AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 15:44

CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER
(ALLEMAGNE)


L'Admiral Hipper à la mer

Avant Propos

L'apparition en 1905 du cuirassé britannique HMS Dreadnought déclencha aussitôt une véritable course aux armements entre la Royal Navy et la Kaiserliche Marine qui construisirent des cuirassés toujours plus gros, toujours plus puissants et mieux armés (les britanniques passèrent ainsi rapidement du 305 au 343 puis 380mm) associés à des croiseurs rapides, bien armés mais peu protégés.

Cet effort phénoménal n'eut que peu d'impact durant la première guerre mondiale. La Home Fleet bien plus puissante que la Hochseeflot se cassa les dents sur la tactique prudente de la marine impériale allemande, tactique qu'Alfred Mahan avait théorisée sous le nom de flotte en attente ou «Fleet in being» qui empêcha la marine britannique de masser ses forces pour obtenir la victoire décisive, la bataille du Jutland finissant de manière contrastée.

La marine allemande éliminée et la Grande Bretagne épuisée par le conflit, une nouvelle course aux armements éclata dans le Pacifique entre le Japon et les Etats Unis.

Cette course menée dans un contexte économique difficile était probablement vouée à l'échec. Elle fût de toute façon stoppée par le traité de Washington signé le 6 février 1922. Fruit d'une conférence de trois mois (novembre 1921-février 1922) il stoppait une course aux armements couteuse et permettait de sauver la face.

Le nombre de cuirassés était limité en terme de tonnage total (par exemple 500600 tonnes pour la marine américaine) en terme de tonnage unitaire (pas plus de 35000 tonnes et un calibre maximal de 406mm).

En terme de croiseurs, le tonnage maximal était fixé à 10000 tonnes et l'artillerie au calibre 203mm ce qui entraina une nouvelle course aux armements puisque le nombre de croiseurs n'était limité que par les possibilités humaines et financières de chaque pays.

Ce format ne satisfaisait personne. Les anglais les trouvaient trop gros ce qui ne leur permettait pas d'en construire suffisament pour protéger leur empire et leurs voies de communication et les américains les trouvaient insuffisament protégés pour être vraiment utiles d'où le surnom de «Tinclad battleship» ou navire de guerre en fer blanc.

Les croiseurs lourds allemands

Grand vaincu de la première guerre mondiale, les allemands ne participèrent pas à la conférence de Washington et devait renouveler sa flotte avec de fortes contraintes liées au traité de Versailles ce qui ne les empêchait pas d'innonver comme avec les trois «cuirassés de poche» de classe Deutschland qui révolutionnait la construction navale avec leur propulsion diesel et leur armement de 280mm taillé pour la guerre de course : trop faible pour affronter des cuirassés conventionnels mais surclassant les croiseurs type Washington.


Le cuirassé de poche Deutschland reclassé croiseur lourd et rebaptisé Lützow en février 1940 car il était dit que l'Allemagne ne pouvait être coulée

En ce qui concerne les croiseurs, la marine allemande n'avait construit que six croiseurs légers armés de canons de 150mm pour remplacer les vieux croiseurs de l'époque impériale. En 1934 alors que les contraintes du traité de Versailles étaient peu à peu abandonnées, les allemands décidèrent de construire des croiseurs armés de canons de 190mm.
Ils y étaient poussées par des informations venues d'Italie montrant que les croiseurs lourds du projet 26 de classe Kirov de la marine soviétique seraient armés de canons de 180mm (cinq étaient prévus, quatre seront achevés).

Le 13 juin 1935 pourtant, un accord naval anglo-allemand autorisa la Kriegsmarine à se dôter de trois croiseurs lourds de 10000 tonnes armés de canons de 203mm.

Ces navires connus sous les lettres «G» «H» et «J» furent baptisés Admiral Hipper, Blücher et Prinz Eugen et devaient être suivis par les croiseurs «K» et «L». L'accord avec les britanniques ne permettant pas la construction de deux nouveaux croiseurs lourds avant le 1er janvier 1943, il furent d'abord prévus comme croiseurs légers avec trois tourelles triples de 150mm. La crise de Munich en 1938 fit apparaître la Grande Bretagne comme un adversaire potentiel et les croiseurs K et L baptisés Seydlitz et Lutzow furent transformés en croiseurs lourds.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 15:53

Historique

Admiral Hipper

L'Admiral Hipper est commandé le 30 octobre 1934 aux chantiers Blohm & Voss d'Hambourg. Il est mis sur cale le 6 juillet 1935 lancé le 6 février 1937 et admis au service actif le 29 mai 1939.


Franz von Hipper

Il porte le nom de l'amiral Franz Von Hipper (Weilhem, royaume de Bavière 13 septembre 1863 Hambourg 23 mai 1932). Engagé dans la marine impériale à tout juste 18 ans, il devient officier en 1884. Commandant la 1ère division de torpilleurs en 1903, il est promu au grade de contre-amiral en 1912 et commande à partir d'octobre 1913, les forces de reconnaissance de la Hochseeflotte composée notament de croiseurs de bataille et participe ainsi à la bataille de Dogger Bank le 24 janvier 1915 puis à la bataille du Jutland le 31 mai 1916. Amiral en août 1918, il remplace l'amiral Scheer comme commandant en chef de la Hochseeflotte. A la retraite en 1918, il s'installe à Hambourg et ne fait plus parler de lui jusqu'à sa mort en mai 1932

Armé pour essais en mars 1939, il effectue en juillet une croisière d'entrainement au large de la Suède et des Pays Baltes avant de régler son artillerie avec le bâtiment cible Hessen. Ces sorties montrèrent que face aux longues lames de l'Atlantique, il plongeait et faisait de la plume ce qui imposa l'installation d'une nouvelle étrave baptisé «Atlantikbug».

A sa mise en service, il dépend du B.d.A (Befelshaber der Aufklärungsstreitekräfte commandement des navires éclaireurs) et est basé à Kiel avec les croiseurs légers Köln, Königsberg, Leïpzig et Nürnberg. La première opération du nouveau croiseur lourd eut lieu en février 1940 au cours de l'opération Nordmark. L'objectif était des convois britanniques entre Bergen (Norvège) et la Grande Bretagne.

Pour se faire une puissante force de surface appareilla d'Allemagne le 18 février avec les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau (ce dernier n'était navire amiral), le croiseur lourd Admiral Hipper et les 4 destroyers de la 2ème flottille. Cependant un avion anglais avait repéré la force à son appareillage et l'amiral Forbes avait détourné le convoi sur Scapa Flow ce qui fit que les navires allemands trouvèrent une mer vide le 19 février. Les navires allemands firent donc demi-tour.


L'Admiral Hipper remontant l'Elbe peu avant le début de la guerre en 1939

L'Admiral Hipper participa ensuite à l'invasion de la Norvège, l'opération Weserübung (exercice Weser). Il était le navire amiral du groupe 2 regroupant également 4 destroyers de la 2ème flottille qui avait pour objectif la ville de Trondheim. Arrivé au large de la Norvège le 7 avril, il entra en contact avec l'ennemi le lendemain, 8 avril.

Ce jour là, le destroyer HMS Glowworm, couvrant l'opération Wilfried (mouillage de mines sur la côte norvégienne) et qui s'était séparé de la formation pour chercher un homme tombé à la mer engagea le destroyer Bernd von Armin, l'un des bâtiments du groupe 2.

Le combat avait commencé à 9h ce qui préoccupait le commandement allemand car le destroyer était chargé de troupes et qu'il avait pour consigne d'éviter tout combat. A 9h22, l'Admiral Hipper entra dans la danse pour en finir le plus vite possible. Il échappa d'abord à une salve du Bernd von Armin puis à trois torpilles du destroyer britannique.

Plaçant une salve de 203mm sur le destroyer qu'il endommagea gravement, le Hipper l'éperonna et coula le Glowworm qui avait réussi à créer une brèche de 40m qui embarqua 528 tonnes d'eau avec pour conséquence une gite de 4°. Seuls 38 survivants furent repêchés, le commandant du navire, le Capitaine de Corvette Rope reçut la Victoria Cross à titre posthume.


Ci-dessus le HMS Glowworm et ci-dessous son capitaine qui reçu une Victoria Cross à titre posthume


L'Admiral Hipper mit alors le cap sur Trondheim qu'il atteignit en fin d'après midi. L'attaque fût déclenchée à 2h55, le croiseur lourd engageant plusieurs batteries côtières qui ne lui infligèrent aucun dommage. Les navires jettèrent l'ancre dans le port à 5h25 et peu de temps après, la ville évacuée par les troupes norvégiennes était aux mains des allemands.

Après quelques réparations pour des dammages relativement mineurs, l'Admiral Hipper retrouva le groupe de soutien de Weserübung composé des croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau, le premier connaissant un court engagement avec le Renown mais le 12 avril, tous les grands navires allemands étaient amarrés à Wilhelmshaven.

Cependant si la quasi-totalité des objectifs de Weserübung avaient été atteints, la situation des troupes allemandes à Narvik était critique et le 4 juin , l'Admiral Hipper appareilla de Kiel avec les Scharnost, Gneisenau et quatre destroyers (opération Juno). Le 6 juin, le groupe se ravitailla au sud-sud-est de l'île de Jan Mayen (île norvégienne au large du Groenland) avec le pétrolier Dithmarschen.

Le 8 juin, l'Admiral Hipper coula un pétrolier, le Oil Pioneer et un chasseur de sous marin britannique puis un transport de troupes, l'Orama (A noter qu'un navire-hôpital, l'Atlantis fût épargné). Il fût ensuite détaché pour couvrir les convois en direction de Trondheim. Le 9 juin, il était à Trodheim pour couvrir l'arrivée du Scharnorstendommagé par les destroyers britanniques protégeant le porte-avions Glorious mais il appareilla dès le lendemain pour reprendre ses opérations qui s'achevèrent prématurement après une nouvelle avarie du Gneisenau qui obligea les navires allemands à rentrer en Allemagne.

L'Admiral Hipper resta indisponible jusqu'au mois de décembre en raison de constants problèmes d'avaries sur son système propulsif. Enfin, le 1er décembre 1940, il appareilla de Bergen pour attaquer les convois de l'Atlantique. Le 25 décembre, il attaque le convoi WS 5A et endommage deux vapeurs, l'arrivée du croiseur lourd HMS Berwick l'empêcha de les achever. Le lendemain, les deux navires s'affrontent dans un combat à éclipse ce qui n'empêche pas l'anglais de recevoir plusieurs coups au but de l'allemand. Le croiseur allemand mit alors le cap sur Brest, coulant au passage le navire frigorifique Jurma qu'il envoya par le fond avant d'arriver dans le port du Ponant le 27 décembre.

C'est le premier grand bâtiment de surface allemand à y faire escale. Il en repart le 1er février 1941 et intercepte entre le 11 et le 12, le convoi SLS 64, coulant 8 navires et en endommageant deux. Le croiseur rentrer à Brest le 15 février. Le 16 mars, il appareille pour Kiel via le détroit du Danemark, arrivant en Allemagne le 28.

A noter pour l'anecdote que le 28 août 1941, le TG 2.7 composé du porte-avions d'escorte Long Island, du croiseur léger Nashville et des destroyers Livermore et Kearny appareille d'Hampton Roads pour retrouver l'Amiral Hipper alors que ce dernier est déjà en Allemagne (Il est probable que l'appareillage à été signalé mais que les alliés ne pensaient pas à un retour en Allemagne mais à une nouvelle campagne dans l'Atlantique)

Craignant un débarquement allié en Norvège, Hitler décida d'y regrouper toutes les grandes unités et le croiseur lourd Admiral Hipper ne faisait pas exception à la règle. Il appareille de Kiel le 19 mars 1942 et arrive à Bergen le 21. Le manque de combustible freine cependant la sorties des grandes unités sans parler d'une méfiance d'Hitler vis à vis chef de la Kriegsmarine, l'amiral Reader.

Il sortit à plusieurs reprises avec le Tirpitz mais sans trouver les fameux convois reliant la Grande Bretagne à l'Union Soviétique. Aussi quand un convoi fût signalé le 30 décembre 1942, les allemands lancèrent l'opération Regenbogen qui prévoyait l'engagement de la majeure partie des forces de surface allemandes dont le croiseur lourd Admiral Hipper.

Le Hipper s'en prenna d'abord aux destroyers escortant le convoi mais le groupe de couverture britannique n'était pas loin et alors que les opérations étaient engagées depuis 9h40, le croiseur léger Sheffield attaqua le Hipper à 11H30 qui encaissa trois coups au but dont un dans la machine ce qui le força à réduire la vitesse à 27 noeuds. Malgré leur supériorité, les forces allemandes se retirèrent provoquant le limogeage de l'amiral Raeder et son remplacement par Dönitz. L'Admiral Hipper quitte la Norvège le 11 février 1943 pour gagner Wilhelmshaven puis Pillau où il devient en mars 1944, navire d'entrainement à la mer en Baltique.

Le 19 juin 1944, les croiseurs lourds Prinz Eugen, Lützow (l'ancien cuirassé de poche Deutschland) Admiral Scheer (anciennement cuirassé de poche) et les contre-torpilleurs de la 6. Zersoster Flottille (contre-torpilleurs Z.25 Z.35 Z.38 Z.39 torpilleur T.30 auquel s'ajoutera la Z.43) sont regroupés dans une force rapidement baptisée «Groupe Thiele». L'Amiral Hipper rejoint ce groupe au mois de novembre 1944 après un renforcement conséquent de sa DCA lui permettant de jouer un rôle d'escorteur.

Le 8 juillet 1944 à lieu à Gotenhafen ce qui sera la dernière revue navale de la Kriegsmarine, revue navale qui voit la participation des croiseurs lourds Admiral Hipper, Lützow et Admiral Scheer, des croiseurs légers Köln, Leipzig, Nürmberg et Endem.

Avec la poussée irresistible des troupes soviétiques, les grandes unités de surface de la Kriegsmarine sont chargées d'évacuer troupes et refugiées et d'assurer l'appui-feu, chose compliquée dans une mer aussi étroite et aussi minée (on ne compte plus le nombre de navires allemands sautant sur des champs de mines allemands mais mal répertoriés).

Le 30 janvier 1945, le paquebot Wilhelm Gustloff est amarré à Gotenhafen pour évacuer du personnel militaire et des civils fuyant l'avance de l'armée rouge. Il appareille avec près de 6000 personnes à bord mais face aux supplications d'une myriade de petits bateaux, l'équipage fait embarquer 2000 autres personnes.

Il prend la mar avec un le torpilleur Löwe comme escorte mais à 21h, le sous marin soviétique S13 lance quatre torpilles. Une ne part pas mais trois font mouche. Le navire sombre en moins d'une heure mais des survivants sont receuillis par le torpilleur Löwe puis par l'Amiral Hipper son escorteur, le T36 mais le croiseur lourd qui transporte déjà des réfugiés ne peut prendre le risque de se faire torpiller (A son bord se trouvait notament 152 ouvriers de l'Arsenal de Dantzig, 349 blessés 968 femmes et 60 enfants en bas âge).

C'est le naufrage le plus meurtrier de l'histoire avec plus de 6000 morts et probablement moins de 1000 survivants (le nombre de rescapés receuillis par le Hipper est inconnu mais le T.36 à recueilli 564 personnes et le Löwe 252).

Arrivé à Kiel, il est mis en cale sèche pour réparation mais le 10 avril 1945, il est gravement endommagé par un bombardement de la RAF. Il est finalement sabordé à l'aide de charges explosives le 3 mai 1945. Après guerre, l'épave est remorquée jusqu'à la baie d'Helkendorf où elle est démolie en 1948-1949.


L'Admiral Hipper sabordé à Kiel

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Mar 09 Juin 2009, 16:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 15:59

Blücher

Le Blücher : une carrière des plus courtes

Le Blücher est commandé aux chantiers navals Germaniawerft de Kiel le 30 octobre 1934. Il est mis sur cale le 15 août 1936 lancé le 8 juin 1937 et admis au service actif le 20 septembre 1939. Comme son sister-ship, l'Admiral Hipper il reçoit en décembre 1939 une étrave Atlantique (Atlantikbug) pour améliorer sa tenue à la mer.

Le croiseur porte le nom du Field Marshal Gebhard Lebrecht von Blücher (1742-1819) qui s'illustra à la bataille des nations de Leipzig en 1813 et surtout à la bataille de Waterloo le 22 juin 1815 où son intervention contribua à la victoire des alliés. Agé et malade, il se retira en Silesie (il était prince de Walhsfatt) où il mouru.


Le Field Marshal Blücher

Bien que sa mise au point soit loin d'être optimale, le Blücher est engagé dans l'opération Weserübung d'invasion de la Norvège. Navire amiral du groupe 5, il reçoit une mission plus politique que militaire : la prise d'Oslo et la capture de la famille royale, du gouvernement et de la autre administration norvégienne pour favoriser une collaboration future.

Ce groupe se compose outre du Blücher, du croiseur lourd Lützow (l'ancien cuirassé de poche Deutschland, les deux changements datant du 15 février 1940) du croiseur léger Emden, de trois torpilleurs et des dragueurs de la 1ère flottille.

Le groupe 5 franchit le Kattegatt le 8 avril vers midi et dans la soirée du éviter le sillage de plusieurs torpilles. Arrivé devant l'entrée du fjord, un navire norvégien donna l'alerte, la surprise était donc éventée. Le 9 avril à 5.19, le groupe entama sa remontée, le Blücher en tête mais le navire-amiral fût touché immédiatement par un obus de 280mm tiré par les vieux canons de la forteresse d'Oscarborg.


Un des canons de 280mm de la forteresse d'Oscarborg, peut être celui qui coula le Blücher

Le commandant du croiseur, le capitaine de vaisseau Heymann donna l'ordre de riposter et ordonna le «avant toute» mais les canoniers allemands ne trouvèrent aucun objectif. Pire, le croiseur reçut un deuxième obus de 280mm qui alluma un incendie dans le hangar à aviation. L'appareil à gouverner fût également touché, le navire ne pouvait donc plus être dirigé que par les hélices.

Arrivé devant Kaholmen, il reçut deux torpilles d'un lanceur installé à terre. Donnant rapidement de la bande, incendié de toute part, il fût secoué par une série d'explosions des ses soutes à munitions et de celles des troupes embarquées. Le commandant ordonna de mouiller puis d'évacuer le navire et à 7h23, le navire chavira et coula par 90m de fond. La côte n'était qu'à 400m mais la température de l'eau n'était que de 2.8°. 300 marins et hommes des troupes embarquées périrent dans ce naufrage.

Après guerre, l'épave commencera à fuir et à perdre son carburant et on envisagera de la renflouer avant d'abandonner et l'épave est une attraction pour les plongeurs de l'extrême qui se risque dans ses lieux. Coïncidence ou malédiction mais son prédecesseur avait également été coulé, le croiseur de bataille Blücher fût en effet détruit à la bataille du Dogger Bank le 24 mai 1915.


Le Blücher à l'agonie

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 16:07

Prinz Eugen

Le Prinz Eugen printemps 1941 en Baltique

Le Prinz Eugen, troisième navire de sa classe est financé par la tranche 1935-1936 (tout comme le cuirassé Bismarck et le porte-avions Graf Zeppelin). Il constitue une version agrandie des deux premiers Hipper. A noter qu'il devait porter à l'origine le nom de Tegetthoff, le vainquer de la bataille de Lissa.

Il est mis sur cale aux chantiers navals Germaniawerft de Kiel le 23 avril 1936, lancé le 22 août 1938 et admis au service actif le 1er août 1940. Avant même sa mise en service, il est endommagé le 2 juillet par deux bombes larguées par des bombardiers britanniques. Comme pour ses deux prédecesseurs, il reçoit une proue atlantique (Atlantikbug) pour améliorer sa tenue à la mer.


22 août 1938 : le Prinz Eugen prend contact avec son élément

Il rend hommage à Eugène de Savoie (1663-1736), un des plus grands stratèges des armées impériales.


Eugène de Savoie

La première sortie opérationnelle allait faire entrer le Prinz Eugen dans la légende. L'opération Rheïnubung (exercice Rhin) était une nouvelle sortie pour détruire les précieux convois alliés qui alimentaient l'effort de guerre britannique mais cette fois il ne s'agissait pas de l'envoi d'un navire isolé mais deux des plus puissants navires de la Kriegsmarine : le croiseur lourd Prinz Eugen du commandant Brickman et le supercuirassé Bismarck du commandant Lindeman où l'amiral Lütjens avait posé sa marque, l'orgueil de la marine allemande et du régime nazi. Cette opération devait débuter le 25 avril 1941 mais deux jours auparavant alors qu'il transitait vers Kiel, le Prinz Eugen heurta une mine magnétique qui repoussa l'appareillage de plus de dix jours.

Le 16 mai, les neuf navires de soutien appareillèrent séparement pour gagner leurs positions d'attente. Deux jours plus tard, le 18 mai, le Bismarck et le Prinz Eugen mouillèrent sur la rade de Gotenhafen (auj. Gdynia) où le cuirassé compléta son plein de mazout avant d'appareiller le lendemain.

Les deux navires firent leur jonction pour franchir les Belt dans la nuit du 19 au 20 mai escorté par trois destroyers. Le lendemain, 20 mai, la surprise fût éventée quand la force fût croisée par le croiseur suédois Gotland. L'information fût transmise à l'attaché militaire du gouvernement norvégien en exil qui le répercuta à l'attaché naval anglais. Le 21 mai, le service de renseignement de la marine (B-Dienst) intercepta des messages prouvant que la surprise avait été largement éventée.

Le 21 mai, la force fit escale à Bergen dans le Korsfjord où le Prinz Eugen compléta ses soutes mais pas le cuirassé ce qui eut des conséquences importantes comme on le verra par la suite. Le même jour un Spitfire photographia les deux navires mais quand un Maryland fit la même chose le lendemain, 22 mai, la rade était vide prouvant l'appareillage des deux navires.

L'amiral Tovey, commandant de la Home Fleet envoya le croiseur lourd Suffolk renforcer le Norfolk en mission de surveillance dans le détroit du Danemark (entre le Groenland et l'Islande) et donna l'ordre à la division commandée par le vice-amiral Holland composée du croiseur de bataille Hood et du cuirassé Prince of Wales de se porter en couverture des deux croiseurs lourds.

Une gigantesque traque était lancée puisque les croiseurs légers Birmingham et Manchester étaient en poste entre l'Islande et les Feroés tandis que Tovey appareillait de Scapa Flow avec le cuirassé King George V, le porte-avions Victorious, 4 croiseurs et 7 destroyers.

A l'aube du 22 mai, l'amiral Lütjens annonca son intention de percer le détroit du Danemark à 24 noeuds en profitant des mauvaises conditions météorologiques, ignorant que la Home Fleet avait appareillé de Scapa Flow.

Le 23 mai à 19.22, le Bismarck ouvrit le feu, tirant cinq salves sur une silhouette entrevue avec pour seul résultat l'avarie de son propre radar, obligeant Lütjens à ordonner au Prinz Eugen de prendre la tête ce qui allait avoir un sérieux impact sur le combat à venir. Cette silhouette n'était autre que le croiseur Suffolk qui encadré, avait été obligé de rompre visuellement le contact car son radar gardait un oeil sur les navires allemands.

Holland, à l'annonce de ce message ordonna à ces navires de filer à vitesse maximum. Le contact fût perdu à 0h30 le 24 mai mais repris deux bonnes heures plus tard. Le combat s'engagea à 5h52 à une distance de 24000m.

Ce sont messieurs les allemands qui tirèrent les premiers et non les anglais, visant le Hood avant qu'à partir de la sixième salve le Prinz Eugen ne reçoivent l'ordre de se concentrer sur le Prince of Wales. Quand aux anglais, ils avaient d'abord pris le Prinz Eugen pour le Bismarck, c'est le Prince of Wales qui le premier rectifia le tir.

Le Prinz Eugen plaça une première salve sur le Hood, salve qui alluma un incendie sur le point des embarcations. Quelques minutes plus tard, à 6h00, la distance était tombée à 16500m, Holland ordonna une évolution du groupe à babord pour augmenter le champ de bataille de son artillerie.

C'est en pleine évolution qu'il fût touché par un obus du Bismarck qui explosa dans la soute à munitions des obus de 4 pouces (102mm) qui firent exploser par sympathie les obus de 15 coups. Le croiseur se brisa en deux et disparu en quelques instants ne laissant que trois survivants (Bob Tilburn,Bill Dundas et Ted Briggs, le dernier survivant qui est mort le 4 octobre 2008) sur un équipage de 1418 hommes.


Représentation artistique du Prinz Eugen lors de la bataille du détroit de Danemark

Le Prince of Wales était seul face aux deux navires allemands qui concentrèrent leur tir, plaçant 4 obus de 380mm et 3 de 203mm. Le navire ne pouvait survivre après de telles avaries d'autant que son artillerie, pas encore au point, connaissait de sérieux problèmes. Il rompit le combat.

Le sort final du Bismarck est connu mais sort de cet article consacré au Prinz Eugen. Les deux navires se séparèrent dans l'après midi du 25 mai : le Bismarck devait tenter de gagner St Nazaire tandis que le Prinz Eugen devait poursuivre sa mission d'attaque des convois.

Il réussit à atteindre les Açores de justesse (ses soutes étaient vides). Les soutes pleines, il reçut l'ordre de reprendre sa mission mais le 28 de nombreuses avaries de machine l'obligèrent à interrompre à sa mission et de mettre le cap sur Brest où il arriva le 1er juin.

A Brest, les navires sont bien trop vulnérables aux bombardiers anglais à quoi s'ajoute l'obssession d'Hitler pour la Norvège vu comme le prochain objectif des alliés qui demanda le regroupement de toutes les grandes unités de surface de la Kriegsmarine.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 16:11

Pour rentrer en Allemagne avant de gagner la Norvège, il y à deux routes : en contournant les îles britanniques ou en franchissant la Manche au nez et à la barbe des britanniques. C'est cette voie qui est choisie dans le cadre de l'opération Cerberus. Le 11 février 1942, le Scharnhorst, le Gneisenau, le Prinz Eugen accompagnés par des destroyers et des dragueurs de mines appareillèrent de Brest, franchissant le goulet à 23h45.

Les anglais se doutaient d'un tel appareillage mais avec une malchance incroyable, ce n'est qu'à 11h du matin le 12 février que les navires allemands furent repérés et ce n'est qu'à 12h30 alors qu'ils approchaient du Pas de Calais que l'alarme générale fût déclenchée et que le plan Fuller fût déclenché (ce plan était destiné à contrer un renforcement des unités allemandes à Brest).

Les contre-attaques se succèdèrent à partir de 12h50 mais sans résultats qu'il s'agissait du tir des batteries côtières ou des flottilles de vedettes lance-torpilles repoussées par l'écran. A 13h43, six avions torpilleurs Swordfish commandée par le capitaine de corvette Esmonde qui avait dirigé l'attaque sur le Bismarck fût anéantie. Des Bristol Blenheim ne parvinrent pas à approcher des navires.

A 15h30, le Scharnhorst fût touché par une mine devant l'embouchure de la Schelde (Escaut) et resta immobilisé pendant près d'une demi-heure. A 16h43, un vif combat s'engagea entre le Gneisenau et le Scharnhorst et les 6 destroyers de la flottille de Harwich. Le feu des bâtiments allemands contraignit les bâtiments anglais à lancer leurs torpilles sans résultat à grande distance.

A la nuit tombée, le Scharnhorst fût touché par une seconde mine et le Gneisenau par une mine. La formation complète dont le Prinz Eugen, indemne fût accueillie à Wilhelmshaven le 13 février 1942. Le 21 février 1942, le Prinz Eugen accompagné par l'Admiral Scheer et 3 destroyers appareilla de Brunsbüttel (ville située sur l'embouchure d'Elbe à l'entrée du canal de Kiel)

Depuis le 12 février, les anglais avaient eu connaissance grâce à Ultra. Des avions les attaquèrent sans succès mais le 23 février, le sous marin Trident du capitaine de frégate Sladen, appartenant à un groupe de 4 bâtiments posté devant Trondheim, torpilla à la sortie du Grimstadfjord le Prinz Eugen lui arrachant la partie arrière ce qui obligea les allemands à le remorquer à Trondheim.

Après l'échec du Scharnhorst en mer de Barents, Hitler ordonna le désarmement des grandes unités de surface. Dönitz, le nouveau commandant en chef réussit à sauver certaines unités qui furent regroupés dans une formation d'entrainement (Ausbildungverband der flotte). Il s'agissait des croiseurs lourds Prinz Eugen, Admiral Scheer, Lützow et les croiseurs légers Nürnberg et l'Emden.

Le Prinz Eugen est de retour en Baltique le 23 janvier 1943, mer qu'il ne quittera plus. Le 1er avril, il est affectée au groupe d'entrainement, opérant le plus souvent avec l'Admiral Hipper, le Lützow et du bâtiment cible Hessen, prenant la tête du groupe d'entrainement le 1er octobre 1943.

Le 19 juin 1944, face à la dégradation de la situation en Baltique, les croiseurs lourds Prinz Eugen, Lützow, l'Admiral Scheer et les contre-torpilleurs de la 6ème Zersoster-Flottille sont regroupés dans le 2. Kampfgruppe bientôt connu sous le nom de Kampfgruppe Thiele. Le croiseur lourd Admiral Hipper qui ne pourra être utilisé que comme escorteur rejoindra le groupe à la fin de l'année. Dès le lendemain, les croiseurs lourds Prinz Eugen et Lützow font une première apparition dans les eaux finnoises sans néanmoins se risquer dans le Golfe de Finlande.

Les alliés de l'Allemagne se font de plus en plus rares, changeant même de camp comme la Finlande en ce mois de juin 1944. le 23 juin, le Prinz Eugen prend position au large de l'île de Utö.
Hitler s'attendait à un tel événement, voulait que la Kriegsmarine prenne le contrôle de l'île d'Aland à l'entrée du golfe de Botnie (opération Tanne-West) et l'île de Hogland dans le golfe de Finlande (opération Tanne-Ost). Ces deux opérations doivent permettre l'évacuation des dernières troupes allemandes de Finlande (opération «Birke»).

Le 18 août, le groupe Thiele constitué pour l'occasion du croiseur lourd Prinz Eugen, des contre-torpilleurs Z.25 Z.28 Z.35 Z.36 et des torpilleurs T.23 et T.28 pénètrent dans le Golfe de Riga pour soutenir des unités terrestres.
Deux jours plus tard, le 20 août 1944 la 3. Panzer-Armee soutenue par les navires du groupe Thiele réussit à faire sauter le verrou de Tukums (65km à l'ouest de Riga) en ouvrant un couloir côtier d'une quinzaine de kilomètres de large. Ce dernier permet ainsi au groupe d'armées nord de se replier vers la Courlande. Le Prinz Eugen tire avec toute son artillerie sur la lisière orientale et sur la gare de la ville, les tirs étant guidés par les 3 hydravions Arado-196 du croiseur.

Le 4 septembre 1944, la Finlande signe un armistice avec l'URSS. Hitler ordonne aussitôt le déclenchement de l'opération «Tannost» pour prendre le contrôle de l'île de Hochland. Les 14 et 15 septembre, des combats fratricides opposent les allemands et les finlandais pour la prise de contrôle de cette île. La garnsion finlandaise est sauvée par l'intervention des avions et des navires soviétiques.

Le Prinz Eugen et les 5 contre-torpilleurs qui croisent dans la partie occidentale du Golfe de Finlande ne reçoivent pas l'ordre de venir au secours des forces allemandes du CV Mecke débarquées, la menace aérienne étant jugée trop importante pour des gains minimes. Le 19 septembre, le groupe Thiele évacue les 2000 soldats de l'Armée de Laponie, dissuadant les batteries côtières finlandaises d'intervenir mais les finlandais étaient-ils motivés pour tirer sur leur ancien allié ?

Du 11 au 15 octobre, le 2ème Groupe de combat du vice-amiral Thiele (croiseurs lourds Prinz Eugen, Lützow, 3 contre-torpilleurs et 4 torpilleurs) intervient pour soutenir les troupes allemandes. Les tirs des pièces de 203 et de 280mm des deux croiseurs permet à la Wehrmacht de créer un front défensif autour de Mémel (Lituanie) et deux jours plus tard la chute de Riga fermait la poche de Courlande.


Le 15 octobre, collision entre le Prinz Eugen qui s'en sort sans dommage et le Leipzig qui achève là sa carrière de croiseur pour devenir simple batterie flottante

Le 15 octobre, le croiseur Prinz Eugen entre en collision avec le croiseur léger Leipzig au large de la presqu'ile d'Hela (Hel). Si le croiseur lourd s'en sort sans dommages, le croiseur léger est si endommagé qu'il ne sera succintement remis en état pour servir de batterie mobile. Le 18 novembre, une offensive russe dans le secteur de Sworbe oblige le groupe Thiele à intervenir à partir du 20 mais du 21 au 22 novembre, le groupe doit s'abriter au large de l'île suédoise de Gotland pour échapper aux avions et si le 23 il sort indemne des attaques aériennes soviétiques au large de Sworbe c'est en raison de la présence très active de la Luftwaffe.

Le 29 janvier 1945, le Prinz eugen accompagné par le contre-torpilleurs Paul Jacobi (futur Desaix) et les torpilleurs T.23 et T.33 couvrent les opérations dans la région de Memel. Le front ne cesse de bouger, le 7 mars, le Prinz Eugen le Schlesien et le Leipzig accompagnés par les contre-torpilleurs Z.31 et Z.34 soutiennent des opérations au large de Gotenhafen (Gdynia), étant rejoints par le Lützow.

Le 22 mars, le front est percé près de Soppot alors que le Prinz Eugen et les contre-torpilleurs Z.31 et le Z.34 se trouvent au large de Dantzig. Le Z.34 est engagé contre les chars soviétiques et les batteries sur les hauteurs ce qui n'empêche pas la ville de tomber au cours de l'après-midi. Le 25 mars, les forces soviétiques rentrent dans les faubourgs de Dantzig et le Prinz Eugen couvre par des tirs de barrages, le repli de certaines unités allemandes.

Le 6 avril 1945, un petit auxiliaire vient apporter au Prinz Eugen les 40 derniers obus de 203mm disponibles en Allemagne non occupée. Le 20 avril 1945, le croiseur lourd Prinz Eugen à court de combustible et de munitions pour son artillerie principale quitte la zone des combats. Le 4 mai, il est amarré à Copenhague.

Le 8 mai 1945 à la capitulation allemande, il est l'un des deux seuls croiseurs allemands opérationnels avec le croiseur léger Nürnberg et se rendit à la Royal Navy. Le 26 mai, le Prinz Eugen appareilla de Copenhague avec le Nürnberg pour Wilhelmshaven où il arriva le 28 mai, restant au bassin jusqu'en décembre 1945. le 5 janvier 1946, le navire fût cédé à l'USS Navy où il fût mis en service comme navire non classifié et la marque IX-300, subissant des tests avant d'être désigné pour servir de cible à l'opération Crossroads.


Le Prinz Eugen à quai à Copenhague en mai 1945

Il survécu aux tests Able et Baker en juillet 1946 mais il était trop radioactif pour être réparé. Il fût donc coulé à Kwajalein le 22 décembre 1946. En 1978, une de ses hélices fût récupérée pour être installée au German Naval Memorial à Laboe

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 16:18

Seydlitz

La proue du Seydlitz peu avant son lancement

Le Seydlitz est mis sur cale aux chantiers navals Deschimag de Brême le 29 décembre 1936 et lancé le 19 janvier 1939. En juin 1942, alors que le navire était construit à près de 90%, il fut décidé de le transformer en porte-avions (projet «Weser I»). Toutes les superstructures furent rasées et les deux tourelles de 203mm déjà mis en place furent démontées et installées en France sur l'île de Groix (batterie Seydlitz).

Il est alors prévu que le navire ne conserve qu'une DCA composée de 5 montages doubles de 105mm, de 8 affûts doubles de 37mm et de 24 canons de 20mm en montages simples et quadruples pour permettre l'installation d'un pont d'envol et d'un hangar pouvant accueillir 10 chasseurs Me109 et 8 bombardiers en piqué Ju87.


Ci-dessus le Seydlitz en cours de transformation en porte-avions et ci-dessous ce qu'aurait donné la transformation


En 1943, le navire privé de ses superstructures, est remorqué jusqu'à Königsberg mais les travaux de reconstruction vont être rapidement suspendus (janvier 1943). Sabordé le 10 avril 1945 pour ne pas tomber aux mains des Soviétiques.

Le sort ultérieur du croiseur n'est pas connu avec précision. Renfloué par les soviétiques, le navire qui aurait été rebaptisé Poltava va être remorqué jusqu'à Leningrad pour être examiné. Selon certaines sources, il aurait été coulé comme cible dans le golfe de Finlande fin 1947, pour d'autres auteurs sa coque n'aurait été livrée à la démolition qu'après 1950.

Lützow

L'ex Lützow en cours de remorquage vers l'URSS en avril 1940

Le Lützow est mis sur cale aux chantiers navals Deschimag de Brème le 2 août 1937 et lancé le 1er juillet 1939. Après le pacte germano-soviétique, il fût vendu à l'URSS dans le cadre des accords commerciaux liés à cet accord. C'est incomplet, avec seulement 2 de ses tourelles de 203mm, sans sa catapulte, sans son armement secondaire et avec des superstructures inachevés qu'il sera livré en 1940 à l'URSS où il recevra le nom de Petropavlosk. Son nom sera repris pour rebaptiser le croiseur lourd (ex-cuirassé de poche) Deutschland. Devant l'imminence d'une attaque allemande, il est modifié pour servir de batterie flottante (juin-août 1941).

Le 7 septembre 1941, il tire pour la première fois contre des unités de la Wehrmarcht. Cette journée, sera marquée par la destruction d'un de ses canons de 20 mm. L'explosion était due à une munition défectueuse. Jusqu'au 17 septembre, il tirera près de 700 obus. Au cours de cette dernière journée, il est violemment pris à partie par l'artillerie lourde allemande. Il sera touché à 53 reprises par des obus de 210 mm. Gravement touché, il coule en eaux peu profondes.
En 1942, les cuirassés de classe Poltava ayant retrouvé leur nom d'origine, le croiseur toujours inachevé est rebaptisé Tallin et participe aux combats comme batterie flottante. Le 4 avril 1942, il est a nouveau touché lors d'un raid de la Luftwaffe lors de l'opération Eistoss.

Un an aprés avoir été coulé, le 17 septembre 1942, le Petropavlovsk est renfloué puis envoyé en cale sèche pour réparations et modernisation. Le 30 septembre 1942, il est assigné aux défenses navales de Leningrad à côté du port civil de la ville.
De janvier à février 1943, le croiseur est modernisé à nouveau. Celle-ci conduit à l'installation d'une meilleure défense antiaérienne.Pendant 10 jours, lors de la retraite allemande de 1944, il est à nouveau engagé et tire 1000 obus.

En 1944, la batterie flottante Petropavlosk (ex-cuirassé Marat) ayant été rebaptisé Volkov, il retrouve le nom de Petropavlosk. En 1945, les autorités soviétiques n'ayant toujours pas statué sur son devenir, le croiseur est mouillé sur la Neva. Il est un moment prévu de le terminer sa construction en le dotant de 4 tourelles triples de 180mm mais en 1950 ce projet est abandonné.

Le 22 mai 1953, il est reclassé ponton école sous le nom de Dniepr puis le 27 décembre 1956, déclassé, devient le navire-dépôt PKZ12 dans le port de Leningrad. Rayé des listes le 3 avril 1958, il est livré à la démolition en 1959/60 à Kronstadt


L'ancien Lutzow à Leningrad. les travaux ont peu avancé

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 16:30

Caracteristiques Techniques


Le Prinz Eugen vit ses dernières heures dans les eaux tropicales de Bikini

Bien qu'officiellement classés comme croiseurs de type Washington, ces navires qui déplacent près de 15000 tonnes se rapprochent plus des croiseurs de bataille en particulier en raison de leur protection bien plus sérieuse que les tinclad battleship.

Déplacement :

déplacement standard : 14900 tonnes (Admiral Hipper) 14475 tonnes (Blücher) 16974 tonnes (Prinz Eugen)

déplacement à pleine charge : 18600 tonnes (Admiral Hipper) 14475 tonnes (Blücher) 19042 tonnes (Prinz Eugen)

Dimensions :

longueur hors tout : 205m (Admiral Hipper, Blücher) 207.70m (Prinz Eugen) 212m (Prinz Eugen avec l'Atlantikbug)

longueur à la flottaison : 194.60m (Admiral Hipper, Blücher) 199.50m (Prinz Eugen)

largeur : 21.30m (Admiral Hipper, Blücher) 21.50m (Prinz Eugen)

tirant d'eau : 7.74m (Admiral Hipper, Blücher) 7.20m (Prinz Eugen)

Propulsion :

Admiral Hipper et Blücher : 3 turbines Blohm & Voss (Admiral Hipper) ou Deschimag (Blücher) alimentées par 12 chaudières La Mont (Hipper) ou Wagner (Blücher) et dévellopant une puissance totale de 133631 ch (Hipper) et 132000 (Blücher) et entrainant 3 hélices.

Prinz Eugen : 3 turbines Brown-Boveri alimentées par 9 chaudières La Mont dévellopant 110000ch et entrainant 3 hélices.

Performances :

Vitesse maximale : 32 noeuds Distance franchissable : 7900 miles à 19 noeuds pour le Hipper et le Blücher et 7850 miles à 19 noeuds pour le Prinz Eugen.

Protection :

ceinture cuirassé de 80mm tourelles principales blindées à 160mm et pont blindé à 50mm (70mm pour le Prinz Eugen).

Armement :

Les tourelles A "Graz" et B "Braunau" du Prinz Eugen

-8 canons de 203mm SK C/34 en 4 tourelles doubles (deux avant et deux arrière). Ce canon de 60 calibres tire des obus de 122kg à une distance comprise entre 5000m (site : +1.9) et 33500m (site : +37°) à raison de 4 à 5 coups par minute. La tourelle double pèse 249 tonnes (tourelles A et D) et 263 tonnes (tourelles B et C) et peut pointer en site de -10° à +37° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 145° à raison de 6 à 8°. L'angle de chargement est de 3°. La dotation en munitions est de 140 obus par canon soit un total de 1120 obus de 203mm.

-12 canons de 105mm SK C/33 en six affûts doubles. Ce canon de 65 calibres tire des obus de 27kg à une distance maximale de 17700m en tir antisurface (site : +45°) et de 12500m en tir antiaérien
(site : +80°) à raison de 15 à 18 coups par minute. L'affût double C/31 pèse 27 tonnes et peut pointer en site de -8° à +80° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 360°. La dotation en munitions est de 400 obus par canon soit un total de 4800 obus de 105mm.


Ci-dessus un affût double de 105mm et ci-dessous un affût double de 37mm à bord du Prinz Eugen


-12 canons de 37mm SK/C33 en six affûts doubles. Ce canon de 83 calibres tire des obus de 2.1kg à une distance maximale de 8500m en tir à but surface (site : +45°) et 6800m en tir antiaérien (site : +80°) à raison de 30 coups par minute. L'affût double pointe de -10° à +85° en site et sur 360° en azimut. La dotation en munitions est de 1500 coups par canon soit un total de 18000 obus.

-8 canons de 20mm C30 en affûts simples. Ce canon de 65 calibres tire des obus de 320g à une distance maximale de 4900m en tir à but surface (site : +45°) et de 3700m en tir antiaérien (site : +85°) à raison de 120 coups par minute. L'affût simple, le Pedestal L/30 pointe de -10° à +85° en site et sur 360° en azimut. La dotation en munitions est de 16000 coups soit 2000 par canon.

-12 tubes lance-torpilles de 533mm en quatre montages triples. La torpille utilisée est la G7aT1 de 533mm. Cette torpille pèse 1528kg dont 300kg d'explosifs. La portée variait en fonction de la distance : 6000m à 44 noeuds, 8000m à 40 noeuds et 14000 à 30 noeuds.


Le cuirassé Tirpitz lança une torpille de 533mm

Aviation : une catapulte et 3 hydravions Arado Ar 196


Un Arado Ar 196 en vol

Equipage : Blücher 1380 hommes Hipper 199 hommes en 1944 le Prinz Eugen avait 1331 hommes (1400 pour l'opération Rheïnubung)

Sources

-François Emmanuel Brézet Histoire de la marine allemande 1939-1945

-Guy Le Moing Et l'Océan fut leur tombe Naufrages et catastrophes maritimes du Xxème siècle

-Jean Moulin US Navy tome 1 1898-1945 Du Maine au Missouri

-Navires et histoire N°27, 28 et 29 sur la guerre en Baltique

-Naivres et histoire hors série n°3 sur la Kriegsmarine.

-Ressources internet diverses.



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : PORTE-AVIONS USS WASP

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5102
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 16:46

A noter que ces bécanes ont toujours été soumises à des problèmes propulsion.
Lors de son transfert vers les USA le Prinz déjoua toutes les tentatives d'approche des sm américains qui s'entraînaient sur lui. Grâce à ses hydrophones placés à l'étrave il pouvait estimer la route des sm aggresseurs.

A noter que la marche aux machines était tellemnt complexe que les américains gardèrent un noyau de marins allemands à bord jusqu'à BIKINI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 18:36

J'ai lu ça aussi. C'était des machines à haute pression de mémoire 45 kg/cm² alors que c'était 27 ou 30 kg/cm² pour les autres.

Quand aux hydrophones j'ai lu après avoir posté qu'ils ont été démontés et installés sur un sous marin

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard P. A.
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7795
Age : 74
Ville : près de Toulouse
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 18:57

clausewitz a écrit:
J'ai lu ça aussi. C'était des machines à haute pression de mémoire 45 kg/cm² alors que c'était 27 ou 30 kg/cm² pour les autres.

Quand aux hydrophones j'ai lu après avoir posté qu'ils ont été démontés et installés sur un sous marin

les machines étaient timbrées à 70kg à 450°.Les hydrophones ont été installés sur le SS 318 Baya en 1948-1949.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 19:02

Merci de ces précisions Bernard. thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 19:38

Le désastre allemand dans le fjord d'Oslo... la Kriegsmarine en a pris un coup. Il faut dire que ça a vraiment été un beau fiasco.

En même temps, le Blücher, le navire le plus moderne de la flotte allemande face à deux antiques canons Krupp fabriqués avant la guerre de 1914 ( ces deux pièces ont pour nom Moïse et Aaron ), de surcroît dans une vieille forteresse dont le personnel peu entraîné ne peut que constater la lenteur de rechargement des canons... Mais les Allemands sont trop confiants et le commandant d'Oscarborg, le colonel Eriksen, est un officier malin. Il laisse approcher la flotte allemande.

Je n'ai pas les mêmes données que toi par contre Claus. Sur ma source, il est indiqué une ouverture du feu à 4 h 21, à 500 mètres de distance. La première salve toucherait le centre de contrôle DCA et un réservoir d'essence. Le reste du convoi allemand, l'Emden, le Lutzow et trois torpilleurs, aurait aussi bien encaissé ( le Lutzow prenant notamment deux coups ).

Source : La grande histoire de la Seconde Guerre Mondiale, de Pierre Montagnon

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 20:13

enfin un article complet sur ces "petits" monstres lol!

Merci Claus thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 20:26

ciders a écrit:
Le désastre allemand dans le fjord d'Oslo... la Kriegsmarine en a pris un coup. Il faut dire que ça a vraiment été un beau fiasco.

En même temps, le Blücher, le navire le plus moderne de la flotte allemande face à deux antiques canons Krupp fabriqués avant la guerre de 1914 ( ces deux pièces ont pour nom Moïse et Aaron ), de surcroît dans une vieille forteresse dont le personnel peu entraîné ne peut que constater la lenteur de rechargement des canons... Mais les Allemands sont trop confiants et le commandant d'Oscarborg, le colonel Eriksen, est un officier malin. Il laisse approcher la flotte allemande.

Je n'ai pas les mêmes données que toi par contre Claus. Sur ma source, il est indiqué une ouverture du feu à 4 h 21, à 500 mètres de distance. La première salve toucherait le centre de contrôle DCA et un réservoir d'essence. Le reste du convoi allemand, l'Emden, le Lutzow et trois torpilleurs, aurait aussi bien encaissé ( le Lutzow prenant notamment deux coups ).

Source : La grande histoire de la Seconde Guerre Mondiale, de Pierre Montagnon

toutes les infos sur cet événement viennent du livre sur la marine allemande de Brézet mais après vu que le navire àsombrer c'est peut être issu de témoignages de survivants

Je me demande ce que serait devenu la Norvège si la famille royale avait été capturé

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 20:35

Autre chose Claus, les torpilles venaient d'un poste à terre ? Montagnon parle lui d'un patrouilleur norvégien, nommé Alpha. scratch

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 21:40

Pareil c'est le livre sur la marine allemande. J'avais déjà lu ça sur des sites internets et dans d'autres livres. Vu la configuration du lieu (très encaissé) j'ai des doutes sur cette version de Montagnon. Vu comment les torpilles sont arrivées sur le navire je pense que le poste de tir à tir est plus probable que le navire mais comme toujours dans les récits de combat........

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mar 09 Juin 2009, 22:21

Un patrouilleur lance-torpilles norvégien en 1940, il ne devait pas y en avoit beaucoup. Et ça devait figurer sur les FDC/Conway/Jane's de l'époque... Non ? Les heureux possesseurs et fanatiques des quizz, vous pourriez s'il vous plaît aller voir dans vos registres si ce fichu patrouilleur a jamais existé ?

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5102
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mer 10 Juin 2009, 09:30

A priori ce sont des torpilles (au moins deux) tirées du fort d'Oskarborg qui ont coulé le Blücher.

Il faut reconnaître l'inepsie de la tactique employée par les allemands d'engager dans un fjord aussi étroit et mal cartographié en plus un navire de 210 mètres en le faisant défiler sous les armes d'une place forte non sécurisée.

Cà illustre
1) la trop grande confiance que les allemands avaient placé dans leur plan initial et le fait qu'ils ont largement sous estimé la résistance des Norvégiens censés être bcp plus favorables à leur l'arrivée.
Pb de renseignement.
2) La faiblesse des moyens de la Kriegsmarine obligée d'employer des navires de ligne ou de premier rang pour faire du vulgaire transport de troupe.
On retrouvera cette problématique dans la préparation de Seelöwe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6592
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Mer 10 Juin 2009, 21:43

ciders a écrit:
Un patrouilleur lance-torpilles norvégien en 1940, il ne devait pas y en avoit beaucoup. Et ça devait figurer sur les FDC/Conway/Jane's de l'époque... Non ? Les heureux possesseurs et fanatiques des quizz, vous pourriez s'il vous plaît aller voir dans vos registres si ce fichu patrouilleur a jamais existé ?

Y a pas de torpilleur impliqué dans l'histoire, je confirme la version de Pascal

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1231
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Jeu 11 Juin 2009, 10:23

Salut,

Pierre Montagnon est un bon historien généraliste des guerres modernes mais il y a quelques imprecisions dans ses bouquins.

Je pense qu'il y a peut-être confusion avec la bataille de Horten où le mouilleur de mine norvégien "Olav Tryggvason" a coulé un dragueur allemand (utilisé comme transport de troupe) avant d'en désemparer un second et de toucher sérieusement à plusieurs reprises le torpilleur "Albatross".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Jeu 11 Juin 2009, 10:28

Bon, je vais torturer l'auteur et je reviens.

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Age : 44
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Lun 13 Fév 2017, 11:17

petite question, pour qu'elle raison ces navires furent armé de 203mm, je pense que ce calibre n'existait pas dans la marine allemande et le 280mm lui oui..

alors pourquoi ne pas les avoir armés avec du 280mm, respect du traité avec les brit?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2414
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Lun 13 Fév 2017, 12:41

adama a écrit:
petite question, pour qu'elle raison ces navires furent armé de 203mm, je pense que ce calibre n'existait pas dans la marine allemande et le 280mm lui oui..

alors pourquoi ne pas les avoir armés avec du 280mm, respect du traité avec les brit?

Il s'agissait d'une toute nouvelle classe de croiseurs lourds (schwere Kreuser), classe Blücher ou Admiral Hipper, qui n'existait pas dans le "catalogue" de l'ancienne Kaiserliche Marine; elle avait été conçue pour répliquer à nos croiseurs classe "Algérie" - en réalité un seul bâtiment mis en service (Algérie) -, armés de 203 mm.
Le 28 cm était un calibre de navire de ligne (Linienschiffe, Großlinienschiffe) et de "croiseurs de bataille" (Großkreuser). On le retrouvera sur les "cuirassés de poche" (Panzerschiffe, Klasse Deutschland), mais entre le 15 cm, calibre maximal de l'artillerie secondaire, et le 28 cm, qui avait, longtemps, constitué le plus gros calibre allemand, avant la Der des Ders, il n'existait aucune pièce de marine.
Le 20 cm (203 mm) SK C/34 L/60 était, effectivement, une arme de conception totalement moderne, sans développement antérieur, qui affichera de performances très élevées, entre autres, grâce à son tube de 60 calibres.
Le calibre de 20 cm/203 mm/8" était dans l'air du temps, entre les deux guerres, pour armer les croiseurs lourds "classe 10 000/14 000 tonnes"; on le retrouve, dans l'US Navy, les marines italiennes & japonaises; les britanniques s'y intéresseront, également, avant de l'enterrer en 1942.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15495
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Lun 13 Fév 2017, 14:33

L'allemagne a hésité sur le calibre de ses croiseurs de la classe Prinz Eugen, Seydlitz et Lutzow; contrairement a ce qui a été dit plus haut ils n'appartenaient pas à la classe Admiral Hipper; il y avait de nombreuses différences: sur les dimensions de la coque, la proue atlantique et le capot de cheminée installés des la construction, l'emplacement de la catapulte et du hangar d'aviation inversés et surtout à leur mise sur cale en 1936 ils étaient prévus comme devant être armés de 12 canons de 152 mm, un peu comme les Cleveland US; ce n'est qu'en 1938 qu'il a été décidé de les armer de 8 canons de 203 mm ce qui en a fait des croiseurs lourds presque semblables aux Admiral Hipper, un peu ce que les japonais ont fait avec les Mogami et les Tone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2414
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   Lun 13 Fév 2017, 16:11

NIALA a écrit:
L'allemagne a hésité sur le calibre de ses croiseurs de la classe Prinz Eugen, Seydlitz et Lutzow; contrairement a ce qui a été dit plus haut ils n'appartenaient pas à la classe Admiral Hipper; il y avait de nombreuses différences: sur les dimensions de la coque, la proue atlantique et le capot de cheminée installés des la construction, l'emplacement de la catapulte et du hangar d'aviation inversés et surtout à leur mise sur cale en 1936 ils étaient prévus comme devant être armés de 12 canons de 152 mm, un peu comme les Cleveland US; ce n'est qu'en 1938 qu'il a été décidé de les armer de 8 canons de 203 mm ce qui en a fait des croiseurs lourds presque semblables aux Admiral Hipper, un peu ce que les japonais ont fait avec les Mogami et les Tone.

Bonjour,
En ce qui concerne la "classe", même si cette notion n'existait pas, factuellement, dans la Kriegsmarine, les 5 croiseurs allemands, dont deux ne seront, jamais, achevés, appartenaient TOUS à celle des croiseurs lourds "10 000 tonnes" (G, H, J, K, L)






Le premier d'entre eux, KMS Admiral Hipper, sera mis en chantier en 1935. Chose courante, dans toute les marines, leurs dispositions générales seront modifiées, au fil de leurs mises en chantier.

En ce qui concerne l'artillerie principale des KMS Admiral Hipper, Blücher &  Prinz Eugen, à savoir, 4 tourelles doubles de  20 cm SK C/34 L/60, comme l'indique l'indice 34, l'arme avait été, définitivement, acceptée en 1934 - désignation officielle de la tourelle jumelée, Drh (Drehscheiben Lafette) L/C 34 -. Par contre, il est, parfaitement, exact, que les KMS Lützow (K) & Seydlitz (L), jamais achevés, avaient, au départ, été "dessinés", en tant que "croiseur léger", avec quatre tourelles triples de 15 cm SKL L/55, puis "convertis", le 14 novembre 1936, - conséquence directe des multiples remises en cause des clauses "Washington"-,  en croiseurs lourds, armés de 4 tourelles doubles de 20 cm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER   

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ALLEMAGNE CROISEURS LOURDS CLASSE ADMIRAL HIPPER
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» ITALIE CROISEURS LOURDS CLASSE ZARA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: