AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Sam 27 Juin 2009, 18:30

PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS
(GRANDE BRETAGNE)


Le HMS Glorious à l'ancre. La coque d'origine est clairement visible. La photo à été prise après la dernière refonte quand le pont d'envol inférieur à été supprimé et l'espace occupé par deux canons de 120mm

Avant Propos

Akagi, Kaga, Béarn, Lexington, Saratoga, Courageous et Glorious. Ces sept porte-avions ont un point commun, celui d'avoir été cuirassé ou croiseur de bataille avant d'être porte-avions mais à la différence des cinq premiers, seuls les Courageous et Glorious ont été utilisés comme croiseur de bataille léger avant d'être transformés en porte-avions et de connaître une nouvelle carrière qui s'acheva brutalement l'un sous les coups d'un sous marin allemand et l'autre sous une pluie d'obus déversée par les cuirassés Scharnhorst et Gneisenau.

Genèse des Glorious

L'amiral Fisher l'une des personnes les plus marquantes de l'histoire de la RN, l'égal d'un David Beatty ou d'un Horatio Nelson

Ce qui fait la singularité des Glorious c'est leur double carrière : croiseur de bataille et porte-avions.
A l'origine de leur naissance, il y à l'amiral Sir John Fisher, probablement la personnalité la plus marquante de la Royal Navy depuis Nelson. C'est à lui qu'on doit la réalisation effective du premier «All big gun ship», le HMS Dreadnought, du dévellopement du destroyer qui devait être toujours plus rapide (au détriment souvent d'autres qualités comme l'endurance) et de la naissance du croiseur de bataille, un cuirassé dont on aurait enlevé tout blindage.

Redevenu premier lord de l'amirauté en 1914 et après avoir donné la chasse à l'amiral Graf Spee vainqueur de l'amiral Cradock à la bataille de Coronel, Sir John Arbunot Fisher imagine un débarquement en mer Baltique. L'idée en soit n'est par farfelue. Berlin n'est qu'à 180km des côtes et une telle opération aurait pu changer le cours de la première guerre mondiale. Pour appuyer ce débarquement, la Royal Navy mis en chantier trois croiseurs de bataille légers baptisés Glorious Courageous et Furious.

Ces navires étaient des croiseurs de bataille légers, destinés à assurer l'appui feu et la protection de l'armada chargée de l'opération. La Baltique étant une mer peu profonde, le raisonement se tient mais il faut aussi y voir les premières leçons du débarquement des Dardanelles : la tentative de forcément du détroit par des cuirassés classiques ayant échoué peut être que la Royal Navy pensait que des navires au tirant d'eau plus faible auraient réussi.

Le projet de débarquement en Baltique fût condamné par l'échec de celui des Dardanelles et fût abandonné en 1916 au moment où Fisher quitta son poste de premier lord de l'amirauté. Ces navires furent cependant achevés mais n'eurent qu'une carrière limitée en tant que croiseurs de bataille n'auraient probablement été engagés qu'en dernier recours si la Hochsseflot allemand avait tenté une sortie.

Ces navires auraient donc du connaître une carrière brève et une fin sans gloire mais c'était sans compter l'apparition du porte-avions et dans une moindre mesure le traité de Washington de février 1922.

Après avoir construit le Furious (le Furious était à l'origine un navire identique aux Glorious mais il fût finalement armé de deux canons de 457mm en tourelles simples : la tourelle avant ne fût jamais montée et la deuxième tourelle n'à ma connaissance jamais tiré) et l'Argus (un paquebot italien, le Conte Rosso transformé sur cale, le premier porte-avions à avoir reçu un pont continu), les anglais poursuivirent leur apprentissage en mettant en service deux porte-avions, l'Eagle et l'Hermes.


Le HMS Argus qui malgré son grand âge rendit d'inestimables services durant la deuxième guerre mondiale

Le premier fût mis sur cale en 1913 comme cuirassé sous le nom d'Almirante Cochrane. Il faisait partie d'une commande de deux cuirassés destinés à la marine chilienne, le premier baptisé Almirante Lattore fût acquis à son achèvement par la Royal Navy qui l'utilisa sous le nom de Canada jusqu'à la fin de la guerre (il fût ensuite rendu au Chili qui l'utilisa jusqu'en 1953). le second baptisé Almirante Lattore vit sa construction stoppée par le déclenchement de la première guerre mondiale. Elle repris en 1916 après la bataille du Jutland pour en faire un porte-avions mais l'Eagle lancé en 1918 arriva trop tard pour participer aux opérations et n'entra en service qu'en 1920 ayant pour principal fait d'arme d'avoir été le premier porte-avions à recevoir un ilôt.


Le HMS Eagle, cuirassé chilien converti sur cale et qui succomba aux torpilles du U73 allemand durant l'opération Pedestal en août 1942

Le second baptisé Hermès fût le premier porte-avions britannique destiné dès l'origine aux opérations aériennes. Mis en service en 1923, il se révéla trop petit pour être réellement efficace et ne fût donc affecté qu'à des opérations secondaires comme l'appui-feu des troupes chargés de réprimer la rébellion irakienne ou l'escorte de convois dans l'océan indien, mission qui lui fût fatale puisqu'il fût coulé le 9 avril 1942 par les avions embarqués japonais.


Le HMS Hermes en 1937 à Spithead pour la revue navale suite au couronnement du roi George VI. Noter la bosse à l'arrière du pont d'envol. Censée ralentir la course des avions, elle se révéla inefficace et fût abandonnée.

Conscient des capacités des porte-avions mais limités par un budget en berne, les britanniques profitèrent de l'aubaine du traité de Washington pour transformer deux autres navires en porte-avions à savoir les Courageous et les Glorious.

Le traité de Washington signé le 6 février 1922 stoppa net la course au cuirassé engagé notament entre le Japon et les Etats Unis mais limita plus généralement l'armement naval des pays signataires
(Etats Unis Grande Bretagne Japon Italie et France). Pour se faire, il définit les caracteristiques maximale de chaque type de navire (par exemple un cuirassé déplace entre 10000 et 35000 tonnes avec un armement d'un calibre compris entre 203 et 406mm).

Les porte-aéronefs n'échappe pas à la règle. Dans le chapitre IV du traité est considéré comme porte-aéronefs «tout navire excédant 20000 tonnes et dont la fonction spécifique et exclusive est le transport d'aéronefs et construit de façon à permettre aux appareils de décoller et d'atterir».

L'article 7 imposait pour chaque pays un quota à ne pas dépasser : 135000 tonnes pour la Grande Bretagne et les Etats Unis, 81000 tonnes pour le Japon et 60000 tonnes pour la France et l'Italie, cette dernière imprégnée des idées de Guilermo Douhet ne s'intéressa pas au porte-avions. L'article 9 fixait aussi des limites individuelles : 27000 tonnes et un armement composdé de dix canons d'un calibre maximal de 203mm. Cependant les différents états furent autorisés à se dôter d'une ou deux unités d'un tonnage maximal de 33000 tonnes.

Cette dérogation était destiné à éviter le feraillage de nombreuses coques de cuirassés et de croiseurs de bataille en construction et dont certaines étaient à un stade avancé de construction. C'est ainsi que les japonais transformèrent le croiseur de bataille Akagi et le cuirassé Kaga (ce dernier remplaça l'Amagi, sister-ship de l'Akagi dont la coque fût gravement endommagée par le tremblement de terre de Tokyo le 1er septembre 1923), les français achevèrent le cuirassé Béarn, les américains les croiseurs de bataille Lexington et Saratoga.

Les anglais n'avaient à l'époque aucun cuirassé en construction (les cuirassés N3 et les croiseurs de bataille G3 avaient été abandonnés assez rapidement après leur mise en chantier) et décidèrent de transformer les Courageous et Glorious en porte-avions pour éviter de les ferailler.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Dim 28 Juin 2009, 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Sam 27 Juin 2009, 18:43

Historique

Le Glorious

Une représentation des Glorious version croiseurs de bataille

Le HMS Glorious est mis sur cale aux chantiers Harland & Wolff de Belfast le 1er mai 1915 lancé le 20 avril 1916 et admis au service actif en janvier 1917. Il devient le navire amiral du 3rd Light Cruiser Squadron puis du 1st Light Cruiser Squadron. Le 17 novembre 1917 en compagnie de son sister-ship Courageous et du Repulse, il engage des navires allemands en baie d'Heligoland mais ne subit aucun dommage.

Comme de nombreux navires britanniques à l'époque, il reçoit des plate-formes pour permettre le décollage de chasseurs, ces plate-formes étant installées sur les deux tourelles de 15 pouces (381mm) mais cette solution n'eut guère de succès et fût vite abandonnée au profit de la catapulte.

Le 21 novembre 1918, il fût présent à la cérémonie de rédition de la Hochseeflot. Ce fût là sa dernière mission active en tant que cuirassé car en 1919 il fût attaché à la Gunnery School de Devonport puis devint ensuite le navire amiral de la Reserve Fleet.

Le traité de Washington les sauva de la démolition et la décision fût prise de le transformer en porte-avions tout comme son sister-ship le Courageous. Les travaux sont réalisés entre 1924 et 1929 d'abord à Rosyth mais ce chantier fermant en 1929, ils sont achevés à Devonport, le tout pour un coup de 2,1 millions de livres et le navire est remis en service le 10 mars 1930. Suivant le modèle du Furious, il reçoit deux pont d'envol : un principal qui couvre la majeure partie de la coque et un second qui est en fait le prolongement du pont du hangar et doit permettre le décollage de chasseurs en cas d'encombrement du pont principal. Durant la refonte de 1934/35, ce pont d'envol sera supprimé et la place liberée sera occupée par de l'artillerie antiaérienne. Le Glorious reçoit également deux catapultes et disposent de deux hangars lui permettant d'embarquer 44 appareils qui étaient à sa mise en service des Fairey Flycatchers, des Blackburn Ripon, des Fairey IIIF puis des Fairey Swordfish et des Gloster Gladiator.


Le HMS Glorious première version avec deux pont d'envol

Le 1er avril 1931, en Méditerranée, à soixante miles au large de Gibraltar, le Glorious entre en collision avec le paquebot français Florida de la Société Générale des Transports Maritimes à Vapeur. Au moment de la collision, le Florida venait de Buenos Aires et se rendait à Barcelone pour une escale avant le retour à son port d'attache Marseille. La collision se produit au large de Marbella dans des conditions difficiles : brume et visibilité basse. Le paquebot file à vitesse réduite tout en actionnant sa corne de brume. Il entend d'autres signaux sonores mais bientôt une masse l'aborde à bâbord à l'avant du château au niveau de la cale 2. Le choc est si violent que le porte-avions reste encastré dans le paquebot ce qui permet à de nombreux passagers du Florida de passer sur le Glorious. Les deux navires se séparent une demi-heure plus tard. Le paquebot sera remorqué à Malaga par un navire de guerre britannique, réparé et remis en service. Le bilan est lourd : 30 morts dont 29 pour le paquebot.


Le Glorious et son escorteur, le HMS Westminster

En 1933/34, le Glorious patrouille toujours en Méditerranée. La réfonte effectué, il retrouve en Méditerranée et y arrive au moment ou éclate la crise d'Ethiopie. Les britanniques sont à deux doigts d'entrer en guerre contre l'Italie et pour se faire, le capitaine de vaisseau Lister propose de mener un raid nocturne sur Tarente pour frapper la flotte italienne, idée qui sera repris avec succès le 11 novembre 1940 pour l'opération Judgment.

Le Glorious sert ainsi en Méditerranée jusqu'au début de la seconde guerre mondiale, effectuant même une incursion dans l'Océan Indien à la recherche du Graf Spee.


Le Glorious à Gibraltar

A l'annonce de l'invasion de la Norvège en avril 1940, le Glorious fût rappelé en Métropole. Le 23 avril, accompagpé de l'Ark Royal (le seul porte-avions moderne en service à cette époque) il retrouva la Grande Bretagne et le lendemain appareilla pour la Norvège pour attaquer les positions allemandes en Norvège à l'aide de ses Blackburn Skua et Gloster Sea Gladiator.

Le 27 avril 1940, il regagna la Grande Bretagne pour se ravitailler (les britanniques trop confiants dans leur réseau de base n'avaient pas dévellopé de techniques de ravitaillement à la mer) revenant sur le front le 1er mai. Il embarqua à cette occasion des gloster Gladiator de la RAF qui devaient opérer depuis un lac gêlé mais ils furent rapidement détruits par les allemands. Le 28 mai, il transporta des Hawker Hurricane à Bardufoss, ces appareils devant couvrir l'évacuation des troupes.

Le 2 juin, il couvrit l'évacuation de Narvik suivit le 5 juin de l'évacuation de toutes les troupes alliées de Norvège (opération Alphabet).


Le Glorious dans une mer déchainée

Dans la nuit du 7 au 8 juin, le Glorious sous le commandement du capitaine Guy D'Oyly-Hughes
(un spécialiste des sous marins commandant du porte-avions depuis seulement dix mois) récupéra 10 Gloster Gladiator et 8 Hawker Hurricane des squadrons 46 et 263 de la Royal Air Force. Le Glorious intégra avec l'Ark Royal un convoi de troupes à destination de Scapa Flow mais le 8 juin à l'aube, il reçut l'autorisation de gagner le port à grande vitesse donc hors-convoi pour des raisons obscures (certains signalent la volonté du commandant de passer en court matial le commandant de son groupe aérien qui avait refusé de lancer une attaque car les appareils n'étaient pas adaptés).

Le 8 juin 1940 sur les coups de 16h45, au large de l'île de Jan Mayen, le Scharnorst repéra une fumée identifiée comme étant celle du porte-avions Glorious escorté par seulement deux destroyers, les HMS Acasta et Ardent. Pour une raison étrange, le Glorious n'était pas en mesure de faire décoller ses appareils, son sort était donc scellé. Le Gneisenau ouvrit le feu à 17h28 à l'aide de ses canons de 150mm en visant le destroyer Ardent, le Scharnorst fit de même à 17h31 mais en visant le Glorious à 26000m. Dès la troisième salve, le Glorious fût touché et sa station radio ne parvint à envoyer qu'un message affaibli. Ce message fût intercepté par le croiseur lourd Devonshire mais ce dernier qui transportait le roi et le gouvernement norvégien avait l'ordre de garder un silence radio strict.

Le Gneisenau ne tarda pas joindre ses tirs à ceux de sons sister-ship. De temps à autre, le Glorious était masqué par la fumée d'où émergaient les courageux destroyers qui tentèrent plusieurs lancement. L'Ardent succomba à 18h18 après avoir lancé une dernière torpille qui passa près de la proue du Scharnhorst.

A 18h33, l'Acasta effectua un renversement de cap brutal et lança quatre torpilles à 13300m. Le cuirassé esquiva mais sept minutes plus tard une forte explosion se produisit à l'arrière tribord du Scharnhorst. A 19h07 après près de deux heures de combat, le Glorious chavira et disparu suivit quelques minutes plus tard par l'Acasta qui fût secoué par une terrible explosion après avoir placé un dernier obus sur le cuirassé.

Près de 1474 britanniques périrent, seuls 45 survivants furent repêchés dont de nombreux pilotes d'Hurricane qui avaient tenu la dragée haute aux pilotes allemands et avaient réussi à se poser sans entrainement sur un porte-avions. Leur absence se ferra sentir durant la bataille d'Angleterre

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Sam 27 Juin 2009, 18:52

Le Courageous

Le Courageous à l'ancre. La photo à été prise après la dernière refonte puisque sur l'emplacement du pont d'envol se trouvent deux canon de 120mm

Le HMS Courageous est mis sur cale aux chantiers Armstrongs Whitworth de Newcastle le 18 mars 1915 lancé le 5 février 1916 et admis au service actif le 4 novembre 1916.

Une fois admis au service actif, le Courageous fût affecté au 3rd Light Cruiser Squadron avant d'être transformé au printemps 1917 en mouilleur de mines rapides, pouvant embarquer 200 mines mais il n'employa jmais opérationnellement cette capacité. Le 17 novembre 1917 en compagnie du Glorious et du Repulse, il eut un bref engagement avec des croiseurs légers allemands dans la seconde bataille d'Heligoland, souffrant de quelques dommages. Affecté ensuite au 1st Cruiser Squadron en mer du Nord, il reçut des plate-formes pour le décollage de chasseurs sur ses tourelles de 15 pouces. Tout comme son sister-ship le Glorious, il était présent le 21 novembre 1918 pour la rédition de la Hochseeflot.

Ces navires auraient du être retirés du service et demantelés en raison du Traité de Washington qui limitait le contingent de cuirassés accordé à la Grande Bretagne (500000 tonnes) mais ils furent sauvés par la décision de les convertir en porte-avions. Le Courageous fût ainsi transformé à Devonport à partir de 1924, sa remise en service ayant eu lieu en mai 1928, la reconstruction ayant coûté 2,03 millions de livres (82 millions au cours de 2005).


Le Courageous dans les bouches de Kotor en 1929. Il met à l'eau des hydravions

Dès sa remise en service, il est affecté à la Méditerranean Fleet. En août 1929, il croise au large des côtes de Palestine pour protéger les villages juifs attaqués par les arabes. Ces appareils opèrent tantôt à bord tantôt depuis Gaza. Le Courageous relâche ensuite à Istanbul. Au printemps 1930, il est relevé par le Glorious et rejoint l'Atlantique pour remplacer l'Argus qui vient d'être mis en réserve. En 1933/34, il opère avec le Furious au sein de la Home Fleet avant de subir une refonte qui le prive de son pont d'envol inférieur.


Le Glorious et le Courageous précédés par le croiseur de bataille Renown en 1934

Au déclenchement de la seconde guerre mondiale, le Courageous dépend de la Channel Force et basé à Portland (cette force est distincte de la Home Fleet) et est engagé dans des missions de patrouille ASM. Le 17 septembre 1939, le vénérable porte-avions (commandant W.T Makeig-Jones) est en patrouille avec 4 destroyers au sud-ouest de l'Irlande. Il est alors repéré par le sous marin U-29 du lieutenant de vaisseau Otto Schuhart. Ce dernier craignant d'avoir repérer des navires américains prolongeant son observation pendant deux heures avant d'être certain d'avoir à faire à des navires anglais.
A 19h50, le porte-avions se mit en route d'aviation ce qui facilita la tache du sous marin allemand qui lança trois torpilles dont deux allèrent au but. Le Courageous s'embrasa et coula en quinze minutes sous les yeux horrifiés des passagers du paquebot hollandais Veendamn qui se trouvait à proximité. 519 marins du porte-avions dont le commandant disparurent en mer. Ce n'est que le lendemain que le sous marin apprend l'identité du navire détruit par le méssage suivant «L'Amirauté à le regret d'avoir à annoncer la perte du porte-avions Courageous».

Cette attaque plus celle manquée du U39 sur l'Ark Royal le 14 septembre, conduit la Royal Navy à retirer ses porte-avions des missions de lutte ASM.


Les derniers instants du porte-avions Courageous

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Sam 27 Juin 2009, 19:05

Caracteristiques Techniques

Comment distinguer les deux navires de cette classe

Déplacement : (croiseurs de bataille légers) standard 19230 tonnes pleine charge 22690 tonnes
(porte-avions) standard 22500 tonnes pleine charge 26500 tonnes

Dimensions : (croiseurs de bataille légers) longueur : 240m largeur 25m tirant d'eau 7.1m
(porte-avions) longueur entre perpendiculaires : 224m hors tout 239.6m largeur 27.6m
tirant d'eau : 8.5m

Propulsion : Quatre turbines à engrenages Parson alimentées par 18 chaudières Yarrow à petit tube dévellopant une puissance totale de 91195ch (67 MW)et actionnant quatre hélices.

Vitesse maximale : (croiseur de bataille léger) 32 noeuds (porte-avions) 30.5 noeuds

Distance franchissable : (porte-avions) 5860 miles à 16 noeuds

Protection : (croiseur de bataille) ceinture de 51 à 76mm, barbettes 102 à 175mm tourelles 325mm tour de commandement 250mm pont blindé à 37mm
(porte-avions) ceinture de 25 à 76mm pont du hangar 25 à 76mm

Armement :

(croiseur de bataille léger)
-4 canons de 381mm Mark I en deux tourelles doubles. Ce canon de 42 calibres tire des obus de 871kg à une distance comprise entre 1756m (site = +1°) et 21385m (site = +20°) à raison de deux coups par minute. La tourelle double pèse 782 tonnes et peut pointer en site de -5° à +20° à raison de 5° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 2° par seconde. La dotation en munitions est de 120 obus par canon soit un total de 480 obus. Les 4 tourelles des Courageous et Glorious servirent ultérieurement pour armer le HMS Vanguard.

-18 canons de 102mm (4 inch) Mk IX en six tourelles triples. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 10kg à une distance maximale de 12344m (site = +30°) à raison de 10 à 12 coups par minute. La tourelle triple Mark I pèse 18.8 tonnes et peut pointer en site de -10° à +30° et en azimut sur 360°. La dotation en munitions est inconnue.

-2 canons antiaériens de 76mm (3inch) QF Mark I en affûts simples. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 12.8kg à une distance maximale de 9970m en tir surface (site = +45°) et de 7160m en tir antiaérien. Ce canon peut pointer en site de -10° à +90° et en azimut sur 360°. La dotation en munitions est de 150 coups par canon soit un total de 300 coups.

-2 canons de 47mm

-2 tubes lance-torpilles de 533mm (21 inch) sous marins. La torpille Mark II peut atteindre une cible à 4110m à 45 noeuds et 9830m à 31 noeuds.

(porte-avions)

-16 canons de 120mm (4.7 inch) MkVIII en 16 affût simples. Ce canon de 40 calibres tire des obus de 22.68kg à une distance maximale de 14780m en tir surface (site : +45°) et de 9750m en tir AA. L'affût MkXII pèse 12561kg et peut pointer en site de -5° à +90° (à raison de 10° par seconde) et en azimut sur 360° (à raison de 10° par seconde)

-3 affûts octuples Pom-Pom (2 Pdr)

Installations aéronautiques :

Le Courageous devant un avion venant de décoller

Les Glorious disposent de deux hangars superposés long de 167.6m reliés au pont d'envol par deux ascenseurs axiaux. Deux catapultes sont également installées à l'avant.

Groupe aérien

Le Blackburn Sea Skua
Les Glorious embarquent 48 appareils. Parmi les appareils embarqués figurent le Fairey Swordfish, le Gloster Sea Gladiator, le Farey Flycatcher, le Blackburn Ripon, le Blackburn Sea Skua et le Fairey IIIF.

Equipage : (croiseur de bataille) 842 officiers et marins (porte-avions 1216 officiers et marins

Sources

Alexandre Sheldon Duplaix Histoire mondiale des porte-avions des origines à nos jours
Encyclopédie des armes T5 Les porte-avions britanniques
François-Emmanuel Brézet Histoire de la marine allemande 1939-45
Guy Le Moing Et l'Océan fut leur tombe Naufrages et catastrophes maritimes du XXème siècle
Yves Buffetaut Marines de Guerre et Commerce Hors série n°4 Royal Navy 1939-41
Jean Moulin Marines et Forces Navales HS n°11 L'aéronautique navale 1939-45
Fiches «navires de guerre» Editions Atlas «Courageous» et «Glorious»

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE DELAWARE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Lun 29 Juin 2009, 12:48

si je puis me permettre d'apporter quelque remarques :)
fisher n'est pas premier lord de l'amirauté en 14, c'est winston churchill qui occupe ce poste de 1911 à 1915, suivi de lord balfour jusqu'en 1916.
il est commandant suprème de la flotte britannique (first sea lord), ce qui n'est pas la même chose

quand a la raison étrange du non décollage des avions du glorious lors de l'attaque des croiseurs de bataille allemand elle est simple. Les postes d'observations n'étaient pas fournis sur le porte-avion, et ceux des 2 destroyers étaient trop bas sur l'eau. De plus aucun avion de surveillance était en l'air et les pilotes étaient au repos (suite à une intense activité en norvège). Les 2 navires allemands n'ont donc été découvert que tardivement, et le 1er pruneau a tomber sur le porte-avion tombe en plein sur le pont d'envol, empechant tout avion de décoller, condamnant celui ci.

je me permet de donner en lien le jour concerné sur mon blog, si ça intéresse du monde
http://la-guerre-au-jour-le-jour.over-blog.com/archive-06-8-2007.html
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   Lun 29 Juin 2009, 13:21

Merci de cette correction/précision surcouf

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE GLORIOUS
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE AUDACIOUS
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE CENTAUR
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS CLASSE IMPLACABLE
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS ARK ROYAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: