AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -15%
– 45€ sur la Trotinnette Xiaomi Mi ...
Voir le deal
254.99 €

 

 MARINE INDONESIENNE

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
Takagi
Vice-amiral
Vice-amiral
Takagi

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 40
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 EmptyVen 20 Mar 2020, 03:52

Le néerlandais DSNS (Damen Schelde Naval Shipbuilding) et l’indonésien PT PAL ont terminé l’installation et les essais industriels du système de combat de la frégate GUSTI NGURAH RAI (FF-332), deuxième unité de la classe SIGMA 10514 ou PERUSAK KAWAL RUDAL, PKR en abrégé.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 F33210

Les frégates PKR sont construites en modules pré-équipés par les deux chantiers : quatre modules chez PT PAL à Surabaya, deux chez DSNS à Vlissingen-Oost. Livré le 30 octobre 2017 après avoir été assemblé à Surabaya, le GUSTI NGURAH RAI a été mis en service le 10 janvier 2018 avec un système de combat réduit à son artillerie de 76mm et de 20mm. Le système de combat définitif comprend désormais des lanceurs verticaux pour douze missiles antiaériens VL MICA, huit missiles antinavires Exocet, deux plateformes triples de tubes lance-torpilles, un canon téléopéré Oerlikon Millenium de 35mm à tir rapide, des contre-mesures électroniques et les modules logiciels du système de gestion des informations de combat nécessaires à la mise en œuvre de ces nouveaux moyens. Leur installation, leur intégration et leurs essais industriels à la mer se sont terminés le 21 février 2020. La frégate a alors été remise à la marine indonésienne.

Les essais ont montré que les matériels installés ont les mêmes performances et comportement que ceux du RADEN EDDY MARTADINATA, première unité de la classe PKR, marquant le succès du transfert de technologie commencé en 2013 entre les deux chantiers.

Pour l’instant, la classe PKR ne compte que ces deux unités. Aucune autre n’est en commande. Cependant, le désarmement annoncé des six frégates de la classe AHMAD YANI (ex-VAN SPEIJK de la marine néerlandaise) pourrait voir la classe s’étendre, ou être suivie par une autre classe construite sur les mêmes principes.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Marinos
Revenir en haut Aller en bas
Takagi
Vice-amiral
Vice-amiral
Takagi

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 40
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 EmptySam 11 Avr 2020, 12:06

Anticipant une probable réduction des budgets de la défense à partir de l'année prochaine, la marine indonésienne étudie plusieurs options quant à la deuxième tranche de trois sous-marins à construire en coopération avec le sud-coréen Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering (DSME). Parmi les options figure l'annulation pure et simple de ce contrat de 900 millions de dollars US signé en avril 2019 et portant sur trois nouveaux Type 209/1400 de la classe NAGAPASA, dérivée du sud-coréen CHANG BOGO.

Parallèlement, la flotte objectif de 12 sous-marins a été ramené à 8 unités, toujours pour des raisons budgétaires. Pour se procurer les trois qui restent à commander pour arriver à ce nombre de huit, ladite marine pourrait raviver l'offre turque, portant sur des Type 214 dérivés de la classe REIS. Cette offre s'était vu préférer celle de DSME en 2011. Il se pourrait cependant que cette rumeur vise à inciter DSME à faire un geste commercial.

study
Revenir en haut Aller en bas
Takagi
Vice-amiral
Vice-amiral
Takagi

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 40
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 EmptyLun 20 Avr 2020, 12:47

Comme je me perdais un peu dans les différentes instances de la République Indonésienne chargées de l’Action de l’État en Mer, j’ai fait quelques recherches que je résume en un petit article dont je vous fais profiter.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Zee10

La République Indonésienne est structurée en provinces, elles-mêmes subdivisées soit en départements (kabupaten) soit en villes (kota), puis en districts (kecamatan). Les districts ruraux sont eux-mêmes divisés en communes qui portent divers noms en fonction de la langue locale et qui correspondent peu ou prou aux villages tenant marché. Seuls l’état central et les autorités provinciales ont le pouvoir d’agir en mer au nom de l’état ; les diverses polices et autorités judiciaires locales ne peuvent intervenir qu’à terre.

Par ordre d’importance, le premier organisme d’action de l’état en mer est l’agence des garde-côtes, ou plus exactement des Gardes de la Mer et des Côtes (KPLP, Kesatuan Penjagaan Laut dan Pantai). Héritière du Zee en Kustbewaking Dienst de l’époque coloniale néerlandaise dont elle a repris et traduit le nom, cette agence est rattachée au gouvernement central et plus précisément au Directorat Général des Transports Maritimes du ministère des Transports (Kementerian Perhubungan). Elle est chargée d’édicter les règles et méthodes d’exploitation et de protection de la Zone Economique Exclusive, de les enseigner aux marins et de les faire appliquer. Elle dispose de vingt-et-un patrouilleurs (un OPV hauturier et vingt patrouilleurs côtiers) et plusieurs centaines de vedettes et embarcations pour le service local. Dépourvue de moyens aériens et peu outillée pour intervenir contre des intrusions massives loin en mer, la KPLP est cependant obligée de coopérer avec d’autres organismes.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Bakaml10
Patrouilleur de la BAKAMLA en intervention

Pour les actions d’importance au large, la KPLP coopère d’abord en certains endroits avec l’Agence de Sécurité Maritime (BAKAMLA, Badan Kemananan Laut). Cette agence, dotée d’à peine dix patrouilleurs hauturiers, a un statut hybride : créée par décret interministériel en 1972, elle était alors censée agir par délégation de la marine militaire (dont elle a repris l’organisation, les grades et les uniformes) et sous mandat d’autorités locales qui ont ensuite disparu sous le coup des restructurations de l’état indonésien. Depuis 2014, elle relève directement de la présidence de la république pour ses opérations et du Ministère de la Coordination des Affaires Légales, Policières et Sécuritaires pour ses aspects organiques. Elle a vocation à légiférer sur les questions de droit maritime, de surveiller et protéger les eaux sous juridiction indonésienne (qui, en 1972, ne comprenaient pas de ZEE puisque cette dernière a été créée en 1982). La BAKAMLA est organisée en trois commandements : Ouest (aux îles Riau face à Singapour), Central (Sulawesi septentrional, face aux Philippines) et Est (Moluques, face à la Papouasie Nouvelle-Guinée et à l’Océan Pacifique). Dépourvue de moyens aériens mais dotée d’un service de surveillance satellitaire et de radars à longue portée, elle concentre de fait ses actions sur trois secteurs : le détroit de la Sonde et la Mer de Chine Méridionale, la mer des Célèbes et la mer des Moluques, essentiellement contre les divers trafics (travail transfrontalier non déclaré, contrebande de biens et de marchandises en vrac, immigration illégale, piraterie).

Deuxième organisation avec laquelle la KPLP coopère, la Police Nationale indonésienne dispose d’une branche maritime (POLAIR, Polisi Perairan). Elle aussi héritée de la police coloniale néerlandaise, transformée en police armée sous l’occupation japonaise, la Police Nationale jouit d’une aura particulière parce qu’elle a été très active lors de la guerre d’indépendance. La POLAIR n’agit qu’en prolongement de la police nationale et dans les eaux territoriales. Ses missions sont analogues à celles de toute police nationale (maintien de l’ordre, participation aux enquêtes, etc.).

Enfin, la KPLP coopère aussi avec l’Agence de Surveillance des Pêches (PSDKP, Pengawasan Sumber Daya Kelautan dan Perikanan), rattachée au Ministère des Affaires Maritimes et des Pêches. Créée le 23 novembre 2000, cette agence a pour mission de superviser l’exploitation des ressources marines et halieutiques de la République d’Indonésie. Elle est structurée en quatorze bases disposant de vingt-sept grosses vedettes d’intervention au large et d’une centaine d’embarcations rapides plus petites, réparties dans les zones à risque vis-à-vis des pêches illégales.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Pecheu10
La pêche indonésienne est largement artisanale.

Cette mosaïque d’agences ne favorise pas l’efficacité dans l’action. Prise indépendamment, aucune agence n’a les moyens de ses missions ; la pluralité des autorités de rattachement ralentit considérablement la prise de décision. C’est pour dépasser ce morcèlement que l’ancienne ministre des Pêches, Susi Pudjiastuti, avait créé une Task Force spéciale unifiée. Aucune des agences n’a de moyen de patrouille aérienne. L’immense majorité des patrouilleurs n’ont que les armes portatives de leurs équipages pour agir, à l’exception des grands patrouilleurs des KPLP et MANKALA. Fait significatif, aucune de ces quatre agences ne coopère avec les autorités communales : les délits constatés par les pêcheurs ne sont donc pas traités. Les agences n’agissent que sur ordre de Jakarta ou, quand un protocole d'accord existe avec un gouvernorat provincial, que dans les limites dudit accord.

Pour achever de corser le tableau, pour pallier le manque de moyens de ces agences, la République Indonésienne a confié temporairement aux armées la mise en œuvre des moyens aériens et navals nécessaires à la lutte contre les intrusions chinoises dans le secteur des Natuna, au risque de voir Beijing accuser Jakarta de pratiquer l’escalade en envoyant l’armée contrer ses milices de la mer et ses propres garde-côtes qui sont rattachés, faut-il le rappeler, à l’Armée Populaire de Libération. A terme, cette mission devrait être rendue à la BAKAMLA quand celle-ci sera suffisamment montée en puissance.

study
Revenir en haut Aller en bas
Takagi
Vice-amiral
Vice-amiral
Takagi

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 40
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 EmptyDim 19 Juil 2020, 18:30

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Tni_al10

Le samedi 18 juillet 2020, la frégate YOS SUDARSO (F-383, classe AHMAD YANI, ancienne classe VAN SPEIJK néerlandaise) a arraisonné deux chalutiers vietnamiens en train de pêcher sans autorisation dans le nord des îles Natuna. Ils ont été pris chalut à l’eau et ont été ramenés à Lanal Ranai où leurs dix membres d’équipage ont été testés pour le COVID-19. L’intérieur des deux chalutiers a été désinfecté préventivement par pulvérisation, ce qui a dû donner un drôle de goût aux poissons dans les cales. Une enquête a été diligentée mais les Vietnamiens risquent d'avoir du mal à plaider le transit innocent.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Marin-si
Revenir en haut Aller en bas
Takagi
Vice-amiral
Vice-amiral
Takagi

Masculin
Nombre de messages : 6129
Age : 40
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 EmptySam 01 Aoû 2020, 11:55

Du samedi 18 juillet au dimanche 2 août 2020, la marine indonésienne a organisé de grandes manœuvres en mer de Java et en mer de Chine méridionale. Pas moins de 26 bâtiments de combat et 19 avions y participent. Le clou de l’exercice consistait à effectuer un débarquement sur l’île de Pulau Singkep, au sud de Lingga et de Singapour, tandis qu’une force navale constitué de deux frégates lance-missiles et quatre corvettes appuyées par des avions de patrouille et de combat était censée interdire toute interférence depuis la mer de Chine. Cette force de couverture se trouvait dans le secteur des îles Natuna, dont une bonne partie des zones de pêche sont revendiquées par la Chine qui les a englobées dans sa « ligne des neuf pointillés ». Cette présence militaire renforcée autour des Natuna a coïncidé avec le passage du groupe de combat d’un porte-avions américain, titillé épisodiquement par des avions de l’Armée Populaire de Libération chinoise, mais les manœuvres indonésiennes avaient été planifiées depuis plusieurs mois et n’ont rien à voir avec ces présences étrangères dans le secteur. En mer de Java, les exercices ont porté sur la lutte anti-sous-marine, sur la sécurité et le contrôle des avaries de combat

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Tni10

En juin, Jakarta a répondu par une fin de non-recevoir à la demande de Pékin de « discuter » des zones « revendiquées par les deux parties » autour des îles Natuna. Pour Jakarta comme pour les Nations-Unies, les revendications unilatérales de Pékin ne reposent sur aucun fondement légal.

MARINE INDONESIENNE - Page 12 Tete-yod
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: MARINE INDONESIENNE   MARINE INDONESIENNE - Page 12 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
MARINE INDONESIENNE
Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Asie :: Asie du Sud-Est-
Sauter vers: