AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 17:01

CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF
(AUTRICHE-HONGRIE)


A Pula, principale base de la marine austro-hongroise. On aperçoit deux dreadnought type Tegetthoff au premier plan

Avant propos

Pays disparu en 1918 après cinquante et une année d'existence (1867-1918), l'Autriche-Hongrie ou empire austro-hongrois fût donc un pays éphémère mais à la prestigieuse histoire puisqu'il était issu du Saint Empire Romain Germanique, né en 962 quand Otto 1er, roi de Germanie releva la couronne impériale tombée dans la fange en 899.


Le Saint Empire Romain Germanique vers 1630 en rose avec en surimpression les frontières actuelles des pays d'Europe concernés

Cette construction agrégative où l'empereur n'avait qu'un pouvoir limité survécu jusqu'en 1806, à la dynastie ottoniene (962-1024) succéda la dynastie salienne ou franconienne (1024-1125) qui s'illustra en menant une lutte sans merci contre la papauté dans la querelle des investitures qui empoisonna l'Europe occidentale pendant près de cinq décennies (1075-1122).

A la dynastie salienne, succéda l'empereur Lothaire II (1125-1137) puis la dynastie de Hohenstauffen (1138-1254) avec le plus célèbre d'entre-eux Frederic II Barberousse, dynastie qui perdit le pouvoir entre 1198 et 1218.


Frederic II Barberousse

A la dynastie des Hohenstauffen succéda ce qu'on à appelé le «Grand Interègne» de 1254 à 1272 puis une succession de différents empereurs puisque le Saint Empire Romain Germanique était une monarchie élective.

En 1438, un Hasbourg, Albert fût élu empereur et c'était le début de la quatrième et dernière dynastie à la tête de cet empire (deux Hasbourg avaient été élus par le passé) avec tout de même un interègne de cinq ans : deux ans de vacances de 1740 à 1742 et Charles VII de la dynastie bavaroise des Wittelsbach, empereur de 1742 à 1745 dans un contexte particulier celui de la guerre de succession d'Autriche.

La Révolution Française puis l'Empire bouleversa ce vieil édifice qui semblait pour inébrenlable et face au couronement impérial de Napoléon 1er le 2 décembre 1804 à Notre Dame de Paris, François II empereur depuis le 6 juin 1792 décida d'abandonner son titre empereur du Saint Empire Romain Germanique au profit du titre d'Empereur d'Autriche.


François II du Saint Empire Romain Germanique devint François 1er d'Autriche en 1806

Le Saint Empire Romain Germanique survécu lui cahin caha jusqu'au 6 août 1806 quand après le traité créant la Confédération du Rhin (12 juillet 1806), première forme d'unité de la nation allemande puisqu'elle regroupa 16 états à l'origine mais 35 à la fin notament le royaume de Westpalie, le royaume de Wurtemberg, le royaume de Saxe, le grand duché de Hesse, le grand duché de Bade et le royaume de Bavière.

Cette construction qui ne devait tenir que tant la France était la puissance dominante en Europe s'effondra après l'échec de la campagne de Russie en 1813 fût officiellement dissoute au traité de Paris le 30 mai 1814 qui reconnaît l'indépendance des Etats allemands mais en 1815, le Congrès de Vienne mit en place la confédération germanique.


Marie Louise

De son côté, l'empire d'Autriche alternant entre alliance avec la France (symbolisée par le mariage entre Napoléon et Marie Louise, fille de François II et nièce de Marie Antoinette en 1810) et opposition. En dépit de ces revirements, l'Autriche était dans le camp de vainqueurs et pu accueillir à Vienne, le congrès international qui redessina la carte de l'Europe en prennant plus ou moins en compte l'impact de la révolution et de l'Empire, notament en surveillant la France comme le lait sur le feu (novembre 1814-juin 1815).


Ferdinand 1er

A l'empereur François II (1792-1835) succéda Ferdinand 1er d'Autriche qui épileptique était bien incapable de gouverner l'empire, le vieux chancelier Metternich faisant figure de vice-roi face à un empereur qui parait-il durant les réunions du conseil, s'amusait à gober les mouches.


Metternich

En février 1848, la monarchie de Juillet des Orléans, issue d'une autre révolution en 1830 succomba à un mécontentement grandissant et céda la place à une république, la Deuxième du nom. L'annonce de cette révoilution provoqua un soulèvement quasiment généralisé en Europe qui balaya l'édifice vermoulu du Congrès de Vienne en Italie, en Hongrie, Pologne, Allemagne et également en Autriche et en décembre 1848, l'empereur Ferdinand 1er abdiqua en faveur de son neveu, François Joseph alors âgé de 18 ans et qui entamait un règne de 68 ans, l'un des plus longs de l'histoire européenne avec Louis XIV (72 ans).

«Le printemps des peuples» fit rapidement long-feu, la Réaction se chargea d'écraser les patriotes des différents pays. L'Autriche ne fit pas exception, la reprise de Vienne le 31 octobre permit au neveu de succéder à l'oncle le 2 décembre 1848 et de faire son entrée à Vienne le 5 mai 1849 après la fin des derniers troubles.


François Joseph, jeune et fringant en 1853

Il avait entre-temps proclamé une constitution centralisatrice le 4 mars 1849 mais il restait à écraser les hongrois ce qui fût fait avec l'aide des troupes russes en août 1849. l'empire d'Autriche régla également son compte au Piemont qui tenta d'unifier la péninsule seule.

Cette période libérale ne dura pas et à partir de 1851, commença la période néo-absolutiste, la constitution ayant été vidée de sa substance.

En cette décenie 1850, le problème de l'unité de la nation allemande devint plus prégnant que jamais. Deux puissances s'opposaient : l'Autriche et la Prusse qui après la reculade d'Olmutz en mai 1850 était bien décidé à réaliser le vieux rêve de l'unité allemande en excluant l'Autriche.

C'était l'ambition d'Otto von Bismarck, président du conseil de Prusse depuis 1862 qui réforma de manière autoritaire le royaume de Prusse afin de le rendre capable d'affronter l'Autriche dans une guerre inévitable. Tout commence pourtant par une guerre dans laquelle Vienne et Berlin sont alliés, la guerre des Duchés (1864) contre le Danemark, guerre dont je ne détaillerai pas les raisons mais qui aboutit à l'annexsion du Schleswig par la Prusse et celle du Holstein par l'Autriche.

Ce n'était que partie remise car l'unité de la nation allemande ne pouvait se faire avec la Prusse et l'Autriche et à peine deux ans après la guerre des Duchés éclata la guerre austro-prusienne (juin-juillet 1866), guerre qui eut des répercussions européennes avec la participation de l'Italie alliée de la Prusse. L'armée prusienne mieux équipée et mieux entrainée que l'armée autrichienne (sauf pour l'Artillerie, tous les canons autrichiens étaient à chargement par la culasse alors que côté prussien c'était loin d'être le cas) remporta la bataille de Sadowa (3 juillet 1866) puis impose le traité de Prague avec l'Autriche et le traité de Vienne avec l'Italie qui n'avait récolté que des défaites de son engagement sur terre à Custozza le 24 juin et sur mer à Lissa le 20 juillet 1866.

L'Empire d'Autriche doit ainsi accepter la dissolution de la Confédération Germanique au profit d'une Confédération d'Allemagne du Nord où la Prusse est totalement hégémonique (18 août 1866), elle perd également la Vénétie cédée à la France qui la rétrocédera à l'Italie.

L'Empire d'Autriche sort durablement affaiblie de cette guerre même si François-Joseph ne le reconnu pas d'emblée. L'heure était à la réforme, prélude au retour des Habsbourg dans le concert des nations.

D'un empire unitaire, l'empire des Hasbourg devint un empire dualiste ou double-monarchie, l'union de la Cisleithanie (Autriche, Bohème, Bukovine, Carniole, Dalmatie, Galicie, Istrie, Moravie et Silesie) et la Transleithanie (Hongrie, Croatie et Slovénie) possédant chacun leur constitution, leur parlement et leur gouvernement. Cette union est symboliquement célébrée par le couronement de François Joseph comme roi de Hongrie le 8 juin 1867. En décembre 1867, l'empereur est contraint en Cisleithanie d'adopter un régime constitutionnel qui impose la responsabilité ministerielle devant le Reichsrat mais la création d'une Chambre des seigneurs limite l'impact de cette réforme. Cette solution d'une double monarchie avait été préféré à un véritable fédéralisme qui aurait peut être pu prolongé l'existence de l'Empire au délà de la première guerre mondiale.


Carte de l'Autriche-Hongrie

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 17:09

La marine austro-hongroise et les cuirassés


Charles VI, surtout célèbre pour être le père de Marie Thérèse

L'Autriche puissance continentale n'eut jamais le pied très marin. Charles VI de Habsbourg, empereur de 1711 à 1740 et père de Marie Thérèse cré bien la Compagnie d'Ostende, une compagnie à charte chargée du commerce des épices et des produits précieux en 1722 mais sous la pression de la Grande Bretagne et des Provinces-Unies, l'empereur soucieux de faire accepter à l'Europe la Pragmatique Sanction qui validait la succession de sa fille suspendit la charte dès 1727 avant de supprimer la Compagnie en 1729.

On peut en fait considéré que l'histoire de la marine autrichienne commence en 1848 au moment de l'avénement de François Joseph. Auparavant Vienne avait utilisé des corsaires pour assurer des missions de surveillance des côtes et de protection du trafic commercial.


L'archiduc Ferdinand Max, plus connu pour son sort funeste au Mexique sous le nom de Maximilien 1er que pour son oeuvre maritime

C'est ainsi qu'en 1850, un comité est mis sur pied pour permettre la reconstruction de la flotte et notament dévelloper la construction de bâtiments à vapeur. Le site de Pola, occupé par un petit port de pêche, est également choisit pour y implanter une base navale. Signe de la prise de conscience, le frère de l'empereur, l'archiduc Ferdinand Max (le futur empereur du Mexique Maximilien) est nommé commandant en chef des forces navales. Passioné par la marine, il réalise plusieurs réformes, réformes qui porteront leurs fruits en 1866 quand une force navale autrichienne sous commadement de l'amiral Wilhem von Tegetthoff battit une force navale italienne plus puissante à Lissa (20 juillet 1866).

Naturellement au moment du compromis dualiste de juin 1867, la marine autrichienne devint la marine austro-hongroise ou Königliche und Kaiserliche Kriegsmarine le plus souvent abrégé en KuK Kriegsmarine voir même KuK K.

L'étalon pour mesurer la puissance d'une marine au 19ème siècle est le nombre de cuirassés et dans ce domaine, on ne peut pas dire que l'Autriche-Hongrie brille par une volonté de construction frénétique, la faute à une géographie des plus limitées avec quelques centaines de kilomètres de côte baignés par la mer Adriatique.


Le cuirassé Kronprinz erzherog Rudolf

Les premiers cuirassés modernes de la KuK K. sont les deux cuirassés Kronprinsessin Erzherzogin Stefani et Kronprinz Erzherzog Rudolf mis en service en 1887, des cuirassés «côtiers» si l'on se fie à un déplacement des plus modestes (5075 et 6829 tonnes respectivement) avec un armement composé de deux tourelles simples de 305mm pour le premier et d'une tourelle double et d'une tourelle simple pour le second.


Le SMS Monarch

A la classe Kronprinz succède la classe Monarch composé des SMS (Seiner Majestät Schiff _navire de sa majesté, l'équivalent du HMS) Monarch, Wien et Budapest, des navires qui ne déplaçaient que 5547 tonnes avec un armement composé de quatre canons de 240mm en deux tourelles doubles (une avant et une arrière).

Si le Monarch et le Budapest connurent une carrière bien anonyme (j'ignore leur sort final), le Wien fût coulé par une vedette lance-torpilles italienne dans la nuit du 9 au 10 décembre 1917 à Trieste.


Le SMS Habsburg. Notez la disposition étonnante de l'armement secondaire

La classe qui succéda aux Monarch, la classe Habsburg (Habsburg, Arpas et Babenberg) marquait un progrès avec un déplacement de 8332 tonnes mais leur armement était encore plus faible que les précédents avec trois canons de 240mm (une tourelle double à l'avant et une tourelle simple à l'arrière) et un armement secondaire composé de 12 canons de 150mm en casemates. Ces navires mis en service respectivement en 1902, 1903 et 1904 participèrent aux premiers mois de la guerre contre l'Italie en 1915 mais furent bien vite relégués au rôle d'auxiliaire portuaire avant d'être démantelés en 1921.


LE SMS Erzehorg Karl

Aux trois Habsburg succéda les trois navires de la classe Erzherzog Karl (Erzherzog Karl, Erzherzog Friedrich et Erzherzog Ferdinand Max), des navires de 12500 tonnes à pleine charge soit encore un cran au dessous des réalisations étrangères contemporaines. Entrés en service en 1905, ces navires étaient armés de quatre canons de 240mm en deux tourelles doubles et douze canons de 190mm en casemates et participèrent au bombardement d'Ancone le 24 mai 1915 avant de passer le reste du conflit au port comme le reste de la flotte. Le Erzherzog Karl fût cédé comme répération de guerre à la France et utilisé pour des essais d'incendie et de tir en 1919 avant de couler lors de son transfert vers un chantier de démolition italien tandis que les deux autres furent cédés au Royaume Uni qui les envoya à la démolition sans aucune autre forme de procès en 1921.


Le SMS Radetzky

Il faut attendre la classe Radetsky pour que la marine austro-hongroise ne se dôte de cuirassés similaires aux réalisations étrangères puisque ces navires déplaçaient 14508 tonnes. Les Erzherzog Franz Ferdinand, Radetsky et Zrinyi entrés en service en 1910 pour le premier et 1911 pour les deux autres étaient armés de quatre canons de 305mm en deux tourelles doubles (une avant et une arrière) et huit canons de 240mm en quatre tourelles doubles latérales soit des navires comparables aux cuirassés français de classe Patrie. Les trois navires participèrent à la guerre puis furent cédés à l'Italie qui les envoya à la démolition en 1920/21 sauf pour Erzherzog Franz Ferdinand qui sera démoli en 1926.

Ces navires déjà dépassés au moment de leur mise en service poussèrent les autrichiens à construire la première et seule classe de cuirassés de type dreadnought : la classe Tegetthoff.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 17:18

Genèse des Tegetthoff


Le HMS Dreadnought

A la mise en service des Radetsky, les autrichiens étaient conscients de l'infériorité de leur flotte de cuirassés par rapport aux réalisations étrangères qui copiaient le HMS Dreadnought. Le lancement de la construction du Dante Alighieri _premier dreadnought italien_ (qui sera mis sur cale le 6 juin 1909) et de la mise en chantier de 4 autres unités (les futurs Andrea Doria et Conte di Cavour) poussa les autrichiens à lancer l'étude pour de nouveaux cuirassés.


La mise en chantier du Dante Alighieri poussa les autrichiens à la construction de cuirassés de type dreadnought même si la gestation fût laborieuse

En octobre 1908, le bureau naval de l'amirauté offrit un prix aux architectes et ingénieurs de l'empire, se réservant 6 mois pour étudier soigneusement les plans ainsi récoltés. En mars 1909, STT délivra une sélection de 5 plans, prévoyant toutes des tourelles doubles. Mais à ce moment, les Italiens firent connaître leurs propres plans concernant le Dante Alighieri, et optaient clairement pour des tourelles triples.

En conséquence l'amirauté ordonna une nouvelle étude. Dans le même temps, les alliés Allemands, par permission spéciale de l'empereur, dévoilaient à l'amirauté Austro-Hongroise les plans de leurs Kaiser alors en prévision. Mais on choisit finalement d'étudier un design propre, influencé largement par les Italiens, voisins et rivaux.

En juin 1909, la construction du premier dreadnought Italien fut entamée, alors que les fonds alloués à la construction des dreadnougts Austro-Hongrois nétaient même pas encore discutés ( l'approbation devait être votée en novembre ). Les cales de STT venaient d'être libérées avec le lancement des deux premiers Radetzky, aussi à la fois pour éviter un chômage technique des ouvriers et pour gagner du temps, l'amiral Montecucoli convia le chantier à entamer la construction des deux premières unités sans attendre le vote du budget. de fait, la construction du Viribus Unitis et du Tegetthof commença en juillet en septembre 1910, alors même que les fonds, contre toute attente, avaient étés refusés pour des motifs politiques. Monteccucoli s'engagea alors activement dans une campagne de propagande au bénéfice de ses navires dont la construction avait lieu à crédit. 32 millions de couronnes furent ainsi alloués sans garantie dans la construction des deux premiers dreadnoughts.


Il fallut attendre la construction des Courbet pour que les choses ne s'accélère vraiment

Ce n'est qu'en mars 1911 qu'il fut décidé une nouvelle réunion de la commission du parlement destiné à voter les fonds dans le courant de l'année. Dans le même temps, l'achèvement du Dante Alighieri, la confirmation de quatre autres bâtiments Italiens, et la mise en chantier des Courbet Français, basés en méditerranée, apporta du crédit à la démarche de Monteccucoli. Finalement les fonds furent approvés au budget de 1911, et reconduits en 1912 pour deux autres bâtiments, qui seront le Prinz Eugen ( mis en chantier à STT en janvier 1912 ), et le Szent Istvan ( mis sur cale le même jour aux chantiers Danubius de Trieste, flambants neufs, et conçus pour des dreadnoughts de la génération suivante, de 25 000 tonnes.


Ces deux dessins permettent de comparer les progrès accomplis par les ingénieurs autrichiens entre les Radetzky et les Tegetthoff

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 17:35

Historique des Tegetthoff

Le SMS Tegetthoff

Le SMS Tegetthoff à la mer

-Le Tegetthoff est mis sur cale aux chantiers de la Stabilimento Tecnico Triesto (STT) de Trieste le 24 septembre 1910 lancé le 21 mars 1912 et admis au service actif le 14 juillet 1913.


L'amiral Tegetthoff

Il porte le nom de l'amiral Wilhelm Freiherr von Tegetthoff (23 décembre 1827-13 avril 1871), l'un des plus grands amiraux du 19ème siècle. Entré à l'académie navale de Venise en 1840, il en sortit en 1849, recevant son premier commandement en 1854. Commandant du squadron du Levant en 1862, il participa à la guerre des Duchés. Devenu commodore en 1866, il participa avec cette qualité à la bataille navale de Lissa du 20 juillet 1866. Il ramena le 16 janvier 1868 à Trieste le corps de l'empereur Maximilien, fusillé au Mexique.


Deux représentations de la bataille de Lissa dont le célèbre éperonnage du Re d'Italia par le Ferdinand Max


Devenu commandant en chef de la marine austro-hongroise en mars 1868, il fût anoblit et intégra la chambre des seigneurs, l'équivalent austro-hongrois de la Chambre des lords. Il succomba à une pneumonie le 7 avril 1871 et à été enterré au cimetière Saint Leonard de Graz.

En août 1914, les trois Tegetthoff en service (Tegetthoff, Prinz Eugen et Viribus Unitis) et les trois Radetsky formèrent le First Battle Squadron, passant le plus clair de leur temps au port dans la posture de Fleet-in-Being.

Il fût également impliqué dans l'opération dirigée par l'amiral Horty pour secouer une marine démoralisée mais cette bataille n'aboutit qu'au torpillage par les vedettes MAS du commandant Rizzo du Sven Istvan le 10 juillet 1918 au large de la Dalmatie.

Comme le reste de la flotte, le Tegetthoff fût cédé aux marines victorieuses et pour ce dernier, la Regia Marina qui l'envoya à la démolition en 1924. A noter que la cloche du cuirassé fût cédée au croiseur lourd allemand Prinz Eugen en 1942 car le croiseur portait à l'origine le nom de Tegetthoff.


Démolition du Tegetthoff à La Spezia en 1924

SMS Viribus Unitis

Lancement du Viribus Unitis

-Le Viribus Unitis («La force de l'unité») est mis sur cale aux chantiers Stabilimento Tecnico Triesto de Trieste le 24 juillet 1910 lancé le 24 juillet 1911 et admis au service actif le 5 décembre 1912.


Le Viribus Unitis à la mer

Comme le reste de la marine austro-hongroise, le Viribus Unitis ne connu qu'une faible activité et passa le plus clair de son temps à l'ancre. Il participa tout de même au bombardement d'Ancone le 24 mai 1915 et au raid contre le canal d'Otrante en juin 1818, raid qui fût fatal au Sven Istvan.

La guerre apparaissant perdue, le gouvernement austro-hongrois refusant de voir ces navires tombés aux mains des italiens les céda au gouvernement provisoire de l'Etat des croates, slovènes et serbes (le Conseil National Yougoslave) et le 31 octobre 1918, le pavillon yougoslave fût hissé sur le cuirassé rebaptisé Yougoslavia.

Ignorant ou refusant de connaître la nouvelle situation politique, les italiens lancèrent avec leurs forces spéciales un raid contre le port de Pola. Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1918, un engin expérimental Mignetta est mis à l'eau. Piloté par l'ingénieur Rossetti son inventeur et le lieutenant-médecin Paolucci, il pénètre dans le port de Pola et fixe sur la coque du cuirassé, une mine de 200kg (la deuxième est fixé sur le paquebot Wien).

Les deux hommes sont capturés et avertissent le capitaine du cuirassé de la présence d'une mine. Le capitaine Vukovic fait transférer les deux italiens sur le Tegetthoff puis fait évacuer le Viribus Unitis mais la mine n'ayant pas explosé comme prévu à 6.30, le cuirassé fût réoccupé. Malheureusement, la mine explosa à 6.44 et coula en quinze minutes provoquant la mort de 300 à 400 membres d'équipage. Les deux italiesn furent internés jusqu'à la fin de la guerre et à leur libération reçurent la Medaglia di Oro (la médaille d'or de la valeur militaire).


La fin du Viribus Unitis

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 17:49

SMS Prinz Eugen


-Le Prinz Eugen est mis sur cale aux chantiers Stabilimento Tecnico Triesto de Trieste le 29 janvier 1912 lancé le 30 novembre 1912 et admis au service actif le 17 juillet 1914.


Le Prince Eugène

Le cuirassé classe Tegetthoff rend hommage à Eugène de Savoie-Carignan (Paris 1663-Vienne 1736) plus connu sous le nom de Prinz Eugen. Fils d'Olympe Mancini, nièce du cardinal Mazarin l'amour de jeunesse de Louis XIV, il doit quitter la France suite à la disgrace de sa mère compromise dans l'affaire des poisons et du refus du roi soleil _en raison notament de son homosexualité débridé_ de lui confier un commandement.

Il s'engage comme volontaire au service de l'Autriche et jure de revenir en France les armes à la main. Il participe à la guerre contre les turcs puis affronte la France au cours de la guerre de la succession d'Espagne (1701-1714) se révélant comme l'un des plus brillants généraux du Grand Siècle en compagnie du duc de Marlborough.

Gouverneur des Pays-Bas autrichiens entre 1716 et 1725, il présida ensuite le conseil de guerre aulique, le conseil pour les affaires militaires du Saint Empire Romain Germanique. Il reprit du service lors de la guerre de succession de Pologne en 1733 mais le vieux guerrier se montra d'une extrême pusilanimité. Mort des suites de ces problèmes respiratoires en 1736, il ne laisse aucun héritier et sa fortune cédé à sa nièce Marie-Anne.

En août 1914, les trois Tegetthoff en service (Tegetthoff, Prinz Eugen et Viribus Unitis) et les trois Radetsky formèrent le First Battle Squadron, passant le plus clair de leur temps au port dans la posture de Fleet-in-Being. Il participe ensuite au bombardement d'Ancone le 23 mai 1915.
Après avoir participé à l'opération fatale au Sven Istvan le 10 juin 1918, le Prinz Eugen termina la guerre au port. La paix signée, il fût cédé comme dommage de guerre à la France en compagnie des contre-torpilleurs Pandur, Reka et Duckla (seul ce dernier sera réarmé sous le nom de Matelot Leblanc), du croiseur léger Novarra (réarmé sous le nom de Thionville) et le vieux cuirassé Erzherzog Karl.


Deux photos du Prinz Eugen servant de cobayes aux expérimentations françaises


Débarassé de toute son artillerie et de tout matériel récupérable, l'ancien Prinz Eugen fût utilisé pour des tests d'explosifs, d'explosions sous marines et de bombardement aérien. Les tests terminés, le navire servit de cible de tir aux cuirassés Bretagne, Jean Bart, Paris et France le 28 juin 1922.

Le sort des canons de 305mm reste incertain, si des pièces ont survécu jusqu'en 1940, peut être que certaines ont finies sur le mur de l'Atlantique. Autre récupération, les les six projecteurs Siemens de 110cm seront installés sur les Bretagne à raison de deux projecteurs par navires

SMS Sven Istvan

Lancement du Sven Istvan

-Le Sven Istvan (Saint Etienne) est mis sur cale aux chantiers Danubius de Fiume le 29 janvier 1912, lancé le 17 janvier 1914 et admis au service actif le 13 décembre 1915.


Saint Etienne

Le troisième cuirassé de la classe rend hommage au roi de Hongrie Etienne 1er (v.970-Eszstergom 1038) duc (997-1000) puis roi (1000-1038) de Hongrie, étant couronné roi avec une couronne envoyée par le pape Sylvestre II, ce couronement marquant symboliquement la christianisation de la Hongrie. Canonisé par l'Eglise catholique, il est célébré le 2 septembre.


Une image rare : le Sven Istvan à la mer

Comme tous les navires de la Königliche und Kaiserliche Kriegsmarine, le Sven Istvan passa une grande partie de sa courte carrière (deux ans et demi) à quai. Les chiffres sont éloquants : le cuirassé passa 54 jours en mer sur 937 soit 5.7%.



Le 15 décembre 1916, l'empereur d'Autriche-Hongrie, Charles 1er (petit-neveu de François Josephy décédé le 22 novembre 1916) visita le navire tout comme l'empereur Guillaume II le 12 décembre 1917 qui avait profité d'une visite aux sous marins allemands basé à Pola. Les italiens eux bombardèrent le port à huit reprises entre 1915 et 1917.

Maintenir une flotte longtemps au port c'est le meilleur moyen de provoquer une baisse de moral chez les équipages et le nouveau commandant en chef de la marine austro-hongroise, l'amiral Miklos Horthy l'avait parfaitement compris et décida de lancer un raid contre le barrage allié du détroit d'Otrante.

Le 9 juin 1918 sur les coups de onze heure du matin, les cuirassés Sven Istvan et Tegetthoff escortés par un destroyer et six torpilleurs appareillèrent de Pola pour retrouver au large de Dubrovnik, le Viribus Unitis et le Prinz Eugen.

A 3.15 du matin, le 10 juin, deux vedettes lance-torpilles type MAS, les MAS 15 et MAS 21 repérèrent les panaches de fumée des navires autrichiens qui regagnaient leur port, Horthy ayant décidé d'annuler l'opération, persuadés que les italiens étaient au courant (ce qui se révéla inexact).

Les deux vedettes étaient commandées par le capitaine de frégate Luigi Rizzo et parvinrent à percer l'écran de protection pour engager les cuirassés. La vedette MAS 21 attaqua le Tegetthoff mais les torpilles n'atteignirent pas leur cible à la différence de la MAS 15 qui lança ses deux torpilles de 18 pouces (450mm) à 3.25.

Le Svent Istvan encaissa les deux torpilles à proximité des salles des chaudières. La salle de chaudière arrière fût rapidement innondée provoquant une gite de 10° à tribord réduite à 7° par l'inondation de compartiments à babord. La proximité de l'île de Molat (au sud de Zadar) fit espérer aux austro-hongrois de pouvoir l'échouer et ainsi de le sauver mais l'eau continuait à innoncer le navire, provoquant une perte quasi-totale d'énergie.


L'agonie du Sven Istvan

Le Sven Istvan chavira à 6.05 du matin au large de l'île de Premuda provoquant la mort de 89 marins. Ce naufrage est resté célèbre par le film pris par un officier du Tegetthoff, le Linienschiffsleutnant Meusburger qui montre l'agonie du cuirassé, le Sven Istvan étant le seul cuirassé dont le naufrage à été filmé avec le HMS Barham.

L'épave du cuirassé fût localisé au milieu des années 1970 par la marine yougoslave. Le navire est la «tête en bas», reposant à 66m de profondeur, la proue détaché du reste du nanvire. Trois orifices ont été repérés, le troisième ayant été peut être provoqué par une torpille de la MAS 21 destiné au Tegetthoff. Le site de l'épave est protégé par le ministère croate de la culture et la plongée est interdite sans permission officielle.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 18:01

Un projet mort né : les Erzast Monarch

Evolution du design des Ersatz Monarch qui auraient permis aux autrichiens de posséder une flotte de cuirassés des plus respectables


Les Tegetthoff étaient encore en construction que la marine austro-hongroise se plancha sur le remplacement des trois Monarch et du Habsbourg d'où le nom attribué à cette classe d'Erzast Monarch (Erzast signifiant remplacement en Allemagne).

Les projets en cours en France et en Italie (Bretagne, Conte di Cavour et Andrea Doria) montre qu'il fallait muscler l'armement des futurs cuirassés. Les allemands ayant à cette époque le projet de construire des croiseurs de bataille armés de canons de 350mm (les futurs Mackensen), les autrichiens pour des raisons de communauté logistique choisir également ce calibre.

Des problèmes politiques retardèrent la construction de ces navires et il fallut que l'empereur joue de tout son poid politique pour faire passer en force une nouvelle loi navale le 1er juillet 1914 prévoyant la mise sur cale de deux navires d'ici la fin de l'année et des deux derniers au printemps 1915, deux devant être construits à Trieste et les deux autres à Fiume. La déclaration de la guerre provoqua le report sine die de la construction qui ne commença jamais laissant les Tegetthoff avec le statut de dernier cuirassé austro-hongrois.

Caractéristiques :

déplacement standard 24500 tonnes

dimensions : longueur 175m largeur 28.5m tirant d'eau : 15.5m

Propulsion : 4 turbines à engrenages Yarrow alimentées par 15 chaudières Yarrow dévellopant une puissance totale de 31000ch actionnant quatre hélices

Vitesse : 21 noeuds Distance franchissable : 5000 miles nautiques à 10 noeuds.

Protection : ceinture blindée 310mm tourelles et barbettes 310mm pont blindé 72mm

Armememt : 10 canons de 350mm en deux tourelles triples (tourelle A et D) et deux tourelles doubles (B et C), 14 canons de 150mm en casemates, 20 canons de 90mm, 2 canons de 47mm et 6 tubes lance-torpilles de 533mm

Equipage : 1100 officiers et matelots

Caractéristiques Techniques des Tegetthoff


Déplacement : standard 20013 tonnes (Sven Istvan 20008 tonnes) pleine charge 21595 tonnes (Sven Istvan 21689 tonnes)

Dimensions : longueur 152.2m (hors tout) 151m (entre perpendiculaires) largeur 27.3m tirant d'eau 8.9m

Propulsion : 4 groupes de turbines à engrenages Parson (AEG-Curtiss pour le Sven Istvan) alimentées par 12 chaudières Yarrow (Babcox & Wilcox pour le Sven Istvan) dévellopant une puissance totale de 27000ch (26400 pour le Sven Istvan) entrainant 4 hélices.

Performances : vitesse maximale 20 noeuds distance franchissable : 4200 miles nautiques à 10 noeuds.

Protection : ceinture blindée de 150 à 280mm, pont blindé 30 à 48mm, bulkheads anti-torpilles 50mm tourelles principales 60 à 280mm, casemates 120mm tour de commandement 60 à 280mm

Armement :

A l'intérieur d'une tourelle triple de 305mm. Le mécanisme de culasse est visible : un mécanisme en coin

-12 canons de 305mm Skoda (12 pouces) modèle 1910 en quatre tourelles triples (deux avant et deux arrières). Ce canon de 45 calibres tire des obus de 450kg à une distance maximale de 20000m (+20°) à raison de 1 à 3 coups par minute.


Tourelles arrières du Tegetthoff

La tourelle triple pèse 630 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -3° à +20° à raison de 2.5° par seconde et en azimut sur 140° de chaque côté à raison de 3° par seconde. La dotation en munitions est de 78 obus par canon soit un total de 936 obus.

-12 canons de 150mm Skoda (5.9 pouces) modèle 1912 en casemates simples (six de chaque côté). Ce canon de 50 calibres tire des obus de 45.5kg à une distance maximale de 15000m (site = +15°) à raison de 6 coups par minute. L'affût simple en casemate permet au canon de pointer en site de -6° à +15° et en azimut sur 60°. Dotation en munitions inconnue.

-18 canons de 66mm dont 3 ou 4 antiaériens installées sur les tourelles d'artillerie principale pour la DCA

-4 tubes lance-torpilles de 533mm (un à l'avant, un à l'arrière et deux au milieu)

Equipage : 1087 officiers et marins sauf pour le Sven Istvan (1094 hommes)

Sources

-Marines et forces navales n°115 juin-juillet 2008 «Les Prinz Eugen»

-Marines et forces navales n°116 août-septembre 2008 «Le cuirassé Prinz Eugen»

-Sources internet diverses

-Photos, dessins et PdF de l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : BREGUET ALIZE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 19:50

J'ai jamais aimé les navires de l'époque

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6587
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Jeu 04 Mar 2010, 22:17

Je suis pas sûr qu'une rencontre avec l'armée navale aurait tournée à notre avantage en 1914.........

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MM 40
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1231
Age : 40
Ville : Lyon
Emploi : Enseignant
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 09:34

Très bon résumé et belle présentation!

En fait, tu fais assez bien ressortir que l'histoire de la flotte autrichienne se résume à un seul nom : Wilhelm von Tegethof!

De mon point de vue, Horthy avait l'envergure d'un grand chef (il l'a prouvé à la bataille du canal d'Otrante) mais il a été nommé trop tard à un poste de responsabilité où il pouvait démontrer son talent. Il aurait fallu qu'il soit nommé avant que l'Italie ne soit entrée en guerre. Plus tard son orgueil et ses ambitions politiques l'ont conduit à l'opprobre et à l'oubli!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 09:39

Merci les gars. Je connaissais de nom ces cuirassés notament le sort funeste du Sven Istvan. C'est en faisant cet article que j'ai découvert les Ersatz Monarch qui auraient eu une place de choix dans mon article sur les projets inaboutis de cuirassés.

Quand à l'affrontement entre les Tegetthoff et les Courbet, je pense qu'il n'aurait pas été si déséquilibré que cela mais malheureusement on ne le sera jamais.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 09:57

la flotte austro-hongroise avait un désavantage MAJEUR

enfermée au fond de l'Adriatique sans réels points d'appui à l'extérieur de ce plan d'eau ... que pouvait elle espérer au delà de la mer Ionienne ?

C'était le soucis majeur des empires centraux à une époque où une escadre poussant les feux devait charbonner tous les 4/5 jours ...

Une flotte même inférieure, voir une flottille de sous marins et qq champs de mine et le canal d'Otrante (60 milles de large soit trois navires à distance d'observation) et s'en était fini
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 10:00

Surtout que même si les navires de la Königliche und Kaiserliche Kriegsmarine (à vos souhaits ! ) avaient foncé droit devant contre l'Armée Navale, elle aurait subit une attaque de flanc de la part des cuirassés italiens.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6587
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 22:42

En 1914 l'Italie n'était pas guerre, une sortie bien organisé sur une flotte française loin de ses bases auraient causés d'importantes pertes à l'armée Navale, vu les faibles qualités des courbet

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Ven 05 Mar 2010, 22:45

Je comprends pas cet acharnement à dénigrer les Courbet, à mon sens un duel Courbet contre Tegetthoff n'était pas si déséquilibré que cela. Je suis persuadé que les Courbet auraient pu prendre le dessus sur les cuirassés austro-hongrois.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Sam 06 Mar 2010, 10:42

+1 avec toi Claus!

L'infériorité des Courbet sur l'épaisseur du blindage (ceinture: 180 à 270mm, pont de 45mm) et le nombres de pièce 305mm battante sur un même flanc (10), n'était pas si rédhibitoire !

Quand au problème de la plus faible porté des "305" (environ 12000m) Français (du à une hausse trop faible des canons) cela n'aurait pas été si déterminant que cela à cette époque, vu très faible efficacité des conduites de tir d'alors!
Il me semble, que au dela de 10 kilomètre, les canonniers de cette époque n'obtenaient qu'un pourcentage de coup au but très faible!
Pour moi, en cas de duel, c'est uniquement le niveau des équipages respectif de ces deux classe de navires, qui aurait fait la différence!

Sinon pour en revenir à ton article, je peut te dire que je l'ai beaucoup apprécier!
Tout particulièrement ta synthèse historique sur une marine que je connaissais très mal ! thumright
Quand au cuirassé en question, à défaut d'avoir été très actif, il été parmi les plus innovant des premiers dreadnought (avec les Michigan) avec leur configuration d'artillerie, très en avance sur les standarts de l'époque ! thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Sam 06 Mar 2010, 11:41

clausewitz a écrit:

( ... ) Maintenir une flotte longtemps au port c'est le meilleur moyen de provoquer une baisse de moral chez les équipages et le nouveau commandant en chef de la marine austro-hongroise, l'amiral Miklos Horthy l'avait parfaitement compris et décida de lancer un raid contre le barrage allié du détroit d'Otrante.

Le 9 juin 1918 sur les coups de onze heure du matin, les cuirassés Sven Istvan et Tegetthoff escortés par un destroyer et six torpilleurs appareillèrent de Pola pour retrouver au large de Dubrovnik, le Viribus Unitis et le Prinz Eugen.

A 3.15 du matin, le 10 juin, deux vedettes lance-torpilles type MAS, les MAS 15 et MAS 21 repérèrent les panaches de fumée des navires autrichiens qui regagnaient leur port, Horthy ayant décidé d'annuler l'opération, persuadés que les italiens étaient au courant (ce qui se révéla inexact).

Les deux vedettes étaient commandées par le capitaine de frégate Luigi Rizzo et parvinrent à percer l'écran de protection pour engager les cuirassés. La vedette MAS 21 attaqua le Tegetthoff mais les torpilles n'atteignirent pas leur cible à la différence de la MAS 15 qui lança ses deux torpilles de 18 pouces (450mm) à 3.25.

Le Svent Istvan encaissa les deux torpilles à proximité des salles des chaudières. La salle de chaudière arrière fût rapidement innondée provoquant une gite de 10° à tribord réduite à 7° par l'inondation de compartiments à babord. La proximité de l'île de Molat (au sud de Zadar) fit espérer aux austro-hongrois de pouvoir l'échouer et ainsi de le sauver mais l'eau continuait à innoncer le navire, provoquant une perte quasi-totale d'énergie.


L'agonie du Sven Istvan

Le Sven Istvan chavira à 6.05 du matin au large de l'île de Premuda provoquant la mort de 89 marins. Ce naufrage est resté célèbre par le film pris par un officier du Tegetthoff, le Linienschiffsleutnant Meusburger qui montre l'agonie du cuirassé, le Sven Istvan étant le seul cuirassé dont le naufrage à été filmé avec le HMS Barham.

L'épave du cuirassé fût localisé au milieu des années 1970 par la marine yougoslave. Le navire est la «tête en bas», reposant à 66m de profondeur, la proue détaché du reste du nanvire. Trois orifices ont été repérés, le troisième ayant été peut être provoqué par une torpille de la MAS 21 destiné au Tegetthoff. Le site de l'épave est protégé par le ministère croate de la culture et la plongée est interdite sans permission officielle.
????

Dans une émission sur la sortit fatal au Svent Istvan, diffusé sur Arte en Novembre 2008, le narrateur (voix "off") y affirmait que s'était le torpillage du Svent Istvan, qui avait incité Horthy à annuler son raid ?
Il n'était pas n'on plus fait mention de l'attaque contre le Tegetthoff , pas plus que de la troisième brèches dans la coque de l'épave du Svent Istvan ?
De plus, toujours d'après cette émission, le Svent Istvan aurait été seul avec 6 contre-torpilleur, au moment de l'attaque, et il n'est pas fait, non plus, mention d'une deuxième MAS ?
Autre contradiction, moment du naufrage, dans une des séquences reconstituer de l'émission, le cameraman qui filmait l'agonie du cuirassé était habillé en civil ?
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Sam 06 Mar 2010, 12:03

Ca je peux pas préciser, il me semble que je me suis basé sur Wikipedia ou naval history.net mais comme le sait les contrendus de batailles sont souvent confus et souvent sujets à caution

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Sam 06 Mar 2010, 12:13




Le chemin que les austro-hongrois suivirent en matières de Flotte cuirassés (1890-1918: Pré-Dréadgnouth, Dreadnought) suivaient 3 grandes erreurs:
- Stratégique: militaire/politique.
- Tactique: Emploi sur le champs de bataille.
- Technique/Budget: Navires.

- Stratégique: Étant enfermé au fond de l'Adriatique, il est clair qu'en cas de conflit avec les français/anglais, voir avec les italiens (alliés des autrichiens avant guerre ne l'oublions pas !), la flotte Austro-hongroise :
1: Ne jouerait pas un rôle majeur dans le conflit (tout se décidant avec l'armée de terre et l'aviation).
2: Se retrouvait en facheuse posture, enfermé et moins nombreuses. Et la, le principe de "Fleet in Being" n'était pas la solution (pas assez éfficace, la preuve, c'est pas les 4 dreadnought autrichiens ne firent pas peur aux marins italiennes et francaise)

- Tactique: Avec des ennemies pouvant TRES FACILEMENT bloquer le détroit d'otrante (champs de mines, sous-marins, flotilles de torpilleurs, escadres de croiseurs ou cuirassés supérieur en nombre), ca servait à quoi d'avoir 4 dreadnought enfermé à Pola ?, la flotte était facilement "enfermable et contenable en Adriatique !

- Technique/Budget: L'autriche-hongrie avait plusieurs faiblesses (moyens financiers, faiblesses structurelles: diverses communautés/populations; Les hongrois se fichaient des cuirassés). Il aurait mieux valut que les budgets soient mieux répartis. Avec des énnemies ayant 3 à 8 fois plus de moyens, il était stupide de concevoir les memes navires.

En résumé: Moyens financiers limités, forte supériorité numériques des ennemies, position géographique "enclavé", fort désintéressement des questions "navals" d'une partie de l'empire, situation géographique donnant aux armées de terre & air une + grande importance...

Perso, mon avis sur les 4 Dreadnoughts austro-hongrois, c'est :

A la place des 4 cuirassés de 20000T (12 pièces de 305; 21 nœuds; a la limite des budgets et moyens techniques de l'empire). Il aurait mieux valut pour les autrichiens de faire:
- 2/3 "croiseurs de batailles de poches", 13/15000T (6 pièces de 305 en 3 tourelles doubles, filant à 24/26 nœuds)...Cela aurait fait d'excellents navires de raids lourdement armés et - chers. Et qui auraient + navigués.

Et foutre le reste de l'argent dans des sous-marins, vedettes lance-torpilles, mines, Aéronavale, Batteries Côtières, immensément plus utiles en mer Adriatique !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Sam 06 Mar 2010, 12:19

clausewitz a écrit:
Ca je peux pas préciser, il me semble que je me suis basé sur Wikipedia ou naval history.net mais comme le sait les contrendus de batailles sont souvent confus et souvent sujets à caution
.. et puis en même temps Arte, est loin de faire preuve d'une rigueur à 100% dans le choix de ses émission dit "historique"!
Ont en avaient eu, un bon exemple avec celle consacré aux accord de Munich, diffuser en 2008!

@colombamike: +1 thumright
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Dim 07 Mar 2010, 07:20

Bel article sur des navires assez peu connus (j'aime bien les quatre tourelles triples Very Happy )

@ mike: +1, mais il ne faut pas oublier l'impact psychologique d'un dreadnought. Qu'une grande puissance comme l'empire austro-hongrois n'aie pas de dreadnought aurait été interprété (je pense) comme un signe de faiblesse, d'autant que l'ancienne "colonie" (l'Italie) en possède (je pense surtout pour le peuple austro-hongrois, car il est clair que les ennemis de l'Autriche n'étaient pas dupes).
Revenir en haut Aller en bas
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Dim 07 Mar 2010, 11:04

Eagle_Eye a écrit:
@ mike: +1, mais il ne faut pas oublier l'impact psychologique d'un dreadnought. Qu'une grande puissance comme l'empire austro-hongrois n'aie pas de dreadnought aurait été interprété (je pense) comme un signe de faiblesse, d'autant que l'ancienne "colonie" (l'Italie) en possède (je pense surtout pour le peuple austro-hongrois, car il est clair que les ennemis de l'Autriche n'étaient pas dupes).

Je comprend cette idée de "signe de faiblesse apparente" mais au final ce n'est pas valable (suffit de voir l'expérience de la guerre) car quand un pays à des moyens plus faible que ses ennemies mais s'obstine à les suivre, il se fragilise encore plus rapidement ! (finacièrement, tactiquement, technologiquement). Et puis une partie du peuple se foutait totalement des questions maritime (hongrois, ect....).

Pour la Grande-Bretagne, le cout d'1 dreadnought ne fut pas immense dans son budget, mais pour l'Autriche-Hongrie, c'était peut être ? 25% ? du budget militaire annuel ! Il suffit de voir que durant la construction de ces 4 dreadnought (1909-1915), la marine austro-hongroise ne fabriqua pas beaucoup d'autres navires (croiseurs, destroyers)....tout simplement car ces dreadnought "pompaient" une grosse partie du budget.

N'oublions pas que ces 4 dreadnought austro-hongrois furent conçus avec l'appuie des ingénieurs allemands (le kaiser donna certains plans allemands vers 1909-1911). Les chantiers austro-hongrois étaient à la limite de leurs possibilités (calibre de 305, taille du navire, tonnage...d'ailleurs ils construisirent une cale flottante exprès pour ces rafiots)

Un cas "un peux similaire" et contemporain est le petit porte aéronef thaïlandais ! Alors que ? 70% ? des thaïlandais vivent dans la misère (et que des dizaines de milliers d'enfants se prostituent), en 1992-1995, les thaïlandais décidèrent d'acheter un porte aéronef (après que les espagnols aient, sans aucun doute, versés d'immenses pots de vins aux politiciens et militaires thaïlandais de l'époque...). Officiellement qualifié de "porte aéronef d'assistance lors d'opération de secours" (vous m'expliquerez en quoi des AV8 harriers peuvent faire du secours), ce navire n'est qu'un joujou (il dispose de cabines luxueuses pour le rois thaïlandais...), il emporte très peux d'Harrier, et prend la mer 1 fois tous les 3 ans....

Je suis persuadé que les austro-hongrois s'affaiblirent en tentant de suivre les autres nations dans la course au Dreadnought.

Il est clair qu'a la place de ces 4 gros, lent et cher rafiots; Faire 2/3 navires plus petit mais assez lourdement armés (13/15000 tonnes, 3 tourelles doubles de 280 ou 305; 6/8 pièces de 120/150 filant 25/28 nœuds)....bref des "croiseurs de batailles de poches", auraient représentés une bien plus forte menace pour le commerce maritime francais, anglais...italien

Ces "croiseurs de batailles de poches" auraient:
- coutés - chers que 4 dreadnought
- Auraient pus etre mieux employés tactiquement (navires de raids, guerre de courses au commerce)
- Auraient été une bonne solution (économique) en cas de "fleet in being"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Dim 07 Mar 2010, 11:27

Citation :
Ces "croiseurs de batailles de poches" auraient:
- coutés - chers que 4 dreadnought
- Auraient pus etre mieux employés tactiquement (navires de raids, guerre de courses au commerce)
- Auraient été une bonne solution (économique) en cas de "fleet in being"

Le mieux aurait été encore pas de gros navires du tout Laughing 4 croiseurs de bataille de poche auraient couté moins cher, mais n'aurait probablement pas été plus efficaces car vite bloqués dans l'Adriatique. Pour un pays comme l'Autriche-Hongrie une flotte de torpilleurs, de gros destroyers (contre-torpilleurs), des sous-marins et éventuellement quelques croiseurs auraient amplement suffit à mon avis.

Citation :
Et puis une partie du peuple se foutait totalement des questions maritime (hongrois, ect....).

C'est à mon avis la principale faiblesse de l'empire austro-hongrois, cette absence d'unité culturelle (hormis, peut-être, une vague fidélité à la dynastie des Habsbourg).
Revenir en haut Aller en bas
Colombamike
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3302
Age : 37
Ville : Massilia
Emploi : Yep
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   Dim 07 Mar 2010, 13:20

Je pense que l'on se "rejoint" sur de nombreux points...

Eagle_Eye a écrit:
Le mieux aurait été encore pas de gros navires du tout Laughing 4 croiseurs de bataille de poche auraient couté moins cher, mais n'aurait probablement pas été plus efficaces car vite bloqués dans l'Adriatique. Pour un pays comme l'Autriche-Hongrie une flotte de torpilleurs, de gros destroyers (contre-torpilleurs), des sous-marins et éventuellement quelques croiseurs auraient amplement suffit à mon avis.

Pas de gros navires, non quand même !
A cette époque (1890-1915) Il fallait quelques grosses "bailles", histoire d'avoir une certaine "puissance", une certaine "force", une certaine "dissuasion"...Maintenant avoir 4 gros dreadnought et 6/9 autres pré-dreadnoughts...perso....NON.......Comme je le dit plus haut, peut être des "grosses bailles" - nombreuses, - chers, un peux - puissante, mais + rapide, destinées aux "raids" (croiseurs-cuirassés/croiseurs de batailles "de poche").
Bref:
- 2/3 croiseurs de batailles "de poches" à la place des 4 Dreadnought Tegethofff
- 2 croiseurs-cuirassés à la place des 3 pré-dreadnoughts "radetszky"
- 1 croiseurs-cuirassés à la place des 3 pré-dreadnoughts "erzherzog"
- 2 croiseurs-cuirassés à la place des 3 pré-dreadnoughts "habsburg"
ect....

Après (1917/18...1920's), il est clair que des contres-torpilleurs de 2000T auraient amplement suffit comme "grosses unités"...

Il est clair que dans l'Adriatique (mer peux profonde, peux large: 250/350km, avec pleins de petites iles), le cœur de la guerre navale se jouait avec de "moyennes et petites unités" (Croiseurs légers, destroyers, torpilleurs, vedettes lance-torpilles, sous marins, champs de mines, batteries côtières, aéronavale...).


Eagle_Eye a écrit:
C'est à mon avis la principale faiblesse de l'empire austro-hongrois, cette absence d'unité culturelle (hormis, peut-être, une vague fidélité à la dynastie des Habsbourg).

Tout a fait:
Un empire avec 15 nationalités, 10 langues et 3 religions (tout ca dans les Balkans). C'était un "pseudo" colosse aux pieds d'argile....Une partie de l'empire (cf. les régions/communautés totalement "terrestre") se foutait totalement des questions navals. D'ailleurs les budgets militaires devaient "jouer" avec ca (ne pas heurter certaines "parties"). Et puis c'est pas la flotte qui pourrait gagner la guerre...c'est avant tout l'armée de terre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF   

Revenir en haut Aller en bas
 
AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AUTRICHE-HONGRIE CUIRASSES CLASSE TEGETTHOFF
» USN CUIRASSES CLASSE COLORADO
» JAPON CUIRASSES CLASSE ISE
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
» ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: