AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mar 23 Juin 2009, 11:10

PORTE-AVIONS HMS FURIOUS (GRANDE BRETAGNE)

Le Furious après sa refonte au début des années vingt

Introduction

Si les anglais n'ont pas inventé le cuirassé, ils se sont rattrapés en créant le porte-avions en la personne du HMS Furious, un croiseur de bataille conçu à l'origine pour appuyer un débarquement en mer Baltique. Ce navire fut aussi le premier à mener un raid aérien en l'occurence à Tondern le 19 juillet 1918 quand des Sopwith Strutter bombardèrent et détruisirent plusieurs dirigeable bombardant Londres dans leur hangar.

Les anglais sont parmi les premiers à s'intéresser à l'aéronavale en particulier sous l'impulsion de l'amiral John Fisher, ancien premier lord de l'amirauté de 1904 à 1910. Ce dernier et d'autres officiers virent dans l'aviation un vecteur de reconnaissance idéal pour maintenir la supériorité des cuirassés britanniques face aux allemands.

Le 9 juillet 1912, le cuirassé HMS Africa (classe Edward VII) reçoit une rampe sur la plage avant pour pouvoir mettre en l'air un Short T2. La rampe est ensuite montée sur son sister-ship le HMS Hibernia puis sur le cuirassé HMS London qui lancent tous les deux le T2 rédésigne à cette occasion Short S38. Les expérimentations se poursuivent, le croiseur HMS Hermes embarque en mai 1913 plusieurs appareils qui montrent les capacités d'une aviation embarquée en juillet 1913.


Deux navires utilisés par les britanniques pour expérimenter l'aviation embarquée : le pré-dreadnought HMS Africa de classe Edouard VII et ci-dessous le croiseur HMS Hermès

Le succès des essais conduits à bord de l'Hermes en 1913 amène la Royal Navy à transformer sur cale un charbonnier en bâtiment d'aviation. Déplaçant près de 8000 tonnes, il embarque sept hydravions dans un hangar de 50m de long sur 13m de large. Les appareils sont lancés depuis le pont ou mis à l'eau (et récupérés) par deux grues.

Avec le déclenchement de la première guerre mondiale, les britanniques complètent l'Ark Royal par la réquisition de différents navires comme les trois ferry rapides Engadine, Riviera et Empress le paquebot Campania et divers navires comme le Ben-My-Chree, Manxman, Nairana, Pegasus, Riviera et Vindex. De nombreux navires de combat embarquèrent également des hydravions pour l'observation et la conduite de tir comme les monitors de classe Abercrombie qui furent les premiers navires conçus dès l'origine pour embarquer les hydravions.


Le HMS Ark Royal, ancien charbonnier transformé en porte-hydravions et ci-dessous un ferry rapide réquisitionné, le HMS Engadine

Parallèlement au dévellopement de l'utilisation de l'hydravion, les anglais expérimentent l'utilisation d'avions de combat et comme les autres pays, les britanniques installent des plate-formes en bois sur des navires de combat, ces plate-formes peuvent être orientées dans le sens du vent sans que l'avenir ne se sépare du reste de l'escadre.

Les britanniques envisagent également d'utiliser les destroyer pour lancer des avions, leur vitesse de près de 30 noeuds semblant intéressante mais techniquement cela ne fût pas possible. Les destroyers remorquèrent cependant des plate-formes pour lancer des chasseurs pour intercepter les Zeppelin. Le 21 août 1917, le croiseur HMS Yarmouth aperçoit le zeppelin L23 à l'horizon et lance son Sopwith Pup qui abat le zeppelin avant de se poser sur la mer. Le 19 mars 1918, trois destroyers remorquent pour la première fois des plate-formes pour transporter des hydravions aux abord de la baie d'Heligoland. Le 10 août 1918, une plate-forme remorquée par le destroyer Redoubt permet au Soptwith Camel (LV Culley) de décoller et d'abattre le zeppelin L53 à 18000 pieds (5486m).

Les britanniques s'intéressent aux catapultes, une catapulte à air comprimé est installé sur l'auxiliaire HMS Slinger et c'est depuis ce navire qu'est lancé un Short 184 mais trop volumineuse pour être installée sur un navire de combat, la catapulte est abandonnée pour le moment.

La récupération des appareils pose de sérieux problèmes en haute mer. Les hydravions sont difficiles à mettre à l'eau et encore plus à récupérer et la récupération des appareils terrestres est impossible. La Bataille de Jutland n'est probablement pas remporté par les britanniques en raison d'un renseignement insuffisant et les britanniques décident de se tourner vers les vrais porte-avions.

C'est la naissance du HMS Furious.


Le HMS Slinger avec l'un des premiers prototypes de catapulte britanniques

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mar 23 Juin 2009, 11:35

Genèse et historique du HMS Furious

Le HMS Furious peu après son achèvement avec un pont à l'avant et la tourelle de 457mm à l'arrière

-Le HMS Furious est mis sur cale aux Armstrong Whitworth Shipyards de Wallsend le 8 juin 1915 lancé le 15 août 1916 et admis au service actif le 26 juin 1917.

A l'origine ce navire est un croiseur de bataille léger dérivé de la classe Glorious avec pour armement principal deux canons de 457mm. Le but est d'optenir un navire pouvant appuyer un éventuel débarquement en mer Baltique.

Rapidement pourtant le navire est dedié à un autre usage que le combat, les britanniques décident de le transformer en porte-avions. Pour se faire, la tourelle avant est débarquée et remplacée par un pont d'envol de 65m.

Le 2 août 1917, le capitaine de corvette Dunning de la Fleet Air Arm parvient à poser un Sopwith Pup. L'avion est arrêté par des hommes qui attrapent des crochets fixés sur l'avion au moment où l'avion se pose sur le pont mais au second essai, effectué le 7 août 1917, l'avion ne peut être rattrapé, l'avion tombé à la mer et le pilote succombe. Suite à cet accident, le Furious est de nouveau modifié. La tourelle arrière de 457mm est débarquée et remplacée par un pont d'envol de 91m couvrant un hangar, séparé du pont avant par le bloc-passerelle et la cheminée.


Le premier appontage sur le Furious mené par le capitaine de corvette Duning

Après avoir été remis en service le 15 mars 1918, le Furious et son groupe aérien embarqué pour s'entrainer. Le 19 juillet 1918, il est engagé dans le premier raid aéronaval de l'histoire. La cible est la ville de Tondern à la frontière danoise qui abrite des hangars à zeppelin. Le Furious appareille le 17 juillet à 12.03 en compagnie de la force B composée de la 7ème division de croiseurs légers, des destroyers et la 1ère division de cuirassés composée des flambants neufs cuirassés de classe Revenge (Ramillies, Resolution, Revenge, Royal Oak et Royal Sovereign).


Suite à l'accident mortel du CC Dunning, le Furious reçoit un pont arrière

Les sept Sopwith Camel décollèrent entre 03.13 et 03.21 le 19 juillet même si seulement six arrivèrent sur la cible. Les trois premiers appareils arrivèrent au dessus de la cible à 04.35, prennant les allemands par surprise. Le hangar «Tobias» fût le premier visé (il y en avait deux autres baptisés Toska et Toni), touché par trois bombes qui endommagèrent les L.54 et L.60. La deuxième vague manqua les hangars ne détruisant qu'un ballon captif et endommageant un wagon chargé de cylindres d'hydrogènes. Le bilan humain était faible avec quatre blessés. Seuls deux appareils furent récupérés, les trois appareils de la première vague se posèrent au Danemark et le dernier porté disparu, probablement abattu. Le porte-avions regagna l'Angleterre à partir de 07.00.

Après la fin de la guerre, le Furious fût mis en réserve, la marine britannique ne sachant quoi en faire de ce nouveau navire. En février 1922, la signature du traité de Washington obligea les britanniques à l'envoyer à la caisse ou l'utiliser. Suite aux leçons tirées avec le HMS Argus mis en service le 19 septembre 1918 (l'Argus est un paquebot italien, le Conte Rosso transformé sur cale en porte-avions avec un pont continu), les britanniques décident de dôter le Furious d'un pont d'envol continu supérieur et d'un pont d'envol court au niveau de la proue.


Entre 1922 et 1925, le Furious reçoit un pont d'envol continu et un second pont pour les chasseurs

Remis en service en septembre 1925, le navire fût intensivement mis en oeuvre comme porte-avions d'entrainement et d'expérimentation pour mettre au point les techniques opérationnelles (appontage et décollage) et les tactiques (torpillage, bombardement, défense aérienne). Le 6 mai 1926,le lieutenant Boyace effectue le premier appontage de nuit. Dans les années trente, il fût de nouveau reconstruit. Le pont inférieur fût supprimé et l'espace occupé par une plate-forme d'artillerie tandis qu'un petit ilôt est également installé et c'est dans cette configuration que le Furious participe à la seconde guerre mondiale.

Le Furious commence le conflit en assurant des missions de lutte ASM (après la destruction du Courageous par l'U39 le 11 septembre 1939, les porte-avions sont retirés de la lutte ASM), transportant des lingots d'or au Canada.


Au début des années trente, le Furious perdit son pont inférieur qui fût occupé par des pièces d'artillerie

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mar 23 Juin 2009, 11:43

Rapidement pourtant, le vétéran participe à des missions plus offensives. Le 10 avril 1940, les allemands lancent l'opération Weserübung, envahissant le Danemark et la Norvège. Les alliés qui après avoir mouillé des mines (opération Wilfried) envisageaient de faire pareil décident de réagir et de débarquer à Narvik un corps expéditionnaire franco-anglo-polonais, ce port étant le débouché du minerais de fer suédois. La couverture du débarquement est ainsi assuré par les porte-avions Furious, Ark Royal et Glorious équipés de chasseurs biplans Gloster Sea Gladiator, de torpilleurs Fairey Swordfish, de bombardiers en piqué Blackburn Skua et de chasseurs terrestres Hawker Hurricane. Le 11 avril, le Furious lancent ses Swordfish contre trois desrtroyers allemands amarrés dans le port de Trondheim mais l'attaque est un échec.


C'est dans cette configuration que le Furious participa à la seconde guerre mondiale

En Méditerranée, les anglais font face seuls à une puissante offensive de l'Axe. Le déploiement d'un corps expéditionnaire allemand conséquent en Libye (AfrikaKorps) réclame une logistique sans faille. Oui mais voilà, l'île de Malte bloque les convois italiens, servant de base aérienne et de base pour les sous marins. Pour renforcer la défense, les anglais ravitaillent régulièrement l'île avec des convois puissament escortés (porte-avions et cuirassés).


Le Furious vue par la proue

La plus importante opération de ce genre est l'opération Pedestal lancée le 9 août 1942 quand le convoi franchit le détroit de Gibraltar. 14 navires marchands étaient escortés par les cuirassés Nelson et Rodney; les porte-avions Eagle (coulé au cours de l'opération) Victorious, Indomitable (endommagé) et Furious qui transportait des Spitfire destinés à renforcer la défense aérienne de l'île; les croiseurs légers Phoebe, Syrius, Charybdis, Nigeria, Kenya, Manchester, Cairo et 16 destroyers. Le convoi qui arriva à Malte le 13 août subit durant son transit les attaques combinées des sous marins, des E-Boot et des avions du Xème Fliegerkorps, subissant de lourdes pertes avec le torpillage du porte-avions Eagle, des croiseurs Cairo et Manchester, du destroyer Foresight et de 9 cargos du convois. Malgré ses lourdes pertes, l'opération Pedestal fût une victoire stratégique : Malte restait dans la guerre ce qui maintenait l'Axe sous pression. Le Furious quitte Malte le 18 août et rentre en Grande Bretagne (date de retour inconnue)


Durant l'opération Pedestal, le Furious livra des Spitfire à l'île de Malte

Après avoir été remis en état aux Etats Unis, le Furious participa ensuite à l'opération Torch, le débarquement au Maroc et en Algérie le 8 novembre 1942. Les anglais débarquent à Oran et à Alger. Les forces du centre dont la partie navale est placée sous le commandement du contre-amiral Sir Thomas Troubridge et chargée de débarquer à Oran comprend ainsi le transport et navire de commandement HMS Largs, le cuirassé HMS Rodney, les porte-avions Furious, Dasher, Biter (futur Dixmude), les croiseurs Aurora et Jamaïca 13 destroyers, 6 corvettes,2 voiliers, 8 dragueurs de mines, 15 navires de débarquement et 3 pétroliers. A noter que les troupes qui y débarquent sont américaines pour éviter de raviver les blessures encore vives de Mers-el-Kebir. Les Seafire embarqués à bord du Furious mitraillent les terrains d'aviation avant d'affronter les chasseurs français décollant des aérodromes, détruisant 47 appareils au sol ou en vol.

Les mois de janvier et de février 1943 virent le porte-avions engagé en Méditerranée occidentale en compagnie du croiseur de bataille Renown et du porte-avions Illustrious. Revenu en Angleterre, il assure la couverture aérienne de la Home Fleet chargée de contrer une éventuelle sortie du cuirassé Scharnost (mars-mai 1943). En juin 1943, il participa à l'opération FH en compagnie du cuirassé Duke of York et du destroyer Orwell pour renforcer la garnison alliée sur l'île Spitzberg avant de mener des attaques contre la côte norvégienne dans le cadre l'opération Governor, une diversion de l'opération Husky (débarquement allié en Sicile). A cet occasion, le vénérable porte-avions est engagé avec les cuirassés Anson, Duke of York et Malaya ainsi que des croiseurs et des destroyers. A l'issu de cette mission, il est en refonte jusqu'à la fin de l'année 1943.


Vue aérienne du Furious avec l'ascenseur avant baissé

Le Furious reprend ses opérations d'attaque sur la Norvège le 24 février 1944 dans le cadre de l'opération Bayleaf, étant couvert à cette occasion par les cuirassés Anson et Richelieu. Au mois de mars, il assure la couverture aérienne du convoi JW58 (vers la russie) et RA58 (depuis la russie) en compagnie des cuirassés Duke of York, Anson, du porte-avions Victorious et des portes-avions d'escorte Emperor, Fencer, Searcher et Persuer pour contrer une éventuelle sortie du cuirassé Tirpitz.

Il couvre aussi les opérations lancées contre le Tirpitz mouillé dans l'Altenfjord qu'il s'agisse de l'opération Tungsten lancée le 3 avril avec le porte-avions Victorious, des porte-avions d'escorte, le cuirassé Anson, les croiseurs Jamaica, Royalist, Belfast, Sheffield ainsi que 14 destroyers, de l'opération Mascot le 17 juillet avec les porte-avions Indefatigable, Formidable (les porte-avions sont couverts par le cuirassé Duke of York, les croiseurs lourds Kent et Devonshire, les croiseurs légers Jamaïca et Bellona) ou l'opération Goodwood du 22 au 29 août en compagnie du HMS Indefatigable et du Formidable, du porte-avions d'escorte Nabob couvert par le cuirassé Duke of York et les croiseurs lourds Devonshire et Berwick. Une autre opération fût programmée le 23 avril (opération Planet) mais annulée en raison des mauvaises conditions météo.

Entre ces trois principales opérations visant le cuirassé, le Furious participent aux attaquent contre le trafic maritime alleman comme le 6 mai 1944 dans le Kristiansund en compagnie du porte-avions d'escorte Searcher, du croiseur lourd Berwick et de deux destroyers (deux navires coulés) avant le retour à Scapa Flow pour le 11 mai et la visite du roi George VI. Le 14 mai, il est déployé pour attaquer le Tirpitz en compagnie du porte-avions Victorious mais l'opération Brawn est abandonnée à cause des conditions météos tout comme l'opération Tiger Claw du 28 mai 1944. Le 1er juin 1944, il lance des attaques aériennes contre un convoi au large du Statlandet (A 200km au nord de Bergen) tout comme le 17 juin mais ces attaques sont inefficaces en raison d'une couverture nuageuse basse.

Le 12 septembre 1944, il retrouva les porte-avions d'escorte Trumpeter et Avenger pour couvrir une opération de mouillage de mines aéroporté au sud de l'île de Vorso et des attaques du trafic maritime près du Statlandet en compagnie du croiseur lourd Devonshire et des destroyers (opération Begonia).

En raison d'une usure manifeste, le Furious est mis en réserve au mois d'octobre. Il assure des missions secondaires, la formation des nouveaux pilotes et des essais divers. Le 3 septembre 1945, le HMS Furious est désarmé et rayé des registres. Il est vendu à la démolition le 23 janvier 1948 au chantier Bisco implanté sur la Clyde pour un démantelement qui s'acheva à Troon.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mar 23 Juin 2009, 11:57

Caractéristiques Techniques

Le Furious dans sa configuration années trente avec de l'artillerie à la proue

Déplacement : pleine charge (croiseur de bataille) 22000 tonnes standard (porte-avions) 22500 tonnes pleine charge (porte-avions) 28500 tonnes

Dimensions :

croiseur de bataille : longueur 239.7m largeur 27m tirant d'eau 6.4m

porte-avions : longueur (flottaison) 230m (hors tout) 240m largeur 27m tirant d'eau 7.6m

Propulsion : Quatre turbines à engrenages Brown-Curtis alimentées par 18 chaudières Yarrow à petits tubes (235 psi) dévellopant une puissance totale de 91195ch et actionnant quatre hélices.

Vitesse maximale : 31.5 noeuds

Distance franchissable : 6000 miles nautiques à 20 noeuds

Protection :

(croiseur de bataille) ceinture 50 à 75mm barbettes 101 à 177mm tourelles 228mm passerelle 254mm pont 76mm

(porte-avions) ceinture 50 à 75mm pont blindé à 50mm

Electronique : radar de conduite de tir type 285 installé en décembre 1941 radar de navigation type 291 radar de veille aérienne type 79

Armement :

(croiseur de bataille)


Canon de 457mm du Furious

-2 canons de 457mm (18 inch) Mark 1 en deux tourelles simples. Ce canon de 40 calibres tire des obus de 1506kg à une distance maximale de 29440m à raison d'un coup par minute. La tourelle 15in «B» pèse 840 tonnes et peut pointer en site de -3° à +30° et en azimut sur 150°. La dotation en munitions est de 60 coups par canon soit 120 pour le navire (même si le Furious n'embarqua ses tourelles que pendant un court laps de temps)

-11 canons de 140mm (5.5inch) BL mark 1 en affût simples sous casemates. Ce canon de 50 calibres tire des obus de 37.2kg à une distance maximale de 16920m à raison de 12 coups par minute. L'affût CPII peut pointer en site de -5° à +30° et en azimut sur 150°. La dotation en munitions est inconnue.


Canon de 140mm qui aurait du équiper le Furious version croiseur de bataille

-2 canons de 76mm (3inch) en affûts simples

-2 tubes lance-torpilles de 533mm

(porte-avions)

-12 canons de 102mm (4inch) en six tourelles doubles. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 30kg à une distance maximale de 18150m en tir à but surface (site +45°) et 11890m en tir antiaérien (site +80°) à raison de 15 à 20 coups par minute.
L'affût Mark XIX pèse 16 tonnes et peut pointer en site de -10 à +80° et en azimut sur 340° à raison de 20° par seconde (site et azimut). La dotation en munitions est de 200 coups par affût soit 2400 obus

-48 canons de 40mm (2pdr) en six affûts octuples et 22 canons de 20mm en affûts simples


Tourelle double de 102mm (4inch)

Installations d'aviation

-A l'origine deux ponts d'envol séparés par le bloc passerelle : le pont avant mesure 65m de long et le pont arrière 91m.

-Deux hangars : hangar avant de 21m de long sur 11.8m et hangar arrière de 23m sur 12.5m

-Les hangars sont reliés au pont d'envol par deux ascenseurs électriques de 15.7m de long sur 5.9m

Groupe aérien

Un Fairey Swordfish appontant sur le Furious

Avec deux pont d'envol séparés, le groupe aérien se composait de 5 avions et 3 hydravions mais avec un pont d'envol continu, il pouvait embarquer 22 à 40 appareils.

Parmi les appareils embarqués figurent le Sopwith Camel, le Fairey Swordfish, le Blackurn Sea Skua, le Hawker Hurricane et le Supermarine Seafire.

Equipage : 880 hommes (croiseur de bataille) 1218 hommes pour le porte-avions

Sources

-Alexandre Sheldon Duplaix Histoire mondiale des porte-avions

-Encyclopédie des armes T.5 Editions Atlas

-Sources internet diverses.


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CROISEURS LOURDS CLASSE PENSACOLA



_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mer 24 Juin 2009, 22:33

He ben ... qu'elle refonte lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Mer 24 Juin 2009, 23:21

J'aime bien ce porte-avions, il à une vraie gueule puis c'est le premier à avoir lancé un raid aérien depuis la mer donc je me suis dit qu'il méritait un ch'tit article.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: A bord du HMS Furious   Mar 17 Jan 2012, 07:35

Supermarine Seafire et Fairey Barracuda dans les hangars du Furious en 1944.
Notez les marquages de sol.
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10285
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Squadron Commander Dunning   Sam 19 Mai 2012, 17:42

clausewitz a écrit:
Genèse et historique du HMS Furious
[…]Le 2 août 1917, le capitaine de corvette Dunning de la Fleet Air Arm parvient à poser un Sopwith Pup.[…]
Le premier appontage sur le Furious mené par le capitaine de corvette Duning
[…]Suite à l'accident mortel du CC Dunning, le Furious reçoit un pont arrière[…]
Il semblerait que Dunning n’était pas officier de marine, mais officier du Royal Naval Air Service (RNAS). Son grade était Squadron Commander, aujourd’hui tombé en désuétude. Depuis ~1938, il correspond à Squadron Leader
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5103
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Sam 19 Mai 2012, 21:14

les pilotes de l'époque étaient des fous furieux, Dunning effectua en fait plusieurs approches et appontages sur le pont avant du Furious il arrivait en crabe en calquant sa vitesse sur le vitesse du vent relatif sur le pont du Furious et posait son avion presque à vitesse zéro* ... mais çà ne marchait pas à tout les coup

*selon la force du vent un avion léger peut se poser très court, j'ai vu un MS 500 Criquet (Storch fabriqué en France) se poser sur une largeur de piste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10285
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Dans le vent…   Dim 20 Mai 2012, 17:43

pascal a écrit:
[…]fous furieux, Dunning effectua en fait plusieurs approches et appontages sur le pont avant du Furious il arrivait en crabe en calquant sa vitesse sur le vitesse du vent relatif sur le pont du Furious et posait son avion presque à vitesse zéro[…]
« Fou furieux » ? les vitesses relatives sont encore modérées. Et… arriver en crabe (à la hauteur du pont avant), cela pourrait-il être considéré comme une anticipation — avec trente-cinq ans d’avance — des futures approches de ponts obliques ? (Bien que les vitesses relatives soient incomparablement plus élevées dans la problématique contemporaine…).
D’autant que ce 2 août 1917 marque le tout premier accrochage en route (même si ce dernier est manuel…).
Dans ce cas, Dunning aura vraiment été le précurseur absolu des manœuvres avia en route !

Je suis cependant intriguée par ce cliché ô combien emblématique :

Selon l’historiographie, le vent est supposé souffler à vingt et un nœuds ; le Furious fait route face au vent à vingt-six nœuds. Le vent sur le pont est donc de 47 nœuds. D’ailleurs Dunning fait son approche finale à une cinquantaine de nœuds.
Or le personnel d’accrochage ne semble pas ressentir ce vent : les vareuses et les pantalons sont à peine éventés… et les casquettes (apparemment sans les jugulaires !) ne sont pas même soulevées !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5103
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Dim 20 Mai 2012, 18:12

Ces types étaient des "calus" des "merveilleux fous volants" (les pertes étaient élevées) certes en arrivant à 50 nœuds sur un pont où souffle 47 nœuds de vent on a 3 nœuds de plus que le déplacement mais la moindre variation et la trapanelle se met en vrac.

Mais je sais pas si tu te rends compte que çà représente ? çà ne correspond en rien avec une piste oblique à côté de cela la piste oblique c'est un quatre étoile: il fallait contourner et jouer avec les turbulences générées par les superstructures et les gaz chauds de la cheminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10285
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   Dim 20 Mai 2012, 22:55

pascal a écrit:
[…] çà ne correspond en rien avec une piste oblique à côté de cela la piste oblique c'est un quatre étoile: il fallait contourner et jouer avec les turbulences générées par les superstructures et les gaz chauds de la cheminée.
Bien sûr… il y avait de la boutade dans mon propos…
D’ailleurs le danger de l’acrobatie a été démontré (s’il était nécessaire…) par l’accident de Dunning cinq jours plus tard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS FURIOUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS HERMES
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE AUDACIOUS
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS HMS EAGLE
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE CENTAUR
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS ARK ROYAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: