AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 14:23

CROISEURS LOURS CLASSE MYOKO
(JAPON)


Le Myoko à la mer


Avant propos

Quand le Commodore Perry force l'entrée de la baie de Tokyo en 1853, les japonais les plus lucides comprennent que le pâys du soleil levant n'à que deux alternatives qui s'offrent à lui : soit finir comme la Chine, ridiculisée par les puissances occidentales, gangrenée par la corruption et s'enfonçant dans une décadence tout en ressassant une histoire glorieuse ou s'adapter au monde moderne pour tenir tête aux puissances européennes et aux Etats Unis.

L'empereur Meiji choisit la deuxième solution en dépit de fortes résistances interieures qui pronait un immobilisme au nom de la tradition. Les «modernes» ne font pourtant aucunement l'impasse sur les traditions de l'archipel et c'est d'ailleurs là l'originalité du modèle japonais : utiliser les technologies occidentales pour préserver une société et une culture traditionelle. Pour ne pas perdre de temps, les japonais commencent par copier les puissances occidentales et l'armée et la marine ne font pas exception à la règle.

Si l'armée de terre est davantage influencée par la Prusse, la marine est influencée par la France et bien sur l'Angleterre, la reine des mers à cette époque. Si elle emprunte le concept du torpilleur léger à la France, la Nihon Kaigun ne commet par l'erreur de laisser les français lui fournir des cuirassés, confiant ce rôle aux anglais qui vont ainsi fournir le premier croiseur de bataille japonais, le Kongo avant que le Japon ne construise chez lui ses trois sister-ships.

La première guerre mondiale et la montée en puissance de la marine japonaise


La construction du croiseur de bataille Amagi fût stoppé par le traité de Washington et sa conversion en porte-avions échoua à cause du tremblement de terre de Tokyo en 1923


Rapidement les japonais entrent en concurrence avec les américains qui eux aussi convoitent le Pacifique. Une course au cuirassé s'engage comme cela avait été le cas avant la première guerre mondiale entre la Grande Bretagne et l'Allemagne.

Le déclencheur date de 1916 avec le programme américain qui prévoit 10 cuirassés et 6 croiseurs de bataille. Les japonais en prennent connaissance au début de 1917 et adoptent le 14 juillet 1917, un programme dit «8-4» prévoyant 8 cuirassés et 4 croiseurs de bataille pour 1924 mais ce programme est abandonné au profit du programme «8-8» prévoyant comme son nom l'indique 8 cuirassés et 8 croiseurs de bataille qui doivent être achevés le 1er avril 1928.

Chaque mise sur cale répond à une autre, au grand dam des britanniques qui peinent à suivre la cadence effrenée suivi par leur allié et par leur cousin d'outre-atlantique. Le 14 avril 1917, les américains mettent sur cale le Maryland, les japonais riposent par la mise sur cale su Nagato le 28 août suivi le 1er juin 1918 par celle de son sister-ship, le Mutsu alors que les américains sont arrêtés par leur entrée en guerre.

Cette compétition reprend en 1919 : les américains mettent sur cale le Colorado et le Washington (classe Maryland) suivi en 1920 du quatrième classe Maryland, le West Virginia suivi de quatre des cinq South Dakota (South Dakota, Indiana, Montana, North Carolina, Iowa et Massachussett) et des deux premiers croiseurs de bataille de classe Lexington (Lexington, Constellation, Saratoga, Ranger, Constitution et United States). Les japonais eux ne mettent sur cale que deux cuirassés de 39900 tonnes (Kaga et Tosa) et deux croiseurs de bataille de 41127 tonnes (Amagi et Akagi).


Sans le traité de Washington, l'Amagi aurait eut les South Dakota armés de 12 canons de 406mm comme adversaire


En 1921, la course se poursuit avec la mise sur cale du dernier South Dakota et des deux derniers Lexington tandis que les japonais mettent sur cale les croiseurs de bataille Atago et Takao du type Amagi.
Le traité de Washington signé en 1922 à l'instigation des britanniques (qui faute de moyen avaient renoncé aux cuirassés type N3 et aux croiseurs de bataille G3) met un terme à cette course qui empêche le japon de mettre sur cale quatre cuirassés de type Kii (42600 tonnes) et quatre croiseurs de bataille type n°13 (47500 tonnes).

On peut se demander si ce programme japonais était viable dans la durée car il ne suffit pas de construire des dizaines de cuirassés si ils passent les trois quart du temps au port. Quand on voit que les Etats Unis, bien plus industrialisés ont renoncé à un programme moins importance numériquement parlant sans trop de difficultés, on peut légitiment se demander si ce programme n'aurait pas eu pour seule conséquence d'épuiser l'industrie japonaise et le pays.

Le traité de Washington et l'émergence du croiseur lourd

La conférence qui se réunit en novembre 1921 dans la capitale américaine doit mettre fin à une course dangereuse et couteuse entre les Etats Unis et le Japon, la Grande Bretagne ayant renoncé à maintenir sa supériorité tandis que la France et l'Italie ne sont que de simples faire-valoirs que l'on à invité par politesse.

La conférence débouche sur la signature le 6 février 1922 d'un traité limitant les déplacements et l'armement des principales catégories de navires, notament des cuirassés et des porte-avions. Par exemple, le traité considère qu'un navire est un cuirassé si il déplace entre 10 et 35000 tonnes avec un artillerie principale de 203 à 406mm.

Le nombre de cuirassés étant limité, les différents pays vont se mettre à construire un nombre toujours plus grand de croiseurs lourds flirtant voir dépassant les limites admises (les exemples du peu de sincérité des signataires de ces traités sont légions), des navires peu protégés (d'où leur surnom de thin clad battleship ou cuirassé en fer blanc) déplaçant 10000 tonnes et armés de canons de 203mm.

Le traité de Washington marque également la fin de l'alliance signée en 1902 entre le Japon et la Grande Bretagne puisque Londres abandonne son allié japonais qui doit digérer le fait de n'être considéré que comme la troisième puissance navale mondiale.

Cette émancipation est aussi technique et technologique puisque si les anglais accueillent avec septicisme le croiseur lourd (ils ont des besoins tels en croiseurs pour protéger les lignes de communication et leur Empire qu'il le trouve trop gros sous entendu qu'ils ne peuvent en construire suffisament pour satisfaire les dits besoins), les japonais l'accueillent avec enthousiasme, eux qui ne possédaient jusque là que des croiseurs légers armés de canons de 140mm et bien incapables d'affronter autre chose que des torpilleurs et des destroyers

http://www.ibiblio.org/pha/pre-war/1922/nav_lim.html
(texte complet du traité)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 14:40

Genèse des Myoko

Le Kako avec son sister-ship le Furutaka furent les premiers croiseurs lourds japonais

Les japonais ne perdent pas de temps et dès la fin de 1922, ils mettent sur cale deux croiseurs lourds de 7500 tonnes, les Kako et Furataka armés de six canons de 200mm en six tourelles simples (trois avant et trois arrière). Ces deux navires lancés en 1925 et admis au service actif en 1926 ne sont que faiblement blindés mais peuvent filer à 33 noeuds. Reconstruits entre 1936 et 1939, ils furent armés de canons de 203mm en trois tourelles doubles (deux avant et une arrière) et perirent au cours de la seconde guerre mondiale : le Kako torpillé par le sous marin américain S-44 qui le punit ainsi pour sa participation à la bataille de Savo au cours de laquelle 4 croiseurs lourds alliés furent coulés alors que le Furutaka fût coulé à la bataille du Cap Esperance le 11 octobre 1942.

Aux Kako succèdent bientôt les croiseurs lourds de classe Aoba (Aoba et Kinugasa) qui devaient être à l'origine proches des Kako mais qui reçurent dès leur construction trois tourelles doubles de 200mm, une passerelle légèrement différente et surtout une catapulte, le Kinugasa étant d'ailleurs le premier navire japonais à recevoir un tel équipement.


Les Aoba constituèrent la deuxième classe de croiseurs lourds japonais

Modernisés entre 1938 et 1940 à Sasebo, ces deux navires reçurent une DCA plus conséquente et surtout huit tubes lance-torpilles de 610mm avec les fameuses Long Lance qui allaient faire des ravages dans les rangs des marines alliées. Les superstructures furent modifiés (huit ponts au lieu de sept), une nouvelle catapulte remplaça l'ancienne et si les chaudières ne furent pas changer comme cela avait été prévu à l'origine, elles fonctionnèrent désormais toutes au fioul. Le Kinugasa fût coulé par des avions de l'Enterprise le 13 novembre 1942 tandis que l'Aoba endommagé à plusieurs reprises fût coulé à Kure le 28 juillet 1945 et démoli sur place en 1947.

Les premiers vrais croiseurs lourds japonais allaient cependant être la classe Myoko financée au budget 1923 mais mis en service seulement en 1928 et 1929. Avec leurs dix canons de 203mm, ils allaient être les plus puissants croiseurs lourds jamais construits avec les Pensacola américains.

Historique

Le Myoko

Le Myoko à Singapour après la rédition japonaise

Le Myoko est mis sur cale à l'Arsenal de Yokosuka le 25 octobre 1924 lancé le 16 avril 1927 en présence de l'empereur Hiro-Hito et admis au service le 31 juillet 1929. Il porte le nom d'une motagne de la région de Niigata , nom qui à été repris par un destroyer de classe Kongo, le DDG-175..

Bien que récent, le Myoko est modernisé tout comme ses sister-ship au milieu des années trente, recevant des canons de 127mm à la place de ceux de 120mm, la catapulte remplacée par deux catapultes plus modernes avec deux à quatre hydravions, une DCA légère mise en place et les tubes lance-torpilles de 610mm à la place de ceux d'origine.

Son baptême du feu eut lieu pendant la deuxième guerre sino-japonaise, le Myoko participant notament à l'opération destinée à bloquer l'île chinoise de Amoy du 10 au 12 mai 1938 avant de participer en mai 1939 à une opération contre l'île d'Hainan sous le commandement du vice-amiral Kondo en compagnie de son sister-ship Nachi et du croiseur léger Nagara, le Myoko portant la marque du vice-amiral Kondo.

Une nouvelle modernisation entre 1939/41 vit la DCA légère renforcée et le nombre de tubes lance-torpilles porté à 16 et si la vitesse baisse, le rayon d'action augmenta tout comme le déplacement qui flirtait avec les 15000 tonnes.


Le destroyer Myoko de classe Kongo

Les croiseurs Myoko et Nachi formèrent alors la CruDiv5 ou Cruiser Division Five (5ème division de croiseurs) sous le commandement de l'amiral Takagi, participant à la force de couverture de l'opération M (invasion du sud des Philippines) en compagnie du croiseur léger Jintsu et de huit destroyers, couvrant les débarquements à Davao et Legaspi en décembre 1941.

Peu de temps après, la 5ème division de croiseurs fût affecté à la force d'attaque de l'amiral Tanaka en compagnie des porte-avions Ryujo et Chitose, des croiseurs légers Nagara et Naka, de cinq destroyers et de sept navires de transport de troupes.

Le 4 janvier 1942, le Myoko et les autres navires de la Force d'attaque sont bombardés par des bombardiers lourds B17. Le Myoko encaisse une bombe de 227kg qui provoque des dommages négligeables mais le navire est tout de même mis au bassin à Sasebo pour être réparé.

Il participe ensuite aux opérations en Asie du Sud Est qui débouchent notament sur la bataille du détroit de la Sonde le 1er mars 1942, détruisant avec l'aide de son sister-ship Ashigara et de deux destroyers le croiseur lours britannique Exeter et les deux destroyers de son escorte.
Après un carénage à Sasebo, le croiseur lourd participa aux vaines recherches des porte-avions américains engagés dans le raid de Doolitle sur Tokyo, raid qui allait avoir des conséquences à long terme désastreuses pour le Japon.

En mai 1942, le Myoko participa à la bataille de la mer de Corail sous le commandement du contre-amiral Hara en compagnie des porte-avions Shokaku et Zuikaku, de son sister-ship le Haguro et de cinq destroyers. Cette bataille est l'exemple même de la différence entre victoire tactique et victoire stratégique. Si sur le plan tactique, les japonais sont vainqueurs (ils ont perdu un petit porte-avions et les américains le Lexington plus le Yorktown gravement endommagé), la victoire stratégique est américaine : les japonais ont renoncé à débarquer à Port Moresby et à tenter toute nouvelle action contre l'Australie et les deux porte-avions engagés ne seront pas engagés à Midway, le Shokaku devant être réparé et le Zuikaku devant reconstituer son groupe aérien.


Le porte-avions Shokaku

En juin 1942, le Myoko participa à la bataille qui marqua le tournant de la guerre du Pacifique à savoir la bataille de Midway. Il est intégré à la force d'invasion de l'amiral Kondo composée également des cuirassés Kongo et Hiei, des croiseurs lourds Haguro, Atago et Chokai, du croiseur léger Yura et de sept destroyers mais la force d'invasion n'engagea pas les américains se replia après la destruction des quatre porte-avions de l'amiral Nagumo.

A la fin du mois de juin, la 5ème division de croiseurs appuya un convoi de ravitaillement destinés aux îles Attu et Kiska dans les Aléoutiennes en compagnie des porte-avions Zuikaku Zuiho Junyo et Ryujo, des croiseurs lourds Maya, Takao, Haguro et Nachi, des croiseurs légers Abukuma, Kiso et Tama ainsi que 15 destroyers.

Le 11 octobre 1942, le Myoko appareilla pour Truk afin de retrouver la seconde flotte composée des cuirassés Kongo et Haruna; des croiseurs lourds Myoko, Atago, Chokai et Nachi; le croiseur léger Isuzu et 12 destroyers. Cette flotte est suivie par les porte-avions de l'amiral Nagumo, le tout dans le but de renforcer la garnison japonaise de Guadalcanal, menacée par le débarquement américaine du 7 août 1942 (opération Watchtower).

Il essaya à plusieurs reprises d'engager les forces navales américains mais sa seule action notable fût le bombardement d'Henderson Field dans la nuit du 15 au 16 octobre 1942 en compagnie du croiseur lourd Maya.

Du 31 janvier au 9 février 1943, après un carénage à Sasebo, il participa à l'évacuation des forces japonaises de Guadalcanal en compagnie des porte-avions Zuikaku, Zuiho et Junyo, les cuirassés Kongo et Haruna, des croiseurs lourds Atago Takao et Haguro, les croiseurs légers Nagara et Agano ainsi que 11 destroyers. Les transports japonais réussirent à évacuer 11700 hommes sans intervention des américains
En mai 1943, les croiseurs lourds Myoko et Haguro gagnèrent les Aléoutiennes pour participer à l'évacuation de Kiska. En juin, il regagna ensuite Sasebo pour une refonte où sa DCA fût renforcée et un radar de veille aérienne type 21 également installée.

En réponse aux raids aériens américains sur les Gilbert, les japonais firent appareiller une puissante force composée des porte-avions Shokaku, Zuikaku et Zuiho, les cuirassés Yamato et Nagato, les croiseurs lourds Myoko, Haguro, Tone, Chikuma, Mogami, Atago, Takao, Chokai et Maya, le croiseur léger Agano et 15 destroyers mais cette force tomba dans le vide et se replia ensuite sur Truk.

Le 1er novembre 1943, la TF31 débarqua sur Bougainville le First Marine Amphibious Corps du général Vandegrift formé par la 3ème division de Marines et la 37ème DI. Surpris, les japonais réagissent dans la nuit, le contre-amiral Omori appareille de Rabaul le 1er novembre avec les croiseurs lours Myoko, Haguro les croiseurs légers Sendai et Agano et 6 destroyers pour couvrir la force d'assaut composée de cinq transports et cinq destroyers.

Elle va affronter la TF39 du contre-amiral Merill composée des croiseurs légers Montpelier, Cleveland; Columbia et Denver de la 12ème division de croiseurs et huit destroyers, les Charles Ausburne Dyson Stanly et Claxton de la 45ème division de destroyers du capitaine Arleigh «31 Knot» Burke et les Spence, Thatcher Converse et Foote de la 46ème division de destroyers du capitaine de frégate Bernard Austin.
Le croiseur léger Sendai fût coulé par des obus de 152mm, le Myoko entra en collision avec le destroyer Hatsukaze qui fût ensuite achevé par les américains. Le Haguro fût également endommagé tout comme le destroyer USS Foote touché par une Long Lance.

Le 17 novembre 1943, le Myoko arriva à Sasebo pour un autre carénage. La DCA fût de nouveau renforcée. En janvier 1944, la 5ème division de croiseurs composée du Tone, du Myoko et de deux destroyers effectuèrent une mission de transport de Truk à Kavieng sans incident notable à signalé

Au mois de mars, la cinquième division de croiseur et le destroyer Shiratsuyu escortèrent un convoi de pétroliers vides entre Palau et Borneo. Le 6 avril 1944, la CruDiv5 et deux destroyers furent attaqués par le sous marin USS Dace qui tira six torpilles mais ratèrent la force. Le Darter repéra également la force japonais fût incapable de se mettre en position pour attaquer.

En juin 1944, la 5ème division de croiseurs participa à la bataille de la mer des Phillipines (19-21 juin 1944) après avoir appareillé de Tawi Tawi pour contrer l'invasion des îles Mariannes. Les japonais savaient que des bombardiers lourds américains basés dans cet archipel constituerait une menace mortelle pour le Japon métropolitain. Cette bataille entra dans l'histoire sous le nom de «Great Marianas Turkey Shoot» avec la destruction de 300 avions japonais pour le seul 19 juin 1944.


Le porte-avions Zuikaku sous les bombes américaines

Après avoir participé à la bataille du Golfe de Leyte et alors qu'il gagnait Cam Ranh, le Myoko fût touché par une des six torpilles lancé par le sous marin américain Bergall à 21h35 le 13 décembre 1944. Il fût remorqué jusqu'à Singapour pour réparations mais le manque de matériel après la réparations des croiseurs lourds Myoko et Takao empêcha la réalisation de cette réparation.

En février 1945, le commandant du port annonça que le Myoko était irréparable à Singapour et comme il était impossible de le remorquer au Japon. Il recommanda que le Myoko soit utilisé comme batterie AA flottante, suggestion approuvée par le haut commandement japonais.

Le 26 juillet, le Myoko et le Takao furent attaqués par des sous marins de poche britanniques et sérieusement endommagés. Le Myoko capturé par les britanniques le 21 septembre et fût sabordé dans le détroit de Malacca au sud de Port Swettenham avec les sous marins I-501 et 502.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 14:48

Le Nachi

Le Nachi lors de ses essais à la mer

Le Nachi à été mis sur cale à l'Arsenal de Kure le 26 novembre 1924 lancé le 15 juin 1927 et admis au service actif le 26 novembre 1928. Il porte le nom d'une montagne de la région de Wakayama.

Il entra dans la seconde guerre mondiale lors de l'invasion des Indes Néerlandaises, engageant l'ennemi à Makassar le 8 février 1942 mais sa première grande action fût la bataille de la mer de Java.

Le 26 février, l'amiral Doorman appareilla de Surabaya (auj. Soerabaya) avec l'escadre ABDA composés des croiseurs lourds Houston, Exeter et Perth, les croiseurs légers De Ruyter et Java ainsi que neuf destroyers dont quatre américains. Le contact est finalement pris le 27 février peu après 16 heures avec une force de protection japonaise constituée des croiseurs lourds Nachi et Haguro, des croiseurs légers Naka et Jintsu et quatorze destroyers.

Un duel d'artillerie causa quelques dégâts sur le Houston et l'Exeter puis provoque la confusion dans la ligne alliée. Une Long Lance coule le destroyer néerlandais Korteaner alors que les trois destroyers britanniques lancent à leur tour.

Doorman décide alors de se replier, couvert par une attaque à la torpille lancée par les destroyers américains. L'amiral néerlandais revient vers les japonais dans la soirée après avoir renvoyé le destroyers américains à court de combustible et de munitions.

Le destroyer anglais Jupiter saute sur une mine et un engagement au canon oppose les croiseurs des deux camps. C'est alors que les torpilles lancées par le Haguro et le Nachi font mouchent et coulent les croiseurs De Ruyter et Java.

Les alliés vont se replier, laissant les japonais prendre Java. Les quatre destroyers américains se ravitaillent en mazout à Surabaya et parviennent à sortir par le détroit de Bali dans la nuit du 28 février au 1er mars pour rallier Exmouth, après un bref accrochage avec trois destroyers japonais.

Le Houston et le Perth attaquant des transports dans le golfe de Bantain dans la nuit du 28 février au 1er mars, ils sont attaqués à la torpille par le Fubuki puis interceptés par les croiseurs lourds Mikuma, Mogami, le croiseur léger Natori et dix destroyers.

Un troisième groupe formé à Surabaya avec l'Exeter et les destroyers Encounter (GB) et Pope (USA) qui veulent passer par le détroit de la Sonde mais sont détectés à l'aube du 1er mars. Le croiseur et le destroyer anglais sont coulés par les croiseurs lourds Ashigara, Nachi, Haguro et des destroyers alors que le Pope n'en rechappe que pour être bombardé par des hydravions du Chitose et du Mizuho puis des avions du porte-avions Ryujo avant d'être achevé par le Myoko et l'Ashigara.

Les Japonais vont ainsi débarquer sur Java dans la nuit du 28 février au 1er mars et le bastion néerlandais se rend le 9 mars. Le Nachi participent ensuite au volet «Aléoutiennes» de la bataille de Midway le 3 juin 1942. Il revient neuf mois plus tard, le 26 mars 1943 pour participer à la bataille de l'île Komandorski


Carte de la bataille des îles Kommandorski

Le 26 mars 1943 à l'aube, dans le sud des îles Komandorski (îles du Commandeur à 175 miles à l'est de la Péninsule du Kamchatka), le radar du croiseur Salt Lake City détecta des navires japonais sous le commandement de l'amiral Hosogaya. Ce dernier dispose des croiseurs Nachi, Maya, Abukuma et Tama; les destroyers Hatsushimo; Ikazuchi, Inazuma et Wakaba et les transports Asaka Maru et Sakito Maru. Les américains de l'amiral McMorris alignent le croiseur lourd Salt Lake City, le croiseur léger Richmond et les destroyers Bailey, Coghlan, Dale et Monaghan.

Le feu est ouvert à environ 12000m mètres. Le Nachi est touché par le Richmond et est avarié mais ce dernier qui tente d'atteindre les transports mais doit faire face au Tama. Le Salt Lake City dont un hydravion est incendié sur sa catapulte, découvrant l'infériorité de sa formation face aux japonais, manoeuvre, pris sous le feu du Nachi et reçoit un coup direct qui cause un incendie. Ralenti, une machine noyée, il est couvert par un rideau de fumée des destroyers qui foncent sur les japonais pour le sauver.

Hosogaya face à des problèmes de mazout et craignant l'intervention de l'aviation américaine, abandonne la partie et regagne les Kouriles. Une attaque à la torpille de trois destroyers américains tombe dans le vide. Le combat à duré trois heures, le Salt Lake city et le Bailey avariés rallient Dutch Harbor. Les japonais renoncent à faire passer d'autres navires de surface aux Aléoutiennes qui sont ravitaillées par sous marins.

Il est de nouveau engagé dans les Aléoutiennes lors de l'évacuation de l'île Kiska en juillet 1943 avant de retrouver des eaux plus chaudes mais moins clémentes, participant ainsi à la bataille du détroit de Surigao le 25 octobre 1944, étant notament avarié par une collision avec le Nachi.

Ce n'est que reculer pour mieux sauter car dix jours plus tard, le 5 novembre 1944, des Helldiver et des Avenger des porte-avions Lexington et Ticonderoga l'attaque en baie de Manille. Le croiseur lourd, attaqué par 80 appareils, encaisse 9 torpilles, 20 bombes et 16 roquettes avant de se casser en trois, engloutissant 807 membres d'équipages et laissant 220 survivants dont le commandant qui était à terre lors de l'attaque

Des plongeurs américains récupéreront dans l'épave non seulement des codes et des informations secrètes qui n'étaient même pas sécurisées mais aussi les premiers radars japonais.


Le Nachi à la mer

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 14:55

Le Haguro

Le Haguro à la mer

Le Haguro est mis sur cale aux chantiers navals Mitsubishi de Nagasaki le 16 mars 1925 lancé le 24 mars 1928 et admis au service actif le 25 avril 1929. Il porte le nom d'une montagne de la région de Yamagata.

Il engagea l'ennemi pour la première fois durant la seconde guerre mondiale, au cours des opérations contre les Indes Néerlandaises à Makassar le 8 février 1942 puis au cours de la bataille de la mer de Java le 27 février ainsi que ses soubressauts le 1er mars quand il détruisit le croiseur lourd Exeter et le destroyer Encounter.

Il participa ensuite à la bataille de la mer de Corail le 7 mai 1942 sous le commandement du contre-amiral Hara en compagnie des porte-avions Shokaku et Zuikaku, de son sister-ship le Myoko et de cinq destroyers. Cette bataille est l'exemple même de la différence entre victoire tactique et victoire stratégique. Si sur le plan tactique, les japonais sont vainqueurs (ils ont perdu un petit porte-avions et les américains le Lexington plus le Yorktown gravement endommagé), la victoire stratégique est américaine : les japonais ont renoncé à débarquer à Port Moresby et à tenter toute nouvelle action contre l'Australie et les deux porte-avions engagés ne seront pas engagés à Midway, le Shokaku devant être réparé et le Zuikaku devant reconstituer son groupe aérien.

Il gagna ensuite les îles Salomons et prit par à la bataille des Salomons orientales le 24 août 1942, à l'évacuation de Guadalcanal du 31 janvier au 9 février 1943, en compagnie des porte-avions Zuikaku, Zuiho et Junyo, les cuirassés Kongo et Haruna, des croiseurs lourds Atago Takao et Myoko, des croiseurs légers Nagara et Agano ainsi que 11 destroyers. Les transports japonais réussirent à évacuer 11700 hommes sans intervention des américains.

Il participa ensuite à la bataille de la baie de l'impératrice Augusta le 2 novembre 1943 suite au débarquement américain sur Bougainville.

Le 1er novembre 1943, la TF31 débarqua sur Bougainville le First Marine Amphibious Corps du général Vandegrift formé par la 3ème division de Marines et la 37ème DI. Surpris, les japonais réagissent dans la nuit, le contre-amiral Omori appareille de Rabaul le 1er novembre avec les croiseurs lours Myoko, Haguro les croiseurs légers Sendai et Agano et 6 destroyers pour couvrir la force d'assaut composée de cinq transports et cinq destroyers.

Elle va affronter la TF39 du contre-amiral Merill composée des croiseurs légers Montpelier, Cleveland; Columbia et Denver de la 12ème division de croiseurs et huit destroyers, les Charles Ausburne Dyson Stanly et Claxton de la 45ème division de destroyers du capitaine Arleigh «31 Knot» Burke et les Spence, Thatcher Converse et Foote de la 46ème division de destroyers du capitaine de frégate Bernard Austin.
Le croiseur léger Sendai fût coulé par des obus de 152mm, le Myoko entra en collision avec le destroyer Hatsukaze qui fût ensuite achevé par les américains. Le Haguro fût également endommagé tout comme le destroyer USS Foote touché par une Long Lance.


Vue du Haguro par la poupe

Le lendemain alors qu'il à regagné Rabaul, il est touché par un raid de bombardiers B25 de la 5th Air Force escortés par des P38.

Il survit ensuite à la bataille de la mer des Phillipines du 19 au 21 octobre 1944 puis participe à la bataille du golfe de Leyte du 23 au 25 octobre 1944, étant à cette occasion légèrement endommagé mais participant à la destruction du porte-avions d'escorte Gambier Bay.

En mai 1945, le Haguro est la cible de l'opération britannique Dukedom. Cette dernière est lancée quand le système «Ultra» détecte l'appareillage du croiseur chargé de l'évacuation avec d'autres navires dont le destroyer Kamikaze des garnisons japonaises des îles Andaman et de Car Nicobar.

Un important dispositif allié est mis en place. La Force 61 se compose ainsi du groupe 1 avec le cuirassé Queen Elisabeth et les destroyers Tromp (Pays Bas) Rotherham et Eskimo; du groupe 2 avec les porte-avions d'escorte Shah Hunter Emperor et Khedive, du croiseur léger antiaérien Royalist et des destroyers Nubian et Tartar; du groupe 3 avec le cuirassé français Richelieu, du croiseur lourd Cumberland et de la 26ème flottille de destroyers composée des destroyers Venus Virago Saumarez Verulan et Vigilant. La Force 62 se compose du croiseur léger Nigeria, des destroyers Rocket, Redoubt Racehorse et Roebuck alors que des sous marins sont placés en sentinelle (Subtle, Statesman Scythian Strongbow et Seadog).


Les derniers moments de l'opération Dukedom

Le Haguro tente d'échapper à la traque en mettant cap au sud-est. Il passe alors à portée de tir des sous marins britanniques dont le Subtle qui lance le 12 mai à 7h06, une gerbe de six torpilles de 2200m. Le Haguro abat brutalement sur babord évitant aisement les torpilles, laissant le soin au destroyer Kamikaze de grenader l'assaillant pendant trois jours, provoquant des avaries empêchant l'envoi d'un message mais un autre sous marin hors de portée l'aperçoit et previent sa hierarchie à 8h45 mais le message ne parvient qu'à 15h. Les conditions météorologiques (mousson) sont dantesques, une véritable partie de cache-cache s'organise entre les deux forces. Dans la journée du 14 mai, le Haguro longe la côte est de Sumatra.

Le 15 mai 1945 à 3h40, la 26ème flottille de destroyers du capitaine Power qui assurait l'escorte ASM du Cumberland et du Richelieu est relevée par le Tartar et l'Eskimo pour gagner le détroit de Malacca et intercepter un transport japonais et son escorte mais bien vite en apprenant le détachement du Cumberland et du Richelieu pour les soutenir, les destroyers comprennent que derrière le transport pourrait se cacher le croiseur lourd.
Le 16 mai à 0h45, le Haguro avec le Kamikaze à bâbord était à 10 miles (16km) du centre de la ligne britannique et s'en approchait, quand son radar révéla la présence de destroyers mais il hésita sur la couleur du pavillon, les navires venant de Singapour.

Le combat commença à 1h30 quand les deux assaillants lancèrent des fusées éclairantes. Le Saumarez fût baigné d'une lueur verdâtre à seulement 2745m du Haguro qui ouvrit immédiatement un feu violent.

Le destroyer fût tout de suite touché dans une de ses chaudières se déroba en tournant à tribord et lâcha sa pleine bordée de torpilles. Presque en même temps, le Virulam attaquait dans un secteur proche sans rencontrer d'opposition, le feu japonais était concentré sur le Saumarez.

En dépit de ses manoeuvres énergiques, le Haguro fût touché trois fois à l'avant, ses tourelles de 203mm se turent et le croiseur donna de la bande. Il reçut encore un ou deux impacts à la hauteur des machines. Le croiseur lourd à l'agonie fût harcelé par l'artillerie des destroyers pendant que le Venus et le Virago lancèrent onze torpilles.

Seul le Volage n'avait pas pris part à l'attaque. A 1h50, il reçut l'ordre d'expédier par la fond la coque du croiseur déjà très incliné et enfoncé, brûlant à l'avant. A 1600m seulement, le destroyer rata sa cible et c'est le Venus avec ces deux dernières torpilles qui achevèrent le croiseur qui coula à 2h06 à 45 miles au sud est de Penang. le Kamikaze récupéra 320 survivants mais ni le commandant du navire, le contre-amiral Sugiura ni le vice-amiral Hashimoto ne figurent parmis ces survivants. Le Haguro est rayé des listes navales le 20 juin 1945.


La fin du Haguro

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 15:07

L'Ashigara

L'Ashigara à quai

L'Ashigara est mis sur cale aux chantiers navals Kawasaki de Kobe le 11 avril 1924 lancé le 22 avril 1928 et admis au service actif le 20 août 1929. Il porte le nom d'une montagne située sur la frontière entre les préfectures de Kanagawa et de Shizuoka et également connue sous le nom de Mont Kintoki. Ce nom à été repris par un destroyer de classe Atago le DDG 178.

Il commença son service dans le second conflit mondial en couvrant l'invasion des Philippines en décembre 1941 avant de participer à la destruction du croiseur lourd Exeter et du destroyer Encounter avec ses trois autres sister-ship.

De 1942 à 1944, l'Ashigara connue une carrière plutôt tranquille, participant à des missions de patrouille dans les eaux métropolitaines et des transports de troupes sans entrer une seule fois en contact avec l'ennemi.

Tout fût différent dans la nuit du 24 au 25 octobre 1944 quand l'Ashigara participa à la bataille du détroit de Surigao.

La TF38 verrouille le détroit de San Bernardino au nord, la force de couverture est donc concentré dans le détroit avec treize sections de 3 vedettes lance-torpilles chargées d'alerter et de ralentir l'ennemi. La ligne de bataille verrouille la sortie du détroit avec à l'aile droite (côté Leyte) les forces du contre-amiral Berkey avec les croiseurs légers Phoenix et Boise, le croiseur lourd australien Shropshire et treize destroyers, l'aile gauche côté Dinagat sous le commandement de l'amiral Olendorf se compose des croiseurs lourds Louisville, Portland et Mineapolis, des croiseurs légers Denver et Columbia et neuf destroyers et le centre sous le commandement di contre-amiral Weyler se compose des cuirassés Mississippi, Maryland, West Virginia, Tennessee, du California, du Pennsylvania et de six destroyers. Savoureux retournement du destin : tous ces cuirassés sauf le Mississippi étaient à Pearl Harbor le 7 décembre 1941.
Face à ce déploiement de force, l'amiral Nishimura aligne le croiseur lourd Mogami avec les destroyers Asagumo, Michisshio et Yamagumo dans une force avancée, suivent les cuirassés Yamashiro et Fuso avec le destroyer Shigure. Encore derrière se situe la force de l'amiral Shima composée des croiseurs lourds Nachi et Ashigara et de sept destroyers dont l'Akebono.

La bataille commence à 22h14 quand les vedettes lance-torpilles repèrent les japonais. S'en suit une mêlée confuse où le croiseur Abukuma est endommagé. C'est au tour des destroyers du capitaine de vaisseau Coward de lancer 47 torpilles qui touchent les destroyers Yamagumo, Michisshio et Asagumo, le premier finissant par couler. Le cuirassé Fuso encaisse entre deux et quatre torpilles.
Une seconde attaque des six destroyers du capitaine de vaisseau McManes à 3h50 voit le Yamashiro encaisser deux torpilles mais il conserve cap et vitesse. Le destroyer Michisshio à moins de chance : il encaisse une torpille et coule. Le Fuso lui explose et coule à 3h50.

C'est au tour des gros de s'expliquer. Les croiseurs ouvrent le feu à 3h51 et les cuirassés à 3h53 et ce jusqu'à 4h06 pour les cuirassés et 4h09 pour les croiseurs. Neuf destroyers du CV Smoot lancent à 4h04 et le Yamashiro reçoit au mois deux torpilles et une volée d'obus finissant par couler à 4h21.

Le croiseur lourd Mogami est atteint à 3h56 mais parvient à encadrer le Mineapolis, le Denver et le Columbia et ses torpilles obligent les cuirassés américains à manoeuvrer. A 4h30, il entre en collision avec le Nachi.

Une poursuite s'engage, les croiseurs Louisville, Portland et Denver voulant achever le Mogami mais craignent les torpilles japonaises dans les eaux resserées et restent à distance. L'Asagumo est achevé par le Denver et le Michisshio est coulé par le destroyer Hutchins.

Le Mogami encore attaqué par 17 Avenger en mer de Mindanao est finalement achevé par une torpille de l'Akebono qui récupère 700 survivants. Au final seuls les Nachi, Ashigara, Shigure et les quatre destroyers de Shima s'échapperont de Surigao.

Le 29 octobre 1944, le TG 38.2 (porte-avions Intrepid Hancock Cabot et Independence) attaque la région de Manille et ses avions attaquent les croiseurs Nachi et Ashigara, le Nashi étant avarié.

Le 26 décembre 1944, l'Ashigara prit part aux tentatives japonaises destinées à contrer le débarquement américain à Mindoro. Sous le commandement de l'amiral Kimura et accompagné par le croiseur léger Oyodo et six destroyers, il bombarde la tête de pont malgré les attaques des B25, P38; P40, P47 de la 5ème Air Force et des Liberator et Mariner de la Navy, un appareil réussissant à placer une bombe de 227kg mais cela n'empêche pas le croiseur de bombarder les positions américaines le 27 décembre.

Le 8 juin 1945, l'Ashigara quitte Batavia pour Singapour avec 1600 soldats à bord, escorté par le destroyer Kamikaze. Dans le détroit de Bangka, les deux navires furent attaqués par les sous marins Blueback (US Navy), Trenchant et Stygian (Royal Navy). Le destroyer attaqua le Trenchant qu'il obligea à faire surface après un grenadage mais le sous marin britannique parvint à tirer 8 torpilles à 12.15 dont cinq firent mouche à seulement 4000 yards (environ 3500m) et coula à 12.37 ne laissant que 400 soldats et 853 membres d'équipage.


Maquette de l'Ashigara

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 15:14

Caracteristiques Techniques


Déplacement : standard 10160 tonnes pleine charge : 11820 tonnes. La première refonte entre 1934 et 1938 portant leur déplacement à 13913 tonnes et la seconde entre 1938 et 1941 à 14950 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 203.76m largeur 20.73m tirant d'eau 6.35m

Propulsion : 4 turbines à engrenages alimentées par 12 chaudières Kampon dévellopant 130000 ch et actionnant 4 hélices.

Vitesse maximale : 35 noeuds Distance franchissable : 7463 miles nautiques à 14 noeuds 5000 miles nautiques à 18 noeuds

Protection : ceinture 76 à 100mm pont blindé 35 à 51mm tourelles à 76mm

Radars : Les japonais n'ont que tardivement dévellopé les radars qui affichaient des performances bien inférieures à leurs équivalents américains.

Les Myoko ont embarqué trois radar. Un radar type 21 de veille d'une portée maximale de 100km pour un groupe aérien et de 70km pour un appareil isolé. Le radar de veille surface type 22 avait une portée maximale de 35km pour les cuirassés, de 20km pour les croiseurs et de 17km pour les destroyers. Enfin le radar de veille aérienne type 13 avait une portée de 100km pour un groupe aérien et de 50km pour un avion isolé.

Armement :

Canons de 203mm du Takao

A la construction

-10 canons de 200mm Type 3 (modèle 1914) (7.9 inch) en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 110kg à une distance maximale de 26700m (site +40°) à raison de 3 à 5 coups par minute. La tourelle double type D pèse 157 tonnes et peut pointer de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 4° par seconde. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1200 obus pour le croiseur.

-6 canons de 120mm Type 10 (modèle 1921) (4.7 inch) en six affûts simples. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 34kg à une distance maximale en tir antisurface de 16000 (site +45°) et de 10000m en tir antiaérien (site +75°) à raison de 1200 à 1500 obus pour le navire.

-2 mitrailleuses de 7.7mm

-12 tubes lance-torpilles en quatre plate-formes triples. La torpille de 610mm Type 90 pèse 2605kg avec une charge militaire de 375kg et peut toucher une cible à 15000m (35 noeuds) 10000m (42 noeuds) et 7000m (46 noeuds).

Après refonte

-10 canons de 203mm (8 inch) Type 3 (modèle 1914) en cinq tourelles doubles (trois avant et deux arrières). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 126kg à une distance comprise entre 5000m (site = -2.4°) et 28900m (site = +40°) à raison de 3 à 5 coups par minute. La tourelle double type D pèse 157 tonnes et peut pointer de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 4° par seconde. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1200 obus pour le croiseur.
-8 canons de 127mm (5inch) type 89 (modèle 1929) en quatre affûts doubles. Ce canon de 40 calibres tire des obus de 35kg à une distance maximale de 14800m en tir antisurface (site +45°) et de 9400m en tir antiaérien (site = +75°) à raison de 8 à 14 coups par minute. L'affût double A1 mod 1 pèse 24 tonnes pointe en site de -7° à +90° à raison de 12° par seconde et en azimut sur 70° pour les pièces centrales et de 150° pour les pièces installées à l'avant et à l'arrière et ce à raison de 7° par seconde. La dotation en munitions est de 200 obus par canon soit un total de 1600 obus.

-8 canons de 25mm nombre porté à 16 en 1943 en remplacement des mitrailleuses de 13.2mm puis 48 (Myoko et Haguro) et 52 (Nachi et Ashigara)

-8 mitrailleuses de13.2mm

-16 tubes lance-torpilles de 610mm en quatre plate-formes quadruples. La torpille de 610mm Type 93 pèse 2800kg avec une charge militaire de 780kg et peut toucher une cible à 15000m à 50 noeuds, à 25000m à 42 noeuds et 30000m à 38 noeuds.

Aviation : une puis deux catapultes pour un total de 4 hydravions

Equipage : 780 officiers et marins.

Sources

-La Flotte combinée de Pearl Harbor à Hiroshima
-Encyclopédie des armes éditions Atlas Tome 4 pages 814/815 in «croiseurs légers de la Seconde Guerre Mondiale» p801-820
-Encylopédie des armes éditions Atlas Tome 7 page 1638/39 «Coulez le Haguro »
-US Navy Tome 1 1898-1945 Du Maine au Missouri
-Photos et cartes fournis par l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : SOUS MARINS TYPE 206


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6721
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 22:26

Il est dommage que le Richelieu n'ait pas eu à engager le Haguro....

Tandis que le Cumberland rata une nouvelle occassion de se distinguer

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 22:38

Oui cela aurait rendu l'histoire de la marine française comment dire moins triste car généralement on ne retient que Mers el Kebir et Toulon.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 10 Aoû 2009, 22:56

La carrière du Richelieu dans l'Eastern Fleet est très riche bien que malheureusement très confidentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Mar 11 Aoû 2009, 13:03

bel article ... ce qui me sidere, c'est que la plus part des navires nippons furent coulé en combat et pas simplement a quai comme le furent les navires US de PearlHarbor... thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Mar 11 Aoû 2009, 13:24

Pearl Harbor c'est un accident de l'histoire. Il y aurait beaucoup à dire. Il n'y à pas seulement les erreurs des américains, il y à aussi l'audace des japonais pour mettre au point une attaque d'une telle ampleur (même si en 1931 et 1932 les américains ont réussi à attaquer Pearl par les airs).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Mar 11 Aoû 2009, 14:15

A Pearl Harbour les américains ont surtout perdu ... des avions
Parce que pour ce qui est des grands navires seuls l'Arizona et l'Oklahoma furent rayés des listes. Tous les autres reprirent du service et pour certains dès 1942

En 1942 et 1943 ce sont les croiseurs et surtout les porte-avions américains qui ont tenu le crachoir là où on se battait si l'on excepte l'action des cuirassés de Lee autour de Guadalcanal. Les cuirassés ne servirent plus qu'à l'appui sol et à la DCA au profit des PA.
Surigao fut surtout un coup de marteau pilon pour écraser une mouche quand on regarde la disproportion des forces en présence.

L'inspiration des japonais vint surtout de Méditerranée. C'est le succès de Judgement à Tarente qui encouragea les Japonais à mettre en oeuvre l'usage des torpilles à Pearl Harbour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6721
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Mar 11 Aoû 2009, 22:16

Pearl Harbourg est un succés tactique mais d'un point de vue stratégique c'est un plus un échec car la base ne fut pas détruite et les CV US restèrent intact.

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Le ASHIGARA photogénique   Lun 06 Sep 2010, 23:54

Petit complément : le ASHIGARA refondu fut envoyé en Angleterre pour participer à la revue navale du couronnement en 1937. Sur le trajet, il fit escale à plusieurs endroits et fut très amplement photographié. C'est probablement le croiseur japonais dont il existe le plus grand nombre de photos.
Il est à noter que les Japonais n'avaient pas installé les 4x4 TLT et leurs seize torpilles de réserve, à dessein, pour cette sortie de réprésentation : il ne fallait pas divulguer l'existence de la "Longue Lance"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   Lun 06 Sep 2010, 23:59

Merci de cette précision. Les Longue Lance resteront longtemps un mystère pour les américains et la perte de beaucoup de navires foudroyés par des Type 93 sera attribuée à une mine.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TAKAO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: