AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Mer 06 Oct 2010, 06:07

Puisqu'on en parle, noter l'endurance phénoménale des Sangamon et des Commencement Bay: 23 000 milles nautiques à 15 noeuds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Mer 06 Oct 2010, 10:59

pascal a écrit:
Puisqu'on en parle, noter l'endurance phénoménale des Sangamon et des Commencement Bay: 23 000 milles nautiques à 15 noeuds
Performance octroyée par les tanks de pétrolier dont ils disposaient. Heureux bénéfice de leur structure de navire marchand : il y a donc du bon en à tirer… comme y invite :
Requin a écrit:
ça confirme ce que je disais au début, la Marine […] a encore de quoi apprendre de la marchande
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Croiseur ravitailleur   Mer 06 Oct 2010, 12:53

Dans la même ligne que les PA-54, le CLM Colbert disposait lui aussi de la capacité ravitailleur (Un peu comme les BB de la classe IOWA !!…).
Requin a écrit:
[…]C'est une des raisons pour laquelle les Nimitz et les Iowa modernisés pouvaient ravitailler […]
DahliaBleue a écrit:
Cette fonction ravitailleur (non spécialisé) n’est pas une exclusivité états-unienne […] le croiseur Colbert […] disposai[en]t des installations adéquates pour l’assurer. […].
Les photos sont moins parlantes que celles du Clemenceau, mais on y distingue bien le gréement (fixe) de RAM.




À la différence des PA-54, le Colbert avait des postes de RAM/transfert des deux bords, au nombre de onze. Repérés, comme de juste par des numéros impair à tribord et pairs à bâbord. Situés à l’arrière des bossoirs d’embarcation, le poste 9 et le poste 10 étaient (uniquement) destinés à ravitailler comme fournisseur. Il ne s’agissait pas d’un gréement de circonstance ou de fortune, mais bien d’une installation permanente, comme le montre ce plan extrait du document officiel P-460 :

Sur le croiseur, la fonction portique support [que tenait la grue des PA-54] était assurée par les bossoirs, brassés à l’extérieur comme le montre cette vue prise lors d’un ravitaillement de l’ER Le Provençal :

À la différence des BB de la classe IOWA le Colbert n’a jamais été gréé [en tant que ravitailleur-fournisseur] avec l’équipement câble support à tensionnement automatique + lance cône Probe.
[Comme récepteur, il en était évidemment doté — aux postes 7 et 8 — depuis le début des années 1970].


Dernière édition par DahliaBleue le Mer 15 Fév 2012, 16:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Logistique, maintenance et longévité.    Mer 06 Oct 2010, 20:27

Requin a écrit:
[…]le coût financier[…]En matière de construction […] les normes civils […]
la gestion des déchets […] F70 […] des navires trop petit (F70 AA)[…]périmés à mi-vie […]
Le sujet de départ (la logistique opérationnelle) s’éloigne un peu pour arriver à la maintenance industrielle et aux programmes militaires (cahier des charges) en passant par l’endurance et la longévité, voire l’écologie.
Requin a écrit:
[…]répartir […] tasser […] la même quantité (poids et volume) sera chargé[e] plus rapidement et avec moins de personnel sur un navire conçu(s) suivant les besoins des armateurs privés que [ceux de] la Marine Nat.
Question de cahier des charges. L’avitaillement rapide n’est (n’était…) pas un besoin aussi prioritaire que pour un paquebot. En période d’armement (soutes vides) c’est un simple paramètre du planning. S’il y a urgence (retour de mer et redépart sur alerte) la main d’œuvre (pas très coûteuse) est (assez) nombreuse. Il n’y a pas d’exemple d’un appareillage conditionné par une corvée de vivres.
Requin a écrit:
[…] le coût financier nb de pers x cout à l'heure […] sur certains navires militaires.[…]
Le (non-)rendement de la manutention militaire a effet un faible impact économique. Mais précisément, l’enjeu n’est pas économique.
Requin a écrit:
[…]Il sera interressant de voir comment se déroulera le chargement de vivre sur les FREMM avec seulement 16 QMM à bord.[…]
L’effectif étriqué des FREMM a pour retombée positive que le tonnage de vivres est, lui aussi, réduit en proportion (ce ne sera pas 400 tonnes !). De plus les QMM ne sont pas les seuls à la manutention : les OM (et les OMS !) sont aussi de la partie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Logistique, maintenance et longévité.(suite2)   Mer 06 Oct 2010, 20:40

Requin a écrit:
[…] En matière de construction, beaucoups de marmar n'ont rien à envier en matière de sécurité, les normes civils sont souvent plus dur que celles des navires d'Etats qui ne subissent aucun controle indépendant[…]
L’État est son propre assureur, et la Défense ne peut être contrainte par des normes civiles, et encore moins contrôlée par un organisme civil.
La sécurité active (Damage Control) basée sur des équipages numériquement étoffés est supposée compenser la sécurité passive éventuellement déficiente.
Ceci écrit, cela n’empêche pas la Défense de solliciter quelques labels de qualité (ISO…) ni de se rallier (quand ça fait son affaire) à des solutions éprouvées et économiques (constructions sur normes Veritas…), ni de recourir à des audits externes.
Mieux : la marine ne méprise pas les normes civiles, puisqu’elle recourt désormais (et de plus en plus souvent) à ce principe : frégates de surveillance, BPC… et autres futurs*
Requin a écrit:
[…] le bouquin de Bill, parle de l'état du Clem dans les années 90... ces navires n'auraient pas eu l'autorisation de naviguer si il avaient du subir un controle extérieur (j'ai vu des portes extérieures qui n'étaient même plus étanches sue le Clem,
L’entretien dépend et demande des moyens (budget…) qui sont de plus en plus difficilement accordés par la Représentation nationale…
La France est soumise au principe de la stratégie génétique et des choix politiques doivent constamment être arbitrés. Lois de programmation discontinues ou interrompues, politique des sacrifices, budget de Défense variable d’ajustement du budget général, budgets d’entretien (titre III) indigent, sont le cauchemar des planificateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Logistique, maintenance et longévité.(suite3)   Mer 06 Oct 2010, 21:06

Requin a écrit:
[…] De même […] des navires trop petit (F70 AA)[…] empêches d'évoluer (impossible de mettre une quarantaine d'Aster en lanceurs verticaux) […donne…] des navires périmés à mi-vie[…]
La longévité d’un bâtiment se ressent forcément de la durée de vie pendant laquelle l’État le conserve (plus ou moins bien, c’est vrai) : deux ou trois fois celle des navires marchands. De la notion d’endurance on passe ici à celle de longévité. La marine ne serait certainement pas opposée à renouveler son parc tous les quinze ans, au lieu de procéder à des coûteuses et aléatoires refontes.

Requin a écrit:
[…] et je parle pas de la gestion des déchets purement et simplement passés par dessus bord[…]
C’était en effet vrai, en mer ; mais c’est un autre sujet (…la conscience écologique !) que la logistique. Sujet pour lequel on observe tout de même une évolution et des progrès certains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Logistique, maintenance et longévité.(suite4 et fin)   Mer 06 Oct 2010, 22:40

Requin a écrit:
[…] on peut aussi parler des F70 qui ont été "renforcés par des bulges de 60 m de long et lesté par 210 t de béton" (source FdC 2010) [sic : sauf erreur, l’édition 2010 n’est pas encore parue]
Même regrettables, des erreurs de conception ne sont pas rares (les ponts de chargement du TCD Foudre, le pont d’envol du CdG, ou son devis de poids à cause de l’enceinte de confinement… sans parler de ses hélices.
Elles sont peut-être plus fréquentes, désormais. À croire qu’il y a une (légère) perte de savoir-faire à la DCN. Probablement due aux commandes de plus en plus rares, aux programmes échenillés et au goût préférentiel (de l’industriel) pour l’expérimental et le prototype au détriment de la construction en série (car c’est moins valorisant…).
Mais ici, cette modification fait suite à l’ajout des longerons raidisseurs latéraux, destinés à compenser l’effort (sous estimé par le STCAN) que fait peser sur la poutre bateau l’ensemble MSR-VDS de la plage arrière, particulièrement en phase de remorquage du sonar, à grande profondeur (ça tire très fort !). Il s’agit d’un effet de vieillissement par accumulation des efforts. Les F-67 ont connu le même problème… et la même solution (sauf le lest, non nécessaire). En leur temps, les EE (T-47) ASM l’ont connu aussi, mais ont été désarmés avant que l’on y remédie…
À la décharge des bureaux d’étude, il faut admettre que les câbles sonar VDS grande profondeur n’étaient pas prévus à l’origine des C-70.

Les bulges (et le lest induit), eux, sont destinés à compenser les alourdissements successifs [et l'altération correspondante du "rhô moins a"], découlant en particulier du programme OP3A (abri de défense à vue au dessus de la passerelle, système de traitement des informations de défense à vue STIDAV, système d'autodéfense rapprochée SARA, deux systèmes SATCP Sadral, et deux affûts de 30mm Breda-Mauser).

Cela ne résulte donc pas d’une erreur de conception, mais illustre encore l’inconvénient de perpétuellement modifier les unités en service, au lieu de faire du neuf.


Dernière édition par DahliaBleue le Mer 15 Fév 2012, 16:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 13:02

J'ai rectifié pour la source FdC, d'ailleurs, c'est indiqué dans le 06 comme le 08 Rolling Eyes

Les pb et retards dans les nouveaux systèmes d'armes sont assez inévitables parce que c'est de l'innovation. C'est regrétable à cause des retard mais assez compréhensible, pour la partie coque, c'est beaucoups moins excusable. Evil or Very Mad

Sachant qu'un navire doit durée plus de 30 ans, n'ont seulement tu le fais solide pour qu'ils puissent tenir toute la durée de vie, mais pour un navire militaire, tu dois aussi tenir compte du fait que les systèmes d'armes évoluront au point d'être totalment différent pour certains. Cela demande de concevoir des navires sur-dimentionné à leur mise en service pour qu'en fin de vie, ils puissent encore être totalement opérationnel.

Avec DCN, des F70 au CdG, on peut pas dire qu'ils étaient dans cette logique, on était dans le minima Boulet

L'exemple le plus marquant actuellement étant justement le CdG et le projet CVF-Fr. Le cahier des charges est quasi identique. L'un est limite trop petit avec plein de pb technique et je crains franchement pour ses capacité opérationnel réel dans une quinzaine d'année quand le CVF-Fr est volontairement surdimentionné pour tenir plus de 40 ans avec une marge d'évolution du GAE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 14:12

DCN fait avec les crédits qu'on alloue à un programme ...
Pour le porte-avions c'est caricatural: à budget serré solutions étroites (pas de nouveaux réacteurs -mais bon les K 15 suffisaient, chaîne de propulsion issue de l'existant) avec en plus le choix de le faire construire à Brest.

Les F 70 étaient au départ des corvettes, ce qui peut expliquer pas mal de choses en terme d'échantillonages et de prévisions d'équipements. Ce qu'on ignore souvent c'est qu'au départ elles devaient faire 4/5 mètres de moins ...

Le dimensionnement des navires est aussi une affaire de budget de programmes les anglais en savent qq chose avec les T 42 batch one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 16:16

Requin a écrit:
[…]Sachant qu'un navire doit durée plus de 30 ans[…] tenir compte du fait que les systèmes d'armes évoluront au point d'être totalment différent pour certains. Cela demande de concevoir des navires sur-dimentionné à leur mise en service pour qu'en fin de vie, ils puissent encore être totalement opérationnel.
Avec DCN, des F70 au CdG, on peut pas dire qu'ils étaient dans cette logique, on était dans le minima […]
Parfaitement exact : l’US Navy avait fait ce choix pour les DD de la classe SPRUANCE : au point que ces destroyers avaient la taille de vrais croiseurs (à l’échelle européenne…) mais quasiment vides (avec très peu d’armes/équipements à bord).
Et encore, pour nos corvettes, on a effectivement joué (très timidement) cette carte. Mais comme, à l’origine du programme corvette (C-65, C-67 et C-70) on tablait sur une série de… cinquante ( !! L’utopie ne coûtait pas cher en 1966-68) il n’aurait pas été envisageable (ni à notre portée…) de les concevoir à 5000 ou 6000 tonnes.
Comme le dit justement :
pascal a écrit:
[…]Les F 70 étaient au départ des corvettes, […] en terme d'échantillonages et de prévisions d'équipements. Ce qu'on ignore souvent c'est qu'au départ elles devaient faire 4/5 mètres de moins[…]
Les C-70 devaient seulement être des C-65 à deux lignes d’arbres, en effet à peine plus longues (133 mètres) et plus lourdes (3500 tW) que l'Aconit. C’est l’amélioration des logements et de l’habitabilité qui les a fait rallonger et grossir : comme quoi le souci humain n’est pas toujours négligé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 17:02

pascal a écrit:
DCN fait avec les crédits qu'on alloue à un programme ...
Pour le porte-avions c'est caricatural: à budget serré solutions étroites (pas de nouveaux réacteurs -mais bon les K 15 suffisaient, chaîne de propulsion issue de l'existant) avec en plus le choix de le faire construire à Brest.

DCN et/ou la DGA aurait pu aussi dire qu'on ne pouvait pas faire un PAN bien propulsé avec des K15 et faire un PA classique de plus de 120.000 cv à un coût (y compris en incluant le carbu sur la durée de vie) bien moins important que l'actuel CdG Rolling Eyes et plus réussi pas de réducteurs non adaptés, hélices plus facile à réaliser... Rolling Eyes

Perso, c'est ce que j'attends d'un bon constructeur, quand le client demande la Lune, faut savoir dire non Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 19:05

Sauf quand le client et le constructeur sont les mêmes i.e l'Etat, ce qui est actuellement toujours le cas.
Le petit ingénieur ou technicien ou ouvrier fait bien évidemment remonter les problèmes mais plus haut c'est pas de vague... c'est la même chose dans l'armée en règle générale, conclusion les personnes prenant les décisions ne connaissent rien et prennent les mauvais choix.
Ce système là n'est pas prêt de changer c'est ça le pire Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 07 Oct 2010, 19:58

Et c'est précisement ce que je reprochais le plus à DCN, cette confusion des genres : patron-client-controleur-... était totalement contre-productive. Boulet
Et c'est en train de changer : changement de statut en entreprise de droit privé, arrivée un actionaire privé à auteur de 25%, pdg issu d'un chantier privé et au final un plan cherchant à augmenter la production de 30% (ce qui est assez énorme et pose plein de question sur la gestion de l'argent du contribuable par DCN et la DGA Rolling Eyes )
A terme, il est souhaitable que l'Etat soit de moins en moins majoritaire afin d'établir une relation saine client-fournisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Ven 08 Oct 2010, 10:25

Clem R98 a écrit:
Merci […] thumright, les photos parlent d'elles memes, en tout cas du temps que j'étais à bord on n'a pas ravitaillé un seul navire, meme en longue période de navigation c'était toujours la Meuse qui nous faisais le RAM ainsi qu'a notre escorte
Dès cette époque, les bâtiments chauffant encore au mazout étaient devenus rares voire avaient disparu.
De plus les pétroliers, eux, étaient plus nombreux que dans les années 1960 (y compris l'affrété Port Vendres).


Dernière édition par DahliaBleue le Mer 15 Fév 2012, 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Politique militaire et politique industrielle   Ven 08 Oct 2010, 19:03

Requin a écrit:
[…]faire un PA classique de plus de 120.000 cv à un coût (y compris en incluant le carbu sur la durée de vie) bien moins important que l'actuel CdG et plus réussi[…]
Choix exclu, dès lors que l’option nucléaire était décidée (dès le milieu des années 1970). C’était à l’époque du tout nucléaire. Les avantages de la prop. nucléaire l’emportaient largement sur les inconvénients, surtout avec le savoir-faire français en la matière, qu’il fallait valoriser. Et l’écologie ne se faisait pas encore entendre… [Avant de préserver l’environnement mondial, GreenPeace visait surtout à ruiner les efforts nucléaires — militaires — français].
Mais pour la puissance développée du PAN, un peu plus de muscles, ça ne lui aurait pas nui, bien sûr ! Sad

Requin a écrit:
DCN et/ou la DGA aurait pu aussi dire qu'on ne pouvait pas faire un PAN bien propulsé avec des K15[…]
Chris a écrit:
[…]Le petit ingénieur ou technicien ou ouvrier fait bien évidemment remonter les problèmes mais plus haut c'est pas de vague... c'est la même chose dans l'armée en règle générale, conclusion les personnes prenant les décisions ne connaissent rien et prennent les mauvais choix.[…]
Ce n’est pas une affaire de vagues, mais de choix. Ces choix sont critiquables mais pris en connaissance de cause.
Pas plus que l’EMM, la DCN/DGA n’a une totale liberté. Le budget n’est pas extensible, et des compromis doivent être imposés. D’autant qu’en matière nucléaire, d’autres acteurs essentiels interviennent, comme le CEA, le ministère de l’industrie, du commerce extérieur, celui de la Recherche, des Affaires étrangères, sans parler de Bercy…
Même si le Parlement a été tenu au courant et a mené débats (avec d’intéressants rapports parlementaires) le programme PAN n’a même pas été arbitré à Matignon, mais bien à l’Élysée !!


Dernière édition par DahliaBleue le Mer 15 Fév 2012, 16:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Politique militaire et politique industrielle (suite)   Ven 08 Oct 2010, 19:10

Requin a écrit:
[…]Perso, c'est ce que j'attends d'un bon constructeur, quand le client demande la Lune, faut savoir dire non
La DCN subit elle aussi des contraintes financières et des arbitrages industriels (à moins que ce soit l’inverse…) qui ne lui permettent pas (toujours) de proposer les plus judicieux de ses choix.
Le système est devenu bancal lorsque la marine a perdu la pleine autorité sur la DCAN avec la constitution de l’entité ministérielle DMA puis DGA (au début des années 1960 et l’interarmisation).
Même s’il n’était pas exempt de critiques et d’insuccès (voir de 1870 à 1919, polémiques et controverses sur la Jeune École et la flotte d’échantillons) le système précédent (DCAN entièrement subordonnée à l’EMM) avait plutôt fait ses preuves entre 1922 et 1939, puis avec le Programme naval 1947-1959.
Chris a écrit:
Sauf quand le client et le constructeur sont les mêmes i.e l'Etat, ce qui est actuellement toujours le cas. […]
Requin a écrit:
[…]Et c'est précisement ce que je reprochais le plus à DCN, cette confusion des genres : patron-client-controleur-... était totalement contre-productive.[…]
Aujourd’hui ne s’est pas vraiment établie une saine et simple relation client-fournisseur. L’un et l’autre relèvent en effet, non seulement d’une autorité commune (la Défense) mais aussi d’un financier inflexible sinon intraitable (Bercy) !

Chris a écrit:
Ce système là n'est pas prêt de changer c'est ça le pire
Requin a écrit:
[…]Et c'est en train de changer : changement de statut en entreprise de droit privé,[…] il est souhaitable que l'Etat soit de moins en moins majoritaire afin d'établir une relation saine client-fournisseur.
C’est dans la droite ligne des directives de l’Union européenne. Et de la RGPP. Ça pourrait un peu améliorer la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Sam 09 Oct 2010, 12:10

A titre d'exemple, il y a plus d'un an, le PDG de STX France a fait une lettre ouverte à l'Etat pour l'étude voulu par le gouv d'un PAN en demandant d'être clair dans sa demande : puissance des réacteurs, taille et capacité du navire en laissant entendre que les Chantiers refuserait de faire un mauvais navire. C'est qu'on doit attendre d'un bon industriel.

Ca marchait avant parce qu'il y avait de l'argent et que les systèmes d'armes n'étaient pas aussi complexes et chers.
Dans la situation actuel, il faut que DCNS soit le plus indépendant possible des politiques. Cela implique de proposer les meilleurs produits au meilleurs coût (de l'étude à démentellement) tout en fournissant des produits le plus made in France possible pour la Marine Française et le plus exportable possible.
En améliorant la productivité, tu subis moins de pression de Bercy en changeant le rapport de force (toute réduction de budget créerait du chomage) et tu arrives mieux à exporter, c'est du gagnant-gagnant.

La situation actuel est encore transitoire, il faut attendre que soit mis en place une bone réindustrialisation du site de Brest par exemple pour améiorer la situation Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Alourdissement des F-70   Dim 10 Oct 2010, 20:33

Requin a écrit:
J'ai rectifié pour la source FdC, d'ailleurs, c'est indiqué dans le 06 comme le 08 […]
J'ai estompé aussi la référence erronée. Mais l'observation technique est en effet valable depuis 2006.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X07
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau


Masculin
Nombre de messages : 2873
Age : 51
Ville :
Emploi :
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 10 Nov 2011, 09:39

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Jeu 10 Nov 2011, 10:33

Octobre 2009-Novembre 2011 : deux ans. Je croyais que c'était urgent !

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Ven 11 Nov 2011, 10:04

Ce n'est prévu que pour la prochaine LPM.

C'est un programmme indispensable pour la Marine mais au niveau timing, on est pas dans l'urgence, simplement dans les temps Very Happy . D'autant que les industriels (DCNS et STX) doivent faire le retex des BPC (les 2 premiers et le Dixume qui a eu un pilotage industriel différent) et que DCNS et en train de réorganiser son pôle ingénieurie pour faire une offre commune la moins cher possible.

Pour la collaboration avec les British, j'avoue que je vois pas trop l'intérêt industriel et financier Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X07
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau


Masculin
Nombre de messages : 2873
Age : 51
Ville :
Emploi :
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Ven 11 Nov 2011, 11:29

Bonjour

Pour la coopération Franco-Anglaise, en dehors du rapprochement sur le papier, je ne vois pas, moi non plus, l'intérêt industriel ou économique.
Parmi les options:

- developpement, commande, construction en France d'un concept national de type BRAVE de DCNS, avec possibilité d'achat de ce type de navire par la Royal Fleet Auxiliary si elle le souhaite.

- Construction sous licence en France d'un navire déjà existant, de type Rotterdam Neerlandais, Cantabria de Navantia, Etna ou Deepak de Fincantieri, Berlin Allemand.

Je préfèrerai éviter la collaboration technico-industrielle avec les Britanniques, avec les retards et surcouts que celà engendre.

X
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Ven 11 Nov 2011, 13:45

X07 a écrit:
- developpement, commande, construction en France d'un concept national de type BRAVE de DCNS, avec possibilité d'achat de ce type de navire par la Royal Fleet Auxiliary si elle le souhaite.

- Construction sous licence en France d'un navire déjà existant, de type Rotterdam Neerlandais, Cantabria de Navantia, Etna ou Deepak de Fincantieri, Berlin Allemand.



Même ça, ce n'est pas forcement si économique que cela. Les chantiers n'utilisent pas tous les mêmes standards d'équipements pour la zone vie, STX France produit ses cabines selon ses besoins, il n'est dit qu'elles ont les mêmes dimentions et les mêmes équipements que celles fabriquées par les autres chantiers.

D'ailleurs, pour le CVF-FR, St Nazaire et DCNS avaient redessiné entièrement la zone-vie Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONCEY
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe


Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 70
Ville : ST POL SUR MER
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/11/2011

MessageSujet: PRE et RAM   Dim 11 Déc 2011, 08:58

Bonjour à tous,
Pour avoir servi sur un PRE,je peux dire que ce type de batiment charge,bien entendu dans les ports,(appontements pétroliers de préférence),mais également en mer directement sur des pétroliers civils.
Bien sûr,ce n'est pas du crut,mais un produit raffiné.Dans les années 60,nous avions déjà effectué des essais concluant.
Bien cordialement.Moncey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10335
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   Mer 15 Fév 2012, 17:10

MONCEY a écrit:
[…]un PRE […] charge, bien entendu dans les ports […] mais également en mer directement sur des pétroliers civils.
Bien sûr, ce n'est pas du crut, mais un produit raffiné.[…]
scratch Du crut ? Est-ce le crude brut ? Confused Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les futurs pétroliers ravitailleurs de la marine nationale
» la marine nationale s'agrandit
» Le probleme de la fin des navires de la marine nationale
» recherche de plan des bateaux de la marine nationale
» visite de navire de la marine nationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: France-
Sauter vers: