-3

Si aujourd'hui, les véhicules tout terrain à roues sont d'une banalité confondante, dans les années vingt, la roue est strictement rivée à la route. La chenille règne en mettre sur les terrains bouleversés.

Bien que les opérations mécanisées soient encore dans les limbes, les pionniers parfois incompris (même si dans leurs écrits, ils ont tendance à surenchérir sur une position de martyr face à l'institution occupée par des esprits étroits et bornés) rêvent de vitesse, de retrouver avec le cheval vapeur, la fougue des charges de la cavalerie à cheval même si là encore les charges au galop sont plus un mythe qu'une réalité militaire.

Si la chenille est excellente en terrain bouleversé, elle est encore très lente et si la roue peut aller vite sur route, elle devient lourde et pataude dès que le terrain est bouleversé par les obus et/ou les conditions météos.

D'où l'idée d'un pionnier russe, le sieur Kergresse qui invente un procédé de semi-chenillé, combinant un essieux avant à roue avec un arrière-train chenillé, permettant croit-on de concilier la vitesse de la roue et la mobilité en tout terrain de la chenille.

A l'usage, on verra que ce système est complexe et souvent fragile. Si la seconde guerre mondiale voit l'utilisation de semi-chenillés ou half-track (de half _moitié_ et de tracked _chenillé_) par les Alliés comme par l'Axe, l'après guerre le verra abandonné au profit du chenillé ou du véhicule à roue tout-terrain.

L'armée écossaise quand elle rentre en guerre ne dispose que de chenillettes Carden-Lloyd adaptées au transport des munitions, du ravitaillement et au tractage des pièces antichars mais guère au transport des hommes pour suivre les chars.

Le prêt-bail lui permet de vaincre cette carence en se procurant un nombre important de half-track M3 qui va servir de monture à l'infanterie accompagnant les chars écossais.

Chaque régiment d'infanterie écossais disposant de 27 groupes de combat (trois compagnies à trois sections de trois groupes), il fallait donc prévoir au minimum 27 Half-track par régiment auxquels s'ajoutaient des véhicules en version dépannage, ambulance (désarmée) et tracteurs d'armes même si pour cette dernière opération, l'Ecosse préférait utiliser le RAM Kangaroo.

Au total, l'Ecosse à reçut 670 Half-Track M3 en différentes versions qu'elle à utilisé jusqu'à son remplacement total par le M-113 à partir de 1960.

Caractéristiques du Half Track M3

Masse au combat : 5610kg

Dimensions : longueur : 6.17m largeur : 2.22m hauteur : 2.26m

Moteur : White 160AX essence à 6 cylindres en ligne de 147 ch.

Performances : Vitesse maximale : 72 km/h Autonomie : 312 km

Blindage : 13mm (avant) 7mm (arrière)

Armement : une Browning M2 de 12.7mm et une Vickers calibre .30 .

Equipage : 3 hommes plus 10 fantassins


L'autre véhicule de transport de troupes utilisé par les troupes écossaises était le Kangaroo, une adaptation de l'automoteur M7 Priest au transport de troupes. L'adaptation était réduite au strict nécessaire avec l'enlèvement du canon de 105mm pour permettre l'embarquement de 20 fantassins équipés.

L'artillerie écossaise après avoir utilisé le Priest le remplaça par le Sexton, une adaptation du M7 avec un canon de 25 livres. Les Priest encore en service furent donc transformés en Kangaroo mais peu utilisés pour le transport de troupes, les fantassins écossais préférant le half-track M3.

Il fût utilisé plus comme ravitailleur et comme tracteur d'artillerie ce qui est ironique pour un canon automoteur transformé.

Il à été retiré du service au milieu des années cinquante en raison d'une usure prononcée et d'un manque de pièces détachées.

Caracteristiques Techniques du Kangaroo

Poids au combat : 22970kg

Dimensions : longueur : 6.02m largeur : 2.87m hauteur : 2.95m

Moteur : Wright Continental R975 C1 de 400ch

Performances : Vitesse maximale : 40 km/h sur route 24 en tout terrain. Autonomie : 193km

Blindage : maximum 51mm à l'avant

Armement : une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 sous bouclier avec 1200 munitions.

Equipage : 2 hommes plus 20 fantassins


M-113

M-113

A la fin des années cinquante, le remplacement des M3 et des Kangaroo est devenu une urgence vitale au risque de menacer la crédibilité des forces armées écossaises notamment les SFWG. Elle étudia plusieurs modèles d'Armoured Personnal Carrier (APC).

Après avoir évolué le AMX VTT français et le FV 432 anglais, la Royal Scotish Army sélectionna le M-113 américain.

Les premiers M-113 furent livrés en 1961 en version essence puis à partir de 1963 en version diesel (M-113A1).

La même année, les américains accordent une licence de production à l'Ecosse à la fois pour accélérer les livraisons mais également pour mettre une chaine de fabrication hors de portée d'une invasion soviétique.

Les M-113 en version APC étaient armés d'une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 bien vite équipée d'un bouclier. L'armement fût ensuite renforcée dans les années soixante-dix avec une MG-3 sous bouclier à l'arrière.

En 1985, les Scotish Armoured Vehicle mod.62 furent modernisés, recevant un blindage additionnel, de nouvelles chenilles et un nouvel armement,  la MG3 arrière étant débarquée et l'affût avant remplacé par une tourelle monoplace avec une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 et une mitrailleuse MG-3de 7.62mm en guise d'arme coaxiale, la première disposant de 2000 cartouches et la seconde de 4500 projectiles.

Outre les transports de troupes, l'armée de terre écossaise à utilisé un grand nombre de variantes du M-113 : commandement, dépannage, évacuation sanitaire, observation d'artillerie, porte-mortier, reconnaissance, antichar et antiaérien, lanceur de missiles tactiques Lance _le remplaçant du Honest John_ , NBC..... .

Dans sa version APC, le M-113 était utilisé par les quatre régiments d'infanterie mécanisée des deux divisions blindées ainsi que le bataillon d'infanterie mécanisée de la 13th Independent Armoured Brigade.

La dissolution de la 13th Independent Armoured Brigade puis la transformation de la 11th Lowland Armoured Division en 11th Lowland Mecanized Division à réduit la flotte de M-113, les M-113 de la nouvelle 11th Lowland Mecanized Division étant remplacés par des véhicules à roues 6X6 Fuchs.  

Le M-113 est toujours en service en 2014 mais plus pour longtemps. En effet en septembre 2012, l'Ecosse à commandé le CV9035, le véhicule de combat d'infanterie suédois dans sa variante la plus moderne à canon de 35mm, variante déjà sélectionnée par les Pays-Bas et le Danemark.


CV9035

Les premiers véhicules ont été livrés en décembre 2013 mais la mise en service ne doit avoir lieu qu'en mars 2014. Il va équiper les deux régiments d'infanterie mécanisée de la 7th Highlander Armoured Division.

Des variantes vont également être commandées en l'occurence le commandement, le dépannage, porte-mortier de 81 et de 120mm, véhicule antichar, véhicule antiaérien, évacuation sanitaire.

D'autres sont envisagées comme la version génie et l'Ecosse n'exclut pas de commander le CV90120.

Caracteristiques Techniques du CV9035

Poids en ordre de combat : 35 tonnes

Dimensions : longueur 6.55m largeur 3.1m hauteur 2.7m

Motorisation : moteur diesel DSI 16 8 cylindres en V de 810ch

Performances : vitesse maximale 70 km/h autonomie 320km

Armement : un canon Bushmaster de 35mm de 50 calibres, une mitrailleuse de 7.62mm MG3 coaxiale et une autre antiaérienne. Huit lance-pots de 76mm. A terme deux lanceurs pour missile Spike MR ou LR seront installés à gauche de la tourelle.  


Equipage : un pilote, un tireur, un commandant/chef de groupe et huit soldats à l'arrière

M-7 Priest

M-7 Priest

L'apparition du char permis d'espérer ce que la cavalerie était incapable de faire : la percée. Franchir enfin les tranchées allemandes, rompre le front allemand et obtenir une victoire décisive pour vaindre l'Allemagne ou à défaut la pousser à négocier.

Seulement voilà, si la percée pouvait être obtenue par ces mastodontes à chenilles, l'exploitation posait des problèmes aïgus. On à déjà vu que l'infanterie était incapable de suivre les chars dans un terrain bouleversé mais le problème se posait également pour l'artillerie dont les pièces allaient vite arriver en limite de portée.

Plusieurs solutions sont étudiées mais aucune n'arrive à maturité avant la fin du premier conflit mondial.

Il faut attendre le second conflit mondial pour qu'émerge une solution adaptée à l'appui des chars en l'occurence le canon automoteur, un chassis chenillé _souvent issu de chars déclassés_ sur lequel est installé une pièce d'artillerie d'un calibre allant de 75 à 155mm.

Partant du M3, un char moyen ancètre du M4, les américains mettent au point le M7 bientôt surnomé Priest (prêtre) en raison de la forme du tourelleau du mitrailleuse qui ressemblait à une chaire.

Les premiers M7 Priest furent livrés en avril 1942 à la 8ème armée anglaise en Afrique du Nord, l'armée écossaise recevant ses premiers véhicules en décembre 1942 pour équiper les régiments d'artillerie de ces deux divisions blindées.

Ce choix était temporaire, l'armée écossaise équipée de canons de 25 livres voulant recevoir des Sexton, une adaptation du char Ram avec le canon standard de l'artillerie de campagne écossaise.

Après un an et demi de service soit jusqu'en mai 1944, le Priest fût remplacé par le Sexton qui resta en service jusqu'au milieu des années cinquante quand il fût à son tour remplacé par le M-44, un canon automoteur à canon de 155mm.

Caractéristiques Techniques du M-7 Priest

Poids en ordre de bataille : 22.97 tonnes

Dimensions : longueur 6.02m largeur 2.87m hauteur 2.54m (2.95m au niveau du tourelleau mitrailleuses)

Motorisation : moteur Continental R-975 C1 de 298 kW

Performances : vitesse maximale sur route 39 km/h vitesse maximale tout chemin 24 km/h Rayon d'action 193km

Blindage : 12 à 62mm

Armement : un canon de 105mm M1/M2 avec 69 coups, une mitrailleuse de 12.7mm avec 300 coups

Equipage : 5 hommes


Sexton

Sexton

La mise en service du Priest permis à l'artillerie anglaise de suivre au plus près les chars de combat et avait montré son efficacité. Son seul défaut était le calibre du canon _105mm_ qui n'était pas celui de l'artillerie de campagne anglaise ce qui posait de sérieux problèmes logistiques.

Pour le résoudre, les alliés étudièrent une version du Priest à canon de 25 livres mais le projet prit du retard en raison de l'explosion du canon lors des tests sur le premier prototype.

Cela laissa la chance à une version artillerie autoportée du char canadien Ram, une version canadienne du M3 Lee.

Le prototype fût une réussite mais le Sexton I ne dépassa pas le stade de la production en série confiée au Sexton II, une version dérivée du char Grizzly, la version canadienne du M4 Sherman.

L'armée écossaise reçut ses Sexton en mai 1944, les Sexton qui remplacèrent les Priest convertis en transport de troupes/ravitailleurs par démontage du canon de 105mm.

Les Sexton équipèrent les deux régiments d'artillerie intégrées à la 7th Highlander Armoured Division ainsi qu'à la 11th Lowland Armoured Division.

Ces canons automoteurs efficaces restèrent en service jusqu'en 1953 quand ils furent remplacés par un canon de 155mm automoteur, le M-44.

Caractéristiques Techniques du Sexton

Poids en ordre de combat : 25.86 tonnes

Dimensions : longueur 6.12m largeur 2.71m hauteur 2.11m

Motorisation : moteur diesel Continental R-975 9 cylindres de 400ch

Performances : vitesse maximale sur route 38 km/h autonomie 200km

Armement : un obusier Ordnance QF 25 Pounder (87.6mm) avec 112 coups et deux fusils-mitrailleurs Bren avec 1500 cartouches

Equipage : chef de char, pilote, trois servants et un radio


M-44

M-44

En dépit de son efficacité, le Sexton qui resta en service dans l'armée anglaise jusqu'au milieu des années cinquante n'était pas considéré comme un canon automoteur en devenir. Il devait être rapidement remplacé.

Intégrée à l'OTAN, l'Ecosse qui voulait en être le meilleur élève adopta les calibres standards de l'artillerie occidentale notamment le canon de 155mm.

Pour remplacer le Sexton, l'armée écossaise étudia l'acquisition de plusieurs automoteurs notamment le M-52 de 105mm avant de choisir le M-44 de 155mm.

Ces deux automoteurs partagent le même chassis à savoir celui du char léger M41 Walker Bulldog, le successeur du M-24 Chaffee auquel s'ajoute pour le M-44, une version adaptée de l'obusier M-114.

Le M-44 fût livré à l'armée écossaise à la fin de 1953. Il va équiper le 1st Scotish Artillery Regiment _régiment d'artillerie de la 7th Highlander Armoured Division_ , le 2nd Scotish Artillery Bataillon intégré à la 13th Independent Armoured Brigade déployée au sein des Scotish Forces in West Germany et le 3rd Scotish Artillery Regiment, le régiment d'artillerie de la 11th Lowland Armoured Division.

Les deux régiments automoteurs sont organisés en une batterie de commandement et de soutien, une batterie de reconnaissance et de conduite de tir et trois batteries de huit pièces soit vingt-quatre canons automoteurs par régiment.

Le bataillon d'artillerie automoteur lui ne dispose que de deux batteries de huit canons automoteurs soit seize M-44 supplémentaires.

L'armée écossaise à reçut un total de cent M-44, soixante-quatre en service et le reste comme volant de fonctionnement en Ecosse.

Ce canon automoteur n'est resté que peu de temps en service dans l'armée écossaise car dès 1965, il à été remplacé par le M-109.

Caracteristiques Techniques du M-44

Poids en ordre de combat : 28122 tonnes

Dimensions : longueur 6.16m largeur 3.24m hauteur 3.11m

Motorisation : moteur essence Continental 6 cylindres de 500ch

Performances : vitesse maximale 56 km/h Autonomie 122km

Blindage : 12mm

Armement : un canon de 155mm de 23 calibres (longueur du tube : 3.565m) M-114 et une mitrailleuse de 12.7mm de défense rapprochée

Equipage : un conducteur, un chef de véhicule, un canonnier et deux chargeurs


M-109

M-109A6

Les canons automoteurs M-44 et M-52 partageaient le même chassis en l'occurence celui du M-41 Walker Buldog. Cette communauté de chassis donna l'idée aux américains de reconstruire totalement leur artillerie automotrice en mettant au point un chassis commun pour tous leurs automoteurs.

Ils sélectionnèrent quatre calibres : 105mm,155mm,175mm et 203mm donnant naissance au M-108, au M-109,au M-107 et au M-110.

Le premier nommé à canon de 105mm eut une carrière éphémère au sein de l'armée américaine en raison d'un poids de l'obus jugé insufisant ce qui entraina son retrait après la guerre du Vietnam.

Reste les trois autres qui sont pour la plupart encore en service en 2014 mais seul le M-109 à servit au sein de l'armée écossaise.

Le M-109 appelé originellement T-196 fût dévellopé à partir de 1952 pour remplacer le M-44. Les premiers véhicules ne donnèrent pas satisfaction en raison de problèmes mécaniques. De plus, l'armée américaine ayant choisit de passer à la propulsion diesel, le M-109 ne fût mis en service qu'en 1961.

La Royal Scotish Army et son Royal Scotish Artillery Corps sélectionna dès 1962 le M-109 pour remplacer le M-44, le M-109 pouvant à la différence de son prédecesseur combattre en ambiance NBC.

C'est au printemps 1964 que les premiers M-109 furent livrés à l'armée écossaise et mis en service en 1965.

Ils remplacèrent nombre pour nombre les M-44 soit soixante-quatre canons automoteurs auxquels s'ajoutèrent trente-deux pièces servant en temps de paix de volant de fonctionnement et devant servir en temps de guerre d'unités de renfort avec des réservistes.

En 1984, l'armée écossaise à acquis des M-992 Field Artillery Ammunitions Support (FAASV), des ravitailleurs d'artillerie spécialement conçus pour ravitailler les M-109 sous blindage sans que les servants aient besoin de sortir pour remplir les racks d'obus.

Entre 1987 et 1989, les M-109A1 écossais sont profondément modernisés et portés au standard M-109A4.

Un temps, l'Ecosse envisagea l'acquisition d'un nouveau modèle de canon automoteur, étudiant notamment le GCT français mais également le SP-70 _finalement abandonné par ses concepteurs allemands, anglais et italiens_ avant de conserver ses M-109.

La flotte à diminuer singulièrement depuis la fin de la guerre froide avec la dissolution de la 13th Independent Armoured Brigade et la transformation de la 1th Lowland Armoured Division en division légère blindée, le M-109 étant en cours de remplacement par des Caesar plus adaptés à la nouvelle configuration de la division.

Actuellement, en mars 2014, seulement vingt-quatre M-109 sont en service au sein du 1st Scotish Artillery Regiment de la 7th Highlander Armoured Division, des canons automoteurs qui ont été portés au standard A6 Palatin.

Leur remplacement est à l'étude mais l'étude est encore au stade préliminaire, sans décisions concrètes.

Caracteristiques Techniques du M-109

Poids en ordre de combat : 27.5 tonnes

Dimensions :  Longueur : 9.1m Largeur : 3.1m Hauteur : 3.3m  

Motorisation : un moteur diesel Detroit 8 cylindres en V dévellopant 405ch

Performances : vitesse maximale 65 km/h distance franchissable 350km

Armement : un canon de 155mm ayant une portée maximale : 18000m (projectiles conventionnels) à 30000 (projectiles à propulsion additionelle) Cadence de tir : (théorique) 4 coups par minute (pratique) 1 coup/minute.  Une mitrailleuse de 12.7mm

Equipage : six hommes


L'avenir de l'artillerie écossaise s'appèle donc Caesar (Camion équipé d'un système d'artillerie), l'armée écossaise ayant passé commande de quoi équiper deux régiments d'artillerie, celui de la 11th Lowland Mecanized Division et celui de la 3rd Scotish Infantry Division qui conservera ses Light Gun pour rester la plus légère possible.

Les canons de 155mm de 52 calibres seront installés sur des camions 6x6 Sherpa 15 et les premières livraisons sont prévues pour la fin 2014.


Caesar français en action

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Mar 03 Juin 2014, 22:35

Véhicules à roues

Véhicules légers

Comme nous l'avons vu plus haut, la mécanisation de l'armée écossaise ne devint une véritable réalité qu'au cours des années trente mais à un niveau modéré. Il n'était pas question d'une armée totalement motorisée, faute de moyens notamment financiers.

Il va falloir attendre le Second Conflit Mondial pour que la Royal Scotish Army devienne une véritable armée mécanisée. Comme toutes les forces armées alliées, elle reçut une véritable mule mécanique, la Jeep, un terme issu de la déformation de General Purpose/Usage général.

C'est en 1942 que les premières Jeep arrivèrent en Ecosse, devenant officiellement des Scotish Utility Vehicle mod.42. Ils servirent d'abord pour la reconnaissance et la liaison avec pour armement de base, une mitrailleuse Vickers calibre .30.

Elle fût rapidement utilisée pour des missions de combat avec un armement renforcé (une mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm et une Vickers calibre .30 à l'avant), cette configuration faisant le bonheur des forces spéciales écossaises tant de l'armée de terre que de l'armée de l'air pour des raids dans la profondeur.



Caractéristiques techniques de la Jeep

Longueur 3.33m Largeur : 1.57m Hauteur : 1.14m Poids net : 1247kg  Moteur Willys 441 ou 442 Go Devil essence de 4 cylindres développant 60ch


Ces vénérables véhicules furent remplacés dans les années soixante par des M151 MUTT baptisés Scotish Utility Vehicle mod. 60 qui comme leurs prédecesseurs servirent pour des taches de liaison, de soutien et de combat.

C'est ainsi que les SUV mod.60 servirent de véhicules de reconnaissance avec une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 et une mitrailleuse de 7.62mm MG-3, ambulance, dépannage, assaut (forces spéciales) antichar avec un lanceur Tow, véhicule de combat avec un canon sans recul de 106mm (quelques exemplaires en service chez les parachutistes).



Caractéristiques Techniques de la M-151

Poids : à vide 1012kg chargé 1575kg.

Dimensions : longueur : 3.35m largeur : 1.58m hauteur : 1.803m  

Moteur à essence de 4 cylindres de 72ch

Performances : Vitesse maximale sur route : 106km/h vitesse maximale : 483km

Equipage : un conducteur et trois passagers


En 1984, les M151 commençaient à se faire vieux et l'Ecosse chercha à les remplacer par un véhicule plus moderne. Après plusieurs consultations, elle sélectionna le Volkswagen Iltis. 250 exemplaires furent livrés par l'Allemagne en 1986 avant que de nouveaux lots soient régulièrement produits et livrés jusqu'en 1996 par une usine implantée près de Dundee.

La variante de base est armée d'une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 avec 1500 cartouches.

Plusieurs variantes ont été mises en service : transmission (avec un shelter arrière), commandement, observation d'artillerie (optronique adaptée dans un tourelleau, une mitrailleuse de 12.7mm), ambulance (un shelter pouvant abriter quatre blessés couchés), véhicule antichar avec missile Tow, dépannage............ .



Caractéristiques Techniques de la Volkswagen Iltis

Poids à vide 1550kg chargé 2050kg

Dimensions : longueur : 3.887m largeur : 1.52m hauteur : 1.857m

Moteur à essence 4 cylindres développant 75ch  

Performances :Vitesse maximale sur route : 130 km/h Rayon d'action maximal : 500km

Equipage : un conducteur et trois passagers.


Ces véhicules bien qu'efficaces se montrèrent vulnérables aux IED et aux mines en particulier en Afghanistan.

L'Ecosse chercha un véhicule plus moderne et surtout bénéficiant d'une protection plus importante que l'Iltis contre les mines et les IED.

Elle sélectionna ainsi le RG31 Nyala, un véhicule  sud-africain de Bae Systems Land Systems OMC qu'elle équipa d'un tourelleau automatique Predator Mk151 avec une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2.

Les premiers RG-31 Nyala furent utilisés en Afghanistan jusqu'au retrait du contingent écossais début 2013. Depuis de nouveaux RG-31 ont été acquis pour remplacer les autres Iltis, les dernières Iltis devant quitter le service courant 2015.



Caractéristiques Techniques du RG-31 Nyala

Poids au combat : 7.28 tonnes

Dimensions : longueur 6.40m largeur : 2.47m hauteur : 2.63m

Moteur : Daimler-Benz OM 352A 6 cylindres diesel de 123ch

Performances : Vitesse maximale sur route : 100 km/h Distance franchissable : 900km


A noter que l'armée écossaise à envisagé  l'acquisition du RG-33, la version 6X6 du RG-31 mais n'à pas (encore?) donné suite à cette volonté.

Véhicules médians

Au delà des véhicules légers à roues (jusqu'à l'arrivée de la Jeep, les seules voitures en service dans l'armée écossaise étaient des adaptations a minima de voitures civiles anglaises ou allemandes) et des camions routiers ou tout-terrain, il manquait un véhicule intermédiaire pouvant transporter des équipes de mortiers mais également de tracter des canons antichars et antiaériens voir des pièces de campagne.


Morris C8 MkIII tirant un obusier de 25 livres

En 1937, l'Ecosse passa commande du Morris C8, un véhicule 4x2 qui n'avait pas encore été adopté par l'armée anglaise (ce qui fût fait en 1938). Satisfaite de ce véhicule, la Royal Scotish Army demanda une version 4x4 qui fût mise au point en 1941, la fabrication étant assurée en Ecosse.

Ce véhicule servit à transporter les équipes mortiers de 60 et de 81mm mais également à tracter les canons antichars (Böhler de 47mm puis rapidement le 17 livres anglais) et antiaériens (Bofors de 40mm). Il servit également d'ambulance, de véhicule de liaison, de commandement, de dépannage.... .

Caracteristiques Techniques du Morris C8 MkIII

Poids net : 3402kg

Dimensions : longueur 4.49m largeur : 2.21m hauteur : 2.26m empattement 2.51m

Motorisation : moteur Morris de 3.5 litres de 4 cylindres dévellopant 71ch

Performances : vitesse maximale 80 km/h autonomie 257km

Armement : un fusil-mitrailleur zB26 calibre .30

Equipage : 1+5


Véhicule très apprécié par ses utilisateurs, le Morris C8 fût remplacé au milieu des années cinquante par des Mercedes-Benz Unimog (contraction de Universal-Motor-Gerät) et son modèle U-404.

Le choix d'un véhicule allemand provoqua une polémique en Ecosse que le premier ministre Erik Donegan éteignit en déclarant que l'Allemagne d'aujourd'hui n'avait rien à voir avec l'Allemagne qu'il avait combattu.

Il reprend les missions de son prédecesseur. Au sein de l'armée de terre, il sert d'ambulance, de véhicule de liaison, de commandement, de dépannage, de véhicule de transmission mais également de transporteur/ravitailleur et de de tracteur ravitailleur.

En transport/ravitailleur, il transporte au sein des unités légères les équipes de mortiers de 60 et de 81mm (arme, servant et munitions), les équipes antichars et antiaériennes lance-missiles, le remorquage de canons antiaériens mais surtout des obusier de 105mm Oto-Melara mod.59 utilisés par les unités légères.

Ce véhicule à servit vingt-cinq ans au sein de l'armée de terre écossaise, étant remplacé au début des années quatre-vingt par des ACMAT TPK 420.



Caractéristiques Techniques du Unimog 404

Poids : à vide 2900kg en charge 4400kg  

Dimensions : longueur 4.9m largeur 2.13m hauteur 21.9m

Motorisation : moteur diesel Mercedes Benz M180 de 80ch

Armement : une mitrailleuse de 7.62mm MG 3

Equipage : un conducteur et jusqu'à 8 hommes à l'arrière


L'Unimog 404 était un véhicule fiable et apprécié par ses utiilisateurs mais il n'était pas éternel, son remplacement devait donc être planifié.

La logique aurait voulu qu'un descendant du U-404 soit choisit mais à la grande surprise de Mercedes-Benz, l'armée écossaise décida de donner sa chance à un petit constructeur de la région de Saint-Nazaire, ACMAT avec son TPK 420, un camion issu d'une famille de robustes véhicules utilisés par l'armée français mais également plus tard par les SAS anglais, preuve de leur efficacité.

Les premiers Scotish Utility Vehicle mod.80 sont livrés en 1981 pour remplacer le Scotish Utility Vehicle mod.54 (Unimog 404).

Les premiers véhicules sont destinés aux forces spéciales, le 1st Royal Scotish Commando dans une version rappelant le VLRA des forces spéciales français, un véhicule armé de plusieurs mitrailleuses, servant de «mule» pour les commandos mais également de véhicule de combat.

Il est toujours en service en 2014 et doit recevoir un lance-grenades de 40mm Heckler & Koch GMW pour renforcer sa puissance de feu déjà conséquente puisqu'il embarque plusieurs mitrailleuses, un lanceur Javelin et des AT4CS.

Les forces régulières vont le recevoir ensuite, le régiment de Rangers sous la forme d'un véhicule de transport semi-protégé pouvant transporter jusqu'à douze hommes équipés, l'armement de cette version étant limité à une mitrailleuse de 7.62mm.

Vont venir ensuite les versions utilitaires en l'occurence l'ambulance (six blessés couchés ou huit assis), le dépannage, les trnasmissions, défense des plots logistiques avec un bitube de 20mm Oerlikon, transport des équipes mortiers de 60 et de 81mm, transport des équipes antichars équipées de missiles Javelin, transport des équipes antiaériennes équipées de missiles Redeye puis RBS-70 mais également le remorquage des canons de 105mm, l'Oto Melara modèle 59 puis le Light Gun.

Le remplacement de ce véhicule commence à être envisagé même si il vieillit bien et qu'il donne satisfaction à ses utilisateurs.

Plusieurs candidats sont sur les rangs notamment l'Alvis Pinzgauer ou le Renault Sherpa 3. Une décision doit être prise courant 2015.


RG-33

Le RG-33 pourrait trouver une possibilité de se glisser dans le marché écossais surtout si le nouveau SUV doit posséder une solide protection contre les mines et les IED.



Caractéristiques Techniques du ACMAT TPK 420

Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) 7500kg Poids Total Roulant Autorisé (PTRA) 12000kg Charge utile 2500kg

Dimensions : longueur 5.90m largeur 2.10m hauteur 2.56m

Motorisation : moteur diesel 6 cylindres 145ch

Performances : vitesse maximale 100 km/h autonomie 1200km

Armement : une mitrailleuse de 7.62mm MG-3

Equipage : deux hommes et jusqu'à quatorze hommes dans la benne arrière.


A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Lun 09 Juin 2014, 20:31

Véhicules de combat

Véhicules de combat à roues

Les pionnières : 100% scotish

Dans la boue des tranchées, il était difficile d'envisager l'utilisation de véhicules à roues aussi ce n'est qu'après le premier conflit mondial que l'armée écossaise à mis en œuvre des automitrailleuses.

Les premières furent des automitrailleuses de conception nationale, des chassis de camion avec une caisse blindée.

La première baptisée Scotish Armoured Car mod.27 (1927 : année de l'adoption) combinait un chassis camion léger 4X4 _utilisé également par l'armée écossaise_ avec une caisse blindée.

Cela donne un véhicule de 8 tonnes, long de 4.90m  sur 2.20m de large et une hauteur de 2.25m, la tourelle étant armée d'une mitrailleuse de 7.7mm à l'avant et d'une autre à l'arrière.

Les premiers essais donnent satisfaction sauf la configuration de l'armement remplacée par deux mitrailleuses de 7.7mm jumelées.

Les SAC modèle 27 vont équiper les deux groupes d'automitrailleuses rattachées aux divisions de cavalerie, chaque groupement disposant de deux escadrons à trois pelotons de cinq voitures soit un total de trente automitrailleuses auxquelles il faut ajouter une automitrailleuse pour chaque commandant d'escadron portant le total à trente-deux, la trente-troisième et la trente-quatrième étant les véhicules du commandant du GAM et de son adjoint.

Au total ce sont soixante-douze SAC mod.27 qui vont être fabriquées et vont rester en service jusqu'en 1942, date de leur remplacement par des Daimler Armoured Car MkII.

Des prototypes d'automitrailleuses plus puissantes furent également envisagées mais n'aboutirent pas à une production en série.

Citons la Scotish Armoured Car mod.30 qui  était un véhicule 6X6 à moteur essence de 10 tonnes, 5.80m de long sur 2.10 de large et une hauteur de 3.10m, armé d'une canon de 2 livres et d'une mitrailleuse de 7.7mm et utilisée par quatre hommes ou encore la Scotish Armoured Car mod.33 qui était un véhicule 4X4 à moteur diesel de 9 tonnes, 4.97m de long sur 2.30m de large et une hauteur de 2.30m, armé d'un canon de 20mm et d'une mitrailleuse de 7.7et utilisée par trois hommes.

Daimler Armoured Car MkII


En dépit de la volonté du gouvernement écossais, le développement d'automitrailleuses modernes et puissantes en Ecosse se révéla impossible et comme tout le reste du matériel, l'Ecosse devint dépendante de l'Angleterre ce qui pour les plus patriotes des écossais était difficile à avaler.

Pour remplacer les Scotish Armoured Car mod.27, la Royal Scotish Army sélectionna la Daimler Armoured Car (AEC) Mk II.

Les premières auto blindées de ce modèle furent livrées en décembre 1941 avant même l'entrée en guerre de l'Ecosse.

Elle remplaça les Scotish Armoured Car mod.27 au sein des deux groupes d'automitrailleuses rattachées aux divisions de cavalerie. Ces dernières sont dissoutes en mars 1943 et les deux GAM rallient les deux divisions blindées servant d'unités d'éclairage.

Opérant en meutes, ces véhicules robustes et fiables opéraient au minimum par deux mais pouvaient mener une reconnaissance par le feu appuyés par l'artillerie et l'aviation surtout à la fin du conflit où les unités allemandes préférant largement se rendre aux alliés occidentaux plutôt qu'aux soviétiques desquels ils n'avaient à attendre aucune pitié.

A l'origine armées du canon de 2 livres, les AEC Mk II furent ensuite réarmé avec le canon de 47mm Bohler (Scotish Anti-Tank Weapon mod 36) ce qui nécessita d'agrandir la nuque de tourelle.

Avec ce canon, elles pouvaient prendre le dessus sur tous les véhicules allemands de même catégorie y compris les redoutables autos blindées Puma armées d'un canon de 50mm.

A cette version à canon de 47mm s'ajouta plusieurs versions   made-in scotland, produites dans une usine près de Glasgow : un véhicule antiaérien avec un affût double de 12.7mm (les écossais se sont inspiré de la Staghound américaine), un véhicule d'appui rapproché avec un obusier de char de 3 pouces (76.2mm) et un véhicule de commandement avec des équipements de transmissions supplémentaires.

A noter qu'à la fin de la guerre, un petit lot de Daimler AEC MkIII à canon de 75mm fût livré mais il ne semble pas que les écossais en fait un très grand usage

Caracteristiques Techniques de la Daimler Armoured Car Mk II

Poids : 7.6 tonnes

Dimensions : longueur 4m largeur : 2.46m hauteur : 2.26m

Moteur : Daimler 27 4.1 litre 6 cyclindres à essence de 95ch

Vitesse maximale : 80 km/h autonomie : 320 km

Blindage : 7 à 16mm

Armement : un canon de 2 livres puis de 47mm Bohler avec 48 obus une mitrailleuse coaxiale Browning M1919A4 et un fusil mitrailleur Bren sur le toit de la tourelle pour la DCA rapprochée.


Alvis Ferret


En 1951, la Royal Scotish Army décida de remplacer ses automitrailleuses Daimler par un nouveau modèle. Plus que la puissance de feu, ce qui était souhaité c'était une grande mobilité, une facilité à se déplacer sans se faire voir de l'ennemi ce qui excluait un véhicule lourd et encombrant comme l'EBRC français un temps étudié.

A une auto blindée anglaise succéda un autre automitrailleuse anglaise en l'occurence l'Alvis Ferret, une petite auto blindée 4x4 armée d'une mitrailleuse de 7.62mm pour sa version anglaise, l'armée écossaise s'équipant de Ferret armées d'une mitrailleuse de 12.7mm (1500 cartouches) et d'une mitrailleuse de 7.62mm coaxiale (3000 cartouches).

Les premiers véhicules sont livrés en mars 1953. Il va équiper les unités suivantes :

-Le régiment de cavalerie de la 9th Light Infantry Division est équipée de trois escadrons de combat à trois pelotons de quatre automitrailleuses plus une automitrailleuse pour le commandant de l'escadron et un pour le commandant du régiment son adjoint soit un total de quarante et un véhicules. Ce régiment sont équipés de Ferret puis d'une flotte mixte Ferret (un escadron) et Saladin (deux escadrons).

-La 13th Independent Armoured Brigade déployée en Allemagne dispose d'une compagnie de
reconnaissance équipée d'Alvis Ferret avec deux escadrons à trois pelotons de quatre Ferret soit vingt-quatre véhicules auxquels s'ajoute le véhicule du commandant de l'escadron, du
commandant de la compagnie et de son adjoint soit un total de vingt-huit véhicules.

-Les deux divisions lourdes (7th Highlander Armoured Division et 11th Lowland Armoured Division) disposent chacune d'un bataillon de reconnaissance organisé en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien et trois compagnies de reconnaissance équipés pour l'une d'Alvis Saladin et d'Alvis Ferret pour deux d'entre-eux.

-La 8th Light Infantry Brigade dispose d'un bataillon de cavalerie légère organisé en un état- major, un escadron de commandement et de soutien, trois escadrons équipés d'Alvis Saladin et un escadron d'éclairage équipé d'Alvis Ferret (trois pelotons de quatre véhicules et un pour le commandant de l'escadron soit treize véhicules).

Au total, ce sont 138 Alvis Ferret qui vont être mises utilisées par la Royal Scotish Army. Elles vont être remplacées en 1987 par des Panhard M-11 plus connu en France sous le nom de Véhicule Blindé Léger (VBL).

Caracteristiques Techniques de l'Alvis Ferret

Poids en ordre de combat : 4.395 tonnes

Dimensions : longueur 3.83m largeur : 1.90m hauteur : 1.87m

Moteur : Rolls Royce 6 cylindres à essence développant 129ch

Performances : Vitesse maximale sur route : 93 km/h Autonomie : 306km

Armement : une mitrailleuse de 12.7mm Browning M2 avec 1500 cartouches et une mitrailleuse de 7.62mm MG3 avec 3000 cartouches.


Alvis Saladin


Au début des années soixante, l'armée écossaise évolua dans sa conception des autos blindées. Si elle appréciait toujours la furtivité et la discrétion, elle estima avoir besoin d'une «automitrailleuse» plus lourdement armée.

Après avoir envisagé l'achat d'AML-90, l'armée écossaise décida de commander des Alvis Saladin, une auto blindée 6x6 armée d'un canon de 76mm.

Cette auto blindée va équiper le régiment de cavalerie de la 9th Light Infantry Division plus précisément deux escadrons de treize véhicules, les bataillons de reconnaissance de la 7th Highlander Armoured Division et de la 11th Lowland Armoured Division plus précisément une compagnie de treize véhicules et le bataillon de cavalerie légère de la 8th Light Infantry Division avec trois escadrons de treize véhicules soit trente-neuf véhicules.

Ce sont donc 91 Alvis Saladin qui furent mis en ligne au sein de l'armée écossaise auxquels s'ajoutent un escadron de seize véhicules au sein de la Garde Royale et un escadron de seize véhicules au sein de la Home Guard soit un total de 123 véhicules en ligne plus vingt-sept servant de volant de fonctionnement.

Les Alvis Saladin ont été retirés du service au début des années quatre-vingt dix, remplacés d'une certaine façon par des Centauro dans un rôle différent.

Caractéristiques Techniques de l'Alvis Saladin  

Poids en ordre de combat : 11.590 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 5.28m (caisse) 4.93m largeur : 2.54m hauteur : 2.93m

Moteur : Rolls Royce B 80 de 8 cylindres à essence développant 170ch

Blindage : 8 à 16mm pour la caisse 16 à 32mm pour la tourelle (16mm pour l'arrière et les côtés et 32mm pour l'avant)

Performances : Vitesse maximale : 72 km/h (sur route) Autonomie : 400km

Armement :

-Un canon de 76mm L5 approvisionné à 42 obus (antichar à tête d'écrasement, explosifs, éclairants et fumigènes au phosphore) pointant en site de -10° à +20° et sur 360° en azimut

-Une mitrailleuse coaxiale MG3 avec 1500 cartouches et une mitrailleuse antiaérienne MG3 avec 1500 cartouches

-6 tubes lance-pots fumigènes

Equipage : un pilote un chef de char/chargeur et un tireur


Panhard M-11

VBL de l'armée de terre française

Le Véhicule Blindé Léger (VBL) est issu d'un programme lancé par l'armée française en 1978 pour un véhicule léger de reconnaissance destiné à éclairer les AMX-10RC à canon de 105mm.

Ce véhicule intéresse rapidement l'armée écossaise qui cherche un successeur à ses Ferret dépassées et à bout de souffle.

Après une évaluation menée en France en 1988-89 en même temps que l'armée française, l'armée écossaise va passer de nombreuses commandes pour équiper les unités stationnées en Ecosse mais également les Scotish Forces in West Germany (SFWG).

La fin de la guerre froide à provoqué une réorganisation des forces de cavalerie légère ainsi qu'une augmentation de leur puissance. En 2005 quand le plan XXIArmy à atteint son objectif, les forces de cavalerie légère équipées de VBL ont le visage suivant :

-Le bataillon de reconnaissance de la 7th Highlander Armoured Division (7th HAD) est entièrement équipé de VBL. Il est organisé en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien et trois compagnies de reconnaissance.

Chaque compagnie de reconnaissance est organisé en un état-major, une section de commandement et de soutien, deux sections de six VBL de reconnaissance et une section antichar équipée de quatre VBL antichars équipées de missiles Tow auxquels s'ajoutent un VBL PC pour le commandant de compagnie et un autre pour son adjoint.

Le bataillon de reconnaissance de la 7th HAD dispose d'un total de 54 VBL, 36 VBL de reconnaissance, 12 VBL antichars et 6 VBL PC.

-La 11th Lowland Mecanized Division est issue de la transformation de la 11th Lowland Armoured Division. Cette unité est celle qui met le plus de VBL en action avec un bataillon de reconnaissance plus des véhicules intégrés au régiment de cavalerie.

Le bataillon de reconnaissance est organisé comme celui de la 7th HAD et met donc en œuvre un total de 54 VBL.

Le régiment de cavalerie de la 11th LMD est organisé en un état-major, un escadron de commandement et de soutien et trois escadrons de combat.

Chaque escadron de combat est organisé en un état-major, un peloton de commandement et de soutien et trois pelotons de combat.

Chaque peloton de combat dispose de six Centauro 8x8 accompagnés de trois VBL pour leur éclairage soit un total pour le régiment de 27 VBL.  

A cela s'ajoute un Centauro pour le commandant de l'escadron et un autre pour le commandant du régiment portant le total des véhicules à 58.

La 11th LMD dispose donc au total de 81 VBL, tous en version reconnaissance, le projet d'ajouter des VBL antichars n'à pas aboutit.

-Le bataillon de cavalerie légère de la toute nouvelle 3rd Scotish Infantry Division est organisé en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien et trois compagnies de combat.

Ces trois compagnies sont organisées  en un état-major, une section de commandement et de soutien, deux sections de six VBL de reconnaissance et une section antichar équipée de quatre VBL antichars équipées de missiles Tow auxquels s'ajoutent un VBL PC pour le commandant de compagnie et un autre pour son adjoint.

Le bataillon de reconnaissance de la 3rd SID dispose d'un total de 54 VBL, 36 VBL de reconnaissance, 12 VBL antichars et 6 VBL PC.

-Les 1st et 4th Scotish Infantry Division ne disposaient pas à l'origine de moyens organiques de reconnaissance mais le plan de réorganisation ArmyXXI à comblé cette lacune avec une compagnie de reconnaissance divisionnaire et une section de reconnaissance à roues au sein de chaque régiment.

La compagnie de reconnaissance divisionnaire est organisé en une section de commandement et de soutien, trois sections de reconnaissance et une section antichar.

La section de commandement et de soutien dispose de deux véhicules PC type VB2L (ou VBL long) accompagnés d'un ACMAT TPK 420 pour les transmissions et d'un VBL de protection.

Les trois sections de reconnaissance sont organisées en quatre patrouilles de trois véhicules VBL, tous à l'origine armé d'une 12.7mm en tourelleau et d'une 7.62mm au dessus du poste du commandant de bord. A terme il est prévu qu'un des véhicules troque sa 12.7 pour un lance-grenades de 40mm Heckler & Koch GMW.

A ces douze véhicules s'ajoute un VBL pour le commandant de la section et un ACMAT TPK 420 en version dépannage pour les réparations d'urgence.

La section antichar dispose d'un VBL PC pour le commandant de section et de deux patrouilles de  quatre VBL antichars équipés de missiles Tow, ces véhicules opérant soit groupés ou détachés auprès des patrouilles de reconnaissance. A cela s'ajoute un ACMAT TPK 420 de dépannage, un autre de transport et deux VBL de protection.

La CRD dispose donc de cinquante neufs véhicules dont cinquante-trois VBL en différentes versions.

Les SRR des quatre régiments d'infanterie sont organisés en une patrouille de commandement, trois patrouilles de reconnaissance et une patrouille antichar.

La patrouille de commandement dispose de deux VB2L (un pour le commandant de section et un pour son adjoint).

Les patrouilles de reconnaissance disposent chacune de deux VBL armés d'une 12.7 et d'une 7.62 mais à terme, l'une d'elle troquera sa 12.7 contre un lance-grenades Heckler & Koch GMW. Ils embarquent également des AT4CS (six) et pour l'une d'elle un Javelin.

La patrouille antichar dispose de deux VBL armés d'un lanceur Tow et d'une mitrailleuse de 7.62mm pour la défense rapprochée.

La SRR intégrée à la compagnie d'appui (en compagnie d'une section antichar, d'une section mortiers de 120mm et d'une section mitrailleuses/Lance-grenades) dispose donc de dix véhicules.

Au total, l'armée de terre écossaise dispose de 335 VBL en différentes en version auxquels s'ajoute 48 véhicules stockés servant de volant de fonctionnement.

Il n'est pas prévu de les remplacer avant cinq à dix ans. Les Iltis ayant été remplacées par des RG-33, on peut imaginer qu'à terme le VBL sera remplacé par un véhicule résistant aux mines et aux IED mais rien n'est encore fait.

Outre l'armée de terre, ce véhicule est également utilisé par la marine, l'armée de l'air et la Home Guard.

Caracteristiques Techniques du Panhard VBL

Poids : standard 3500kg pour la version courte 4000kg pour la version longue

Dimensions : (version courte) longueur 3.92m large 2.02m hauteur 1.70m(version longue) longueur 4m largeur 2.02m hauteur 1.70m

Motorisation :moteur Peugeot turbo-diesel XD 3T 4 cylindres 95ch à 4150 tours/minute

Performances : vitesse maximale 95 km/h (5.4 km/h sur l'eau) distance franchissable 600km (800km avec deux jerrycans)

Blindage : 5 à 11.5mm

Armement : (reconnaissance) une mitrailleuse de 12.7mm et une mitrailleuse de 7.62mm ou un lance-grenades de 40mm et une mitrailleuse de 7.62mm (PC) une mitrailleuse de 7.62mm (antichar) un lanceur Tow puis Spike MR démontable avec six missiles et une mitrailleuse de 7.62mm

Equipage : trois hommes (cinq pour la version PC avec un conducteur, le commandant, un mitrailleur, un opérateur radio et un tireur de protection).


Véhicule Blindé de Combat à Roues (VBCR) Centauro

Centauro de l'armée italienne déployés en Bosnie dans le cadre de l'IFOR

En 1982, l'Italie prit la décision de réorganiser totalement son armée de terre. Ce changement s'expliquait par une nouvelle vision géostratégique des menaces visant la péninsule.

En cas de conflit entre l'OTAN et le Pacte de Varsovie, il était évident que les combats les plus intenses auraient lieu en Allemagne notamment dans la célèbre trouée de Fulda.

Cela n'empêchait pas les généraux de l'OTAN de penser que les soviétiques chercheraient à déstabiliser leur dispositif en tentant de le déborder par les flancs via la Norvège pour le flanc nord et par l'Italie pour le flanc sud.

Après avoir percé en Bavière, il ne paraissait pas invraisemblable qu'un ou plusieurs Groupe Mobile Opérationnel (GMO) ne franchisse le col du Brenner pour déboucher dans la plaine du Po ce qui explique que l'armée italienne disposait de nombreux chars (en 1986, 300 M60A1, 929 Léopard 1 et une poignée de M47) pour mener une défense ferme.

Ce n'était pas le seul accès potentiel à la péninsule. Le renforcement des moyens de transport aérien de la VVS ainsi que celui de l'Eskadra faisait craindre une série d'opérations aéroportées et amphibies sur la péninsule italienne.

D'où le choix d'une armée 2 en 1, un peu comparable (pour des raisons différentes) à la France avec une armée blindée-mécanisée, lourde et puissante (l'équivalent français étant en particulier composé des Forces Françaises en Allemagne) et une armée plus mobile, une FAR (Force d'Action Rapide) à l'italienne.

Pour cette force, les italiens décidèrent de dévelloper un véhicule de combat à roues puissamment armé en l'occurence un canon de 105mm, un canon monté habituellement sur un char de combat.

La fiche programme fût lancée en 1984 et c'est un consortium constitué d'Iveco et d'Oto-Melara qui fût chargé de la production de ce véhicule qui prit du poids durant son dévellopement passant d'un 6X6 à canon de 90mm à un 8x8 à canon de 105mm.

La production en série à débuté en 1991 et les livraisons démarrèrent donc à une époque où le contexte stratégique qui avait prévalu à sa fabrication avait disparu.

Pourtant ce puissant véhicule 8x8 sans équivalent dans le monde ou presque allait se trouver très à l'aise dans le contexte incertain post-guerre froide tout comme son cousin français, l'AMX-10RC.

Suite à la fin de la guerre froide, l'armée de terre décida d'adapter son outil militaire et de transformer l'une de ces deux divisions blindées en une division mécanisée sur le modèle d'une division légère blindée comme la 6ème DLB française, une unité des TDM (Troupes de Marines) dont l'équipement était constitué de véhicules à roues, l'AMX-10RC, le VBL et le VAB, le premier combattant, le second éclairant et le troisième assurant notamment le transport de l'infanterie.

Après avoir évalué l'AMX-10RC, l'armée écossaise jetta finalement son dévolu sur le Centauro italien. La commande de 75 véhicules est passée en 1994 et les véhicules sont livrés en 1995.

Le régiment de cavalerie de la 11th LMD est organisé en un état-major, un escadron de commandement et de soutien et trois escadrons de combat.

Chaque escadron de combat est organisé en un état-major, un peloton de commandement et de soutien et trois pelotons de combat.

Chaque peloton de combat dispose de six Centauro 6x6 accompagnés de trois VBL pour leur éclairage.  

A cela s'ajoute un Centauro pour le commandant de l'escadron et un autre pour le commandant du régiment portant le total des véhicules à 58. Les autres véhicules sont stockés.

A ces soixante quinze véhicules s'ajoutent une version de dépannage dont neuf exemplaires ont été commandés et livrés au début des années 2000.

A noter qu'une version VCI du Centauro baptisée Freccia à été mise au point et pourrait à terme remplacer le Fuchs 6x6 allemand.

Suivant la nouvelle «mode» du véhicule de combat médian puissamment armé, Oto-Melara à dévellopé une version du Centauro à canon de 120mm qui pourrait remplacer au sein de la 11th LMD, son ainé à canon de 105mm.

Caracteristiques Techniques du VBCR Centauro

Poids total : 25 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 8.55m longueur châssis 6.35m largeur 3.05m hauteur 2.73m

Motorisation : un moteur Iveco VTCA V6 de 520ch

Performances : vitesse maximale 110 km/h autonomie 800km

Armement : un canon de 105mm Oto-Melara avec 40 obus et une mitrailleuse coaxiale MG-3 plus huit lance-pots de 76mm

Equipage : 4 hommes


Véhicule de Transport de Troupes Fuchs


Les deux divisions d'infanterie conservées après guerre (1st Scotish Infantry Division et 4th Scotish Infantry Division) étaient des divisions d'infanterie motorisées, des unités transportées par camions pour pouvoir rallier rapidement le front.

Les camions n'étaient pas protégés ce qui pouvait poser problème pour des divisions appelées à opérer dans un ciel dominé par l'ennemi. Il fallait un véhicule blindé non pas pour combattre mais pour transporter sous blindage des fantassins.

En 1980, l'Ecosse passe commande auprès de Thyssen-Henschel de Transportpanzer 1 Fuchs, un véhicule 6x6 d'abord en version transport de troupes puis dans différentes variantes (porte-mortier de 81mm, remorqueur de mortiers de 120mm, antichar, antiaérien, dépannage, commandement) pour équiper les deux divisions d'infanterie motorisée et notamment les quatre régiments d'infanterie qui en constituent la force vitale.

Ces véhicules sont toujours en service en 2014 et ont été rejoints au début des années 2000 par des Fuchs 2, une version améliorée qui équipe  la 11th  Lowland Mecanized Division où il à remplacé les M-113.

Si les Fuchs 2 doivent rester encore de nombreuses années en service, les Fuchs 1 doivent être remplacés prochainement par un nouveau véhicule, peut être le Freccia _version VCI du Centauro_ à moins que le VBCI français ne mette tout le monde d'accord.

Caractéristiques Techniques du Thyssen-Henschel Transportpanzer 1 Fuchs

Poids en ordre de combat : 18.3 tonnes

Dimensions : longueur 7.33m largeur 2.98m hauteur 2.37m

Motorisation : un moteur diesel Mercedes-Benz Model OM 402A 8 cylindres dévellopant 320ch

Performances : vitesse maximale 105 km/h vitesse maximale sur l'eau 10 km/h distance franchissable 800km

Armement : une mitrailleuse de 7.62mm MG-3 pour la version APC. Le projet d'installer une tourelle monoplace n'à pas aboutit

Equipage : 2+10 hommes


Camions

Petite armée, l'armée écossaise à longtemps été à la traine en matière d'équipement automobile. Il faut ainsi attendre 1916 et l'entrée dans le premier conflit mondial pour que la Royal Scotish Army s'équipe de camions pour le ravitaillement et le remorquage des pièces d'artillerie en l'occurence un camion français, le Berliet CBA de 3 tonnes de charge utile complétés ultérieurement par des CBD pouvant transporter eux 4 tonnes de charge utile.

Ces camions efficaces ont été remplacés dans le courant des années vingt par d'autres camions français fabriqués par la firme Renault.

La défaite de la France gêne considérablement l'entretien de ces camions en raison d'un  manque de pièces détachées, les autorités d'occupation allemandes refusant d'exporter les pièces nécessaires vers un pays neutre soupçonné non sans raison d'être plus proche de l'Angleterre que de l'Axe.

L'Ecosse se tourne donc vers les Etats-Unis et notamment la General Motors Corporation (GMC) qui accepte de lui vendre des camions tout-terrain GMC ACK 353 d'une charge utile maximale de 2.5 tonnes mais également un camion plus gros de 5 tonnes de charge utile, l'ACX-504.

Cette flotte accompagna les troupes écossaises durant le conflit en Afrique du Nord, en Italie, en France, en Belgique, aux Pays Bas et en Allemagne dans une version classique pour le transport de matériel mais également en version dépannage, camion citerne, tracteur d'artillerie, porte-char, et véhicule de commandement.

Au milieu des années cinquante, l'armée écossaise continue de faire confiance au constructeur américain et adopte le M-35, le successeur de l'ACK 353, un véhicule pouvant transporter 2.5 tonnes de charge utile ou tracter des pièces d'artillerie.

Ces véhicules ont été remplacés au début des années quatre-vingt par des camions allemands de la firme MAN, des camions en version 6x6 (5 tonnes de charge utile) et 8x8 (7 tonnes de charge utile) déclinés en de multiples versions : cargo, à plateau déposable, citerne à eau, citerne à carburant,benne,dépannage,porte-char,porte-shelter et tracteur d'artillerie.

En service depuis plus de trente ans, ces véhicules doivent être remplacés à partir de 2015 par des camions français en l'occurence des Sherpa 15 6x6 et Sherpa 20 8x8. A noter que le Sherpa 15 va également servir de base au Caesar écossais.

A Suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Sam 21 Juin 2014, 14:13

Hélicoptères

Avant-propos


C'est au cours du second conflit mondial que l'hélicoptère apparu. Fragile aéronef, il n'y connu que quelques expérimentations, ne connaissant son véritablement baptême du feu qu'en Corée, servant pour l'observation, les liaisons et surtout l'évacuation médicale, des blessés qui auraient été tués par le temps (ne  pas dépasser la golden hour) et le chaos de la route furent sauvés.

L'armée écossaise étudia avec attention l'utilisation de l'hélicoptère et les leçons tirées du conflit coréen furent adaptés aux besoins particuliers de l'Ecosse.

Le 18 mars 1957, le Glasgow Times révèle que depuis un an une mission de liaison de l'armée écossaise est présente en Algérie, suivant les opérations de l'armée française contre l'ALN, apprenant l'utilisation d'hélicoptères de transport armés contre les katibas.

Cette révélation fait scandale en Ecosse notamment dans les milieux anti-colonialistes et dans les rangs du PCE clandestin on voit déjà un futur coup d'état réactionnaire mené par des unités aéromobiles.

Pour calmer le scandale, la mission de liaison est officiellement rappelée mais dans les faits, des officiers écossais continueront à recevoir des informations d'officiers français et ce de manière informelle.


Bell 47G

Sur le plan de l'équipement, les premiers hélicoptères écossais sont douze Bell 47, de petits hélicoptères biplaces utilisés pour l'entraînement, la liaison et l'évacuation sanitaire.

Ils vont former de nombreux pilotes et observateurs, certain de sang royal, le prince consort étant breveté pilote d'hélicoptère en 1957, n'hésitant pas à voler avec son appareil personnel _une Alouette II_ entre le château d'Holyrod et le château de Balmoral.


Alouette II des gardes-frontières allemands

Sur le plan de l'organisation, un débat opposa l'armée de l'air et l'armée de terre. Pour l'armée de l'air, les hélicoptères devaient lui appartenir quitte à céder le contrôle tactique à l'armée de terre et à la marine.

Pour la Royal Scotish Army, il était hors de question de confier les hélicoptères de soutien et de transport aux aviateurs. Elle devait contrôler ses hélicoptères, position qu'adopta également la marine qui doutait de la capacité des aviateurs à combattre en haute mer.

Finalement, chaque armée allait pouvoir disposer de ses propres hélicoptères, le pouvoir politique imposant à chaque fois que cela était possible le même modèle pour les trois armées.

Si l'armée de l'air allait disposer de quelques hélicoptères pour le soutien logistique et que la marine allait mettre en œuvre des voilures tournantes pour le sauvetage en mer, le soutien logistique et la lutte anti-sous-marine, l'armée de terre allait disposer de la majorité des hélicoptères pour des missions de reconnaissance, d'observation, de soutien, de transport de troupes en attendant de véritables missions de combat notamment la lutte antichar.

Sur le plan de l'organisation, l'Ecosse créa une brigade aéromobile composée d'un état-major, d'une unité de soutien logistique, d'un régiment d'observation et d'un régiment de transport. A ces deux régiments s'ajouta bientôt un régiment antichar.

Cette 2nd Scotish Airmobile Brigade est réorganisée en 1969 avec un état-major, un groupement de soutien, un régiment de reconnaissance et d'observation, deux régiments de manœuvre et un régiment antichar qui n'eut qu'une existence réelle qu'en 1975 avec la livraison des premiers AH-1F.

En 1980, l'acquisition de CH-47 Chinook entraine la création d'une unité lourde rattaché officiellement à la brigade aéromobile mais déployée en pratique en Allemagne.

Cette brigade était stationnée en Ecosse mais avait détaché au sein des Scotish Forces in West Germany (SFWG) un Tactical Helicopter Group destiné à assurer l'observation, le soutien et l'appui aux forces écossaises déployées à demeure en Allemagne Fédérale.

Le Tactical Helicopter Group à été dissous le 1er septembre 1997 en même temps que les autres unités des SFWG.

Un temps, on envisagea l'intégration de la 2nd Scotish Airmobile Brigade au sein de la 3rd Scotish Infantry Division avant de finalement y renoncer.

Hélicoptères de manœuvre

-Sikorsky S-58


Après avoir défriché le domaine de vol des hélicoptères avec des Bell 47, la Royal Scotish Army décida de s'équiper d'un hélicoptère de transport. Il s'agissait d'assurer des missions de soutien logistique, d'évacuation sanitaire mais également de transport de troupes.

Si les opérations aéromobiles étaient sérieusement envisagées _influence française oblige_ , il s'agissait plus dans un premier temps d'éviter aux fantassins de marcher des kilomètres et d'arriver épuisés sur leurs positions de combat.

Comme en cas d'invasion soviétique, il était craint que les alliés n'aient pas l'initiative, le transport par hélicoptères était considéré comme un moyen intéressant de transporter un bataillon sur un point à protéger à tout prix pour freiner l'avancée irresistible des forces du Pacte de Varsovie.

Ayant admiré les performances du Sikorsky S-58 en Algérie sous les couleurs françaises, l'armée écossaise commanda ses appareils en 1957 en l'occurence trente deux appareils intégrés au régiment de transport de la 2nd SAB.

Ces appareils sont identiques aux appareils américains. Ils ne sont armés que d'une mitrailleuse MG-3 en sabord pour nettoyer la LZ (Landing Zone) des menaces ennemies même si des tests d'emport de canons de 20mm, de roquettes et même de bombes furent menés.

A ces trente-deux appareils s'ajoutent seize autres appareils livrés en 1959 pour équiper le Tactical Helicopter Group déployé en Allemagne et éviter les transits d'appareils entre l'Ecosse et le nord de l'Allemagne.

Ces appareils vont être utilisés jusqu'en 1970 quand ils sont remplacés par des Bell UH-1H rendus célèbres par la guerre du Vietnam.

Quatre appareils ont été conservés, un comme statique devant la base de la brigade aéromobile à Falkirk, deux dans le Musée de l'Air d'Edimbourg et un quatrième en état de vol au sein de la Scotish Air Patrol, une association de passionnés parrainée par le roi Charles VI et conservant des avions et hélicoptères ayant équipé l'armée de l'air et l'armée de terre écossaise.

Caractéristiques Techniques du Sikorsky S-58

Masse à vide 3583kg maximale au décollage 6350kg

Dimensions : longueur 17.28m diamètre du rotor 17.07m hauteur 4.85m

Motorisation : un moteur à piston Wright R-1820 de 1525ch entrainant un rotor principal bipale et un rotor de queue quadripale

Performances : vitesse maximale 198 km/h distance franchissable 293km plafond opérationnel 1495m

Equipage : 2 hommes et 16 hommes équipés (ou huit brancards)


-Bell UH1H

Bell UH-1H Iroquois de la Royal New Zealand Air Force (RNZAF). Ces appareils doivent à terme être remplacés par des NH-90

Les premiers hélicoptères étaient propulsé par des moteurs à piston, des moteurs lourds et encombrants aux performances limitées. Les premières voilures tournantes étant souvent des appareils de petite taille, c'était une véritable quadrature du cercle rompue par la turbine.

Cet engin permettait à la fois une puissance supérieure et un poids plus faible, permetttant d'envisager des appareils plus gros et/ou plus performants.

Le Sikorsky S-58 était un appareil performant mais qui appartenait encore à la génération des hélicoptères propulsés par un moteur à piston. Les anglais allèrent jusqu'à modifier le S-58 en une version propulsée par turbine baptisée Westland Wessex.

Cet appareil intéressa un temps l'armée de terre écossaise avant qu'elle se décide à choisir un hélicoptère à turbine en la personne du Bell 204 Huey plus connu sous le nom d'UH-1.

Le Bell UH-1 Huey _surnom issu de la désignation initiale de HU-1_ est issu d'un concours opposant le Bell XH-40 _désignation constructeur_ au Sikorsky S-59.

Ce dernier avait une configuration plus moderne avec notamment un train tricycle retractable mais il ne l'emporta pas face à un hélicoptère monoturbine, à rotor bi-pale avec des patins comme train d'aterrissage.

Il va équiper les deux régiments de manœuvre de la brigade aéromobile ainsi que le Tactical Helicopter Group (THG) déployé en Allemagne du Nord.

Les deux régiments de manœuvre (1st Airmobile Carrier Regiment et 2nd Airmobile Carrier Regiment) sont organisés en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien et trois compagnies d'hélicoptères de transport et une compagnie de reconnaissance et d'appui.

La compagnie de transport dispose d'une section de commandement et de soutien, de trois sections de huit hélicoptères et une section de protection sol composé de fantassins chargés de protéger l'état-major et les plots logistiques.

Ils ont ensuite ajouté une nouvelle mission celle de détruire les épaves d'hélicoptères irrécupérables ainsi que de récupérer les pilotes blessés.

La brigade aéromobile met donc en œuvre le chiffre respectable de 144 hélicoptères Bell UH-1H auxquels s'ajoute les 32 appareils déployés en Allemagne au sein du THG soit un total de 176 appareils livrés entre 1969 et 1975.

Ces appareils étaient engagés dans de nombreux exercices dans les Highlands, les Orcades et surtout en Allemagne fédérale notamment lors de Reforger 77 quand des UH-1H accompagnés de AH-1 et d'Alouette III décollent du porte-avions William Wallace dans un exercice aéromobile de grande ampleur pour simuler la prise d'une tête de pont afin de préparer le débarquement des unités lourdes venues d'Ecosse.

Des appareils étaient régulièrement déployés à l'étranger pour soutenir les soldats écossais déployés sous le béret bleu de l'ONU.

Appareils efficaces, les Bell UH-1 furent utilisés jusqu'en 1985 quand le Bell 412, un appareil plus gros, biturbine au rotor principal quadripale le remplaça. Il est toujours en service aujourd'hui bien que la Royal Scotish Army (RSA) commence à étudier son remplacement.

Caractéristiques Techniques du Bell UH-1H

Type : hélicoptère de manœuvre monoturbine

Poids : à vide 2362kg maximal au décollage 4309kg

Dimensions : diamètre du rotor principal 14.63m longueur avec rotors repliés 17.61m hauteur 4.42m

Motorisation : une turbine Avco-Lycoming T53-L-13 de 1400ch entrainant un rotor principal bipale et un rotor anti-couple lui aussi bipale.

Performances : vitesse maximale 204 km/h rayon d'action maximal 512km

Armement : une ou deux mitrailleuses MG-3 de 7.62mm en sabord. Certains reçurent des sabords latéraux pour des canons de 20mm, des roquettes Hydra de 70mm et des missiles Tow

Equipage : deux pilotes et dix fantassins équipés ou quinze passagers


-Bell 412

Trois Bell 412SP de la Royal Norwegian Air Force en vol

Un Huey volant en rase-motte au dessus d'une rizière, straffant des cibles indistinctes puis se posant  pour déposer des fantassins chargés de traquer Charlie jusqu'au plus profond de la jungle.

Voici l'image d'Epinal de la guerre du Vietnam. Bien que de nombreux modèles d'hélicoptères ont connu le feu dans cette guerre  (Cayuse, Kiowa, Super Tallion, Sea Knight,Chinook,Skycrane......), le UH-1 symbolise à lui tout seul un conflit qui à traumatisé et traumatise encore l'Amérique.

Le Huey était un bon appareil mais il avait un défaut : il était monoturbine. Cela excluait les longs transits au dessus de l'océan et diminuait sa potentielle surviabilité au combat puisque si l'appareil moteur était touché, l'hélicoptère s'écrasait.

D'où l'idée d'installer deux turbines au lieu d'une seul, permettant à un appareil endommagé de regagner sa base. C'est l'acte de naissance du Bell 212, un appareil d'une taille similaire au Huey.

Partant de son modèle 212, la firme Bell Helicopter décida de dévelloper un appareil plus performant apte aussi bien aux opérations militaires qu'aux besoins civils.

Deux Bell 212 furent ainsi modifiés, la modification la plus visible étant le remplacement du rotor principal bi-pale par un rotor quadripale.

Si le Bell 412 ne fût pas choisit par l'armée américaine (qui pour remplacer le UH-1 avait lancé un programme ayant aboutit sur le UH-60 Blackhawk), il connu un grand succès à l'export.

En 1982, l'Ecosse lança le programme Futur Carrier Helicopter Programm (FCHP) (programme de l'hélicoptère de transport du futur) pour remplacer ses UH-1H.

Sikorsky proposa le UH-60, Bell son model 412 et Aérospatiale son SA-330 Puma. Un temps le Puma tint la corde mais au final, la commission du programme sélectionna le Bell 412 devenu le Scotish Utility Helicopter mod.83.

Les UH-1 furent remplacés au nombre de un pour un et ce sont 176 Bell 412 qui furent commandés pour la brigade aéromobile et le Tactical Helicopter Group ainsi que 12 appareils pour l'entraînement, la formation mais également le transport de VIP, un appareil opérant pour la famille royale et un second pour le gouvernement, les deux appareils étant ultérieurement transférés à l'armée de l'air.

Ces bimoteurs rendirent d'inestimables services et furent aussi appréciés que le Huey (officiellement connu en Ecosse sous le nom de Scotish Utility Helicopter mod.70) mais après trente ans de carrière et plusieurs modernisations, l'heure est à leur remplacement.

De nombreux candidats sont alléchés par une commande potentielle de 80 et 120 appareils  pour équiper la 2nd Scotish Airmobile Brigade.

On trouve le UH-60M de Sikorsky _considéré par les observateurs comme le favori_ , le NH-90 et le Caracal de Airbus Helicopter ainsi que le AW-101 de Westland Helicopter. Une décision doit être prise courant 2014 pour des premières livraisons prévues pour 2017/18.

Caractéristiques Techniques du Bell 412EP

Type : hélicoptère de manœuvre biturbine

Poids : à vide 3079kg maximal au décollage 5397kg

Dimensions : longueur hors tout 17.1m longueur du fuselage 13.1m diamètre du rotor principal 14m hauteur : 4.60m

Motorisation : deux turbines Pratt & Whitney Canada PT6T-3 BE de 900ch entrainant un rotor principal quadripale et un rotor de couple bipale.

Performances : vitesse maximale 259 km/h vitesse de croisière 226 km/h distance franchissable 745km plafond opérationnel 6096m

Armement : une ou deux mitrailleuses de 7.62mm MG-3 en sabord

Equipage : un ou deux pilotes + 13 fantassins équipés ou 2440kg de charge extérieure sous élingue.  


Boeing CH-47 Chinook

Boeing HC-4 Chinook de la Royal Air Force

Le Bell UH-1 véritable couteau suisse de l'aéromobile écossaise car utilisé pour le transport, la reconnaissance et l'attaque avait néanmoins ses limites notamment en terme de charge utile et de troupes transportées. Ce n'était bien entendu pas sa faute puisqu'il à été conçu comme un appareil médian et non comme un appareil lourd.

L'exercice Reforger 77 qui avait vu la brigade aéromobile déployer ses moyens depuis le porte-avions William Wallace avait montré le vieillissement et les limites du Huey enclenchant le processus de remplacement par le Bell 412 mais également par l'utilisé d'un hélicoptère gros porteur pour pouvoir envoyer à terre ou d'un point A à un point B le plus grand nombre de troupes possibles.

A l'époque la guerre froide était dans toutes les têtes et un conflit de haute intensité en Europe était considéré comme une probabilité forte.

Devant l'infériorité numérique des forces de l'OTAN face aux forces du pacte de Varsovie, les généraux alliés n'imaginaient pas stopper l'ennemi avant le Rhin mais de le freiner, de l'user avant l'emploi éventuel d'armes nucléaires tactiques et stratégiques.

Le combat retardateur empêchait le maintien d'un front continu et privilégiait le combat lacunaire ce qui nécessitait des troupes mobiles. D'où l'utilisation d'hélicoptères pour amener à pied d'oeuvre des détachements de fantassins lourdement armés en matière antichar.

L'armée de terre écossaise évalua le Sikorsky S-65 Super Tallion et le Boeing-Vertol CH-47 avant de choisir le second en 1984 et de commander huit appareils de type CH-47B (livrés en 1985) suivis de huit autres en 1987 (livrés en 1988), ces seize appareils étant déployés en Allemagne au sein du Tactical Helicopter Group (Heavy Unit).

Jusqu'en 1991 et la dissolution du pacte de Varsovie, les Chinook écossais ne quittèrent pas l'Allemagne.

La fin de la guerre froide entraina d'abord une réduction des SFWG et le THG (HU) fût réduit de seize à huit hélicoptères, les huit appareils restant furent rappatriés en Ecosse et purent participer aux opérations extérieures en soutien des troupes écossaises.

Le 1er septembre 1997, les Scotish Forces in West Germany (SFW) sont dissoutes et tous les Chinook rapatriés en Ecosse soit quatorze appareil, un ayant été perdu en mer le 4 mars 1992 (équipage porté disparu, présumé mort, l'épave n'ayant toujours pas été retrouvée) et un autre à été réformé pour usure.

La flotte à été réduite à douze appareils en 2002, un appareil s'étant écrasé en Afghanistan (deux morts et trois blessés graves parmi l'équipage d'un appareil fort heureusement vide) suite à des tirs venus du sol et un deuxième détruit par un incendie dans sa base écossaise.

Les douze Chinook ont été à tour de rôle modernisés entre 2008 et 2012 pour les porter au standard CH-47D plus performant. Avec cette cure de jouvence, ces appareils peuvent espérer rester en service une quinzaine d'années.

Leur remplacement n'est pas certain surtout si l'AW-101 _un hélicoptère à mi-chemin entre le Bell 412 et le CH-47_ est sélectionné pour remplacer le premier nommé.

Caracteristiques Techniques du Boeing CH-47 Chinook

Type : hélicoptère lourd de transport

Poids : à vide 9351kg maximal au décollage 20866kg

Dimensions : diamètre des rotors 18.29m longueur avec rotors en mouvement 30.18m longueur du fuselage 15.54m hauteur 5.66m

Motorisation : deux turbines Avco-Lycoming T-55-L-11A dévellopant 3750ch chacune et entrainant deux rotors quadripales

Performances : vitesse maximale 304 km/h rayon d'action avec 3294kg de charge 185km plafond pratique 4570m

Armement : une ou deux mitrailleuses de 7.62mm MG-3

Equipage : deux pilotes, un ou deux mitrailleurs et un responsable logistique/mécanicien de vol


A suivre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Mar 18 Nov 2014, 21:55

Salut :-)

Après que l'Ecosse (la vraie) eu dit non à l'indépendance, la Catalogne a dit oui (mais le référendum a été déclaré illégal).
Et plus de nouvelles du Royaume d'Ecosse 2.0 de Clausewitz depuis le mois de juin scratch

A quand la suite?
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    Jeu 22 Juin 2017, 16:11

Oyé Oyé j'annonce la reprise de cette uchronie, une version 2.5 en quelque sorte mais je préfère ne pas dire quand je vais poster

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Royaume d'Ecosse 2.0    

Revenir en haut Aller en bas
 
Royaume d'Ecosse 2.0
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Anne PERRY (Royaume Uni/Ecosse)
» Peter MAY (Royaume-Uni/Ecosse)
» Robert Louis STEVENSON (Royaume-Uni/Ecosse)
» Dominic COOPER (Royaume-Uni/Ecosse)
» Janet MORGAN (Royaume-Uni/Ecosse)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Les Marines Imaginaires-
Sauter vers: