AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 22:02

CUIRASSES CLASSE GANGUT
(RUSSIE/UNION SOVIETIQUE)


Le cuirassé Marat avant sa modernisation

INTRODUCTION

Brève histoire de la marine russe

Que la France ou la Grande Bretagne se dôte d'une puissante marine, cela va de soi ou du moins aisement compréhensible si on s'intéresse à la géographie avec un archipel d'un côté et un pays bordé par trois mers de l'autre.

La Russie est un empire continental baigné par des mers fermées et quand il y à une large ouverture sur l'océan, les conditions climatiques empêchent d'exploiter cette ouverte.

Il semblerait logique que la marine russe reste embryonnaire ou composée de navires de taille réduite mais fort heureusement, le déterminisme géographique est souvent moins fort que la volonté d'un homme et quel homme puisqu'il s'agit du tsar Pierre le Grand.


Pierre le Grand

Né en 1672 et mort en 1725, il régna sur cet immense empire encore considéré comme une puissance asiatique de 1682 à 1725, devenant le premier empereur en 1721 avec une obssession : la modernisation et l'ouverture vers l'Occident.


La forteresse Pierre et Paul, premier bâtiment construit dans la nouvelle capitale russe

Seul un homme avec une telle volonté pouvait décider de construire une nouvelle capitale ouverte vers l'ouest, Saint Petersbourg fondée en 1703 sur un terrain marécageux.

La volonté de chasser les suédois du golfe de Finlande obligea la Russie à créée une puissante marine officiellement créée le 20 octobre 1696 avec comme premier amiral, un citoyen de Genêve, François Lefort.

Elle participa aux différentes guerres menées par la Russie aux 17ème et 18ème siècles contre la Suède mais également l'Empire Ottoman, devenant à la fin du 18ème siècle la troisième marine du monde derrière la Royal Navy et la Royale.

L'extension de l'empire russe vers l'Orient permis aux marins russes de se faire les dents en matière d'exploration à longue distance en direction de l'Extrême Orient russe, de l'Alaska, de la Sibérie mais également le continent américains notament la Californie.


Tableau représentant de la bataille de Sinope

Les progrès de la Russie se heurtèrent à des faiblesses structurelles liées à la société russe notament le servage. Peu à peu la marine russe regressa et si elle triompha de la marine ottomane à la bataille de Sinope le 30 novembre 1853 en utilisant notament des obus explosifs Paixans c'est que la marine de la Sublime Porte était encore plus faible que son homologue russe.

Durant la guerre de Crimée, la marine russe joua un rôle limité lié à ses capacités et à son infériorité numérique par rapport aux marines françaises et anglaises. Elle commença à l'issue du conflit à reconstituer ses forces bien que le traité de Paris interdisait à la Russie de posséder une flotte en mer Noire.


Le premier cuirassé "moderne" de la marine russe, le Petre Veliky (Pierre le Grand)

Elle abandonna peu à peu la voile au profit de la vapeur, la coque en bois pour la coque en acier et planifia la reconstruction d'une flotte de haute mer. En 1877, le cuirassé Petr Veliky (Pierre le Grand) entra en service au sein de la marine russe. C'était le premier cuirassé au sens moderne du terme à équiper la marine impériale. 26 navires bientôt baptisés de «pré-dreadnought» équipaient la marine russe au moment de la guerre russo-japonaise en 1904 et 1905.


Le très étonnant cuirassé Vize Admiral Popov

Les prédreadnought de la marine russe

La première vrai classe de cuirassés de type prédreadnought de la marine impériale russe est la classe Ekaterina II (Catherine II) composée de quatre navires baptisés Ekaterina II Tchesma Sinope et Georgyi Pobedonosets (Saint George le Victorieux) entrés en service en 1889 pour les trois premiers et 1895 pour le quatrième qui était légèrement différent de ses trois sister-ship.


Le Tchesma de classe Ekaterina II

Servant en mer Noire, les deux premiers cuirassés furent retirés du service en 1907, l'Ekaterina II étant coulé comme cible lors d'essais de torpilles en 1912 alors que le Tchesma utilisé comme cible pour l'artillerie navale avant d'être démoli en 1922.

Le Sinope encore en service en 1910 mais comme navire école d'artillerie fût pris par les britanniques en 1919 qui sabotèrent le système propulsif pour empêcher les Rouges comme les Blancs de l'utiliser. Les bolchéviques le firent démolir à partir de 1922.

Le Georgyi Pobedonosets participa lui à la première guerre mondiale, échangeant des obus avec le Goeben. En 1918, il fût capturé par les allemands puis par les britanniques en 1919 avant d'être tiraillé entre les deux camps, les Blancs finissent par le remorquer jusqu'à Bizerte en 1920 où il fût démoli par le gouvernement français.

Caractéristiques Techniques de la classe Ekaterina II

Déplacement : standard 11227 tonnes pleine charge 11579 tonnes

Dimensions : longueur 103.40m largeur 21.01m tirant d'eau 8.79m

Propulsion : deux machines verticales à expansion alimentées en vapeur par 14 ou 16 chaudières dévellopant 9000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16.5 noeuds distance franchissable 2800 miles nautiques à 10 noeuds et 1367 miles nautiques à 14.5 noeuds

Protection : ceinture 203 à 406mm casemates 300mm ponts blindés 51 à 64mm boucliers des canons 51 à 76mm bloc passerelle 203 à 229mm

Armement : 6 canons de 305mm en trois affûts doubles, 7 canons de 152mm, 8 canons de 47mm, 4 canons de 37mm et 7 tubes lance-torpilles de 356mm

Equipage : 633 à 642 officiers et marins



L'Imperator Aleksandr II

A la classe Ekaterina II succède la classe Imperator Aleksandr composée de deux navires, les Imperator Aleksandr II et Imperator Nikolai I. Il s'agissait de petits cuirassés capables de détruire les cuirassés garde-côtes danois et allemands

Le premier est admis au service actif en 1891, servant en Baltique et en Méditerranée avant d'être relegué au rôle de navire école de cannonage en 1904. Il ne joua aucun rôle durant le premier conflit mondial mais rallia les bolchéviques en 1917 avant d'être vendu à la démolition en 1922.

Le second est également admis au service actif en 1891 servant en mer Baltique, en mer Méditerranée avant de participer à la guerre russo-japonaise. Il survit à la bataille de Tsushima le 28 mai 1905 et fût capturé par les japonais et rebaptisé Iki. Navire école de cannonage, l'Iki fût désarmé en 1915 et coulé par le Haruna et le Hiei.

Caractéristiques Techniques de la classe Imperator Aleksandr II

Déplacement : standard 9392 tonnes

Dimensions : longueur 105.61m largeur 20.40m tirant d'eau 7.85m

Propulsion : deux machines verticales à expansion alimentées par 12 chaudières dévellopant 9289ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 15.27 noeuds distance franchissable 4400 miles nautiques à 8 noeuds

Protection : ceinture 102 à 356mm, pont blindé 64mm barbettes 254mm bulkheads 152mm bloc passerelle 203mm

Armement : une tourelle double de 305mm, 4 canons de 229mm, 8 canons de 152mm, 10 canons de 47mm et de 37mm Hotchkiss et 5 tubes lance-torpilles de 381mm

Equipage : 616 officiers et marins


A la suite de ces deux classes de cuirassés prédreadnought, la marine russe fait construire une série de navires isolés.


Le cuirassé Dvenadsat Apostolov

-Le Dvenadsat Apostolov (les douze apôtres) est mis sur cale en février 1888, lancée en septembre 1890 et admis au service actif en décembre 1892 au sein de la flotte de la Mer Noire. Il devint bâtiment base pour sous-marins en 1912, capturé par les allemands à Sebastopol en 1918 avant d'être repris par les alliés en décembre 1918. Disputé par les Blancs et les Rouges, il fût conservé par ces derniers et utilisé pour symboliser le cuirassé Potemkine avant d'être démoli en 1931. A noter qu'un autre navire avait été initialement prévu mais ne fût au final jamais construit.

Déplacement standard 8850 tonnes Longueur 104m largeur 18m tirant d'eau 8.38m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées par 8 chaudières dévellopant 8500ch et entrainant deux hélices Vitesse maximale : 15 noeuds Protection : ceinture 305 à 356mm pont blindé 51 à 76mm barbette 254 à 305mm bulkheads 229 à 305mm bloc passerelle 203mm Equipage : 599 officiers et marins.


Le cuirassé Navarin

-Le Navarin est mis sur cale en 1889 lancé le 20 octobre 1891 et admis au service actif en 1896. Servant au sein de la flotte de la Baltique, il effectua une croisière en Méditerranée avant d'être affecté dans le Pacifique en 1898. Il participa à l'intervention occidentale en Chine en 1900 durant la crise des Boxer. Engagé dans la guerre russo-japonais, il fût coulé par les torpilleurs japonais à la bataille de Tsushima le 28 mai 1905.

Déplacement standard 10370 tonnes Longueur 109m largeur 20.42m tirant d'eau 8.5m Propulsion : deux machines verticale à triple expansion alimentées par 12 chaudières au charbon dévellopant 9140ch et entrainant deux hélices Vitesse maximale : 15.5 noeuds Protection : ceinture 410mm Citadelle 130mm tourelles de 305mm 300mm bloc-passerelle 250mm Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 8 canons de 152mm, 8 canons de 47mm, 15 canons de 37mm et 6 tubes lance-torpilles de 381mm. Equipage : 622 officiers et marins


Le Tri Sviatitelia

-Le Tri Sviatitelia (Les trois saints de l'Eglise) est mis sur cale le 15 août 1891 lancé le 12 novembre 1893 et admis au service actif en 1895 au sein de la flotte de la mer Noire. Il participa à la poursuite du cuirassé mutiné Potemkin en juin 1905, rencontrant le croiseur de bataille allemand Goeben avant de terminer comme batterie flottante. Plus opérationnel depuis 1917, il fût capturé par les allemands en mai 1918 avant d'être repris par les alliés en novembre 1918. Il fût détruit par les anglais en 1919 quand ils évacuèrent Sebastopol et fût démoli en 1923.

Déplacement standard : 13352 tonnes Longueur : 115.2m largeur 22.3m tirant d'eau 8.7m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 14 chaudières dévellopant 10600ch et entrainant deux hélices Vitesse maximale 16.5 noeuds Distance franchissable : 2250 miles nautiques à 10 noeuds Protection : ceinture blindée 406 à 457mm pont blindé 51 à 76mm Tourelles 406mm Bloc-passerelle 305mm Bulkheads 356 à 406mm Armement : deux tourelles doubles de 305mm, 8 canons de 152mm, 4 canons de 120mm, 40 canons de 37mm, 6 tubes lance-torpilles de 381mm.


Le Sisoy Velikyi

-Le Sisoy Velikyi est mis sur cale en août 1891 lancé en juin 1894 et admis au service actif en octobre 1896. Il participa à une croisière en Méditerranée et le 3 mars 1897 fût victime de l'explosion de la soute de la tourelle arrière de 305mm tuant 21 marins. Il passa neuf mois au bassin à Toulon pour réparations avant de gagner l'Extrême Orient, participant notament à l'intervention occidentale en Chine durant la rébellion des Boxers.

En 1902, il regagna Kronstadt pour réparations et fût engagé dans l'expédition épique de la flotte de la Baltique en direction du Pacifique. Le 27 mai 1905, il est engagé dans la bataille de Tsushima avant de sombrer le lendemain matin, moins des dégâts de la bataille que d'une submersion qui provoqua son chavirage.

Déplacement standard : 10567 tonnes Longueur : 107.23m largeur : 20.73m tirant d'eau : 7.77m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 12 chaudières Belleville dévellopant 8500ch et entrainant deux hélices Performances : vitesse maximale 15.7 noeuds distance franchissable 2800 miles nautiques à 10 noeuds Protection : ceinture 152 à 406mm Bulkheads avant 152 à 229mm Bulkheads arrière 154 à 203mm Bloc passerelle 229mm Casemates 127mm Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 6 canons de 152mm, 12 canons de 47mm, 18 canons de 37mm, 6 tubes lance-torpilles de 457mm Equipage : 586 officiers et marins

A l'unique Sisoy Veliky succéda la classe Petropavlovsk composée de trois navires, les Petropavlovsk Poltava et Sevastopol.


Le cuirassé Petropavlovsk et ci-dessous sa destruction

-Le Petropavlovsk est mis sur cale en mai 1892 lancé en novembre 1894 et admis au service actif en 1897. Affecté à la flotte du Pacifique en 1901 et navire amiral de l'amiral Stepan Makarov. Il est coulé par une mine japonaise le 31 mars 1904.


Le Poltava à effectué une partie de sa carrière sous pavillon japonais avec pour nom, le Tango

-Le Poltava est mis sur cale en mai 1892 lancé en novembre 1894 et admis au service actif en 1897 avec pour base Port Arthur. Il participa à la bataille de la mer Jaune en 1904 durant la guerre russo-japonaise mais réfugié à Port Arthur, il y fût coulé par les japonais. Relevé en octobre 1905 et remis en service dans la marine japonaise sous le nom de Tango, il fût retrocédé à la marine russe le 4 avril 1916 et rebaptisé Chesma. Capturé par les britanniques en 1923, il est aussitôt démantelé.

-Le Sevastopol est mis sur cale en 1892 lancé en juin 1895 et admis au service actif en 1897 avec pour port d'attache Port Arthur. Il participa à la bataille de la mer Jaune en 1904 et fût sabordé à Port Arthur pour échapper aux japonais qui ne le relevèrent pas et le laissèrent reposer en eaux profondes.

Caracteristiques Techniques de la classe Petropavlovsk

Déplacement standard : 11536 tonnes

Dimensions : longueur 112.5m largeur 21.3m tirant d'eau 8.6m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 14 chaudières dévellopant 10600ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16.8 noeuds distance franchissable 3790 miles nautiques (vitesse inconnue)

Protection : ceinture 200 à 300mm tourelles 250mm bloc-passerelle 230mm

Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles 12 canons de 152mm en quatre tourelles doubles et quatre tourelles simples 10 canons de 47mm et 28 canons de 37mm 6 tubes lance-torpilles

Equipage : 662 officiers et marins



Le cuirassé Rostislav

Aux trois Petropavlovsk succéda l'unique Rostislav, un cuirassé construit aux chantiers de Nikolaev pour la flotte de la mer Noire. Conçu dans un premier temps comme un garde-côtes cuirassé, il fût finalement construit comme un petit cuirassé de haute mer. Il est mis sur cale en janvier 1894 lancé en septembre 1896 mais mis en service seulement en 1900 en raison de retard de livraison de l'artillerie.

De 1903 à 1912, il servit au sein de la flotte de la mer Noire, réprimant la mutinerie du croiseur Ochakov lors de la révolution en 1905. Engagé activement durant la première guerre mondiale, il fût capturé par les bolchéviques à Sebastopol en 1918 puis repris par les britanniques qui sabotèrent ses machines. Les Blancs le réutilisèrent comme batterie flottante avant de le saboter dans le détroit de Kerch en novembre 1920.

Déplacement standard : 10689 tonnes Dimensions : longueur 107.2m largeur 20.7m tirant d'eau 7.7m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 8 chaudières dévellopant 8500ch et entrainant deux hélices Performances : vitesse maximale 15 noeuds distance franchissable 4100 miles nautiques à 8 noeuds Protection : ceinture 368mm pont blindé 51 à 76mm tourelles 254mm bloc-passerelle 152mm Armement : deux tourelles doubles de 254mm, 4 tourelles doubles de 152mm, 12 canons de 47mm 16 canons de 37mm, 6 tubes lance-torpilles de 381mm Equipage : 633 officiers et marins, chiffre porté à 852 durant le premier conflit mondial

A l'unique Rostislav, succéda la classe Peresvet composée de trois cuirassés baptisés Peresvet Oslyabya et Pobeda.


Le Peresvet connu une carrière également sous pavillon japonais

-Le Peresvet est mis sur cale en novembre 1895 lancé en novembre 1898 et admis au service actif en mai 1901. Il participe à la guerre russo-japonaise notament à la bataille de la mer Jaune le 10 août 1904. Réfugié à Port Arthur, il coula au mouillage. Relevé et réparé par les japonais, il fût rebaptisé Sagami avant d'être rendu aux russes en avril 1916 et de reprendre son nom d'origine. Il devait être le nouveau navire amiral de la flottille de l'Arctique mais il coula au large de Port Said sur une mine posée par le U-73 le 4 janvier 1917.

-Le Oslyabya est mis sur cale en janvier 1898 lancé en 1898 et admis au service actif en janvier 1902. Il participa à l'épopée de la flotte de la Baltique, étant coulé à la bataille de Tsushima le 28 mai 1905 (515 morts, 250 survivants).


Le Pobeda dans le canal de Suez le 17 janvier 1904

-Le Pobeda est mis sur cale en août 1898 lancé le 24 mai 1900 et admis au service actif le 31 juillet 1902. Il est affecté à la flotte du Pacifique avec Port Arthur comme port d'attache. Il participe à la bataille de la mer Jaune puis est coulé à son mouillage lors du siège de Port Arthur. Il est relevé et réparé par les japonais qui le remirent en service sous le nom de Suwo jusqu'à son désarmement en 1922 et sa vente à la démolition en 1946.

Caracteristiques Techniques de la classe Peresvet

Déplacement standard : 12683 tonnes

Dimensions : longueur 133m largeur 21.8m tirant d'eau 8m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 32 chaudières Belleville dévellopant 15000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18 noeuds distance franchissable 3500 miles nautiques à ? noeuds

Protection : ceinture 229mm barbettes 203mm tourelles 254mm Ponts blindés 63mm Casemates 127mm

Armement : 4 canons de 254mm en deux tourelles doubles, 11 canons de 152mm, 20 canons de 75mm, 20 canons de 47mm, 6 canons de 37mm, 5 tubes lance-torpilles de 381mm

Equipage : 752 officiers et marins

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 22:16

A la classe Peresvet succède la classe Borodino composée de cinq navires (Borodino, Imperator Alexander III ,Oryol, Knyaz et Suvorov Slava)


Un cuirassé de classe Borodino

-Le Borodino est mis sur cale en juillet 1899 lancé en septembre 1901 et admis au service actif en août 1904. Sa carrière est des plus courtes puisqu'il est coulé à la bataille de Tsushima le 27 mai 1905

-L'Imperator Alexander III est mis sur cale en juillet 1899 lancé en août 1903 et admis au service actif en novembre 1903. Il est coulé à la bataille de Tsushima le 27 ma 1905.

-L'Oryol (Aigle) est mis sur cale en 1900 lancé en juillet 1902 et admis au service actif en octobre 1904. Il participe à la bataille de Tsushima où il est sévèrement endommagé. Capturé par les japonais, il est remis en état et remis en service sous le nom de Iwami en décembre 1905 et est utilisé jusqu'en 1923 quand il est démoli pour respecter le traité de Washington.

-Le Knyaz Suvorov est mis sur cale en juillet 1901 lancé en septembre 1902 et admis au service actif en septembre 1904. Il est coulé à la bataille de Tsushima le 27 mai 1905.

-Le Slava est mis sur cale en octobre 1902 lancé en août 1903 et admis au service actif en juin 1905, trop tard pour participer à la guerre russo-japonaise. Il participe à la première guerre mondiale en Baltique. Il est sabordé après avoir été gravement endommagé lors de la bataille du détroit de Muhu le 17 octobre 1917.


L'Orel termina sa carrière sous le nom d'Iwami

Caracteristiques Techniques de la classe Borodino

Déplacement : standard 13516 tonnes Tsushima 14151 tonnes

Dimensions : longueur 121m largeur 23m tirant d'eau 7.9m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées par douze chaudières Belleville dévellopant 15800ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18 noeuds

Protection : ceinture 190mm tourelles 250mm pont blindé 51mm

Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 12 canons de 152mm en six tourelles doubles, 20 canons de 75mm, 20 canons de 47mm, 4 tubes lance-torpilles de 381mm

Equipage : 28 officiers et 754 marins


Des cuirassés isolés sont également construits à l'orée du vingtième siècle.


Le Potemkine

Le premier est le célébrissime cuirassé Potemkine, immortalisé par sa mutinerie et le film d'Eisenstein de 1925 (sacré en 1958 comme le meilleur film de tous les temps). Le cuirassé Potemkine est mis sur cale en 1898 lancé en 1904 et admis au service en 1905. Il est donc touché par une mutinerie qui le frappa en juin 1905. Le cuirassé fût rebaptisé ensuite Saint Panteleimon avant de reprendre son nom en avril 1917 avant d'être baptisé Borets za Svobodu (Combattant de la Liberté). Il est détruit par les occidentaux en 1919, relevé puis démantelé.

Déplacement standard : 12500 tonnes Dimensions : longueur 115.3m largeur 22.3m tirant d'eau 8.2m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 22 chaudières Belleville dévellopant 11300ch et entrainant deux hélices Performances : vitesse maximale 16 noeuds Protection : ceinture 150 à 230mm pont 70mm tourelles 254mm casemates 127 à 152mm passerelle 230mm Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles 16 canons de 152mm 14 canons de 75mm et 5 tubes lance-torpilles de 380mm Equipage : 730 officiers et marins


Splendeur et décadence du Retvizan


-Le Retvizan est construit aux Etats Unis chez William Cramp & Sons à Philadelphia le 29 juillet 1899 lancé le 23 octobre 1900 et admis au service actif le 23 mars 1902. Participant à la guerre russo-japonaise, il est coulé le 6 décembre 1904 au siège de Port Arthur par les mortiers japonais. Relevé en 1908 et rebaptisé Hizen, il participa à la traque des forces de l'amiral Graf Spee avant d'intervenir dans une Russie secouée par la guerre civile. Il est désarmé et démantelé en 1923 pour respecter les termes du traité de Washington.


Le Retvizan/Hizen

Déplacement standard 12912 tonnes Dimensions : longueur 117.9m largeur 22m tirant d'eau 7.6m Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 24 chaudières Niclause dévellopant 16000ch et entrainant deux hélices. Performances : vitesse maximale 18 noeuds distance franchissable : 4900 miles nautiques à 10 noeuds Protection : ceinture 229mm pont blindé 51 à 76mm barbettes 102 à 203mm tourelles 229mm bloc-passerelle 254mm bulkheads 178mm Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 12 canons de 152mm, 20 canons de 75mm, 24 canons de 47mm, 6 canons de 37mm, 6 tubes lance-torpilles de 381mm et 45 mines Equipage : 28 officiers et 722 marins


Le Tsesarevitch

-Le Tsesarevitch est construit en France, à la Compagnie des Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer. Il est mis sur cale le 1er mai 1899 lancé en 1900 et admis au service actif en 1901.

Affecté en Extrême Orient en décembre 1903, il fût endommagé par les torpilleurs japonais le 8 février 1904 à Port Arthur, participant ensuite à la bataille de la mer Jaune, échouant à gagner la Russie et devant être interné à Tsingtao jusqu'à la fin de guerre russo-japonaise.

Il regagna ensuite la Baltique, participant à la première guerre mondiale et notament la bataille du détroit de Mun en 1917. Après la révolution d'octobre, il fût rebaptisé Grazhdanin (Citoyen), transformé en ponton en 1918 et démoli en 1924 en Allemagne.



Déplacement standard : 13122 tonnes Dimensions : longueur 118.5m largeur 23.2m tirant d'eau 8.5m Propulsion : deux machines verticales à quadruple expansion alimentées en vapeur par 20 chaudières Belleville dévellopant 16000ch et entrainant deux hélices Performances : vitesse maximale 18.5 noeuds distance franchissable 5500 miles nautiques à 10 noeuds ¨Protection : ceinture 150 à 230mm pont blindé 57mm tourelles principales 250mm tourelles secondaires 150mm bloc-passerelle 250mm Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 12 canons de 152mm en tourelles simples, 16 canons de 75mm, 4 canons de 47mm et 6 tubes lance-torpilles de 460mm. Equipage : 744 à 803 officiers et marins.

La classe Evstafi est l'avant dernière classe de cuirassés de type prédreadnought russe, composée de deux navires baptisés Evstafi et Ioann Zlatoutst.


L'Evstafi

-Le Evstafi (Saint Eustache) est mis sur cale le 13 novembre 1904 lancé le 2 novembre 1906 et admis au service actif le 28 mai 1911. Affecté à la flotte de la Mer Noire, il participe à la première guerre mondiale, affrontant notament le Goeben. Relegué à des missions de bombardement côtier après l'entrée en service des cuirassés de classe Imperatritsa Maryia, il est mis en réserve en mars 1918. Utilisé comme ponton par les allemands en mai 1918, il fût repris par les britanniques qui sabotèrent son appareil propulsif en avril 1919 quand il quittèrent la Crimée. Disputé par les deux camps, il fût capturé par les bolchéviques en novembre 1920, rebaptisé Revoliutsiia (Revolution) le 6 juillet 1921 mais ne repris jamais la mer, étant vendus à la démolition en 1922/23.

-Le Ioann Zlatoutst (Saint Jean Chrysostome) est mis sur cale le 13 novembre 1904 lancé le 13 mai 1906 et admis au service actif le 1er avril 1911. Affecté à la flotte de la Mer Noire, il participe à la première guerre mondiale, affrontant notament le Goeben. Relegué à des missions de bombardement côtier après l'entrée en service des cuirassés de classe Imperatritsa Maryia, il est mis en réserve en mars 1918. Utilisé comme ponton par les allemands en mai 1918, il fût repris par les britanniques qui sabotèrent son appareil propulsif en avril 1919 quand il quittèrent la Crimée. Disputé par les deux camps, il fût capturé par les bolchéviques en novembre 1920 mais ne repris jamais la mer, étant vendus à la démolition en 1922/23.

Caracteristiques Techniques de la classe Evstafi

Déplacement : standard 13061 tonnes

Dimensions : longueur 117.6m largeur 22.6m tirant d'eau 8.5m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 22 chaudières Belleville dévellopant 10600ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16 noeuds distance franchissable 2100 miles nautiques à 10 noeuds

Protection : ceinture 178 à 229mm pont blindé 35 à 70mm tourelles et barbettes 254mm bloc-passerelle 203mm bulkheads 178mm

Armement : quatre canons de 305mm en deux tourelles doubles, 4 canons de 203mm, 12 canons de 152mm, 14 canons de 75mm et 2 tubes lance-torpilles de 450mm

Equipage : 928 officiers et marins


La classe Andrei Pervozvanny constitue donc la dernière classe de prédreadnoughts de la marine russe qui contrairement à la précédente était destinée à la flotte de la mer Baltique.


Le cuirassé Andrei Pervozvanny

-Le Andrei Pervozvanny est mis sur cale le 28 avril 1905 lancé le 20 octobre 1906 et admis au service actif le 27 juillet 1910. Il participa à la première guerre mondiale avant de rallier les bolchéviques après la révolution d'Octobre, étant attaqué par la Royal Navy en août 1919, étant torpillé, coulant en eaux peu profondes à Kronstadt. Le cuirassé est relevé et mis au bassin mais jamais remis en service. Endommagé par un incendie au bassin en 1922, il est démoli en 1924, ces canons étant utilisés pour la défense côtière.

-L'Imperator Pavel I est mis sur cale le 27 octobre 1905 lancé le 7 septembre 1907 et admis au service actif le 29 juillet 1910. Il participe à la première guerre mondiale avant de rallier les bolchéviques après la révolution d'Octobre 1917 qui le rebaptise Respublika. Désarmé en septembre 1918, il est vendu à la démolition en 1923.

Caracteristiques Techniques de la classe Andrei Pervozvanny

Déplacement : standard 17400 tonnes pleine charge 18590 tonnes

Dimensions : longueur 140.2m largeur 24.4m tirant d'eau 8.5m

Propulsion : deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par 25 chaudières Belleville dévellopant 17600ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18.5 noeuds distance franchissable 2100 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture 220mm tourelles d'artillerie principale 250mm tourelles d'artillerie secondaire 180mm pont blindé 79mm bloc-passerelle 150 à 250mm selon les endroits

Armement : 4 canons de 305mm en deux tourelles doubles, 14 canons de 203mm en 4 tourelles doubles et 6 affûts simples, 12 canons de 120mm et 4 tubes lance-torpilles de 460mm

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 22:27

Les premiers dreadnoughts de la marine russe

Colosse aux pieds d'argile, la Russie venait de connaître avec la guerre russo-japonaise une défaite qui précipita son déclin vers la révolution de 1917 après une première tentative avortée en 1905. Pour la marine russe, 1905 constituait une année zéro puisque les flottes de la Baltique et du Pacifique avaient été anéanties par les forces japonaises mieux équipées et mieux entrainées. Pas moins de treize cuirassés avaient été coulés.


Carte de la guerre russo-japonaise

La guerre russo-japonaise qui dura du 8 février 1904 au 5 septembre 1905 fût la première guerre moderne du vingtième siècle, opposant une puissance impériale apparemment solide (la Russie) et une puissance émergeante (le Japon). La Russie cherche à sanctuariser un accès libre de glace sur le Pacifique via la mer du Japon et le Japon veut éviter de subir le même sort que la Chine en maintenant à distance la Russie notament de sa propre colonie, la Corée. Les deux pays convointant le contrôle de la Mandchourie aux riches ressources minières.


8 février 1904 : attaque des torpilleurs japonais contre la flotte russe à Port Arthur

La guerre commence le 8 février 1904 par une attaque surprise des torpilleurs japonais contre la flotte russe mouillée à Port Arthur. Dès l'origine, l'initiative est du côté japonais, les effectifs des deux belligérants sont équivalents mais le commandement japonais est bien plus compétent que son homologue russe.


Représentation de la bataille de Tsushima

A la fin du mois de mai 1904, les japonais assiègent Port-Arthur, achevant la flotte russe devant la rade de Port-Arthur le 3 décembre 1904, la ville capitulant le 1er janvier 1905. La guerre s'achève par la victoire de Tsushima les 27 et 28 mai 1905 quand les navires russes dont certains de la flotte de Baltique qui avaient quitté Kronsdadt le 11 octobre 1904 furent détruits par les navires de l'amiral Tojo.


Cartes de la bataille de Tsushima


Au mois de juin, les deux bélligérants épuisés acceptent la proposition de médiation du président Roosevelt qui aboutit au traité de Portsmouth le 5 septembre 1905. la Mandchourie était évacuée par les deux bélligerants mais le Japon se voyait louer la péninsule de Liaodong (avec Port-Arthur et Dailian, l'accès au réseau russe de Mandchourie et la partie sud de l'île de Sakhaline.

La guerre russo-japonaise fût la dernière menée par des cuirassés de type prédreadnought car presqu'un an plus tard, le HMS Dreadnought fût lancé et avec ses dix canons de 305mm ringardisa des dizaines de cuirassés.

La marine russe avait tiré de nombreuses leçons de la guerre qui venait de s'achever mais peu sure dans ces propres bureaux d'études, elle s'adressa à des bureaux d'études étrangers pour obtenir un design moderne.

Elle prit également le temps de réformer l'organisation de sa marine (création d'un état major en 1906) et de pousser à la retraite les officiers les plus conservateurs, chose d'autant plus aisée après une telle déroute. Dès 1906, la marine russe voulu lancer un concours pour une classe de cuirassés modernes mais la Douma refusa de débloquer les crédits, préférant se concentrer sur la reconstruction de l'armée ce qui n'était pas idiot géographiquement parlant.

La marine russe revint à la charge en 1907 et Vickers proposa un navire de 22000 tonnes armés de 12 canons de 305mm en quatre tourelles triples superposés deux par deux à l'avant et à l'arrière. La rumeur d'un tel contrat souleva l'indigniation de l'opinion qui avait toujours en mémoire les problèmes posés par le croiseur cuirassé Rurik construit en Angleterre.

Le ministre de la marine décida le 30 décembre 1907 de lancer un concours international ouvert à tous les bureaux d'études compétents, quelque soit leur nationalité. Au 12 mars 1908, date limite fixée par le concours, 51 propositions de 13 chantiers différents étaient parvenus aux russes.

Le vainqueur de la compétition était un design de la firme allemande Blohm & Voss ce qui provoqua les protestations de la France qui ne voulait pas que l'argent qu'elle prêtait à la Russie au travers des trop fameux emprunts russes ne finisse en Allemagne.

C'est finalement un concurrent de dernier minute qui remporta la compétition, en l'occurence un design proposé par le chantier naval Baltique le 22 mars 1909, design réalisé avec l'aide technique (coque et machine) du chantier John Brown & Company.



Entre temps, la marine russe avait lancé un grand programme naval, accepté par la Douma en 1907 et qui prévoyait la construction de 7 cuirassés, 8 croiseurs, 45 destroyers et 42 sous-marins. Parmi les cuirassés figurent les quatre navires de classe Gangut, navires baptisés Gangut Petropavlovsk Sevastopol et Poltava.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 22:50

HISTORIQUE

Le Gangut

Le cuirassé Gangut à la mer

Presentation

-Le Gangut est mis sur cale aux chantiers de l'Amirauté à Saint Petersbourg le 16 juin 1909 lancé le 20 octobre 1911 et admis au service actif le 11 janvier 1915.


Tableau représentant la bataille de Gangut

Le premier dreadnought de la marine russe est le quatrième navire à porter le nom de la bataille de Gangut le 7 août 1714 entre la Suède et la Russie, une bataille remportée par la flotte russe dans le cadre plus général de la Grande guerre du Nord qui de 1700 à 1721 vit différents états contester la suprématie suédoise en Baltique et dans ses aterrages. Cette bataille marqua le début de la conqûete russe de la Finlande qui devint un grand duché et qui n'allait devenir indépendante qu'en 1918.


Le cuirassé garde-côtes Gangut

Auparavant, un navire de ligne de 92 canons lancé en 1719 et un autre navire de ligne de 84 canons lancé en 1825, qui participa à la bataille de Navarin en 1827, équipé d'hélices en 1854, réduit au rôle de navire d'entrainement en 1862 et désarmé en 1871 plus un cuirassé garde-côtes mis en service en 1894 et perdu par échouage dans le golfe de Finlande le 12 juin 1897 ont porté ce nom.

Carrière opérationnelle

Le cuirassé Octobre Rouge en 1934

Comme le reste de la flotte russe, le Gangut ne quitta guère son mouillage de Kronsdat en mer Baltique, les russes craignant de subir face à la marine allemande un sort semblable à celui subit une décennie plutôt contre le Japon.

Le Gangut affecté à la 1ère division de cuirassés de la flotte de la Baltique assura des missions de couverture de mouillage de mines pour empêcher les allemands de pénétrer dans le golfe de Finlande. Le traité de Brest-Litovsk obligea la Russie à évacuer la Finlande et le Gangut et ses sister-ships quittèrent Helsinki le 12 mars pour Kronstadt où ils arrivèrent cinq jours plus tard.

Laissez une flotte inactive est le meilleur moyen de la démoraliser et peu à peu les marins russes succombèrent aux sirènes des bolchéviques. La marine se rallia d'abord aux révolutionnaires de février 1917 puis à ceux de novembre 1917.

La marine sévèrement purgée fût d'ailleurs dissoute dès le 10 novembre 1917 avant de renaitre tel un phoenix le 12 février 1918 comme la Flotte des Ouvriers et Paysans.


L'Octobre Rouge à la mer
Le Gangut est désarmé le 9 novembre 1918 faute de personnel et surtout faute de personnel suffisament formé pour manoeuvrer un navire de guerre car si la ferveur révolutionnaire permettait de naviguer et de combattre efficacement cela se saurait.


Photo de la prise du Palais d'Hiver reconstituée par Albert Eisenstein en 1927

Le 27 juin 1925, le cuirassé est rebaptisé Oktyabrskaya Revolutsiya en référence au 25 octobre 1917 quand les bolchéviques prirent le pouvoir (le 25 octobre correspond au calendrier julien, le calendrier grégorien donnant le 7 novembre 1917, la Russie adoptant ce dernier en 1918).

Ce changement de nom précède la modernisation du cuirassé qui est ainsi immobilisé du 27 juin 1925 au 23 mars 1926 pour une remise en état qui précède une véritable modernisation qui à lieu du 12 octobre 1931 au 4 août 1934. Les superstructures sont modernisés, de nouveaux télémètres et une nouvelle conduite de tir sont installées, le blindage est renforcée, la DCA reçoit six canons de 76.2mm, les 25 chaudières d'origine sont remplacées par douze chaudières au mazout prévues à l'origine pour le croiseur de bataille Izmail de classe Borodino.

Quand la seconde guerre mondiale éclate le 3 septembre 1939, l' Oktyabrskaya Revolutsiya est l'un des trois cuirassés en service dans la marine soviétique. Il participe à la guerre d'Hiver (18 décembre 1939-12 mars 1940) contre la Finlance bombardant les défenses côtières finlandaises apparemment sans grand succès.

Après l'annexion des Etats Baltes, il gagna Tallinn, actuelle capitale de l'Estonie mais cette escapade est de courte durée puisqu'il subit un carénage à Kronstadt en février-mars 1941, carénage qui voit notament le renforcement de la DCA avec deux affûts doubles de 76.2mm, douze canons antiaériens de 37mm et 12 mitrailleuses de 12.7mm (quatre affûts doubles et quatres simples) et l'installation de grues prélevées sur le croiseur allemand Lützow, inachevé et vendu à l'URSS.

Quand les allemands déclenchent l'opération Barbarossa le 22 juin 1944, l' Oktyabrskaya Revolutsiya est à Tallin mais il est obligé de se replier sur Kronstadt devant la foudroyante avance du groupe d'armées Nord. Il ouvrit cependant le feu sur des unités de la 18ème armée le 8 septembre mais fût gravement endommagé le 21 octobre par trois bombes ce qui l'obligea à gagner le chantier Ordzhonikidze deux jours plus tard pour remise en état.


L'Octobre Rouge tirant pendant le Siège de Leningrad

Réparé et la DCA renforcée par quatre canons de 37mm et un autre affût double de 76.2mm, il continue à appuyer les défenses de Leningrad ce qui lui vaut d'être à nouveau endommagé par des Heinkel He111 du KG-4 qui dans la nuit du 4 au 5 avril 1942 placent une bombe lourde et trois autres plus légères suivis de trois autres bombes le 24 avril 1942.


L'Octobre Rouge à la mer

Le cuirassé soviétique à cependant la peau dure et il est réparé jusqu'en novembre 1942, réparations qui sont encore l'occasion de renforcer la DCA (un affût quadruple de 37mm). Il participe au dégagement de Leningrad en janvier 1944 ainsi qu'à l'appui dans le golfe de Finlande. Il est décoré de l'ordre du Drapeau Rouge le 22 juillet 1944.

Reclassé cuirassé-école le 24 juillet 1954, il est désarmé et rayé le 17 février 1956. Son démantelement ne sera pas un modèle de rapidité puisqu'une partie de la coque était toujours à flot en mai 1958.


L'Octobre Rouge à la mer en 1950

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 23:04

Le Petropavlosk

Le Petropavlosk à quai à Helsingfors

Présentation

-Le Petropavlosk est mis sur cale aux chantiers Baltique de Saint Petersbourg le 16 juin 1909 lancé le 22 septembre 1911 et admis au service actif le 5 janvier 1915.


Les canons de la forteresse de Petropavlovsk

Le second navire de la classe Gangut est le second navire à porter le nom (le premier navire était également un cuirassé coulé à la bataille de Tsushima, cf l'introduction) de cet épisode peu connu de la guerre de Crimée qui eut lieu il est vrai à plusieurs milliers de kilomètres à l'est, le Siège de Petropavlosk du 28 août au 7 septembre 1854 qui vit une petite escadre franco-britannique échouer à s'emparer de la ville défendue pourtant par une garnison aux effectifs trois fois inférieurs, les russes durent d'ailleurs se retirer après cette victoire, faute d'effectifs suffisants pour tenir sérieusement la ville.


Cuirassé Petropavlosk

Carrière opérationnelle

Le Petropavlosk devenu Marat dans sa configuration initiale

Le Petropavlosk participa avec son sister-ship Gangut à la couverture d'une mission de mouillage de mines les 10/11 novembre et 6 décembre 1915 mais resta à quai durant toute l'année 1916. Comme le reste de la flotte de la Baltique, il se rallia au gouvernement provisoire issu de la Révolution de Février dont la nouvelle l'atteignit à Helsingfors le 16 mars 1917.

Le traité de Brest-Litovsk obligeant le gouvernement soviétique à évacuer la Finlande, le Petropavlosk et ses sister-ship appareillèrent le 12 mars 1918, servant de brise-glaces improvisés pour les navires plus légers avant d'arriver à Kronstadt cinq jours plus tard le 17 mars 1918.

Seul cuirassé opérationnel au main des sovietiques, le Petropavlosk fût ainsi engagé dans la guerre civile contre les Blancs soutenus par les puissances occidentales. Le 1er juin 1918, le destroyer Azard et d'autres navires plus petits sortirent à pleine vitesse de Kronsdat pour attaquer le HMS Walker qui semblait opérer seul.

Le destroyer britannique ne l'était pas et quanf d'autres destroyers furent observés, le destroyer sovietique courageux mais pas téméraire battit en retraite, couvert par le cuirassé qui endommagea légèrement le destroyer qui se replia pour éviter l'artillerie côtière et les champs de mines.

En mars 1919, en compagnie du prédreadnought Andrei Pervozvanny, le Petropavlosk bombarda le fort de Krasnaya Gorka dont la garnison s'était mutinée contre les Bolchéviks. Il tira un total de 568 obus de 305mm et la garnison se rendit le 17 juin 1919 avec la promesse d'avoir la vie sauve mais Trotsky ne tint pas parole et les mutins furent exécutés à la mitrailleuse.

Le 17 août 1919, les britanniques prétendirent avoir endommagé le cuirassé par une attaque de vedette lance-torpilles mais le cuirassé sortit indemne de cet assaut. En mars 1921, l'équipage du cuirassé participa à la rébellion de Kronstadt menée depuis le bastion de la révolution de 1917, les exigences des révoltes étant d'ailleurs connues sous le nom de «résolutions du Petropavlosk» qui demandait notament un retour aux idéaux de 1917. La révolute fût sévèrement réprimée (7 au 19 mars) mais Lénine avait senti que l'alerte avait été chaude et cela le poussa à lancer la NEP (Nouvelle politique économique).


Jean Paul Marat

L'équipage du cuirassé est sèvèrement épuré et pour effacer toute trace de rébellion, le cuirassé est rebaptisé Marat (du révolutionnaire français d'origine suisse Jean Paul Marat [1743-1793], député Montagnard, fondateur du journal l'Ami du peuple et qui mouru assassiné le 13 juillet 1793 par Charlotte Corday).


Le Marat après modernisation

Le Marat est partiellement modernisé de la fin 1928 au 8 avril 1931 dans son chantier constructeur avec notamment une reconstruction de ses superstructures avants pour installer une nouvelle conduite de tir, la cheminée avant est rehaussée, une grue est installée pour embarquer un hydravion mais le cuirassé ne recevra jamais de catapulte, les tourelles de 305mm sont remises en état, les tubes des canons sont changer, les chaudières d'origine remplacées par des chaudières fonctionnant au mazout, le blindage fût également renforcé. Une autre modernisation était prévue mais fût rendue caduque par l'attaque allemande.

En 1937, le Marat représenta l'Union Soviétique à la revue navale de Spithead destinée à célébrer le couronnement de George VI le 20 mai 1937.

Il participa à la guerre d'Hiver contre la Finlande, bombardant notament Saarenpää avec 133 obus et comme ses sister-ship, sa DCA fût sans cesse renforcée avec notamment des canons de 76.2mm et de 37mm.

Après un court déploiement à Tallin, le cuirassé regagna Kronstadt le 20 juin 1941, deux jours avant l'attaque allemande. Comme le reste de la flotte de la Baltique, le Marat fût bloqué dans ses bases et le cuirassé devint une simple batterie flottante. Il bombarda ainsi la 18ème armée le 8 septembre et fût endommagé par des canons de 150mm allemands le 16 septembre 1941.


Le cuirassé Marat en 1939 au temps de sa splendeur

Le 23 septembre 1941, le Marat est attaqué par des Stuka dont est piloté par le célèbre Hans-Ulrich Rudel qui allait devenir plus tard une légende de la lutte antichar. Deux nombes d'une tonne explose à proximité du navire mais le souffle déclenche par sympathie l'explosion de la soute avant, la tourelle fût littéralement explusé et l'avant sérieusement endommagé, le navire coulant en eaux peu profondes pendant que 326 marins étaient tués.

L'arrière du navire est sommairement remis en état pour être utilisé comme batterie flottante même si des canons de 120mm furent débarqués. Les trois tourelles restants tirèrent un total de 1971 obus de 305mm durant le siège de Leningrad.

Retrouvant son nom originel le 31 mai 1943, il aurait du être après guerre réparé en utilisant l'étrave de son sister-ship Frunze mais ce plan fût officiellement abandonné le 29 juin 1948. Rebaptisé Volkhov le 28 novembre 1950, il sert de ponton d'entrainement jusqu'à son désarmement le 4 septembre 1953 qui est suivi d'un rapide démantelement.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 23:17

Le Sevastopol

Le cuirassé Parizkaya Kommuna

Présentation

-Le Sevastopol est mis sur cale aux chantiers navals Baltique le 16 juin 1909 lancé le 10 juillet 1911 et admis au service actif le 30 novembre 1914 avec pour base Helsingfors (auj. Helsinki)


Tableau représentant le Siège de Sébastopol

Le troisième navire de classe Gangut est le premier navire de la marine russe à porter le nom de ce port militaire de Crimée ou plus précisement le Siège de Sebastopol, du 17 octobre 1854 au 9 septembre 1855, principal événement de la guerre de Crimée opposant d'un côté la France, la Grande Bretagne, l'empire Ottoman et la Russie de l'autre côté.


Le cuirassé Sevastopol de classe Petropavlosk

Carrière opérationnelle

Après avoir couvert une opération de mouillage de mines avec le Gangut au sud de Liepaja le 27 août, il s'échoua le 10 septembre 1915 ce qui l'obligea à rester immobilisé pour réparations pendant deux mois.

Le 17 octobre 1915, une demi-charge de poudre prit feu dans le magasin avant ce qui obligea les marins russes à le noyer pour éviter l'explosion ce qui n'empêcha pas la mort de deux marins pendant qu'un certain nombre étaient victimes de brulures.

Son activité est quasi-nulle en 1916 mais il heurte deux rochers sous-marins ce qui provoque heureusement des dommages limités. Le 16 mars 1917, son équipage se mutine à l'annonce de la Révolution de Février.

Après la prise de pouvoir par les bolchéviques, ces derniers se retirèrent de la guerre par le traité de Brest-Litovsk qui imposa aux russes l'évacuation de la Finlande et donc de la base d'Helsingfors au mois de mars 1918.

L'équipage du Sevastopol se rallia la rébellion de la base navale de Kronstadt en mars 1921, ses canons ripostant aux tirs des forces du général Tchoukatchevisky. Trois obus de 12 pouces touchèrent le cuirassé qui tua ou blessa 102 marins.


Une barricade de la Commune de Paris le 29 mai 1871, jour de la fin de cette révolte

La rébellion réprimée, l'équipage fût sévèrement purgé et le navire rebaptisé Parizskaya Kommuna (Commune de Paris, en référence à l'insurrection de Paris du 18 mars au 28 mai 1871 dont la semaine sanglante du 21 au 28 mai quand les «Versaillais» reprirent la ville en menant une répression impitoyable) le 31 mars 1921. Après plusieurs carénages, il est remis en service le 17 septembre 1925.

Il est à nouveau modifié en 1928 pour être transféré en mer Noire : la cheminée avant est agrandie et la partie supérieure est penchée pour protéger les systèmes de conduite de tir qui sont d'ailleurs modernisés, la proue est modifiée pour améliorer sa tenue à la mer.

Il quitta Kronstadt le 22 novembre 1929 en compagnie du croiseur léger Profintern, une traversée difficile avec une terrible tempête dans le golfe de Gascogne et le cuirassé du gagner Brest pour réparations. Les deux navires arrivèrent à Sebastopol le 18 janvier 1930 et le jour même, le Parizhskaya Kommuna devint le navire amiral de la flotte de la Mer Noire.

De 1930 à 1933, il reçut une catapulte Heinkel installée sur la tourelle III qui fût débarquée en novembre 1933 quand commença une véritable reconstruction (la catapulte fût installée sur le croiseur lourd Krasnyi Kavkaz) inspirée de celle réalisée sur l'Oktyabrskaya Revolyutsiya mais en plus intensive encore.

Les superstructures furent modifiées, le mat principal est renforcé, la fausse étrave est remplacée par une véritable nouvelle étrave, les chaudières d'origine sont remplacées par les chaudières à mazout prévues pour les croiseurs de bataille de classe Borodino, l'espace gagné étant utilisé pour un nouvel bulkhead.

Les tourelles sont modernisées pour augmenter la cadence de tir (nouveaux élévateurs) et la portée (angle de pointage porté à 40°), la DCA est modernisée avec des canons de 45 et de 76.2mm mais également des mitrailleuses, la conduite de tir est modernisée.

La première phase de modernisation s'acheva en janvier 1938 mais tous les problèmes n'étaient pas résolus comme une stabilité déficiente qui ne fût corigée qu'en 1939 avec l'adjonction de bulges anti-torpilles qui augmentaient le tirant d'eau du cuirassé mais le rendait infiniment plus stable. Ce qui permit une amélioration de la protection et une modernisation de la DCA avec 16 canons de 37mm à la place des canons de 45mm. Quatre canons de 120mm sont débarqués avant l'attaque allemande du 22 juin 1941.


Vue de la poupe du Paryzkaya Kommuna

Quand l'opération Barbarossa est déclenchée, le Parizhskaya Kommuna se trouvait à Sebastopol mais le 30 octobre, il du gagner Novorossiysk pour échapper aux unités de l'Axe chargées de prendre la grande base navale soviétique en mer Noire.

Faute d'adversaire naval à sa mesure à affronter, le cuirassé appuya les forces soviétiques avec ses douze canons de 305mm d'abord pour ralentir les forces navales allemandes puis appuyer les forces soviétiques qui reprenaient par intermitence l'offensive.

Après des derniers tirs contre Feodosiya du 20 au 22 mars, le cuirassé, ses canons usés jusqu'à la corde regagna Poti pour remplacer les tubes. Les soviétiques avaient cependant perdu des croiseurs et des destroyers sous les coups de la Luftwafe et ne voulait pas perdre une unité aussi importante.

Retrouvant son nom original le 31 mai 1943, il resta à Poti jusqu'à la fin de l'année 1944 quand il mena le long convoi des grandes unités de la flotte de la mer Noire de retour à Sebastopol le 5 novembre 1944. Grâce au prêt-bail, il reçut deux radars de veille aérienne type 290 et 291 de conception et de fabrication britannique. Il reçut l'ordre du Drapeau Rouge le 8 juillet 1945.


Le Sevastopol en 1950

Reclassé cuirassé-école le 24 juillet 1954, il est désarmé et rayé des registres le 17 février 1956 puis promptement démantelé à Sebastopol en 1956 et 1957.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 23:33

Le Poltava

Le Poltava à la mer à pleine vitesse

Présentation

-Le Poltava est mis sur cale aux chantiers Amirauté de Saint Petersbourg le 16 juin 1909 lancé le 23 juillet 1911 et admis au service actif le 30 décembre 1914 avec pour base Helsingfors. A noter qu'en achèvement en octobre 1914, il est endommagé par son sister-ship Gangut.


Tableau représentant la bataille de Poltava

Le cuirassé de classe Gangut est le troisième navire de la marine russe à porter le nom de la Bataille de Poltava le 8 juillet 1709 en Ukraine entre l'armée russe et l'armée suédoise appuyée par les cosaques. La victoire des armées de Pierre le Grand mit à terme aux espoirs d'indépendance de l'Ukraine et au statut de grande puissance de la Suède.


Le cuirassé Poltava futur Tango futur Chesma

Le premier fût un navire de ligne de 54 canons en service de 1712 à 1732 comme navire amiral de la flotte de la Baltique. Le second est admis au service actif en 1897 avec pour base Port Arthur. Il participa à la bataille de la mer Jaune en 1904 durant la guerre russo-japonaise mais réfugié à Port Arthur, il y fût coulé par les japonais. Relevé en octobre 1905 et remis en service dans la marine japonaise sous le nom de Tango, il fût retrocédé à la marine russe le 4 avril 1916 et rebaptisé Chesma. Capturé par les britanniques en 1923, il est aussitôt démantelé.

Carrière opérationnelle

La plage avant du Poltava en 1913

Bien qu'admis en décembre 1914, le Poltava est loin d'être opérationnel puisque la mise en condition est perturbée par un hiver rude à la glace épaisse. Il ne joua comme le reste de la flotte russe qu'un rôle mineur, devant simplement empêché une éventuelle percée de la Kaiserliche Marine dans le Golfe de Finlande ce que la marine allemande ne tenta jamais si tant est qu'elle en est eu un jour l'intention.

Il s'échoua en juin 1916 mais cet échouage ne provoqua que de faibles dégâts. Comme le reste de la flotte, il se rallia à la Révolution de Février en mars 1917 et un an plus tard, évacua la base d'Helsingfors suite au traité de Brest-Litovsk.

En raison d'un manque d'équipage, il fût mis en réserve à Petrograd en octobre 1918. Le 24 novembre 1919, il fût sévèrement endommagé par un incendie qui se déclencha dans les chaudières avant. Sa remise en état ne fût pas envisagé et il fût cannibalisé pour ses trois sister-ship.


Autre photo du Poltava à la mer

Tout comme le croiseur de bataille Izmail de classe Borodino, on envisagea sa transformation en porte-avions au profit de la flotte de la mer Noire mais ce projet fût rapidement abandonné en raison de l'état de l'économie soviétique.


Mikhail Frunze

Finalement, on décida de le remettre en état. Les travaux commencés en 1925 mais le 15 février 1926, les fonds étaient déjà épuisés alors que les travaux n'étaient réalisés qu'à 46.5%. Le 7 janvier 1926, il fût rebaptisé Frunze (de Mickael Frounze [1885-1925], l'un des leaders militaires du parti bolchévique qui remplaça Trotsky à la tête de l'armée Rouge le 26 janvier 1925. Il est mort des suites d'une opération le 31 octobre 1925 mais certains y ont vu la main de Staline qui aurait voulu se débarasser d'un rival encombrant).

Plusieurs projets de modernisation alternative sont envisagés mais le projet de modernisation est abandonné le 23 janvier 1935 et celui de le transformer en batterie flottante le 9 juillet 1939. Le cuirassé est désormais utilisé comme ponton, privé de toute pièce utilisable.

Le démantelement commença le 1er décembre 1940 mais n'était pas achevé quand les allemands attaquèrent. Il fût alors remorqué à Kronstadt et échoué à proximité de la base navale soviétique.

Durant le siège de Leningrad, il fût utilisé comme bâtiment-base pour des petites unités. Il remorqué à Leningrad le 31 mai 1944 et son démantelement commence en 1949. Deux de ses tourelles de 305mm furent réutilisées pour reconstruire la batterie Maksim Gor'kii I à Sebastopol, batterie qui resta opérationnelle jusqu'en 1997.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 23:37

IMPERATRITSA MARYIA ET BORODINO, LES COMPERES DES GANGUT

Cuirassés classe Imperatritsa Maryia

Le cuirassé Imperatritsa Maryia

En 1910, la Russie apprit que l'Empire Ottoman envisageait la commande de cuirassés de type dreadnought à la Grande Bretagne. La rumeur se révéla fausse sur le moment mais cela n'empêcha pas la marine russe de prendre la décision de construire trois cuirassés pour la flotte de la mer Noire, des cuirassés inspirés de la classe Gangut mais de taille plus réduite.

-L'Imperatritsa Maryia est mis sur cale aux chantiers Russud de Nikolaïev le 30 octobre 1911 lancé le 19 octobre 1913 et admis au service actif le 10 juin 1915. Il affronte à plusieurs reprises des navires ottomans mais est victime d'une explosion de ses soutes à munitions le 20 octobre 1916. Il est relevé, ses tourelles utilisées pour la défense côtière et la coque démantelée dans le courant des années vingt.

-L'Imperatritsa Ekaterina Velikaya est mis sur cale aux chantiers Onziv de Nikolaïev le 30 octobre 1911 lancé le 6 juin 1914 et admis au service actif le 8 octobre 1915. Il affronte à plusieurs reprises les forces ottomanes notament le Yavuz (ex-Goeben). Rebaptisé Svobodnaya Rossia (Russie Libre) le 9 avril 1917, il doit gagner Sebastopol pour Novorossiysk le 30 avril 1918 alors que les allemands approchent de la ville.

Il aurait du être livré aux allemands dans le cadre du traité de Brest-Litovsk mais les russes préfèrent le détruire, lançant quatre torpilles mais si une seule toucha le cuirassé, elle fût suffisante pour provoquer son naufrage. Dans les années vingt et trente, on récupéra les obus de 305mm et du matériel sans chercher à relever l'épave.

-L'Imperator Aleksandr III est mis sur cale aux chantiers navals Russud de Nikolayev le 30 octobre 1911 et lancé le 15 avril 1914. Rebaptisé Volia (Liberté) le 29 avril 1917, il est mis en service seulement le 17 juillet 1917. Suite au traité de Brest-Litovsk, il est cédé à la marine allemande le 19 juin 1918 qui le cède à la marine britannique le 24 novembre 1918 qui le rend à la marine blanche le 1er novembre 1919 qui le rebaptisé General Alekseyev mais ce dernier est désarmé dès le 29 décembre 1920 à Bizerte.En octobre 1924, la France proposa à l'Union Soviétique de le lui rester mais Moscou déclina l'offre. Il est démoli en 1936 et les canons cédés à la Finlande mais une partie est capturée par les allemands lors de l'invasion de la Norvège et certains canons finlandais seront repris par les soviétiques.

Caracteristiques Techniques de la classe Imperatritsa Maryia

Déplacement : standard 23789 tonnes

Dimensions : longueur 168m largeur 27.43m tirant d'eau 8.36m

Propulsion : quatre turbines à engrenages Brown-Curtis alimentées en vapeur par 20 chaudières Yarrow dévellopant 26000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 21 noeuds distance franchissable 1640 miles nautiques à 21 noeuds

Protection : ceinture blindée 125 à 262.5mm pont blindé 9 à 50mm tourelles 250mm barbettes 250mm bloc-passerelle 300mm

Armement : douze canons de 305mm en quatre tourelles triples (une avant, deux centrales et une arrière) 18 canons de 120mm, 4 canons de 76.2mm antiaériens, 4 tubes lance-torpilles de 450mm sous-marins

Equipage : 1154 officiers et marins


Croiseurs de bataille classe Borodino

Lancement du croiseur de bataille Izmail

Dans le cadre de la reconstruction de leur marine après la guerre russo-japonaise, les amiraux russes décidèrent de s'équiper d'une division de «croiseurs cuirassés rapides» destinés à attaquer la flotte ennemie en utilisant comme avantage sa vitesse supérieure. Là encore, on retrouve les traces de la bataille de Tsushima où l'amiral Tojo avait triomphé de la flotte russe en utilisant sa vitesse supérieure. C'est l'acte de naissance de la classe Borodino.

-Le Borodino est mis sur cale aux chantiers de l'Amirauté à Saint Petersbourg le 19 décembre 1913 lancé le 1er juillet 1915. Les travaux étaient achevés à 65% pour la coque quand leur construction fut suspendue le 28 avril 1917.

L'achèvement fût un temps envisagé par les soviétiques mais le manque de moyen provoqua l'abandon des travaux et la coque dût vendue à un chantier de démolition allemand en 1922 et démantelée en 1923.

-Le Izmail est mis sur cale aux chantiers Baltique à Saint Petersbourg le 19 décembre 1913 lancé le 27 juin 1915. Il est achevé à 57% quand les travaux sont suspendus le 28 avril 1917. L'achèvement est envisagé par les soviétiques tout comme sa transformation en porte-avions mais le projet est abandonné et la coque démolie en 1931.

-Le Kinburn est mis sur cale aux chantiers Baltique de Saint Petersbourg le 19 décembre 1913, lancé le 30 octobre 1915. Il est achevé à 52% quand les travaux sont suspendus le 28 avril 1917. La coque est vendue à la démolition en Allemagne 1922 et promptement démantelée.

-Le Navarin est mis sur cale aux chantiers de l'Amirauté de Saint Petersbourg le 19 décembre 1913 lancé le 9 novembre 1916. Il est achevé à 50% quand les travaux sont suspendus le 28 avril 1917. Son achèvement ayant été abandonné, la coque est vendu à la démolition en Allemagne en 1922 et promptement démantelée.



Caracteristiques Techniques de la classe Borodino

Déplacement : standard 33022 tonnes pleine charge 37234 tonnes

Dimensions : longueur 223.85m largeur 30.5m tirant d'eau 8.81m

Propulsion : quatre turbines à engrenages alimentées en vapeur par 25 chaudières Yarrow dévellopant 66000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 26.5 noeuds distance franchissable inconnue

Protection : ceinture 125 à 237.5mm bulkheads 75 à 300mm bloc-passerelle 300 à 400mm barbettes 147.5 à 247.5mm tourelles 300mm pont blindé 37.5 à 75mm

Armement : 12 canons de 356mm de 52 calibres répartis en quatre tourelles triples (une avant, deux centrales de part et d'autre de la cheminée n°2 et une arrière), 24 canons de 130mm en casemates, 4 canons de 65mm AA et 6 tubes lance-torpilles de 450mm

Equipage : 1174 officiers et marins

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 25 Oct 2010, 23:54

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE LA CLASSE GANGUT


Déplacement : standard 24800 tonnes pleine charge 26692 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 181.2m (entre perpendiculaires) 180m largeur 26.9m tirant d'eau 8.99m

Propulsion : dix turbines à engrenages Parsons répartis en trois compartiments installés entre les tourelles III et IV alimentées en vapeut par 25 chaudières Yarrow Admiralty à petits tubes pouvant fonctionner avec du mazout ou du charbon dévellopant 42000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 24.1 noeuds distance franchissable 3500 miles nautiques à 10 noeuds

Protection : ceinture blindée 125 à 225mm pont blindé 12 à 50mm tourelles 76 à 203mm barbettes 75 à 150mm bloc-passerelle 100 à 254mm

Armement :

Tourelle triple d'un cuirassé classe Gangut

-12 canons de 305mm Obukhovskii modèle 1907 en quatre tourelles triples. Ce canon de 52 calibres tire des obus explosifs de 470kg (modèle 1911) ou de 314kg (modèle 1928) à une distance maximale de 24620m avec les obus premier modèle et de 34020m pour les obus modèle 1928 et à raison de 1.8 coups par minute.


Canon de 305mm en usine

La tourelle triple (ultérieurement baptisée Mk 3-12) pèse 780 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -5° à +25° à raison de 3 à 4° par seconde et en azimut sur 310 ou 360° à raison de 3.2° par seconde. Les Gangut modernisés pouvaient pointer en site de -5° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 310 à 360°. 1200 obus sont embarqués soit 100 par canons.


Canon de 120mm équipant les Gangut

-16 canons de 120mm modèle 1905 en seize casemates simples. Ce canon de 50 calibres peut tirer des obus semi-perforants de 28.97kg, explosifs à 20.48kg et semi-perforants modèle 1928 de 26.3kg à des distances maximales respectives de 13718m (+19.5°), 10431m (+22°) et 17010m (+20°) à raison de sept coups par minute.

L'affût simple sous casemate pèse 8.75 tonnes, pouvant pointer en site de -10° à +20° à raison de 3.5° par seconde et en azimut sur 180° à raison de 6 à 8° par seconde. La dotation en munitions est de 250 obus par canon soit un total de 4000 obus.


Canon de 76mm modèle 1915

-3 canons de 76mm modèle 1915. Ce canon de 30 calibres tire des obus de 6.5kg à une distance maximale pratique de 5800m à raison de 10 à 12 coups par minute. L'affût simple original peut pointer en site de -5° à +65° à raison de 2° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 3.6° par seconde.

-4 tubes lance-torpilles de 450mm sous-marins

La DCA fût renforcée durant l'entre-deux guerre :


Canon de 76.2mm modèle 34-K

-L'Oktyabrskaya Revolutsiya reçoit à la place des canons de 76.2mm d'origine 6 canons de 76.2mm modèle 1935 en affûts simples 34-K et quatre en deux affûts doubles 81-K suivi d'un autre durant le conflit. Il reçoit également un total de 20 canons de 37mm.

-Le Marat reçoit 3 canons de 76.2mm modèle 1935 en affûts simples 34-K et quatre autres en deux affûts doubles 81-K. Il reçoit également 6 canons de 37mm

-Le Sevastopol reçoit 6 canons de 45mm à place de ses trois canons de 76.2mm d'origine qui sont eux même remplacés par 16 canons de 37mm. 3 canons de 76.2mm modèle 1935 en affûts simples sont également installés

Le canon de 76.2mm modèle 1935 est un canon de 55 calibres tirant des obus de 11.5kg dont la portée maximale efficace en tir antiaérien est de 4000m et la cadence de tir est de 15 à 18 coups pour les affûts simples et 12 à 20 pour les affûts doubles.

L'affût simple appelé 34-K pèse 4.95 tonnes pouvant pointer en site de -5° à 85° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 12° par seconde. La dotation en munitions est inconnue

L'affût simple appelé 81-K pèse 12 tonnes pouvant pointer en site de -5° à +85° à raison de 10° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 18° par seconde. La dotation en munitions est inconnue.


Canon de 45mm modèle 1934

Le canon de 45mm modèle 1934 est un canon de 45 calibres tirant des obus explosifs de 2.89kg dont la portée maximale efficace en tir antiaérien est de 5000m (+45°) et la cadence de tir est de 25 à 30 coups par minute.

L'affût simple 21-K pèse 507kg, pouvant pointer en site de -10° à +85° à raison de 10 à 20° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 10 à 18° par second.

Le canon de 37mm modèle 1941 est un canon de 67 calibres tirant des obus de 1.5kg à une distance maximale pratique de 4000m à raison de 150 coups par minute pour l'affût simple, 145 coups par minute pour l'affût double et 400 à 500m pour l'affût quadruple.


Canon de 37mm en affût double 66-K

L'affût simple 70-K pèse 1350kg, permettant au canon de pointer en site de -10° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 360° par 19.6° par seconde. L'affût double 66-K pèse 7320kg, permettant aux canons de pointer en site de -10° à +85° à raison de 20° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 20° par seconde. L'affût quadruple 46-K pèse 18300kg permettant aux canons de pointer de -10° à +85° à raison de 15° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 20° par seconde.

Aviation : Catapulte Heinkel sur la tourelle III pour le Sevastopol installée de 1930 à 1933. Les autres ne reçurent jamais cet équipement

Equipage : 1230 officiers et marins

SOURCES

-Jean Moulin Les cuirassés de la seconde guerre mondiale en images

-Claude Huan La flotte Rouge

-Navires et histoire n°27 décembre 2004 «La guerre en Baltique 1944-1945» p81-92

-Navires et histoire n°28 février 2005 «La guerre en Baltique septembre 1944-mars 1945» p77-92

-Ressources internet diverses

-Photos et un PdF de l'ami Vautour


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CROISEURS LOURDS CLASSE FURUTAKA


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 10:09

Très interessant ton historique Clauss!

C'est vrai c'est tout de même paradoxal qu'un pays avec des accès à la mer aussi problématique se soit doter, à un moment donner, de la deuxième marine du monde (voir la première), tout comme l'Allemagne de Guillaume II!
Au final L'URSS, c'est ruiner avec une flotte qui aurait été incapable de gagner une guerre conventionnel de longue duré, face à L'US.Navy (et à ses allier)!

Les schémas et les photos représentant les gangut dans leurs dernière configuration, manque pas de saveur!
En sent qu'il y avait gros manque de place sur le pont pour rajouter des nouvelles superstructures, comme sur la plupart des Dreadnought ou les ingénieurs n'avaient pas osé adopter les tourelles superposé!
Résultat des courses, cela débordait de partout, comme l'opéra Garnier! Laughing

Merci Clauss!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 11:46

Mais de rien mon cher Frédéric. La configuration des Gangut me rappelle celle du Dante Alighieri mais de mémoire il me semble que le cuirassé italien était plus grand. C'est en faisant cet article que j'ai découvert le cousin méridional des Gangut et les Borodino. Peut que je ferrai un jour une version mise à jour de mon article sur les cuirassés non construits et que je parlerai des CB classe Borodino et des Ersatz Monarch austro-hongrois.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 12:14

Bel article, même si perso je trouve les Gangut très moches. J'ai bien aimé aussi le "Vize Admiral Popov", on dirait une soucoupe volante (ou plutôt flottante en l’occurrence). Pour les Dante Alighieri il me semble qu'ils ont 1 tourelle double et 1 triple à l'avant et à l'arrière, et 1 triple au milieu, soit 13 canons au total.

Citation :
C'est vrai c'est tout de même paradoxal qu'un pays avec des accès à la mer aussi problématique se soit doter, à un moment donner, de la deuxième marine du monde (voir la première), tout comme l'Allemagne de Guillaume II!
Au final L'URSS, c'est ruiner avec une flotte qui aurait été incapable de gagner une guerre conventionnel de longue duré, face à L'US.Navy (et à ses allier)!

La flotte est à la fois un instrument de prestige (ca me rappelle la discussion autour des Tegethoff austro-hongrois) et un moyen de projection de puissance. Qu'une superpuissance comme l'URSS n'aient pas disposé d'une flotte capable d'intervenir partout dans le monde (pas forcément contre l'US Navy et ses alliés) auraient été un camouflet pour la puissance soviétique.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 13:21

Non le Dante Alighieri avait quatre tourelles triples sauf que les deux centrales n'étaient pas séparées par une cheminée. Ce sont les Cavour et les Andrea Doria qui avaient deux tourelles triples et deux tourelles doubles. Si l'URSS n'à pas possédé une flotte océanique c'est moins pour des raisons purement technique que pour des raisons politiques, Staline ne savait pas ce qu'il voulait et quand des ingénieurs ne réussissaient, ils étaient envoyés au goulag, c'est pas vraiment un climat propice à dévelloper une marine efficace.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 14:29

Citation :
Non le Dante Alighieri avait quatre tourelles triples sauf que les deux centrales n'étaient pas séparées par une cheminée. Ce sont les Cavour et les Andrea Doria qui avaient deux tourelles triples et deux tourelles doubles

wooops, petite confusion de ma part Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Sam 30 Oct 2010, 14:34

Eagle_Eye a écrit:
Bel article, même si perso je trouve les Gangut très moches. J'ai bien aimé aussi le "Vize Admiral Popov", on dirait une soucoupe volante (ou plutôt flottante en l’occurrence).
Cette classe de monitor était d'ailleur un parfait raté, complètement inapte au combat:
D'après Gino Galuppini ("Le guide des cuirassés", 1981) ces navires tournaient sur place, sous le recul de leurs propre canon! (malgré l'action crontraire des hélices) en plus d'être de mauvais marcheur !

Bref un navire digne des trouvailles de Gaston Lagaffe!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Dim 09 Déc 2012, 09:22

Excellent article.
Cependant, vous devez corriger les signatures des photos.
Cuirassé "Octobre Rouge", comme vous l'avez écrit sous les photos dans la marine russe n'a jamais été.
Croiseurs noirs flotte de la mer étaient "Red Crimée", "rouge Caucase", "Rouge Ukraine».
"Octobre Rouge" (anciennement "Fiable") - est une canonnière de la Flotte du Pacifique.

En images cuirassé «Oktyabrskaya Revolutsiya» (Révolution d'Octobre).
Revenir en haut Aller en bas
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15478
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Dim 09 Déc 2012, 09:52

Je me joint à and-kors pour dire que cet article est excellent, toutefois il gagnerait en clarté à ne pas traduire les noms des cuirassés; même si ils sont difficiles à écrire pour un occidental.(d'ailleurs, par principe, un nom propre; et c'est le cas; ne se traduit pas)

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 10 Déc 2012, 13:41

Merci pour vos remarques et critiques, c'est ce qui fait avancer. Je n'aurais pas eu ce problème si j'avais ouvert mon coffret Assimil acheté sur un coup de tête en 2004.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15478
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 10 Déc 2012, 13:55

Bonjour Clausewitz; ne prenez pas cette remarque pour une critique; je sais pour avoir étudié ces cuirassés que leurs noms sont épouvantables à écrire pour un occidental, comme je le disais précédemment ; d'ailleurs les noms russes traduits du cyrillique sont souvent écrits avec des variantes notamment avec les I,Y, etc... il n'en reste pas moins que l'article est très intéressant, bravo pour votre travail.

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Lun 10 Déc 2012, 17:01

La critique quand elle est juste et justifiée est toujours positive thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    Mar 11 Déc 2012, 14:10

je l'avais pas vu celui là ... Boulet
façons, pour parler de popov-kasparov et autres gargarine-margarine :)
tu as prevus la vodka pour les traductions russe ?? parait que c'est mieux ^^



jolis bestiaux, les navires de cette époques me feront toujours un peu rire quand je vois le nombre d'armes a bord... et surtout les designs de l'epoques où on toruve une casemate n'importe où, tant qu'il y a un canon possible a mettre sur un sabord ou l'autre... lol!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT    

Revenir en haut Aller en bas
 
RUSSIE CUIRASSES CLASSE GANGUT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» USN CUIRASSES CLASSE COLORADO
» JAPON CUIRASSES CLASSE ISE
» ALLEMAGNE CUIRASSES CLASSE BAYERN
» ITALIE CUIRASSES CLASSE LITTORIO
» ROYAL NAVY CUIRASSES CLASSE NELSON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1860-1921-
Sauter vers: