AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 13:29

DOUGLAS A-4 SKYHAWK
(ETATS-UNIS)



AVANT-PROPOS

Une présentation des avions d'attaque embarqués de l'US Navy

Prémices

Le porte-avions apparaît à la fin du premier conflit mondial et sa vocation offensive est immédiate puisque la première action offensive menée depuis un «pont plat» est un raid de bombardement sur les hangars à zeppelin de Tondern le 19 juillet 1918 menée par le HMS Furious.

Néanmoins les premiers avions d'attaque embarqués sont des torpilleurs. Les britanniques et les américains réagissent en surfaciers et le plus important est de neutraliser ou d'éliminer une flotte ennemie et face à la protection des cuirassés et des croiseurs de bataille, la seule arme efficace est la torpille car frappant sous la flottaison là où la protection est plus faible.

Comme tout nouveau vecteur militaire, les choses vont cependant très vite et dès les années vingt, l'aviation des Marines expérimente le bombardement en piqué ou dive bomber. Au lieu de bombarder horizontalement, l'avion effectue un piqué vertical d'un angle de 45° environ pour pouvoir larguer avec précision sa bombe, le bombardement horizontal sur une petite cible mouvante étant pour le moins aléatoire.

Les bases des groupes aériens embarqués allaient donc reposer sur une trilogie chasseur/bombardier en piqué/avion-torpilleur.

Selon le schéma imaginé avant guerre par les américains, le chasseur devait assurer la protection du porte-avions et lors des missions d'attaque, protéger les bombardiers en piqué et les avions-torpilleurs en repoussant la chasse ennemie et en neutralisant les pièces de DCA.

Le bombardier en piqué devait ensuite frapper les navires ennemis, les amollir avant que l'avion-torpilleur ne finisse le travail en larguant ses projectiles qui imposant un vol rectiligne à basse altitude et basse vitesse, le rendant terriblement vulnérable.

Une maxime militaire dit que le plan est la première victime de la guerre en raison notamment des frictions et du brouillard de guerre chers à Clausewitz. Les opérations aéronavales n'échapperont pas à cet axiome.

Outre le fait que la «bataille décisive» recherchée n'eut jamais lieue, les assauts aéronavals ne se déroulèrent jamais selon le schéma imaginé, l'exemple le plus parlant étant la bataille de Midway (4-5 juin 1942) où ce sont les bombardiers en piqué qui portent le coup fatal à la flotte japonaise en profitant du massacre par les Zero des avions-torpilleurs Douglas Devastator.

Quatre porte-avions sont coulés et si ce n'est pas ce jour que Tokyo à perdu la guerre, il était évident qu'il ne la gagnerai plus et que la défaite des armées du Mikado n'était plus qu'une question de temps.

En septembre 1939, les six porte-avions américains en service (Lexington Saratoga Ranger Yorktown Enterprise Wasp plus le Hornet en construction) aligne dans leurs groupes aériens des avions-torpilleurs (torpedo bomber) et des bombardiers en piqué appelés non pas dive bomber mais scout bomber ou bombardier-éclaireur, le plus connu d'entre-eux le Douglas SBD Dauntless assurant à la fois des missions de reconnaissance et de bombardement.


Douglas Dauntless en vol

En septembre 1939, les bombardiers en piqué en service sont le Vought Vindicator, le Brewster SBA, le Curtiss SBC Helldiver, le Great Lakes BG et le Northrop BT mais ces appareils sont rapidement remplacés par le Douglas Dauntless qui était le scout bomber standard de la marine américaine quand les Etats-Unis entrent en guerre un certain 7 décembre 1941, le fameux jour d'infamie.

Comme souvent à l'époque, le remplaçant du Dauntless était en dévellopement alors que l'appareil rentrait à peine en service, le Curtiss SB2C Helldiver, un appareil performant mais à la mise au point longue et pénible ce qui lui valut le surnom de «The Beast» (la bête) ou moins flatteur de «Son of Bitch 2nd Class» (fils de pute de 2ème classe).



Curtiss SB2C Helldiver

Après une mise au point très longue (surtout en temps de guerre), le Curtiss SB2C Helldiver se révéla être un appareil performant, d'une redoutable efficacité, appareil qui supplanta le Dauntless après la bataille de la mer des Phillipines (19-20 juin 1944).



Douglas Devastator

En ce qui concerne le torpillage, le Douglas Devastator équipe les squadrons VT (V pour plus lourd que l'air T pour torpillage) des porte-avions américains. Rapidement déclassé, il subit des pertes affreusement lourdes à Midway ce qui entraine son retrait précipité du service et l'accélération de la mise en service de son successeur le Grumman Avenger.


Grumman Avenger

Douglas Skyraider et Martin Mauler, des avions d'assaut polyvalents

Les bombardiers en piqué comme les avions-torpilleurs étaient puissants, efficaces mais avaient aussi leur vulnérabilité notamment vis à vis de la chasse lors de la phase ultime de l'attaque, le piqué pour le premier, le vol rectiligne et le largage de la torpille pour le second.

Pour diminuer cette vulnérabilité, le choix du biplace s'imposait. Un mitrailleur installé en place arrière, disposant d'une ou deux mitrailleuses permettait en théorie d'éloigner la chasse lors des phases de vulnérabilité.

Néanmoins l'évolution du conflit rendait l'avenir du torpedo bomber et du scout/dive bomber bien incertain en raison de l'augmentation des performances des chasseurs en terme de vitesse et de puissance de feu ainsi que d'une DCA toujours plus puissante et qui avec l'utilisation du radar de conduite de tir pouvait dresser un véritable mur de feu quasi-infrachissable.

De plus au cours du second conflit mondial, l'aéronavale américaine connu une mutation sur le plan des missions.

Au fur et à mesure que la flotte japonaise finissait au fond des océans ou bloquée dans ses ports faute de carburant, les avions américains devaient davantage mener des missions d'appui-feu au profit des Marines et des G.I engagés dans d'inombrables opérations amphibies.

L'utilité du biplace et d'avions dédiés semblait superflu, un appareil monoplace polyvalent était nettement suffisant et surtout bienvenue sur un espace restreint et contraint comme le pont d'un porte-avions.

Le 6 juillet 1944, l'US Navy fait savoir qu'elle souhaite équiper ses forces d'un avion monoplace monomoteur embarqué capable de mener des missions de bombardement en piqué et de torpillage destiné à remplacer les appareils en service à savoir le Curtiss Helldiver et le Grumman Avenger.


Douglas A-1H Skyraider en vol durant la guerre du Vietnam

Douglas charge Ed Heinemann de mettre au point un appareil repondant aux désidératas de l'US Navy. Le futur père du non moins célèbre A4 Skyhawk dessine un appareil trapu à aile basse propulsé par un puissant moteur radial Wright R3350 de 3050ch.

Le XBT2D-1 effectue son premier vol le 11 mars 1945 et au mois d'avril 1945 commence l'évaluation officielle. Entre temps, 573 appareils sont commandés, les 25 premiers sont baptisés Dauntless II mais les suivants reçoivent le nom de Skyraider le 15 novembre 1946 avec la nouvelle désignation d'AD-1.

Les appareils de série sont produits à l'usine Douglas de El Segundo en Californie et les premiers d'entre-eux sont livrés à la fin de 1946 au squadron VA-19A qui est qualifié à l'appontage sur le porte-avions d'escorte Sicily (CVE-118) au printemps 1947 en compagnie des squadrons VA-3B et VA-4B.

833 Skyraider ont été livrés en 1950 mais la production ne s'arrête pas là. L'incroyable adaptabilité du Skyraider fit que pas moins de 3180 appareils sont construits en sept versions principales entre 1945 et août 1956 (d'autres sources donnent février 1957) pour des missions aussi variées que l'attaque, l'appui aérien rapproché, l'alerte radar avancée, la guerre électronique mais aussi le transport.

Utilisé par l'US Navy, l'USMC et l'USAF pour ne parler que des américains, le Skyraider fût engagé dans la guerre de Corée et au Vietnam, étant retiré du service en 1968 pour les versions dérivées, les versions d'assaut ayant été remplacés dès la fin des années cinquante par le A-4 Skyhawk.

Utilisés durant la guerre du Vietnam dans les missions Sandy (CSAR), la couverture des hélicoptères de recherche et de sauvetage au combat, le Skyraider utilisé pour l'attaque par l'US Navy et l'USMC fût crédité de deux victoires aériennes contre des Mig-17 nord-vietnamien.

A l'étranger, l'appareil fût utilisé par l'Armée de l'Air en Algérie pour des missions d'appui-feu au profit des troupes au sol, les «Spads» étant utilisés par la France de 1960 à 1976.

Il fût utilisé également par le Sud-Vietnam, par le Cambodge, le Gabon et le Tchad _des appareils ex-français_, la Fleet Air Arm dans sa version alerte aérienne avancée et l'Armée de l'air suédoise pour le remorquage de cibles.


Caractéristiques Techniques du Douglas Skyraider

Type : avion d'attaque monoplace embarqué

Masse : à vide 5429kg à pleine charge 8213kg maximal au décollage 11340kg

Dimensions : longueur 11.84m envergure 15.25m hauteur 4.78m

Motorisation : un moteur radial Wright R-3350-26WA de 2700ch actionnant une hélice quadripale

Performances : vitesse maximale 518 km/h à 5500m vitesse croisière 319 km/h distance franchissable 2115km plafond opérationnel 8685m

Armement : 4 canons AN M3 de 20mm dans les ailes avec un total de 800 coups. 3600kg de charge sous quinze points d'attache (un sous fuselage et quatorze sous les ailes)



Martin Mauler en vol

Le Martin Mauler fût aux yeux de l'histoire éclipsé par l'aura magnétique du Douglas Skyraider. Le prototype baptisé XBTM-1 est commandé le 31 mai 1944, effectuant son premier vol le 26 août 1944 et fût bientôt suivit d'un deuxième prototype puis de seize appareils de pré-série mais l'appareil n'était pas encore au point quand le Japon capitule le 2 septembre 1945.

750 BTM-1 rapidement rebaptisés AM-1 et affublés du surnom de Mauler sont commandés le 15 janvier 1945. C'est un monoplan à ailes basse, l'un des plus gros jamais construits et d'ailleurs peu facile à piloter et à poser. Il pouvait emporter la charge hallucinante de 4850kg sur ses points d'emport externes mais un pilote d'essais parvint à décoller avec 5737kg de bombes et de torpilles.  

Le squadron VA-17A fût la première unité équipée à partir du 1er mars 1948 mais sur les 750 appareils prévus, seulement 151 appareils sont sortis des chaines quand la décision est prise d'arrêter la production en octobre 1949. A noter que dix huit appareils furent convertis en appareils de guerre électronique et rebaptisés AM-1Q.

Dès 1950, le Mauler est retiré des unités de première ligne, manquant ainsi la guerre de Corée à la différence de son concurrent, le Douglas Skyraider. Les unités de réserve l'utiliseront cependant jusqu'en 1953.

A noter que fût envisagée une version dérivée destiné au transport (Carrier On board Delivery COD) baptisée Mercury mais ce projet ne dépassa pas le stade des intentions.



Caracteristiques Techniques du Martin AM-1 Mauler

Type : avion d'assaut monoplace embarqué

Masse à vide : 6557kg Masse à pleine charge 10608kg

Dimensions : envergure 15.24m longueur 12.55m hauteur 5.13m

Motorisation : un moteur radial Pratt & Whitney R-4360-4 Wasp Major de 2975ch

Performances : vitesse maximale 591 km/h distance franchissable 2898km plafond opérationnel 9299m

Armement : 4 canons de 20mm dans les ailes et quinze points d'attache (quatorze sous les ailes et un sous le fuselage)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 13:43

Genèse et développement du Douglas A-4 Skyhawk

Douglas Aircraft Company



Hydravion Douglas DT

La Douglas Aircraft Company est créée à Santa Monica (Californie) le 22 juillet 1921 peu après la dissolution de la Davis-Douglas Company. La compagnie devint célèbre en fournissant des hydravions Douglas DT à l'US Army, appareils modifiés pour réaliser un tour du monde (Douglas World Cruiser) mais surtout en produisant des avions commerciaux dont le célébrissime DC-3.


Douglas C-47 Skytrain

Durant le second conflit mondial, la firme qui installe également une usine à Long Beach produit des avions de transport C-47 et C-54 mais également des bombardiers moyens comme le Douglas Invader ou des avions embarqués comme les célèbres Dauntless et Devastator.

Il participe également à la production du B-17. Quand le conflit se termine, la Douglas Aircraft Corporation dispose d'usines à Santa Monica, Long Beach et Torrance (Californie), Tulsa et Midwest City (Oklahoma) et Chicago (Illinois). Ses 160000 employés ont produit 30000 avions entre 1942 et 1945 !  


Douglas DC-6

Le retour à la paix provoque de sérieux remous chez Douglas qui doit réduire ses effectifs de manière drastique passant de 160000 à seulement 60000 employés. La firme dévellope des avions commerciaux (DC-6 et DC-7) mais également des avions militaires à réaction comme les chasseurs Skynight et Skyray ou le bombardier embarqué Skywarrior. C'est aussi la production du célèbre Skyraider que nous venons de voir.


Douglas A3D Skywarrior


Douglas DC-8 de la KLM

Avec le DC-8, Douglas tente de concurrencer le Boeing 707 mais c'est peine perdue puisque si 556 DC-8 sont produits, le Boeing 707 est produit à 1010 exemplaires. La Douglas Aircraft Corporation va également produire des missiles balistiques.


Un Douglas DC-10-30 de Air New Zealand se posant sur l'aéroport de Londres-Heathrow en 1977

En 1967 connaissant des difficultés financières liées au dévellopement au DC-10 et des difficultés de production pour répondre aux besoins de la guerre du Vietnam, la firme n'à d'autres choix que de se marier avec la firme McDonell donnant naissance à la firme McDonell-Douglas qui à son tour allait être absorbée par Boeing.


La Corée entre deux eaux....... .


A la fin du second conflit mondial, les avions à réaction apparurent. Leur apport à la guerre aérienne de la seconde guerre mondiale fût anecodtique mais il annonçait le futur, la disparition de la propulsion par moteur à piston qui avait atteint ses limites en terme de poids et de puissance et son remplacement par la propulsion par moteur à réaction.

Si à terre cela ne posait pas de problèmes, en mer sur les porte-avions c'était une autre histoire car les premiers avions à réaction étaient de véritables «veaux» lourds et difficiles à mettre en œuvre sur un pont en bois. De plus leur autonomie était limitée et leur maniabilité perfectible.
Quand éclate la guerre de Corée en juin 1950, les Carrier Air Group (CAG) américains disposent de chasseurs à réaction mais de chasseur-bombardiers à hélice, les Douglas Skyraider et Chance-Vought Corsair.


Chance-Vought F4U2 Corsair à l'appontage sur un porte-avions léger type Independence

Cette dichotomie s'explique par les limites de l'avion à réaction en terme d'autonomie et de maniabilité à basse altitude, la mission d'appui-rapproché (Close Air Support CAS) imposant un vol à basse altitude et un rapide rétablissement après une passe canon et une passe à la roquette, chose qu'un avion à réaction de première génération pouvait difficilement faire.

Néanmoins à terme, l'avion à hélice était condamné par la puissance des avions à réaction, imposant un avion d'attaque à réaction. Les premiers jalons menant au Skyhawk venaient d'être posés.


Genèse de Kiddie Kart


Dans les années cinquante, les avions à réaction dévellopés aux Etats-Unis étaient de plus en plus puissants, de plus en plus efficaces mais également de plus en plus complexes et couteux.

Certes nous étions au temps de la guerre froide et de budgets militaires généreux mais cela n'était pas une raison suffisante pour se résigner à des avions qui coutaient de plus en plus chers avec un rapport coût/performance pas toujours favorable.

L'un des partisans de cette lutte contre cette inflation était Edward Henry «Ed» Heinemann, l'ingénieur en chef de la division de la firme Douglas installée à El Segundo. Le créateur du Dauntless et du Skyraider commença à travailler sur un avion au poids le plus réduit possible et réutilisant des éléments, des pièces existants pour réduire le coût de dévellopement, le coût d'acquisition et le coût de fonctionnement.

A la même époque comme nous l'avons vu, l'US Navy était intensément engagée en Corée avec des missions d'assaut et d'appui-tactique.

L'appareil destiné à remplacer le Skyraider et le Corsair devait être à réaction pour réduire le temps de missions mais devait être également capable d'emporter la charge militaire la plus importante possible.

Suite à un échange de courriers entre Douglas et le Bureau of Aeronautics (BuAer), ce dernier lance en 1952 un cahier des charges pour un appareil d'attaque diurne embarqué sur porte-avions destiné à des missions d'appui-rapproché, de bombardement , d'interdiction et de frappe nucléaire avec une vitesse maximale de 500 nœuds (environ 1000km), un rayon d'action de 400 miles nautiques (740.8 km), une masse globale de 13600kg avec une charge offensive de 1000 livres (environ 454kg).

Douglas répondit en proposant un avion d'attaque à réaction de 5440kg (12000 livres) respectant les performances demander. Au final la masse fût portée à 14000 livres pour pouvoir atteindre le rayon d'action demandé.

Le contrat de dévellopement signé le 21 juin 1952 prévoit la construction d'un prototype dont le poids fût fixé à 8136 livres (3690kg), le réacteur étant le même que le North American FJ Fury.


Douglas XA4D-1 en vol. Les lignes du futur A-4 sont quasi-définitives

Après la présentation d'une maquette en octobre, la commande de dix-neufs appareils de préserie baptisés YA4D-1 est décidée. Le prototype est présenté en février 1954 et le 22 juin suivant, le XA4D-1 décolla pour la première fois. Moins de trois mois plus tard, le 14 août, le premier appareil de pré-série effectue son premier vol.

Le dévellopement se passa rapidement. Dès la sortie du troisième appareil de présérie (le premier à avoir été réalisé sur les chaines de montage), le préfixe Y fût abandonné, tous les appareils désignés A4D-1 et le nouvel avion de recevoir le surnom de Skyhawk.

Le «Faucon du ciel» (sic) était un petit appareil à aile delta et dérive solidaire du fuselage, les réservoirs se trouvant dans les ailes et derrière le poste de pilotage, toute l'électronique étant concentrée à l'avant. A noter que le fuselage est composé de deux parties reliées ensemble par six boulons ce qui facilite grandement la maintenance notamment du réacteur.


Activité frénétique dans une usine Douglas. Plusieurs A-4 Skyhawk en cours de fabrication

Le train d'aterrissage tricycle à grand empattement permet l'émport d'une charge volumineuse sous le fuselage notamment une bombe nucléaire. La charge offensive était fixée à 5000 livres soit 2250kg répartis sur trois points d'attache (un sous le fuselage et deux sous les ailes) à laquelle il fallait ajouter deux canons de 20mm implantés dans les ailes avec 100 coups chacun. Ces canons de la firme Colt ne seront pas une réussite, connaissant un taux d'enrayage élevé.

L'appareil va ensuite connaître une multitude de versions qui intégraient une électronique plus moderne, des moteurs plus puissants, bref adaptant le Skyhawk aux évolutions du combat aérien moderne ce qui explique sa longue carrière au sein de l'US Navy (1956-1975 soit près de vingt ans) mais également à l'étranger, l'avion comme nous le verrons étant encore en service en 2016 dans la marine brésilienne.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 14:11

CARRIERE OPERATIONNELLE

Versions

Si aujourd'hui, les avions de combat sont dévellopés en un nombre réduit de versions, à l'époque du Skyhawk, l'aviation évoluait tellement vite _un avion mis en service était pour ainsi dire périmé ou du moins en voie de déclassement rapide_ qu'il fallait intégrer rapidement des modifications à l'avionique, l'électronique, la motorisation voir l'armement. D'où l'existence de nombreuses versions du «KiddieKart».

Jusqu'en 1962, l'US Army, l'US Navy et l'USAF avait leur propre système de désignation ce qui faisait que par exemple le Dauntless était le SBD pour l'US Navy mais le A-24 Banshee pour l'USAAF.

Ce système est abandonné en 1962 donc au profit d'une désignation commune, le Skyhawk connu à l'origine comme A4D (quatrième avion d'attaque de la firme Douglas) devient le A-4, le quatrième avion d'attaque, le A-1 étant attribué au Skyraider, le A-2 au Guardian et le A-3 au Skywarrior, le A-5 étant attribué au Vigilante, le A-6 à l'Intruder, le A-7 au Corsair II _successeur du Skyhawk_, le A-8 au Harrier, le A-9 au projet de Northrop ayant perdu contre le A-10 de Fairchild, le A-11 n'ayant pas été attribué (à ma connaissance) alors que le A-12 à été attribué à l'Avenger II, un autre projet mort-né.

A4D-1 (A-4A)


Première version du Skyhawk, l'appareil est produit à 166 exemplaires, les vingt exemplaires de pré-série et 146 appareils pour les unités de combat, les premiers appareils étant livrés en septembre 1956.

Dix-huit squadron de l'US Navy et de l'USMC en furent équipés. Tous ces avions étaient propulsés par une version légèrement plus puissante du réacteur du prototype en l'occurence le JG5-W-4 (ou W-4B) dévellopant 3495kg de poussée.

A4D-2 (A-4B)


Cette version du Skyhawk à été conçue avant même les premières livraisons de A4D-1, le premier A4D-2 volant pour la première fois le 26 mars 1956.

Produite à 542 exemplaires, elle se différencie de la première par un renforcement de la partie arrière du fuselage, un gouvernail monosurface avec de renforts externes pour limiter les vibrations à haute vitesse (et en conséquence les criques de fatigue).

L'appareil à reçu également un système d'alimentation en carburant sous pression avec une perche de ravitaillement en vol fixe placée à droite sur le fuselage. Le système d'armes permet la mise en œuvre du missile radioguidé Bullpup. Le train d'aterrissage est renforcé et le réacteur est un J-65-W-16A dévellopant 3540kg de poussée.

Les premiers appareils sont livrés en septembre 1957. Certains appareils retirés du service ont été remis en état et revendus à l'étranger tandis que d'autres ont été utilisés pour l'entrainement sous le nom de TA-4B.

A4D-3

Projet non concrétisé d'un dérivé de l'A4D-2 motorisé par un réacteur J52-P-2 plus performant et plus économique, un système de navigation et de bombardement plus évolué dotant l'avion de certaines capacités tout temps (pilote automatique). L'absence de budget empêcha la concrétisation du projet.

A4D2-N (A-4C)



Après l'échec de l'A4D-3, l'US Navy demanda officiellement à Douglas une version améliorée de l'A4D-2. Cet appareil devait être capable d'opérer de nuit et par mauvais temps. Il reprennait donc une partie des équipements prévus pour l'A4D-3 en l'occurence le pilote automatique, le système de bombardement à basse altitude et radar d'évitement du terrain, nécessitant l'allongement de l'avant du fuselage de 22.9cm (9 pouces). Le réacteur J65 (W-16 et W-20 de 3810kg) était conservé, l'angencement du poste de pilotage était revu, le pare-brise muni d'un essuie-glace.

Le premier vol eut lieu le 21 août 1958, les premiers des 638 appareils livrés l'étant en février 1960. Deux exemplaires furent modifiés pour répondre à une demande de l'US Army qui cherchait un avion d'assaut. Opposé au Northrop N-156 (futur F-5) et au Fiat G-91, il remporta la compétition mais ne fût jamais commandé en série, l'US Army ayant changé de politique au profit de l'hélicoptère.

A4D-4

Projet lancé en 1958 qui ne dépassa pas le stade des études. Il concernait une version du Skyhawk à grand rayon d'action à capacité tout temps, à la voilure en flèche agrandie et partiellement repliable, une verrière bulle et sept points d'emports.

NdA la dénomination A-4D à été sautée pour éviter la confusion avec l'ancienne désignation du Skyhawk


A4D-5 (A-4E)


Version produite à 500 exemplaires (dont deux prototypes). Mise en service à partir de janvier 1963, elle reprennait la motorisation du mort-né A4D-3 en l'occurence le Pratt & Whitney J52-P-6-A de 3855kg, un réacteur moins gourmand en carburant qui permettait une augmentation de l'autonomie de 27%.

Première version du Skyhawk incapable de mener le bombardement nucléaire (au milieu des années soixante, les Etats-Unis rationnalisent leur force nucléaire et l'US Navy choisit la voie du SLBM), elle dispose de deux points d'emports supplémentaires par rapport aux versions précédentes, installés à l'extérieur des ailes. Le nez est allongé de 14 pouces (35.60cm) pour intégrer un ordinateur de navigation. La structure à été rebfircée pour permettre de catapulter l'appareil à la masse de 11.10 tonnes.

En cours de production, certains A-4E reçurent un réacteur J52P-8-A de 4200kg, d'autres en plus petit nombre reçurent une bosse renfermant une avionique supplémentaire issue de l'A-4F, la perche de ravitaillement courbée de l'A-4M.

Suite aux lourdes pertes de la guerre de Kippour (octobre 1973), l'armée de l'air israélienne reçut 46 A-4E de l'US Navy et de l'USMC, appareils livrés lors d'un pont aérien.

A-4F


Construite à 147 exemplaires, le «Fox-Trot» est la dernière version conçue spécifiquement pour l'US Navy. Le premier vol à lieu en août 1966 et les livraisons commencent en 1967, équipant rapidement les squadrons engagés au Vietnam.

A l'origine l'appareil était pour ainsi dire identique à la version d'origine avec des modifications limitées (roulette avant directrice, spoilers sur les ailes destinés à accroitre la portance au décollage et un siège Escapac 1C-3 aux capacités Zero-Zero _peut fonctionner à l'arrêt au sol_ ) mais le RETEX de la guerre du Vietnam entraine l'installation de la fameuse bosse (hump) pour intégrer des équipements d'avionique sur les appareils sortant de chaines de montage et installés en rattrapage sur les appareils en révision.

100 A-4F furent équipés d'un réacteur J52-P-408 et d'autres A-4F reçurent un carénage sur la dérive pour intégrer le système d'alerte ALR-45.



Cette version à été utilisée par la patrouille acrobatique «Blue Angels» de l'US Navy de 1974 à 1987, succédant au Phantom II avant de céder la place au Hornet toujours utilisé aujourd'hui.

A-4L


Entre 1969 et 1972, 100 A-4C subissent une modernisation de leur avionique et de leur électronique pour être utilisés par les squadrons de réserve. Ces avions reçurent également un réacteur amélioré, des poilers sur les ailes et une nouvelle avionique permettant la mise en œuvre du missile anti-radar Shrike et de bombes Walleye.

A-4M


Surnommé «Skyhawk II», l'A-4M produit à 160 exemplaires pour l'USMC _qui ne mit jamais en œuvre l'A-7 Corsair II_ est la dernière version monoplace de l'apparieil. Le dernier «Mike» sorti de chaine le 27 février 1979 était également le dernier des 2960 Skyhawk produits.

Cette version était un A-4F amélioré, un réacteur J52-P408 équipé d'une tuyère avec réducteur d'émision de fumée et d'une puissance accrue de 20% (5080kgp), d'une verrière agrandie (7.5cm de plus en largeur) pour améliorer la vision du pilote, un parachute de freinage dans un carénage situé sous l'arrière du fuselage et d'une antenne IFF déplacée dans un carénage installé au sommet de la dérive, sommet raccourci. La perche de ravitaillement avait été redésinée pour éviter les interférence avec le radar.

Le premier A-4M décolle pour la première fois le 10 avril 1970, les premiers appareils de série étant livrés à la VMA-324 en février 1971. D'autres améliorations de l'avionique furent apportés comme un système de désigantion laser, un équipement de CME plus moderne et un nouveau générateur électrique.

TA-4E et TA-4F

TA-4E

Faute de budget, l'US Navy n'avait pas dévellopé une version biplace du Skyhawk pour l'entrainement ou des missions spécifiques comme la reconnaissance et le contrôle aérien avancé (FAC).

Changeant son fusil d'épaule en 1964, l'US Navy obtient du Department of Defence (DoD) le budget nécessaire pour la fabrication d'un Skyhawk biplace. L'argument massue était de permettre de consacrer tous les monoplaces aux unités de combat.

Les deux derniers A-4E furent modifiés sur les chaines de montage avec l'ajout d'une section supplémentaire de 71cm (28 pouces) afin d'installer un second siège éjectable placé légèrement plus haut, réduisant la taille du réservoir. Un jeu de commande est installé à l'arrière, la roulette avant était directionnelle, des spoilers sont ajoutés devant les volets pour améliorer les performances lors d'atterrissages par vent latéral.

Le premier TA-4E effectue son premier vol le 30 juin 1965, le biplace entrant en service en mai 1966. Rebaptisé TA-4F, il fût produite à 241 exemplaires qui remplacèrent les TF-9J Cougar. Comme leurs prédecesseurs, les TA-4F furent utilisés pour l'entrainement et l'observation aérienne avancée, le pilote à l'avant et l'observateur à l'arrière.


TA-4F

A la fin de leur carrière, quatre appareils furent transformés en EA-4F pour l'entrainement à la guerre électronique.

OA-4M


Transformation de 23 TA-4F en appareils de contrôle aérien avancé (électronique supplémentaire, protection améliorée) à destination des Marines. Les essais commencèrent en juillet 1978 et les livraisons aux unités opérationnelles suivirent peu après.

TA-4J


Seconde version biplace du Skyhawk, le TA-4J à été produit à 277 exemplaires, la majorité par transformation de TA-4F, ces appareils ne pouvant par exemple mener aucune opération de combat ce qui entrainait une baisse de la masse totale, le réacteur étant moins puissant.

*
**

Porté par la puissance politique et militaire des Etats-Unis, le Skyhawk à connu un grand succès à l'exportation, son faible coût et sa facilité d'utilisation ayant beaucoup joué dans ce succès.

Comme pour le Mirage III, chaque version du Skyhawk exporté recevait une désignation spécifique mais si 400 exemplaires furent utilisés hors des Etats-Unis, la majorité était d'anciens appareils de l'US Navy et de l'USMC et cédés à vil prix.

A-4G et TA-4G

A-4G conservé dans un musée et un second appontant sur le HMAS Melbourne


Désignation des huit monoplaces et deux biplaces acquis par la Royal Australian Navy (RAN) en 1965 afin d'équiper le HMAS Melbourne. Huit autres appareils d'anciens A-4F modifiés en A-4G sont acquis en 1970 portant la flotte à seize appareils. Ces appareils utilisés à partir de 1982 à terre (retrait du HMAS Melbourne) furent revendus à la Nouvelle-Zélande qui  les utilisa jusqu'en 2001.

A-4H et TA-4H.


Désignation des Skyhawk destinés à la Heyl Ha- Avir, l'armée de l'air israélienne. Connu sous le nom de Ahit (aigle), l'A-4H était basé sur la version Echo du petit appareil de Douglas. 48 exemplaires sont commandés en août 1966, le premier appareil effectuant son vol inaugural en octobre 1967, les livraisons commençant en décembre. 90 appareils A-4H furent produits ainsi que 10 TA-4H, issu du TA-4J. Tous ces appareils sont livrés entre 1967 et 1975.



Remplacé par le F-16, le Skyhawk connu une nouvelle carrière en Indonésie avec la revente en 1979 de quatorze A-4E et de deux biplaces TA-4H.

A-4K et TA-4K


Désignation des Skyhawk commandés par la Royal New-Zealand Air Force (RNZAF) pour remplacer les bombardiers Canberra,la RNZAF ayant envisagé l'achat de Phantom II voir du Mirage IV avant de commander en 1968 dix monoplaces et deux biplaces semblables au duo A-4F/TA-4F.



Ces appareils rejoints par les Skyhawk australiens (rebaptisés A-4K et TA-4K) en 1984 sont modernisés pour vingt-deux d'entre-eux. Un temps leur remplacement par des F-16 pakistanais sous embargo fût envisagée mais suite à un changement de majorité politique, le projet fût abandonné marquant la fin en 2001 de l'aviation de combat en Nouvelle-Zélande.

A-4KU et TA-4KU

Désignation attribuée aux Skyhawk commandés par l'armée de l'air koweitienne qui passe commande en novembre 1974 de trente monoplaces et de six biplaces. Comme l'A-4N ci-après, le A-4KU est basé sur l'A-4M alors que sa variante biplace à été dévellopée à partir du TA-4J.

Le premier vol d'un A-4KU à lieu en juillet 1976 et les appareils sont livrés en 1977/78. Utilisés pendant la guerre de Golfe (1990/91), les appareils ont été remplacés par des Hornet et revendus en 1997 à la marine brésilienne qui récupéra vingt monoplaces et trois biplaces rebaptisés respectivement AF-1 et AF-1A Falcao (Faucon), appareils toujours en service actuellement.

A-4N


Deuxième version spécifiquement conçue pour les besoins israéliens, cet appareil était basé sur l'A-4M de l'USMC. 117 exemplaires sont livrés entre 1972 et 1976. Par rapport au «Mike», le «November» disposait d'une avionique plus moderne, de canons de 30mm DEFA (tout comme d'ailleurs l'A-4H), la tuyère du réacteur fût allongée pour réduire la vulnérabilité de l'appareil aux missiles à guidage infrarouge.

A-4P


Désignation de 25 A-4B de l'US Navy rachetés en 1965 par l'armée de l'air argentine (Fuerza Aera Argentina) pour remplacer des Gloster Meteor et des North American F-86 Sabre. Ces appareils sont livrés en 1966 et 1970, ce délai s'expliquant par la crainte d'une pénurie d'un appareil fortement socilité au dessus du Vietnam.

A-4PTM


Désignation de 34 A-4E reconditionnés et livrés à la Malaisie en 1982 complétés par six biplaces TA-4PTM livrés en 1985/86. Remplacés dès 1994 par des Bae Hawk, les derniers appareils sont retirés du service en 1999.

A-4Q

A-4Q appontant sur le Veintincinco de Mayo

Désignation des A-4B acquis par l'aéronavale argentine (Commando Nacional de Aviacion Naval Argentina CANA) en 1971. Ces appareils pouvaient mettre en œuvre le Sidewinder à la différence des A-4P. Les Skyhawk de l'Aéronavale Argentine sont retirés du service en 1988.

A-4AR Figthing Hawk


Désignation de 36 A-4M del'USMC livrés par les Etats-Unis en 1994 après un embargo de onze ans, ces avions étant modernisés par Lockheed Martin.

Ces appareils  sont livrés entre 1997 et 2000 et toujours en service actuellement aux côtés de Dagger et autres Mirage ce qui montre l'obsolescence de la FAA qui serait bien incapable de refaire une nouvelle tentative contre les Malouines.  Voilà pourquoi _petite digression_ les récentes tensions entre Londres et Buenos Aires resteront de l'ordre du verbal.

A-4S et TA-4S


Désignation des 47 puis des 51 A-4B acquis par l'armée de l'air de Singapour, ces appareils se repartissant en 44 monoplaces et 7 biplaces.

En 1980, 70 A-4B et C sont achetés, les A-4C pour être transformés en A-4S, les «Bravo» pour cannibalisation.

En 1983 seize A-4B furent acquis et furent à la base de la fabrication de  huit TA-4S. Une partie de la flotte fût modernisée entre 1984 et 1989, les appareils modifiés devenant des A4S-1 et TA-4S-1 (40 monoplaces et huit biplaces).

Ces appareils opérationnels en 1988 furent modernisés à nouveau,devenant des A-4SU et TA-4SU qui entrèrent en service en 1991, les appareils étant envoyés à Cazaux en 1997 et furent utilisés jusqu'en 2012 quand arrivèrent leurs remplaçant,des biplans Aermacchi Mi-346.

A-4T

Désignation attribuée à une potentielle version française du Skyhawk destinée à remplacer l'Etendard IV. Je n'ai pas d'informations précises sur les particularités de cette version mais on peut imaginer une avionique française, un armement air-sol français (bombes, roquettes voir bombe nucléaire tactique) et pourquoi pas l'installation de canons de 30mm DEFA en remplacement des Colt Mk 12 comme sur les Skyhawk israéliens.

Deux A-4M stationnés à Patuxent River effectuent des essais à bord du Foch. A bord à partir du 21 septembre 1972, ils participent aux sorties du  du 25 au 29 septembre, du 9 au 13 octobre et du 17 au 22 octobre.

Après avoir également étudié la fabrication sous licence du LTV A-7 Corsair II, la France préféra dévelloper le Super Etendard, un appareil issu de l'Etendard IV mais qui serait réducteur de considérer comme une simple évolution.

Des Skyhawk vont bien opérer sur le Foch mais ils seront brésiliens et ce sera à une époque où le sister-ship du Clemenceau était devenu le Sao Paulo.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 14:49

Les unités de Skyhawk (1) : les squadrons de l'US Navy

Les squadron d'attaque

VA-12 «Flying Ubangis»

A-4B Skyhawk de la VA-12 en 1959

La VA-12 est créée le 2 août 1948 sur la base aéronavale de Cecil Field en Floride comme unité de chasse, devenant une unité d'attaque le sous le nom de VA-12 que le 1er août 1955.

Equipée de Vought F7U-3 Cutlass, elle reçoit des Douglas A4D-1 en avril 1957 remplacés dès le mois de janvier suivant par des A4D-2.

Après une première croisière en Méditerranée sur le USS Forrestal (CVA-59) de septembre 1958 à mars 1959, l'unité effectue une croisière dans l'Atlantique Nord et les Caraïbes à bord du USS Shangri-La (CVA-38) entre septembre et novembre 1960, toujours avec des A4D-2.

Entre janvier 1961 et mai 1968, l'unité d'attaque n°12 effectue six croisières en Méditerranée et dans les Caraïbes, embarquant à chaque fois sur le USS Franklin Delano Roosevelt (CVA-42) avec des A4D-2 puis des A4D-2N. A noter qu'en juillet/août 1963, l'escadron détache des appareils à bord des porte-avions ASM USS Essex (CVS-9) et Intrepid (CVS-11).

Engagé au Vietnam, le squadron VA-12 effectue deux croisières de combat, la première avec des A-4E sur le CVA-42 de juin 1966 à février 1967 et la seconde de mars à décembre 1970 avec des A-4C sur le CVA-38, ce dernier déploiement succédant à une croisière en Méditerranée sur le même porte-avions (janvier-juillet 1969). Au total quatre Skyhawk sont perdus par l'unité durant ce conflit.

En avril 1971, l'unité entame sa transformation sur le A-7E Corsair II.

VA-15 «VALions»

Douglas A-4C Skyhawk de la VA-15 à bord du USS Forrestal en Méditerranée en 1968/69, le porte-avions venait de subir quatorze mois de travaux après l'incendie qui avait faillit provoquer sa perte.

C'est en décembre 1965 que l'unité d'attaque reçoit des A-4B sur sa base aéronavale de Cecil Field, effectuant avec des «Bravo» et des «Charlie» deux croisières opérationnelles, la première en Méditerranée et la seconde au Vietnam (décembre 1965-décembre 1967), à chaque fois à bord USS Intrepid (CVS-11). Il effectue une nouvelle croisière en Méditerranée sur le USS Forrestal (CVA-59) de juillet 1968 à avril 1969. Au total six Skyhawk sont perdus au Vietnam.

Dissoute le 1er juin 1969, le squadron renait dès le 2 juin quand le VA-67 qui avait accueillit les hommes et le matériel de l'unité dissoute est rebaptisée VA-15. L'unité vole désormais sur A-7B Corsair II.

VA-22 «Fighting Redcocks»

Douglas A-4C Skyhawk de la VA-22 à bord du Midway en Extrême-Orient (1963/64)

En mars 1956, la VF-63 devient la VA-63, abandonnant la chasse pour l'attaque. Equipée alors de F9F-8 Cougar, l'unité reçoit ensuite des FJ-4B Fury en juillet 1957.

Le 1er juillet 1959, la VA-63 devient la VA-22 et se transforme sur A4D-2 avant de  rallier la base aéronavale de Lemoore en septembre 1961.

Engagée au Vietnam, l'unité d'attaque va effectuer cinq déploiements, le premier de mars à novembre 1965 à bord du USS Midway (CVA-41) avec des A-4C, le second sur son sister-ship Coral Sea (CVA-43) d'août 1966 à février 1967, le troisième déploiement ayant lieu à bord du USS Ranger (CVA-61). A noter que durant ce dernier déploiement, le porte-avions participe à l'affaire du Pueblo, la capture d'un navire-espion américain par les nord-coréens (janvier-mars 1968).

Les deux derniers déploiements au Vietnam ont lieu avec des A-4F de mars à octobre 1969 et d'avril à novembre 1970 à chaque fois à bord du USS Bonhomme Richard (CVA-31). En cinq déploiements, le squadron perd douze appareils.

En février 1971, l'unité est transformée sur A-7E Corsair II.

VA-23 «Black Knights»

Au Vietnam, passe roquette pour un A-4E de la VA-23

En 1951 dans le cadre du conflit coréen, la VF-633, une unité de réserve devient une unité d'active. Rebaptisée VA-23 en février 1959, le squadron reçoit des A4D-2 en mai 1960.

Entre février et septembre 1961, les «chevaliers noirs» effectuent une croisière en Extrême-Orient à bord du USS Midway (CVA-41) suivie d'une seconde sur le même porte-avions d'avril à octobre 1962.

A son retour, l'unité d'attaque reçoit des A-4E avec lesquels elle opère sur le USS Coral Sea (CVA-43), effectuant des déploiements de novembre 1963 à mai 1964, de mars à novembre 1965 et d'août 1966 à février 1967, les deux derniers étant naturellement consacrés à la guerre du Vietnam où l'aviation embarquée montre à nouveau son utilité aux sceptiques.

Sa troisième croisière de combat au Vietnam exécutée de décembre 1967 à août 1968 est l'occasion d'un embarquement sur le USS Ticonderoga (CVA-14), la VA-23 participant au siège de Khé Sanh qui serait devenu un nouveau Dien-Bien-Phu sans la puissance de feu américaine qu'il s'agisse de l'aviation embarquée ou des B-52 de l'USAF.

La VA-23 effectue une quatrième et dernière croisière de combat au Vietnam d'avril à novembre 1969 à bord du USS Oriskany (CVA-34). Au total, ce sont dix appareils qui ont été perdus au Vietnam. L'unité est dissoute le 1er avril 1970.

VA-34 «Blue Blasters»

Rencontre alimentaire entre deux légendes, un A-4B Skyhawk ravitaille en vol un Crusader

Créée en juillet 1955 sur la base aéronavale de Cecil Field, la VA-34 est initialement équipée de Cutlass, recevant des A4D-1 en janvier 1957.

De février à octobre 1958, l'unité prend ses quartiers sur le porte-avions USS Saratoga (CVA-60) déployé en Méditerranée, déploiement qui voit le porte-avion participer à l'opération «Blue Bat», l'intervention américaine au Liban (juillet 1958)  et en mars  1959 réalise un déploiement croisé avec le porte-avions britannique HMS Ark Royal.

En juillet 1959, la VA-23 devient la première flottille de la côte est à tirer le missile air-sol Bull Pup.

D'août 1959 à février 1960, la VA-23 est à nouveau déployé sur le Saratoga en Méditerranée mais avec des A4D-2. D'août 1960 à février 1961, l'unité est déployée en Méditerranée et dans l'Atlantique Nord.

En avril 1961 lors du débarquement dans la baie des cochons de soldats anticastristes, des Skyhawk de l'unité couvre depuis l'Essex l'opération. Ce pitoyable événement est suivit par un troisième déploiement méditerranéen et ce de novembre 1961 à mai 1962 avec toujours le Saratoga comme bâtiment-base.

Il participe en octobre à la crise des Missiles à Cuba, opérant depuis le USS Enterprise (CVAn665) puis à bord du USS Independence (CVA-62). De mars à octobre 1963, l'unité est à nouveau en Méditerranée sur le Saratoga, s'autorisant un crochet dans l'Atlantique Nord.

De décembre 1963 à février 1964, des détachements de quatre appareils sont embarqués à bord des CVS Intrepid (CVS-11) et Randolph (CVA-15). Deux nouveaux déploiements en Méditerranée à bord du Saratoga sont réalisés de novembre 1964 à juillet 1965 et de mars à octobre 1966.

Un unique déploiement au Vietnam sur le USS Intrepid (CVS-11) est coûteux puisqu'entre mai et décembre 1967, quatre A-4C sont perdus. (Pour rappel si l'Intrepid est classé porte-avions ASM, il est utilisé au Vietnam comme porte-avions d'attaque).

Après un ultime déploiement sur le USS Forrestal (CVA-59) en Méditerranée de juillet 1968 à avril 1969, l'unité est dissoute le 1er juin 1969 mais reconstituée six mois plus tard sur A-6A Intruder.

VA-36 «Roadrunners»

Douglas A-4C de la VA-36

Formée sur la base de Jacksonville (Floride) en juillet 1955 à partir d'éléments de la VF-102, la nouvelle unité rejoint Cecil Field en février 1956.

En 1958, les Cougar (F9F-8 et F9F-8T) sont remplacés par des A4D-2 qui eux même cèdent la place en mars 1961 à des A4D-2N. Ces appareils participent à la pantalonade de la baie des Cochons.

Recevant ensuite des A-4C, le squadron d'attaque effectue des croisières en Méditerranée et dans les Caraïbes de décembre 1962 à juillet 1965.

C'est ensuite l'engagement au Vietnam avec deux déploiements, le premier d'octobre 1965 à juin 1966 à bord du USS Enterprise (CVAN-65) et le second de juin 1968 à février 1969 sur le même porte-avions, ces deux déploiements voyant la perte de cinq Skyhawk.

En mai-juin 1967, déployé sur le USS America (CVA-64), il participe à l'affaire du Liberty, un navire-espion attaqué par les israéliens.

Le squadron est dissous en août 1970.

VA-46 «Clansmen»

Douglas A-4C Skyhawk en phase d'appontage à bord du USS Saratoga Méditerranée 1966

Unité d'attaque créé en mai 1955 à Cecil Field avec F9F-5 Panther et des F9F-8 Cougar, appareils remplacés en mars 1958 par des A4D-2 qui eux même cèdent la place à des A4D-2N en 1960.

De mars 1963 à avril 1964, le squadron d'attaque effectue une croisière en Méditerranée à bord du USS Shangri-La. Une deuxième croisière à lieu en Méditerranée de février à septembre 1965.

Embarqué sur le USS Forrestal (CVA-59) en juillet 1967 lors du terrible incendie, l'unité perd plusieurs A-4E dans cet incendie qui fit 138 morts.

En novembre 1968, le squadron est transformé sur A-7B Corsair II.

VA-55 «Warhorses»

Un Douglas A-4C Skyhawk de la VA-55 en phase d'apponage à vord du USS Ticonderoga

En 1948, la VA-6A devient la VA-55. En mars 1959, l'unité reçoit des A4D-2 remplacés par des A-4C en octobre 1962, effectuant la même année des échanges avec la Fleet Air Arm (FAA) sur le porte-avions HMS Victorious.

En avril 1963, l'unité effectue une croisière en mer de Chine Méridionale à bord du USS Ticonderoga, effectuant une croisière du même type entre avril et décembre 1964, participant aux premiers combats du conflit vietnamien. Un deuxième déploiement vietnamien est effectué à bord du USS Ranger de décembre 1965 à août 1966, étant déployé sur le Constellation d'avril à décembre 1967.

De juillet 1968 à mars 1969, la VA-55 effectue le premier de ses quatre déploiements sur le Hancock, effectuant trois nouveaux déploiements entre août 1969 et octobre 1972. Un huitième et dernier déploiement à lieu de mai 1973 à janvier 1974. Treize Skyhawk sont perdus en huit déploiements. L'unité est dissoute à NAS Lemoore en décembre 1975.

VA-56 «Champions»

Douglas A-4E Skyhawk de la VA-56 larguant une bombe lisse de 227kg

Formée en juin 1956 à NAS Miramar (Californie), l'unité d'attaque reçoit des A4D-1 et A4D-2 début 1959.

Déployé à bord du USS Ticonderoga (CVA-14), la VA-56 effectue une première croisière au Vietnam d'avril à décembre 1964, effectuant une deuxième croisière de septembre 1965 à mai 1966, les deux suivantes ayant lieu à bord du USS Enterprise (CVAN-65) de novembre 1966 à août 1967 et de janvier à août 1968 avec cette fois des A-4E. Neuf Skyhawk sont perdus au Vietnam. En janvier 1969, l'unité est transformée sur A-7 Corsair II.

VA-64 «Black Lancers»

Douglas A-4C Skyhawk de la VA-64 en phase de catapultage à bord de l'USS Independence (1968-69)

L'unité est créée en juillet 1961 à NAS Oceana avec A4D-2N. En 1962, un détachement est déployé à bord du USS Wasp dans l'Atlantique Nord (VA-64 Detachment 48). Durant le blocus de Cuba consécutif à la crise des missiles (octobre-novembre 1962), l'unité est déployée à bord du USS Independence.

De 1963 à 1969, l'unité effectue cinq croisières en Méditerranée dont un durant l'opération Sea Orbit (juillet-octobre 1964), un tour du monde avec des navires à propulsion nucléaire en l'occurence le porte-avions Enterprise, les croiseurs Long Beach et Bainbridge.

Après un déploiement dans l'Atlantique Nord à bord de l'Independence (septembre-octobre 1969), l'unité est dissoute en novembre 1969.

VA-66 «Waldos»

1968/69 Vietnam, un Douglas A-4C de la VA-66 à bord du USS Intrepid

En 1951, la VF-761 devient la VF-81 puis en juillet 1955, la VA-66 «Waldomen». En mars 1958, l'unité s'installe à Oceana et reçoit des A4D-1 remplacés trois mois plus tard par des A4D-2. Il effectue une première croisière en Méditerranée de février à août 1959 à bord de l'USS Intrepid.

En mars 1961, il reçoit des A4D-2N et participe à bord de l'USS Enterprise à la crise des missiles de Cuba puis à l'opération Sea Orbit.

Déployé à nouveau en Méditerranée d'octobre 1965 à août 1966 à bord du USS America, la VA-66 était également à bord du CVA-64 lors de l'attaque du USS Liberty.

Il participe à la guerre du Vietnam à bord du USS Intrepid d'avril 1968 à août 1969 (un appareil perdu) avant de retourner en Méditerranée à bord du Forrestal de décembre 1969 à juillet 1970.

Trois mois plus tard, en octobre 1970, l'unité entame sa transformation opérationnelle sur A-7E Corsair II.

VA-72 «Blue Hawks»

Alors qu'un Phantom II est catapulté, un A-4E Skyhawk de la VA-72 s'apprête à l'imiter

L'unité est créée à Quonset Point (Rhode Island) en janvier 1956, recevant dès septembre ses A4D-1. En 1957, il rallie la base aéronavale de Oceana et reçoit des A4D-2. Il effectue un premier déploiement en Méditerranée à bord du USS Randolph (CVA-15) de septembre 1958 à mars 1959.

Trois autres déploiements vont suivre entre août 1960 et novembre 1964 à bord du USS Independence (CVA-62) avec des A4D-2, des A4D-2N (A-4C) et des A-4E. Cette unité couvre de façon officieuse l'opération anticastriste en baie des Cochons.

Deux déploiements sont réalisés au Vietnam, le premier à bord de l'Independence de mai à décembre 1965 et de juin 1966 à février 1967 à bord du USS Franklin D. Roosevelt (CVA-42). Entre-temps, l'unité à rallié Cecil Field en Floride.

Il exécute deux croisières en Méditerranée entre août 1967 et juillet 1969, la première à bord du CVA-42, la seconde à bord du USS Shangri-La (CVA-38).

En janvier 1970, l'unité entame sa transformation sur le LTV A-7B Corsair II.

VA-76 «Spirits»

De l'ombre à la lumière, un A-4C Skyhawk de la VA-76 est amené sur le pont d'envol de l'Enterprise en 1963

L'unité est créée à Oceana en juin 1955 avec pour équipement des F9F-6 et des F9F-8. Ces appareils sont remplacés par des A4D-2 en mai 1959.

Les «Esprits» réalisent trois croisières en Méditerranée d'août 1960 à octobre 1962, les deux premières à bord de l'USS Intrepid (CVA-11) et la troisième à bord du USS Enterprise (CVAN-65) avec des A4D-2N. Il participe à une intervention en République Dominicaine en juin 1961 et l'année suivante à la crise des missiles de Cuba (octobre-novembre 1962).

Déployée en Méditerranée de février à octobre 1963 puis en Atlantique Nord et en Méditerranée de février à octobre 1964, à chaque fois sur l'Enterprise.

Il réalise un premier déploiement au Vietnam d'octobre 1965 à juin 1966 avec des A-4C à bord de l'Enterprise suivit d'un second de janvier à août 1967 à bord du USS Bonhomme Richard (CVA-31). Sept appareils sont perdus en deux déploiements.

Après un ultime déploiement en Méditerranée à bord du USS Independence (CVA-62) d'avril 1968 à janvier 1969, l'unité est dissoute à Lemoore en septembre 1969.

VA-81 «Sunliners»

Douglas A-4C Skyhawk de la VA-81 à bord du USS John F. Kennedy en Méditerranée en 1969

Création de la VF-81 le 1er juillet 1955, unité alors surnomée «Crusaders» avec pour équipement des Grumman F9F-8 Cougar remplacés par des A4D-2 en mars 1959, l'unité devenant logiquement la VA-81 en juillet 1959.

Entre janvier 1960 et décembre 1969, l'unité d'attaque effectue pas moins de huit déploiements en Méditerranée au sein de la 6ème flotte, cinq sur le Forrestal (trois avec des A-4B et deux sur A-4E), deux sur le Shangri-La avec des A-4E et C, un sur le John Fitzgerald Kennedy avec des A-4C.

D'octobre 1961 à février 1962, un détachement (VA-81 Detachment 45) est embarqué sur le USS Essex (CVS-9). En avril 1963, il devient le VA-81 «Sunliners», rejoignant Cecil Field en mai 1966.

En mai 1970, le squadron entame sa transformation sur A-7E Corsair II.

VA-83 «Rampagers»

Un Douglas A-4C Skyhawk accompagne un Supermarine Scimitar de la FAA et un A-3B de la RVAH-5

En février 1951, le squadron VF-916, un squadron de réserve est activé sur la base aéronavale de Jacksonville en Floride, guerre de Corée oblige. Deux ans plus tard en 1953, il devient la VF-83 puis en juillet 1955 la VA-83, l'unité étant à l'époque déployée à Oceana.

En mars 1957, elle reçoit des A4D-1 et six mois plus tard en septembre, des A4D-2. Avec son nouvel appareil, la VA-83 effectue un véritable tour du monde à bord du USS Essex entre février et novembre 1958 puisque passant dans le Pacifique, la Méditerranée et l'Océan Indien.

De septembre 1958 à août 1962, l'unité effectue trois croisières en Méditerranée à bord du Randolph et de l'Independence. Deux nouveaux déploiements au sein de la 6ème flotte sont réalisés entre août 1963 et novembre 1964 à bord de l'Independence.

La VA-83 effectue un déploiement au Vietnam, de mai à décembre 1965 à bord du CVA-62, perdant un A-4E au cours de ce tour of duty. Redéployé à Cecil Field en mars 1966, il effectue un déploiement en Méditerranée de juin 1966 à février 1968, étant transformé sur A-7A Corsair II à son retour au bercail.

VA-86 «Sidewinders»

Douglas A-4E à bord de l'Independence en 1966/67

En février 1951, la VF-91 est activée sur la base aéronavale de Saint Louis (Missouri). En 1953, elle devient la VF-84 et en juillet 1955, la VA-86. En mai 1957, elle remplace ses F7U-3M Cutlass par des A4D-1 alors que l'unité était stationnée à Oceana. A la fin de la même année, elle reçoit des A4D-2.

Entre septembre 1958 à août 1962, l'unité d'attaque effectue trois croisières en Méditerranée sur les porte-avions USS Randolph et USS Independence. D'août 1963 à novembre 1964, ce sont deux croisières qui sont exécutées à bord de l'Independence, la première en Méditerranée et la seconde dans l'Atlantique Nord et la Méditerranée.

De mai à décembre 1965, l'unité effectue son premier et unique déploiement au Vietnam à bord de l'Independence, perdant un appareil à cet occasion en l'occurence un A-4E.

Redéployé à Cecil Field en mai 1966, l'unité d'attaque effectue un déploiement en Méditerranée toujours à bord de l'Independence de juin  1966 à février 1967. A son retour, l'unité entame sa transformation sur le A-7A Corsair II.

VA-93 «Blue Blazers»

Douglas A-4 Skyhawk de la VA-93 à bord du USS Hancock

La VF-93 est formée en mars 1952 sur la base aéronavale d'Alameda. En septembre 1956, l'unité passe de la chasse à l'attaque, devenant la VA-93. En novembre 1956, les F9F-8 Cougar sont remplacés par des A4D-1.

De septembre 1957 à juin 1963, l'unité réalise quatre croisières en Extrême-Orient à bord du Ticonderoga et du Ranger avec A-4A, B et C. De février à septembre 1964, un détachement (VA-93 Detachment Q) est embarqué à bord du USS Bennington (CVS-20).

D'août 1964 à juin 1966, l'unité est déployée à deux reprises au Vietnam avec des A-4C, l'un sur le Ranger et l'Enterprise. De janvier à juillet 1967, un troisième déploiement au Vietnam est réalisé à bord du Hancock avec des A-4E, un quatrième étant exécuté à bord du Bonhomme Richard de janvier à octobre 1968. Douze Skyhawk sont perdus durant le conflit.

Envoyé à NAS Lemoore, l'unité est rééquipée avec des A-7B Corsair II en avril 1969.

VA-94 «Migthy Shrikes»

Douglas A-4E de la VA-94 Vietnam 1968

Recréée en août 1958, l'unité d'attaque dispose alors de FJ-4 Fury remplacés dès janvier 1959 par des A4D-2. De février 1960 à juin 1963, l'unité effectue trois croisières en Extrême-Orient avec des A-4B et des A-4C à bord du USS Ranger (CVA-61), des déploiements de temps de paix auxquels succèdent six croisières au Vietnam à bord des porte-avions Ranger Enterprise Hancock et Bonhomme Richard (d'août 1964 à novembre 1970). Sept appareils sont perdus durant ces déploiements.
En janvier 1971 sur la base aéronavale de Lemoore, l'unité est transformée sur A-7E Corsair II.

VA-95 «Sky Knights» «Green Lizards»

Douglas A-4B de la VA-95

L'unité est réactivée à Alameda en mars 1952. Surnomée «Sky Knights» de 1957 à 1963 avant d'adopter le surnom de «Green Lizards».

En juillet 1965, le squadron stationné à Lemoore remplace ses Skyraider par des A-4C remplacés par des A-4B en décembre. Il effectue un unique déploiement au Vietnam d'avril à novembre 1966 à bord du USS Intrepid.

Il est suivit par deux croisières en Méditerranée de novembre 1967 à décembre 1969 à bord du Shangri-La et du John Fitzgerald Kennedy. L'unité est dissoute en avril 1970.


VA-106 «Gladiators»


Décolle petit avion ! Décolle !

Créée en juillet 1955 à Cecil Field, elle remplace des F9F-8B Cougar par des A4D-2 en juin 1958, effectuant une première croisière en Méditerranée à bord de l'Essx d'août 1959 à février 1960.

A cette première succède cinq croisières en Atlantique Nord et en Méditerranée à botd du Shangri-La avec des A-4B et C (septembre 1960 à 1965). De mars à octobre 1966, c'est à bord du Saratoga  que l'unité effectue sa croisière méditerranéenne.

Rééquipés d'A-4E, les Gladiateurs participent à deux déploiements au Vietnam de juin 1967 à février 1969, le premier s'achevant brutalement par l'incendie du Forrestal alors que le second à bord de l'Intrepid va à son terme.

Après une croisière dans l'Atlantique Nord à bord de l'Independence de septembre à octobre 1969, l'unité est dissoute en novembre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 15:26

VA-112 «Broncos»

Douglas A-4C skyhawk de la VA-112 à bord du Kitty Hawk au Vietnam

En février 1959, la VF-112 redevient la VA-112 à NAS Miramar avec des F3H-2M Demon. En avril, elle reçoit des A4D-1. De juillet 1960 à juillet 1964, l'unité effectue sur le Hancock et le Kitty Hawk trois déploiements en Extrême-Orient.

Redéployé à NAS Lemoore en septembre 1961, l'unité d'attaque effectue un déploiement en Méditerranée d'août 1965 à avril 1966 à bord du Forrestal avec des A-4C. Trois nouvelles croisières ont lieu au Vietnam de novembre 1966 à septembre 1969 avec des A-4C à bord des porte-avions Kitty Hawk et Ticonderoga. Cinq appareils sont détruits durant ces déploiements.

L'unité est dissoute en octobre 1969.


VA-113 «Stingers»

Un Douglas A-4C Skyhawk de la VA-113 appontant sur le Kitty Hawk à une date inconnue


La VF-113 est créée à San Diego en juillet 1948, devenant la VA-113 en mars 1956. Redéployée à Miramar, l'unité remplacee ses Cougar par des A4D-1 en avril 1957.

Entre mars 1958 et octobre 1959, l'unité effectue deux déploiements en Extrême-Orient à bord du porte-avion Shangri-La. Un troisième déploiement identique à lieu à bord du Hancock de juillet 1960 à mars 1961.

Redéployée à Lemoore en décembre 1961 avec des A-4C, l'unité effectue deux nouvelles croisières en Extrême-Orient à bord du Kitty Hawk de septembre 1962 à juillet 1964. De novembre 1964 à octobre 1965, un détachement est déployé à bord du Bennington.

Trois déploiements ont lieu au Vietnam entre octobre 1965 et juillet 1968 avec des A-4C sur le Kitty Hawk, avec des A-4C et F sur l'Enterprise. Il participe également à la crise du Pueblo en janvier 1968. Au total, neuf Skyhawk ont été perdus par l'unité au Vietnam.

En décembre 1968, l'unité entame sa transformation sur A-7 Corsair II.

VA-144 «Roadrunners»

Douglas A-4C Skyhawk volant auprès du Mont Fuji

Formée en décembre 1955 à NAS Miramar sous le nom de VA-116, l'unité est rebaptisée VA-144 en février 1959. Les FJ4B Fury sont remplacés par des A4D-2N Skyhawk futurs A-4C en juin 1962 à une époque où l'unité était stationnée à Lemoore.

L'unité d'attaque effectue un déploiement de temps de paix en Extrême-Orient de février à septembre 1963 avant six croisières de combat au Vietnam de mai 1964 à novembre 1970 avec des A-4C à bord du Constellation, du Ticonderoga et du Kitty Hawk.

Rééquipée d'A-4E, l'unité fût embarquée sur le Kitty Hawk et le Bonhomme Richard. C'est sur ce porte-avions que l'unité effectue un ultime déploiement au Vietnam sur A-4F. Au total 14 Skyhawk ont été perdus par l'unité durant ce conflit. Le squadron est dissous le 29 janvier 1971.


VA-146 «Blue Diamonds»


Douglas A-4C Skyhawk de la VA-146 à bord de l'America

Squadron créé en février 1956 à Miramar. Il reçoit ses premiers A-4C en juin 1962 en remplacement de ses FJ-4B Fury. Il réalise quatre croisières en Extrême-Orient dont trois lors de la guerre du Vietnam.

Les deux premières ont lieu de février 1963 à février 1965 à bord du USS Constellation, la troisième  à lieu de décembre 1965 à août 1966 à bord du Ranger et la quatrième à lieu d'avril à décembre 1967 à bord du Constellation, toujours avec des A-4C. Au total sept Skyhawk ont été perdus en trois déploiements.

En août 1968, les diamants bleus entament leur transformation sur leur nouvel appareil en l'occurence l'A-7B Corsair II.

VA-152 «Fighting Aces»/ «Maverick»

En février 1951, le squadron de réserve VF-713 est activé dans le cadre du conflit coréen et devient deux ans plus tard la VF-152 «Figthing Aces», sa base étant Alameda en Californie. En août 1958, l'unité de chasse devient une unité d'attaque et s'installe à Moffet Field toujours en Californie.

Entre août 1958 et janvier 1968, les «As combattants» effectuent neufs déploiements dans le Pacifique avec des F2H-3 Banshee, des Douglas AD-6 (futurs A-1H) Skyraider et des A-1J.

Retourné à Alameda en novembre 1963, l'unité reçoit des A-4B en février 1968, effectuant dans la foulée une croisière en Méditerranée à bord du USS Forrestal (CVA-59) (juillet 1968 à avril 1969).

De mars à décembre 1970, l'unité effectue un nouveau déploiement au Vietnam à bord du Shangri-La, perdant un appareil. Dotée de TA-4F à partir de juin 1969, l'unité est rebaptisée «Mavericks» en 1970 mais est finalement dissoute en janvier 1971.

VA-153 «Blue Tail Flies»

Douglas A-4C de la VA-153. Date et lieu inconnu


En décembre 1956, la VF-153 de Moffet Field devient une unité d'attaque sous le nom de VA-153 et remplace ses Cougar par des A4D-1 en février 1957.

De février 1958 à janvier 1960, la VA-153 effectue deux déploiements dans le Pacifique à bord du porte-avions USS Hancock (CVA-19), la première avec des A4D-1 et la seconde avec des A4D-2.

De septembre 1960 à novembre 1963, la VA-153 effectue trois nouvelles croisières dans le Pacifique à bord du Coral Sea (CVA-43) avec successivement des A4D-2, des A4D-2N et des A-4C.

Engagé au Vietnam, la VA-153 effectue quatre croisières de combat entre décembre 1964 et avril 1969, trois sur le Coral Sea et une sur le Constellation, perdant au total onze appareils durant ce conflit.

En septembre 1969, l'unité alors stationnée à Lemoore est transformée sur A-7A Corsair II qu'elle va utiliser jusqu'à sa dissolution en septembre 1977.

VA-155 «Silver Foxes»

Douglas A-4E de la VA-155 à bord du Coral Sea

En février 1953, le squadron de réserve VA-728 devient une unité d'active sous le nom de VA-155, décollant sur Skyraider depuis sa base de Moffet Field. En octobre 1958, les Skyraider sont remplacés par des Skyhawk (A4D-2/A-4B), effectuant quatre croisières dans le Pacifique occidental (Westpac) à bord du Hancock et du Coral Sea (août 1959-novembre 1963).

Recevant des A-4E en décembre 1963, l'unité vole sur cet appareil lors de son baptême du feu au Vietnam. Quatre croisières sont effectuées de décembre 1964 à mai 1969 sur les porte-avion Coral Sea Constellation et Ranger, la quatrième et dernière croisière voyant l'utilisation de A-4F.

Des biplaces TA-4F sont intégrés à l'unité en avril 1968 et un an plus tard, en avril 1969, l'unité fût engagée avec le reste du groupe aérien du Ranger dans une démonstration de force après la destruction d'un Lockheed EC-121 de renseignement électronique au dessus de la Corée du Nord.

Ayant perdu quinze Skyhawk au Vietnam, la VA-155 entame sa transformation sur A-7B Corsair II en septembre 1969.


VA-163 «Saints»


L'ainé et le cadet, un A-4E Skyhawk de la VA-163 en compagnie d'un Skyraider

Créée le 1er septembre 1960 sur la base de Cecil Field, l'unité reçoit ses premiers A4D-2 au début du mois d'octobre 1960. En septembre 1961, elle traverse le pays pour s'installer à NAS Lemoore en Californie.

De juin 1962 à mars 1964, elle réalise deux croisières dans le Pacifique occidental à bord de l'Oriskany. En mars 1964, les A-4B sont remplacés par des A-4E et sur cette version du Skyhawk que l'unité va effectuer quatre croisières de combat entre avril 1965 et mars 1969 à bord des vénérables porte-avions Oriskany et Hancock.

Le 26 octobre 1966, un incendie causé par une mauvaise manipulation d'une fusée éclairante  Mark 24 entraine la mort de 44 hommes dont quatre pilotes de la VA-163.

Le porte-avions du quitter le front pour réparer aux Etats-Unis, revenant au Vietnam pour un nouveau déploiement de juin 1967 à janvier 1968 avec la VA-163. L'unité subit de lourdes pertes avec 21 Skyhawk perdus et vingt pilotes tués ou portés disparus.

En mars 1968, des biplaces TA-4F arrivent dans l'unité mais dès avril 1969, le squadron est mis en sommeil et dissous le 1er juillet 1971.

VA-164 «Ghost Riders»

Douglas A-4F de la VA-164 gruté à bord du USS Hancock en 1975.

Formée début septembre 1960 à Cecil Field, l'unité reçoit ses premiers Skyhawk en octobre 1961, des A4D-2 (A-4B). Un an plus tard, elle rallie NAS Lemoore.

Entre juin 1962 et mars 1964, le squadron d'attaque effectue deux croisières dans le Pacifique occidental à bord de l'Oriskany suivies de sept autres d'avril 1965 à octobre 1972 à bord de l'Oriskany avec des A-4E mais également sur le Hancock avec des A-4E, des A-4F et des TA-4F.

Présent à bord de l'Oriskany lors de l'incendie le 26 octobre 1966, l'unité perd quatre de ses officiers et au cours du troisième déploiement de juin 1967 à janvier 1968 perdit une dizaine de Skyhawk et plusieurs pilotes.

Touchant des A-4F en avril 1969, l'unité effectue sa septième et dernière croisière de combat de janvier à octobre 1972 sur le Hancock. De mai 1973 à janvier 1973, l'unité effectue un nouveau déploiement sans missions de bombardement mais il faut couvrir le retrait des forces américains et le déminage des ports vietnamiens.

Une ultime «Westpac cruise» à lieu de mars à octobre 1975 à bord de l'Hancock. Au total l'unité perdit 22 Skyhawk au Vietnam. Elle est dissoute le 12 décembre 1975.

VA-192 «Golden Dragons»

Douglas A-4F Skyhawk de la VA-192 décollant de l'Oriskany au Vietnam en 1969

Créée à Moffet Field en mars 1956, l'unité des dragons dorés remplace ses FJ-4B Fury par des A4D-2 en juillet 1959, effectuant dans la foulée un premier déploiement dans le Pacifique occidental de novembre 1959 à mai 1960 à bord du Bonhomme Richard.

Deux autres croisières ont lieu d'avril 1961 à février 1963 avec des A4D-2N mais sur le même porte-avions. En janvier 1962, l'unité s'installe à Lemoore.

La VA-163 effectue cinq croisières de combat au Vietnam de janvier 1964 à novembre 1969 à bord du Bonhomme Richard avec des A-4C puis sur le Ticonderoga avec des A-4E et F et enfin sur l'Oriskany avec des A-4F. Douze A-4 de l'unité sont perdus durant le conflit vietnamien et en février 1970, l'unité entame sa transformation sur A-7E Corsair II.

VA-195 «Dambusters»

Catapultage d'un A-4E de la VA-195 à bord de l'Oriskany en 1969

Constituée en août 1948, son surnom de «briseurs de barrage» lui provient d'une mission anti-barrage menée durant la guerre de Corée. En juillet 1959, il remplace ses AD-6 par des A4D-2. Elle effectue trois croisières type Westpac de novembre 1959 à février 1963 avec des A-4B et des A-4C, quittant en décembre 1961 Moffet Field pour Lemoore.

Elle réalise cinq croisières de combat au Vietnam, les deux premières de janvier 1964 à janvier 1966 sur le Bonhomme Richard avec des A-4C, les trois suivantes ayant lieu d'octobre 1966 à novembre 1969 à bord du Ticonderoga avec des A-4C puis à bord de l'Oriskany avec des A-4E. Elle reçoit des biplaces TA-4F en  octobre 1968.

Six Skyhawk sont perdus durant le conflit vietnamien par la VA-195 qui entame sa transformation sur A-7E Corsair II en février 1970.

VA-212 «Rampants Raiders»

Vietnam 1968 : un A-4 attend de pouvoir se ravitailler auprès d'un KC-135 qui ravitaille un Republic F-105 Thunderchief

Créée à Moffet Field en juin 1955, la VF-212 devient unité d'attaque dès avril 1956 mais ce n'est qu'en juin 1961 qu'elle troqua ses FJ-4B Fury par des A4D-2 Skyhawk. A la mi-septembre, elle s'installe à Naval Air Station Lemoore.

Elle réalise deux croisières en Extrême-Orient (ou dans le Pacifique occidental) entre février 1962 et décembre 1963, à chaque fois à bord du USS Hancock (CVA-19).

Durant la guerre du Vietnam, la VA-212 effectue sept croisières opérationnelles entre octobre 1964 et 1972, les trois premières avec des A-4E et les quatre autres avec des A-4F, déploiements effectués à bord du Hancock et du Bonhomme Richard.

Durant la guerre du Vietnam, l'unité participe à Rolling Thunder, au soutien des Marines et des Rangers vietnamiens assiégés à Khé Sanh (février-mars 1968) ainsi que l'opération «Linebacker I» en mai 1972.

De mai 1973 à janvier 1974, l'unité est déployée dans le Pacifique occidental et au Vietnam avec des A-4F mais entre octobre et décembre 1973, le squadron est déployé dans l'Océan Indien alors que la guerre du Kippour fait rage.

Après un ultime déploiement dans le Pacifique (mars-octobre 1975), l'unité est dissoute à NAS Lemoore le 12 décembre 1975. Durant le conflit vietnamien, vingt Skyhawk sont perdus.

VA-216 «Black Diamonds»

Douglas A-4E de la VA-216 en vol

C'est en mars 1955 que l'unité est créée à Moffet Field. Equipée de Skyraider, elle reçoit des A4D-2 en février 1959. En juillet, les VA-216 et VA-192 échangent leurs appareils, la VA-192 cédant ses FJ-4B Fury à la VA-216 et inversement. En septembre 1961, l'unité s'installe à Lemoore.

Equipée ultérieurement d'A-4C, le suadron effectue un déploiement dans le Pacifique occidental de juin à décembre 1963 à bord du USS Hancock (CVA-19), déploiement suivit par deux autres d'octobre 1964 à août 1966 sur le même porte-avions, déploiements marqués par sa participation à la guerre du Vietnam.

De mai à décembre 1967, l'unité est envoyée en Méditerranée à bord du Saratoga, s'installant à Alameda en août 1968. Elle retourne au Vietnam de septembre 1968 à avril 1969 à bord du Coral Sea. Les «diamants noirs» ont perdu douze Skyhawk au Vietnam.

En mai 1969, le squadron reçoit des TA-4F et effectua une dernière croisière en Méditerranée de décembre 1969 à juillet 1970 sur le Forrestal avec des A-4E avant d'être dissous à son retour aux Etats-Unis.

Les unités d'entrainement et de servitude

VA-43 «Challengers»

Douglas A-4F de la VF-43

La VF-21 reçoit des A-4 Skyhawk en version A4D-1 en février 1959, devenant en juillet la VA-43, passant du statut d'unité opérationnelle à celui d'une unité d'entrainement. En 1960, il reçoit des A4D-2N (A-4C) et participe en 1962 à la crise des missiles de Cuba via un détachement embarqué sur le USS Essex.

En 1964, l'unité est chargée de l'entrainement au vol sans visibilité des unités de Skyhawk de la côte est. Elle succède à la VA-44 et récupère ses TF-9J Cougar à laquelle elle cède ses Skyhawk.

Trois ans plus tard, en juin 1967, des TA-4J remplacent les Cougar et en juin 1973, la VA-43 devient la VF-43, étant dissoute le 1er juillet 1994.

VA-44 «Hornets»

Créée en 1948, dissoute en 1950 puis reformée la même année sous le nom de VF-44, l'unité devient VA-44 en 1956. Stationnée à Jacksonville (Floride), l'unité d'attaque reçoit au printemps 1958 des A4D-1 (A-4A) remplacement de ses Cougar monoplaces (F9F-8) et biplaces (F9F-8T), l'unité disposant également de Lockheed TV-2 Seastar et de North American T-28B Trojan.

En septembre 1958, l'unité reçoit des A-4B et des Douglas Skyraider. En 1963, les avions à hélices forment une VA-45, laissant à la VA-44 ses Skyhawk jusqu'à sa dissolution le 1er mai 1970.

VA-45 «Blackbirds»

A-4C Skyhawk de la VA-45 à bord du USS Intrepid en 1971

Créée en septembre 1948, cette unité est désactivée et réactivée à plusieurs reprises entre 1950 et 1963, disposant successivement d'AD-1 Skyraider et de TF-9J.

En mars 1967, il reçoit des TA-4F et est baptisée «Blackbirds» à l'exception du Detachment 1 qui reste baptisé «Skyhawks». En 1972, ce détachement équipé d'A-4L embarque sur le USS Intrepid pour une croisière en Atlantique Nord, en Méditerranée et dans l'Océan Indien. En 1973, ce détachement effectue une croisière sur le USS Franklin Delano Roosevelt (CVA-42).

En février 1985, la VA-45 devient la VF-45 avec des A-4C, des TA-4J et des F-16N avant d'être dissoute en mars 1996.

VA-125 «Rough Raiders»

Le 11 avril 1958, la VA-26 «Skylancers» stationnée à Moffett Field devient la VA-125, l'unité ayant été dissoute quelques temps plus tôt. Au lieu de missions opérationnelles, l'unité est chargée de l'entrainement à l'attaque au sol.

En juin 1958, l'unité remplace ses Cougar par des Skyhawk avant de rallier Lemoore en juillet 1961.

Utilisant toutes les versions du Skyhawk avec plus d'une centaine d'appareils. En mai 1966, elle reçoit des TA-4F et en juin des pilotes australiens arrivent pour être formé sur le Skyhawk choisit par la RAN. Les derniers pilotes sont formés entre mars et juin 1969. Le 25 septembre, les premiers Corsair II arrivent pour remplacer les Skyhawk.

VA-127 «Batmen» «Royal Blues» «Cylons»

Douglas A-4F Skyhawk de la VA-127

Le 24 juillet 1961, un détachement de la VF-126 arrive à Lemoore pour former une unité d'entrainement avancé aux opérations tout-temps. En juin 1962, ce détachement devient la VA-127 remplaçant en août 1966 ses TF-9J Cougar par des TA-4F. En 1968, il assure également l'entrainement au combat aérien.

En novembre 1969, des A-4F puis en 1970, des TA-4J rejoignent les TA-4E déjà présents au sein de l'unité. En mai 1970, elle reste la dernière unité d'entrainement de remplacement de l'US Navy. En 1971, des pilotes argentins sont formés.

En 1975, l'unité est baptisée «Royal Blues» puis en 1981 «Cyclons». En octobre 1983, il assure uniquement des missions d'entrainement au combat aérien.

En mars 1987, la VA-127 devient la VFA-127 «Desert Bogeys», ralliant NAS Fallon (Nevada) en octobre 1987 et l'année suivante reçoit des F-5 Tiger II. En mars 1992, l'unité reçoit des Hornet utilisés jusqu'à la dissolution de l'unité en mars 1996.

VF-101 «Grim Reapers»

Douglas TA-4J de la VF-101

Unité d'entrainement à la chasse de la flotte de l'Atlantique, stationnée à Cecil Field utilise des A-4E, des TA-4F et des TA-4J d'octobre 1967 à octobre 1976, les appareils servant de plastron pour les Phantom II et les Tomcat de la flotte de l'Atlantique.
Navy  Fighter Weapons School

La NFWS plus connue sous le nom de «Top Gun» est créée en mars 1969 au sein de la VF-121 qui était à l'origine un Replacement Air Group (RAG) équipé de F-4 Phantom II. La création de cette école repondait aux problèmes rencontrés par les américains dans les combats aériens contre les nord-vietnamiens.

Pour rendre l'entrainement le plus réaliste possible, la NFWS utilisa comme la VF-126 (voir ci-après) des Skyhawk pour servir d'adversaries, le petit avion de Douglas simulant des Mig-17.

En janvier 1972, la NFWS s'émancipa de la VF-121, continuant à opérer avec la VF-126. En juillet, la NFWS devint un squadron à part entière. Il est chargé de la qualification des pilotes de l'US Navy tandis que la VF-126 restait unité d'adversaires pour les F-4 et les F-14.

L'unité utilisa successivement des A-4E, des A-4F, des TA-4F et enfin des TA-4J et des A-4M. Les Skyhawk sont retirés du service au cours des années quatre-vingt dix.

VA-126/VF-126 «Bandits»

Douglas A-4E Skyhawk de la VF-126

Constituée le 6 avril 1956 à NAS Miramar, la VA-126 était chargée de l'entrainement au vol aérien sans visibilité, disposant au début des années soixante de Grumman TF-9J Cougar. Dissous le 15 octobre 1963, l'unité est recréée le même jour sous le nom de VF-126, étant chargé de l'entrainement au combat aérien, complétant sa flotte de Cougar par des A-4E et des TA-4E.

En avril 1967, il reprend sa mission d'entrainement au vol sans visibilité et en mars 1969 la création de la Navy Figther Weapons and Tactics plus connue sous le nom de Top Gun voit la VF-126 servir de plastron aux Phantom II de la VF-121. La VF-126 est dissoute le 1er avril 1994.

RVAH-3 «Sea Dragons»

En décembre 1965, le Heavy Reconnaissance Squadron Three devient un Replacement Air Group avec des A-3 Skywarrior et des A-5 Vigilante. Basé à Sanford en Floride, l'uniré reçoit des A-4C Skyhawk en décembre 1965 et en mai 1968 rallie Albany en Géorgie. L'unité utilisa des A-4E, des TA-4F et TA-4J.  Déployée à Key West en janvier 1974, l'unité est dissoute en août 1979.

VAQ-33 «Firebirds»

Le 1er février 1968, la VAW-33 stationnée à Quonset Point (Rhode Island) est rebaptisée VAQ-33 et rallie Norfolk. En juin 1969, le squadron est affecté au Fleet Electronic Warfare Support Group (FEWSG) pour simuler des attaques de guerre électronique au profit de la Flotte de l'Atlantique.

En mars 1970, l'unité reçoit des Douglas EA-4F. Dix ans plus tard, en 1980, la VAQ-33 est transferée à Key West (Floride), recevant des TA-4J en juin 1987, l'unité étant dissoute le 1er octobre 1993.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 15:52

VC-1 «Blue Aliis» («Warriors»)

Douglas TA-4J Skyhawk de la VC-1

Le Composite Squadron One (VC-1) était issu de l'Utility Squadron One (VU-1) qui fut formé en juillet 1951 et renommé VC-1 le 1er juillet 1965.

Stationné à Barbers Point (Hawaï), le squadron disposait d'A-4B depuis août 1964, recevant des A-4C en mars 1969 avant l'arrivée des TA-4F en septembre 1970, des A-4E deux mois plus tard et enfin des TA-4J en juin 1974.

La mission de cette unité était de fournir des intercepteurs pour les entrainements de la Garde Nationale d'Hawaï. Elle assurait également des missions de remorquage de cible et de ravitaillement en vol. Des Skyhawk de l'unité disposaient également d'une capacité de reconnaissance photographique. Le squadron est dissous en septembre 1992.


VC-2 «Blue Falcons»


Basée à Oceana en Virginie, l'Utility Squadron Two (VU-2) devient en juillet 1965, le Fleet Composite Squadron Two (VC-2). Il arma un détachement permanent à Quonset Point jusqu'en 1970 puis à partir de cette date un nouveau détachement à Cecil Field.

En mars 1971, le squadron qui disposait jusque là de différentes versions du F-8 Crusader reçut différentes versions du Skyhawk (A-4C, A-4E, A-4L et TA-4J), les derniers appareils étant reçus en février 1972.

Cette unité assurait des missions d'entrainement et de servitude au profit des unités stationnées sur la côte est des Etats-Unis. Le squadron est dissous le 30 septembre 1980.

VC-5 «Checkertails»

Douglas A-4E Skyhawk de la VC-5

Le 1er juillet 1965, l'Utility Squadron Five (VU-5) devient le Fleet Composite Squadron Five (VC-5), l'unité étant stationnée à Atsugi au Japon mais armait deux détachements, le premier à Naha sur l'île d'Okinawa et le second à Cubi Point, la base aéronavale rattachée à la base navale de Subic Bay (Phillipines).

Le squadron assurait des missions de soutien à l'entrainement, fournissant des cibles remorquées ou des engins cibles pour permettre l'entrainement au tir mais également la calibration des radars.

L'unité assurait une mission de renseignement (exploitation des clichés et des films) ainsi qu'une mission administrative.

Entre juillet 1965 et juin 1974, l'unité reçut successivement des A-4C, des A-4B, des A-4E, des A-4L, des TA-4F et des TA-4J. Le squadron est dissous en 1992.

VC-7 «TallyHOers/ «Redtails»

Trois légendes réunies sur la photo : Kiddie Kart, Mig Master et Mig Killer

Le 1er juillet 1965, l'Utility Squadron Seven (VU-7) devient le Fleet Composite Squadron Seven (VC-7), l'unité étant stationnée à Miramar en Californie. Equipé des différentes versions du Skyhawk (A-4B, A-4C, A-4E, A-4F, A-4L, TA-4F et TA-4J), l'unité utilisa le Skyhawk jusqu'à sa dissolution le 30 septembre 1980.

VC-8 «Redtails»


Le 18 juillet 1965, le Fleet Utility Squadron Eight (VU-8) devient le Fleet Composite Squadron Eight (VC-8) avec pour base, la base aéronavale de Roosevelt Roads à Porto Rico. Cette unité est chargée de fournir un plastron pour l'entrainement des avions et des navires de la Flotte de l'Atlantique.

De juin 1965 à mai 2003, l'unité utilisa des A-4B, des A-4C, des TA-4F et des TA-4J. Quatre mois plus tard, l'unité qui était alors stationnée à Oceana fût dissoute.

VC-10 «Challengers»

Douglas TA-4J de la VC-10

Le 1er juillet 1965, le Fleet Utility Squadron Ten (VU-10) stationné depuis 1946 à Guantanamo devient le Fleet Composite Squadron Ten (VC-10). Sa mission était double : entrainement des forces navales et défense d'une base américaine située en territoire hostile depuis 1959.

Disposant de F-8 Crusader et des US-2 Tracker, l'unité passe en mars 1975 sur Douglas TA-4F Skyhawk puis quelques mois plus tard sur TA-4J. Le squadron fût engagé dans l'opération «Urgent Fury» à Grenade en 1983 et à la crise d'Haïti en 1991. L'unité est dissoute le 1er juillet 1993.

Les squadrons de l'US Navy Reserve

VA-203 «Blue Dolphins»

Douglas A-4L Skyhawk de la VA-203

En 1970, les unités de réserve de l'aéronavale américaine sont réorganisées et les unités embarquées sont regroupés au sein de deux Carrier Air Wing, le CVW-20 sur la côte est et le CVW-30 sur la côte ouest. C'est le projet de la Navy Reserve Force.

Le squadron VA-203 créé le 18 juillet 1970 à NAS Jacksonville (Floride) succède à la VA-2F1. Elle reçoit des A-4L mais pour peu de temps car dès avril 1974, elle se transforme sur A-7A Corsair II.

VA-204 «River Rattlers»

Un A-4L de la VA-204 à l'appontage sur le John F. Kennedy

Le squadron est créé sur la base aéronavale de Memphis le 1er juillet 1970. Il utilisa d'abord des A-4C avant de recevoir un mois plus tard des A-4L. Transférée à La Nouvelle Orleans en janvier 1978, elle entame deux mois plus tard sa transformation sur A-7B Corsair II.

VA-205 «Green Falcons»


Formée le 1er juillet 1970 sur la base aéronavale d'Atlanta, le squadron reçoit des A-4L et en août 1971 passe deux semaines à bord du porte-avions USS John F. Kennedy (CVA-67) ce qui constitue le premier embarquement d'une unité de réserve depuis la réorganisation de 1970.

Cinq ans plus tard en septembre 1975, l'unité entame sa transformation sur A-7B Corsair II.

VA-209 «Air Barons»


Constituée sur la base aéronavale de Glenview (Illinois) le 1er juillet 1970, elle utilise des A-4L mais pour à peine une année puisque l'unité est dissoute en août 1971.

VA-303 «Golden Hawks»

Formée le 1er juillet 1970, l'unité des faucons dorés s'installe à Alameda. Disposant d'A-4C et d'A-4L, elle reçoit cependant dès avril 1971 des A-7A Corsair II.

VA-304 «Firebirds»

Formée à Alameda le 1er juillet 1970, le squadron des oiseaux de feu dépend du CVW-30 et utilise à sa création des A-4C et des A-4L remplacés un an plus tard par des A-7A Corsair II.

VA-305 «The Hackers»


Créée le 1er juillet 1970, l'unité est stationnée à Los Alamitos (Californie) reçoit des A-4C avant de déménager à Point Mugu et de recevoir des A-4E remplacés en 1972 par des A-7A Corsair II.


VA-776 «Golden Eagles»


Suite à la capture du navire-espion Pueblo, le squadron VA-776 stationné à Los Alamitos est activé le 27 janvier 1968, quatre jours après la capture d'un navire toujours aux mains des nord-coréens quarante-huit ans plus tard.

Le squadron est équipé de A-4B, de A-4C, de TA-4F et de A-4E. Il est désactivé dès le 18 pctpbre 1968, retrouvant son statut de réserve et ayant pour base la base aéronavale de Lemoore.

VA-831 «Mohicans»

Comme la VA-776, la VA-831 est activée suite à la capture du Pueblo. Stationnée à Floy Bennet Field (la base aéronavale de New York), elle reçoit des A-4B en février puis rallie en mars Cecil Field, recevant ensuite des A-4C. Rattachée administrativement au USS John F. Kennedy (CVA-67), l'unité n'y embarqua jamais. L'unité est désactivée en octobre 1968, retournant à son statut d'unité de réserve.

VC-12 «Fighting Omars»


Constitué le 1er septembre 1973 sur la Naval Air Facility (NAF) de Détroit, il est le premier Reserve Composite Squadron de la marine américaine. Disposant d'A-4L, il rallie Oceana en juillet 1975, recevant en mai 1976 des TA-4J et en 1983/84, l'unité reçut des A-4E et des A-4F.

L'unité fût employée à l'entrainement au combat aérien et à l'interception. Rebaptisé Composite Fighter Squadron Twelve (VFC-12) le 1er juin 1988, l'unité remplace en août 1993 ses Skyhawk par des Hornet.

VC-13 «Figthing Saints»


L'unité est constituée le 1er septembre 1973 par regroupement des quadrons VSF-76, VSF-86 et VF-753 sur la base aéronavale de La Nouvelle Orléans. La mission initiale de cette unité était d'entrainer les pilotes de F-8H au combat aérien.

En avril 1974, elle reçoit des A-4L et rallie Miramar en février 1976. Toujours en 1976, l'unité reçoit des biplaces TA-4F et TA-4J. Ils sont suivis en 1983 par des A-4E et en avril 1988 par des A-4F à l'époque où l'unité est rebaptisée VFC-13 (Composite Fighter Squadron 13). En octobre 1993, les Skyhawk sont remplacés par des Hornet.

VSF-76 «Saints»

Basée à La Nouvelle-Orléans, l'unité était chargée à l'origine de fournir une couverture aérienne aux porte-avions anti-sous-marins de classe Essex. Disposant depuis août 1970 d'A-4B et C, elle les remplacés en 1971 par des F-8H Crusader. Il disparaît le 1er septembre 1973 au sein du VC-13.

VSF-86 «Gators»

Assurant les mêmes missions que la VSF-76 et basée au même endroit, ce squadron reçoit des A-4C Skyhawk en juin 1970 qui sont remplacés en 1971 par des F-8H Crusader. Elle disparaît le 1er septembre 1973 au sein de la VC-13.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 16:20

Les unités équipées de Skyhawk (2) : le United States Marines Corps (USMC)

Headquaters & Maintenance Squadron Eleven (H&MS 11)

Unité créée sous un autre nom en 1921, le H&MS 11 adopte cette dénomination en février 1954 après avoir été baptisé Headquaters Squadron Eleven à la fin du second conflit mondial.

Après avoir participé à la crise de 1958 entre la Chine et Taïwan, l'unité est envoyée au Vietnam en avril 1965 au sein du Marine Aircraft Group Eleven (MAG-11). Il va y rester déployé jusqu'en février 1971, perdant sept TA-4F (j'ignore le nombre de Cougar perdus).

En mai 1967, il remplace ses TF-9J Cougar biplaces par des TA-4F pour une mission de contrôle aérien avancé (FAC Forward Air Control). Il participe au siège de Khé Sanh du 21 janvier au 8 avril 1968. Il reçoit son surnom en juin 1969.

A son retour du Vietnam, le squadron s'installe à MCAS El Toro (Californie) (1er juin 1971) puis fût rebaptisé Marine Aviation Logistics Squadron Eleven (MALS-11) en octobre 1988.

Headquaters & Maintenance Squadron Twelve (H&MS 12)


L'unité est créée le 15 février 1954 sur la base aérienne K-6 sise à Pyeongtaek (Corée du Sud) avant de rallier en 1955 la Marine Air Facility (MAF) d'Iwakuni (Japon). Volant sur les TF-9J Cougar, l'unité est engagée au Vietnam depuis la base aérienne de Chu Lai (1965-1970), recevant des TA-4F en septembre 1967. Comme le H&MS 11, l'unité est chargée d'opérations de contrôle aérien avancé.

En février 1970, l'unité se retire à Iwakuni, retrouvant le Vietnam et la base de Bien Hoa de mai 1972 à janvier 1973. En février 1981, les TA-4F sont remplacés par des OA-4M, le squadron changeant de nom pour devenir le Marine Aviation Logistics Squadron Twelve (MALS-12).

Headquaters & Maintenance Squadron Thirteen (H&MS-13)


Réactivé le 15 mars 1951 sur la base aérienne des Marines d'El Toro (Californie) sous le nom de Headquaters & Service Squadron, l'unité est transférée ensuite à Kaneohe Bay (Hawai) où en février 1954 elle devient l'Headquaters & Maintenance Squadron Thirteen (H&MS-13).

Après un bref déploiement au Japon (Atsugi et Iwakuni), l'unité retourne à Kaneohe Bay début 1959. Le 25 septembre 1966, l'unité rallie Chu Lai avec ses TF-9J, appareils remplacés en 1968 par des TA-4F.

Revenu à El Toro en septembre 1970, l'unité remplace ses TA-4F par des OA-4M en novembre 1979. Au cours de la guerre du Vietnam, l'unité perdit un Cougar et un Skyhawk. En octobre 1988, l'unité devient le Marine Aviation Logistics Squadron Thirteen (H&MS-13).

Headquaters & Maintenance Squadron Fourteen (H&MS-14)


L'unité est créée le 15 février 1954 sur la Marine Corps Air Station (MCAS) d'Edenton en Caroline du Sud. Lors de la fermeture de cette base en 1960 l'unité rallie Cherry Point toujours en Caroline du Nord avec des A4D-2 et des A4D-2N, des Lockheed T2V Seastar et des Grumman T-9J Cougar.

En 1968, le squadron remplace ses Cougar biplaces par des TA-4F et le 30 septembre 1968 devient le Marine Aviation Logistics Squadron (MALS-14).

Headquaters & Maintenance Squadron Fifteen (H&MS-15)


Créé en 1942, cette unité adopte son nom actuel le 24 février 1954. En août 1966, elle quitte sa base d'El Toro pour celle d'Iwakuni au Japon. Début 1968, les Cougar biplaces (TF-9J) sont remplacés par des TA-4F Skyhawk, cinq avions étant envoyés au Vietnam en 1968 pour un déploiement de courte durée. Du 16 avril au 20 juin 1972, l'unité est déployée à Da Nang, perdant un Skyhawk. Elle rallie ensuite Nan Phong en Thaïlande. De retour au Japon en septembre 1973, l'unité est dissoute en décembre 1989.

Headquaters & Maintenance Squadron Twenty Four (H&MS-24)

Créée en 1942, il adopta son nom actuel en février 1954. En novembre 1962, il participe à la crise des missiles de Cuba. De retour à Hawaï en avril 1968, le squadron est stationné à Kaneohe Bay, recevant en novembre 1968 des TA-4F Skyhawk. Le 5 octobre 1988, l'unité devient le Marine Aviation Logistics Squadron (MALS-24).

Headquaters & Maintenance Squadron Thirty-One (H&MS-31)


Créée en 1943, elle adopte son nom actuel en février 1954. Stationnée à Cherry Point, cette unité est dissoute en janvier 1959 mais réactivée le 1er novembre 1961, assurant le soutien logistique et administratfif au Marine Air Group 31, le suivant à Beaufort (Caroline du Sud).

Recevant des TA-4F en 1968, elle les remplace par des TA-4J en 1989. En octobre 1988, l'unité devient la Marine Aviation Logistics Squadron (MALS-31), disposant de TA-4F et J. En janvier 1989, l'unité quitte Beaufort pour Yuma, servant d'unité d'Agressors.

Headquaters & Maintenance Squadron Thirty-Two (H&MS-32)


Ce squadron créé à l'origine au 1er février 1943 est dissous en avril 1947 puis réactivé en mai 1952 à Miami, adoptant le nom actuel en février 1954. Opérant depuis Cherry Point, il reçoit des TA-4F en juin 1969 puis des TA-4J en septembre 1973 et enfin en juillet 1979 des OA-4M. L'unité devenue entre-temps la MALS-32 est dissoute en juillet 1990.

VMA-121 «Green Knights»


L'unité est issue de la VMF-121, unité de chasse volant sur Grumman F4F Wildcat, unité qui exista une première fois du 24 juin 1941 à septembre 1945. Elle est recréée en juillet 1946 à NAS Glenview (Illinois) sous le nom de VMA-121.

Elle participe à la guerre de Corée et y reste jusqu'en 1957 quand elle rallie El Toro (Californie) et reçoit des Grumman F9F-8B Cougar, appareils remplacés en octobre 1958 par des A4D-2, embarquant sur le USS Coral Sea (CVA-43) pour une croisère en Extrême-Orient d'octobre 1960 à mars 1961. Un mois plus tard, elle reçoit des A4D-2N.

En novembre et décembre 1962, l'unité est déployée à Cecil Field (Floride) pour participer à la crise des missiles de Cuba, effectuant un déploiement au Japon entre mars 1964 et mars 1965.

Recevant des A-4E en avril 1965, les «Chevaliers verts» sont envoyés au Vietnam un an plus tard à l'été 1966. Ils sont rattachés en décembre au MAG-12 stationné à Chu Lai. Six mois plus tard, l'unité rejoint le MAG-15 stationné à Iwakuni le 3  juin 1967, avant d'être réaffecté au MAG-12 en septembre 1967, retrouvant le Vietnam en 1968. Au cours du conflit, le squadron à perdu douze A-4E.

En février 1969, le squadron s'installe à Cherry Point en Caroline du Nord et fût rebaptisé Marine All Weather Attack Squadron ou VMA (AW)-121. Il reçoit alors des A-6 Intruder.

VMA-133 «Dragons»

Issue de la VMTB-133 (unité de bombardiers-torpilleurs) dissoute en août 1945, la VMA-133 est une unité de réserve créée le 15 avril 1958. Stationnée à NAS Alameda, l'unité vola sur différents modèles de Skyhawk. En 1989, le squadron récupéra des A-4M de la VMA-211 et les utilisa jusqu'à sa dissolution en septembre 1992.

VMA-211 «Wake Island Avengers»


Unité créée en 1937 sous le nom de VMF-211, elle adopte son surnom suite à la prise de Wake par les japonais en 1941. Elle devient la VMA-211 le 1er juillet 1952, l'unité alors embarquée sur le USS Coral Sea (CVB-43) disposant de Skyraider qui sont remplacés par des Skyhawk en septembre 1957.

Fin 1958, le squadron alors équipé d'A-4D2 quitta la base d'Edenton (Caroline du Nord) pour  Iwakuni, récupérant les A4D-1 de la VMA-224 qui s'installa à Cherry Point avec les avions de la VMA-211.

En 1959, l'unité rallie El Toro et en 1960 passe sur A4D-2N (A-4C). De mars 1962 à janvier 1964, l'unité est déployée à nouveau à Iwakuni. Rentrée à El Toro, elle reçoit alors des A-4E.

Engagé au Vietnam et rattaché au MAG-12, le squadron effectue trois déploiements au Vietnam d'octobre 1965 à juillet 1966, d'octobre 1966 à septembre 1967 et de décembre 1967 à février 1970. L'unité est à nouveau déployée au Vietnam au printemps 1972, quittant définitivement le pays le 30 janvier 1973.  Durant le conflit, le squadron à perdu 23 appareils.

En août 1976, la VMA-211 quitte Iwakuni pour rentrer à El Toro où elle remplace ses A-4E par des A-4M. En 1987, suite à la fermeture d'El Toro, l'unité rallie Yuma dans l'Arizona. Deux ans plus tard, en 1989, les Skyhawk sont remplacés par des Harrier, les A-4M étant transférés comme nous l'avons vu à la VMA-133.

VMA-212 «Devil Cats»

Après avoir combattu dans le Pacifique et en Corée, la VMF-212 «The Hell Hounds» devint la VMA-212 le 9 juin 1952, prenant en 1953 le surnom de «Devil Cats». Elle resta en Corée jusqu'à la fin de la guerre en juillet 1953.

Les premiers A4D-2 sont livrés à l'unité le 24 août 1961 remplaçant les FJ-4B Fury. En juillet 1963, la VMA-212 redevient la VMF-212, remplaçant ses A-4 par des F-8B. En juillet 1964, elle devient la VMF (AW = All Weather)-212 «The Lancers», recevant à cette occasion des F-8D.

VMA-214 «Black Sheep»


Créée le 1er juillet 1942, cette unité rendue célèbre par une série télé devint en décembre 1956, la VMF(AF)-214, une unité de chasse tout temps avant de redevenir la VMA-214 en juillet 1957. En mars 1958, elle reçoit des FJ-4 et FJ-4B Fury remplacés par des A4D-2 Skyhawk à partir de janvier 1962.

Après avoir reçu un an plus tôt des A-4C, l'unité s'installe en mai 1965 sur la base d'Iwakuni puis dès juin à Chu Lai pour participer à la guerre du Vietnam, cette première rotation s'achevant en février 1966.

Après une deuxième rotation d'avril 1966 à avril 1967, la VMA-214 quitta le Vietnam après avoir effectué 13000 sorties. Redéployé à El Toro et dépendant du MAG-33, l'unité fût chargé de l'entrainement des unités de Marines engagées au Vietnam, conflit au cours duquel la VMA-214 perdit deux A-4C.

Rééquipé avec des A-4E et F en 1970 puis avec des A-4M en 1972, l'unité rallie en septembre 1987 la base de Yuma en Arizona. Deux ans plus tard, en 1989, les Skyhawk cèdent la place aux Harrier.

VMA-223 «Bulldogs»


Créée en mai 1942 à Hawaï, la VMA-223 reçoit ses A4D-2N en janvier 1961 avant de s'installer en 1962 à Atsugi (Japon). Le squadron ne tarda pas à être engagé au Vietnam, ralliant Chu Lai en décembre 1965.

Equipé d'A-4E, il fût engagé jusqu'en décembre 1966 quand il rallie Iwakuni au Japon. Jusqu'au 14 janvier 1970, l'unité d'attaque effectua plusieurs déploiements au Vietnam. S'installant à El Toro, elle fût mise en sommeil en mars 1970. Les «Bulldogs» ont perdu 14 Skyhawk au Vietnam.

Réactivée le 1er septembre 1970, l'unité reçoit des A-4F en complément de ses A-4E. En juin 1972, l'unité s'installe à Yuma et devient une unité d'entrainement au combat aérien au profit de «Top Gun» et de «Red Flag School», son équivalent au sein de l'USAF.

En mars 1975, elle reçoit des A-4M et passe un an à Iwakuni (juillet 1976-juillet 1977), ralliant à son retour Cherry Point. Un nouveau déploiement à lieu à Iwakuni en 1981. les A-4M sont remplacés en octobre 1987 par des Harrier.

VMA-224 «Bengals»

En mai 1942 est créée à Hawaï la VMF-224 qui devient la VMA-224 au moment de sa réaffectation sur MCAS El Toro (novembre-décembre 1954). En septembre 1956, l'unité entame sa transition sur A4D-1 avant de passer un an à Iwakuni (1957-58). Il est alors redéployé à Cherry Point, recevant des A4D-2 avec lesquels l'unité effectue un déploiement en Méditerranée à bord du USS Saratoga (CVA-60) entre août 1960 et février 1961.

Recevant des A4D-2N en juillet 1961, le squadron est à nouveau déployé à Iwakuni (octobre 1962-octobre 1963) avant de revenir à Cherry Point. Il se déploie à Chu Lai à partir d'octobre 1965, perdant cinq A-4E durant ce conflit qui s'achève pour lui en novembre 1966 quand il revient à Cherry Point, devenant le Marine All Weather Attack Squadron (VMA [AW] 224), remplaçant ses Skyhawk par des Intruder.

VMA-225 «Vagabonds»


Créée en janvier 1943 sous le nom de VMF-225, les «Vagabonds» deviennent en juin 1952 une unité d'attaque sous le nom de VMA-225. Stationnée à Edenton en Caroline du Nord, elle reçoit ses premiers A4D-2 en mai 1968, effectuant un déploiement au sein de la 6ème flotte à bord du USS Essex (CVA-9) (août 1959-février 1960).

A son retour, la VMA-225 reçoit des A4D-2N (futurs A-4C) puis effectuent d'autres déploiements notamment dans les Caraïbes au cours de la crise des missiles à Cuba à bord du USS Enterprise (CVAN-65).

Transférée à Iwakuni en septembre 1964, l'unité rayonne dans tout l'Extrême-Orient et va donc participer à la guerre du Vietnam depuis la base de Chu Lai de mai à octobre 1965, ne perdant aucun appareil.

Réaffecté à Cherry Point, l'unité devient la VMA (AW)-225 et troque ses Skyhawk contre des Intruder (avril 1966).

VMA-311 «Tomcats»


Créé en décembre 1942 comme squadron d'entrainement, cette unité devient la VMA-311 le 1er juin 1957, adoptant le surnom de «Tomcats», recevant des A4D-2 en 1958. Rééquipé avec des A-4E, le squadron d'attaque s'installe en mars 1965 à Iwakuni.
Du 1er juin 1965 au 29 janvier 1973, l'unité s'installe à Chu Lai pour participer à la guerre du Vietnam. A sa réinstallation au Japon, l'unité avait effectué quasiment 55000 sorties de combat, perdant quatre A-4C et vingt et un A-4E.

Après des déploiements à Cubi Point et à Naha (Okinawa), l'unité est dissoute à Iwakuni en juin 1974. Recréé à MCAS Beaufort (Caroline du Sud) le 1er septembre 1974 avec des A-4M, la VMA-311 les utilisa jusqu'en juin 1988 quand elle reçut ses premiers Harrier avec lesquels elle ne tarde pas à rejoindre Yuma (Arizona).

VMA-324 «Devildogs»


Créé en octobre 1943 sous le nom de VMF-324 «Vagabonds», équipée de Corsair, le squadron est dissous en octobre 1945. Six ans plus tard, le squadron est récréé en mars 1952 à Cherry Point (Caroline du Nord) sous le nom de VMA-324.

En avril 1952, l'unité est transférée à Miami avant d'être rebaptisée «Devildogs» en mai 1959. Alors équipé de Skyraider, la VMA-324 reçoit des A4D-2 avec lesquels elle est déployée à Iwakuni de septembre 1960 à mai 1961, embarquant pour le transit à bord du Coral Sea.

D'août 1963 à mars 1964, le squadron effectue un déploiement en Méditerranée à bord de l'Independence. A son retour, il reçoit des A-4E plus modernes.

Une nouvelle croisière en Méditerranée à bord de l'Independence à lieu de juin 1966 à février 1967. A son retour à Beaufort, elle reçoit à nouveau des A-4B et C (probablement pour réserver les «Echo» aux unités engagées au Vietnam). Il passe sur A-4M le 16 août 1971 avant d'être dissous le 29 août 1974.

VMA-331 «Bumblebees»


L'unité est créée en février 1954 sur la base aérienne des Marines de Miami mais peut lier son existence à un squadron de bombardement, le VMSB-331 qui exista de janvier 1943 à novembre 1945 avec des SBD Dauntless.

Equipé de Skyraider, le squadron d'attaque est envoyée en Extrême-Orient puis à Beaufort où l'unité reçoit en septembre 1959 des A4D-2. Participant à la crise des missiles de Cuba, l'unité se déploya successivement à Guantanamo et à Roosevelt Roads (Porto Rico).

En juin 1963, les «Bumblebees» reçoivent des A-4E et participèrent à bord du Forrestal à une croisière en Méditerranée de juin 1964 à mars 1965. En septembre 1965, l'unité se déploya en Grèce puis en septembre 1967 en Turquie.

Après une nouvelle croisière en Méditerranée de juin 1970 à janvier 1971 à bord de l'Independence, la  VMA-331 retourne à Beaufort. Recevant des A-4M en avril 1971, l'unité rallie Cherry Point en décembre 1975, effectuant deux déploiements à Iwakuni de décembre 1980 à juin 1981 et de juin à décembre 1982. En janvier 1985, les Skyhawk sont remplacés par des AV-8B Harrier.


VMA-332 «Polka Dots»

Dissous en novembre 1945, le squadron VMSB-332 est reconstitué en avril 1952 à Miami sous la nouvelle désignation de VMF-332. Rebaptisé VMA-332 en juin, l'unité participe à la guerre de Coréée jusqu'en décembre 1953 quand il rentre à Miami, recevant alors des Skyraider.

En juillet 1958, elle reçoit des A4D-2 remplacés par des A4D-2N en octobre 1960 et par des A-4E en juillet 1964. En août 1968, il est rebaptisé VMA (AW)-332 et rééquipé avec des A-6A Intruder.

VMA-533 «Night Hawks»


En octobre 1943 est créée l'unité de chasse de nuit VMF(N)-533. Rebaptisée Marine Attack Squadron 533 (VMA-533) en 1959, recevant des A4D-2 et des A4D-2N Skyhawk. En janvier 1962, deux pilotes de la VMA-533 établissent un record d'endurance avec des A4D-2 qui effectuèrent Cherry Point-El Toro, un coast to coast en huit heures et vingt-cinq minutes.

En juillet 1965, le squadron est rééquipé avec des Intruder, devenant à la fin de l'année, le VMA(AW)-533.


VMAT-102 «Skyhawks»

Le 1er janvier 1969, les squadrons VMT-102 et VMA-103 sont fusionnés, l'unité étant stationnée à Yuma. A l'époque, elle était équipée d'A-4C pour former les pilotes à l'appui aérien rapproché, la reconnaissance armée et le décollage/aterrissage sur des terrains cours.

En 1970, elle reçoit des A-4E suvis deux ans plus tard par des TA-4F et TA-4J issus de la dissolution de la VMT-103. En août 1973, des A-4F suivis en juillet 1974 par des A-4M viennent compléter le squadron. La VMAT-102 est dissoute en 1987.

VMT-103

Le 1er juillet 1962, la VMT-2 est rebaptisée VMT-103. Stationée à Yuma, l'unité était chargée de l'entrainement à l'attaque pour les novices comme pour les pilotes confirmés. Il assurait également des formations au vol aux instruments.

De juillet 1967 à juillet 1974, la VMT-103 utilisa la quasi-totalité des versions du Skyhawk : A-4C, A-4D, A-4F, A-4L et A-4M sans oublier les biplaces TA-4F et TA-4J. L'unité est dissoute le 31 mai 1972  et la plupart de ses avions comme nous l'avons vu sont transférés à la VMAT-102.

VMAT-203 «Hawks»

Issu de la VMT-1, le Marine Training Squadron 203 (VMT-203) fût constitué en décembre 1967 à Cherry Point. Le 1er mai 1972 alors qu'il était essentiellement chargé de l'entrainement sur jet léger d'attaque, il fût renommé Marine Attack Training Squadron (VMAT-203).

Disposant de TA-4F, de TA-4J, d'A-4M, le squadron passe à partir de septembre 1974 sur Harrier (AV-8A et TAV-8A).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 16:45

Les unités équipées de Skyhawk (3) : les utilisateurs étrangers

Argentine

Fuerza Aera Argentina (FAA)

Douglas A-4P

Le 29 octobre 1965, l'armée de l'air argentine passe commande de cinquante 50 A-4B issus des surplus de l'US Navy. Les vingt-cinq premiers A-4B furent rebaptisés A-4P après avoir été remis à neuf par l'usine Douglas de Tulsa (Oklahoma) avant d'être livrés en 1966.

Ces appareils furent affectés au III Escuadron de Caza-Bombardeo (3ème escadron de chasse-bombardement) du Grupo Aero 5 de Caza (5ème groupe de chasse) de la V Brigada Aera (5ème brigade aérienne).

Les 25 derniers A-4B/A-4P de la commande initiale sont livrés en 1970 suivis en 1975 par 25 A-4C qui furent eux affectés au  I Escuadron du Grupo 4 de Caza-Bombardeo de la IV Brigade Aera basé à El Plumerillo dans la province de Mendoza.

Participant à la guerre des Malouines (plus de détails dans la partie «Du Vietnam aux Malouines»), les Skyhawk de la FAA subirent de lourdes pertes puisque dix A-4B et neuf A-4C furent perdus.

En 1983, les Etats-Unis imposèrent un embargo sur la vente d'avions à l'Argentine. En conséquence, les Skyhawk du Grupo 4 furent transférés au Grupo 5. En 1994, cet embargo est levé et l'Argentine peut commander 36 A-4M Skyhawk, avions pris dans les stocks américains.

Modernisés et remis à neuf, ils sont rebaptisés A-4AR «Fighting Hawk» , leur livraison commençant en 1997. En 1996, cinq A-4C ont été retirés du service. Le programme de remise à neuf s'achève en mai 2000.

Depuis 2007, la FAA possède deux escadrons de A-4AR Skyhawk (I et II Escuadrones) rattachés au Grupo Aero 5 basés à San Luis à 100km à l'ouest de Villa Reynolds. Dix A-4AR et deux OA-4R sont opérationnels avec un nombre équivalent en réserve opérationnelle.


Lockheed-Martin A-4AR


Armada de la Republica Argentina (ARA)

Douglas A-4Q


Le 1er mars 1971 est créée sur la base aéronavale «Comandante Espora» de Bahia Blanca (province de Buenos Aires) la 3ème escadrille embarquée de chasse-bombardement ou dans la langue de Cervantes Tercera Escuadrilla Aeronaval de Caza y Attaque.

Dès 1966, l'aéronavale argentine (Comando de Aviacion Naval Argentina CANA) souhaite recevoir des Skyhawk mais le contrat n'est signé qu'en mai 1971 prévoyant la fourniture de seize A-4Q (version modifiée de l'A-4B) complétés par huit A-4B livrés pour cannibalisation.

Si les Skyhawk de la FAA devaient opérer depuis la terre, les Skyhawk de l'ARA devaient embarquer sur le porte-avions argentin Veinticinco de Mayo, l'ancien HMS Venerable.

En avril 1982 au moment où éclate la guerre des Malouines, une dizaine d'A-4Q sont opérationnels, opérant depuis Rio Grande (Terre de Feu), le porte-avions restant à l'abri dans les ports argentins après la destruction du croiseur General Belgrano par le SNA HMS Conqueror.

Trois appareils sont perdus durant le conflit. En 1983, les Etats-Unis imposent un embargo sur les ventes d'avions et trois ans plus tard, la 3ème escadrille est dissoute alors qu'elle disposait de six A-4Q opérationnels. Le dernier vol d'un A-4Q eut lieu en avril 1988.

Brésil

Sur le pont du Sao Paulo, opèrent des Skyhawk ex-koweitiens.


En 1997, le Brésil négocia avec le Koweit l'achat de vingt A-4KU et trois TA-4KU destinés à son aéronavale (Comando da Força Aeronaval), appareils rebaptisés AF-1 et AF-1A et livrés le 5 septembre 1998à Arraial do Cabo.

Ils arment le tout nouveau Primeiro Esquadrao de Avioes de Interceptaçao e Attaque VF-1 «Falcoes» (1er escadron de chasse d'interception et d'attaque). Cette unité embarque d'abord sur le porte-avions Minas Gerais (un Colossus) remplacé en septembre 2001 par le Sao Paulo l'ancien porte-avions français Foch.

En avril 2009, la marine brésilienne confia à l'avionneur national Embraer la tache de moderniser douze des Falcoes soit neuf monoplaces et trois biplaces. En 2012, les mêmes avions sont à nouveau modernisés pour être portés au standard AF-1B et C. Le premier appareil  modernisé est livré en 2013, le dernier en 2015. Les appareils devraient rester en service jusqu'en 2020/2025.

Indonésie


Jusqu'en 1965, l'Indonésie bien que non alignée dispose d'un matériel essentiellement soviétique notamment en matière d'aviation. Le problème c'est que l'absence de pièces détachées rendait la maintenance difficile et la disponibilité aléatoire.

Douze ans plus tard, en 1977, la Tentara Nasional Indonesia-Angkatan Udara (TNI-AU) décide de moderniser, de régénérer sa flotte en achetant des avions occidentaux.

En novembre 1979, un contrat est signé avec Israël pour l'acquisition de quatorze A-4E et deux TA-4H provenant des surplus de la Hey 'Al Havir.

En 1976, profitant de la révolution des oeillets, l'Indonésie annexe le Timor oriental et à partir de 1982 les Skyhawk sont engagés dans des opérations de contre-insurrection au Timor mais également en Papouasie Nouvelle-Guinée. La flotte connait une forte attrition, ne laissant que quelques A-4E et TA-4H opérationnels.

En 1982, seize A-4E supplémentaires furent achetés à Israël. Ils sont remis à neuf et remis en service en 1985 au sein du squadron 12 (les premiers ayant été mis en œuvre dans le squadron 11).

En novembre 1992, l'armée de l'air indonésienne disposait de 28 A-4E répartis dans deux squadrons mais en 1996 tous les Skyhawk furent regroupés au sein du squadron 11. En 1999, deux TA-4J furent achetés aux Etats-Unis, modernisés en Nouvelle-Zélande et remis en service en octobre de la même année.

En 2004, les Skyhawk sont retirés du service remplacés par des Sukhoï Su-27SK et Su-30MK. Il semble néanmoins que les A-4 ont été utilisés jusqu'en 2007 pour l'entrainement.

Israël


Depuis sa création, l'armée de l'air israélienne affichait un tropisme française pour l'achat de matériel aéronautique. La réussite du Mirage III dans la guerre des Six Jours fût un coup de pouce bienvenue pour l'exportation de la petite merveille de Dassault.

Les Etats-Unis n'étaient pas décidés à laisser à son «allié» français le champ libre et dès 1963, la firme Douglas proposa aux israéliens son petit avion d'attaque.

Trois ans plus tard, en 1966, un premier contrat est signé pour la fourniture de 48 A-4F qui modifiés pour les besoins israéliens devinrent des A-4H. Les quatre premiers appareils sont livrés le 19 décembre 1967 et dès le mois d'avril 1968, les «Ahit» (aigles) étaient opérationnels, attaquant des objectifs en Jordanie.

Entre-temps, la commande initiale fût portée à 90 exemplaires, les livraisons se poursuivant pendant toute l'année 1970. A ces 90 monoplaces s'ajoutent des biplaces, 25 TA-4H, une adaptation du TA-4J qui sont livrés entre 1969 et 1975.

Le 6 octobre 1973, l'Egypte et la Syrie attaquent Israël. C'est le début de la quatrième guerre israélo-arabe, la guerre du Yom Kippour. Ce conflit de dix-huits jours voit l'engagement massif de l'armée de l'air israélienne qui disposait à l'époque de plus de 200 exemplaires du petit avion d'attaque de Douglas.


Douglas A-4E sous couleurs de l'US Navy destinés à être transférés à Israël (opération Nickel Grass)


Plus de cinquante A-4 furent perdus sous les coups des missiles sol-air soviétiques. Pour compenser les pertes, Israël acheta 46 A-4E provenant des stocks de l'US Navy et de l'USMC. Avant livraison, ces appareils furent modifiés pour tirer les leçons du conflit notamment une extension de la tuyère du réacteur pour le rendre moins vulnérable aux missiles SA-7 à guide infrarouge.

La mise au point de l'A-4M intéressa rapidement les israéliens qui passèrent commande de 117 A-4M rebaptisés A-4N (AhitM) qui furent livrés entre 1972 et 1976.

Ultérieurement, les Skyhawk furent modernisés, une partie des A-4 israéliens étant comme on à l'à vu vendus à l'armée de l'air indonésienne. Neuf ans après Kippour, les A-4 furent engagés dans l'opération Paix en Galilée, une invasion du Liban pour mettre fin à la menace de l'OLP. Un appareil est perdu durant ce conflit.

Les appareils encore en service furent alors regroupés en huit squadrons (Tayeset) et utilisés jusqu'en 2008 quand ils commencèrent à être remplacés en première ligne par des F-16I. Utilisés désormais pour l'entrainement, ils sont retirés du service en 2015 pour mettre fin à des problèmes récurrents de maintenance apparus en 2010.

Koweit



En novembre 1974, le gouvernement de l'émirat du Koweit décida d'acheter 36 Skyhawk, trente monoplaces et six biplaces capables de mettre en œuvre des missiles air-air Sidewinder. Ces appareils issus du A-4M sont baptisés A-4KU et TA-4KU.

Si le système de communication est adapté aux besoins koweitiens, ils ne reçurent ni la capacité de mettre en œuvre des armes nucléaires ni certains systèmes de contre-mesures ni la capacité d'utiliser le missile antiradar Shrike ou la bombe à guide TV Walleye.

Les appareils sont livrés en 1977/78, affectés aux squadron 9 et 25. En 1984, vingt-neufs appareils étaient encore en service  et McDonnell-Douglas proposa à l'émirat de les échanger contre des F/A-18 Hornet.

Les négociations étaient encore en cours quand le 2 août 1990, l'Irak envahit l'émirat. Les Skyhawk furent utilisés pour tenter d'arrêter les forces irakiennes mais les aérodromes furent rapidement pris et si ils utilisèrent des ségments de route jusqu'au 4 août quand les A-4 koweitiens durent in fine se replier à Darhan en Arabie Saoudite.

Intégrée à la Royal Saudian Air Force (RSAF), la Free Kuwait Air Force participa à «Desert Shield» puis à «Desert Storm». Quand le conflit s'arrêta en février 1991, la flotte était encore de 23 appareils qui furent revendus en 1997 au Brésil, étant remplacés par des F/A-18 Hornet.

Malaisie


En 1980, l'Armée de l'Air de Malaisie (en V.O Tentara Udara Diraja Malaysia TUDM) décida d'acheter au gouvernement américain 88 Skyhawk (25 A-4C et 63 A-4L) issus des surplus de l'US Navy.



Il s'agissait d'obtenir au final 54 monoplaces et 14 biplaces disposant d'une électronique de pointe. Les retards entrainèrent un surcoût ce qui fit qu'au final les malaysiens décidèrent de remettre à neuf que trente-quatre monoplaces et six biplaces.

Le contrat est signé en décembre 1982 entre la Malaisie et la Grumman Aerospace Division de Saint Augustine (Floride). Les livraisons des appareils rebaptisés A-4PTM (PTM = Peculiar to Malaysia spécifique à la Malaisie) et TA-4PTM sont livrés en 1985/86, étant mis en œuvre par le 6 Skadron et le 9 Skadron.



Initialement, ces appareils devaient être retirés du service en 1995 mais finalement, dès 1989, leur carrière cessa bien que les British Aerospace Hawk Mk 108/208 ne soient pas livrés avant fin 1994.

Six TA-4PTM sont cependant conservés jusqu'en septembre 1999 pour être utilisés pour le ravitaillement en vol des Hawk.

Nouvelle Zélande


Au début des années soixante, la Royal New Zealand Air Force (RNZAF) décida de moderniser son aviation militaire. Après avoir étudié l'acquisition de Mirage IV ou de Phantom II, les «kiwis» choisirent une option moins couteuse avec le A-4 Skyhawk.



Le 3 juillet 1968, les néo-zélandais passèrent commande de dix monoplaces A-4F et quatre TA-4F rebaptisés A-4K et TA-4K. Ces appareils furent livrés en 1970, transportés en Nouvelle-Zélande par le porte-hélicoptères USS Okinawa (LPH-3) et armés par le squadron 75 stationnée à Ohakea au nord-est de la capitale Wellington.



En 1982, l'Australie quitta le cercle très fermé des nations armant un porte-avions conventionnel et même le porte-avions tout court puisque l'achat du HMS Invincible (qui aurait été baptisé Australia) fût annulé après la guerre des Malouines.

Les A-4G et TA-4G de la RAN furent achetés deux ans plus tard en 1984 par la RNZAF, huit monoplaces et deux biplaces ralliant les rangs de l'armée de l'air néo-zélandaise. Avec ce renfort, deux squadrons de skyhawk sont alors opérationnels, le squadron 2 et le squadron 75.

Entre 1988 et 1991, les appareils sont modernisés (programme «Kahu») et en 1991, six Skyhawk du squadron 2 furent stationnés en Australie pour participer à la défense aérienne de l'Australie et à l'entrainement contre-avions de la RAN.

Après avoir envisagé l'achat des 28 F-16A et B commandés par le Pakistan mais mis sous embargo suite aux essais nucléaires, la RNZAF décida d'abandonner toute aviation de combat en retirant du service en 2001 les Skyhawk du squadron 75. En janvier 2002, les Skyhawk du squadron 2 cessèrent à leur tour leurs activités.

Singapour


En 1972, la Republic of Singapore Air Force (RSAF) racheta aux américains quarante-sept Skyhawk issus des surplus de l'US Navy. Ces appareils furent remis à neuf par Lockheed Aircraft Services de Ontario (Californie) mais également par Lockheed Aircraft Services de Singapour.



Rebaptisés A-4S et TA-4S, ces appareils furent rejoints en 1980 par 70 A-4C convoyés par mer à la Singapore Aerospace Maintenance Company chargés de les remettre à neuf, ces appareils étant rebaptisés A-4S-1.

Ce n'était pas fini car en 1983, 16 A-4B furent acquis pour permettre la conservation de huit biplaces TA-4S-1.



De 1984 à 1989, les Skyhawk singapouriens connurent un premier programme de modernisation  avec notamment un réacteur General Electric F404-GE-100D et d'une avionique de dernière génération, les appareils modifiés devenant des A-4SU et TA-4SU.

Le premier vol d'un «Super Skyhawk»  eut lieu en septembre 1986 et le modèle devint opérationnel deux ans plus tard, les soixante A-4SU étant affectés aux squadrons 142 143 et 145 stationnés à Tengah.

A noter que de 1990 à 2000, la Patrouille de France locale, les «Black Knights» ou chevaliers noirs furent utilisateurs de Skyhawk en l'occurence six A-4SU.

Fin 1997, le squadron 143 chargé de l'entrainement fût dissous et ses appareils envoyés en France à Cazaux où le squadron 150 de la RSAF fût reconstitué pour assurer l'entrainement opérationnel des pilotes de l'armée de l'air singapourien dans un environement moins contraint que la «cité des Lions».

Le service opérationnel des Skyhawk cessa en mars 2005, toutes les unités de combat équipés d'A-4 étant dissoutes en avril. Le squadron 145 resta cependant équipé de Super Skyhawk jusqu'en 2004 quand il s'installa sur la base aérienne de Changi et reçut des F-16D.

Les Skyhawk de Cazaux continuèrent leur activité jusqu'en 2012 quand ils furent retirés du service avec l'arrivée des Alenia-Aermacchi Mi-346 Master.

Australie


C'est en octobre 1965 que l'Australie décida de passer commande à Douglas de dix A-4 Skyhawk destinés à la RAN, huit monoplaces A-4F et deux biplaces TA-4F. Ces appareils furent ultérieurement rebaptisés A-4G et TA-4G et sont livrés en 1987, servant à bord du porte-avions léger HMAS Melbourne. En août 1971, dix Skyhawk (huit A-4F devenus des A-4G et deux biplaces TA-4F devenus des TA-4G) furent livrés à la Royal Australian Navy (RAN).



Par rapport aux A-4F, les A-4G étaient optimisés pour la défense aérienne, pouvant mettre en œuvre des Sidewinder mais également des bombes lisses et des roquettes. Les A-4G ne disposaient pas de la bosse dorsale des Fox-Trot et les TA-4G ne pouvaient opérer depuis le Melbourne dont le pont d'envol était trop court.



Ces appareils furent mis en œuvre par le squadron 805 (VF-805 en 1969) qui au retrait du service du Melbourne les transféra au squadron VC-724 (connu sous le nom de squadron 724 jusqu'en 1969), cette unité servant à l'entrainement et disposait du Skyhawk mais également d'autres types d'appareils.

Retirés du service en juin 1984, les Skyhawk furent revendus à la RNZAF comme nous l'avons vu plus haut.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 17:15

Du Vietnam aux Malouines, un avion petit mais costaud

Préambule

Catapultage d'un Douglas A4D-1 de la VA-72 à bord de l'USS Saratoga (opération Strikeback 1957)

Le premier squadron de l'US Navy à être opérationnel sur la nouvelle petite merveille de Douglas fût le squadron VA-72 qui reçoit l'appareil dès le mois de septembre 1956. Au total ce sont pas moins de trente-trois squadrons d'attaque de la marine américaine qui utilisèrent cet appareil en compagnie de seize d'unités d'entrainement et de servitude totalement ou partiellement équipées de A-4. A cela s'ajoute treize squadrons de l'US Navy Reserve.


Douglas TA-4J

Les Marines ont été également de grands utilisateurs du Skyhawk avec huit squadrons type H&MS, treize squadrons d'attaque type VMA et trois squadrons d'entrainement et de formation (deux VMAT et un VMT).

Utilisé à bord des petits porte-avions de classe Essex _qui ne pouvaient embarquer de F-4 Phantom_ , les Skyhawk vont participer à trois conflits majeurs, le Vietnam sous pavillon américain avec les squadrons de l'US Navy mais également les vingt-quatre squadrons de l'USMC qui employa l'appareil à terre et à bord des porte-avions.

L'appareil commence à être remplacé par le A-7 Corsair II dès 1967 mais les Skyhawk sont toujours là quand le conflit s'achève pour les américains en 1973. Deux ans plus tard, les derniers squadrons actifs de l'US Navy abandonnent le Skyhawk qui va être utilisé pendant encore quelques années par les unités de réserve, la dernière à utiliser l'A-4 l'abandonnant en 1988.

Côté Marines, l'appareil fût utilisé beaucoup plus longtemps par les unités de première ligne, l'A-7 Corsair II n'ayant pas été choisis par les Leathernecks. Le dernier squadron à remplacer le A-4 par le AV-8 Harrier II fût le squadron VMA-131 qui retira du service ses Skyhawk seulement en 1994.

Quand aux TA-4J, ils ne furent remplacés par des T-45 Goswhawk qu'en octobre 1999.


Douglas A-4H

Le deuxième conflit majeur auquel le A-4 Skyhawk fût engagé est la guerre de Kippour ou quatrième guerre israelo-arabe. Après 1967 et l'embargo français, les israéliens se tournèrent davantage vers les américains pour leur équipement en avions modernes, recevant notamment des Skyhawk et des Phantom II qui furent utilisés durant ce conflit déclenché le 6 octobre 1973 mais également pour les différents conflits dans lesquels fût engagé la Heyl Ha Avir jusqu'en 2008 date de son retrait des unités opérationnelles pour les unités d'entrainement. L'appareil à été définitivement retiré du service en septembre 2015.


Douglas A-4C de la Fuerza Aera Argentina

Enfin le troisième conflit majeur auquel participa le Skyhawk fût la guerre des Malouines (2 avril-14 juin 1982), le A-4 constituant avec le Mirage III et l'IAI Dagger le principal avion d'assaut de la marine mais également de l'armée de l'air argentine.

Les appareils furent engagés depuis la terre ferme, le porte-avions Veinticinco de Mayo restant au port après le torpillage du croiseur léger General Belgrano et la seule tentative d'assaut aérien depuis le porte-avions argentin fût annulée en raison du mauvais temps.

Si les Skyhawk de la marine argentine ne sont plus opérationnels depuis 1988, les Skyhawk de l'armée de l'air argentine sont à ma connaissance toujours en service ce qui en dit long sur la décrépitude de la Fuerza Aera Argentina et vu l'évolution budgétaire des forces armées argentines, cela ne risque pas de changer à court terme.


Douglas A-4P Skyhawk

Vietnam

Carte de la guerre du Vietnam

En guise de préambule, quelques informations sur le conflit vietnamien


C'est la France de Napoléon III qui entame la conquête de l'Indochine française avec tout d'abord la Cochinchine en 1862, le Cambodge en 1863,la IIIème République poursuivit l'oeuvre de celui injustement surnommé «Napoléon le petit» en s'assurant du contrôle de l'Annam et du Tonkin en 1884, tous ces territoires étant regroupés dans une Union indochinoise en 1887.

Si l'Algérie à marqué les consciences par son statut de colonie de peuplement, l'Indochine avait une place particulière dans l'Empire français. Colonie la plus peuplée avec 25 millions d'habitants, elle fascinait les métropolitains attirés par l'Asie et ses mystères.

La défaite française de 1940 met le pouvoir colonial en péril. Le Japon transforme l'Indochine en véritable protectorat et favorise la défaite venant les nationalistes du Viet Minh. Le 9 mars 1945, une attaque surprise des troupes japonaise décapite l'administration coloniale française et provoque la mort de plusieurs milliers de civils et de militaires français.

Suite à la défaite japonaise, l'Indochine est divisée en deux zones : chinoise au nord et britannique au sud, la mission de ses troupes étant de désarmer les unités japonaises et de maintenir l'ordre colonial en attendant le retour de la France.

Si la France accorde l'indépendance au Laos et au Cambodge, il est hors de question de lâcher le Vietnam dont les enjeux économiques sont bien plus importants que les deux pays précités. La France reprend pied en 1946 en janvier dans le sud et en mars dans le nord.

De 1946 à 1949, la guerre semble être une guerre du faible au fort, une guerre de guerilla qui voit une armée française équipée à l'Européenne affronter une guerilla mal équipée mais connaissant parfaitement le terrain.

L'arrivée au pouvoir de Mao-Tse-Toung en octobre 1949 change la donne. Le Viet Minh bénéficie maintenant d'une puissante base arrière en Chine et se transforme en une véritable armée capable d'infliger des sévères défaites au corps expéditionnaire française comme à Cao Bang sur la RC4 en octobre 1950.

Après une période de redressement sous la houlette du général de Lattre de Tassigny, le haut commandement français souhaite écraser les forces viet-minh en les attirant dans une bataille rangée où la puissance de feu de l'artillerie et de l'aviation française doit faire la différence.

C'est l'opération Castor lancée le 20 novembre 1953 avec la mise en place d'un camp retranché à Dien Bien Phu qui va devenir le tombeau des meilleurs unités françaises, l'Azincourt du Corps Expéditionnaire Français qui se termine par une bataille de 54 jours du 13 mars au 7 mai 1954, date de la chute du camp retranché, un projet de raid aérien américain (opération Vulture) ayant été abandonné.

Le Vietnam est divisé en deux entités : Vietnam du Nord communiste et Sud-Vietnam nationaliste, théoriquement une démocratie pro-occidentale. La France qui à bien d'autres préoccupations en tête (notamment en Algérie) quitte le Vietnam en 1956, remplacée au pied levé par les américains au nom de la théorie des dominos. Un engrenage se met en place....... .

Officiellement les américains sur place sont des conseillers militaires destinés à réorganiser et réentrainer l'ARVN pour qu'elle puisse faire face au Front National de Libération (FNL) créé en 1960 et plus connu sous le nom de Viet-Cong, un faux-nez pour Hanoï, les soldats nord-vietnamiens se mêlant allègrement aux guérilleros.

Peu à peu, les américains mettent un doigt, une main, un bras dans une machine infernale jusqu'à l'incident du Golfe du Tonkin du 2 août 1964 qui précipite l'Amerique dans la guerre, une guerre qui prend la forme d'un immonde bourbier dans lequel l'armée américaine va s'enliser pendant plus de huit ans.



Le conflit vietnamien peut se diviser en trois ou quatre grandes phases, une vision schématique de la guerre :

-première phase du 2 août 1964 à août 1965 : l'action américaine se limite essentiellement à un effort aérien notamment au travers de Rolling Thunder. L'engagement de forces terrestres se limite à la sécurisation des bases aériennes établis dans le pays.

-seconde phase d'août 1965 à janvier 1968 : l'opération Starlight le 17 août 1965 voit le premier affrontement au sol entre Viet Cong et américains. S'en suivent une série de grandes opérations aux résultats contrastrés voir médiocre, «Charlie» se dérobant souvent au lourd dispositif américain qui finit par marquer des points alors que la contestation du conflit ne cesse grandir.

-troisième phase : l'offensive du Tet le 31 janvier 1968 et son prolongement à Hué jusqu'au mois de mars 1968 est le tournant majeur  du conflit. Les pertes américaines et surtout l'intrusion du Viet Cong dans l'enceinte de l'ambassade des Etats Unis à Saïgon stupéfie l'opinion publique américaine qui réclame la fin de la guerre du Vietnam.

-quatrième phase : 1969-73. Le nouveau président américain, Richard Nixon surnomé Tricky Dick (Richard le rusé ou le magouilleur) lance la politique de vietnamisation avec un retrait progressif des forces américaines du Vietnam, le Sud-Vietnam devant se défendre seul comme lors de l'offensive de Pâques 1972........avec l'aide d'un puissant soutien aérien américain (opération Linebacker I).

Parallèlement, des négociations s'ouvrent entre Hanoï et Washington, des négociations heurtées et chaotiques entre Leu-Duc-Tho et Henry Kissinger, les phases de négociation alternant avec des bombardements de B-52 sur Hanoï et Haïphong comme l'opération Linebacker II (18 au 29 décembre 1972).

Finalement les accords de Paris sont signés le 27 décembre 1973, les derniers soldats américains étaient d'ailleurs partis dès le mois de mars. Moins de deux ans plus tard, le 30 avril 1975, les chars nord-vietnamiens pénétraient à Saïgon réunifiant par la force le Vietnam sous la férule communiste sans que les américains ne bougent.

Durant ce conflit, le Douglas A-4 Skyhawk va assurer une part importante des missions d'attaque au sol en compagnie du F-4 Phantom II.


Catapultage d'un A-4C de la VA-192 depuis le Bonhomme Richard en 1965/66


Employé également comme chasseur de fortune à bord des Essex transformés en porte-avions ASM, les Skyhawk vont être progressivement relevés par le A-7 Corsair II, un appareil d'attaque au sol issu du Vought F-8 Crusader, une autre légende du conflit vietnamien, le dernier conflit où les forces aériennes américaines ont connu une véritable opposition aérienne.  

Le Skyhawk dans le bourbier vietnamien

Trois A-4C de la VA-195 en vol au Vietnam en 1967/68

Durant le conflit vietnamien, le Skyhawk va être engagé à bord des «petits» porte-avions de type Essex mais également sur les porte-avions «géants» que sont les Midway, les Forrestal et leurs successeurs. Il va être également engagé à terre par les Marines qui vont également déployer des A-4 depuis les porte-avions notamment pour la protection des porte-avions ASM type Essex.

Les Essex d'attaque (ainsi que l'Intrepid et le Shangri-La) embarquent deux ou trois squadrons de Skyhawk et les Essex anti-sous-marin embarquent un détachement de quatre appareils pour leur autoprotection.

-Du 24 février au 16 novembre 1964, le porte-avions USS Bonhomme Richard (CVA-31) est déployé au sein de la Task Force 77, la composante porte-avions de la 7ème flotte qui couvre l'Asie du Nord et du Sud-Est.

Suite à l'incident du Golfe du Tonkin, le porte-avions de classe Essex est engagé contre le Nord-Vietnam avec le CVW-19 qui dispose d'un squadron de Skyhawk, le VA-192 alors équipé d'A-4C, l'unité ne connaissant à ma connaissance aucune perte lors des premières frappes contre les installations de la marine nord-vietnamienne.


Douglas A-4C de la VA-195 en 1964

-Du 11 mai au 10 décembre 1964, son sister-ship, le USS Ticonderoga (CVA-14) est engagé en Asie et donc au large du Vietnam à partir du mois d'août. Son groupe aérien, le Carrier Vessel Wing Five disposait de deux squadrons de Skyhawk, les VA-55 et VA-56

-Du 11 juin 1964 au 24 janvier 1965, le USS Constellation (CVA-64) est engagé en Asie du Sud-Est et donc au Vietnam dès août. Son groupe aérien, le CVW-14 dispose de deux squadrons de Skyhawk, les VA-144 et 146 équipés d'A-4C, un appareil du VA-144 étant abattu dès le 5 août lors de l'opération «Pierce Arrow», son pilote étant fait prisonnier.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-23 engagée au Vietnam depuis le USS Midway (CVA-41)

Aux côtés des porte-avions d'attaque sont déployés des porte-avions ASM pour protéger les porte-avions contre une intervention éventuelle de sous-marins soviétiques et chinois. Le premier est le USS Kearsarge (CVS-33) qui embarque au sein du CVSG-53 pour sa protection rapprochée une poignée d'A-4B, le VA-153 Detachment R et ce d'août à novembre 1964.

-Du 17 août 1964 au 25 avril 1965, le USS Ranger (CVA-61) effectue son premier déploiement au Vietnam avec le CVW-9 comme groupe aérien, groupe aérien qui dispose d'un squadron de Skyhawk, le VA-94 équipé de «Charlie».

-Du 16 novembre 1964 au 11 mai 1965, le USS Hancock (CVA-19) est engagé au Vietnam avec le CVW-21 qui dispose de deux squadrons d'attaque équipés de Skyhawk, des «Echo» (A-4E) pour le VA-212 et des «Charlie» (A-4C) pour le VA-216.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-56

Le 3 et 4 avril 1965 dans le cadre de l'opération Rolling Thunder, les américains opèrent contre les ponts de Thanh Hoa, perdant sept appareils, six de l'USAF et un Skyhawk du VA-216 abattu le 3, son pilote étant capturé.

-Du 23 janvier au 23 octobre 1965, le USS Coral Sea (CVA-43) effectue son premier déploiement au Vietnam avec le CVW-15 comme composant actif, ce groupe aérien disposant de deux squadrons de Skyhawk, les VA-153 (A-4C) et VA-155 (A-4E).

Le 7 février 1965, un Skyhawk du VA-155 est perdu au dessus du golfe du Tonkin, le pilote s'éjecte et disparaît.

-De février à mai 1965, le porte-avions ASM USS Yorktown (CVS-10) est engagé au Vietnam avec le CVSG-55 pour la protection anti-sous-marine de la Task Force avec un détachement de Skyhawk fournit par les Marines en l'occurence le VMA-223 Detachment T alors équipé d'A-4C.

-Du 22 mars au 14 novembre 1965, le USS Midway (CVA-41) effectue un déploiement au Vietnam avec à son bord le Carrier Vessel Wing Two. Ce dernier dispose de deux unités équipés de Skyhawk, le VA-22 équipé de Charlie et le VA-23 d'Echo.

Dans la nuit du 11 au 12 août 1965, un Skyhawk du VA-23 à le douteux privilège d'être le premier avion de l'US Navy à être abattu par un missile sol-air.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-86 à bord de l'Independence

-Du 27 avril au 6 décembre 1965, le USS Oriskany (CVA-34) est déployé au Vietnam avec le CVW-16 qui dispose de deux squadrons d'A-4 Skyhawk, les VA-163 et 164 tous les deux équipés d'Echo.

-Du 12 mai 1965 au 4 janvier 1966, c'est le USS Bonhomme Richard (CVA-31) qui assume pour la deuxième fois sa part du fardeau. Il embarque pour se faire le CVW-19 qui dispose de trois squadrons d'attaque, un encore équipé de vénérables Douglas A-1 Skyraider et deux équipés d'A-4C, les VA-192 et 195.

-Du 5 juin au 21 novembre 1965, le superporte-avions USS Independence (CVA-62) est déployé à Yankee Station pour frapper le Vietnam avec son groupe aérien, le CVW-7 qui dispose de trois squadrons d'attaque, un équipé d'A-6 Intruder et deux (VA-72 et VA-86) équipés de A-4E Skyhawk.

Le 20 septembre 1965, l'enseigne de vaisseau John R. Harris du VA-72 est abattu à bord de son Skyhawk à 20 miles à l'est d'Hanoï. Le pilote est récupéré par un UH-1B qui le dépose sur le croiseur lance-missiles USS Galveston (CLG-3). C'est le premier pilote américain récupéré en territoire ennemi.

-Le porte-avions anti-sous-marin USS Bennington (CVS-20) déployé de juillet à septembre 1965 avec le CVSG-59 intègre pour son autoprotection, le VA-113 Detachment Q qui dispose de quatre A-4C.

-Son sister-ship, le USS Hornet (CVS-12) qui le remplace avec le CVSG-57 et qui est déployé d'octobre 1965 à février 1966 dispose d'un détachement fourni par les Marines, le H&MS-15 Det N équipé d'A-4C.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-94 Vietnam 1969

-Le USS Ticonderoga (CVA-14) est déployé au Vietnam pour la deuxième fois du 25 octobre 1965 au 7 mai 1966 avec le CVW-5 disposait à cette occasion de deux squadrons de Skyhawk, le VA-56 équipés d'Echo et le VA-144 encore équipé de Charlie.

-Le USS Kitty Hawk (CV-63) _dernier porte-avions à propulsion conventionnelle à avoir servit dans la marine américaine_ est déployé au Vietnam du 15 novembre 1965 au 6 juin 1966 avec le CVW-11 qui ne disposait que d'un seul squadron équipé de Skyhawk, le VA-113 équipé alors d'A-4C.

-Le USS Enterprise (CVAN-65) déployé au Vietnam du 21 novembre 1965 au 14 juin 1966 embarquait à cette occasion le CVW-9 qui disposait de quatre squadrons équipés d'A-4C, les VA-36, 76, 93 et 94.

-Du 6 décembre 1965 au 21 juillet 1966, le USS Hancock (CVA-19) est engagé au Vietnam pour la deuxième fois avec le CVW-21 qui dispose de deux squadrons d'A-4, le VA-212 équipé d'Echo et le VA-216 encore équipé de Charlie.

-Du 3 janvier au 18 août 1966, le USS Ranger (CVA-61) participe aux opérations aériennes contre le Vietnam avec à bord du superporte-avions le CVW-14 qui disposait notamment de deux squadrons équipés de Skyhawk, le VA-55 équipé d'A-4E et le VA-146 qui lui disposait d'A-4C. C'est le deuxième déploiement du troisième et avant dernier porte-avions de classe Forrestal.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-163 se posant sur l'Oriskany en 1966

Le 31 janvier 1966, Rolling Thunder III est lancé et dès ce premier jour, un Skyhawk du VA-55 est abattu mais le pilote est récupéré.

-Du 1er mai au 30 octobre 1966, le USS Intrepid (CVS-11) est déployé au Vietnam non pas comme porte-avions anti-sous-marin mais comme porte-avions d'attaque avec le CVW-10 qui dispose notamment de deux squadrons de Skyhawk, les VA-15 et VA-95 équipés d'A-4B.

-Du 29 mai au 24 novembre 1966, le USS Constellation (CVA-64) est déployé pour la deuxième fois au Vietnam avec à son bord le CVW-15 qui dispose de deux squadrons d'attaque équipés de Skyhawk en l'occurence le VA-153 équipé d'A-4C et le VA-155 équipé lui d'A-4E.

Le 7 juillet 1966, un Skyhawk du VA-153 attaque quatre vedettes nord-vietnamiennes camouflées entre Hong Phai et Cam Pha. Deux sont coulées et deux endommagées.

Du 11 juillet au 8 novembre 1966, le USS Oriskany (CVA-34) effectue son deuxième tour of duty au Vietnam avec à son bord le CVW-16 qui dispose de deux squadrons d'A-4E Skyhawk, les VA-163 et 164. Ce déploiement est marqué par un terrible incendie qui fait 44 morts le 26 octobre 1966.

Le 23 juillet 1966 lors d'une attaque contre les réservoirs de carburant de Vinh, le Skyhawk du capitaine de frégate Wynne F. Foster, commandant du VA-163 est touché par un obus de 57mm. Le pilote est blessé mais parvient à s'éjecter avant d'être récupéré par le destroyer lance-missiles USS Reeves (DLG-24).

-Du 25 juillet 1966 au 29 janvier 1967, le USS Franklin D. Roosevelt (CVA-42) effectue son premier et unique déploiement au Vietnam avec à son bord le CVW-1 qui aligne trois squadrons de Skyhawk, les VA-12 et 72 équipés d'A-4E et le VA-172 équipé d'A-4C.


Douglas A-4E Skyhawk de la VA-164, Vietnam 1967/68

-Du 11 août 1966 au 16 février 1967, le USS Coral Sea (CVA-43) effectue son deuxième déploiement au Vietnam avec à son bord le CVW-2 qui disposait de deux squadrons d'A-4, le VA-22 équipé de Charlie et le VA-23 équipé d'Echo.

-Le USS Ticonderoga (CVA-14) effectue son troisième déploiement au Vietnam du 27 octobre 1966 au 22 mai 1967 avec le CVW-19 qui disposait de deux squadrons de Skyhawk, le VA-192 disposant d'A-4E et le VA-195 qui disposait lui d'A-4C.

-Du 17 novembre 1966 au 12 juin 1967, le USS Kitty Hawk (CVA-63) effectue son deuxième déploiement au Vietnamien avec le CVW-11 avec deux squadrons d'attaque équipés d'A-4C, les VA-112 et 144.

Du 3 décembre 1966 au 30 juin 1967, le USS Enterprise (CVAN-65) effectue lui aussi son deuxième déploiement au Vietnam avec le CVW-9 qui disposait de trois squadrons de Skyhawk, les VA-56, 93 et 113, tous les trois équipés d'A-4C.

-Le USS Hancock (CVA-19) est déployé pour la troisième fois au Vietnam du 20 janvier au 14 juillet 1967 avec le CVW-5 comme «composant actif», ce composant actif qui disposait de deux squadrons de Skyhawk, le VA-93 (transféré du CVW-9) et le VA-94, le premier disposant d'A-4C et le second d'A-4E.

-Du 10 février au 17 août 1967, le USS Bonhomme Richard (CVA-31) est déployé pour la troisième fois au Vietnam avec à bord le CVW-21 qui disposait de deux squadrons d'A-4, le VA-76 disposant d'A-4C et le VA-212 qui volait sur A-4E. Durant ce déploiement, les Skyhawk du VA-212 utilisent pour la première fois des bombes guidées en l'occurence des Walleye, des bombes planantes guidées par télévision et ce le 11 mars.

-Le USS Constellation (CVA-64) effectue lui son troisième déploiement du 15 mai au 26 novembre 1967 avec le CVW-14 qui disposait des squadrons VA-55 et VA-146 équipés d'A-4C.

-Le USS Intrepid (CVS-11) lui n'effectua que son deuxième déploiement du 9 juin au 9 décembre 1967 avec le CVW-10 qui disposait de trois unités de Skyhawk, le VSF-3 un squadron de «chasse» disposant de A-4B et surtout deux squadrons d'attaque, les VA-15 et 34 qui eux disposaient d'A-4C.

-Le USS Oriskany (CVA-34) est déployé au Vietnam pour la troisième fois du 26 juin 1967 au 23 janvier 1968 avec comme groupe aérien le CVW-16 qui disposait de deux squadrons d'A-4E, les VA-162 et 163.

-A partir du 8 juillet 1967, le USS Forrestal (CVA-59) est déployé au Vietnam avec son groupe aérien , le CVW-17 qui dispose de deux squadrons de Douglas A-4 Skyhawk, les VA-46 et 106 mais après seulement quelques jours d'opérations, le porte-avions est victime d'un terrible incendie qui le 29 juillet 1967 détruit 21 appareils et surtout provoque la mort de 134 pilotes et marins. Sur les 21 appareils détruits, onze sont des A-4E.

-Du 10 août 1967 au 29 mars 1968, le USS Coral Sea (CVA-43) effectue son troisième déploiement au Vietnam avec pour groupe aérien, le CVW-15 qui disposait de deux squadrons de Skyhawk, les VA-153 et VA-155, tous les deux équipés d'A-4E.

-Du 20 novembre 1967 au 18 mai 1968, le USS Ranger (CVA-61) effectue son troisième déploiement au Vietnam avec à bord le CVW-2 qui disposait d'un squadron de Skyhawk, le VA-22 qui disposait d'A-4C.

-Le USS Kitty Hawk (CVA-63) effectue son troisième déploiement au Vietnam du 6 décembre 1967 au 20 juin 1968 avec le Carrier Vessel Wing Eleven qui disposait de deux squadrons de Skyhawk, le VA-112 dôté d'A-4C et le VA-144 équipé d'A-4E.

-Du 13 janvier au 9 août 1968, le USS Ticonderoga (CVA-14) effectue son quatrième déploiement au Vietnam avec à bord le CVW-19 qui incluait trois squadrons d'attaque équipés de Skyhawk, les VA-23 et 192 équipés d'A-4F et le VA-195 équipés d'A-4C.

-Un troisième déploiement pour le USS Enterprise (CVAN-65) à lieu du 14 janvier au 12 juillet 1968 avec à bord le CVW-9 qui disposait de deux squadrons de Skyhawk, des A-4E pour le VA-56 et des A-4F pour le VA-113.

-Du 9 février au 29 septembre 1968, le USS Bonhomme Richard (CVA-31) effectue son cinquième déploiement au Vietnam avec à bord le CVW-5 qui disposait de deux squadrons d'attaque équipés de Skyhawk, le VA-93 dôté d'A-4F et le VA-94 dôté lui de A-4E.

-Du 6 juillet 1968 au 16 janvier 1969, le USS Intrepid (CVS-11) effectue son troisième déploiement au Vietnam avec à bord le CVW-10 qui disposait de trois squadrons de Skyhawk, les VA-36 et VA-66 équipés d'A-4C ainsi que le VA-106 équipé lui d'A-4E.

-Du 6 août 1968 au 23 février 1969, le USS Hancock (CVA-19) effectue son quatrième déploiement au Vietnam avec à son bord le CVW-2 qui intégrait trois squadrons de Skyhawk, le VA-55 équipé d'A-4F, les VA-163 et 164 équipés d'A-4E.

-Le USS Coral Sea (CVA-43) effectue du 23 septembre 1968 au 11 avril 1969 son quatrième déploiement au Vietnam. Embarquant le CVW-15, il dispose de deux squadrons de Skyhawk, les VA-153 et VA-216, le premier disposant d'A-4F et le second d'A-4C.

-Le USS Ranger (CVA-61) effectue son quatrième déploiement au Vietnam du 12 novembre 1968 au 10 mai 1969 avec à bord le CVW-2 ui disposait d'un squadron de Skyhawk, le VA-155 équipé d'A-4F.

-Le USS Ticonderoga (CVA-14) effectue son cinquième déploiement au Vietnam du 18 février au 10 septembre 1969 avec le CVW-16 qui dispose d'un squadron de Skyhawk, le VA-112 qui vole sur A-4C.

-Le USS Bonhomme Richard (CVA-31) effectue son sixième déploiement au Vietnam du 6 avril au 19 octobre 1969 avec le CVW-5 qui intègre trois squadrons d'attaque équipés de Skyhawk, les VA-22, VA-94 et VA-144. Si le premier est équipé d'A-4F, les deux suivants disposent d'A-4E.

-Du 5 mai au 10 novembre 1969, le USS Oriskany (CVA-34) est déployé pour la quatrième fois au Vietnam avec à son bord le CVW-19 qui dispose notamment de trois squadrons de Skyhawk, les VA-23, VA-192 et VA-195, les deux premiers équipés d'A-4F, le dernier d'A-4E.

-Le USS Hancock (CVA-19) effectue son cinquième déploiement au Vietnam du 21 août 1969 au 6 avril 1970 avec à bord le CVW-21 qui disposait comme unités d'attaque des squadrons VA-55, 164 et 212 tous équipés d'A-4F.

-Le USS Shangri-La (CVS-38) effectue son premier et unique déploiement au Vietnam du 30 mai au 24 novembre 1970. Tout comme l'Intrepid, il est utilisé comme porte-avions d'attaque et non comme porte-avions anti-sous-marin. Le CVW-8 alors embarqué dispose de trois squadrons d'attaque équipés de Skyhawk en l'occurence les VA-12 et 172 équipés d'A-4C ainsi que que le VA-152 équipé d'A-4E.

-Du 21 avril au 3 novembre 1970, le USS Bonhomme Richard (CVA-31) effectue son septième déploiement au Vietnam avec le CVW-5 qui disposait de trois squadrons de Skyhawk, les VA-22, VA-94 et VA-144F, le premier et le troisième équipé d'A-4F, le second d'A-4E.

-Du 7 novembre 1970 au 19 mai 1971, le USS Hancock (CVA-19) effectue son sixième déploiement au Vietnam avec le CVW-21 qui dispose de trois squadrons équipés de Skyhawk en l'occurence les VA-55, VA-164 et VA-212, tous trois équipés d'A-4F. Son sixième déploiement à lieu du 28 janvier au 25 septembre 1972 avec les mêmes unités équipées du même modèle d'appareil.

Le 8 février 1971, les troupes sud-vietnamiennes entrent au Laos (opération Lam Son 719) et les Skyhawk du Hancock participe à l'appui des troupes au sol.

La participation directe du Skyhawk aux opérations vietnamiennes s'arrête ici en raison du retrait des Essex et du remplacement sur les porte-avions géants du Skyhawk par soit le A-6 Intruder ou le plus souvent par le A-7 Corsair II, un appareil issu du F-8 Crusader.  

*
**


Douglas A-4C Skyhawk de la VMA-225 à Chu Lai

Les Marines vont également engager leurs Skyhawk dans le conflit vietnamien, essentiellement depuis des bases à terre même si comme on l'à vu, des A-4 des Leathernecks ont opéré sur les porte-avions de l'US Navy.

Les Marines sont engagés au Vietnam à partir du mois de mars 1965, deux bataillons débarquant le 8 à Da Nang. Dans un premier temps, ces bataillons doivent assurer la protection de la base aérienne qui y est installée. Ce n'est que le 1er avril que les Leathernecks reçoivent l'autorisation d'engager l'ennemi au delà d'une mission défensive.

A 80km de Da Nang se trouve la ville de Chu Lai où les marines vont implanter un aérodrome pour soutenir leurs troupes au sol. Cette base est l'objectif de la guerilla vietcong qui veut attaquer la base. Prévénus par un déserteur, les américains montent une opération préventive, l'opération «Starlite» (18-24 août 1965) qui voit l'engagement de 5500 marines contre 1500 guerilleros vietcongs.

Du côté de l'appui aérien, cinq squadrons des Marines sont engagés, trois équipés de Phantom et deux équipés de Skyhawk, les VMA-214 et VMA-225. A l'issue de six jours de combat, Chu Lai est dégagé, 623 vietcongs étant tués contre 45 marines.

Fin 1966, cinq squadrons de Skyhawk de l'aviation des Marines sont déployés au Vietnam en l'occurence les squadrons VMA-121, VMA-211, VMA-214, VMA-223 et VMA-311, ces cinq squadrons étant tous déployés à Chu Lai.

Fin 1967, des TA-4F Skyhawk biplaces remplacent les TF-9J Cougar utilisés pour le contrôle aérien avancé et comme postes de commandement avancés. En octobre 1968, des TA-4F assurent la conduite de tir au profit du cuirassé New Jersey (BB-62), sorti de son cocon pour augmenter la puissance de feu américaine.  

Les derniers jets des Marines quittent Chu Lai le 11 septembre 1970 mais moins de deux ans plus tard, le 19 mai 1972, les Skyhawk des VMA-211 et 311 sont à nouveau déployés au Vietnam depuis la base de Bien Hoa. Ils quittent le Vietnam au moment de la signature des accords de Paris en janvier 1973.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 17:28

Guerre de Kippour

L'An prochain à Jerusalem

Depuis le 1er siècle et la révolte juive écrasée par Titus, les juifs avaient du quitter le Moyen-Orient marquant le début de la diaspora qui essaima dans toute l'Europe. Ces communautés soudées tantôt aimées tantôt détestées se mirent à rêver d'un retour sur la «terre promise», se souhaitant un «L'année prochaine à Jérusalem».

A la fin du 19ème siècle, la multiplication des pogroms en Europe de l'Est et en Russie relança l'idée d'un retour sur la terre d'Israël. C'est la naissance du sionisme, idéologie promue par un journaliste austro-hongrois Theodor Hertzl qui en 1897 publia «L'Etat Juif».

La première guerre mondiale éclate en août 1914 et va donner une accélération décisive à l'idée sioniste. En 1917, soucieuse d'obtenir tout le soutien nécessaire, le gouvernement de Sa Majesté et son ministre des affaires étrangères Lord Balfour se montra favorable à l'établissement en Palestine d'un «foyer national au peuple juif» sans se demander comment cette idée pouvait être compatible avec les promesses faites aux arabes en révolte contre l'Empire ottoman.

La paix revenue, la Palestine devint un mandat britannique, Londres étant chargée d'administrer ce territoire ex-ottoman en attendant que la SDN décde de son sort final. Divisant pour mieux régner, les britanniques cherchèrent à ménager les arabes et les juifs, s'appuyant un temps sur une communauté et un temps sur l'autre, mécontentant les deux.

Le second conflit mondial et le génocide juif bouleversa la région. Jugeant n'avoir aucun avenir en Europe, les juifs décidèrent de s'installer sur ce qu'ils considéraient comme leur terre promise.

Le 14 mai 1948, le mandat britannique s'achève. L'Etat d'Israël proclame alors son indépendance, indépendance refusée par les pays arabes voisins qui se coalisèrent contre le jeune état qui finit par l'emporter à l'issue de la première guerre israelo-arabe (15 mai 1948-juillet 1949).

La jeune ONU proposa un plan de partage avec un état juif et un état arabe mais la question de Jérusalem resta sans réponse, marquant le début d'un conflit qui continue encore aujourd'hui.

Sept plus tard, en 1956, les anglais et les français déclenchèrent l'opération Mousquetaire/Muskeeter contre l'Egypte de Nasser, l'état israélien se joignant à l'expédition.

Les israéliens s'emparent du Sinai mais suite à un bluff soviétique et au refus américain de soutenir Paris et Londres en cas d'attaque nucléaire soviétique, les alliés occidentaux se retirèrent, Tel Aviv abandonnant le Sinai confié à la garde des casques bleus de l'ONU.

Les tensions ne cessèrent pas mais allèrent en s'accroissant. La fermeture du détroit de Tirant puis le retrait des casques bleus du Sinai poussèrent les israéliens à devancer une attaque qu'ils jugeaient inévitable. C'est la troisième guerre israélo-arabe dite guerre des Six Jours (5-10 juin 1967) qui voit l'armée israélienne écraser les armées egyptiennes et syriennes en seulement six jours, s'emparant du Sinai et du Golan, générant de nouvelles tensions purgées en partie durant la guerre d'usure (1968-1970).

Un conflit surprenant ?


Le 6 octobre 1973, les forces armées egyptiennes et syriennes attaquent les premiers sur le canal de Suez, les seconds dans le Golan. Ils attaquent au moment du Yom Kippour (le grand pardon), la fête la plus sacrée du calendrier juif, jour ferié en Israël.

En dépit d'indices concordants (mouvements de troupes egyptiens, départ des conseillers soviétiques), les services de renseignement israéliens et notamment l'Aman estiment que la menace d'un conflit était faible.

Quand les egyptiens attaquent la ligne Bar Lev, les israéliens sont persuadés de disposer de plusieurs jours pour mobiliser les réservistes et de repousser les troupes arabes.


Douglas A-4E avec camouflage israélien et marques de nationalité américaines


En réalité, en quelques heures, la ligne fortifiée est transpercée et de solides têtes de pont sont établies sur la rive orientale du canal de Suez. La panique gagne alors le commandement israélien qui perd de vue les bases du combat terrestre moderne qui impose une coordination entre les chars, l'infanterie portée, l'artillerie et l'aviation.

Les chars lancés dans une charge folle comparable à la charge de la brigade légère durant la guerre de Crimée se heurtent aux lance-roquettes RPG-7 et aux missiles antichars filoguidés AT-3 Sagger, transformant le Sinai en cimetière de chars israéliens.


Douglas A-4H Skyhawk


L'emploi de l'aviation pour stopper les percées et l'exploitation egyptienne se heurte aux missiles sol-air egyptiens qui provoquent des lourdes pertes dans les rangs de la Hey 'Al Avir notamment en ce qui concerne les Skyhawk, plus de cinquante Ahit sont perdus durant ce conflit, des pertes qu'aucune armée de l'air ne pourrait supporter sur la durée.

Pour compenser ces pertes, les américains déclenchent l'opération Nickel Grass, un pont aérien amenant des avions et du matériel militaire en Israël. 46 A-4E Skyhawk issus des stocks de l'US Navy et de l'USMC sont livrés à l'état hebreu et directement engagés au combat.

Après un moment de panique, les israéliens se ressaisissent. Le 14 octobre 1973, l'échec d'une attaque massive de l'Egypte marqua le tournant de la guerre du Kippour. Les israéliens franchissent ensuite le canal de Suez, encerclant dans la nuit du 16 au 17 octobre la 3ème armée égyptienne. Ils sont à 100km du Caire.

Sur le front nord, les syriens attaquèrent le plateau du Golan. Ce fût au début du conflit la priorité du haut commandement israélien car la prise de ce site aurait été catastrophique pour la sécurité du territoire israélien.

L'offensive est bloquée à partir du 8 et deux jours plus tard, les syriens ont été repoussés au delà de la Purple Line,la frontière d'avant guerre. Les israéliens pénètrent en Syrie lors d'une offensive menée du 11 au 14 octobre, parvenant à 40km de Damas mais les renforts irakiens et jordaniens stoppèrent cet avance.

En mer, les forces israéliennes s'imposèrent contre leurs homologues syriennes et égyptiennes, provoquant de sévères dommages chez l'ennemi.

Le cessez-le-feu est ratifié par l'ONU le 25 octobre 1973, mettant fin à la troisième guerre israélo-arabe.

Bien que sorti victorieux du conflit, Tel Aviv conscient qu'il s'agit d'une véritable victoire à la Pyrrus changea son fusil d'épaule, entamant des négociations avec l'Egypte qui aboutirent aux accords de Camp David (1978) puis à l'évacuation du Sinai et sa restitution à l'Egypte en 1982.

Sur le plan intérieur, le pays connu une grave crise morale. Une commission d'enquête dirigée par Shimon Agranat dévoila les coulisses peu reluisants : sentiment de supériorité des services de renseignement et de la classe politique, manque de vigilance, non prise en compte de nombreux signaux d'alerte. La publication du rapport entraîna la démission de Golda Meir.

Au niveau mondial, la principale conséquence fût le premier choc pétrolier considéré comme le début de la fin des trente glorieuses.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 17:37

Les Malouines

Un long contentieux


Archipel battu par les vents dans l'Atlantique Sud, l'archipel des Malouines (ou Falklands pour les britanniques) est l'objet d'un conflit de soixante-treize jours du 2 avril 1982 _déclenchement de l'opération Rosario, l'invasion argentine des Falklands_ au 14 juin 1982, date à laquelle les troupes argentines stationnées à Port Stanley (rebaptisée Puerto Argentino durant le conflit) capitulent.

Au 16ème siècle, les grandes puissances européennes vont découvrir cet archipel, idéalement situé sur la route en direction du Pacifique, la rade de Port Stanley permettant de relacher en attendant d'affronter le cap Horn ou le détroit de Magellan.

Successivement, les portugais, les espagnols, les hollandais et les français revendiquent ce territoire. Bougainville est le premier à vraiment occuper ce territoire en débarquant des marins malouins le 2 février 1764 d'où le nom des Malouines.

Dès 1767, les espagnols au nom du territoire de Tordesillas récupèrent ce territoire qui devient Las Malvinas, chassant en 1770 les anglais qui avaient établit depuis 1765 une colonie.

En 1819, l'Argentine devient indépendante et inscrit ses pas dans ceux de la vice-royauté de La Plata, occupe les Malouines. En 1833, la frégate HMS Clio chasse les argentins des Malvinas qui deviennent les Falklands du nom d'un premier lord de l'Amirauté.

Il faut attendre le vingtième siècle pour que ce contentieux émerge à nouveau. En 1965, l'ONU reconnaît l'existence d'une controverse entre l'Argentine et la Grande-Bretagne, encourageant Buenos Aires et Londres à trouver une solution pacifique à ce conflit.

Pas facile tant cela ressemble à un dialogue de sourd, l'Argentine réclamant la reconnaissance de sa souveraineté sur l'archipel alors que la Grande-Bretagne réclame la fin des revendications argentines, les habitants des Malouines, les Kelpers refusant avec la dernière énergie de devenir citoyens argentins.

En 1975, l'envoi d'une mission de recherche offshore britannique en vue de vérifier les réserves pétrolières provoque des tensions entre les deux pays même si à l'époque, le prix du baril rend peu rentable leur exploitation dans des conditions bien plus difficiles qu'en mer du Nord.

Si à l'école, les petits argentins connaissent par cœur la localisation des Malvinas et la «spoliation» de 1833, les britanniques seraient bien incapables de les localiser, certains marins britanniques les situant au nord de l'Ecosse. Même le premier ministre britannique Margareth Thatcher ignorait que les Falklands étaient situés à plusieurs milliers de kilomètres de la métropole.


Patrouilleur HMS Endurance

Au début des années quatre-vingt, la situation économique de la Grande-Bretagne est très difficile et comme souvent le budget de la défense est le premier frappé par les coupes budgétaires. La vente de l'Invincible à l'Australie est actée tout comme le retrait du service des TCD Fearless et Intrepid ainsi que du patrouilleur austral Endurance semblent indiquer à l'Argentine que les Falklands n'intéressent pas les britanniques.

Le conflit va être provoqué en réalité par des considérations de politique intérieure. La situation économique de l'Argentine est dramatique au début 1982 avec notamment une inflation galopante qui provoque une contestation toujours plus vive des opposants à la junte au pouvoir depuis 1976. Une cause extérieure est le meilleur moyen de resouder un peuple autour des généraux.



Côté britannique, le premier ministre Margareth Tatcher est le plus impopulaire prime minister depuis Neville Chamberlain l'homme des accords de Munich. Sa politique libérale, sa politique de rigueur pour sauver la Grande-Bretagne (véritable homme malade de l'Europe à l'époque) lui aliène bien des sympathies. Sans la gaffe des généraux argentins, il est probable qu'aux élections de 1983, Margareth Thatcher aurait été battue.


Leopoldo Galtieri

Digne héritière de Churchill, Miss Maggie relève le gant du défi lancé par le général Galitieri et le lion britannique sort ses griffes.

Les principales étapes du conflit


Le 2 avril 1982, les argentins déclenchent l'opération Rosarion l'invasion des Malouines. Plusieurs miliers d'hommes sont engagés. Face à ce déploiement de force, les britanniques ne peuvent opposer qu'une poignée de Royal Marines, 83 fusiliers marins et encore ce nombre s'explique par la présence de la garnison et de sa relève.

Après quelques heures de combat pour l'honneur, le gouverneur des Falklands ordonne de déposer les armes. Une célèbre photo de Royal Marines les bras levés mis en joue par un commando argentin soulève l'ire de l'opinion qui réclame une réaction ferme et immédiate des forces armées de Sa Majesté.

Côté argentin, c'est la liesse. Pour un court instant, l'unité autour de la junte est restaurée, une ferveur patriotique fait brièvement oublié les tortures, la répression, les disparus, l'inflation et la crise économique.



Tout change dès le 5 avril 1982 quand la Task Force britannique quitte Portsmouth. C'est le début de l'opération Corporate, la reconquête des Falklands. Dès à présent, les généraux argentins ont perdu leur pari celui de mettre Londres devant le fait accompli et de lui faire rennoncer à toute action militaire en raison des difficultés considérables d'amener un corps expéditionnaire à 13000km de Londres.

Résultat le 10 avril 1982 alors que l'Europe des Dix déclare un embargo sur les armes à destination de l'Argentine et que l'ONU à reconnu l'Argentine comme l'agresseur, une manifestation hostile à la junte rassemble 200000 personnes sur la place de Mai.

Le 12 avril 1982, la zone d'interdiction de 200 miles nautiques autour des Malouines entre en vigueur. Désormais tout navire argentin se situant dans cette zone pourra être coulé sans sommations.

Le 16 avril 1982,une partie de la Task Force est en vue de la Géorgie du Sud. L'opération de reconquête menée par la compagnie M du Commando 42 Royal Marines, les SAS et les SBS est lancée le 21 avril dans des conditions météorologiques apocalyptiques.

Sans réels combats, l'île est reconquise le 25 avril. Deux jours plus tôt, le 23, Port Stanley était  devenu Puerto Argentino.

Le débarquement britannique approche mais où se fera-t-il ? La logique voudrait que les britanniques débarquent à Port Stanley mais justement cette idée trop évidente est rapidement écartée pour ménager l'effet de surprise et surtout éviter les pertes parmi les Kelpers.

Le 30 avril 1982 alors que la zone d'interdiction navale s'est doublée d'une zone d'interdiction aérienne, un Avro Vulcan décollant de l'île d'Ascension bombarde l'aéroport de Port Stanley. L'effet militaire est plus que limité mais l'impact psychologique est bien plus important : l'opération Black Buck dissuade les argentins d'agrandir significativement la piste de Puerto Argentine pour y stationner des Mirage III, Skyhawk et autres Dagger, obligeant ces derniers à opérer depuis le continent, limitant la durée de présence sur zone.

Le lendemain, 1er mai, la Task Force après presque un mois de mer et une escale sur l'île d'Ascension est à pied d'oeuvre, lançant ses premiers raids aériens sur les Malouines. Le lendemain 2 mai, le porte-avions argentin Veinticinco de Mayo se prépare à lancer ses Skyhawk contre les porte-avions britanniques mais l'absence de vent entraine l'annulation de l'opération. Il n'y aura donc pas de combat au delà de l'horizon entre la Fleet Air Arm et le Comando de Aviacion Naval Argentina.

Cette opération faisait partie d'un plan destiné à prendre la Task Force britannique en tenaille, l'autre groupe étant organisé autour du croiseur léger General Belgrano, l'ex-USS Phoenix coulé le 2 mai 1982 par le sous-marin nucléaire d'attaque HMS Conqueror, le premier et le seul SNA à avoir coulé un navire ennemi. La presse britannique exhulte (tout le monde se souvient de la une du Sun «Gotcha !» «Nous l'avons eu») et la polémique sur la destruction à l'extérieur de la zone d'interdiction s'éteint très vite.


Naufrage du croiseur ARA General Belgrano

Deux jours plus tard, le 4 mai 1982, les Super Etendard argentins lancent un missile Exocet qui endommage gravement le destroyer lance-missiles HMS Sheffield en mission piquet-radar. 20 marins sont tués et 24 sont blessés, le destroyer coulant à la remorque quelques jours plus tard.

Le 13 mai 1982 à lieu à bord du HMS Fearless la réunion préparatoire de l'opération Sutton, le débarquement amphibie aux Malouines. Un débarquement réussie impose trois facteurs : surprise, supériorité aérienne et supériorité numérique et les britanniques n'en possèdent aucun.

A l'époque, les argentins ont déployé 9000 hommes, 6500 à Port Stanley, 1000 à Goose Green et 1500 sur l'île West Falkland. La réunion doit décider le lieu de débarquement. Après plusieurs hypothèses dont un assaut frontal sur Port Stanley ou un raid aéroporté sur l'aérodrome, décision est prise de débarquer à Puerto San Carlons, une baie abritée située l'exact opposé de Port Stanley. Le jour J est fixé le 21 mai à 3h.

Dans la nuit du 14 au 15 mai 1982, les SAS lance un raid contre l'aérodrome de Pebbe Island, détruisant des avions qui auraient pu intervenir contre les troupes terrestres.

Onze avions sont pétardés par le Special Air Service (SAS) soit six Pucara quatre T-34C Mentor et un Skyvan de patrouille maritime.

Le 17 mai 1982, un Sea King s'écrase au Chili. Cet accident est le point final de l'échec d'une opération contre les bases aéronavales argentines de Rio Gallegos et de Rio Grande aux contours nébuleux.



Le 21 mai 1982, à 2h15, les britanniques déclenchent l'opération Sutton, le débarquement dans la baie de San Carlos, baie située à 100km à l'ouest de Port Stanley. 100 km cela peut paraître peu mais sur un terrain aussi difficile que les Malouines cela devient un calvaire pour les soldats britanniques qui avec la perte de l'Atlantic Conveyor le 25 mai vont manquer d'hélicoptères indispensables pour éviter le crapahutage et améliorer le soutien logistique.

La baie de San Carlos est couverte par des falaises sur trois côtés mais accessible par le sud ce qui ne la protège pas totalement de l'aviation argentine qui va provoquer des pertes sérieuses notamment la perte de deux frégates (Ardent Argonaut) et d'un destroyer (Coventry).


Le brigadier général Julian Thompson voulait foncer le plus rapidement possible sur Port Stanley et d'ignorer les garnisons des West Falklands et de Goose Green. Seulement voilà la guerre étant la continuation de la politique par d'autres moyens (Clausewitz), le politique impose dès le 25 mai l'attaque de Goose Green pour offrir une victoire rapide, victoire qui est un atout auprès de l'opinion et des diplomates qui tentent de trouver une solution diplomatique au conflit. Ce jour est marqué par la destruction du Coventry et de l'Atlantic Conveyor.

L'offensive est déclenchée le 28 mai 1982, 500 britanniques sont engagés contre 1200 argentins et après de durs combats, Goose Green est prise le 29 mai. Le lendemain, les Super Etendard de l'aéronavale argentine attaquent la Task Force, utilisant le dernier Exocet à leur disposition.

Encore aujourd'hui, la controverse fait rage. A-t-il touché le porte-aéronefs Invincible comme le prétendent les argentins ou s'est-il perdu en mer après avoir été leurré ? Tant que les archives ne sont pas ouvertes, impossible de trancher.

Les britanniques progressent alors rapidement, la résistance faible, les points d'appui sont souvent tenus par de jeunes conscrits transis de froid, affamés n'ayant guère envie de se battre pour un territoire considéré comme argentin mais qui ne leur rappelait en rien leur pays d'origine.

Après la prise de plusieurs monts, les britanniques accélèrent les choses en décidant de débarquer des Welsh Guard (gardes gallois) à Bluff Cove à quelques encamblures de Port Stanley mais en raison du mauvais temps, le navire qui les transportaient, le LSL Sir Galahad doit mouiller à Bluff Cove. Il est attaqué par l'aviation argentine, attaque entrainant la mort de 35 gardes gallois.

Le 11 juin 1982, les britanniques lancent l'offensive sur le mont Longdon qui domine Port Stanley qui est prit après vingt-quatre heures de combat. Dans la nuit du 12 au 13 juin, c'est l'offensive contre Wireless Ridge et le Mont Tumbledown, marquant la fin de l'encerclement de Port Stanley.

Le lendemain 14 juin, les argentins capitulent. Si les britanniques triomphent, l'amiral Sandy Woordward reconnaît que si le conflit s'était prolongé une semaine de plus, il se serait heurté à de sérieux problèmes, l'Atlantique Sud ayant martyrisé les navires militaires et civils.

Les prisonniers argentins sont rapidement rapatriés en Argentine. Les conséquences du conflit sont capitales. En 1983, les généraux argentins doivent reconnaître leur défaite et l'élection de Raulf Alfonsin marque le retour de la démocratie.

En Grande-Bretagne, Margareth Thatcher redore son blason. Réelue triomphalement en 1983, elle peut se montrer d'une totale inflexibilité face aux mineurs qui renoncent après l'un des plus longs conflits sociaux de l'histoire (mars 1984-mars1985).

Après plusieurs années de brouille, la Grande-Bretagne et l'Argentine ont renoué des relations diplomatiques et économiques. La relance de l'exploration pétrolière à provoqué une vive tension entre Londres et Buenos Aires mais l'état des forces armées argentine interdit toute expédition militaire.

Les Skyhawk argentins dans la guerre des Malouines (1) La 3ème flottille aéronavale de chasse et d'attaque


Quand l'Argentine décide de reconquérir les Malouines, la situation de la Tercera Escuadrilla Aeronaval de Caza y Ataque est critique que ce soit au niveau opérationnel (cinq des douze pilotes sont des novices, allocation d'heures de vol insuffisante) et au niveau technique, seulement trois des onze Skyhawk n'ont pas de criques de voilure. Un seul appareil est opérationnel au mois de mars !

Les trois appareils opérationnels sont embarqués à bord du porte-avions léger ARA Veinticinco de Mayo, les autres étant stationnés sur la base aéronavale Comandante Espora de Puerto Belgrano située à 700km au sud de Buenos Aires.

L'opération Rosario déclenchée le 2 avril 1982 ne voit pas l'engagement des A-4Q de l'unité pour la simple et bonne raison que la résistance britannique est faible et symbolique. L'unité rentre à Rio Grande le 5 avril et se prépare au combat.



Après une période d'entrainement à terre (vol en formation, entrainement au ravitaillement en vol avec des KC-130 de l'armée de l'air, entrainement au bombardement), l'unité embarque sur le Veinticinco de Mayo du 18 au 26 avril pour entrainement à l'assaut antisurface, guidés par des S-2 Tracker.



Après la journée du 27 avril passée à terre, l'unité rembarque sur le porte-avions pour une mission opérationnelle. Le 2 mai 1982, une mission d'assaut aéromaritime contre la Task Force britannique est planifiée mais annulée en raison d'abord de l'absence de vent puis de la destruction par le SNA Conqueror du croiseur léger ARA General Belgrano.

Pour éviter la perte de leur autre navire majeur, la marine argentine décide de la maintenir dans les eaux littorales. La 3ème flottille de chasse et d'attaque va rallier la base aéronavale Comandante Espora de Rio Grande dans la Terre de Feu le 12 mai, étant au complet le 14 mai avec huit appareils, douze pilotes et soixante-seize personnels au sol.

Le baptême du feu de l'unité à lieu le 21 mai 1982 quand deux patrouilles décollent à la recherche de navires anglais mais faisant choux blanc, ils retournent à la base. Une nouvelle mission  impliquant deux patrouilles de trois appareils décolle en début d'après midi.

Les deux patrouilles contournent la Isla Soledad (East Falkland) par le sud, répérant la frégate HMS Ardent (F-184) qui avait déjà été endommagé par une bombe d'un Dagger de l'armée de l'air, une bombe de 1000 livres (454kg) de fabrication britannique.......... .

La frégate à perdu son lanceur Sea Cat, le hangar et son hélicoptère Lynx, sa tourelle de 114mm est non opérationnelle. Les Skyhawk de l'armée de l'air (A-4P) et de l'aéronavale (A-4Q) passent à l'attaque vers 15h15, la première passe ne donnant pas de résultat et les trois appareils interceptés par des Sea Harrier est anéantie.

Vers 15h30, la deuxième patrouille attaque. De nombreux navires sont présents mais la frégate Ardent attire l'attention des assaillants. La frégate type 21 encaisse une bombe à tribord arrière qui va lui être fatale. Les trois avions peuvent rentrer à Rio Grande à 16h40.

Deux jours plus tard, le 23 mai, une mission d'assaut aéromaritime est planifiée contre un navire logistique mais ce navire ayant été identifié comme argentin, cette mission est annulée. Une nouvelle mission voit l'engagement de quatre A-4Q mais un appareil doit faire demi-tour suite à un problème lors du ravitaillement en vol.

Les appareils arrivent sur zone à 14h05, chaudement accueillis par une défense antiaérienne particulièrement nourrie. Un Skyhawk attaque d'abord la frégate Antelope avant de changer de cible et de prendre à partie le transport de chalands de débarquement Intrepid qui lance un missile Sea Cat qui fait perdre au pilote argentin la visée de sa cible.

Un deuxième avion vise lui aussi l'Antelope mais sa bombe touche le navire sans exploser alors que le troisième ne peut larguer ses bombes en raison d'un problème électrique et revient à la base avec son chargement mortel. En se posant, le pilote brise son traint d'aterissage et s'éjecte craignant une explosion mais est tué en raison d'un déclenchement de l'éjection dans une mauvaise position.

La frégate Antelope se retire des premières lignes pour désamorcer la bombe. C'est au cours du désamorçage que la bombe explose entraine le naufrage du navire après une longue agonie le lendemain matin. Il est probable que le pilote argentin n'ait appris la réussite de sa mission si il à survécu qu'après guerre.

Les premières leçons du conflit entraine un changement dans la livrée des appareils. Celle d'origine  (gris clair et blanc) se révèle trop visible et remplacée sur les avions disponibles par une livrée brun foncée et vert foncé. Le drapeau peint sur la dérive est remplacé par un drapeau plus petit.

Le 25 mai, la mission est annulée en raison de vents trop forts et le lendemain, 26 mai, la mission de reconnaissance armée menée par deux Skyhawk ne donne aucun résultat. Au retour à la base, les avions sont ravitaillés pour une nouvelle mission mais des problèmes dans l'avitaillement entraine l'annulation de la mission. Le 27 mai, deux appareils décollent pour une mission de reconnaissance armée mais elle ne donne aucun résultat tout comme celle du lendemain 28 mai 1982.

Après dix jours sans missions en raison de problèmes insolubles de maintenance, l'unité reprend ses missions de combat le 8 juin quand deux avions lancent une mission d'attaque au sol contre des positions britanniques sur l'île Broken. Les deux appareils sont de retour.

Le lendemain, 9 juin, deux Skyhawk sont chargés d'attaquer le RFA Sir Tristam (L-3505) à Fitzroy mais la présence de Sea Harrier entraine l'annulation de la mission. La dernière mission de combat est effectuée le 12 juin par deux avions lors d'un vol de reconnaissance mais là encore la présence de Sea Harrier entraine l'annulation de la mission.

Le 14 juin, tous les A-4Q rentrent sur leur base d'origine à Puerto Belgrano (base Commandante Espora).

Sur les dix appareils disponibles au début du mois d'avril, huit seront utilisés au combat et quatre perdus durant le conflit, un s'écrasant à son retour à sa base, deux en combat aérien et un endommagé par le canon d'un Sea Harrier et finalement abattu par la DCA argentine après que son pilote se soit éjecté.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 08 Sep 2016, 17:45

Les Skyhawk argentins dans la guerre des Malouines (2) : 1er escadron du 4ème groupe de chasse-bombardement (Escuadron Uno du Grupo Quatro de Caza-Bombardeo)

Quand l'Argentine déclenche l'opération Rosario, le 1er escadron du 4ème groupe de chasse (qui dépend de la 4ème brigade aérienne) dispose sur le papier de dix-sept A-4C mais seulement onze peuvent être considérés comme opérationnels, six étant hors service dont un en voie d'être réformé. L'unité est alors déployé à Rio Gallegos dans la province de Santa Cruz.

Non engagé dans la conquête, l'unité peut parfaire son entrainement avant de gagner le 30 avril la base aérienne de San Julian toujours dans la province de Santa Cruz. Entre le 5 et le 30 avril, l'unité à réalisé plusieurs vols jusqu'aux Malouines pour prendre ses marques.

Le 1er mai 1982, les Sea Harrier lancent leurs premiers raids contre Port Stanley/Puerto Argentino ce qui entraine l'envoi des A-4C mais aucun contact n'est pris avec l'ennemi pour des raisons tactiques ou pour échapper aux Sea Harrier en patrouilles de combat aérien.

Le mauvais temps régnant sur les Malouines va entrainer de nombreuses annulations de missions comme le 8 mai. Le lendemain 9 mai, cinq A-4 décollent pour neutraliser la frégate HMS Broadsword et le destroyer HMS Coventry qui étaient en position piquet-radar en avant de la Task Force.

Sur les cinq appareils ayant décollé, deux font demi-tour, deux sont perdus en mer et un perdu lors d'un crash contre une colline.

Deux autres missions décollent le 9 mai. La première composée de trois A-4C formant la patrouille «Condor» est rappelée alors que deux A-4C attaquent les deux navires britanniques précédement nommés. Trois Sea Dart sont lancés sans succès mais la patrouille fait demi-tour sans insister.

La mission suivante doit avoir lieu le 12 mai en liaison avec les A-4P du 5ème groupe mais les 8 A-4C qui doivent suivre ne sont pas engagés pour une raison que j'ignore. Pendant les huit jours suivants, l'escadron ne connait aucune activité opérationnelle !

Le 21 mai 1982, les britanniques prennent pied en baie de San Carlos (opération Sutton). Trois patrouilles de Skyhawk décollent, patrouilles respectivement composées de deux, de trois et d'un seul appareil mais seulement quatre avions sont engagés qui sont interceptés par deux Sea Harrier.

Les Skyhawk de la FAA se délestent de leurs bombes pour fuir au plus vite mais cela ne suffit pas car deux appareils sont abattus (pilotes tués), deux appareils parvenant à renter en Argentine, l'un d'entre eux étant endommagé par le canon de 30mm du Sea Harrier.

Le même jour, une nouvelle mission avec deux patrouilles triples est lancée mais seulement cinq avions peuvent décoller. Comme souvent dans ce conflit, la météo et des renseignements éronés et/ou incomplets font que cette mission ne donne aucun résultat. Le bilan de la journée est terrible : deux avions détruits, leurs pilotes tués.

Le lendemain 22 mai, quatre A-4C décollent pour frapper Port San Carlos mais le mauvais temps et l'absence de contrôleur aérien avancé pour coordonner l'attaque avec les troupes au sol entraine l'annulation de la mission.

Le 23 mai, deux patrouilles de trois A-4 doivent décoller mais seulement cinq appareils prennent l'air pour finalement faire demi-tour, le ravitailleur n'ayant pas reçut les mêmes coordonnés que les avions qu'il devait ravitailler !

Le lendemain 24 mai, une patrouille de trois appareils est envoyée à San Carlos mais n'ont aucun contact avec l'ennemi. Une deuxième patrouille de deux appareils échappe aux Sea Harrier et à la DCA lors de leur attaque dont les résultats sont inconnus.

Une troisième attaque à lieu en fin de matinée avec trois appareils. Cette fois les pilotes argentins ne rentrent pas bredouilles puisqu'ils touchent la frégate Arrow, les britanniques reconnaissant des dégâts sur le Sir Lancelot et le Sir Galahad (qui sera bon pour trois semaines de réparations). Les argentins perdent un appareil.

Le 25 mai est un jour particulier puisque c'est la fête nationale argentine (en référence à la Révolution de Mai 1810). Les britanniques s'attendent donc à un effort particulier de la FAA.

Quatre appareils décollent à l'aube et arrivent à San Carlos. Un Skyhawk est abattu (Sea Cat du Yarmouth ou un Rapier défendant la tête de pont ?), son pilote réussi à s'éjecter et est capturé. Un autre A-4 est abattu par un missile Sea Dart. Le lendemain 26 mai, aucune activité aérienne.

Le 27 mai, sept A-4 doivent être engagé dans le détroit des Malouines et à l'est de Darwin. La patrouille «Tigre» de trois appareils armés de roquettes doit être engagée contre les troupes britanniques alors que la patrouille «Tanque» composée elle aussi de trois appareils doit attaquer les navires. Cette attaque doit être coordonnée avec deux nouvelles patrouilles mais aucun appareil ne trouve son objectif.

Le 28 mai 1982, le destroyer type 42 HMS Glasgow bombarde Goose Green pour préparer l'assaut à venir mené par le 2 Para. Deux patrouilles de trois appareils sont engagées mais rapidement un appareil doit rentrer. Ce n'est de toute façon pas grave car la mission est finalement annulée tout comme la suivante.

Le 29 mai est prévue une mission contre le porte-aéronefs HMS Invincible. Le plan est simple : les Super Etendard doivent lancer un Exocet (le dernier disponible) et les Skyhawk doivent suivre le missile pour vérifier l'impact et surtout profiter de la confusion pour aggraver les dégâts à l'aide de bombes lisses.

Outre les deux Super Etendard, cinq A-4C doivent être engagés mais la mission est retardée par des querelles entre l'aéronavale et l'armée de l'air. Ces retards provoquent le report de la mission au lendemain 30 mai 1982.

L'opération lancée contre l'Invincible doit engager trois patrouilles, la patrouille «Ala» avec deux Super Etendard (mais un seul armé d'un Exocet, le dernier en possession de l'Argentine) et la patrouille «Zonda» subdivisée en deux duos d'A-4C armés de bombes, le tout soutenu par deux KC-130H qui vont ravitailler deux fois les appareils.

Le plan est identique à celui envisagé la veille. C'est le destroyer HMS Exeter qui repère la petite escadre aérienne. L'alerte aérienne est donnée, l'envoi de Sea Harrier demandé mais c'est trop tard, l'Exocet est lancé à 14h30, un missile décoré d'une dédicace «Por los muchachos del Belgrano» (pour les hommes du Belgrano).

Les Super Etendard se replient et les Skyhawk poursuivent leur vol. Les A-4C constatent de la fumée noire et affirment que l'Invincible à été touché. Un Skyhawk est abattu par un Sea Dart suivit d'un deuxième par un autre missile du même type. Les deux A-4C attaquent ce qu'ils considèrent être comme le porte-aéronefs avant de se replier. Ils se ravitaillent une troisième fois avant de se poser à Rio Grande à 16h00. Encore aujourd'hui, la controverse fait rage entre britanniques et argentins.

Ce n'est que neuf jours plus tard que l'unité peut être engagée dans une nouvelle mission. Le 8 juin, les LSL Sir Galahad et Sir Tristram sont touchés, le premier chargé de Welsh Guard est sérieusement endommagé à Fitzroy avec 35 soldats tués et de nombreux blessés plus treize morts dans l'équipage du Galahad.  

Les deux navires sont particulièrement vulnérables à une nouvelle attaque et bien évidement cette nouvelle attaque à lieu. Cette nouvelle attaque ne donne pas des résultats clairs et si les britanniques affirment avoir abattu un appareil, les quatre A-4C rentrent tous à la base.

L'unité réalise sa dernière action de guerre le lendemain, 9 juin 1982, cinq jours avant la fin du conflit. Quatre appareils sont engagés mais deux font demi-tour et les deux derniers ne tardent pas à les suivre. Tous rentrent à la base mais un appareil finit dans la barrière après une collision aviaire.

Le conflit terminé, l'escadron ne dispose plus que de sept appareils dont trois sont hors service et sur les quatre restant, deux seulement opérationnels. L'unité est virtuellement hors de combat du 17 au 19 juin pour permettre aux rampants de réparer les appareils réparables.

Au final en soixante-quatre jours d'activité opérationnelle, quatre appareils sur les dix arrivés à San Juan le 10 avril ont survécu. Huit pilotes ont disparu (dont un qui finalement à été fait prisonnier).

Le 21 juin, les A-4C rallient leur base d'El Plumerillo dans la province de Mendoza à l'issue d'un vol de 2h30, le dernier groupe de personnel au sol arrivant par la route le 26 juin.

Les Skyhawk argentins dans la guerre des Malouines (3) : le 5ème groupe de chasse

Douglas A-4P Skyhawk de la FAA

Au printemps 1982, le 5ème groupe de chasse est stationné sur la base aérienne Coronel Pringles située à Villa Reynolds (province de San Luis).

Dépendant de la 5ème brigade aérienne (V Brigada Aera), ce groupe dispose de deux escadrons, le premier divisé en cinq escadrilles, le 2ème en quatre escadrilles.

A l'époque l'unité à pour rôle majeur la transformation opérationnelle. En effet, pour éviter une transition trop brutale entre le Morane-Saulnier MS-760 Paris, les Mirage III et les Dagger, les jeunes pilotes doivent effectuer une formation complémentaire soir sur F-86F à Mendoza ou sur A-4P à San Luis. Voilà pourquoi l'unité dispose de nombreux jeunes pilotes quand éclate le conflit des Malouines.

En 1978, la crise du canal de Beagle avait faillit dégénérer en conflit ouvert entre le Chili et l'Argentine, une médiation du pape Paul VI évitant tout conflit armé. Depuis cette crise, des détachements sont envoyés à Rio Gallegos, la base aérienne la plus méridionale du pays.

C'est ainsi que six A-4P du 5ème groupe y sont déployés à partir du 15 janvier et jusqu'au début du mois de mars. Le groupe reprend alors son cycle routinier de formation.

Début avril, dix-sept A-4P sont opérationnels mais trente-quatre cellule sont disponibles dont douze en cycle de maintenance. Au final quand l'opération Rosario est déclenchée trente et un appareil sont disponibles.

Le 5ème groupe de chasse ne participe pas à l'invasion en elle même. A partir du 13 avril, l'unité retrouve la base de Rio Gallegos. La priorité est alors de mener des missions de reconnaissance aux Malouines mais surtout de rendre le plus grand nombre d'appareils disponibles. A noter qu'une poignée d'appareils reste à Villa Reynolds pour continuer le cycle de formation.

Les autres appareils et les pilotes confirmés s'entrainent également notamment les procédures de ravitaillement en vol, le vol à basse altitude, le bombardement, le tir canon. Les roquettes sont un temps envisagées comme une arme potentielle mais abandonnées suite à d'inombrables dysfonctionnements.

Le 1er mai 1982, treize A-4P sont disponibles à Rio Gallegos. Une dizaine d'appareils arrive le jour même.

Les premières sorties ont lieu le 3 mai. Deux patrouilles nom de code «Fiera» et «Truero», deux patrouilles de quatre appareils décollent armés de trois bombes de 250kg et de deux réservoirs de 300 gallons. Suite à de mauvais renseignements, les cibles sont des navires argentins mais fort heureusement la bombe qui touche le Rio Carcarana n'explose pas et sera désarmocée. Tous les avions rentrent à la base.

Les jours suivants, la météo fait des siennes et les missions envisagées les 6 et 9 mai doivent tout simplement être annulées. Le 11 mai, un A-4P de l'unité effectue un essai d'emport d'une bombe de 1000 livres soit 454kg. Cet essai est concluant et la bombe Mk 17 va devenir l'armement standard des Skyhawk dans leurs frappes antinavires.

Le 12 mai 1982, le destroyer type 42 HMS Glasgow et la frégate type 22 HMS Brilliant étaient positionnés à 21 miles (42km) de Port Stanley. Outre du bombardement naval, ces deux navires formaient un piège à missiles avec le Sea Wolf pour la courte portée, le Sea Dart pour la longue portée.

Une mission de neutralisation est lancée, mission engageant les Dagger du 6ème Groupe de Chasse de Rio Grande et les A-4P du 5ème Groupe de Chasse, chaque appareil disposant d'une bombe Mk 17.

Huit A-4P sont engagés en deux patrouilles de quatre (nom de code «Curas» et «Oro»). L'engagement des Dagger est finalement annulé mais alors que les A-4P sont en approche, les deux navires britanniques se replient car le canon de 114mm du Glasgow est hors service. Les A-4P sont détectés à 30 miles par le Brilliant alors qu'ils suivaient la côte sud de Soledad.

Les avions passent à l'attaque mais le Sea Dart du Glasgow est en panne. Deux Sea Wolf sont lancés par le Brilliant abattant deux appareils, un troisième est perdu en percutant la mer pour éviter la boule de feu. Un quatrième appareil attaque le Glasgow mais la bombe tombe un peu court et ricoche au dessus de la proue du Glasgow. Le pilote échappe de peu au crash. En quelques minutes la patrouille Curas à été quasiment anéantie.

La patrouille «Oro» qui avait dévié de onze miles nautiques vers le nord. L'attaque prend par surprise les navires britanniques qui connaissent de multiples problèmes de DCA.

Une bombe tombe à l'arrière du Glasgow, l'autre bombe ricoche sur le Brilliant et explose en mer. La 2ème section largue une bombe sur le Glasgow mais la bombe traverse le navire et explose en mer alors que la 2ème bombe tombe court.

Alors que les avions se replient, un A-4P est abattu par des tirs argentins venant de la terre. Le pilote s'éjecte mais à trop basse altitude et cette éjection est mortelle pour lui. Au retour à Rio Gallegos, un deuxième appareil sort de piste mais les dégâts sont limités. Tous les appareils se posent avec un niveau de carburant critique.

En apparence limités, les dégâts sur le Glasgow sont plus importants que prévus et le type 42 doit se replier pour des réparations qui doivent lui permettre de reprendre le combat mais au final, décision est prise de le renvoyer à Portsmouth.

Ce raid pousse l'amiral Woodward à annuler les raids d'artillerie navale de jour mais point positif, le système Sea Wolf alors encore en rodage à montré des performances prometteuses. Durant les neuf jours suivants, l'activité aérienne est réduite. Le 15 mai 1982, deux nouveaux appareils arrivent pour compenser les pertes.

Le 21 mai 1982, les britanniques déclenchent l'opération Sutton, le volet amphibie de l'opération Corporate en prenant pied dans la baie de San Carlos. Le commandement argentin qui s'attendait à une opération du côté de Port Stanley pardon de Puerto Argentino est prit par surprise.

Les premiers renseignements sont amenés par un Aermacchi MB-339 en patrouille de reconnaissance dans le secteur. La patrouille «Mula» décolle en fin de matinée avec quatre A-4P tous armés d'une bombe de 1000 livres.

Deux appareils doivent faire demi-tour ne laissant que deux appareils pour l'assaut mais un des A-4P frappe l'épave du caboteur ARA Rio Carcana échoué après avoir été avarié par des Sea Harrier.

L'unique appareil encore armé attaque la frégate HMS Ardent (F-184) qui venait de bombarder le terrain «Condor» à Goose Green. La bombe manque sa cible, les seuls dégâts étant causés par le souffle. L'appareil est poursuivit par une patrouille de Sea Harrier mais parvient à rentrer à la base.

La patrouille «Pico» composée elle aussi de quatre A-4P décolle peu après les Mula. Un appareil doit faire demi-tour suite à un problème lors du ravitaillement en vol, les trois autres n'entrent pas en contact avec l'ennemi, la mission est un échec.

Une troisième mission est ensuite engagée, deux patrouilles de trois nom de code «Orion» et «Leo» mais seulement cinq appareils sont engagés, attaquant la frégate HMS Argonaut déjà avariée par les roquettes d'un MB-339.
Deux bombes frappent le navire mais n'explosent pas. L'énergie cynétique dévellopée à cependant provoqué de gros dégats et la frégate doit être rapatriée.

Une ultime mission est lancée (nom de code Mate) avec quatre A-4P disposant d'une bombe de 1000 livres Mk17, de deux réservoirs de 300 gallons et d'un chargement complet d'obus de 20mm mais les appareils arrivent trop tard sur zone et la mission doit être annulée.

Le lendemain 22 mai, les conditions météos empêchent toute mission aérienne pendant une bonne partie de la journée ce qui permet aux britanniques de consolider leur tête de pont. Une mission baptisée «Chipsa» est lancée en fin d'après-midi avec six A-4P mais les quatre appareils qui attaquent n'ont pas fait de gros dommages puisque les dégâts sont inconnus ! A leur retour, les pilotes peuvent voir l'arrivée de trois nouveaux Skyhawk.

A partir du 23 mai la situation va se compliquer pour les Skyhawk de la FAA avec le déploiement de missiles Rapier sur les hauteurs de San Carlos.

Le même jour, une première vague de six A-4P répartis en deux patrouilles de trois (Lampas et Tejos), tous armés d'une bombe Mk17 sont lancés contre les navires britanniques. Cinq appareils poursuivent mais sans contact avec l'ennemi, les appareils doivent rentrer à Rio Gallegos.

Une deuxième vague de six appareils répartis en deux patrouilles de trois (nom de code Trueno et Nenes) est lancée mais seulement quatre appareils entrent en contact dans le détroit des Malouines avec les frégates Antelope et Broadsword.

L'Antelope est visée, un appareil endommagé doit décommander son attaque alors qu'un autre touche la passerelle. En ce qui concerne les deux derniers appareils, le premier rate son coup mais le second fait mouche avant d'être détruit par un Sea Wolf.

Comme souvent dans les récits de combat, il est difficile de donner un récit clair et précis. Ainsi la destruction du Skyhawk est aussi revendiqué par une batterie Rapier ou par le canonnier de l'Antelope qui l'aurait abattu au canon de 20mm. Les deux survivants de la patrouille se posent à leur base.

Quand à l'Antelope, elle coulera lors du désamorçage de la deuxième bombe qui n'avait pas explosé. La frégate n'était arrivée que depuis une journée dans la zone des combats.

Le lendemain 24 mai 1982, l'armée de l'air argentine change de stratégie. Plutôt que de frapper les navires de guerre, elle décide de concentrer ses moyens sur les navires amphibies et les navires de transport dans la baie de San Carlos.

Deux patrouilles de trois appareils (noms de code Chispa et Nebe) armés d'une bombe de 1000 livres décollent mais seulement cinq passent à l'attaque, un appareil ayant perdu sa bombe doit faire demi-tour. Les attaques des A-4P et des A-4C de la marine sont confuses mais il semble que Chispa 2 à touché le Sir Galahad et Chispa 3 le Sir Lancelot.

Les cinq appareils se posent à Rio Gallegos. Côté britannique, le Sir Galahad sera de retour deux jours plus tard, le Sir Lancelot seulement le 7 juin 1982.

Conséquence de ce changement de stratégie, les britanniques décident de replier le plus à l'est possible les navires de soutien non indispensables (opération Red Button).

Le dispositif britannique s'organise ainsi. Au nord le LPD Intrepid, au sud son sister-ship Fearless alors qu'à l'extrême sud dans le détroit des Malouines nous trouvons la frégate Yarmouth.

Entre le ouest de Chucho Point et le sud de l'île Fanning sont déployées les frégates Plymouth et Arrow. Plus au nord, le destroyer Coventry et la frégate Broadsword naviguent près de Pebble Island.

Le 24 mai toujours décolle la patrouille «Marte» de quatre appareils mais deux A-4P doivent faire demi-tour alors que les deux autres attaquent le caboteur ARA Monsumen. Ils décrochent à temps mais l'appareil endommagé par des tirs d'armes légères....argentins est abattu par un Sea Dart du Coventry. Son aillier parvient à rentrer sans problème à la base.

Le même jour, deux nouvelles patrouilles décollent, noms de code «Vulcanos» et «Zeus», deux patrouilles de trois appareils armés chacun de trois bombes de 250kg mais deux appareils doivent abandonner pour des raisons techniques.

Les quatre appareils restant repèrent bien deux navires mais ils sont repérés par deux Sea Harrier en patrouille dans le secteur nord du détroit des Malouines qui allaient les intercepter quand le Broadsword donne ordre aux chasseurs de rompre l'engagement.

Les deux Vulcanos attaquent la frégate dont le système Sea Wolf tombe en panne. Une bombe tombe trop court, l'autre ricoche en surface et explose contre le hangar, arrachant le nez du Lynx.

Une minute plus tard, les deux Zeus passent à l'attaque contre le destroyer type 42 HMS Coventry qui lance un Sea Dart à l'aveugle, tir au canon de 114mm et manœuvre à grande vitesse, bouchant le secteur de tir du Broadsword. Deux bombes touchent le destroyer qui coule en vingt minute alors que la frégate ne sera opérationnelle que le 1er juin 1982. Les quatre A-4P rentrent à la base.

Le 27 mai 1982, le beau temps permet de nombreuses attaques dans le détroit de Choiseul. La patrouille «Toro» de trois appareils attaque suivie par la patrouille «Tureno» mais les six A-4P armés d'une bombe Mk17 doivent annuler leur mission.

Rentrés à Rio Gallegos, les Truenos sont réarmés de bombes de 250kg pour attaquer le 40th Commando en baie d'Ajax. Un appareil est endommagé, le pilote s'éjecte et survit. Les autres appareils rentrent à Rio Gallegos. Les britanniques ont eu huit morts, vingt-trois blessés ainsi qu'un hélicoptère Westland Scout endommagé. Les 28 et 29 mai, toutes les missions sont annulées à cause du mauvais temps.

Le 5 juin, des bombardiers Canberra signalent avoir été victime d'un tir de missile probablement un Sea Dart alors qu'ils s'apprétaient à bombarder le mont Kent. Une mission mixte Dagger/A-4P est lancée mais annulée par le mauvais temps.

Plus tôt dans la journée, les trois avions de la patrouille «Potro» sont partis pour attaquer un objectif naval à Fitzroy mais la mission ne trouve rien tout comme les quatre A-4P de la patrouille «Trueno» lancée contre le mont Kent.

Le 8 juin, la Fuerza Aera Argentina apprend la présence de deux navires amphibies près de Fitzroy. Le débarquement des troupes transportées est très lents suite à des problèmes de commandement.

C'est une cible idéale et un projet d'attaque mixte Dagger/Skyhawk. Les A-4P forrment les patrouilles «Mastin» et «Dogo» mais trois appareils doivent rentrer suite à des problèmes de ravitaillement en carburant. Les conditions météos sont épouvantables mais les argentins attaquent par l'est à très basse altitude.

Les trois Dogo visent le Sir Galahad et les Mastin le Sir Tristan. Une bombe explose sur le Galahad provoquant de gros dégâts et la mort de 48 hommes (dont 35 Welsh Guards). Le Tristan est touché par deux bombes. Si le Galahad sera sabordé au large, le Tristan servira de ponton pendant six mois avant de rallier la Grande-Bretagne pour une remise en état complète. Il ne sera opérationnel qu'en 1985.


Le navire amphibie RFA Sir Galahad après l'attaque du 8 juin 1982

Début après midi, deux patrouilles («Mazos» et «Martillos») de trois appareils décollent mais seulement quatre avions vont être engagés. Cette fois les britanniques attendent les argentins de pied ferme avec mitrailleuses, armes légères, missiles Blowpipe et Rapier. Pour ne rien arranger, une patrouille de Sea Harrier repèrent les A-4P.

Un chaland LCU est touché _il coule dans la nuit_ avant que deux Skyhawk ne soient abattus par des Sidewinder. Un troisième appareil est lui aussi abattu. Le seul survivant largue ses bombes, ses réservoirs supplémentaires pour s'échapper. Il se ravitaille en vol à la limite de la panne séche et peu se poser. Cette opération à eu pour mérite de décaller de deux jours la chute de Port Stanley.

La FAA décide alors de regrouper tous ses Skyhawk sur la base aéronavale de San Julian à 500km au nord de Rio Gallegos. Tous les mouvements sont terminés le 10 juin.

Un premier raid est prévu le 12 juin, un assaut contre les positions terrestres. La patrouille «Alfa» de quatre appareils avec trois bombes de 250kg doit viser des positions d'artillerie britannique près de Port Harriet House. Deux appareils font demi-tour mais la mission est finalement annulée, les conditions météos commencent à produire leurs effets sur les cellules et les systèmes de navigation.

Une nouvelle patrouille de quatre appareils est prévue mais un seul appareil poursuit pour se voir finalement interdire toute frappe. Le 13 juin, la patrouille «Chispa» décolle avec quatre appareils suivie de la patrouille «Nene» composée elle aussi de quatre appareils. Sept avions poursuivent pour viser le QG de la 3rd Commando Brigade. Les dégats sont limités et tous les avions rentrent à la base. Le cessez-le-feu entre en vigueur à 12h00 le 14 juin 1982.

Au final, les Douglas A-4P se sont révélés performants et endurants mais ont souffert d'un moteur qui doit être chargé toutes les 176h en moyenne. Les appareils ont connu des problèmes de circuits électriques, d'hydraulique et de carburant sans compter les inombrables problèmes de radiocommunication et de radionavigation. Sur le plan opérationnel, l'efficacité des frappes à souffert du mauvais temps mais surtout d'un manque de renseignements fiables.

Le groupe de chasse rentre à Rio Gallegos le 20 juin mais n'est plus opérationnel jusqu'au 1er juillet. Au total le groupe à volé 5240h avec un taux de disponibilité de 76% ce qui est absolument remarquable.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


(A-4F)

Type : Monoplace d'attaque légère/biplace d'entrainement et de contrôle aérien avancé

Masses :  à vide 4750 kg pleine charge : 8318kg  masse maximale au décollage : 11136kg

Dimensions : longueur : 8.38m hauteur : 4.57m envergure : 8.38m

Propulsion : un turboréacteur Pratt & Whitney J52-P8A de 41 kN

Performances :  vitesse maximale : 1077 km/h distance franchissable : 3220kg plafond opérationnel : 12880m taux de montée : 43m/s

Armement :

(interne) Deux canons de 20mm Colt Mk12 avec 100 obus par canons (1000 coups à la minute vitesse initiale :1010 m/s)

Cinq points d'attache pouvant embarquer des missiles air-air AIM-9 Sidewinder, antiradars AGM-45 Shrike, des missiles antinavires Exocet, des missiles air-sol AGM-12 Bullpup et AGM-65 Maverick , des bombes à guidage TV AGM-62 Walleye, des bombes Rockeye Mk.20 Cluster Bomb Unit (CBU sous-munitions) Mk.7/APAM-59 CBU, des bombes lisses Mk.81 de 250 livres (113 kg) et Mk82 de 500 livres (227kg), des bombes nucléaires et des bombes d'exercice Mk.76

(A-4AR Figthinghawk)

Type : Monoplace et biplace d'attaque et de chasse

Dimensions : longueur : 12.30m envergure : 8.38m hauteur : 4.57m

Masse : à vide 4900kg en charge 11000kg maximale au décollage : 11136kg

Propulsion : un turboréacteur Pratt&Whitney J52P-408A de 5100kg de poussée

Performances : vitesse maximale : 1080 km/h rayon d'action : 3220km plafond opérationnel : 12880m vitesse de montée : 43m/s

Armement : deux canons de 20mm Colt Mk12 avec 100 obus par canon, 4490kg de charge répartis sur cinq points (dont deux AIM-9M Sidewinder, le reste en bombes lisses)


SOURCES

-US Navy Tome 1 et Tome 2 de Jean Moulin

-La guerre des Malouines de Phillipe Paitel

-Le Douglas A-4 Skyhawk 1955-2015 de Gerard Paloche

-Les Skyhawk argentins dans la guerre des Malouines Avions HS n°27

-Liens internet

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10294
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Dim 08 Jan 2017, 22:58

Excellente et passionnante étude !
Il y a juste à effectuer de menues rectifications (sur des objets qui sautent aux yeux, parce que récurrents, mais il doit y en avoir d'autres) : "dévellopement/dévellopant/dévellope(é)(r)(s)" (14 occurrences) = développe (-ant/-ement/-er/-é/ée(s) ), bien sûr.
Citation :
Genèse et développement du Douglas A-4 Skyhawk […] Douglas qui doit réduire ses effectifs […] avions commerciaux (DC-6 et DC-7) mais également des avions militaires à réaction comme les chasseurs Skynight et Skyray […]
… Skyknight, bien sûr (erreur classique !)
Citation :
[…] En 1967 connaissant des difficultés financières […] la firme n'à d'autres choix que de se marier avec la firme McDonell donnant naissance à la firme McDonell-Douglas qui à son tour […]
McDonnnell-, bien sûr…
Citation :
[…] avions à réaction apparurent. Leur apport à la guerre aérienne de la seconde guerre mondiale fût anecodtique mais […]
« […] de la Seconde Guerre mondiale fut anecdotique mais […] »
Citation :
[…] se résigner à des avions qui coutaient de plus en plus chers […] Le train d'aterrissage tricycle à grand empattement permet l'émport d'une charge volumineuse […].
« […] des avions qui coûtaient de plus en plus chers […] Le train d'atterrissage tricycle à grand empattement permet l'emport[/u] […] »

Heureusement qu'il y a (au moins) une lectrice (attentive) !

Mais tout ça est bien minime au regard de la qualité de l'ensemble de l'étude, j'en suis consciente.

Et c'est justement l'intérêt et la qualité de cette contribution - à prétention ou à vocation encyclopédique - qui méritent (me semble-t-il) que soit apportée à sa forme une attention plus spécifique que celle des simples (et ordinaires) échanges forumesques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Lun 09 Jan 2017, 13:35

Merci Dahlia

J'ai beau relire j'en fais toujours. Quand tu pense que je suis entrain d'écrire mon premier roman, la publication n'est pas pour tout de suite lol! lol!

Si j'y pense j'essaierai de relire et de corriger pour rendre la lecture encore plus agréable.

Et il faut aussi que je trouve du temps pour poster un article sur le successeur du Skyhawk en l’occurrence le A-7 Corsair II

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10294
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Lun 09 Jan 2017, 16:44

clausewitz a écrit:
[…] Si j'y pense j'essaierai de relire et de corriger pour rendre la lecture encore plus agréable. […]
Souhaitons-le ; ce sera alors un atout de plus.
Citation :
[…] J'ai beau relire j'en fais toujours. […]
Certaines erreurs sont imparables (Skynight, au lieu de Skyknight). Mais la plupart des fautes courantes - d'inattention ou de frappe - doivent pourtant  faire sursauter (ou réagir) le correcteur automatique d'orthographe (il les souligne de petites vaguelettes rouge)…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Lun 09 Jan 2017, 17:47

DahliaBleue a écrit:
clausewitz a écrit:
[…] Si j'y pense j'essaierai de relire et de corriger pour rendre la lecture encore plus agréable. […]
Souhaitons-le ; ce sera alors un atout de plus.
Citation :
[…] J'ai beau relire j'en fais toujours. […]
Certaines erreurs sont imparables (Skynight, au lieu de Skyknight). Mais la plupart des fautes courantes - d'inattention ou de frappe - doivent pourtant  faire sursauter (ou réagir) le correcteur automatique d'orthographe (il les souligne de petites vaguelettes rouge)…

Pour Skynight je crois que je ferais toujours

Pour le reste le problème c'est que là j'ai un texte ouvert, j'ai mis la correction automatique et tout le texte est souligné en rouge lol! lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11685
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 01:28

bonsoir
Ach la correction automatique… gross mahler !
j'peux pas parler de l'Hamiral sans que le mot soit souligné; mais les fautes d'ortograf ou de sintax passent…
passons !
outre le Jutland, je suis passionné par le "Nam", donc le A-4, donc l'article de Claus (qui - je l'espère - me pardonnera cette abréviation).
cela m"a pris un peu de temps; je tenais à relire la première version.
un peu occupé, en ce moment, j'ai du me bousculer un rien, pour parler de cet article.
c'est pourquoi j'ai (beaucoup) trop tardé à le faire
toutes mes excuses à l'auteur.
reprendre un travail afin de l'améliorer…
… ce n'est pas vraiment faire preuve de connerie.
quoique parfois, cela aboutisse à un désastre.
le grand Degas est connu pour l'avoir fait.
fort heureusement, ce n'est pas le cas de Claus.
cette nouvelle version de l'article consacré au Skyhawk est pleinement satisfaisante.
d'autant plus que le Hot-Rod d'Heineman est l'un de mes avions préférés.
petit, agile… un avion de pilote.
il est connu pour avoir subit le taux de perte le plus élevé pendant la guerre du Vietnam.
mais quel appareil est allé au charbon plus souvent que lui ?
profil-bas oblige, on ne célèbre pas assez les héros de l'aéronavale US.
les Argentins se sont montrés plus dignes de leurs héros. normal; le Machisme.
mot dont les gourdasses (pour rester poli) ne comprendront jamais le sens.
passons.
comme toujours: iconographie superbe; mais le texte n'est pas dégueu non plus.
j'ai pris le temps de lire et relire, les deux versions.
j'avoue que je ne me suis vraiment intéressé qu'à l'histoire des appareils US et "Macho".
les israéliens ? j'aurais pu; si on en savait un peu plus à leur sujet. mais ils sont chiants avec leur parano.
je suis à peu près sur que la recette du macdo kasher est classée "secret défence".
passons.
les autres, australiens, néo-zélandais, koweitiens, brésiliens, etc… bof !
une excellente idée: passer en revue l'histoire des flottilles de l'USN dotées du Hot-Rod d'Heineman.
j'ai beaucoup aimé, malgré une petite frustration: je ne crois pas y avoir vu les VSF-1 et 3.
certes, ces unités n'ont eu qu'une brève existence, mais plutôt originale et excitante.
il est vrai que je manque d'objectivité; j'adore le Scooter. un magnifique appareil.
j'aime les petits zavions. le P.47 avait sans doute des qualités, mais je lui préfère le Bf.109.
Le A-4 valait bien deux articles. merci à l'auteur.
j'ai apprécié ce travail.
et, comme l'a fait remarquer Alain, il est bon que nous réagissions et commentions le travail des rédacteurs du forum; c'est certainement la meilleure façon de les remercier.
ah, j'allais oublier… une petite erreur (ou "pièjac" délibéré ?)
le A2 est le Savage, et non le Guardian.
et une question: les Kiwi se sont vraiment intéressé au Mirage IV ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 16:40

Merci

Pour le Guardian effectivement c'est le AF-2

Pour le Mirage IV, je l'ai lu dans le livre "Avions et pilotés" sur le Mirage IV p 26 Je cite "Plusieurs pays manifestèrent un intérêt pour le Mirage IV, parmi lesquels la RFA, l'Afrique du Sud, la Nouvelle Zélande et l'Inde sans que les velléités ne se concrétisent"

Deux projets plus avancés, le Mirage IVRJ pour Israël (reconnaissance et attaque au sol) et le Mirage IV à moteurs Spey pour la RAF, le premier n'à pas dépassé l'étude initiale et le second abandonné au profit du F-111K.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11685
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 19:03

bonsoir
je suis ahuri ! que diable les Kiwi (et les Sudaf) comptaient ils faire d'un tel avion ?
je reviens au Skyhawk:
un fait assez peu connu
le 5 décembre 1965, un Skyhawk fut victime d'un incident "Broken Arrow" (code US désignent un incident nucléaire majeur).
à bord de l'USS Ticonderoga, en route de Subic Bay vers le Vietnam, le A-4E immatriculé NF 472 (BuNo 151022) de la flottille VA-56, armé d'une bombe nucléaire B-43 (une mégatonne) est tombé d'un ascenseur, et a coulé par 5000 mètres de fond, à 80 milles de Kikai (Japon).
ni l'avion, ni la bombe, ni le pilote (le Lieutenant Douglas Webster), ne purent être retrouvés.
ce n'est qu'en 1981, que cet incident fut révélé. ce qui provoqua une vive émotion au Japon.
ce qui n'a jamais été expliqué, en revanche, c'est pourquoi cet avion état chargé d'une telle arme, ni pourquoi il a chuté.

Buck Danny
dans les albums: "le retour des tigres volants", et "les tigres volants à la rescousse" (1962), les Skyhawk sont camouflés.
intéressant; en 1966, certains le furent à bord des USS Kitty Hawk et Constellation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 19:31

warburton a écrit:
bonsoir
je suis ahuri ! que diable les Kiwi (et les Sudaf) comptaient ils faire d'un tel avion ?
je reviens au Skyhawk:
un fait assez peu connu
le 5 décembre 1965, un Skyhawk fut victime d'un incident "Broken Arrow" (code US désignent un incident nucléaire majeur).
à bord de l'USS Ticonderoga, en route de Subic Bay vers le Vietnam, le A-4E immatriculé NF 472 (BuNo 151022) de la flottille VA-56, armé d'une bombe nucléaire B-43 (une mégatonne) est tombé d'un ascenseur, et a coulé par 5000 mètres de fond, à 80 milles de Kikai (Japon).
ni l'avion, ni la bombe, ni le pilote (le Lieutenant Douglas Webster), ne purent être retrouvés.
ce n'est qu'en 1981, que cet incident fut révélé. ce qui provoqua une vive émotion au Japon.
ce qui n'a jamais été expliqué, en revanche, c'est pourquoi cet avion état chargé d'une telle arme, ni pourquoi il a chuté.

Buck Danny
dans les albums: "le retour des tigres volants", et "les tigres volants à la rescousse" (1962), les Skyhawk sont camouflés.
intéressant; en 1966, certains le furent à bord des USS Kitty Hawk et Constellation.

Pour la NZ et l'AFS, je pense que ces pays ont fait de la prospective et que Dassault à proposé son Mirage IV surtout qu'à l'époque l'Australie s'équipait de Mirage III (connaissant la communauté d'équipement entre Wellington et Canberra on pourrait imaginer des Mirage III kiwis) tout comme l'Afrique du Sud.

L'incident du Skyhawk j'en ai entendu parler. Il faut savoir qu'à l'époque de la guerre froide les américains craignant une attaque soviétique surprise d'où la présence d'avions armés de bombes nucléaires à bord. Une période, un A-3 Skywarrior était même présent en permanence derrière l'ilôt bombe armé à bord ! Ce système à été supprimé après qu'une autre Baleine à faillit emboutir l'appareil lors d'un appontage manqué.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5121
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 21:55

Les Skyhawk argentins (FAA) étaient des modèles B du Grupo 5 et C du Grupo 4 le suffixe -P s'applique aux 10 Mirage 5 livrés par le Pérou après la guerre.
Le 25 mai le Broadsword est touché par une bombe du capitaine Carballo (qui a mené l'attaque sur l'Ardent) mais qui n'explose pas c'est elle qui arrache le nez du Lynx et fait un magnifique trou dans la plate-forme hélo de la frégate ...
C'est le lieutenant Velasco qui coule le Coventry, Velasco sera abattu le 27 mai lors de l'attaque en baie d'Ajax par un obus de 40 mm tiré par le Fearless.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Jeu 02 Fév 2017, 23:41

pascal a écrit:
Les Skyhawk argentins (FAA) étaient des modèles B du Grupo 5 et C du Grupo 4 le suffixe -P s'applique aux 10 Mirage 5 livrés par le Pérou après la guerre.
Le 25 mai le Broadsword est touché par une bombe du capitaine Carballo (qui a mené l'attaque sur l'Ardent) mais qui n'explose pas c'est elle qui arrache le nez du Lynx et fait un magnifique trou dans la plate-forme hélo de la frégate ...
C'est le lieutenant Velasco qui coule le Coventry, Velasco sera abattu le 27 mai lors de l'attaque en baie d'Ajax par un obus de 40 mm tiré par le Fearless.

Merci de cette correction

J'ai eu du mal à me dépatouiller dans le récit des attaques aériennes argentines, c'était assez compliqué j'avais parfois l'impression que mes neurones faisaient des noeuds lol! lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10294
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Glauque   Ven 03 Fév 2017, 09:28

Citation :
[…] Buck Danny
dans les albums : "le retour des tigres volants", et "les tigres volants à la rescousse" (1962), les Skyhawk sont camouflés. […] intéressant ;[…].
… par une peinture glauque uniforme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9329
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Ven 03 Fév 2017, 10:55

Et les avions des rebelles dirigés par Lady X ce sont des Fiat G-91 ou du moins fortement inspiré de cet avion italien

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10294
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   Sam 04 Fév 2017, 09:31

warburton a écrit:
[…] le 5 décembre 1965, un Skyhawk fut victime d'un incident "Broken Arrow" […] à bord de l'USS Ticonderoga, […]
Donc quelques semaines avant l'accident de Palomares. Évidemment, pour ce dernier, il était plus difficile d'en garder un secret équivalent.
Citation :
[…] le A-4E […] armé d'une bombe nucléaire B-43 (une mégatonne) est tombé d'un ascenseur, et a coulé par 5000 mètres de fond, à 80 milles de Kikai (Japon). […] ce n'est qu'en 1981, que cet incident fut révélé.[…]
… ou en 1989 ?
Citation :
[…] ce qui n'a jamais été expliqué, en revanche, c'est pourquoi cet avion […] a chuté.[…]
Une mauvaise manipulation lors du déplacement de l'appareil. C'est vrai que ça fait désordre, compte tenu de l'aspect précieux de son chargement. Comme si manquaient des précautions élémentaires ? Il a dû y avoir quelques sanctions… après enquête ? Mais le plus étonnant, c'est que les équipages (bord, flottilles…) aient pu garder l'événement secret aussi longtemps, sans qu'il y ait eu la moindre fuite. Il n'y avait sans doute pas non plus de journalistes à bord ? Ni de grine-pisse (qui n'était pas née).
Il est possible, finalement, que ces têtes nucléaires fussent traitées sans attention particulière (ce qui pouvait être une façon à la fois de les banaliser et de les masquer).
Ce qui, peut-être, explique le maintien, si long (vingt-quatre ans !), du secret sur l'événement : les personnes au courant de la réalité sensible de la perte (en plus du décès du pilote) devaient se compter sur les doigt d'une main.
Peut-être aussi, la perte du pilote a-t-elle pris plus d'importance que celle de la B43 ?
Citation :
[…] pourquoi [il] était chargé d'une telle arme […]
Pas trop de mystère sur ce point : les armes nucléaires faisaient partie de la panoplie courante des flottilles embarquées (et des bâtiments en général, y compris des sous-marins d'attaque - torpilles Mk45) ; ainsi que des escadres aériennes de l'Air Force ; voire des régiments "tactiques" (missiles Corporal, roquettes Honest John, Little John…).

Le fait est que les têtes nucléaires ne présentent pas de danger particulier, tant qu'elles ne sont pas armées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]   

Revenir en haut Aller en bas
 
DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DOUGLAS A-4 SKYHAWK [NOUVELLE VERSION]
» [SOFT] ANDROID MUSIC 3 : Nouvelle version du player d'origine d'Android [Gratuit]
» SPIDER-MAN (nouvelle version)
» nouvelle version f. de transport, à la sauce de misslu...
» OPERA MINI 5.1 Nouvelle version pour WM - [MAJ 9 SEPT 2010]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: