AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Dim 19 Aoû 2018, 13:47

GRUMMAN A-6 INTRUDER
(ETATS-UNIS)


Grumman A-6 Intruder en vol

AVANT-PROPOS

Une présentation des avions d'attaque embarqués de l'US Navy

Prémices

Le porte-avions apparaît à la fin du premier conflit mondial et sa vocation offensive est immédiate puisque la première action offensive menée depuis un «pont plat» est un raid de bombardement sur les hangars à zeppelin de Tondern le 19 juillet 1918 menée par le HMS Furious.

Néanmoins les premiers avions d'attaque embarqués sont des torpilleurs. Les britanniques et les américains réagissent en surfaciers et le plus important est de neutraliser ou d'éliminer une flotte ennemie et face à la protection des cuirassés et des croiseurs de bataille, la seule arme efficace est la torpille car frappant sous la flottaison là où la protection est plus faible.

Comme tout nouveau vecteur militaire, les choses vont cependant très vite et dès les années vingt, l'aviation des Marines expérimente le bombardement en piqué ou dive bomber. Au lieu de bombarder horizontalement, l'avion effectue un piqué vertical d'un angle de 45° environ pour pouvoir larguer avec précision sa bombe, le bombardement horizontal sur une petite cible mouvante étant pour le moins aléatoire.

Les bases des groupes aériens embarqués allaient donc reposer sur une trilogie chasseur/bombardier en piqué/avion-torpilleur.

Selon le schéma imaginé avant guerre par les américains, le chasseur devait assurer la protection du porte-avions et lors des missions d'attaque, protéger les bombardiers en piqué et les avions-torpilleurs en repoussant la chasse ennemie et en neutralisant les pièces de DCA.

Le bombardier en piqué devait ensuite frapper les navires ennemis, les amollir avant que l'avion-torpilleur ne finisse le travail en larguant ses projectiles qui imposant un vol rectiligne à basse altitude et basse vitesse, le rendant terriblement vulnérable.

Une maxime militaire dit que le plan est la première victime de la guerre en raison notamment des frictions et du brouillard de guerre chers à Clausewitz. Les opérations aéronavales n'échapperont pas à cet axiome.

Outre le fait que la «bataille décisive» recherchée n'eut jamais lieue, les assauts aéronavals ne se déroulèrent jamais selon le schéma imaginé, l'exemple le plus parlant étant la bataille de Midway (4-5 juin 1942) où ce sont les bombardiers en piqué qui portent le coup fatal à la flotte japonaise en profitant du massacre par les Zero des avions-torpilleurs Douglas Devastator.


Douglas TBBD Devastator larguant sa torpille

Quatre porte-avions sont coulés et si ce n'est pas ce jour que Tokyo à perdu la guerre, il était évident qu'il ne la gagnerai plus et que la défaite des armées du Mikado n'était plus qu'une question de temps.

En septembre 1939, les six porte-avions américains en service (Lexington Saratoga Ranger Yorktown Enterprise Wasp plus le Hornet en construction) alignent dans leurs groupes aériens des avions-torpilleurs (torpedo bomber) et des bombardiers en piqué appelés non pas dive bomber mais scout bomber ou bombardier-éclaireur, le plus connu d'entre-eux le Douglas SBD Dauntless assurant à la fois des missions de reconnaissance et de bombardement.


Douglas Dauntless chargé d'une bombe. Pour l'anecdote ce modèle de bombe sera toujours utilisé au Vietnam et sera une des causes de la catastrophe du Forrestal en juillet 1967

En septembre 1939, les bombardiers en piqué en service sont le Vought Vindicator, le Brewster SBA, le Curtiss SBC Helldiver, le Great Lakes BG et le Northrop BT mais ces appareils sont rapidement remplacés par le Douglas Dauntless qui était le scout bomber standard de la marine américaine quand les Etats-Unis entrent en guerre le 7 décembre 1941.

Comme souvent à l'époque, le remplaçant du Dauntless était en dévellopement alors que l'appareil rentrait à peine en service, le Curtiss SB2C Helldiver, un appareil performant mais à la mise au point longue et pénible ce qui lui valut le surnom de «The Beast» (la bête) ou moins flatteur de «Son of Bitch 2nd Class» (fils de pute de 2ème classe).

Après une mise au point très longue (surtout en temps de guerre), le Curtiss SB2C Helldiver se révéla être un appareil performant, d'une redoutable efficacité, appareil qui supplanta le Dauntless après la bataille de la mer des Philippines (19-20 juin 1944).


Curtiss SB2C Helldiver en vol au dessus d'un porte-avions de classe Essex

En ce qui concerne le torpillage, le Douglas Devastator équipe les squadrons VT (V pour plus lourd que l'air T pour torpillage) des porte-avions américains. Rapidement déclassé, il subit des pertes affreusement lourdes à Midway ce qui entraîne son retrait précipité du service et l'accélération de la mise en service de son successeur le Grumman Avenger.


Grumman Avenger en vol

Ce dernier va se révéler d'une incroyable polyvalence puisqu'au torpillage va s'ajouter la reconnaissance, la lutte anti-sous-marine mais également des missions de servitude.

Douglas Skyraider et Martin Mauler, des avions d'assaut polyvalents

Douglas AD-1 Skyraider en vol

Puissants et efficaces, les bombardiers en piqué comme les avions-torpilleurs n'étaient pas invulnérables. Ils étaient particulièrement exposés lors de la phase ultime de l'attaque, le piqué pour le premier, le vol rectiligne et le largage de la torpille pour le second.

Pour diminuer cette vulnérabilité, le choix du biplace s'imposait. Un mitrailleur installé en place arrière, disposant d'une ou deux mitrailleuses permettait en théorie d'éloigner la chasse lors des phases de vulnérabilité.

Néanmoins l'évolution du conflit rendait l'avenir du torpedo bomber et du scout/dive bomber bien incertain en raison de l'augmentation des performances des chasseurs en terme de vitesse et de puissance de feu ainsi que d'une DCA toujours plus puissante et qui avec l'utilisation du radar de conduite de tir pouvait dresser un véritable mur de feu quasi-infranchissable.

De plus au cours du second conflit mondial, l'aéronavale américaine connu une mutation sur le plan des missions.

Au fur et à mesure que la flotte japonaise finissait au fond des océans ou bloquée dans ses ports faute de carburant, les avions américains devaient davantage mener des missions d'appui-feu au profit des Marines et des G.I engagés dans d'inombrables opérations amphibies.

L'utilité du biplace et d'avions dédiés semblait superflu, un appareil monoplace polyvalent était nettement suffisant et surtout bienvenue sur un espace restreint et contraint comme le pont d'un porte-avions.

Le 6 juillet 1944, l'US Navy fait savoir qu'elle souhaite équiper ses forces d'un avion monoplace monomoteur embarqué capable de mener des missions de bombardement en piqué et de torpillage destiné à remplacer les appareils en service à savoir le Curtiss Helldiver et le Grumman Avenger.

Douglas charge Ed Heinemann de mettre au point un appareil répondant aux désidératas de l'US Navy. Le futur père du non moins célèbre A-4 Skyhawk dessine un appareil trapu à aile basse propulsé par un puissant moteur radial Wright R3350 de 3050ch.

Le XBT2D-1 effectue son premier vol le 11 mars 1945 et au mois d'avril 1945 commence l'évaluation officielle. Entre temps, 573 appareils sont commandés, les 25 premiers sont baptisés Dauntless II mais les suivants reçoivent le nom de Skyraider le 15 novembre 1946 avec la nouvelle désignation d'AD-1.

Les appareils de série sont produits à l'usine Douglas de El Segundo en Californie et les premiers d'entre-eux sont livrés à la fin de 1946 au squadron VA-19A qui est qualifié à l'appontage sur le porte-avions d'escorte Sicily (CVE-118) au printemps 1947 en compagnie des squadrons VA-3B et VA-4B.

833 Skyraider ont été livrés en 1950 mais la production ne s'arrête pas là. L'incroyable adaptabilité du Skyraider fit que pas moins de 3180 appareils sont construits en sept versions principales entre 1945 et août 1956 (d'autres sources donnent février 1957) pour des missions aussi variées que l'attaque, l'appui aérien rapproché, l'alerte radar avancée, la guerre électronique mais aussi le transport.

Utilisé par l'US Navy, l'USMC et l'USAF pour ne parler que des américains, le Skyraider fût engagé dans la guerre de Corée et au Vietnam, étant retiré du service en 1968 pour les versions dérivées, les versions d'assaut ayant été remplacés dès la fin des années cinquante par le A-4 Skyhawk.

Utilisés durant la guerre du Vietnam dans les missions Sandy (CSAR), la couverture des hélicoptères de recherche et de sauvetage au combat, le Skyraider utilisé pour l'attaque par l'US Navy et l'USMC fût crédité de deux victoires aériennes contre des Mig-17 nord-vietnamien.

A l'étranger, l'appareil fût utilisé par l'Armée de l'Air en Algérie pour des missions d'appui-feu au profit des troupes au sol, les «Spads» étant utilisés par la France de 1960 à 1976.

Il fût utilisé également par le Sud-Vietnam, par le Cambodge, le Gabon et le Tchad _des appareils ex-français_, la Fleet Air Arm dans sa version alerte aérienne avancée et l'Armée de l'air suédoise pour le remorquage de cibles.

Caractéristiques Techniques du Douglas Skyraider

Type : avion d'attaque monoplace embarqué

Masse : à vide 5429kg à pleine charge 8213kg maximal au décollage 11340kg

Dimensions : longueur 11.84m envergure 15.25m hauteur 4.78m

Motorisation : un moteur radial Wright R-3350-26WA de 2700ch actionnant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 518 km/h à 5500m vitesse croisière 319 km/h distance franchissable 2115km plafond opérationnel 8685m

Armement : 4 canons AN M3 de 20mm dans les ailes avec un total de 800 coups. 3600kg de charge sous quinze points d'attache (un sous fuselage et quatorze sous les ailes)



Martin AM Mauler

Le Martin Mauler fût aux yeux de l'histoire éclipsé par l'aura magnétique du Douglas Skyraider. Le prototype baptisé XBTM-1 est commandé le 31 mai 1944, effectuant son premier vol le 26 août 1944 et fût bientôt suivit d'un deuxième prototype puis de seize appareils de pré-série mais l'appareil n'était pas encore au point quand le Japon capitule le 2 septembre 1945.

750 BTM-1 rapidement rebaptisés AM-1 et affublés du surnom de Mauler sont commandés le 15 janvier 1945.

C'est un monoplan à ailes basse, l'un des plus gros jamais construits et d'ailleurs peu facile à piloter et à poser. Il pouvait emporter la charge hallucinante de 4850kg sur ses points d'emport externes mais un pilote d'essais parvint à décoller avec 5737kg de bombes et de torpilles.  

Le squadron VA-17A fût la première unité équipée à partir du 1er mars 1948 mais sur les 750 appareils prévus, seulement 151 appareils sont sortis des chaines quand la décision est prise d'arrêter la production en octobre 1949. A noter que dix huit appareils furent convertis en appareils de guerre électronique et rebaptisés AM-1Q.

Dès 1950, le Mauler est retiré des unités de première ligne, manquant ainsi la guerre de Corée à la différence de son concurrent, le Douglas Skyraider. Les unités de réserve l'utiliseront cependant jusqu'en 1953.

A noter que fût envisagée une version dérivée destiné au transport (Carrier On board Delivery COD) baptisée Mercury mais ce projet ne dépassa pas le stade des intentions.

Caracteristiques Techniques du Martin AM-1 Mauler

Type : avion d'assaut monoplace embarqué

Masse à vide : 6557kg Masse à pleine charge 10608kg

Dimensions : envergure 15.24m longueur 12.55m hauteur 5.13m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-4360-4 Wasp Major de 2975ch

Performances : vitesse maximale 591 km/h distance franchissable 2898km plafond opérationnel 9299m

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et quinze points d'attache (quatorze sous les ailes et un sous le fuselage)


A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)


Dernière édition par clausewitz le Sam 01 Sep 2018, 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Mar 21 Aoû 2018, 16:46

Skyhawk et Intruder : deux rejetons du conflit coréen

La guerre de Corée comme révélateur

A la fin du second conflit mondial, les avions à réaction apparurent. Leur apport à la guerre aérienne de la seconde guerre mondiale fût anecdotique mais il annonçait le futur, la disparition de la propulsion par moteur à piston qui avait atteint ses limites en terme de poids et de puissance et son remplacement par la propulsion par moteur à réaction.

Si à terre cela ne posait pas de problèmes (tout juste devait-on abandonner les pistes en herbe pour des pistes en béton), en mer sur les porte-avions c'était une autre histoire car les premiers avions à réaction étaient de véritables «veaux» lourds et difficiles à mettre en œuvre sur un pont en bois. De plus leur autonomie était limitée et leur maniabilité perfectible.

Quand éclate la guerre de Corée en juin 1950, les Carrier Air Group (CAG) américains disposent de chasseurs à réaction mais de chasseur-bombardiers à hélice, les Douglas Skyraider et Chance-Vought Corsair.


Un certain nombre de Chance-Vought F4U Corsair sont encore en état de vol de nos jours

Cette dichotomie s'explique par les limites de l'avion à réaction en terme d'autonomie et de maniabilité à basse altitude, la mission d'appui-rapproché (Close Air Support CAS) imposant un vol à basse altitude et un rapide rétablissement après une passe canon et une passe à la roquette, chose qu'un avion à réaction de première génération pouvait difficilement faire.

Néanmoins à terme, l'avion à hélice était condamné par la puissance des avions à réaction, imposant un avion d'attaque à réaction. Les premiers jalons menant au Skyhawk venaient d'être posés.


Il s'en fallut de peu pour que les américains ne construisent le "Banana Jet" alias le Blackburn Bucaneer sous licence

Outre leçon tirée du conflit, le besoin d'un avion d'attaque tout temps, le climat coréen ayant perturbé les opérations. Après avoir envisagé de construire sous licence le Blackburn Bucanneer comme ils avaient construit des Canberra sous le nom de Martin B-57, les américains allaient préférer développer un avion d'attaque tout temps 100% américain.


En revanche l'English Electric Canberra fût produit sous licence sous le nom de Martin B-57

«Kiddie Car»

Douglas A-4E Skyhawk

Dans les années cinquante on assiste à une inflation des prix des avions de combat, inflation d'autant plus discutable que les performances n'étaient pas forcément à la hauteur. Les budgets de la guerre froide étaient certes plus généreux que maintenant mais ce n'était pas une raison pour faire n'importe quoi.

Aux côtés d'une école rêvant de performances toujours plus élevées, une autre école prônait des avions aux performances plus modestes mais disponibles en plus grand nombre, faciles à utiliser et à entretenir. Ce débat allait d'ailleurs resurgir dans les années soixante-dix dans le cadre du développement du F-15 mais cette histoire sort du cadre de cet article.

Ed Heinneman, le concepteur du Dauntless et du Skyraider appartenait à cette deuxième école et commença à travailler dès la fin des années quarante sur un avion d'attaque légère. C'était l'acte de naissance du Douglas A-4 Skyhawk.

Le contrat de développement du Douglas Skyhawk est signé le 21 juin 1952. Deux ans plus tard quasiment jour pour jour, le premier prototype effectue son premier vol (22 juin 1954). Deux ans plus tard, en 1956, l'appareil est mis en service. Il à donc fallu seulement quatre ans entre la signature du contrat et la mise en service de l'appareil, un délai qui aujourd'hui fait rêver les avionneurs et les aviateurs occidentaux.

Au total ce sont pas moins de trente-trois squadrons d'attaque de la marine américaine qui utilisèrent cet appareil en compagnie de seize d'unités d'entrainement et de servitude totalement ou partiellement équipées de A-4. A cela s'ajoute treize squadrons de l'US Navy Reserve.

Les Marines ont été également de grands utilisateurs du Skyhawk avec huit squadrons type H&MS, treize squadrons d'attaque type VMA et trois squadrons d'entrainement et de formation (deux VMAT et un VMT).

L'appareil à d'abord été engagé au Vietnam depuis les porte-avions de classe Essex (ils ne pouvaient embarquer de F-4) mais aussi depuis la terre ferme sous les couleurs de l'USMC, la fin du conflit vietnamien correspondant à la fin de la carrière de l'A-4 dans les unités d'active de l'US Navy, l'aviation des Marines l'utilisant jusqu'en 1988.

Il à été engagé ensuite par les israéliens lors de la guerre de Kippour en 1973, l'A-4 servant dans la Hey Hal Avir jusqu'en 2008 dans les unités opérationnelles et 2015 pour les unités d'entrainement. Le troisième et dernier conflit majeur auquel à participé le Skyhawk est la guerre des Malouines sous les couleurs argentines (2 avril-14 juin 1982).

Outre les Etats-Unis, l'appareil à été utilisé par l'Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Koweit, le Brésil, l'Argentine, la Malaisie et Singapour.

Caractéristiques Techniques du Douglas A-4F Skyhawk

Type : Monoplace d'attaque légère/biplace d'entrainement et de contrôle aérien avancé

Masses :  à vide 4750 kg pleine charge : 8318kg  masse maximale au décollage : 11136kg

Dimensions : longueur : 8.38m hauteur : 4.57m envergure : 8.38m

Propulsion : un turboréacteur Pratt & Whitney J52-P8A de 41 kN

Performances :  vitesse maximale : 1077 km/h distance franchissable : 3220kg plafond opérationnel : 12880m taux de montée : 43m/s

Armement :  (interne) Deux canons de 20mm Colt Mk12 avec 100 obus par canons (1000 coups à la minute vitesse initiale :1010 m/s) (externe) Cinq points d'attache pouvant embarquer des missiles air-air AIM-9 Sidewinder, antiradars AGM-45 Shrike, des missiles antinavires Exocet, des missiles air-sol AGM-12 Bullpup et AGM-65 Maverick , des bombes à guidage TV AGM-62 Walleye, des bombes Rockeye Mk.20 Cluster Bomb Unit (CBU sous-munitions) Mk.7/APAM-59 CBU, des bombes lisses Mk.81 de 250 livres (113 kg) et Mk82 de 500 livres (227kg), des bombes nucléaires et des bombes d'exercice Mk.76


Grumman Aviation Company (1929-1994)

Le 5 décembre 1929, Leroy Grumman qui venait de quitter Loening Aircraft Engineering Corporation fonde avec quatre associés la compagnie aéronautique qui porte son nom. Son activité commence réellement le 2 janvier 1930.

La petite compagnie installée à Long Island dans l'Etat de New-York grandit très vite, devenant un fournisseur majeur de la marine américaine avec notamment la série des «Cats» qui jouèrent un rôle clé dans le second conflit mondial (F4F Wildcat, F6F Hellcat, F8F Bearcat) sans oublier l'avion-torpilleur Grumman Avenger.

Le second conflit mondial terminé, Grumman continua à fournir en avions l'aéronavale américaine avec par exemple le F7F Tigercat, un puissant bimoteur de chasse ou encore le F9F Panther et ses dérivés (Cougar, Tiger). Cela continua dans les décennies suivantes avec notamment la production de l'Intruder, du Hawkeye, du Prowler et bien entendu du Tomcat.


Grumman F-14 Tomcat de la VF-102

Ajoutons à cela que c'est la firme de Bethpage qui produisit le module lunaire Apollo ce qui ne l'empêcha pas de perdre contre Rockwell International le contrat pour la navette spatiale.

A son apogée en 1986 la firme employait 23000 personnes mais la fin de la guerre froide et la réduction des budgets entraîna la firme dans des turbulences qui lui imposèrent une fusion avec Northrop en 1994, donnant naissance à la firme Northrop-Grumman. Quasiment toutes les implantations de Grumman à Long Island furent fermées et reconverties

Genèse d'un camion à bombes

Prototype du Grumman YA2F-1 Intruder

Comme nous l'avons vu plus haut, le conflit coréen fût un conflit entre deux âges avec l'emploi notamment au niveau aérien à la fois de modèles ayant fait leurs preuves durant le second conflit mondial mais également de nouveaux modèles mis au point à la fin des années quarante.

Ce conflit de plus de trois ans révéla les forces et les faiblesses de l'aviation embarquée américaine et notamment les limites à la fois des chasseurs bombardiers à hélice mais aussi des avions à réaction encore mal à l'aise sur les ponts des porte-avions.

Outre la nécessité de mettre au point un avion d'attaque et d'appui tactique léger pour relever Corsair et Skyraider, le besoin d'un avion d'attaque tout temps se révéla urgent, les conditions météorologiques particulièrement difficiles impactant sérieusement les opérations aériennes.

Cela nécessitait une suite électronique importante ce qui était une gageure à une époque où les composants électroniques étaient particulièrement volumineux.

C'est en 1955 que l'US Navy publia un document officiel demandant un avion d'attaque tout temps embarqué. En octobre 1956 fût publié l'appel d'offres proprement dit (Request for proposals RFP) auquel répondirent Bell, Boeing,Douglas, Grumman,Lockheed,Martin,North American et Vought.

Après évaluation des différents propositions, l'US Navy sélectionna le projet de Grumman le 2 janvier 1958, le contrat de développement étant signé au mois de février. Initialement connu sous le nom d'A2F-1, le futur Intruder fût rebaptisé A-6 lors de la standardisation des désignation des avions et hélicoptères américains (1962).


Un prototype de l'Intruder en vol

Le premier prototype baptisé YA2F-1 effectue son premier vol le 19 avril 1960 suivit d'un deuxième prototype le 28 juillet suivant. Dans l'ensemble le dévellopement va bien se passer, les problèmes étant assez limités.

La firme de Bethpage dessine un biréacteur compact et rablé aux ailes médianes, les deux membres d'équipage étant installés côte à côte pour faciliter la coopération lors des missions d'attaque au sol.

L'avion était clairement taillé pour voler en subsonique au ras du sol. L'aile était également conçue pour que l'appareil bénéficie d'une bonne manœuvrabilité même chargé de bombes. L'aile de l'A-6 inspira ultérieurement celle du F-14.

Il disposait d'une suite électronique complète, la plus sophistiquée de l'époque. On trouvait même à bord un système d'autodiagnostic pour faciliter la maintenance et anticiper les pannes.

Outre l'attaque au sol, l'interdiction et l'appui-tactique, l'Intruder aurait été chargé de déclencher le feu nucléaire ce qui imposait un entrainement constant.

Aux différentes versions de l'A-6 vont s'ajouter deux derivés, un appareil de guerre électronique, les EA-6A et B Prowler ainsi qu'un appareil de ravitaillement en vol le KA-6D.


L'Intruder donna naissance à deux variantes spécialisées. Le Grumman EA-6B Prowler de guerre électronique et ci-dessous le Grumman KA-6D
de ravitaillement en vol



A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Mer 22 Aoû 2018, 20:57

CARRIERE OPERATIONNELLE

Versions

Si aujourd'hui le nombre de versions est assez limité à l'époque les avions de combat étaient développés dans de nombreuses versions pour rester à jour mais aussi pour faire à un certain nombre de missions et d'impératifs. Le Grumman Intruder n'échappe pas à la règle.

Initialement connu sous le nom de A2F-1 (A = Attack 2 = deuxième modèle d'avion d'attaque dévellopé par la firme Grumman _pas de numéro pour un premier modèle_ F = lettre désignant la Grumman Aircraft Engineering Corporation, un tiret et un chiffre pour les différentes versions), l'Intruder devient le 18 septembre 1962 l'A-6 suite à la standardisation des désignations des appareils.

Ce système est bien plus simple avec une lettre pour la mission (A pour Attack), un tiret, un chiffre qui désigne l'ordre d'apparition de l'avion (A-1 Skyraider, A-2 Savage, A-3 Skywarrior, A-4 Skyhawk, A-5 Vigilante), l'Intruder étant le sixième avion d'attaque, le chiffre étant suivit d'une lettre pour les sous-versions.

Parfois une lettre s'ajoute en première position pour une variante de l'appareil principal mais qui ne justifie pas une désignation propre. C'est pour que le Prowler est désigné EA-6 et la variante de ravitaillement en vol (qui ne dispose pas de nom spécifique) à été baptisée KA-6.


Grumman YA2F-1 en vol

YA2F-1 : Version de présérie de l'Intruder produite à huit exemplaires. Il deviennent des YA-6A en 1962


Grumman A-6A (anciennement A2F-1)


A2F-1 : Première version de série produite à 484 exemplaires. Ils sont rebaptisés A-6A en 1962 et sont organisés autour du système DIANE (Digital Integrated Attack/Navigation Equipment ou système numérique intégré d'attaque et de navigation) pour permettre un bombardement précis de nuit et par mauvais temps.

DIANE se compose de plusieurs sous-systèmes avec un radar de recherche Norden AN/APQ-92 (qui remplace le AN/APQ-88 du YA-6A), un radar de poursuite AN/APG-46, un altimètre radar AN/APN-141, un radar de navigation Doppler AN/APN-122, un système de navigation inertiel AN/ASN-31, un ordinateur de bord et un ordinateur ballistique AN/ASQ-61. Ce système se révéla efficace uniquement après une longue période de mise au point.

480 A-6A/A2F-1 furent produits hors prototypes et appareils de préproduction. Certains seront convertis en appareils spécialisés.

YA2F-1H : prototype d'une version de guerre électronique, l'appareil étant un A2F-1 converti qui est rebaptisé YEA-6A en 1962.


Grumman EA-6A

A2F-1H : Version de guerre électronique de l'A2F-1. Devient l'EA-6A en 1962. deux prototypes, onze A-6A convertis et quinze appareils neufs.

L'idée de dévelloper une version de guerre électronique de l'Intruder émergea très vite notamment pour satisfaire un besoin des Marines qui devaient remplacer le Douglas F3D-2Q Skyknights.

La version de guerre électronique initialement baptisée A2F-1H (le H désigne la guerre électronique active et le Q concerne la guerre électronique passive) est reclassé EA-6A, le premier vol ayant lieu le 26 avril 1963.

Il dispose d'une suite de guerre électronique Bunker-Ramo AN/ALQ-86 installée dans une nacelle sur la dérive, d'un radar de contrôle de tir AN/APQ-129 qui lui permet en théorie de tirer l'AGM-45 Shrike. Il dispose également au radar de navigation AN/APN-153.

Ces appareils sont utilisés par l'USMC au Vietnam, quittant les unités de première ligne au milieu des années soixante-dix, servant dans la réserve jusqu'en 1993.

NA-6A : Redésignation de trois YA-6A et trois A-6A pour des tests particuliers

NEA-6A : un EA-6A modifié pour des tests particuliers

TA-6A : projet d'une version triplace d'entrainement. Non construit


Grumman A-6B

A-6B : Dix-neuf A-6A adaptés aux missions SAED (Supression of Air Ennemy Defense), une mission codée «Iron Hand». Ces appareils sont transformés entre 1967 et 1970, perdant une bonne partie des équipements d'attaque au profit d'équipements adaptés à la nouvelle mission à savoir la détection,la poursuite et le brouillage des radars.

Les A-6B embarquent le AN/APQ-103, l'AN/APN-153 et peuvent mettre en œuvre les missiles antiradars AGM-45 Shrike et AGM-78 Standard. Cinq appareils sont perdus durant leur carrière, les quatorze survivants étant portés au standard A-6E.

YEA-6B : désignation des deux prototypes EA-6B modifiés pour des tests particuliers


Grumman EA-6B Prowler

EA-6B Prowler : version de guerre électronique de l'A-6A avec un fuselage allongé pour embarquer quatre membres d'équipage. Depuis le retrait des EF-111 Raven par l'US Navy, l'EA-6B Prowler est le seul appareil de guerre électronique américain. Il à été remplacé par l'EA-18G Growler, version de guerre électronique du Super Hornet mais continue à être utilisé par l'USMC en l'occurence le VMAQ-2.


Grumman A-6C

A-6C : douze A-6A convertis pour l'attaque à basse altitude avec capteurs électro-optiques en 1970  pour mener des missions contre la piste Ho-Chi-Minh.

Ils ont reçut un pod TRIM (Trails/Roads Interdiction Multi-sensor) qui dispose d'un FLIR,d'une caméra TV pouvant fonctionner avec un bas niveau de lumière, d'un système de détection des moteurs «Black Crow».

Le pod trim opère avec le radar AN/APQ-112 remplaçant l'AN/APQ-103 des A-6B, l'AN/APN-186 remplaçant le plus ancien AN/APN-153. Le radar Sperry AN/APQ-127 remplace le radar de contrôle de tir AN/APG-46. Un appareil est perdu au combat, les survivants étant ultérieurement au standard A-6E.


Grumman KA-6D ravitaillant un F-18 Hornet

KA-6D : Soixante-dix huit A-6A et douze A-6E sont convertis en citernes volantes pour remplacer les Douglas KA-3B et EA-3B Skywarrior. Le système DIANE est débarqué, un système interne de ravitaillement en vol est installé parfois remplacé par un pod de ravitaillement en vol D-704 installé en position centrale. Quatre réservoirs sont installés sous les ailes. Les appareils étaient intégrés aux squadrons d'attaque, les pilotes étant formés sur les deux modèles.

Après leur retrait du service, ils sont un temps remplacés par des KS-3 Viking avant que désormais les Super Hornet ne prennent le relais.


Grumman A-6E Intruder

A-6E :  L'A-6E est la dernière version de l'Intruder. Disposant d'une électronique mise à jour, l'Echo est mis en service en 1970, connaissant son premier déploiement au Vietnam à partir du 9 décembre 1971.

Les radars de recherche et de poursuite des versions précédentes sont remplacés par un radar combinant les deux missions, le Norden AN/APQ-148 géré par un système embarqué plus moderne et surtout plus fiable que le système DIANE. On trouve également un nouveau système de navigation inertiel AN/ASN-92 associé au système CAINS (Carrier Aircraft Inertial Navigation Systems).  

En 1979 les A-6E reçoivent le AN/AAS-33 DRS (Detecting and Ranging Set), une partie du système TRAM (Target Recognition and Attack Multi-Sensor) , une petite tourelle stabilisée par gyroscope, tourelle comprenant un FLIR et un laser de télémétrie et d'illumination, le tout géré par un ordinateur AN/ASQ-155. Ce système est associé avec un nouveau radar, l'AN/APQ-156.

Dans les années quatre-vingt, les A-6E TRAM sont convertis en A-6E WCSI (Weapons Control System Improvement) pour leur permettre d'employer le missile Harpoon ou le missile Skipper voir l'AGM-84E SLAM mais seuls les A-6E SWIP (Systems/Weapons Improvement Program) pouvaient guider ce dernier modèle.

Dernière modernisation des A-6E, le programme SWIP permet aux Intruder de mettre en œuvre les missiles Maverick, SLAM, la bombe Walleye ou le missile antiradar AGM-88 HARM. 205 A-6E neufs sont construits auxquels il faut ajouter 240 conversions.


Grumman A-6F au décollage

A-6F et G : Au milieu des années quatre-vingt Grumman proposant une toute nouvelle version de son Intruder avec le remplacement des Pratt & Whitney J52 par une version sans post-combustion du General Electric F404, le réacteur de l'Hornet ce qui améliorait sensiblement les capacités de l'appareil (puissance supérieure, économies de carburant sans compter les économies logistiques).  

L'électronique était entièrement nouvelle avec un radar à ouverture synthétique Norden AN/APQ-173 (permettant l'emport de missiles air-air), un cockpit à écrans multifonctions. Deux pylones d'aile sont ajoutés portant le nombre de points d'attache à sept.

Cinq avions de dévellopement sont construits mais l'US Navy préféra utiliser ses fonds dans le désastreux programme de l'aile volante A-12 Avenger II qui fût abandonné en 1991.

Après l'échec de l'A-6F, Grumman proposa l'A-6G qui reprennait l'avionique de l'A-6F mais tout en conservant les moteurs d'origine. Ce projet n'eut pas plus de succès....... .

A noter que Grumman proposa une version monoplace de l'A-6A pour remplacer l'A-4 Skyhawk mais l'US Navy préféra choisir le Light-Temco-Vought A-7 Corsair II qui était une évolution en ligne directe du F-8 Crusader.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Jeu 23 Aoû 2018, 21:31

Les unités équipées d'A-6 Intruder (1) : US Navy

VA-34 «Blue Blasters»

Grumman A-6E

La VA-34 est la troisième unité à porter ce nom. Créée le 1er janvier 1970 sur la base aéronavale d'Oceana, elle dispose de Grumman A-6E Intruder. La cérémonie de création est organisée le 17 avril suivant.

L'unité est déployée en Méditerranée au sein de la 6ème flotte mais aussi dans l'Atlantique Nord pour des exercices OTAN.

Au printemps 1986, l'unité participe à des opérations contre la Libye, attaquant notamment des patrouilleurs lance-missiles avec des missiles Harpoon dont c'était la baptême du feu mais aussi l'opération El Dorado Canyon, des raids menés par l'US Navy et l'USAF en représailles après un attentat commis à Berlin-Ouest contre des militaires américains.

En 1990 l'unité participe aux commémorations du débarquement en Normandie, les célébrations de cette années correspondant avec le centième anniversaire de la naissance du 34ème président des Etats-Unis (1952-1960).

Quelques semaines plus tard l'unité participe à la première guerre du Golfe puis en 1994 au célébrations du cinquantième anniversaire du débarquement de Normandie.

De janvier à septembre 1996 la flottille effectue le dernier déploiement de l'unité avec l'A-6E Intruder à bord du USS George Washington (CVN-73). Il participe à l'opération Decisive Endeavor au dessus de la Bosnie et aux opérations Northern/Southern Watch au dessus de l'Irak.

Le 30 septembre 1996, l'unité est rebaptisée VFA-34 et entame sur la base aéronavale de Cecil Field (Floride) sa transformation sur F/A-18 Hornet, étant opérationnel en juin 1998.

L'unité à successivement utilisé des A-6A (avril-mai 1970), des A-6B (mai 1970-1971), des A-6E (décembre 1973-septembre 1996), des KA-6D intégrant l'unité en 1971 et opérant au sein de la VA-34 jusqu'au retrait du service actif de l'Intruder.

VA-35 «Black Panther»

Ce Grumman A-6A Intruder mérite son surnom de "camion à bombes"

Ce squadron d'attaque à pour origine le squadron VB-3B créé à Norfolk le 1er juillet 1934. Il change de nom à plusieurs reprises devenant le VA-35 le 15 février 1950, la précédente unité portant ce numéro ayant été dissoute le 7 novembre 1949.

A sa création le VA-35 dispose d'avions d'attaque Douglas Skyraider. C'est avec cet avion que l'unité participe à la guerre de Corée, son deuxième conflit après la seconde guerre mondiale. Il est aussi déployé au large du Liban en 1958 avant de participer à la crise des missiles à Cuba en 1962.

Le 15 août 1965 il est transféré au Carrier Vessel Wing Three (CVW-3) pour préparer sa conversion sur A-6A Intruder. Une fois opérationnel sur l'avion d'attaque tout temps, le VA-35 est engagé au Vietnam. Il est également présent durant la crise consécutive à la capture du navire-espion Pueblo par les nord-coréens.

Il passe sur A-6B en janvier 1968, recevant des KA-6D en décembre 1970. Il passe sur A-6C en février 1971 et sur A-6E en avril 1973.

Il participe à l'opération Eagle Claw, l'infructueuse tentative américaine pour libérer les otages américains à Téhéran (1980) avant d'être déployé au large du Liban dans les vaines tentatives occidentales de ramener la paix au pays du cèdre.

Il termine sa carrière durant la guerre du Golfe (1990-1991), l'unité étant dissoute le 31 janvier 1995

VA-36 «Roadrunners»

Unité créée le 6 mars 1987 sur la base aéronavale d'Oceana. Dissoute dès le 1er avril 1994, elle à volé sur Grumman A-6E Intruder durant toute sa carrière opérationnelle. C'est la deuxième unité à porter ce nom, le premier VA-36 ayant été dissous le 1er août 1970. En dépit d'une carrière fort brève (sept ans), le squadron à pu participer à la première guerre du Golfe (1990-91).

VA-42 «Green Pawn»/«Thunderbolt»

Grumman A-6E Intruder

Basée à NAS Oceana, la flottille VA-42 est créée sous le nom de VF-42 le 1er septembre 1950, adoptant son nom final le 1er novembre 1953.

C'est le début d'une longue existence qui s'est achevée le 30 septembre 1994, date de sa dissolution. Surnomée «Green Pawn», elle est devenue «Thunderbolt» en 1992 après la dissolution de la VA-176.

Successivement l'unité disposait de Skyraider (1953-1963), d'A-6A (1er février 1963-juin 1969), d'A-6B (juin 1969 à 1971), d'A-6C (1971-2 décembre 1972), la VA-42 disposant de KA-6D à partir de 1976. Disposant également de TA-4C et de T-28B, c'est une unité de transformation opérationnelle.

Le 15 novembre (certaines sources citent le 15 octobre) 1971, le Grumman A-6A (BuNo151563) s'écrase lors d'un vol suite à une période de maintenance. Après avoir décollé de la base aéronavale d'Oceana en Virginie, l'appareil connait une avarie de siège éjectable qui entraîne l'éjection du pilote obligeant le navigateur à s'éjecter à son tour. L'appareil est perdu et l'enquête permis d'identifier le problème et de le régler.

VA-52 «Bitter Birds»/«Knightriders»

Deux Grumman A-6A Intruder en vol au dessus du porte-avions USS Kitty Hawk (CV-63)

Cette unité est créée le 1er novembre 1949 comme escadre de chasse de réserve VF-884. Appelée au service actif le 20 juillet 1950 suite au déclenchement de la guerre de Corée, elle devient la VF-144 le 4 février 1953 et enfin VA-52 le 23 février 1959.

Surnomée «Bitter Birds» de 1951 à 1953, l'unité devient alors les «Knightriders», surnom qu'elle conservera jusqu'à sa dissolution le 31 mars 1995.

Après avoir utilisé des Corsair, des Panther et des Cougar durant la guerre de Corée, l'unité volait sur Skyraider en février 1959. Du 10 novembre 1967 à octobre 1970, elle dispose d'A-6A, les Alpha étant remplacés par des Bravo qui sont utilisés d'octobre 1970 à juillet 1974 date de l'arrivée d'A-6E, la version la plus évoluée de l'A-6E. Fin 1971, des KA-6D rejoignent l'unité.

La flottille utilise des Skyraider durant ces trois premiers déploiements au Vietnam avant d'être engagé sur Intruder. Il participe durant ce conflit à des missions d'attaque au sol et de mouillage de mines pour bloquer les ports nord-vietnamiens. Quatre ans après le conflit en 1979, l'unité couvrit l'opération de récupération des premiers boat-people vietnamiens.

En 1987 la flottille participe à l'opération Earnest Will, l'opération de protection des pétroliers koweïtiens victimes d'attaques irakiennes et iraniennes.

VA-55 «Warhorses»

Unité créée le 7 octobre 1983 sur la base aéronavale d'Oceana (Virignie). Equipée d'A-6E et de KA-6D, elle à été dissoute dès le 1er janvier 1991. C'est la deuxième unité à porter ce numéro, la première ayant été dissoute le 12 décembre 1975.

En 1986 la flottille à été engagé contre la Libye en riposte notamment à un attentat commis contre des soldats américains à Berlin-Ouest. En 1989 les chevaux de guerre ont été engagés au Liban notamment pour couvrir l'évacuation de l'ambassade des Etats-Unis. La VA-55 est dissoute, la cérémonie officielle ayant lieu le 22 février 1991.

VA-65 «The World Famous Tigers»

Grumman A-6A Intruder

Créé sous le nom de VT-74 (squadron de torpillage 74) en 1945, l'unité devient la VA-2B en 1946, la VA-25 le 1er septembre 1948 et enfin la VA-65 le 1er juillet 1959. C'est la deuxième unité à porter ce nom.

En 1959, l'unité disposait de Douglas Skyraider d'attaque. Elle participe à l'intervention en République Dominicaine en 1961, à la crise des missiles de Cuba en 1962 puis à l'opération Sea Orbit, le tour du monde mené par une escadre composée de navires à propulsion nucléaire (31 juillet-3 octobre 1964).

Transformé sur A-6A Intruder en mars 1965, la flottille est engagée au Vietnam, étant transformée en décembre 1968 sur A-6B. Après avoir reçu des KA-6D en 1971, la VA-65 étant transformée sur A-6E en mai 1972. Il est ensuite engagé en Méditerranée notamment au dessus du Liban. Il participe également à la guerre du Golfe, dernière opération majeure de l'unité dissoute le 31 mars 1993.

VA-75 «Sunday Punchers»

Trois Grumman A-6A Intruder en vol en compagnie d'un Grumman E-1B Tracer

Créée sous le nom de VB-18 le 20 juillet 1943, l'unité devient le squadron VA-7A le 15 novembre 1946, VA-74 le 27 juillet 1948 et enfin VA-75 le 15 février 1950, succédant à une première unité dissoute le 30 novembre 1949. C'est la première unité à mettre en œuvre l'Intruder et la dernière à le retirer du service actif.

Volant sur Douglas Skyraider, la VA-75 devient opérationnelle sur l'Intruder fin 1963, effectuant un premier déploiement opérationnel à bord de l'USS Independence de mai à décembre 1965 au dessus du Vietnam. La VA-75 est ensuite déployée en Méditerranée, participant notamment à plusieurs interventions dans la guerre civile libanaise ainsi qu'au dessus de la Libye.

Comme toutes les unités équipées d'Intruder, la VA-75 va mettre en œuvre des A-6A de 1963 à décembre 1967, des A-6B de décembre 1967 à août 1973, des KA-6D arrivant le 28 décembre 1970, opérant aussi bien avec les A-6B qu'avec les A-6E qui sont mis en service en août 1973. Après avoir participé à la première guerre du Golfe, l'unité est dissoute le 28 février 1997.

VA-85 «Black Falcons»

Grumman A-6E Intruder en vol avec des missiles antiradars AGM-78 Standard ARM

Le 1er février 1951, l'unité de réserve VA-859 est rappelée au service actif, devenant la VA-85 le 4 février 1953. Sa carrière va être particulièrement longue puisqu'elle ne sera dissoute le 30 septembre 1994.

Volant sur Skyraider, cette unité de la flotte de l'Atlantique, l'unité est transformée sur Intruder, volant sur des A-6A de mars 1964 au 9 décembre 1971 quand les faucons noirs sont les premiers à recevoir l'appareil. A partir du 18 novembre 1970, des KA-6D complètent les A-6 d'attaque.

Elle participe à la guerre du Vietnam, opérant aussi en Méditerranée au sein de la 6ème flotte notamment durant la guerre du Liban.

En 1984, l'unité aide les gardes-côtes à mener des missions anti-drogues dans les Caraïbes. En 1986, l'unité participe à des opérations contre la Libye. En septembre 1989 l'unité assure la couverture de l'opération d'évacuation de l'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth.

En 1990/91, les «faucons noirs» participent à la guerre du Golfe avant d'être engagé au dessus de la Bosnie (opération Deny Flight) mais aussi participe à l'opération Restore Hope au dessus de la Somalie ainsi qu'à l'opération Southern Watch au dessus de l'Irak.

VA-95 «Green Lizards»

Grumman A-6B Intruder

La troisième unité à porter ce nom est créée le 1er avril 1972, le début de vingt-trois années de service actif, l'unité étant dissoute le 31 octobre 1995. l'unité vole sur A-6A et B de 1972 à 1976, volant ensuite pendant vingt ans sur A-6E, des KA-6D volant au sein de l'unité de 1972 à 1995.

Elle participe aux dernières opérations de la guerre du Vietnam (End Sweep _déminage des ports nord-vietnamiens_ et Frequent Wind _évacuation de Saigon des civils américains et de leurs auxiliaires sud-vietnamiens). Il enchaîne par une opération destinée à récupérer le porte-conteneurs Mayaguez (15 mai 1975).

Les 18 et 19 avril 1988, l'unité participe à l'opération Praying Mantis, une série de raids de représailles après que la frégate Samuel B. Roberts ait été touchée par une mine iranienne dans les eaux internationales. Deux ans plus tard, l'unité participe à la première guerre du Golfe. C'est son dernier conflit avant sa dissolution survenue comme nous le savons le 31 octobre 1995.

VA-115 «Eagles»

Grumman A-6E Intruder en phase atterrissage

La flottille VA-115 «Eagle» à pour origine une flottille de torpillage, le VT-11 créé le 10 octobre 1942. Rebaptisée VA-12A le 15 novembre 1946, elle devient la VA-115 le 15 juillet 1948.

L'unité vole sur Grumman Avenger d'octobre 1942 à décembre 1948, sur Douglas Skyraider de décembre 1948 à avril 1970 avant de passer sur Intruder, l'unité utilisant des Alpha d'avril 1970 à octobre 1973, des Bravo d'octobre 1973 à avril 1977 et à partir de cette dernière date sur A-6E.

Comme sur toutes les autres unités d'Intruder, des KA-6D arrivent dans l'unité pour assurer des missions de ravitaillement en vol en l’occurrence pour la VA-115 en février 1971.

La flottille participe au second conflit mondial, à la guerre de Corée, à la guerre du Vietnam. D'août 1967 à janvier 1970 l'unité est inactivée, les Intruder manquant tout comme le personnel nécessaire. Elle n'est cependant pas dissoute mais est simplement mise en sommeil. Reprenant la guerre du Vietnam, elle participe notamment aux évacuations de Phnom Penh (EAGLE PULL) et Saigon (FREQUENT WIND).

En 1987, il participe à l'opération Earnest Will et l'année suivante, en 1988, le porte-avions USS Midway est déployé avec le VA-115 au large de Séoul pour sécuriser des jeux olympiques très mal vus par le remuant voisin du nord. La VA-115 participe à la première guerre du Golfe en 1990/91 puis à l'opération Southern Watch.

En octobre 1996, le squadron est transféré à NAS Lemoore (Californie) pour entamer sa transformation opérationnelle sur F/A-18C Hornet ce qui entraîne une transformation de sa désignation, la VA-115 devenant VFA-115 le 30 septembre 1996.

VA-128 «Golden Intruders»

Grumman A-6E Intruder

C'est le Fleet Replacement Squadron (FRS) des squadrons d'Intruder de la flotte du Pacifique. Il est créé le 1er septembre 1967 et dissous en septembre 1995 au moment où l'Intruder était retiré du service actif. A partir d'octobre 1986 le VA-128 est chargé de l'entrainement des pilotes de l'USMC volant sur A-6, succédant au squadron VMAT(AW)-202.

Le 19 septembre 1973, le Grumman A-6A Intruder (BuNo 155271) ayant décollé de la base aéronavale de Whidbey Island (Etat de Washington) s'écrase à 25 miles au sud est de Christmas Valley durant un entrainement de nuit à basse altitude. Le pilote (lieutenant Alan G. Koehler) et le navigateur (lieutenant commander Philip D. duHamel) sont tués. Le site est classé et des plaques rappellent le triste événement.

VA-145 «Rustlers»

Grumman A-6E Intruder

Créé sous le nom de VA-702 le 1er décembre 1949 comme unité de réserve, l'unité est appelée au service actif le 20 juillet 1950 suite au début de la guerre de Corée.

Elle est rebaptisée VA-145 le 4 février 1953, le début d'une longue carrière opérationnelle puisque l'unité à été dissoute le 1er octobre 1993.

Initialement équipée d'Avenger, l'unité vole sur les différentes version du Douglas Skyraider jusqu'en juin 1968 quand elle reçoit des A-6A, appareils remplacés par des A-6B en août, des A-6C en mai 1970 et enfin des A-6E en septembre 1976, des KA-6D ralliant l'unité en 1972.

Après avoir participé à la guerre de Corée et à la guerre du Vietnam sur Skyraider puis sur Intruder, l'unité est engagée dans le golfe Persique pour les opérations Earnest Will et Nimble Archer, la première destinée à protéger les pétroliers koweïtiens alors que la seconde était une opération de représailles contre les plate-formes pétrolières iraniennes utilisées comme base de départ pour des vedettes rapides. En 1990/91, l'unité participe à la guerre du Golfe avant de terminer sa vie opérationnelle par l'opération Restore Hope, l'intervention onusienne en Somalie.

VA-155 «Silver Foxes»

Unité créée le 1er septembre 1987 et dissoute dès le 30 avril 1993. C'est la troisième flottille à porter ce numéro sachant que l'US Navy nie tout filiation entre les unités. La première à été dissoute le 30 novembre 1949, la deuxième créée en 1946 devient VA-155 le 4 février 1953 avant d'être dissoute le 30 septembre 1977.

La troisième unité qui est donc créée le 1er septembre 1987 et dissoute le 30 avril 1993 va participer sur A-6E et KA-6D Intruder. Elle participe à la première guerre du Golfe, perdant un appareil lors d'une mission de mouillage de mine au large du port d'Um Qasr et c'est la flottille des «renards argentés» qui mène la dernière mission du porte-avions USS Ranger (CV-61).

La flottille participe également aux opérations Southern Watch au dessus de l'Irak (patrouilles pour faire respecter les deux zones d'interdiction aérienne) et Restore Hope au dessus de la Somalie.

VA-165 «Boomers»

Grumman KA-6D

Unité créée le 1er septembre 1960, elle vole d'abord sur Skyraider, utilisant l'A-6A à partir de mai 1967, les Bravo remplaçant les Alpha en novembre 1969 avant de céder la place eux mêmes aux Charlie en février 1970. En janvier 1975, l'A-6E arrive au sein de l'unité, des KA-6D étant présents au sein de la VA-165 depuis le 28 mars 1971.

L'unité participe à la guerre du Vietnam avec d'abord des Skyraider puis des Intruder. Il est également présent dans les eaux coréennes lors de la crise consécutive à la capture du Pueblo. Il est ensuite engagé dans le Golfe Persique, participant à l'opération Earnest Will en 1987. En 1989 il participe au film le «Vol de l'Intruder».

Si il ne participe pas à la première guerre du Golfe, il participe au «service après vente» notamment l'opération Southern Watch. L'unité est dissoute le 30 septembre 1996.

VA-176  «Thunderbolts»

Grumman A-6E Intruder

L'unité est créée le 4 juin 1955 avec des Douglas AD-6 Skyraider comme monture et la flotte de l'Atlantique comme affectation.

Il est déployé sur des porte-avions ASM, des porte-avions opérant dans l'Atlantique et en Méditerranée, la 2ème flotte détachant des navires au profit de la 6ème flotte qui ne disposait que de fort peu navires en propre. L'unité effectue trois déploiements en Méditerranée entre 1961 et 1965.

En 1966 il connait son premier déploiement au Vietnam depuis le USS Intrepid (CVA-11), l'unité s'illustrant quand deux A-1H abattent deux Mig 17, un affrontement insolite entre le dernier avion  d'attaque à hélice et un avion à réaction.

Après une dernière croisière en Méditerranée en 1967 à bord du Saratoga sur Skyraider, l'unité reçoit des Grumman A-6A utilisés de 1969 à 1975, les Alpha étant complétés par des A-6C entre 1973 et 1975 avant que les deux versions soient remplacés par des A-6E en 1975. Des KA-6D arrivent au sein de l'unité en 1972.

Avec l'Intruder, la flottille effectue dix-huit déploiements en Méditerranée, trois d'entre-eux comprennant des incursions dans l'Océan Indien. L'unité est dissoute le 30 octobre 1992.

VA-185 «Nighthawks»

Les «faucons de la nuit» est le surnom d'une unité créée le 1er décembre 1986 avec des Grumman A-6E et des KA-6D Intruder, une unité à l'existence éphémère puisqu'elle à été dissoute le 30 août 1991.

Il participe à l'opération Earnest Will (novembre 1987-janvier 1988), participe à la sécurisation des jeux olympiques de Séoul en septembre 1988 avant de participer à la première guerre du Golfe qu'il s'agisse de Desert Shield (novembre 1990-janvier 1991) ou de Desert Storm (janvier-février 1991).

VA-196

Grumman A-6E Intruder

L'unité est créée sous le nom de VF-153 le 15 juillet 1948, devenant la VF-194 le 15 février 1950 et enfin VA-196 le 4 mai 1955. Elle est surnommée «Thundercats» de 1948 à 1950, «Main Battery» de 1950 à sa dissolution survenue le 21 mars 1997.

Volant sur Bearcat à sa création, elle utilise brièvement le Corsair avant de voler sur Skyraider de décembre 1950 au 1er octobre 1966, date à laquelle il commence à voler sur les différentes version de l'Intruder. La VA-196 utilise successivement des A-6A (1er octobre 1966-juin 1968), des A-6B (juin 1968-juillet 1975) et des A-6E (juillet 1975-mars 1997), des KA-6D arrivant au sein de l'unité en mars 1971.

L'unité participe à la guerre de Corée, à des interventions au large des côtes chinoises, à la guerre du Vietnam, à l'opération Eagle Claw en 1980, à l'opération Earnest Will en 1987 et enfin à la première guerre du Golfe. Elle est dissoute le 21 mars 1997.

VA-205 «Green Falcons»

Grumman A-6E Intruder

Unité d'attaque de l'US Naval Reserve basée à NAS Atlanta (Géorgie). Créée le 1er juillet 1970, elle est dissoute le 31 décembre 1994.

En août 1971, l'unité passe deux semaines complètes à être embarqué sur le USS John F. Kennedy (CV-67) au sein du Carrier Vessel Wing Reserve Twenty (CVWR-20).

L'unité vole sur A-4L du 1er octobre 1970 au 26 septembre 1975 quand elle devient opérationnelle sur A-7 Corsair II. En 1990 l'unité passe sur Intruder, recevant des KA-6D en août et des A-6E en novembre 1990. Elle est dissoute le 31 décembre 1994.

VA-304 «Firebirds»

Grumman KA-6D Intruder

Unité de l'US Naval Reserve créée le 1er juillet 1970 avec des A-4C, l'unité stationnée à NAS Alameda (Californie) à été dissoute le 31 décembre 1994.

Elle passe sur A-7 Corsair II en août 1971, utilisant cet appareil jusqu'en 1988 quand l'unité reçoit des A-6E et des KA-6D, appareils qui vont être utilisés jusqu'à la dissolution de l'unité.

VAQ-33 «Firebirds»

Grumman EA-6A

Unité de guerre électronique tactique créée en 1949 mais qui ne prend son nom définitif qu'en 1968. Il utilisait alors des Douglas EA-1F Skyraider, la VAQ-33 étant la dernière unité à utiliser le Skyraider et à l'embarquer sur un porte-avions en 1969. Il est ainsi engagé au Vietnam.

De retour à NAS Norfolk en 1970, il est placé sous l'autorité du Fleet Electronic Warfare Support Group. Sa nouvelle mission était de servir de plastron pour entraîner les unités de la flotte de l'Atlantique à la guerre électronique.

Elle utilise quatre Douglas ERA-3B Skywarrior, quatre Douglas EA-4F Skyhawk et un Lockheed NC-121K Warning Star. En 1976 elle commence à utilisé des EF-4B et EF-4J Phantom II et en 1977 devient le Fleet Replacement Squadron (FRS) des A-3 Skywarrior.

Transféré à NAS Oceana en 1978, elle récupère quatre Grumman A-6A Intruder ayant appartenu au corps des Marines, ralliant deux ans plus tard en 1980 la base aéronavale de Key West, remplaçant également son dernier Super Constellation par un P-3A Orion.

A la fin de sa carrière opérationnelle, l'unité utilisait des EA-6A et trois Orion. L'utilité de cette unité entraîna la création de deux autres unités, la VAQ-34 à NAS Point Mugu (Californie) en 1983 et la VAQ-35 en 1991, unité stationnée à Whidbey Island (Etat de Washington). L'unité est dissoute en 1993.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5584
Age : 53
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Ven 24 Aoû 2018, 12:56

clausewitz a écrit:


Si aujourd'hui le nombre de versions est assez limité à l'époque les avions de combat étaient développés dans de nombreuses versions pour rester à jour mais aussi pour faire à un certain nombre de missions et d'impératifs. Le Grumman Intruder n'échappe pas à la règle.

C'était dans la culture US : "une mission un avion" chez nous (les budgets n'étant pas les mêmes) un avion était de préférence apte à plusieurs types de missions (mais pas durant la même sortie pour çà il faudra attendre le Rafale) exemple le Mirage III E le même avion pouvant faire de la DA tout temps (Matra 530), du SEAD (Martel), du Nucléaire et de la frappe de précision (AS 30) ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Ven 24 Aoû 2018, 16:39

Merci du complément Je posterai la suite ce soir

J'en profite pour annoncer que le prochain article est en cours de rédaction, il sera consacré à cette classe de navire :


_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Ven 24 Aoû 2018, 19:12

Les unités équipées d'A-6 Intruder (2) : USMC

VMA-121 «Green Knights»

Grumman A-6E des chevaliers verts

La VMF-121 est créée me 24 juin 1941 avec des F4F Wildcat remplacés rapidement par des Chance-Vought F4U Corsair, cette flottille opérant notamment au dessus de Guadalcanal. Elle suit ensuite le saut de puces américain à travers le Pacifique. Elle est désactivée le 9 september 1945.

Elle est rapidement recréée sur la base aéronavale de Glenview (Illinois), la VMF-121 devient VMA-121 volant successivement avec des Corsair, des Bearcat des Skyraider, participant notamment à la guerre de Corée.

En 1957 elle abandonne ses Skyraider pour des Cougar, des appareils pouvant si besoin est délivrer le feu nucléaire. Fin 1958, le Cougar cède déjà la place au A-4 Skyhawk, participant à la crise des missiles de Cuba en 1962. Elle participe ensuite à la guerre du Vietnam.

Début 1969 la flottille est transformée sur A-6 Intruder, l'unité devenant VMA(AW)-121 (AW = All Weather). Elle retourne au Vietnam pour un nouveau déploiement. A bord du Ranger, l'unité participe à l'opération EASTERN WILL. L'unité devient VMFA(AW)-121 le 8 décembre 1989, désignation qui correspond au remplacement des Intruder par des F/A-18D Hornet, l'unité cessant d'être une unité d'attaque pour devenir une unité de chasse bombardement.

VMA-224 «Fighting Bengals»

Grumman A-6 Intruder de la 224ème flottille d'attaque des Marines

La VMA-224 à été créée sous le nom de VMF-224 le 1er mai 1942 sur la base aéronavale Barbers Point (Hawaï) avec des F4F Wildcat comme monture. Elle participe notamment à la bataille de Guadalcanal puis aux différentes offensives américaines dans le Pacifique.

Volant sur F4U Corsair après la bataille de Guadalcanal, elle conserve cet appareil jusqu'à l'arrivée d'avions à réaction en l’occurrence des McDonnell F2H-2 Banshee, appareils remplacés ensuite par des F9F Panther, l'unité devenant à cette occasion VMA-224.

Le 29 september 1956 l'unité devient la première flottille des Marines à opérer sur Skyhawk. C'est sur cet appareil que la flottille participe à la guerre du Vietnam. Elle est transformée sur Intruder le 1er novembre 1966, devenant à cette occasion VMA(AW)-224. Elle participe à nouveau à la guerre du Vietnam avec notamment plusieurs déploiements à bord des porte-avions américains.

Elle participe à la première guerre du Golfe (1990/91). Le 5 mars 1993, elle devient la VMFA(AW)-224 avec le F/A-18D Hornet comme monture.

VMA-225

Grumman A-6A Intruder

Le 1er janvier 1943 est créée sur la base aérienne des Marines (Marine Corps Air Station MCAS) Mojave (Californie) la VMF-225 (flottille de chasse des marines n°225). Elle est équipée de Vought F4U Corsair, participant au second conflit mondial dans le Pacifique.

Entrainée au bombardement nucléaire au début des années soixante, l'unité devenue flottille d'attaque en 1952 (VMA-225) avec des Douglas Skyraider, est transformée sur A-4 Skyhawk, étant engagée au Vietnam depuis la base aérienne de Chu Lai durant un unique déploiement de juin à octobre 1965.

En avril 1966 les Skyhawk sont remplacés par des Intruder, l'unité devenant la VMA(AW)-225. De janvier 1969 à mai 1971  l'unité est déployée au Vietnam pour assurer des missions d'appui et d'interdiction. L'unité est dissoute le 15 juin 1972.

VMA-242 «Bats»

Quatre Grumman A-6A Intruder des "chauves souris" en vol

Le 15 septembre 1943 est créé le Marine Torpedo Bombing Squadron 242 avec le Grumman Avenger. Il participe au second conflit mondial depuis des bases terrestres mais aussi des porte-avions. Il est dissous le 23 novembre 1945.

Le 1er octobre 1960 l'unité est recrée sous le nom de Marine Attack Squadron 242 (VMA-242) sur la base de Cherry Point en Caroline du Nord avec le Skyhawk comme monture. Elle participe à la crise des missiles de Cuba.

En septembre 1964, rentré d'un déploiement au Japon, l'unité commence sa transformation sur A-6 Intruder. C'est la deuxième unité américaine à utiliser l'appareil après le VA-75, une unité de l'aéronavale. Elle devient à cette occasion la VMA(AW)-242. Elle participe à la guerre du Vietnam, utilisant des A-6A puis en septembre 1977 reçoit des A-6E.  

Le 23 mars 1967 sur la base aérienne de Da Nang, un contrôleur aérien autorise le Grumman A-6A Intruder (BuNo 152608) à décoller mais donne également l'autorisation à un quadrimoteur de transport Lockheed C-141A-LM Starlifter (BuNo 65-9407) du 62nd Military Arlift Wing à traverser la piste.

L'Intruder voit le Starlifter au dernier moment, tente une manœuvre d'évitement mais l'aile gauche touche le nez du C-141 ce qui provoque un incendie et une terrible explosion. Tout l'équipage du Starlifter périt sauf le chef de soute. Les deux pilotes de l'A-6 (capitaine Frederick Cone et Doug Wilson) sautent de leur avion avant l'explosion d'une partie des munitions. Les victimes sont cinq pilotes du Starlifter, le premier des deux C-141 à être détruit au Vietnam.

Stationnée à El Toro en Californie, l'unité est régulièrement déployée au Moyen-Orient et en Extrême-Orient. Elle ne va pas participer à la première guerre du Golfe, entamant sa transformation sur F/A-18D Hornet en décembre 1990.

VMA-332

Grumman A-6E Intruder

Cette unité à pour origine le Marine Scout Bomber Squadron 332 (VMSB-332), créé en juin 1943 avec des Douglas SBD Dauntless, combattant dans le Pacifique. Le 1er mars 1945 l'unité devient le Marine Torpedo Bombing Squadron 332 (VMTB-332), remplaçant ses Dauntless par des Avenger.

Désactivée en novembre 1945, l'unité renaît le 23 avril 1952 sous le nom de Marine Attack Squadron 332 (VMA-332) volant sur F6F Hellcat puis F4U Corsair. C'est avec ses derniers appareils que l'unité est engagée en Corée.

En décembre 1953, elle remplace ses Corsair par des Skyraider, ces derniers appareils étant remplacés en 1958 par des Skyhawk. Le 20 août 1968 l'unité entame sa transition sur Intruder, devenant à cette occasion la VMA(AW)-332.

L'unité va utiliser l'Intruder jusqu'en juin 1993 quand elle entame sa transformation sur F/A-18D Hornet, devenant à cette occasion la VMFA(AW)-332.

VMA-533

Grumman A-6A Intruder

Le 1er octobre 1943 est créé à MCAS Cherry Point (Caroline du Nord) le Marine Night Fighter Squadron 533 (VMF[N]-533) avec des Grumman F6F-5N Hellcat.

C'est l'un des trois squadrons de chasse de nuit créés par le Corps des Marines. L'unité participe à la seconde guerre mondiale dans le Pacifique.

Le 1er septembre 1945 arrive le premier F7F-2N Tigercat à Okinawa, trop tard pour participer au second conflit mondial. L'unité va être déployée en Chinée avant de participer à la guerre de Corée.

En mai 1953 les Tigercat sont remplacés par des McDonnell F2H-4 Banshee avant que ces derniers soient remplacés en 1957 par des F9F Cougar, une évolution du Panther avec des ailes en flèche.

En 1959 l'unité abandonne la chasse pour l'attaque, devenant la VMA-533 avec comme monture l'A-4 Skyhawk. Après six ans, le Skyhawk est remplacé par des Intruder, l'unité changeant à nouveau de nom en devenant la VMA(AW)-533.

C'est avec ce nouvel appareil que l'unité participe à la guerre du Vietnam avec des A-6A, les A-6E n'arrivant qu'en 1976 après la fin d'un conflit qui à traumatisé l'Amérique.

Quinze ans après la fin du conflit vietnamien, l'unité va participer à la première guerre du Golfe, opérant depuis le Bahreïn. Le confit terminé, l'unité rentre au pays et entame sa transformation sur F/A-18D Hornet.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Sam 25 Aoû 2018, 15:39

L'Intruder au combat (1) :  le Vietnam comme baptême du feu

Une brève présentation du conflit vietnamien


C'est la France de Napoléon III qui entame la conquête de l'Indochine française avec tout d'abord la Cochinchine en 1862, le Cambodge en 1863,la IIIème République poursuivit l'oeuvre de celui injustement surnommé «Napoléon le petit» en s'assurant du contrôle de l'Annam et du Tonkin en 1884, tous ces territoires étant regroupés dans une Union indochinoise en 1887.

Si l'Algérie à marqué les consciences par son statut de colonie de peuplement, l'Indochine avait une place particulière dans l'Empire français. Colonie la plus peuplée avec 25 millions d'habitants, elle fascinait les métropolitains attirés par l'Asie et ses mystères.

La défaite française de 1940 met le pouvoir colonial en péril. Le Japon transforme l'Indochine en véritable protectorat et favorise la défaite venant les nationalistes du Viet Minh.

Le 9 mars 1945, une attaque surprise des troupes japonaise décapite l'administration coloniale française et provoque la mort de plusieurs milliers de civils et de militaires français.

Suite à la défaite japonaise, l'Indochine est divisée en deux zones : chinoise au nord et britannique au sud, la mission de ses troupes étant de désarmer les unités japonaises et de maintenir l'ordre colonial en attendant le retour de la France.

Si la France accorde l'indépendance au Laos et au Cambodge, il est hors de question de lâcher le Vietnam dont les enjeux économiques sont bien plus importants que les deux pays précités. La France reprend pied en 1946 en janvier dans le sud et en mars dans le nord.

De 1946 à 1949, la guerre semble être une guerre du faible au fort, une guerre de guérilla qui voit une armée française équipée à l'Européenne affronter une guérilla mal équipée mais connaissant parfaitement le terrain.

L'arrivée au pouvoir de Mao-Tse-Toung en octobre 1949 change la donne. Le Viet Minh bénéficie maintenant d'une puissante base arrière en Chine et se transforme en une véritable armée capable d'infliger des sévères défaites au corps expéditionnaire française comme à Cao Bang sur la RC4 en octobre 1950.

Après une période de redressement sous la houlette du général de Lattre de Tassigny, le haut commandement français souhaite écraser les forces viet-minh en les attirant dans une bataille rangée où la puissance de feu de l'artillerie et de l'aviation française doit faire la différence.


Schéma du camp retranché

C'est l'opération Castor lancée le 20 novembre 1953 avec la mise en place d'un camp retranché à Dien Bien Phu qui va devenir le tombeau des meilleurs unités françaises, l'Azincourt du Corps Expéditionnaire Français qui se termine par une bataille de 54 jours du 13 mars au 7 mai 1954, date de la chute du camp retranché, un projet de raid aérien américain (opération Vulture) ayant été abandonné, certaines hypothèses prévoyant l'utilisation de la bombe atomique..... !

Le Vietnam est divisé en deux entités : Vietnam du Nord communiste et Sud-Vietnam nationaliste, théoriquement une démocratie pro-occidentale. La France qui à bien d'autres préoccupations en tête (notamment en Algérie) quitte le Vietnam en 1956, remplacée au pied levé par les américains au nom de la théorie des dominos. Un engrenage se met en place....... .


Carte du conflit vietnamien

Officiellement les américains sur place sont des conseillers militaires destinés à réorganiser et ré-entraîner l'ARVN pour qu'elle puisse faire face au Front National de Libération (FNL) créé en 1960 et plus connu sous le nom de Viet-Cong, un faux-nez pour Hanoï, les soldats nord-vietnamiens se mêlant allègrement aux guérilleros.

Peu à peu, les américains mettent un doigt, une main, un bras dans une machine infernale jusqu'à l'incident du Golfe du Tonkin du 2 août 1964 qui précipite l’Amérique dans la guerre, une guerre qui prend la forme d'un immonde bourbier dans lequel l'armée américaine va s'enliser pendant plus de huit ans.

Ce conflit va durablement traumatiser l'opinion et même l'establishment militaire américain. Les médias n'hésitent pas à faire référence au conflit vietnamien dès que les militaires américaines s'enlisent quelquepart qu'il s'agisse de l'Irak ou de l'Afghanistan.

Le conflit vietnamien peut se diviser en trois ou quatre grandes phases, une vision schématique de la guerre :

-Première phase du 2 août 1964 à août 1965 : l'action américaine se limite essentiellement à un effort aérien notamment au travers de Rolling Thunder. L'engagement de forces terrestres se limite à la sécurisation des bases aériennes établies dans le pays, bases qui ne tardent à être attaqués par le Vietcong.  

-Seconde phase d'août 1965 à janvier 1968 : l'opération Starlight le 17 août 1965 voit le premier affrontement au sol entre Viet Cong et américains.

S'en suivent une série de grandes opérations aux résultats contrastés voir médiocre, «Charlie» se dérobant souvent au lourd dispositif américain qui finit par marquer des points alors que la contestation du conflit ne cesse grandir.

-Troisième phase : l'offensive du Tet le 31 janvier 1968 et son prolongement à Hué jusqu'au mois de mars 1968 est le tournant majeur  du conflit. Les pertes américaines et surtout l'intrusion du Viet Cong dans l'enceinte de l'ambassade des Etats Unis à Saïgon stupéfie l'opinion publique américaine qui réclame la fin de la guerre du Vietnam.

-Quatrième phase : 1969-73. Le nouveau président américain, Richard Nixon surnomé Tricky Dick (Richard le rusé ou le magouilleur) lance la politique de vietnamisation avec un retrait progressif des forces américaines du Vietnam, le Sud-Vietnam devant se défendre seul comme lors de l'offensive de Pâques 1972........avec l'aide d'un puissant soutien aérien américain (opération Linebacker I).

Parallèlement, des négociations s'ouvrent entre Hanoï et Washington, des négociations heurtées et chaotiques entre Leu-Duc-Tho et Henry Kissinger, les phases de négociation alternant avec des bombardements de B-52 sur Hanoï et Haïphong comme l'opération Linebacker II (18 au 29 décembre 1972).

Finalement les accords de Paris sont signés le 27 janvier 1973, les derniers soldats américains partant au mois de mars conformément aux accords qui prévoyait l'évacuation des soldats américains en soixante jours (24200 soldats américains étant encore présents fin 1972 bien loin des 543000 hommes du printemps 1969). Moins de deux ans plus tard, le 30 avril 1975, les chars nord-vietnamiens pénétraient à Saïgon réunifiant par la force le Vietnam sous la férule communiste sans que les américains ne bougent.

Les engagements de l'Intruder au Vietnam

Les porte-avions américains opéraient depuis Yankee Station

Les Grumman A-6 Intruder sont déployés depuis les porte-avions de la 7ème flotte, «ponts-plats» engagés au sud depuis Dixie Station et surtout au nord, dans le Golfe du Tonkin depuis Yankee Station entre la DMZ et Haïnan dans le Golfe du Tonkin.

Les déploiements durent entre six et neuf mois avec d'abord un long transit depuis la côte ouest (environ un an), un ultime entrainement au large de Pearl-Harbor avant un engagement au combat.

Dans les premiers temps du conflit les porte-avions étaient engagés depuis Dixie Station (entre 150 et 200 miles nautiques dans l'est-sud-est de Saïgon) contre la guérilla au Sud-Vietnam, des cibles plus «faciles» que le Nord-Vietnam où la défense était particulièrement musclée.

La croisière normale comprend quatre à six passages en ligne d'une durée de quatre à cinq semaines, coupés par des séjours à Subic Bay ou à Hong Kong.

Le Grumman A-6 Intruder est pour la première fois déployé au combat à bord du USS Independence (CVA-62) du 5 juin au 21 novembre 1965. Au sein du Carrier Vessel Wing Seven (CVW-7), on trouvait le squadron VA-75 qui disposait d'A-6A.

-Du 15 novembre 1965 au 6 juin 1966, le USS Kitty Hawk (CVA-63) est engagé au Vietnam avec le CVW-11. Au sein de ce groupe aérien on trouve le squadron VA-85 équipé de Grumman A-6A Intruder.

-Du 29 mai au 24 novembre 1966, le USS Constellation (CVA-64) est engagé au combat avec comme bras armé le CVW-15 qui engagea le VA-65 et ses Grumman A-6A Intruder.

Durant ce déploiement, les Intruder de l'unité interviennent contre des vedettes rapides type P6 qui avaient attaqué les destroyers USS Coontz (DLG-9), King (DLG-10) et Rogers (DD-876) qui tenaient la station SAR (Search and Rescue) Nord à 55 miles au sud-est de Haïphong. Une vedette est coulée, les deux autres la suivant après avoir lancé.

-Du 17 novembre 1966 au 12 juin 1967, le Kitty Hawk est de retour au combat avec toujours le CVW-11 et toujours le VA-85 qui volait encore sur des A-6A.

-Du 15 mai au 26 novembre 1967 c'est autour du Constellation de retourner au Vietnam avec le CVW-14 qui disposait d'un squadron d'Intruder le VA-196.


L'incendie du USS Forrestal (CVA-59) eut au moins l'avantage de rassurer les américains sur la résilience de leurs porte-avions géants en cas de conflit avec l'URSS

-Depuis le 8 juillet 1967, le USS Forrestal (CVA-59) est engagé au Vietnam avec à bord le Carrier Air Wing Seventeen (CVW-17).

Parmi les squadrons déployés figure le squadron VA-65 équipé d'A-6A. Le déploiement est de courte durée puisque le porte-avions est gravement endommagé par l'incendie du 29 juillet 1967 après seulement quatre jours en ligne. Si vingt et un avions sont détruits, aucun Intruder ne fait partie des victimes.

-Du 20 novembre 1967 au 18 mai 1968, le porte-avions USS Ranger (CVA-61) est engagé au Vietnam avec à son bord du CVW-2. Le groupe aérien dispose de trois squadrons d'attaque avec trois modèles d'avions différents en l'occurence le VA-22 avec des A-4C, le VA-147 avec des A-7A et enfin le VA-165 avec des A-6A.

-Du 6 décembre 1967 au 20 juin 1968,  le USS Kitty Hawk (CVA-63) effectue un nouveau déploiement au Vietnam. Le CVW-11 dispose de trois squadrons d'attaque mais seul le VA-75 est équipé d'Intruder, des Alpha mais aussi des Bravo.


Durant le conflit vietnamien des essais de camouflage furent réalisés

-Du 14 janvier au 12 juillet 1968, le porte-avions USS Enterprise (CVAN-65) est engagé au Vietnam. Le seul porte-avions à propulsion nucléaire à l'époque engage au Vietnam le CVW-9. Ce groupe aérien dispose de trois squadrons d'attaque dont le VA-35 équipé d'A-6A.

-Du 12 mai au 20 novembre 1968, le USS America (CVA-66) participe au conflit vietnamien avec le CVW-6 qui disposait notamment du VA-85, unité équipée d'A-6A mais aussi d'A-6B.

-Le USS Constellation (CVA-64) retourne au Vietnam du 14 juin 1968 au 23 janvier 1969 avec à son bord toujours le CVW-14, un groupe aérien qui disposait de trois squadrons d'attaque, deux équipés de Corsair II (VA-27 et VA-97) et un équipé d'Intruder, le VA-196 encore équipé d'A-6A.

-Du 23 septembre 1968 au 11 avril 1969, le USS Coral Sea (CVA-43) est engagé au Vietnam avec le groupe aérien CVW-15. Si les VA-153 et VA-216 sont équipées de Skyhawk, le VA-52 vole lui sur A-6A Intruder.

-Le USS Ranger (CVA-61) est de retour au Vietnam du 12 novembre 1968 au 10 mai 1969 avec à son bord le CVW-2. Si le VA-147 est équipé de Corsair II et le VA-155 de Skyhawk, le VA-165 vole encore sur A-6A Intruder.


Grumman A-6A Intruder

-Du 15 janvier au 27 août 1969, le USS Kitty Hawk (CVA-63) sert de base au CVW-11. Parmi les trois squadrons d'attaque du groupe aérien, deux sont équipés de Corsair II (VA-37 et VA-105) et un vole sur Intruder en l'occurence le VA-65 qui dispose d'A-6A et d'A-6B.

-Du 17 mars au 26 juin 1969, le USS Enterprise (CVAN-65) est à nouveau engagé au Vietnam avec à son bord le CVW-9 qui disposait de deux squadrons de Corsair II (VA-146 et VA-215) mais aussi d'un squadron d'Intruder (VA-145) qui disposait d'A-6A et B.


Grumman A-6E du squadron VA-145

-Du 1er septembre 1969 au 29 avril 1970, le USS Constellation (CVA-64) est à nouveau déployé au Vietnam avec toujours à son bord le CVW-14. Si les squadrons VA-27 et 97 sont équipés de Corsair II, le VA-85 vole lui sur A-6A et B.

-Du 14 octobre 1969 au 18 juin 1970, le USS Coral Sea (CVA-43) participe aux opérations aériennes au dessus du Vietnam avec le CVW-15 qui comme les autres groupes aériens disposait de trois squadrons d'attaque, les VA-82 et 86 équipés de Corsair II mais aussi le VA-35 volant sur A-6A Intruder.

Du 4 novembre 1969 au 23 mai 1970, le USS Ranger (CVA-61) est à nouveau déployé au Vietnam avec à bord le CVW-2. Ce groupe aérien dispose notamment du squadron VA-196 qui dispose d'A-6A Intruder.

-Du 12 mai au 23 novembre 1970, le USS America (CVA-66) est engagé au Vietnam avec le CVW-9 qui disposait de trois squadrons d'attaque, les VA-146 et 147 équipés de Corsair II ainsi que le VA-165 équipés de trois version de l'Intruder en l'occurence des Alpha, des Bravo et des Charlie.


Grumman A-6E Intruder en mission de bombardement

-Du 11 novembre 1970 au 9 juin 1971, le USS Ranger (CVA-61) est à nouveau déployé au Vietnam avec toujours le CVW-2 qui dispose de deux squadrons de Corsair II (VA-25 et 113) et d'un squadron d'Intruder, le VA-145 équipé d'A-6A et C.

-Du 27 novembre 1970 au 6 juillet 1971, le USS Kitty Hawk (CVA-63) retourne au Vietnam avec le CVW-11. Ce groupe aérien disposait de deux squadrons d'A-7E Corsair II (VA-192 et 195) et d'un squadron d'Intruder, le VA-52 qui disposait d'Alpha et de Charlie.

-Du 7 mai au 24 octobre 1971, le USS Midway (CVA-41) est déployé au Vietnam avec à son bord le CVW-5. Au sein de son groupe aérien on trouve trois squadrons d'attaque, les VA-56 et 93 équipés de Corsair II auxquels il faut ajouter le VA-115 qui disposait d'A-6A mai aussi de KA-6D, des Intruder adaptés à la délicate mission du ravitaillement en vol.

-Du 27 juin 1971 au 2 février 1972, le USS Entreprise (CVAN-65) est à nouveau déployé au Vietnam avec le CVW-14 qui disposait de trois squadrons d'attaque, les VA-27 et 97 équipés de Corsair II mais aussi le VA-196 qui disposait d'A-6A et de KA-6D.


Grumman A-6E Intruder en vol

-Du 27 octobre 1971 au 24 juin 1972, le USS Constellation (CVA-64) est à nouveau engagé au Vietnam avec à son bord le CVW-9 qui disposait comme toujours de trois squadrons d'attaque, les VA-146 et 147 équipés d'A-7E ainsi que le VA-165 qui disposait à la fois d'A-6A mais aussi de KA-6D.

-Du 8 décembre 1971 au 11 juillet 1972, le Coral Sea (CVA-43) est à nouveau engagé au Vietnam. Le troisième et dernier porte-avions de classe Midway engage le CVW-15 qui dispose de deux squadrons de Corsair II (VA-22 et 94) mais aussi d'un squadron d'Intruder, une unité du Corps des Marines des Etats-Unis, des Leathernecks en l'occurence le VMA(AW)-224 qui disposait d'A-6A, d'A-6B et de KA-6D.

-Du 1er mars 1972 au 17 novembre 1972, le Kitty Hawk est de retour dans les tumultueuses eaux vietnamiennes avec à bord le CVW-11. Si les VA-192 et 195 sont équipés de Corsair II, le VA-52 vole lui sur Intruder avec des Alpha, des Bravo et des KA-6D de ravitaillement en vol.

-Le USS Midway (CVA-41) est engagé au Vietnam du 21 avril 1972 au 23 février 1973 avec à son bord le CVW-5 qui disposait d'un squadron équipé d'Intruder, le VA-115 qui vola sur A-6A et KA-6D.

-Du 8 mai 1972 au 16 janvier 1973, le USS Saratoga (CVA-60) effectue son seul déploiement au Vietnam avec à son bord le CVW-3. Ce groupe aérien disposait de deux squadrons de Corsair II (VA-37 et 105) et d'un squadron d'Intruder, le VA-75 qui disposait d'A-6A, d'A-6B et de KA-6D.

-Du 1er juillet 1972 au 4 mars 1973, le CVW-8 est engagé au Vietnam à bord du USS America (CVA-66). Ce groupe aérien dispose des VA-82 et 86 équipés de Corsair II ainsi que du squadron VA-35 qui disposait d'A-6A, d'A-6B, d'A-6C et de KA-6D.


Grumman A-6C Intruder au catapultage

-Le USS Enterprise (CVAN-65) effectue son dernier déploiement vietnamien du 19 septembre 1972 au 3 juin 1973 avec à bord le CVW-14. Ce groupe aérien dispose de deux squadrons de Corsair II (VA-27 et 97) et d'un squadron d'Intruder, le VA-196 qui disposait d'A-6A, d'A-6B et de KA-6D.

-Le USS Ranger (CVA-61) est déployé pour la dernière fois au Vietnam avec toujours son inséparable CVW-2 qui disposait des VA-25 et 113 équipés d'A-7E Corsair II mais aussi de VA-145 équipés d'A-6A, d'A-6B et de KA-6D.

L'incident du Mayaguez (12-15 mai 1975)

Le S.S Mayaguez

Le conflit vietnamien à rapidement débordé sur les autres pays de la région, le Laos et le Cambodge servant de base arrière pour le Vietminh, la Thaïlande servant de base de départ pour l'USAF.

Le Cambodge indépendant depuis 1953 est officiellement neutre mais cette neutralité est de plus en plus difficile à tenir surtout avec la reprise en 1965 de la guerre au Vietnam voisin, le Vietminh utilisant le pays comme base arrière.

En 1969 les américains commencent à lancer des opérations contre les bases arrières vietcongs au Cambodge. Le 18 mars 1970, Norodom Sihanouk est renversé par le général Lon Nol. Cette république khmère est clairement inféodée aux américains, américains et sud-vietnamiens lançant une offensive en avril 1970.

Ce régime est très vite discrédité, devant faire face à la guérilla des Khmers Rouges, guérilleros soutenus par l'ancien roi Sihanouk. Avec le retrait américain du Vietnam, le régime de Lon Nol ne contrôle plus que la capitale, sa fin est proche.

Le 17 avril 1975, Pnomh Penh est prise par Pol Pot et ses partisans. C'est le début de trois années de terreur avec un terrifiant génocide.

Le 30 avril 1975 Saigon tombe aux mains des nord-vietnamiens, mettant en théorie fin à la guerre du Vietnam. Je dis bien en théorie car du 12 au 15 mai à lieu ce qu'on à appelé l' incident du Mayaguez.

Le S.S Mayaguez est un porte-conteneurs (un cargo C-2 de 1944 transformé) armé par trente-neufs membres d'équipage capturé le 12 mai 1975 vers 14h30 par des Kmhers Rouges qui considéraient ces eaux comme des eaux territoriales et non des eaux internationales. Le navire est remorqué jusqu'à l'île de Koh Tang située à 43km de la ville de Kompong Song.

Les américains décident d'intervenir militairement en profitant du fait que des troupes non négligeables étant encore déployées en Thaïlande. L'US Navy dispose dans la région du porte-avions USS Coral Sea (CVA-43) avec son groupe aérien (CVW-15) et ses navires d'accompagnement.

Des troupes de l'USMC sont mis en alerte tout comme des unités de l'USAF, l'armée de l'air étant chargée de surveiller le navire pour éviter qu'il ne rejoigne le Cambodge même ce qui aurait rendu encore plus difficile l'intervention.  

Le plan d'action prévoit l'engagement de cinquante-sept marines pour prendre d'assaut le porte-conteneurs depuis la frégate USS Harold E. Holt (FF-1074) (classe Knox), les marines devant être d'abord héliportés sur le navire.

600 marines doivent ensuite être héliportés sur l'île de Koh Tang. Un destroyer le USS Henry B. Wilson (DDG-7) (classe Charles F. Adams) est chargé de soutenir l'opération et la frégate USS Schofield (FFG-3) de classe Brooke devant empêcher l'intervention de navires cambodgiens (la veille des Phantom II et des Corsair II avaient coulé des vedettes

Sur le plan aérien, l'essentiel des moyens aériens est fournit par l'USAF qui sera la seule à intervenir sur l'île avec des Corsair II, des Phantom II, des F-111, des C-130, des AC-130, des HC-130, des OV-10A Bronco  ainsi que des hélicoptères CH-53C et HH-53C.

Les appareils de l'US Navy sont engagés contre le Cambodge même pour éviter l'envoi de renforts sur l'île.

L'assaut est lancé le 15 mai à l'aube. Les Marines sont héliportés sur l'île. Les combats sont violents nécessitant un puissant soutien aérien. Les cinq CH-53 engagés en quelques minutes furent abattus ou mis hors de combat. Comme d'habitude, en réalité tout était normal puisque comme disait les américains SNAFU ! (Situation Normal All Fucking Up ! Situation normale tout part en couille !).

Pendant ce temps, les avions embarqués du CVW-15 attaquent des objectifs sur le continent notamment l'aéroport de Ream. Parmi les appareils engagés figurent des Phantom II, des Corsair II et des Intruder, l'objectif étant détruire des T-28 Trojan qui auraient pu intervenir  Kho Tang. Outre l'aéroport, la raffinerie de Sihanoukville est visée.

A 8.30 la frégate USS Harold E. Holt (FF-1074) se range le long du porte-conteneurs, des A-7D de l'USAF arrosant le navire de gaz lacrymogènes.

Pour la première fois depuis 1826 des soldats américains prenaient un navire à l'abordage mais hélas le navire était vide et l'événement le plus marquant fût la bannière américaine hissée sur le navire, navire remorqué par la frégate.

C'est finalement une heure plus tard vers 9.45 que le navire de pêche thaïlandais sur lequel se trouvait les marins du Mayaguez fût répéré, le destroyer USS Henry B. Wilson (DDG-7) récupérant sans incident les trente-neuf marins.

Restait la situation à Koh Tang où les marines étaient bloqués. Des renforts sont envoyés pour couvrir l'évacuation, évacuation particulièrement difficile tant les échanges de tir étaient intenses.

Ce n'est finalement qu'en début de soirée que les derniers marines furent embarqués (en réalité trois marines furent oubliés sur la plage).

La libération du porte-conteneurs à provoqué la mort de quinze marines, trois marines disparus, trente-cinq marines et six aviateurs blessés.

Si on ajoute les 23 morts de l'USAF tués dans l'accident du 13 mai, les pertes US se montent à un total de 38 tués et 41 blessés. Les Américains estiment que les pertes des khmers rouges se montent à 60 tués sur environ 300 hommes présents dans l'ile.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Dim 26 Aoû 2018, 20:34

L'Intruder au combat (2) : Khadafi et Saddam Hussein, Méditerranée et Golfe Persique

Mare Nostrum


Le fait est peu connu mais quelques années seulement après son indépendance les Etats-Unis ont envoyé des navires en Méditerranée, la fameuse Mare Nostrum des romains pour mettre fin aux opérations de piraterie menées notamment par le bey de Tripoli.

On aurait pu s'attendre à un intérêt grandissant de Washington pour cette mer jadis centre du monde mais jusqu'à la seconde guerre mondiale l'intérêt des Etats-Unis pour la Méditerranée est limité. Il à bien quelques navires déployés pour montrer le pavillon et éventuellement évacuer les ressortissants mais sortit de là...... .

Tout change donc avec le second conflit mondial et la guerre froide. A partir de novembre 1942 et l'opération TORCH, les américains sont présents en Méditerranée d'abord pour faire de l'Afrique du Nord une solide base de départ avant de se lancer dans une série d'opérations amphibies en direction de l'Italie, la Sicile d'abord puis la péninsule italique.

C'est aussi le débarquement de Provence, un débarquement initialement prévu en même temps que celui de Normandie avant que des contraintes logistiques n'entraine un décalage de deux mois.

Le second conflit mondial terminé, les américains semblent tentés par un retour à l’isolationnisme mais le déclenchement rapide de la guerre froide entraîne un maintien de forces américaines importantes en Europe.

La Méditerranée est évidemment une zone à contrôler absolument non seulement en raison de la présence du canal de Suez et du détroit de Gibraltar mais aussi parce que cette mer borde le flanc sud du dispositif occidental.

En effet comme une bataille de rencontre dans la plaine germano-russe pouvait être très aléatoire, les généraux otaniens craignaient que les soviétiques ne tentent de passer par les flancs, la Norvège et la Baltique au nord, l'Italie et la Méditerranée au sud.

Pour défendre la Mare Nostrum les américains déploient une flotte dédiée, la 6ème flotte dont le QG est installé à Naples. Cette flotte de la Méditerranée ne dispose cependant pas de navires en propres.

C'est en effet la 2ème flotte ou Flotte de l'Atlantique qui détache des bâtiments en fonction des périodes de tension. Si le nombre de navires fluctue, on trouve généralement un porte-avions et son groupe de combat, un groupement amphibie avec l'équivalent d'une brigades des Marines, des croiseurs, des sous-marins...... .

Le rôle de la 6th Fleet est de protéger le flanc sud du dispositif OTAN, d'appuyer les marines espagnoles, françaises, italiennes, grecques et turques en cas de conflit mais c'est aussi le symbole de la puissance américaine, les porte-avions étant «100000 tonnes de diplomatie».

Depuis 1945, les porte-avions américains sont intervenus en Méditerranée au Liban, en Libye mais aussi dans les Balkans et dans ces interventions, l'Intruder était souvent présent pour délivrer le Feu de Wotan.

Libye : ce cher colonel Khadafi


En 1871, après quasiment quatorze siècles de division, l'Italie qui n'était jadis qu'une expression géographique (Metternich) retrouve son unité politique.

Quelques années seulement après le Risorgimento, Rome se lance dans la course aux colonies, récupérant les miettes laissées par la France, la Grande-Bretagne, l'Espagne, la Belgique et les Pays-Bas.

Après avoir échoué en Tunisie, elle parvient à faire reconnaître ses «droits» sur la Tripolitaine et la Cyrénaïque, deux provinces appartenant à l'empire ottoman qui est à cette époque en plein déclin à tel point qu'on parle d'homme malade de l'Europe.

Craignant que ses droits ne soient bafouées par les autres nations européens, Rome décide de s'emparer de ces deux provinces par la force lors d'une guerre en 1911/12. Il faudra cependant attendre 1934 pour que l'autorité italienne devienne une domination pratique.

Cette colonie est le théâtre de violents combats durant le second conflit mondial, un affrontement opposant les britanniques aux germano-italiens, un conflit où deux chefs de premier plan se révèlent : Montgomery et Rommel.

Les combats en Afrique du Nord se termine en mai 1943. la Libye est occupée par les italiens et obtient son indépendance le 24 décembre 1951 avec le roi Idriss à sa tête.

Le territoire libyen au positionnement stratégique explique la présence d'une base aérienne américaine, la base de Wheelus près de Tripoli, une base d'où pourraient partir les bombardiers chargés de bombarder l'URSS.


Mouammar Khadafi

Le 1er septembre 1969, un coup d'état militaire mené par le colonel Mouammar Khadafi renverse le roi Idriss. Les alliés évacuent leurs bases mais contrairement à ce qu'on peut parfois lire, l'évacuation de Wheelus AFB (effective le 11 juin 1970) avait été décidée avant le coup d'état.

Le nouveau régime à l'instar de Nasser en Egypte adopte une politique hostile aux occidentaux, c'est le début d'une série d'incidents plus ou moins importants.

Principale pierre d'achoppement : la question de la limite des eaux territoriales libyennes, les américains adoptant la limite traditionnelle des 12 miles nautiques alors que les libyens estiment que tout le Golfe de Syrte appartient à la Libye.


Ronald Reagan

L'arrivée de Ronald Reagan à la Maison Blanche change la donne. Les américains adoptent une position nettement plus musclée pour faire respecter les eaux internationales et obliger le régime libyen à en rabattre.

Plusieurs porte-avions américains vont ainsi être déployés dans le Golfe de Syrte. Plusieurs incidents ont lieu notamment le 19 août 1981 quand deux F-14 Tomcat abattent deux Su-22. En 1983, 1984 et 1985, la Libye et les Etats-Unis sont au cœur d'incidents en Méditerranée, une mini guerre froide règne dans le bassin oriental de la Méditerranée déjà passablement perturbé par la guerre du Liban.

Outre l'agressivité de son aviation et de sa marine, Tripoli utilise l'arme du terrorisme en soutenant notamment le groupe Abou Nidal.

En 1986 les américains réalisent les opérations ATTAIN DOCUMENT avec Attain Document I du 15 au 30 janvier, Attain Document II du 12 au 15 février et surtout Attain Document III à partir du 22 mars 1986.


Le USS Coral Sea (CV-43)

Trois porte-avions sont engagés, les USS Coral Sea (CV-43), USS America (CV-66) et USS Saratoga (CV-60) accompagnés de quatre croiseurs, quatre destroyers, douze frégates, la TF60 disposant au total de 26 navires, 250 avions et 27000 hommes.

Le 24 mars, une force composée de Tomcat, d'Intruder et de Corsair venue du porte-avions America franchit la fameuse «ligne de la mort» des libyens. Il faut cependant attendre plusieurs heures avant que des incidents aient lieu.

Dans la soirée un patrouilleur lance-missiles libyen est détecté. La menace est réelle puisque le navire libyen dispose de missiles Otomat d'une portée maximale de 40 miles nautiques (environ 80km).


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-34

Un A-6E Intruder du squadron VA-34 basé sur le USS America (CV-66) lance un missile Harpoon (dont c'était le baptême du feu) qui endommage la vedette qui sera achevée par une bombe Mk20 Rockeye larguée par un......Intruder du VA-85 parti lui du Saratoga.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-85

Peu avant minuit, un autre bâtiment libyen est attaqué par deux Intruder du VA-85 qui l'endommage à l'aide de bombes Rockeye. Il échappe à la destruction en profitant de la protection d'un navire marchand qui lui permet de rentrer à Benghazi.

Le lendemain 25 mars la corvette libyenne Ana Mara est détectée par un Hawkeye. Elle est stoppée immédiatement par les américains. Elle encaisse d'abord deux Rockeye d'un Intruder du VA-55 du Coral Sea, un Harpoon d'un A-6 du Saratoga et enfin deux autres Rockeye. L'opération s'achève le 27 mars avec un succès américain. Si le Saratoga rentre aux Etats-Unis, les deux autres restent en Méditerranée.


Grumman KA-6D Intruder du VA-55

Ne pouvant riposter sur le plan militaire, la Libye choisit l'arme du terrorisme. Le 5 avril 1986, une bombe explose dans la discothèque La Belle à Berlin-Ouest faisant deux morts et 204 blessés. Une opération de représailles est lancée, l'opération El Dorado Canyon lancé dans la nuit du 14 au 15 avril.


Grumman A-6E TRAM du squadron VA-55

L'attaque est menée par des F-111F venus de Grande-Bretagne mais aussi par les avions embarqués des porte-avions America et Coral Sea. Les Intruder seuls avions capable de bombarder  de nuit avec précision aux côtés des F-111 sont chargés d'attaquer la région de Benghazi deux cibles, le camp militaire d'Al-Jamahiriyah (sept avions de la VA-34) et l'aérodrome de Benina (huit avions de la VA-55).

Le soutien est important avec de nombreux ravitailleurs en vol, des avions de guerre électronique (Prowler et Raven), l'alerte aérienne avancée est assurée par les Hawkeye, la couverture aérienne des Intruder étant assurée par des F/A-18 Hornet embarqués sur le USS Coral Sea (CV-43). L'opération est un succès, les seuls pertes américains étant deux pilotes de F-111 qui sont tués lors d'une éjection à trop basse altitude.

Liban : feu la Suisse du Moyen-Orient

Carte de la guerre du Liban

Feu le général De Gaulle parlait d'un Orient compliqué. Le Moyen et le Proche-Orient, ces régions  sont en effet des zones instables où les périodes de paix sont particulièrement rares.

Région tour à tour dominée par les perses, les grecs, les romains, les byzantins, les arabes et les turcs, elle à toujours intéressé les occidentaux d'abord pour des raisons commerciales (épices, soie, produit de luxe) et religieuses (croisades) puis de plus en plus pour des raisons pétrolières et gazières.

A ces intérêts bassement mercantiles s'ajoutent des raisons religieuses (affrontement pluriséculaire entre chiites et sunnites), politiques et idéologiques, faisant de la région un baril de poudre que des allumettes pyromanes font régulièrement exploser.

Le premier conflit mondial voit la chute des empires et notamment de l'empire Ottoman dont l'agonie s'achève durant ce qui aurait du être la Der des Ders.

Que faire de ces territoires ? La nouvelle Société des Nations (SDN) donne mandat à la France et à la Grande-Bretagne pour administrer ces territoires jusqu'à ce que les peuples soient jugés capables de se gouverner eux mêmes. Si la Grande-Bretagne reçoit mandat sur la Palestine, la Transjordanie et l'Irak, la France obtient des mandats sur la Syrie et le Liban.

Ce pays est considéré comme un havre de paix, un éden de stabilité dans un Moyen-Orient troublé ce qui lui vaut le flatteur surnom de «Suisse du Moyen-Orient». Hélas cela ne va pas durer...... .

La situation commence à se détériorer avec la proclamation de l'Etat d'Israël et surtout la défaite arabe lors de la première guerre israélo-arabe en 1949. Les palestiniens fuient en masse au Liban, formant un véritable état dans l'Etat tout comme en Jordanie.

Le Liban pays multiethnique et multiconfessionnel où les équilibres politiques sont savamment dosé (le président de la République était par exemple obligatoirement un chrétien maronite) est déstabilisé par cette immigration massive.

Cette déstabilisation à d'autant plus d'impact que le pays du cèdre sert de base arrière à l'OLP pour mener des actions terroristes. Beyrouth se retrouve donc engagé dans les multiples conflits de cet Orient compliqué. En effet outre la question palestinienne s'ajoute le mouvement panarabe baasiste mais aussi la Syrie rêvant d'avaler le Liban.

En 1958 les américains interviennent une première fois au Liban pour protéger Beyrouth des conséquences du coup d'état militaire mené en Irak (opération Blue Bat).

Le 13 avril 1975, vingt-sept palestiniens passagers d'un car sont massacrés par des phalangistes (chrétiens). Ce massacre est considéré comme l'acte de départ de la guerre du Liban, un conflit qui ne prendra fin qu'en mai 1991.

C'est un conflit particulièrement complexe avec des affrontements intra-libanais (phalangistes contre palestiniens, druzes contre chiites......), l'intervention des puissances régionales (Syrie, Israël) et mondiales (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis......) dont le récit n'est pas le sujet de l'article.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-176

A plusieurs reprises les puissances occidentales interviennent pour évacuer les palestiniens, s'interposer entre les belligérants ou évacuer des ressortissants. Les américains prennent leur part du fardeau puisqu'en 1983 241 marines sont tués dans un attentat au camion piégé le même jour que 58 parachutistes français installés dans l'immeuble Drakkar.

Naturellement la 6ème flotte est pleinement engagée avec notamment les «100000 tonnes de diplomatie», les porte-avions et leurs groupes de combat. A plusieurs reprises les CVW embarqués vont être engagés dans des missions de frappe au sol dont l'efficacité sera pour le moins limitée.

Le 4 décembre 1983 un Grumman F-14 Tomcat de reconnaissance est visé par la DCA syrienne ce qui incite les américains à lancer un raid de représailles contre les positions occupées par les forces de Damas.

Vingt-quatre avions sont ainsi catapultés depuis les porte-avions américains naviguant au large des côtes levantines en l’occurrence le USS Independence (CV-62) qui lance les Intruder du VA-176 (et les Corsair II du VA-87) et le USS John F. Kennedy (CV-67) qui lance les Intruder du VA-85 (et les Corsair du VA-15).

Deux appareils sont abattus, un Corsair II du VA-15 (pilote récupéré) et un A-6E Intruder du VA-85, le pilote (LV Mark Lange) est tué et le navigateur (LV Robert Goodman) est capturé par les syriens qui ne le relâcheront que le 4 janvier 1984. Les syriens répliquent en bombardant les positions occupées par les Marines sur l'aéroport de Beyrouth faisant huit tués.

Les Marines quittent le Liban en février 1984 après cinq mois de présence. C'était la deuxième fois que les Leathernecks étaient présents dans la région après un premier déploiement en août/septembre 1982 pour évacuer les palestiniens piégés à Beyrouth par l'opération israélienne «Paix en Galilée» déclenchée le 6 juin 1982.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Lun 27 Aoû 2018, 10:14

L'Intruder dans la guerre Iran-Irak (1980-1988)

Carte du conflit Iran-Irak

En 1979, le Shah d'Iran est renversé par ses opposants. D'une coalition hétéroclite liant les islamistes, les communistes et des démocrates sincères émergea rapidement la figure de l'iman Khomeiny qui devint le leader d'une république islamique d'Iran, les communistes retrouvant les geôles qu'ils occupaient sous le régime précédent.

Le 22 septembre 1980, l'Irak de Saddam Hussein attaque l'Iran pour mettre fin à la république islamique (qui trouble l'importante minorité chiite irakienne) et récupérer la partie iranienne du Chatt-El-Arab.

C'est le début d'un conflit long de huit années où les puissances occidentales vont être engagées d'abord en livrant des armes aux deux camps mais aussi en envoyant dans le Golfe Persique des moyens navals pour protéger les pétroliers attaqués par les deux camps, le pétrole étant la source principale des revenus nécessaires à la poursuite du conflit.

Dans le Golfe Persique, les deux bélligérants vont multiplier les attaques aériennes, vont mouiller des mines et pour les iraniens vont se lancer dans une véritable guerilla navale.

Dans un premier temps, les Etats-Unis se contentent de défendre la liberté d'accès au détroit d'Ormuz mais cette position neutre ne va pouvoir être maintenue très longtemps.
En janvier 1987, l'émirat du Koweït demande l'aide des Etats-Unis pour protéger ses pétroliers, onze d'entre-eux passe sous pavillon américain et sont ainsi protéger par l'US Navy c'est l'opération Earnest Will qui commence le 21 juillet 1987.


Grumman A-6E Intruder

Le 17 avril 1988 les américains déclenchent l'opération Praying Mantis, la destruction de la plate-forme pétrolière de Sasaan qui servait de base au profit des vedettes des Pasdarans. Des vedettes iraniennes attaquent le dispositif américain et des Intruder embarqués sur le USS Enterprise (CVN-65) détruisent plusieurs d'entre-elles.

Chose inimaginable jadis, les Intruder ont demandé en temps réel l'autorisation au président Reagan, autorisation accordée en trois minutes après que le relais eut été assuré par le porte-avions, le navire de commandement Coronado, le Central Command basé à Tampa en Floride et le Pentagone).

Le même jour la frégate Sahand attaque des navires américains près du détroit d'Ormuz et ouvre le feu sur des Grumman A-6E Intruder du squadron VA-95 (USS Enterprise [CVN-65]). Elle est touchée par des missiles tirés par les Intruder et par le destroyer USS Joseph Strauss (DDG-16), coulant dans la nuit.


Grumman A-6E Intruder (bis)

La frégate Sabalan à plus de chance puisqu'elle est touchée par une bombe à guidage laser d'un Intruder du VA-95 mais l'ordre est donné de ne pas la couler.

Ce sera le dernier engagement majeur des américains dans cette guerre initialement connu comme la première guerre du Golfe avant que le terme de guerre Iran-Irak ne s'impose. Le 8 août 1988 un cessez ramène la paix dans la région mais pas pour très longtemps.

Desert Storm ou le crépuscule d'un vieux guerrier (1990-91)

Carte de la guerre du Golfe

Le 2 août 1990, les forces irakiennes envahissent puis annexent le Koweït qui devient la dix-septième province irakienne. Cette invasion à peine deux ans après la fin de la guerre Iran-Irak embrase à nouveau la région.

Cette invasion s'explique par d'anciennes revendications (en 1961 la Grande-Bretagne avait empêché l'annexion du Koweit par l'Irak) et par des rivalités pétrolières.


Un Grumman A-6E Intruder volant au dessus d'un terminal pétrolier

Cette fois les américains se décident à intervenir immédiatement, d'abord pour protéger leur allié saoudien (Desert Shield) avant de passer à l'offensive (Desert Storm).


Le USS Independence (CV-62) embarquant le CVW-14 durant DESERT SHIELD

Quand les blindés irakiens envahissent le petit émirat, deux porte-avions sont à porter de tir, le USS Independence (CV-62) dans l'Océan Indien (pas loin de la base de Diego Garcia) et le USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69) en Méditerranée. Si le second passe en mer Rouge, le premier se rapproche du Golfe Persique sans y entrer, l'US Navy ayant des doutes sur la possibilité pour un porte-avions géant d'y opérer sans dommages.

Très rapidement, le USS Saratoga (CV-60) rallie le Golfe bientôt suivit par le USS John F. Kennedy (CV-67) qui doit être déployé en Méditerranée.


Le USS Saratoga (CV-60), le USS John F. Kennedy (CV-67), le USS Biddle (CG-34) et le USS San Jacinto (CG-56) durant Desert Shield

Le 1er octobre 1990, le USS Independence (CV-62) franchit le détroit d'Ormuz. C'est le premier porte-avions américain à opérer dans le Golfe Persique depuis le Constellation (CV-64) en 1974 qui était le second après le Tarawa en 1949.

D'autres porte-avions sont envoyés sur zone, le USS Midway (CV-41) venu de Yokosuka (Japon) relève l'Independence en octobre 1990. A la fin de l'année, on annonce l'envoi de trois nouveaux porte-avions, les USS Theodore Roosevelt (CVN-71), USS America (CV-66) et USS Ranger (CV-61).

L'opération Desert Shield s'achève le 16 janvier 1991 après plus de trois mois de montée en puissance, 450000 soldats essentiellement américains sont déployés en Arabie Saoudite et dans les pays voisins.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-115

Quatorze squadrons d'Intruder vont participer à Desert Storm (Tempête du Désert), onze unités de l'US Navy (VA-34,VA-35,VA-36,VA-65,VA-75,VA-85,VA-115,VA-145,VA-155,VA-185,VA-196) et trois squadrons de l'USMC (VMA-224,VMA-242 et VMA-533).

Desert Storm commence par une intense campagne de frappes aériennes pour neutraliser la défense aérienne irakienne, paralyser les communications et les mouvements de troupes irakiens.

Les missions attribuées aux Intruder étaient principalement la neutralisation de la marine irakienne soit par des attaques directes ou par des missions de mouillage de mines.

Dès le premier jour, les unités d'Intruder connaissent leur premier perte puisqu'un Intruder du VA-35 embarqué sur le Saratoga est abattu. Le lendemain, un autre appareil de cette même unité est abattu en même temps qu'un appareil du VA-155, unité embarquée sur le Ranger.

En matière d'armement, les Intruder emploient des bombes lisses, des bombes à guidage laser mais aussi des missiles comme le missile SLAM (AGM-84E Stand-Off Land Attack Missile).

Le 22 janvier 1991 quatre Intruder attaquent un dragueur irakien type T-43 qui est envoyé par le fond. Le lendemain des A-6 coulent un hovercraft, un patrouilleur type Zhuk, endommageant un pétrolier utilisé pour le renseignement électronique.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-145

Le 24 janvier 1991 alors que Desert Storm rentre dans sa deuxième semiane, des Intruder détruisent un mouilleur de mines type Spasilac ainsi qu'un autre patrouilleur type Zhuk. Quatre navires sont également endommagés lors d'une attaque de la base navale d'Umm Qasr, attaque menée conjoitement par des Intruder et des Hornet.

Le 26 janvier 1991, des Intruder incendient un patrouilleur irakien type TNC-45 avant de couler un navire irakien le lendemain. Outre ces missions d'interdiction navale, les A-6 bombardent les installations portuaires notamment le port de Koweit City.

Le 28, un Intruder du squadron VA-155 embarqué sur le Ranger est abattu lors d'une mission de mouillage de mines à Umm Qasr. Le lendemain des Marines de la 13ème MEU s'emparent de l'île de Umm al Maradin, les Intruder associés aux hélicoptères détruisant des vedettes rapides irakiennes.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-75

Les attaques navales se poursuivent le 30 puisque les A-6 attaquent trois bâtiments de débarquement dans le Chatt-El-Arab, un patrouilleur dans le nord du Golfe et des patrouilleurs à Umm Qasr. Le 1er février 1991 c'est un patrouilleur que des Intruder incendient à à Min al Bakir.

Le 2 février 1991 alors que Desert Storm à commencé depuis 15 jours, un nouvel Intruder est abattu.

C'est le cinquième A-6 détruit mais le premier du squadron VA-36 embarqué sur le USS Theodore Roosevelt (CVN-71), les squadrons VA-35 et VA-155 ayant déjà perdu deux appareils chacun. Le même jour la base navale d'Al Kalia est attaquée, des navires coulés à la fois par des bombes lisses de 500 livres mais aussi par deux bombes à guidage laser.

Le 5 février 1991, des Intruder détruisent une batterie de missiles chinois Silkworm, une évolution du Styx soviétique qui devint célèbre en octobre 1967 en détruisant le destroyer israélien Eilat et faisant entrer la guerre navale dans une nouvelle ère.

Cette menace n'est pas une vue de l'esprit puisque le 25 février 1991, le destroyer HMS Gloucester (D-96) détruit avec deux missiles Sea Dart un Silkworm qui visait le cuirassé USS Missouri (BB-63).

Les jours suivants les Intruder continuent leur traque des bâtiments militaires. Outre la neutralisation d'une menace militaire il s'agit de conforter l'idée d'un débarquement à Koweit City et ainsi fixer le plus de troupes irakiennes possible dans le petit émirat, troupes qui doivent être prises à revers depuis l'Arabie Saoudite.


Grumman A-6E Intruder du squadron VA-85

C'est ainsi que deux patrouilleurs sont endommagés le 7 février près de l'île de Faw suivit le lendemain par une frégate-école et un patrouilleur attaqués près de Cor Al Zubayr.

Le 9 février, les A-6 attaquent un patrouilleur et trois lanceurs de missiles Silkworm et le lendemain deux patrouilleurs sont coulés dans le nord du Golfe. Le 14 février une vedette lance-missiles type OSA I est détruite à Koweit City et le lendemain un sixième Intruder est perdu au retour d'une mission où il avait subit des avaries (pilote et navigateur récupérés sains et sauf).

A cette date la marine irakienne est pour ainsi dire neutralisée ce qui explique que le 19 février 1991, des A-6 Intruder détruisent cinq avions camouflés dans l'ouest de l'Irak.

L'offensive terrestre est lancée le 24 février 1991. La fameuse «quatrième armée du monde» il est vrai durement malmenée par un mois de bombardements non-stop s'effondre en l'espace de trois jours.

Les Intruder participent à l'appui des troupes au sol ce qui ne les empêchent pas de détruire le 27 février deux embarcations signalés près de Faykala par deux drones utilisés par le Missouri pour régler le tir de ses canons de seize pouces (406mm).

Les combats s'achèvent le 28 février au matin mais il faudra attendre le 6 avril 1991 pour que Bagdad accède formellement les termes du cessez le feu.


Grumman A-6E Intruder du VA-115

Le crépuscule d'un vieux guerrier

McDonnell-Douglas A-12 Avenger II

Initialement il était prévu que l'A-6 Intruder soit remplacé par le McDonnell Douglas A-12 Avenger II, une aile volante furtive mais ce projet mal embarqué dès l'origine capota et fût abandonné le 7 janvier 1991.

Cet coûteux abandon eut également raison par ricochet de l'Intruder puisque les crédits utilisés pour l'Avenger II devaient initialement être utilisés pour remotoriser le F-14 Tomcat et pour moderniser les Intruder.


Grumman A-6F Intruder en vol et au sol


Grumman propose bien de nouvelles version de son biréacteur mais ni l'A-6F ni l'A-6G ne voient le jour. Le 28 avril 1993, le Corps des Marines des Etats-Unis retire du service actif l'Intruder suivit le 28 février 1997 par l'US Navy après que l'A-6 eut effectué quelques missions au dessus de la Somalie (opération Restore Hope) et de la Bosnie.

Ce retrait du service actif ne fait pas l'unanimité loin de là. En effet le rayon d'action du F-18 Hornet est bien plus court qu'espéré ce qui fait dire que l'A-6 avait encore sa place dans la guerre moderne même si son côté solidement bati et rustique détonait un peu.

Surtout par son rayon d'action important il soulageait les citernes volantes de l'USN et de l'USAF et sa capacité en bombes n'était ni atteinte et encore moins dépassée ni par le Hornet, ni par le Super Hornet et encore moins par le F-35.

Au moment du retrait des appareils, des A-6 attendaient à l'usine Northrop-Grumman de Saint Augustine (Floride) d'être pourvus de nouvelles ailes. Ce projet tomba à l'eau et les cellules furent immergées au large des côtes de Floride pour former un récif artificiel naturellement baptisé Intruder Reef.

Les appareils retirés du service actif ont été confiés à des musées, placés sur des supports en position statique ou stockés à l'AMARG, le cimetière d'avions militaires américains situé à Davis-Monthan en Arizona.

Si un seul A-6A à été conservé à Smethport en Pennsylvanie, ce sont pas moins de trente-cinq A-6E qui ont évité le stockage dans l'Arizona ou la destruction par les chalumeaux des démolisseurs.

Certains servent d'emblème à des mémoriaux ou à l'entrée de bases navales et aéronavales. On trouve ainsi l'Intruder numéro 152603 à l'entrée de l'aéroport municipal de Richmond dans l'Indiana, le 152907 à l'entrée de la base aéronavale de Whidbey Island (Etat de Washington), le 152923 à la base aéronavale de Norfolk, le 155627 sur la base aéronavale de Fallon dans le Nevada, le 159567 à  l'entrée du Naval Surface Warfare Center (Dahlgren Division) à Dahlgren (Virginie), le 159568 à l'entrée de la base aéronavale de Patuxent River dans le Maryland et enfin le 159901 installé à l'entrée de la Naval Air Facility (NAF) d'El Centro en Californie.

D'autres sont donc exposés dans des musées qu'ils soient situés à terre ou sur des porte-avions, les américains conservant une véritable flotte là où la France il est vrai bien fournie en patrimoine naval n'à conservé que quatre sous-marins et un escorteur d'escadre.


Un Grumman A-6 Intruder préservé au Museum of Fflight de Seattle

C'est ainsi que l'Intruder 151782 est préservé à bord du Midway à San Diego (Californie), que le 152599 l'est à bord du Yorktown à Mount Pleasant en Caroline du Sud, le 158532 à bordu Lexington à Corpus Christi au Texas.

Les autres A-6E sont préservés dans des musées plus conventionnels à terre. On trouve ainsi sur la côte est le 152935 à Glenville (Etat de New-York), le 154167 à Washington (District de Columbia),le 155610 à Pensacola en Floride, le 155629 à Quonset Point (Rhode Island), le 155648 à Atlanta (Georgie), le 155661 à Camp Blanding en Floride, le 156997 à Patuxent River dans le Maryland, le 157001 à Philadelphie en Pennsylvanie, le 157024 à Richmond en Virginie, le 161676 à Williamsport en Pennsylvanie, le 162182 à Titusville en Floride, le 164378 à Havelock en Caroline du Nord et enfin le 164384 à Long Island au sein du Grumman Memorial Park dans l'Etat de New York.

Deux Intruder sont conservés dans des états éloignés des côtes, le 154131 à Grand Junction dans le Colorado et le 155713 qui est préservé au musée de l'Air et de l'Espace Pima situé à Tucson et juste à côté de l'AMARG de la base aérienne de Davis-Monthan.


Grumman A-6 Intruder préservé à San Diego sur le USS Midway (CV-41)

La Californie se taille la part du lion avec pas moins de huit Intruder préservés, le 152396 à Ridgecrest, le 154162 à Palm Springs, le 154170 à San Diego sur l'ancienne base aéronavale de Miramar devenue une base des Marines (Marine Corps Air Station MCAS), le 154171 à Paso Robles, le 155595 à Santa Rosa, les 155644 et 160995 à Chino et enfin le 162195 à San Diego au sein du musée de l'air et de l'espace de la ville. Le 158794 est conservé à Seattle (Etat de Washington) et le 162206 à Eugène dans l'Oregon.

Sur les cinq A-6F produits, deux ont été préservés, le 162184 à Garden City (Etat de New York) et le 162185 préservé à New-York sur le pont du porte-avions Intrepid.

«Le Vol de l'Intruder»


Si le F-14 Tomcat peut s'enorgueillir de plusieurs apparitions cinématographiques et télévisuelles, (JAG, Top Gun, Nimitz retour vers l'Enfer), l'A-6 Intruder n'à fait une apparition que dans un seul fim, le Vol de l'Intruder (The Flight of Intruder), un film de 1991 réalisé par John Milius.

Ces raids provoquent un certain nombre de pertes et le film interroge la pertinence des raids aériens et la conduite générale de la guerre du Vietnam. Parmi les acteurs de ce film citons Danny Glover, Willem Dafoe, Brad Johnson, Rosanna Arquette, Ving Rhames ou encore Tom Sizemore.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Mer 29 Aoû 2018, 09:47

Grumman EA-6B Prowler


Avant-propos

Une loi d'airain de la chose militaire : dès qu'un système d'armes apparaît, une riposte ne tarde pas. Mieux même il y à une véritable course entre les deux. Les exemples sont légion : boulet contre cuirasse, artillerie contre forteresse mais aussi radars contre brouilleurs.

L'électronique, le radar apparaissent au cours des années trente et vont jouer un rôle majeur dans le second conflit mondial. Pour contrer le radar, la première parade est toute simple, toute bête, des bandelettes d'aluminium appelées windows.

Les radars s'améliorent et très vite cela ne suffit plus. On imagine les premiers brouilleurs, les premiers systèmes de localisation de radar qui entraîna l'apparition côté allemand d'un détecteur de détecteurs...... .

L'après guerre voit le développement exponentiel de la guerre électronique avec de nombreux systèmes d'écoute et d'analyse, des brouilleurs, des leurres en attendant des missiles antiradars destinés à neutraliser la DCA ennemie.

En effet la guerre électronique se dévellopait essentiellement dans le but de neutraliser les imposantes défenses antiaériennes dressées par l'URSS. C'est cependant au Vietnam que les américains vont développer un concept intégré de guerre électronique appelé SAED.

Sous cet acronyme il faut lire Suppression of Air Ennemy Defense, la destruction des défenses antiaériennes ennemies. Ce développement se révéla particulièrement difficile, il fallu beaucoup de sang et de sueur avant que l'US Navy et que l'USAF parviennent à neutraliser la défense aérienne nord-vietnamienne.

Pour cette neutralisation, les américains utilisèrent des avions de guerre électronique chargés d'écouter, d'analyser et de brouiller les radars et les systèmes de commandement. A cela s'ajoute l'utilisation de missiles antiradars.


AGM-45 Shrike

Le premier, le AGM-45 Shrike était lancé par l'avion porteur (généralement un Phantom ou un Thunderchief) et se guidait vers la source de l'émission, explosant contre l'antenne du radar. Les nord-vietnamiens apprirent à éteindre le radar ce qui entraînait la perte du signal et donc du missile. Le missile suivant l'AGM-78 Standard disposait de la capacité d'enregistrer le signal ce qui évitait la perte du missile en cas d'extinction de l'émetteur.


AGM-78 Standard ARM sous l'aile d'un Intruder

En matière de guerre électronique, l'US Navy utilisa des Douglas EA-1E et F Skyraider _rapidement retirés du service car trop lents_ , des Douglas EF-10B Skyknight, des Douglas EKA-3B Skywarrior _version de guerre électronique du bombardier_ et bientôt du EA-6B Prowler, version quadriplace de l'Intruder qui succède à une version biplace à l'utilisation aussi brève qu'éphémère le EA-6A.


Grumman EA-6B Prowler

Après le retrait de l'EF-111 Raven _version de guerre électronique du F-111 Aardvark_ en 1998,le Prowler comme nous le verrons va rester le seul appareil de guerre électronique de l'arsenal américain, l'appareil étant remplacé  par le EA-18 Growler, version guerre électronique du F-18 Super Hornet.


Boeing EA-18G Growler

Si le Prowler n'est plus en service dans l'US Navy depuis 2015, il reste en service au sein du Corps des Marines même si son retrait est prévu pour 2019.

Initialement les Leathernecks ont étudié la possibilité de développer une version de guerre électronique du F-35 avant d'abandonner un projet dont on peut douter de la pertinence (comment un homme même avec l'aide de l'électronique pourrait faire le travail de quatre ?).

Sauf éventuelle acquisition de Growler, l'aviation des Marines semble s'orienter vers la piste du drone pour conserver sa capacité de guerre électronique.

Historique (1) : généralités


Le Grumman EA-6B Prowler est donc la variante de guerre électronique de l'Intruder. Il est aisément identifiable par sa canopée dorée, sa configuration quadriplace (un pilote et trois opérateurs) et bien évidement ses pods de brouillage, l'une d'entre-eux faisant corps avec la dérive.

Outre l'analyse et le brouillage, le Prowler pouvait participer aux missions SAED puisqu'il mettait en œuvre des missiles antiradars notamment l'AGM-88 HARM.


Tir d'un missile HARM par un Prowler

Effectuant son premier vol le 25 mai 1968, il est mis en service trois ans plus tard en juillet 1971, participant aux dernières opérations de la guerre du Vietnam. Il va ensuite être engagé dans tous les déploiements de l'US Navy et de l'USMC.

En 2009, les premier EA-18G Growler sont mis en service, l'USN retirant ses derniers Prowler en 2015, l'USMC devant faire de même en 2019 sauf nouvelle modification du calendrier.

A l'origine du Prowler figure une demande des Marines pour un appareil destiné à remplacer leurs biplaces de guerre électronique Douglas EF-10B Skyknight, une évolution du F-10 (ex-F3D) de chasse. C'est l'acte de naissance du EA-6A, des Intruder standards convertis en appareils de guerre électronique.


Deux photos du EA-6A Prowler. Dès le début il s'agissait d'un appareil interimaire


Trois squadrons des marines mirent en œuvre l'appareil en l’occurrence 15 appareils neufs et douze conversions. Cette production assez réduite s'explique par le fait que le modèle était un modèle de transition. Sa carrière à d'ailleurs brève une fois la guerre du Vietnam terminée dans les unités de première ligne mais assez longue dans des missions d'entrainement à la guerre électronique.

Le développement de l'EA-6B Prowler commença en 1966 pour remplacer les Douglas EKA-3B Skywarrior, une adaptation à la guerre électronique du bombardier qui reste à ce jour le plus gros avion jamais embarqué à titre permanent (j'exclu l'essai d'embarquement d'un C-130 qui n'aboutit à aucune utilisation opérationnelle).

Le contrat de développement est signé le 14 novembre 1966. Le nouvel appareil est donc une évolution de l'Intruder avec une fuselage allongé pour loger deux membres d'équipage en plus.


Grumman EA-6B Prowler en vol avec d'autres appareils

Le premier vol à donc lieu le 25 mai 1968 et mise en service en juillet 1971. Les trois prototypes sont des A-6A convertis et furent suivis de cinq avions de pré-série. 170 Prowler ont été construits entre 1966 et 1991.

Avec une carrière aussi longue (surtout dans un domaine où les progrès sont constants), les Prowler ont subit plusieurs modernisations pour leur éviter un déclassement. Dès 1973 est lancé le programme EXCAP (Expanded Capability) suivit en 1976 par le programme ICAP (Improved Capability) et en 1980 le programme ICAP II, ce dernier lui permettant de tirer les missiles Shrike et HARM.


Grumman EA-6B Prowler en vol avec d'autres appareils (bis)

Il était ensuite prévu le programme ADVCAP (Advanced Capability EA-6B Prowler) mais le projet à été abandonné pour des raisons budgétaires. Les trois appareils modifiés furent mis sous cocon jusqu'en 1999.

Ils furent ensuite démontés pour reconstruire un seul appareil logiquement baptisé «FrankenProwler» remis en service en 2005. Cela ne signifie naturellement pas que les modernisations se sont arrêtés mais l'heure des grands programmes appartenait au passé.

Les premiers appareils entrèrent en service en septembre 1970 au sein du Fleet Replacement Squadron VAQ-129.

Dix mois plus tard, en juillet 1971, le squadron VAQ-132 devint la première unité opérationnelle sur le nouvel appareil. Cette unité embarquée sur l'America est suivie par le squadron VAQ-131 embarqué sur l'Enterprise et le VAQ-134 abrité par le Constellation. L'appareil est naturellement engagé au Vietnam pour couvrir les raids aériens américains.

Après ce conflit qui à traumatisé l'Amérique, le Prowler continue sa mission de guerre électronique, de renseignement, de brouillage, de suppression des défenses aériennes ennemies, étant de tous les déploiements de l'Aéronavale américaine.

Des EA-6B sont ainsi engagés au dessus de la Grenade lors de l'opération URGENT FURY en 1983, lors de l'opération de récupération du paquebot Achille Lauro en 1985,lors de l'opération EL DORADO CANYON au dessus de la Libye en avril 1986 ou encore l'opération PRAYING MANTIS en avril 1988 dans le Golfe Persique.

Lors de DESERT STORM, trente-neuf Prowler sont engagés, 27 de l'US Navy décollant depuis six porte-avions et 12 de l'USMC opérant depuis des bases terrestres. En 4600h de vol, les appareils tirèrent 150 missiles HARM. Aucun appareil de ce type ne fût abattu à la différence des A-6 qui comme nous l'avons vu ont souffert des pertes non négligeables (six appareils perdus).

En 1998, les Grumman EF-111 Raven sont retirés du service par l'USMC laissant le Prowler comme seul appareil de guerre électronique américain. Trois ans plus tard, en 2001, 124 appareils sont encore en service au sein de douze squadrons de l'US Navy, quatre du corps des Marines et quatre unités conjointes USN/USAF, des unités dites expéditionnaires.

Le Prowler participe à l'opération ENDURING FREEDOM au dessus de l'Afghanistan dans une mission qui n'avait pas été pensée au début de sa carrière à savoir la lutte contre les IED (Improvised Explosive Devices) par la détection des émetteurs de mise à feu _souvent des téléphones portables_ , par les écoutes le repérage et la traque des artificiers responsables.

En 2011, des Prowler ont participé à l'opération NEPTUNE SPEAR, le raid mené par la SEAL Team 6 en vue de capturer ou de neutraliser la cible «Geronimo» un certain Oussama Ben Laden. Les EA-6B assurent l'écoute des radars et des communications pakistanaises ainsi que le guidage des deux Sikorsky MH-60X utilisés par les commandos marine américains.

Un temps l'US Navy pensa remplacer ses Prowler, ses Viking, ses Greyhound et ses Hawkeye par un appareil unique baptisé Common Support Aircraft (CSA). Cet appareil de soutien commun ne vit jamais le jour.

Comme la guerre électronique était une mission indispensable, un nouvel appareil destiné à succéder au Prowler était nécessaire. Comme le temps était à la standardisation, l'US Navy décida de dévelloper une version de guerre électronique du Super Hornet.

Baptisé Growler (la lettre G de la désignation EA-18G + le Prowler), le nouvel appareil rentre en service à partir de 2009, relevant progressivement le Prowler.

En novembre 2014, le VAQ-134 termine son dernier déploiement sur Prowler à bord du USS George H. W. Bush (CVN-77). C'est également le dernier déploiement de l'EA-6B qui effectue son dernier vol opérationnel le 27 mai 2015, trois jours de célébration ayant lieu sur la base aéronavale de Whidbey Island du 25 au 27 juin 2015.

Les Prowler des Marines eux continuent à opérer notamment contre l'Etat Islamique lors de l'opération INHERET RESOLVE. Ce fût d'abord les appareils du squadron VMAQ-3 avant que leurs collègues du squadron VMAQ-4 ne les relèvent. Faute de menace antiaérienne crédible, les Prowler n'utilisaient pas des missiles HARM mais se contentaient d'écouter, d'analyser et de brouiller.

Historique (2) : unités équipées

United States Marines Corps (USMC)

Grumman EA-6B Prowler de la VMAQT-1 en vol

-Le squadron VMAQT-1 stationné sur la Marine Corps Air Station (MCAS) Cherry Point (Caroline du Nord) est l'unité d'entrainement à la guerre électronique de l'USMC et ce depuis 2013 à une époque où l'US Navy avait stoppé la formation de pilotes et d'opérateurs de guerre électronique sur Prowler. L'unité à fonctionné comme unité d'entrainement à partir d'octobre 2013, effectuant ses premiers vols d'entrainement en avril 2014. L'unité à été dissoute en avril 2016.

Les trois squadrons opérationnels restant après la transformation du squadron VMAQ-1 dépendent tous du Marine Aviation Group Fourteen (MAG-14) qui lui même est sous l'autorité du 2nd Marines Aviation Wing (2nd MAW). Les trois unités sont stationnées à MCAS Cherry Point en Caroline du Nord.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VMAQ-2

-Le squadron VMAQ-2 comme les autres unités de l'USMC de ce type dispose de cinq appareils opérant depuis des bases terrestres mais pouvant si besoin embarquer à bord des porte-avions américains. C'est la dernière unité de ce type encore opérationnelle sur Prowler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VMAQ-3

-Le squadron VMAQ-3 à utilisé le Prowler de 1992 à 2018 et le squadron VMAQ-4 de 1981 à 2017.

US Navy

Les unités de l'US Navy mettant en  œuvre le Prowler étaient désignés VAQ avec la lettre V pour des avions à aile fixe, A pour la mission d'attaque et Q pour la guerre électronique. On trouve douze squadrons embarqués et quatre squadrons expéditionnaires opérant outre-mer depuis des bases terrestres.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-129

-Le squadron VAQ-129 stationné à Whidbey Island (Etat de Washington) était le Fleet Replacement Squadron entrainant les pilotes et les opérateurs de guerre électronique des Prowler qu'ils appartiennent à l'US Navy, au Corps des Marines ou à l'USAF.

Cette unité opérationnelle sur Prowler de 1971 à 2015 à transféré sa mission dès 2013 au VMAQT-1 vu plus haut. Elle est toujours opérationnelle mais forme le pilote et l'opérateur guerre électronique volant sur l'EA-18G Growler.

-Le squadron VAQ-130 intégré au Carrier Vessel Wing Three (CVW-3) et stationné à NAS Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1975 à 2011. L'unité est toujours opérationnelle en 2018 mais vole désormais sur EA-18G Growler.

-Le squadron VAQ-131 intégré au CVW-2 avec pour base Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1971 à 2015 avant de le remplacer par des  Growler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-132

-Le squadron VAQ-132 stationné à NAS Whidbey Island à utilisé l'appareil de 1971 à 2009 quand il commence sa transformation sur EA-18G Growler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-133

-Le squadron VAQ-133 intégré au CVW-9 et stationné sur la base aéronavale de Whidbey Island à utilisé l'appareil de 1971 à 2014 date à laquelle il à remplacé ses Prowler par des Growler.

-Le squadron VAQ-134 intégré au CVW-8 et stationné à Whidbey Island à utilisé l'EA-6B Prowler de 1972 à 2015 quand le Growler prend le relais.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-135

-Le squadron VAQ-135 stationné à Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1973 à 2010 avant de le remplacer par l'EA-18G.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-136

-Le squadron VAQ-136 lui aussi stationné à Whidbey Island utilise l'appareil de 1973 à 2012, le remplaçant lui aussi par le Growler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-137

-Le squadron VAQ-137 intégré au CVW-1 et stationné à Whidbey Island utilisé le Prowler de 1973 à 2012 avant de le remplacer par le Growler.

-Le squadron VAQ-138 utilisé le Prowler de 1976 à 2009 avant de remplacer un dérivé de l'Intruder par un dérivé du Super Hornet, le Growler.

-Le squadron VAQ-139 intégré au CVW-17 et stationné à Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1983 à 2011 date à laquelle il est remplacé par le Growler.

-Le squadron VAQ-140 intégré au CVW-7 et lui aussi stationné à Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1985 à 2014 avant de le remplacer par le Growler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-141

-Le squadron VAQ-141 intégré au CVW-5 et stationné sur la Naval Air Facility (NAF)  d'Atsugi au Japon à utilisé l'appareil de 1987 à 2009 avant d'être transformé sur Growler.

-Le squadron VAQ-142 intégré au CVW-11 et stationné à NAS Whidbey Island à utilisé le Prowler de 1997 à 2015 quand l'unité à été transformée sur Growler.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-209

-Le squadron VAQ-209 est un escadron de réserve stationné à Whidbey Island. L'unité à utilisé le Prowler de 1977 à 2013 avant de passer sur Growler.

Deux unités de l'US Navy ont été dissoutes alors qu'elles étaient équipées de Prowler. Le squadron VAQ-128 est mis sur pied comme expeditionary squadron (escadron expéditionnaire) en octobre 1997 en reprenant les traditions d'un ancien escadron d'Intruder, le VA-128, le Fleet Replacement Squadron stationné à NAS Whidbey Island. Il à été dissous en septembre 2004 suite à des réductions budgétaires.


Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-128

Le squadron VAQ-309 était un escadron de réserve mis sur pied en 1979 sur la base aéronavale de Whidbey Island avec des EA-6A. Passé sur EA-6B en 1989 et intégré au Carrier Air Wing Reserve Thirty (CVWR-30). Dissous le 31 décembre 1994 en même temps que le CVWR-30, les appareils étant rétrocédés à des unités d'active.

Historique (3) : accidents

Si aucun Prowler à été perdu au combat, environ cinquante des cent-soixante dix Prowler construits ont été perdus provoquant la mort de 44 membres d'équipage, un mémorial à d'ailleurs été érigé à Whidbey Island en 1998.

Le 26 mai 1981, un EA-6B ddes Marines s'écrase sur le pont d'envol du USS Nimitz (CVN-68),provoquant un incendie, tuant quatorze marins et en blessant quarante-cinq autres. L'appareil était à court de carburant après une première tentative manquée d'appontage. Dix-neufs appareils ont été détruits ou endommagés.

Le 3 février 1998, un Grumman EA-6B Prowler du squadron VMAQ-2 coupe les cables du téléphérique de Cavalese en Italie de manière accidentelle lors d'un entrainement à basse altitude en zone montagneuse. Vingt personnes sont tuées.

Le 10 novembre 1998, un Prowler de l'US Navy apponte en même temps qu'un Lockheed S-3 Viking lors d'un entrainement à l'appontage de nuit sur le USS Enterprise (CVN-65). Quatre membres d'équipage sont tués.

Le 11 mars 2013, un Grumman EA-6B Prowler du squadron VAQ-129 s'écrase dans l'Etat de Washington lors d'un vol d'entrainement tuant ses quatre membres d'équipage, l'accident ayant été causé par une erreur humaine.

Historique (4) : de l'histoire à la mémoire

Grumman EA-6B Prowler en vol de nuit sous JVN

Comme pour l'Intruder, un certain nombre d'EA-6A et d'EA-6B Prowler ont été préservés dans des musées ou comme «pot de fleur» à l'entrée des bases aéronavales.

Quatre  EA-6A ont été préservés, un premier appareil à l'entrée de la base du corps des Marines (Marine Corps Air Station MCAS) de Cherry Point en Caroline du Bord (appareil  147865). Un deuxième appareil, le 148618 est préservé sur la base aéronavale de Key West en Floride.

Les deux autres appareils de ce type ayant échappé aux chalumeaux sont conservés dans des musées, l'appareil 149475 est préservé dans le Wisconsin dans un musée intégré à la base de la garde nationale de Volk Field alors que le 156984 est préservé dans un musée de l'Iowa.

Dix-neuf EA-6B Prowler ont été préservés ce qui représente plus de dix pour cent du nombre d'appareils construits. Comme pour les EA-6A certains ont été préservés à l'entrée ou sur des bases opérationnelles alors que d'autres font le bonheur des visiteurs des différents musées du pays.

L'appareil numéro 160786 est ainsi préservé sur la Naval Air Facility (NAF) d'Atsugi au Japon alors que le 156478 est préservé à Nas Whidbey Island (Etat de Washington).

Si l'appareil 158029 est préservé sur la base de Patuxent River dans le Maryland, le 158036 est préservé lui aussi sur la base de Whidbey Island.

Le 158810 est préservé sur la base aéronavale de Fallon (Nevada) alors que le 160609 est préservé sur la base aéronavale de Jacksonville en Floride. Enfin le 164401 est préservé à Crane dans l'Indiana au sein de la Naval Support Activity Crane.

Les douze autres sont donc préservés au sein de musée, certains civils alors que d'autres sont implantés au sein de bases opérationnelles.

L'appareil immatriculé 156481 est préservé au sein du National Naval Aviation Museum installé à Pensacola en Floride alors que le 158033 est préservé au musée aéronaval de Patuxent River dans le Maryland.

Si l'appareil 158034 est préservé dans un musée de la base aérienne de Tinker (Oklahoma), le 158542 est lui préservé musée de l'air et de l'espace de Pina situé à Tucson en Arizona.

L'appareil immatriculé 158811 est préservé en Californie à Santa Rosa tout comme les appareils 160436 et 161882 respectivement préservés à Atwater et à San Diego. Le porte-avions USS Midway (CV-41) préservé à San Diego abrite dans ses collections un Prowler, l'appareil 162935.

Les quatre derniers appareils sont préservés respectivement à Seattle (Etat de Washington) (161884), à Farmingdale dans l'Etat de New York (162938), à Hickory en Caroline du Nord (163033) et à Denver dans le Colorado pour le 163886.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10868
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Mer 29 Aoû 2018, 11:06

clausewitz a écrit:
Grumman EA-6B Prowler
[…] Historique (3) : accidents
[…] Le 10 novembre 1998, un Prowler de l'US Navy apponte en même temps qu'un Lockheed S-3 Viking lors d'un entrainement à l'appontage de nuit sur le USS Enterprise (CVN-65). Quatre membres d'équipage sont tués.[…]
Je ne suis pas sûre qu'il y ait eu tentative d'appontage simultané des deux appareils en question. Il semblerait que le Prowler se soit posé sur le Viking (sans doute parqué à l'arrière) scratch .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2975
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Mer 29 Aoû 2018, 14:19

DahliaBleue a écrit:

Je ne suis pas sûre qu'il y ait eu tentative d'appontage simultané des deux appareils en question. Il semblerait que le Prowler se soit posé sur le Viking (sans doute parqué à l'arrière)  scratch .

A la direction d'appontage, çà ne rigole pas avec l'ordre de présentation des appareils à réceptionner. La "noria" est gérée (radio, transpondeur), et observée visuellement (quand c'est possible!), bien avant l'approche final. Au moindre truc qui cloche, on annule la procédure en cours et on en organise une nouvelle. Même l'appareil en "manque de coco" est "traité" dans la noria. Les pilotes ont appris, dès leur formation appontage - qui débouche sur l'attribution d'un brevet spécifique -, à respecter leur ordre de présentation dans la noria - y compris, si nécessaire, à " grands coups de pieds au cul"... méthode d'instruction à prendre, évidemment, au second degré!Very Happy -.
Je ne dis pas que cet accident serait impossible, mais les procédures sont telles qu'un tel évènement est très improbable. L'hypothèse avancée par DB est, elle, beaucoup plus crédible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Jeu 30 Aoû 2018, 09:18

Comme j'ai utilisé un article en anglais j'ai peut être fait une erreur de traduction

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Sam 01 Sep 2018, 15:00

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Fiche-technique du Grumman A-6E Intruder


Type : bombardier biréacteur tout-temps embarqué

Masse : à vide 12093kg maximale au décollage 27397kg

Dimensions : longueur 16.69m envergure 16.15m largeur ailes repliées 7.67m hauteur 4.93m

Motorisation : deux turboréacteurs Pratt & Whitney J52-P8B de 41kN

Performances : vitesse maximale 1037km/h au niveau de la mer vitesse de croisière 763 km/h rayon d'action 1626km (charge militaire maximale) distance franchissable en configuration convoyage 5219km plafond opérationnel 12900m


Grumman A-6A Intruder et son opulent arsenal

Armement : cinq points d'attache (quatre sous les ailes et un sous le fuselage)pouvant supporter chacun 1600kg de charge soit une charge militaire maximale de 8200kg.

L'arsenal embarquable sur l'Intruder était particulièrement varié avec des bombes lisses, des bombes guidées, des bombes nucléaires et des missiles.

Dans le domaine des bombes lisses, un Intruder pouvait emporter trente bombes de 500 livres (227kg) Mk82 ou dix bombes de 1000 livres (454kg) Mk83 ou encore trois bombes de 2000 livres (907kg) Mk84.

Aux bombes à guidage laser peuvent également s'ajouter des bombes planantes à guidage TV AGM-62 Walleye TV, des bombes à sous-munitions Mk20 Rockeye ainsi que des bombes nucléaires tactiques, les B-57 et B-61 (Il est probable que ces armes auraient été employés contre une escadre soviétique, la puissance de la bombe compensant un guidage imparfait voir impossible. On peut aussi imaginer des raids littoraux en profitant de la mobilité des porte-avions).

Les missiles ne sont pas oubliés avec le missile antiradar AGM-78 Standard ARM, son successeur l'AGM-88 HARM, les missiles air-sol AGM-65 Maverick, AGM-123 Skipper et AGM-84E SLAM (Standoff Land Attack Missile), le missile antinavire AGM-84 Harpoon mais aussi le missile air-air AIM-9 Sidewinder ou encore le missile de leurrage ADM-141 TALD

D'autres charges peuvent être embarquées comme des nacelles-canon (Mk4 mod 0 de 20mm et GPU-5/A de 30mm) et bien entendu des réservoirs supplémentaires de 300 gallons américains (1100l)

Fiche-technique du Grumman EA-6B Prowler

Northrop-Grumman EA-6B Prowler en vol

Type : avion bimoteur quadriplace embarqué de guerre électronique

Masse : à vide 15130kg maximale au décollage 27900kg

Dimensions : envergure 15.9m longueur 17.7m hauteur 4.9m

Motorisation : deux turboréacteurs Pratt & Whitney J52-P408A de 46 kN chacun

Performances : vitesse maximale 1050 km/h vitesse de croisière 774 km/h distance franchissable 3254 à 3861km plafond opérationnel 11500m

Avionique : récepteur AN/ALQ-218 et système de communication AN/USQ-113

Armement : cinq points d'attache (un sous le fuselage et quatre sous les ailes) pouvant embarquer au total 8164.7kg de charge militaire. Ces charges peuvent être variable avec jusqu'à quatre missiles antiradars AGM-88 HARM (la configuration habituelle est de deux missiles), des réservoirs supplémentairres de 1100l chacun (300 gallons US), des pods de guerre électronique AN/ALQ-99 Tactical Jamming System, des pods lance-leurres AN/ALE-43(V)1 & 4, des pods de désignation laser Litening (USMC seulement).

Equipage : un pilote et trois spécialistes de la guerre électronique

L'armement des A-6 Intruder

Bombes lisses

Le Grumman A-6 Intruder est mis en service à une époque où les bombes guidées sont encore en développement. L'exclusivité de l'arsenal embarqué est donc initialement composé de ce qu'on appellent des bombes lisses par opposition aux bombes guidées. Trois modèles de bombes lisses d'emploi général (General Purpose) sont ainsi utilisées par les A-6.


On lâche tout ! Largage de bombes d'usage général (General Purpose) Mk-82 de 227kg

Le modèle le plus léger est la bombe Mk82 d'un poids théorique de 500 livres soit 227kg. Elle mesure 2.22m de long, un diamètre de 273mm avec une charge explosive de 89kg.

C'est la base de bombes guidées comme la GBU-12 à guidage laser et la GBU-38 JDAM à guidage GPS. Deux variantes ont été développées, la Mk82 Snakeye largable à basse altitude et la mine Mk62 destinée à écouler l'immense stock de bombes hérité du Vietnam.


Bombe Mk-83

Le modèle médian est la bombe Mk83 d'un poids théorique de 1000 livres soit 454kg. Elle mesure 3m de long, possède un diamètre de 357mm avec une charge explosive de 202kg. Comme pour la précédente, elle à servit de base à plusieurs bombes guidées comme la GBU-16 à guidage laser, la GBU-32 JDAM à guidage GPS ou encore une mine aéroportée la Quickstrike Seamine.


Bombe Mk-84

Le modèle le plus lourd est la bombe Mk84 d'un poids théorique de 2000 livres soit 907kg. Elle mesure 3.28m de long, affiche un diamètre de 458mm avec une charge explosive de 429kg. C'est la base des bombes guidées GBU-10, GBU-24,GBU-27 Paveway, GBU-15 et GBU-31 JDAM.


Bombe Mk-20 Rockeye

La bombe Mk20 Rockeye (appelée également CBU-100 Cluster Bomb) est une bombe à sous-munitions utilisées pour atteindre des cibles très étendues, des cibles peu protégées et surtout du personnel à découvert. Elle pèse 222kg et embarque 247 sous-munitions à l'effet dévastateur.

Bombes nucléaires

Comme tous les chasseurs bombardiers et les avions d'attaque de l'US Navy, les Grumman A-6 Intruder pouvaient délivrer le feu nucléaire à l'aide de bombes nucléaires tactiques.


Bombe nucléaire B-57

La première est la B-57 entrée en production en 1963. Conçue pour être larguée par un avion volant à grande vitesse, elle mesure 3m de long pour un diamètre de 375mm avec un poids d'environ 227kg. Produite en six versions, elle peut développer une puissance allant de 5 à 20 kt.

Produite de 1963 à 1967 à 3100 exemplaires, utilisable également comme charge de profondeur, la B-57 à été retirée du service actif en juin 1993.


Bombe nucléaire B-61

La seconde est la B-61. Mesurant 3.56m de long avec un diamètre de 330mm, elle pèse 320kg avec une puissance pouvant variée de 0.3 à 340 Kt. Mise au point à partir de 1963, sa production est lancée en 1965 mais n'atteint sa vitesse de croisière qu'en 1968. 3155 armes ont été produites mais à peine 540 seraient encore en service dont 180 sous le contrôle de l'OTAN.

Bombes guidées

Bombe à guidage TV AGM-62 Walleye

La première bombe guidée américaine est une bombe planante guidée par télévion, l'AGM-62 Walleye, une bombe emportant 113kg d'explosif qui ultérieurement donna naissance à une variante plus grosse surnommée Fat Albert ainsi qu'à une variante à charge nucléaire.

L'arme à été utilisée pour la première fois au Vietnam puis aux différentes interventions militaires américaines y compris durant la guerre du Golfe. Elle est d'ailleurs retirée du service après Desert Storm en compagnie de son principal avion porteur à savoir le Vought A-7 Corsair II.

Le Grumman A-6 Intruder à aussi utilisé cinq modèles de bombes à guidage laser (il était déjà hors service quand les bombes à guidage GPS ont fait leur apparition), les BGL ou Laser Guided Bomb en V.O étaient des bombes lisses munies d'un kit de guidage et d'ailerons leur permettant de planer sur une certaine distance ce qui permettait un largage à distance de sécurité.


Bombe à guidage laser GBU-10 sous un F-4 Phantom II

Les unités équipées de A-6 ont donc utilisé la GBU-10 Paveway II (bombe Mk84 avec kit de guidage, longueur 4.34m diamètre 460mm portée supérieure à 8km), la GBU-12 Paveway II (bombe Mk82 avec kit de guidage, longueur 3.27m diamètre 273mm portée maximale supérieure à 14.8km), la GBU-16 Paveway II (bombe Mk83 plus kit de guidage, longueur 3.7m diamètre 360mm portée supérieure 14.8km), la GBU-24 Paveway III (bombe Mk84 avec kit de guidage, longueur 4.39m diamètre de 460mm) et enfin la GBU-27 Paveway III (bombe Mk84 avec kit de guidage, longueur 4.2m diamètre 711mm portée maximale 19km).

Missiles air-sol et assimilés

Tir d'un missile AGM-65 Maverick par un Intruder

-En 1972 est mis en service le missile air-sol AGM-65 Maverick, un missile constamment modernisé et toujours en service aujourd'hui. Il à participé à de nombreux conflits et à été ou est utilisé par plus de trente pays. s

Pesant de 210 à 306kg, ayant une charge militaire de 57 à 136kg selon les versions (explosant au contact ou à retardement), l'AGM-65 mesure 2.4m de long, affiche un diamètre 30cm et une envergure de 710mm. Quant à sa portée elle est supérieure à 22km. Sur le plan opérationnel cette arme est utilisée pour la lutte antichar mais aussi pour la frappe air-sol de précision ainsi que des missions d'interdiction maritime.

Bien entendu le mode de guidage à évolué en profitant des progrès techniques et technologiques et si les variantes A et B disposaient d'un système de guidage électro-optique, les variantes D/F/G (la version C à été annulée avant production) disposant d'un système de guidage infrarouge alors que les dernières variantes H/J/K disposent d'une caméra CCD.


Le Lockheed-Martin F-16 conçu comme chasseur léger est rapidement devenu un chasseur bombardier avec la possibilité d'embarquer le missile antinavire Harpoon

-En 1977 est mis en service le missile antinavire Harpoon. Le projet lancé en 1965 devait aboutir initialement à un missile d'une portée 45km destiné à frapper les sous-marins en surface à une époque où la flotte de surface soviétique était encore chétive et malingre.

La destruction en 1967 du destroyer israélien Eilat par un missile surface-surface soviétique SS-N-2C «Styx» bouleverse les certitudes des amiraux américains. Le projet Harpoon est modifié pour aboutir à un missile surface-surface, le projet étant accéléré à partir de 1970 par l'action énergique du CNO de l'époque, l'amiral Elmo Zumwalt.

Le missile entre en service dans sa version surface-surface en 1977 suivit d'une version air-surface mise en service deux ans plus tard mais aussi une version à changement de milieu pouvant être lancée depuis un sous-marin en plongée (Sub Harpoon).

Désignée AGM-84, la version air-surface du Harpoon pesait 519kg (dont 221kg de charge militaire), mesure 3.8m de long, affiche un diamètre de 340mm avec une envergure de 0.91m. Volant au ras des flots (altitude maintenue par un altimètre radar), utilisant un radar actif en mode terminal, l'Harpoon pouvait atteindre une portée maximale de 220km à une vitesse de 864 km/h.


AGM-123 Skipper II

-En 1985 est mis en service l'AGM-123 Skipper II. Utilisé par l'A-7 Corsair II et le F/A-18 Hornet c'est un missile à courte portée à guidage laser. C'est la réunion d'une bombe Mk83 de 450kg, de fusées Mk78 à propulsion solide et d'un kit de guidage Paveway. Pesant 582kg, ce missile mesure 4.3m de long, affiche un diamètre de 0.5m, une envergure de 1.6m, sa vitesse maximale atteignant 1100km/h et sa portée 25km.


Missile de croisière AGM-84E SLAM

-Le missile de croisière AGM-84E Stand Off Land Attack Missile (SLAM) est issu de l'Harpoon avec l'ajout d'équipements venant d'autres armes avec un receveur GPS, un système de guidage optique emprunté à la Walleye, une liaison de donnée développée initialement pour le Maverick tandis que la charge militaire à été empruntée au missile de croisière Tomahawk.

Mis en service en 1990 après seulement quatre ans de développement, le SLAM à été engagé dans le Golfe Persique durant la première guerre du Golfe, visant essentiellement les cibles côtières irakiennes ce qui explique que l'A-6 Intruder l'à employé. Le missile à été également engagé en Bosnie. Sa production à été courte de 1991 à 1995 avant de céder la place à des variantes plus évoluées qui ne seront pas utilisées par l'Intruder.

Pesant 627kg, ce missile mesure 4.50m, affiche un diamètre de 340mm et une envergure de 0.91m, la propulsion étant assurée par un turboréacteur Teledyne/CAE J402-CA-400. Sa portée maximale était de 100km avec une vitesse maximale de 855 km/h.


AGM-78 Standard ARM

-L'Intruder mais surtout le Prowler utilisait plusieurs missiles antiradars. Le premier modèle employé est l'AGM-78 Standard ARM.


Au milieu, l'AGM-45 Shrike

Mis au point à la fin des années soixante, il est destiné à régler les problèmes rencontrés par le premier missile antiradar, l'AGM-45 Shrike (charge militaire insuffisante, portée limitée, système de guidage dépassé).

Il est dévellopé à partir de 1967 en ayant pour base le missile surface-air RIM-66 SM-1. Il est mis en service dès 1968. Il à été utilisé depuis le Thunderchief, l'Intruder mais aussi le F-4 Phantom pour les missions SEAD (nom de code «Wild Weasel»).

3000 missiles ont été produits de 1967 à 1976, sa carrière opérationnelle s'est arrêtée dans les années quatre-vingt quand il à été remplacé par l'AGM-88 HARM (1988).

Le Standard ARM pèse 620kg (charge militaire de 97kg), affiche une longueur de 4.57m, une diamètre de 343mm et une envergure de 0.10m. Sa portée maximale est de 90km avec une vitesse maximale de Mach 1.8.


AGM-88 HARM

-Le missile antiradar actuellement le plus évolué de l'arsenal américain est l'AGM-88 HARM (High-Speed Antiradiation Missile) soit missile antiradar à grande vitesse. Les premiers missiles antiradars comme le Shrike ne pouvaient enregistrer la signature ce qui faisait que dès que l'émetteur était coupé, le missile était perdu.

Cette lacune à été réparé avec le Standard mais pour anticiper sur des radars plus agiles et plus discrets, les américains décidèrent de développer un missile antiradar très rapide pour empêcher les opérateurs radars ennemis de réagir.

La production de ce missile à été approuvée au printemps 1983 et la mise en service effective à lieu en 1985. Pesant 355kg dont 66kg de charge militaire, l'AGM-88 mesure 4.1m de long, affiche un diamètre de 254mm, une envergure de 1.1m. Sa portée maximale est de 150km avec une vitesse maximale de 2280km/h.


Largage d'un ADM-141 TALD par un F-14 Tomcat

-L'ADM-141 TALD (Tactical Air Launched Decoy) est comme son nom l'indique un missile de leurrage lancé depuis une plate-forme aéroportée. A l'origine il s'agissait d'une arme israélienne, le Samson acquis par l'USAF qui demanda le développement d'une arme nationale.

Ce «missile» dispose d'un système de programmation lui permettant de simuler différentes approches pour obliger l'ennemi à se dévoiler et faciliter ainsi le travail des avions engagés dans des missions SAED (Suppression of Air Ennemy Defence).

Si les premiers modèles étaient des planeurs, la version améliorée baptisée ADM-141C Improvded Tactical Air Launched dispose elle d'un réacteur augmentant grandement sa portée.

L'ADM-141 TALD mesure 2.34m de long, affiche une envergure de 1.55m avec un poids de 180kg, sa portée maximale en largage à basse altitude étant de 126km mais elle passe à 300km sur la dernière version qui possède comme nous l'avons vu un réacteur.


AIM-9 Sidewinder

-Les Intruder comme les Prowler peuvent aussi utiliser des missiles air-air AIM-9 Sidewinder même si à ma connaissance en opérations, les A-6 comme les EA-6B étaient couverts par des F-4, des F-14 ou encore des F-18.

Ce missile mis en service à la fin des années cinquante et constamment amélioré depuis mesure 3,02m de long, un diamètre de 127mm, une envergure de 28cm, un poids de 85.3kg dont 9.4kg d'explosifs, un guidage par infrarouge (sauf l'AIM-9C qui dispose d'un radar semi-actif) avec une portée allant de 1 à 35.4km et une vitesse maximale de Mach 2.5.

FIN

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5584
Age : 53
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Sam 01 Sep 2018, 17:20

deux trois précisions sur les légendes
Citation :
On lâche tout ! Largage de bombes d'usage général (General Purpose) Mk-82 de 227kg

ce sont des Mk 82 dotées du kit de freinage snakeye (les ailettes ne sont pas déployées)

Citation :
Bombe Mk-20 Rockeye
Ce sont des Mk 82 Snakeye ailettes déployées

Citation :
Bombe Mk-84
Vu leur taille et surtout le fait que visiblement elles sont en cours de chargement sous éjecteurs sextuple je parierais pour des Mk 82 GP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9725
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   Sam 01 Sep 2018, 21:36

Merci de ces précisions/corrections thumleft

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN A-6 INTRUDER [NV] (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GRUMMAN A6 INTRUDER
» Fil Rouge 2017 Grumman J2F-5 Merit 1/48 - Terminé (voir pg 2)
» Offre terminée.
» Les cycles ou séries que vous avez terminé
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: