AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 21:02

CUIRASSES CLASSE BAYERN
(ALLEMAGNE)


Le cuirassé Bayern


Avant propos

La Kaiserliche Marine est née en 1871 en même temps que l'Allemagne unifiée. Pendant longtemps, la marine impériale allemande est restée modeste en raison d'une orientation politique imposée par Bismarck. Ce dernier était obsédé par la menace française et cherchait à la maintenir dans un état d'isolement.

Cette politique n'était pas du goût de Guillaume II, le nouveau empereur monté sur le trône en 1888 après le court règne (99 jours) de Frederic III. Ce dernier rêvait d'une politique mondiale (Weltpolitik) qui imposait une marine puissante pouvant rivaliser avec la marine britannique.

Il fallut cependant attendre 1897 et la nomination du vice-amiral Alfred von Tirpitz comme secrétaire d'état à la Marine pour que la marine allemande devienne une imposante machine de guerre capable si ce n'est de vaincre la Royal Navy d'agiter les nuits des amiraux britanniques.


L'amiral Alfred von Tirpitz, le père de la marine allemande


Le 10 avril 1898, une première loi navale fixa le format de la marine allemande en 1914 à un total de 19 cuirassés, 8 croiseurs cuirassés, 12 croiseurs lourds et 30 croiseurs légers à construire pour le 1er avril 1904. Dans ce total était intégré les navires existants mais si ce format permettait d'affronter la Russie ou la France, il était bien insuffisant pour affronter la Grande Bretagne.

Une deuxième loi navale est votée le 14 juin 1900 qui doubla quasiment le nombre de navires prévus avec 38 cuirassés, 20 croiseurs cuirassés et 38 croiseurs. Ce plan était important tellement important que le Reichstag réduisit le budget ce qui obligea Tirpitz à faire appel à l'emprunt pour financer un plan qui pourrait conduire à la construction de 45 ou 48 cuirassés.

Les anglais étaient tellement préoccupés par l'expansion de la marine allemande que le premier lord de l'amirauté John Fisher proposa de «Copenhaguiser» la flotte allemande (référence au bombardement de la capitale danoise par les anglais en 1801 et en 1807).

Du Brandebourg à la Bavière en passant par la Silesie : les prédreadnought de la Kaiserliche Marine

Les premiers vrais cuirassés de la marine allemande sont les 4 navires de classe Brandeburg (Brandeburg, Kürfurst Friedrich Wilhelm,Weissenburg et Wörth), des navires de 10500 tonnes entrés en service en 1893/94 (Wörth en 1902) armés de 6 canons de 280mm en trois tourelles doubles, le premier servant jusqu'en 1920, le deuxième et le troisième étant vendus à l'Empire Ottoman en 1910 et le dernier retiré du service en 1919.


Le SMS Kurfurst Friedrich Wilhelm de classe Brandebourg


Cette première classe de prédreadnought (à partir de 1905) est suivie par les cinq navires de la classe Kaiser Friedrich III (Kaiser Friedrich III, Kaiser Wilhelm II, Kaiser Wilhelm der Grosse, Kaiser Karl der Gross et Kaiser Barbarossa), admis au service actif entre 1898 et 1901 et affichant un déplacement de 10790 tonnes mais un armement principal plus léger que leurs prédecesseurs (4 canons de 240mm) pour une carrière sans histoire qui s'acheva en 1915 avec leur rélégation au rang d'auxiliaire avant leur démolition en 1922.


Le SMS Kaiser Friedrich III, navire de la classe éponyme


les cinq Wittelsbach (Wittelsbach, Wettin, Zähringen, Schwaben et Mecklenbourg) sont les premiers cuirassés construits en vertu de la loi navale du 10 avril 1898 patronée par l'amiral Tirpitz, secrétaire à la marine.

Ces navires dérivés de la classe précédentes étaient cependant plus lourds (12798 tonnes) avec un armement principal de 4 canons de 240mm furent admis au service actif entre 1902 et 1904, connaissant une carrière opérationnelle sans histoire, étant reconvertis comme auxiliaires au cours de la première guerre mondiale puis démolis après celle-ci sauf le Zähringen qui servit de navire cible jusqu'en 1944 avant d'être sabordé à Gotenhafen puis d'être démoli en 1950.


Le SMS Wittelsbach


Aux Wittelsbach (du nom de la dynastie régnant en Bavière) succédèrent les cinq cuirassés de classe Braunschweig (Braunschweig, Elsass, Hessen, Preussen, Lothringen), des navires admis au service actif entre 1904 et 1906 avec pour armement principal 4 canons de 280mm en deux tourelles doubles et 14 canons de 170mm qui furent relégués en seconde ligne au cours de la première guerre mondiale essentiellement en raison de pénuries de personnels. Ils achevèrent tous leur carrière au cours des années trente.


Le SMS Braunschweig


La classe Deutschland qui suivit (Deutschland, Hannover, Pommern, Schlesien et Schleswig Holstein) fût la dernière classe de cuirassés type prédreadnought de la marine allemande. Entrés en service entre 1906 et 1909, ces navires de 13200 tonnes armés de 4 canons de 280mm en deux tourelles doubles et 14 canons de 170mm en casemates connurent une carrière plus active que leurs prédecesseurs puisque le Pommern fût coulé à la bataille du Jutland. Ayant terminé le conflit comme auxiliaires, les Deutschland (moins le navire éponyme feraillé en 1922) survivants furent les seuls cuirassés que la Reichmarine fût autorisé à conserver (avec le Hessen).

C'est ainsi que le Hannover devint bâtiment-cible et que le Schlesien et le Schleswig Holstein furent transformés en bâtiment d'entrainement ce qui n'empêcha le second nomé de tirer les premiers coups de canons de la seconde guerre mondiale quand il ouvrit le feu le 1er septembre 1939 sur la Westerplate, les fortifications de la marine polonaise à Dantzig. Sabordés à la fin du conflit, ces deux navires furent récupérés par l'URSS et utilisés comme cible.


Le SMS Deutschland

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 21:29

Dreadnought et croiseurs de bataille

Comme les autres marines mondiales, la Kaiserliche Marine ne pouvait passer à côté de la révolution du dreadnought, révolution en maturation depuis le début du siècle qui explosa enfin grâce à bouillant John Arbutnot «Jacky» Fisher, premier lord de l'amirauté qui fit construire en quatorze mois un cuirassé qui périma d'un seul coup tous ses congénères.

Elle mit ainsi sur cale à partir de 1907 les quatre cuirassés de classe Nassau (Nassau, Posen, Rheinland,Westfalen) qui entrèrent en service en 1909 et 1910. A la différence des autres pays, ces cuirassés de 18570 tonnes étaient armés de 12 canons de 280mm en six tourelles doubles (quatre latérales, une avant et une arrière). Ils connurent une carrière active, participant notament à la bataille du Jutland. Le Nassau fût saisi et feraillé par le Japon, les trois autres connaissant le même sort mais par des chalumeaux anglais en 1920.


Le SMS Rheinland de classe Nassau, première classe de dreadnought allemande

Les Helgoland qui sucédèrent aux Nassau marquèrent l'abandon du 280mm pour le plus courant 305mm qui était un calibre universel puisqu'utilisé par toutes les grandes marines mondiales. Les quatre navires de cette classe (Helgoland, Ostfriesland, Oldenburg et Thüringen) furent mis en service en 1911 (1912 pour le Oldenbourg), affichant un déplacement de 22808 tonnes et un armement composé de 12 canons de 305mm en six tourelles doubles (une avant une arrière et quatre latérales).


Le SMS Helgoland

Leur carrière fût particulièrement active entre la couverture d'un raid de bombardement sur les côtes britanniques menées par des croiseurs de bataille, la bataille du Dogger Bank (pas engagés), la bataille du Golfe de Riga et la bataille du Jutland.

Ces navires ne furent pas conservés par la nouvelle Reichmarine qui du les céder aux vainqueurs, le Helgoland par la Grande Bretagne, le Oldenburg par le Japon qui le fit démolir aux Pays Bas, le Ostfriesland par les Etats Unis qui l'utilisèrent comme cible pour des essais de bombe et enfin le Thüringen par la France mais ce dernier fût sabordé par son équipage.

Les Helgoland furent suivis par les cinq cuirassés de classe Kaiser (Kaiser, Friedrich der Gross, Kaiserin, Prinzregent Luitpold et König Albert) qui furent les premiers cuirassés allemands à disposer de tourelles superposés et être propulsés par des turbines.


Le SMS Kaiser

Déplaçant 25000 tonnes standard, ces navires étaient armés de 10 canons de 305mm en cinq tourelles doubles (une avant, deux latérales et deux arrières) connurent une carrière opérationnelle riche avec des bombardements contre l'Angleterre et la participation à la bataille du Jutland. Internés à Scapa Flow, les cinq Kaiser furent sabordés par leurs équipages le 21 juin 1919 pour ne pas être cédés à des marines étrangères.

Les König qui suivirent furent les derniers dreadnought allemands armés de canons de 305mm. Composée de quatre navires (König, Grosser Kurfürst, Markgraf et Konprinz Wilhem) de 26000 tonnes standard entrés en service en 1914, ils étaient dérivés des précédents avec un armement identique (10 canons de 305mm) mais répartis différement puisque deux tourelles occupaient la plage avant, une l'arrière et la dernière le centre du navire. Après une carrière particulièrement active, les quatre König rassemblés à Scapa Flow furent tous sabordés le 21 juin 1919.


Le SMS König


L'Allemagne s'intéressa également au croiseur de bataille. A une époque où les turbines étaient d'une puissance médiocre et la métallurgie incapable de fournir des plaques de blindage à la fois légères et résistantes. Il fallait donc faire un choix entre l'armement, la vitesse et la protection. Les premiers cuirassés type dreadnought étaient bien armés, bien protégés mais lents (20 à 21 noeuds) ce qui ne permettait pas à un des deux adversaires de choisir son champ de bataille.

Les batailles navales à venir allaient donc ressembler à celles du temps de la marine à voile avec de lourdes escadres se cannonant à une distance relativement courte, seule la vapeur changeait les choses, l'absence de vent n'empêchant pas la bataille d'avoir lieu. Il y avait certes les forces légères composées de croiseurs, de torpilleurs qui pouvaient attaquer et harceler la ligne de bataille mais que pouvait réellement faire un croiseur léger ou un croiseur cuirassé face à un cuirassé, sûrement peu de chose.

C'est alors que l'amiral Fisher, premier lord de l'Amirauté eut l'idée d'un cuirassé rapide. Il reprit donc l'armement des premiers cuirassés (canons de 305mm) mais allégea considérablement la protection. Par exemple, le HMS Dreadnought, premier All Big Gun Ship avait une ceinture blindée d'une épaisseur de 64 à 280mm, un pont blindé à 75mm et des tourelles à 280mm alors que le HMS Invincible, premier croiseur de bataille avait une ceinture de 51 à 152mm, un pont blindé de 25 à 64mm et des tourelles protégées de 102 à 178mm.

En échange de cet allègement, la vitesse passait de 21 à 28 noeuds et à ceux qui renaclait sur cet allègement, lord John Arbuthnot Fisher répondait «Speed is armour» (la vitesse vaut un blindage)
Dans son esprit, le croiseur de bataille devait écraser les forces d'éclairage ennemi et priver celui-ci de toute possibilité de choisir le champ de bataille. Il n'était aucunement question que ces navires affrontent les cuirassés de conception plus orthodoxe contrairement à ce qui se passa à la bataille du Jutland qui fit une bien mauvaise publicité au croiseur de bataille.

Le premier «battlecruiser» made in germany fût le Von der Tann entré en service en 1910. Déplaçant 20000 tonnes standard, il était armé de 8 canons de 280mm et participa au bombardement de l'Angleterre, à la bataille du Dogger Bank et à la bataille du Jutland au cours de laquelle il coula notament l'Indefatigable. Présent à Scapa Flow, il y fût sabordé le 21 juin 1919.


Le SMS Von der Tann

Le Von Der Tann fût suivit par les deux navires de classe Moltke mis en service en 1911. Baptisés Moltke et Goeben, ces deux navires de 22000 tonnes étaient armés de 10 canons de 280mm en cinq tourelles doubles (une avant deux arrière et deux axiales de part et d'autre de la cheminée n°2).


Le SMS Moltke

Le Moltke présent toute la guerre en mer du Nord et en Baltique participa à tous les grands engagements de la Kaiserliche Marine. Comme le reste de la Hochseeflot, il fût interné à Scapa Flow en attente d'une décision sur son sort mais les marins allemands ne laissèrent pas leurs vainqueurs décider pour eux et précipitèrent leurs navires dans les eaux noires des Orcades le 21 juin 1919. Renfloué le 10 juin 1927, il fût demantelé à Rosyth entre 1927 et 1929.

Son sister-ship, le Goeben eut un sort plus clément. Basé en Méditerranée en compagnie du croiseur léger Breslau depuis 1912, il se trouva bloqué en Turquie par la déclaration de guerre.

Le 10 août 1914, il fût transferé à la marine ottomane et rebaptisé TCG Yavuz Sultan Selim tout en conservant son équipage allemand jusqu'en 1918 date à laquelle il fût vendu à la Turquie. Rebaptisé Yavuz en 1936 et devenu navire amiral de la flotte turque, le vénérable croiseur de bataille resta en service jusqu'au 20 décembre 1960. Après une tentative de préservation (y compris par son retour en Allemagne de l'Ouest), le Yavuz fût vendu à la démolition en 1971 et démantelé entre 1973 et 1976.

Les deux Moltke furent suivis par l'unique Seydlitz mit en service en 1913 et qui était pour ainsi dire un quasi Moltke avec un déplacement cependant plus important flirtant avec les 25000 tonnes mais un armement identique (10 canons de 280mm en cinq tourelles doubles).

Comme ses prédecesseurs, ils participa à tous les grands engagements de la première guerre mondiale , notament à la bataille du Jutland au cours de laquelle, il détruisit avec le Derfflinger, le croiseur de bataille Queen Mary. Comme le reste de la Hochseeflot, il fût interné à Scapa Flow et sabordé par son équipage le 21 juin 1919, relevé le 2 novembre 1928 et démantelé à Rosyth en 1930.


Le SMS Seydlitz

A l'unique Seydlitz succèda une classe de trois croiseurs de bataille, la classe Derfflinger. Cette classe (Derfflinger, Lützow et Hindenburg) fût mise en service en 1914 pour le premier, 1915 pour le second et 1917 pour le dernier. Ces navires de 27000 tonnes marquaient un net saut qualitatif pour les croiseurs de bataille allemands puisque les Derfflinger abandonnèrent le canon de 280mm au profit du 305mm à raison de 8 pièces en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières).


Le SMS Derfflinger

Le Derfflinger s'illustra avec le Lützow à la bataille du Jutland, portant de sévères coups aux britanniques mais ayant une telle capacité d'encaissement qu'il reçut le surnom d' «Iron Dog» (Chien de fer). Interné à Scapa Flow en 1918, le Derfflinger fût sabordé sur ordre de l'amiral Reuter le 21 juin 1919. Renfloué en 1939, il resta ainsi cul par dessus tête durant toute la seconde guerre mondiale, n'étant démantelée qu'en 1946 à Fastlane.

Le Lützow lui fût détruit à la bataille du Jutland, soulé de coups le croiseur de bataille devant être sabordé en fin de journée. Quand au Hindenburg, il ne connut que de rares engagements et fût comme le Derfflinger sabordé à Scapa Flow en juin 1919, renfloué en juillet 1930 et démantelé à Rosyth entre 1930 et 1932.

Les Derfflinger furent les derniers croiseurs de bataille de la Kaiserliche Marine. Ils auraient du être suivis par les Mackensen. Ces derniers baptisés Mackensen Graf Spee Prinz Eitel Friedrich et Fürst Bismarck étaient une réponse aux croiseurs de bataille de classe Lion armés de 10 canons de 343mm, le même calibre que les cuirassés anglais de type superdreadnought furent armés de 8 canons de 350mm mais seuls les deux premiers furent lancés sans jamais être achevés et admis au service actif.


Dessin des Mackensen

La construction de ces navires poussa les anglais à construire les croiseurs de bataille de classe Admiral mais seul le Hood armés de 8 canons de 381mm en quatre tourelles doubles fût achevé.

Conséquence logique, les allemands ripostèrent par la mise sur cale des Ersatz Yorck qui étaient une version élargie des Mackensen avec 8 canons de 380mm en 4 tourelles doubles. La mise sur cale des Ersatz Yorck, Ersatz Scharnorst et Ersatz Gneisenau poussa les anglais à accélerer la construction du Repulse et du Renown qui au lieu d'être achevés en cuirassés type R avec 10 canons de 343mm furent achevés en croiseurs de bataille avec 6 canons de 381mm en trois tourelles doubles.


Dessin des Ersatz Yorck

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 21:39

Genèse des Bayern



La course aux armements entre la Grande Bretagne et l'Allemagne faisait rage chaque jour davantage. Pour employer une métaphore footbalistique, nous dirions que Londres et Berlin se marquaient à la culotte.

En dépit de cela, l'Allemagne partie de rien ne pouvait faire jeu égal avec une Grande Bretagne à la puissance navale bien établie et une Royal Navy fière de ses traditions alors que la Kaiserliche Marine faisait figure de nouveau riche.

Outre l'infériorité numérique, les navires allemands étaient moins bien armés. Quand les anglais construisirent le HMS Dreadnought armés de canons de 305mm, les allemands restèrent longtemps fidèles à leur bon vieux 280mm ne sélectionnant le 305mm que bien tardivement comme nous l'avons vu. Ils restèrent même fidèle au 305mm quand les anglais passèrent au 343mm avec les quatre Orion.

Tout changea avec les Bayern avec lesquels les allemands firent mieux que rattraper leur retard.

L'origine de ces cuirassés provient de la quatrième et dernière loi navale de l'amiral Tirpitz votée en 1912 dans la foulée de la seconde crise marocaine qui avait vu l'Entente Cordiale franco-anglais jouer à plein. Utilisant la fureur de l'opinion publique allemandes, l'amiral Tirpitz obtint les fonds nécessaires pour trois nouveaux cuirassés, deux croiseurs légers et un accroissement des effectifs de 15000 hommes pour la seule année 1912.

Les quatre cuirassés de classe Bayern furent financés au budget 1913 et furent destinés à remplacer pour trois d'entre eux le prédreadnought Wörth de classe Brandenburg et deux prédreadnought de classe Kaiser Friedrich III (Kaiser Friedrich III et Kaisef Wilhelm II) tandis que le quatrième baptisé T était un navire supplémentaire.

C'est ainsi que le Bayern fût d'abord connu sous le nom de navire T, le Baden comme le Ersatz (remplaçant) Wörth, le Würtemberg comme Ersatz Kaiser Wilhelm II et le Sachsen comme Ersatz Kaiser Friedrich III.

La maturation du design eut lieu de 1910 à 1912. Dans un premier temps, les allemands partirent des König et envisagèrent la construction de navires armés de douze canons de 305mm en 4 tourelles triples ce qui aurait été une nouveauté pour la Kaiserliche Marine.


Le cuirassé austro-hongrois Tegetthoff

Ils étudièrent ainsi les caracteristiques des cuirassés austro-hongrois de classe Tegetthoff . Ces quatre puissants navires de la Kaiserliche und Königliche Kriegsmarine (KuK Kriegsmarine) furent les seuls cuirassés de type dreadnought construits et utilisés par la marine austro-hongroise. Les Tegetthoff, Viribus Unitis, Sven Itsvan et Prinz Eugen mis en service entre 1912 et 1915 déplaçaient 20000 tonnes avec pour armement principal 12 canons de 305mm en 4 tourelles triples (deux tourelles avant et deux tourelles arrières).

Les allemands ne furent pas convaincu estimant que cela augmentait le poids, réduisait la charge en munitions, ralentissait la cadence de tir et constituait une perte de puissance offensive trop importante en cas de perte d'une tourelle.

Aussi pour le design final des Bayern, les allemands abandonnèrent le 305mm pour un calibre bien plus puissant, le 380mm forçant les britanniques à construire des Queen Elizabeth prévus à l'origine avec des canons de 343mm comme les Iron Duke. Propulsés par des turbines, les Bayern se révèlèrent particulièrement stable, atout précieux pour la précision du tir dans une mer aussi agitée que peut l'être la mer du Nord.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 21:50

Historique

SMS Bayern

Présentation


Vue aérienne du Bayern

Le Bayern est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 20 août 1913 lancé le 18 février 1915 et admis au service actif le 18 mars 1916. En dépit de cette date, le navire n'était pas opérationnel au moment de la bataille du Jutland les 31 mai et 1er juin 1916.

Il porte le nom du royaume de Bavière officiellement né en 1805, intégré au deuxième reich en 1871 comme l'un des 25 états de l'empire allemand. La monarchie de Wittelsbach est abolie en 1918 puis remplacé par l'état libre de Bavière qui succède en 1919 à une courte république des conseils.
Depuis 1949, la Bavière est l'un des Land de la République Fédérale Allemande (RFA).


Carte de la Bavière

Une courte carrière opérationnelle



La bataille du Jutland ayant été la dernière grande sortie de la Hochseeflot, il était évident que tous les navires l'ayant manqué n'aurait qu'une carrière fort courte et fort limitée en événements saillants.

Le Bayern eut cependant l'occasion de participer à quelques combats comme lors d'un déploiement du 1ère groupe d'éclairage les 18 et 19 août 1916. Le but de cette manoeuvre pour l'amiral Scheer était la destruction des croiseurs de bataille britanniques.

La marine allemande déploya deux croiseurs de bataille (les seuls opérationnels), les Moltke et Von der Tann aidés par le Bayern et deux dreadnought de classe König, les SMS Markgraf et Grosser Kurfürst couverts à distance par 15 dreadnoughts.

Malheureusement, les anglais connaissant les codes allemands, ils appareillèrent pour contrer ce plan. A 14.35, le 18 août 1916, l'amiral Scheer fût informé de la sortie de la Grand Fleet et préféra se replier, l'expérience de la bataille du Jutland étant encore fraiche dans son esprit.

Au début du mois de septembre 1917, suite à la conquête du port de Riga, les allemands décidèrent de neutraliser les forces navales russes qui tenaient encore le golfe de Riga. Le haut commandement allemand planifia ainsi la conquête de l'île d'Ösel et les batteries russes de la péninsule de Sworbe.

Le 12 octobre 1917, la marine allemande déploya des forces considérables pour l'opération avec le croiseur de bataille Moltke (navire amiral) le cuirassé Bayern, les quatre cuirassés de classe König, les cinq cuirassés de classe Kaiser, 9 croiseurs légers et 3 flottilles de torpilleurs plus les transport qui embarquaient 24600 hommes soit un total de plus de 300 navires appuyés par 100 avions et 6 zeppelins.

Face à cette énorme force, les russes déployaient les cuirassés Slava et Tsarevitch, deux vieux prédreadnought, les croiseurs cuirassés Bayan, Admiral Makarov et Diana, 26 destroyers, divers navires de la poussière navale tandis que la garnison d'Ösel alignait 14000 hommes.

L'opération commença par un tir de barrage mené par le Moltke et les quatre Königs conre les batteries côtières russes de la baie de Tagga alors que les Kaiser engageaient les batteries de la péninsule de Sworbe pour sécuriser un chenal entre Moon and Dagö. Alors que le Bayern allait se mettre en position, il toucha une mine.

Gravement endommagé, le Bayern du regagner Kiel pour réparations, transit qui lui pris 19 jours, laissant à l'équipage du plus puissant cuirassé de la Kaiserliche Marine un goût amère après cette participation insignifiante à l'opération Albion. Durant les réparations, les 5 tubes tubes lance-torpilles sous marins furent débarqués pour réduire l'impact d'une voie d'eau.

Le 16 octobre 1917, les König et Kronprinz, deux cuirassés de classe König accompagnés de navires plus petits engagèrent les cuirassés russes dans le Golfe de Riga. Le lendemain eut lieu un nouveau duel, le König engageant le Slava pendant le Kronprinz appuyait son sister-ship et tirait contre le Bayan.

A 10.30, les russes décidèrent de se replier après avoir sabordé le Slava trop endommagé pour s'échapper. L'opération Albion se termina le 20 octobre par une victoire allemande sans appel.
Mutineries capitulation et sabordage

Après une longue période d'inactivité, la marine allemande décide de mener un véritable baroud d'honneur au mois d'octobre. La Hochseeflot doit se rassembler dans la rade de Schilling pour un action de diversion au large des côtes de Flandre et de l'estuaire de la Tamise avec une action principale au large des côtes d'Ecosse. Cette attaque ressemble à une véritable attaque suicide et les équipages se mutinent du 24 au 29 octobre 1918.

Suite à l'armistice du 11 novembre 1918, les alliés ordonnèrent à la Hochseeflot de quitter l'Allemagne pour gagner la Grande Bretagne et d'attendre que les alliés ne décident de leur sort. Les navires allemands escortés par 370 navires anglais américains et français arrivèrent dans le Firth of Forth le 21 novembre 1918 avant de gagner Scapa Flow, l'amirauté ne voulant que les équipages allemands mutinés et travaillés par le bolchevisme ne contamine les équipages britanniques.

L'amiral Reuter à bord du croiseur léger Emden compris rapidement que les alliés allaient se partager la flotte allemande ce qui lui était tout bonement insupportable. Le 21 juin apprenant que la délégation allemande allait à Paris accepter de livrer la flotte et que l'escadre anglaise était à la mer, Reuter ordonna à tous ses commandants de saborder leurs navires, opération rapide car préparée depuis plusieurs jours.


Le Bayern s'enfonçant dans les eaux noires des Orcades

Les navires allemandes commencèrent à s'enfoncer dans les eaux noires de la rade. Les anglais tentent de sauver le plus de navire mais seuls 23 navires dont les plus gros sont des croiseurs légers sont échoués et échappent au naufrage. Le Bayern lui coula à 14h30. Renfloué le 1er septembre 1934, l'épave fût démantelé à Rosyth en 1935.


Le Bayern renfloué remorqué vers Rosyth pour être démantelé

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 22:06

SMS Baden

Présentation


Le Baden à la mer

Le Baden est mis sur cale aux chantiers navals de Schichau à Dantzig le 29 août 1913 lancé le 30 octobre 1915 et admis au service actif le 19 octobre 1916.

Ce cuirassé porte le nom d'une région allemande de la rive droite du Rhin, margraviat (dirigé par un margrave/marquis) de 1771 à 1806 puis grand duché intégré à la confédération du Rhin de 1806 à 1815 puis après la chute de l'empereur à la confédération germanique.

Intégré au deuxième Reich en 1871, la monarchie fût abolie en 1918 et remplacée par une éphémère république de Bade qui devint un land de la république de Weimar. Durant la seconde guerre mondiale, il forma le gaue de Baden-Elsass (Bade-Alsace) avec Strasbourg comme capitale. Depuis 1952, la Bade à été intégrée au land de Bade-Wurtemberg.


Carte du pays de Bade

Une courte carrière opérationnelle


Autre photo du Baden à la mer

Le cuirassé Baden connu une très faible carrière opérationnelle. On pourrait même considérer qu'il était neuf au moment de la capitulation allemande. A l'origine il devait rester en Allemagne et aurait pu être conservé par la marine allemande d'après guerre mais le croiseur de bataille Mackensen étant incapable de prendre la mer, le Baden le remplaça au sein de la flotte allemande internée.

A la différence de son sister-ship, le Baden fût sauvé par les britanniques qui le remorquèrent et l'échouèrent sur une plage.

Après avoir été examiné par les spécialistes de la Navy, le Baden servit de navire cible d'abord aux canons des monitors Erebus et Terror qui tirèrent sur des endroits précis pour connaître la résistance de la protection allemande bien meilleure que son équivalente anglaise.
Des bombes et des obus furent également explosées sur le pont. En piteuse état, l'épave fût remorqué au large de Porsmouth et coulée le 16 août 1921 par les navires de la flotte de l'Atlantique.


Le monitor HMS Erebus

SMS Saschen



Le Saschen fût mis sur cale aux chantiers Germaniawerft de Kiel le 7 avril 1914 lancé le 21 novembre 1916 mais jamais achevé en raison de la priorité donnée par les allemands aux destroyers et aux sous marins. Au moment où les travaux furent stoppés, il était à neuf mois de son admission au service actif. Rayé des listes le 3 novembre 1919, il est vendu à la démolition en 1920 et démantelé en 1921 à l'Arsenal de Kiel

Ce cuirassé porte le nom de la Saxe, une région allemande aux lointaines racines historiques. Rassurez vous je vais me contenter d'un historique succint qui commence en 1422. Bastion de la réforme protestante (Luther était professeur de théologie à l'université de Wittenberg et fût protégé par l'électeur de Saxe Frederic le Sage), le duché resta fidèle au Saint Empire Romain Germanique.

Ayant abjuré le luthéranisme en 1697, les ducs de Saxe devinrent également roi de Pologne. Neutre jusqu'en 1806, elle intégra la Confédération du Rhin, le duché devenant royaume à cette occasion.
Changeant de camp en 1813, la Saxe resta royaume mais perdit des territoires au profit de la Prusse, intégrant la confédération Germanique puis en 1866 la Confédération d'Allemagne du Nord puis le deuxième Reich en 1871.

La monarchie fût renversée en 1918 et la Saxe devint un Etat Libre intégré à la république de Weimar qui résista farouchement aux nazis avant d'être mis au pas en 1934. Intégré à la zone d'occupation soviétique en 1945, l'ancien état libre devint un land de la Deutsch Demokratik Republic (DDR en français RDA) en 1949 avant d'être dissout en 1952. Reconstitué en 1990, il à depuis été intégré à l'Allemagne réunifiée en reprenant le nom d'Etat Libre de Saxe (Freistaat Sachsen).

SMS Württemberg

Le Württemberg est mis sur cale aux chantiers Aktien-Gesellschaft Vulcan (AG-Vulcan) de Hambourg le 4 janvier 1915 lancé le 20 juin 1917 mais jamais admis au service actif (il restait environ un an de travail au moment de l'armistice). Rayé des registres le 3 novembre 1919, il est vendu à la démolition en 1920 et démantelé l'année suivante à Hambourg.

Le SMS Württemberg porte le nom d'un état aujourd'hui disparu. Le duché de Württemberg apparaît en 1495 et devient royaume en 1806 après la dissolution du Saint Empire Romain Germanique. Allié de la France au sein de la Confédération du Rhin, il changea de camp en 1813 avant d'intégrer la confédération germanique en 1815. Allié à l'Autriche durant la guerre austro-prusienne de 1866, il fût battu par la Prusse et changea de camp.

Ayant intégré le deuxième Reich en 1871, le Württemberg devint en 1918 une république, l'Etat libre populaire de Württemberg qui intégra la république de Weimar. En 1945, il fût divisé en deux, le sud en zone d'occupation française et formant le Land de Wurtemberg-Hohenzollern tandis que le nord en zone d'occupation américaine formait le district de Wurtemberg du Nord, principale composante du land de Wurtemberg-Bade. En 1952, les deux lands fusionnèrent avec celui de Bade formant le land de Bade-Wurtemberg (capitale Stuttgart).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mar 03 Nov 2009, 22:18

Caracteristiques Techniques



Déplacement : standard 28074 tonnes pleine charge 31690 tonnes

Dimensions : longueur : 179.8m largeur : 30m tirant d'eau : 8.4m (standard) 9.4m (pleine charge)

Propulsion : trois turbines à engrenages Parson alimentées par 14 chaudières Schulz-Thornycroft dévellopant 48000 ch et entrainant trois hélices. onze chaudières fonctionnaient au charbon (3310 tonnes) et trois au pétrole (610 tonnes). Le Sachen aurait du recevoir une propulsion mixte avec un arbre central équipé d'un diesel à la place de la turbine.

Performances : vitesse maximale : 21 noeuds distance franchissable : 2390 miles nautiques à 21 noeuds 5000 miles nautiques à 13 noeuds

Protection : ceinture blindée 120 à 350mm bulkheads 140 à 300mm casemates 170mm barbettes 25 à 350mm tourelles 100 à 350mm tour de commandement 170 à 350mm.

Armement :


Tourelles avant de 380mm du Baden lors des travaux de renflouage

-8 canons de 380mm SK/L45 modèle 1916 en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières). Ce canon de 45 calibres tire des obus de 450kg à une distance maximale de 23200m à raison de 2.5 coups par minute.

La tourelle double DR/CH 1913 pèse en ordre de combat plus de 800 tonnes (tourelle A : 867 tonnes tourelle B : 869 tonnes tourelle C : 866 tonnes tourelle D : 850 tonnes) et peut pointer en site de -8° à +20° (+16° à l'origine, modification sur le Bayern certain, douteuse pour le Baden qui avait une portée maximale de 20400m) à raison de 5° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3° par seconde. La dotation en munitions est de 90 obus par canon soit un total de 720 obus.


Canon de 150mm en casemate de l'Ostfriesland

-16 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 16 casemates (huit bâbord et huit tribord). Ce canon de 45 calibres tire des obus de 45kg à une distance maximale de 13500m à raison de 5 à 7 coups par minute.

L'affût MPL/C 13 pèse en ordre de combat 17 tonnes et peut pointer en site de -8.5° à +19° et en azimut sur 150°. La dotation en munitions est de 160 obus par canon soit un total de 2560 obus


schéma du canon de 88 mm

-8 canons de 88mm SK/L 45 modèle 1906 en huit affûts simples sous masque devait assurer la DCA mais ces canons n'ont jamais été embarqués. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 15kg à une distance comprise entre 10694m (site à 25°) et 11790m (site à 45°) pour une cadence de tir de 15 coups par minute. La dotation en munitions est de 400 coups par pièce soit 3200 coups au total (données des Mackensen).

-5 tubes lance torpilles de 600mm. La torpille modèle 1915 dispose d'une charge explosive de 210kg. La portée maximale est 14000m à 30 noeuds et de 6000m à 36 noeuds.

Equipage :1187 à 1271 officiers et marins

Sources

-Encyclopédie des armes Editions Atlas tome 6 «les cuirassés de la première guerre mondiale» p1341-1360

-Et L'Océan fût leur tombe naufrages et catastrophes maritimes au vingtième siècle «P 255-256 Sabordage de la flotte allemande à Scapa Flow»

-Grognes et colères de marins cinq siècles de mutineries maritimes «P152-161 les mutineries dans la marine allemande à la fin de la première guerre mondiale»

-Ressources internet diverses

-Photos et PDF de l'ami Vautour dont je ne remercierai jamais assez l'énorme contribution iconographique à mes articles.

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : SNA CLASSE TRAFALGAR


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mer 04 Nov 2009, 21:56

enfin je peux mettre des images sur certains navires connu des batailles de 14-18

Apres tout le sarticles ou livres que j'avais lu , j'ai jamais chercher a mieux connaître l'epoque ... voilà une chose de faite

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   Mer 04 Nov 2009, 22:13

Merci jolly. Je me suis découvert une passion pour la Kaiserliche Marine et je vais refaire une nouvelle fois ma liste, j'ai par exemple envie de faire assez rapidement les Tegetthoff austro-hongrois et les différents croiseurs de bataille allemands dont la classe Derfflinger. Je vais commencer ce week-end les Trafalgar

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN   

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE NASSAU
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BISMARCK
» ALLEMAGNE Cuirassé Classe H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: