AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 20:47

CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
(ALLEMAGNE)


Le SMS Oldenburg à la mer

AVANT PROPOS

Dès leur mise en service, les Deutschland pouvaient être considérés comme dépassés. En effet, en décembre 1906, la Royal Navy avait mis en service le HMS Dreadnought qui disposait d'une artillerie principale monocalibre ce qui facilitait le stockage de munitions et la conduite de tir.

Les cuirassés construits depuis la fin du XIXème siècle avaient un certain nombre de caractères communs : déplacement de 11 à 16000 tonnes, une vitesse de 17 à 18 noeuds et surtout un armement hétérogène avec une artillerie principale composée de canons de 305mm (les allemands eux faisaient confiance à leur 280mm) et une artillerie secondaire d'un calibre compris entre 150 et 203mm voir 240mm pour certains cuirassés notament les Danton français. A cet armement s'ajoute des canons à tir rapide d'un calibre compris généralement entre 76 et 100mm pour contrer les torpilleurs.


Le USS Mississipi, dernier prédreadnought de l'US Navy

L'hétérogénéité de l'armement ne posait pas de problèmes quand les distances de combat étaient plutôt faibles. Avec l'augmentation de la portée et l'amélioration des instruments optiques et de conduite de tir, les distances de combat vont s'acroissant, rendant très difficile la conduite de tir avec des obus aux caractéristiques différentes sans parler des conditions météo, de la vitesse, de la riposte ennemie. La réflexion avait lieu dans tous les pays et bien vite un consensus se détacha sur l'idée d'un cuirassé disposant d'un maximum de canons d'un même calibre avec une artillerie secondaire dont le seul rôle est de repousser les torpilleurs.

L'amiral Fisher y pense depuis 1900, le président Roosevelt à demandé une étude en 1901 qui aurait pu déboucher dès 1902 avec un navire armé de 12 canons de 254mm en six tourelles doubles (une avant une arrière et quatre latérales) tandis qu'un architecte italien, Vittorio Cuniberti publie en 1903 dans la revue Jane's Fighting Ship un article sur les futurs cuirassés.

C'est ainsi que pour lui le cuirassé idéal ressemble à ceci : 15000 tonnes, 12 canons de 300mm, une ceinture blindée de 300mm (rapidement s'imposera l'idée qu'un cuirassé doit être protégé contre le calibre de sa propre artillerie) et une vitesse de 24 noeuds, le choix de cette vitesse s'expliqua par la volonté du théoricien italien de permettre au navire de choisir ou non d'engager le combat, utilisant une métaphore taurine pour expliquer ce choix («Le taureau dans la vaste arène s'abuse en pensant que, plus puissant que l'agile torero, il à la maïtrise complète de la scène du combat»).

Au moment où apparaît le Dreadnought, les allemands construisaient la classe Deutschland qui étaient irrémédiablement dépassés par le nouveau cuirassé britannique. Il est cependant évident que si la guerre avait éclaté en 1906 au moment de la crise d'Agadir, la majorité des escadres de cuirassés auraient été composées de prédreadnought.

La loi navale votée en 1906 prévoyait la construction de six cuirassés et de six croiseurs cuirassés mais ce programme fût bouleversé par l'apparition de la dernière création de Lord Fisher. Le Reichstag se montrait cependant réticent à financer des navires forcément plus coûteux. L'opposition fût telle que Tirpitz du accepter de réduire sa loi à six croiseurs cuirassés et 48 torpilleurs, réduction votée le 19 mai 1906.

Une semaine plus tard cependant, des fonds furent débloqués pour financer la construction de deux cuirassés de 18000 tonnes et un croiseur cuirassé de 15000 tonnes plus de quoi élargir le Kaiser Wilhelm Canal et d'agrandir les bassins et forme de radoub.

Les deux premiers dreadnought allemands baptisés Nassau et Westfalen furent financés au programme 1906/07 tout comme le croiseur cuirassé Blücher. Le 27 mars 1908, un deuxième amendement à la loi navale de 1908 fût vôtée qui débloquait un milliard de marks et réduisait la carrière opérationnelle des cuirassés de 25 à 20 ans ce qui nécessitait le remplacement des garde-côtes Siegfried et Oldenburg ainsi que les prédreadnought de classe Brandenburg sans parler des frégates à coque en fer de classe Sachsen, totalement obsolètes. En conséquence, deux autres Nassau furent financés au programme 1907/08, des navires baptisés Posen et Rheinland.


Le SMS Nassau

-Le SMS Nassau est mis sur cale au Kaiserliche Werft de Wilhelmshaven le 22 juillet 1907 sous le nom d'Ersatz Bayern (du nom de la frégate de classe Saschen qu'il devait remplacer) lancé et baptisé le 7 mars 1908 et admis au service actif le 1er octobre 1910.

Il participe à toutes les opérations de la première guerre mondiale en mer Baltique et en mer du Nord, notament la bataille du Jutland. Comme ses trois sister-ship, le Nassau n'était pas concerné par le partage de la Hochseeflot mais le sabordage du 21 juin 1919 changea la donne. Le Nassau fût attribué au Japon le 7 avril 1920 mais les japonais n'avaient pas besoin de cuirassés et vendirent donc le premier dreadnought allemand à des démolisseurs britanniques en juin 1920 qui le démantelèrent à Dordrecht aux Pays Bas.


Le SMS Westfalen

-Le SMS Westfalen à été mis sur cale sous le nom d'Ersatz Saschen aux chantiers navals AG Weser de Brême le 12 août 1907 lancé le 1er juillet 1908 et admis au service actif le 16 novembre 1909. Il participe à toutes les opérations de la première guerre mondiale en mer Baltique et en mer du Nord, notament la bataille du Jutland.

Appareillant le 11 août 1918 en compagnie du Posen, du Kaiser et du Kaiserin pour des patrouilles en haute mer, le cuirassé eut de sérieux ennuis de machine, réduisant sa vitesse à 16 noeuds. Désarmé à son retour au port, il fût transformé en navire-école de cannonage, rôle qu'il occupa jusqu'à l'armistice.

Tout comme les trois autres navires de sa classe, le Westfalen aurait du rester en Allemagne et peut être remis en service par la future marine allemande mais le sabordage de Scapa Flow le 21 juin 1919 bouleversa ce programme et le navire qui avait été rayé des registres allemands le 5 novembre 1919 fût livré aux alliés le 5 août 1920 et démantelé à Birkenhead en 1924.


Le SMS Posen

-Le SMS Posen est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Baden aux chantiers navals Germaniawerft de Kiel le 11 juin 1907 lancé et baptisé le 13 décembre 1908 et admis au service actif le 31 mai 1910.

Il participe à toutes les grandes opérations de la Hochseeflot durant la première guerre mondiale notament la bataille du Jutland. Non concerné comme ses sister-ship par le voyage vers Scapa Flow, le Posen resta en Allemagne mais le sabordage du 21 juin 1919 entraina la cession des Nassaux aux puissances alliés en compensation. Le 5 novembre 1919, le Posen fût rayé des registres de la marine allemand est cédé à la Grande Bretagne le 13 mai 1920 qui le vendit immédiatement à la démolition aux Pays Bas, le navire étant démantelé à Dordrecht en 1922.


Le SMS Rheinland

-Le SMS Rheinland est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Württemberg aux chantiers Vulcan AG de Stettin le 1er juin 1907 lancé et baptisé le 26 septembre 1908 et admis au service actif le 30 avril 1910.

Il participe à toutes les grandes opérations de la Hochseeflot durant la première guerre mondiale notament la bataille du Jutland. Gravement endommagé par échouage le 11 avril 1918,le cuirassé arrivé à Kiel le 24 juillet fût désarmé le 4 octobre et utilisé jusqu'à la fin de la guerre comme caserne flottante.

Comme ses trois sister-ship, le Rheinland resta en Allemagne et ne gagna pas les Orcades pour y être interné. Après le sabordage du 21 juin 1919, les Nassau furent saisis comme dommage de guerre, le Rheinland étant rayé des registres de la marine allemande le 5 novembre 1919 avant d'être vendu à des démolisseurs néerlandais le 28 juin 1920qui démantelèrent le navire à Dordrecht à partir du 29 juillet.


Caractéristiques Techniques de la classe Nassau

Déplacement : standard 18570 tonnes pleine charge 21000 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 146.1m (entre perpendiculaires) 137.7m largeur : 26.9m tirant d'eau : 8.08m

Propulsion : trois machines à triple expansion VTE alimentées en vapeur par douze chaudières Schultz-Thornycroft dévellopant une puissance totale de 22000ch et entrainant trois hélices.

Performances : vitesse maximale : 19.5 noeuds distance franchissable : 8000 miles nautiques à 10 noeuds et 2200 miles nautiques à 19 noeuds.

Protection : ceinture 80 à 300mm, bulkheads 90 à 210mm batterie de 150mm : 160mm barbettes : 50 à 280mm tourelles : 60 à 280mm bloc-passerelle : 80 à 300mm

Armement :
-12 canons de 280mm SK L/45 en six tourelles doubles (une axiale avant, une axiale arrière et quatre latérales); 12 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 12 casemates (six babord et six tribord); 16 canons de 88mm SK/L 45 modèle 1906 en seize affûts simples sous masque; 6 tubes lance-torpilles de 450mm

Equipage : 1008 officiers et marins mais 1124-1129 au Jutland

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 21:04

GENESE DES HELGOLAND

Le HMS Dreadnought

Après le HMS Dreadnought, la Royal Navy construisit une série de cuirassés sur le modèle du premier «All Big Gun Ship», série composée des classes suivantes :


Le HMS Bellerophon

-la classe Bellerophon (Bellerophon, Superb et Temeraire) entrée en service en 1909


Le HMS Vanguard classe Saint Vincent

-la classe Saint Vincent (Saint Vincent, Collingwood et Vanguard) entrée en service en 1910


Le HMS Neptune

-Le HMS Neptune mis en service en 1911


Le HMS Colossus

-La classe Colossus (Colossus Hercules) mise en service en 1911. Ces deux navires qui ne laissèrent pas un souvenir impérissable eurent au moins le titre de gloire d'être les derniers cuirassés britanniques armés de canons de 305mm.


Le HMS Orion

La supériorité de la Royal Navy avec des cuirassés à armement monocalibre avait vécue puisque que toutes les marines se dôtaient de navires semblables. Ils passèrent donc à la vitesse supérieure avec des navires armés de canons de 13.5 pouces (343mm), la classe Orion armée de dix canons de 343mm composée de quatre navires (Orion, Conqueror, Monarch,Thunderer) entrée en service en 1912.

Dès mai 1906, les allemands qui venaient de décider de construire des cuirassés de type dreadnought eurent vent de la volonté des britanniques de se dôter de cuirassés armés de canons de 343mm.

Si le canon de 280mm permettait aux Nassau de tirer leur épingle du jeu face aux cuirassés britanniques armés de canons de 305mm, le 343mm surclassait le 280mm en terme de portée (21780m pour le 343mm et 18900m pour 280mm).

Le Département de la Marine demanda donc que les successeurs des Nassau soient armés de canons de 305mm mais l'amiral Tirpitz qui ne voulait pas déclencher une course incontrôlable avec les britanniques _guerre qu'il sachait perdue d'avance pour l'Allemagne_.

Néanmoins en mars 1907, il demanda les plans d'un cuirassé armé de canons de 305mm et d'une ceinture blindée de 320mm, ce changement s'expliquant par le choix du 305mm par la marine américaine pour ses premiers dreadnought, la classe Michigan.


Le SMS Beowulf classe Siegfried

La loi navale votée en 1906 prévoyait la réduction de la durée de service des cuirassés de 25 à 20 ans ce qui nécessitait le remplacement des cuirassés garde-côtes de classe Siegfried et Oldenburg ainsi que des prédreadnought de classe Brandenburg.


Le SMS Oldenburg

Ce qui explique qu'avant de recevoir leurs noms de baptême, les quatre Helgoland (trois financés au budget 1908/09 et un quatrième ajouté par décret spécial en 1909) furent baptisés Ersatz Siegfried, Ersatz Oldenburg, Ersatz Beowulf et Ersatz Frithjof, les Siegfried Beowulf et Frithjof formant la classe Siegfried, l'Oldenburg étant l'unique membre de sa classe.


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 21:14

HISTORIQUE

Le SMS Helgoland

Le SMS Helgoland au mouillage

Présentation

Photo du Helgoland prise peu avant son lancement

-Le Helgoland est mis sur cale sous le nom de Ersatz Siegfried aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 24 décembre 1908 lancé et baptisé le 25 août 1909 et admis au service actif le 23 août 1911.

Le cinquième cuirassé à artillerie principale monocalibre de la Kaiserliche Marine porte le nom d'un archipel de la Mer du Nord composé deux îles situé à 29 miles nautiques de la côte allemande, Heligoland qui fût successivement une possession danoise de 1714 à 1807, une possession britannique de 1807 à 1890 quand elle fût échangée contre Zanzibar. Elle fût rapidement fortifiée et devint une base majeure de la marine allemande et bientôt le théâtre de deux batailles entre les marines britanniques et allemandes.

Utilisée également comme base par la Kriegsmarine de 1939 à 1945, elle fût occupée par les anglais de 1945 à 1952, servant de site d'expérimentation d'explosifs. Le 18 avril 1947, les britanniques firent exploser 6800 tonnes d'explosifs, provoquant la plus grosse explosion conventionnelle de l'histoire et changea le relief même de l'île. Heligoland à été rendue aux autorités allemandes en 1952.

Temps de paix

Tir des canons de 305mm du Helgoland

Basé à Wilhelmshaven, il remplace le Hannover au sein de la 1ère escadre de cuirassés le nouveau fleuron de la marine impériale participe aux croisières d'été que la flotte de haute mer réalise dans les fjords norvégiens à partir de 1913.

Le 9 février 1912, l'équipage établit un record de rapidité pour le ravitaillement en charbon en embarquant 1100 tonnes en deux heures, battant le record du SMS Posen ce qui valu à l'équipage du Helgoland les félicitations personnelles de l'empereur Guillaume II.

Mise à part des entrainements dans le Skagerrak et le Kategatt, la principale activité de la Hochseeflot en cette période est la croisière d'été en Norvège instituée en 1913.

Le 10 juillet 1914, le cuirassé appareille de Wilhelmshaven, effectuant quelques manoeuvres avec les U-Boot rassemblées à Skagen le 12 juillet 1914 mais également des exercices de lancement de torpilles, des entrainements individuels pour renforcer la cohésion de l'équipage et des expérimentations de l'utilisation du projecteur dans les combats de nuits.

La flotte arriva dans le fjord de Songe le 18 juillet mais le Helgoland du attendre jusqu'à minuit pour qu'un pilote embarque à bord du cuirassé et ne le guide pour qu'il puisse retrouver le cuirassé Friedrich der Grosse, le croiseur léger Mageburg et le yacht impérial Hohenzollern à Balholm.

Se ravitaillant en charbon avec 1250 tonnes livrés par un charbonnier norvégien, le cuirassé rejoint par son sister-ship Oldenburg appareilla le lendemain en direction de l'Allemagne où les deux cuirassés arrivèrent le 22 juillet au matin. Le 1er août 1914, le capitaine annonça à l'équipage que l'Empereur avait ordonné à la marine de se préparer à la guerre contre la Russie.

Le Helgoland en guerre

Le Helgoland au mouillage

Quand éclate la première guerre mondiale, le SMS Helgoland est affecté à la 1ère division de la 1ère escadre de cuirassés. Il était stationné à proximité de l'île fortifiée de Wangerooge à partir de 9 août 1914, île destinée à protéger les accès de l'estuaire de la Jade et donc de la base navale de Wilhelmshaven. Le 13 août, il regagna Wilhelmshaven pour se ravitailler et le lendemain matin, les réservistes arrivèrent pour faire passer l'équipage à l'effectif de guerre.

Ce matin du 28 août 1914, les anglais décident de pousser la Hochseeflot à l'affrontement. Pour cela , ils déploient la force Harwich composée des deux croiseurs légers Arethusa et Fearless accompagnés par 31 destroyers et appuyés par des sous marins afin d'attaquer les patrouilles allemandes à l'ouest d'Héligoland.

En couverture, se trouve également la Cruiser Force C composée de 5 vieux croiseurs cuirassés et la Cruiser Force K du contre-amiral Moore composée des croiseurs de bataille Invincible et New Zealand. L'Amirauté considérait ces forces de soutien suffisantes mais l'amiral Jellicoe commandant en chef de la Grand Fleet estima nécessaire d'adjoindre en couverture le 1st Battlecruiser Squadron du vice-amiral Beatty et le 1st Light Cruiser Squadron mais ni Tyrwhitt (commandant les croiseurs et les destroyers) ni Keyes (commandant des sous marins) ne fût prévenu ce qui allait provoquer certains désagréments sur le champ de bataille.

A l'aube, le 28 août 1914, la force Harwich tomba sur les premiers torpilleurs allemands qui se replièrent pour rejoindre les croiseurs Frauenlob et Stettin bientôt rejoindre par quatre autres croiseurs légers.

Malmenée, surclassé, la force Harwich fût secourue par les six croiseurs légers du 1ère squadron de croiseurs légers composée des HMS Southampton, Birmingham, Falmouth, Liverpool, Lowestoft et Nottingham qui rétablirent la supériorité britannique : le Frauenlob fût gravement endommagé pendant que le Mainz était coulé après avoir vendu chèrement sa peau.

Leur mission accomplie, les britanniques décidèrent de se replier alors que les grosses unités allemandes s'apprêtaient à appareiller. Les unités légères britanniques réclamèrent l'intervention des croiseurs de bataille de l'amiral Beatty alors que l'Arethusa avait été sévèrement endommagé par les croiseurs légers Strassburg et Köln qui virent avec horreur vers 12.37, l'arrivée des croiseurs de bataille.

Si le Strassburg réussit à éviter les obus britanniques, le Köln eut moins de chance étant sévèrement endommagée mais il fût sauvé par l'apparition soudaine du vieux croiseur Ariadne. A 13.10, Beatty ordonna la retraite et à cet instant, l'Invincible menait la force des croiseurs de bataille, ouvrant le feu sur le Köln, tirant 18 obus mais sans en placer aucun dans la cible, laissant le Lion couler par deux salves le Köln.

Les forces britanniques avaient déjà rompu le contact quand les croiseurs de bataille allemands Moltke, Von Der Tann et Seydlitz (à bord duquel se trouvait l'amiral Hipper en personne) parvinrent à appareiller de Wilhelmshaven en raison de la marée qui n'avait permis l'appareillage que des croiseurs légers.

La bataille de la baie d'Heligoland se terminait par une victoire éclatante des forces britanniques puisque sans aucune perte de leur côté, ils avaient couler trois croiseurs légers (Mainz, Koln et Ariadne plus le Frauenlob gravement endommagé) et un torpilleur.

Le Helgoland avait assisté à cette bataille en spectacteur, la marée basse ayant empêché la sortie des cuirassés et des croiseurs de bataille de Wilhelmshaven sans parler de la répugnance des allemands à faire sortir leurs grosses unités et risquer des dommages irrémédiables.

Le 31 août 1914, le Helgoland entra au bassin pour un carénage avant de réaliser une croisière d'entrainement avec le reste de la Hochseeflot dans l'après midi du 7 septembre 1914 au large de l'île d'Heligoland.

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Helgoland et huit prédreadnought furent déployés en couverture. Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le Helgoland participa ensuite en août 1915 à la bataille du golfe de Riga, une opération combinée menée par les allemands pour nettoyer le golfe de Riga de la présence navale russe et faciliter ainsi la prise de la ville par l'armée.

Sous le commandement direct du vice-amiral Hipper, une imposante force navale fût déployée en Baltique avec les quatre cuirassés de classe Nassau (SMS Nassau, SMS Posen, SMS Rheinland et SMS Westfalen), les quatre cuirassés de classe Helgoland (SMS Helgoland SMS Ostfriesland, SMS Oldenburg et SMS Thuringen), les croiseurs de bataille Moltke, Von der Tann, Seydlitz, les croiseurs légers Augsburg Bremen Graudenz et Pillau et 56 destroyers.

Le 8 août 1915, les allemands firent une première tentative pour nettoyer le golfe. Les vieux cuirassés Braunschweig et Elsass bloquèrent le Slava dans la baie pendant que les dragueurs de mines nettoyaient l'entrée de la baie pour permettre au mouilleur de mines Deutschland de bloquer le Moon Sound mais la nuit étant tombée, l'opération fût annulée.

Le 16 août, les allemands effectuèrent une nouvelle tentative. Les cuirassés Nassau et Posen accompagnés par quatre croiseurs légers et 31 torpilleurs brisèrent les défenses du Golfe. Les cuirassés Nassau et Posen engagèrent un duel d'artillerie avec le Slava qui encaissa trois coups au but et se replia.

Après trois jours d'opérations, les champs de mines furent nettoyés et la force allemande entra dans le golfe le 19 août mais l'annonce de la présence de sous marins alliés dans la région poussa les allemands à se replier le lendemain. Le 19 au matin, le Moltke fût torpillé par le sous marin britannique E1 mais le navire parvint à rentrer au port.


Vue bâbord avant du SMS Helgoland

Sous le commandement du capitaine von Hameke, le Helgoland participa à l'affrontement homérique que constitua la bataille du Jutland. Durant la plus grande partie de cet affrontement, la 1ère escadre occupa le centre de la ligne de bataille, précédés par les cuirassés de la 3ème escadre (contre-amiral Behncke) et suivis par les prédreadnought de la 2ème escadre (contre-amiral Mauve).

Le SMS Helgoland et ses trois sister-ship entrèrent dans la danse peut après 18.00. Les cuirassés allemands tombèrent sur les destroyers Nomad et Nestor. Le premier fût coulé par le Kaiser alors que le second était coulé par l'action conjuguée de l'Helgoland, du Thüringen et d'autres navires allemands.

A 19.20, le Helgoland et les autres cuirassés allemands tombèrent sur des adversaires à leur taille puisqu'apparurent à l'horizon la 5ème division de cuirassés composée de quatre des cinq Queen Elizabeth (le Queen Elizabeth était à cette époque en carénage), les premiers «cuirassés rapides».

L'engagement fût particulièrement bref, le Helgoland ne tirant que 20 obus de 12 pouces avant que sa cible _le HMS Warspite_ ne disparaisse à la vue des directeurs de tir allemands. Moins d'un heure plus tard, le Helgoland fût touché par un obus de 15 pouces du Barham ou du Valiant à l'avant du navire mais la ceinture blindée réussit à absorber une bonne partie du choc, un trou de 1.4m de large était quand même provoqué, le cuirassé embarquant 80 tonnes d'eau.

Dans la nuit, la flotte allemande se replia en direction de ses ports, les Nassau ouvrant la marche suivis par les Helgoland alors que les Kaiser et les König couvraient les flancs et les vieux prédreadnought plus les croiseurs de bataille couvrant l'arrière.

Vers minuit le 1er juin, les Helgoland et les Nassau situés au centre de la ligne de bataille allemande entrèrent en contact avec les destroyers britanniques de la 4ème flottille qui harcelèrent les cuirassés allemands qui se défendirent avec leur artillerie secondaire contre ses petits mais coriaces adversaires, le Helgoland tirant six salves de ses canons de 150mm qui participèrent notament à la destruction du HMS Fortune. Une attaque de torpilles peu après 01.00 fût facilement contrer par les cuirassés allemands.

Après le retour dans les eaux allemands, le Helgoland et le Thüringen plus les Nassau, Posen et Westfalen s'installèrent en position défensive pour couvrir l'estuaire de la Jade et permettre au reste de la flotte (et notament aux navires endommagés) de regagner Wilhelmshaven sans risque d'être surpris par les britanniques.

Très légèrement endommagé au cours d'une bataille où il tira 63 obus de 305mm et 61 obus de 150mm, le Helgoland passa quand même quinze jours au bassin jusqu'au 16 juin pour réparations des dégâts et remise en état générale.

L'echec de l'opération qui avait provoqué la bataille du Jutland poussa l'amiral Scheer à refuser toute nouvelle sortie d'envergure contre la Grand Fleet. Les allemands reconnaissaient implicitement la supériorité navale britannique et le contrôle par Londres de la mer du Nord. La construction des cuirassés (Saschen et Wurtemberg, Mackensen, Ersatz Yorck) fût stoppée ou considérablement ralentie au profit des destroyers mais également des sous marins sur lesquels reposait désormais tout le poids de la stratégie navale allemande.
A part deux sorties avortées, une en août et une autre en octobre 1916, la flotte de haute mer passa l'essentiel de son temps au port ce qui ne pouvait qu'influer négativement sur le moral et la combativité des équipages.

Le 20 avril 1917, il entra accidentellement en collision avec le croiseur de bataille Hindenburg mais les dégâts furent minimes tant pour le cuirassé que pour le croiseur de bataille. En octobre, le Helgoland accompagné par l'Oldenburg gagnèrent Amrum pour couvrir le retour des croiseurs légers Brummer et Bremse qui venaient de mener un raid contre un convoi britannique venant de Norvège.

Le 27 novembre 1917, le cuirassé traversa le Kaiser Wilhelm Canal et gagna la Baltique mais ne participa pas à l'occupation des îles du Golfe de Finlande. En avril 1918, il participa à la dernière grande sortie de la Flotte de Haute Mer mais cette sortie fût prématurément interrompue quand le Moltke victime d'avaries de propulsion du regagner sa base pour réparations et que le silence radio eut été rompu.

A l'automne 1918, les plus lucides des amiraux allemands étaient convaincus que la guerre était perdue et qu'il fallait se préparer aux conséquences d'une victoire alliée. En conséquence, l'Amiral Scheer _nouveau commandant en chef de la marine_ décida d'une sortie massive de la flotte de haute mer pour infliger le plus de dégâts possibles aux britanniques et ainsi renforcer la position de l'Allemagne lors des futures négociations de paix.

Les équipages lassés par quatre ans de guerre et travaillés par des agitateurs d'extrême gauche se mutinèrent dans la nuit du 29 au 30 octobre quand fût connu l'ordre d'appareiller pour la mer du Nord. La mutinerie qui avait démarré à bord du Thüringen contamina le Helgoland . Les autorités navales allemands envoyèrent deux torpilleurs et des hommes en armes, provoquant la rédition des mutins qui furent débarqués et incarcérés.

La mutinerie continua à terre et le 3 novembre près de 20000 marins, ouvriers de l'Arsenal et des civils manifestèrent à Kiel pour obtenir la libération des mutins. Le 5 novembre, les cuirassés basés à Wilhelmshaven hissèrent le drapeau rouge (à l'exception du König) et le lendemain, un conseil des marins prit le contrôle de la base et obtint la libération des mutins qui devaient être transférés à Kiel.

Tous comme les Nassau, les Helgoland auraient du rester en Allemagne mais le sabordage de la flotte de haute mer à Scapa Flow le 21 juin 1919 entraina la livraison aux alliés des Helgoland. Le SMS Helgoland s'était déjà rendu en Angleterre les 21 et 22 novembre pour rapatrier les équipages des U-Boot internés à Harwich.

Désarmé le 16 décembre 1918 et rayé des registres le 5 novembre 1919, le Helgoland est officiellement transféré au Royaume Uni le 5 août 1920. Disposant d'un surplus de cuirassés, les britanniques ne remirent pas en service le cuirassé allemand qui fût démantelé à partir du 3 mars 1921.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 21:31

Le SMS Ostfriesland

Le SMS Ostfriesland au mouillage

Présentation

La poupe de l'Ostfriesland peu avant son lancement

-L'Ostfriesland est mis sur cale sous le nom de Ersatz Oldenburg au Wilhelmshaven Kaiserwerft (Arsenal Impérial de Wilhelmshaven) le 19 octobre 1908 baptisé et lancé le 30 septembre 1909 et admis au service actif le 1er août 1911.

Le deuxième cuirassé de classe Helgoland porte le nom d'une région du nord-ouest de l'Allemagne, la Frise Orientale ou dans la langue de Goethe Ostfriesland. Intégrée actuellement au land de Basse Saxe.

Région longtemps inhabitée en raison de terres marécageuses et facilement inondables, elle fût peu à peu mise en valeur à l'aide de digues, provoquant la naissance d'un très fort particuliarisme et une volonté farouche de préserver leur indépendance tout au long du Moyen Age.

Intégré au Saint Empire Romain Germanique en 1465, la Frise Orientale devenu duché résista à la volonté d'assimilation en défaisant l'armée impériale en 1517 ce qui obligea l'Empereur à reconnaître l'autorité du duc de Frise Orientale.

L'indépendance de la région cessa en 1744 quand la Frise Orientale fût occupée par la Prusse après la mort du dernier duc qui ne laissa aucun descendant direct. Annexée par le Royaume de Hollande de Louis Bonaparte en 1806, la Frise Orientale fût ensuite intégrée à l'Empire (en 1810) devenant le département de l'Ems-Occidentale.

Occupée par les prussiens et les russes en 1813, la Frise Orientale fût récupérée par la Prusse mais en 1815 cette dernière la céda au royaume du Hanovre qui fût à son tour annexé par la Prusse en 1866.

Carrière opérationnelle

Dessin représentant le SMS Ostfriesland

Après les traditionnelles sorties d'avant guerre en mer du Nord, l'Ostfriesland effectua sa première opération majeur en décembre 1914. Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont l'Ostfriesland et huit prédreadnought furent déployés en couverture. Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

L'Ostfriesland participa ensuite en août 1915 à la bataille du golfe de Riga, une opération combinée menée par les allemands pour nettoyer le golfe de Riga de la présence navale russe et faciliter ainsi la prise de la ville par l'armée.

Sous le commandement direct du vice-amiral Hipper, une imposante force navale fût déployée en Baltique avec les quatre cuirassés de classe Nassau (SMS Nassau, SMS Posen, SMS Rheinland et SMS Westfalen), les quatre cuirassés de classe Helgoland (SMS Helgoland SMS Ostfriesland, SMS Oldenburg et SMS Thuringen), les croiseurs de bataille Moltke, Von der Tann, Seydlitz, les croiseurs légers Augsburg Bremen Graudenz et Pillau et 56 destroyers.

Le 8 août 1915, les allemands firent une première tentative pour nettoyer le golfe. Les vieux cuirassés Braunschweig et Elsass bloquèrent le Slava dans la baie pendant que les dragueurs de mines nettoyaient l'entrée de la baie pour permettre au mouilleur de mines Deutschland de bloquer le Moon Sound mais la nuit étant tombée, l'opération fût annulée.

Le 16 août, les allemands effectuèrent une nouvelle tentative. Les cuirassés Nassau et Posen accompagnés par quatre croiseurs légers et 31 torpilleurs brisèrent les défenses du Golfe. Les cuirassés Nassau et Posen engagèrent un duel d'artillerie avec le Slava qui encaissa trois coups au but et se replia.

Après trois jours d'opérations, les champs de mines furent nettoyés et la force allemande entra dans le golfe le 19 août mais l'annonce de la présence de sous marins alliés dans la région poussa les allemands à se replier le lendemain. Le 19 au matin, le Moltke fût torpillé par le sous marin britannique E1 mais le navire parvint à rentrer au port.

L'Ostfriesland participa à une nouvelle expédition de bombardement contre les villes de Yarmouth et de Lowestoft les 24 et 25 avril 1916. Malade, l'amiral Hipper céda le commandement à son adjoint, le contre-amiral Friedrich Bödicker.

La force allemande se composait des croiseurs de bataille Derfflinger, Lützow, Moltke, Seydlitz et Von Der Tann accompagnés par quatre croiseurs légers et deux flottilles de destroyers qui appareilla en fin de matinée le 24 avril suivit par la flotte de haute mer en début d'après midi pour couvrir les navires du contre-amiral Bödicker. Les britanniques mis au courant de la sortie allemande firent appareiller la Grand Fleet en fin d'après midi le 24 avril 1916.

A 15.38, le Seydlitz heurta une mine qui provoqua une brèche de 50m, embarquant près de 1400 tonnes d'eau ce qui l'obligea à se replier couvert par les croiseurs légers à la vitesse de quinze noeuds. Les quatre croiseurs de bataille restant n'abandonnèrent par l'opération mais modifièrent leur trajectoire pour éviter d'autres mines. A 16.00, le Seydlitz stoppa et Bödicker se transporta sur le Lützow grâce au torpilleur V28.

A 4.50 le 25 avril, les croiseurs de bataille allemands accompagnés par les croiseurs légers Rostock et Elbing étaient arrivés à proximité de Lowestoft. Les croiseurs légers allemands tombèrent alors sur les croiseurs légers et les destroyers de la Harwich Force mais cela ne détourna pas les allemands de leur bombardement sur Lowestoft. Le bombardement s'acheva à 5.20, les navires allemands gagnant Yarmouth qui fût bombardée de 5.42 à 5.47 en raison d'une faible visibilité. La Harwich Force engagea les allemands mais l'escarmouche ne donna rien et les allemands informés de la sortie de la Grand Fleet de Scapa Flow décidèrent de rentrer dans leurs bases.


L'Ostfriesland à Kiel

Il participe également à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin), ses canons de 12 pouces endommageant le Warspite et participant à la destruction du croiseur cuirassé Defence. Sur le chemin du retour, il heurte une mine qui provoque la mort d'un marin pendant que dix autres sont blessés. Les dégâts sont suffisament sérieux pour nécessiter un passage au bassin du 2 juin au 25 juillet.

Comme le reste de la flotte de haute mer, l'Ostfriesland passa une bonne partie de la suite de la guerre à quai. Impliqué dans les mutineries qui accompagnèrent l'agonie de l'Allemagne wilhelmnienne, l'Ostfriesland fût désarmé entre le 21 et le 25 novembre 1918 puis rayé des registres le 5 novembre 1919.

Cédé aux Etats Unis suite au sabordage de Scapa Flow, l'Ostfriesland devenu le Schiff H fût cédé aux Etats Unis, arrivant à New York en avril 1920.

Après une remise en état, l'ancien SMS Ostfriesland redevint le USS Ostfriesland quand il fût remise en service par les américains le 7 avril 1920.

L'aviation avait à cette époque le vent en poupe passant du statut d'arme un peu exotique dans lesquels se trouvaient certains hommes qui étaient plus des aventuriers que des militaires, repoussant sans cesse les limites. Parmi ces hommes se trouvait le général William «Billy» Mitchell qui avait commandé l'aviation américaine sur le front français.

Comme souvent chez les précurseurs, Mitchell était une «grande gueule» qui eut le chic de se faire beaucoup d'ennemis jusqu'à ce qu'il soit viré de l'armée en 1925.

Entre temps et grâce à l'étregent de son père Sénateur des Etats Unis, le général Mitchelle obtint de la marine qu'elle lui cède plusieurs navires pour prouver sa théorie selon laquelle les avions rayeraient bientôt de la surface les cuirassés.

L'Ostfriesland fût donc mouillé le 20 juillet 1921 au large du Cap Charles en Virginie pour prouver la validité des théories de Mitchell. Ce dernier jouait gros car avec des phrases du style «l'Etat Major Général s'y connait autant en aviation qu'un cochon en patinage», un échec le ridiculiserait définitivement dans les cercles militaires.


L'Ostfriesland déguste.........

Six Martin MB2 armés chacun de deux bombes de 270kg et des hydravions F5L armés de bombes de 250kg larguèrent leurs bombes sous les yeux de Billy Mitchell qui suivait l'attaque dans un biplace d'observation. Sur les dix neuf bombes larguées, deux de l'armée et trois de la marine firent mouche mais selon les arbitres de la marine, le navire avait été à peine chatouillé.


Résiste..........

Le cuirassé s'était cependant un peu enfoncé sur l'arrière mais tout restait à faire. Le lendemain, des bombardiers lancèrent cinq bombes de 500kg dont trois firent mouche.

Les marins jubilaient, Mitchell semblait ridiculiser lui même ses théories mais peu avant midi, cinq bombardiers Martin larguèrent des bombes de 900kg dont trois firent mouche. L'ancien cuirassé allemand jeta l'éponge, se coucha sur le côté, chavira et rejoignit Neptune. Son épave répose à 70 miles nautiques des côtes de Virginie à -102m, l'épave ayant été redécouverte par des plongeurs en 1990.


Avant de succomber


Cet essais était le dernier d'une série de tests qui avaient la destruction également des coques des cuirassés type prédreadnought Indiana et Iowa, du sous marin ex-allemand U-117, du torpilleur G.112 et du croiseur léger Frankfurt. D'autres essais eurent encore lieu en septembre 1923 avec la destruction de l'Alabama, du New Jersey et du Virginia.

Si Mitchell fanfaronna en disant que l'avion était capable de couler un cuirassé, les marins arguèrent que le navire était immobile _donc incapable de manoeuvrer pour éviter les bombes_, sans DCA et sans équipage pour lutter contre les avaries.

De plus, la Seconde Guerre Mondiale montra que toucher un navire de guerre par un bombardement horizontal à haute altitude était une gageure et que le bombardement en piqué et l'attaque à la torpille se révélèrent bien plus efficace.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 21:39

Le SMS Thüringen

Le Thüringen au mouillage

Présentation

-Le Thüringen est mis sur cale sous le nom de Ersatz Beowulf aux chantiers AG Weser de Brême le 7 novembre 1908 baptisé et lancé le 17 novembre 1909 et admis au service actif le 10 septembre 1911.

Le troisième cuirassé de la classe Helgoland porte le nom d'une région du centre de l'Allemagne, la Thuringe. Duché au Moyen Age, elle se divisa après une guerre de succession de dix-sept ans (1247-1264), la partie occidentale devenant la Hesse et le reste devint le berceau du troisième duché de Saxe et du Royaume de Saxe.

Quand la maison de Wettin se divisa en branches ernestine et
albertine en 1485, la Thuringe revint à la première, et se subdivisa par la suite en de multiples micro-États en raison de la tradition saxone de partager l'héritage entre les héritiers masculins : on appelle ces États les duchés saxons.

Napoléon 1er réorganisa l'Allemagne en créant la Confédération du Rhin en 1806 et se poursuivit au Congrès de Vienne (1814-15) qui vit la création de la Confédération Germanique à laquelle fût rattaché la Thuringe mais seuls les Etats de Saxe-Weimar-Eisenach, Saxe Meiningen, Saxe-Altenbourg, Saxe Coubourg Gotha, Schwarzbourg-Sondershausen, Schwarzbourg-Rudolstadt et les deux Principautés de Reuss (Reuss branche aînée et Reuss branche cadette), préalablement fusionnées eu sein d'un éphémère État populaire de Reuss.

En 1920 sous la République de Weimar, la Thuringe retrouva son unité avec pour capitale la ville de Weimar. En octobre 1923, le KPD (parti communiste allemand) tenta d'établir une République des Conseils mais le Reich intervint et rétablit le régime démocratique.

Même si les Américains atteignirent la Thuringe les premiers en avril 1945, le land de Thuringe fut par la suite occupé par les troupes Soviétiques à partir de juillet 1945, qui lui rattachèrent une partie de la Saxe prussienne (Erfurt, Mühlhausen, et Nordhausen). Erfurt devint la nouvelle capitale.
Les premières élections du parlement de Thuringe eurent lieu en 1946. En 1949, la République démocratique allemande fut créée et la Thuringe y fut rattachée.

En 1952, la République démocratique allemande dissout les länder, qui furent remplacés par des districts (Bezirke). Les districts de Erfurt, Gera et Suhl se partagèrent la Thuringe. Le land de Thuringe fut restauré, dans des frontières presque identiques, lors de la réunification allemande de 1990.En 1993, la Thuringe se dota d'une nouvelle constitution et prit le nom de Freistaat Thüringen (État libre de Thuringe).

Carrière opérationnelle

Le Thüringen dans le canal de Kiel

Basé à Wilhelmshaven à son admission au service actif, le cuirassé est endeuillé par un terrible accident en juillet 1912 : une embarcation du cuirassé chavire provoquant la mort de quatorze marins.

L'Ostfriesland participa en août 1915 à la bataille du golfe de Riga, une opération combinée menée par les allemands pour nettoyer le golfe de Riga de la présence navale russe et faciliter ainsi la prise de la ville par l'armée.

Sous le commandement direct du vice-amiral Hipper, une imposante force navale fût déployée en Baltique avec les quatre cuirassés de classe Nassau (SMS Nassau, SMS Posen, SMS Rheinland et SMS Westfalen), les quatre cuirassés de classe Helgoland (SMS Helgoland SMS Ostfriesland, SMS Oldenburg et SMS Thuringen), les croiseurs de bataille Moltke, Von der Tann, Seydlitz, les croiseurs légers Augsburg Bremen Graudenz et Pillau et 56 destroyers.

Le 8 août 1915, les allemands firent une première tentative pour nettoyer le golfe. Les vieux cuirassés Braunschweig et Elsass bloquèrent le Slava dans la baie pendant que les dragueurs de mines nettoyaient l'entrée de la baie pour permettre au mouilleur de mines Deutschland de bloquer le Moon Sound mais la nuit étant tombée, l'opération fût annulée.

Le 16 août, les allemands effectuèrent une nouvelle tentative. Les cuirassés Nassau et Posen accompagnés par quatre croiseurs légers et 31 torpilleurs brisèrent les défenses du Golfe. Les cuirassés Nassau et Posen engagèrent un duel d'artillerie avec le Slava qui encaissa trois coups au but et se replia.

Après trois jours d'opérations, les champs de mines furent nettoyés et la force allemande entra dans le golfe le 19 août mais l'annonce de la présence de sous marins alliés dans la région poussa les allemands à se replier le lendemain. Le 19 au matin, le Moltke fût torpillé par le sous marin britannique E1 mais le navire parvint à rentrer au port.


Peinture représentant le Thüringen contre le Black Prince

Comme le reste de la Hochseeflot, il fût engagé dans la bataille du Jutland (31 mai-1er juin), détruisant le croiseur cuirassé britannique Black Prince, victime de quelques uns des 107 obus de 12 pouces que le cuirassé tira durant la bataille, pour un résultat que l'on pourrait pudiquement qualifier de médiocre.

Présent à nouveau dans le golfe de Riga en 1917, le Thüringen fût l'âme damné des mutineries de l'automne 1918, déclenchant un mouvement qui allait précipiter la chute de la monarchie wilhelmnienne et la défaite de l'Allemagne. Il est désarmé et rayé des registres le 5 novembre 1919.

Attribué à la France sous le nom de Schiff L, il fallit sombrer au large de Cherbourg quand l'équipage allemand tenta de le saborder mais les marins français parvinrent à sauver le navire qui fût ramené à Cherbourg.


L'ancien Thüringen à Lorient en 1920

En février 1921, il fût remorqué à Brest et privé de son armement avant que la coque ne soit échoué à Gâvres pour servir de cible de tir à la marine nationale.

Partiellement démantelée à partir de mars 1923, une section de 110m de long environ à été laissé sur place dans environ 9m d'eau ce qui fait qu'à marée basse, la coque apparaît parfois enfin du moins ce qu'il en reste en raison de l'action des vagues.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 21:55

Le SMS Oldenburg

Présentation

Le SMS Oldenburg à la mer

-Le Oldenburg est mis sur cale sous le nom d'Ersatz Frithjof aux chantiers Schifauwerft de Dantzig le 1er mars 1909 baptisé et lancé le 30 juin 1910 et admis au service actif le 1er juin 1912.

Le quatrième et dernier cuirassé de classe Helgoland porte le nom d'une région du nord-ouest de l'Allemagne, le Grand Duché d'Oldenbourg fondé en 1180 comme comté (capitale : Oldenburg). Longtemps dépendante de la Saxe, la région prit une certaine importance quand le duc Christian fût élu roi du Danemark en 1448.

Deux ans plus tard, Christian 1er devint roi de Norvège puis roi de Suède en 1457 et enfin hérite du duché de Schlesvig en 1460 mais en 1454 il avait cédé l'Oldenbourg à son frère.

Etat protestant, l'Oldenbourg resta cependant fidèle à Charles V et plus généralement à l'Empire ce qui lui évita les terribles dévastations que connurent les autres Etats allemands. Retrouvant le giron danois en 1667, l'Oldenbourg devint un duché en 1777. Occupé par la France de 1810 à 1814, il fût directement annexé à la France.

Devenu Grand Duché en 1829, l'Oldenbourg intégra le IIème Reich en 1871 puis devint un Etat libre après la proclamation de la Répulique de Weimar. Les Etats libres furent abolis par les nazis en 1937 et depuis 1949, l'Oldenbourg est intégré au Land de Basse Saxe.

Carrière opérationnelle

Mise à part des entrainements dans le Skagerrak et le Kategatt, la principale activité de la Hochseeflot en cette période est la croisière d'été en Norvège instituée en 1913.

Le 10 juillet 1914, le cuirassé appareille de Wilhelmshaven, effectuant quelques manoeuvres avec les U-Boot rassemblées à Skagen le 12 juillet 1914 mais également des exercices de lancement de torpilles, des entrainements individuels pour renforcer la cohésion de l'équipage et des expérimentations de l'utilisation du projecteur dans les combats de nuits.

Le cuirassé rejoint par son sister-ship Helgoland appareilla le lendemain en direction de l'Allemagne où les deux cuirassés arrivèrent le 22 juillet au matin. Le 1er août 1914, le capitaine annonça à l'équipage que l'Empereur avait ordonné à la marine de se préparer à la guerre contre la Russie.

Durant l'opération de bombardement menée par les croiseurs de bataille de l'amiral Hipper sur les villes de Scarborough, Hartlepool et Whitby (15-16 décembre 1914), douze cuirassés allemands dont le Oldenburg et huit prédreadnought furent déployés en couverture. Un affrontement fortuit entre destroyers fit croire à l'amiral von Ingenohl qu'il était tombé sur la Grand Fleet au grand complet alors qu'il n'y avait que six cuirassés. Suivant les ordres du Kaiser qui ne tenait pas à ce que ces précieux cuirassés soient tous détruits, l'amiral allemand ordonna le repli.

Le Oldenburg participa ensuite en août 1915 à la bataille du golfe de Riga, une opération combinée menée par les allemands pour nettoyer le golfe de Riga de la présence navale russe et faciliter ainsi la prise de la ville par l'armée.

Sous le commandement direct du vice-amiral Hipper, une imposante force navale fût déployée en Baltique avec les quatre cuirassés de classe Nassau (SMS Nassau, SMS Posen, SMS Rheinland et SMS Westfalen), les quatre cuirassés de classe Helgoland (SMS Helgoland SMS Ostfriesland, SMS Oldenburg et SMS Thuringen), les croiseurs de bataille Moltke, Von der Tann, Seydlitz, les croiseurs légers Augsburg Bremen Graudenz et Pillau et 56 destroyers.

Le 8 août 1915, les allemands firent une première tentative pour nettoyer le golfe. Les vieux cuirassés Braunschweig et Elsass bloquèrent le Slava dans la baie pendant que les dragueurs de mines nettoyaient l'entrée de la baie pour permettre au mouilleur de mines Deutschland de bloquer le Moon Sound mais la nuit étant tombée, l'opération fût annulée.

Le 16 août, les allemands effectuèrent une nouvelle tentative. Les cuirassés Nassau et Posen accompagnés par quatre croiseurs légers et 31 torpilleurs brisèrent les défenses du Golfe. Les cuirassés Nassau et Posen engagèrent un duel d'artillerie avec le Slava qui encaissa trois coups au but et se replia.

Après trois jours d'opérations, les champs de mines furent nettoyés et la force allemande entra dans le golfe le 19 août mais l'annonce de la présence de sous marins alliés dans la région poussa les allemands à se replier le lendemain. Le 19 au matin, le Moltke fût torpillé par le sous marin britannique E1 mais le navire parvint à rentrer au port.


Autre photo à la mer du Oldenburg

L'Oldenburg comme ses trois sister-ship participa à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin 1916) tirant un total de 53 obus de 305mm et encaissa un obus de l'artillerie secondaire d'un cuirassé britannique (calibre inconnu) provoquant la mort de huit marins pendant que quatorze autres étaient blessés. Il passe ainsi au bassin du 20 jui au 15 juillet 1916.

En octobre 1917, le Oldenburg accompagné par l'Helgoland gagnèrent Amrum pour couvrir le retour des croiseurs légers Brummer et Bremse qui venaient de mener un raid contre un convoi britannique venant de Norvège.

En avril 1918, il participa à la dernière grande sortie de la Flotte de Haute Mer mais cette sortie fût prématurément interrompue quand le Moltke victime d'avaries de propulsion du regagner sa base pour réparations et que le silence radio eut été rompu.

A l'automne 1918, les plus lucides des amiraux allemands étaient convaincus que la guerre était perdue et qu'il fallait se préparer aux conséquences d'une victoire alliée. En conséquence, l'Amiral Scheer _nouveau commandant en chef de la marine_ décida d'une sortie massive de la flotte de haute mer pour infliger le plus de dégâts possibles aux britanniques et ainsi renforcer la position de l'Allemagne lors des futures négociations de paix.

Les équipages lassés par quatre ans de guerre et travaillés par des agitateurs d'extrême gauche se mutinèrent dans la nuit du 29 au 30 octobre quand fût connu l'ordre d'appareiller pour la mer du Nord. La mutinerie qui avait démarré à bord du Thüringen contamina le Oldenburg.

Rayé des listes de la flotte le 5 novembre 1919, il est attribué au Japon qui n'à nul besoin d'un cuirassé ancien à l'état matériel médiocre. Tokyo le revend aux britanniques qui l'envoie dans le Firth of Forth où il jette l'ancre le 13 mai 1920. Remorqué aux Pays Bas,il est démantelé en 1921.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Dim 13 Juin 2010, 22:04

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 22808 tonnes pleine charge 24700 tonnes.

Dimensions : longueur : (hors tout) 167.20m (flottaison) 166.50m largeur : 28.50m (28.80m avec les fillets Bullivants) tirant d'eau : 8.68 à 8.94m sachant qu'il faut 34 tonnes pour que le cuirassé s'enfonce d'un centimètre en plus.

Propulsion : trois machines à quatre cylindres triple expansion alimentées en vapeur par quinze chaudières Schulz-Thornycroft réparties en trois rues de chauffe dévellopant une puissance totale de 28000ch et entrainant trois hélices. 900 tonnes de charbon sont embarqués en charge normale mais 3200 tonnes peuvent être embarquées en surcharge plus 197 tonnes de mazout pour alimenter les huit turbo-dynamos qui dévellopent 2200 kw d'électricité.

Performances : vitesse maximale : 20.3 noeuds (l'Oldenburg à atteint 21.3 avec 34394ch) distance franchissable : 7900 miles nautiques à 10 noeuds 4600 miles nautiques à 16 noeuds et 2590 miles nautiques à 19 noeuds

Protection : la ceinture cuirassé est épaisse de 300mm au maximum, épaisseur qui se réduit à 170mm sur la partie supérieure et à 80mm aux extremités; Bulkheads 90 à 210mm; pont supérieur 45mm pont blindé 40 à 60mm Tourelles : 300mm pour la face avant 250mm pour les côtés, 70 à 100mm pour le toi, barbettes 170 à 300mm. Au total la protection représente 8350 tonnes soit 36.60% du déplacement.

Armement :

Tourelles de 305mm du SMS Kaiser

-12 canons de 305mm SK L/50 modèle 1908 en six tourelles doubles (une avant, quatre latérales et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 405kg à une distance maximale de 16200m (site +13.5°). Après le Jutland, l'élévation des canons est portée à 16° avec une portée maximale qui passe à 20400m. La cadence de tir est de 2 à 3 coups par minute.

La tourelle double pèse 543 à 558 tonnes permettant aux canons de pointer en site de -8° à +13.5° (-5.5° à +16° après le Jutland) et en azimut sur 80° de chaque côté pour les tourelles latérales et sur 150° de chaque côté pour les tourelles avant et arrière. La dotation en munitions est de 1020 obus.


Canon de 150mm en casemate de l'Ostfriesland

-14 canons de 150mm SK L/45 modèle 1908 en 14 casemates (sept babord et sept tribord). Ce canon de 45 calibres tire des obus de 45kg à une distance maximale de 13500m à raison de 5 à 7 coups par minute.

L'affût MPL/C 13 pèse en ordre de combat 17 tonnes et peut pointer en site de -8.5° à +19° et en azimut sur 150°. La dotation en munitions est de 150 obus par canon soit un total de 2100 obus.


Schéma des canons de 88mm sous bouclier

-10 canons de 88mm SK C/02 en casemates latéraux (cinq de chaque côté). Ce canon de 35 calibres tire des obus de 9kg à une distance maximale de 9100m à raison de 15 coups par minute. L'affût en casemate MPL C/ peut pointer en site de -10° à +25° mais le pointage en azimut m'est inconnu. La dotation en munitions est de 200 coups par canon soit un total de 2000 obus.

-4 canons de 88mm MPL C/13 en affûts simples sous masque installés à l'arrière. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 9kg à une distance maximale de 9100m à raison de 15 coups par minute. L'affût sous masque peut pointer en site de -10° à +70° mais l'azimut est inconnu. La dotation en munitiones est de 200 coups par canon soit un total de 800 obus.

-6 tubes lance-torpilles de 500mm sous marins (un à la proue, un à la poupe et les quatre autres de chaque bord en avant de la tourelle A et en arrière de la tourelle D). Ces tubes utilisent la torpille G/6 longue de 6m, un poids de 1365kg, une charge explosive de 160kg avec une portée de 5000m à 27 noeuds et de 2200 miles nautiques à 35 noeuds. 16 torpilles sont embarquées.

Equipage : 1113 officiers et matelots (1284 à 1390 officiers et matelots au Jutland)

SOURCES

-Encyclopédie des armes Editions Atlas tome 6 «les cuirassés de la première guerre mondiale» p1341-1360

-Grognes et colères de marins cinq siècles de mutineries maritimes «P152-161 les mutineries dans la marine allemande à la fin de la première guerre mondiale»

-Ressources internet diverses

-Photos et PDF de l'ami Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : SIKORSKY S-61 SEA KING


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 14 Juin 2010, 08:37

Merci CLAUS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 14 Juin 2010, 11:51

Merci gars. Il me reste à faire les Kaiser, les König et les Scharnhorst (de la WWII) et j'aurais terminé les articles sur les cuirassés allemands comme je l'ai fait pour la France, l'Italie, le Japon et les Etats Unis.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 14 Juin 2010, 12:24

Comme Jolly, Merci Claus thumleft

Apparamment les allemands ont mis plus de temps à passer aux tourelles toutes alignées (je ne sais pas si je me fais comprendre), le plus "frappant" amha étant la classe Kaiser avec leurs tourelles décalées (comme sur les croiseurs de bataille)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 14 Juin 2010, 14:53

Gracias amigo Claus
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 14 Juin 2010, 15:04

De nada. Je commence aujourd'hui l'article suivant avec une véritable légende, le S-61 Seaking et ses dérivés britanniques dont le Westland Commando

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Mar 15 Juin 2010, 09:24

---


Dernière édition par vautour le Mar 15 Juin 2010, 09:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Mar 15 Juin 2010, 09:42

Merci Claus pour cet article sur une classe de cuirassé qui à défaut d'avoir été innovant, a participé (a son corps défendant) a l'émergence d'une nouvelle arme qui allait bouleverser la guerre maritime!
Selon David Howarth ("L'ère du Dreanought"1980), les amiraux et les commandants de L'US.Navy, présent à la démonstration, en avaient carrément pleuré en voyant l'Osfriesland succomber, face aux avions de Mitchell !
(J'imagine d'ailleurs qu'au paradis des cuirassés, le "pauv" Ostfriesland a dut être considéré comme un lâche et un traître, par ces congénères disparu !)

clausewitz a écrit:
Merci gars. Il me reste à faire les Kaiser, les König et les Scharnhorst (de la WWII) et j'aurais terminé les articles sur les cuirassés allemands comme je l'ai fait pour la France, l'Italie, le Japon et les Etats Unis.
Tu en aura terminer avec les cuirassés post-Dreanought!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Mar 15 Juin 2010, 11:11

Merci Fred. Non chez les britanniques, il me reste à faire les Orion, les King George V, le HMS Agincourt, le HMS Erin et je vais sûrement faire l'Almirante Latorre qui à été utilisé par la RN sous le nom de HMS Canada.

Chez les britanniques, il me reste également des cuirassés type dreadnought : la classe Bellerophon, la classe Saint Vincent, le HMS Neptune et la classe Colossus.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 21 Juin 2010, 17:15

bonjour Claus ,

Bravo pour ces supers articles très complets et passionnants!

J'attends avec impatience l'article sur la classe Kaiser, j'essaie d'accumuler le max de doc dessus en vue d'un futur modèle!

Encore bravo

Alain
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   Lun 21 Juin 2010, 17:58

Merci pour ce compliment. L'article sur les Kaiser ce n'est pas pour tout de suite. Si je suis le rythme actuel, je devrais le commencer d'ici trois semaines. thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND   

Revenir en haut Aller en bas
 
ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE HELGOLAND
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE NASSAU
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BISMARCK
» ALLEMAGNE Cuirassé Classe H

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: