AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LOCKEED P-3 ORION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 21:52

LOCKEED P-3 ORION
(ETATS-UNIS)


Un Lockeed P-3B Orion en vol

INTRODUCTION

Les premiers avions de patrouille maritime américains

En 1938, la guerre en Europe était proche et la Royal Air Force manquait d'appareils modernes et son industrie aéronautique était bien en peine de lui en fournir à temps. Elle s'adressa donc à la firme Lockeed qui dévellopa le Lockeed Hudson, un appareil de reconnaissance maritime dévellopé à partir du Lockeed 14. Cet appareil n'équipa pas l'US Navy mais fût la base du dévellopement du Ventura.


Lockeed Hudson en vol

Le Lockeed 14 avait un grand frère, le Lockeed 18 Lodestar et logiquement, les américains comme les britanniques eurent l'idée de dévelloper un appareil de patrouille maritime mais également d'assaut aéromaritime et de bombardement.


Le Lockeed Ventura

L'armée de l'air britannique commanda 188 Ventura en février 1940 qui furent livrés à la mi-1942 et utilisés pour des bombardements de jour sur l'Europe mais trop vulnérables, ils furent relégués à des missions de patrouille maritime côtière au sein du Coastal Command et une partie au sein des armées de l'air canadiennes et australiennes. 487 Ventura MkII furent également commandés par la RAF mais la majorité fût finalement reprise par l'USAAF qui les rebaptisa B-34 Lexington.

Au final, c'est cependant l'US Navy qui mit en oeuvre la majorité des Ventura construits. Dans les premiers mois du conflit, c'est l'USAAF qui était responsable de la lutte ASM depuis la terre mais bien vite, la lutte ASM devint une missions secondaire pour l'United States Army Air Force qui devait planifier des campagnes de bombardement stratégiques sur l'Allemagne et le Japon et l'USAAF leva son véto à ce que l'US Navy ne se dote d'avions d'attaque basés à terre.

Les premiers PV-1 furent livrés en décembre 1942 et mis en service en février 1943. La première unité engagé au combat fût le squadron VP-135 basé dans les Aléoutiennes suivi par le squadron VB-137 basé aux Samoa à partir de mai 1943. Au final, les squadrons VB/VPB-125, 126,127,128,129,130,131,132,133,134,135,136,137,138,139,140,141,142,143,144,145,,146,147,
148,149,150,151,152,153 et 200. L'USMC équipa un squadron, le squadron de chasse de nuit VMF(N)-531.

Ces trente squadron furent utilisés pour traquer les sous-marins japonais (assez peu efficaces au demeurant) mais surtout la navigation commerciale japonaise notamment dans les eaux littorales et les milieux archipélagiques.

A partir d'août 1944, des PV-1 Ventura furent basés à à Tinian dans les Marshall avec pour mission principale de détruire les patrouilleurs japonais qui avertissaient la défense aérienne japonaise des raids de bombardiers B-29 au dessus des Bonins.

A la fin de la guerre, des Ventura effectuèrent la même mission mais depuis Iwo Jima en compagnie de Consolidated Privateer.

Le Ventura à également été utilisé par le Brésil, la France (Flotille FE6 de 1943 à 1947 puis au sein de l'escadrille 11S pour les liaisons et le transport d'autorité jusqu'en 1951), la force d'autodéfense japonaise, les Pays Bas et la Nouvelle Zélande. Les Ventura américains furent retirés du service à la fin de la seconde guerre mondiale alors que le PV-2 Harpoon, son dérivé avait commencé à le remplacer dans les unités de première ligne.
Au total, 2494 PV-1 ont été construits.

Caractéristiques Techniques du Lockeed PV-1 Ventura

Type : avion multiplace de patrouille et d'assaut aéromaritime

Equipage : 6 hommes

Masse : à vide 9160kg en charge 14000kg masse maximale au décollage 15000kg

Dimensions : longueur 15.7m envergure 20m hauteur 3.6m

Motorisation : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-2800 de 2000ch chacun

Performances : vitesse maximale 518 km/h vitesse de croisière 370 km/h distance franchissable en convoyage 4200km distance franchissable en combat 2670km plafond opérationnel 8020m

Armement : 4 mitrailleuses de 12.7mm (deux dans le nez, deux dans la tourelle dorsale) 2 mitrailleuses de 7.62mm dans le poste ventral, 1400kg de bombes en soute ou 6 charges de profondeur de 147kg ou une torpille aéroportée.


Lockeed PV-2 Harpoon

L'efficacité du Ventura poussa les américains à dévelloper une version améliorée. Le Ventura était un bon appareil mais en charge maximale que ce soit d'armes ou de carburant, il pouvait se révéler délicat à faire décoller. L'appareil avait une distance franchissable plus importante mais une manoeuvrabilité et une vitesse maximale moindre.


Le Lockeed PV-2 Harpoon

Les PV-1 devant être utilisés comme bombardiers, ils disposaient d'un nez vitré, une mission qui n'était pas prévue pour le PV-2 qui disposait d'un nez plein et armé de cinq mitrailleuses lourdes sans parler de la possibilité d'employer l'arme fatale pour un navire de guerre en l'occurence la roquette de 127mm.

Baptisé Harpoon, le nouvel appareil fût commandé en juin 1943 et effectua son premier vol le 3 décembre suivant. 535 appareils furent commandés et livrés, équipant à la fin de la guerre dans le Pacifique, les squadrons VPB-139 (basé dans les Aléoutiennes, VPB-142 à Tinian, VPB-144 à Eniwetok, le VPB-148 à Midway et Johnston et enfin le VPB-153 à Guam.

Comme le Ventura, le Harpoon ne connut qu'une brève carrière après le second conflit mondial, étant rapidement remplacé par un appareil plus gros et plus puissant, le Lockeed Neptune.

Si aucun PV-2 ne fût utilisé par des pays étrangers durant le second conflit mondial, des Harpoon furent cédés au titre du MDAP aux Pays Bas,à l'Afrique du Sud, au Portugal, au Japon, au Brésil et à la France qui utilisa six appareils pour la liaison et le transport de personnalités au sein de la 11S de 1953 à 1960 quand ils furent remplacés par des Morane 760 Paris.

Au total, 535 PV-2 Harpoon ont été construits

Consolidated PB4Y-2 Privateer

Dès les années trente, les Etats Unis et la Grande Bretagne travaillent à la constitution de forces de bombardiers modernes destinés à mener une offensive stratégique comme celle théorisée par Guillermo Douhet.

Le second conflit mondial éclate et les américains après une série de bombardiers bimoteurs mettent en oeuvre des bombardiers quadrimoteurs Boeing B-17 Flying Fortress et Consolidated B-24 Liberator.


Consolidated PB4Y2 Privateer en vol

Ce dernier appareil commandé par la France (avant la défaite de juin 1940) et la Grande Bretagne est utilisé pour la lutte ASM dans l'Atlantique et dans le Golfe de Gascogne. L'efficacité de cet appareil qui supprime le gap (la trouée) dans l'Atlantique et fait du Golfe de Gascogne un endroit mortel pour les U-Boot encourage l'US Navy à utiliser le Liberator dans le Pacifique au sein des squadrons VD-1, 2,3,4 et 5, unités qui sont déployés dans le Pacifique début 1943 suivit par les squadrons VB-101,102,104,106,108,115,116,117 et 200.

Les marines sont également de la partie avec les squadrons VMD-254,154,354 et les Marines Air Group (Mag) n° 14,15 et 35, les leathernecks déployant leurs premiers appareils depuis Guadalcanal depuis octobre 1942 (squadron VMD-254).

Ces appareils étaient utilisés pour la patrouille maritime, l'assaut aéromaritime, la reconnaissance au profit des groupes de porte-avions et le mouillage de mines.

Une version spécifique du Liberator caractérisée par une dérive unique est dévellopée pour la patrouille maritime. L'appareil désigné Consolidated PB4Y Privateer effectue son premier vol le 20 septembre 1943.

L'appareil entra en service à la fin de l'année 1944 au sein des squadrons VPB-118 et 119 qui furent déployés outre-mer pour la première fois en janvier 1945 depuis les Mariannes pour le premier et les Philippines pour le second, effectuant des missions de recherche et de destruction dans des zones aussi éloignées que le Golfe du Tonkin, les côtes méridionales de la Chine et Okinawa.

A la fin de la guerre, les quadrons VPB-118,119,109,108,123 et 124 étaient équipés de cet appareil qui fût également utilisé pour le mouillage de mines notament dans les eaux coréennes. Cet appareil fût également le premier à utiliser un missile air-surface, le missile BAT mais ce précurseur n'est pas au point et les résultats sont des plus limités avec un destroyer japonais avarié.

Les Privateer furent utilisés durant la guerre de Corée, larguant des projectiles éclairants sous parachute pour détecter les infiltrations nocturnes des nord-coréens et des chinois. Ils furent retirés du service en 1954, quelques appareils désarmés furent utilisés jusqu'en 1958 quand le manque de pièces détachées les cloua au sol.

Certains appareils furent utilisés comme drônes jusqu'en 1962 et d'autres comme avions de lutte anti-incendie. La France (de 1950 à 1960, des Privateer furent utilisés par les flottilles 24F et 28F comme bombardiers en Indochine et appareils de surveillance en Algérie), le Canada, la Chine de Taipei et le Honduras utilisèrent également cet appareil.

Au total, 736 Privateer ont été construits.

Caractéristiques Techniques du Consolidated PB4Y-2 Privateer

Type : avion multiplace de reconnaissance et d'assaut aéromaritime

Equipage : deux pilotes, un navigateur, un bombardier, cinq mitrailleurs et deux opérateurs radios

Masse : à vide 12467kg maximale au décollage 29500kg

Dimensions : envergure 33.53m longueur 22.73m hauteur 9.17m

Motorisation : quatre moteurs radiaux à refroidissement par air Pratt & Whitney R-1830-94 de 1350ch chacun

Performances : vitesse maximale 382 km/h vitesse de croisière 224 km/h distance franchissable 4540km plafond opérationnel 6400m

Armement : 12 mitrailleuses de 12.7mm en six tourelles doubles et 5800kg de bombes, mines, torpilles ou charges de profondeur.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:00

Neptune et Orion

Lockeed P-2 Neptune

Un Lockeed P2V7 du squadron VP-7 en 1954

Les Ventura et les Harpoon sont de bons appareils anti-sous-marins et anti-navires mais ils étaient dérivés d'appareils commerciaux aux possibilités d'évolution limitées. La firme de Burbank décida de proposer un appareil plus gros et plus puissant concçu dès l'origine pour la lutte anti-sous-marine.

Le bureau d'études de Lockeed lança ainsi en septembre 1941 l'étude V-135 suivit d'une deuxième étude («V-146»). L'US Navy accorda son imprimatur officiel en février 1943 et un an plus tard, le 4 février 1944, signa un contrat pour la construction de deux prototypes baptisés XP2V-1.

Baptisés Neptune (le dieu romain de la mer, l'équivalent du Poseidon grec), les deux prototypes sont construits sans empressement, les besoins étant largement couvert par les appareils en service. Ce n'est donc que le 17 mai 1945 que le premier prototype quitte le plancher des vaches, suivit peu après du deuxième prototype. Les tests montrent que l'appareil est un vrai pur-sang, sans grands défauts avec une excellente manoeuvrabilité ce qui est utile pour traquer un sous-marin comme pour échapper aux chasseurs ennemis.

Bien que la guerre soit terminée et les américains pressés de remettre leur économie en mode temps paix, les premiers Neptune furent livrés dès le début de l'année 1946 et les derniers P2V-1 furent livrés en mai 1947. Ces appareils équipèrent à partir de mars 1947 le squadron VP-ML-2 (puis VP-2)

La naissance de la guerre froide rendait toujours plus importante la guerre psychologique et la propagande. Alors qu'elle devait faire face aux revendications de la jeune et agressive USAF, l'US Navy profita de l'apparition du nouvel appareil pour montrer les dents.

Le troisième appareil de série rebaptisé Truculent Turtle fût allégé de tout le matériel superflu et bourré jusqu'à la gueule de carburant pour battre le record de distance franchissable. Le 29 septembre 1946, cet appareil décolla de Perth (Australie) avec un équipage de quatre hommes dont le capitaine de frégate Davies plus un kangourou offert au zoo de Colombus (Ohio) où l'appareil se posa après 18078km (11235.6 miles marins) et 55 heures et 17 minutes de vol. Cet record ne fût battu qu'en 1962 quand un B-52H effectua un vol sans escale entre Okinawa et Madrid soit 20177 km.

Quand le Neptune entre en service, la Patmar de l'US Navy aligne 28 squadrons répartis en dix Fleet Air Wing. Le 15 novembre 1946, la désignation des unités est modifiée pour indiquer le type d'appareils : VP-HL pour les appareils terrestres lourds, VP-ML pour les terrestres moyens, VP-MS pour les hydravions et VP-AM pour les amphibies. Disposition éphémère puisque le 1er septembre 1948, toutes les unités de patrouille maritime sont baptisés VP.

La guerre de Corée voit la réactivation de douze unités de réserve le temps du conflit puisqu'en 1958, la «US Patmar» (désignation made in Clausland) retombe à 28 squadrons, 23 squadrons dont onze unités de réserve en 1968 et 24 en 1978 à une époque où l'Orion à remplacé le Neptune.

Les squadrons opérationnels sont regroupés en Patrol Wings, la flotte de l'Atlantique disposant du Patrol Wing 5 basé à Jacksonville en Floride et le Patrol Wing 11 basé à Brunswick dans le Maine avec des détachements en Islande, aux Açores et en Méditerranée (Port Lyautey). La flotte du Pacifique elle dispose du Patrol Wing 1 (puis 10) basé à Kamiseya au Japon et du Patrol Wing 2 basé à Barber's Point à Hawai, avec des détachements dans le Pacifique occidental et à Adak dans les Aléoutiennes.

Chaque commandement dispose de deux unités de servitude et d'entraînement, le VP-30 basé à Jacksonville et le VP-31 basé Moffet Field près de San Francisco.

Les Neptune de l'US Navy vont participer aux deux grands conflits de la guerre froide : la Corée et le Vietnam plus des missions d'espionnage au dessus de la Chine. Les Neptune de l'US Navy relevés progressivement par les Orion depuis 1962 sont retirés des unités de première ligne en 1968. Les Neptune sont encore utilisés par la Navy Reserve durant les années soixante-dix avant d'être peu à peu relevés par les premières versions de l'Orion (P-3A et P-3B) qui sont remplacées dans les unités de première ligne par le P-3C. Le P-2 fût également utilisé par l'US Army et la CIA.

Au total, Lockeed à produit 1099 exemplaires du Neptune dont 843 pour l'US Navy, le reste allant à l'exportation : Argentine (1958-1983), Australie (1951-1979), Brésil (1958-1976), Canada (1955-début des années 70's), France (1952-1984), Grande-Bretagne (1952-1957), Japon (1955-1995)Pays Bas (1953-1982), Portugal (1962-1978) et Taiwan (couverture des appareils utilisés par la CIA)



Caractéristiques techniques du Lockeed P-2H/P2V-7

Masse : à vide 22650kg maximale au décollage 35240kg

Dimensions : longueur 27.94m envergure 31.65m hauteur 8.94m

Motorisation : deux moteurs à piston Wright R-3350-32W Cyclone de 3700ch chacun avec une hélice quadripale et deux turboréacteurs Westinghouse J-34

Performances : vitesse maximale 586 km/h vitesse de croisière 333 km/h distance franchissable 3540km plafond opérationnel : 6800m

Electronique : un détecteur d'anomalie magnétique (MAD) et un radar de veille surface

Armement : roquettes sous les ailes et 3629kg de charge en soute (torpilles, charges de profondeur)

Equipage : 7 à 9 hommes d'équipage


A l'origine de l'Orion, l'Electra

Le Lockeed L-188

Les débuts de l'aviation commerciale remontent à 1919 quand d'anciens bombardiers de la Grande Guerre furent transformés en avions de transport de passagers (Vickers Vimy, Farman Goliath) mais le coût des billets était tel que ce moyen de transport était réservé aux nantis.

Même l'apparition d'appareils plus modernes comme le Junkers Ju52 ou le Douglas DC-3 ne provoqua une démocratisation du transport aérien qui était aussi marqué par l'âge d'or des grands hydravions comme le Boeing Clipper.

Cela commence à changer après la seconde guerre mondiale avec notamment le Lockeed Constellation et Super Constellation, premier appareil à pouvoir traverser l'Atlantique rendant la traversée abordable dans un contexte de l'apparition d'une société des loisirs.

Comme dans le domaine de l'aviation militaire, le moteur à piston céda la place au turboréacteur et en juillet 1954, le prototype du Boeing 707 effectua son premier vol, entrant d'abord en service dans l'USAF comme citerne volante (KC 135) avant d'être commandé par des compagnies aériennes.

La firme de Burbank elle choisit une autre voie que le turboréacteur. Jugeant les premiers turboréacteurs trop gourmands en carburant, elle sauta sur la demande d'American Airlines pour un appareil de transport commercial à turbopropulseur.

Elle dévellopa un appareil de cent places propulsé par quatre turbopropulseurs Allison 501-D-13 baptisé L-188 Electra.

Le prototype de l'Electra effectue son premier vol en décembre 1957 et les premiers appareils furent livrés en janvier 1959. Commandé à 75 appareils par American Airlines et Eastern Airlines, cet appareil fût handicapé par deux accidents de structure qui bloquèrent son dévellopement à l'export pour ce qui aurait pu être une excellente alternative aux avions à turboréacteurs.

Caractéristiques Techniques du Lockeed L-188A Electra

Masse maximale au décollage : 52600kg Charge utile : 98 passagers ou 12 tonnes de fret

Dimensions : longueur 31.81m envergure 30.18m Hauteur : 10.00m

Motorisation : quatre turbopropulseurs Allison 501-D-13 de 3750ch chacun

Performances : vitesse maximale 721 km/h vitesse de croisière 600 km/h Distance franchissable 3540km Plafond opérationnel : 8665m



Un hydravion Martin P5M Marlin au mouillage

C'est en août 1957 que l'US Navy se pencha sérieusement sur le remplacement du Neptune et de l'hydravion P5M Marlin. Pour réduire les coûts, l'US Navy demanda à modifier un appareil existant et Lockeed proposa une versions militarisée de l'Electra qui était à l'époque encore en dévellopement.

En avril 1958, Lockeed remporta la compétition pour un nouvel appareil de patrouille maritime et de lutte ASM, le contrat de dévellopement fût signé au mois de mai.

Le prototype de l'Orion baptisé YP3V-1 (YP-3A à partir de septembre 1962) en réalité le troisième prototype de l'Electra modifié effectua son premier vol le 19 août 1958. Le premier appareil de série (version baptisée P3V-1) effectua son premier vol le 15 avril 1961 et les livraisons commencèrent en août 1962 aux squadrons VP-8 et VP-44 et le 18 septembre 1962, le P3V-1 fût rebaptisé P-3 suite à l'unification des désignations d'appareils entre les différentes armées américaines.


Le prototype du P-3 Orion était un Electra modifié

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:15

CARRIERE OPERATIONNELLE

US Navy

Généralités

Un Lockeed P-3A Orion du VP-49 en vol en 1964 avec la livrée bicolore de l'époque

Ce sont pas moins de 20 squadrons de première ligne qui vont recevoir la première version de l'Orion baptisée P-3A. Cette version est suivie par 124 P-3B puis surtout par le P-3C qui entré en service à partir de 1969 sera construit à plus de 300 exemplaires.

Le P-3C est la troisième et dernière version de série de l'Orion dont les lignes n'évolueront plus, seule l'électronique sera régulièrement modernisée avec la version Udapte I apparue en 1975, Udapte II apparue en 1976, Udapte III en 1984 et Udapte IV apparue au début des années 2000.

Des versions spécialisées ont également été construites que ce soit pour la reconnaissance météorologique (WP-3A et -3D), la reconnaissance électronique (EP-3E Aries), l'experimentation (RP-3), l'entrainement (TP-3A) et même le transport de personnalités (VP-3A).


Un Lockeed EP-3E Aries II du squadron VQ-1 en vol en 2001

Les EP-3E Aries II mis en oeuvre par les squadrons VQ-1 et 2 et chargés du renseignement électronique sont généralement des appareils discrets. Aussi, l'US Navy fût fort embarassée de la publicité donné à cet appareil quand le 1er avril 2001, un Aries II entra en colision avec un J-8 de l'armée de l'air chinoise dans ce qu'on à appelé «l'incident de l'île de Hainan». L'équipage américain fût detenu pendant dix jours jusqu'au 11 avril et l'appareil démonté évacué en direction des Etats Unis.


Un Lockeed EP-3E en vol en 2006

734 P-3 Orion ont été produits jusqu'en 1991 et au plus fort de la guerre froide, il y avait vingt-six squadrons de patrouille maritime.

Les squadrons opérationnels sont regroupés en Patrol Wings, la flotte de l'Atlantique disposant du Patrol Wing 5 basé à Jacksonville en Floride et le Patrol Wing 11 basé à Brunswick dans le Maine avec des détachements en Islande, aux Açores et en Méditerranée (Port Lyautey). La flotte du Pacifique elle dispose du Patrol Wing 1 (puis 10) basé à Kamiseya au Japon et du Patrol Wing 2 basé à Barber's Point à Hawai, avec des détachements dans le Pacifique occidental et à Adak dans les Aléoutiennes. Chaque commandement dispose de deux unités de servitude et d'entraînement, le VP-30 basé à Jacksonville et le VP-31 basé Moffet Field près de San Francisco.


Rencontre de guerre froide : un P-3 Orion du VP-17 rencontre le Varyag, un croiseur de classe Kydna

Durant la guerre froide, les P-3 Orion étaient chargés de traquer les sous-marins soviétiques qu'ils s'agissent des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins, les sous-marins nucléaires d'attaque chargés de traquer les SSBN américains et les sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière type SSGN comme les Echo et les Oscar dont les lourds missiles étaient chargés de couler les porte-avions américains.

Le dévellopement de la flotte de surface soviétique au cours des années soixante-dix obligea les Orion à ajouter une autre corde à leur arc. Ils furent ainsi les premiers avions de l'US Navy à mettre en oeuvre la version aéroportée du Harpoon baptisée AGM-84A

Actuellement, l'US Navy dispose d'un squadron d'entraînement, le VP-30 (Fleet Replacement Squadron) basé à Jacksonville, treize squadrons d'active (Whidbey Island _Etat de Washington_ : squadrons VP-1 VP-40 VP-46 et VP-69; Jacksonville _Floride_ : VP-5 VP-8 VP-10 VP-16 VP-26 et VP-45; Kaneohe Bay (Hawai) VP-4 VP-9 et VP-47) deux squadrons de reconnaissance électronique (EP-3 Aries II VQ-1 et VQ-2 basés à Whidbey Island),

deux squadrons de tests et d'évaluation (squadron VPU-1 à Jacksonville et VPU-2 à Kaneohe Bay) et deux squadrons de réserve (VP-62 à Jacksonville et VP-69 à Whidbey Island) .

Le P-3 Orion à connu deux graves accidents durant sa carrière. Le premier le 3 juin 1972 quand un Orion du squadron VP-44 en route pour la base aéronavale de Sigonella s'écrasa sur une montagne marocaine ne laissant aucun survivant parmi les quatorze membres d'équipage. Le second eut lieu le 12 mars 1991 quand duex Orion patrouillant au large de San Diego se percutèrent en plein vol ne laissant aucun survivant parmi les vingt-sept membres d'équipages.

Son remplacement est proche puisqu'à après l'échec du P-7 proposé par Lockeed, les 174 Orion et les 13 Aries II vont être remplacés par le Boeing P-8 Poseidon, une adaptation du Boeing 737 à la patrouille maritime qui doit entrer en service en 2013 après avoir triomphé du Lockeed Orion 21.

Le Orion au combat

Vue du dessous du Lockeed P-3 Orion avec notamment les lanceurs de bouées acoustiques

En dehors de la crisde des missiles de Cuba en 1962, le premier conflit auquel participent les nouveaux avions de la Patmar américaine est la guerre du Vietnam. Si on à retenu de ce terrible conflit de neuf ans (1964-1973 soit de l'incident du golfe du Tonkin aux accords de Paris) les escadres aériennes embarquées décollant de Yankee Station, l'aviation de patrouille maritime à apporté sa contribution.

Plusieurs missions sont menées à bien d'abord par les Neptune puis par les Orion dans le cadre de l'opération Market Time (mise en place le 11 mars 1965) :

-Yankee Station : l'avion de patrouille maritime vole de nuit à une altitude de 120 à 140m pour tenter de répérer des embarcations voir des avions ennemis dans le Golfe du Tonkin en soutien des navires de surface déployés dans la zone. L'altimètre automatique installé sur les P-3A se révèle précieux pour cette mission.

-Market Time : cette mission est une surveillance de la navigation pour tenter d'intercepter les sampans ou les chalutiers qui ravitaille le Viet-Cong. Pour le premier, la fouille est obligatoire ce qui nécessite l'intervention de bâtiments de surface.

-OSAP : Surveillance en haute mer notament des bâtiments russes et chinois.

Tous les squadrons de patrouille maritime vont à tour de rôle déployer des détachements à Utapao en Thaïlande et à Cam Ranh au Sud-Vietnam. Le Orion commence à relever le Neptune à partir de 1967 et en 1968, le P-3 à totalement remplacé le P-2.

Outre les missions de surveillance, l'Orion participe à l'occasion à des missions de sauvetage en mer.

Deux Orion furent perdus durant ce conflit, deux appareils du squadron VP-26 victimes de tirs d'artillerie légère au dessus du golfe du Tonkin en février et avril 1968 avec à chaque fois la perte de la totalité de l'équipage.

Les Orion du VP-4 participent en mai 1975 à l'opération de récupération du porte-conteneurs Mayaguez capturé par les Kmers rouges au large des îles Poulo Wai. Le navire capturé le 12 est retrouvé le lendemain par un appareil du squadron VP-17 qui se fait tirer dessus. Le navire sera récupéré le 15 mai, vide et son équipage ultérieurement libéré. l


*
**

En 1979, l'Iran du Shah est balayé par la révolution islamique qui établit une théocratie à Téhéran qui s'oppose aux Etats Unis et à l'Irak avec qui Téhéran entre guerre à partir de 1980 pour un terrible conflit de huit années où les puissances occidentales vont être engagées par leur statut de fournisseur d'armements et par la protection qu'ils vont devoir octroyer à leurs navires notamment pétroliers.

C'est ainsi que des P-3 Orion vont participer à l'opération Earnest Will (24 juillet 1987-26 septembre 1988), une mission de protection des pétroliers koweitiens victimes collatérales de la guerre Iran-Irak, des pétroliers transférés sous pavillon américain (la législation américaine interdit à la marine américaine la possibilité de protéger des navires sous pavillon étranger en temps de pais même si cette législation à mon avis été amendée avec la recrudescence de la piraterie dans le Golfe d'Aden).


Un Lockeed P-3 Orion du squadron VP-22 en vol

Il participa également au plus gros engagement naval américain depuis le Vietnam, l'opération Praying Mantis le 18 avril 1988. Destiné à stopper la campagne de mouillage de mines iranien dans le Golfe Persique. Les Marines et une unité de SEAL s'emparèrent de la plate-forme Sassan utilisée par les iraniens pour lancer des raids contre le trafic pétrolier dans le golfe Persique pendant que les navires de l'US Navy neutralisaient plusieurs navires de la marine iranienne dont une frégate, trois navires lance-missiles et deux vedettes rapides.

Les P-3 Orion assure la couverture des navires américains engagés dans cette opération.

Deux ans plus tard, le Orion est engagé dans l'opération Desert Storm, opération multinationale destinée à libérer l'emirat du Koweit des irakiens qui avaient envahit le riche émirat pétrolier le 2 août 1990. Le P-3 est le premier appareil à être déployé sur zone en même que les F-15 envoyés pour protéger l'Arabie Saoudite dans le cadre de l'opération Desert Shield.


Un Lockeed P-3C Orion à Okinawa

Equipé du fleuron de la technologie de l'époque, les P-3C assurèrent la traque de la petite marine irakienne ainsi que des cargos qui tentèrent de jouer aux forceurs de blocus. Sur les 108 navires irakiens détruits durant le conflit, 55 l'ont été grâce au concours des Orion qui marquèrent les cibles.

Les Orion assurèrent également des missions de reconnaissance et comme les Atlantique 2 en Afrique, les Orion de l'US Navy menèrent des missions de surveillance du champ de bataille au dessus de l'Irak lors d'Operation Iraqi Freedom en mars/avril 2003 au profit des Marines engagés aux côtés de l'US Army.

Cette nouvelle mission à également pour théâtre d'opération l'Afghanistan, quelques Orion étant basés à Kandahar dans le sud du pays.

Autres opérateurs américains

Les deux Lockeed WP-3D chasseurs d'ouragan de la NOAA

-La National Oceanographic and Atmospheric Administration (NOAA) utilise deux Lockeed WP-3D de reconnaissance météorologique. Basés à MacDill en Floride, ils sont notamment chargés de la traque des ouragans d'où le surnom d'Hurricane Hunter.


Un Lockeed P-3 AEW&C

-Les US Customs & Border Protection utilisent quatre P-3C et quatre P-3 AEW&C pour la surveillance des frontières et l'interception des trafiquants de drogue. Ce dernier appareil est en fait un Orion équipé du même radar que le Hawkeye. Lockeed espéra un temps offrir ainsi une alternative moins couteuse que le E-3 Sentry mais aucune commande à l'export n'est arrivée.


Un bombardier d'eau d'Aero Union qui autrefois survolait les flots

-Aero Union dispose de huit anciens P-3A de l'US Navy reconvertis en bombardiers d'eau.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:26

A l'export

Le Lockeed P-3 Orion est actuellement l'appareil de patrouille maritime le plus répandu du monde et est utilisé par les pays suivants :

Allemagne

Le Lockeed P-3 Orion en Allemagne : un camouflage très très sobre

La marine allemande met en oeuvre depuis 2006, 8 P-3C Orion ex-néerlandais depuis la base de Nordholz près de Cuxhaven, appareils acquis le 13 juillet 2004. Ces appareils sont intégrés au Marinefliegergeschwader 3 Graf Zeppelin, unité qui dispose également de trois Bréguet Br1150 de guerre électronique qui doivent être remplacés par cinq drones Eurohawk.

Argentine

Je préfère la livrée des P-3 Orion argentins, pas vous ?

Durant la guerre des Malouines, la marine argentine à utilisé des Neptune mais ces derniers par manque de pièces détachées furent immobilisés avant la fin du conflit. Ils furent remplacés par des Lockeed L-188 Electra en 1983 qui eux même ont été remplacés par 6 P-3B issus des stocks de l'US Navy et livrés en 1997. Modernisés en 2005/6, ils sont toujours en service en 2011.

Australie

Un P-3 australien en vol

Comme l'Argentine, l'Australie à mis en oeuvre le Neptune avant de passer à l'Orion en 1979 après le retrait des derniers P-2. Actuellement, la Royal Australian Air Force met en oeuvre 18 AP-3C plus un P-3C ex-américain utilisé pour l'entrainement.

Ils sont mis en oeuvre par les squadron 11 et 292 au sein du 92th Wing et ont été modernisés en 2002. Il sont actuellement déployés dans l'Océan Indien pour la lutte contre la piraterie et en Afghanistan pour des missions de surveillance du champ de bataille.

Ils doivent voler jusqu'en 2015/18 et devraient alors être remplacés par des P-8 Poseidon.

Brésil

L'armée de l'air brésilienne reponsable des missions de patrouille maritime dispose depuis le début des années 2000 de 8 P-3B Orion Udapte II (appareils livrés entre 2002 et 2004, quatre autres ont été transferés poue cannibalisation). Ils ont été modernisés en Espagne entre 2004 et 2006.

Canada

Le Lockeed CP-140 Aurora

La composante air des forces armées canadiennes (Canadian Forces Air Command) ne met pas en oeuvre à proprement parlé le Orion mais le CP-140 Aurora.

Les 18 appareils livrés aux Forces Armées Canadiennes entre mai 1980 et mars 1981 combinent la suite électronique du S-3 Viking et la cellule du P-3 Orion.. Modernisés en trois étapes entre 2000 et 2009, ces appareils utilisés par les squadrons 404 405 407 et seront normalement utilisés jusqu'en 2020 mais six d'entre-eux pourraient être retirés du service prochainement pour des raisons budgétaires. Ils doivent être remplacés par douze drones.

Ils furent suivis par 3 CP140A Arcturus non armés chargés de mission au dessus de l'Arctique. Ils doivent être retirés du service dans peu de temps et sont mis en oeuvre par le squadron 404.


Un CP-140 Arcturus en vol

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:34

Chili

Un Orion chilien au roulage

La marine chilienne met en oeuvre 4 Lockeed P-3A Orion ex-américains qui modernisés en Nouvelle Zélande en 2003-2004 doivent être remplacés par cinq EADS C-295 MPA, l'aéronavale chilienne disposant déjà de trois appareils de ce type.

Corée du Sud

Un P-3 Orion sud-coréen

La marine sud-coréenne dispose de huit P-3C et de huit P-3CK basés à Pohang et à Cheju au sein de l'escadrille 613.

Espagne

Un P-3 Orion de l'armée de l'air espagnole

L'armée de l'air espagnole dispose de 2 P-3A et de 4 P-3B acquis de seconde main auprès de la Norvège en 1989. Ces appareils ont été portés au standard P-3M, un P-3B ex-norvégien qui n'à pas été modernisé à été retiré du service et cannibalisé au profit des autres Orion. Ils sont basés à Rota près de Cadix.

Les P-3 Orion espagnols sont déployés à tour de rôle pour assister les navires de surface engagés dans la lutte contre la piraterie au large de la Somalie.

Le 29 octobre 2008, un P-3 espagnol reçut un appel de détresse d'un pétrolier attaqué dans le Golfe d'Aden. L'appareil effectua trois passages larguant des fumigènes qui écourèrent les pirates qui renoncèrent à l'attaque.

Le 29 mars 2009, le même appareil poursuivit les pirates ayant tenté d'attaquer le pétrolier militaire allemand Spessart, participant à leur capture.

Grèce

Deux Orion grecs en vol

La marine grecque dispose de 6 P-3B basés à Eleusis livrés en 1196, modernisés entre 1998 et 2002 et mis en oeuvre par l'escadrille 353. 4 P-3A ont été transferés pour cannibalisation. Les Orion doivent normalement être remplacés par des Embraer EMB-145 ou des C-27J Spartan.

Iran

Un Orion iranien en vol

Du temps du Shah, l'armée de l'air iranienne à acquis des P-3 Orion. Cinq appareils seraient toujours en service en 2010 au sein du squadron 71 basé à Shiraz mais comme tous les avions occidentaux encore utilisés par la république islamique, leur disponibilité exacte est inconnue.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:40

Japon

Un Lockeed P-3 Orion japonais en vol

Derrière les américains, les japonais sont les plus gros utilisateurs de l'Orion avec 94 P-3C, 5 EP-3, et 4 UP-3D soit un total de 103 appareils qui sont entrés en service à la fin des années soixante-dix, la décision d'équipement ayant été prise en 1977. Sur les 110 appareils produits, cinq ont été construits aux Etats Unis, cinq ont été assemblés aux Japon avec des sous-ensembles produits par Lockeed et les cent derniers entièrement construits par Kawasaki.

Les Orion doivent être remplacés par 70 PX-1, un appareil de patrouille maritime de conception et de construction japonaise. 20 appareils dérivés en version transport doivent également être acquis. Les livraions ont commencé en 2009 et doivent s'achever en 2020.


Trois Lockeed P-3 Orion japonais sur le tarmac sous la pluie

Nouvelle Zélande

Un Lockeed P-3K en Antarctique

L'armée de l'air néo-zélandaise dispose de six Lockeed P-3K2 Orion mis en oeuvre depuis la base aérienne d'Auckland par le squadron 5.

Norvège

Un Lockeed P-3 norvégien

L'armée de l'air norvégienne utilisé quatre P-3C et deux P-3N au sein du squadron 333 basé à Andoya. Ils ont été modernisés en 1998/99, en 2006 et 2007 et en 2008/2010 pour pouvoir voler encore une vingtaine d'années.

Pakistan

Un Orion pakistanais en vol

L'aéronavale pakistanaise dispose actuellement de 9 P-3C récément modernisés, basés sur la base aérienne de Karachi. Trois autres appareils doivent être acquis pour la guerre électronique.

Portugal

Un Lockeed P-3 Orion portugais

L'armée de l'air portugaise à d'abord mis en oeuvre en remplacement de ses Neptune ex-néerlandais six P-3B connus là bas sous le nom de P-3P. Ils ont été depuis remplacés (à l'exception d'un encore en service) par cinq P-3C ex-néerlandais mis en oeuvre depuis la base aérienne de Beja par le squadron 601.

Thaïlande

La marine thaïlandaise dispose actuellement de deux P-3T et d'un VP-3T basés à U-Tapao et mis en oeuvre par le squadron 102.

Taiwan

La marine taïwanaise à passé commande après de longues tergiversations côté américains de 12 P-3C dont les livraisons doivent commencer en 2012. Comme la ligne de production est fermée depuis quelques années, il s'agit d'appareils américains remis à niveau et modernisés.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Lun 17 Jan 2011, 22:52

PRINCIPALES VERSIONS DU ORION

"United Colors of Orion"

*P-3A : première version de série du Orion

*P-3B : deuxième version de série du Orion

*P-3C : troisième et dernière version de série du Orion

*EP-3E Aries : dix P-3A et deux EP-3B convertis en appareils de renseignement électronique

*EP-3E Aries II : douze P-3C convertis en appareils de renseignement électronique

*AP-3C : les P-3C australiens modernisés par L3

*WP-3A : version de reconnaissance météorologique

*WP-3D : version améliorée du précédent

*CP-140 Aurora : version spécifique du Orion destinée au Canada avec la cellule du Orion mais la suite électronique du S-3 Viking plus moderne

*CP-140A Arcturus : trois appareils de surveillance maritime destinés à la surveillance de la région Arctique du Canada


Le défunt projet P-7

*P-7 : projet d'un Orion de «nouvelle génération» destiné à remplacer le P-3 mais le projet qui l'avait emporté sur une version Patmar du Boeing 757 fût annulé


Le Orion 21 n'eut pas plus de chance que le P-7

*Orion 21 : projet d'un Orion de nouvelle génération destinée à remplacer les P-3 mais ce projet à été battu par le Boeing P-8 Poseidon, une version Patmar du Boeing 737


Après l'Orion, voici le Poseidon

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES (P-3C)


Type : avion de patrouille maritime et de lutte ASM basé à terre

Masse : à vide 27891kg maximale au décollage 64410kg

Dimensions : Envergure 30.38m Longueur 35.61m Hauteur 10.27m


Turbopropulseur Allison T56-14

Motorisation : quatre turbopropulseurs Allison T56-14 dévellopant 4910ch entrainant des hélices quadripales. Un voir deux moteurs peuvent être coupés en vol pour économiser le carburant, permettant à un Orion néo-zélandais de tenir plus de 21h en vol en 1972.

Performances : vitesse maximale (poids : 47628kg) 761 km/h distance franchissable maximale sans escale 3835km Plafond opérationnel 10400m

Electronique :

-Radar multi-mission Raytheon AN/APS-137(v) sauf sept qui ont reçu le radar APS-149 et 10 le radar APG-66

-Détecteur d'anomalie magnétique ASQ-81

-FLIR AAS-36

-Compensateur magnétique ASA-65

-Systèmes de gestion des bouées acoustiques AN/ARR-72 et AN/ARR-72(v). Les Orion embarquent 87 bouées acoustiques lancés par des tubes chargés au sol. Il y à également quatre tubes rechargeables en vol

-Système d'enregistrement des données des bouées acoustiques AQA-7

-Système d'enregistrement sonar AQH-4

Les Aries II disposent d'un radar APS-134, de détecteurs ALR-76 et ALR-81, de systèmes de surveillance OE-319 et OE-320.

Armement :

Un Orion en vol avec quatre Harpoon et la soute ouverte

-Soute à armement préssurisée à l'avant de la voilure pouvant embarquer 3289kg de charges militaires sur un total de 9072kg.

-Le plus souvent, un Orion emporte en soute deux charges de profondeur et de quatre torpilles plus des capteurs et des armes diverses comme des marqueurs fumigènes.

-Charges extérieures embarquées sur 10 pylones. On trouve par exemple six mines de 907kg ou quatre Harpoon et deux Sidewinder

Equipage: trois pilotes, un officier navigation, un officier tactique, deux ingénieurs de vol, trois opérateurs tactiques soit dix hommes mais le nombre peut varier en fonction des missions. Les Aries II disposent d'un équipage 20 homes

SOURCES

-Jean Moulin US Navy Tome 1 1898-1945

-Jean Moulin US Navy Tome 2 1945-2001

-Jean Moulin Les avions de patrouille maritime français en image

-Henri Pierre Grolleau Les aviations navales modernes en images (Le Lockeed P-3/CP-140 Aurora p72)

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 7 «Les avions antinavires 1939-1945» p1481 à 1500

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 7 «Avions de patrouille maritime» p1661-1680 (Lockeed P-3 Orion p1666; Le Lockeed Orion en action p1667-71)

-Ressources internet diverses



FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : FREGATES ANTI-SOUS-MARINE CLASSE TOURVILLE


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Mar 08 Mar 2011, 16:27

Super topo sur cet appareil mythique, Clausewitz !!


Citation :
"les 174 Orion et les 13 Aries II vont être remplacés"

Il en reste encore 174??

Wikipedia en dénombre 154, Orion et Aries II confondus (http://en.wikipedia.org/wiki/P-3_Orion#Military_operators)

tandis que le Navy Fact file (février 2009) prévoyait une réduction à 130 Orion en 2010 (http://www.navy.mil/navydata/fact_display.asp?cid=1100&tid=1400&ct=1)

Je suppose que ta source compte parmi tes "Ressources internet diverses". Tu n'as pas un p'tit lien susceptible de satisfaire ma curiosité par hasard?
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Mar 08 Mar 2011, 17:26

Merci. Pour le nombre exact, je ne sais plus où je l'ai trouvé. La différence de vingt appareils est peut être entre le nombre d'appareils en unités et d'appareils encore en service mais en volant d'utilisation ? scratch

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alferez
Maître
Maître


Masculin
Nombre de messages : 643
Age : 41
Ville : Malaga
Emploi : Alferez-Ph.D.
Date d'inscription : 13/11/2010

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Mar 08 Mar 2011, 19:39

Merci Claus, par si interesant article.
Je vous invite a faire un tour dans le context de l´operation Atlanta et a bord d´un P-3 du Ejérciro del Aire:

http://www.ejercitodelaire.mde.es/ea/pag?idDoc=14A17C83F3CF4B9AC12574F100380E06
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   Mar 08 Mar 2011, 20:19


Ca va être marrant ... remplacement des EP-3 par les P-8 Confused
déjà que boeing a eu des difficultes avec la soute à torpille du P-8 , ils vont faire quoi des antennes du syeteme de controle des EP ?? lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LOCKEED P-3 ORION   

Revenir en haut Aller en bas
 
LOCKEED P-3 ORION
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOCKEED P-3 ORION
» Orion 4 : les Oracles
» ORION Le Roi des Rois
» ParaBD autour d'Orion
» Orion 2 : Le Styx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: