AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN F6F HELLCAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 13:20

GRUMMAN F6F HELLCAT
(ETATS UNIS)


Un F6F-3 de la VF-5 au dessus de la Californie en 1943


Avant propos

Quand il créa la Grumman Aicraft Engineering Corporation le 5 décembre 1929, Leroy Grumman ne se doutait probablement pas qu'avec ses associés Edmund War Poor, William Schwendler, Jake Swirbull et Clint Towl, il fondait un futur géant de l'aérospatiale qui allait devenir jusqu'à une date récente le fournisseur omnipotent de la marine américaine.

Si la première commande pour l'US Navy fût la construction de flotteurs d'hydravions, la nouvelle firme implantée dans la région de New York (Long Island) fournit rapidement des avions pour l'US Navy, participant ainsi à l'aventure du porte-avions.

En 1933, l'US Navy mit en service «fifi», le p'tit nom du Grumman FF, un chasseur biplan biplace utilisable également pour la reconnaissance (dans les années trente, on rêva de l'avion à tout faire qui se révéla une véritable fumisterie).

Les 88 exemplaires du Grumman FF furent retirés du service en 1936 et remplacés par le Grumman F2F, toujours biplan mais cette fois monoplace. 55 exemplaires sont produits suivis par une variante, le Grumman F3F produits à 147 exemplaires. Comme le F2F, ils furent retirés des unités de première ligne en 1941 avant Pearl Harbor et ne participèrent donc pas à la seconde guerre mondiale.

Ces biplans furent remplacés peu avant l'entrée en guerre des Etats Unis par l'un des avions les plus célèbres de la firme, le Grumman F4F Wildcat qui cohabitait avec le Brewster F2 qui avait remporté la compétition contre le prototype originel du Wilcat qui était biplan à la différence du F4F-2 et du F4F-3 monoplans.

Cet appareil était robuste, rapide et bien armé mais il se révéla clairement inférieur au Zéro japonais. Pas en terme de vitesse (512km/h pour l'américain et 533 km/h pour le japonais) ni en terme d'armement (4 mitrailleuses de 12.7mm puis 6 dans les dernières versions _les premiers F4F avaient également deux mitrailleuses de 7.62mm dans le capot remplacées par les 2 de 12.7mm dans les ailes_ alors que le Zero avaient deux mitrailleuses de 7.7mm dans le capot et deux canons de 20mm dans les ailes) mais en terme de maniabilité.

Avec des tactiques de vol et de combat inadaptés, les Wildcat subirent de lourdes pertes contre les Zero. Seule leur plus grande solidité, leur permettait de rompre le combat en filant en piqué alors que le Zero qui privilégiait la vitesse et la maniabilité en était incapable.

Les américains bien que surpris par les performances du Zéro avaient prévu la riposte. Cette riposte avait un nom : le Grumman F6F Hellcat.


Un Wildcat sur le pont du porte-avions d'escorte Suwanee fin 1942 ou début 1943 à une date où les Hellcat allaient commencer à le remplacer


Genèse du Hellcat


Le premier prototype du Hellcat, le XF6F-1 ou G50 pour le constructeur

Les premières études concernant le Hellcat commence dès 1938 mais le programme prend sa vitesse de croisière qu'en 1940 sous le nom de G-50 (la désignation constructeur). A cette époque, le bureau d'études de Grumman avait abandonnée l'idée d'une simple version améliorée du F4F-2 au profit d'un nouvel appareil.

L'US Navy après avoir testé un modèle au 1/16ème commande deux prototypes du G-50 le 30 juin 1941. Le premier prototype baptisé XF6F-1 était propulsée par un R2600-10 Cyclone et le XF6F-2 par un R2600-16, une version à turbocompresseur du précédent.

Le XF6F-1 effectua son premier vol le 26 juin 1942 mais avant même ce premier vol, les américains aiguillés par les britanniques qui avaient utilisé des Wildcat au combat décidèrent de dôter cet avion d'un moteur plus puissant.


Le XF6F-3 est en fait le deuxième prototype du Hellcat baptisé XF6F-2 mais dôté d'un moteur plus puissant


L'équipe du programme dirigée par Dick Hutton et Bill Schwendler modifia le design pour remplacer le Cyclone de 1700ch par un Double Wasp R-2800 de 2000ch. Ce moteur devait aussi propulsé le Republic P47 Thunderbolt et le Vought F4U Corsair ce qui aurait pu poser des problèmes de fourniture de propulseurs mais ces projets étant retardés, Grumman reçut l'autorisation d'installer ce moteur.

Le deuxième prototype rebaptisé XF6F-3 et propulsé par un R-2800-10 effectue son premier vol le 30 juillet 1942 mais le 17 août, l'appareil du faire un atterissage d'urgence dans un champ suite à un problème de moteur.


Le XF6F-2 dans sa configuration d'origine


Les essais se déroulèrent normalement sans rencontrer de problèmes insurmontables mais l'US Navy avait tellement confiance dans la réussite du projet qu'elle commande le F6F-3 le 23 mai 1942 avant même le premier vol du XF6F-1. La guerre précipitait les choses et les tests menés bien plus rapidement qu'en temps de paix, des risques inacceptables en temps de paix pouvaient être pris en temps de guerre.


Un Hellcat en vol


La production commença à Bethpage sur l'île de Long Island dans l'Etat de New York. Le premier F6F-3 de série effectua son premier vol le 3 octobre 1942, les livraisons à l'US Navy commencèrent le 16 janvier 1943. Après des essais sur porte-avions en mars 1943, il équipa le squadron VF-9 embarqué sur l'USS Essex (CV-9), le premier porte-avions qui ne respectait plus les traités de Washington et de Londres. Entre octobre 1942 et juillet 1943, pas moins de 15 squadrons de la Navy furent équipés, les Marines préférant le F4U Corsair.

Par rapport au Wildcat, le Hellcat était moins élégant mais plus facile à construire selon la devise de Grumman «Faites fort, faites fonctionnel, faites simples» (Make it strong, make it work, make it simple) quitte à dépasser les demandes de l'US Navy.

Le Wildcat et le Hellcat étaient donc fort différents sur bien des points. Par exemple, le train principal du Hellcat se replie dans les ailes ce qui affine le fuselage où se replie lui le train principal du Wildcat et si les commandes de ce dernier sont manuelles, celles du Hellcat sont hydrauliquement assistés. Les ailes du Hellcat étaient montée en bas du fuselage alors que le Wildcat avant une aile montée au milieu du fuselage
Plus généralement, le Hellcat était plus gros, mieux armés et propulsé par un moteur bien plus puissant.


Un autre Hellcat en vol. En dépit d'une ressemblance évidente, le Hellcat était un appareil totalement neuf et n'ayant que peu de points communs avec le Wildcat

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 13:35

Carrière opérationelle

US Navy

Premiers combats

Deux Hellcat au dessus de la Californie

Les Hellcat connurent leur baptême du feu à l'été 1943. A cette époque, il équipait déjà des squadrons embarqués à bord des porte-avions Yorktown,Princeton,Independence et Belleau Woods.

Le premier raid fût mené par les Hellcat du Yorktown sur Marcus le 31 août 1943, coulant trois petits bâtiments ennemis, ce raid marquant le début de l'offensive américaine dans le Pacifique. Plus symbolique encore est la composition de la TF15 engagée dans ce raid puisqu'elle aligne des navires issus des programmes de guerre ou décidés après la fin des traités avec les porte-avions Essex, Yorktown (appelé à l'origine Bonhomme Richard) et Independence, le cuirassé Indiana, les croiseurs légers Nashville et Mobile, le tout couvert par dix destroyers.

Le 5 novembre, les porte-avions Saratoga (CV-3) et Princeton (CVL-23) lancent un nouveau raid sur Simpson Harbor à Rabaul avec 23 Avenger, 22 Dauntless et 42 Hellcat qui affrontent 70 chasseurs japonais. Chasseurs bien inefficaces car l'essentiel des pertes américains (dix appareils abattus) est causée par la DCA. Les croiseurs Atago Maya Takao Mogami Chikuma Agano et Noshiro ainsi que les destroyers Fujinami et Amagiri sont touchés, seul le croiseur Suzuya en sort indemne. Tous ces bâtiments regagneront le Japon pour se faire réparer sauf le Maya et l'Agano.


Hellcat en attente de catapultage, date et lieu inconnu

Le 23 novembre 1943, des F6F-3 de l'US Navy affrontèrent des A6M Zero au dessus de Tarawa. Le lieutenant Ralph Ranks descendit cinq appareils en cinq minutes, devenant un «as instantané». Le lendemain, les américains et les japonais se retrouvent pour une seconde manche et au final, le bilan est d'un Hellcat abattu pour trente Zero. Durant ces premiers combats, les japonais prirent le Hellcat pour un Wildcat ce qui explique les lourdes pertes des Zero, un Hellcat bien piloté même par un débutant se montrait bien supérieur aux agiles mais fragiles chasseurs japonais.

Le 4 décembre 1943, 91 F6F-3 Hellcat au cours d'un raid sur Kwajalein affrontèrent 50 Zero dans le premier grand combat aérien de la guerre du Pacifique. 28 Zero furent abattus contre deux Hellcat.


Le Hellcat permis aux américains de s'emparer de la supériorité américaine dans le Pacifique et de ne plus la âcher jusqu'à la fin du conflit

Delenda est Rabaul ! (Rabaul doit être détruite !)

A la fin décembre 1943, les américains décident de rayer l'aviation japonaise de Rabaul de la surface de la terre. Le premier raid est mené le 17 décembre 1943 avec 31 Corsair, 22 Hellcat et 23 P40 suivi par un second raid avec 48 chasseurs le 23 décembre, engage 40 avions et en abat trente.

Le 25 décembre, 15 bombardiers escortés par 63 chasseurs reviennent sur Rabaul, treize avions japonais sont abattus. Entre le 17 et le 31 décembre, l'aviation japonaise perd 147 avions.


Un F6F-3 en vol

Le 14 janvier 1944, des Dauntless et des Avenger escortés par des Corsair et des Hellcat attaquent Simpson Harbor, revendiquant à la fin du raid la destruction de neuf navires et de 29 avions. Les japonais reçoivent 92 Zero le 20 janvier 1944 mais ces appareils ne peuvent empêcher de nouveaux raids les 17,24 et 30 janvier (à la suite de ce dernier raid, les grands navires quittent Rabaul).

Le 19 février, 145 appareils américains attaquent Rabaul et affrontent 50 appareils japonais dont 23 sont abattus. A la suite de ce raid, les japonais comprennant que Rabaul est virtuellement perdue décident d'évacuer leurs avions de Rabaul qui restent assiégée jusqu'à la fin de la guerre.

Entre le 17 décembre et le 20 février, les aviateurs américains revendiquent la destruction de 720 avions ennemis : 393 pour les Marines, 166 pour la Navy, 131 pour l'Army Air Force et 40 pour les Néo-Zelandais.

Ailleurs dans le Pacifique, le Hellcat en action

Un Hellcat appontant sur le Cabot et un autre en passe de le faire

Le 12 février 1944, les américains décident d'attaquer l'atoll de Truk considéré comme le Pearl Harbor japonais. Les américains mobilisent des forces considérables au sein de la TF58 avec le TG 58.1 composée des porte-avions Enterprise, Yorktown et Belleau Wood, des croiseurs Santa Fe Mobile Biloxi et Oakland et de 8 destroyers; le TG 58.2 composé des porte-avions Essex, Intrepid, Cabot, des croiseurs lourds San Francisco, Wichita et Baltimore, du croiseur léger San Diego et de six destroyers et enfin du TG 58.3 composé des porte-avions Bunker Hill, Monterey, Cowpens et de 11 destroyers.

Les trois TG prennent position à une centaine de miles au nord est de Truk. Le Hellcat est engagé en force avec les squadrons VF10 (Enterprise) VF 5 (Yorktown CV10) VF 24 (Belleau Wood) VF9 (Essex) VF6 et VF (N) 78 (Intrepid) VF 18 (Bunker Hill) VF 30 (Monterrey) et VF 25 (Cowpens).
Le raid est lancé le 17 février et si les Hellcat des porte-avions légers restent en CAP pour protéger la flotte, 69 Hellcat venant des «Fleet carrier» sont engagés dans un premier balayage de l'atoll afin de couvrir l'arrivée des bombardiers et sont attendus par 45 Zero.

L'opération se répète le lendemain, les américains effectuant un total de 1250 sorties. Des bâtiments échappés de Truk sont interceptés par une force de surface américaine composée des cuirassés Iowa et New Jersey, les croiseurs lourds Minneapolis et New Orleans et quatre destroyers qui coulent le croiseur léger Katori, le destroyer Maikaze et un patrouilleur, les avions détruisant le croiseur léger Naka, quatre destroyers, des navires auxiliaires et marchands et 250 avions pour le prix de 27 avions dont 10 par accident.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 13:55

«Mariannas Turkey Shot»

Sur un porte-avions type Essex, des Hellcat, des Avenger et des Dauntless parqués sur le pont d'envol

L'opération est baptisée «Forager» menée par le Vème corps amphibie du général Smith qui doit être débarqué à Saïpan avec les 551 navires transportant la 2ème (TG 52.3) et la 4ème division de Marines (TG 52.4) appuyée par le TG 52.10 (cuirassés Pennsylvania New Mexico et Idaho, croiseurs lourds Minneapolis et San Francisco, croiseurs légers Honolulu et Saint Louis et 9 destroyers) et le TG 52.17 (cuirassés Tennessee, Maryland Colorado; croiseurs lourds Indianapolis Louisville, Wichita,Mineapolis, San Francisco et New Orleans; croiseurs légers Birmingham Montpelier et Cleveland; 25 destroyers) et couvert par les TG 52.11 (porte-avions d'escorte Kitkun Bay, Gambier Bay, Corregidor et Coral Sea et 6 destroyers) et les TG 52.14 (porte-avions d'escorte Fanshaw Bay Midway, White Plains et Kalinin Bay; 6 destroyers), ces deux derniers TG déployant les squadrons VC-5,10,41,33,68, 65, 5 et 3.
la TF58 aligne à cette occasion sous le commandement de l'amiral Mitscher cinq TG :
-TG 58.1 (porte-avions Hornet, Yorktown, Belleau Wood et Bataan; croiseurs lourds Boston Baltimore et Canberra, croiseur léger Oakland et San Juan et 14 destroyers)
-TG 58.2 (porte-avions Bunker Hill, Wasp, Franklin, Monterey et Cabot; croiseurs légers Mobile Santa Fe Biloxi et San Juan et 16 destroyers)
-TG 58.3 (porte-avions Lexington, Enterprise, San Jacinto et Princeton; croiseur lourd Indianapolis croiseurs légers Montpelier Cleveland Birmingham; croiseur léger antiaérien Reno; 14 destroyers)
-TG 58.4 (porte-avions Essex, Langley, Cowpens et Belleau Wood; croiseurs légers Vincennes Houston et Miami; croiseur léger antiaérien San Diego et 24 destroyers)
-TG 58.7 avec les cuirassés Washington et North Carolina (BatDiv 6) Iowa et New Jersey (BatDiv 7) Indiana (BatDiv 8) Alabama et South Dakota (BatDiv 9); les croiseurs lourds Wichita, Minneapolis, New Orleans et San Francisco plus 13 destroyers).


Le plan de l'opérations Forager

Le 11 juin, les quatre groupes de porte-avions lancent 208 Hellcat et 8 Avenger sur Saipan et Guam dans y balayer l'aviation japonaise. Les 12 et 13 juin, le TG 58.1 se concentre sur Guam et les trois autres s'attaquent à Saïpan et Tinian. Après un bombardement mené par les cuirassés de la TF52, les deux divisions de Marines débarquent le 15 juin suivi par la 27ème DI le lendemain. Saïpan est prise le 9 juillet.

Les 19 et 20 juin 1944, les quatre groupes de la TF 58 réunis participent à la bataille aéronavale des Mariannes ou bataille de la mer des Phillipines et célèbre par le «tir aux pigeons des Mariannes» plus connue sous son surnom de «Mariannas 's Turkey Shot» (tir aux pigeons des Mariannes).
Les chasseurs américains guidés par radar bénéficient d'une direction complexe mais qui se révèle efficace. Le lieutenant de vaisseau Joseph R. Eggert sur le Lexington, contrôle la chasse de toute la Task Force et sera le véritable vainqueur de la journée.

Les mouvements japonais ont été détectés par des sous marins. La TF58 abandonne le 17 le soutien direct aux troupes débarquées aux porte-avions d'escorte et se regroupe dans l'ouest de Guam. La flotte japonaise cherchant le contact lance des éclaireurs avant l'aube du 19 juin suivis par seize Kate et un hydravion. Sept de ces derniers appareils ne rentrent pas, interceptés par la première patrouille américaine, formée principalement de chasseurs du Langley.

A 6.30, une patrouille du Belleau Wood est envoyée au dessus de Guam pour identifier un contact radar et tombe à 7h20 sur un décollage massif d'avions japonais du terrain d'Orote. Des Hellcat abattent trois chasseurs Zero. Des renforts américains sont envoyés mais quand ils arrivent les appareils japonais ont été abattus ou se sont posés. Les appareils sont donc détournés sur d'autres avions japonais venant de Yat ou de Truk.


Mariannas Turkey Shot

Ce premier contact est suivi par l'interception de quatre raids lancés cette fois par les porte-avions japonais. Le premier raid de 69 appareils est intercepté par les Hellcat et ne laisse passer que trois Zero armés de bombes qui attaquent le premier groupe américain aperçu (TG 58.7) : le South Dakota encaisse une bombe qui cause 27 tués et 32 blessés sans gros dégâts matériels. 22 avions japonais regagnent leurs porte-avions, les américains perdent quatre Hellcat avec trois pilotes tués.
Le second raid japonais de 119 appareils commence par perdre dix avions par la DCA japonaise puis est intercepté avant que les survivants n'atteignent les TG 58.7, 2 et 3. 22 avions japonais rentrent et les américains perdent quatre Hellcat et trois pilotes tués, les dégats étant limités (porte-avions Bunker Hill et Wasp et croiseur Indiana légèrement touchés).
Le troisième raid avec 49 appareils, après avoir intercepté, réussit à atteindre le TG 58.4 pour se faire disperser par la DCA. 42 avions japonais rentrent, sans perte américaine.


Le quatrième raid avec 82 appareils envoyé sur une position fausse se divise : 18 Zero rentrant sur leur porte-avions, 49 ralliant Guam et 15 Rota. Ce dernier groupe composé de 9 Yokosuka D4Y Suisei et 6 A6M Zero tombe sur le TG 58.2 surpris, le Wasp et le Bunker Hill sont ratés de peu et les dix survivants gagnent Rota. Les 18 Zero rencontrent une patrouille américaine de deux Avenger et un Hellcat qui sont abattus. Les appareils qui arrivent à Guam sont interceptés par 41 Hellcat à l'aterrissage qui ne laissent que 19 survivants, trois pilotes de Hellcat son tués.

Le bilan de cette journée du 19 juin est resté dans l'histoire comme le «Mariannas Turkey Shot», les américains perdent 27 aviateurs, 31 marins, 108 blessés et 30 avions et les japonais 243 avions embarqués et une cinquantaine d'avions basés à terre. A cela s'ajoute les torpillages du Taiho et du Shokaku.

Le 20 juin 1944, le TG 58.4 limité en carburant reste en couverture de Guam et de Rota alors que le reste de la TF sous le commandement de l'amiral Mitscher poursuit les reste de la flotte japonaise vers l'ouest mais est handicapée par le vent qui l'oblige à mettre le cap à l'est pour chaque mouvement d'aviation.


Avec l'élimination de la menace aérienne japonaise, le Hellcat fût quasi-exclusivement utilisé pour des missions de chasse-bombardement

Des recherches sont lancées et l'escadre japonaise n'est trouvée qu'à 15h40, par un Avenger de l'Enterprise à presque 600 km. Malgré la distance et l'heure tardive, onze porte-avions lancent 96 Hellcat, 54 Avenger,51 Helldiver et 26 Dauntless (deux unités en sont encore équipés, le VB 10 de l'Enterprise et le VB-16 du Lexington). Tous les appareils, même les Hellcat portent des bombes sauf vingt Avenger armés de torpilles.

L'opération à la limite du rayon d'action des avions est devenue pour l'histoire «The Mission Beyond Darkness» _La mission au delà du crépuscule_, l'attaque prévue à 240 miles, l'attaque de fait en réalité à 300 miles nautiques.

L'attaque commence au crépuscule et pour la contrer les japonais ont fait décoller 68 chasseurs depuis les porte-avions Junyo, Hiyo, Ryuho,Zuikaku, Chitose, Zuiho et Chiyoda. Les Avenger du Yorktown et du Belleau Wood armés de torpilles attaquent les porte-avions Zuikaku et Hiyo, ce dernier étant coulé. Le Zuikaku est touché par des bombes, le Chiyoda, le Haruna et le Maya encaisse chacun une bombe et duex pétroliers sont perdus et 65 avions japonais sont abattus.
Le retour des avions américains, de nuit, à bout de carburant, certains endommagés, est resté légendaire. 20 avions ont été perdus au cours de l'attaque et 80 pendant le retour, amerris, faute d'essence ou accidentés à l'appontage.


En dépit des risques, l'amiral Mitscher ordonna à la flotte d'allumer tous les feux pour permettre aux pilotes de retrouver les porte-avions

En depit des risques, l'amiral Mitscher donne l'ordre d'allumer les feux de sa flotte pour aider les aviatieurs. Les porte-avions se signalent par un projecteur braqué verticalement, les appareils se posent sur le premier pont disponible avec parfois deux appontages simultanés : un Hellcat sur le brin 2 et un bombardier sur le brin 5.

Cette mission légendaire est une fin digne pour le Dauntless que tire ainsi sa révérence. Seuls quatre «Slowly buth Death» alors que son succeseur, le Helldiver surnomé «The beast» voit 43 des 51 appareils engagés perdus essentiellement par accident.

Spruance étant plus intéressé par les débarquements, il ne laisse pour la poursuite que les cuirassés du TG 58.7 et les porte-avions Wasp et Bunker Hill dans l'après midi mais ils ne trouvent rien et rentrent à Eniwetok après deux jours de chasse.

Le reste de la TF58 se ravitaille les 22 et 23 juin. Le TG 58.1 effectue dès le 23 juin un raid sur Pagan et, le 24 juin un second raid sur Iwo Jima et Chichi Jima. A 235 miles d'Iwo Jima, il lance 51 chasseurs Hellcat équipés de bombes de 226kg. Un raid d'avions torpilleurs Jill est intercepté. La vingtaine d'assaillants est détruite par les chasseurs du Belleau Wood. Les japonais perdent 66 avions et les américains 6 Hellcat, le TG 58.1 gagne à son tour Eniwetok.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 14:07

Du F6F-3 au F6F-5

Un F6F-5 en vol

Si le Hellcat souffrit de peu de maladies de jeunesse, à l'usage, le Hellcat du être modifié structurellement pour mieux supporter l'usure liée aux manoeuvres de combat. Le bureau d'étude de Grumman ne se reposa pas sur ses lauriers et cherchait à améliorer le déjà performant F6F-3.
Un F6F-3 fût ainsi remotorisé avec un R-2800-21 avec turbocompresseur recevant la désignation inutilisée de XF6F-2. Cette machine avec un fuselage plus profond pour recevoir le turbocompresseur et une hélice quadripale aux hélices plus courtes effectua son premier vol le 7 janvier 1944 mais cette idée ne déboucha pas sur une production en série.
Le premier prototype du Hellcat (XF6F-1) fût remotorisé avec un R-2800-27 équipé d'un turbocompresseur à deux vitesses. Redesigné XF6F-4, il effectua son premier vol le 2 octobre 1942 mais cette variante ne fût pas construite et le XF6F-1 retransformé en F6F-3 et affecté en unités opérationelles.

Tous ces travaux aboutirent à la second et dernière version du Hellcat désignée F6F-5 qui effectua son premier vol le 4 avril 1944 et entra en production à la fin du mois. Le F6F-5 disposait d'un moteur plus puissant, le R-2800-10W (qui équipait les derniers lots de production du F6F-3), un capot moteur redessiné avec de nouveaux ailerons, une verrière simplifiée la première plus complexe n'ayant pas apporté un gain aérodynamique significatif, trois points d'attache (deux sous les ailes et un sous le fuselage) pour des bombes de 450kg.


Les américains testèrent l'emport d'une torpille par un Hellcat mais l'idée ne déboucha sur aucune réalité concrète

Le Hellcat fût évalué pour emporter une torpille mais cette configuration ne déboucha, le F6F n'employa désormais que des bombes ou des roquettes. Enfin, certains F6F-5 dans les lots de production tardifs recurent pour armement interne deux canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 12.7mm

Avec la destruction de la flotte japonaise, les chasseurs prennent le pas sur les torpilleurs et les bombardiers en piqué. A partir de l'été 1944, la menace principale est moins la flotte japonaise que les premiers kamikazes (avant même la création d'une unité spéciale, nombre de pilotes japonais n'hésitaient à se sacrifier pour tenter de couler les porte-avions américains) et que la multiplication des débarquements imposent à l'US Navy d'assurer un appui feu d'autant plus nécessaire que la résistance japonaise était de plus en plus acharnée.

Les porte-avions légers type Independence qui entrent en ligne à partir de 1944 embarquent ainsi seulement 9 avions torpilleurs Avenger mais 24 chasseurs Hellcat. Les porte-avions type Essex embarquent en novembre 1943 36 Hellcat, 36 Dauntless et 18 Avenger et si en juin 1944, les Dauntless sont remplacés par des Helldiver, au mois de juillet 1944, la composition évolue et les «fleet carrier» embarquent 18 Avenger, 24 Helldiver et 54 Hellcat.

En octobre 1944 à Leyte, le nombre de Hellcat varie de 40 à 50 au détriment des Helldiver souvent limités à 24 exemplaires alors qu'à Okinawa en mars 1945, le nombre de chasseurs est porté sur le Wasp, Bennington, Franklin,Essex, Bunker Hill et Intrepid à 72 (Hellcat et Corsair) alors que les Helldiver et les Avenger sont réduits à 15 exemplaires chacun.

A la fin de la guerre, le groupe aérien des Essex était organisé en un squadron de chasse, un squadron de chasse bombardement, un de bombardiers-torpilleurs et un de bombardiers.


Deux F6F-5 en vol avec un réservoir supplémentaire sous le ventre

Le F6F-5 relève rapidement le F6F-3 dans les unités de première de ligne. Lors de la bataille de Leyte en octobre 1944, le -5 est le principal chasseur engagé alors que le prototype n'à effectué son premier vol qu'en avril soit six mois plutôt.
Le 30 juin, les TG 58.1 et 58.2 repartent dès le 30 juin, le 58.2 ayant incorporé le Franklin (CV13) avec le squadron VF-13, la première unité embarquée équipée du F6F-5.

Le F6F-5 est ensuite engagée dans la bataille du golfe de Leyte (23 au 27 octobre 1944). La bataille aérienne commence le 24 octobre, avec des attaques aériennes de part et d'autre. Une première vague japonaise de 54 appareils en perd 36 et une seconde vague de bombardiers Betty en perd douze en quelques minutes.

Sept Hellcat de l'Essex dirigés par le capitaine de frégate David McCampbell abattent en 95 minutes 42 avions japonais sur un groupe de 60. Le Hellcat déjà supérieur techniquement au Zero devient une machine redoutable pilotée par des pilotes expérimentés alors que les pilotes japonais sont souvent des novices.

Une troisième vague, d'une quarantaine d'appareils, est interceptée en premier par des chasseurs du Princeton. La nouvelle de la découverte de l'escadre de Kurita va précipiter l'envoi d'avions sur cette nouvelle cible, alors que les chasseurs de protection sont toujours en l'air avec plus ou moins de carburant.

La TF38 attaque ensuite l'escadre de l'amiral Kurita (cuirassés Yamato, Musashi, Nagato,Kongo et Haruna, sept croiseurs lourds, deux croiseurs légers et quinze destroyers). Elle est attaquée à cinq reprises. La première attaque est exécutée à 10h26 par une vague de 21 Hellcat, 12 Helldvier et 12 Avenger de l'Intrepid et du Cabot. Malgré une DCA puissante, le Musashi encaisse une torpille et une bombe, le Myoko une torpille et d'autres bâtiments sont touchés.


Formation de F6F-5 en vol

La seconde attaque, presque identique à la première, survient à 12h45, le Musashi encaisse deux torpilles et deux bombes. Il ralentit fortement, assisté par le croiseur Tone. Une formation de 8 Hellcat, 5 Helldiver et 11 Avenger partie de l'Essex et du Lexington (TG 38.3) est détournée vers la formation japonaise suivi par d'autres appareils de l'Essex. Ces appareils prévus pour attaquer des aérodromes, ne sont guère adaptés pour attaquer des navires et ne peuvent que ralentir les japonais.

A 14h15, un groupe de 26 Hellcat, 21 Helldiver et 18 Avenger du TG 38.4 attaque à son tour, le Musashi est touché par quatre torpilles et qutre bombes.

La troisième attaque armée de torpilles à 15h20 avec 65 avions partis des Lexington, Essex, Intrepid Franklin Enterprise et Cabot. Le Musashi est particulièrement visé et encaisse dix torpilles et neuf bombes, le Yamato une bombe et le Nagato deux bombes. Les américains ont réalisé 259 sorties et perdu 18 appareils. Le Musashi désemparé après avoir pris 19 ou 20 torpilles et 17 bombes, chavire et coule à 19h35 en perdant 1039 hommes sur 1399. Kurita fait provisoirement demi-tour et les américains l'abandonnent.

Après la bataille de Samar le 25 octobre 1944 au cours de laquelle les destroyers, destroyers d'escorte et les porte-avions d'escorte se couvrent de gloire, les américains lancent leur contre-attaque. Kurita est attaqué à 13h par 19 Avenger, 33 Helldiver et 46 Hellcat du TG 38.1 partis en limite de portée (335 miles). Les américains perdent dix avions et ne mettent au but qu'une bombe sur le Tone. Une seconde vague de 13 Avenger, 20 Helldiver et 30 Hellcat partis cette fois de l'Hancock et du Hornet attaque vers 15h00, perd quatre appareils sans toucher les japonais. Kurita est encore attaqué par deux vagues venues du TG 38.1 et des appareils des porte-avions d'escorte, mais sans résultat significatif sauf celui de conforter l'amiral japonais dans sa décision de se replier.

Le Hellcat participent à toutes les opérations jusqu'à la fin de la guerre notament à celle d'Iwo Jima qui voit l'apparition de l'avion fusée suicide Okha surnomé Baka (fou) par les américains. 19 bombardiers Betty transportant chacun un Baka escortés par 30 Zero, son objectif semble être le TG 58.1 composée de cinq porte-avions, deux bâtiments de ligne, quatre croiseurs et les destroyers.

Pour intercepter les japonais, les américains lancent 150 Hellcat et Corsair sont dirigés sur la formation japonaise. La première interception est réalisée à 65 miles des navires par les Hellcat des patrouilles de couverture des VF-17 et du VBF-17 se chargent de Betty. 17 Betty et un Zeke sont abattus. Deux formations de la VF-30 revendiquent 21 appareils ennemis. Face à la vulnérabilité du Betty, les japonais décident de les employer de manière isolée.


Un F6F-5 en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 14:19

Le Hellcat en Europe

Le Tulagi est l'un des deux porte-avions d'escorte de l'US Navy engagé dans l'opération Dragoon. Le second est le Kasaan Bay qui le suit. En arrière plan, un des quatre CVE britanniques qui semble se mettre au vent pour lancer une CAP

Les Hellcat de l'US Navy sont principalement et massivement utilisés dans le Pacifique mais ils sont également engagés en Europe notament dans le débarquement en Provence qui contrairement à celui de Normandie voit le déploiement de porte-avions (l'Amirauté britannique craignant les mines et les vedettes rapides allemandes) à savoir la TF88 commandée par la contre-amiral britannique Thomas Troubridge avec les porte-avions d'escorte Khedive Emperor Searcher, Pursuer et Attacker de classe Bogue et des porte-avions américains Tulagi et Kasaan Bay de classe Casablanca (deux d'une classe de 50 porte-avions construits à la chaine et surnomés, «Kaiser Coffins» les cercueils de Kaiser du nom du constructeur), le Tulagi embarquant les 24 Hellcat du VGF-1 et le Kassan Bay les 24 Hellcat de la VF-74.

Ces appareils sont engagés d'abord dans la couverture aérienne des forces de débarquement puis à partir du 18 août sont engagés dans le harcèlement des colonnes allemandes en retraite qui remontent vers le nord.

Le Hellcat chasse la nuit !

Ci-dessus un F6F-3N et ci-dessous un F6F-5N


Le Hellcat est également modifié en chasseur de nuit. En janvier 1944, le Yorktown et le Bunker Hill embarquent un détachement de quatre Hellcat F6F-3N de la VF (N) 76. A noter qu'avant la mise au point du Hellcat de chasse de nuit, des Hellcat standard furent employés guidés par un Avenger muni d'un radar ASB.

En juin 1944, chaque porte-avions de classe Essex embarque un détachement de quatre chasseurs de nuit Hellcat issus des squadrons VF (N)-76 et VF (N)-77 et en 1945, chaque squadron de Hellcat se comprend en son sein deux ou quatre chasseurs de nuit.

Les américains vont ensuite plus loin, créant des groupes aériens spécialisés dans le combat nocturne avec les porte-avions qui vont avec.

Le premier est le USS Independence qui embarque en août 1944, le groupe aériene 41 composé du squadron VF (N)-41 avec neuf Hellcat F6F-5N avec des radars APS-6 et le squadron VT (N)-41 avec treize Avenger et ce jusqu'en février 1945, le croiseur converti effectuant ses premiers opérations nocturnes le 6 septembre 1944.

Le second porte-avions n'est autre que le «Big E», le USS Enterprise qui à survécu aux pires coups de la marine et de l'aviation japonaise. De décembre 1944 à avril 1945, il embarque le le groupe aérien 90 et forme avec l'Independence le TG 38.5. Trop petit, l'Independence est remplacé en janvier 1945 par le Saratoga avec le groupe aérien 53.

Finalement, les porte-avions nocturnes sont utilisés également le jour et après la mise hors de combat du Saratoga (21 février) et de l'Enterprise (14 mai), les américains décident de diluer les unités de chasse de nuit à bord des porte-avions qui embarquent en théorie un détachement de six chasseurs de nuit et de six Avenger spécialisés dans le combat de nuit. Il faut cependant citer l'exception que constitue l'arrivée en juin 1945 du Bonhomme Richard (CV 31) qui embarque le groupe aérien 91 (N) composé notament du squadron VF (N)-91 renforcés de pilotes venus du Saratoga.

Au final, les américains engagèrent dix squadrons de chasse de nuit, les VF (N) 41,53,63,75,76,77,78,90,91 et 101.

Hellcat clic clac !

Le Hellcat est aussi utilisé pour la reconnaissance photo. Les premiers appareils étaient issus de conversions de fortune sur le terrain avec une ou deux caméras, les appareils convertis devenant des F6F-3P qui sont rapidement remplacés par les F6F-5P. Ce dernier équipe le VMD-354 à Guam puis Ulithi qui ensuite détache dans la plupart des unités embarquées un à six appareils.

Après guerre

Un F6F-5 aux couleurs de l'as Alexander Vraciu (19 victoires)

Au sortir de la seconde guerre mondiale, les unités de Hellcat revendiquent la destruction de 5154 appareils ennemis soit un rapport de 19 avions japonais abattus pour un Hellcat. Plusieurs as de la Navy ont volé sur Hellcat comme le Commander David Campbell (34 victoires dont 20 au sol), le lieutenant Cecil Harris (24 victoires en combat aérien), le lieutenant Eugene Valencia (23 victoires) le lieutenant Alexander Vraciu (19 victoire), le lieutenant Cornelius Nooy (19 victoires) et le lieutenant Patrick Fleming (18 victoires).

La guerre interrompit le dévellopement du Hellcat notament le F6F-6 dont le prototype effectua son premier vol le 6 juillet 1944. La Navy allait ordonner la production de cette version quand la guerre se termina en août 1945. D'autres expérimentations eurent lieu durant la guerre comme une version à flotteurs mais comme le Wildcatfish, il n'entra jamais en production. Les G59 était propulsé par un P&W R-4360 Wasp Major tandis que le G61 était un hybride avec un turboréacteur à l'arrière et un moteur à piston à l'avant tandis que le G-69 était une version dédiée à l'attaque.

Les Hellcat de chasse diurne furent rapidement retirés des unités de première ligne, remplacés par le Grumman F8F Bearcat, son descendant en ligne directe. Les Hellcat de reconnaissance et de chasse de nuit sont maintenus en service jusqu'en 1948.

Un certain nombre de Hellcat furent transformés en F6F-5K radiocommandés et en F6F-5D de commandement d'avions radiocommandés. Les Hellcat radiocommandés sont ainsi utilisés par le Boxer qui en lance six entre le 28 août et le 2 septembre 1952 avec des résultats mitigés : un atteint sa cible, quatre la ratent et le dernier avorte. Quelques Hellcat furent également utilisés comme cibles radiocommandées.


Un F6F-5K radiocommandée sur le pont du USS Boxer en Corée en 1952.

Les Blue Angels

La patrouille officielle de l'US Navy est crées par une directive du 24 avril 1946 à la demande de l'amiral Nimitz et font leur première présentation publique le 15 juin 1946. elle est formée avec quatre Hellcat F6F-5 dont un en solo, un SNJ participa à l'occasion aux démonstrations joue le rôle d'un Zero. Après dix présentations en quatre mois, la patrouille se transforme sur F8F-1 Bearcat et vole sur cet appareil jusqu'en 1952.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 14:36

Fleet Air Arm

Un Hellcat Mk I. Le nom de Gannet ne fût utilisé que durant quelques mois avant l'unification des désignations entre américains et britanniques

Le deuxième plus gros utilisateur de Hellcat fût l'aéronavale britannique qui reçut 252 F6F-3 début mars 1943. il fût un temps baptisé Gannet MkI mais dès 1944, les britanniques unifièrent leurs désignations et le Gannet MkI devint Hellcat F MkI.

Deux squadrons furent immédiatement mis sur pied, les squadron 800 et 1839 embarqués sur le porte-avions d'escorte HMS Emperor pour une mission de couverture de convoi puis il participa au début de l'année 1944 à l'opération Tungsten, une série d'attaques sur le cuirassé Tirpitz. A cette occasion, il affronta les BF109G «Gustav» et Fw190A, descendant trois appareils allemands pour la perte d'un Hellcat.

Si l'Emperor ne participa pas au D-Day, il couvrit le débarquement en Provence (opération Dragoon) en compagnie des porte-avions d'escorte Khedive, Searcher, Pursuer et Attacker de classe Bogue ainsi que les Tulagi et Kasaan Bay de classe Casablanca, le tout regroupé au sein de la TF88 du contre-amiral britannique Thomas Troubridge. Les Hellcat britanniques et américains servirent à la couverture aérienne des débarquements puis harcelèrent les colonnes allemandes en retraite.


Ce Hellcat de la FAA à participé à l'opération Tungsten

En mai 1944 débutèrent la livraison des 188 F6F-5 commandés par la FAA. Baptisés Hellcat MkII par les britanniques, ces appareils servirent au sein du squadron 1840 puis au sein du squadron 888 en septembre 1944. Au total, 295 Hellcat MkII furent livrés à la FAA, certains étant cédés à la fin de la guerre contre le Japon à Ceylan et à l'Australie.

70 de ces 295 appareils furent transformés en chasseurs de nuit sous la désignation de Hellcat NF.II. Quelques appareils furent également convertis pour la reconnaissance photo et reçurent la désignation de Hellcat PR.II quand ils étaient désarmés et de F.RII (Fighter-Reconnaissace) quand ils conservaient leurs armes.

Les Hellcat F Mk II connurent leur baptême du feu en août 1944 quand la Royal Navy déploya ses unités les plus modernes contre le Japon dans le but de participer à l'offensive finale (ce qui ne plaisait guère aux américains) et reprendre le contrôle de la Malaisie.


Un Hellcat Mk II train d'aterrissage sorti

Les Hellcat furent rapidement retirés du service en 1945 mais les versions de chasse de nuit et de reconnaissance servirent dans les unités de première ligne jusqu'en 1946, quelques appareils servirent en seconde ligne jusqu'au début des années cinquante.

Les 733 Hellcat de la FAA furent mis en oeuvre par les squadrons 700, 703,706,709,721,723,725,735,748,756,757,759,760,768,771,778,781,787,787X,800,804,808,881,885,889,891,892,896,898,1839,1840,1844

Aéronavale et Armée de l'air française

Dessin de Francis Bergèse montrant deux Hellcat de la 1F (future 11F) de l'aéronavale au dessus de l'Arromanches

La France mit également en oeuvre un grand nombre de F6F. Elle acheta 124 F6F-5 et 15 F6F-5N entre 1950 et 1953. Ils furent affectés aux flottilles 11F (ex 1F) et 12F pour le combat ainsi qu'aux escadrilles 54S (école d'appontage), 57S (école de chasse) et 59S (école de chasse de nuit) pour l'entrainement. L'armée de l'air reçu également des appareils qui équipèrent les groupes de chasse 1/6 Corse, 2/6 Normandie Niemen et 2/9 en Indochine qui opéraient en Indochine.


L'armée de l'air utilisa également des Hellcat en Indochine

Les appareils de l'aéronavale furent employés depuis les porte-avions Arromanches, La Fayette et Bois Belleau. Ils furent feraillés en 1960.
La 11F troqua ses Hellcat contre des Aquilon en 1955, la 12F ses Hellcat contre des Corsair en 1953.


Un Hellcat de la 11F paré au catapultage depuis l'un des deux porte-avions légers de classe Independence prêtés à la France : Le La Fayette ou le Bois Belleau

Autres opérateurs étrangers

Les Hellcat uruguayens restèrent en service jusqu'en 1961

Les Hellcat retirés du service aux Etats Unis furent cédés à des pays étrangers comme l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Les Hellcat uruguayens furent les derniers à quitter le service actif en 1961.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Mer 29 Juil 2009, 14:44


Un F6F-5 à bord du USS Randolph en 1945

Variantes

XF6F-1 : premier prototype du Hellcat propulsé par un Wright R-2600 Cyclone à 14 cylindres

XF6F-2 : deuxième prototype propulsé par un Wright R-2600-16 Cyclone

XF6F-3 : le XF6F-1 reçut ensuite un Pratt & Whitney R-2800-10 Double Wasp

F6F-3 : première version de série du Hellcat produite à 4402 exemplaires. Parmi ces derniers 18 furent ensuite convertis en F6F-3E pour évaluer le Hellcat en chasseur de nuit, 149 (205 pour d'autres sources) convertis en F6F-3N de chasse de nuit, un nombre inconnu en F6F-3P de reconnaissance et un temporairement équipé avec un R-2800-21 sous la désignation reprise de XF6F-2. 252 exemplaires furent livrés à la FAA qui furent désignés Hellcat F Mk I.

Gannet Mk I : désignation britannique du F6F-3 plus tard rebaptisé Hellcat F Mk I

F6F-3E : version de chasse de nuit avec un radar AN/APS 4 dans l'air droite

XF6F-3N : un F6F-3 qui servit de prototype à la chasse de nuit

F6F-3N : version de chasse de nuit équipée du radar AN/APS-6

XF6F-4 : un F6F-3 équipé d'un moteur Pratt & Whitney R-2800-27 Double Wasp

F6F-5 : version améliorée du F6F-3 produite à 7870 exemplaires

Hellcat F Mk2 : désignation britannique du F6F-5

F6F-5K : version radiocommandée du F6F-5 et du F6F-5N

F6F-5N : version de chasse de nuit du F6F-5 avec radar AN/APS 6

Hellcat NF Mk II : désignation britannique du F6F-5N

F6F-5P : quelques F6F-5 ont été transformés en appareils de reconnaissance tactique avec des caméras installées derrière le poste de pilotage

Hellcat FR Mk II : désignation britannique des appareils de reconnaissance armés, les appareils désarmés étaient appelés PR Mk II

XF6F-6 : deux F6F-5 équipés d'un Pratt & Whitney R-2800-18W et une hélice quadripales.

12274 Hellcat toutes versions confondues ont été produites.

Caracteristiques Techniques

Plan trois vues du F6F-3

F6F-3

Monoplace monoplan de chasse embarqué

Masse à vide 4101kg à pleine charge 5528kg maximale autorisée 6000kg

Longueur : 10.24m hauteur : 3.99m envergure 13.06m

Moteur : un moteur radial Pratt & Whitney R-2800-10W Double Wasp de 2000ch

Vitesse maximale : 605 km/h Distance franchissable 2460km plafond opérationnel : 11430m

Armement : 6 mitrailleuses Browning M2 de 12.7mm alimentés à 400 coups chacune. 6 roquettes de 127mm ou 900kg de bombes (2 de 450kg ou 4 de 227kg ou 8 de 110kg)

F6F-5

Monoplace monoplan de chasse embarqué

Masse à vide : 4190kg à pleine charge 5714kg maximale autorisée 6990kg

Longueur : 10.24m hauteur : 3.99m envergure : 13.06m

Moteur : un moteur radial Pratt & Whitney R-2800-21 Double Wasp de 2200ch

Vitesse maximale : 610 km/h Distance franchissable : 2460 km Plafond opérationel : 11370m

Armement : 6 mitrailleuses Browning de 12.7mm alimentées à 400 coups chacune ou 2 canons de 20mm avec 225 coups chacun et 4 mitrailleuses de 12.7mm avec 400 coups (dernière configuration uniquement sur les F6F-5N); 6 roquettes de 127mm ou 2 de 298mm Tiny Tin ou 900kg de bombes ou une torpille Mk 13-3.



Sources

-US Navy T1 1898-1945 Du Maine au Missouri
-US Navy T2 1945-2001 De Nimitz au Nimitz
-Ressources internet : wilkipedia, air vectors, fleetairarmarchive.net
-Photos par Vautour

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CROISEURS LOURDS CLASSE NORTHAMPTON


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Ven 31 Juil 2009, 21:52

Bel article sur le "CHAT de l'ENFER" lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Ven 31 Juil 2009, 22:59

Merci Jolly. Je l'aime mieux que le Wildcat qui fait un peu balourd alors que le Hellcat est un vrai félin.

Et dans quelques jours je vais faire le "chat ours" lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Sam 01 Aoû 2009, 12:19

Hell ! Comment peut-on préférer cette affreuse chose taillée pour abattre des avions légers ( facile d'abattre un Zéro quand on a le bon armement et la maniabilité qui va avec ), face à un ce petit bijou de classe d'avant la production massive stétérotypée ( oh le gros chasseur avec plein de canons ! ) qu'est le Wildcat ?

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Sam 01 Aoû 2009, 12:49

Je suis pas fan du Wildcat au niveau esthétique, trop lourd alors que le F6F était plus fin plus racé. Le Hellcat était sûrement plus maniable que le F4F mais surtout était plus rapide et mieux armé pour abattre les Zéro.

Ce qui à aussi fait la différence c'est l'entrainement. Le Hellcat était supérieur techniquement aux Zero et avec un pilote entrainé face aux novices japonais,l'issue du combat était inévitable

Enfin tu connais Cid' les goûts et les couleurs.............. Mr. Green

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ciders
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1537
Age : 31
Ville : Au milieu de la mare
Emploi : Chasseur de nuées
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Sam 01 Aoû 2009, 16:33

En tout cas, à Wake, les lourds Wildcat ont fait le ménage. Mr. Green

_________________
" Quand un diplomate dit 'oui', cela signifie 'peut-être' ; quand il dit 'peut-être', cela veut dire 'non' ; et quand il dit 'non', ce n'est pas un diplomate. " ( Henri Louis Mencken )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   Sam 01 Aoû 2009, 17:26

:roll:C'est pas pour rien que Grumman a été a la base des plus gros guerriers embarques de la NAVY Rolling Eyes

Que tu en prennes l'un ou l'autres ils ont tous eu un moment de gloire au combat:lol!:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN F6F HELLCAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN F6F HELLCAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grumman F6F Hellcat
» GRUMMAN F6F HELLCAT
» Grumman F6F-5 Hellcat - Eduard - 1/72
» Grumman F6F Hellcat - USS Enterprise [Eduard - 1/72]
» F6F3 HELLCAT DE CHEZ EDOUARD 1/48

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: