AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN S2 TRACKER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 17:29

GRUMMAN S2 TRACKER
(ETATS UNIS)


Trois Grumman S2 Tracker en vol


Introduction

Avec son nez court, ses longues ailes, une longue dérive et ses deux imposants moteurs en étoile, le Grumman Tracker est reconnaissable entre tous. Bien qu'il n'ait jamais été mis en oeuvre par la marine nationale, il est particulièrement familier des habitants et des touristes de la Côte d'Azur quand il s'attaque aux trop nombreux incendies de forêt à coup de tonnes d'eau, de mousse et de retardant reconnaissable à sa couleur rouge.

Mais avant ce rôle civil mais néanmoins noble, le Tracker fût le chien de garde de l'OTAN et plus généralement du camp occidental, à une époque où les amiraux de l'OTAN faisaient des cauchemars rien qu'à penser aux centaines de sous marins soviétiques qui menaçaient les lignes de communication de l'OTAN. Pendant plus de vingt ans (1954-1976 pour sa carrière au sein de l'US Navy), il veilla à la sécurité des convois et des forces navales en particulier des porte-avions.

Le Tracker est caractéristique d'une époque où les avions étaient les vecteurs aériens majeurs de la lutte ASM, à une époque où l'hélicoptère bien que prometteur était encore fragile. Le Tracker ne fût pas le seul, il fût épaulé par le Fairey Gannet britannique et l'Alizé français qui poursuivirent les exploits du Fairey Swordfish ou du Grumman Avenger de la seconde guerre mondiale.

Cette période glorieuse à pris fin au début de 2009 quand l'US Navy à retiré du service ses S3 Viking, appareils bi-réacteur qui avaient succédé aux Tracker à bord des porte-avions. Ce n'est pas s'en poser des problèmes de conscience à certains amiraux américains alors que les forces sous marines ne cessent se dévelloper dans le monde en particulier le sous marin conventionnel à propulsion anaérobie, particulièrement redoutable en milieu littoral là où se déroulent la majorité des opérations navales (lutte anti-terroriste, lutte contre la piraterie, appui-feu, défense antiaérienne et antimissiles d'une force expéditionnaire depuis la mer).


Un Grumman S2 Tracker embarqué à bord du USS Bennington. Cet appareil appartient soit à la VS-33 ou la VS-38. La photo à été prise le 30 novembre 1967 à une époque où ce porte-avions n'était pas déployé au Vietnam

Dans cet article, je vais parler naturellement du Tracker de lutte ASM (puis de sa reconversion) mais également des deux variantes : le Trader de ravitaillement de bord (Carrier On board Delivery ou COD) et le Tracer de veille aérienne avancée.

En ce qui concerne les sources, je vais m'appuyer sur différents sites internet mais aussi des livres comme le T6 de l'Encyclopédie des Armes (Ed. Atlas), le livre de Jean Moulin sur l'US Navy et le Hors Serie n°33 du Fana de l'Aviation sur l'aéronavale américaine au Vietnam sans parler de différents livres dans lesquels je puiserai des compléments.


Un C-1A Trader au décollage et ci-dessous trois E-1B du VAW-11 en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 17:51

Genèse

L'aviation à lutté contre les sous marins dès son apparition puisque au cours de la seconde guerre mondiale, les hydravions anglais, français et américains traquèrent les U-Boot qui par leur action faillirent mettre à genoux la Grande Bretagne (au début de 1918, elle ne disposait que de six semaines de réserve de mazout). C'est au cours de la seconde guerre mondiale que l'aviation se montra décisive. Non seulement les convois devinrent des citadelles quasiment invulnérables grâce à la présence d'un porte-avions d'escorte qui gênaient aussi bien la reconnaissance menée par les Focke Wulf Fw200 Condor et les Heinkel He 177 (regroupés au sein du Kampfgruppe 40 mais l'emploi de bombardiers à long rayon d'action comme le B17 ou le B24 forcèrent les sous marins à se placer sur la défensive puisque les alliés purent aller chercher les sous marins allemands dès qu'ils sortaient de leurs bases françaises (les U-Bunker restèrent longtemps inattaquables, faute de bombes adaptées) de Brest, Lorient, St Nazaire, La Pallice et Bordeaux.


Les yeux des U-Boot : Un Focke Wulf Fw200 en vol. Son efficacité ne doit pas être surestimée : équipages de la Luftwafe peu formés aux opérations maritimes, problèmes de transmission et de localisation, lourdeurs des chaines de commandement

C'est à la mi-1942 que les allemands s'inquiètent de la vulnérabilité de leurs sous marins en surface face à un Coastal Command de plus en plus puissant et de plus en plus agressif. Le Golfe de Gascogne, jadis sanctuaire inviolable des U-Boot était devenu le nouveau terrain de chasse des Mosquito, Liberator et autres Wellington. Le 31 août 1942, le U 256 déjà avarié est gravement touché par un Whitley du squadron 51 et rentre à Lorient le 3 septembre. Son état est tel que les allemands envisagent de le condamner mais décident finalement de le transformer en Flakfalle (U-Flak) ou piège à avion tout comme les U441, U621 U211 U953 U271 et U263. Ces sous marins reçoivent trois affûts quadruples de 20mm Vierling. Cette solution n'obtient pas le succès escompté et les sous marins concernés retrouvent leur configuration initiale en novembre 1943, les allemands préferant renforcer la DCA en débarquant le canon de 88 ou de 105mm au profit d'une DCA légère à base de canons de 20 et de 37mm.

Problème, il était bien difficile d'obtenir un appareil de taille raisonable embarquant les équipements de détection (l'électronique en était à ses balbutiements, elle était fragile et encombrante) et les armes et pouvant embarquer sur des porte-avions dont le pont n'était pas semblable à une piste terrestre. La solution la plus viable était donc l'emploi de deux appareils comme les Avenger : l'un était le Hunter (chasseur), le TBM-3W avec le radar APS-20 et l'autre était Killer (tueur), le TBM-3S avec les armes (charges de profondeur, roquette, torpille). Cette formule reste en vigueur dans la marine américaine jusqu'en juin 1954, les Avenger étan progressivement remplacés par des Grumman AF Guardian qui reprend cette formule : un appareil chargé de la détection baptisé AF-2W et un appareil d'attaque, l'AF-2S. Le Guardian qui fût d'ailleurs le plus gros appareil à moteur à piston à être utilisé par l'US Navy, ne constituait qu'une solution d'attente puisqu'e mis en service en 1950, les Guardian fûrent retirés des unités de première ligne dès 1955, non sans avoir auparavant participé à la guerre de Corée.


Le couple Hunter/Killer : un TBM-3W (Hunter) en bas et un TBM-3S en haut (Killer)


Un Grumman AF-2W Guardian (Hunter) et un AF-2S Guardian (Killer) en vol, il n'assura que la transition entre l'Avenger et le Tracker

Le programme qui allait donner naissance au Grumman Tracker est lancé le 30 juin 1950. Le prototype baptisé XS2F-1 (G-89 pour son constructeur) effectue son premier vol le 4 décembre 1952, la première unité équipée, la VS-26 reçoit ses appareils en février 1954. La production du Tracker s'éleva au total à 1185 exemplaires auxquels s'ajoute 99 appareils produits sous licence par De Havilland Canada.

755 S2F-1 (rebaptisés S-2A en 1962 avec l'uniformisation des règles de dénomination entre les trois armées) sont construits : 51 sont trasnformés en US-2A de servitude, 200 en S2F-1T d'entrainement, 75 en US-2B de transport et certains sont modernisés et rebaptisés S2F-1S et S2F-1S1.

Le S2F-2 (S-2C) à une soute agranie pour pouvoir embarquer les encombrantes charges nucléaires de l'époque et cette version effectue son premier vol le 12 juillet 1954 avant d'être construire à 60 exemplaires. Par la suite, ces appareils sont transformés en avion de servitude, devennant à cette occasion, des US-2C.

Le S2F-3 (S-2D) effectue son premier vol le 20 mai 1959 et 100 avions seront produits qui seront plus tard convertis en US-2D et ES-2D.

La dernière version du Tracker est le S2F-3S (S-2E) produite à 252 exemplaires dont 14 pour l'Australie, il reste en service de 1962 à 1970. Soixante d'entre eux sont modernisés en S-2G et livrés en décembre 1972 à la VS-37 qui est la dernière unité à le mettre en oeuvre puisqu'elle perd son dernier appareil en août 1977.

Variantes

XS2F-1 : désignation attribuée aux deux prototypes

YS2F-1 : désignation attribuée aux 15 appareils de pré-série utilisés pour le dévellopement du programme et rebaptisé YS-2A en 1962

S2F-1 : désignation attribuée à la première version mise en production. Elle est rebaptisée S-2A en 1962. 740 exemplaires sont construits (auxquels s'ajoute les 15 appareils de pré-série)

S2F-1T : désignation attribuée aux S2-F1 transformés en appareils d'entrainement. Rebaptisés TS-2A en 1962

S2F-1U : désignation attribuée aux S2F-1 transformés en appareil de servitude. Rebaptisée US-2A en 1962. 51 exemplaires convertis

S2F-1S : désignation attribuée aux S2F-1 modernisés. Ils sont rebaptisée S-2B en 1962 puis transformés en US-2B après débarquement de leurs équipements de lutte ASM

S2F-1S1 : désignation attribuée aux S2F-1S neufs. Ils sont rebaptisés S-2F en 1962.

S2F-2 : désignation attribuée à des S2-F1 dôtés d'une soute à bombe élargie. 77 exemplaires sont construits qui sont rebaptisés S-2C en 1962.

S2F-2P : désignation attribuée à la conversion en appareil de reconnaissance photo de S2F-2. Ils sont rebaptisés RS-2C en 1962.

S2F-2U : désignation attribuée à la conversion en appareils de servitude de S2F-2 (S-2C). Ils sont rebaptisés US-2C en 1962 et certains sont utilisés comme remorqueurs de cibles.

S2F-3 : désignation attribuée à une nouvelle version du Tracker disposant d'un fuselage élargi à l'avant, d'ailerons plus importants, de capacités de carburant supplémentaires, de nacelles moteurs élargies pour recevoir 32 bouées acoustiques. 100 appareils sont construits qui sont rebaptisés S-2D en 1962.

S2F-3S : désignation attribuée à des appareils semblables aux précédents mais avec quelques différences au niveau de l'électronique. Ces futurs S-2E sont construits à 252 exemplaires

YAS-2D/AS-2D : désignation attribuée à une version d'attaque de nuit dans le cadre de l'opération Shed Light (opération de recherche de tactiques et de systèmes menée de février 1966 à mai 1972 pour tenter de neutraliser la piste Ho Chi Minh ) mais non produite

ES-2D : désignation attribuée à des S-2D transformés en appareils d'entrainement à la guerre électronique

US-2S : désignation attribuée aux S-2D transformés en appareils de servitude

US-2F : désignation attribuée aux S-2F transformés en appareils de transports.

CS2F-1 : désignation attribuée au premier lot de production (42 appareils) de S2F-1 canadiens par De Havilland Canada

CS2F-2 : désignation attribuée à une version modernisée du CS2F-1 avec équipements de navigation Litton. 57 appareils construits

CS2F-3 : désignation attribuée à 43 CS2F-2 équipés d'une nouvelle électronique

CP-121 : désignation attribuée à tous les Tracker canadiens suite à l'unification des forces armées canadiennes en 1968

S-2T Turbo Tracker : désignation attribuée à des Tracker utilisés à des fins civiles

S-2AT : désignation attribuée aux Tracker de lutte anti-incendie

S-2ET : conversion à un usage civil

Marsh S-2F3AT Turbo Tracker : désignation attribuée à des Tracker remotorisés avec des turbopropulseurs Garret TPE331. 22 appareils utilisés pour la lutte contre les incendies.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)


Dernière édition par clausewitz le Lun 13 Avr 2009, 22:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 18:08

Sa carrière dans l'US Navy

Un S2 Tracker américain à terre, les ailes repliées

Le Tracker est donc utilisé par l'US Navy pendant 23 ans de 1954 à 1977. Ils vont donc participer à la guerre du Vietnam, étant embarqués sur les Essex modernisés (c'était d'ailleurs une des conditions du programme : pouvoir opérer sans difficulté depuis un Essex et non depuis un Forrestal bien plus gros).

-Le USS Yorktown (CVS-10) dans la campagne qu'il assura de février à mai 1965, embarqua le CVSG-55 (Carrier Vessel Submarine Group/Groupe aérien ASM 55) qui comprenait entre autres, les VS-23 (Vessel Submarine-23) et VS-25, toutes les deux équipées de S-2E. Ce même porte-avions effectua une autre campagne avec le même groupe aérien de février à juillet 1966 puis de mars à juin 1968 (même groupe aérien)

-Le USS Hornet (CVS-12) au cours de la campagne qu'il mène du 25 avril au 18 octobre 1967 embarque le CVSG-57 qui comprend entre autres les VS-35 et VS-37 équipées de S-2E. Il effectue une autre campagne avec ce même groupe de novembre 1968 à avril 1969.A noter que c'est la VS-35 est la détentrice d'un triste privilège puisqu'elle perdit le seul Tracker abattu par l'ennemi en janvier 1966.

-Le USS Bennington (CVS-20) au cours de la campagne qu'il mène de juillet à septembre 1965 embarque le CVSG-59 qui comprend notament les VS-33 et VS-38 équipées de S2-E. Le Bennington effectua une autre campagne avec le même groupe aérien de décembre 1966 à avril 1967 puis une autre de juin à octobre 1968.

-Le USS Kearsarge (CVS-33) au cours de la campagne qu'il mène du 19 juin au 16 décembre 1964 embarque le CVSG-53 qui comprenait entre autres, la VS-21 Fighting Redtails et la VS-29 Yellowtails équipées de S-2F. Ce porte-avions effectua une autre campagne avec le même groupe aérien du 11 juillet au 11 décembre 1966 puis une autre du 12 octobre 1967 au 28 mars 1968 toujours avec le CVSG-53. Le CVSG-53 est encore une fois sur la brèche d'avril à août 1969.

Sa carrière à l'export

Un S-2 Tracker argentin appontant sur le porte-avions brésilien Sao Paulo. Depuis le désarmement du Veinticinco de Mayo en 1997 (en réalité indisponible depuis 1988) les pilotes de Super Etendard et de Tracker argentins s'entrainent sur le Sao Paulo en attendant la création d'un groupe aéronavale commun

Argentine : la marine argentine utilise des S-2A et S-2E depuis les années soixante. Embarqués à bord du porte-avions Veinticinco de Mayo, ils sont utilisés aussi bien pour la lutte ASM, la surveillance maritime que le ravitaillement (COD). Le 26 août 1985, le président argentin Raul Alfonsin (au pouvoir de à ) apponta sur le porte-avions à bord d'un de ces appareils. Au cours des années quatre-vingt dix, six appareils furent modifiés par Israel Aerospace Industries en S-2T Turbo Tracker et depuis 2001, ils sont déployés annuellement à bord du porte-avions brésilien Sao Paulo (Le Veinticinco de Mayo qui était hors d'usage depuis 1988 à été désarmé en........ et même si un projet de porte-avions est évoqué, les moyens actuels de la flotte argentine rendent cette hypothèse fort peu probable) en vertu d'un accord qui pourrait préfigurer la création d'un groupe aéronaval commun.

Australie : La Royal Australian Navy eut deux squadrons équipés de S-2E et de S-2G de 1967 à 1984, le VS-816 _une unité de première ligne_ basée à Nowra et fréquement embarquée à bord du HMAS Melbourne au sein du 21st Carrier Air Group et le VC-851, une unité d'entrainement basée à NAS Nowra. En près de vingt ans de carrière, la RAN ne perdit qu'un S-2 en opérations mais un incendie criminel au milieu des années soixante-dix détruisit de nombreux appareils qui furent remplacés par des appareils prélevés dans les stocks de l'US Navy. Ces appareils étaient des S-2G et tous les Tracker australiens survivants furent modifiés à ce standard.


Un S-2G Tracker australien au catapultage sur le HMAS Melbourne en 1979. Deux A4 Skyhawk sont parquées à droite de l'avion

Brésil : l'armée de l'air brésilienne (pendant longtemps une loi avait interdit à la marine de posséder des aéronefs à ailes fixes) à utilisé des Trackers qui opéraient depuis le porte-avions Minas Gerais. Ils ont probablement été remplacés par 8 P3A Orion transferés par les Etats Unis en 2002/2004.


Un S-2 Tracker brésilien de la Força Aera Brasileira

Canada : En 1954, De Havilland Canada entra en contact avec Grumman pour produire des Tracker sous licence afin de remplacer les TBM-3E Avenger utilisés par la marine canadienne. 99 appareils furent produits à partir de 1956. A partir de 1957, ces appareils opérèrent depuis la terre ferme mais aussi depuis le tout nouveau porte-avions canadien, le HMCS Bonaventure. Par rapport aux appareils américains, les appareils canadiens étaient plus courts (12.80 contre 13.26m) ce qui nécessita certaines modifications sur la dérive. En 1960, 17 CS2F-1 furent transferés à la marine néerlandaise et quatre ans plus tard, en 1964, deux CS2F-1 furent privés de leurs équipements ASM et de leur armement pour se transformer en avion COD (Carrier On board Delivery). Les Tracker à la feuille d'érable furent redésignés CP-121 Mk1, 2 et 3 lors de la naissance des Canadian Armed Forces (1968).

Après le désarmement du Bonaventure en 1970, tous les Tracker canadiens furent transferés vers des bases à terre, 20 d'entre eux étant placés sous cocon entre 1974 et 1981. D'avions de lutte ASM, les Tracker devinrent peu à peu de simples avions de patrouille maritime avant d'être retirés du service à la fin des années 1990.
A noter qu'un appareil produit aux Etats Unis à été utilisé au Canada pour des essais et de l'entrainement (personnel au sol). Cet appareil fût stocké en 1972 et était en 2008 en cours de restauration.


Un S-2 Tracker canadien connu là bas sous le nom de CH-121

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 18:24

Japon : la force d'autodéfense japonaise reçut 50 S2F-1 en 1957, issus des stocks américains et qu'elle utilisa jusqu'en 1984. Elle reçu plus tard 6 autres S2F-1. Un appareil à été conservé à la base aérienne de Kanoya (Kagoshima)

Pays Bas : la marine néerlandaise reçut 17 CS2F-1, des anciens appareils canadiens. Elle les utilisa depuis des bases à terre et depuis le porte-avions Karel Doorman du moins jusqu'en 1968, date de son désarmement suite à un incendie (il connu une nouvelle carrière au sein de la marine argentine sous le nom de Veinticinco de Mayo)


Un S-2 Tracker néerlandais

Perou : La marine péruvienne utilisa des S-2E et des S-2G de 1975 à 1989 au sein du Naval Aviation Squadron n°12 (Escuadron Aeronaval n°12). 12 S-2E furent cédés par la marine américaine en 1975 suivi de 4 autres S-2G en 1983.


Des S-2 Tracker péruviens alignés

Taïwan : la RoCN (Republic of China Navy) utilisa 22 S-2T, des S-2E et S-2G modernisés. Ces appareils doivent être remplacés par 12 P-3C Orion livrés à partir de 2012.


Un S-2T taïwanais au camouflage particulier

Uruguay : Trois S-2A furent livrés par les Etats Unis le 10 avril 1965 suivi le 15 septembre 1982 par un S-2G. Deux autres S-2G furent livrés le 2 février 1983. En 2004, ces appareils étaient cloués au sol faute de pièces détachées même si flotte de combat 2008 signale la présence d'un S-2G en service.

Le Tracker fût également mis en oeuvre par l'armée de l'air italienne (retirés du service et remplacés par le Br 1150 Atlantic ? ), la marine sud-coréenne (8 S-2E sont toujours en service en 2008), l'aéronavale thaïlandaise (retirés du service), l'aéronavale turque (ils ont été retirés du service en 1997 et remplacés en 2001/2002 par 9 Casa Airtech CN 235) et l'aéronavale vénézuélienne (retirés du service).

Usage civil

Un Tracker bombardier d'eau de la Sécurité Civile


Caracteristiques Techniques (Grumman S-2F Tracker)

Dimensions : longueur : 13.26m envergure : 22.12m hauteur : 5.33m

Poids : à vide 8310kg chargé : 10630kg maximum au décollage : 11860kg

Motorisation : deux moteurs à piston Wright R-1820-82WA de 1525ch

Performances : vitesse maximale : 450 km/h au niveau de la mer vitesse de croisière : 240 km/h
Distance franchissable : 2170km ou 9 heures d'autonomie Plafond opérationnel : 6700m

Electronique : Un radar de surveillance APS-38, un MAD installé sur une perche télescopique, des lanceurs de bouées acoustiques. Les dernières versions ont reçu un radar APS-88, plus de bouées acoustiques (deux lanceurs de 16), un dispositif de détection Julie/Jézébel et un système de traitement des données acoustiques AQA-7 Difar.

Un S-2 Tracker de la VS-32 en vol. Le MAD est situé à la base de la dérive et les bouées acoustiques à l'arrière des nacelles moteurs

Armement : soute interne et six pylônes permettant d'emporter jusqu'à 2182kg de munitions. La soute peut embarquer deux torpilles Mk 41, 43 ou 34 ou deux charges de profondeur Mk54 ou des mines.

Equipage : deux pilotes et deux opérateurs systèmes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 18:32

Le Grumman C-1 Trader

Un Grumman Trader embarqué à bord du Coral Sea au cours d'une journée porte-ouverte

Génèse et carrière

Si le porte-avions était un outil efficace, sans ravitaillement, ce n'était plus qu'un corps mort. Si le ravitaillement en mer était parvenu à maturité, il avait un inconvénient : sa lenteur surtout si le porte-avions était en haute mer. La solution du transport aérien était donc la seule pour ravitailler rapidement un porte-avions, assurer des liaisons et des évacuations sanitaires. C'est là que se pose un autre problème : il faut un avion de taille réduite et suffisament robuste pour pouvoir apponter et être catapulté depuis un porte-avions.

Le Tracker avait à peine effectué son premier vol que déjà la marine américaine planifiait deux variantes : une variante de veille aérienne avancée et une version de transport connue sous l'acronyme de COD (Carrier On board Delivery). Le C1 Trader connu avant 1962 sous le terme de
TF-1 (le T signifiant Training, une des missions secondaires de cet avion) effectua son premier vol en janvier 1955. 87 appareils ont été construits, 4 exemplaires étant transformés en avions de guerre électronique et rebaptisés EC-1A Tracer. Ces appareils assurèrent ainsi jusqu'en 1988, les livraisons urgentes, les liaisons et les évacuations sanitaires entre les porte-avions et les bases à terre. Ils ont été remplacés par des C2 Greyhound, la version COD de l'E2 Hawkeye. Aujourd'hui, une dizaine d'appareils sont en état de voler

Variantes

G96 : désignation constructeur

TF-1 : Version de base du Trader. Rebaptisé C-1A en 1962

TF-1Q : désignation attribuée aux quatre Trader convertis en avions de guerre électronique. Redésignés EC-1A en 1962

TF-1W : projet d'avion de veille aérienne avancée qui aboutit dans le WF-2 (E-1) Tracer

Spécifications

Dimensions : longueur : 12.9m envergure : 21.2m hauteur : 4.9m

Poids : à vide 8504kg maximale au décollage : 13222kg

Propulsion : deux moteurs en étoile Wright R-1820-82WA Cyclone 9 cylindres radiaux de 1525ch chacun

Performances : vitesse maximale : 462 km/h distance franchissable : 2092km

Capacité : 9 passagers ou 3855kg de charge

Le Grumman E-1 Tracer

Un Grumman Tracer de l'USS Independence

Genèse et variantes

De tout temps l'homme de guerre à voulu savoir ce qu'il y avait de l'autre côté de la colline, faire lever le «brouillard de guerre». Dès qu'il put s'élever dans les airs, le chef de guerre chercha à connaître, à anticiper les manoeuvres adverses. Au ballon de Fleurus (1794) succéda bientôt l'avion d'observation (quoique que le ballon joua encore un rôle) puis à la fin des années trentre le radar.

Quoique qu'efficace, ce dernier voyait ses performances vite limitées par le relief, il suffisait en effet d'une colline ou d'une montagne un peu haute pour perturber la propagation des ondes et rendre la détection difficile.

On eut donc bientôt l'idée d'élever un radar à plusieurs centaines de mètre. A cette altitude, son rayon d'action serait optimal et il pourrait compléter utilement les radars au sol. C'est ainsi que les américains lancèrent le projet Cadillac qui aboutit en 1948 à la mise en service du Grumman TBM-3W équipé du radar APS-20.

La mise au point de cet appareil et les bons résultars obtenus par les Lockeed EC-121 (version AEW du Super Constellation) encouragèrent l'US Navy dans sa volonté d'obtenir un appareil suffisament efficace et suffisament petit pour pouvoir opérer depuis ses porte-avions.

Un premier contrat lancé en 1954 ne donna rien : le prototype du WF-1 combinant une cellule de Tracker et un radar ne prit jamais l'air, Grumman préférant attribuer le numéro G117 à un autre appareil qui utilisait le fuselage du C1 Trader plus spacieux. Ce appareil baptisé Grumman WF-2 (d'où le surnom de Willy Fudd) prit l'air pour la première fois le 17 décembre 1956 et les premières livraisons commencèrent en 1958 pour une carrière opérationnelle qui s'acheva en 1977 en même temps que les Essex. En effet, le Hawkeye était trop gros pour pouvoir opérer depuis ces porte-avions et le Tracer cohabita avec son cadet au dessus du Vietnam. 88 appareils furent construits.


XWF-1 : désignation attribuée à une version de veille aérienne avancée du Tracker non construite

WF-2 : désignation attribuée à une version de veille du TF-1 Trader. 88 exemplaires construits qui sont rebaptisés E-1B en 1962.

Le Tracer participa ainsi à un total de 56 campagnes au Vietnam contre 33 pour son cadet le Hawkeye embarquant aussi bien à bord de porte-avions géant (Constellation, Midway, Coral Sea) que des porte-avions moyens comme l'Oriskany, généralement sous forme de détachements de trois ou quatre appareils

Caracteristiques Techniques

Dimensions : longueur 12.9m envergure : 21.2m hauteur : 4.9m

Poids : à vide 8504kg pleine charge : 12065kg maximale au décollage : 13222kg

Motorisation : deux moteurs piston en étoile Wright R-1820-82WA Cyclone de 9 cylindres radial de 1525ch

Performances : vitesse maximale : 462 km/h Distance franchissable : 2092km plafond opérationnel : 4800m taux de montée : 340 m/minute
Electronique : radar AN/APS-82 en radome (6.1m sur 9.14m) au dessus du fuselage.

Armement : aucun

Equipage : deux pilotes et deux radardistes

FIN DE L'ARTICLE
PROCHAIN ARTICLE : LE MILITARY SEALIFT COMMAND (MSC)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5371
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 19:17

Oui, je confirme que les S-2 étaient des mâles....





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 22:51

Merci des photos lowlow. La photo du Tracker canadien, tu sais ce qu'il tire : missiles ? roquettes ?

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5371
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Lun 13 Avr 2009, 23:36

Ce sont probablement des roquettes. C'est un tir tendu et simultané... Tout comme les Alizé, ils pouvaient servir d'avions d'attaque sic... affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
X07
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau


Masculin
Nombre de messages : 2873
Age : 51
Ville :
Emploi :
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Mar 14 Avr 2009, 18:15

Les S2T Argentins ont été embarqués deux fois sur le Sao Paulo depuis qu'il est sous les couleurs de la MB (exercices ARAEX et Temperex). Le 25 de mayo a été désarmé en 1997.

si ma mémoire est bonne, les P16 Brésiliens de la FAB ont été retirés en 1996, soit juste avant que la catapulte du Minas n'ait été réparée... ce qui a laissé le vieux vaisseau avec une catapulte, mais pas d'avions... alors qu'il en était privé depuis 1988. Ce sont donc les S2 Argentins qui se sont entrainés sur le navire jusqu'à l'arrivée des A4KU Brésiliens de la MB. Un seul P16 a été remotorisé avec des turbines, à l'instar des S2T.
La MB a (aurait) commandé des S2 aux USA (surplus) pour les remotoriser et en faire des S2 AEW et tanker.

Au moins un des S2 Uruguayen a apponté sur le 25 de Mayo Argentin, je vais tâcher de te retrouver ça.



je ne sais pas si tu l'as ecrit, mais le petit nom du tracker est STOOF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Mer 15 Avr 2009, 12:02

manque le TRACER lol!
tracker : guerre Anti-sous-marine
trader : AEW
tracer : transport

Ainsi c'est complet lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9325
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Mer 15 Avr 2009, 12:16

merci X07

Jolly : Trader c'est la version transport et Tracer la version AEW

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   Mer 15 Avr 2009, 12:21

oui exact, j'ai été trop vite Boulet

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN S2 TRACKER   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN S2 TRACKER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GRUMMAN S2 TRACKER
» [Kinetic] Grumman S2 Tracker - 1/48e
» Grumman Tracker
» [Hasegawa] Grumman X-29A ATD
» GRUMMAN TBF AVENGER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: