AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 13:29

CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
(JAPON)


Les Tone avaient leur armement principal concentré sur la plage avant comme le montre ce profil de l'ami Nimitz

AVANT PROPOS

En 1641, le Japon se coupa du reste du monde mais à la différence de la Chine, il quitta ce splendide isolement avant de subir le sort de l'empire du milieu divisé entre différents seigneurs de guerre et dont la souveraineté était piétinée par les puissances étrangères.

Plutôt que de subir le sort de la Chine, le Japon décida de préserver son modèle de société en adoptant les techniques occidentales. Au lieu de se voir imposer un modèle de société, l'empereur Mutsushito (baptisé Meiji après sa mort en 1912) décida en 1867 de trouver un modèle particulier.

En moins de trente, le pays devint une puissance avec laquelle il fallait compter. La victoire sur la Russie en 1905 étant le couronement de cette montée en puissance qui devait se poursuivre avec comme objectif le contrôle du Pacifique, zone que convoitait également les Etats Unis.

Les deux pays se lancèrent dans une course aux armements navals, cherchant en particulier à se dôter de puissantes escadres de cuirassés et de croiseurs de bataille. Les américains prévoient ainsi la construction de 16 navires de bataille : 10 cuirassés (4 de classe Colorado et 6 de classe South Dakota) et 6 croiseurs de bataille de classe Lexington tandis que les japonais prévoyaient la construction de 8 cuirassés et de 8 croiseurs de bataille soit 16 navires mais seulement 14 seront effectivement planifiés : deux cuirassés de classe Tosa (Tosa et Kaga) quatre cuirassés de classe Kii (Kii Owari et deux non nommés numérotés 11 et 12) quatre croiseurs de bataille type 13 (non nommés mais numérotés 13 14 15 et 16) et quatre croiseurs de bataille classe Amagi (Amagi Akagi Atago et Takao).

Cette débauche d'argent et d'énergie finit par se heurter à la réalité et en novembre 1921, une conférence se réunit à Washington pour obtenir une limitation des armements navals, les travaux aboutissant à un traité signé le 6 février 1922.

Ce traité provoque la fin de la course aux cuirassés. Si les américains peuvent achever trois des quatre Colorado, ils doivent ferailler les South Dakota et les Lexington (à l'exception des deux transformés en porte-avions), les japonais ne peuvent achever aucun cuirassé de leur programme, seuls les Akagi et les Kaga étant achevés en porte-avions.

Ne pouvant construire de cuirassés, les différentes marines se lancent dans la construction de croiseurs lourds, des navires de 8 à 10000 tonnes (la limite maximale) et armés de 6 à 10 canons de 203mm avec une protection si faible que les anglo-saxons les surnoment «thinclad battleship» ou cuirassé en fer blanc.

LES CROISEURS LOURDS JAPONAIS : DES KAKO AUX MOGAMI

Quand le Japon s'est modernisé, l'armée de terre et la marine ont chacun choisit un modèle. Si l'armée de terre s'inspira du modèle prussien, la marine s'inspira de la marine britannique et dans une moindre mesure de la marine française. Pourtant la Royal Navy traina les pieds pour construire le croiseur lourd car elle ne pouvait en construire autant qu'elle en voulait pour protéger les liaisons et les routes commerciales de l'Empire.

Le Japon au contraire accueille ce nouveau type de navire avec enthousiasme, eux qui ne possédaient jusque là que des croiseurs légers armés de canons de 140mm utiles pour conduire au combat des flottilles de destroyers mais sûrement incapables de soutenir un affrontement prolongé.


La cible des Kako et des Furutaka : les Hawkins (ci-dessus) et les Omaha (ci-dessous)

En l'absence de cuirassés, le croiseur lourd semble devenir le roi des mers et la marine japonaise ne perd pas de temps à mettre sur cale des croiseurs qui répondent aux limites du traité de Washington même si les Kako et les Aoba ont été construits avant ce traité pour contrer les Hawkins britanniques et les Omaha américains.


Le croiseur lourd Kako

Ils construisent d'abord la classe Kako composée de du Kako et du Furataka. Le Kako est mis sur cale le 5 décembre 1922 lancé le 10 avril 1925 et admis au service actif le 30 juillet 1926; il est coulé le 10 août 1942 par le sous marin S-44 qui vengea ainsi les croiseurs alliés coulés à la bataille de Savo deux nuits plus tôt. Le Furutaka est mis sur cale le 5 décembre 1922 lancé le 25 février 1925 et admis au service actif le 31 mars 1926; il est coulé à la bataille du Cap Esperance le 12 octobre 1942 par le croiseur lourd Salt Lake City et le destroyer Duncan de classe Fletcher.

Ce sont des navires de 7950 tonnes (9540 tonnes à pleine charge), une longueur de 185m une largeur de 16m et un tirant d'eau de 4.6m, une vitesse de 34.5 noeuds et un armement composé à l'origine de 6 canons de 200mm en 6 affûts simples 4 canons de 76mm et 12 tubes lance-torpilles de 610mm (six affûts doubles) puis après refonte de 6 canons de 203mm en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière), 4 canons de 120mm en quatre affûts simples et 8 tubes lance-torpilles de 610mm en deux plate-formes quadruples. Ils embarquaient une catapulte et deux hydravions.


Le croiseur lourd Aoba

Ils sont suivis par les deux navires de classe Aoba, les Aoba et Kinugasa. L'Aoba est mis sur cale le 23 janvier 1924 lancé le 25 septembre 1926 et admis au service actif le 20 septembre 1927; il à été coulé en eaux peu profondes à Kure le 24 juillet 1945, rayé des registres le 20 novembre 1945 et démoli en 1946/47. Le Kinugasa lui à été mis sur cale le 24 octobre 1924 lancé le 24 octobre 1926 et admis au service actif le 30 septembre 1927; il à été coulé par des avions américains le 13 novembre 1942 au cours de la bataille navale de Guadalcanal.

Les Aoba sont des navires de 7100 tonnes (9800 tonnes à pleine charge), une longueur de 185m, une largeur de 16m et un tirant d'eau de 5.8m, une vitesse maximale de 34 noeuds et un armement composé à l'origine de 6 canons de 200m en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière), 4 canons de 120mm et 12 tubes lance-torpilles de 610mm en six plate-formes doubles puis à la fin de sa carrière de 6 canons de 203mm en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière), 4 canons de 120mm et 8 tubes lance-torpilles de 610mm (deux plate-formes quadruples). Ils embarquaient une catapulte et deux hydravions.


Le croiseur lourd Nachi de classe Myoko

Ces navires vont cependant être rapidement dépassés par les constructions étrangères, généralement armés de huit canons en quatre tourelles doubles. Les japonais suivent cet exemple et construisent la classe Myoko (Myoko Nachi Haguro et Ashigara) armés de dix canons de 200mm en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrière) imitant ainsi les américains qui avaient armés leurs Pensacola de dix canons de 203mm en deux tourelles doubles et deux tourelles triples.

Le Myoko à été mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 25 octobre 1924 lancé le 16 avril 1927 en présence de l'empereur Hiro-Hito et admis au service le 31 juillet 1929. Il survit à la guerre et termine sa vie par en étant sabordé dans le détroit de Malacca le 8 juin 1946.

Le Nachi à été mis sur cale à l'Arsenal de Kure le 26 novembre 1924 lancé le 15 juin 1927 et admis au service actif le 26 novembre 1928. Il est coulé en baie de Manille par des avions des porte-avions Lexington et Ticonderoga le 4 novembre 1944.

Le Haguro est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 16 mars 1925 lancé le 24 mars 1928 et admis au service actif le 25 avril 1929. Il est coulé le 16 mai 1945 par les destroyers britanniques de la 26ème flottille dans le cadre de l'opération Dukedom dans le détroit de Malacca.

L'Ashigara est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobe le 11 avril 1924 lancé le 22 avril 1928 et admis au service actif le 20 août 1929. Il est coulé le 8 juin 1945 dans le détroit de Bangka par trois sous marins britanniques.

Les Myoko sont donc des navires de 10160 tonnes (11820 tonnes à pleine charge), longs de 204m sur 17m de large et un tirant d'eau de 5.8m, une vitesse maximale de 35.5 noeuds et un armement composé à l'origine de 10 canons de 200mm en cinq tourelles doubles (trois à l'avant, deux à l'arrière), 6 canons de 120mm en six affûts simples et 12 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes triples qui évolua vers 10 canons de 203mm en cinq tourelles doubles (trois à l'avant, deux à l'arrière), 8 canons de 127mm en quatre affûts doubles et 16 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes quadruples. Ils embarquaient une catapulte et deux hydravions.

Ils suivent leur lancée en construisant ensuite une version améliorée des Myoko, la classe Takao composée elle aussi de quatre navires baptisés Takao Atago Maya et Chokai et qui ne sont que des versions améliorées des précédents.


Le croiseur lourd Takao

Le Takao est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 28 avril 1927 lancé le 12 mai 1930 et admis au service actif le 31 mai 1932. Sévèrement endommagé par le sous marin USS Darter le 23 octobre 1944, il termine sa carrière comme batterie flottante à Singapour avant d'être désampéré par deux sous marins de poche britanniques (opération Struggle) le 31 juillet 1945. La base navale de Johore se rend le 5 septembre 1945 et l'épave du croiseur sert de cible de tir au croiseur léger HMS Newfoundland le 21 septembre 1945.

L'Atago est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 28 avril 1927 lancé le 16 juin 1930 et admis au service actif le 30 mars 1932. Il est coulé le 23 octobre 1944 par le sous marin américain USS Darter dans la même attaque qui endommagea sévèrement le Takao.

Le Maya est mis sur cale aux chantiers Kawasaki de Kobe le 4 décembre 1928 lancé le 8 novembre 1930 et admis au service actif le 30 juin 1932. Le Maya est coulé lui aussi le 23 octobre 1944 par un autre sous marin américain, le USS Dace.

Le Chokai à été mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Nagasaki le 26 mars 1928 lancé le 5 avril 1931 et admis au service actif le 30 juin 1932. Il est sévèrement endommagé par une bombe de 227kg largué par un avion américain lors de la bataille de Samar le 25 octobre 1944 et les incendies devenant incontrôlables, il est évacué puis sabordé par le destroyer Fujinami (classe Yugumo) qui fût coulé deux jours plus tard avec des survivants du croiseur lourd.

Les Takao sont des navires de 9850 tonnes (15490 tonnes à pleine charge), mesurant 203m de long sur 20m de large et un tirant d'eau maximum de 6.32m, une vitesse maximale de 34.25 noeuds et un armement composé à l'origine de 10 canons de 200mm en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières), 4 canons de 120mm en quatre affûts simples et 8 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes doubles, les Takao terminant leur carrière opérationnelle avec 10 canons de 203mm en cinq tourelles doubles (trois à l'avant et deux à l'arrière), 8 canons de 127mm en quatre tourelles doubles et 16 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes quadruples. Ils embarquaient une catapulte et deux hydravions à l'origine puis deux catapultes et quatre hydravions à la fin de leur carrière opérationnelle.

Huit ans après le traité de Washington, un second traité est signé à Londres le 22 avril 1930. La part la plus importante du texte concerne les croiseurs qui est un navire de 1850 à 10000 tonnes armés de canons de 130 à 203mm. Deux catégories émergent à l'occasion de ce traité : le croiseur type B armés de canons de 130 à 155mm et le croiseur type A armés de canons de 155 à 203mm.

Les japonais sont cependant embarassés car en additionnant les Kako, les Aoba, les Myoko et les Takao, ils dépassent leur contingent de croiseurs lourds. Ils peuvent cependant construire des croiseurs légers avec un armement ne dépassant pas 155mm.

Conscients que les traités ne seront pas éternels, ils préservent l'avenir en prévoyant le remplacement des canons de 155mm par des canons de 200mm. Ces quatre croiseurs sont baptisés Mogami, Mikuma, Suzuya et Kumano, formant la classe Mogami.


Le croiseur lourd Mogami

Le Mogami est mis sur cale à l'Arsenal de Kure le 27 octobre 1931 lancé le 14 mars 1934 et admis au service actif le 28 juillet 1935. Il est coulé lors de la bataille du détroit de Surigao le 25 octobre 1944 par les navires américains et l'aviation embarquée avant d'être achevé par le destroyer Akebono.

Le Mikuma est mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Nagasaki le 24 décembre 1931 lancé le 31 mai 1934 et admis au service actif le 29 août 1935. Le Mikuma succomba le 6 juin 1942 sous les coups de 81 Douglas Dauntless de l'Enterprise et du Hornet lors des prolongations de la bataille de Midway.

Le Suzuya est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 11 décembre 1933 lancé le 20 décembre 1934 et admis au service actif le 31 octobre 1937 bien qu'il n'ait été réellement opérationnel le 30 septembre 1939. Il est coulé à la bataille de Samar le 25 octobre 1944 par la conjonction d'une attaque d'Avenger et de l'explosion de ses propres torpilles.

Le Kumano est mis sur cale aux chantiers Kawasaki de Kobe le 5 avril 1934 lancé le 15 octobre 1936 et admis au service actif le 31 octobre 1937. Il est endommagé le 6 novembre 1944 par les sous marins Batfish Guitarro Bream Raton et Ray qui lancèrent un total de 23 torpilles dont deux touchèrent le Kumano. Remorqué en baie de Manille, il fût achevé le 25 novembre 1944 par les avions du Ticonderoga qui le touchèrent avec cinq torpilles et quatre bombes de 500 livres.

Les Mogami étaient des navires de 12400 tonnes (15057 tonnes), long de 200m large de 18.92m et un tirant d'eau de 6m, une vitesse maximale de 35 noeuds et un armement composé à l'origine de 15 canons de 155mm en cinq tourelles triples (trois avant et deux arrières), 8 canons de 127mm en quatre affûts doubles et 12 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes triples qui évolue avec le remplacement des 15 canons de 155mm par 10 canons de 203mm en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ils embarquaient également deux catapultes et trois hydravions.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 13:38

GENESE DES TONE

La classe Mogami financée dans le cadre du programme supplémentaire de 1932 aurait du compter six unités mais au bout de la quatrième unité, les architectes navals japonais décidèrent de repartir de zéro, les Mogami se révélant instables, instabilité tragiquement révélée le 12 mars 1934 par le naufrage du torpilleur Tomozuru qui provoqua la mort de 100 des 113 membres d'équipage.


Le naufrage du Tomozuru (photographié ici en 1939 après sa remise en service) rendit les architectes navals japonais plus prudents dans leurs conceptions de navires

L'enquête menée par les experts japonais fût sans appel : la concentration des armements dans les hauts et un faible tirant d'eau rendait le navire très instable notament lors des manoeuvres par mer formée.

Aussi les japonais abandonnèrent l'idée d'armer les Tone de quinze canons de 155mm en cinq tourelles triples (trois avant et deux arrières) au profit d'une configuration inédite pour un croiseur lourd : l'armement principal concentré sur la plage avant pour réserver la plage arrière aux installations d'hydraviation.

Les premiers essais des Mogami révélant des faiblesses structurelles, les Tone bien plus gros au moment du dessin purent avoir un squelette interne bien plus solide et résistant.

L'armement principal originellement prévu pour les Tone et les Chikuma était composé de quatre tourelles triples de 155mm concentrés à l'avant mais alors qu'ils étaient sur cale, les traités expirèrent le 31 décembre 1936 ce qui permis aux japonais de jeter bas les masques et d'armer leurs derniers croiseurs lourds de 8 canons de 203mm en quatre tourelles doubles concentrées sur la plage avant. Quand à la protection et au système propulsif, ils étaient directement dérivés des Mogami.


Ecorché de la classe Tone

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 13:49

HISTORIQUE

Le Tone

Dessin du Tone à la mer

-Le Tone (une rivière du Kanto, la région de Tokyo) est mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Nagasaki le 1er décembre 1934, lancé le 21 novembre 1937 et admis au service actif le 20 novembre 1938, formant avec son sister-ship Chikuma la 8ème division de croiseurs.

Après son admission au service actif, le Tone effectue plusieurs déploiements dans les eaux chinoises. Son véritable baptême du feu à lieu au moment de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor (7 décembre 1941). A l'aube sur les coups de 6.30, le Tone et le Chikuma lancent chacun un hydravion Nakajima E8N «Dave» pour une dernière mission d'observation au dessus de Pearl Harbor, confirmant la présence de la flotte américaine mais décevant les officiers japonais en notant l'absence des porte-avions.

Le raid sur les îles Hawaï achevé, la 8ème division de croiseurs fût détourné avec les porte-avions Soryu et Hiryu pour aider les forces japonaises attaquant la petite mais coriace île de Wake qui résista du 7 au 24 décembre 1941 en dépit d'un infériorité de forces manifeste. Les Tone et Chikuma étaient de retour à Kure en baie d'Hiroshima le 29 décembre 1941.


Dessin montrant l'aspect du Tone en 1940

Le 14 janvier 1942, la 8ème division de croiseurs basée à Truk dans l'archipel des Carolines assura la couverture des débarquements japonais à Rabaul en Nouvelle-Bretagne ainsi que les attaques sur Lae et Salamaua en Nouvelle Guinée. Dix jours plus tard, les hydravions du Tone attaquèrent les îles de l'Amirauté.

Le 1er février, les porte-avions de l'amiral Halsey bombardèrent l'atoll de Kwajalein et le Tone participe à l'infructueuses poursuite menée par les porte-avions japonais. Quelques jours plus tard, le 19 février 1942, le Tone et le Chikuma participèrent au raid sur Port Darwin _première attaque japonaise sur l'Australie_ mais l'hydravion du Tone victime d'une panne radio revint à son navire porteur sans avoir transmis d'informations au profit des avions japonais qui détruisirent 15 avions alliés et coulèrent 11 navires. A contrario, un autre hydravion s'illustra en descendant un Catalina de la Royal Australian Air Force.

Le Tone ne chomait pas et le 1er mars, ses hydravions repérèrent le vieux destroyer américain USS Edsall qui sera coulé ultérieurement par les avions embarqués. Les même hydravions des deux «frères siamois» bombardèrent Tjilatap le 5 mars 1945.

Après trois mois d'une offensive éclair,les japonais avaient balayé les américains les britanniques et les néerlandais de leurs possessions coloniales à Hong Kong, aux Philippines, en Malaisie et dans les Indes Néerlandaises. Les alliés n'étaient cependant pas hors de combat, l'Eastern Fleet britannique dans l'Océan Indien était encore une force non négligeable. Les japonais lancèrent à la fin du mois de mars un raid dans l'Océan Indien menée par les amiraux Nagumo et Ozawa dans l'espoir d'attirer l'Eastern Fleet dans une bataille décisive.

Le 5 avril 1942, le Tone participa à l'attaque lancée par les porte-avions sur Colombo (Ceylan), 315 appareils coulant les destroyers Tenedos et Hector, détruisant 27 avions et tuant cinq cent personnes .

Parallèlement, des hydravions du Tone et du Chikuma repérèrent les croiseurs lourds Cornwall et Dorsetshire qui furent coulés par les Val embarqués sur les porte-avions de Nagumo qui coulèrent également le vieux porte-avions Hermes. La mission terminée, la Task Force regagna le Japon à la mi-avril, échouant à rattraper les porte-avions de l'amiral Halsey qui avaient participé au raid de Doolitle sur Tokyo.

Ce raid provoque la fureur et la consternation des autorités politiques et militaires japonaises qui après des mois de succès interrompus s'interrogent sur la suite à donner à leur offensive. La bataille de la mer de Corail au début du mois de mai (7-8 mai 1942) à bloqué l'avancée japonaise en direction de l'Australie en les empêchant d'occuper toute la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Après avoir hésité sur plusieurs opérations, les japonais décident de s'emparer de la principale base américaine dans le Pacifique : Midway, l'opération MI qui se double d'une diversion, l'opération AL contre les Aléoutiennes, précaution inutile car les cryptographes américains ont depuis longtemps cassé le code Pourpre de la marine impériale.

Le Tone et le Chikuma sont intégrés à la force de l'amiral Nagumo, chargés de missions de reconnaissance. Le 4 juin 1942, les deux croiseurs lourds catapultent chacun deux hydravions «Jake» pour localiser les porte-avions. L'hydravion n°4 du Tone parti avec une demi-heure de retard localisa bien les porte-avions, transmettant l'information qui renforça l'indécision de Nagumo qui préparait alors un second raid sur Midway.

Le Tone et le Chikuma ressortirent indemnes de la contre-attaque des avions embarqués américains. Ils reçurent l'ordre de renforcer les forces de l'amiral Hosogaya au large des Aléoutiennes mais cet ordre fût rapporté quand la contre-attaque américaine envisagée ne se matérialisa pas.

Remis de leur desillusion du mois de juin, les japonais reprirent leur marche avant dans l'archipel des Salomons. Ils commencèrent ainsi l'édification d'un aérodrome sur l'île de Guadalcanal qui si il avait été achevé aurait rendu infernale la navigation marchande alliée entre les Etats Unis et l'Australie.


Vue aérienne du Tone

Les américains devancèrent ainsi les japonais en déclenchant une opération préventive, l'opération Watchtower qui vit le débarquement le 7 août 1942 sur la côte nord de l'île de Guadalcanal à Florida et sur des ilôts au nord de Florida (Tulagi, Gavutu et Tanambogo) de la 1ère division de Marines du général Vandergrift.

Les japonais réagirent dès la nuit du 8 au 9 août avec la bataille de Savo qui vit la destruction de quatre croiseurs lourds alliés. Cette bataille navale marque le début de la plus féroce bataille du Pacifique, une bataille de six mois qui se termina par l'évacuation de Guadalcanal par les japonais au début du mois de février 1943 (opération Ke).

Les Tone et les Chikuma furent naturellement de la partie, arrivant sur zone le 16 août en compagnie des porte-avions Shokaku, Zuikaku, Zuiho, Junyo, Hiyo et Ryujo, des cuirassés Hiei et Kirishima, des croiseurs lourds Atago, Maya et Takao, du croiseur léger Nagara et du tender d'hydravions Chitose.

Il participa ensuite aux différentes batailles de la campagne comme la bataille des Salomons Orientales (23-25 août 1942) en compagnie notament de la 7ème division de croiseurs (Kumano, Suzuya et Mogami), participant à la découverte de la flotte américaine. Le Tone fût attaqué par deux Avenger mais sans succès, les torpilles manquèrent leur cible et le croiseur lourd pu regagner Truk pour ravitaillement sain et sauf.

Deux mois plus tard, il participa à la bataille de Santa Cruz, assurant la découverte des navires américains. Attaqués par l'aviation embarquée japonaise, les américains perdirent le Hornet pendant que le cuirassé South Dakota et le croiseur léger San Juan étaient sérieusement endommagés. Durant cette bataille, le Tone perdit deux des quatre hydravions lancés à la recherche des navires américains.

La bataille de Santa Cruz fût le dernier grand affrontement entre les forces américaines et les forces japonaises, la suite de la campagne de Guadalcanal se résumant à plusieurs offensives terrestres pour s'emparer de l'aérodrome d'Henderson Field accompagnés d'escarmouches entre les américains et les japonais et leur «Tokyo Express».

Le Tone effectua ainsi plusieurs missions de transport à direction de Guadalcanal de la mi-novembre 1942 à février 1943, date de la fin de la campagne. Les retours à Truk furent l'occasion de renforcer la DCA légère et d'installer un radar de veille combinée type 21.


Le Tone en 1944

Le 17 mai 1943, le Chikuma et le Tone escortèrent le supercuirassé Musashi qui ramenait au Japon les cendres de l'amiral Isoroku Yamamoto, tué lorsque que son avion fût abattu le 18 avril 1943 en Nouvelle-Guinée par des P-38 Ligthning de l'USAAF.

De retour à Truk le 15 juillet après avoir échappé à plusieurs attaques sous marines. De juillet à novembre 1943, le Tone effectua plusieurs transports de troupes en direction de Rabaul et plusieurs patrouilles dans les îles Marshall. De retour à Kure le 6 novembre 1943, le Tone vit sa DCA renforcée.

La 8ème division de croiseurs fût dissoute le 1er janvier 1944, le Tone et le Chikuma étant affecté avec les Suzuya et les Kumano au sein de la 7ème division de croiseurs. De retour à Truk le 2 janvier 1944, il participa au mois de février 1944 à l'évacuation de Truk. Au mois de mars 1944, engagé dans une mission de chasse au commerce allié, il coula le cargo britannique SS Behar et récupéra 108 survivants mais seulement 32 furent débarqués à Batavia, les autres étant exécutés et leurs corps jetés à la mer. Le responsable de cet odieux forfait, l'amiral Sakonjo Naomasa fût jugé après guerre et éxecuté, le commandant du Tone, le capitiane Haruo Mayazumi écopant lui de sept années de prison)

Au mois de juin 1944, le Tone participa à la bataille de la mer des Phillipines, échappant à la destruction de la flotte mobile et gagna Okinawa puis Kure où du 26 juin au 8 juillet 1944 sa DCA fût renforcée portant le nombre de canons de 25mm à 57. Il embarqua également un radar type 22 de veille surface et un radar type 13 de veille air. Après avoir transporter des troupes de l'armée de terre à Okinawa, le Tone fût affecté à Singapour en juillet 1944.

Le 23 octobre 1944, le Tone accompagné par les Kumano, Suzuya et Chikuma appareilla de Brunei dans le sillage de la 1ère flotte mobile en vue de contrer les débarquements américains dans les Phillipines. Durant la bataille du détroit de Palawan, l'Atago et le Maya furent coulés par des sous marins américains tandis que le Takao était sévèrement endommagé.

Le 24 octobre 1944, la 7ème division de croiseurs placé sous le commandement du vice-amiral Kurita participa à la bataille de la mer de Sibuyan, étant attaquée par de nombreux avions embarqués, le Tone étant touché par plusieurs bombes. Le lendemain, durant la bataille de Samar, le Musashi fût coulé, le Yamato le Nagato le Haruna et le Myoko furent endommagés. Le Tone engagea lui attaqua le destroyer américain Heermann mais fût distrait par une attaque aérienne. Il réussit à s'échapper par le détroit de San Bernardino sans son sister-ship qui avait été coulé ainsi que le Chokai et le Suzuya.

Le 6 novembre 1944, le tone quitta Brunei pour regagner le Japon via Manille et Mako dans les Pescadores. Il subit un carénage pour remise en état, un renforcement de ses systèmes radars et de sa DCA. La 7ème division de croiseurs fût dissoute le 21 novembre 1944 et le Tone affecté à la 5ème division de croiseurs en compagnie du Kumano. Les réparations furent achevés le 18 février 1945 et le croiseur gagna Etajima en baie d'Hiroshima pour servir de navire d'entrainement.


Dessin montrant l'aspect du Tone en 1945

Il fût endommagé par un raid aérien le 19 mars 1945. Le 24 juillet 1945, la TF38 lança une attaque aérienne sur Kure pour détruire les raids de la jadis glorieuse marine impériale japonaise. Neuf avions du porte-avions léger Monterey attaquèrent et touchèrent le Tone avec trois bombes qui coula en eaux peu profondes. L'épave fût de nouveau attaqué le 28 juillet 1945 par des avions du Wasp et du Ticonderoga armés de bombes perforantes et de roquettes. Le Tone fût rayé des registres le 20 novembre 1945 et l'épave démantelée en 1947/48 après avoir été renflouée.


Attaque aérienne de la TF38 contre le Tone le 24 juillet 1945 et ci-dessous le résultat d'une telle attaque

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 14:03

Le Chikuma

Dessin du Chikuma à la mer

-Le Chikuma (rivière de la préfecture de Nagano) est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 1er octobre 1935 lancé le 19 mars 1938 et admis au service actif le 20 mars 1939 au sein de la 6ème division de croiseurs, une affection éphémère puisqu'en novembre 1939 il retrouve son sister-ship au sein de la 8ème division de croiseurs.

Après son admission au service actif, il participa à plusieurs exercices dans les eaux japonaises avant trois déploiement au large du sud de la Chine entre mars 1940 et mars 1941. Son véritable baptême du feu à lieu au moment de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor (7 décembre 1941). A l'aube sur les coups de 6.30, le Tone et le Chikuma lancent chacun un hydravion Nakajima E8N «Dave» pour une dernière mission d'observation au dessus de Pearl Harbor, confirmant la présence de la flotte américaine mais décevant les officiers japonais en notant l'absence des porte-avions.

Le raid sur les îles Hawaï achevé, la 8ème division de croiseurs fût détourné avec les porte-avions Soryu et Hiryu pour aider les forces japonaises attaquant la petite mais coriace île de Wake qui résista du 7 au 24 décembre 1941 en dépit d'un infériorité de forces manifeste. Les Tone et Chikuma étaient de retour à Kure en baie d'Hiroshima le 29 décembre 1941.

Le 14 janvier 1942, la 8ème division de croiseurs basée à Truk dans l'archipel des Carolines assura la couverture des débarquements japonais à Rabaul en Nouvelle-Bretagne ainsi que les attaques sur Lae et Salamaua en Nouvelle Guinée. Dix jours plus tard, les hydravions du Tone attaquèrent les îles de l'Amirauté.

Le 1er février, les porte-avions de l'amiral Halsey bombardèrent l'atoll de Kwajalein et le Tone participe à l'infructueuses poursuite menée par les porte-avions japonais. Quelques jours plus tard, le 19 février 1942, le Tone et le Chikuma participèrent au raid sur Port Darwin _première attaque japonaise sur l'Australie_. Le 25 février 1942, le Chikuma appuya l'opération amphibie japonaise sur Java.


Le Chikuma à la mer

Le 1er mars 1942, un hydravion du Chikuma répéra le cargo néerlandais Modjokerto (8806 tonnes) qui tentait de quitter Tjilatjap pour gagner l'Australie. Le Chikuma appuyé par le Tone et les destroyers Kasumi (ce navire de classe Asashio accompagna le cuirassé Yamato lors de sa dernière sortie en avril 1945 et partagea son sort) et Shiranuhi (classe Kagero) l'interceptèrent et le coulèrent avant la nuit. L'après midi même, les hydravions de la 8ème division de croiseurs repérèrent le vieux destroyer USS Edsall. Le Chikuma ouvrit le feu avec ses canons de 8 pouces en limites de portée et sans aucun succès.

Les deux croiseurs furent appuyé alors par les cuirassés Hiei et Kirishima, les trois navires tirant 297 obus de 14 pouces, 132 obus de 6 pouces des cuirassés, 844 obus de 8 pouces, 62 obus de 5 pouces et des obus de 4 pouces sans pour autant mettre hors de combat le coriace petit destroyer, pourtant touché à plusieurs reprises. Les belles histoires ont cependant leur fin : le Edsall fût stoppé par le Tone et les bombardiers en piqué des porte-avions Soryu et Akagi avant qu'il ne soit achevé par le Chikuma.

Le 4 mars 1942, le Chikuma coula le cargo néerlandais de 5412 tonnes Enggano qui avait été endommagé par le Takao. Le 5 mars, les hydravions du Tone et du Chikuma participèrent à des raids contre Tjilatjap.

Après trois mois d'une offensive éclair,les japonais avaient balayé les américains les britanniques et les néerlandais de leurs possessions coloniales à Hong Kong, aux Philippines, en Malaisie et dans les Indes Néerlandaises. Les alliés n'étaient cependant pas hors de combat, l'Eastern Fleet britannique dans l'Océan Indien était encore une force non négligeable. Les japonais lancèrent à la fin du mois de mars un raid dans l'Océan Indien menée par les amiraux Nagumo et Ozawa dans l'espoir d'attirer l'Eastern Fleet dans une bataille décisive.

Le 5 avril 1942, le Tone participa à l'attaque lancée par les porte-avions sur Colombo (Ceylan), 315 appareils coulant les destroyers Tenedos et Hector, détruisant 27 avions et tuant cinq cent personnes .
Parallèlement, des hydravions du Tone et du Chikuma repérèrent les croiseurs lourds Cornwall et Dorsetshire qui furent coulés par les Val embarqués sur les porte-avions de Nagumo qui coulèrent également le vieux porte-avions Hermes. La mission terminée, la Task Force regagna le Japon à la mi-avril, échouant à rattraper les porte-avions de l'amiral Halsey qui avaient participé au raid de Doolitle sur Tokyo.

Ce raid provoque la fureur et la consternation des autorités politiques et militaires japonaises qui après des mois de succès interrompus s'interrogent sur la suite à donner à leur offensive. La bataille de la mer de Corail au début du mois de mai (7-8 mai 1942) à bloqué l'avancée japonaise en direction de l'Australie en les empêchant d'occuper toute la Papouasie Nouvelle-Guinée.

Après avoir hésité sur plusieurs opérations, les japonais décident de s'emparer de la principale base américaine dans le Pacifique : Midway, l'opération MI qui se double d'une diversion, l'opération AL contre les Aléoutiennes, précaution inutile car les cryptographes américains ont depuis longtemps cassé le code Pourpre de la marine impériale.

Le Tone et le Chikuma sont intégrés à la force de l'amiral Nagumo, chargés de missions de reconnaissance. Le 4 juin 1942, les deux croiseurs lourds catapultent chacun deux hydravions «Jake» pour localiser les porte-avions. L'hydravion n°4 du Tone parti avec une demi-heure de retard localisa bien les porte-avions, transmettant l'information qui renforça l'indécision de Nagumo qui préparait alors un second raid sur Midway.

Le Tone et le Chikuma ressortirent indemnes de la contre-attaque des avions embarqués américains. Ils reçurent l'ordre de renforcer les forces de l'amiral Hosogaya au large des Aléoutiennes mais cet ordre fût rapporté quand la contre-attaque américaine envisagée ne se matérialisa pas.

Remis de leur desillusion du mois de juin, les japonais reprirent leur marche avant dans l'archipel des Salomons. Ils commencèrent ainsi l'édification d'un aérodrome sur l'île de Guadalcanal qui si il avait été achevé aurait rendu infernale la navigation marchande alliée entre les Etats Unis et l'Australie.

Les américains devancèrent ainsi les japonais en déclenchant une opération préventive, l'opération Watchtower qui vit le débarquement le 7 août 1942 sur la côte nord de l'île de Guadalcanal à Florida et sur des ilôts au nord de Florida (Tulagi, Gavutu et Tanambogo) de la 1ère division de Marines du général Vandergrift.

Les japonais réagirent dès la nuit du 8 au 9 août avec la bataille de Savo qui vit la destruction de quatre croiseurs lourds alliés. Cette bataille navale marque le début de la plus féroce bataille du Pacifique, une bataille de six mois qui se termina par l'évacuation de Guadalcanal par les japonais au début du mois de février 1943 (opération Ke).

Les Tone et les Chikuma furent naturellement de la partie, arrivant sur zone le 16 août en compagnie des porte-avions Shokaku, Zuikaku, Zuiho, Junyo, Hiyo et Ryujo, des cuirassés Hiei et Kirishima, des croiseurs lourds Atago, Maya et Takao, du croiseur léger Nagara et du tender d'hydravions Chitose.

Il participa ensuite aux différentes batailles de la campagne comme la bataille des Salomons Orientales (23-25 août 1942) en compagnie notament de la 7ème division de croiseurs (Kumano, Suzuya et Mogami), participant à la découverte de la flotte américaine.

Deux mois plus tard, il participa à la bataille de Santa Cruz, assurant la découverte des navires américains. Attaqués par l'aviation embarquée japonaise, les américains perdirent le Hornet pendant que le cuirassé South Dakota et le croiseur léger San Juan étaient sérieusement endommagés. Le Chikuma fût attaqué par un Douglas Dauntless du Hornet qui toucha le croiseur au niveau de la plate-forme tribord avant lance-torpilles mais les dégâts ne furent pas aussi catastrophiques car les torpilles furent promptement jetées à la mer. Deux autres bombes touchèrent le croiseur qui avait 190 morts et 154 blessés dont le capitaine Komura.

La bataille de Santa Cruz fût le dernier grand affrontement entre les forces américaines et les forces japonaises, la suite de la campagne de Guadalcanal se résumant à plusieurs offensives terrestres pour s'emparer de l'aérodrome d'Henderson Field accompagnés d'escarmouches entre les américains et les japonais et leur «Tokyo Express».

Le Chikuma escorté par les destroyers Urakaze et Tanikaze (classe Kagero) regagna Truk pour des réparations d'urgence et lui permettre de résister à la traversée jusqu'à Kure en compagnie du porte-avions Zuiho lui aussi endommagé. Les réparations achevées le 27 février 1943 furent l'occasion de renforcer la DCA et d'installer un radar de veille aérienne type 21.

Le 15 mars 1943, le Chikuma reçut l'ordre de regagner Truk pour y retrouver son sister-ship. Le 17 mai cependant, le Chikuma et le Tone escortèrent le supercuirassé Musashi qui transportait les cendres de l'amiral Isoroku Yamamoto, tué le 18 avril 1943 quand son avion et celui de son état major furent abattus par des P-38 Ligthning de l'USAAF. Le Chikuma était de retour à Truk le 15 juillet 1943 après avoir échappé à plusieurs attaques de submersibles américains.

De juillet à novembre 1943, le Chikuma effectua plusieurs missions de transport entre Truk et Rabaul ainsi que des missions de patrouilles dans les Marshall pour tenter de retrouver les porte-avions américains. Alors qu'il ravitailla à Rabaul le 5 novembre 1943, le Chikuma ainsi que les croiseurs lourds Atago, Takao, Maya, Mogami et les croiseurs légers Agano et Noshiro de classe Agano sont attaqués par 97 avions des porte-avions Saratoga et Princeton. Le Chikuma fût attaqué par un Dauntless mais la bombe tomba à côté du croiseur et seul le souffle et les éclats provoquèrent des dégats.


Le Chikuma attaqué à Rabaul par les avions embarqués américains

De retour à Kure le 12 décembre 1943, le Chikuma reçut une DCA supplémentaire. La 8ème division de croiseurs fût dissoute le 1er janvier 1944 et le Tone comme le Chikuma furent réaffectés à la 7ème division de croiseurs composée du Suzuya et du Kumano. La refonte fût achevée le 1er février 1944 et le croiseur lourd gagna Singapour le 13 février. Il s'engagea ensuite dans une mission de chasse au commerce allié dans l'Océan Indien jusqu'à son retour à Batavia le 15 mars 1944 et cinq jours plus tard, il devint navire amiral de la 7ème division.
Au mois de juin 1944, le Chikuma participa avec son sister-ship à la bataille de la mer des Philippines dans le cadre de l'opération A-GO, la réponse japonaise aux débarquements américains dans les îles Mariannes. Comme son sister-ship, il échappa à la destruction et pu regagner Okinawa.

Après avoir transporté des troupes de l'Armée entre le Japon et Okinawa, le Chikuma regagna Singapour en juillet 1944, devenant à cette occasion le navire amiral de la 4ème division qui comprennait également l'Atago alors en réparations.

Le 23 octobre 1944, le Chikuma accompagné par les croiseurs lourds Kumano, Suzuya et Tone quittèrent Brunei pour retrouver la 1ère flotte mobile de l'amiral Kurita qui incluait également les croiseurs lourds Atago, Maya et Takao. Lors de la bataille du détroit de Palawan, les sous marins américains effectuèrent une coupe sombre dans les rangs de la marine impériale : l'Atago et le Maya furent coulés et le Takao endommagé. Lors de la bataille de la mer de Sibuyan le lendemain, le supercuirassé Musashi fût coulé et les cuirassés Nagato Haruna et le croiseur lourd Myoko fût endommagé.


Le Chikuma à la bataille de Samar

Le 25 octobre 1944 lors de la bataille de Samar, le Chikuma engagea les porte-avions d'escorte, les destroyers et les destroyers d'escorte américains qui couvraient le débarquement des forces de la 7ème armée. Le Chikuma participa ainsi à la destruction du porte-avions d'escorte USS Gambier Bay.

Il engagea ensuite le destroyer USS Heermann (DD-532) de classe Fletcher, l'endommagea sévèrement mais fût bientôt pris à partie par les avions embarqués américains. Quatre avions torpilleurs TBM Avenger attaquèrent le croiseur lourd, une torpille le touchant à babord arrière qui désintégra gouvernails et hélices. La vitesse tomba brusquement de 18 à 9 noeuds et surtout le navire devint ingouvernable.

A 11.05, le Chikuma fût attaqué par cinq TBM Avenger du porte-avions d'escorte USS Kitkun Bay (CVE-71 classe Casablanca) qui placèrent deux torpilles à babord au milieu du navire entrainant l'inondation des salles des machines. A 14.00, trois Avenger venant des porte-avions d'escorte de classe Casablanca USS Omanney Bay (CVE-79) et USS Natoma Bay (CVE-62) attaquèrent le croiseur lourd qui encaissa encore trois torpilles.

Il semble que c'est le destroyer Nowaki qui acheva l'épave du croiseur lourd après avoir récupéré les survivants mais d'autres penchent pour un naufrage causé par les attaques américaines, le Nowaki se contentant de récupérer les survivants.

Le 26 octobre 1944, le Nowaki fût coulé par le croiseur lourd Vincennes, les croiseurs légers Biloxi et Miami et les destroyers de la 103ème division de destroyers, entrainant dans la mort 1400 hommes dont tous les survivants du Chikuma à l'exception d'un. Le Chikuma est rayé des registres le 20 avril 1945.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 14:07

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : standard 11394 tonnes pleine charge 15443 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 201.5m (entre perpendiculaires) 189.1m largeur : 18.5m tirant d'eau : 6.47m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Kampon alimentées par 8 chaudières Kampon dévellopant une puissance totale de 152000ch et entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 35 noeuds distance franchissable 9000 miles nautiques à 18 noeuds.

Protection : ceinture blindée 100mm machines 102mm soutes à munitions 127mm tourelles 20mm.

Armement :

Schéma de la tourelle double de 203mm

-10 canons de 203mm (8 inch) Type 3 (modèle 1914) en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 126kg à une distance comprise entre 5000m (site = -2.4°) et 28900m (site = +40°) à raison de 3 à 5 coups par minute.

La tourelle double type D pèse 157 tonnes et peut pointer de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 4° par seconde. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1200 obus pour le croiseur.

-8 canons de 127mm (5inch) type 89 (modèle 1929) en quatre affûts doubles. Ce canon de 40 calibres tire des obus de 35kg à une distance maximale de 14800m en tir antisurface (site +45°) et de 9400m en tir antiaérien (site = +75°) à raison de 8 à 14 coups par minute.

L'affût double A1 mod 1 pèse 24 tonnes pointe en site de -7° à +90° à raison de 12° par seconde et en azimut sur 70° pour les pièces centrales et de 150° pour les pièces installées à l'avant et à l'arrière et ce à raison de 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 obus par canon soit un total de 1600 obus.

-12 canons de 25mm, nombre porté à 57 à la fin de la guerre.

-12 tubes lance-torpilles en quatre plate-formes triples. La torpille de 610mm Type 90 pèse 2605kg avec une charge militaire de 375kg et peut toucher une cible à 15000m (35 noeuds) 10000m (42 noeuds) et 7000m (46 noeuds).

Aviation : deux catapultes et cinq hydravions même si en théorie huit hydravions pouvaient être embarqués. Pas de hangar

Equipage : 850 officiers et marins

SOURCES

-La Flotte combinée de Pearl Harbor à Hiroshima

-Et l'Océan fût leur tombe

-US Navy Tome 1 1898-1945 Du Maine au Missouri

-Ressources internet diverses

-Photos et cartes fournis par l'ami Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : LE HARRIER/SEA HARRIER


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 14:42

Super article (comme d'hab quoi thumleft ), en plus ces croiseurs ont une silhouette vraiment particulière avec leur artillerie concentrée à l'avant et leurs deux tourelles tournées vers l'arrière (même si personnellement je préfère les Mogami, peut être plus "équilibrés")
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 14:55

Merci Eagle Eye. Je serais curieux de savoir ce que cela aurait donné le Tone engagé dans une bataille navale classique contre des croiseurs lourds de conception plus orthodoxe.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Sam 27 Mar 2010, 15:52

Les Tone furent les meilleurs croiseurs japonais de la 2eme guerre mondiale.
Véritable "éclaireurs" de la flotte japonaise (grâce à leurs 4/6 hydravions embarqués à l'arrière), ils furent le concept "ultime" de Strike-Cruiser pensé par les japonais.

Meme si la stratégie japonaise reposa sur "l'attaque",Le seul défaut fut de foutre tous les canons de 203 devant pour y foutre de vastes aménagements hydravions à l'arrière. Ce qui obligea ces croiseurs à "faire face" lors des engagements navals. (avoir tous ses canons à l'avant, cela réduit les marges "maneouvrantes" au combat)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mar 30 Mar 2010, 20:48

c'était vraiment des croiseurs atypique, ces Tone!

La premiere fois que je les ai vue en photo j'ai été complètement stupéfait par leur configuration en quatre tourelles double, concentrer sur le pont avant ! Shocked
Je suppose que si les nipons n'avaient pas adopté des tourelle triple ou même quadruple, pour leur "tout à l'avant", c'était pour des raisons de couts et de délai de construction!
le "hic" de cette config, c'est qu'elle avait les même inconvenient que celle des BC & BB Français (angle mort vers l'arrière, artillerie principale concentré en même endroit) sans en avoir les aventages (angle de tir identique pour la totalité des pièce lourdes)

Merci Claus thumright
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mar 30 Mar 2010, 21:34

Les japonais ont toujours confié aux hydravions des croiseurs l'éclairage de la flotte.
Il est intéressant de constater que ce point de vue fut abandonné assez rapidement (vers la fin des années 20) par les américains. Auparavant certains tenants de l'aéronavale US souhaitaient non pas des porte-avions mais que chaque grand navire de guerre emporte des hydravions de scouting et de direction de tir.
Non moins intéressant le fait que bien qu'ayant été véritablement les premiers à mettre en oeuvre une carrier force (1928 mais dans les faits 1937 après les interventions en Chine) les japonais ont toujours eu tendance à confier les missions d'éclairage aux hydravions des croiseurs.

Cette tendance fut renforcée après Midway avec la transformation du Mogami

Les américains en arrivèrent au concept de reco armées qui vit parfois des appareils de reco attaquer les navires qu'ils avaient détecté notamment quand ceux-ci étaient isolé.
le 24/10/44 la force C de l'Amiral Nishimura fut ainsi attaquée par une 20 'ne de TBM de l'Enterprise en mission de reco et rameuté par un de leur collègue qui avait détecté cette escadre au sud ouest de l'île de Negros.

Les Tone étaient des navires magnifiques... je trouve. Quand le Chikuma fut touché à Samar par une torpille aérienne d'un appareil de la VC 81 du Natoma Bay à 0850 il était absolument indemne alors que tout ses autres "collègues" avaient déjà été coulés (Suzuya) irrémédiablement endommagé (Chokai) plus ou moins estropiés (Kumano, Haruna et Tone).
Si on regarde bien la photo aérienne du Chikuma de l'article de Claus que l'on trouve également dans Champs de Bataille consacré à la bataille du Golfe de Leyte en la comparant aux dessins en plan du navire on s'aperçoit que la torpille a littéralement arraché 20 mètres de poupe et par là même toute la propulsion babord...

En quatre jours du 22 au 26 octobre les japs perdirent aux Philippines 7 croiseurs lourds (Atago Maya Kumano Suzuya Chikuma Chokai Mogami) plus un autre à jamais immobilisé (Takao rentré difficilement à Singapour) plus un dernier torpillé le Myoko dans la mer de Sibuyan et deux estropiés Tone et Haguro...
soit 11 sur 18 (en 1941) sachant qu'à cette date (oct. 44) les deux Furutaka le Mikuma et le Kinugasa avaient déjà été coulés.

En 4 jours les japs perdirent 70% de leurs force de croiseurs lourds encore disponibles.

Après la perte du Musashi du Fuso et du Yamashiro leur flotte de ligne était virtuellement anéantie (sans compter les restrictions de mazout)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6659
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mar 30 Mar 2010, 22:22

+ Le Nachi endommagé à Manille et coulé le 5 novembre

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mer 31 Mar 2010, 06:43

+1 je l'avais oublié celui-là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mer 31 Mar 2010, 08:48

les formes et les armements m'ont toujours fait bizarre chez les Japs a l'epoque ...
Et celui là ne deroge pas a la regle ... tout devant et rien derrière ... sauf les hydravions ...
n'empeche que tout a l'avant ca fait quand même un peu peur ... soit tu te fais avoir d'un coup par les 4 tourelles (dans ce cas ci) soit tu recois une belle torpille sous l'avant et tu perds tout l'armement d'un coup aussi ... comme c'est arrivé sur certains navires dans d'autres batailles (coupé sur l'avant mais tjrs a flot)

merci Claus ... ca me permettra de m'interresser un peu plus a ce genre de navires

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mer 31 Mar 2010, 09:51

L'idée était de rationaliser la mise en oeuvre des avions et d'augmenter leur nombre par navire.
Lors de sa refonte le Mogami suivra ce concept mais aussi dans une certaine mesure l'Isé et le Hyuga.

Le Tone et le Chikuma sont certes des croiseurs lourds mais surtout des plates-formes d'éclairage de la flotte ils ont été conçu pour çà.
A Midway c'est un "Jake" du Tone qui le premier voit les Américains.

Pour ce qui est des angles mort il faut noter que deux des tourelles sont orientées vers l'arrière ce qui sans le supprimer limite le phénomène.
De plus avec seulement une tourelle placée à un niveau supérieur (contre deux sur la plupart des CL à 4 tourelles doubles) les japs économisaient du poids dans les hauts.
Dernière chose le positionnement avant des tourelles implique un recul marqué des superstructures. Il me semble que les masses les plus importantes se situent pas loin du maître bau du navire.
Peut être un navire plus "centré" qu'il ne paraît au premier abord...

En tout cas un navire dont la conception fut directement impactée par le rôle que les japonais donnèrent à leur aviation de reco et aux navires qui devaient la mettre en oeuvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
surcouf44
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 38
Age : 50
Ville : nantes
Emploi : chef de projet
Date d'inscription : 18/09/2007

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mar 19 Jan 2016, 20:02

pascal a écrit:

En tout cas un navire dont la conception fut directement impactée par le rôle que les japonais donnèrent à leur aviation de reco et aux navires qui devaient la mettre en oeuvre

Cela fait penser à nos actuels navires de projection.... Visionnaires les japonais ?
Fort possible et en tout cas assez efficace à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10333
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Mar 19 Jan 2016, 22:15

surcouf44 a écrit:
[...] Cela fait penser à nos actuels navires de projection... [...]
scratch Les BPC ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Schulmaster
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 64
Ville : Mers les Bains
Emploi : Gérant de société
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Jeu 11 Fév 2016, 06:38

Pour ce qui est des traités, les japonais, comme les américains d'ailleurs (je ne parle pas des anglais qui en étaient à l'origine..... ) n'ont signé que ceux qui les ont arrangés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10333
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Jeu 11 Fév 2016, 09:42

Hans Schulmaster a écrit:
Pour ce qui est des traités, les Japonais, comme les Américains d'ailleurs (je ne parle pas des Anglais qui en étaient à l'origine… ) n'ont signé que ceux qui les ont arrangés.
En y réfléchissant, ça paraît logique. Tant qu'on est en position de force. Sinon c'est du masochisme diplomatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Jeu 11 Fév 2016, 16:13

Citation :
Hans Schulmaster a écrit:
Pour ce qui est des traités, les Japonais, comme les Américains d'ailleurs (je ne parle pas des Anglais qui en étaient à l'origine… ) n'ont signé que ceux qui les ont arrangés.

En y réfléchissant, ça paraît logique. Tant qu'on est en position de force. Sinon c'est du masochisme diplomatique.

Sauf que cette interprétation est un raccourci particulièrement rapide sur plusieurs points ... par exemple c'est le président américain Harding qui est à l'origine du premier traité de désarmement naval le traité de Washington ...
Les Américains ont ratifié tous les traités de Washington et de Londres I/II ils ont simplement fait jouer les clauses de sauvegarde après 1936 sur le tonnage et l'armement des cuirassés* (comme les français d'ailleurs) suite au refus japonais de ne pas ratifier le traité de Londres et aux informations selon lesquelles allemands et soviétiques avaient des projets de cuirassés dotés d'un calibre > au 356 retenu comme limite par le traité de Londres; les Japonais n'ont pas ratifié le traité de Londres prolongeant pour 10 ans les clauses du traité de Washington mais ils ratifièrent celui de Washington qui néanmoins leur imposait des coupes très sévères dans leur programme de constructions navales ...

*initialement les North Carolina devaient avoir du 356
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10333
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Jeu 11 Fév 2016, 17:55

pascal a écrit:
Citation :
Citation :
[…] Pour ce qui est des traités, les Japonais, comme les Américains d'ailleurs […] n'ont signé que ceux qui les ont arrangés.
En y réfléchissant, ça paraît logique. Tant qu'on est en position de force. Sinon c'est du masochisme diplomatique.
[…] cette interprétation est un raccourci particulièrement rapide sur plusieurs points… par exemple c'est le président américain Harding qui est à l'origine du premier traité de désarmement naval le traité de Washington…
Les Américains ont ratifié tous les traités de Washington et de Londres I/II […]
La position de force (ou de faiblesse, en l'occurrence) se mesure non seulement en terme de diplomatie étrangère, mais aussi en tenant compte de la pression politique intérieure. Ce qui était le cas au début des années '1920.
Ajouter "diplomatique" après "masochisme" était maladroit.
Masochisme tout court, aurait suffi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11720
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Jeu 11 Fév 2016, 23:50

DahliaBleue a écrit:

Ajouter "diplomatique" après "masochisme" était maladroit. Masochisme tout court, aurait suffi.

pas pour tout le monde !
à l'époque il y avait les sado (anglo-saxons), et les maso (les autres…).
les traités initiés par les premiers, étaient destinés à "rouler dans la farine" les seconds.
ça va peut-être changer; aujourd'hui certaines puissances pourraient ne pas se laisser duper.
pas en Neurope; bien sur. au fait; on en est à combien d'états (en Neurope) ? j'ai renoncé à suivre.
la Turquie, je crois que j'en aurai entendu parler; mais l'ukraine ? c'est fait ? et l'arabie; c'est prévu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hans Schulmaster
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 34
Age : 64
Ville : Mers les Bains
Emploi : Gérant de société
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Traités navals et l'Europe   Ven 12 Fév 2016, 01:38

Entièrement de votre avis Amiral !!!
De mémoire 27 états en Europe; pas mal d'états demandeurs l'Ukraine (en voilà une bonne idée de faire un bras de fer avec la Russie Mr. Green ), la Turquie dont seul un des quartiers d'Istambul fait partie de l'Europe (après tout ce serait plus cohérent que fait qu'elle fasse partie de l'Otan, c'est bizarre, j'ai peut-être des faiblesses en Géographie mais je ne vois pas quel port elle a sur l'Atlantique..... Mr. Green ) le Maroc et bien d'autres. L'Arabie, je crois pas, ils sont trop plein au as pour aller avec des smicards comme nous Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10333
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   Ven 12 Fév 2016, 10:30

Citation :
pas mal d'états demandeurs […] la Turquie […] (après tout ce serait plus cohérent que fait qu'elle fasse partie de l'Otan, […] je ne vois pas quel port elle a sur l'Atlantique […] le Maroc et bien d'autres.
Pour ne pas polluer ce sujet, réponse dans : -> Otan et Alliance Atlantique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: