AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 20:36

CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS
(ETATS UNIS)


Le USS San Francisco (CA-38) à la mer durant la guerre avec son camouflage

AVANT PROPOS

Quelques considérations préliminaires

Si pendant plusieurs siècles, l'Homme s'est battu sur les océans comme sur terre, l'apparition de l'artillerie changea la donne. Plus question désormais de ruer à l'abordage des escadres ennemis pour éperonner le navire ciblé, se ruer à l'abordage et finir le boulot dans un classique combat d'infanterie.

Si quelques galères russes et suédoises s'affrontèrent encore au début du 17ème siècle en mer Baltique, l'esentiel des forces navales européennes étaient composés de puissants navires de combat mus par la voile, des navires appelés navires de ligne car ces navires manoeuvraient en file indienne pour éviter les tirs fratricides et canonnaient la ligne adversaire qui manoeuvrait parallèlement.


Navire de ligne

Ces navires étaient aussi gros que coûteux, rassemblant plusieurs milliers d'hommes, souvent à la motivation incertaine car recrutés parmi la lie de la société, tenus par une discipline de fer à double tranchant n'étaient pas adaptés à toutes les missions.

En effet, il fallait bien navires plus petits mais bien armés pour des missions de présence, de lutte contre la piraterie, de protection du trafic commercial ou pour impressioner un roitelet africain ou un sultan du Moyen Orient en menant une démonstration de force au large des côtes.


Frégate

D'où l'apparition des frégates, des navires qui généralement étaient des navires de taille moyenne (une quarantaine de mètres) d'un déplacement standard d'environ 6 à 700 tonnes avec pour armement une trentaine de canons. Il est difficile de faire un portrait robot généraliste car chaque marine avait son modèle, son genre de frégate. La Royal Navy considérait par exemple ses frégates comme des navires de ligne de 4ème, 5ème ou 6ème rang.

Outre ces missions secondaires, les frégates rendaient des services aux escadres de ligne, servant d'éclaireurs, de navires de liaison rapide ou de nettoyeurs, achevant les navires désemparés.

La taille des navires augmentant, la construction en bois céda la place à la construction en acier et la frégate de la marine à voile céda la place au croiseur. Difficile pour l'époque d'en faire le portrait robot car la famille croiseur était des plus hétérogène.

Deux navires pouvaient prétendrent à la succession de la frégate, le croiseur léger dit parfois de station ou même de troisième classe ou encore croiseur protégé et le croiseur cuirassé, un navire bien plus gros, capable pour les plus puissants d'entre-eux de faire (relative) bonne figure contre un cuirassé de type prédreadnought.

A la différence de la France et de la Grande Bretagne qui construisirent de nombreuses classes de croiseurs cuirassés/armored cruisers, les Etats Unis limitèrent leur flotte à deux classes de croiseurs cuirassés, précédés par deux navires isolés.


Le USS New York

Le premier croiseur cuirassé de la marine américaine est le USS New York mis en service le 1er août 1893. Connaissant des périodes de réserve, il est engagé dans la guerre hispano-américaine en 1898. Rebaptisé Saratoga le 16 février 1911 pour notament libérer le nom pour un nouveau cuirassé, il est rebaptisé Rochester le 1er décembre 1917 pour libérer le nom pour le croiseur de bataille et futur porte-avions.
Désarmé le 29 avril 1933, il est rayé des registres le 28 octobre 1938. Présent à Subic Bay depuis 1932, il est coulé pour éviter sa capture par les japonais en décembre 1941.

Caracteristiques Techniques du USS New York

Déplacement : standard 8280 tonnes Longueur : 117m Largeur : 19.8m Tirant d'eau : 7.1m
Vitesse maximale : 21 noeuds Blindage : ceinture 100mm pont blindé 150mm barbettes 100 à 150mm tourelles 130 à 170mm bloc passerelle 180mm
Armement : (New York/Saratoga) 6 canons de 203mm en deux tourelles doubles et deux affûts simples 12 canons de 102mm, 8 canons de 6 livres (57mm) 4 canons d'une livre (37mm) et trois tubes lance-torpilles de 360mm (Rochester) 4 canons de 203mm en deux tourelles doubles 8 canons de 127mm et 8 canons de 76mm.


Le USS New York est suivi par le USS Brooklyn (ACR/CA-3). Ce dernier est mis en service le 1er décembre 1896 et participe à la guerre hispano-américaine. Il est déployé à plusieurs reprises en Europe et en Méditerranée. En réserve de 1908 à 1914, il est réarmé pour des taches auxiliaires jusqu'en 1916 puis comme croiseur cuirassé pour des patrouilles de neutralité et des missions de représentation en Chine, au Japon et en Russie jusqu'en septembre 1919 quand il est affecté à l'Asiatic Fleet puis à la Pacific Fleet en janvier 1920 comme navire amiral des destroyers. Il est désarmé le 9 mars 1921 et vendu à la démolition le 20 décembre de la même année.


Le USS Brooklyn

Caracteristiques Techniques de l'USS Brooklyn

Déplacement standard 9249 tonnes Longueur : 122.7m Largeur : 19.7m Tirant d'eau : 8.5m Vitesse maximale : 20 noeuds Protection : ceinture 76mm pont blindé 76 à 150mm tourelles 140mm barbettes 200mm bloc passerelle 190mm Armement : 8 canons de 203mm en quatre tourelles doubles 12 canons de 127mm et 5 tubes lance-torpilles de 460mm


La première classe de croiseurs cuirassés de l'US Navy fût la classe Pennsylvania, composée de six navires (Pennsylvania, West Virginia California Colorado Maryland et South Dakota). Comme vous le voyez, ces navires portent le nom d'Etats ce qui pouvait poser problème car les cuirassés portaient également des noms d'Etats. A l'usage, les noms d'Etats furent réservés aux cuirassés et les croiseurs cuirassés fût rebaptisés du nom de villes.


Le USS Pennsylvania

-Le Pennsylvania (ACR-4) est admis au service actif en mars 1905. Il fût rebaptisé Pittsburgh le 27 août 1912. Il fût désarmé le 10 juillet 1931 et démoli.


Le USS West Virginia

-Le West Virginia (ACR-5) est admis au service actif en 1905. Rebaptisé Huntington le 11 novembre 1916, il fût désarmé le 1er septembre 1920 et vendu à la démolition en 1930.


Le USS San Diego (ex USS California)

-Le California (ACR-6) est admis au service en 1907 rebaptisé San Diego en 1914 et coulé par une mine mouillé par le sous marin allemand U-156 en 1918.


Le USS Colorado

-Le Colorado (ACR-7)est admis en service en 1905 rebaptisé Pueblo et reclassé CA-7 le 9 novembre 1916. Il est désarmé le 28 septembre 1927 et vendu à la démolition en 1930.


Le USS Maryland

-Le Maryland (ACR-8) est admis au service actif en novembre 1905, rebaptisé Frederick en novembre 1916,désarmé en novembre 1929 et vendu à la démolition en 1930.


Le USS South Dakota

-Le South Dakota (ACR-9) est admis en service en janvier 1908, rebaptisé Huron le 7 juin 1920 et reclassé CA-9 le 17 juillet 1920. Il est désarmé le 17 juin 1927 vendu à la démolition le 11 janvier 1930.

Caracteristiques Techniques de la classe Pennsylvania

Déplacement standard : 13714 tonnes Longueur : 154m Largeur : 21.18m Tirant d'eau : 7.95m
Propulsion : deux machines verticales inversées à triple expansion dévellopant une puissance maximale de 23000ch et entrainant deux hélices. Vitesse maximale : 22 noeuds
Protection : ceinture blindée 150mm tourelles 170mm ponts blindés 100mm bloc passerelle 230mm
Armement : 14 canons de 150mm, 18 canons de 76mm, 12 canons de 3 livres, 2 canons d'une livre et deux tubes lance-torpilles de 450mm Equipage : 830 officiers et marins


A la classe Pennsylvania succède la classe Tennessee composée de quatre navires baptisés Tennessee Washington North Carolina et Montana.


Le USS Tennessee

-Le Tennessee (ACR-10) est entré en service en juillet 1906. Il est perdu par échouage le 29 août 1916 à Saint Domingue suite à un tsunami provoqué par un séisme sous marin et rayé le 17 décembre 1917.


Le USS Washington

-Le Washington (ACR-11) est mis en service en août 1906. Rebaptisé Seattle (ACR-11) le 9 novembre 1916, il fût reclassé CA-11 en 1920. Cessant d'être un navire opérationnel le 1er juillet 1931, il est reclassé auxiliaire (IX-39) en 1941 avant d'être retiré du service et démoli en 1946.


Le USS North Carolina

-Le North Carolina (ACR-12) est entré en service en mai 1908. Rebaptisé Charlotte et reclassé CA-12 le 7 juin 1920, il fût désarmé en février 1921 et démoli en 1930.


Le USS Montana

-Le Montana (ACR-13) est entré en service en juillet 1908. Rebaptisé Missoula et reclassé CA-13 le 7 juin 1920, il est désarmé le 15 juillet 1930, vendu à la démolition le 29 septembre 1930 et démantelé en octobre 1935.

Caractéristiques Techniques de la classe Tennessee

Déplacement standard : 14700 tonnes Longueur : 153.77m Largeur : 22.20m Tirant d'eau : 7.6m
Propulsion : deux machines vertical à triple expansion alimentées en vapeur par 16 chaudières Babcock & Wilcox dévellopant une puissance maximale de 23000ch entrainant deux hélices. Vitesse maximale : 22 noeuds Protection : ceinture 76 à 130mm pont blindé 76 à 150mm tourelles 130 à 230mm
Armement : 4 canons de 254mm en deux tourelles doubles, 16 canons de 150mm, 22 canons de 76mm et 4 tubes lance-torpilles de 533mm Equipage : 887 officiers et marins


Quand aux croiseurs légers, je renvoie tout le monde à mon article sur les Omaha pour une présentation des croiseurs légers américains.

Des croiseurs lourds à défaut de cuirassés

Des cuirassés, toujours plus de cuirassés !

Au moment où la première guerre mondiale éclate, la rivalité entre le Japon et les Etats Unis pour le contrôle du Pacifique devient de plus en plus sensible. A l'époque, le Japon est allié à la Grande Bretagne (traité d'alliance signé en 1902) et Washington craint d'être pris entre deux feux dans une guerre l'opposant aux marines japonaises et britanniques.

Une course aux armements est lancée alors que le Japon est peu concerné par la première guerre mondiale et que les Etats Unis sont encore neutres. Cette course aux armements se manifeste par une construction de nombreux cuirassés et croiseurs de bataille.
Ce sont les américains qui tirent les premiers. Le 21 juillet 1915, le président Wilson demande à son secrétaire à la marine, Josephus Daniels un programme naval qui est établit à la fin du mois d'août 1915 et prevoit huit navires de ligne, cinq croiseurs, 65 destroyers et sous marins mais il est doublé en octobre avec seize navires de ligne et 140 autres navires à réaliser en cinq ans pour 481 millions de dollars.

Le programme naval de 1916 est ainsi approuvé le 15 août 1916 et le Bill devient Act par signature du président Wilson le 29 août 1916. Le financement de dix cuirassés, six croiseurs de bataille, dix croiseurs,cinquante destroyers, soixante-sept destroyers et treize auxiliaires est étalé sur les années fiscales 1917 1918 et 1919.

Les japonais connaissent les détails du plan américain au début de 1917 et riposent le 14 juillet 1917 par le programme dit «8-4» qui prévoit huit cuirassés et quatre croiseurs de bataille pour 1924 mais l'augmentent bientôt avec le programme «8-8» pour huit cuirassés et huit croiseurs de bataille à achever avant le 1er avril 1928.


Le cuirassé Nagato

Chaque mise sur cale répond à une autre, au grand dam des britanniques qui peinent à suivre la cadence effrenée suivi par leur allié et par leur cousin d'outre-atlantique. Le 14 avril 1917, les américains mettent sur cale le Maryland, les japonais riposent par la mise sur cale du Nagato le 28 août suivi le 1er juin 1918 par celle de son sister-ship, le Mutsu alors que les américains sont arrêtés par leur entrée en guerre.


Le cuirassé Mutsu

Cette compétition reprend en 1919 : les américains mettent sur cale le Colorado et le Washington (classe Maryland) suivi en 1920 du quatrième classe Maryland, le West Virginia suivi de quatre des cinq South Dakota (South Dakota, Indiana, Montana, North Carolina, Iowa et Massachussett) et des deux premiers croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington, Constellation, Saratoga, Ranger, Constitution et United States). Les japonais eux ne mettent sur cale que deux cuirassés de 39900 tonnes (Kaga et Tosa) et deux croiseurs de bataille de 41127 tonnes (Amagi et Akagi).


Photomontage représentant l'Amagi

En 1921, la course se poursuit avec la mise sur cale du dernier South Dakota et des deux derniers Lexington tandis que les japonais mettent sur cale les croiseurs de bataille Atago et Takao du type Amagi.


Ci-dessus le cuirassé Colorado et ci-dessous le cuirassé South Dakota qui ne quitta jamais la cale

Parmi les dix cuirassés prévus par le programme naval américain figurent les quatre cuirassés de classe Colorado et les six cuirassés de classe South Dakota. Baptissés Colorado Maryland Washington et West Virginia ils sont en réalité des Tennessee abandonnant les tourelles triples de 356mm pour des tourelles doubles de 406mm afin de contrer les Nagato (Nagato et Mutsu) armés de canons de 410mm et qui surclassent donc les précédents superdreadnought américains.

La signature du traité de Washington le 6 février 1922 stoppe cette course aux armements en limitant le tonnage en cuirassés de chaque pays. Les South Dakota sont abandonnés et féraillés et seuls trois Colorado sont achevés, le Washington termina sa courte existence comme cible pour les New York et Texas.

C'est ainsi que les Colorado seront les derniers cuirassés construits aux Etats Unis avant les North Carolina construits à la fin des années trente.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 20:51

Les croiseurs lourds de l'US Navy

Le traité de Washington identifie le cuirassé comme un navire déplaçant entre 10000 et 35000 tonnes avec un armement supérieur à 203mm et inférieur à 406mm. Faute de grives on mange des merles aussi les marines construisirent de nombreux croiseurs lourds ou croiseurs de 1ère classe même si ce type de navire était un navire «batard» qui ne satisfaisait personne.

Baptisé Thinclad battleship (cuirassé en papier d'étain), ces navires étaient rapides, bien armés et supérieur à tout navire en l'absence de cuirassé mais mal protégés ce qui obérait leur capacité à soutenir un combat protégé.

Les américains ont été handicapés durant la première guerre mondiale par le manque de croiseurs pour éclairer la flotte. Ce manque à été en partie compensée par la mise en service des Omaha mais ces navires sont jugés trop petits pour opérer dans le Pacifique. Une étude sur un corps de bataille de 17 cuirassés conclut à un besoin de 53 croiseurs pour l'éclairage auxquels il faudrait ajouter 20 pour la protection des lignes de communication.

De nombreuses études en 1920, portent sur des bâtiments entre 5 et 10000 tonnes avec une artillerie de 203 ou de 152mm. Le General Board demande l'étude d'un bâtiment de 10000 tonne début 1920 pour avoir à la fois une grande autonomie, vitesse (30 noeuds) et puissance de feu. Des projets déplaçant 8250 à 12000 tonnes sont présentés en 1921. Les demandes de construction pour de nouveaux croiseurs après les Omaha échouent. Les marins avaient demandé dix croiseurs en 1921 et le 24 septembre 1920 dix par an pour les années 1922,1923 et 1924 puis, plus modestement le 15 juillet 1921 six par an en 1923, 1924 et 1925.

C'est ainsi que l'autorisation est votée par le Congrès le 18 décembre 1924 est complétée en 1925 par le financement de deux croiseurs baptisés Pensacola et Salt Lake City. Ces navires sont d'abord classés comme croiseurs légers en raison de la présence des derniers croiseurs cuirassés mais à la suite de la conférence de Londres en 1931, deux catégories de croiseurs sont définies : les croiseurs légers armés de canons de 152mm et les croiseurs lourds armés de canons de 203mm. Les américains choisissent les dénominations de «Light cruiser» et de «Heavy cruiser». C'est ainsi que les deux Pensacola sont reclassé de CL à CA le 1er juillet 1931.

Ces deux Pensacola sont jugés comme ratés par les américains. Obsédés par l'idée de ne pas dépasser les limites du traité, ils obtiennent des navires de 9910 tonnes, trop courts et trop chargés dans les hauts.


Le USS Pensacola

-Le Pensacola est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard à New York le 27 octobre 1926 lancé le 25 avril 1929 et admis au service actif le 6 février 1930. Participant à la guerre du Pacifique, il survécu à un conflit qui faucha de nombreux navires, participant à l'opération Magic Carpet avant de servir de cible aux tests atomiques de Bikini. Le 24 août 1946, il est remorqué à Kwajalein où il est désarmé le 26 aoûtt 1946. la coque est remorqué pour être des études radiologiques et d'avaries. Ces études terminées, il fût sabordé le 10 novembre 1948 au large de l'Etat de Washington.


Le USS Salt Lake City

-Le Salt Lake City est mis sur aux chantiers American Brown Boveri Electric Corporation, un chantier intégré à la New York Shipbuilding Corporation (dont le chantier principal est installé à Camden dans le New Jersey) le 9 juin 1927 lancé le 23 janvier 1929 et admis au service actif le 11 novembre 1929. Participant à la guerre du Pacifique, il survécu à un conflit qui faucha de nombreux navires

Comme beaucoup de navires construits avant guerre, le Salt Lake City qui était en service depuis près de 15 ans et qui avait beaucoup donné devait être immédiatement désarmé mais le 29 octobre 1945, il fût décidé qu'il participeraient à l'opération Magic Carpet de rapatriement des véterans américains du Pacifique. Le 14 novembre 1945, le couperet tomba : il fût désigné comme son sister-ship comme bâtiment cible de l'opération Crossroads. C'est donc à effectif réduit et partiellement désarmé qu'il gagna Pearl Harbor en mars 1946.

Placé à 895 yards (818m) du point zéro, il survécu aux deux tirs. Désarmé le 29 août 1946, il servit de cible pour un exercice de tir le 25 mai 1948, coulant à 130 miles (240km) de la côte sud de la Californie et rayé du Naval Vessel Register le 18 juin 1948.



Caractéristiques Techniques de la classe Pensacola

Déplacement : 9100 tonnes (standard) 11512 tonnes (pleine charge)

Dimensions : longueur 178.30m largeur 19.90m tirant d'eau : 5.80m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par huit chaudières à mazout dévellopant une puissance totale de 107000ch et actionnant 4 hélices

Vitesse maximale : 32.7 noeuds Distance franchissable : 13000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture de 64 à 101mm selon les endroits, ponts blindés 25à 44mm tourelles blindées entre 19 et 64mm, barbettes blindées à 19mm tour de commandement blindé à 32mm

Armement : 10 canons de 203mm (8 inch) Mark 9 en deux tourelles doubles et deux tourelles triples (tourelles doubles inférieures et tourelles triples supérieures); 4 canons de 127mm (5inch) en 4 affûts simples; La DCA légère se compose à l'origine de 4 affûts quadruples de 28mm remplacés en 1943 par 24 canons de 40mm Bofors et 28 canons de 20mm Oerlikon;6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples mettant en oeuvre des torpilles Mark 11 entrées en service en 1926.

Aviation : Deux catapultes et quatre hydravions

Equipage : 635 hommes


Les six croiseurs autorisés en 1924 sont financés à l'année fiscale 1926-27 et baptisés Northampton,
Chester, Louisville, Chicago, Houston et Augusta. Comme les Pensacola, ils sont classés croiseurs légers à cause de la présence des derniers croiseurs cuirassés mais après le traité de Londres en 1931, les croiseurs sont classés légers quand ils sont armés de canons de 152mm et lourds quand ils sont armés de canons de 203mm. Tous les croiseurs américains armés de canons de 203mm sont classés croiseurs lourds (CA _Cruiser Armoured_) le 1er juillet 1931.

Par rapport aux Pensacola, les Northampton réduisent l'armement principal à 9 canons de 203mm en trois tourelles triples, la coque est allongée de 4m et le gaillard d'avant surelévé pour améliorer la tenue à la mer.


Le USS Northampton

-Le Northampton est mis sur cale aux Fore River Shipyard (Bethlehem Steel Corporation) de Quincy dans le Massachussetts le 12 avril 1928 lancé le 5 septembre 1929 et admis au service actif le 17 mai 1930. Il participe à la bataille de Santa Cruz et à celle de Tassafaronga le 1er décembre 1942 où il succombe aux torpilles japonaises.


Le USS Chester

-Le Chester est mis sur cale aux chantiers de la New York Shipbuilding Company le 6 mars 1928, lancé le 3 juillet 1929 et admis au service actif le 24 juin 1930. Contrairement au Northampton, il survit à la guerre du Pacifique, participe à l'opération Magic Carpet avant d'être placé en réserve le 10 juin 1946 où il reste jusqu'à sa vente à la démolition le 11 août 1959.


Le USS Louisville

-Le Louisville est mis sur cale au Puget Sound Navy Yard le 4 juillet 1929 lancé le 1er septembre 1930 et admis au service le 15 janvier 1931. Il participe à la guerre du Pacifique étant déployé aussi bien dans les eaux tropicales de Guadalcanal que dans les eaux froides des Aléoutiennes.Désarmé le 17 juin 1946 et confié aux bons soins de l'Atlantic Reserve Fleet. Le 1er mars 1959, il est rayé du Naval Vessel Register et vendu à la démolition le 14 septembre de la même année à la Marlene Blouse Corporation de New York.


Le USS Chicago

-Le Chicago est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard le 10 septembre 1928 lancé le 10 avril 1930 et admis au service actif le 9 mars 1931. Il participe à la guerre du Pacifique jusqu'à sa destruction lors de la bataille de l'île Renell le 29 janvier 1943, victimes d'avions torpilleurs G4M et G3M.


Le USS Houston

-Le Houston est mis sur cale aux Newports News Shipbuilding de Newport News (Virginie) le 1er mai 1928 lancé le 7 septembre 1929 et admis au service actif le 17 juin 1930. La carrière de l'avant dernier croiseur de classe Northampton est brève, succombant aux torpilles japonaises lors de la bataille du détroit de la Sonde dans la nuit du 28 février au 1er mars 1942.


Le USS Augusta

-L'Augusta est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding and Drydock Company de Newport News (Virginie) le 2 juillet 1928 lancé le 1er février 1930 et admis au service actif le 30 janvier 1931.

Affecté à l'Asiatic Fleet puis après refonte à la flotte de l'Atlantique, transporta notament le président Roosevelt pour la conférence de Terre Neuve en août 1941. Il participa ensuite aux débarquements en Afrique du Nord (Torch), en Normandie (Overlord) et en Provence (Dragoon).

Le 31 octobre, l'Augusta gagna l'arsenal de New York pour être modifié en vu de servir à l'opération Magic Carpet de rapatriement des soldats américains en Europe et ce jusqu'à la fin de 1945.

Désarmé le 16 juillet 1946 et placé en disponibilité à Philadelphie, il est rayé du Naval Vessel Register le 1er mars 1959 et vendu à la démolition le 9 novembre 1959 à un chantier de Floride situé à Panama City, la démolition commençant le 2 mars 1960.



Caracteristiques Techniques de la classe Northampton

Déplacement : standard 9300 tonnes pleine charge 12350 tonnes

Dimensions : longueur 182.9m largeur 20.1m tirant d'eau : 5.0m

Propulsion : 4 turbines vapeur à engrenages Parsons alimentées par 8 chaudières White-Forster dévellopant 107000ch et actionnant 4 hélices.

Vitesse maximale : 32.5 noeuds Distance franchissable : inconnue

Protection : ceinture 76mm pont au dessus de la salle des machine 25mm parois latérales de la salle des machines 95mm pont au dessus des soutes à munitions 51mm barbettes 38mm tourelles 64mm pour l'avant, 51mm pour le toit et 19mm pour l'arrière et les côtés.

Armement : 9 canons de 203mm (5inch) Mark 10 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière); 8 canons de 127mm (5inch) Mark 13 en 8 affûts simples; 4 canons de 127mm (5inch) en 4 affûts simples; 24 canons de 40mm et 28 canons de 20mm; 6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples mettant en oeuvre des torpilles Mark 11 entrées en service en 1926.

Aviation : deux catapultes derrière le mat tripode et le bloc passerelle avec quatre hydravions

Equipage : 55 officiers et 566 officiers mariniers et marins


GENESE DES NEW ORLEANS

Si la classe Northampton se composait de six navires, elle aurait du à l'origine en compter huit puisque les USS Portland (CA-33) et Indianapolis (CA-35) avaient été prévus comme des Northampton. Néanmoins, ces deux navires furent au final plus longs de trois mètres, des superstructures et une protection modifiée et une DCA renforcée et formèrent donc la classe Portland. Les deux navires de cette classe sont financés à l'année fiscale 1929 (FY 1928-1929 qui court du 1er juillet 1928 au 30 juin 1929) en même temps que les trois premiers croiseurs de classe New Orleans (New Orleans Astoria Minneapolis).


Le USS Portland

-Le Portland est mis sur cale aux chantiers navals de la Bethlehem Steel Company, Shipbuilding Division installés à Quincy (Massachusetts) le 17 février 1930, lancé le 21 mai 1932 et admis au service actif le 23 février 1933. Il participe aux batailles de la mer de Corail et de Midway en escorte du porte-avions Yorktown.

Il participe aux différentes batailles de la campagne de Guadalcanal avant de participer aux opérations dans les Aléoutiennes et aux différents débarquement dans le Pacifique. Il termine sa guerre aux Phillipines participant notament à la bataille du détroit de Surigao et à Okinawa. Après avoir participé à l'opération Magic Carpet, il est désarmé et placé en réserve le 12 juillet 1946, rayé des registres le 1er mars 1959 et vendu à la démolition.


Le USS Indianapolis

-L'Indianapolis est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation de Camden dans le New Jersey le 31 mars 1930 lancé le 7 novembre 1931 et admis au service actif le 15 novembre 1932. Il participe à la guerre du Pacifique notament aux premières opérations offensives en Nouvelle Guinée et dans les Aléoutiennes. Il participa aux différents débarquement dans le Pacifique ainsi qu'aux opérations dans les Phillipines.

Après avoir couvert les débarquements à Iwo Jima et Okinawa, il est chargé d'une mission secrète qui changea le cours de la guerre. C'est en effet le CA-34 qui est chargé de transporter à Tinian les éléments de la première bombe atomique le 26 juillet 1945. Repartant pour Leyte, il est torpillé le 30 juillet 1945 par deux torpilles du sous-marin I-58, le croiseur coulant en douze minutes. Les secours tardant, seulement 317 marins sur les 1196 survécurent à l'attaque et au naufrage.

Caracteristiques Techniques de la classe Portland

Déplacement : standard 9800 tonnes Longueur : 186m Largeur : 20.14m Tirant d'eau : 5.21m
Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par huit chaudières le tout dévellopant 107000ch et entrainant quatre hélices.
Performances : vitesse maximale 32.7 noeuds distance franchissable 10000 miles nautiques à 15 noeuds
Armement : 9 canons de 203mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), 8 canons de 127mm antiaériens, 8 mitrailleuses de 12.7mm
Aviation : deux catapultes et quatre hydravions
Equipage : 848 officiers et marins


Au budget 1929, la marine américaine parvient à faire financer cinq croiseurs lourds, les deux Portland mais également trois croiseurs d'un nouveau type. Leur coque est plus courte (179m contre 186m), les installations d'aviation sont regroupées à l'arrière, les tourelles de 203mm sont d'un nouveau modèle (pour une partie de la classe) et la protection est bien plus importante puisque dans le devis de poids, la protection représente 15% contre 6% pour les Northampton et les Portland.

Dernière classe construire selon les limitations du traité de Washington, cette classe peut être subdivisé en trois séries. Les New Orleans (CA 32), Astoria (CA 34) et Minneapolis (CA 36) forment le Block I, les Tuscaloosa (CA 37) et San Francisco (CA 38) financés au budget 1930 (année fiscale 1929-30) forment le Block II et enfin les Quincy (CA 39) et Vincennes (CA 44) financés au budget 1933 (année fiscale 1932-33) forment le Block III.

Cette distinction au sein de la classe New Orleans (ou Astoria selon les sources) s'explique par le fait que les américains sachant que les traités arrivaient à expiration se servirent de la classe New Orleans pour expérimenter des équipements pour les futures classes de croiseurs. On peut donc considérer que la classe New Orleans est l'ancètre direct des Brooklyn, Wichita, Cleveland et Baltimore.


Schéma de la classe New Orleans

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 20:58



Dernière édition par JollyRogers le Lun 27 Sep 2010, 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 21:10

HISTORIQUE

Le USS New Orleans (CA-32)

Le New Orleans au mouillage

Présentation

-Le New Orleans est mis sur cale au New York Navy Yard sis dans le quartier de Brooklyn le 14 mars 1931 lancé le 12 avril 1933 et admis au service actif le 15 février 1934.

Le CA-32 (avant le traité de Londres, il était classé CL-32) est le troisième navire à porter le nom de cette ville du sud des Etats Unis peuplée d'1.1 millions d'habitants fondée par les Français sous la direction du Canadien Jean-Baptiste Le Moyne, Sieur de Bienville, en 1718. Le nom de la ville fut choisi en l'honneur du régent, Philippe, duc d'Orléans. Au départ simple comptoir de la Compagnie du Mississippi, elle devint la capitale de Louisiane française en 1722[ (La capitale fut transférée de Biloxi à La Nouvelle-Orléans)., capitale de l'Etat de Louisiane, connue pour son influence française, son carnaval et plus récément le terrible cyclone Katrina.

Le premier navire ne fût jamais mis en service. Navire de ligne mis sur cale en janvier 1815, il ne fût jamais lancé et le bois mis sur cale ne fût démantelé qu'en septembre 1883 !


Le croiseur léger USS New Orleans

Il fût suivi par un croiseur léger de classe New Orleans, le CL-22 admis au service actif en mars 1898. Le New Orleans et l'Albany étaient à l'origine des navires construits en Grande Bretagne et destinés à la marine brésilienne que Washington racheta quand le Brésil fût dans l'incapacité de payer pour éviter un rachat par l'Espagne.

Le New Orleans est ainsi connu à l'origine sous le nom d'Amazonas. Mis en service en mars 1898, il participe à la guerre contre l'Espagne et sert jusqu'en 1905 avant de passer quatre ans en réserve.

Réarmé en 1909, il sert dans le Pacifique jusqu'en 1914 avant d'être prêté à la milice navale de l'Etat de Washington. Réarmé lors de l'entrée en guerre des Etats Unis en 1917, il assure l'escorte de convois à destination de l'Europe avant de retrouver le Pacifique, participant à l'intervention occidentale contre la Russie bolchévique. Il est désarmé le 16 décembre 1922 et démoli en 1929.

Après le CA-32, deux autres navires ont porté ce nom. Le premier fût un porte-hélicoptère de classe Iwo Jima, le LPH-11. Il est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard le 1er mars 1966 lancé le 3 février 1968 et admis au service actif le 16 novembre 1968. Désarmé le 1er octobre 1997, il est transféré à la Pacific Reserve Fleet ancrée à Suisun Bay en Californie avant d'être rayé des registres le 23 octobre 1998. Il aurait pu être donné à une fondation pour être transformé en musée mais cette possibilité à disparu en 2005 quand la coque de l'ancien porte-hélicoptères est transféré à Pearl Harbor où elle resta quatre ans avant d'être récement coulé comme cible lors d'un SINKEX.

Le second est un autre navire amphibie, un transport de chalands de débarquement (Landing Platform Dock LPD) de classe San Antonio admis au service actif en 2007 et bien entendu, toujours en service au sein de l'US Navy en 2010.

A noter que la marine confédérée, The Confederate Navy disposa d'un navire portant le nom de cette ville surnomée Big Easy. Il s'agissait d'une batterie flottante utilisée pour la défense du Mississipi mais dont j'ignore tout.

Carrière opérationnelle

Le New Orleans effectuant un virage à grande vitesse

Une fois admis au service actif, le USS New Orleans effectua une croisière de mise en condition opérationnelle en Europe du Nord en mai et juin 1934, étant de retour à New York le 28 juin 1934.

Une semaine plus tard, le 5 juillet, il retrouve en mer le croiseur lourd Houston (classe Northampton) qui avait embarqué le président des Etats Unis, Franklin Delano Roosevelt pour une croisière dans la région du Canal et un exercice avec le dirigeable Macon qui disposait de chasseurs pour sa défense. Ces manoeuvres terminées, le croiseur effectua une escale à Astoria (Oregon) le 2 août avant de repasser le canal et de manoeuvrer au large de Panama et de Cuba.

Il passa toute l'année 1935 au large de la Nouvelle Angleterre avant d'appareiller pour le Pacifique au début de 1936. Sur le chemin du retour, il visita la ville qui lui à donné son nom avant de rester à New York du 20 août au 7 décembre 1936. Jusqu'au début de la guerre en Europe, il passa généralement l'hiver dans le Pacifique et le reste de l'année au large de la Nouvell Angleterre ou dans les Caraïbes.

Intégrant le Hawaïan Detachment le 12 octobre 1939, il était présent le 7 décembre 1941, immobilisé par une période de maintenance sur son système propulsif et c'est ainsi que pendant l'équipage tirait sur les japonais avec fusils et pistolets tout en manoeuvrant manuellement les canons de 127mm. Les dégâts restèrent très limités durant cette attaque.

Bien que seulement trois de ses quatres turbines aient pu être remis en état, le New Orleans transportant des troupes à Palmyra et sur Johnson avant de gagner San Francisco le 13 janvier 1942 pour terminer les réparations et améliorer ses capacités combattives par l'installation d'un nouveau radar de veille et de canons de 20mm. De retour dans le Pacifique le 12 février 1942, il assura des missions d'escorte de convoi en direction de l'Australie notament.


Le USS New Orleans en 1934 en Angleterre

Après près de cinq mois de «KO», les américains commencent à relever la tête et lancent leurs premières opérations contre la marine et l'armée japonaise. A cette époque, l'Australie était clairement menacée par la progression des troupes et des navires du soleil Levant en direction de Port Moresby. Les américains envoyèrent leurs porte-avions, les Yorktown et Lexington pour contrer la progression japonaise qui était couverte par les porte-avions Shoho Shokaku et Zuikaku.

Les raids aériens américains provoquèrent une riposte japonaise et la première bataille au délà de l'horizon, la bataille de la Mer de Corail les 6 et 7 mai 1942 qui vit la destruction des porte-avions Shoho et du Lexington dont le croiseur New Orleans récupéra les survivants.

Ce match nul était un motif d'espoir pour les américains qui avaient réussi à stopper la progression japonaise au moins de manière provisoire.

L'US Navy n'eut pas le temps de souffler. Ses services de renseignement ayant réussi à casser les codes japonaises, ils apprirent les prochains objectifs de Tokyo, un atoll perdu au milieu du Pacifique prénomé Midway.

C'est ainsi que le 28 mai, le New Orleans appareilla de Pearl Harbour en escorte du porte-avions Enterprise, retrouvant le 2 juin le porte-avions Yorktown qui avait été réparé en l'espace de 72h alors qu'il aurait fallu près de trois semaines pour le remettre sur pied. La bataille déclenché le 4 juin se termina le lendemain par une victoire sans appel des américains : pour le prix du Yorktown, l'aéronavale américaine qui avait subit de lourdes pertes avait coulé quatre porte-avions japonais, stoppant la progression japonaise.

A peine deux mois après cette bataille aussi décisive que le fût El Alamein ou Stalingrad, les américains et les japonais s'intéressèrent à un archipel situé au nord-est de l'Australie, les Salomons et commencèrent à aménager un aérodrome sur l'île de Guadalcanal.

Les américains comprirent le danger car des bombardiers basés sur cet aérodrome aurait rendu infernale la navigation en mer de Corail. Ils montèrent une opération destinée à s'emparer de cette île ainsi que des îles avoisinantes.

L'opération Watchtower déclenchée le 8 août 1942 voit les américains s'emparer de l'aérdrome presque achevé et marque le début d'une terrible bataille de six mois, la bataille de Guadalcanal durant laquelle les combattants se battirent autant entre eux que contre une nature hostile.

La bataille de Guadalcanal se déroula aussi bien dans les airs que sur terre et sur les flots. Le croiseur lourd New Orleans participa à la bataille des Salomons Orientales (24-25 août). Le 31 août 1942, le porte-avions Saratoga fût torpillé par un sous marin japonais et le New Orleans l'escorta judqu'à Pearl Harbor, arrivant le 21 septembre 1942.

Il retrouva les Salomons au début du mois de novembre en compagnie du porte-avions réparé, arrivant à Espiritu Santo le 27 novembre 1942.


Carte de la bataille de Tassafaronga

A la fin du mois de novembre, des reconnaissances semblent indiquer une nouvelle tentative des japonais pour renforcer encore Guadalcanal. Le 25 novembre 1942, le destroyer McCalla bombarde quarante chalands au large de Tassafaronga. Le 29, deux transports sont coulés en Nouvelle Géorgie par des avions basés à Henderson Field.

Les croiseurs américains disponibles sont rassemblés dans une Task Force 67 commandée par le contre-amiral Kinkaid puis par le contre-amiral Wright composée des croiseurs lourds Minneapolis, New Orleans, Northampton, Pensacola, Honolulu et les destroyers Drayton, Fletcher, Maury et Perkins. 8 destroyers et 6 transports japonais sont attendus à Guadalcanal dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre.

L'amiral Tanaka est à la tête de huit destroyers, chargés d'approvisionement pour six d'entre-eux. Ils arrivent à Tassafaronga à 23h le soir du 30 novembre ignorant qu'ils sont déjà repérés par les radars américains de la TF67 qui à bénéficie de la pré-alerte offerte par le radar. Les Américains sont en ligne de file avec dans l'ordre le Fletcher, le Perkins, le Maury, le Drayton, le Minneapolis, le New Orleans, le Pensacola, l'Honolulu et les destroyers Lamson et Lardner.

Les japonais sont surpris par les américains mais réagissent immédiatement, montrant ainsi la maitrise du combat de nuit même si un destroyer japonais est coulé. Le Minneapolis encaisse deux torpilles, le New Orleans qui manoeuvre pour l'éviter reçoit une torpille à babord avant et perd son étrave jusqu'à la tourelle 2; le Pensacola déboîte et reçoit une torpille qui noie les machines arrière, endommage gravement trois tourelles, rompt plusieurs soutes à carburant. Le Honolulu évite des croiseurs touchés en passant du bord non exposé mais le Northampton est atteint par deux torpilles et stoppe.

La victoire est incontestablement japonaise, les japonais n'ont perdu qu'un destroyer alors que les américains ont perdu le croiseur lourd Northampton, le Minneapolis est gravement endommagé, il à perdu son étrave avant et devra être réparé à Mare Island, le New Orleans qui à perdu sa proue sur 36m reçoit une étrave en cocotier. Quand au Pensacola aidé par le Perkins, il arrive à Tulagi à 4h.

Sans les progrès réalisés par les américains dans le contrôle des avaries depuis le mois d'août, ces navires auraient été perdus.


Le USS New Orleans mouillé à Tulagi après la bataille de Tassafaronga

Il subit des réparations sommaire à Tulagi avant de gagner l'Arsenal de Cockatoo à Sydney le 24 décembre. Le 7 mars 1943, il gagna l'Arsenal du Puget Sound où il reçut une nouvelle proue. Les américains en profitèrent pour une remise en état complète et une modernisation.


Fabrication d'un nouvelle proue pour l'infortuné croiseur

Le croiseur lourd est de retour à Pearl Harbour le 31 août 1943 pour entamer sa remise en condition pendant plus d'un mois, sa première opération étant un bombardement de Wake les 5 et 6 octobre, repoussant au passage d'une attaque d'avions torpilleurs. Il bombarda les Gilberts le 20 novembre et les Marshall orientales le 4 décembre 1943.

Le nouveau porte-avions Lexington qu'il escortait ayant été torpillé et le New Orleans qui avait soutenu le précédent porte-avions jusqu'à sa destruction assura la même mission, escortant le porte-avions endommagé jusqu'à Pearl Harbor le 9 décembre 1943.

A partir du 29 janvier 1944, le New Orleans bombardant les Marshall notament Kwajalein. Il se ravitailla à Majuro qu'il quitta le 11 février pour retrouver les porte-avions rapides qui bombardèrent Truk «Le Pearl Harbor japonais» les 17 et 18 février 1944. Le New Orleans accompagnés d'autres croiseurs et des destroyers assura l'escorte des «ponts plats» tout en pilonnant des cibles d'opportunité, coulant un croiseur léger, un destroyer, un fileyeur et un chasseur de sous marins.


Le USS New Orleans à retrouvé des couleurs

Au mois de mars, il assura l'escorte des porte-avions attaquant les Carolines avant d'enchainer par l'appui au débarquement amphibie sur Hollandia (auj. Jayapura) le 21 avril 1944 (opération Reckless et Persecution). Le lendemain, le 22 avril, il fût endommagé par un avion du Yorktown qui heurta le mat et les superstructures avant de tomber à la mer (un mort et un blessé). Restant en première ligne, il participa aux bombardements sur Truk et Satawan le 30 avril avant de rentrer à Majuro le 4 mai pour préparer les débarquement sur les îles Mariannes.

Il quitta Kwajalein le 10 juin pour bombarder Saipan les 15 et 16 juin avant de retrouver les porte-avions qui traquèrent la Flotte Mobile japonaise qui subit une terrible défaite dans la bataille de la Mer des Phillipines les 19 et 20 juin avec le fameux «tir aux pigeons des Mariannes» (The Great Mariannas Turkey's Shot) avec la destruction de près de 400 avions japonais.

Le New Orleans effectua des patrouilles et des bombardements sur Saipan et Tinian au mois d'août avant de regagner Eniwetok le 13 août pour quinze jours de repos et de maintenance. Il appareilla le 28 août pour couvrir des raids de porte-avions sur les Bonins, sur Iwo Jima les 1er et 2 septembre et un soutien au débarquement amphibie sur les Palaus.

Après s'être ravitailler à Manus, la task force attaqua Okinawa, Formasa et le nord de Luçon, visant notament les aérodromes japonais pour anéantir les défenses en vue des futurs débarquements à Leyte le 20 octobre 1944. Il participa ensuite à la bataille du Golfe de Leyte notament en mer de Sibuyan et au large du Cap Engano.

Après un ravitaillement à Ulithi, le New Orleans poursuivit sa mission de couverture des porte-avions engagés dans l'appui des troupes américaines chargées de reconquerir les Phillipines. Après deux jours à Ulithi (18 au 20 avril 1945), il gagna Okinawa où il arriva le 23 avril pour appuyer les troupes américaines engagées dans l'opération Iceberg. Il passa deux mois à appuyer les marines et les G.I et à lutter contre les batteries côtières. Il était à Subic Bay en plein ravitaillement et maintenance quand le Japon capitula.

Crépuscule

Vue de face du USS New Orleans

Le New Orleans appareilla le 28 août avec d'autres croiseurs et destroyers direction la Chine et la Corée. Il couvrit le désarmement des navires japonais à Tsingtao, assura l'évacuation des anciens prisonniers de guerre alliés et le débarquement de troupes en Corée et en Chine jusqu'au 17 novembre quand il embarqua en Chine et au Japon des vétérans démobilisés qu'il débarqua le 8 décembre 1945.

Après un voyage similaire à Guam en janvier 1946, il gagna les Caraïbes et passa dix jours dans la ville dont il porte le nom. Il gagna ensuite le Philadelphia Navy Yard où il arriva le 12 mars 1946. Il y est désarmé le 10 février 1947 et mis en réserve jusqu'au 1er mars 1959 quand il fût rayé des registres et vendu à la démolition le 22 septembre à la Boston Metals Company installé à Baltimore (Maryland).


Retour vers le futur : le New Orleans en 1934 en Angleterre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 21:19

Le USS Astoria (CA-34)

Vue aérienne à la mer du croiseur Astoria

Présentation

-L'Astoria est mis sur cale au Puget Sound Navy Yard le 1er septembre 1930 lancé le 16 décembre 1933 et admis au service actif le 28 avril 1934.

Le CA-34 est le troisième navire à avoir été baptisé du nom de cette ville de l'Etat d'Oregon fondée en 1810 et nommée d'après le premier millionnaire américain John Jacob Astor qui fit fortune dans le commerce de la fourrure.

Le premier n'entra jamais en service car mis sur cale en 1867 sous le nom d'Astoria il fût rebaptisé Omaha avant le lancement. Il s'agissait d'un sloop à hélices de classe Algoma en service de 1872 à 1891 avant d'être utilisé jusqu'en 1914 en Californie comme barge de quarantaine.

Le premier vrai Astoria fût un cargo réquisitionné par la marine américaine en 1917 et rendu à son usage civil en 1921.


Le USS Astoria (CL-90) de classe Cleveland

Pour commémorer la perte de l'Astoria à la bataille de Savo, un croiseur léger de classe Cleveland reçut son nom, le CL90 entré en service le 17 mai 1944, désarmé le 1er juillet 1949, rayé des registres le 1er novembre 1969 et vendu à la démolition le 12 juillet 1971.

Carrière opérationnelle

Le USS Astoria au mouillage

A l'été 1934, l'Astoria effectua sa croisière de mise en condition dans le Pacifique, faisant escale dans les îles Hawaï, à Samoa, Fidji, Sydney (Australie) et Nouméa en Nouvelle Calédonie avant de rentrer à San Francisco le 26 septembre 1934.

De la fin 1934 à février 1937, il opéra avec la 7ème division de croiseurs au sein de la Scouting Force et basée à San Pedro en Californie. En février 1937, il fût affecté à la 6ème division de croiseurs toujours basée à San Pedro.

Au début de l'année 1939, la flotte américaine était concentrée dans les Caraïbes pour les manoeuvres Fleet Problem XX quand l'Astoria appareilla en urgence de l'île de Culebra à Porto Rico le 3 mars 1939, gagna la baie de Cheasapeake puis Norfolk où il chargea ses soutes. Il gagna alors Annapolis pour embarquer le corps de l'ambassadeur du Hapon aux Etats Unis, Hiroshi Sato qu'il ramena au Japon le 17 avril 1939 (les japonais avaient fait pareil avec Edgar A. Bancroft en 1926).

L'Astoria appareilla pour Shanghai le 26 avril et arriva à destination le 29 avril et y resta jusqu'au 1er mai 1939. Il gagna ensuite Hong Kong puis gagna Guam après un ravitaillement rapide aux Phillipines.

Affecté à l'Hawaiian Detachment en octobre 1939, il quitta donc le port de San Pedro pour Pearl Harbor. Au printemps 1941, il participa au Fleet Problem XXI, le dernier exercice de ce genre avant l'entrée en guerre des Etats Unis.


Les canonniers du USS Astoria donnent de la voix

Le 2 avril 1941, l'Astoria quitta Pearl Harbor pour la côte ouest des Etats Unis, arriva le 8 avril à Long Beach et entra au Mare Island Navy Yard le 13 avril pour refonte. Sortant de l'Arsenal le 11 juillet 1941, le croiseur lourd quitta Long Beach le 16 juillet pour San Pedro et appareilla ensuite pour Pearl Harbor le 24 juillet 1941 et arrivant à destination le 31 juillet 1941.

L'Astoria opéra entre Oahu et Midway jusqu'au début septembre avant de renforcer l'escorte de convois en direction de Guam et des Philippines de crainte que les raiders allemands ne s'attaquent au convois américains. De retour à Pearl Harbor le 29 octobre 1941, il passa les dernières semaines de paix à des patrouilles locales, des entrainements et des passages au port.

Devant la montée des tensions entre le Japon et les Etats Unis, la marine américaine reçut l'ordre de procéder à des renforcements des bases américaines dans le Pacifique notament Wake et Midway. Le USS Astoria appareilla ainsi le 5 décembre 1941 en compagnie du Lexington qui transporta des Vindicators notament en direction de Midway.

Quand les avions japonais attaquèrent Pearl Harbor le 7 décembre 1941, l'Astoria était à 700 miles à l'ouest des îles Hawaï. Retrouvant le croiseur lourd Indianapolis, il assura une mission de recherche et de destruction avant de rentrer à Pearl Harbor le 13 décembre mais il reprit la mer dès le 16 décembre pour renforcer l'escorte d'un convoi qui devait ravitailler Wake attaquée par les japonais mais l'île tomba avant même que le convoi n'arrive. Il était de retour à Oahu le 29 décembre 1941 et son équipage fût renforcé par 44 marins rescapés du cuirassé California.

Le croiseur lourd appareilla de Pearl Harbour le 31 décembre au sein de la TF11 formée au tour du porte-avions lourd Saratoga et resta à la mer jusqu'à la mi-janvier. Le 11 janvier, le sous marin I-6 torpilla le porte-avions, l'obligeant à regagner Pearl Harbor solidement surveillé, «Sister Sara» arrivant à bon port deux jours plus tard le 13 janvier 1942.

Après un bref arrêt à Pearl Harbor, l'Astoria reprit la mer le 19 janvier au sein de la TF11 organisée autour du porte-avions Lexington et composée outre de l'Astoria des croiseurs lourds Chicago et Minneapolis et de neuf destroyers pour une opération de chasse aux navires japonais dans les îles Christmas mais le 21, la TF11 reçut l'ordre de mener une opération combinée contre Wake, les raids aériens devant être suivis par le tir des croiseurs et des destroyers.

Malheureusement pour les américains l'opération fût annulée car le 23 janvier le pétrolier Neches avait été torpillé par le I-17 et sans ravitaillement en carburant, l'opération prévue sur Wake ne pouvait avoir lieu et la TF11 rentra à Pearl Harbor le lendemain, 24 janvier 1942.

Après trois semaines à quai, le USS Astoria appareilla pour une mission offensive dans le Pacifique Sud-Ouest au sein de la TF17 organisée du Yorktown et également composée du Louisville et des destroyers Sims Anderson Hammann et Walke plus le pétrolier Guadelupe sous le nom du contre-amiral Fletcher.

La Task Force 17 reçu au final l'ordre de rejoindre la TF11 pour attaquer la base japonaise de Rabaul mais après la jonction le 6 mars au sud-ouest des Nouvelles Hébrides, les américains apprirent les débarquements japonais à Lae et Salamaua en Nouvelle Guinée changea les plans. Le 10 mars, les avions des deux porte-avions attaquèrent les positions japonaises mais l'Astoria avait rejoint une force de combat composée des croiseurs lourds Chicago, Louisville, Australia (marine australienne) et quatre destroyers qui opéra au large de l'île Rossel dans l'archipel des Louisiade. Ces attaques stoppèrent la progression japonaise et donna un répit aux australiens.

L'Astoria retrouva la TF17 le 14 mars 1942, patrouillant en mer de Corail jusqu'à la fin du mois de mars quand il gagna Nouméa pour se ravitailler en carburant et en munitions sans parler de reposer l'équipage. Cela ne dura pas car après une escale de 24h le croiseur lourd reprit la mer le 2 avril 1942. Il retrouva la TF17 à Tongatapu et reprit la mer le 27 avril 1942.

Les services de renseignement américains eurent vent d'un possible coup de force japonais en direction de Port Moresby. Les TF11 et TF17 se déployèrent mer de Corail à partir du 1er mai mais dans l'après midi du 3 mai, le contre-amiral Fletcher reçut l'information que les japonais avaient occupé Tulagi dans les Salomons.

L'Astoria escorta le Yorktown qui lança le 4 mai trois raids contre la flotte d'invasion japonaise et aurait du avec le Chester achever les navires endommagés mais l'amiral Fletcher préféra renoncer pour ne pas diviser ses forces. L'Astoria assura ensuite les 7 et 8 mai, l'escorte du Yorktown et du Lexington engagé dans la bataille de la mer de Corail, première bataille au délà de l'horizon, les canonniers du croiseur lourd revendiquant la destruction de quatre appareils. Les navires américains gagnèrent Nouméa le 12 mai, reprennant la mer dans la nuit du 12 au 13 mai pour Pearl Harbor via Tongatapu et arrivèrent à destination le 27 mai 1942.

Le croiseur lourd reprit la mer le 30 mai en compagnie du Yorktown réparé en à peine soixante-douze heures pour contrer une nouvelle opération japonaise contre Midway, un lieu stratégique pour les américains comme les japonais. L'Astoria comme les autres croiseurs lourds assurèrent la protection antiaérienne des porte-avions. Le Yorktown gravement endommagé, le contre-amiral Fletcher et son état major passèrent à bord de l'Astoria qui devint le navire-amiral des forces américaines. Plus tard quand le Yorktown sombra suite à une torpille du I-168, l'Astoria récupéra les rescapés en compagnie du destroyer Hughes.

L'Astoria et le reste de la TF17 opéra au large de Midway jusqu'au 8 juin quand la TF11 arriva sur zone et le contre-amiral Fletcher passa sur le Saratoga. Trois jours plus tard, le 11 juin, l'amiral Nimitz ordonna à ses porte-avions de rentrer à Hawaii où ils arrivèrent le 13 juin 1942.

La fin d'un croiseur lourd

Le USS Astoria peu avant sa destruction

A peine deux mois après Midway, cette bataille aussi décisive que le fût El Alamein ou Stalingrad, les américains et les japonais s'intéressèrent à un archipel situé au nord-est de l'Australie, les Salomons et commencèrent à aménager un aérodrome sur l'île de Guadalcanal.

Les américains comprirent le danger car des bombardiers basés sur cet aérodrome aurait rendu infernale la navigation en mer de Corail. Ils montèrent une opération destinée à s'emparer de cette île ainsi que des îles avoisinantes.

L'opération Watchtower déclenchée le 8 août 1942 voit les américains s'emparer de l'aérdrome presque achevé et marque le début d'une terrible bataille de six mois, la bataille de Guadalcanal durant laquelle les combattants se battirent autant entre eux que contre une nature hostile.

Après avoir couvert le débarquement des Marines de l'amiral Vandergrift, l'Astoria participe à la bataille de l'île de Savo dans la nuit du 8 au 9 août 1942. Les forces américaines sont divisés en trois groupes. Un groupe entre la pointe de Lunga et Tulagi est formé par le croiseur australien Hobart, le croiseur léger antiaérien américain San Juan et deux destroyers.

Le groupe nord dans l'est de Savo regroupe les croiseurs lourds Astoria, Quincy, Vincennes et deux destroyers tandis que le groupe sud dans le sud-ouest de la pointe Lunga est formé avec le croiseur australien Canberra, le croiseur américain Chicago et deux destroyers. L'Australia avait été détaché avec l'amiral Crutchley pour lui permettre de participer à une conférence au sommet après le retrait des porte-avions de Fletcher.


Carte de la bataille de Savo

Peu après minuit, le 9 août, les japonais arrivent sur zone, formés en une colonne avec dans l'ordre les croiseurs lourds Chokai (sur lequel est embarqué Mikawa) Aoba Kako Kinugasa, Furutaka; les croiseurs légers Tenryu et Yubari ainsi que le destroyer Yunagi.

Sur deux colonnes, les japonais lancent les torpilles à 1h38 et l'alerte est donnée par le Paterson à 1h43. A 1h45, un hydravion japonais illumine les navires alliés alors que les torpilles arrivent au but et que l'artillerie des croiseurs japonais ouvre le feu.

Le Canberra est hors de combat presque immédiatement, touché par des obus et deux torpilles. Le Chicago encaisse une torpille à l'étrave mais parvient à tirer sur le Yunagi sans résultats tangibles toutefois.

Les japonais découvrent alors la force nord qui patrouille à 10 noeuds et qui à simplement crue que la force sud tirait sur des avions. Le scenario précédent se répéte. Le Chokai lance cinq torpilles à 1h48 et les croiseurs japonais tirent en remontant la colonne américaine et en mettant successivement hors de combat l'Astoria, le Quincy et le Vincennes. L'Astoria dont les hydravions ont été incendiés sert de point de repère aux canonniers japonais et encaisse de nombreux obus tout en parvenant à tirer une douzaine de salves et à toucher une tourelle du Chokai.

Le Quincy qui encaisse des obus et une torpille et chavire à 2h35, c'est le premier navire à rejoindre le futur Iron Bottom Sound (le détroit au fond de feraille entre Savo, Tulagi et la côte nord ouest de Guadalcanal). Le Vincennes qui encaisse de nombreuses salves du Kinugasa et trois ou quatre torpilles chavire à 2h50.

Les japonais craignant l'intervention au lever du jour de l'aviation américaine se retirent à 2h30, laissant derrière eux un spectacle de désolation. Le Canberra assisté par deux destroyers est achevé à la torpille vers 8h.
L'Astoria qui avait encaissé 56 obus japonais fut un temps remorqué finit par chavirer et couler à 12h15, seuls 32 survivants furent récupérés. Le Chicago parvient à gagner Nouméa puis Sydney avant de traverser le Pacifique et de gagner Mare Island pour être réparé le 13 octobre 1942.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 21:32

Le USS Minneapolis (CA-36)

Présentation

Le Minneapolis au mouillage

-Le Minneapolis est mis sur cale au Philadelphia Navy Yard le 27 juin 1931 lancé le 6 septembre 1933 et admis au service actif le 19 mai 1934.

Le CA-36 est le deuxième navire à porté le nom de cette ville de Minnesota issu du mot dakota pour l'eau (mni) et du mot grec polis qui signifie la cité, Minneapolis, plus grande ville de l'Etat du Minnesota avec ses 386691 habitants (48ème ville la plus peuplée des Etats Unis) ayant d'ailleurs comme surnom «The City of lakes», la cité ou la ville des lacs.

Le premier navire à avoir porté ce nom est un croiseur léger de classe Columbia admis au service actif en décembre 1894, servant dans l'Atlantique puis en Europe de 1894 à 1897. Il participe à la guerre hispano-américaine avant de servir de bâtiment-dépôt et pour des missions diverses de 1902 à 1906. Il est réarmé le 2 juillet 1917 pour participer à la Grande Guerre avant d'être affecté dans le Pacifique le 7 février 1919. Il est désarmé le 15 mars 1921 et vendu à la démolition le 5 août 1921.


Le SSN (Submarine Strike Nuclear) USS Minneapolis-St Paul de classe Los Angeles

Le troisième navire est un sous marin de classe Los Angeles, le USS Minneapolis-Saint Paul immatriculé SSN-708. 21ème navire de cette prolifique série, il à été admis au service actif le 10 mars 1984 et désarmé en juillet 2007. Il à ensuite été transféré à l'Arsenal de Pearl Harbor en juin 2008 et attend depuis son démantelement.

Carrière opérationnelle

Vue aérienne du USS Minneapolis

A la différence de la France qui considère un navire admis au service actif pleinement opérationnel, prêt à partir au combat, le commissioned de la marine américaine concerne un navire qui à simplement terminé ses essais et est au point, il pourrait correspondre à la cloture d'armement pour un navire de la marine française.

Vous ne serez pas étonnés d'apprendre que le Minneapolis réalisa sa croisière de mise en condition dans les eaux européennes entre juillet et septembre 1934 avant un retour à son chantier constructeur pour démontages et modifications, tirant les leçons de ce déploiement lointain.

Il quitte la côte est le 4 avril 1935, franchit le canal de Panama et arrive à San Diego le 18 avril pour rejoindre la 7ème division de croiseurs de la Scouting Force. Il opéra au large de la côte est moins des exercices dans les Caraïbes jusqu'à la fin de 1939 puisqu'il fût affecté début 1940 à Pearl Harbor.

Quand les japonais attaquèrent en ce dimanche 7 décembre 1941, le Minneapolis était en mer pour un entrainement au tir à environ 20 miles de Pearl Harbor. Dès l'annonce de l'attaque, il reçoit l'ordre de localiser et d'attaquer la force expéditionnaire japonaise, naturellement sans succès. Cette mission s'acheva à la fin de janvier 1942 quand il fût affecté à la force de porte-avions pour un raid contre les Gilbert et les Marshall.

Affecté à la protection du Lexington, il protégea le porte-avions d'une attaque menée par des bombardiers bimoteurs G4M Betty dont trois furent abattus. Il persévera dans cette mission d'ange gardien jusqu'à la bataille de Midway tout en pilonnant parfois les positions japonaises.
Après avoir participé à la bataille de la mer de Corail et à celle de Midway, le Minneapolis fût engagé dans la terrible campagne de Guadalcanal, une campagne de six mois qui vit l'affrontement des marines américaines et japonaises aussi bien de jour que de nuit. Si dans les premiers temps, les japonais mieux entrainés surclassent les américains en combat nocturne (confere la bataille de Savo où quatre croiseurs lourds alliés seront coulés), ces derniers apprennent vite et vont vite être capable de rendre la monnaie de leurs pièces aux marins du Tokyo Express.

Les croiseurs américains disponibles sont rassemblés dans une Task Force 67 commandée par le contre-amiral Kinkaid puis par le contre-amiral Wright composée des croiseurs lourds Minneapolis, New Orleans, Northampton, Pensacola, Honolulu et les destroyers Drayton, Fletcher, Maury et Perkins. 8 destroyers et 6 transports japonais sont attendus à Guadalcanal dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre.

L'amiral Tanaka est à la tête de huit destroyers, chargés d'approvisionement pour six d'entre-eux. Ils arrivent à Tassafaronga à 23h le soir du 30 novembre ignorant qu'ils sont déjà repérés par les radars américains de la TF67 qui à bénéficie là d'une précieuse pré-alerte. Les Américains sont en ligne de file avec dans l'ordre le Fletcher, le Perkins, le Maury, le Drayton, le Minneapolis, le New Orleans, le Pensacola, l'Honolulu, le Northampton et les destroyers Lamson et Lardner.


Le Minneapolis après la bataille de Tassafaronga

Les japonais sont surpris par les américains mais réagissent immédiatement, montrant ainsi la maitrise du combat de nuit même si un destroyer japonais est coulé. Le Minneapolis encaisse deux torpilles, le New Orleans qui manoeuvre pour l'éviter reçoit une torpille à babord avant et perd son étrave jusqu'à la tourelle 2; le Pensacola déboîte et reçoit une torpille qui noie les machines arrière, endommage gravement trois tourelles, rompt plusieurs soutes à carburant. Le Honolulu évite des croiseurs touchés en passant du bord non exposé mais le Northampton est atteint par deux torpilles et stoppe. Malgré les efforts des américains pour le sauver, le Northampton finit par couler à 3h04 le 1er décembre 1942.

La première torpille japonaise à touché le Minneapolis à la proue à babord et la second à l'arrière au niveau de la salle des chaudières numéro 2 provoquant de sévères dégâts et surtout une importante perte de puissance. La proue arraché jusqu'au niveau du puit à chaine et plus grave le flanc babord largement ouvert laissant pénétrer des paquets de mer qui risquait de faire couler le navire. Une manoeuvre intelligente du commandant et le travail des équipes de contrôle des avaries fit que le navire fût capable de gagner Tulagi où il fût camouflé pendant que l'équipage procédait à des réparations d'urgence en compagnie de Seabees, des ouvriers militarisés de l'US Navy (ce surnom vient de leur activité frénétique mais également de la contraction phonétique de leur nom officielle, CB pour Construction Batallion).

Après cette bataille qui vit les japonais faire mieux que résister aux américains, le Minneapolis gagna le Mare Island Navy Yard pour une remise en état complète et modernisation qui l'éloigna du théâtre d'opérations pendant près de huit mois puisqu'il ne fût de retour au combat qu'au mois d'août 1943.

Sa première opération fût un bombardement naval sur Wake le 5 octobre avant de participer du 20 novembre au 4 décembre aux débarquements amphibies sur Makin avant de couvrir au mois de décembre les raids de l'aviation embarquée sur Kwajalein et Majuro, futures cibles des débarquements américains qui eurent lieu en janvier et février 1944.

Le croiseur lourd continua cette mission de chien de garde quand les «ponts plats» pilonnèrent les Mariannes et les Carolines notament les îles de Palaus, Truk, Satawan, Ponape au mois d'avril ou lors des débarquements à Hollandia en Nouvelle Guinée.

L'archipel des Mariannes était la prochaine cible des américains qui décidèrent de débarquer au mois de juin 1944. Empêcher les américains de prendre pied sur cet archipel était vital pour les japonais car depuis ces îles, les B29 pourraient facilement atteindre le Japon et mener des raids dévastateur. Le premier débarquement eut lieu à Saipan le 15 juin, le Minneapolis assurant l'appui feu avec ses canons de 8 pouces qui tiraient des pelots de 118kg.

La force de couverture quitta alors ses positions quand on annonça l'arrivée sur zone d'une puissante force navale japonaise. Comme auparavant dans d'autres batailles de cette guerre, la bataille de la mer des Phillipines des 19 et 20 juin 1944 fût un affrontement au délà de l'horizon marquée par une terrible défaite de l'aéronavale japonaise qui faute d'avions modernes et de pilotex expérimentés perdit près de 400 appareils et les porte-avions Taiho et Shokaku alors que les pertes américains étaient faibles (27 aviateurs, 31 marins, 108 blessés et 30 avions).

Le 20 juin 1944, le TG 58.4 limité en carburant reste en couverture de Guam et de Rota alors que le reste de la TF sous le commandement de l'amiral Mitscher poursuit les reste de la flotte japonaise vers l'ouest mais est handicapée par le vent qui l'oblige à mettre le cap à l'est pour chaque mouvement d'aviation.

Des recherches sont lancées et l'escadre japonaise n'est trouvée qu'à 15h40, par un Avenger de l'Enterprise à presque 600 km. Malgré la distance et l'heure tardive, onze porte-avions lancent 96 Hellcat, 54 Avenger,51 Helldiver et 26 Dauntless. Tous les appareils, même les Hellcat portent des bombes sauf vingt Avenger armés de torpilles.

L'opération à la limite du rayon d'action des avions est devenue pour l'histoire «The Mission Beyond Darkness» _La mission au delà du crépuscule_, l'attaque prévue à 240 miles, l'attaque aura lieu en fait à 300 miles nautiques.

L'attaque commence au crépuscule et pour la contrer les japonais ont fait décoller 68 chasseurs depuis les porte-avions Junyo, Hiyo, Ryuho,Zuikaku, Chitose, Zuiho et Chiyoda. Les Avenger du Yorktown et du Belleau Wood armés de torpilles attaquent les porte-avions Zuikaku et Hiyo, ce dernier étant coulé. Le Zuikaku est touché par des bombes, le Chiyoda, le Haruna et le Maya encaisse chacun une bombe et duex pétroliers sont perdus et 65 avions japonais sont abattus.

Le retour des avions américains, de nuit, à bout de carburant, certains endommagés, est resté légendaire. 20 avions ont été perdus au cours de l'attaque et 80 pendant le retour, amerris, faute d'essence ou accidentés à l'appontage.

En depit des risques, l'amiral Mitscher donne l'ordre d'allumer les feux de sa flotte pour aider les aviatiques. Les porte-avions se signalent par un projecteur braqué verticalement, les appareils se posent sur le premier pont disponible avec parfois deux appontages simultanés : un Hellcat sur le brin 2 et un bombardier sur le brin 5.

Spruance étant plus intéressé par les débarquements, il ne laisse pour la poursuite que les cuirassés du TG 58.7 et les porte-avions Wasp et Bunker Hill dans l'après midi mais ils ne trouvent rien et rentrent à Eniwetok après deux jours de chasse.


Le Minneapolis en septembre 1943

Durant cette grande bataille, le Minneapolis assura la protection antiaérienne des porte-avions, étant légèrement endommagé par une bombe qui tomba à la mer.

Du 8 juillet au 9 août, les neuf canons de 8 pouces du Minneapolis appuyèrent les Marines débarqués sur Guam pour des tirs de barrage, des tirs d'appui à la demande et des tirs nocturnes pour empêcher les japonais de s'infiltrer nuitament dans les lignes américaines. Il enchaina du 6 septembre au 14 octobre 1944 par une mission semblable sur Palaus.

Trois jours plus tard, le 17 octobre 1944, le Minneapolis entra dans le Golfe de Leyte pour préparer le futur débarquement de la 7ème armée du général Douglas MacArthur qui avait promis de revenir aux Phillipines. Durant le bombardement préliminaire, le croiseur lourd descendit cinq appareils.

Le débarquement dans le golfe de Leyte du 20 octobre 1944 eut pour conséquence la dernière grande bataille navale de la guerre, la bataille du Golfe de Leyte, une série d'affrontements où il est bien difficile de s'y retrouver et d'en réaliser un récit clair et cohérent (je crois que cela s'est vu dans mes articles précédents).

La bataille de Leyte est suffisament connue je pense pour ne pas être racontée ici en détail, ce n'est de toute façon par le sujet de cet article, je me contenterai donc de relater la bataille du détroit du Surigao, le dernier engagement entre cuirassés de l'histoire 82 ans après le premier au large de la Virginie.

La bataille du détroit de Surigao est en sorte la deuxième manche de la bataille de la mer de Sibuyan qui avaient vu les japonais à deux doigt d'anéantir les forces américains débarquant à Leyte. L'amiral Jesse Oldendorf embarqué sur le croiseur lourd Louisville monte une embuscade pour surprendre la formation japonaise qui se dirige par le détroit de Surigao entre Leyte et Mindanao.

La TF38 verrouille le détroit de San Bernardino au nord, la force de couverture est donc concentré dans le détroit avec treize sections de 3 vedettes lance-torpilles chargées d'alerter et de ralentir l'ennemi. La ligne de bataille verrouille la sortie du détroit avec à l'aile droite (côté Leyte) les forces du contre-amiral Berkey avec les croiseurs légers Phoenix et Boise, le croiseur lourd australien Shropshire et treize destroyers, l'aile gauche côté Dinagat sous le commandement de l'amiral Olendorf se compose des croiseurs lourds Louisville, Portland et Mineapolis, des croiseurs légers Denver et Columbia et neuf destroyers.

Le centre sous le commandement di contre-amiral Weyler se compose des cuirassés Mississippi, Maryland, West Virginia, Tennessee, du California, du Pennsylvania et de six destroyers. Savoureux retournement du destin : tous ces cuirassés sauf le Mississippi étaient à Pearl Harbor le 7 décembre 1941.

Face à ce déploiement de force, l'amiral Nishimura aligne le croiseur lourd Mogami avec les destroyers Asagumo, Michisshio et Yamagumo dans une force avancée, suivent les cuirassés Yamashiro et Fuso avec le destroyer Shigure. Encore derrière se situe la force de l'amiral Shima composée des croiseurs lourds Nachi et Ashigara et de sept destroyers dont l'Akebono.

Les forces de Nishimura se présentent dans le sud de Bohol à la nuit. A 22h14, les japonais repérèrent au radar la vedette PT131 et l'engage. Il s'en suit une mélée bien confuse durant laquelle 30 vedettes engage l'ennemi et quinze d'entre-elles lancent 39 torpilles mais la vigoureuse réaction des japonais ne permet pas de juger du résultat alors qu'au moins dix vedettes sont touchés à des degrés divers de gravité. Le croiseur Abukuma est touché par une torpille lancée par la PT137 sur un destroyer, forçant le croiseur à se retirer avec le destroyer Ushio.

Cinq destroyers commandés par le capitaine de vaisseau Jesse G. Coward foncent à pleine vitesse et lancent un total de 47 torpilles avant même que les japonais n'ouvrent le feu ce qui prouve les progrès des américains dans le combat de nuit, jadis spécialité nippone. Difficile de tire qui à touché qui mais ce qui est sur c'est que le destroyer Yamagumo touché sauté et que les Michishio et Asagumo sont endommagés. Plus grave pour les japonais, le Fuso encaisse entre deux et quatre torpilles ce qui le ralentit et l'oblige à quitter la colonne.

Une seconde attaque est exécutée par les six destroyers du capitaine Kenmore M. McManes, attaque qui touche le Yamashiro à 3h25 à deux reprises ce qui n'empêche pas le cuirassé de poursuivre sa manoeuvre et de rester opérationel. Le destroyer Michishio est coulé par une torpille. A 3h45, le Fuso lui est victime de l'explosion interne d'une ou plusieurs de ses soutes à munitions et se casse en deux. La section avant est coulé par les canons du croiseur lourd Louisville alors que la section arrière ne coule à proximité de l'île de Kanihaan sans survivants, les rares rescapés de l'explosion et du naufrage ayant apparemment refusé le secours.


Le Minneapolis à la mer

Après cet engagement victorieux, le Minneapolis alterna jusqu'à la fin de la guerre entre la protection des porte-avions notament contre les kamikazes et les bombardements d'appui au profit des Marines et des GI engagés aux Phillipines avec des débarquements dans le Golfe de Lingayen (4-18 janvier), à Bataan et Corregidor du 13 au 18 février..... .

Il enchaina par l'assaut sur Okinawa qui eut lieu le 1er avril 1945 (opération Iceberg) mais les bombardements commencèrent dès le 25 avril, le Minneapolis visant notament l'aérodrome de Naha.

Ces canons usés devant être remplacés, le Minneapolis devait quitter la zone le 12 avril mais son départ fût retardé par une importante attaque kamikaze, le croiseur en descendit quatre et en vit trois tomber dangereusement prêt de lui.

Crépuscule d'un croiseur

Le Minneapolis en réserve. Il à reçut son numéro de coque en grand et en blanc

A la nuit tombée, le Minneapolis appareilla pour Bremerton et le Puget Sound Naval Shipyard pour remplacer des canons et remise en état mais quand il arriva à Subic Bay aux Phillipines, le Japon venait de capituler.

Arborant la marque de l'amiral Kinkaid, il assista à la rédition des forces japonaises de Corée le 9 septembre avant de patrouiller en mer Jaune et de couvrir le débarquement de Marines à Taku et Chinwangtao (Chine).

Après avoir ramené aux Etats Unis des soldats, des aviateurs et des marins démobilisés, le Minneapolis quitta la côte ouest le 14 janvier 1946, franchit le canal de Panama et gagna Philadelphie où il fût mis en réserve le 21 mai 1946.

Désarmé le 10 février 1947, il fût vendu à la démolition le 14 août 1959 à Union Metals and Alloys Corporation et promptement démantelé.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 21:47

Le USS Tuscaloosa (CA-37)

Le Tuscaloosa au mouillage

Présentation

-Le Tuscaloosa est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding and Drydock Corporation de Camden dans le New Jersey le 3 septembre 1931 lancé le 15 novembre 1933 et admis au service actif le 17 août 1934.

Le CA-37 est le premier navire de l'US Navy à porter le nom de cette ville d'Alabama qui porte le nom d'un chef indien choctaw, Tuskalusa (guerrier noir) vaincu par l'espagnol Hernando de Soto en 1520 lors de la bataille de Mauvilla. Tuscaloosa peuplée de 80181 habitants (120000 dans l'agglomération) est la cinquième ville d'un Etat dont elle fût la capitale de 1826 à 1846 avant d'être supplantée par Mobile.


Le Landing Ship Tank classe Newport, USS Tuscaloosa

Depuis le CA-37, un second navire à porté le nom de cette ville. Il s'agit d'un navire amphibie, plus précisément d'un Landing Ship Tank de classe Newport, le LST 1187. Mis en service le 24 octobre 1970, c'est le neuvième d'une classe de vingt navires caractérisés par une rampe à l'avant qui remplace la porte d'étrave. Le Tuscaloosa à servit dans la marine américaine pendant près de vingt quatre ans jusqu'au 18 février 1994. Il est actuellement mouillé au Naval Inactive Ship Maintenance Facility à Pearl Harbor prêt à être réarmé en cas de besoin et ce en compagnie de ses sister-ship Fresno Boulder et Racine.

Carrière opérationnelle

Le Tuscaloosa à la mer en août 1935

Le Tuscaloosa passa l'automne à effectuer sa croisière de mise en condition qui l'envoya en Amérique du Sud (Rio de Janeiro, Buenos Aires et Montevideo) avant de gagner le New York Navy Yard peu avant Noël. Il resta au chantier pour réparations et modifications jusqu'au mois de mars 1935.

Il ne tarda pas à quitter la côte est pour la côte ouest, franchissant le canal de Panama les 7 et 8 avril avant d'arriver quelques jours plus tard à son port base, San Diego où il fût affecté à la 6ème divison de croiseurs. Il participa au mois de mai à Fleet Problem XVI dans le Pacifique Nord.

Au printemps 1936, le Tuscaloosa participa à des exercices de routine et des opérations au large de la Californie avant de participer à Fleet Problem XVII qui se déroula au large de la côte ouest, de l'Amérique Centrale et de la zone du Canal avec la lutte ASM pour thème principal.

L'année suivante, il effectua de nouveaux exercices dans le Pacifique aussi bien au large de l'Alaska, de Midway et dans les eaux hawaïennes avec pour thème principal les opérations amphibies. En avril et mai 1938, le croiseur lourd participa à Fleet Problem XIX qui se déroula dans les eaux hawaïennes et enchaina par une activité routinière.

Le 3 janvier 1939, il appareilla de San Diego et gagna les Caraïbes pour participer à Fleet Problem XX avant un petit carénage à l'Arsenal de Norfolk. Il retrouva alors ses sister-ship San Francisco et Quincy pour un croisière en Amérique du Sud.

Du 8 avril au 10 mai, les trois croiseurs lourds sous le commandement du contre-amiral Husband E. Kimmel visitèrent Caracas, Rio de Janeiro, Montevideo et Buenos Aires, franchissant le détroit de Magellan les 14 et 15 mai, faisant ensuite escale à Valparaíso et Callao avant de repasser le canal de Panama et de rentrer à Norfolk le 6 juin 1939.

En août 1939, il transporta le président Roosevelt à Campobello Island dans le Nouveau-Brunswick, assistant aux opérations de sauvetage du sous marin Squalus. Le 24 août après des visites à Campobello et d'autres ports de Terre Neuve, le président Roosevelt débarqua à Sandy Hook sur la côte du New Jersey.

Quand éclata la seconde guerre mondiale le 1er sep 1939, le Tuscaloosa était à Norfolk et le 5 septembre, le président Roosevelt mit en place les patrouilles de neutralité, le croiseur lourd appareillant dès le lendemain pour une patrouille de cinq jours. Il passa les mois de septembre et d'octobre dans des exercices et des entrainements au tir dans les Caraïbes mais aussi en baie de Chesapeake jusqu'à la mi-décembre.

Il participa ensuite à l'interception du paquebot allemand Columbus qui fût sabordé par son équipage qui fût récupéré par le Tuscaloosa, un destroyer britannique étant également présent sur zone. Les passagers et marins allemands furent débarqués à New York le 20 décembre (la plupart rentra en Allemagne via le Pacifique) et le croiseur appareilla le 21 décembre pour rentrer à Norfolk le lendemain.

Le 11 janvier 1940, le Tuscaloosa accompagné par le San Francisco appareilla pour les Caraïbes, arrivant à Culebra (Porto Rico) le 16 janvier. Il participa à des exercices du 18 au 27 janvier avant de rentrer à Norfolk le 29 janvier pour un carénage destiné à le transformé en navire présidentiel et à plusieurs reprises durant l'année 1940, il embarqua Franklin Roosevelt pour des tournées d'inspection qui alternaient avec des patrouilles de neutralité et divers exercices.

Le 22 décembre 1940, le Tuscaloosa embarqua à Norfolk l'amiral William D. Leahy et son épouse pour l'enmener à Lisbonne et lui permettre de rejoindre Vichy où il devait représenter les Etats Unis auprès de l'Etat français. Le croiseur est de retour à Norfolk le 11 janvier 1941 et enchaine par des exercices jusqu'au 2 mars avant de reprendre ses patrouilles de neutralité menées à partir du 8 avril 1941 depuis la base des Bermudes, une colonie britannique. Il participa à la recherche du Bismarck et détail cocasse, il embarqua des marins du Vincennes et du Quincy faute d'avoir pu retrouver tous ses propres marins......... .

En septembre 1941, le croiseur lourd Tuscaloosa escorta le premier convoi américains destiné à relever la garnison britannique qui occupait l'Islande. Il enchaina par des patrouilles menées en compagnie des cuirassés Idaho, Mississippi et New Mexico, le croiseur lourd Wichita et deux flottilles de destroyers sous le commandement du contre-amiral Robert Giffen, patrouilles menées depuis Hvalfjörður en Islande.

Cette neutralité cessa brutalement au début du mois de décembre quand le Japon attaqua Pearl Harbor le 7 décembre ce qui équivalait à une déclaration de guerre. Les deux alliés européens du Japon, l'Allemagne et l'Italie déclarèrent la guerre aux Etats Unis le 11 décembre.


Le Tuscaloosa en 1942

Le 6 janvier 1942, le Tuscaloosa quitta sa base islandaise en compagnie du Wichita et des destroyers Grayson et Meredith pour une croisière d'entrainement dans le détroit du Danemark jusqu'à son retour à Hvalfjörður trois jours plus tard. Il gagna ensuite l'Arsenal de Boston pour un carénage du 8 au 20 février suivi par une remise en condition en vaie de Casco avant de nouvelles réparations à New York avant d'être affecté au TG 39.1, un Task Group commandé par le contre-amiral John Wilcox embarqué sur le cuirassé Washington.

Le 26 mars 1942, la TF39 commandée par le contre-amiral Wilcox appareille de Portland pour Scapa Flow avec le cuirassé Washington, le porte-avions Wasp, les croiseurs lourds Wichita et Tuscaloosa et 8 destroyers afin de remplacer les navires britanniques engagés dans l'opération Ironclad contre Madgascar.

Le lendemain, l'alarme «homme à la mer» retentit à bord du cuirassé. L'homme étant passé par dessus bord n'était autre que le contre-amiral Wilcox. Le Tuscaloosa, deux destroyers et les avions du Wasp participèrent aux recherches.

C'est le destroyer Wilson qui fit la macabre découverte, le contre-amiral flottant sur le ventre. Les circonstances de ce dramatique incident restent obscure, certains parlant de négligence, d'autre de crise cardiaque ou pour certains encore un suicide. L'enquête officielle ne révéla aucune négligence de la part du contre-amiral.

Les conditions de mer empêchèrent la récupération du corps à 12.28 le 27 mars, l'opération de sauvetage fût abandonnée et le contre-amiral Wilcox fût remplacé par le contre-amiral Robert Giffen à bord du Wichita. La TF américaine arriva à Scapa Flow le 4 avril et fût aussitôt placée sous le commandement de l'amiral Sir John Tovey, le commandant en chef de la Home Fleet qui avait posé sa marque sur le King George V.
Durant les deux mois qui suivirent son arrivée dans les îles britanniques, le Tuscaloosa effectua des missions d'escorte de convois en dirction de la Russie ainsi que des missions de transport rapide.

A la fin du mois d'août 1942, le Tuscaloosa quitta l'Europe pour rentrer aux Etats Unis et subir un carénage bien nécessaire après des opérations dans des eaux qui mettaient à rude épreuve les hommes comme le matériel.

Remis en état et son équipage entrainé, le Tuscaloosa quitta les Etats Unis pour un nouveau théâtre d'opération à savoir l'Afrique du Nord où les anglo-americains décidèrent de débarquer le 8 novembre 1942 pour s'offrir une solide base de départ en vue des futures opérations en Méditerranée.
A l'aube du 8 novembre, au large de Casablanca, le Massachusetts accompagné par le Tuscaloosa et le Wichita ainsi que 4 destroyers furent pris pour cible par les quatre canons de 194mm et les quatre canons de 138mm de la batterie El Hank à 7h01. Les navires américains à 22000m riposent à 7h04 sur la batterie mais aussi sur le Jean Bart qui tire à son tour à 7h08 avec sa seule tourelle en état.

Le Massachusetts tira ainsi sans discontinuer jusqu'à 8h33 à l'exception d'une brève interruption de 7h40 à 7h47 un total de 9 salves complètes et de 38 salves partielles. L'une des salves partielles bloqua à 8h06 la tourelle du Jean Bart, les autres salves endommagèrent le port et coulèrent deux navires marchands.

A 8h10, la 2ème escadre légère (croiseur léger Primauguet, contre-torpilleurs Albatros, Milan et les torpilleurs Brestois Boulonnais Fougueux Frondeur Frondeur et L'Alcyon) sortit à pleine vitesse du port pour attaquer les transports mais ils furent refoulés. Le combat était de toute façon inégal entre des navires modernes et des navires anciens, mal équipés mais il impressionne tellement les américains que cet exemple est toujours cité par les américains comme un exemple de courage et de discipline. Un porte-avions d'escorte sera même baptisé Casablanca.


Le USS Tuscaloosa

Après avoir couvert les transports et appuyé le débarquement anglo-americain, le Tuscaloosa regagna les Etats Unis pour remise en état. De mars à mai 1943, le Tuscaloosa s'entraina au large de la côte est tout en se tenant prêt à intercepter et détruire un raider allemand tentant de détruire un convoi allié. A la fin du mois de mai, il escorta le paquebot Queen Mary qui transporta le premier ministre britannique aux Etats Unis.

Après une période de travaux à l'Arsenal de Boston en compagnie de l'Augusta, il escorta le paquebot Queen Elizabeth à Halifax en Nouvelle Ecosse avant de retrouver le Ranger et de gagner Scapa Flow pour opérer avec la Home Fleet, le croiseur lourd assurant la couverture d'un raid mené par le Ranger contre la navigation côtière allemande et le port de Bodo (Norvège) (opération Leader) du 2 au 6 octobre 1943.

Le 19 octobre 1943, il participa à l'opération destinée à retablir la station météo alliée du Spitzberg, station détruite par les allemands en compagnie du cuirassé britannique Anson, du croiseur lourd HMS Norfolk, du porte-avions Ranger et de six destroyers.

Après une autre opération de chasse au trafic commercial, le Tuscaloosa regagna les Etats Unis et entama un grand carénage à l'Arsenal de New York de décembre 1943 à février 1944 avant d'entamer une phase de remise en condition puis de regagner à nouveau l'Arsenal de Boston pour l'installation des premiers systèmes de contre-mesures en vue des opérations amphibies en Europe.


Le USS Tuscaloosa en 1943

Le 3 juin 1944, le Tuscaloosa appareilla en compagnie des autres navires de la TF125 direction la Normandie. A 5.50 le 6 juin, il ouvrit le feu avec ses canons de 203mm et trois minutes plus tard avec ses canons de 127mm, les canonniers du Tuscaloosa étant guidés par des Seafire et des Spitfire pilotés par des américains.

Après six jours d'opérations intensives, le Tuscaloosa regagna Plymouth pour se ravitailler en carburant et en munitions, reprennant le combat le 11 juin, restant sur zone jusqu'au 21 juin pour assurer l'appui de feu des troupes américaines.

Cinq jours plus tard, le 26 juin, le 7ème corps d'armée américain lança une attaque contre Cherbourg appuyé par une importante force navale qui engagea un duel avec les batteries allemandes qui défendaient ce port en eaux profondes vital pour la logistique allié.

En juillet 1944, il gagna la Méditerranée pour participer au débarquement de Provence le 15 août 1944 avant d'appuyer la progression des troupes à terre avec ses canons de 203mm et de 127mm. Il devait se retirer la nuit au large pour échapper aux bombardiers Junkers Ju88 et Dornier Do 217 qui effectuèrent plusieurs attaques avec des bombes guidées rendues inefficaces par les contre-mesures installées avant le déploiement en Europe.

Au mois de septembre 1944, le Tuscaloosa regagna les Etats Unis pour un carénage avant de reprendre l'entrainement puis de gagner le Pacifique, arrivant à Pearl Harbor en janvier 1945. Il participa ainsi aux bombardements préliminaires sur Iwo Jima du 16 au 19 février 1945 avant d'enchainer par l'appui des marines débarqués jusqu'au 14 mars 1945.

Il passa quatre jours à se ravitailler en carburant et en munitions avant de se préparer à la nouvelle opération, l'opération Iceberg contre Okinawa. Les bombardements préliminaires commencèrent le 25 mars et les marines et les GI commencèrent à débarquer le 1er avril, solidement appuyés par une flotte qui devait également faire face aux kamikazes. Le croiseur lourd quitta Okinawa le 28 juin pour le golfe de Leyte et assura les dernières opérations contre les japonais encore présents aux Phillipines.


Le USS Tuscaloosa à la mer

Crépuscule

Le USS Tuscaloosa en 1945

Le 27 août, le croiseur lourd en compagnie d'autres navires de la 7ème flotte quitta Subic Bay pour gagner les eaux coréennes et mandchouriennes. Il fit ainsi escale à Tsingtao, à Dairen, à Port Arthur, à Chefu, à Taku, à Weihaiwei et Chinwangtao avant de terminer ce déploiement par Inchon le 8 septembre 1945 où des marines furent également mis à terre.

Le Tuscaloosa quitta la région le 30 septembre pour gagner Taku en Chine où d'autres marines furent mis à terre puis Jinsen où il tenta d'appuyer les Marines qui essayait de séparer communistes et nationalistes, une façon de gagner du temps puisque l'affrontement était à terre inévitable.

Le 3 novembre 1945, il reprit la mer pour gagner Tsingtao puis Shanghai où il embarqua 214 soldats et 118 marins démobilisés dans le cadre de l'opération Magic Carpet. Arrivé à Pearl Harbor le 26 novembre, il embarqua 206 hommes de plus avant d'appareiller le 28 novembre direction San Francisco où il arriva le 4 décembre et débarqua ses passagers.

Le 14 décembre 1945, il appareilla direction Guadalcanal puis les îles Russell afin d'embarquer d'autrs vétérans qui arrivèrent à Pearl Harbor le 9 janvier 1946, embarqua d'autres vétérans pour repartir le lendemain pour arriver à San Francisco le 15 janvier 1946.

Le 29 janvier, le Tuscaloosa appareilla de San Francisco pour la côte est. Désarmé le 13 février 1946, il resta en réserve jusqu'au 1er mars 1959 quand il fût rayé des registres puis vendu à la démolition le 25 juin à Boston Medals Company de Baltimore (Maryland).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 22:07

Le USS San Francisco (CA-38)

Le USS San Francisco à la mer

Présentation

Le San Francisco en construction.

-Le San Francisco est mis sur cale au Mare Island Navy Yard de Vallejo en Californie le 9 septembre 1931 lancé le 9 mars 1933 et admis au service actif le 10 février 1934.


Lancement du San Francisco


Le CA-38 est le deuxième navire de l'US Navy à porter le nom de «Frisco» (surnom plus utilisé par les touristes que les San franciscais. Cette ville de près de 800000 habitants est le quatrième ville la plus peuplée de Californie (derrière Los Angeles, San Diego et San José et la douzième la plus peuplée des Etats Unis (derrière New York Los Angeles Chicago Phoenix Philadelphie San Antonio San Diego Dallas San José Détroit Jacksonville et Indianapolis) connue pour son Golden Gate, son quartier gay et la menace du «Big One», le tremblement de terre ultime lié à la faille de San Andreas.


Le croiseur léger USS San Francisco

Le USS San Francisco (C-5) est admis au service actif le 15 novembre 1890. Il sert dans le Pacifique jusqu'en 1893 puis dans l'Atlantique et en Europe jusqu'en 1896. Il participa indirectement au conflit avec l'Espagne, effectuant des patrouilles le long des côtes de Floride. En réserve en 1898 à 1902 et de 1904 à 1908, il est ensuite transformé en mouilleur de mines, participant à des missions de mouillage de mines en Europe de 1917 à 1918. Il est désarmé en décembre 1921 et placé en réserve. Rebaptisé Tahoe puis Yosemite le 1er janvier 1931. Il est rayé des registres en juin 1937 et démoli en juin 1939.

Depuis un troisième navire à porté le nom de cette ville en l'occurence un sous marin nucléaire d'attaque, le SSN-711, le 24ème sous marin de cette classe entré en service le 24 avril 1981 et toujours en service en 2010 avec Bremerton (Etat de Washington) comme port d'attache depuis 2005 après Guam (2002-2005) et Pearl Harbor (1981-2002).

Carrière opérationnelle

Le San Francisco en 1942

Après une croisière de mise en condition réalisée au large du Mexique, dans les eaux hawaïennes et au large de l'Etat de Washington et de la Colombie Britannique et un voyage dans la zone du canal de Panama, il est affecté à la 6ème division de croiseurs basée à San Diego participant à de nombreuses manoeuvres et les exercices Fleet Problem. En janvier 1939, il fût affecté à la 7ème division de croiseurs et effectua une croisière autour du sous continent sud-américain avec notament un passage par le détroit de Magellan.

Quand éclata la Seconde Guerre Mondiale en Europe, le San Francisco gagna la base navale de Norfolk pour assurer les patrouilles de neutralité jusqu'en janvier 1940 car le 11 janvier, il gagna Guantanamo pour une brève escale où il fût relevé par le Wichita avant de regagner dans le Pacifique et son nouveau port d'attache, Pearl Harbor.

En mai 1940, il effectua un carénage au Puget Sound Navy Yard où il reçut 4 canons antiaériens de 76mm avant de regagner Pearl Harboe le 29 septembre 1940. Devenu navire amiral de 6ème division de croiseurs en mai 1941, effectuant exercices et croisères jusqu'au 11 octobre quand cessant d'être un navire amiral, il entra à l'Arsenal de Pearl Harbor pour un carénage dont l'achèvement était prévu pour le 25 décembre 1941.

Quand les japonais attaquèrent Oahu, le San Francisco était encore au bassin, la propulsion hors service et les soutes en munitions avaient été visées, les seules armes disponibles étant des armes individuelles et deux mitrailleuses sans parler qu'une bonne partie de l'équipage était débarqué mais une partie de l'équipage gagna le New Orleans pour armer les batteries antiaériennes.

Ressorti intact de cette attaque, il fût promptement remis en état, quittant l'Arsenal le 14 décembre 1941. Le 16 décembre, il appareilla avec la TF14 pour appuyer Wake attaquée par les japonais mais l'île tomba le 23 décembre avant l'arrivée des renforts qui furent dévertis en direction de Midway, le croiseur lourd est de retour à Pearl Harbor le 29 décembre 1941.

Le 8 janvier 1942, le San Francisco appareilla direction Samoa pour couvrir un convoi de transport amenant des renforts aurait du retrouver la TF17 pour couvrir les porte-avions qui devaient attaquer les Gilbert et les Marshall mais il resta pour couvrir les transports. Il quitta la zone le 8 février pour retrouver la TF11 qui devait attaquer Rabaul tout en se défendant contre des bombardiers japonais qui ayant repéré la flotte provoquèrent l'annulation du raid qui ne pouvait plus jouer sur l'effet de surprise.

Dans la nuit du 9 au 10 mars, les TF11 et 17 entrèrent dans le Golfe de Papua et à l'aube, les porte-avions Lexington et Yorktown lancèrent leurs avions pour attaquer la flotte et les troupes japonaises à Salamaua et Lae. Le San Francisco regagna Pearl Harbour le 26 mars et le 22 avril quitta les eaux hawaïennes direction San Francisco en escorte de convoi avant d'effectuer le chemin inverse pour la même mission en direction d'Auckland (Nouvelle Zélande) mais également de Suva aux Fidji et en Australie avant de rentrer à Pearl Harbor le 29 juin.

Les 7 et 8 août 1942, il participa à l'opération Watchtower, le débarquement américain à Guadalacanal et Tulagi. Il assura le contrôle océanique de la zone. Le 15 septembre 1942, il couvrait le porte-avions Wasp quand ce dernier fût torpillé par un sous marin japonais et succomba après une longue agonie achevée par le destroyer Lansdowe qui torpilla l'épave enflammée.

Le 11 et 12 octobre 1942 eut lieu la bataille du Cap Esperance (également connue sous le nom de seconde bataille de Savo). Au moment du débarquement américain, les japonais poussaient vers la Nouvelle Guinée pour s'emparer de Port Moresby lorsqu'ils recoivent l'ordre le 18 septembre de se replier, la priorité étant donnée à Guadalcanal. Les deux camps renforcent leur position, les japonais par le fameux «Express de Tokyo» et les américains par un convoi venant de Nouméa. Il est couvert par la TF64 du contre-amiral Norman composé des croiseurs San Francisco, Boise, Salt Lake City et Helena et cinq destroyers Farenholt, Duncan, Buchanan, McCalla et Laffey; la couverture à distance étant assuré par un groupe organisé autour du Hornet et un autre autour du Washington.

Les japonais sont reperés par un B17 basé à Henderson Field le soir du 11 octobre et l'amiral Scott décide de les intercepter. La rencontre à lieu à l'est de Savo dans la nuit du 11 au 12 octobre, les américains barrant le T aux Japonais qui cette fois sont surpris. Les américains sont en ligne de file avec les destroyers Farenholt, Duncan, Laffey, le croiseur lourd San Francisco (sur lequel se trouve l'amiral Scott), le croiseur léger Boise, le croiseur lourd Salt Lake City, le croiseur léger Helena et les destroyers Buchanan et McCalla. Les japonais se présentent sur une colonne avec les croiseurs lourds Aoba, Furutaka, Kinugasa avec sur chaque flanc, un destroyer le Fubuki à tribord et le Hatsuyuki à bâbord.

Les japonais sont détectés au radar par l'Hélena à 23h25 à 14 miles puis par le Boise. L'Helena ouvre le feu à 23h46 suivi par les autres bâtiments. Les japonais sont surpris les pièces dans l'axe. Le Fubuki est coulé et le Furutaka fait de même à 0h40,L'Aoba est en feu. Le Kinugasa et le Hatsuyuki, indemnes se retirent mais le Kinugasa encadre le San Francisco puis le Boise qui doit manoeuvrer pour éviter les torpilles.

Le Boise s'étant dévoilé en utilisant un projecteur, il est repris pour cible par le Kinugasa et l'Aoba et encaisse quatre coups avant d'être couvert par une manoeuvre du Salt Lake City. Le combat cesse à 0h20 et les navires japonais rallient les Shortland au sud de Bougainville qui leur sert de base avancée.

Le Duncan, touché par des obus japonais et américains, incendié coule le lendemain vers midi. Le Farenholt a aussi encaissé aussi des coups, probablement américains. Le Boise qui a eu 107 tués, sera réparé à Philadelphie et le Salt Lake City qui à reçu deux coups à Pearl Harbor, le San Francisco en ressortant indemne de cette bataille.

Après cette bataille, le San Francisco continua à opérer dans les approches de Guadalcanal et plus généralement dans l'archipel des Salomons.

Le 10 novembre 1942, un hydravion japonais reconnu une force navale américaine qui arriva le 12 novembre au large de Lunga Point et les transports commencèrent à déchargé. En début de l'après midi, un groupe d'avions japonais fût localisé et les 21 avions attaquèrent les transports et son escorte, le San Francisco etant endommagé par un avion torpilleur qui abattu après avoir lancé sa torpille s'écrasa sur les superstructures qui provoquèrent la mort de 15 morts pendant que 29 étaient blessés et un disparu.

Les blessés furent transférés sur le President Jackson juste avant qu'une force de surface japonaise ne soit signalée alors que la nuit tombait. Les transports furent extraits de la zone dangereuse avant que les navires américains ne se regroupent.

Outre le croiseur lourd San Francisco, on trouvait huit destroyers, les croiseurs légers antiaériens Atlanta et Juneau, le croiseur lourd Portland et le croiseur léger Héléna. Ce dernier repère au radar à 1.24 une force japonaise composée du croiseur léger Nagara, des cuirassés Hiei et Kirishima et de onze destroyers qui doivent effectuer un bombardement naval. Les japonais localisent les américains à 1.41.

l'Atlanta illuminé par le projecteur du destroyer Akatsuki (classe Fubuki) ouvre le feu à 1.50 et comme souvent pour un engagement de nuit, il règne une certaine confusion. Ce bref engagement ce termine vers 3.00 bien que la dernière ait plus ressemblé à un affrontement dans un théâtre d'ombre.

Dans la mêlée, il semble que le San Francisco ait mis hors de combat le malheureux Atlanta avant de tirer sur le Hiei puis de servir de cible au Kirishima. L'Atlanta immobilisé par au moin une et peut être deux torpilles, trois destroyers sont pulvérisés par les japonais pendant que le San Francisco déguste méchament, encaissant près de 45 obus, le Juneau encaisse une torpille tout comme le Portland, deux autres destroyer sont coulé. Au matin, le Portland achevera un destroyer, le Hiei sera achevé par les avions d'Henderson Field et/ou sabordé par son équipage, l'Atlanta hors de combat est sabordé. Le Juneau endommagé encaissera trois torpilles japonaises qui provoquèrent sa perte et parmi les 700 hommes tués figurent les cinq frères Sullivans qui avaient tenu à servir ensemble.

Les pertes de cette bataille sont lourdes mais Henderson Field reste aux mains des américains ce qui limite les possibilités tactiques japonaises. Le San Francisco à donc encaissé 45 obus mais aucun n'à provoqué de dommages sensibles (sous entendu sous la ligne de flottaison), les 24 feus ayant été tous éteints. 77 marins dont le contre-amiral Callaghan et le capitaine Cassin Young, 105 sont blessés et sept disparus mais trois seront ultérieurement retrouvés.

Le San Francisco arrive enfin à Espiritu Santo le 14 novembre pour les réparations initiales avant d'appareiller pour Nouméa le 18 novembre qu'il quitta le 23 novembre pour San Francisco où il arriva le 11 décembre 1942.


Le San Francisco franchissant le Golden Gate dans le brouillard en décembre 1942

Trois jours plus tard, le croiseur lourd entra à l'Arsenal de Mare Island pour des travaux qui furent rondement menés puisqu'il quitta les Etats Unis le 26 février 1943 pour Nouméa où il arriva le 20 mars. Une escale de cinq jours, plus tard, il appareilla pour rejoindre Efate avant de retrouver les îles Hawai à la mi avril. Il opéra ensuite jusqu'à la mi-septembre autour des Aléoutiennes.


Le San Francisco en 1943

Il regagna ensuite le Pacifique, bombardant Wake le 5 octobre avant de renter à Pearl Harbor le 11 octobre. Il bombarda ensuite Makin puis le 20 octobre, assura le bombardement de pré-invasion contre Betio avant de couvrir les transports.

Le 26 octobre, il fût détaché au TG 50.1 composé des porte-avions Yorktown, Lexington et Cowpens, cinq autres croiseurs et six destroyers pour bombarder les Marshall et notament la base navale de Kwajalein le 4 décembre 1943. l'aviation japonaise tenta d'attaquer le TG mais sans succès, deux appareils sur les trois qui attaquèrent le croiseur lourd furent abattus par la DCA, le troisième l'étant par la DCA du Yorktown. Les mitraillages des avions japonais provoquèrent quelques dégâts limités (un mort et vingt-deux blessés). Le San Francisco est de retour à Pearl Harbor le 6 décembre 1943.


Le USS San Francisco en 1944

Le 22 janvier 1944, le San Francisco appareilla en compagnie de la TF52 pour les Marshall cible d'un nouveau débarquement américain. Opérant avec des destroyers, il bombarda les installations de Maloelap pour divertir l'attention des japonais de la cible principale à savoir Kwajalein qu'il bombarda le 31 janvier d'abord sous la forme d'un tir de barrage puis sous la fomr d'un tir de précision sur des cibles d'opportunité.

Le 8 février, il appareilla pour Majuro, retrouvant la TF58 ou Fast Carrier Task Force et appareilla avec elle le 12 février, couvrant l'Intrepid qui torpillé dans la nuit du 16 au 17 février. Le croiseur lourd l'escorta jusqu'au 19 octobre quand le porte-avions endommagé continua sur Pearl Harbor avec deux destroyers tandis que le croiseur lourd regagna Majuro.

Après une boucle à Hawaï, le San Francisco regagna Majuro le 20 mars pour se ravitailler avant de repartir le 22 mars pour les Carolines Occidentales. Il couvrit ainsi les raids des porte-avions contre Palaus et Woleia les 30 mars et 1er avril 1944, ses hydravions assurant des missions de sauvetage de pilotes abattus avant de retourner à Majuro.

Du 21 au 28 avril, il appuya les assauts amphibies à Hollandia en Nouvelle Guinée avant de couvrir les porte-avions qui attaquèrent Truk le 29 avril avant le lendemain, 30 avril de bombarder Satawan avec huit autres croiseurs.

Il participa ensuite à l'invasion de Saipan, pilonnant l'île de Tinian du 14 au 16 juin puis Guam au sein de la 9ème division de croiseurs. Cette opération fût interrompue par l'annonce de l'arrivée dans la région d'une puissante force japonaise. Le San Francisco regagna Saipan le 17 juin pour assurer la protection rapprochée des transports et des navires amphibies. Il ne participa pas directement à la bataille de la mer des Phillipines, étant légèrement endommagé par l'aviation japonaise avant de se lancer à la poursuite de la force japonaise mais sans succès.

Du 8 au 12 juillet, il bombarda Guam avant de rentrer à Saipan pour ravitaillement avant de prendre position au large de Guam le 18 juillet pour deux jours de bombardement préliminaire. Les marines débarquèrent le 21 juillet et comme à chaque fois, le Ca-38 pilonna les positions japonaises pour couvrir la progression des Leathernecks tout en état disponible pour des tirs d'opportunité à la demande.

Le 30 juillet, il appareilla de Guam pour San Francisco où il arriva le 16 août via Eniwetok et Pearl Harbor. Il entra en carénage jusqu'au 31 octobre, date de son départ de la côte ouest, le croiseur lourd arrivant à Ulithi le 21 novembre 1944. Le 10 décembre, il gagna les Phillipines pour participer à l'appui des forces de la 7ème armée chargées de reconquerir l'archipel.

Le 16 décembre 1944, le San Francisco gagna le point de rendez vous pour un ravitaillement mais le typhon Cobra interrompit ce ravitaillement qui provoqua le naufrage de trois destroyers (Hull Monaghan et Spence). Les opérations reprirent le 20 décembre contre Luzon mais les mauvaises conditions météo perturbèrent les opérations. La force regagna Ulithi le 24 décembre 1944.

Au mois de janvier, il assura la couverture des porte-avions qui bombardèrent aussi bien Formose, Luzon, Hong Kong et le sud de la Chine. Le 22 janvier, il couvrit les porte-avions qui attaquèrent les îles Ryukyu avant de gagner les Carolines. Au mois de février, la Fast Carrier Task Force bombarda Honshu mais également les Volcano et les Bonins avant de couvrir le débarquement amphibie sur Iwo Jima, assurant le matraquage des positions japonaises et l'appui des Marines.

Il participa ensuite à l'opération Iceberg _le débarquement sur Okinawa_, assurant tout d'abord la couverture à partir du 25 mars des Underwater Demolition Team chargées de déminer les approches et de dégager le terrain pour les Marines. Le lendemain, il commença les bombardements préparatoires destinés à facilité la progression des Marines et des GI qui débarquèrent le 1er avril 1945. Jusqu'au 6 avril, date de son premier ravitaillement, il pilonna les points d'appui la journée et la nuit effectua des tirs de harcelement pour empêcher les soldats nippons de s'infiltrer dans les lignes américaines.

De retour au combat le 7 avril, il continua sa mission d'appui tout en se défendant contre les kamikazes japonais qui multipliaient les raids qu'ils soient aériens ou navals. Le 24 avril, il quitta la zone pour Majuro pour repos de l'équipage, maintenance et ravitaillement, étant de retour sur zone le 13 mai pour soutenir les troupes américaines qui se heurtaient à une résistance désespérée des japonais. Il assura cette mission jusqu'au 3 juillet quand il appareilla pour les Philippines et plus précisément Subic Bay où il devait préparer l'invasion du Japon métropolitain.

Les dernières années d'un croiseur

Le San Francisco en 1944

le 28 août, le San Francisco appareilla pour la Chine, effectuant une démonstration de force en mer Jaune et dans le Golfe de Pohai avant de couvrir les opérations de dragage de mines. Il jeta l'ancre à Jinsen en Corée le 8 octobre avant de reprendre ses patrouilles puis d'être le théâtre de la rédition des forces navales japonaises de Corée.

Le 27 novembre 1945, il appareilla pour les Etats Unis, arrivant à San Francisco à la mi-décembre avant de continuer direction la côte est et plus précisément Philadelphie où il arriva le 5 janvier 1945.

Désarmé et placé en réserve le 10 février, il fût mouillé à Philadelphie au sein de l'Atlantic Reserve Fleet jusqu'au 1er mars 1959 quand il fût rayé des registres. Il est vendu à la démolition le 9 septembre à Union Mineral and Alloys Corporation de New York qui le fit démanteler en 1961 à Panama City (Floride).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 22:19

Le USS Quincy (CA-39)

Le USS Quincy à la mer en 1937

Présentation

-Le Quincy est mis sur cale aux chantiers navals de la Betlhehem Shipbuilding Company de Quincy dans le Massachusetts le 15 novembre 1933 lancé le 19 juin 1935 et admis au service actif le 9 juin 1936.

Le CA-39 est le deuxième navire à porter le nom de cette ville du Massachusetts connue pour être le berceau de la famille Adams qui donna deux présidents aux Etats Unis.

Le premier navire est un cargo allemand, le SS Vogesen saisi par les américains le 8 mai 1917, mis en service le 2 février 1918 et désarmé le 5 juin 1922 avant d'être vendu à une compagnie civile le 25 septembre 1922.


Le USS Quincy de classe Baltimore

Après le CA-39 un autre navire à porté le nom, un autre croiseur lourd, de classe Baltimore, le troisième navire de cette classe admis au service actif le 15 décembre 1943, participant au second conflit mondial, à la guerre de Corée après avoir été mis en réserve d'octobre 1946 à février 1952. Désarmé le 2 juillet 1954, il est rayé des registres le 1er octobre 1973 et démoli.

Carrière opérationnelle

Le USS Quincy en 1939

Affecté après son admission au service actif à la 8ème division de croiseurs de la flotte de l'Atlantique, le Quincy reçut l'ordre de gagner la Méditerranée le 20 juillet 1936 pour protéger les ressortissants américains piégés par la guerre d'Espagne. Il franchit le détroit de Gibraltar le 26 juillet et arriva à Malaga le 27 juillet pour opérer avec des navires allemands. Le Quincy évacua 490 réfugiés à Marseille et Villefranche avant d'être relevé par le Raleigh le 27 septembre 1936.

Le Quincy regagna les Etats Unis et arriva au Boston Navy Yard le 5 octobre pour les modifications et les ultimes essais qui eurent lieu du 15 au 18 mars 1937. Il appareille pour le Pacifique le 12 avril , franchissant le canal de Panama du 23 au 27 avril et arriva à Pearl Harbor le 10 mai 1937, étant affecté à la 7ème division de croiseurs.

Il passa les dernières années du temps de paix à de multiples exercices et manoeuvres aussi bien dans le Pacifique que dans l'Atlantique où il est réaffecté le 4 janvier 1939. Franchissant le canal de Panama le 13 janvier, il fit escale à Guantanamo pour des exercices de tir et des exercices amphibies avant de participer à Fleet Problem XX du 13 au 26 février 1939.

Le Quincy effectua ensuite une croisière autour du sous continent sud-américain du 10 avril au 12 juin avant d'embarquer des reservistes à Norfolk pour trois croisières d'entrainement du 9 juillet au 24 août. Il passa le reste de l'année 1939 à assurer des patrouilles de neutralité à cause du déclenchement de la seconde guerre mondiale en Europe.

Après un carénage à Norfolk jusqu'au 4 mai 1940, le Quincy visita à nouveau le Brésil, l'Uruguay et l'Argentine avant de rentrer à son port d'attache le 22 septembre 1940. Il effectua trois nouvelles croisières d'entrainement avec des réservistes du 1er octobre au 20 décembre 1940.

Le Quincy passa le début de l'année dans les Caraibes avec des exercices amphibies et des exercices de tir notament au large de Porto Rico du 3 février au 1er avril 1941. Il opéra dans l'Atlantique en compagnie du Wasp du 26 avril au 6 juin 1941 puis avec le Yorktown jusqu'à son retour au port le 14 juillet 1941.


Le Quincy passant sous un pont (Brooklyn à New York)

Le 28 juillet 1941, le Quincy appareilla avec la TF16 pour l'Islande afin de de patrouiller dans le détroit du Danemark du 21 au 24 septembre 1941. Il regagna Terre Neuve avec un convoi le 31 octobre avant de gagner Le Cap en Afrique du Sud via Trinidad où il prit en charge un convoi qu'il escorta jusqu'à Trinidad le 29 décembre.

Le 25 janvier 1942, il appareilla à nouveau pour l'Islande en escorte de convoi avant d'effectuer une patrouille dans le Détroit du Danemark du 8 au 11 mars avant de rentrer au Etats Unis le 14 mars pour subir un carénage au New York Navy Yard qui l'y immobilisa jusqu'à la fin du mois de mai 1942.

Le Quincy appareilla pour San Diego le 5 juin, franchissant le canal de Panama et arrivant à destination le 19 juin 1942. Il fût affecté à la TF18 avec le statut de navire amiral où le contre-amiral Norman R. Scott posa sa marque.


Le USS Quincy en mai 1942

La fin d'un croiseur

Le USS Quincy le 3 août 1942

Après avoir couvert le débarquement des Marines de l'amiral Vandergrift, l'Astoria participe à la bataille de l'île de Savo dans la nuit du 8 au 9 août 1942. Les forces américaines sont divisés en trois groupes. Un groupe entre la pointe de Lunga et Tulagi est formé par le croiseur australien Hobart, le croiseur léger antiaérien américain San Juan et deux destroyers.

Le groupe nord dans l'est de Savo regroupe les croiseurs lourds Astoria, Quincy, Vincennes et deux destroyers tandis que le groupe sud dans le sud-ouest de la pointe Lunga est formé avec le croiseur australien Canberra, le croiseur américain Chicago et deux destroyers. L'Australia avait été détaché avec l'amiral Crutchley pour lui permettre de participer à une conférence au sommet après le retrait des porte-avions de Fletcher.

Peu après minuit, le 9 août, les japonais arrivent sur zone, formés en une colonne avec dans l'ordre les croiseurs lourds Chokai (sur lequel est embarqué Mikawa) Aoba Kako Kinugasa, Furutaka; les croiseurs légers Tenryu et Yubari ainsi que le destroyer Yunagi.

Sur deux colonnes, les japonais lancent les torpilles à 1h38 et l'alerte est donnée par le Paterson à 1h43. A 1h45, un hydravion japonais illumine les navires alliés alors que les torpilles arrivent au but et que l'artillerie des croiseurs japonais ouvre le feu.

Le Canberra est hors de combat presque immédiatement, touché par des obus et deux torpilles. Le Chicago encaisse une torpille à l'étrave mais parvient à tirer sur le Yunagi sans résultats tangibles toutefois.

Les japonais découvrent alors la force nord qui patrouille à 10 noeuds et qui à simplement crue que la force sud tirait sur des avions. Le scenario précédent se répéte. Le Chokai lance cinq torpilles à 1h48 et les croiseurs japonais tirent en remontant la colonne américaine et en mettant successivement hors de combat l'Astoria, le Quincy et le Vincennes. L'Astoria dont les hydravions ont été incendiés sert de point de repère aux canonniers japonais et encaisse de nombreux obus tout en parvenant à tirer une douzaine de salves et à toucher une tourelle du Chokai.

Le Quincy qui encaisse des obus et une torpille et chavire à 2h35 provoquant la mort de 370 marins dont le commandant alors que 167 marins sont blessés, c'est le premier navire à rejoindre le futur Iron Bottom Sound (le détroit au fond de feraille entre Savo, Tulagi et la côte nord ouest de Guadalcanal). Le Vincennes qui encaisse de nombreuses salves du Kinugasa et trois ou quatre torpilles chavire à 2h50.

Les japonais craignant l'intervention au lever du jour de l'aviation américaine se retirent à 2h30, laissant derrière eux un spectacle de désolation. Le Canberra assisté par deux destroyers est achevé à la torpille vers 8h.

L'Astoria qui avait encaissé 56 obus japonais fut un temps remorqué finit par chavirer et couler à 12h15, seuls 32 survivants furent récupérés. Le Chicago parvient à gagner Nouméa puis Sydney avant de traverser le Pacifique et de gagner Mare Island pour être réparé le 13 octobre 1942.


Le USS Quincy le 4 août 1942

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 22:35

Le Vincennes (CA-44)

Le USS Vincennes à Portsmouth en 1937

Présentation

-Le Vincennes est mis sur cale aux chantiers navals de la Bethlehem Shipbuilding Company's Fore River plant installés à Quincy dans le Massachusetts le 2 janvier 1934 lancé le 21 mai 1936 et admis au service actif le 24 février 1937.


Le USS Vincennes lors d'essais de vitesse

Le CA-44 est le deuxième navire de l'US Navy à porté le nom de cette petite ville de l'Etat de l'Indiana fondée par des français en 1732 dans la colonie de Lousiane et théâtre d'une bataille de la guerre d'indépendance américaine en 1779 après un sloop de 18 canons mis en service en 1826, utilisé durant la guerre de Secession comme navire de blocus avant d'être désarmé puis démoli en 1867.

Après le CA-44, deux autres navires de l'US Navy ont porté ce nom. Le premier fût un croiseur léger de classe Cleveland mis en service le 21 janvier 1944, utilisé dans le Pacifique et désarmé le 10 septembre 1946 et mis en réserve. Jamais réarmé, il fût rayé des registres le 1er avril 1966 et coulé comme cible dans le cadre d'expérimentations de missiles.


Le USS Vincennes (CG-49) classe Ticonderoga

Il à été suivi par un croiseur lance-missiles de classe Ticonderoga, le CG-49, troisième navire de cette classe mis en service le 7 juin 1985 et désarmé le 29 juin 2005. Il s'est malheureusement illustré en abattant par erreur un Airbus A-300 de la compagnie Gulf Air le 3 juillet 1988 qui provoqua la mort des 290 passagers et membres d'équipage.

Carrière opérationnelle

Le USS Vincennes en 1937

Le nouveau croiseur effectua sa croisière de mise en condition en Europe. Appareillant de Boston le 19 avril 1937, il fit escale à Stockholm, à Helsinki, au Havre et à Portsmouth. Au début de janvier 1938, il fût affecté à la 7ème division de croiseurs de la Scouting Force déployée dans le Pacifique et gagna San Diego son port d'attache.

Après un carénage au Mare Island Navy Yard, le croiseur regagna la côte est, franchissant le canal de Panama le 6 juin en compagnie du Quincy, du Tuscaloosa et du San Francisco, jettant l'ancre à Hampton Roads le 13 juin 1939. Quand la guerre éclata en Europe, le Vincennes commença les patrouilles destinées à faire respecter la neutralité américaine, une neutralité qui s'effilocha peu à peu jusqu'à l'entrée en guerre des Etats Unis le 7 décembre 1941.

Alors que la situation militaire de la France devenait compliquée, le Vincennes se rapprocha de l'Europe, effectuant une escale à Ponta Delgada aux Açores du 4 au 6 juin 1940 avant de gagner le Maroc sous protectorat français pour charger de l'or français et le mettre à l'abri aux Etats Unis.


Le USS Vincennes en 1938

Alors à l'ancre à Casablanca, le croiseur reçut l'information que l'Italie venait d'entrer en guerre, poignardant dans le dos la France qui n'avait pas besoin de ça. Il quitta l'Afrique du Nord le 10 juin et regagna les Etats Unis, déchargea l'or et reprit ses patrouilles de neutralité.
Après un carénage au Norfolk Navy Yard, le Vincennes quitta Hampton Roads le 7 janvier en compagnie du croiseur lourd Wichita, des cuirassés New York et Texas pour Guantanamo. Il effectua une série de manoeuvres et d'exercices jusqu'au 18 janvier 1941 quand il gagna la baie de Portland en Jamaïque, son nouveau port d'attache pour ses patrouilles de neutralité qui alternaient toujours avec de fréquentes manoeuvres et exercices, signe que l'on préparait déjà l'entrée en guerre.

Le 17 mars 1941, le Vincennes s'amarra dans le port de Pernambuco avant de reprendre la mer le 20 mars direction Le Cap où il arriva neuf jours plus tard. Il chargea de l'or destiné à payer les achats d'armes britanniques aux Etats Unis, repris la mer le 30 et regagna les Etats Unis tout en réalisant une série d'exercices.

Après une remise en état, le croiseur lourd appareilla pour la baie de Chesapeake retrouvant le porte-avions Ranger et le destroyer Sampson (classe Somers). Les trois navires gagnèrent les Bermudes le 30 avril 1941 où les américains avaient aménagé une base en l'échange de la fourniture à la Grande Bretagne de 50 vieux destroyers transformés en escorteurs et continuèrent leurs patrouilles de neutralité jusqu'à l'automne.

Au mois de novembre 1941, il escorta le convoi WS-12, des navires américains qui transportaient des troupes britanniques et c'est au cours de cette mission qu'il apprit l'attaque de Pearl Harbor et l'entrée en guerre des Etats Unis.

Arrivant au Cap le 9 décembre, le Vincennes quitta les eaux sud-africaines le 16 pour Trinidad pour une brève escale, sa destination finale étant Hampton Roads. Gagnant ensuite Norfolk le 4 janvier 1942, il appareilla pour New York quatre jours plus tard et entra aussitôt à l'Arsenal pour remise en état en vue d'opérations de guerre. La remise en état terminée, il participa à la croisière de mise en condition du porte-avions Hornet. Le Vincennes quitta New York le 4 mars 1942 direction le Pacifique, franchissant le canal de Panama le 11 mars avant de gagner San Francisco.


Le USS Vincennes

Au début de l'année 1942, les américains ont le moral dans les chaussettes et ont besoin d'une action d'éclat. L'idée d'un raid sur Tokyo est approuvé. Une Task Force 16 sous le commandement de l'amiral Halsey appareille de Pearl Harbor le 8 avril 1942, task force composée des porte-avions Enterprise et Hornet _ce dernier embarquant 18 bimoteurs B25_ ; des croiseurs lourds Salt Lake City, Northampton et Vincennes ; le croiseur léger Nashville et les quatre destroyers de la 22ème division de destroyers ainsi que deux pétroliers.

Le raid est lancé le 18 avril, les B25 décollant à 600 miles du Japon au lieu de 500 miles en raison de la présence de patrouilleurs japonais qui sont certes détruits par l'action des croiseurs Nashville et Vincennes plus des avions de l'Entreprise mais l'alerte ayant été probablement donné (les archives japonaises montrèrent après guerre qu'aucun des patrouilleurs détruits n'avait eu le temps de prévenir Tokyo), les américains décident de les faire partir. Les villes de Tokyo, Yokosuka, Yokohama, Kobe et Nagoya sont bombardés et si les dégâts matériels sont négligeables, l'impact psychologique est dévastateur obligeant les japonais à se montrer plus prudents.

Il participe ensuite à la bataille de Midway, le premier tournant de la guerre du Pacifique qui vit la progression japonaise irrémédiablement stoppée et l'outil militaire nippon, patiement forgé depuis 1905 sérieusement entamé par la destruction de quatre porte-avions et plus grave de nombreux pilotes et rampants entrainés et expérimentés.

Bataille au délà de l'horizon entre ponts plats et avions embarqués, les croiseurs n'eurent comme mission que d'assurer la protection des porte-avions contre les avions embarqués japonais. Le Vincennes assura ainsi la protection du Yorktown qui après avoir subit deux attaques aériennes succomba aux torpilles du sous marin I-168.

La bataille terminée, le croiseur lourd gagna Pearl Harbor où ul fût immobilisé pour entretien et réparations jusqu'au début du mois de juillet avant de reprendre l'entrainement dans les eaux hawaïennes jusqu'au 14 juillet, date à laquelle il gagna le Pacifique Sud en vue de participer à l'opération Watchtower.

A peine deux mois après cette bataille aussi décisive que le fût El Alamein ou Stalingrad, les américains et les japonais s'intéressèrent à un archipel situé au nord-est de l'Australie, les Salomons et commencèrent à aménager un aérodrome sur l'île de Guadalcanal.

Les américains comprirent le danger car des bombardiers basés sur cet aérodrome aurait rendu infernale la navigation en mer de Corail. Ils montèrent une opération destinée à s'emparer de cette île ainsi que des îles avoisinantes.

L'opération Watchtower déclenchée le 8 août 1942 voit les américains s'emparer de l'aérdrome presque achevé et marque le début d'une terrible bataille de six mois, la bataille de Guadalcanal durant laquelle les combattants se battirent autant entre eux que contre une nature hostile.

La fin d'un croiseur : la bataille de l'île de Savo

Le dispositif allié à la veille de la bataille de Savo

Après avoir couvert le débarquement des Marines de l'amiral Vandergrift, l'Astoria participe à la bataille de l'île de Savo dans la nuit du 8 au 9 août 1942. Les forces américaines sont divisés en trois groupes. Un groupe entre la pointe de Lunga et Tulagi est formé par le croiseur australien Hobart, le croiseur léger antiaérien américain San Juan et deux destroyers.

Le groupe nord dans l'est de Savo regroupe les croiseurs lourds Astoria, Quincy, Vincennes et deux destroyers tandis que le groupe sud dans le sud-ouest de la pointe Lunga est formé avec le croiseur australien Canberra, le croiseur américain Chicago et deux destroyers. L'Australia avait été détaché avec l'amiral Crutchley pour lui permettre de participer à une conférence au sommet après le retrait des porte-avions de Fletcher.

Peu après minuit, le 9 août, les japonais arrivent sur zone, formés en une colonne avec dans l'ordre les croiseurs lourds Chokai (sur lequel est embarqué Mikawa) Aoba Kako Kinugasa, Furutaka; les croiseurs légers Tenryu et Yubari ainsi que le destroyer Yunagi.

Sur deux colonnes, les japonais lancent les torpilles à 1h38 et l'alerte est donnée par le Paterson à 1h43. A 1h45, un hydravion japonais illumine les navires alliés alors que les torpilles arrivent au but et que l'artillerie des croiseurs japonais ouvre le feu.


Scénario de la bataille de Savo

Le Canberra est hors de combat presque immédiatement, touché par des obus et deux torpilles. Le Chicago encaisse une torpille à l'étrave mais parvient à tirer sur le Yunagi sans résultats tangibles toutefois.

Les japonais découvrent alors la force nord qui patrouille à 10 noeuds et qui à simplement crue que la force sud tirait sur des avions. Le scenario précédent se répéte. Le Chokai lance cinq torpilles à 1h48 et les croiseurs japonais tirent en remontant la colonne américaine et en mettant successivement hors de combat l'Astoria, le Quincy et le Vincennes. L'Astoria dont les hydravions ont été incendiés sert de point de repère aux canonniers japonais et encaisse de nombreux obus tout en parvenant à tirer une douzaine de salves et à toucher une tourelle du Chokai.

Le Quincy qui encaisse des obus et une torpille et chavire à 2h35, c'est le premier navire à rejoindre le futur Iron Bottom Sound (le détroit au fond de feraille entre Savo, Tulagi et la côte nord ouest de Guadalcanal). Le Vincennes qui encaisse de nombreuses salves du Kinugasa et trois ou quatre torpilles chavire à 2h50.

Les japonais craignant l'intervention au lever du jour de l'aviation américaine se retirent à 2h30, laissant derrière eux un spectacle de désolation. Le Canberra assisté par deux destroyers est achevé à la torpille vers 8h.

L'Astoria qui avait encaissé 56 obus japonais fut un temps remorqué finit par chavirer et couler à 12h15, seuls 32 survivants furent récupérés. Le Chicago parvient à gagner Nouméa puis Sydney avant de traverser le Pacifique et de gagner Mare Island pour être réparé le 13 octobre 1942.


Vue aérienne de l'USS Vincennes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 22:57

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 10298 tonnes pleine charge 12692 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 179.25m largeur : 18.81m tirant d'eau : 5.90m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Westinghouse alimentées en vapeur par huit chaudières Babcock & Wilcox dévellopant une puissance maximale de 107000ch et entrainant quatre hélices


Le New Orleans se ravitaillant en carburant

Performances : vitesse maximale 32.7 noeuds distance franchissable : 14000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture de 76 à 127mm pont blindé : 32 à 57mm tourelles de 203mm : 38 mm barbettes : 127mm (165mm sur le San Francisco) bloc passerelle 127mm

Armement :


Tourelles avant du Quincy

-9 canons de 203mm (8inch) Mark 9 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière). Le canon Mark 9 de 55 calibres tire des obus de 118kg à une distance comprise entre 5490m (site = 2.5°) et 29131m (site = +41°) à raison de 3 ou 4 coups par minute. La tourelle triple pèse 254 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +41° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° degré par seconde. Le rechargement se fait à +5°. La dotation en munitions est de 150 obus par canons soit 1350 obus pour l'ensemble du navire

Les Tuscaloosa, San Francisco, Quincy et Vincennes disposent de canons d'un modèle différent :

-9 canons de 203mm (8inch) Mark 12 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière). Ce canon de 55 calibres tire des obus de 118kg et des obus super lourds de 152kg à une distance maximale comprise entre 5490m (+3.1°) et 27480m (+41°) pour les obus conventionnels et une distance maximale à 41° de 27250m pour les obus superlourds.

La tourelle triple pèse 214 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +41° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° degré par seconde. Le rechargement se fait à +5°. La dotation en munitions est de 150 obus par canons soit 1350 obus pour l'ensemble du navire.


Obus de 203mm des canons équipant les New Orleans

Les sept croiseurs de classe New Orleans disposaient d'un même modèle de canons pour ce qui concerne l'artillerie secondaire :


Canon de 127mm antiaérien du croiseur Astoria

-8 canons de 127mm (5inch) Mark 13 en 8 affûts simples. Ce canon de 50 calibres tire des obus de 27kg à une distance maximale de 17370m (site = +25°) à raison de 6 à coups par minute. L'affût simple utilisé type Mark 9 ou 12 d'un poids respectif 9253 et 8482kg pointe en site de -10° à +15° pour le Mark 9 et de -10° à +25° pour le Mark 12 et en azimut sur 150°. la dotation en munitions est de 240 obus par canon soit un total de 3360 obus


Ci-dessus canon de 76mm antiaérien et ci-dessous un affût quadruple de 28mm


-8 mitrailleuses antiaériennes de 12.7mm remplacées au cours de la guerre pour ceux ayant échappé à l'enfer de Savo, le New Orleans disposant à la fin de la guerre de 16 canons de 40mm Bofors et de 19 canons Oerlikon de 20mm, ces derniers remplaçant les canons de 28mm un temps montés mais qui se révélèrent inefficaces


Gros plan du Minneapolis montrant l'emplacement des deux catapultes pour quatre hydravions

Aviation : deux catapultes installées à l'arrière de la deuxième cheminée pour un total de quatre hydravions. A la fin du conflit, un catapulte fût débarquée pour limiter la surcharge dans les hauts

Equipage : 876 officiers et marins

SOURCES

-Encyclopédie des armes T4 p801-820 «les croiseurs de la seconde guerre mondiale»

-Les croiseurs de la Seconde Guerre Mondiale en images (le San Francisco p 82)

-US Navy tome 1 1898 1945 «Du Maine au Missouri»

-Ressources internet diverses

-Photos et un Pdf de l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : SNA CLASSE CHURCHILL


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 38
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 23:04

Rafiots beaucoup plus blindés que les "coquilles d'œufs" des années 1920's.
Mais le désir de se limiter à 10 000 tonnes et l'ajout de blindage (d'ou l'usage de nouvelles tourelles/nouveaux blindages) provoqua des problèmes de "sur-poids" et de qualités nautiques....

La perte de 3 d'entre eux le 08/09 aout 1942 au large de Savo provoqua un véritable choc au sein du haut commandement naval US.
D'ailleurs Roosevelt, lors du programme d'aout 1942 (690 navires en 2 ans), ordonna la construction de 17 !!! nouveaux croiseurs lourds, et nul doute que cet énorme chiffre fut influencé par la perte de ces 3 rafiots en quelques heures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 23:35

Super ton article Claus
Merci thumright
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Lun 27 Sep 2010, 23:54

colombamike a écrit:
Rafiots beaucoup plus blindés que les "coquilles d'œufs" des années 1920's.
Mais le désir de se limiter à 10 000 tonnes et l'ajout de blindage (d'ou l'usage de nouvelles tourelles/nouveaux blindages) provoqua des problèmes de "sur-poids" et de qualités nautiques....

La perte de 3 d'entre eux le 08/09 aout 1942 au large de Savo provoqua un véritable choc au sein du haut commandement naval US.
D'ailleurs Roosevelt, lors du programme d'aout 1942 (690 navires en 2 ans), ordonna la construction de 17 !!! nouveaux croiseurs lourds, et nul doute que cet énorme chiffre fut influencé par la perte de ces 3 rafiots en quelques heures...

Merci pour ces commentaires les gars. En parlant de surcharge, des équipements durent être débarqués à la fin de la guerre pour limiter l'instabilité quand à Savo c'est plus un problème tactique que technique.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jefgte
Aspirant
Aspirant
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1488
Age : 61
Ville : France
Emploi : Dessinateur Projeteur
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mar 28 Sep 2010, 00:11

Encore un super article thumleft

Merci Claus cheers cheers cheers


Jef salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mar 28 Sep 2010, 09:24

Comme tous les navires conçus sous l'emprise des traîtés les croiseurs lourds de cette classe furent le fruit du très classique compromis

protection, vitesse endurance, puissance de feu le tout dans 10 160 tw
soit on était scrupuleux et l'on faisait des concessions, soit on était pas très regardant et on se retrouvait très vite avec des navires de 13 000 tonnes comme les Pola italiens (je ne parle même pas des Hipper qui eux s'affrnachirent ouvertement des traités)

Côté surcharge pondérale, ces navires étaient conçus sans réserve de flottabilité pour les raisons qu'on vient de voir (blindages, tourelles, installations aéronautiques) résultat quand il s'agit de positionner des radars (dès 42 avec le premier CXAM sur le Northampton) ou d'augmenter la DCA ils se retrouvèrent avec des problèmes de stabilité insolubles...
Un affûts quadruple de 40 mm Bofors pèse plusieurs tonnes et consomme 450 kilos de munitions à la minute et il n'était pas rare de remonter des soutes et de stocker plusieurs minutes de feu autour des pièces en cas d'alerte aérienne...
Une antenne de radar SK pèse avec son système de rotation environ 2,2 tonnes et elle était placée à 25, 30 mètres de haut. Cette accumulation de poids dans les hauts -élévation du centre de gravité- était problématique -hauteurs métacentrique de plus en plus défavorable- et touchait tous les navires des destroyers aux porte-avions et même dans une certaine mesure les cuirassés rapides.

Pour en revenir à Savo l'action de Mikawa fut assez lumineuse pour se suffire à elle même. En celà Savo ressemble un peu à Matapan le blindage d'un croiseur n'étant pas vraiment fait pour subir un tel déluge. A Matapan les 13 500 tonnes des 3 Pola ne les sauvèrent pas...

Mikawa fut accusé de pusilanimité par ses pairs au retour du combat de Savo (où les japs perdirent quand même leur premier croiseur lourd de la guerre le Kako du fait du S 44) au prétexte qu'il ne se serait pas retourné contre les transports après avoir coulé le groupe Riefkohl. Le Chokaï reçut au moins deux obus de 203 mm peut être de l'Astoria qui mirent en avarie une tourelle et dévastère la chambre de navirgation du croiseur amiral.
Désormais sans cartes (notamment des fonds), sa passerelle de majorité chahutée, son escadre dispersée (la queue de la file s'était accidentèlement décalée durant le premier combat, le Kako et le Yubari évoluaient un peu au hasard ce qui eut pour les américains un conséquence catastrophique il se retrouvèrent engagés sur les deux bords) Mikawa Guneichi décida de rentrer aux Shortlands Heureusement pour le San Juan et le Hobart qui en station devant Florida faillirent presque venir donner en plein la formation japonaise....

Savo est une bataille particulièrement intéressante mais à côté du Cap espérance ou de l'enfer du combat à vue de Guadalcanal qq mois plus tard çà reste quasiment un match à sens unique

Le pire pour les ricains c'est que la surprise de Savo n'aurait pas dû avoir lieu pour au moins deux raisons
-un Hudson australien repéra Mikawa dévalant le Slot à 26 noeuds dans l'après midi mais les aussies ne transmirent l'info qu'à leur retour, après le débriefing (il y eut aussi la légende de la prise du thé) et la lourdeur de la chaîne hierachique fit le reste.
-les américains repérèrent un hydravions de reco japonais avant le crépuscule mais a priori le fait que ce fut un hydravion léger à flotteurs du type de ceux embarqué sur les croiseurs et les cuirassés ne choqua personne.

Résultat comme le dit colombamike un véritable séïsme politico militaire.; mais enfin bon, en 42 le programme Cleveland, Baltimore était sur les rails depuis qq années et de ce point de vue là la stratégie japonaise était pour ainsi dire déjà en échec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mer 29 Sep 2010, 17:12

Oui! c'est vrai qu'avec les ressources d'ont bénéficiait les USA, le résultat final de la guerre du pacifique était déjà écrit d'avance!
Même dans l'hypothèse ou les Japonais auraient infliger un désastre complet à l'US.Navy à Midway et à la bataille de la mer de corail (ou aux "Marines" à Guadalcanal), cela n'aurait fait que retarder l'échéance final!
(Un peut comme les Confédérés de la guerre de sécession, qui partaient avec un handicape insurmontable face au Nord industrialiser).

A propos de se problème de charge dans les hauts, je me demande si justement si concepteur des New Orleans nom pas aggraver le problème dés le départ (par rapport aux croiseurs lourds US des classe précédente) quand il ont doter de châteaux arrière aussi imposante!

Merci pour nouvel article Claus! Very Happy




Revenir en haut Aller en bas
Currahee
Quartier Maître 1ère classe
Quartier Maître 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 499
Age : 51
Ville : Astaffort
Emploi : Batisseur en bois
Date d'inscription : 29/09/2010

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mer 29 Sep 2010, 21:58

Merci pour ce nouvel article Claus.
C'est toujours avec délice que je les lis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mer 29 Sep 2010, 22:40

Merci Curahee. Je viens de terminer ce soir les Albacore mais je ne sais pas si je vais poster demain soir car j'ai l'impression qu'il est perfectible mais bon on verra.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10433
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Mer 06 Jan 2016, 14:44

clausewitz a écrit:
Les croiseurs lourds de l'US Navy […] Le 14 novembre 1945 […] [le Salt Lake City] fut désigné […] comme bâtiment cible de l'opération Crossroads. […].
Placé à 895 yards (818 m) du point zéro […]
Époustouflée par cette redoutable précision ! thumleft Mais quel point du bâtiment se trouvait-il à cette position ? L'étrave ? La poupe ? Le mât radar ? La passerelle ? scratch
clausewitz a écrit:
Le USS Minneapolis (CA-36) […] A la différence de la France qui considère un navire admis au service actif pleinement opérationnel, prêt à partir au combat, le commissioned de la marine américaine concerne un navire qui a simplement terminé ses essais et est au point, il pourrait correspondre à la clôture d'armement pour un navire de la marine française. […]
Il me semble même que le commissionnement d'un bâtiment de l'US Navy intervient le jour de l'embarquement (officiel) de son équipage et de son commandant, donc juste avant le début des essais (à la mer).
Ce qui, plutôt qu'à la clôture d'armement, correspondrait donc, pour la marine nationale, à la prise d'armement pour essai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2554
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Jeu 07 Jan 2016, 16:35

DahliaBleue a écrit:
clausewitz a écrit:
Les croiseurs lourds de l'US Navy […] Le 14 novembre 1945 […] [le Salt Lake City] fut désigné […] comme bâtiment cible de l'opération Crossroads. […].
Placé à 895 yards (818 m) du point zéro […]
Époustouflée par cette redoutable précision ! thumleft Mais quel point du bâtiment se trouvait-il à cette position ? L'étrave ? La poupe ? Le mât radar ? La passerelle ? scratch
[/i].

D'après ce que j'en ai lu et observé (sur photos), les bâtiments étaient disposés avec un bord exposé à la zone de déflagration, donc, la position était calculée à l'aplomb du centre de la passerelle. De plus, pour analyser les effets de la bombinette en fonction de la distance, les bâtiments-test (différents modèles, croiseurs, destroyers, liberty-ships) étaient soigneusement positionnés en profondeur, tout autour de l'atoll.



Il faut bien comprendre que les Américains, le 25 juillet 1946, lors des essais sur l'atoll de Bikini, n'étaient guère plus avancés sur la connaissance des redoutables effets de la bombe A (et du danger de ses radiations), que lors des largages sur Hiroshima et Nagasaki, d'autant que le contexte géographique de cette dernière (une histoire de collines environnantes) avait, en partie, diminué lesdits effets (heureusement pour la population locale... 40 000 morts, quand même!).
On est, typiquement, plongé dans un problème où l'homme, quelque soit son niveau de compétences, est "un poil" dépassé par les évènements. je ne suis même pas certain que le très sérieux rapport britannique était déjà publié.

Deux incontournables à récupérer sur le Oueb...

Photographs of the atomic bombings of Hiroshima and Nagasaki (N. 13910.2-13 ou 2-B) - Manhattan Engineer District (dossier constitué au Japon, fin été-automne 1945)

The effects of the atomics bombs at Hiroshima and Nagasaki - Report of the British Mission in Japan (1946)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10433
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Jeu 07 Jan 2016, 19:41

Loïc Charpentier a écrit:
[…] les bâtiments étaient disposés avec un bord exposé à la zone de déflagration, donc, la position était calculée à l'aplomb du centre de la passerelle. […] Deux incontournables à récupérer sur le Oueb…
Photographs of the atomic bombings of Hiroshima and Nagasaki (N. 13910.2-13 ou 2-B) - Manhattan Engineer District (dossier constitué au Japon, fin été-automne 1945)
The effects of the atomics bombs at Hiroshima and Nagasaki - Report of the British Mission in Japan (1946)
Celui-ci et celui-là, probablement ?
C'est noté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2554
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Ven 08 Jan 2016, 09:23

DahliaBleue a écrit:

Celui-ci et celui-là, probablement ?
C'est noté

C'est cela même. thumright
Dans le premier cité, ce qui est impressionnant, ç'est la méconnaissance quasi-totale de la présence de radio-activité par l'équipe d’enquête de l'armée américaine, qui prend tranquillement des photos, sur le point X (à l'aplomb de l'explosion d'Hiroshima) et dans les abords immédiats (200 pieds, 500 pieds, 1000 pieds!), quelques jours, seulement après le bombardement - elle devait être sur place courant septembre 1945 -, sans compter les locaux qui vaquent à leur occupations au milieu de la dévastation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10433
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    Ven 08 Jan 2016, 09:38

Loïc Charpentier a écrit:
[…] ce qui est impressionnant, c'est la méconnaissance quasi-totale de la présence de radio-activité par l'équipe d’enquête de l'armée américaine, qui prend tranquillement des photos […]
C'est aussi ce que nous avions mentionné ici-même pour l'opération Crossroads affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valdechalvagne
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1806
Age : 48
Ville : puget thenier
Emploi : artisant
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS   Ven 08 Jan 2016, 11:25

méconnaissance des effet radiologique pour la plupart des personnels !! mais pas pour tous , certains chercheur était parfaitement au courant des effet d'une exposition au radiation . il y a qu elle que temps il y a eu une émission ( soit france 5 soit arte ) qui en a parler !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS    

Revenir en haut Aller en bas
 
USN CROISEURS LOURDS CLASSE NEW ORLEANS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» ITALIE CROISEURS LOURDS CLASSE ZARA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: