AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 20:47

LING-TEMCO-VOUGHT A-7 CORSAIR II
(ETATS-UNIS)


Un A-7A Corsair II au catapultage

AVANT-PROPOS

Une présentation des avions d'attaque embarqués de l'US Navy

Prémices

Apparu à la toute fin du premier conflit mondial, le porte-avions est vu comme un vecteur de puissance auxiliaire des cuirassés et des croiseurs de bataille.

Dans la conception d'avant guerre, le porte-avions doit assurer l'éclairage du corps de bataille et doit ralentir la ligne de bataille ennemie à l'aide de bombes et de torpilles.

Les groupes aériens embarqués sont donc composés de chasseurs (abattre les avions d'observation ennemis, protéger la flotte), de bombardiers en piqué et d'avions-torpilleurs.

Selon le schéma imaginé avant guerre par les américains, le chasseur devait assurer la protection du porte-avions et lors des missions d'attaque, protéger les bombardiers en piqué et les avions-torpilleurs en repoussant la chasse ennemie et en neutralisant les pièces de DCA.

Le bombardier en piqué devait ensuite frapper les navires ennemis, les amollir avant que l'avion-torpilleur ne finisse le travail en larguant ses projectiles qui imposant un vol rectiligne à basse altitude et basse vitesse, le rendant terriblement vulnérable.

Une maxime militaire dit que le plan est la première victime de la guerre en raison notamment des frictions et du brouillard de guerre chers à Clausewitz. Les opérations aéronavales n'échapperont pas à cet axiome.

Outre le fait que la «bataille décisive» recherchée n'eut jamais lieu, les assauts aéronavals ne se déroulèrent jamais selon le schéma imaginé, l'exemple le plus parlant étant la bataille de Midway (4-5 juin 1942) où ce sont les bombardiers en piqué qui portent le coup fatal à la flotte japonaise, profitant du massacre par les Zero des avions-torpilleurs Douglas Devastator.

Quatre porte-avions sont coulés et si ce n'est pas ce jour que Tokyo à perdu la guerre, il était évident qu'il ne la gagnerai plus et que la défaite des armées du Mikado n'était plus qu'une question de temps.

En terme d'équipement, l'évolution est phénomènale, la guerre accélérant le dévellopement des avions et les boulversements techniques et technologiques.


Douglas SBD Dauntless

En ce qui concerne les bombardiers en piqué, plusieurs modèles sont en service avec le  Vought Vindicator, le Brewster SBA, le Curtiss SBC Helldiver, le Great Lakes BG et le Northrop BT mais ces appareils sont rapidement remplacés par le Douglas Dauntless qui était le scout bomber standard de la marine américaine quand les Etats-Unis entrent en guerre un certain 7 décembre 1941, le fameux jour d'infamie.


Curtiss SB2C Helldiver

Comme souvent à l'époque, le remplaçant du Dauntless était en dévellopement alors que l'appareil rentrait à peine en service, le Curtiss SB2C Helldiver, un appareil performant mais à la mise au point longue et pénible ce qui lui valut le surnom de «The Beast» (la bête) ou moins flatteur de «Son of Bitch 2nd Class» (fils de pute de 2ème classe).

Après une mise au point très longue (surtout en temps de guerre), le Curtiss SB2C Helldiver se révéla être un appareil performant, d'une redoutable efficacité, appareil qui supplanta le Dauntless après la bataille de la mer des Phillipines (19-20 juin 1944).


Douglas Devastator larguant sa torpille

En ce qui concerne le torpillage, le Douglas Devastator équipe les squadrons VT (V pour plus lourd que l'air T pour torpillage) des porte-avions américains. Rapidement déclassé, il subit des pertes affreusement lourdes à Midway ce qui entraine son retrait précipité du service et l'accélération de la mise en service de son successeur le Grumman Avenger.


Grumman Avenger

Ce dernier sera utilisé jusqu'à la fin du conflit, cessant peu à peu d'être un avion-torpilleur pour servir à la lutte anti-sous-marine, au transport, à l'alerte aérienne avancée..... .

Douglas Skyraider et Martin Mauler, des avions d'assaut polyvalents

Les bombardiers en piqué comme les avions-torpilleurs étaient puissants, efficaces mais avaient aussi leur vulnérabilité notamment vis à vis de la chasse lors de la phase ultime de l'attaque, le piqué pour le premier, le vol rectiligne et le largage de la torpille pour le second.

Pour diminuer cette vulnérabilité, le choix du biplace s'imposait. Un mitrailleur installé en place arrière, disposant d'une ou deux mitrailleuses permettait en théorie d'éloigner la chasse lors des phases de vulnérabilité.

Une DCA de plus en plus puissante, une chasse de plus en plus mordante, laisse penser que le bombardier en piqué et l'avion-torpilleur étaient amenés à être surclassés. De plus, l'aéronavale américaine passe peu à peu de l'attaque de cibles de surface à l'appui-feu des troupes au sol.

Un avion d'attaque polyvalent monoplace suffit donc pour l'ensemble des missions. Cela à également à l'avantage de préserver l'espace contraint d'un porte-avions.

Le 6 juillet 1944, l'US Navy lance un appel à projets pour un avion monoplace d'attaque embarqué destiné à remplacer les Curtiss Helldiver et Grumman Avenger. Plusieurs projets sont lancés mais seuls deux appareils vont être mis en service, le Douglas Skyraider et le Martin Mauler.


Douglas AD-1 Skyraider

Si le second à connu une carrière éphémère en raison de performances limitées et surtout d'un pilotage délicat, le premier est devenu une véritable légende. Conçu par Ed Heinemann (créateur du Dauntless et du Skyhawk), le Skyraider est un appareil trapu à aile basse propulsé par un puissant moteur radial Wright R3350 de 3050ch.

Mis en service fin 1946, l'appareil utilisé originalement pour l'attaque va connaître de multiples déclinaisons, faisant preuve d'une rare polyvalence puisqu'il allait être utilisé pour la reconnaissance, la guerre électronique, l'alerte aérienne avancée, le transport, le remorquage de cibles sans oublier les missions civiles comme la lutte anti-incendie.

3180 appareils sont produits entre 1945 et août 1956 (ou février 1957 selon d'autres sources), appareils utilisés par l'US Navy, les Marines, l'USAF mais également des pays étrangers comme la France (en Algérie pour la lutte antiguerilla), le Sud-Vietnam, le Cambodge, le Gabon, le Tchad _à chaque fois des appareils ex-français_ , la Grande-Bretagne (alerte aérienne avancée en attendant la disponibilité du Fairey Gannet) et la Suède pour la remorquage de cibles.

Participant à la guerre de Corée et à la guerre du Vietnam, le Skyraider se paya le luxe dans ce dernier conflit d'abattre deux Mig-17, ultime coup de griffe du moteur à piston contre le réacteur.

Retiré du service dès les années cinquante par l'US Navy et les Marines pour les missions d'attaque, l'appareil fût utilisé jusqu'en 1968 par l'USAF pour les missions Sandy (CSAR), remplacé alors par un certain A-7 Corsair II.

Caractéristiques Techniques du Douglas Skyraider

Masse : à vide 5429kg à pleine charge 8213kg maximal au décollage 11340kg

Dimensions : longueur 11.84m envergure 15.25m hauteur 4.78m

Motorisation : un moteur radial Wright R-3350-26WA de 2700ch actionnant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 518 km/h à 5500m vitesse croisière 319 km/h distance franchissable 2115km plafond opérationnel 8685m

Armement : 4 canons AN M3 de 20mm dans les ailes avec un total de 800 coups. 3600kg de charge sous quinze points d'attache (un sous fuselage et quatorze sous les ailes)



Martin AM Mauler

Un mot rapide sur le Martin Mauler peu connu en comparaison du Skyraider. Ce monoplan à ailes basses, l'un des plus gros jamais construit est un véritable camion à bombes puisqu'il peut emporter 4850kg de bombes (5737kg aux essais) effectue son premier vol le 26 août 1944 mais n'est mis en service que le 1er mars 1948. Les 151 appareils construits jusqu'en octobre 1949 furent retirés du service dès 1950, ne participant pas à la guerre de Corée. En 1953, les unités de Réserve s'en séparèrent à leur tour.

Caracteristiques Techniques du Martin AM-1 Mauler

Masse à vide : 6557kg Masse à pleine charge 10608kg

Dimensions : envergure 15.24m longueur 12.55m hauteur 5.13m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-4360-4 Wasp Major de 2975ch

Performances : vitesse maximale 591 km/h distance franchissable 2898km plafond opérationnel 9299m

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et quinze points d'attache (quatorze sous les ailes et un sous le fuselage)


Une légende prénommée Skyhawk

La guerre de Corée déclenchée le 25 juin 1950 par l'invasion de la Corée du Sud par les forces nord-coréennes est le premier conflit armé de la guerre froide.

Ce conflit montre l'utilité du porte-avions pour assurer un appui-feu rapide aux troupes au sol, plus rapide et plus souple que celui assuré depuis des bases terrestres, les forces occidentales perdant rapidement le contrôle du territoire, ne conservant qu'une poche autour de Pusan.

A l'époque, l'équipement de l'aviation embarquée est entre deux eaux. Les premiers avions à réaction sont apparus mais leurs performances laissent parfois à désirer, la mise en œuvre de véritables «veaux» étant un casse-tête depuis des ponts d'envol de taille réduite aux équipements dépassés (brins d'arrêt, catapultes hydrauliques).

De plus les avions à réaction si ils sont rapides ont les «jambes courtes» (une autonomie limitée) et une maniabilité perfectible alors que l'appui-feu, le Close Air Support (CAS) impose un avion maniable pouvant «durer» sur zone.

Voilà pourquoi les Chance-Vought Corsair et les Douglas Skyraider font mieux que se défendre dans le domaine de l'attaque au sol et de l'appui aérien rapproché. La guerre de Corée est cependant le chant du cygne du moteur à piston et un avion d'attaque à réaction est nécessaire.

Parallèlement, on s'inquiète aux Etats-Unis d'appareils toujours plus complexes et toujours plus coûteux pour des performances pas toujours au rendez-vous. En réaction se dévellope une école pronant des avions austere, des avions simples mais pouvant être efficaces et surtout pouvant être construits en très grand nombre (tout est relatif) ce qui était un plus en temps de guerre mais également pour fournir aux alliés des Etats-Unis des appareils financièrement accessibles.

Ed Heinemann est partisan de cette école et travailla rapidement sur un avion d'attaque, un avion léger et compact pouvant être mis en œuvre sur de petits porte-avions, un avion qui en réutilisant le maximum de composants disponibles serait bon marché.


En vol, le deuxième Skyhawk de série

Le contrat de dévellopement du Douglas Skyhawk est signé le 21 juin 1952. Deux ans plus tard quasiment jour pour jour, le premier prototype effectue son premier vol (22 juin 1954). Deux ans plus tard, en 1956, l'appareil est mis en service.

Il à donc fallu seulement quatre ans entre la signature du contrat et la mise en service de l'appareil, un délai qui fait rêver les avionneurs et les aviateurs occidentaux.

Le premier squadron de l'US Navy à être opérationnel sur la nouvelle petite merveille de Douglas fût le squadron VA-72 qui reçoit l'appareil dès le mois de septembre 1956. Au total ce sont pas moins de trente-trois squadrons d'attaque de la marine américaine qui utilisèrent cet appareil en compagnie de seize d'unités d'entrainement et de servitude totalement ou partiellement équipées de A-4. A cela s'ajoute treize squadrons de l'US Navy Reserve.

Les Marines ont été également de grands utilisateurs du Skyhawk avec huit squadrons type H&MS, treize squadrons d'attaque type VMA et trois squadrons d'entrainement et de formation (deux VMAT et un VMT).

Utilisé à bord des petits porte-avions de classe Essex _qui ne pouvaient embarquer de F-4 Phantom_ , les Skyhawk vont participer à trois conflits majeurs, le Vietnam sous pavillon américain avec les squadrons de l'US Navy mais également les vingt-quatre squadrons de l'USMC qui employa l'appareil à terre et à bord des porte-avions.

L'appareil commence à être remplacé par le A-7 Corsair II dès 1967 mais les Skyhawk sont toujours là quand le conflit s'achève pour les américains en 1973. Deux ans plus tard, les derniers squadrons actifs de l'US Navy abandonnent le Skyhawk qui va être utilisé pendant encore quelques années par les unités de réserve, la dernière à utiliser l'A-4 l'abandonnant en 1988.

Côté Marines, l'appareil fût utilisé beaucoup plus longtemps par les unités de première ligne, l'A-7 Corsair II n'ayant pas été choisis par les Leathernecks. Le dernier squadron à remplacer le A-4 par le AV-8 Harrier II fût le squadron VMA-131 qui retira du service ses Skyhawk seulement en 1994.

Quand aux TA-4J, ils ne furent remplacés par des T-45 Goswhawk qu'en octobre 1999.

Le deuxième conflit majeur auquel le A-4 Skyhawk fût engagé est la guerre de Kippour ou quatrième guerre israelo-arabe. Après 1967 et l'embargo français, les israéliens se tournèrent davantage vers les américains pour leur équipement en avions modernes, recevant notamment des Skyhawk et des Phantom II qui furent utilisés durant ce conflit déclenché le 6 octobre 1973 mais également pour les différents conflits dans lesquels fût engagé la Heyl Ha Avir jusqu'en 2008 date de son retrait des unités opérationnelles pour les unités d'entrainement. L'appareil à été définitivement retiré du service en septembre 2015.

Enfin le troisième conflit majeur auquel participa le Skyhawk fût la guerre des Malouines (2 avril-14 juin 1982), le A-4 constituant avec le Mirage III et l'IAI Dagger le principal avion d'assaut de la marine mais également de l'armée de l'air argentine.

Les appareils furent engagés depuis la terre ferme, le porte-avions Veinticinco de Mayo restant au port après le torpillage du croiseur léger General Belgrano et la seule tentative d'assaut aérien depuis le porte-avions argentin fût annulée en raison du mauvais temps.

Si les Skyhawk de la marine argentine ne sont plus opérationnels depuis 1988, les Skyhawk de l'armée de l'air argentine sont à ma connaissance toujours en service ce qui en dit long sur la décrépitude de la Fuerza Aera Argentina et vu l'évolution budgétaire des forces armées argentines, cela ne risque pas de changer à court terme.

Actuellement, les seuls autres Skyhawk encore en service sont ceux de la marine brésilienne embarqués sur le Sao Paulo, l'ancien porte-avions français Foch. Recemment modernisés, ils pourraient rester en service jusqu'en 2025 ce qui permettrait au Skyhawk d'attendre une carrière opérationnelle de soixante-neuf ans !

Outre les Etats-Unis, l'appareil à été utilisé par l'Australie, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Koweit, le Brésil, l'Argentine, la Malaisie et Singapour.


Douglas A-4E Skyhawk

Caractéristiques Techniques du Douglas A-4F Skyhawk

Type : Monoplace d'attaque légère/biplace d'entrainement et de contrôle aérien avancé

Masses :  à vide 4750 kg pleine charge : 8318kg  masse maximale au décollage : 11136kg

Dimensions : longueur : 8.38m hauteur : 4.57m envergure : 8.38m
Propulsion : un turboréacteur Pratt & Whitney J52-P8A de 41 kN

Performances :  vitesse maximale : 1077 km/h distance franchissable : 3220kg plafond opérationnel : 12880m taux de montée : 43m/s

Armement :

(interne) Deux canons de 20mm Colt Mk12 avec 100 obus par canons (1000 coups à la minute vitesse initiale :1010 m/s)

Cinq points d'attache pouvant embarquer des missiles air-air AIM-9 Sidewinder, antiradars AGM-45 Shrike, des missiles antinavires Exocet, des missiles air-sol AGM-12 Bullpup et AGM-65 Maverick , des bombes à guidage TV AGM-62 Walleye, des bombes Rockeye Mk.20 Cluster Bomb Unit (CBU sous-munitions) Mk.7/APAM-59 CBU, des bombes lisses Mk.81 de 250 livres (113 kg) et Mk82 de 500 livres (227kg), des bombes nucléaires et des bombes d'exercice Mk.76


Genèse et dévellopement du A-7 Corsair II

La firme Vought : une présentation rapide

En 1917 est créée à Astoria (Etat de New York), une firme nomée Lewins & Vought Corporation qui devient dès 1922, la Chance Vought Corporation quand l'un des cofondateurs, Birdseye Lewis se retira de l'entreprise.

Un ancien ingénieur en chef de la compagnie Wright prénomé Chance M. Vought resta donc seul maitre à bord jusqu'à sa mort d'une scepticémie en 1930 ce qui ne l'empêcha pas d'implanter la firme comme l'un des principaux fournisseurs de la marine et de l'aviation américaine, notamment le Vought VE-7, le premier appareil à décoller et à apponter sur un porte-avions américain (1922).

En 1928, la firme est acquise par le groupe United  Aircraft & Transport Corporation mais garda son identité comme Pratt & Whitney et Boeing.

En 1930, après la mort de son fondateur, la firme Vought déménagea à East Hartford (Connecticut), dépendant en 1934 de United Aircraft Corporation, un groupe issue de la division de United  Aircraft & Transport Corporation.

En 1939, Vought déménagea à nouveau pour Stratford (Connecticut) où la firme fût associée à Sikorsky donna naissance à Vought-Sikorsky Aircraft et c'est sous cette forme que la firme dévellopa le célébrissime Vought F4U Corsair, Vought étant redevenu une division indépendante de UA en 1942.

En 1949, la firme Vought déménagea à nouveau, installant son siège social à Dallas, l'une des usines utilisées par le groupe au cours du second conflit mondial, ce déménagement étant destiné à réduire les risques d'une destruction en cas d'attaque sur la côte est.

Cinq ans plus tard, en 1954, la compagnie quitta le giron de United Aircraft et devint la Chance Vought Aircraft Incorporated à l'époque où la firme commençai à produire et à livrer le Crusader et bientôt son dérivé, l'avion d'attaque Corsair II. Si le Crusader fût retiré du service au milieu des années soixante-dix, le Corsair II resta en service jusqu'en 1991, étant retiré du service après la Guerre du Golfe.  

En 1962, James Ling racheta la firme Vought qui devint le conglomérat Ling-Temco-Vought (LTV), marqua le début de vingt ans de réorganisation, devenant en 1976 Vought Corporation puis en 1983, les activités aéronautiques et missiles furent divisés entre les divisions LTV Aerospace et Defense.

En 1992, enfin, la division aviation de LTV fût rachetée par la firme Northrop & Carlyle Group alors que les activités missiles de LTV étaient rachetées par Loral (qui depuis à intégré le groupe Lockeed Martin). Depuis Vought appartient au groupe Northrop Grumman sous le nom de Voughr Aircraft Industries Incorporated mais ne produit plus d'avions.

Du Crusader au Corsair ou quand un intercepteur devient un avion d'assaut

Le «Mig Master»

Vought F-8A Crusader en vol

La guerre du Vietnam est le dernier conflit où les aviations américaines (armée de l'air et aéronautique navale) affrontèrent un ennemi aussi bien équipé qu'eux avec des chasseurs (Mig 17, Mig 19 Mig 21) qui n'étaient pas des avions en carton et qui firent payer un lourd tribu aux pilotes et aux navigateurs américains.

Cela explique aussi pourquoi deux avions devinrent des légendes de l'Aéronautique au dessus de l'Indochine, le McDonnell F-4 Phantom II _le «Mig Killer»_ et le Vought F8U Crusader, le «Mig Master».

A  l'origine de ce formidable appareil, à l'origine du Mig Master figure une demande de l'US Navy pour un intercepteur supersonique capable d'opérer depuis des porte-avions de taille réduite tout en étant capable de mener un combat tournoyant. Il s'agissait pour les unités de chasse de l'aéronavale américaine de disposer d'un chasseur aussi performant que le futur F100 Super Sabre de l'USAF.

Si les firmes concurrentes décidèrent de navaliser un appareil existant, la firme Vought décida de proposer un avion d'une conception entièrement nouvelle. L'appel d'offre est lancé le 19 août 1952.

Le premier prototype effectua son premier vol sous le nom de XF8U-1 le 25 mars 1955 et après un dévellopement sans problèmes majeurs, l'appareil entra en service au sein de la VF-32 sur la côte est en mars 1957.

1261 Crusader furent produits jusqu'au 25 janvier 1965, les derniers appareils en question étant les 42 Crusader destinés à l'Aéronavale, l'US Navy ayant elle reçut son dernier appareil en septembre 1964.

Les 1216 appareils commandés et livrés à l'US Navy se repartissent en plusieurs versions, 317 F8U-1 (futurs F-8A en 1962) furent suivis par 130 F8U-1E (futurs F-8B) avec des possibilités tous temps, 144 F8U-1P (RF-8A) de reconnaissance, 187 F8U-2 (F-8C) et F8U-2N (F-8D) de chasse de nuit, 286 F8U-2NE (F-8E) et un F8U-1T (TF-8A) biplace. 448 d'entre-eux seront modernisés en versions baptisés RF-8G, F-8L, F-8K,F-8H et F-8J.

L'apogée de la carrière du Crusader est atteinte en 1967. Alors que le «Mig Master» équipait trente squadrons de l'US Navy et des Marines plus vingt de la réserve. Cette apogée fût suivie peu après de son retrait des unités de première ligne.

La raison principale est le désengagement américain du Vietnam et pour corollaire le désarmement des Essex sur lequel il servait de chasseur de défense aérienne. Au cours du conflit vietnamien, les Crusader détruisirent 14 Mig 17 et 4 Mig 21 non sans pertes.

Le dernier pilote qualifié sur Crusader fût formé en août 1975 et neuf mois plus tard, en mai 1976, l'US Navy retira du service son dernier Crusader de chasse. Seule la version de reconnaissance resta en ligne jusqu'en mars 1987 quand il fût son tour retiré du service actif, marquant la fin de la carrière du Crusader.


Vought F-8 Crusader de l'Aéronavale

Deux pays ont utilisé le Crusader. La France fût le seul à utiliser l'appareil à bord de porte-avions en l'occurence les Clemenceau et Foch, 42 appareils étant livrés et utilisés jusqu'en 1999, laissant les porte-avions sans couverture aérienne jusqu'à l'entrée en service en 2001 du Rafale M.
L'autre utilisateur fût l'armée de l'air Philippine de 1977 à 1988, les appareils étant feraillés en 1991 après l'iruption du volcan Pinatubo dont les cendres corrosives n'avaient laissé aucune chance aux appareils.


Vought F-8H Crusader de l'armée de l'air philippine

Caractéristiques Techniques du Chance-Vought F-8J Crusader

Masse :  à vide 8998kg maximale au combat 12153kg maximale au décollage 15875kg

Dimensions : envergure 12.87m longueur 16.61m hauteur 4.80m

Motorisation : un turboréacteur Pratt & Whitney J57-P-420 dévellopant 8900kg de poussée avec pc

Performances : vitesse maximale au niveau de la mer 1226 km/h vitesse maximale 1852 km/h à 11000m Plafond opérationnel 15450m

Armement : quatre canon de 20mm Colt Mk12 approvisionnés chacun à 84 ou 125 obus chacun, quatre missiles Sidewinder et jusqu'à 1814kg de charge militaire (bombes, roquettes, missiles Bullpup).


Le développement du A-7 Corsair II

Plan trois vues du Corsair II. La parenté avec le Crusader est évidente et saute aux yeux

En 1962, l'A-4 Skyhawk n'était en service que depuis seulement six ans mais dans une époque où l'aviation évoluait encore très vite, il fallait prévoir rapidement son successeur.

Cette année là en effet, l'US Navy lança le programme VAX (V = Heavier than air ou plus lourd que l'air et non Vessel comme je l'ai cru trop longtemps A = Attack X = Experimental). Ce programme d'avion embarqué expérimenta muta pour devenir en 1963 le programme VAL ( Heavier than Air Attack Light) ou avion léger d'attaque embarqué.

Dans une époque où les budgets militaires n'étaient pas aussi contraints qu'aujourd'hui, l'US Navy demanda cependant que le nouvel appareil soit basé sur un design existant afin de réduire significativement les coûts de développement. Quatre firmes répondirent à l'appel en l’occurrence Vought, Douglas, Grumman et North American.

La firme Vought décida de partir du F-8 Crusader pour répondre au programme VAL. Le fuselage était plus court, l'aile ne disposa du système d'incidence variable, le nez était plus court et le moteur était dépourvu de post-combustion, lui interdisant les vitesses supersoniques. Tout cela lui donna un air massif et pataud loin de l'élégance du «Crouze» comme si un pur-sang avait donné naissance à un cheval de labour.

Le 11 février 1964, le projet Vought est déclaré vainqueur. Le 19 mars, la compagnie reçut un contrat de production pour son appareil officiellement adopté sous le nom de A-7.

L'année suivante en 1965, il est baptisé Corsair II en hommage au F4U Corsair, la «Fiancée d'Okinawa», un autre appareil de la firme Vought.

A noter pour l'anecdote que Vought avait produit dans les années vingt un O2U Corsair ce qui aurait du donner Corsair III et non II pour le nouvel appareil Vought.


Un A-7A Corsair II en vol. A l'élégance du Crusader on préfère la force brute

Le LTV YA-7A effectue son premier vol le 27 septembre 1965. Dès la fin 1966 alors que la guerre du Vietnam fait rage, le Corsair II commence à entrer en service dans les squadrons d'attaque. C'est tout simplement le dévellopement le plus rapide depuis le second conflit mondial.

Officiellement opérationnel le 1er février 1967, le nouvel avion d'attaque n'allait pas tarder à faire parler la poudre dans un conflit vietnamien de plus en plus incertain.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 21:38

Carrière opérationnelle

Versions

A-7A


Version initiale du Corsair II armée de deux canons de 20mm Colt Mk 12 _les mêmes équipant le A-4 Skyhawk_ pouvant en théorie embarquer 6804kg de charge militaire mais dans la pratique c'était moins à moins de vouloir sacrifier la capacité en carburant. Il était équipé d'un radar de navigation AN/APN-153, un radar de suivi de terrain AN/APQ-115 et un radar d'attaque AN/APQ-99. 199 exemplaires ont été produits.

A-7B


Deuxième version de série disposant d'un moteur plus puissant (TF-30-P-8) de 12190 livres de poussée. En 1971, les «Bravo» encore en service ont reçu un moteur encore plus puissant TF-P-408 de 13390 livres. Le radar de suivi de terrain d'origine est remplacé par un modèle plus récent, le AN/APQ-116. 196 exemplaires ont été produits.

A-7C


Désignation des soixante-sept premiers exemplaires de l'A-7E avec des moteurs TF30-P-408.

TA-7C


Version biplace d'entrainement pour l'US Navy. 24 A-7B et 36 A-7C monoplaces ont été transformés. 41 d'entre-eux associés à huit EA-7L (ex-TA-7C) sont portés au standard A-7E en 1984.

A-7D


Version produite pour l'US Air Force avec un moteur Allison TF41-A-1, un canon hexatube M61 Vulcan, un radar de navigation AN/APN-185, un radar de suivi de terrain AN/APQ-126. 459 exemplaires produits.

A-7E


Version destinée à l'US Navy équivalente au A-7D. Les «Echo» disposent d'un radar de navigation AN/APN-190 et d'un radar de suivi de terrain AN/APQ-128. 529 exemplaires produits.

YA-7F Strikefighter (A-7D Plus)


Version agrandie et supersonique de l'A-7 propulsé par un F-100. Optimisé pour les missions d'interdiction, le projet est annulé après la construction de deux prototypes de cet avion destiné à compléter le Thunderbolt II.

A-7G

Version proposée pour la Suisse. Aucun appareil construit

A-7H


Version du A-7E modifiée pour la Grèce sans système de ravitaillement en vol. 60 exemplaires construits

TA-7H


Version biplace destinée à la Grèce

EA-7L


Huit TA-7C modifiés pour servir de plastron d'entrainement à la guerre électronique au sein du VAQ-34. Portés au standard A-7E tout en restant biplace (1984).

A-7K


Version biplace d'entrainement destinée à l'Air National Guard produite à trente exemplaires

A-7P


A-7A de l'US Navy remis à niveau pour l'armée de l'air portugaise. Ils ont reçu un moteur TF-30-P-408 avec une avionique similaire à celle des «Echo».

TA-7P


Version biplace d'entrainement destinée à l'armée de l'air portugaise. Six appareils produits par conversion d'A-7A.

YA-7E et YA-7H

Deux prototypes d'une version biplace produits à l'initiative de la firme Ling-Temco-Vought

Du Vietnam à la guerre du Golfe, une histoire du Corsair II

En guise de mise en bouche

Un A-7A Corsair II paré au catapultage

Dernier avion d'attaque embarqué conçu spécifiquement pour cette mission, le LTV A-7 Corsair II à été produit à 1569 exemplaires de 1965 à 1984 au profit de l'US Navy et de l'USAF. Si il n'à pas connu de succès à l'export, le A-7 à été utilisé par le Portugal, la Grèce et la Thaïlande qui ont récupéré des appareils de seconde main pour leurs forces aériennes.

C'est ainsi que si l'USAF et l'US Navy ont retiré le Corsair II de leurs unités dès 1991 suivis deux ans plus tard par l'Air National Guard, le Portugal à utilisé ses appareils jusqu'en 1999, la Thaïlande jusqu'en 2007 et la Grèce jusqu'en 2014.


L'A-7D Corsair II

Si le Corsair II est destiné à remplacer le Skyhawk au sein des flottilles d'attaque embarquées (remplacement d'ailleurs incomplet), au sein de l'USAF il à été le remplaçant des Douglas A-1 Skyraider et des North American F-100.

Trente et une flottilles de l'aéronavale ont utilisé cet appareil, la conversion sur cet appareil ayant lieu de 1966 à 1971 permettant à l'avion d'être engagé au Vietnam où 98 appareils sont perdus.

Il va ensuite participer à différentes interventions américains dans les années soixante-dix et quatre-vingt avant de tirer sa révérence après sa participation à la première guerre du Golfe.

Six flottilles de réserve ont également été équipés avec cet appareil sans compter une flottille de guerre électronique avec des Corsair II adaptés.

Dès novembre 1965, la décision d'équiper l'US Air Force d'une version adaptée du Corsair II est prise, l'appareil baptisé A-7D va être engagé au Vietnam dans les missions Sandy, la recherche et le sauvetage au combat où les A-7D devaient assurer la protection des hélicoptères et l'appui-feu des troupes au sol engagées dans ce type d'opération où les américains vont acquérir une véritable expértise hélas gaspillée une fois le conflit terminé, l'échec de l'opération Eagle Claw en 1980 y prenant une partie de ses racines.

Treize squadrons de l'USAF vont être équipés de cet appareil qui va servir un temps de couverture au F-117 Nighthawk. Les pilotes de cette unité stationnée à Nellis volaient de jour sur A-7 et la nuit chevauchaient une monture qui symbolisait l'apparition de la furtivité au sein de l'armée de l'air américaine même si l'appareil en lui même n'eut guère de descendance directe.


A-7E Corsair II

Cette version se révèle supérieure aux A-7A et B de l'US Navy qui décide de dévelloper une version adaptée du «Delta», version baptisée A-7E même si les soixante premiers exemplaires disposant des mêmes moteurs que le A-7B sont finalement baptisés A-7C.

Outre une classique mission d'attaque au sol, le Corsair II à mené des largages de mines (terrestres et navales au Vietnam) mais également pouvait être amené à lancer un bombardement nucléaire tactique.

Différentes bombes atomiques pouvaient être utilisées qu'il s'agisse de la B-57 de 227kg, la B-61 de 317kg (ces deux bombes ayant une puissance de 100 à 500 kilotonnes) et la B-43 de 900kg dont la puissance pouvait être de 1 à 2 mégatonnes.

La configuration type voyant l'A-7 Corsair II emporter sous les ailes deux B-43 et deux réservoirs suplémentaires de 1360kg.

Vietnam

Carte de la guerre du Vietnam

Le 2 août 1964, l'incident du golfe du Tonkin marque le début officiel de la guerre du Vietnam. L'attaque du USS Maddox par des vedettes lance-torpilles nord-vietnamiennes est le prétexte trouvé par les Etats-Unis pour s'engager pleinement dans le conflit.

Sans le savoir les américains qui avaient pris la relève de la France en 1956, qui soutenaient à bout de bras le gouvernement sud-vietnam faible et corrompu mettent le doigt dans un engrenage qui va provoquer la mort de 40000 américains et choquer l'opinion publique.

Jusqu'au 8 juin 1965 et l'opération Starlite, l'engagement américain est naval et aérien avec l'USAF qui opère depuis le Vietnam, la Thaïlande ainsi que Guam pour les B-52 (Au plus fort du conflit, la base d'Andersen était si encombrée qu'il fallait obligatoirement que des B-52 se trouvent en vol).

L'US Navy mobilise ses porte-avions qui prouvent aux sceptiques leur utilité en terme de mobilité et de réactivité. Plusieurs accidents graves ont lieu (Forrestal, Enterprise, Oriskany) mais aucun navire n'est perdu ce qui montre que ces navires que l'ont dit extrêmement vulnérables aux dégâts peuvent survivre même après de terribles dommages.

Le Corsair II arrive au Vietnam fin 1967. A cette époque, la guerre est encore soutenue et les généraux américains sont persuadés de pouvoir gagner.


Yankee Station

Du 20 novembre 1967 au 18 mai 1968, le USS Ranger (CVA-61) est déployé au large du Vietnam avec à bord le CVW-2 qui dispose de la flottille VA-147 équipée de LTV A-7A. C'est le premier engagement opérationnel de l'appareil.


LTV A-7A Corsair II

Du 12 mai au 20 novembre 1968, le USS America (CVA-66) est déployé au Vietnam avec à son bord le CVW-6  qui dispose de deux squadrons de A-7A, les VA-82 et VA-86.

Du 14 juin 1968 au 23 janvier 1969, le USS Constellation (CVA-64) est déployé au Vietnam avec le CVW-14 qui dispose lui aussi de deux squadrons de A-7A, les VA-27 et VA-97.

Du 12 novembre 1968 au 10 mai 1969, le Ranger est à nouveau déployé au Vietnam avec toujours le CVW-2 qui disposait toujours d'une unité d'attaque volant sur Corsair II, la VA-147.

Du 15 janvier au 27 août 1969, le USS Kitty Hawk (CVA-63) est engagé au Vietnam avec le CVW-11 qui dispose de deux squadrons de Corsair II, les VA-37 et VA-105.

-Du 18 février au 10 septembre 1969, le USS Ticonderoga (CVA-14) est engagé au Vietnam avec le CVW-16 qui dispose de deux squadrons de A-7B Corsair II, les VA-25 et VA-87.

Du 17 mars au 26 juin 1969, le USS Enterprise (CVAN-65) est engagé au Vietnam avec le CVW-9 qui lui aussi dispose de deux squadrons de A-7B, les VA-146 et VA-215.


Des A-7A Corsair II sur un ascenseur

Le USS Constellation (CVA-64) est de retour au Vietnam du 1er septembre 1969 au 29 avril 1970 avec le même groupe aérien (CVW-14) et les mêmes unités (VA-27 et VA-97) toujours équipées de A-7A.

Du 14 octobre 1969 au 18 juin 1970, le USS Coral Sea (CVA-43) est engagé dans le conflit vietnamien avec à son bord le CVW-15 qui dispose de deux flottilles de A-7A, les VA-82 et VA-86.

Du 4 novembre 1969 au 23 mai 1970, le Ranger est à nouveau déployé au Vietnam avec le CVW-2 qui dispose cette fois de deux squadrons équipés de A-7B Corsair II, les VA-56 et VA-93.


Trois A-7B Corsair II en vol

Du 12 mai au 23 novembre 1970, l'America est engagé au Vietnam avec le CVW-9 qui dispose de deux flottilles de Corsair II, les VA-146 et VA-147 qui sont équipées de A-7E, la version la plus performante de l'avion d'attaque issu du Crusader.

Du 1er juin au 29 novembre 1970, le USS Oriskany (CVA-34) participe aux frappes aériennes sur le Vietnam avec le CVW-19 qui dispose de deux squadrons de Corsair II, le VA-153 équipé d'«Alpha» et le VA-155 équipé de «Bravo».


A-7B Corsair II en vol

Du 11 novembre 1970 au 9 juin 1971, le Ranger est engagé au Vietnam avec le CVW-2 qui disposait alors de deux flottilles d'attaque équipées de Corsair II, les VA-25 et VA-113 qui disposaient de A-7E.

Du 27 novembre 1970 au 6 juillet 1971, le Kitty Hawk (CVA-63) est à son tour plongé dans la fournaise vietnamienne avec le CVW-11 qui disposait de deux squadrons d'A-7E, les VA-192 et VA-195.

Du 7 mai au 24 octobre 1971, le USS Midway (CVA-41) est engagé au Vietnam avec à bord le CVW-5 qui disposait de deux squadrons équipés d'A-7B, les VA-56 et VA-93.

Du 4 juin au 8 décembre 1971, le USS Oriskany (CVA-43) bombarde le Vietnam avec le CVW-19 qui disposait de trois flottilles d'A-7, la VA-153 équipée d'Alpha, les VA-155 et VA-215 équipées d'A-7B.

Du 27 juin 1971 au 2 février 1972, le USS Enterprise (CVAN-65) est engagé au Vietnam avec le CVW-14 qui disposait de deux squadrons d'A-7E, les VA-27 et VA-97.

Le USS Constellation (CVA-64) engagé au Vietnam du 27 octobre 1971 au 24 juin 1972 avec le CVW-9 disposait à cette occasion, de deux squadrons d'A-7E, les VA-146 et VA-147.

Du 8 décembre 1971 au 11 juillet 1972, le Coral Sea est engagé au Vietnam avec le CVW-15 qui disposait de deux squadrons d'attaque, les VA-22 et VA-94 équipés de A-7A.

Du 1er mars au 17 novembre 1972, le Kitty Hawk (CVA-63) est à nouveau plongé dans la fournaise vietnamienne avec le CVW-11 qui disposait de deux squadrons d'A-7E, les VA-192 et VA-195.


Un A-7E Corsair II à terre

Du 21 avril 1972 au 23 février 1973, le Midway participe aux bombardements aériens sur le Vietnam avec le CVW-5 qui disposait toujours des VA-56 et VA-93 qui chevauchaient toujours des A-7B.

Du 8 mai 1972 au 16 janvier 1973, le USS Saratoga (CVA-60) est engagé au Vietnam avec à son vord le CVW-3 qui disposait notamment des flottilles VA-37 et 105 équipées de A-7A.

Du 21 juin 1972 au 20 mars 1973, le USS Oriskany (CVA-34) est engagé au Vietnam avec le CVW-19 qui disposait à cette occasion des squadrons VA-153 VA-155 et VA-215. Si le premier volait sur A-7A, le second volait sur A-7B tout comme le dernier.

Le USS America (CVA-66) est à nouveau engagé au Vietnam du 1er juillet 1972 au 4 mars 1973 avec à son bord le CVW-8  qui disposait des VA-82 et VA-86 équipées d'A-7C.


A-7C Corsair II en vol

Du 19 septembre 1972 au 3 juin 1973, le USS Enterprise (CVAN-65) est engagé au Vietnam avec son groupe aérien, le CVW-14 qui disposait des squadrons VA-27 et VA-97 qui volaient sur A-7E.


Catapultage d'un A-7E

Du 28 novembre 1972 au 14 juin 1973, le Ranger effectue son ultime déploiement au Vietnam avec le CVW-2 qui disposait de deux squadrons de Corsair II, les VA-25 et VA-113 équipées d'A-7E.

Les Corsair II de l'US Navy vont participer aux frappes menées contre le nord-Vietnam, à l'appui des troupes au sol mais également à des missions plus spécifiques comme le minage du port d'Haïphong, les opérations Linebacker I et II.


A-7E Corsair II en vol

Côté USAF, l'engagement est naturellement plus tardif. Deux squadrons sont mis à contribution depuis la base de Korat (Thaïlande), les 353rd et 356th Tactical Fighter Squadron venus de la base aérienne de Myrtle Beah (Caroline du Sud) d'où ils dépendaient du 354th Tactical Fighter Wing.

Ultérieurement, le 3rd Tactical Fighter Squadron fut activé par les Pacific Air Forces. Dépendant du 388th Tactical Fighter Wing, il récupéra à partir de mars 1973 les avions déployés à l'origine par les deux squadrons cités plus haut.

Comme nous l'avons déjà vu, les A-7D vont être principalement utilisés pour l'appui aux missions CSAR («Sandy»).


A-7D Corsair II

En 1975 suite à la fin du conflit, l'USAF quitte la Thaïlande. Le 3rd Tactical Fighter Squadron quitte Korat pour la base aérienne de Clark (Phillipines) après avoir troqué ses A-7 contre des F-4E Phantom II, les Corsair II en question étant cédés à l'Air National Guard (ANG).

Les Corsair du 388th TFW basés en Thaïlande sont engagés dans l'opération de récupération du porte-conteneurs S.S Mayaguez capturé par les Khmers Rouge le 12 mai 1975. Outre le harcelement des petits bâtiments entourant le porte-conteneurs, les Corsair de l'USAF vont participer le lendemain à l'opération et notamment à l'appui-feu des Marines engagés dans de durs combats sur l'île de Koh Tang.


A-7D Corsair II


Grenade

Trois A-7E Corsair II en vol

Le 7 février 1974, la colonie britannique de Grenade devient indépendante. Cinq ans plus tard, le 13 mars 1979, un gouvernement pro-cubain prend le pouvoir avec à sa tête Maurice Bishop. Comme on trouve toujours plus extrémiste que soi, il est destitué le 14 octobre 1983 et assassiné cinq jours plus tard.

Craignant que l'île ne serve de tête de pont cubaine dans la région (un aéroport international était en cours de construction sur l'île) les américains interviennent avec le porte-avions Independence, le croiseur USS Richmond K. Turner (CG-20), les destroyers USS Caron (DD-970) Moosbrugger (DD-980) et Coontz (DDG-40), la frégate USS Clifton Sprague (FFG-16), le porte-hélicoptères USS Guam (LPH-9), les transports de chalands de débarquement USS Trenton (LPD-14) et USS Fort Snelling (LSD-30) et le bâtiment de débarquement de chars USS Manitowoc (LST-1180).

Au sol sont engagées la 22nd Marines Amphibious Unit (22nd MAU), la 82nd Airborne, deux bataillons de Rangers, les SEAL Team 4 et 6, la Delta Force. C'est l'opération Urgent Fury

Cette opération voit l'engagement de deux squadrons de LTV A-7E Corsair II, les VA-15 et VA-87 engagés depuis le porte-avions USS Independence (CVA-62) pour le jour J qui à lieu le 23 octobre 1983. Les combats durent jusqu'au 1er novembre, les Corsair du CVA-62 effectuant 500 sorties.

Liban


Longtemps épargné par les troubles de cet Orient compliqué, le Liban indépendant depuis 1943 (après la fin du mandat attribué à la France par la SDN) faisait figure de havre de paix où les différentes communautés vivaient en bonne intelligence qu'il s'agisse des chrétiens maronites, des druzes, des sunites ou des chiites. Cela valu au pays du Cèdre le surnom de «Suisse du Moyen-Orient».


A-7E Corsair II sur le pont d'envol les ailes repliées

Hélas avec la naissance de l'Etat d'Israël et son corollaire la question palestienne, cette belle harmonie vole en éclat. L'afflux de réfugiés palestiens au Liban destabilise le pays, le gouvernement central n'ayant plus qu'un semblant d'autorité.

Les tensions s'accumulent et dégénèrent en guerre civile dont le point de départ est le massacre de 27 palestiniens par des phalangistes (chrétiens) en banlieue de Beyrouth. C'est le début d'une abominable guerre civile de seize ans, guerre civile doublée de l'ingérence des pays voisins qu'il s'agisse de la Syrie ou d'Israël.

Les pays occidentaux tentent de ramener la paix dans la région via plusieurs opérations de maintien de la paix.

Après une première intervention consécutive à l'opération israélienne «Paix en Galilée» pour couvrir l'évacuation des combattants de l'OLP encerclés à Beyrouth (21 août-10 septembre 1982), une deuxième opération est lancée quinze jours plus tard, opération qui va transformer les soldats de la paix en cibles pour les différents protagonistes du conflit.

Le 24 octobre 1983, un double attentat-suicide provoque la mort de 58 parachutistes français (immeuble Drakkar) et de 241 marines américains.
Le 4 décembre 1983, un F-14 Tomcat en mission de reconnaissance est visé par des tirs. Les américains lancent un raid sur les positions syriennes. 24 avions bombardent onze cibles situées dans les montagnes, dans les régions du Shouf et de Metn.


A-7E Corsair II en vol en solo......

Sont engagés des avions de l'Independence (Intruder de la VA-176 et sept Corsair de la VA-87) et du John F. Kennedy (Intruder du VA-85 et six Corsair du VA-15). Deux Corsair sont touchés, un appareil réussit à apponter (mais l'avion sera réformé) alors que le second est tellement endommagé que le pilote doit s'éjecter dans le port de Beyrouth, un pécheur libanais le récupérant. Les Marines quittent le Liban fin février 1984.

Libye


......et en duo

Depuis 1951, la Libye ancienne colonie italienne est indépendante avec à sa tête le roi Idriss qui est renversé le 1er septembre 1969 par le colonel  Mouammar El Kadhafi qui va rapidement mené une politique anti-occidentale et pro-arabe, générant de multiples tensions avec l'Occident qu'il s'agisse des américains en Méditerranée ou des français au Tchad.

Les tensions larvées s'accentuent à partir de 1974 quand Tripoli décide que la partie du Golfe de Syrte située au sud du parallèle 32°30'N appartient à son territoire soir bien plus que le droit international.

Avec l'arrivée de Ronald Reagan au pouvoir, les démonstrations de force se font plus musclées, débouchant sur de multiples incidents entre les aviations américaines et libyennes. Deux Su-22 sont ainsi abattus par des F-14 Tomcat le 19 août 1981.

En 1986, de nouveaux incidents ont lieu. Le 22 mars 1986, les américains déclenchent l'opération Attaint Document III qui voit l'engagement d'un groupe de surface couvert par les chasseurs et les avions d'assaut des porte-avions Saratoga Coral Sea et America.

Plusieurs lancements de missiles surface-air ont lieu. Si les Intruder se chargent de neutraliser la flotte libyenne, les A-7E sont engagées dans des missions SAED (Suppression of Air Ennemy Defence), lançant pour la première fois au combat le nouveau missile antiradar AGM-88 HARM.

Quatre missiles sont lancés le 24 mars, deux autres le lendemain 25 mars, les américains se retirant le 27 mars 1986.

En guise de représailles, des agents libyens font sauter une bombe dans une discothèque de Berlin-Ouest le 5 avril 1986, faisant deux morts et 204 blessés. En guise de riposte, les américains lancent l'opération El Dorado Canyon qui voit l'engagement de la 6ème flotte mais également d'avions de l'USAF stationnés en Angleterre notamment des F-111.

L'opération est lancée dans la nuit du 14 au 15 avril, opération au cours de laquelle les Corsair II de l'America (flottilles VA-46 et VA-72) sont chargées de détruire les radars de la défense aérienne libyenne. Les Corsair II et les Hornet tirent des salves de missiles Shrike et Harm, surprenant totalement les libyens.

Desert Shield et Desert Storm

Pour le Corsair II, la première guerre du Golfe constitue le crépuscule d'une carrière opérationnelle bien remplie

Le 2 août 1990, l'armée irakienne envahit l'émirat du Koweit qui annexé devient une province irakienne. Les américains à la demande de l'Arabie Saoudite inquiète déclenchent l'opération Desert Shield (Bouclier du Désert) destiné à protéger leur meilleur allié dans la région d'une attaque irakienne, l'armée de Saddam Hussein étant considérée comme la 4ème du monde.

Cette opération défensive se double d'une intense campagne diplomatique pour tenter de trouver une solution pacifique au problème. Comme vous le savez, les négociations échouent et dans la nuit du 16 au 17 janvier 1991, les américains et les autres pays de la coalition lancent une campagne aérienne massive c'est le début de Desert Storm (Tempête du Désert).

Si les A-7 de l'USAF sont restés au pays (l'armée de l'air lui préférant l'A-10 Thunderbolt II), les A-7 Corsair II de la marine américaine vont être engagées pour ce qui constitue leur ultime sortie opérationnelle.


Mer Rouge mars 1991. Le premier conflit de l'après guerre froide est terminée et pour le Corsair II il est temps de prendre une retraite bien méritée après avoir été engagé depuis le USS John F. Kennedy, dernier PA conventionnel construit par la marine américaine

Deux flottilles sont concernées, toutes les deux embarquées sur le USS John F. Kennedy (CV-67) en l'occurence les VA-46 et VA-72.

Opérant en mer Rouge, le porte-avions lance ses avions contre l'Irak pour des attaques de jour comme de nuit dans des «kill boxes»,utilisant des bombes lisses comme des armes guidées (bombes à guidage TV Walleye, missile air-sol Stand-Off Land Attakc Missile [SLAM] missile antiradar HARM). Les Corsair II ont aussi été utilisés pour le ravitaillement en vol.

Après cinq semaines de bombardement aérien (16 janvier-24 février), une offensive terrestre est déclenchée, une offensive éclair de 100h puisque les combats s'achèvent le 28 février 1991 quand un cessez-le-feu entre en vigueur.

Le 12 mars 1991, le USS John F. Kennedy repasse le canal de Suez pour rentrer à Norfolk, son port d'attache. Le 27 mars, veille de son retour en Virginie, le CV-67 catapulte les Corsair II qui rejoignent la terre, les unités étant dissoutes le 30 juin 1991. C'est la fin de la carrière du Corsair II au sein de l'US Navy.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 22:05

Unités équipées (1) US Navy et US Navy Reserve

VA-12 «Flying Ubangis»


En décembre 1970, la flottille d'attaque remplace ses A-4C par des A-7E, la version la plus moderne du Corsair II. Elle effectue sept croisières en Méditerranée au sein de la 6ème flotte. Elle est dissoute le 1er octobre 1986.

VA-15 «Valions»


Equipée de Douglas A-4B Skyhawk depuis décembre 1965, cette unité stationnée à Cecil Field (Floride) est dissoute le 1er juin 1969 pour renaître dès le lendemain quand le squadron VA-67 devint la VA-15.

Equipée d'A-7B Corsair II, l'unité d'attaque n'est pas engagée au Vietnam mais participe à l'opération Urgent Fury à Grenade en octobre 1983 puis au soutien des Marines engagés au Liban, la flottille volant alors sur A-7E. En 1986, l'unité est transformée sur F/A-18 Hornet, devenant le 1er octobre de la même année, la flottille VFA-15 avec une double capacité : chasse et attaque.

VA-22 «Fighting Redcocks»


La VA-22 reçoit des A4D-2 (futur A-4B) en septembre 1961 sur la base aéronavale californienne de Lemoore. Avec le «Kiddie Kart», la flottille effectue cinq déploiements au Vietnam, perdant douze appareils.

Transformée sur A-7E Corsair II en février 1971, elle n'effectue qu'un déploiement au Vietnam du 8 décembre 1971 au 11 juillet 1972 sur le Coral Sea. Elle va effectuer néanmoins neuf croisières en Méditerranée. Redésignée VFA-22 le 4 mai 1990, elle est alors transformé sur F/A-18C.

VA-25 «Fists of the Fleet»


En avril 1968, les «poings de la flotte» étaient encore équipé de Douglas A-1H Skyraider, un avion conçu vingt-cinq ans plus tôt. Il est cependant temps que le «Spad» prenne sa retraite et l'unité alors que la guerre du Vietnam semble devenue ingagnable, remplace ses A-1H par des A-7B.

Avec ses «Bravo», la flottille effectue un déploiement au Vietnam à bord du porte-avions USS Ticonderoga (CVA-14) intégré au CVW-16. Après avoir été rééquipé d'A-7E plus modernes, la VA-25 effectue deux autres déploiements au Vietnam, à chaque fois au sein du CVW-2 et à bord du USS Ranger (CVA-61), le premier du 11 novembre 1970 au 9 juin 1971 et le second du 28 novembre 1972 au 14 juin 1973.

Le conflit terminé, la VA-25 effectue cinq déploiements dans le Pacifique (Westpac cruise) jusqu'à l'été 1983. En effet le 25 juillet 1983, la VA-25 devient la VFA-25 et remplace ses Corsair II par des F/A-18 Hornet.

VA-27 «Royal Maces»

A-7A Corsair II ravitaillé en vol par un Skywarrior

Activée le 1er septembre 1967 avec pour équipement des A-7A, l'unité va utiliser des «Alpha» jusqu'en 1970 quand des «Echo» les remplace.

La nouvelle flottille d'attaque de l'US Navy effectue quatre déploiements au Vietman, les deux premiers à bord du USS Constellation (CVA-64) au sein du CVW-14 avec des A-7A (14 juin 1968 au 23 janvier 1969 et du 1er septembre 1969 au 29 avril 1970) et les deux autres à bord du USS Enterprise (CVAN-65) au sein du CVW-14 avec des A-7E (27 juin 1971 au 2 février 1972 et du 19 septembre 1972 au 3 juin 1973).

Le conflit vietnamien terminé, la flottille effectue pas moins de dix déploiements dans le Pacifique jusqu'en 1991. Rebaptisée VFA-27 le 27 janvier 1991, elle est alors transformée sur F/A-18C .

VA-37 «Ragin Bulls»


Flottille d'attaque activée le 1er juillet 1967 sur A-7A, elle effectue deux croisières de combat au Vietnam, la première du 15 janvier au 27 août 1969 au sein du CVW-11 à bord du USS Kitty Hawk (CVA-63) et la seconde du 8 mai 1972 au 16 janvier 1973 au sein du CVW-3 à bord du USS Saratoga (CVA-60).

Ré-équipée d'A-7E en décembre 1973, l'unité effectue dix déploiements au sein de la 6ème flotte en Méditerranée. Rebaptisée VFA-37 en novembre 1990, elle est rééquipée de F/A-18C Hornet.

VA-46 «Clansmens»


En 1968, la flottille d'attaque n°46 remplace ses A-4E par des A-7A qui eux mêmes cèdent leur place aux A-7B le 3 juin 1970, les Bravo cédant la place aux Echo en 1977. L'unité effectue onze croisières en Méditerranée jusqu'à sa dissolution survenue le 30 juin 1991 après avoir participé à l'opération «El Dorado Canyon» contre la Libye et à la guerre du Golfe.

VA-56 «Champions»


C'est en 1968 que cette flottille d'attaque remplace ses A-4E par des A-7B qui sont remplacés par des A-7A en 1973 avant de terminer par des A-7E reçus en 1977.

Les «champions» effectuent trois déploiements au Vietnam, le premier du 4 novembre 1969 au 23 mai 1970 au sein du CVW-2 à bord du USS Ranger (CVA-61), le second du 7 mai au 24 octobre 1971 au sein du CVW-5 à bord du USS Midway (CVA-41) et le troisième du 21 avril 1972 au 23 février 1973 (même groupe aérien et même porte-avions). L'unité est dissoute le 31 août 1986.

VA-66 «The Waldo's»


En 1971, l'unité remplace ses A-4C par des A-7E. Avec cet appareil, la flottille effectue neuf croisières en Méditerranée. Le 1er octobre 1986, l'unité est dissoute

VA-67

Unité activée en août 1967 sur A-7B mais dissoute le 1er juin 1969 quand ses hommes et ses avions sont transférés à une VA-15 réactivée.

VA-72 «Blue Hawks»


En septembre 1969, les faucons bleus remplacent leurs A-4B par des A-7B, modèle utilisé jusqu'en 1977 quand il est remplacé par des A-7E. Après douze déploiements en Méditerranée, après une participation à l'opération El Dorado Canyon et à la guerre du Golfe, l'unité est dissoute le 30 juin 1991, marquant la fin de la carrière du Corsair II dans les rangs de l'US Navy.

VA-81 «Sunliners»

Stationnée à Cecil Flied en Floride, la flottille d'attaque 81 remplace ses A-4C Skyhawk par des A-7E Corsair II en 1970. Elle ne participe pas à la guerre du Vietnam ni sur Skyhawk ni sur Corsair II mais est déployé à neuf reprises en Méditerranée, participant notamment aux opérations contre la Libye de Khadafi. En février 1988, la VA-81 devient VFA-81 et remplace ses A-7E par des F/A-18C.

VA-82 «Marauders»


La flottille est activée avec des A-7A le 1er mai 1967. Trois ans plus tard, en 1970, ils sont remplacés par des A-7E qui sont remplacès dès 1971 par des A-7C avant d'être eux mêmes remplacés par des.....A-7E en mars 1975.

Les Marauders effectuent trois déploiements au Vietnam, le premier du 12 mai au 20 novembre 1968 au sein du CVW-6 embarqué sur le USS America (CVA-66), un second du 14 octobre 1969 au 18 juin 1970 au sein du CVW-15 embarqué sur le USS Coral Sea (CVA-43) et enfin un troisième du 1er juillet 1972 au 4 mars 1973 au sein du CVW-8 embarqué à nouveau sur l'America.

Le 15 juillet 1987, l'unité devient la VFA-82 avant de remplacer ses Corsair II par des F/A-18C.

VA-83 «Rampagers»


En décembre 1969, la VA-83 remplace ses A-4E par des A-7A en décembre 1969. Elle effectue douze croisières en Méditerranée au sein de la 6ème flotte, participant à des actions contre la Libye et le Liban. En novembre 1987, l'unité entame sa transformation sur F/A-18C, devenant la VFA-83 le 1er mars 1988.

VA-86 «Sidewinders»


En mars 1967, l'unité remplace ses A-4E par des A-7A, devenant le 1er juin 1967 la première unité opérationnelle sur le nouvel appareil. Elle effectue deux déploiements au Vietnam, le premier à bord du USS America (CVA-66) au sein du CVW-2 du 12 mai au 20 novembre 1968 et le second du 14 octobre 1969 au 18 juin 1970 au sein de la CVW-15 à bord du USS Coral Sea (CVA-43).

En 1970, elle remplace ses A-7A par des A-7B, A-7B remplacés par des A-7C dès 1971, c'est d'ailleurs avec cette nouvelle version du Corsair II que l'unité d'attaque effectue son troisième et dernier déploiement au Vietnam à bord de l'America au sein du CVW-8 du 1er juillet 1972 au 4 mars 1973. En mars 1975, les A-7C sont remplacés par des A-7E.

Après le conflit vietnamien, la flottille d'attaque effectue sept croisières en Méditerranée, deux dans l'Atlantique Nord, un tour du monde. Rebaptisée VFA-86 le 15 juillet 1987, elle est alors transformée sur F/A-18C Hornet.

VA-87 «Golden Warriors»


Activée le 1er février 1968, la flottille des «guerriers dorés» est la première à être opérationnelle sur A-7B. Elle effectue un déploiement au Vietnam (18 février au 10 septembre 1969) à bord du USS Ticonderoga (CVA-14) au sein du CVW-16.

Transformé sur A-7E en 1975, la VA-83 va effectuer huit croisières en Méditerranée (deux d'entre-elles voyant l'unité effectuer des incursions dans l'Océan Indien).

Elle participe à Urgent Fury ç Grenade puis aux opérations au Liban. Rebaptisée VFA-87 le 1er mai 1986, elle est alors transformée sur F/A-18A Hornet.

VA-93 «Blue Blazers»


L'unité remplace ses A-4F par des A-7B en 1969, les Bravo étant remplacés par des Alpha en 1973 avant qu'eux mêmes ne soient remplacés par des A-7E en 1977.

La VA-93 effectue trois déploiements au Vietnam, le premier du 4 novembre 1969 au 23 mai 1970 au sein du CVW-2 embarqué sur le USS Ranger (CVA-61), le second du 7 mai au 24 octobre 1971 au sein du CVW-5 à bord du USS Midway (CVA-41) et le troisième du 21 avril 1972 au 23 février 1973 au sein du même groupe aérien et sur le même porte-avions.

A la fin de son déploiement au Vietnam, le Midway ne rentre pas à San Diego mais rallie Yokosuka (Japon), devenant le seul porte-avions déployé à demeure à l'étranger (il y eu un projet de baser un porte-avions au Pirée en Grèce mais ce projet n'à pas aboutit) avec comme groupe aérien le CVW-5 stationné à Atsugi. La flottille est dissoute le 31 août 1986

VA-94 «Mighty Shrikes»


En 1971, la flottille d'attaque n°94 remplace ses A-4E par des A-7E. Avec sa nouvelle monture, la VA-94 effectue un déploiement au Vietnam, à bord du USS Coral Sea (CVA-43) au sein du CVW-15 du 8 décembre 1971 au 11 juillet 1972.

Le conflit vietnamien terminé, l'unité effectue huit croisières dans le Pacifique occidental (Westpac cruise), une croisière dans le Pacifique Nord et un tour du monde. Rebaptisée VFA-94 le 28 juin 1990, la flottille est alors transformée sur F/A-18C.

VA-97 «Warhawks»


Activée le 1er juillet 1967 avec A-7A, l'unité effectue deux déploiements au Vietnam à bord du USS  Constellation (CVA-64), le premier du 14 juin 1968 au 23 janvier 1969 et le second du 1er septembre 1969 au 29 avril 1970, à chaque fois à bord du CVW-14.

Remplaçant ses A-7A par des A-7E, l'unité retourne deux fois au Vietnam au sein du CVW-14 à bord USS Enterprise (CVAN-65), la première fois du 27 juin 1971 au 2 février 1972 et la seconde du 19 septembre 1972 au 3 juin 1973.

Le conflit vietnamien terminé, la VA-97 effectue huit croisières dans le Pacifique occidental et l'Océan Indien ainsi qu'une croisière dans le Pacifique Nord et un tour du monde. Rebaptisée VFA-97 le 24 janvier 1991, elle remplace ses A-7E par des F/A-18C.

VA-105 «Gunslingers»


Activée le 4 mars 1968 avec des A-7A, elle effectue un déploiement au Vietnam du 15 janvier au 27 août 1969 au sein du CVW-11 à bord du USS Kitty Hawk (CVA-63). Rééquipée d'A-7E en 1973, la flottille effectue dix croisières en Méditerranée au sein de la 6ème flotte, deux d'entre-elles incluant une boucle dans l'Océan Indien. Elle participe également à un tour du monde. Rebaptisée VFA-105 le 17 décembre 1990, elle alors rééquipée de F/A-18C.

VA-113 «Stingers»


En 1968, la flottille remplace ses A-4F contre des A-7B. Rééquipée avec des A-7E en 1970, elle effectue alors deux déploiements au Vietnam, à bord du USS Ranger (CVA-61) et au sein du CVW-2, le premier ayant lieu du 11 novembre 1970 au 9 juin 1971 et le second du 28 novembre 1972 au 14 juin 1973.

La flottille effectue également une croisière en Méditerranée et cinq dans le Pacifique occidental et ce jusqu'au 25 mars 1983 quand elle devient la VFA-113. Elle entame alors sa transformation sur F/A-18A.

VA-122 «Flying Eagles»

LTV TA-7C

Le 15 novembre 1966, l'unité reçoit son premier A-7A. C'est le Pacific Fleet Fleet Readiness Squadron. Elle est chargée de l'entrainement des pilotes, du maintien de leurs compétences. Elle reçoit des A-7B en 1967 puis des A-7E en juillet 1969. En 1978, elle reçoit le 23 mai son premier TA-7C. Elle est dissoute le 31 mai 1991.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 22:18

VA-125 «Rough Raiders»

L'unité reçoit des A-7A et des  A-7B en septembre 1969. C'est également une unité d'entrainement, formant des pilotes sur A-7A jusqu'en 1975 et sur A-7B jusqu'en 1977, le squadron étant dissous en octobre 1977.

VA-146 «Blue Diamonds»


A partir d'août 1968, les «diamants bleus» entament leur transformation, passant du Skyhawk (avec lesquels ils avaient effectué trois déploiements au Vietnam) au A-7B Corsair II.

Après un premier déploiement sur cet appareil du 17 mars au 26 juin 1969 au sein du CVW-9 embarqué sur le USS Enterprise (CVAN-65), la flottille reçoit en 1969 des A-7E avec lesquels elle va effectuer deux déploiements, le premier à bord de l'USS America (CVA-66) du 12 mai au 23 novembre 1970 et le second à bord du USS Constellation (CVA-64) du 27 octobre 1971 au 24 juin 1972, à chaque fois au sein du même groupe aérien à savoir le CVW-9.

Le conflit vietnamien terminé, l'unité effectue sept croisière dans le Pacifique occidental et l'Océan Indien, un dans le Pacifique Nord et même un tour du monde. Rebaptisée VFA-146 le 21 juillet 1989, elle était alors équipée de F/A-18C Hornet.

VA-147 «Argonauts


Créée le 1er février 1967, elle reçoit des A-7A, devenant le premier squadron de l'Aéronavale américaine à recevoir le nouvel appareil. Opérationnelle le 11 septembre 1972, elle va l'utiliser jusqu'au 17 septembre 1969 quand elle reçoit des A-7E.

La flottille effectue quatre déploiements au Vietnam, le premier du 20 novembre 1967 au 18 mai 1968 à bord du USS Ranger (CVA-61) au sein du CVW-2, le second du 12 novembre 1968 au 10 mai 1969 à bord du Ranger au sein du CVW-2, le troisième du 12 mai au 23 novembre 1970 à bord de l'USS America (CVA-66) au sein du CVW-9 avec des A-7E et le quatrième du 27 octobre 1971 au 24 juin 1972 au sein du CVW-9 à bord du USS Constellation (CVA-64).

La flottille effectue également huit croisières dans le Pacifique occidental jusqu'au 20 juillet 1989 quand elle devient la VFA-147, recevant des F/A-18C Hornet.

VA-153 «Blue Tail Flies»


En 1969, la flottille remplace ses A-4F par des A-7A. Quatre ans plus tard, les Alpha sont remplacés par des Bravo.

Engagée au Vietnam, la flottille effectue trois déploiements, le premier du 1er juin au 29 novembre 1970, le second du 4 juin au 8 décembre 1971 et le troisième du 21 juin 1972 au 20 mars 1973 à chaque fois au sein du CVW-19 à bord de l'USS Oriskany (CVA-34).

Le conflit vietnamien terminé, la flottille va encore effectuer deux déploiements en Extrême-Orient (WESTPAC), un déploiement dans l'Océan Indien et enfin un déploiement en Méditerranée avant sa dissolution le 30 septembre 1977.

VA-155 «Silver Foxes»

En 1969, les «renards argentés» remplacent leurs A-4E par des A-7B. Avec ce nouvel appareil, ils vont effectuer trois déploiements au Vietnam au sein du CVW-19  et à bord de l'USS Oriskany, le premier du 1er juin au 29 novembre 1970, le second du 4 juin au 8 décembre 1971 et le troisième du 21 juin 1972 au 20 mars 1973.

Après une croisière «WESTPAC», une croisière dans l'Océan Indien et une croisière en Méditerranée, la flottille est dissoute le 30 septembre 1977.

VA-174 «The Hellrazers»


Le 1er juillet 1966, la VF-174 devient la VA-174. Fleet Readiness Squadron pour les unités équipées de A-7, elle reçoit successivement des A-7A en octobre 1966, des A-7E en décembre 1969, des TA-7C en juillet 1978 avant d'être dissoute le 30 juin 1988 alors que la carrière du Corsair II touche à sa fin.

VA-192 «Golden Dragons»


En février 1970, les «dragons dorés» remplacent leurs A-4E par des A-7E, effectuant deux déploiements au Vietnam, le premier du 27 novembre 1970 au 6 juillet 1971 et le second du 1er mars au 17 novembre 1972 à chaque fois au sein du CVW-11 et à bord du USS Kitty Hawk (CVA-63).
L'unité effectue quatre déploiements dans le Pacifique occidental, un en Méditerranée et trois dans l'Océan Indien. Rebaptisée VFA-192 le 10 janvier 1985, elle est alors rééquipée de F/A-18A Hornet.

VA-195 «Dambusters»


En 1970, elle remplace ses A-4E par des A-7E. Elle effectue deux déploiements au Vietnam, en compagnie de la VA-192 mais également quatre déploiements dans le Pacifique occidental, un en Méditerranée et un dernier en Océan Indien. Rebaptisée VFA-195 le 1er avril 1985, l'unité est alors ré-équipée de F/A-18A.

VA-215 «Barn Owls»


Réactivée le 1er mars 1968 avec des A-7B, la flottille est engagée à trois reprises au Vietnam, la première fois du 17 mars au 26 juin 1969 à bord de l'USS Enterprise (CVAN-65) au sein du CVW-9, le second du 4 juin au 8 décembre 1971 à bord de l'USS Oriskany (CVA-34) au sein du CVW-19 et enfin du 21 juin 1972 au 20 mars 1973 au sein du même groupe aérien et embarqué sur le même porte-avions.

Après deux croisières en Méditerranée et deux en Extrême-Orient (WESTPAC), la flottille est dissoute le 30 septembre 1977.

VA-203 «Blue Dolphins»


Unité de réserve créée en 1971. Volant initialement sur Skyhawk, elle reçoit trois ans plus tard en 1974, des A-7A qu'elle remplace par des A-7B en 1977 et enfin des A-7E en 1983. En 1989, elle est transformée sur Hornet et devient la VFA-203.

VA-204 «River Rattlers»

Unité de réserve qui remplace ses Skyhawk par des Corsair II en mars 1978. En 1986, les A-7A sont remplacés par des A-7E. Cinq ans plus tard en avril 1991, l'unité reçoit des F/A-18C Hornet et devient la VFA-204.

VA-205 «Green Falcons»


Le 26 septembre 1975, les A-4L Skyhawk sont remplacés par des A-7B qui eux mêmes cède la place aux A-7E le 20 juin 1984. Six ans plus tard, l'unité reçoit des A-6E et des KA-6D Intruder.

VA-303 «Golden Hawks»


En avril 1971, les Skyhawk de l'unité sont remplacés par des A-7A Corsair II. C'est la première unité de réserve à recevoir l'appareil. En 1977, des A-7B remplacent les A-7A avant de céder la place à des F/A-18 Hornet en 1985 _là aussi c'est une première_ et de devenir la VFA-303.

VA-304 «Firebirds»

En juillet 1970, l'unité est créée avec des A-4C Skyhawk qui cèdent la place dès le 6 août 1971 à des A-7A qui sont eux mêmes remplacés par des A-7B en septembre 1977. En septembre 1986, ce sont des A-7E qui arment l'unité avant que des A-6 Intruder ne remplacent les Corsair II en 1988.

VA-305 «Hackers»/«Lobos»

Disposant à l'origine d'A-4 Skyhawk, la flottille de réserve reçoit des A-7A en 1972, des A-7B en 1978. La carrière du Corsair II au sein de l'unité prend fin en 1987 quand elle reçoit des Hornet, devenant à cette occasion la VFA-305.

VAQ-34 «Flashbacks»


Unité d'entrainement à la guerre électronique en fournissant notamment un plastron aux unités opérationnelles. Créée le 1er mars 1983, elle reçoit six TA-7C, des biplaces d'entrainement conventionnels transformés en avions d'entrainement à la guerre électronique, devenant des EA-7L. En 1991, l'unité passe sur F/A-18 Hornet.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 23:12

Unités équipées (2) US Air Force

Unités de soutien

Les premiers appareils produits (YA-7D et A-7D) sont livrés par LTV à l'Air Force Systems Command chargés des tests d'acceptation de l'appareil ainsi que des modifications à apporter, une sorte de veille technologique. Les appareils sont livrés sur deux sites, Edwards AFB en Californie et Eglin AFB en Floride.

Le premier dépôt du Corsair II est implanté sur la base aérienne de Tinker (Oklahoma) où les appareils destinés aux unités opérationnelles sont réceptionnés par l'Air Force Logistics Command pour une inspection avant livraison aux unités de combat. C'est sur ce site également qu'étaient réalisés les grandes visites des appareils et ce jusqu'au retrait de l'appareil du service actif.

-Au sein du 6510th Test Wing stationné sur la base aérienne d'Edward on trouvait deux YA-7D et neuf A-7D. Un A-7D à été perdu en 1972 lors d'un crash et trois autres ont été transformés en A-7K pour un appareil et en YA-7F pour deux d'entre-eux. Les cinq A-7D non transformés ont volé  jusqu'à la fin à l'exception d'un appareil qui cessa de voler en 1978 (crash?)


A-7D du 3246th Test Wing

-Au sein du 3246th Test Wing stationné à Eglin, on trouvait seulement trois appareils, deux YA-7D (dont un perdu lors d'un crash en 1973, le second volant jusqu'en 1975) et un A-7D qui partagea sa courte carrière (1968-1976) entre Eglin et Edwards.

Le premier A-7D de série est livré au Tactical Air Command et plus précisément à l'United States Air Force Tactical Fighter Weapons School en septembre 1969 pour une évaluation opérationnelle.


A-7D Corsair II di 66th FWS

Onze autres appareils vont être affectés en permanence au 66th Fighter Weapons Squadron, escadron intégré au 4525th Fighter Weapons Wings.

57th Fighter Weapons Wing (Nellis AFB, Nevada)

Stationné dans le Nevada, cette escadre va utiliser l'appareil de 1969 à 1981 pour l'évaluation au combat aérien de l'A-7. En clair, trouver les tactiques les mieux adaptées pour exploiter au maximum les capacités du Corsair II. Après douze ans de bons et loyaux services, le Corsair II cède la place au F-16.

58th Tactical Fighter Training Wing (Luke AFB, Arizona)

A-7D Corsair II du 333rd TFS

Le 310th Tactical Fighter Training Squadron est chargé d'entrainer les premiers pilotes de l'USAF sur le nouvel appareil. De 1969 à 1971, l'entrainement à lieu depuis Luke avant d'être transféré à Davis-Monthan (toujours dans l'Arizona), les appareils volant au sein du 333rd Tactical Fighter Training Squadron intégré au 355th  Tactical Fighter Wing.

354th Tactical Fighter Wing (Myrtle Beach AFB, Caroline du Sud)

Première escadre opérationnelle équipée d'A-7D, cette escadre disposait des escadrons suivants :


A-7D Corsair II du 353rd TFS

*353rd Tactical Fighter Squadron (353rd TFS) : reçoit ses appareils d'une unité dissoute le 511th TFS ainsi que du 3rd Tactical Fighter Squadron (388th TFS) qui le conflit vietnamien terminé avait quitté la Thaïlande pour les Phillipines. Comme l'A-7D Corsair II n'était pas le mieux adapté à la défense aérienne, le 3ème escadron tactique de chasse remplaça des A-7 par des F-4E Phantom II. L'unité transfère ses avions à l'Air National Guard en 1976 avant d'être dissoute.


A-7D Corsair II du 355th TFS

*355th Tactical Fighter Squadron (355th TFS) : reçoit ses appareils en 1970, appareils qu'elle va utiliser pendant sept ans jusqu'à leur transfert à l'Air National Guard et la dissolution de l'unité.


A-7D Corsair II du 356th TFS

*356th Tactical Fighter Squadron (356th TFS) : reçoit ses appareils en 1971 et les utilise jusqu'en 1977. Les avions sont transférés à l'ANG et l'unité dissoute

*511th Tactical Fighter Squadron : unité brièvement équipée d'A-7D Corsair II puisqu'elle reçoit ses appareils en juin 1970 avant de les transférer au 353rd TFS en juillet 1971 avant d'être dissoute.

*4554th Tactical Fighter Replacement Squadron : reçoit ses appareils en mai 1972, les utilise pendant à peine deux ans puisque ses Corsair II sont cédés à l'ANG en 1974/75.

L'escadre est alors transformée sur A-10A Thunderbolt II.

355th Tactical Fighter Wing (Davis-Monthan AFB)

Cette escadre vole sur A-7D de 1971 à 1979. A partir de 1974, les différents squadrons qui la compose entament leur conversion sur A-10 Thunderbolt II, conversion achevée en 1979.


A-7D du 333rd TFTS

*333rd Tactical Fighter Training Squadron : unité qui à récupéré les avions du 310th TFTS du 58th Tactical Fighter Training Wing à partir de juillet 1971. Les avions sont transférés à l'ANG en 1976.


A-7D Corsair II du 354th TFS

*354th Tactical Fighter Squadron : vole sur A-7 Corsair II de juillet 1971 à 1979 quand les avions sont  transférés à l'ANG.


A-7D Corsair II du 357th TFS

*357th Tactical Fighter Squadron : vole sur A-7 Corsair II de 1971 à 1976 quand les avions sont transférés à l'ANG


A-7D Corsair II du 358th TFS

*358th Tactical Fighter Squadron : vole sur A-7 Corsair II d'octobre 1971 à 1978 quand les avions sont transférés à l'ANG.

23rd Tactical Fighter Wing (England AFB, Louisiane)

A-7D Corsair II du 74th TFS

Cette escadre vole sur A-7D Corsair II de 1972 à 1981. Elle disposait de trois squadrons, les 74th Tactical Fighter Squadron, les 75th Tactical Fighter Squadron et le 76th Tactical Fighter Squadron qui remplacèrent leurs A-7 Corsair II par des A-10 Thunderbolt.


A-7D Corsair II du 75th TFS et ci-dessous un "Delta" du 76th TFS


388th Tactical Fighter Wing (Khorat RTAF Base)

A-7D de la 3rd TFS

A l'origine, les A-7D envoyés au combat au Vietnam par l'USAF venaient des 353rd et 356th TFS du 354th TFW soit des unités stationnées en Caroline du Sud. En 1973, les Pacific Air Forces (PACAF) activent le 3rd Tactical Fighter Squadron/388th Tactical Fighter Wing pour regrouper tous les appareils engagés au Vietnam.

En 1975, l'USAF quitte la Thaïlande. Le 3rd TFS est transféré sur la base aérienne de Clark aux Phillipines où elle reçoit des F-4E Phantom II. Les A-7D ne retrouvent pas leur unité d'origine mais sont cédés à l'Air National Guard. La 388ème escadre de chasse tactique quand à elle est dissoute après une fort brève existence.

4451st Tactical Squadron

A-7D Corsair II du 4451st Tactical Squadron

Dépendant du 4450th Tactical Group, cette unité stationnée sur le papier à Nellis opérait en réalité depuis le Tonopah Test Range Airport dans le cadre d'un programme ultra-confidentiel, le programme F-117. Le jour, l'escadron volait sur A-7D et A-7K et la nuit volait sur F-117. Cette comédie dura jusqu'en octobre 1988 quand le F-117 Nighthawk fût déclaré révélé au grand public.

Trois mois plus tard, les Corsair II sont retirés du service actif et transférés au dépôt de l'AMARC. Les huit A-7D reçus en 1981 venaient du 23rd TFW tout comme deux A-7K. Le squadron est dissous dans la foulée (janvier 1989).

United States Air Force (3) : Air National Guard

A-7K Corsair II du 146th TFS

La fin du conflit vietnamien profita à l'Air National Guard qui pu récupérer des A-7D provenant d'unités dissoutes. En 1975 et 1976, des appareils neufs ont également été livrés à l'Air National Guard, ces appareils neufs ayant été produits suite à un budget dégagé par le Congrès pour maintenir ouverte la ligne de montage de LTV à Dallas et éviter le chômage.

Dès 1974, des unités du Colorado, du Nouveau-Mexique et de l'Ohio reçoivent des Corsair II. Ils sont suivis en 1975 par des unités de Caroline du Sud et en 1976 par Porto Rico.

La mise en service du Fairchild A-10 Thunderbolt II permet aussi de dégager des A-7D qui sont transférés à des unités de l'Iowa et du Dakota du Sud en 1977. En 1978, c'est l'Arizona et le Michigan qui bénéficient de cette aubaine. Si la Pennsylvanie poursuit sur cette voie en 1980, l'Oklahoma et la Virginie bouclent la boucle en 1981. A cela il faut ajouter la livraison de trente biplaces A-7K, des appareils neufs produits spécifiquement pour l'ANG.

En 1990, l'Air National Guard commença à retirer du service ses Corsair II, le processus se terminant en 1993, plus précisément en octobre quand le 125th Tactical Fighter Squadron de l'Oklahoma Air National Guard stationné à Tulsa retire du service ses A-7D.

Considérés comme des “guerriers du dimanche”, les pilotes de l'ANG n'étaient pas moins bien entrainés, effectuant de nombreux déploiements à l'étranger notamment en Europe, l'apogée de ces déploiements étant l'exercice annuel REFORGER (Return Forces to Germany) exécuté à l'automne pour vérifier la capacité de l'OTAN à ramener en Europe des renforts venus des Etats-Unis et du Canada pour faire face à une offensive du Pacte de Varsovie.

A partir de 1974, l'USAF organise des déploiements dans la zone du canal de Panama pour défendre cette voie sous souveraineté américaine jusqu'en 1999 (créée en 1903, elle à été placée sous double souveraineté américano-panaméenne de 1979 à 1999). Baptisé “Cornet Cove”, ces déploiements de trois mois sont repris par l'ANG.


A-7D Corsair II du 175th TFS qui participa à l'opération Just Cause


En décembre 1989 se trouvaient à Howard AFB les 175th TFS et 112th TFS, appartenant respectivement à la Garde Nationale du Dakota du Sud et à celle de Pennsylvanie.

Ils participèrent donc à l'opération Just Cause (20 décembre 1989-31 janvier 1990), une opération politico-militaire contre le général Noriega, le dictateur panaméen, accessoirement trafiquant de drogue et ancien stipendié de l'Agence Centrale de Renseignement (CIA).


A-7K Corsair II du 162nd TFS

Le 12 janvier 1981, dix A-7D du 198th TFS stationnés à Porto Rico sont détruits  lors d'un attentat terroriste revendiqué par l'Armée Populaire Boricua. Cet événement, la plus grave attaque contre une base militaire américaine depuis la fin du conflit vietnamien passa relativement inaperçu en raison de la crise des otages en Iran.

112th Tactical Fighter Group (Pennsylvania ANG)

L'unique squadron de ce groupe le 146th Tactical Fighter Squadron stationné à Pittsburgh reçoit ses A-7D en 1980 et des A-7K en 1983. Le 16 octobre 1991, l'unité abandonne l'attaque pour le.....ravitaillement en vol, devenant le 146th Air Refueling Squadron avec des KC-135 comme nouvelles montures.

114th Tactical Fighter Group (South Dakota ANG)

Le 175th TFS stationné à Sioux Falls reçoit ses A-7D en 1977 et ses A-7K en 1982. Le 16 mars 1992, l'unité est déclarée opérationnelle sur F-16C et F-16D.

121st Tactical Fighter Wing (Ohio ANG)

-Le 162nd Tactical Fighter Squadron stationné à Springfield reçoit des A-7D en 1978 et des A-7K en 1982. Après quinze ans d'utilisation, le Corsair II cède la place à des F-16C et D en mai 1993.


A-7D Corsair II du 112th TFS

-Le 112th Tactical Fighter Squadron stationné à Toledo reçoit ses A-7D en 1979 et ss A-7K en 1980. L'unité est transformée sur F-16C/D en avril 1992.


A-7K du 166th TFS

-Le 166th Tactical Fighter Squadron stationné à Columbus reçoit ses A-7D en 1974 suivis neuf ans plus tard de biplaces A-7K. Rebaptisée 156th Air Refueling Squadron, l'unité reçoit en janvier 1993 des KC-135R.

127th Tactical Fighter Wing (Michigan ANG)

A-7K du 107th TFS

-Le 107th Tactical Fighter Squadron stationné à Détroit reçoit ses A-7D en 1978 suivis cinq ans plus tard par des A-7K. Après douze ans d'utilisation, les Corsair II sont remplacés le 1er avril 1990 par des F-16A/B.

132nd Tactical Fighter Wing (Iowa ANG)

A-7D Corsair II du 124th TFS

-Le 124th Tactical Fighter Squadron stationné à Des Moines reçoit des A-7D en 1977 suivis d'A-7K quatre ans plus tard en 1981. En septembre 1993, l'unité est transformée sur F-16C/D.


A-7K Corsair II du 174th TFS

-Le 185th Tactical Fighter Group commande le 174th Tactical Fighter Squadron stationné à Sioux City qui dispose d'A-7D en 1976 suivis d'A-7K en 1983. Le 16 mars 1992, l'unité est transformée sur F-16C/D.

138th Tactical Fighter Group (Oklahoma ANG)

A-7D Corsair II du 125th TFS

-Le 125th Tactical Fighter Squadron stationné à Tulsa reçoit des A-7D en 1981 suivis deux ans plus tard par des A-7K. En octobre 1993, les Corsair II cèdent la place à des F-16C/D.

140th Tactical Fighter Wing (Colorado ANG)

A-7D Corsair II du 120th TFS

-Le 120th Tactical Fighter Squadron stationné à Aurora reçoit des A-7D en 1974 suivis neuf ans plus tard en 1983 par des A-7K. Le 15 mars 1992, l'unité est transformée sur F-16C/D.

150th Tactical Fighter Wing (New Mexico ANG)

A-7K Corsair II du 188th TFS

-Le 188th Tactical Fighter Squadron stationné à Albuquerque reçoit des A-7D dès 1974 remplacés dix-huit ans plus tard par des F-16C/D (11 mai 1992).

156th Tactical Fighter Wing (Puerto Rico ANG)

A-7D Corsair II du 198th TFS

-Le 198th Tactical Fighter Squadron stationné à San Juan reçoit ses A-7D en 1976 suivis en 1983 par des A-7K. Le 16 mars 1992, l'unité est officiellement transformée sur des F-16A/B dit Block 15 ADF (Air Defense).

162nd Tactical Fighter Group (Arizona ANG)

A-7D Corsair II du 152nd TFS

-Le 152nd Tactical Fighter Squadron stationné à Tucson reçoit des A-7D en 1978 suivis cinq ans plus tard par des A-7K. Le 29 mai 1986, l'unité reçoit des F-16A/B qui sont portés aux standards C et D.

A-7K Corsair II du 195th TFS

-Le 195th Tactical Fighter Squadron stationné également à Tucson reçoit des A-7D et K en 1983 remplacés par des F-16A et B le 16 mars 1992.

169th Tactical Fighter Group (South Carolina ANG)

A-7D Corsair II du 157th TFS

-Le 157th Tactical Fighter Squadron stationné à Columbia reçoit des A-7D en 1975 suivis par des A-7K en 1982. Ils sont remplacés par des F-16A et B en 1983.

192nd Tactical Fighter Group (Virginia ANG)

A-7D Corsair II du 149th TFS

-Le 149th Tactical Fighter Squadron stationné à Richmond reçoit des A-7D en 1981 rejoints l'année suivante par des A-7K. Ces appareils sont remplacés le 15 mars 1992 par des F-16C et D.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Lun 30 Jan 2017, 23:26

Portugal

A-7P Corsair II portugais en vol

L'acquisition du Corsair II au début des années quatre-vingt par la force aérienne portugaise répond à un besoin ancien qui remontait aux guerres coloniales dans lequel le Portugal salazariste.

Face aux guérillas cap-verdiennes, guinéennes, angolaises et mozambicaines, l'armée de l'air lusitanienne emploie des avions dépassés (F-84 Thunderjet et F-86 Sabre) ou en voie d'être dépassés par l'amélioration des armes des guerilleros notamment des missiles sol-air portables (Fiat G-91).


Un massif A-7P portugais au sol

De nombreux appareils sont envisagés qu'il s'agisse des Dassault Mirage III et 5, du Northrop F-5A, du McDonnell-Douglas F-4 Phantom II ou encore du JAS-35 Draken. Les besoins portugais sont fixés  à soixante-quatre appareils, vingt-huit pour la défense du Portugal et trente-six pour l'outre-mer.

Les négociations traînent en longueur en raison de l'opposition des Etats-Unis aux guerres coloniales portugaises mais également du refus des pays africains de voir stationner des appareils modernes comme le Mirage III ou encore le Mirage F-1 lui aussi envisagé.


Vu de face l'A-7P est tout aussi impressionnant

Résultat, elles n'aboutiront pas avant la révolution des Oeillets (25 avril 1974) qui vont provoquer l'indépendance  des colonies portugaises et supprimer bien des obstacles. Pour l'anecdote, à la veille du coup d'état du Mouvement des Forces Armées (MFA), les négociations étaient bien avancées pour la livraison de 32 Mirage IIIEPL, version portugaise du Mirage IIIE.


Un TA-7P biplace en vol

Le projet d'acquérir des avions français est définitivement abandonné. Désormais ce sont des avions américains qui sont étudiés qu'il s'agisse du Phantom II, du A-4 Skyhawk, du A-7 Corsair II qui finira par triompher du F-5 un temps le favori. Il faudra attendre 1994 et l'arrivée du F-16 pour que la force aérienne portugaise dispose à nouveau d'un véritable chasseur de défense aérienne.

Le 5 mai 1980, le Portugal signe le contrat V-519 qui doit fournir à son armée de l'air 28  LTV A-7P mais au finalement seulement 20 appareils seront convertis, les huit appareils non transformés servant de réserve de pièces détachées. Cette conversion «portugaise» voit d'anciens A-7A de l'US Navy remotorisés avec des TF30-P408, munis de l'avionique des versions A-7D et E.

Les livraisons commencent le 24 décembre 1981 avec la livraison des neufs premiers appareils, la livraison des derniers appareils ayant lieu le 29 septembre 1982.

En mai 1983, le contrat est renégocié et l'armée de l'air portugaise choisit de commander 24 A-7P et six A-7A convertis en biplaces baptisés logiquement TA-7P. Les livraisons de ce second lot s'étendent du 8 octobre 1984 au 30 avril 1986. Néanmoins un A-7P est perdu aux Etats-Unis avant la livraison.

Pour assurer la formation des pilotes, l'USN loue au Portugal un TA-7C entre avril 1982 et juin 1985.


Le Corsair II vole au dessus des flots !

Les Corsair II portugais vont rester en service jusqu'au 10 juin 1999 quand à lieu le dernier vol opérationnel des A-7P. Au final, la flotte de 49 appareils à accumulé 64000 heures de vol.

Deux squadrons ont été équipés, le squadron 302 «Aguias Reais» (aigles royaux) basé à Monte Real dans le centre du Portugal  qui utilise l'appareil de 1981 à 1996 et le squadron 304 «Magnificos (magnifiques) basé lui aussi à Monte Real de 1984 à 1999.

Les Corsair II portugais étaient utilisés pour l'attaque aéromaritime, l'interdiction et la défense aérienne. Si le squadron 302 remplaçait par le A-7 ses F-86F, le squadron 304 troquait ses Fiat G-91 contre des Corsair II. Ils ne participèrent pas à des conflits mais multiplièrent les exercices au sein de l'OTAN.

La disponibilité des appareils se révéla fort médiocre en raison du manque de pièces détachées et de problèmes financiers. La flotte de Corsair II portugais subit un certain nombre de pertes avec la perte de quatorze appareils.

Comme au sein de l'USAF et l'ANG, les Corsair II ont été remplacés par des F-16, le premier F-16 arrivant au Portugal en mai 1996. Le squadron 302 est alors dissous, ses avions et ses hommes ralliant le squadron 304  qui est dissous le 9 juillet 1999 après le retrait du Corsair II. La majorité des cellules ont été détruites mais six ont survécu dans des musées ou comme «pot de fleur».

Grèce

Un Corsair II biplace de l'armée de l'air grecque

L'Armée de l'Air grecque à acquis 60 A-7H et cinq TA-7H neufs, une version adaptée aux besoins grecs de l'A-7E Corsair II, les A-7H ne disposant pas de système de ravitaillement en vol car le théâtre d'opération méditerranéen ne nécessitait pas ce type de système.

Ces appareils neufs acquis entre 1975 et 1980 sont suivis en 1993/94 par 50 A-7E et 18 TA-7C issus des surplus de l'US Navy, deux ans après le retrait du service de l'appareil.


Un A-7 Corsair II de l'armée de l'air grecque en vol

Ces avions utilisés pour l'attaque au sol, l'appui-tactique et les frappes d'interdiction furent régulièrement modernisés par la Elliniki Polimiki Aeroporia avec une augmentation de la poussée des moteurs, la modernisation de l'avionique, l'acquisition de capacités tout-temps. Les Corsair II grecs ont tous été retirés du service en octobre 2014.


Un A-7E Corsair II de l'armée de l'air grecque avec une livrée chatoyante

Les A-7 Corsair II ont été utilisés essentiellement par le 116th Fighter Wing stationné à Araxos avec notamment le squadron 336.


A-7C Corsair II grec biplace

Thaïlande

L'Aéronavale Thaïlandaise (Ratchanavee Thai ou Kong Tup Rua Thai) achète 14 A-7E et 4 TA-7C ayant appartenu à l'US Navy. Les appareils sont livrés en 1995 et mis en œuvre par le squadron 104 des «réquins blancs» (White Shark) stationnés à U-Tapao. Les appareils ne sont plus opérationnels depuis 2007 mais pour une raison mystérieuse sont maintenus en état de vol.

Acquisitions non réalisées

-Le Pakistan à envisagé l'acquisition de Corsair II de seconde main mais les Etats-Unis ont mis leur véto pour protester contre le programme nucléaire militaire mené par le «Pays des purs».


Deux représentations d'un A-7 Corsair II à la française


-La France aurait pu être un autre utilisateur du Corsair II. Cherchant à remplacer l'Etendard IV par un appareil plus moderne, la France étudia d'abord une version navalisée du Jaguar baptisée Jaguar M.

Après l'échec de cette solution, on étudia la navalisation du Mirage F-1 mais en dépit des qualités, faute de budget, cette solution qui aurait eu l'avantage de remplacer l'Etendard IV et le Crusader n'aboutit pas.

On étudia alors une version française du Skyhawk baptisée A-4T mais également la production sous licence du Corsair II.

La SNIAS (Société Nationale Industrielle Aérospatiale) et son patron Henri Ziegler proposa donc à la firme LTV (Ligth Temco Vought) une coopération pour la fabrication sous licence en France d'une version adaptée de l'A-7 Corsair II. Il envoya dans ce sens une lettre au ministre de la Défense Michel Debré en juillet 1972.

L'accord prévoyait la fabrication de 50% des éléments en France et son assemblage final à Saint Nazaire, 80 appareils devaient être construits . Ce projet est cependant rejeté dès le mois de novembre, officiellement pour des raisons techniques (catapultes BS5 trop peu puissantes ne permettant pas d'employer l'avion à pleine charge) mais des raisons politiques dont l'influence de Dassault semble être à l'origine du capotage. Il y à également des motifs psychologiques : proposer à Michel Debré, gaulliste de choc de produire un avion américain sous licence, il fallait être gonflé ou un peu naïf !

En janvier 1973, le ministre de la défense Michel Debré officialise la décision de dévelloper le Super Etendard pour remplacer l'Etendard IV.





Caracteristiques Techniques (A-7E)

Type : avion d'attaque monoplace monoréacteur

Masse à vide 8676kg maximale au décollage 19050kg carburant 4600kg soit 5060 litres

Dimensions : longueur 14.06m envergure 11.8m hauteur 4.9m

Motorisation : un turboréacteur Allison TF41-A-2 sans post-combustion de 66.7kN

Performances : vitesse maximale 1111 km/h au niveau de la mer réduite à 1041km/h à 1524m avec douze bombes Mk82 de 227kg qui repasse à 1102 km/h après le largage des bombes distance franchissable (carburant interne) 1981km passant à 2485km avec des réservoirs supplémentaires plafond opérationnel 13000m distance de décollage 519.7m à 19000kg


Avionique : système de navigation inertiel AN/ASN-90(V), système de navigation et d'attaque AN/ASN-91(V), un système Doppler AN/APN-190(V), un radar de suivi de terrain Texas Instruments AN/APQ-126(V), un système tête haute AN/APQ-7(V), un ordinateur CP-953A/AJQ et un système de cartographie AN/ASN-99.


Armement : un canon hexatube M61A1 Vulcan avec 1030 coups comme armement interne; six points d'attache sous les ailes et deux sous le fuselage pour des missiles AIM-9 Sidewinder (et aucune autre charge).

Les points d'attache sous les ailes peuvent supporter 6803.9kg de charge militaires comme quatre paniers de quatre roquettes Zuni Mk32 de 127mm, deux missiles antiradars AGM-45 Shrike, deux bombes à guidage TV AGM-62 Walleye, deux missiles air-sol AGM-65 Maverick, deux missiles antiradars AGM-88 HARM, deux bombes planantes GBU-8 HOBOS, des bombes à guidage laser Paveway, jusqu'à trente bombes Mk82 de 227kg ou quatre bombes nucléaires (B-28/B-43/B-57/B-61/B-83) sans oublier des réservoirs supplémentaires (quatre réservoirs de 1100l ou de 1200 ou de 1400l)


SOURCES

-US Navy Tome 1 et Tome 2 de Jean Moulin

-Le Douglas A-4 Skyhawk 1955-2015 de Gerard Paloche

-Le Fana de l'Aviation HS n°33 L'Aéronautique navale américaine au Vietnam Meurtrier Yacht Club

-Liens internet


FIN

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11741
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Mar 31 Jan 2017, 00:01

bonjour
thumright
j'ai sagement attendu la fin. j'avais intérêt; je n'ai pas encore parlé de l'article consacré au Skyhawk. Embarassed
j'ai des excuses, ma flemme naturelle, bien sur, mais aussi le fait que le A-4 est l'un de mes avions préférés.
je ne pouvais décemment pas en parler avant de l'avoir dégusté (l'article).
faut que je me bouge avant qu'Alzheimer… affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Mar 31 Jan 2017, 10:13

Merci

J'ai mis à peine trois heures pour le poster mais il traînait sur mon PC depuis deux mois. Un vrai soulagement de le poster

J'ai un article sur la France et le cuirassé que je dois poster sur le blog La Cordelière et ensuite j'espère faire d'autres articles sur ce forum

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valdechalvagne
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1805
Age : 48
Ville : puget thenier
Emploi : artisant
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Mar 31 Jan 2017, 11:26

très belle article !! bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9357
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   Mar 31 Jan 2017, 17:30

Merci Very Happy Very Happy

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Histoire de "X"   Mar 31 Jan 2017, 19:35

clausewitz a écrit:
LING-TEMCO-VOUGHT A-7 CORSAIR II (ETATS-UNIS) […]


Vought F-8H Crusader de l'armée de l'air philippine […]
Vraiment ventre à terre, ce malheureux Crusader !
Citation :
[…] Cette année-là en effet, l'US Navy lança le programme VAX (V = Heavier than air ou plus lourd que l'air et non Vessel comme je l'ai cru trop longtemps […]
Ah ! Que voici un aveu réjouissant ! thumleft
Citation :
[…] A = Attack X = Experimental). Ce programme d'avion embarqué expérimenta muta pour devenir en 1963 […]
Non.
Pas Experimental.
Pas plus que le programme TFX (qui devait accoucher du F-111) ne concernait un appareil expérimental.

Le "X" est une désignation provisoire, tout comme celui du programme DDG(X).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]   

Revenir en haut Aller en bas
 
LTV A-7 Corsair II [NOUVELLE VERSION]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] ANDROID MUSIC 3 : Nouvelle version du player d'origine d'Android [Gratuit]
» SPIDER-MAN (nouvelle version)
» nouvelle version f. de transport, à la sauce de misslu...
» OPERA MINI 5.1 Nouvelle version pour WM - [MAJ 9 SEPT 2010]
» nouvelle version orange maps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: