AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Ven 07 Jan 2011, 14:00

CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND
(ETATS UNIS)


Le croiseur lourd Portland à la mer.

INTRODUCTION

Des croiseurs lourds à défaut de cuirassés

Rivalité américano-japonaise

Au moment où la première guerre mondiale éclate, la rivalité entre le Japon et les Etats Unis pour le contrôle du Pacifique devient de plus en plus sensible. A l'époque, le Japon est allié à la Grande Bretagne (traité d'alliance signé en 1902) et Washington craint d'être pris entre deux feux dans une guerre l'opposant aux marines japonaises et britanniques.

Une course aux armements est lancée alors que le Japon est peu concerné par la première guerre mondiale et que les Etats Unis sont encore neutres. Cette course aux armements se manifeste par une construction de nombreux cuirassés et croiseurs de bataille.

Ce sont les américains qui tirent les premiers. Le 21 juillet 1915, le président Wilson demande à son secrétaire à la marine, Josephus Daniels un programme naval qui est établit à la fin du mois d'août 1915 et prevoit huit navires de ligne, cinq croiseurs, 65 destroyers et sous marins mais il est doublé en octobre avec seize navires de ligne et 140 autres navires à réaliser en cinq ans pour 481 millions de dollars.

Le programme naval de 1916 est ainsi approuvé le 15 août 1916 et le Bill devient Act par signature du président Wilson le 29 août 1916. Le financement de dix cuirassés, six croiseurs de bataille, dix croiseurs,cinquante destroyers, soixante-sept destroyers et treize auxiliaires est étalé sur les années fiscales 1917 1918 et 1919.

Les japonais connaissent les détails du plan américain au début de 1917 et riposent le 14 juillet 1917 par le programme dit «8-4» qui prévoit huit cuirassés et quatre croiseurs de bataille pour 1924 mais l'augmentent bientôt avec le programme «8-8» pour huit cuirassés et huit croiseurs de bataille à achever avant le 1er avril 1928.

Chaque mise sur cale répond à une autre, au grand dam des britanniques qui peinent à suivre la cadence effrenée suivi par leur allié et par leur cousin d'outre-atlantique. Le 14 avril 1917, les américains mettent sur cale le Maryland, les japonais riposent par la mise sur cale du Nagato le 28 août suivi le 1er juin 1918 par celle de son sister-ship, le Mutsu alors que les américains sont arrêtés par leur entrée en guerre.


Le Colorado symbolise la montée en puissance de la marine américaine durant le premier conflit mondial

Cette compétition reprend en 1919 : les américains mettent sur cale le Colorado et le Washington (classe Maryland) suivi en 1920 du quatrième classe Maryland, le West Virginia suivi de quatre des cinq South Dakota (South Dakota, Indiana, Montana, North Carolina, Iowa et Massachussett) et des deux premiers croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington, Constellation, Saratoga, Ranger, Constitution et United States). Les japonais eux ne mettent sur cale que deux cuirassés de 39900 tonnes (Kaga et Tosa) et deux croiseurs de bataille de 41127 tonnes (Amagi et Akagi).


Le cuirassé japonais Mutsu

En 1921, la course se poursuit avec la mise sur cale du dernier South Dakota et des deux derniers Lexington tandis que les japonais mettent sur cale les croiseurs de bataille Atago et Takao du type Amagi.

Parmi les dix cuirassés prévus par le programme naval américain figurent les quatre cuirassés de classe Colorado et les six cuirassés de classe South Dakota. Baptissés Colorado Maryland Washington et West Virginia ils sont en réalité des Tennessee abandonnant les tourelles triples de 356mm pour des tourelles doubles de 406mm afin de contrer les Nagato (Nagato et Mutsu) armés de canons de 410mm et qui surclassent donc les précédents superdreadnought américains.

La signature du traité de Washington le 6 février 1922 stoppe cette course aux armements en limitant le tonnage en cuirassés de chaque pays. Les South Dakota sont abandonnés et féraillés et seuls trois Colorado sont achevés, le Washington termina sa courte existence comme cible pour les «vieux» cuirassés New York et Texas.

C'est ainsi que les Colorado seront les derniers cuirassés construits aux Etats Unis avant les North Carolina construits à la fin des années trente.

Les croiseurs lourds de l'US Navy

Le traité de Washington identifie le cuirassé comme un navire déplaçant entre 10000 et 35000 tonnes avec un armement supérieur à 203mm et inférieur à 406mm. Faute de grives on mange des merles aussi les marines construisirent de nombreux croiseurs lourds ou croiseurs de 1ère classe même si ce type de navire était un navire «batard» qui ne satisfaisait personne.

Baptisé Thinclad battleship (cuirassé en papier d'étain), ces navires étaient rapides, bien armés et supérieur à tout navire en l'absence de cuirassé mais mal protégés ce qui obérait leur capacité à soutenir un combat protégé.

Les américains ont été handicapés durant la première guerre mondiale par le manque de croiseurs pour éclairer la flotte. Ce manque à été en partie compensée par la mise en service des Omaha mais ces navires sont jugés trop petits pour opérer dans le Pacifique. Une étude sur un corps de bataille de 17 cuirassés conclut à un besoin de 53 croiseurs pour l'éclairage auxquels il faudrait ajouter 20 pour la protection des lignes de communication.

De nombreuses études en 1920, portent sur des bâtiments entre 5 et 10000 tonnes avec une artillerie de 203 ou de 152mm. Le General Board demande l'étude d'un bâtiment de 10000 tonne début 1920 pour avoir à la fois une grande autonomie, vitesse (30 noeuds) et puissance de feu. Des projets déplaçant 8250 à 12000 tonnes sont présentés en 1921. Les demandes de construction pour de nouveaux croiseurs après les Omaha échouent. Les marins avaient demandé dix croiseurs en 1921 et le 24 septembre 1920 dix par an pour les années 1922,1923 et 1924 puis, plus modestement le 15 juillet 1921 six par an en 1923, 1924 et 1925.

C'est ainsi que l'autorisation est votée par le Congrès le 18 décembre 1924 est complétée en 1925 par le financement de deux croiseurs baptisés Pensacola et Salt Lake City. Ces navires sont d'abord classés comme croiseurs légers en raison de la présence des derniers croiseurs cuirassés mais à la suite de la conférence de Londres en 1931, deux catégories de croiseurs sont définies : les croiseurs légers armés de canons de 152mm et les croiseurs lourds armés de canons de 203mm. Les américains choisissent les dénominations de «Light cruiser» et de «Heavy cruiser». C'est ainsi que les deux Pensacola sont reclassé de CL à CA le 1er juillet 1931.

Ces deux Pensacola sont jugés comme ratés par les américains. Obsédés par l'idée de ne pas dépasser les limites du traité, ils obtiennent des navires de 9910 tonnes, trop courts et trop chargés dans les hauts.


Le USS Pensacola

-Le Pensacola est mis sur cale au Brooklyn Navy Yard à New York le 27 octobre 1926 lancé le 25 avril 1929 et admis au service actif le 6 février 1930. Participant à la guerre du Pacifique, il survécu à un conflit qui faucha de nombreux navires, participant à l'opération Magic Carpet avant de servir de cible aux tests atomiques de Bikini. Le 24 août 1946, il est remorqué à Kwajalein où il est désarmé le 26 aoûtt 1946. la coque est remorqué pour être des études radiologiques et d'avaries. Ces études terminées, il fût sabordé le 10 novembre 1948 au large de l'Etat de Washington.


Le USS Salt Lake City

-Le Salt Lake City est mis sur aux chantiers American Brown Boveri Electric Corporation, un chantier intégré à la New York Shipbuilding Corporation (dont le chantier principal est installé à Camden dans le New Jersey) le 9 juin 1927 lancé le 23 janvier 1929 et admis au service actif le 11 novembre 1929. Participant à la guerre du Pacifique, il survécu à un conflit qui faucha de nombreux navires. Après avoir participé à l'opération «Magic Carpet», il est choisit pour servir de cible aux essais nucléaires de Bikini (opération Crossroads), survivants aux deux tirs. Désarmé le 29 août 1946, il servit de cible pour un exercice de tir le 25 mai 1948, coulant à 130 miles (240km) de la côte sud de la Californie et rayé du Naval Vessel Register le 18 juin 1948.


Caractéristiques Techniques de la classe Pensacola

Déplacement : 9100 tonnes (standard) 11512 tonnes (pleine charge)

Dimensions : longueur 178.30m largeur 19.90m tirant d'eau : 5.80m

Propulsion : turbines à engrenages Parson alimentées par huit chaudières à mazout dévellopant une puissance totale de 107000ch et actionnant 4 hélices

Vitesse maximale : 32.7 noeuds Distance franchissable : 13000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture de 64 à 101mm selon les endroits, ponts blindés 25à 44mm tourelles blindées entre 19 et 64mm, barbettes blindées à 19mm tour de commandement blindé à 32mm

Armement : 10 canons de 203mm (8 inch) Mark 9 en deux tourelles doubles et deux tourelles triples (tourelles doubles inférieures et tourelles triples supérieures); 4 canons de 127mm (5inch) en 4 affûts simples; La DCA légère se compose à l'origine de 4 affûts quadruples de 28mm remplacés en 1943 par 24 canons de 40mm Bofors et 28 canons de 20mm Oerlikon;6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples mettant en oeuvre des torpilles Mark 11 entrées en service en 1926.

Aviation : Deux catapultes et quatre hydravions

Equipage : 635 hommes


*
**

Les six croiseurs autorisés en 1924 sont financés à l'année fiscale 1926-27 et baptisés Northampton, Chester, Louisville, Chicago, Houston et Augusta.

Comme les Pensacola, ils sont classés croiseurs légers à cause de la présence des derniers croiseurs cuirassés mais après le traité de Londres en 1931, les croiseurs sont classés légers quand ils sont armés de canons de 152mm et lourds quand ils sont armés de canons de 203mm. Tous les croiseurs américains armés de canons de 203mm sont classés croiseurs lourds (CA _Cruiser Armoured_) le 1er juillet 1931.

Par rapport aux Pensacola, les Northampton réduisent l'armement principal à 9 canons de 203mm en trois tourelles triples, la coque est allongée de 4m et le gaillard d'avant surelévé pour améliorer la tenue à la mer.


Le USS Northampton

-Le Northampton est mis sur cale aux Fore River Shipyard (Bethlehem Steel Corporation) de Quincy dans le Massachussetts le 12 avril 1928 lancé le 5 septembre 1929 et admis au service actif le 17 mai 1930. Il participe à la bataille de Santa Cruz et à celle de Tassafaronga le 1er décembre 1942 où il succombe aux torpilles japonaises.


Le USS Chester

-Le Chester est mis sur cale aux chantiers de la New York Shipbuilding Company le 6 mars 1928, lancé le 3 juillet 1929 et admis au service actif le 24 juin 1930. Contrairement au Northampton, il survit à la guerre du Pacifique, participe à l'opération Magic Carpet avant d'être placé en réserve le 10 juin 1946 où il reste jusqu'à sa vente à la démolition le 11 août 1959.


Le USS Louisville

-Le Louisville est mis sur cale au Puget Sound Navy Yard le 4 juillet 1929 lancé le 1er septembre 1930 et admis au service le 15 janvier 1931. Il participe à la guerre du Pacifique étant déployé aussi bien dans les eaux tropicales de Guadalcanal que dans les eaux froides des Aléoutiennes.Désarmé le 17 juin 1946 et confié aux bons soins de l'Atlantic Reserve Fleet. Le 1er mars 1959, il est rayé du Naval Vessel Register et vendu à la démolition le 14 septembre de la même année à la Marlene Blouse Corporation de New York.


Vue aérienne du croiseur lourd Chicago

-Le Chicago est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard le 10 septembre 1928 lancé le 10 avril 1930 et admis au service actif le 9 mars 1931. Il participe à la guerre du Pacifique jusqu'à sa destruction lors de la bataille de l'île Renell le 29 janvier 1943, victimes d'avions torpilleurs G4M et G3M.


Le USS Houston

-Le Houston est mis sur cale aux Newports News Shipbuilding de Newport News (Virginie) le 1er mai 1928 lancé le 7 septembre 1929 et admis au service actif le 17 juin 1930. La carrière de l'avant dernier croiseur de classe Northampton est brève, succombant aux torpilles japonaises lors de la bataille du détroit de la Sonde dans la nuit du 28 février au 1er mars 1942.


Le USS Augusta

-L'Augusta est mis sur cale aux Newport News Shipbuilding and Drydock Company de Newport News (Virginie) le 2 juillet 1928 lancé le 1er février 1930 et admis au service actif le 30 janvier 1931. Affecté à l'Asiatic Fleet puis après refonte à la flotte de l'Atlantique, transporta notament le président Roosevelt pour la conférence de Terre Neuve en août 1941. Il participa ensuite aux débarquements en Afrique du Nord (Torch), en Normandie (Overlord) et en Provence (Dragoon).

Le 31 octobre, l'Augusta gagna l'arsenal de New York pour être modifié en vu de servir à l'opération Magic Carpet de rapatriement des soldats américains en Europe et ce jusqu'à la fin de 1945. Désarmé le 16 juillet 1946 et placé en disponibilité à Philadelphie, il est rayé du Naval Vessel Register le 1er mars 1959 et vendu à la démolition le 9 novembre 1959 à un chantier de Floride situé à Panama City, la démolition commençant le 2 mars 1960.


Caracteristiques Techniques de la classe Northampton

Déplacement : standard 9300 tonnes pleine charge 12350 tonnes

Dimensions : longueur 182.9m largeur 20.1m tirant d'eau : 5.0m

Propulsion : 4 turbines vapeur à engrenages Parsons alimentées par 8 chaudières White-Forster dévellopant 107000ch et actionnant 4 hélices.

Vitesse maximale : 32.5 noeuds Distance franchissable : inconnue

Protection : ceinture 76mm pont au dessus de la salle des machine 25mm parois latérales de la salle des machines 95mm pont au dessus des soutes à munitions 51mm barbettes 38mm tourelles 64mm pour l'avant, 51mm pour le toit et 19mm pour l'arrière et les côtés.

Armement : 9 canons de 203mm (5inch) Mark 10 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière); 8 canons de 127mm (5inch) Mark 13 en 8 affûts simples; 4 canons de 127mm (5inch) en 4 affûts simples; 24 canons de 40mm et 28 canons de 20mm; 6 tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples mettant en oeuvre des torpilles Mark 11 entrées en service en 1926.

Aviation : deux catapultes derrière le mat tripode et le bloc passerelle avec quatre hydravions

Equipage : 55 officiers et 566 officiers mariniers et marins

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Ven 07 Jan 2011, 14:11

Portland et Indianapolis

Le traité de Washington n'à pas résolu tous les problèmes. Comme nous l'avons vu plus haut, le croiseur de 10000 tonnes est un concept «bancal» qui ne correspond pas vraiment aux besoins des différentes marines, il est trop gros pour les britanniques qui ont des responsabilités mondiales et trop peu protégé pour durer au combat. Il en fait le simple résultat du traité de février 1922.

Une nouvelle course est lancée entre les principales marines mondiales (Etats Unis, Grande Bretagne, France, Italie et Japon) avec le croiseur lourd comme nouveau fleuron.


Le Norfolk, l'un des "Thinclad battleship" de la Royal Navy

C'est ainsi qu'en 1925, les américains financent leurs deux croiseurs de classe Pensacola, les britanniques les London Sussex Shropshire Devonshire (après avoir financé en 1924 la construction des Kent Suffolk Cumberland Cornwall Berwick Australia et Canberra), les français le Suffren et les italiens les Trento et Trieste.


La France elle aussi construisit des croiseurs type Washington appelé au pays de Rabelais, "Croiseurs de 1ère classe" comme ici le Suffren

En 1927, les américains financent les six Northampton, les britanniques ne peuvent financer que l'unique Exeter face aux japonais Takao et Atago et au français Foch.


Et les japonais sont également de la partie avec plusieurs croiseurs lourds comme ici le Takao

Un duel entre cousins oppose les Etats Unis et la Grande Bretagne. La Royal Navy ayant un objectif de 70 croiseurs, les marins américains veulent égaler leur ancienne métropole. La crise éclate fin juillet lorsque les anglais veulent 650000 tonnes de croiseurs et voudraient bien accorder 12 bâtiments de 10000 tonnes. La conférence capote le 4 août en particulier sur la question des croiseurs.

Le président Coolidge furieux contre les britanniques propose un programme naval de 71 nouveaux bâtiments dont 25 croiseurs sur un programme plus important prévoyant cinq cuirassés, cinq porte-avions, vingt-cinq croiseurs, quarante destroyers et trente-cinq sous-marins. Un programme pour quinze croiseurs est voté le 17 mars 1928 ce qui déconcerte les britanniques qui ne peuvent pas suivre. Le «Cruiser 's Bill» est approuvé au Sénat le 5 janvier 1929 et devient le «Cruiser 's Act» suite à la signature du président Hoover le 5 janvier 1929.

Il est alors prévu la mise sur cale de cinq navires par an, les CL-32 à 36 en 1929, les CL-37 à 41 en 1930 et les CL-42 à 46 en 1931. Les britanniques sont particulièrement mécontents, des négociations entre américains et britanniques ont lieu à Washington du 4 au 10 octobre qui aboutit à limiter le nombre de croiseurs type Washington à 18 alors que le General Board insistait pour ne pas descendre en dessous de 21. De toute façon, la crise économique qui va suivre («Jeudi Noir» le 24 octobre 1929) va limiter les possibilités financières des deux pays.

En 1929, les américains financent cinq croiseurs lourds. Outre les trois New Orleans d'un nouveau type, les deux premiers sont des Northampton améliorés : coque allongée de trois mètres, superstructures et protection modifiée, DCA renforcée et des installations pour servir de navire-amiral. Le CA-33 est baptisé Portland et le CA-35 est baptisé Indianapolis.


Aspect des Portland à leur achèvement. Notez la concentration de l'armement secondaire à l'arrière

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Ven 07 Jan 2011, 14:26

HISTORIQUE

Le USS Portland (CA-33)

Très belle vue du USS Portland à la mer

Présentation

-Le Portland est mis sur cale aux chantiers navals de la Bethlehem Steel Company Shipbuilding Division installés à Quincy (Massachusetts) le 17 février 1930 lancé le 21 mai 1932 et admis au service actif le 23 février 1933.

Le CA-33 est le premier navire à porter le nom de la ville de Portland dans le Maine, peuplée de 64000 habitants en 2010, du comté de Cumberland fondée en 1633 mais devenue une ville indépendante seulement le 4 juillet 1786. Le Maine devenu Etat de l'Union en 1820 eut Portland comme capitale jusqu'en 1832 quand Augusta reprit le flambeau.


Le Landing Ship Dock USS Portland (LSD-37) de classe Anchorage

Depuis le croiseur lourd, un deuxième à porté ce nom. Il s'agit d'un transport de chalands de débarquement (Landing Ship Dock) de classe Anchorage mis sur cale dans le même chantier que le CA-33 le 5 mai 1968, lancé le 20 décembre 1969 et admis au service actif le 3 octobre 1970. Il est désarmé le 4 août 2003, rayé des registres le 8 mars 2004 et coulé comme cible le 25 avril 2004.

Carrière opérationnelle

Dame Portland et sa robe de camouflage très seyante

Le 1er avril 1933, le Portland appareilla de Boston, gagnant la baie de Gravesend (Etat de New York) le 3 avril. La nuit suivante, il apprit la disparition en mer du dirigeable Akron. Trente-six minutes après la réception du message, le croiseur appareilla, étant le premier navire à gagner la zone du désastre. Sur les 76 membres d'équipage et passagers du dirigeable, soixante-treize avaient succombé dont l'amiral William Moffett, «l'amiral de l'air», chef du BuAer (Bureau of Aeronautics).

Jusqu'en 1940, le Portland resta dans l'Atlantique, (engerbé dans la 5ème division de croiseurs) même si il effectua des incursions dans le Pacifique notamment le temps des manoeuvres annuelles appelés «Fleet Problem».

Quand les japonais attaquèrent Pearl Harbor, le Portland était dans le Pacifique suite à la décision de Roosevelt de maintenir l'essentiel des forces navales américaines dans le Pacifique. Il se trouvait plus précisément à deux jours des eaux hawaïennes, protégeant un groupe de porte-avions. De décembre 1941 à mai 1942, il opéra ainsi entre la côte ouest des Etats Unis, les îles Hawaï et Fidji.

Il participa ensuite à la bataille de la mer de Corail (4-8 mai 1942) au sein du groupe d'attaque du contre-amiral Kinkaid, recueillant après cette première bataille au délà de l'horizon les 722 survivants du Lexington.

Il participa ensuite à la bataille de Midway (4-6 juin 1942), assurant la protection des porte-avions du contre-amiral Fletcher, bataille qui marqua le début de la fin de l'expansion japonaise qui perdit quatre porte-avions et plus grave un grand nombre de pilotes et de rampants entrainés, effectifs que le Japon sera incapable de remplacer alors que les américains formèrent des fournées de pilotes et de rampants.

Deux mois plus tard, il participa à l'opération Watchtower, le débarquement des Marines de la 1ère division à Tulagi et Guadalcanal (7-9 août) assurant la protection des transports et l'appui-feu des Leathernecks.

Il fût ensuite engagé dans une terrible campagne de six mois, campagne qui fût le théâtre d'une série d'affrontements navals comme la bataille des Salomons Orientales (23 au 25 août) et celle de l'île de Santa Cruz (26-27 octobre) où il protégea l'Enterprise.

Deux semaines plus tard, ce fût la bataille navale de Guadalcanal (12 au 15 novembre) qui s'acheva sur un succès américain, empêchant les japonais de débarquer des renforts, de bombarder Henderson Field et de reprendre le contrôle d'un aérodrome.

Durant cette bataille, le Portland encaissa une torpille à tribord qui l'endommagea gravement, lui faisant perdre une grande partie de sa mobilité mais ne l'empêcha pas d'avarier le cuirassé Hiei et d'achever le destroyer Yudachi.


Le Portland au bassin à l'Arsenal de Cockatoo pour des réparations provisoires après la bataille navale de Guadalcanal

Avec l'aide de vedettes et de plusieurs remorqueurs, le croiseur éclopé fût ramené à Tulagi où il jetta l'ancre pour des réparations d'urgence. Remorqué à Sydney, il est sommairement réparé pour lui permettre de traverser le Pacifique pour une remise en état complète. Arrivé au Mare Island Navy Yard le 3 mars 1943, il ne quitta la Californie pour reprendre le combat qu'à la fin du moi de mai 1943.

Il fût envoyé dans les eaux entourant l'archipel des Aléoutiennes. Il y arriva le 11 juin 1943, bombardant Kiska le 26 juillet. Après avoir couvert le débarquement sur Kiska le 17 août avant de gagner Pearl Harbor le 23 septembre avant de regagner San Francisco au début d'octobre avant de regagner Pearl Harbor à la mi-octobre.


Le croiseur lourd Portland en RAM avec le bâtiment de soutien de sous-marins Fulton (AS-11)

De novembre 1943 à février 1944, le Portland participa aux assauts américains dans les îles Gilbert et les Marshall, escortant les porte-avions et assurant les bombardements préliminaires pour un grand nombre de débarquement comme celui de Peleliu qui eut lieu le 15 septembre après trois jours d'intenses bombardements, il assura ensuite l'appui feu des Marines jusqu'au 29 septembre.


Le USS Portland à la mer le 30 juillet 1944

Après des atolls et des archipels qui étaient somme toute de taille réduite, le Portland et le reste de l'US Navy s'attaquèrent à un très gros morceau : les Phillipines. Le 17 octobre, le croiseur lourd arriva avec le reste de la 7ème flotte au large de Leyte, bombardant la zone pendant deux jours pour affaiblir les défenses japonaises.

La marine japonaise ne pouvait pas laisser les américains s'emparer de cet archipel. Aussi, elle mobilisa ce qui lui restait de navires pour tenter d'anéantir la flotte américaine, déclenchant ainsi la bataille du golfe de Leyte, une série d'affrontements sur deux jours (23-25 octobre) et 900km ! Le Portland participa notamment à la bataille du détroit de Surigao dans la nuit du 23 au 24 octobre, bataille qui fût le dernier affrontement entre cuirassés et qui aboutit à une défaite japonaise (perte de deux cuirassés et de trois destroyers).

Le Portland fût ensuite engagé dans les opérations dans le Golfe de Lingayen et à Corregidor où Mac Arthur tint la promesse qu'il avait faite trois ans plutôt quand il évacua la forteresse assiégée par les japonais, ces deux opérations l'occupant du 3 janvier au 1er mars 1945.

Du 26 mars au 20 avril 1945, il appuya les opérations aériennes menées par la marine américaine pour soutenir les troupes américaines engagées sur Okinawa (opération Iceberg) puis du 8 mai au 17 juin 1945, le USS Portland appuya les unités de l'armée de terre et les marines engagés dans la dure campagne d'Okinawa, le tout sous la menace constante des avions et des kamikazes japonais, le croiseur lourd descendant six appareils japonais dont deux en coopération.

Il gagna le 17 juin Leyte pour repos et entretien avant un retour à Okinawa qui aurait du servir de base arrière en vue des débarquements au Japon mais les bombes atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki qui entraina la capitulation japonaise le 15 août 1945 arrêta là la guerre du croiseur lourd.

Le Portland devint alors le navire-amiral, à la tête d'une force navale commandée par le vice-amiral George D. Murray qui accepta la rédition des Carolines. Le navire gagna ainsi Truk où à son bord l'amiral de la flotte Nimitz accepta la rédition des forces japonaises de l'archipel.

Le 21 septembre 1945, le Portland appareilla de Pearl Harbour avec à son bord six-cents vétérans qu'il débarqua aux Etats Unis trois jours plus tard. Il quitta ensuite la côte ouest pour la côte est, franchissant le canal de Panama le 8 octobre 1945.


Le USS Portland à la mer dans le Pacifique en octobre 1945

Il participa aux célébrations du Navy Day le 27 octobre à Portland (Maine). Le 11 mars 1946, il commença au Philadelphia Naval Shipyard le processus de désarmement. Désarmé à Philadelphia le 12 juillet 1946, il fût maintenu en réserve jusqu'au 1er mars 1959 quand il fût rayé des registres. Il à été ensuite vendu à la démolition le 6 octobre à Union Mineral and Alloys Corporation de New York et démantelé au Wainwright Shipyard de Panama City (Floride) en 1961/62.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Ven 07 Jan 2011, 14:47

Le USS Indianapolis (CA-35)

L'Indianapolis au mouillage avant guerre

Présentation

Le USS Indianapolis au mouillage

-L'Indianapolis est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New Jersey) le 31 mars 1930 lancé le 7 novembre 1931 et admis au service actif le 15 novembre 1932.

La CA-35 est le deuxième navire de la marine américaine à porter le nom de la capitale de l'Indiana, peuplée de près de 807000 habitants, fondée en 1821 et appartenant au comté de Marion. Elle devint capitale de l'état en 1825 à la place de Corydon.

Le premier fût un cargo réquisitionné par la marine américaine du 12 décembre 1918 au 9 juillet 1919.


Le sous-marin nucléaire d'attaque USS Indianapolis

Après le CA-35, un troisième navire à porté ce nom, un sous-marin nucléaire d'attaque de classe Los Angeles, le SSN-697 en service de 1980 à 1998.

Carrière opérationnelle

Vue aérienne de l'Indianapolis en 1939

L'Indianapolis réalisa sa croisière de mise en condition dans l'Atlantique et en baie de Guantanamo en février 1932 avant de s'entrainer dans la zone du Canal et au large des côtes chiliennes. Après des travaux au Philadelphia Navy Yard, le croiseur lourd embarqua le président Roosevelt au New-Brunswick le 1er juillet 1933 pour le ramener à Annapolis dans le Maryland où il arriva le 4 juillet avant de rentrer à Philadelphie. Du 18 novembre au 15 décembre 1936, il embarqua à nouveau le président Roosevelt pour une croisière en Amérique du Sud plus précisément au Brésil, en Argentine et en Uruguay.

L'Indianapolis connait son baptême du feu le 20 février 1942 quand il est attaqué avec le Lexington et d'autres navires américains par dix huit bombardiers bimoteurs G4M Betty en deux vagues. Seize appareils furent abattus par la DCA et la chasse et aucun navire américain ne fût endommagé. Le 10 mars 1942, l'Indianapolis assura l'escorte du Yorktown et du Lexington qui bombardèrent Lae et Salamaua (Nouvelle Guinée) où les japonais avaient rassemblés des navires amphibies.


Le croiseur lourd Indianapolis en 1942

A l'issue de cette opération, le croiseur lourd retourna aux Etats Unis pour refonte et modernisation au Mare Island Navy Yard avant de regagner le combat. Il escortait un convoi en direction de l'Australie quand l'annonce du débarquement japonais dans les Aléoutiennes en juin 1942, entraina son détachement dans des eaux particulièrement inhospitalière. L'Indianapolis bombarda Kiska coulant plusieurs navires et neutralisant certaines pièces d'artillerie japonaises mais les conditions météo firent que les combats furent limités.

En janvier 1943, le USS Indianapolis appuya l'occupation d'Amchitka qui donna aux alliés une autre base dans les Aléoutiennes en plus d'Adak. Dans la nuit du 18 au 19 février, le croiseur lourd patrouillait avec deux destroyer dans le sud-ouest d'Attu pour intercepter d'hypothétiques convois de ravitaillement japonais. Ils interceptèrent l'Akagane Maru qui essaya de s'enfuir mais fût littéralement exécuté, explosant puisque transportant des munitions.

L'Indianapolis opéra dans les eaux aléoutiennes durant tout le printemps et l'été, escortant des convois et couvrant des opérations amphibies. En mai, l'île d'Attu est reconquise suivie au mois d'août de Kiska, une réoccupation très aisée et pour cause : les japonais avaient évacué l'île sous couvert du brouillard.

Après un carénage à Mare Island, l'indianapolis gagna Hawaï, devenant le navire-amiral de la 5ème flotte commandée par la «machine humaine», le vice-amiral Raymond A. Spruance. Il quitta Pearl Harbor le 10 novembre pour participer à l'opération Galvanic, l'invasion des îles Gilbert, le croiseur lourd bombardant à partir du 19 novembre Tarawa et Makin.

Le 31 janvier 1944, l'Indianapolis participa au débarquement sur Kwajalein en bombardant l'atoll, pénétrant dans l'atoll de Kwajalein le 4 février et restant sur place jusqu'à ce que la résistance japonaise eut cessée.


Le USS Indianapolis à la mer en 1944 avec le célèbre camouflage bicolore

Au mars et en avril, l'Indianapolis resta navire-amiral de la 5ème flotte, participant aux attaques dans les Carolines Occidentales. Les avions embarqués bombardèrent Palau les 30 et 31 mars, coulant trois destroyers, dix-sept cargos, cinq pétroliers et endommageant dix-sept autres navires. Les aérodromes furent bombardés et les eaux minées pour bloquer les navires ennemis. L'aéronavale américaine bombarda également Yap et Ulithi le 31 puis Woleia le 1er avril 1944.

Ces attaques obligèrent les japonais à user un potentiel déjà réduit mais qui les empêchèrent de renforcer les unités présentes en Nouvelle Guinée.

Au mois de juin, la 5ème flotte participa aux débarquements dans les îles Mariannes, couvrant les raids de l'aviation embarquée contre Saipan le 11 juin suivit par un bombardement naval jusqu'au 13 juin qui vit l'Indianapolis joué un rôle majeur.

Le 15 juin, les américains apprirent la présence à la mer d'une importante flotte japonaise destinée à ravitailler la garnison des Mariannes et in fine de repousser les américains. Laissant les cuirassés et les porte-avions d'escorte assurer la protection des troupes débarquées, l'amiral Spruance à la tête de ses porte-avions rapides cingla en direction de l'ennemi pour neutraliser cette force navale. Cela déboucha sur la bataille de la mer des Phillipines (19 et 20 juin) marquée par le «tir aux pigeons des mariannes» avec 400 avions japonais abattus et la destruction de trois porte-avions.

L'indianapolis qui avait accompagné les porte-avions regagna Saipan le 23 juin pour continuer sa mission d'appui de feu. Six jours plus tard, le 29 juin, le croiseur lourd pilonna Tinian avant d'être le premier navire américain à entrer dans le port d'Apra à Guam.

Le croiseur lourd opéra dans les Mariannes durant le reste de la saison estivale avant de gagner les Carolines Occidentales où d'autres débarquement étaient planifiés. Du 12 au 29 septembre, il bombarda Peleliu dans les Palau, un bombardement préliminaire puis un appui feu des troupes débarquées. Il opéra ensuite jusqu'au début octobre 1944 dans les îles de l'Amirauté avant de gagner le Mare Island Naval Shipyard.

Remis en état, l'Indianapolis redevint le 14 février 1945 le navire-amiral de la Fast Carrier Task Force (vice-amiral Mitscher) qui bombarda Tokyo et le reste du Japon le 16 février pour divertir l'attention des japonais sur le débarquement d'Iwo Jima qui était prévu pour le 19 février. Les deux jours de raids virent les américains perdrent 49 appareils pour la destruction de 499 appareils japonais soit un rapport de un pour dix. Un porte-avions, neuf caboteurs, un destroyer, deux torpilleurs et un cargo furent également détruits sans parler de cibles à terre.

Les opérations contre le Japon furent immédiatement suvis de l'appui aux opérations contre Iwo Jima. Le croiseur resta au large de cette île jusqu'au 1er mars, couvrant et appuyant les marines. Il accompagna à nouveau la force de porte-avions rapides par de nouveaux raids contre Tokyo le 25 février et d'autres aux cibles contre le Japon, 158 avions furent détruits et cinq navires coulés, des résultats en deça des espérances en raison de mauvaises conditions météo.

L'Indianapolis assura ensuite l'escorte des porte-avions qui bombardèrent Okinawa et les autres îles de l'archipel des Ryu-Kyu. Les bombardements de pré-invasion commencèrent le 24 mars et durèrent une semaine, les canons de 8 pouces pilonnant les positions japonaises tandis que la DCA du croiseur descendit six avions et en endommagea deux autres. Le 31 mars, une bombe tomba sur le croiseur l'endommageant légèrement et tuant neuf marins. Il subit des réparations d'urgence auprès d'un navire atelier avant de gagner Mare Island pour remise en état de ses hélices.

On à perdu l'Indianapolis

L'Indianapolis en 1945

Après des réparations et une refonte, l'Indianapolis reçut l'ordre de gagner Tinian pour une mission spéciale. L'équipage ignora ainsi qu'il embarqua des éléments de la bombe atomique Little Boy qui allait être larguée sur Hiroshima. Il appareilla San Francisco le 16 juillet, faisant escale à Pearl Harbor avant de cingler vers Tinian où il arriva le 26 juillet 1945. Il débarqua son chargement spécial à Guam qu'il quitta le 28 juillet 1945. Il devait gagner Leyte où son nouvel équipage, largement renouvelé, devait s'entrainer avant de rejoindre Okinawa et la TF95 du vice-amiral Jesse B. Oldendorf.

Le 30 juillet à 00.14, l'Indianapolis fût frappé par deux torpilles lancées par le sous-marin I-58 du commandant Mochitsura Hashimoto. Le croiseur blessé à mort coula en seulement douze minutes alors que le submersible japonais avait réussit à s'échapper sans aucun dommage.

Seulement 300 des 1196 membres d'équipages furent tués par l'explosion des torpilles et le naufrage laissant 896 survivants mais beaucoup n'avaient aucun gilet de sauvetage.

Ils espéraient être sauvés rapidement mais aussi incroyable que cela puisse paraître, la disparition de l'Indianapolis ne fût pas signalé jusqu'au 2 août à 10.25 quand un PV-1 Ventura repéra les naufragés dont le nombre avait été réduit à 321 et sur ses 321, 316 survécurent. Les naufragés avaient souffert de la soif, de la faim, de désespoir, d'hallucinations sans oublier les attaques de requin.

L'équipage du Ventura largua aussitôt un radeau de sauvetage et une radio, avant que tous les avions et les navires capables de mener des missions de sauvetage soient envoyés sur zone. C'est ainsi qu'un Catalina récupéra 56 survivants dont certains furent attachés sur les ailes mais l'appareil fût si endommagé (le pilote faillit même être traduit en cour martiale pour avoir amerri en pleine mer alors que c'est interdit par les réglements !) qu'il du décoller et du attendre les navires pour être sauvés. Les navires restèrent sur zone jusqu'au 8 août pour être certain de n'oublier personne.

Une enquête fût diligentée après guerre. Un SOS fût bien envoyé et trois stations l'entendirent sans pour autant répercuter l'appel, l'un des responsable était bourré, l'autre ne voulait être par dérangé et le troisième pensait qu'il s'agissait d'un piège japonais.


Le capitaine McVay III. Le naufrage de l'Indianapolis brisa une carrière jusque là brillante

Le capitaine Charles Butler McVay III, commandant de l'Indianapolis depuis novembre 1944 ayant survécu au naufrage et au séjour en mer fût traduit en cour-martiale (en dépit du soutien de Nimitz et de Spruance), accusé d'avoir ordonné au timonier de cesser de zigzaguer ce qui favorisa la visée du sous-marin en dépit du fait qu'Hashimoto qui témoigna au procès de McVay disant que cela ne changerai rien.

En fait, le capitaine McVay servit de bouc-emissaire à l'opinion, dissimulant un nombre incroyable de disfonctionnement que le temps se chargea de révéler (Jean Racine "Il n'est point de secrets que le temps ne révèle") : connaissance de la présence du I-58 dans la zone que devait traverser le croiseur lourd, refus d'une escorte anti-sous-marine qu'avait demandé McVay (le croiseur lourd ne disposait d'aucun sonar et le réglement de l'US Navy prévoyait un tel navire pour protéger les navires dépourvus de sonar), connaissance précoce du torpillage......... .

L'amiral Nimitz blanchit le capitaine McVay qui reprit le service active jusqu'à sa retraite en 1949 et toujours soutenu par les survivants. Comme le disait un membre de la cour-martiale, McVay fût «blanchit mais brisé», se suicidant en 1968 avec son pistolet d'ordonnance, affaibli par les lettres d'insultes, les appels téléphoniques et le décès de sa femme des suites d'un cancer.

En octobre 2000, le Congrès des Etats Unis passa une résolution déclarant que le capitaine McVay était innocent de la perte de l'Indianapolis, le président Clinton signant cette résolution, se justifiant par le fait que McVay fût le seul capitaine de l'US Navy traduit en cour-martiale pour la perte d'un navire.

Néanmoins en 2010, la condamnation est toujours inscrite dans le dossier militaire du capitaine McVay.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Ven 07 Jan 2011, 15:05

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 9800 tonnes (9950 tonnes pour le Portland) pleine charge 12600 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 186m (entre perpendiculaires) 177m largeur : 20.71m tirant d'eau 7.4m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parson alimentés en vapeur par huit chaudières à mazout Yarrow (Portland) et White-Forster (Indianapolis) dévellopant une puissance maximale en service courant de 107000ch et entrainant quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 32.7 noeuds distance franchissable 10000 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : ceinture 76 à 100mm ponts blindés 51mm tourelles 38 à 76mm

Armement :

Tourelles I et II de 203mm du Portland avec le bloc-passerelle hérissé d'antennes radars

-9 canons de 203mm (8inch) Mark 9 en trois tourelles triples (deux avant et une arrière). Le canon Mark 9 de 55 calibres tire des obus de 118kg à une distance comprise entre 5490m (site = 2.5°) et 29131m (site = +41°) à raison de 3 ou 4 coups par minute.


Obus de 203mm

La tourelle triple pèse 254 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +41° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° degré par seconde. Le rechargement se fait à +5°. La dotation en munitions est de 150 obus par canons soit 1350 obus pour l'ensemble du navire


Canon de 127mm en action sur le croiseur lourd Astoria

-8 canons de 127mm (5inch) Mark 13 en 8 affûts simples (4 à tribord et 4 à babord). Ce canon de 25 calibres tire des obus explosifs de 24.43kg à une distance maximale en tir antisurface de 13259m (+45°) et en tir antiaérien de 8352m (+85°) à raison de 15 à 20 coups par minute.

L'affût Mark 27 pèse 10555kg et permet au canon de pointer en site de -15° à +85° à raison de 30° par seconde et sur 150° à babord et à tribord à raison de 20° par seconde. La dotation en munitions est de 200 obus par canon soit un total de 1600 projectiles.

-8 mitrailleuses de 12.7mm. En ce qui concerne au moins le Portland, quatre affûts quadruples de 28mm embarqués en 1941/42 remplacent les mitrailleuses. Ces canons sont remplacés en mai 1943 par 16 canons de 40mm (nombre porté à 24) et 16 à 22 canons de 20mm. Configuration semblable pour l'Indianapolis.

Aviation : deux catapultes installées à l'arrière de la deuxième cheminée pour un total de quatre hydravions. L'Indianapolis disposait d'une catapulte et de deux hydravions.

Equipage : 848 officiers et marins. L'effectif plus important de l'Indianapolis lors de sa destruction s'explique probablement par l'effectif supplémentaire embarqué en temps de guerre.

SOURCES

-Encyclopédie des armes Editions Atlas T4 p801-820 «les croiseurs de la seconde guerre mondiale»

-Les croiseurs de la Seconde Guerre Mondiale en images (le Portland p80)

-US Navy tome 1 1898 1945 «Du Maine au Missouri»

-Marines et Forces Navales HS n°12 «1939-45 : Armes et équipements»

-Ressources internet diverses

-Photos et documents de l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : BOEING F/A18 SUPER HORNET


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mar 11 Jan 2011, 20:54

j'aime bien leur allure a ceux là ... ils font parfois penser a une conception plus ancienne, mais bon les années 30 , c'est pas si vieux pour commencer la guerre de 40.
La configuration du hangar m'a toujours parut etrange... devoir utiliser la grue pour mettre un appareil sur la catapulte (tu me diras les autres aussi) mais là , c'est la disposition qui m'intrigue ... un garage sous-terrain et la route au dessus lol lol!

Chouette article comme a ton habitude thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mar 11 Jan 2011, 20:59

Merci Jolly. thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5195
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mar 11 Jan 2011, 21:06

En 44/45 pour économiser du poids on supprima une des catapultes pour compenser l'accroissement de l'armement antiaérien. Un affut quad de 40 mm tirait environ 450 kg de munitions à la minute ces munitions étaient entreposées près de pièces en quantités permettany plusieurs minutes de feu pareil pour les 20 mm çà en faisait du poids dans les hauts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mar 11 Jan 2011, 21:58

Merci de cette précision. Je m'en doutait un peu, généralement durant le second conflit mondial, on débarquait les installations d'hydraviation pour augmenter la DCA légère.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mer 12 Jan 2011, 09:13

Citation :
ces munitions étaient entreposées près de pièces en quantités

C'était pas un peu dangereux ca, toutes ces munitions exposées à l'air libre? Ca me rappelle les navires anglais au Jutland (même si un obus de 40mm n'est pas aussi dangereux qu'un obus de 305mm). Toujours le débat entre la sécurité et la cadence de tir.

En tout cas merci pour cet article (bientôt on pourra créer une rubrique "L'Encyclopédie des navires et aéronefs des marines militaires de Père Castor Clausewitz lol! )
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5195
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    Mer 12 Jan 2011, 09:21

@Eagle Eye

on se préoccupait bcp du poids plus que de l'ignition des munitions. En 1945 le BuShips (après que le Franklin eut failli chavirer à cause des centaines de tonnes d'eau déversées à bord pour lutter contre les ind=cendies qui le ravageaient) recommanda à l'USN de ne disposer autour des affuts de 40 et de 20 qu'une quantité limitée de munitions n'offrant que quelques minutes de feu.

Sur les clichés de l'époque on voit très bien les clips de 40 mm rangés sur les circulaires blindées des pièces et aussi il faut bien le dire un peu partout autour.

Afin de limiter le poids on supprima les boucliers blindés des pièces AA légères notamment sur les Cleveland qui étaient de notoriété publique dramatiquement surchargés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND    

Revenir en haut Aller en bas
 
USN CROISEURS LOURDS CLASSE PORTLAND
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» ITALIE CROISEURS LOURDS CLASSE ZARA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: