AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 15:17

CUIRASSES CLASSE KAISER
(ALLEMAGNE)


Le cuirassé SMS Kaiserin à la mer

AVANT PROPOS

La Kaiserliche Marine est née en 1871 en même temps que l'Allemagne unifiée. Pendant longtemps, la marine impériale allemande est restée modeste en raison d'une orientation politique imposée par Bismarck. Ce dernier était obsédé par la menace française et cherchait à la maintenir dans un état d'isolement.

Cette politique n'était pas du goût de Guillaume II, le nouveau empereur monté sur le trône en 1888 après le court règne (99 jours) de Frederic III. Ce dernier rêvait d'une politique mondiale (Weltpolitik) qui imposait une marine puissante pouvant rivaliser avec la marine britannique.

Il fallut cependant attendre 1897 et la nomination du vice-amiral Alfred von Tirpitz comme secrétaire d'état à la Marine pour que la marine allemande devienne une imposante machine de guerre capable si ce n'est de vaincre la Royal Navy d'agiter les nuits des amiraux britanniques.

Le 10 avril 1898, une première loi navale fixa le format de la marine allemande en 1914 à un total de 19 cuirassés, 8 croiseurs cuirassés, 12 croiseurs lourds et 30 croiseurs légers à construire pour le 1er avril 1904. Dans ce total était intégré les navires existants mais si ce format permettait d'affronter la Russie ou la France, il était bien insuffisant pour affronter la Grande Bretagne.

Une deuxième loi navale est votée le 14 juin 1900 qui doubla quasiment le nombre de navires prévus avec 38 cuirassés, 20 croiseurs cuirassés et 38 croiseurs. Ce plan était tellement important que le Reichstag réduisit le budget ce qui obligea Tirpitz à faire appel à l'emprunt pour financer un plan qui pourrait conduire à la construction de 45 ou 48 cuirassés.

Les anglais étaient tellement préoccupés par l'expansion de la marine allemande que le premier lord de l'amirauté John Fisher proposa de «Copenhaguiser» la flotte allemande (référence au bombardement de la capitale danoise par les anglais en 1801 et en 1807).

Les allemands avaient-ils véritablement l'intention de disputer la suprématie mondiale des mers à la Grande Bretagne ? Rien n'est moins sur si l'on croit le mémorandum de l'amiral Tirpitz annexé au projet de loi navale de 1900 où le secrétaire d'Etat à la marine écrit «La plus grande puissance navale doit considérer que s'attaquer à nous constituerait une entreprise risquée, entrainant assez de périls pour mettre en question sa propre situation dans le monde»

Une intense et couteuse course aux armements fût entamée par Londres et Berlin, chaque navire répondait à une création, une construction du rival. Aussi les allemands ne pouvaient pas laisser passer l'apparition en décembre 1906 au sein de la Royal Navy du ,HMS Dreadnought qui disposait d'une artillerie principale monocalibre ce qui facilitait le stockage de munitions et la conduite de tir.


L'apparition du HMS Dreadnought bouleversa les plans des stratèges navals allemands

La réflexion avait lieu dans tous les pays et bien vite un consensus se détacha sur l'idée d'un cuirassé disposant d'un maximum de canons d'un même calibre avec une artillerie secondaire dont le seul rôle est de repousser les torpilleurs.

L'amiral Fisher y pense depuis 1900, le président Roosevelt à demandé une étude en 1901 qui aurait pu déboucher dès 1902 avec un navire armé de 12 canons de 254mm en six tourelles doubles (une avant une arrière et quatre latérales) tandis qu'un architecte italien, Vittorio Cuniberti publie en 1903 dans la revue Jane's Fightinh Ship un article sur les futurs cuirassés.


Le Deutschland et ses sister-ship furent les derniers cuirassés type prédreadnought construit pour la Kaiserliche Marine

Au moment où apparaît le Dreadnought, les allemands construisaient la classe Deutschland qui étaient irrémédiablement dépassés par le nouveau cuirassé britannique. Il est cependant évident que si la guerre avait éclaté en 1906 au moment de la crise d'Agadir, la majorité des escadres de cuirassés auraient été composées de prédreadnought.

La loi navale votée en 1906 prévoyait la construction de six cuirassés et de six croiseurs cuirassés plus 144 torpilleurs mais ce programme fût bouleversé par l'apparition de la dernière création de Lord Fisher. Le Reichstag se montrait cependant réticent à financer des navires forcément plus coûteux. L'opposition fût telle que Tirpitz du accepter de réduire sa loi à six croiseurs cuirassés et 48 torpilleurs, réduction votée le 19 mai 1906.

Une semaine plus tard cependant, des fonds furent débloqués pour financer la construction de deux cuirassés de 18000 tonnes et un croiseur cuirassé de 15000 tonnes plus de quoi élargir le Kaiser Wilhelm Canal et d'agrandir les bassins et forme de radoub.

Les deux premiers dreadnought allemands baptisés Nassau et Westfalen furent financés au programme 1906/07 tout comme le croiseur cuirassé Blücher. Le 27 mars 1908, une troisième loi navale fût vôtée qui débloquait un milliard de marks et réduisait la carrière opérationnelle des cuirassés de 25 à 20 ans ce qui nécessitait le remplacement des garde-côtes Siegfried et Oldenburg ainsi que les prédreadnought de classe Brandenburg sans parler des frégates à coque en fer de classe Sachsen, totalement obsolètes. En conséquence, deux autres Nassau furent financés au programme 1907/08, des navires baptisés Posen et Rheinland.

Les deux pays s'emballent, la Kaiserliche marine devant compter à terme 58 cuirassés de type dreadnought et en 1912, le programme naval allemand prévoit la construction de 41 cuirassés, 60 croiseurs et 72 sous marins. Les finances des deux pays souffrent mais la tentative d'accord (limitation des armements contre compensations coloniales) échoue et la course continue jusqu'au déclenchement du premier conflit mondial. Partie de rien, la marine allemande dispose en août 1914 de 22 cuirassés et de 4 croiseurs de bataille, de 30 cuirassés anciens type prédreadnought (nombre incluant les garde-côtes aux capacités militaires limitées pour ne pas dire inexistantes) de 10 croiseurs cuirassés, de 16 croiseurs légers et de 211 destroyers.


Le SMS Nassau

-Le SMS Nassau est mis sur cale au Kaiserliche Werft de Wilhelmshaven le 22 juillet 1907 sous le nom d'Ersatz Bayern (du nom de la frégate de classe Saschen qu'il devait remplacer) lancé et baptisé le 7 mars 1908 et admis au service actif le 1er octobre 1910.

Il participe à toutes les opérations de la première guerre mondiale en mer Baltique et en mer du Nord, notament la bataille du Jutland. Comme ses trois sister-ship, le Nassau n'était pas concerné par le partage de la Hochseeflot mais le sabordage du 21 juin 1919 changea la donne. Le Nassau fût attribué au Japon le 7 avril 1920 mais les japonais n'avaient pas besoin de cuirassés et vendirent donc le premier dreadnought allemand à des démolisseurs britanniques en juin 1920 qui le démantelèrent à Dordrecht aux Pays Bas.


Le SMS Westfalen

-Le SMS Westfalen à été mis sur cale sous le nom d'Ersatz Saschen aux chantiers navals AG Weser de Brême le 12 août 1907 lancé le 1er juillet 1908 et admis au service actif le 16 novembre 1909. Il participe à toutes les opérations de la première guerre mondiale en mer Baltique et en mer du Nord, notament la bataille du Jutland.

Appareillant le 11 août 1918 en compagnie du Posen, du Kaiser et du Kaiserin pour des patrouilles en haute mer, le cuirassé eut de sérieux ennuis de machine, réduisant sa vitesse à 16 noeuds. Désarmé à son retour au port, il fût transformé en navire-école de cannonage, rôle qu'il occupa jusqu'à l'armistice.

Tout comme les trois autres navires de sa classe, le Westfalen aurait du rester en Allemagne et peut être remis en service par la future marine allemande mais le sabordage de Scapa Flow le 21 juin 1919 bouleversa ce programme et le navire qui avait été rayé des registres allemands le 5 novembre 1919 fût livré aux alliés le 5 août 1920 et démantelé à Birkenhead en 1924.


Le SMS Posen

-Le SMS Posen est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Baden aux chantiers navals Germaniawerft de Kiel le 11 juin 1907 lancé et baptisé le 13 décembre 1908 et admis au service actif le 31 mai 1910.

Il participe à toutes les grandes opérations de la Hochseeflot durant la première guerre mondiale notament la bataille du Jutland. Non concerné comme ses sister-ship par le voyage vers Scapa Flow, le Posen resta en Allemagne mais le sabordage du 21 juin 1919 entraina la cession des Nassaux aux puissances alliés en compensation. Le 5 novembre 1919, le Posen fût rayé des registres de la marine allemand est cédé à la Grande Bretagne le 13 mai 1920 qui le vendit immédiatement à la démolition aux Pays Bas, le navire étant démantelé à Dordrecht en 1922.


Le SMS Rheinland

-Le SMS Rheinland est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Württemberg aux chantiers Vulcan AG de Stettin le 1er juin 1907 lancé et baptisé le 26 septembre 1908 et admis au service actif le 30 avril 1910.

Il participe à toutes les grandes opérations de la Hochseeflot durant la première guerre mondiale notament la bataille du Jutland. Gravement endommagé par échouage le 11 avril 1918,le cuirassé arrivé à Kiel le 24 juillet fût désarmé le 4 octobre et utilisé jusqu'à la fin de la guerre comme caserne flottante.

Comme ses trois sister-ship, le Rheinland resta en Allemagne et ne gagna pas les Orcades pour y être interné. Après le sabordage du 21 juin 1919, les Nassau furent saisis comme dommage de guerre, le Rheinland étant rayé des registres de la marine allemande le 5 novembre 1919 avant d'être vendu à des démolisseurs néerlandais le 28 juin 1920qui démantelèrent le navire à Dordrecht à partir du 29 juillet.


Caractéristiques Techniques de la classe Nassau

Déplacement : standard 18570 tonnes pleine charge 21000 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 146.1m (entre perpendiculaires) 137.7m largeur : 26.9m tirant d'eau : 8.08m

Propulsion : trois machines à triple expansion VTE alimentées en vapeur par douze chaudières Schultz-Thornycroft dévellopant une puissance totale de 22000ch et entrainant trois hélices.

Performances : vitesse maximale : 19.5 noeuds distance franchissable : 8000 miles nautiques à 10 noeuds et 2200 miles nautiques à 19 noeuds.

Protection : ceinture 80 à 300mm, bulkheads 90 à 210mm batterie de 150mm : 160mm barbettes : 50 à 280mm tourelles : 60 à 280mm bloc-passerelle : 80 à 300mm

Armement :

12 canons de 280mm SK L/45 en six tourelles doubles (une axiale avant, une axiale arrière et quatre latérales); 12 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 12 casemates (six babord et six tribord); 16 canons de 88mm SK/L 45 modèle 1906 en seize affûts simples sous masque; 6 tubes lance-torpilles de 450mm

Equipage : 1008 officiers et marins mais 1124-1129 au Jutland


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 15:38

LES HELGOLAND ET LES KAISER

Dès mai 1906, les allemands qui venaient de décider de construire des cuirassés de type dreadnought eurent vent de la volonté des britanniques de se dôter de cuirassés armés de canons de 343mm.

Si le canon de 280mm permettait aux Nassau de tirer leur épingle du jeu face aux cuirassés britanniques armés de canons de 305mm, le 343mm surclassait le 280mm en terme de portée (21780m pour le 343mm et 18900m pour 280mm).

Le Département de la Marine demanda donc que les successeurs des Nassau soient armés de canons de 305mm. En mars 1907, l'amiral Tirpitz _après avoir renaclé à abandonné le 280mm_ demanda les plans d'un cuirassé armé de canons de 305mm et d'une ceinture blindée de 320mm, ce changement s'expliquant par le choix du 305mm par la marine américaine pour ses premiers dreadnought, la classe Michigan.

La loi navale votée en 1908 prévoyait la réduction de la durée de service des cuirassés de 25 à 20 ans ce qui nécessitait le remplacement des cuirassés garde-côtes de classe Siegfried et Oldenburg ainsi que des prédreadnought de classe Brandenburg.

Ce qui explique qu'avant de recevoir leurs noms de baptême, les quatre Helgoland (trois financés au budget 1908/09 et un quatrième ajouté par décret spécial en 1909) furent baptisés Ersatz Siegfried, Ersatz Oldenburg, Ersatz Beowulf et Ersatz Frithjof, les Siegfried Beowulf et Frithjof formant la classe Siegfried, l'Oldenburg étant l'unique membre de sa classe.


Le SMS Helgoland

-Le Helgoland est mis sur cale sous le nom de Ersatz Siegfried aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 24 décembre 1908 lancé et baptisé le 25 août 1909 et admis au service actif le 23 août 1911.
Il participe à diverses opérations de la première guerre mondiale notament la bataille du Jutland.

Tous comme les Nassau, les Helgoland auraient du rester en Allemagne mais le sabordage de la flotte de haute mer à Scapa Flow le 21 juin 1919 entraina la livraison aux alliés des Helgoland. Le SMS Helgoland s'était déjà rendu en Angleterre les 21 et 22 novembre pour rapatrier les équipages des U-Boot internés à Harwich. Désarmé le 16 décembre 1918 et rayé des registres le 5 novembre 1919, le Helgoland est officiellement transféré au Royaume Uni le 5 août 1920.

Disposant d'un surplus de cuirassés, les britanniques ne remirent pas en service le cuirassé allemand qui fût démantelé à partir du 3 mars 1921.


Le SMS Ostfriesland

-L'Ostfriesland est mis sur cale sous le nom de Ersatz Oldenburg au Wilhelmshaven Kaiserwerft (Arsenal Impérial de Wilhelmshaven) le 19 octobre 1908 baptisé et lancé le 30 septembre 1909 et admis au service actif le 1er août 1911. Après avoir participé aux différentes opérations de la première guerre mondiale, il est livré à la marine américaine et utilisé pour des expérimentations de bombardement aérien aux cours desquels il coule le 20 juillet 1921.


Le SMS Thuringen

-Le Thüringen est mis sur cale sous le nom de Ersatz Beowulf aux chantiers AG Weser de Brême le 7 novembre 1908 baptisé et lancé le 17 novembre 1909 et admis au service actif le 10 septembre 1911. Après avoir participé aux opérations de la première guerre mondiale et aux mutineries de l'automne 1918, il est attribué à la France sous le nom de Schiff L. Il fallit sombrer au large de Cherbourg quand l'équipage allemand tenta de le saborder mais les marins français parvinrent à sauver le navire qui fût ramené à Cherbourg.

En février 1921, il fût remorqué à Brest et privé de son armement avant que la coque ne soit échoué à Gâvres pour servir de cible de tir à la marine nationale. Partiellement démantelée à partir de mars 1923, une section de 110m de long environ à été laissé sur place dans environ 9m d'eau ce qui fait qu'à marée basse, la coque apparaît parfois enfin du moins ce qu'il en reste en raison de l'action des vagues.


Le SMS Oldenburg

-Le Oldenburg est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Frithjof aux chantiers Schifauwerft de Dantzig le 1er mars 1909 baptisé et lancé le 30 juin 1910 et admis au service actif le 1er juin 1912. Après avoir participé aux opérations de la première guerre mondiale, l'Oldenburg participa aux mutineries de l'automne 1918.

Rayé des listes de la flotte le 5 novembre 1919, il est attribué au Japon qui n'à nul besoin d'un cuirassé ancien à l'état matériel médiocre. Tokyo le revend aux britanniques qui l'envoie dans le Firth of Forth où il jette l'ancre le 13 mai 1920. Remorqué aux Pays Bas,il est démantelé en 1921.



Caractéristiques Techniques de la classe Helgoland

Déplacement : standard 22808 tonnes pleine charge 24700 tonnes.

Dimensions : longueur : (hors tout) 167.20m (flottaison) 166.50m largeur : 28.50m (28.80m avec les fillets Bullivants) tirant d'eau : 8.68 à 8.94m sachant qu'il faut 34 tonnes pour que le cuirassé s'enfonce d'un centimètre en plus.

Propulsion : trois machines à quatre cylindres triple expansion alimentées en vapeur par quinze chaudières Schulz-Thornycroft réparties en trois rues de chauffe dévellopant une puissance totale de 28000ch et entrainant trois hélices. 900 tonnes de charbon sont embarqués en charge normale mais 3200 tonnes peuvent être embarquées en surcharge plus 197 tonnes de mazout pour alimenter les huit turbo-dynamos qui dévellopent 2200 kw d'électricité.

Performances : vitesse maximale : 20.3 noeuds (l'Oldenburg à atteint 21.3 avec 34394ch) distance franchissable : 7900 miles nautiques à 10 noeuds 4600 miles nautiques à 16 noeuds et 2590 miles nautiques à 19 noeuds

Protection : la ceinture cuirassé est épaisse de 300mm au maximum, épaisseur qui se réduit à 170mm sur la partie supérieure et à 80mm aux extremités; Bulkheads 90 à 210mm; pont supérieur 45mm pont blindé 40 à 60mm Tourelles : 300mm pour la face avant 250mm pour les côtés, 70 à 100mm pour le toi, barbettes 170 à 300mm. Au total la protection représente 8350 tonnes soit 36.60% du déplacement.

Armement : 12 canons de 305mm SK L/50 modèle 1908 en six tourelles doubles (une avant, quatre latérales et deux arrières).14 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 14 casemates (sept babord et sept tribord). 10 canons de 88mm SK C/02 en casemates latéraux (cinq de chaque côté). 4 canons de 88mm MPL C/13 en affûts simples sous masque installés à l'arrière. 6 tubes lance-torpilles de 500mm sous marins (un à la proue, un à la poupe et les quatre autres de chaque bord en avant de la tourelle A et en arrière de la tourelle D).

Equipage : 1113 officiers et matelots (1284 à 1390 officiers et matelots au Jutland)


Après la construction des Helgoland, la marine allemande continue sur sa lancée pour ne pas se laisser distancer par la marine britannique. A l'époque, elle devait remplacer les trois derniers cuirassés garde-côtes de classe Siegfried et les deux cuirassés garde-côtes de classe Odin.

Pour les cuirassés qui doivent succéder aux Helgoland, les allemands s'inspirent de ces derniers mais décident d'abandonner les machines alternatives au profit des turbines, utilisant différents modèles. L'artillerie principale est réduite à dix canons mais mieux disposée que sur les Nassau et les Helgoland avec une tourelle à l'avant, deux tourelles à l'arrière superposés et les deux tourelles installées en échelon permettent au navire de tirer une bordée complète à tribord comme à babord.

Un correctif au budget 1909 et anticipant au budget 1910 finance la construction de deux navires baptisés Kaiser et Friedrich der Grosse. Le budget 1910 finance la construction du Kaiserin et un correctif au budget 1910 et anticipant au budget 1911 finance la construction des deux derniers navires de la classe Kaiser baptisés König Albert et Prinzregent Luitpold.


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 15:53

HISTORIQUE

Le SMS Kaiser

Le SMS Kaiser à la mer à une bonne vitesse si l'on en croit le panache de fumée

Présentation

-Le Kaiser est mis sur cale au Kiel Kaiserwerft (Arsenal Impérial de Kiel) en décembre 1909 sous le nom de Ersatz Hildebrand lancé et baptisé le 22 mars 1911 et admis au service actif le 1er août 1912.

Kaiser est le titre porté par les monarques du Saint Empire Romain Germanique puis des Empires Autrichiens et Allemands, venant du latin Caesar et qui donna également en russe le mot Tsar.

Carrière opérationnelle

Réunion de famille : le Kaiser et au second plan le Kaiserin

Après une ultime mise au point en mer Baltique, le Kaiser appareille en juillet 1913 pour la Norvège avec à son bord, l'empereur Guillaume II et le roi d'Italie Victor Emmanuel III pour la croisière d'été de la flotte de haute mer.

Le 17 décembre 1913, il appareilla de Kiel en compagnie du König Albert et du croiseur léger Strassburg pour une croisière en Amérique du Sud. Il s'agissait de tester la fiabilité des nouvelles turbines et de montrer à quel point la marine allemande était puissante et qu'il fallait compter avec elle. Les deux cuirassés allemands qui visitent l'Argentine, le Brésil, l'Uruguay et le Chili _pays où les communautés allemandes sont nombreuses_ regagnèrent l'Allemagne le 17 juin 1914.

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Kaiser et huit prédreadnought furent déployés en couverture.

Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le Kaiser participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.


Beau dessin au crayon du SMS Kaiser

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds. Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft. Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.


Le Kaiser au mouillage

Avec trois de ses sister-ship (Kaiserin Prinzregent Luitpold Friedrich der Grosse), le Kaiser participa à l'affrontement titanesque du Jutland les 31 mai et 1er juin qui avec d'autres décisions de la part des amiraux anglais et allemands et dans d'autres conditions météo aurait pu influencer durablement le cours de la première guerre mondiale.

Vers 19.00, le croiseur allemand Wiesbaden déjà endommagé fût attaqué par les forces légères britanniques et l'amiral Scheer ordonna à ses navires de repousser les croiseurs et les destroyers de la Royal Navy puis de prendre le navire en remorque.

A 19.05, les croiseurs cuirassés Defence et Warrior ouvrirent à nouveau le feu sur le croiseur allemand à l'agonie mais dix minutes plus tard, les «grands frères» du Wiesbaden, les croiseurs et les cuirassés ouvrirent le feu à courte distance, le Kaiser et trois navires de la classe König matraquant les deux navires, le Defence explosa avant de disparaître dans les eaux de la mer du Nord alors que le Warrior coula peu de temps après.

La retraite de ce dernier provoqua un duel entre les cuirassés allemands et les cuirassés rapides Warspite et Valiant. Le Kaiser plaça un obus de 12 pouces sur le Warspite qui endommagea son gouvernail, obligeant le navire à tourner en cercle. Le cuirassé anglais encaissa onze obus de gros calibres avant que les allemands ne le perdent de vue, pensant l'avoir coulé.

Les cuirassés de classe Kaiser sortirent ainsi de la bataille du Jutland presque sans une égratinure. Le Kaiser avait tiré 224 obus de 305mm et 41 obus de 150mm, étant touché par deux obus de gros calibres ce qui provoqua des dégats matériels et humains négligeables (un blessé).

Au début du mois de septembre 1917, après la conquête du port de Riga par les allemands, la marine allemande décida de chassa les russes du golfe de Riga. L'état major de la marine allemande planifia une opération contre l'archipel de Moonsund et notament pour neutraliser les batteries russes implantées sur la péninsule de Sworbe.

Le 18 septembre 1917, les ordres furent donnés pour une opération combinée armée-marine pour s'emparer d'Ösel et des îles de l'archipel de Moonsund. Un important dispositif naval fût déployé avec le croiseur de bataille Moltke comme navire-amiral, la 3ème division de cuirassé, la 5ème division de cuirassés composée pour cette occasion des quatre cuirassés de König et du puissant cuirassé Bayern, la 6ème division composée des cinq cuirassés de classe Kaiser; le tout accompagné de neuf croiseurs légers, de trois flottilles de torpilleurs, des transports et des mouilleurs de mines soit un total de 300 navires soutenus par 100 avions et 6 zeppelins. La force d'invasion disposait de près de 25000 hommes.


Vue aérienne du SMS Kaiser

Face à cette énorme force, les russes déployaient les cuirassés Slava et Tsarevitch, deux vieux prédreadnought, les croiseurs cuirassés Bayan, Admiral Makarov et Diana, 26 destroyers, divers navires de la poussière navale tandis que la garnison d'Ösel alignait 14000 hommes.

L'opération commença par un tir de barrage mené par le Moltke et les quatre Königs conre les batteries côtières russes de la baie de Tagga alors que les Kaiser engageaient les batteries de la péninsule de Sworbe pour sécuriser un chenal entre Moon and Dagö. Alors que le Bayern allait se mettre en position, il toucha une mine.

Gravement endommagé, le Bayern du regagner Kiel pour réparations, transit qui lui pris 19 jours, laissant à l'équipage du plus puissant cuirassé de la Kaiserliche Marine un goût amère après cette participation insignifiante à l'opération Albion. Durant les réparations, les 5 tubes tubes lance-torpilles sous marins furent débarqués pour réduire l'impact d'une voie d'eau.

Le 14 octobre 1917, le Kaiser fût détaché de la force de bombardement pour engager les destroyers russes qui avaient pris à partie les dragueurs de mines allemands et leurs destroyers d'escorte qui prirent le dessus, un destroyer russe étant coulé.

Le 16 octobre 1917, les König et Kronprinz, deux cuirassés de classe König accompagnés de navires plus petits engagèrent les cuirassés russes dans le Golfe de Riga. Le lendemain eut lieu un nouveau duel, le König engageant le Slava pendant le Kronprinz appuyait son sister-ship et tirait contre le Bayan.

A 10.30, les russes décidèrent de se replier après avoir sabordé le Slava trop endommagé pour s'échapper. L'opération Albion se termina le 20 octobre par une victoire allemande sans appel.

Il participa ainsi à la deuxième bataille de la baie d'Heligoland le 17 novembre 1917. Ce jour là, des dragueurs de mines allemands effectuèrent une sortie à la mer pour nettoyer un champ de mines britannique et furent interceptés par les croiseurs légers Calypso et Caledon. Ces derniers furent attaqués par le Kaiser et son sister-ship Kaiserin commandés par le contre-amiral Ludwig von Reuter qui à leur tour tombèrent sur la force de couverture britannique composée des croiseurs de bataille Tiger, Renown, Repulse, Courageous et Glorious formant le 1st Battlecruiser Squadron commandé par l'amiral Sir Charles Napier.

Le croiseur léger Calypso fût touché par un obus de 305mm qui ravagea la passerelle tuant tout le personnel présent dont son capitaine. Le Repulse riposta mais les cuirassés allemands se replièrent derrière leurs propres champs de mines après n'avoir perdu qu'un dragueur de mines.


Un cuirassé rejoignant le cimetière des éléphants ou le SMS Kaiser en route pour Scapa Flow

Suite à l'armistice du 11 novembre 1918, les alliés ordonnèrent à la Hochseeflot de quitter l'Allemagne pour gagner la Grande Bretagne et d'attendre que les alliés ne décident de leur sort. Les navires allemands escortés par 370 navires anglais américains et français arrivèrent dans le Firth of Forth le 21 novembre 1918 avant de gagner Scapa Flow, l'amirauté ne voulant que les équipages allemands mutinés et travaillés par le bolchevisme ne contamine les équipages britanniques.

L'amiral Reuter à bord du croiseur léger Emden compris rapidement que les alliés allaient se partager la flotte allemande ce qui lui était tout bonement insupportable. Le 21 juin apprenant que la délégation allemande allait à Paris accepter de livrer la flotte et que l'escadre anglaise était à la mer, Reuter ordonna à tous ses commandants de saborder leurs navires, opération rapide car préparée depuis plusieurs jours.

Les navires allemandes commencèrent à s'enfoncer dans les eaux noires de la rade. Les anglais tentent de sauver le plus de navire mais seuls 23 navires dont les plus gros sont des croiseurs légers sont échoués et échappent au naufrage. Le Kaiser s'enfonce dans les eaux noires et glaciales des Orcades à 13h25 en ce 21 juin. L'épave fût vendue à la société Cox & Danks qui la renfloua le 20 mars 1929, la fit remorquer à Rosyth et la fit démanteler à partir du 11 septembre 1929.


Renflouage du Kaiser en 1929

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 16:28

Le SMS Friedrich der Grosse

Vue aérienne du SMSZ Friedrich der Gross

Présentation

Le Friedrich der Gross en achèvement dans un dock flottant

-Le Friedrich der Grosse est mis sur cale aux chantiers navals AG Vulcan de Stettin sous le nom de Ersatz Heimdall le 26 janvier 1910 lancé et baptisé le 10 juin 1911 et admis au service actif le 15 octobre 1912.


Frédéric le Grand à la fin de sa vie. Il était alors affectueusement surnomé "Die Alte Fritz" (Le vieux Fritz)

Le deuxième cuirassé de classe Kaiser rend hommage au plus grand souverain de l'histoire allemande, Frédéric II le Grand (Berlin 24 janvier 1712-Postdam 17 août 1786) roi de Prusse du 31 mai 1740 au 17 août 1786, l'un des despotes éclairés du XVIIIème siècle, protecteur de Voltaire qui fit de la Prusse, la puissante dominante du monde allemand et préparant le terrain à une futur union allemande. Son neveu, Frederic-Guillaume II lui succéda.

C'est le second navire à avoir porté ce nom après une frégate blindée lancée le 20 septembre 1874, utilisée dans la marine impériale jusqu'en 1891 avant d'être utilisé comme auxiliaire portuaire puis citerne à charbon avant d'être démoli en 1920.

A noter que le nom de Friedrich der Grosse aurait été l'un des noms envisagés pour les cuirassés de type H du Plan Z avec Hindenburg.

Carrière opérationnelle

Le Friedrich der Grosse survolé par un zeppelin

Affecté à la 3ème division de cuirassés avec ses sister-ship, il fût également désigné navire amiral de la Hochseeflot le 22 janvier 1913 et assurant ce rôle jusqu'au 14 mars 1917. En août 1913, il se rendit en Norvège pour la croisière d'été. Il participa aux différentes opérations de la marine impériale allemande en 1914 et 1915.

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Friedrich der Grosse et huit prédreadnought furent déployés en couverture.

Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le Friedrich der Grosse participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds.

Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft.

Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.


Le SMS Friedrich der Grosse à la mer

Les 31 mai et 1er juin 1916, le Friedrich der Grosse participa avec trois de ses sister-ship (Kaiserin Prinzregent Luitpold et Kaiserin) à la bataille du Jutland. Il n'y eut qu'une faible activité, tirant 72 obus de 305mm et 151 obus de 150mm, n'encaissant aucun obus ennemi.

Après cet affrontement titanesque, la flotte allemande ne sortit guère de ses ports, les navires semblant avoir désormais des aussières de béton. Le Friedrich der Grosse participa cependant en septembre et octobre 1917 à l'opération Albion en mer Baltique puis en avril 1918 à la dernière grande sortie de la Hochseeflot qui échoua suite à une avarie propulsion du croiseur de bataille Moltke.

A l'automne 1918, les plus lucides des amiraux allemands étaient convaincus que la guerre était perdue et qu'il fallait se préparer aux conséquences d'une victoire alliée. En conséquence, l'Amiral Scheer _nouveau commandant en chef de la marine_ décida d'une sortie massive de la flotte de haute mer pour infliger le plus de dégâts possibles aux britanniques et ainsi renforcer la position de l'Allemagne lors des futures négociations de paix.

Les équipages lassés par quatre ans de guerre et travaillés par des agitateurs d'extrême gauche se mutinèrent dans la nuit du 29 au 30 octobre quand fût connu l'ordre d'appareiller pour la mer du Nord. La mutinerie qui avait démarré à bord du Thüringen contamina le Helgoland . Les autorités navales allemands envoyèrent deux torpilleurs et des hommes en armes, provoquant la rédition des mutins qui furent débarqués et incarcérés.

La mutinerie continua à terre et le 3 novembre près de 20000 marins, ouvriers de l'Arsenal et des civils manifestèrent à Kiel pour obtenir la libération des mutins. Le 5 novembre, les cuirassés basés à Wilhelmshaven hissèrent le drapeau rouge (à l'exception du König) et le lendemain, un conseil des marins prit le contrôle de la base et obtint la libération des mutins qui devaient être transférés à Kiel.

Une fois l'armistice signé, les navires de la Hochseeflot _encore aux mains des mutins_ appareillèrent pour les îles britanniques où ils devaient être internés en attendant qu'une décision soit prise.


Le Friedrich der Grosse s'apprête à rejoindre Neptune

Le 21 juin 1919, le Friedrich der Grosse fût l'un des premiers navires sabordés à sombrer dans les eaux noires de Scapa Flow, sombrant à 12h16. Le 29 avril 1937, l'épave fût relevé chavirée par l'entreprise Cox & Danks puis remorquée à Rosyth où elle arriva le 5 août 1937 pour être démantelée au bassin à partir du 25 août 1937.


Démantelement du Friedrich der Grosse

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 16:39

Le SMS Kaiserin

Le SMS Kaiserin à la mer

Présentation

-Le Kaiserin est mis sur cale aux chantiers navals Howaldtswerke de Kiel en juillet 1910 sous le nom de Ersatz Hagen lancé et baptisé le 11 novembre 1911 et admis au service actif le 14 mai 1913.


Lancement à Kiel du Kaiserin le 11 novembre 1911

Le troisième cuirassé de classe Kaiser porte tout simplement la version féminine du mot Kaiser, Kaiserine étant le mot allemande pour «impératrice». Le cuirassé mis en service en mai 1913 est le seul navire de la Kaiserliche Marine à avoir porté ce nom.

Carrière opérationnelle

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Kaiserin et huit prédreadnought furent déployés en couverture.

Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le Kaiserin participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds. Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft. Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.


Le Kaiserin au mouillage

Avec trois de ses sister-ship (Kaiser Prinzregent Luitpold Friedrich der Grosse), le Kaiserin participa à l'affrontement titanesque du Jutland les 31 mai et 1er juin qui avec d'autres décisions de la part des amiraux anglais et allemands et dans d'autres conditions météo aurait pu influencer durablement le cours de la première guerre mondiale.

Les cuirassés de classe Kaiser sortirent ainsi de la bataille du Jutland presque sans une égratinure, le Kaiser ayant été touché par deux obus du Warspite. Le Kaiserin lui s'en sortit indemne, tirant durant cette bataille 160 obus de 305mm et 135 obus de 150mm.

Au début du mois de septembre 1917, après la conquête du port de Riga par les allemands, la marine allemande décida de chassa les russes du golfe de Riga. L'état major de la marine allemande planifia une opération contre l'archipel de Moonsund et notament pour neutraliser les batteries russes implantées sur la péninsule de Sworbe.

Le 18 septembre 1917, les ordres furent donnés pour une opération combinée armée-marine (opération Albion) pour s'emparer d'Ösel et des îles de l'archipel de Moonsund. Un important dispositif naval fût déployé avec le croiseur de bataille Moltke comme navire-amiral, la 3ème division de cuirassé, la 5ème division de cuirassés composée pour cette occasion des quatre cuirassés de König et du puissant cuirassé Bayern, la 6ème division composée des cinq cuirassés de classe Kaiser; le tout accompagné de neuf croiseurs légers, de trois flottilles de torpilleurs, des transports et des mouilleurs de mines soit un total de 300 navires soutenus par 100 avions et 6 zeppelins. La force d'invasion disposait de près de 25000 hommes.

Face à cette énorme force, les russes déployaient les cuirassés Slava et Tsarevitch, deux vieux prédreadnought, les croiseurs cuirassés Bayan, Admiral Makarov et Diana, 26 destroyers, divers navires de la poussière navale tandis que la garnison d'Ösel alignait 14000 hommes.

L'opération commença par un tir de barrage mené par le Moltke et les quatre Königs conre les batteries côtières russes de la baie de Tagga alors que les Kaiser engageaient les batteries de la péninsule de Sworbe pour sécuriser un chenal entre Moon and Dagö. Alors que le Bayern allait se mettre en position, il toucha une mine. Gravement endommagé, le Bayern du regagner Kiel pour réparations.

Le 14 octobre 1917, le Kaiser fût détaché de la force de bombardement pour engager les destroyers russes qui avaient pris à partie les dragueurs de mines allemands et leurs destroyers d'escorte qui prirent le dessus, un destroyer russe étant coulé.

Le 16 octobre 1917, les König et Kronprinz, deux cuirassés de classe König accompagnés de navires plus petits engagèrent les cuirassés russes dans le Golfe de Riga. Le lendemain eut lieu un nouveau duel, le König engageant le Slava pendant le Kronprinz appuyait son sister-ship et tirait contre le Bayan.

A 10.30, les russes décidèrent de se replier après avoir sabordé le Slava trop endommagé pour s'échapper. L'opération Albion se termina le 20 octobre par une victoire allemande sans appel.


Vue aérienne du cuirassé Kaiserin

Il participa ainsi à la deuxième bataille de la baie d'Heligoland le 17 novembre 1917. Ce jour là, des dragueurs de mines allemands effectuèrent une sortie à la mer pour nettoyer un champ de mines britannique et furent interceptés par les croiseurs légers Calypso et Caledon. Ces derniers furent attaqués par le Kaiser et son sister-ship Kaiserin commandés par le contre-amiral Ludwig von Reuter qui à leur tour tombèrent sur la force de couverture britannique composée des croiseurs de bataille Tiger, Renown, Repulse, Courageous et Glorious formant le 1st Battlecruiser Squadron commandé par l'amiral Sir Charles Napier.

Le croiseur léger Calypso fût touché par un obus de 305mm qui ravagea la passerelle tuant tout le personnel présent dont son capitaine. Le Repulse riposta mais les cuirassés allemands se replièrent derrière leurs propres champs de mines après n'avoir perdu qu'un dragueur de mines.

Suite à l'armistice du 11 novembre 1918, les alliés ordonnèrent à la Hochseeflot de quitter l'Allemagne pour gagner la Grande Bretagne et d'attendre que les alliés ne décident de leur sort. Les navires allemands escortés par 370 navires anglais américains et français arrivèrent dans le Firth of Forth le 21 novembre 1918 avant de gagner Scapa Flow, l'amirauté ne voulant que les équipages allemands mutinés et travaillés par le bolchevisme ne contaminent les équipages britanniques.

L'amiral Reuter à bord du croiseur léger Emden compris rapidement que les alliés allaient se partager la flotte allemande ce qui lui était tout bonement insupportable. Le 21 juin apprenant que la délégation allemande allait à Paris accepter de livrer la flotte et que l'escadre anglaise était à la mer, Reuter ordonna à tous ses commandants de saborder leurs navires, opération rapide car préparée depuis plusieurs jours.

Les navires allemandes commencèrent à s'enfoncer dans les eaux noires de la rade. Les anglais tentent de sauver le plus de navire mais seuls 23 navires dont les plus gros sont des croiseurs légers sont échoués et échappent au naufrage. Le cuirassé Kaiserin coule à 14h00. L'épave est vendue à la société Metal Industries Ltd qui la renfloue le 14 mai 1936 et la remorque à Rosyth où elle est démantelée à partir du 18 novembre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 16:45

Le SMS König Albert

Le SMS König Albert en construction

Présentation

Le König Albert en achèvement

-Le König Albert est mis sur cale aux chantiers navals Schifau de Dantzig le 17 juillet 1910 sous le nom de Ersatz Agir lancé et baptisé le 25 avril 1912 et admis au service actif le 31 juillet 1913.


Le quatrième cuirassé de classe Kaiser porte le nom du roi de Saxe Albert (Dresde 23 avril 1828-Schloss Sibyllenort 19 juin 1902) qui succèda à son père Jean 1er le 29 octobre 1873 et régna jusqu'à sa mort. Son frère George lui succèda faute de postérité.

Comme tout prince allemand qui se respecte, le prince héritier reçut une solide éducation militaire, participant à la première guerre du Schleswig contre le Danemark le 1849 comme capitaine, à la guerre austro-allemande en 1866 comme commandant en chef des forces saxonnes alliées de l'Autriche, s'opposant à l'héritier du royaume de prusse, Frederic Charles (futur Frederic III).

En dépit de la défaite, sa réputation d'excellent lui permis d'accéder au commandement de l'armée saxonne devenue 12ème corps d'armée de l'armée de la confédération d'Allemagne du Nord. Il participa ensuite à la guerre franco-allemande de 1870 à 1871 et notament la bataille de Gravelotte et celle de Sedan. Il termina sa carrière militaire avec le titre de maréchal et comme fonction celle d'inspecteur général.

Carrière opérationnelle

En 1913/14, le König Albert accompagné de son sister-ship le Kaiser effectua une croisière de représentation en Amérique du Sud et en Afrique du Sud. Il s'agissait de tester la fiabilité des nouvelles turbines et de montrer à quel point la marine allemande était puissante et qu'il fallait compter avec elle. Les deux cuirassés allemands regagnèrent leurs bases peu avant le début du premier conflit mondial.

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le König Albert et huit prédreadnought furent déployés en couverture.

Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le König Albert participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds. Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft. Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.

A la différence de ses quatre sister-ship, le König Albert ne participa pas à la bataille du Jutland , immobilisé au port par des problèmes de condenseurs.


Le König Albert à la mer

Au début du mois de septembre 1917, après la conquête du port de Riga par les allemands, la marine allemande décida de chassa les russes du golfe de Riga. L'état major de la marine allemande planifia une opération contre l'archipel de Moonsund et notament pour neutraliser les batteries russes implantées sur la péninsule de Sworbe.

Le 18 septembre 1917, les ordres furent donnés pour une opération combinée armée-marine pour s'emparer d'Ösel et des îles de l'archipel de Moonsund. Un important dispositif naval fût déployé avec le croiseur de bataille Moltke comme navire-amiral, la 3ème division de cuirassé, la 5ème division de cuirassés composée pour cette occasion des quatre cuirassés de König et du puissant cuirassé Bayern, la 6ème division composée des cinq cuirassés de classe Kaiser; le tout accompagné de neuf croiseurs légers, de trois flottilles de torpilleurs, des transports et des mouilleurs de mines soit un total de 300 navires soutenus par 100 avions et 6 zeppelins. La force d'invasion disposait de près de 25000 hommes.

Face à cette énorme force, les russes déployaient les cuirassés Slava et Tsarevitch, deux vieux prédreadnought, les croiseurs cuirassés Bayan, Admiral Makarov et Diana, 26 destroyers, divers navires de la poussière navale tandis que la garnison d'Ösel alignait 14000 hommes.

L'opération commença par un tir de barrage mené par le Moltke et les quatre Königs conre les batteries côtières russes de la baie de Tagga alors que les Kaiser engageaient les batteries de la péninsule de Sworbe pour sécuriser un chenal entre Moon and Dagö. Alors que le Bayern allait se mettre en position, il toucha une mine. Gravement endommagé, le Bayern du regagner Kiel pour réparations,

Le 14 octobre 1917, le Kaiser fût détaché de la force de bombardement pour engager les destroyers russes qui avaient pris à partie les dragueurs de mines allemands et leurs destroyers d'escorte qui prirent le dessus, un destroyer russe étant coulé.

Le 16 octobre 1917, les König et Kronprinz, deux cuirassés de classe König accompagnés de navires plus petits engagèrent les cuirassés russes dans le Golfe de Riga. Le lendemain eut lieu un nouveau duel, le König engageant le Slava pendant le Kronprinz appuyait son sister-ship et tirait contre le Bayan. A 10.30, les russes décidèrent de se replier après avoir sabordé le Slava trop endommagé pour s'échapper. L'opération Albion se termina le 20 octobre par une victoire allemande sans appel.

Suite à l'armistice du 11 novembre 1918, les alliés ordonnèrent à la Hochseeflot de quitter l'Allemagne pour gagner la Grande Bretagne et d'attendre que les alliés ne décident de leur sort. Les navires allemands escortés par 370 navires anglais américains et français arrivèrent dans le Firth of Forth le 21 novembre 1918 avant de gagner Scapa Flow, l'amirauté ne voulant que les équipages allemands mutinés et travaillés par le bolchevisme ne contamine les équipages britanniques.


Le König Albert à Scapa Flow

L'amiral Reuter à bord du croiseur léger Emden compris rapidement que les alliés allaient se partager la flotte allemande ce qui lui était tout bonement insupportable. Le 21 juin apprenant que la délégation allemande allait à Paris accepter de livrer la flotte et que l'escadre anglaise était à la mer, Reuter ordonna à tous ses commandants de saborder leurs navires, opération rapide car préparée depuis plusieurs jours.

Les navires allemandes commencèrent à s'enfoncer dans les eaux noires de la rade. Les anglais tentent de sauver le plus de navire mais seuls 23 navires dont les plus gros sont des croiseurs légers sont échoués et échappent au naufrage. Le König Albert coule à 12h54. L'épave est vendue à Metal Industries Ltd qui la renfloue le 31 juillet 1935, la remorque à Rosyth et la fait démanteler à partir de mai 1936.


Un cuirassé cul par dessus tête : l'épave du König Albert s'apprête à succomber aux chalumeaux des démolisseurs

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 16:55

Le SMS Prinzregent Luitpold

Le SMS Prinzregent Luitpold à la mer

Présentation

-Le Prinzregent Luitpold est mis sur cale aux chantiers navals de la Germaniawerft de Kiel en octobre 1910 sous le nom de Etsatz Odin lancé et baptisé le 17 février 1912 et admis au service actif le 19 août 1913.


Luitpold de Bavière

Le dernier cuirassé de la classe Kaiser porte le nom de Luitpold de Bavière (Würzburg 12 mars 1821-Munich 12 décembre 1912) , prince-régent de Bavière à partir de 1886 et roi de facto en raison de l'incapacité mentale de ses deux neveux, Louis II et Otto. Après avoir été un temps envisagé comme successeur au roi de Grèce Otto, son frère ainé (mais il aurait fallu pour cela être converti à l'orthodoxie et au final, un prince danois remplaça Otto lors de sa déposition en 1862).

Son rôle politique devint important sous le règne de son neveu Louis II (1864-1886), Luitpold représentant son neveu lors de ses absences de Munich. Il commanda la 3ème division bavaroise dans la guerre austro-prussienne en 1866 puis devint inspecteur général de l'armée bavaroise durant la guerre franco-allemande de 1870. Il est fait maréchal en 1876.
Le 10 juin 1886, Louis II fût déclaré mentalement inapte à régner et son oncle devint régent.

La mort brutale de son neveu fit soupçonner certains bavarois que l'oncle ne pourrait pas y être étranger mais cette opinion fût minoritaire, le prince régent étant particulièrement populaire.

Continuant son rôle de régent sous le règne d'Otto _lui aussi mentalement dérangé_, le prince-régent Luitpold succomba le 12 décembre 1912 à une pneumonie. Son fils Ludwig lui succèda, modifia la constitution et destitua son cousin et devint roi le 5 novembre 1913 sous le nom de Ludwig III.

Carrière opérationnelle

Le SMS Prinzregent Luitpold à la mer en 1913

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Prinzregent Luitpold et huit prédreadnought furent déployés en couverture.

Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.


Superbe dessin du Prinzregent Luitpold

Le Prinzregent Luitpold participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds. Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft. Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.

Avec trois de ses sister-ship (Kaiser, Kaiserin et Friedrich der Grosse), le Prinzregent Luitpold participa à l'affrontement titanesque du Jutland les 31 mai et 1er juin qui avec d'autres décisions de la part des amiraux anglais et allemands et dans d'autres conditions météo aurait pu influencer durablement le cours de la première guerre mondiale.

Les cuirassés de classe Kaiser sortirent ainsi de la bataille du Jutland presque sans une égratinure, seul le Kaiser ayant encaissé deux obus de 15 pouces du Warspite. Durant cette bataille, le Prinzregent Luitpold tirant 169 obus de 12 pouces et 106 obus de 150mm sans récolter d'obus ennemis avec onze blessés légers pour le bilan humain.


Le SMS Prinzregent Luitpold

Au début du mois de septembre 1917, après la conquête du port de Riga par les allemands, la marine allemande décida de chassa les russes du golfe de Riga. L'état major de la marine allemande planifia une opération contre l'archipel de Moonsund et notament pour neutraliser les batteries russes implantées sur la péninsule de Sworbe.

Le 18 septembre 1917, les ordres furent donnés pour une opération combinée armée-marine pour s'emparer d'Ösel et des îles de l'archipel de Moonsund.

L'opération commença par un tir de barrage mené par le Moltke et les quatre Königs conre les batteries côtières russes de la baie de Tagga alors que les Kaiser engageaient les batteries de la péninsule de Sworbe pour sécuriser un chenal entre Moon and Dagö. Alors que le Bayern allait se mettre en position, il toucha une mine.

Gravement endommagé, le Bayern du regagner Kiel pour réparations, transit qui lui pris 19 jours, laissant à l'équipage du plus puissant cuirassé de la Kaiserliche Marine un goût amère après cette participation insignifiante à l'opération Albion. Durant les réparations, les 5 tubes tubes lance-torpilles sous marins furent débarqués pour réduire l'impact d'une voie d'eau.

Le 14 octobre 1917, le Kaiser fût détaché de la force de bombardement pour engager les destroyers russes qui avaient pris à partie les dragueurs de mines allemands et leurs destroyers d'escorte qui prirent le dessus, un destroyer russe étant coulé.

Le 16 octobre 1917, les König et Kronprinz, deux cuirassés de classe König accompagnés de navires plus petits engagèrent les cuirassés russes dans le Golfe de Riga. Le lendemain eut lieu un nouveau duel, le König engageant le Slava pendant le Kronprinz appuyait son sister-ship et tirait contre le Bayan.

A 10.30, les russes décidèrent de se replier après avoir sabordé le Slava trop endommagé pour s'échapper. L'opération Albion se termina le 20 octobre par une victoire allemande sans appel.

Le 18 mars 1918, le cuirassé entra en collision avec le croiseur de bataille Derfflinger mais les dégâts sur les deux navires furent insignifiants.


L'équipage du Prinzregent Luitpold se mutina à l'automne 1918. Ils réclament notament l'établissement d'une république socialiste

Suite à l'armistice du 11 novembre 1918, les alliés ordonnèrent à la Hochseeflot de quitter l'Allemagne pour gagner la Grande Bretagne et d'attendre que les alliés ne décident de leur sort. Les navires allemands escortés par 370 navires anglais américains et français arrivèrent dans le Firth of Forth le 21 novembre 1918 avant de gagner Scapa Flow. L'amiral Reuter à bord du croiseur léger Emden compris rapidement que les alliés allaient se partager la flotte allemande ce qui lui était tout bonement insupportable.


Le SMS Prinzregent Luitpold à Scapa Flow

Le 21 juin apprenant que la délégation allemande allait à Paris accepter de livrer la flotte et que l'escadre anglaise était à la mer, Reuter ordonna à tous ses commandants de saborder leurs navires, opération rapide car préparée depuis plusieurs jours.

Les navires allemandes commencèrent à s'enfoncer dans les eaux noires de la rade. Les anglais tentent de sauver le plus de navire mais seuls 23 navires dont les plus gros sont des croiseurs légers sont échoués et échappent au naufrage. Le Prinzregent Luitpold se saborde à Scapa Flow à 13h30. L'épave est vendue à la société Cox & Danks qui relève l'épave le 9 juillet 1931, la remorque à Rosyth avant de la démanteler à partir du 13 juin 1933.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 17:08

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 24724 tonnes pleine charge 27000 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 172.4m (flottaison) 171.8m largeur 29m tirant d'eau : 9.1m

Propulsion :

Les cinq cuirassés de classe Kaiser sont les premiers cuirassés de la marine allemande à être équipés de turbines, de différents modèles : le Kaiser et le Kaiserin des turbines de modèle Parson, le Friedrich der Gross des turbines AEG-Curtis, le König Albert des turbines Schichau. Le Prinzregent Luitpold aurait pu être le premier cuirassé à recevoir des moteurs diesels, des moteurs Germania 6 cylindres de 12000ch chacun mais les moteurs ne furent au point qu'en 1917, trop tard pour être installés sur le cuirassé et finalement, le Prinzregent Luitpold reçut des turbines Parson.

Les trois turbines quelque soit leur modèle étaient alimentées en vapeur par des chaudières Schulz-Thornycroft au nombre de 16 sauf pour le Prinzregent Luitpold qui en disposait que de 14 chaudières en raison du projet de l'équiper d'un moteur diesel de propulsion qui comme nous venons de le voir fût mis au point trop tard pour équiper le cuirassé..
La puissance dévellopée était de 31000ch entrainant trois hélices tripales de 3.75m de diamètre, le Prinzregent Luitpold disposant cependant d'un hélice centrale de 4m de diamètre. Les cuirassés embarquaient 3600 tonnes de charbon (3200 tonnes pour le Prinzregent Luitpold)

Performances : vitesse maximale 21 noeuds (20 noeuds pour le Prinzregent Luitpold) distance franchissable : 7900 miles nautiques à 12 noeuds 3900 miles nautiques à 18 noeuds et 2400 miles nautiques à 21 noeuds.

Protection : pont blindé 60 à 100mm ceinture blindée 350mm réduite à 180mm à l'avant et 120mm à l'arrière bulkheads antitorpille 40mm bloc passerelle 400mm à l'avant, 200mm à l'arrière et 50mm pour le toit. Tourelles de 305mm 300mm pour la face avant 250mm pour les côtés 80 à 110mm pour le toît et 140 à 300mm pour les barbettes. Casemates 170mm avec 80mm pour les boucliers. Blockaus avant protégé par 400mm de blindage sur les côtés et un toit de 150mm d'épaisseur alors que blockaus arrière est protégé par des parois de 200mm et un toit épais de 50mm.

Armement :

Tourelles IV et V du Kaiser

-10 canons de 305mm SK L/50 modèle 1908 en cinq tourelles doubles (une avant, deux latérales et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 405kg à une distance maximale de 16200m (site +13.5°). Après le Jutland, l'élévation des canons est portée à 16° avec une portée maximale qui passe à 20400m. La cadence de tir est de 2 à 3 coups par minute sachant que les soutes peuvent contenir 860 obus

La tourelle double pèse 543 à 558 tonnes permettant aux canons de pointer en site de -8° à +13.5° (-5.5° à +16° après le Jutland) et en azimut sur 80° de chaque côté pour les tourelles latérales et sur 150° de chaque côté pour les tourelles avant et arrière.

-14 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 14 casemates (sept babord et sept tribord). Ce canon de 45 calibres tire des obus de 45kg à une distance maximale de 13500m à raison de 5 à 7 coups par minute.

L'affût MPL/C 13 pèse en ordre de combat 17 tonnes et peut pointer en site de -8.5° à +19° et en azimut sur 150°. La dotation en munitions est de 150 obus par canon soit un total de 2100 obus.

-8 canons de 88mm SK C/02 en casemates latéraux (quatre de chaque côté). Ce canon de 35 calibres tire des obus de 9kg à une distance maximale de 9100m à raison de 15 coups par minute. L'affût en casemate MPL C/ peut pointer en site de -10° à +25° mais le pointage en azimut m'est inconnu. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total de 2000 obus. Ils sont débarqués après le Jutland.


Canons de 88mm AA du König Albert

-4 canons de 88mm MPL C/13 en affûts simples sous masque installés à l'arrière. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 9kg à une distance maximale de 9100m à raison de 15 coups par minute. L'affût sous masque peut pointer en site de -10° à +70° mais l'azimut est inconnu. La dotation en munitiones est de 200 coups par canon soit un total de 800 obus.

-5 tubes lance-torpilles de 500mm (un à l'avant et deux de chaque côté à l'arrière). Ces tubes utilisent la torpille G/6 longue de 6m, un poids de 1365kg, une charge explosive de 160kg avec une portée de 5000m à 27 noeuds et de 2200 miles nautiques à 35 noeuds. 16 torpilles sont embarquées.

Equipage : 41 officiers et 1043 officiers mariniers et marins. Quand il sert comme navire amiral, un cuirassé de classe Kaiser embarque en plus 14 officiers et 80 hommes et comme navire de commandement adjoint, il embarque deux officiers et 23 hommes.

SOURCES

-Encyclopédie des armes Editions Atlas tome 6 «les cuirassés de la première guerre mondiale» p1341-1360

-Grognes et colères de marins cinq siècles de mutineries maritimes «P152-161 les mutineries dans la marine allemande à la fin de la première guerre mondiale»

-Et L'Océan fût leur tombe naufrages et catastrophes maritimes au vingtième siècle «P 255-256 Sabordage de la flotte allemande à Scapa Flow»

-Marines guerre et commerce n°30 (mars-avril 1994) et n°31 (mai-juin 1994) «La marine du Kaiser»

-Ressources internet diverses

-Photos et un Pdf de l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : SNA CLASSE RUBIS


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 22:28

Merci Claus
Très instructif
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 22:29

De rien. Il me reste les König et les Scharnhorst et j'aurais terminé les cuirassés et croiseurs de bataille allemands de la Kaiserliche Marine et de la Kriegsmarine.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mar 13 Juil 2010, 22:37

Mais je t'en prie Claus, grace à toi on vas devenir des cracs en histoire navale
Revenir en haut Aller en bas
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mer 14 Juil 2010, 01:17

je trouve desolant quanf meme que l'europe ais mis tant d'effort et d'imagination et de volonte a se suicider

par 2 fois en plus !!!!

et quand je vois la tete des de fritz ou des autres, ce sont quand meem de vieux cons imbus d'eux meme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mer 14 Juil 2010, 08:43

une petite anecdote en passant

au Jutland vers 19h16 le 31 mai quand Scheer ordonna son retournement "tous à la fois par tribord" alors que les anglais lui barraient le T ce fut un gros bazar dans la ligne des cuirassés allemands certains navires comme le Prinz Regent Luipold durent stopper sous le feu ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mer 14 Juil 2010, 09:51

Comme toujours, merci à Claus pour cet article très instructif

J'ignorai que cette classe de cuirassé avait aussi les tourelles désaxées, les seuls à les avoir dans l'axe serait donc les koenig et bayern. Je viens de penser aussi que les allemands n'ont pas construit de cuirassé avec des canons de calibre équivalent au 343mm, ils ont directement fait le saut du 305 au 380.

Citation :
je trouve desolant quanf meme que l'europe ais mis tant d'effort et d'imagination et de volonte a se suicider

replace les choses dans le contexte, aujourd'hui ca peut nous paraitre désolant mais à l'époque on était en pleine fièvre nationaliste/impérialiste, sans oublier que depuis le 16eme siècle grosso modo les pays européens se "foutait sur la gueule" régulièrement. La première guerre mondiale ne devait être qu'une guerre comme il y en avait eu tant d'autres auparavant. Personne ne se doutait qu'elle prendrait une telle ampleur. La seconde n'en parlons pas.
Revenir en haut Aller en bas
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mer 14 Juil 2010, 11:09

Je serais moins bête quand tu auras fini tout les navires de l'epoque

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    Mer 14 Juil 2010, 14:21

Merci les gars. Surtout au niveau nouveauté, les allemands auraient pu disposer de cuirassés (ou au moins d'un) propulsé par un moteur diesel, près de vingt ans avant les Deutschland. Comme quoi cela ne date pas de l'époque nazie, la volonté d'avoir des cuirassés disposant d'une grande autonomie pour faire la chasse au commerce et compenser l'absence de bases outillées pour la marine impériale.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER    

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE KAISER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE NASSAU
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BISMARCK
» ALLEMAGNE Cuirassé Classe H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: