AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 14:43

CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO
(JAPON)


Le croiseur Takao avec la silhouette caracteristiques des croiseurs lourds nippons : une cheminée penchée et une cheminée droite


Avant propos

Quand le Commodore Perry force l'entrée de la baie de Tokyo en 1853, les japonais les plus lucides comprennent que le pâys du soleil levant n'à que deux alternatives qui s'offrent à lui : soit finir comme la Chine, ridiculisée par les puissances occidentales, gangrenée par la corruption et s'enfonçant dans une décadence tout en ressassant une histoire glorieuse ou s'adapter au monde moderne pour tenir tête aux puissances européennes et aux Etats Unis.

L'empereur Meiji choisit la deuxième solution en dépit de fortes résistances interieures qui pronait un immobilisme au nom de la tradition. Les «modernes» ne font pourtant aucunement l'impasse sur les traditions de l'archipel et c'est d'ailleurs là l'originalité du modèle japonais : utiliser les technologies occidentales pour préserver une société et une culture traditionelle. Pour ne pas perdre de temps, les japonais commencent par copier les puissances occidentales et l'armée et la marine ne font pas exception à la règle.

Si l'armée de terre est davantage influencée par la Prusse, la marine est influencée par la France et bien sur l'Angleterre, la reine des mers à cette époque. Si elle emprunte le concept du torpilleur léger à la France, la Nihon Kaigun ne commet par l'erreur de laisser les français lui fournir des cuirassés, confiant ce rôle aux anglais qui vont ainsi fournir le premier croiseur de bataille japonais, le Kongo avant que le Japon ne construise chez lui ses trois sister-ships.

Rapidement les japonais comprennent qu'une guerre contre les Etats Unis est inévitable pour le contrôle de l'océan Pacifique. En dépit d'une infériorité industrielle criante, le Japon se lance dans une course aux cuirassés avec les Etats Unis, chaque mise sur cale répondait à une autre.

Rapidement pourtant les deux puissances et la Grande Bretagne s'entendent pour limiter la course aux armements navals. Une conférence se réunit à Washington et aboutit à la signature d'un traité le 15 février 1922 qui limite le tonnage des cuirassés et surtout leurs capacités : 35000 tonnes et canons de 406mm. Par ailleurs le traité considéré comme cuirassés, tout navire déplaçant plus de 10000 tonnes et armés de canons d'un calibre supérieur à 203mm.

Avec le recul on peut se demander si ce programme japonais était viable dans la durée car il ne suffit pas de construire des dizaines de cuirassés si ils passent les trois quart du temps au port. Quand on voit que les Etats Unis, bien plus industrialisés ont renoncé à un programme moins important numériquement parlant sans trop de difficultés, on peut légitimement se demander si ce programme n'aurait pas eu pour seule conséquence d'épuiser l'industrie japonaise et le pays.

Genèse des Takao

Le nombre de cuirassés étant limité, les différents pays vont se mettre à construire un nombre toujours plus grand de croiseurs lourds flirtant voir dépassant les limites admises (les exemples du peu de sincérité des signataires de ces traités sont légions), des navires peu protégés (d'où leur surnom de thin clad battleship ou cuirassé en fer blanc) déplaçant 10000 tonnes et armés de canons de 203mm.

Le traité de Washington marque également la fin de l'alliance signée en 1902 entre le Japon et la Grande Bretagne puisque Londres abandonne son allié japonais qui doit digérer le fait de n'être considéré que comme la troisième puissance navale mondiale.

Cette émancipation est aussi technique et technologique puisque si les anglais accueillent avec septicisme le croiseur lourd (ils ont des besoins tels en croiseurs pour protéger les lignes de communication et leur Empire qu'il le trouve trop gros sous entendu qu'ils ne peuvent en construire suffisament pour satisfaire les dits besoins), les japonais l'accueillent avec enthousiasme, eux qui ne possédaient jusque là que des croiseurs légers armés de canons de 140mm utiles pour conduire au combat des flottilles de destroyers mais sûrement incapables de soutenir un affrontement prolongé.

En l'absence de cuirassés, le croiseur lourd semble devenir le roi des mers et la marine japonaise ne perd pas de temps à mettre sur cale des croiseurs qui répondent aux limites du traité de Washington.


Le Kako de la marine japonaise


Ils construisent d'abord les croiseurs de classe Kako et Aoba. La première classe composée de du Kako et du Furataka est mise en service en 1926 avec pour armement six canons de 200mm en six tourelles simples puis six canons de 203mm en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière).

Ils sont suivis par les deux navires de classe Aoba, les Aoba et Kinugasa armés de six canons de 200mm en trois tourelles doubles


Le croiseur lourd Aoba


Ces navires vont cependant être rapidement dépassés par les constructions étrangères, généralement armés de huit canons en quatre tourelles doubles. Les japonais suivent cet exemple et construisent la classe Myoko (Myoko Nachi Aguro et Ashigara) armés de dix canons de 200mm en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrière) imitant ainsi les américains qui avaient armés leurs Pensacola de dix canons de 203mm en deux tourelles doubles et deux tourelles triples.

Ils suivent leur lancée en construisant ensuite une version améliorée des Myoko, la classe Takao composée elle aussi de quatre navires baptisés Takao Atago Maya et Chokai.


Le croiseur lourd Nachi lors de ses essais à la mer

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 14:54

Historique

Le Takao


Le Takao à la mer

Le Takao est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 28 avril 1927 lancé le 12 mai 1930 et admis au service actif le 31 mai 1932.

Au début de la seconde guerre mondiale, le Takao était intégré à la 4ème division de croiseurs en compagnie de ses sister-ship Chokai Atago et Maya. Il fût engagé dans les opérations contre les Phillipines en assurant la couverture des débarquements japonais dans le golfe de Lingayen sur l'île de Luzon.

Au début de l'année 1942, le Takao opère en mer de Java pour couvrir les débarquements japonais contre les Indes Néerlandaises. Le 1er mars, un hydravion du Takao bombarda le cargo néerlandais Enggano et la nuit suivante, le Takao et son sister-ship l'Atago coulèrent le vieux destroyer Pillsbury qui coula en ne laissant aucun survivant.

Le 4 mars au matin, les croiseurs lours Takao Atago Maya et les deux destroyers Arashi et Nowaki attaquèrent un convoi au large de Tjilatjap. Le seul escorteur, le sloop HMAS Yarra de la marine australienne se defendit courageusement pendant une heure et demie mais succomba et coula en laissant 34 survivants sur 151 membres d'équipages (Sur ses 34 survivants, 13 furent récupérés par le sous marin néerlandais K-XI et ramenés à Ceylan). Les navires japonais coulèrent également le pétrolier Francol, le navire-dépôt Anking, un dragueur de mines tandis que deux cargos néerlandais étaient capturés.


Le sloop australien HMAS Yarra

En juin 1942, le Takao et le Maya appuyèrent l'invasion des îles Aléoutiennes. Les japonais adorant les plans compliqués voulaient détourner l'attention des américains de leur véritable objectif à savoir Midway mais ces derniers connaissant le code secret de l'état major de la marine japonais ne furent pas dupes et les combats dans cette région parurent bien faibles en comparaison de ceux autour de Midway.

Le 3 juin, deux hydravions de reconnaissance du croiseur furentt abattu par des P40 de l'USAAF tandis que le 5 juin, le Takao descendit un B17. Les japonais débarquèrent certes sur Attu le 6 et Kiska le 7 juin mais ils n'allèrent pas plus loin. Les américains attendèrent mai 1943 pour lancer une offensive et les en délogés.

En août 1942, il gagna les Salomons pour participer à la sanglante bataille de Guadalcanal, une bataille longue de six mois (août 1942-février 1943). Le Takao participa ainsi à la bataille de Santa Cruz le 26 octobre puis la bataille navale de Guadalcanal.

Dans la nuit du 14 au 15 novembre 1942, le cuirassé Kirishima appuyé par les croiseurs lourds Takao et Atago engagèrent les cuirassés américains Washington et South Dakota. Ce dernier fût gravement endommagé mais le Washington réussit à couler le Kirishima, à endommager l'Atago tandis que le Takao sans une egratinure devait regagner Truk.

En 1943 après avoir appuyé l'évacuation des troupes japonaises en février, il opéra dans le Pacifique depuis la grande base de Truk. Le 5 novembre 1943, alors qu'il se ravitaillait à Rabaul, il est touché par deux bombes lancés par des Dauntless du Saratoga (Ce jour là, les porte-avions Saratoga et Princeton avaient lancé 23 Avenger 22 Dauntless et 42 Hellcat contre Rabaul endommageant de nombreux navires japonais) et du regagner Yokosuka pour être réparé.

Le 22 octobre 1944, il faisait parti de la force de l'amiral Kurita appareillant de la baie de Brunei pour participer à la bataille du Golfe de Leyte. Le 23 octobre 1944, alors qu'il passait à proximité de l'île de Palawan, il reçut à 6.34 deux torpilles du USS Darter, torpilles qui bloquèrent deux hélices, endommagea la poupe et innonda trois chaudières.

Il regagna Brunei, escorté par les destroyers Naganami et Asashimo et le torpilleur Hiyodori et le transport Mitsu Maru. Le Dace et le Darter traquèrent les navires japonais mais quand le Darter s'échoua, le Dace du stopper la poursuite pour récupérer l'équipage.

L'Etat du Takao nécessite un retour au Japon pour une remise en état complète mais à cette époque, c'était totalement exclu. Sa poupe fût simplement coulé et il fût remorqué pour servir de batterie antiaérienne flottante à Singapour.

Il est attaqu& le 31 juillet 1945 par le mini sous marin britannique XE3 (opération Struggle) commandé par le lieutenant Ian Fraser et piloté par le matelot breveté James Magennis qui placèrent six mines magnétiques sur la coque du croiseur qui explosèrent, créant une brèche de 20m sur 10m mettant hors de combat l'artillerie et innondant un grand nombre de compartiments.

Le 5 septembre 1945, la base navale de Johore se rendit aux troupes britanniques, la marine britannique prennant position de l'épave du croiseur le 21 septembre 1945 qui termina comme cible de tir au profit du croiseur leger HMS Newfoundland.


Le croiseur léger britannique HMS Newfoundland

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 15:12

L'Atago

L'Atago à la mer

L'Atago est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 28 avril 1927 lancé le 16 juin 1930 et admis au service actif le 30 mars 1932. A noter que ce nom à été repris par un destroyer de la force d'autodéfense maritime japonaise, le DDG 177, un destroyer équipé du système Aegis.

Au déclenchement de la guerre du Pacifique, l'Atago était le navire du vice-amiral Kondo qui commandait la 4ème division de croiseurs composée des quatre Takao (Takao Maya Chokai et Atago) qui appuya l'invasion des Phillipines puis de la Malaisie.

De janvier à mars 1942, l'Atago fût basé à Palau pour participer à l'invasion des Indes Néerlandaises en couvrant les débarquements et en s'attaquant aux forces navales alliées qui furent anéanties par des navires japonais plus modernes et surtout conduits par des équipages très entrainés. Après avoir conduit le vice-amiral Kondo dans l'inspection de ce nouveau territoire, le croiseur regagna Yokosuka au mois d'avril. Il engagea ensuite une vaine poursuite des forces de l'amiral Halsey qui avaient eu l'impudence de lancer les B25 du colonel Doolitle sur Tokyo et d'autres villes du Japon le 18 avril 1942.


Le nom Atago à été repris par un destroyer de la force maritime d'auto-défense

Après une refonte en avril 1942 où il remplaça ses canons de 120 par des canons de 127mm, il participa à la bataille de Midway mais en ressortit sans aucune égratinure.

Le 7 août 1942, l'Atago gagna sa nouvelle base de Truk d'où il effectua de nombreuses sorties pour assurer la défense de Guadalcanal jusqu'en décembre 1942. Il participa ainsi à tous les grands engagements qu'il s'agit de la bataille des Salomons Orientales (24 août) de celle de l'île de Santa Cruz (26-27 octobre 1942) et la seconde bataille navale de Guadalcanal (15 novembre).

Le 25 août lors de la bataille des Salomons Orientales, les deux hydravions Aichi E13A de l'Atago furent abattus par des avions du Wasp, les quatre membres de l'équipage étant tués.

Durant la seconde bataille navale de Guadalcanal, l'Atago et le Takao touchèrent le cuirassé South Dakota qui encaissa 17 obus de 203mm et un de 127mm. Plutôt dans la bataille, les deux croiseurs lancèrent chacun 8 torpilles Long Lance sur le Washington qui les évita toutes. L'Atago fût légèrement endommagé durant la bataille mais les avaries furent suffisament graves pour nécessiter un retour à Kure pour réparations le 17 décembre 1942.

En janvier 1943, l'Atago regagna Truk pour être de nouveau engagé dans les Salomons, assurant également l'évacuation des forces japonaises de Guadalcanal en février. Il resta basé à Truk jusqu'en juillet avant de regagner le Japon pour réparations et augmentation de son armement antiaérien (deux affûts triples de 25mm)

D'août à novembre 1943, l'Atago était de nouveau basé à Truk pour tenter de contrer la poussée alliée notament le débarquement allié à Bougainville le 1er novembre 1943. Le 5 novembre, alors qu'il était à l'ancre à Rabaul, le port fût attaqué par 97 avions du Saratoga et du Princeton. Trois bombes de 227kg explosèrent à proximité ce qui causa la mort de 22 marins. Le 15 novembre 1943, il était de retour à Yokosuka pour réparations, réparations qui furent à profit pour renforcer la DCA légère et installer un radar de veille surface Type 22.

En janvier 1944, l'Atago était de retour à Truk. Le 10 février 1944, le croiseur fût attaqué en surface par le sous marin Permit mais les quatre torpilles le manquèrent. Basé à Palau sous le commandement du vice-amiral Ozawa, le croiseur fût attaqué mais sans succès par le USS Dace le 6 avril 1944.

Il participa ensuite à la bataille de la mer des Phillipines les 19 et 20 juin 1944 mais en ressortit de nouveau indemne. Le 22 juin, il regagna Kure via Okinawa pour un dernier carénage qui vit le nombre de canons de 25mm porté à 60 tandis qu'un radar de veille aérienne type 13 était installé.

De juillet à octobre 1944, l'Atago fût le navire amiral de l'amiral Kurita commandant de la 1ère flotte mobile compisée de 7 cuirassés, 11 croiseurs lourds, 2 croiseurs légers et 19 destroyers, basé à Lingga Roads à proximité de Singapour.

Le 22 octobre 1944, l'Atago participa à la bataille du golfe de Leyte en compagnie de ses trois sister-ship. Le lendemain, lors de la bataille du passage de Palawan, l'Atago fût touché par quatre torpilles tirées par le sous marins Darter coulant à 5.53. 360 membres d'équipage furent tués mais 700 survécurent dont l'amiral Kurita.


Après avoir torpillé l'Atago, le Darter s'échoua et du être abandonné

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 15:22

Le Maya

Le croiseur lourd Maya à la mer

Le Maya est mis sur cale aux chantiers Kawasaki de Kobe le 4 décembre 1928 lancé le 8 novembre 1930 et admis au service actif le 30 juin 1932.

Au début de la guerre du Pacifique, le Maya fût assigné à la 4ème division de croiseurs avec ses trois sister-ship pour participer à l'invasion des Phillipines, de la Malaisie puis de janvier à mars 1942 à l'invasion des Indes Néerlandaises. Le 3 mars 1942, il participa à la destruction de la cannonière américaine Asheville au sud de Java.

Regagnant le Japon en avril 1942, le Maya tenta comme d'autres navires de rattraper la TF16 de l'amiral Halsey qui avait lancé les bombardiers du colonel Doolitle (qui avaient endommagé le porte-avions Ryuho en cours de conversion). Il participa ensuite à l'invasion des Aléoutiennes, la diversion de l'opération sur Midway.

En août 1942, le Malaya fut engagé dans la bataille de Guadalcanal, participant à la bataille de Salomons Orientales le 24 août 1942 au cours d'une opération de renforcement des troupes japonaises sur l'île. Le croiseur resta basé à Truk jusqu'à la fin de 1942 mais le 14 novembre, le Maya fût manqué par les six torpilles lancés par le sous marin Flying Fish et plus tard, fût touché par un Dauntless, la bombe de 227kg par les éclats et le souffle détruisit un affût double de 120mm et tua 37 marins.

Le Maya regagna Yokosuka pour réparations et refonte en janvier 1943 et les travaux terminés, il fût affecté à la flotte du Nord pour soutenir les forces japonaises dans les Aléoutiennes en couvrant des convois de ravitaillement. A l'occasion d'une de ces missions, le Maya participa à la bataille des îles Komandorski le 26 mars 1943. Cette bataille opposa les navires du contre-amiral McMorris (croiseur lourd Salt Lake City, croiseur léger Richmond et quatre destroyers) aux navires du vice-amiral Hosogaya (croiseurs lourds Nachi et Maya, croiseurs légers Tama et Abukuma et deux destroyers).


Le sous marin USS Flying Fish

Le Maya catapulta un hydravion de reconnaissance puis lança ses torpilles Long Lance mais aucune ne toucha de cible. Cette bataille dura quatre heures au cours de laquelle, le Salt Lake City et le destroyer Bailey furent endommagés tout comme le Maya Nachi. Devant couvrir le convoi et craignant autant la panne sèche que l'intervention de l'aviation américaine, Hosogaya rompit le combat pour gagner Attu.

Après des réparations à Yokosuka, le Maya retrouva les Kuriles à la fin du mois d'avril et devint le navire amiral de la 5ème flotte, participa à l'évacuation de Kiska après la reprise d'Attu par les américains en août 1943.

Après refonte à Yokosula où il reçut des affûts doubles de 25mm supplémentaires portant le nombre à 16 canons de 25mm, le Maya retrouva le Chokai pour regagner Truk, les deux croiseurs arrivant à destination à la fin septembre. Jusqu'au mois de novembre, il assura des missions de transport entre Truk et Rabaul.

Le 5 novembre 1943, alors qu'il était au mouillage à Simpson Harbor, à Rabaul, il fût attaqué par 97 avions du Saratoga et du Princeton. Une bombe toucha le navire au niveau du hangar aviation située au dessus de la chambre des turbines n°3 et déclencha un violent incident provoquant la mort de 70 marins. Des réparations d'urgence furent réalisées à Rabaul avant une remise en état complète à Yokosuka.

D'avril à juin 1944, le Maya participa à la défense des Phillipines, action qui culmina lors de la bataille de la mer des Phillipines les 19 et 20 juin au cours de laquelle il fût légèrement endommagé par des coupsz à toucher. Le 20 juin, le Maya se retira avec le reste de la flotte à Okinawa puis à Yokosuka.

Il participa ensuite à la bataille du Golfe de Leyte au sein de la 5ème division de croiseurs avec ses trois sister-ship. Le 23 octobre 1944, il participa à la bataille du passage de Palawan. A 5.33, les croiseurs Atago et Takao furent attaqués par le sous marins USS Darter. Si le Takao réussit à s'en sortir, l'Atago coula en dix huit minutes. Le calvaire des japonais se poursuivit quand vingt minutes plus tard, le Maya encaissa quatre des six torpilles du USS Dace. La première torpille toucha le puit à chaine, la seconde au niveau de la tourelle n°1 de 203mm, la troisième dans la chambre des chaudières n°2 et la dernière dans la chambre des marines arrière.

Une seconde explosion suivit immédiatement et à 6.00 du matin, le Maya était totalement perdu, coulant cinq minutes plus tard, emportant 336 officiers dont son dernier commandant. 769 survivants furent récupérés par le destroyer Akishimo qui les transfera ensuite sur le Musashi qui fût coulé le lendemain provoquant la mort de 143 survivants du Maya. Au final, sur un équipage de 1105 marins, 479 disparurent dans les eaux phillipines.


Le bourreau du Maya, le sous marin USS Dace

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 15:30

Le Chokai

Le croiseur lourd Chokai

Le Chokai à été mis sur cale aux chantiers Mitsubishi de Nagasaki le 26 mars 1928 lancé le 5 avril 1931 et admis au service actif le 30 juin 1932. Ce nom à été repris depuis pour un destroyer lance-missiles de classe Kongo, le DDG-176 en service depuis mars 1998.

Au moment où éclate la guerre du Pacifique, le Chokai et ses sister-ship participent au sein de la 4ème division de croiseurs aux débarquements dans les Phillipines dont celui dans le golfe de Lingayen sur l'île de Luzon, aux opérations contre la Malaisie puis enfin entre janvier et février 1942, attaqua les Indes Néerlandaises. Endommagé par échouage au large du Cap Saint Jacques (Da Nang) le 22 février 1942, il gagna Singapour pour réparations.

Une fois réparé, le Chokai participa aux invasions sur Iri, Sumatra et des îles Andaman dont la prise de la capitale de ces îles : Port Blair. Les opérations achevées, il gagna Mergui à Borneo. Le 1er avril 1942, le Chokai quitta Mergui pour participer au raid dans l'Océan Indien. Le Chokai torpilla ainsi le cargo américain Bienville et le cargo britannique Ganges le 6 avril. Le raid achevé, il regagna avec le reste de la flotte la base navale de Yokosuka le 22 avril 1942.


Les cannoniers du Chokai en pleine action

A la mi-juillet 1942, le Chokai devint le nouveau navire-amiral de la 8ème flotte quand le vice-amiral Gunichi Mikawa y posa sa marque quand le croiseur arriva à Rabaul. Le 7 août 1942, le débarquement américain sur Guadalcanal (opération Watchtower) déclencha une campagne de près de six mois. Dans la nuit du 8 au 9 août 1942, il participa à la bataille de l'île de Savo au cours de laquelle, les alliés perdirent 4 croiseurs lourds. Le Chokai encaissa plusieurs obus du Quincy et de l'Astoria, l'un d'eux bloqua une tourelle et tuant 34 marins.
Le Chokai regagna Rabaul pour des réparations provisoires mais resta en position jusqu'à la fin de la bataille de Guadalcanal en février 1943. Il fût alors relevé de sa fonction de navire amiral de la 8ème flotte et regagna Yokosuka le 20 février 1943. Il subit alors une remise en état complète et ne mena que des missions secondaires jusqu'en juin 1944.

Le 3 août 1944, le Chokai devint le navire amiral de la 4ème division de croiseurs. Il survécu à l'attaque sous marine le 23 octobre 1944 qui avait endommagée gravement le Takao et coulé l'Atago et le Maya.

Le Chokai fût alors transferé àla 5ème division de croiseurs, survivant à une nouvelle attaque _aérienne cette fois_. Le 25 octobre 1944, le Chokai participa à la bataille du Golfe de Leyte au cours de laquelle les cuirassés, croiseurs et destroyers japonais engagèrent les destroyers, les destroyers d'escorte et les porte-avions d'escorte couvrant les débarquement américaines.

Durant cet engagement, le Chokai fût touché par une torpille du destroyer d'escorte Samuel B. Roberts qui plaça également plusieurs obus de 127mm qui touchèrent le pont et la tourelle avant de 203mm. Une explosion secondaire causèrent des dommages importants sur les torpilles, forçant le croiseur à rompre la formation pour panser ses blessures.

Quelques minutes plus tard, un avion américain lança une bombe de 227kg sur le croiseur, le toucha dans la chambre des machines avant. Le feu se propagea et devint rapidement incontrôlable. Evacué, l'épva fût sabordé par les torpilles du destroyer Fujinami qui avait récupéré des survivants du croiseur lourd mais deux jours plus tard, le destroyer fût coulé sans laissé de survivants ce qui fit qu'aucun survivant du Chokai ne survécu.


Le Chokai au mouillage en 1939

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Jeu 20 Aoû 2009, 15:43

Caractéristiques Techniques

Schéma de reconnaisse de l'Office of Naval Intelligence (EUA)

Déplacement : standard 9850 tonnes pleine charge 15490 tonnes

Dimensions :

longueur : (hors tout) 203.76m (entre perpendiculaires) 192.54m largeur : 18.03 à 20.73m
tirant d'eau : 6.11 à 6.32m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Kampon alimentés par 12 chaudières Kampon dévellopant une puissance totale de 133000ch entrainant 4 hélices

Performances : vitesse maximale 34.25 noeuds distance franchissable : 8500 miles nautiques à 14 noeuds

Protection : ceinture 127mm (maximum) pont blindés 35 à 51mm tourelles 63 à127mm

Electronique : radar de veille surface type 22 radar de veille aérienne type 13

Armement :

Tourelles avant de 203mm pour le Takao

A la construction

-10 canons de 200mm Type 3 (modèle 1914) (7.9 inch) en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 110kg à une distance maximale de 26700m (site +40°) à raison de 3 à 5 coups par minute. La tourelle double type D pèse 157 tonnes et peut pointer de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 4° par seconde. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1200 obus pour le croiseur.

-4 canons de 120mm Type 10 (modèle 1921) (4.7 inch) en quatre affûts simples. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 34kg à une distance maximale en tir antisurface de 16000 (site +45°) et de 10000m en tir antiaérien (site +75°) à raison de 1200 à 1500 obus pour le navire.

-2 canons de 40mm Vickers et deux mitrailleuses de 7.7mm

-8 tubes lance-torpilles en quatre plate-formes doubles. La torpille de 610mm Type 90 pèse 2605kg avec une charge militaire de 375kg et peut toucher une cible à 15000m (35 noeuds) 10000m (42 noeuds) et 7000m (46 noeuds).


Affût lance-torpilles quadruple de 610mm

Après refonte

-10 canons de 203mm (8 inch) Type 3 (modèle 1914) en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 126kg à une distance comprise entre 5000m (site = -2.4°) et 28900m (site = +40°) à raison de 3 à 5 coups par minute. La tourelle double type D pèse 157 tonnes et peut pointer de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 4° par seconde. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1200 obus pour le croiseur.

-8 canons de 127mm (5inch) type 89 (modèle 1929) en quatre affûts doubles. Ce canon de 40 calibres tire des obus de 35kg à une distance maximale de 14800m en tir antisurface (site +45°) et de 9400m en tir antiaérien (site = +75°) à raison de 8 à 14 coups par minute. L'affût double A1 mod 1 pèse 24 tonnes pointe en site de -7° à +90° à raison de 12° par seconde et en azimut sur 70° pour les pièces centrales et de 150° pour les pièces installées à l'avant et à l'arrière et ce à raison de 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 obus par canon soit un total de 1600 obus.

-8 canons de 25mm et 4 mitrailleuses de 13.2mm

-16 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes quadruples. La torpille de 610mm Type 93 pèse 2800kg avec une charge militaire de 780kg et peut toucher une cible à 15000m à 50 noeuds, à 25000m à 42 noeuds et 30000m à 38 noeuds.

Aviation : une puis deux catapultes pour un total de 4 hydravions


Les Takao embarquaient deux à quatre hydravions de reconnaissance Aichi E13A Jake

Equipage : 900-920 officiers et marins.

Sources

-US Navy Tome 1 1898-1945 Du Maine au Missouri
-La Flotte combinée japonaise de Pearl Harbor à Hiroshima
-Ressources internet diverses dont Wilkipedia et NavWeaps


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES DE POCHE CLASSE DEUTSCHLAND


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Ven 21 Aoû 2009, 23:03

merci Claus thumleft

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Sam 22 Aoû 2009, 17:59

De rien Jolly. Il me reste plus qu'à faire les Mogami et les Tone plus les deux classes que j'ai zappé par étourderie avant les Myoko.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Lun 09 Nov 2009, 10:34

clausewitz a écrit:
Le Maya

Le croiseur lourd Maya à la mer

Une seconde explosion suivit immédiatement et à 6.00 du matin, le Maya était totalement perdu, coulant cinq minutes plus tard, emportant 336 officiers dont son dernier commandant. 769 survivants furent récupérés par le destroyer Akishimo qui les transfera ensuite sur le Musashi qui fût coulé le lendemain provoquant la mort de 143 survivants du Maya. Au final, sur un équipage de 1105 marins, 479 disparurent dans les eaux phillipines.


En complément de ton article, je me permets de signaler que le Maya avait été reconverti en croiseur anti-aérien, perdant une de ses tourelles principales au profit d'affûts AA.
Sa silhouette s'en trouva ainsi modifée :

Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Lun 09 Nov 2009, 10:45

Merci de ce complément Nimitz et bienvenu à bord thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Lun 09 Nov 2009, 10:51

clausewitz a écrit:
Merci de ce complément Nimitz et bienvenu à bord

Pour une fois que je sais quelquechose...

Saurais-tu où trouver des plans exploitables de la classe Tone, la seule qui manke à ma panoplie????

A titre d'info, le Maya représente 4 semaines de boulot, le Kongo aussi.
Le Bismarck et el Hood (que je n'ai pas encore mis en ligne) plus de 6 semaines chacun
Revenir en haut Aller en bas
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3642
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Compléments sur les modernisations   Lun 06 Sep 2010, 23:34

La modernisation de la fin des années 30 ne concerna que le TAKAO et le ATAGO.

Les CHOKAI et MAYA ne reçurent pas les 8x127 et les 16xTLT avant la guerre. Une fois celle-ci déclarée, ils restèrent sur la brèche et ne furent jamais refondus comme leurs deux aînés.

Endommagé par un raid aérien en 1943, le MAYA perdit une tourelle de 203. Plutôt que d'en reconstruire une, les Japonais replacèrent les quatre tourelles restantes en positions AB XY et remplacèrent la tourelle C et les 4x120 AA par 12x127 Mle89 en six postes doubles, ainsi qu'un assez grand nombre de pièces de 25mm et des radars.

Le CHOKAI garda jusqu'à la fin ses 4x120 et ses quatre plate-formes TLT doubles. Il reçut également un bon nombre de 25mm.

A noter : les TAKAO et ATAGO avaient 16 tubes lance-torpilles (4x4) et seize torpilles de réserve en caissons sous le pont à hydravions. Il semble que les torpilles de recharge n'aient plus été systématiquement transportées en 1944 à cause du risque en cas de coup au but.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   Mar 07 Sep 2010, 06:29

ce risque se confirma à Samar le 25 octobre 1944. Bien qu'il n'y ait pas eu de témoin survivant pour le premier la perte du Chokaï mais aussi du Suzuya semblent bien dues à des explosions catastrophiques au niveau des torpilles de réserve.
Le Chokaï est un peu mythique c'étaait le navire amiral de Mikawa Guneichi à Savo ...
Concernant le Chokaï il demeure une légende à son sujet a-t-il ou non été touché par une torpille du Roberts au combat de Samar?

a priori non mais là encore le navire n'eut aucun survivant et le Lt Cdr Copeland revendique un coup au but ... alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: