AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SNLE CLASSE VANGUARD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:09

SNLE CLASSE VANGUARD
(GRANDE BRETAGNE)


Le HMS Vanguard de retour au port, seul moment où ce Leviathan des profondeurs remonte à la surface

AVANT PROPOS

Les britanniques et la bombe

Comme la France ou encore l'Allemagne, la Grande Bretagne comprend très rapidement les potentialités militaires de l'atome. Bénéficiant de l'apport de physiciens exilés comme Otto Frisch, les britanniques lancent le programme «Tube Alloys» le 10 avril 1940 qui bénéficia d'un accès privilégié au projet «Manhattan».

Installés notament au Québec dans la région de Montréal, les britanniques purent avancer assez rapidement dans la mise au point d'une bombe atomique. En juillet 1943, les américains stoppent l'échange d'informations avec leur fidèle allié britannique. Pour solde de tout compte, l'accord de Québec signé le 19 août 1943 prévoyait un ultime échange d'informations et la récupération par les britanniques de tout leur matériel.

«the special relationship» (la relation spéciale) était cependant trop forte entre la métropole et son ancienne colonie et des observateurs britanniques furent présents jusqu'au bout qu'il s'agisse des dernières étapes du projet Manhattan et également le largage sur Nagasaki, deux officiers britanniques étant embarqués sur l'avion d'observation «Big Stink».

La guerre terminée, le dévellopement de la bombe britannique continua avec la création à Harwell (Oxfordshire) par John Cockcroft en 1946 de l'Atomic Energy Research Establishment (AERE). Les britanniques esperaient encore à cette époque que les américains partageraient leur savoir mais le passage du McMahon Act (Atomic Energy Act) du 1er août 1946 doucha leurs ardeurs : Washington n'était pas partageur.

Le gouvernement travailliste décida donc de dévelloper une bombe atomique «100% britannique» et au AERE s'ajouta l'Atomic Weapons Research Establishment (AWRE) installé à RAF Aldermaston dans le Berkshire qui reprit le contrôle du projet High Explosive Research (HER) lancé en mai 1947.

Les britanniques auraient du être les seconds à tester une arme atomique puisqu'ils avaient bénéficié de leurs propres recherches et d'une _relative_ coopération américaine mais ils furent dévancés par les soviétiques qui bénéficiant de l'action d'espions aussi haut placés que Klaus Fuchs et David Greenglass qui firent exploser leur première bombe atomique le 29 août 1949 sur le polygone de Semipalatinsk au Kazakstan quatre ans avant la date prévue par l'administration américaine.

La première bombe atomique britannique explosa le 3 octobre 1952 dans les îles Monte Bello au nord ouest de l'Australie (opération Hurricane), la bombe en question étant une version modifiée de «Fat Man» qui avait explosé au dessus de Nagasaki le 9 août 1945. La bombe étant fixée sous la coque de l'ancienne frégate HMS Plym mouillé à 400m de l'île Trimouille.

Entre 1952 et 1958, les britanniques réalisèrent 21 essais atmosphériques dans le Pacifique dans les îles Monte Bello (trois), à Emu Field (deux) à Maralinga (sept) _ces trois sites se situant en Australie_, trois sur l'ile Maden dans l'archipel des Kiribati avec notament le premier essai d'une arme thermonucléaire (opération Grapple) le 21 octobre 1957 et enfin six sur l'île Christmas toujours dans l'archipel des Kiribati.

Les britanniques réalisèrent ensuite une série de 24 essais nucléaires souterrains, tous réalisés dans le site d'essais américain du Nevada, le premier nom de code «Pampas» eut lieu le 1er mars 1962 et le dernier nom de code «Bristol» ayant lieu le 26 novembre 1991.

A noter que la répartition était particulièrement hétérogène avec deux en 1962, deux en 1964 et un en 1965. Après une interruption de près de neuf ans, il n'y en eu qu'un en 1974, un autre en 1976, un en 1978, un en 1979, un «record» en 1980 avec pas moins de trois essais, un par an de 1981 à 1983, deux en 1984, un par an de 1985 à 1991 (moins une année blanche en 1988).

La mise au point d'armes atomiques était une chose, trouver les moyens de les larguer sur l'Union Soviétique en était une autre......... .

Les vecteurs de la force de frappe britanniques

Les bombardiers nucléaires britanniques

A la suite des premiers essais nucléaires, les britanniques mirent au point leur première arme nucléaire opérationelle baptisée Blue Danube dont le premier exemplaire fût livré à la Royal Air Force en novembre 1953 à une époque où aucun avion capable de l'emporter n'était disponible.

Logiquement, pour le premier vecteur de leur arme nucléaire, les britanniques imitèrent les américains en choisissant l'avion et plutôt qu'un, ils dévellopèrent trois avions, les fameux V-Bombers.

La fin de la seconde guerre mondiale vit le Bomber Command équipé de bombardiers quadrimoteurs type Handley Page Halifax, Avro Lancaster et Avro Lincoln, un appareil étroitement dérivé du précédent.

Le dévellopement de l'arme nucléaire et de la propulsion à réaction obligea les autorités britanniques à réviser leur politique d'équipement. Le renforcement de la DCA couvrant le territoire de l'URSS poussa les autorités britanniques à imaginer s'équiper de bombardiers rapides, évoluant à très grande vitesse, larguant leur bombe avant de regagner leur base et échappant ainsi à toute interception.


Le Vickers Valiant au sol dans sa livrée camouflée basse altitude

Le premier appareil dévellopé dans le cadre de ce programme fût le Vickers Valiant, un appareil choisit au final à cause de son design moins avancé que ceux proposés par Avro (le futur Vulcan) et Handley Page (le futur Victor) et donc moins susceptible de poser de problèmes de dévellopement.

Le Vickers type 660 effectua son premier vol le 18 mai 1951, vingt-sept mois seulement après le lancement du programme qui avait vu également la mise au point d'un appareil de transition, le Short Sperrin produit à deux exemplaires toujours pour se couvrir. 25 Vickers Valiant B.1 avaient été commandés dès avril 1951, avant même le vol du premier prototype, le premier exemplaire de série volant en décembre 1953 et fût livré à la RAF en janvier 1955.

Outre trois prototypes, 104 Vickers Valiant furent construits, 39 Valiant B.1 (incluant cinq appareils de préproductions type 674 et donc trente-quatre type 706 de série. Ils sont suivis par 8 type 710 Valiant B(PR).1 capable de mener aussi bien des missions de bombardement et de reconnaissance photographique, 13 type 733 Valiant B(PR)K.1 capable de mener des missions de bombardement, de reconnaissance photo et de ravitaillement en vol.

Les 44 derniers appareils produits furent des Type 758 Valiant B(K).1 de bombardement et de ravitaillement en vol. Cette variante aurait du être produit à 60 appareils mais la construction de 16 appareils fût abandonnée. La production du Valiant cessa en août 1957. Dix squadrons opérationnels mirent en oeuvre le Vickers Valiant, les squadrons 7,18,49,90, 138,148,190,207,214 et 543.

Bombardier nucléaire à l'origine, le Vickers Valiant fût utilisé comme bombardier conventionnel lors de l'opération Muskeeter en novembre 1956 quand le premier des V-Bomber bombarda les aérodromes et les cibles egyptiennes. Ce fût la seule mission de guerre des V-Bomber jusqu'au mémorable raid des Vulcan sur Port Stanley lors de la guerre des Malouines. C'est le Valiant qui participa aussi au largage des bombes lors des essais nucléaires atmosphériques britanniques.

La destruction de l'U-2 de Gary Powers le 1er mai 1960 par un missile surface-air SA-2 «Guideline» montra l'efficacité de la défense antiaérienne soviétique contre un appareil pourtant discret rendit illusoire un bombardement à haute altitude. La seule façon d'attaquer l'URSS avec efficacité était donc l'infiltration à basse altitude.

Malheureusement pour le bombardier de Vickers, les efforts demandés à la cellule par un vol à très basse altitude étaient trop importants et après un accident le 6 août 1964, le Vickers Valiant cessa d'être un bombardier en décembre 1964 à une époque où encore trois squadrons étaient utilisés pour le bombardement (squadron 49, 148 et 207) plus deux squadrons de ravitailleurs en vol (squadron 90 et 214) et un squadron de reconnaissance photo (squadron 543) et tous les appareils retirés du service en janvier 1965, le coût des modifications de la cellule étant jugé bien trop coûteux.


Un Avro Vulcan en vol

Le deuxième V-Bomber, le Avro Vulcan, utilisa l'aile delta, inventée par les allemands durant la seconde guerre mondiale notament par Alexander Lippsich qui après guerre fût envoyé aux Etats Unis. Néanmoins ces travaux furent cependant assez largement publiés pour pousser Avro à dévelloper son bombardier avec une aile delta dans laquelle seraient noyés les réacteurs.

Au total 136 appareils (deux prototypes inclus) furent construits, les appareils de série étant livrés à partir de 1957, servant au sein de neuf squadron de la RAF, le squadron 9, le squadron 12,le squadron 27, le squadron 35,le squadron 44,le squadron 50,le squadron 83, le squadron 101 et le squadron 617 de 1958 à 1981.

Comme les Valiant, les Avro Vulcan furent d'abord utilisés comme bombardiers supersoniques à haute altitude armés de bombes nucléaires à gravité puis de missiles Blue Steel mais le dévellopement de la défense antiaérienne soviétique poussa la RAF à adapter le Vulcan à la pénétration à basse altitude sous la couverture radar. Le missile américain Douglas Skybolt ayant unilatéralement abandonné par les américains, les britanniques réarmèrent leurs Vulcan après le retrait des Blue Steel en 1966 de bombes nucléaires tactiques WE177.

L'Avro Vulcan participa également à des missions de guerre. Si le Valiant bombarda l'Egypte en 1956, le Vulcan lui se chargea de rappeler aux généraux argentins la détermination du lion Britannique.

Au cours de sept missions Black Buck, des Avro Vulcan décollant de l'île d'Ascension bombardèrent Port Stanley et notament l'aérodrome. Si les dégâts étaient peu importants, l'impact psychologique fût important, dissuadant notament l'armée de l'air argentine d'y baser ses Mirage, Skyhawk et autres Dagger. L'ancien bombardier fût également utilisé comme appareil de ravitaillement en vol, comme appareil de guerre électronique et de reconnaissance maritime jusqu'à son retrait du service en mars 1984.


Le Handley Page Victor

Le troisième membre du club «V-Bomber» était issu de la même entreprise que le célèbre Halifax à savoir la firme Handley Page.Entré en service en 1958, le Victor ne fût retiré du service qu'en 1993 alors qu'il était utilisé à l'époque comme ravitailleur en vol. Entre 1962 et 1966, plusieurs Victor effectuèrent des missions d'attaque pour soutenir la Malaisie contre l'Indonésie à propos de Bornéo. Le Victor fût ainsi utilisé par neuf squadrons de la RAF, les squadrons 10, 15, 55,57,100,134,139,214 et 543 et participa à la guerre des Malouines en 1982 et à la guerre du Golfe en 1990/91.

Les missiles balistiques

Les allemands en dévellopant le missile V-2 avait montré les possibilités des engins balistiques qui connurent dans l'immédiat après de formidables progrès. Les avions étaient plus souples d'utilisation pour délivrer le feu nucléaire mais vulnérables à la DCA alors que les missiles balistiques étaient virtuellement invulnérables et donc le vecteur rêvé.

Le 27 décembre 1955, la firme Douglas reçut de l'USAF un contrat pour le dévellopement d'un missile balistique à portée intermédiaire ou Intermediate Range Balistic Missile (IRBM) bientôt baptisé PGM-17 Thor.


L'IRBM Douglas Thor

Ce missile lancé depuis des bases fixes et donc vulnérable fût déployé par les américains en Grande Bretagne à partir de 1959 pour permettre à ce missile de frapper des cibles en URSS et contrer les missiles équivalents utilisés par les soviétiques.

Ce missile ne tarda pas à intéresser la RAF pour compléter sa dissuasion nucléaire et en 1959, vingt squadrons soit un total d'une soixantaine de Thor furent mis en service mais leur carrière fût des plus brèves puisque ces missiles furent retirés du service actif dès 1963.

Comme nous venons de le voir, les britanniques ont utilisé brièvement le missile américain Thor, suivant notament l'accord américano-britannique de 1958 sur l'utilisation d'armes nucléaires. Au Thor, devait s'ajouter un véritable missile balistique stratégique connu sous son «Rainbow Code», le Blue Streak.


Missile Blue Streak

C'est en janvier 1955 que les britanniques décidèrent de se dôter d'un missile balistique de conception et de fabrication nationale, lancé depuis des silos fixes ce qui allait en partie conduire à son abandon car trouver des sites isolés sur une île surpeuplée était une véritable gageure.

Techniquement simple mais efficace, inspiré des technologies du missile américain Atlas, il bénéficia de l'abandon en 1956 du bombardier supersonique Avro 730 censé remplacer les V-Bombers.

Néanmoins en avril 1960, le dévellopement du Blue Streak fût abandonné essentiellement pour des raisons politiques car techniquement il ne représentait aucun défaut technique majeur. Il aurait du être remplacé par le Douglas Skybolt destiné aux V-Bomber mais ce dernier fût à son tour abandonné en février 1962, sonna le glas des missiles balistiques britanniques basés à terre. L'avenir était aux missiles balistiques lancés par sous marins et abandonnant toute indépendance, la Royal Navy décida de se dôter de missiles américains Polaris.

Les premiers SNLE sont américains

Les missiles balistiques de première génération ont un inconvénient majeur pour l'immense majorité d'entre-eux : ils sont tirés depuis des silos fixes, des installations connues par l'ennemi et donc hautement vulnérables à une frappe de «décapitation».

Même un système mobile terrestre n'est pas exempte de reproches au niveau de vulnérabilité surtout en ces temps de paranoïa où à tendance à voir des saboteurs et des provocateurs partout. D'où l'idée d'utiliser le sous marin pour délivrer la charge atomique.

Problème le sous marin conventionel doit régulièrement refaire surface (ou du moins s'en approcher avec le snorchel) pour recharger ses batteries ce qui le rend vulnérable aux moyens ennemis de lutte ASM.

Le problème est résolu avec la mise au point du sous marin à propulsion nucléaire, réalisant le vieux fantasme des sous mariniers du monde entier : le sous marin autonome. Le premier d'entre-eux mis en service en 1957, le USS Nautilus ringardise toutes les procédures ASM mises au point depuis la guerre et qui avaient déjà été fortement ébranlées avec l'apparition des nouveaux submersibles rapides inspirés par les type XXI allemands.

Problème majeur : si lancer une torpille depuis un sous marin nucléaire est aussi simple que la lancer depuis un sous marin conventionel, lancer un missile est autrement plus compliqué. Quelques submersibles américains armés de missiles Regulus assuraient bien la dissuasion mais ces sous marins devaient faire surface pour lancer ce qui les rendaient hautement vulnérables.

Les progrès rapides permettent d'envisager ce qui semblait il y à peu une chimère : lancer en immersion avec précision un missile balistique contre un objectif très éloigné.


Le USS George Washington

Comme pour le Nautilus, ce sont les américains qui déploient le premier SNLE ou SSBN, le USS George Washington (SSBN-598), premier d'une classe de cinq unités (Patrick Henry, Theodore Roosevelt, Robert E. Lee et Abraham Lincoln) dont la mise en service s'étala de 1959 à 1961. En service jusqu'au début des années quatre-vingt (1982 pour le Théodore Roosevelt et l'Abraham Lincoln, 1983 pour le Robert Lee, 1984 pour le Patrick Henry et 1985 pour le George Washington), ces submersibles étaient armés de missiles Polaris jusqu'au tout début des années 1980 quand pour respecter les limitations du traité SALT I, les missiles Polaris furent débarqués.


Le USS Ethan Allen

A la classe George Washington succéda la classe Ethan Allen qui sur le plan technique était étroitement dérivé de la première classe de SSBN américains. Les cinq Ethan Allen (Ethan Allen, Sam Houston, Thomas A. Edison, John Marshall et Thomas Jefferson) furent mis en service entre 1961 et 1983 avec comme leurs prédecesseurs des missiles Polaris. Si leur carrière s'acheva en 1983 (Ethan Allen, Thomas A. Edison) en 1985 (Thomas Jefferson) en 1991 (Sam Houston) et 1992 (John Marshall), ils perdirent leurs Polaris en 1980/81 pour respecter le traité SALT I.

Les 19 SSBN de classe La Fayette étaient les premiers SSBN dessinés comme tels dès l'origine car le design des George Washington était directement dérivé des Skipjack, le George Washington ayant été construit à partir de la coque du Scorpion à l'intérieur de laquelle fût installée une section pour missiles balistiques.


Le USS John C. Calhoun de classe La Fayette

Les dix-neuf La Fayette (La Fayette, Alexander Hamitlon, Andrew Jackson, John Adams, James Monroe, Nathan Hale, Woodrow Wilson, Henry Clay, Daniel Webster, James Madison, Tecumseh, Daniel Boone, John C. Calhoun, Ulysses S. Grant, Von Stueben, Casimit Pulaski,Stonewall Jackson,Sam Rayburn et Nathanel Greene) furent mis en service en 1963 et 1964 et servent jusqu'en 1986 (Nathanael Greene) 1987 (Nathan Hale) 1989 (Andrew Jackson John Adams Sam Rayburn) en 1990 (James Monroe Henry Clay et Daniel Webster) en 1991 (La Fayette) en 1992 (James Madison Ulysses S. Grant) en 1993 (Alexander Hamilton, Tecumseh) en 1994 (Woodrow Wilson Daniel Boone, John C. Calhoun, Von Stueben et Casimir Pulaski) et en 1995 (Stonewall Jackson).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:16

RESOLUTION ET VANGUARD

La vulnérabilité des bombardiers en vol (comme au sol) et des silos de missiles balistiques conduisent les autorités britanniques à envisager dès février 1963 la construction de cinq sous marins nucléaires lance-engins.


Douglas Skybolt

Suite à l'abandon du missile Skybolt par les américains en 1962, Londres et Washington signe l'accord de Nassau le 18 décembre 1962 qui renforce la coopération nucléaire entre les deux pays qui avait été éclaircie par un traité signé en 1958.

L'accord de Nassau entraina l'accord des américains pour la vente de missiles balistiques sous marins Polaris dans le cadre du Polaris Sales Agreement signé le 6 avril 1963 et qui prévoyait la fourniture par les américains des missiles Polaris, des tubes de lancement et du système de contrôle de tir alors que les britanniques devaient fournir les têtes nucléaires et les sous marins.


Missile Polaris A3 à Cap Canaveral

Les britanniques accordaient également un droit de regard aux américains sur l'utilisation de leurs armes nucléaires mais contrairement à ce qui est parfois raconté, Washington n'à aucun droit de véto sur l'utilisation des missiles britanniques.

Ces deux accord débouchèrent donc sur la commande en mai 1963 de quatre sous marins nucléaires lanceurs d'engins plus une option mais cette option fût abandopnné en février 1965, la classe Resolution ne comptant donc au final que quatre unités.


Le HMS Resolution

Pour signifier leur importance, ils reçurent des noms portés autrefois par des cuirassés à savoir Resolution (classe R), Repulse et Renown (classe Repulse, une version croiseur de bataille de la classe R) et Revenge. Selon certaines sources, le cinquième aurait du s'appeler Ramillies, un autre nom porté par un cuirassé de classe R. Tous étaient basés à Faslane, dans l'estuaire de la Clyde et placés sous le commandement du 10th Submarine Squadron.

Le design était à la fois inspiré des La Fayette américains mais également des SNA de classe Valiant dont la coque aurait été allongée pour intégrer le compartiment missiles fourni clé en main par les américains et qui était ensuite soudé à l'avant et à l'arrière du sous marins.

-Le Resolution (S-22) est mis sur cale aux chantiers Vickers de Barrow-in-Furness le 26 février 1964 lancé le 15 septembre 1966 et admis au service actif le 2 octobre 1967. La mise en service du Vanguard équipé de missiles Trident en 1992 entraina le désarmement progressif des Resolution. Le HMS Resolution fût ainsi retiré du service actif le le 22 octobre 1994 après avoir réalisé 69 patrouilles et démantelé à l'Arsenal de Rosyth.

-Le Repulse (S-23) est mis sur cale aux chantiers Vickers de Barrow-in-Furness le 12 mars 1965 lancé le 4 novembre 1967 et admis au service actif le 28 septembre 1968. Sa carrière qui s'acheva en 1996 (c'est le dernier Resolution à avoir été désarmé) se passa sans événements particuliers.

-Le Renown (S-24) est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead le 25 juin 1964 lancé le 25 févier 1967 et admis au service actif le 15 novembre 1968. Il à été désarmé seulement en 1996 après une carrière opérationnelle de près de trente ans, sans événement majeur ce qui est plutôt rassurant pour un navire de ce type.

-Le Revenge (S-27) est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead dans l'estuaire de la Mersey _la rivière qui arrose Liverpool_ le 19 mai 1965 lancé le 15 mars 1968 et admis au service actif le 4 décembre 1968.

Il fût le dernier Resolution à être mis en service mais le premier à être désarmé puisqu'il quitta le service actif en mai 1992 et remorqué à Rosyth pour être privé de son réacteur nucléaire puis démantelé dès que le niveau de radioactivité le permettra.


Dessin d'un SSBN type Resolution

Caracteristiques Techniques de la classe Resolution

Déplacement : surface 7500 tonnes plongée 8400 tonnes

Dimensions : longueur 129.50m largeur : 10.10m tirant d'eau : 9.10m

Propulsion : un réacteur à eau pressurisée Rolls Royce/Vickers PWR-1 alimentant en vapeur deux turbines à engrenages qui entrainent une hélice unique

Performances : vitesse maximale : 20 noeuds en surface 25 noeuds en plongée Immersion : maximale (opérationnelle) 350m (théorique et d'urgence) 465m

Electronique : un radar de veille surface type 1003 un sonar d'étrave type 2001 un sonar type 2007 un sonar remorqué type 2023, un ensemble ESM et des systèmes de communications perfectionnées.

Armement : 6 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à l'avant et 16 tubes de lancement pour missiles Polaris installés à l'arrière du kiosque.

Equipage : deux équipages appelés Port (bâbord) et Starboard (tribord) de 135 officiers et matelots.


La dissuasion nucléaire est un domaine particulièrement pointu qui impose des navires à la pointe de la technologie et ne laisse pas de places à l'improvision ou à l'utilisation de matériel dépassé et alors que les Resolution ne sont en service que depuis treize ans, la Royal Navy commence à préparer l'avenir.

Le 10 juillet 1980, Margareth Tatcher, premier ministre de la Grande Bretagne écrit à Ronald Reagan le président des Etats Unis pour accélérer la livraison à la marine britannique des missiles Trident I plus évolués que les Polaris équipant les Resolution.

Deux ans plus tard cependant, la «Dame de Fer» demanda au président Reagan de livrer des Trident II au lieu des Trident I. L'accord fût signé en mars 1982, la Grande Bretagne versant une contribution à hauteur de 5% des coûts de recherche et de dévellopement.

A la différence des Resolution fortement inspirés des SSBN La Fayette et des SNA de classe Valiant, le design des Vanguard est totalement original et totalement britannique. Bien plus gros que les Resolution, les quatre Vanguard (Vanguard Victorious Vigilant et Vengeance) qui avaient pris 20m de long et un tonnage en plongée doublé étaient les troisièmes plus gros sous marins derrière les Typhoon soviétiques puis russes et les Ohio américains. Cette prise de poids s'explique essentiellement par la taille et le poids des missiles balistiques et le besoin de place pour de nouveaux équipements électroniques.

Le Vanguard à été commandé le 30 avril 1986, le Victorious à été commandé le 6 octobre 1987, le Vigilant le 13 novembre 1990 et le Vengeance le 7 juillet 1992.


Vue de face d'un SNLE/SSBN type Vanguard

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:23

HISTORIQUE

Le HMS Vanguard (S-28)

Le Vanguard en service

Présentation

-Le Vanguard est mis sur cale aux chantiers Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd (aujourd'hui BAE Systems Submarine Solutions) de Barrow-in-Furness (Cumbrie) le 3 septembre 1986 en présence du premier ministre, Margareth Tatcher lancé le 4 mars 1992 et admis au service actif le 14 août 1993 et basé à HMNB Clyde à Faslane en Ecosse.

Le premier sous marin nucléaire lanceurs d'engins nouvelle génération de la marine britannique est le onzième navire à avoir porté ce nom après un gallion de 31 canons en service de 1586 à 1630, un navire de ligne de 2ème classe armé de 56 canons lancé en 1631 et sabordé en 1667 durant la guerre anglo-néerlandaise, un navire de ligne trois ponts de 2ème classe lancé en 1678 coulé en 1703 mais relevé en 1704 reconstruit à deux reprises avant d'être rebaptisé Duke en 1728 et démoli en 1769.

Le quatrième Vanguard fût un navire de 3ème classe armé de 70 canons lancé en 1748 et vendu en 1774 suivi par un navire armé de 4 canons capturé en 1780 et vendu en 1781 avant un navire de ligne de 3ème classe armé de 74 canons lancé en 1787 avant de terminer sa carrière de 1812 à 1821 comme auxiliaire.

Le septième navire à avoir porté ce nom est un navire de ligne de 3ème classe de 78 canons lancé en 1835 rebaptisé Ajax en 1867 et démoli en 1875. Le huitième Vanguard fût un cuirassé à coque en fer de classe Audacious mis en service en septembre 1870 et perdu dans une collision avec le Iron Duke en 1875.


Le cuirassé HMS Vanguard

Le neuvième navire est un cuirassé de type dreadnought de classe Saint Vincent mis en service le 1er mars 1910 et détruit par une explosion interne à Scapa Flow le 9 juillet 1917. Il est suivi par le dernier cuirassé construit dans le monde, mis en service le 9 juillet 1946 et désarmé le 7 juin 1960 puis vendu à la démolition.

Carrière opérationnelle

Depuis sa base navale de l'estuaire de la Clyde, le Vanguard effectue de régulières patrouilles de dissuasion. Bien entendu, le secret le plus absolu règne autour de ces patrouilles mais il est peu douteux que les Trident II britanniques ne soient pas pointés vers la Russie.

En février 2002, le Vanguard commença une période de modernisation de deux ans à la base navale de Devonport, travaux achevés en janvier 2005 et après essais et remise en condition, le Vanguard repart pour une nouvelle patrouille en octobre 2005.


Le Triomphant

Un SNLE est normalement un navire discret qui fait très peu parler de lui mais en février 2009, deux SNLE firent parler d'eux de façon fort peu glorieuse. Dans la nuit du 3 au 4 février 2009, le Vanguard de la Royal Navy et Le Triomphant de la Marine nationale entrèrent en collision.

Le 6 février 2009, le ministre de la Défense français, Hervé Morin, annonça que Le Triomphant avait heurté un objet immergé probablement un container tombé d'un navire alors que la marine britannique restait absolument silencieuse.

Le 16 février 2009, les deux pays reconnurent embarassés la collision entre les deux navires qui évoluaient à faible vitesse et n'avaient provoqué aucun blessé ni aucune fuite radioactive. Au niveau matériel, le Vanguard étant touché à tribord au niveau du comportement missile et Le Triomphant avait des impacts au niveau du kiosque à tribord, un aileron de plongée déformé. Les deux navires rentrèrent seuls à leur base, le Vanguard arrivant à sa base le 14 février 2009.

Le Vanguard à été depuis réparé et à repris son rôle de glaive au service du pouvoir politique britannique. Il doit être désarmé en 2022.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:26

Le HMS Victorious (S-29)

Le Victorious à la mer

Présentation

Cérémonie de lancement du HMS Victorious

-Le Victorious est mis sur cale aux chantiers Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd (aujourd'hui BAE Systems Submarine Solutions) de Barrow-in-Furness (Cumbrie) le 4 décembre 1987 lancé le 29 décembre 1993 et admis au service actif le 7 janvier 1995.

Le deuxième sous marin de classe Vanguard est le cinquième navire de la Royal Navy à avoir porté ce nom après un navire de ligne de 3ème classe armé de 74 canons lancé en 1785 et démoli en 1803 suivi par un navire de ligne de 3ème classe armé de 74 canons lancé en 1808 et démoli en 1862 bien que depuis 1814 et son retour de la guerre anglo-américaine, il n'était plus qu'un auxiliaire portuaire.

Le troisième Victorious fût un cuirassé de type predreadnought de classe Majestic mis en service en novembre 1896 et désarmé en mars 1920 avant une vente à la démolition en 1923. Il fût suivi par un porte-avions de classe Illustrious mis en service en mai 1941, participant à la seconde guerre mondiale, refondu entre 1950 et 1957, désarmé le 13 mars 1968 et vendu à la démolition en 1969.


Le porte-avions Victorious

Carrière opérationnelle

Le navire à donc pris l'alerte nucléaire depuis sa mise en service en janvier 1995. Il effectua deux tirs de missiles Trident au large du Cap Canaveral le 25 juillet 1995 pour valider sa capacité à délivrer un jour le feu nucléaire.

En juillet 2001, le Victorious fût impliqué dans une collision mineure avec un navire des garde-côtes américains dont les hélices se prirent dans les cables du sonar remorqué et qui provoquèrent une avarie de turbine alors que le sous marin ne fût pas endommagé.

De janvier 2005 à janvier 2008, il subit une grande refonte, semblable à celle menée sur le Vanguard et après tests et remise en condition, le Victorious à repris ses missions en 2009. Il doit être désarmé en 2024.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:33

Le HMS Vigilant (S-30)

Le Vigilant en surface

Présentation

-Le Vigilant est mis sur cale aux chantiers Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd (aujourd'hui BAE Systems Submarine Solutions) de Barrow-in-Furness (Cumbrie) le 16 février 1991 lancé le 14 octobre 1995 et admis au service actif le 2 novembre 1996.

Le troisième sous marin de classe Vanguard est le treizième navire de la Royal Navy à avoir porté ce nom après une goélette capturée par les français en 1756 suivie par un navire de ligne de 3ème classe armée de 64 canons construit en 1774 converti en navire prison en 1799 coulé en 1806, relevé puis démoli en 1814. Il est suivi par un navire armé acquis en 1777 anciennement connu sous le nom d'Empress of Russia mais brûlé en 1780.

Le quatrième est une goélette acquise en 1803 mais vendue dès 1808. Il est suivi par une goélette française baptisée Imperial capturée en 1806 rebaptisée Vigilant puis Subtle avant d'être perdue aux Bermudes en 1807. Le sixième est un cutter construit en 1821 et vendu en 1832 qui aurait du être suivi par un septième vigilant, une frégate à hélices commandée en 1846 mais dont la construction fût annulée en 1849. Le huitième Vigilant fût une canonnière à hélice construite en 1856 et vendue en 1869. Il est suivi par un navire dépôt construit en 1871 et vendu en 1886 pour servir de navire-dépôt à Hong Kong.


Le destroyer HMS Vigilant

Le dixième Vigilant est un destroyer de classe C lancé en 1900 et vendu à la démolition en 1920 et il est suivi par un destroyer de classe V mis en service le 10 septembre 1943, participant à la destruction du croiseur lourd Haguro le 16 mai 1945 avant d'être transformé en frégate ASM type 15 entre 1951 et 1952 avant d'être mise en réserve en 1963 et démoli en 1965. Il fût suivi par un patrouilleur lancé en mars 1975 mais rebaptisé Meavy en juillet 1986 pour libérer ce nom.

Carrière opérationnelle

En 2002, des militants antinucléaires pénétrèrent dans l'enceinte de la base navale de Faslane et tentèrent de peindre sur le Vigilant des slogans dénonçant les armes nucléaires mais furent apparemment repoussés.

En décembre 2007, le Vigilant fût le cadre de l'émission «Today» de Peter Hennessy sur BBC Radio 4. Il dévoila un secret de la dissuasion britannique, une armoire grise où se trouve une lettre du premier ministre avec la conduite à tenir en cas de destruction des îles britanniques par des armes nucléaires. Ces lettres sont détruites à chaque changement de premier ministre.

Le 11 octobre 2008, le Vigilant est arrivé à Devonport pour subir la grande refonte déjà subie par le Vanguard et le Victorious. Il doit être remis en service dans la marine britannique en 2012 et son désarmement est prévu pour 2026.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:38

Le Vengeance (S-31)

Le HMS Vengeance à la mer

Présentation

-Le Vengeance est mis sur cale aux chantiers Vickers Shipbuilding and Engineering Ltd (aujourd'hui BAE Systems Submarine Solutions) de Barrow-in-Furness (Cumbrie) le 1er février 1993 lancé le 20 septembre 1998 et admis au service actif le 27 novembre 1999.

Le quatrième et dernier sous marin de classe Vanguard est le huitième navire à avoir porté ce nom après un navire de ligne de 6ème classe armé de 28 canons capturé par les français en 1758 puis coulé comme brise-lames en 1766. Il est suivi par un navire de ligne de 3ème classe de 74 canons lancé en 1774 devenant un bâtiment prison en 1808 et démoli en 1816 puis par un sloop néerlandais acquis en 1793 et vendu en 1804.

Le quatrième Vengeance est un navire de ligne de 5ème classe armé de 38 canons capturé sur les français en 1800 mais qui s'échouant en 1801 fût démolie en 1803 même si d'autres sources disent que le navire à été utilisé comme bâtiment prison en 1814.

Le cinquième Vengeance est un navire de ligne de 2ème classe de 84 canons lancé en 1824, devenant un bâtiment dépôt en 1861 et vendu à la démolition en 1897. Il est suivi par un cuirassé de type predreadnought de classe Canopus mis en service en avril 1920 et désarmé le 9 juillet 1920 puis vendu à la démolition en 1921.

Le septième Vengeance fût un porte-avions léger de classe Colossus mis en service en 1945 dans la Royal Navy où il servit jusqu'en 1951 avant d'être transféré à la marine australienne en novembre 1952 où il servit jusqu'au 25 octobre 1955 le temps que le HMAS Melbourne soit prêt. Rendu à la Royal Navy, il fût acquis par la marine brésilienne qui le mis en service en décembre 1960 et l'utilisa jusqu'à son désarmement en octobre 2001. Il à depuis été remplacé par le Sao Paulo, l'ancien Foch de la marine nationale.


56 ans de carrière sous trois pavillon qui dit mieux ? Le HMS Vengeance de 1945 à 2001 servit sous pavillon britannique australien et brésilien

Carrière opérationnelle

Ce navire mis en service en 1999 devrait donc subir sa grande refonte d'ici 2011 si l'on suit le calendrier de ses prédécesseurs mais la date sera probablement reculée car en 2011, le Vigilant sera toujours en refonte ou du moins ne sera pas capable de délivrer le feu nucléaire ce qui pourrait poser des problèmes en terme de crédibilité de la dissuasion britannique. Il est prévu de désarmé le Vengeance en 2029 après donc trente ans de carrière.

L'AVENIR DE LA DISSUASION NUCLEAIRE BRITANNIQUE

A la différence de la France où la dissuasion nucléaire n'est pas réellement remise en cause (consensus politique chez les partis de gouvernement à savoir l'UMP et le PS, opinion publique favorable au glaive nucléaire), le maintien d'une force de frappe nucléaire par la Grande Bretagne est sérieusement et violement débattue.

Depuis 1998 et le retrait des bombes nucléaires tactiques WE177, les missiles Trident sont les seules armes nucléaires employées par les britanniques, la dissuasion nucléaire britannique repose donc seulement sur quatre submersibles, soixante-quatre missiles Trident et un total aprroximatif _le véritable nombre est classifié_ d'environ 200 têtes nucléaires.

En décembre 2006, le livre blanc recommanda le maintien et le renouvellement de l'arsenal nucléaire de la Grande Bretagne. Plusieurs options furent étudiées ainsi que leur coût : participation au programme américaine de modernisation des Trident D5 (250 millions de livres), construction d'une nouvelle classe de SSBN/SNLE (11 à 14 milliards de livres) auxquels s'ajoutaient la modernisation des têtes nucléaires (2 à 3 milliards de livres) et modernisation des infrastructures (2 à 3 milliards de livres).

Le poids sur le budget annuel de la défense était estimé à 1.5 milliard de livres par an. La marine britannique décida tout d'abord de moderniser ses missiles Trident II avant de construire une nouvelle classe de sous marins.
Naturellement, elle se joignit à la marine américaine qui avait lancé un programme similaire en 2002 pour que ses Trident restent en service jusqu'en 2042 date à laquelle une nouvelle classe de sous marins doit remplacer les Ohio.

Les Vanguard en dépit de leur modernisation commençaient à se faire vieux. En dépit de leur modernisation, il fallait pourvoir à leur remplacement. Dix sept années étaient jugées nécessaires pour le design et la construction. BAE Systems Submarine Solutions et Rolls Royce Mariner Power Operations furent sollicités pour fournir un nouveau modèle de sous marin nucléaire lanceur d'engins.

BAE présenta deux projets baptisés «Concept 35» et «Advanced Hull Form (AHF)». Le premier projet est une évolution du Vanguard matinée d'éléments issus des Astute alors que le projet AHF est pour ainsi dire une redite des Vanguard avec des progrès au niveau de la propulsion et de la «furtivité».

Le programme de remplacement des Vanguard fût acté en 2007 avec le lancement du programme FSM (Future Submarines) qui prévoit la construction de trois sous marins armés d'un total de 160 têtes nucléaires lancées par des missiles Trident modernisés. Le soutien du Parlement fût obtenu par un vote assez confortable avec 248 votes pour mais 95 travaillistes ayant voté contre, le programme ne fût validé qu'avec le soutien des conservateurs. Un nouveau vote est prévu en 2012 avant la mise sur cale du premier sous marin prévu au plus tard pour 2017.

Néanmoins la partie n'est pas gagnée pour les partisans de l'arme atomique. La crise économique et la politique de rigueur menée par le nouveau gouvernement de coalition conservateurs-libéraux démocrates pourrait contraindre le ministre de la Défense à des coupes sombres même si le premier ministre David Cameron à juré que les dépenses consacrées à la Défense seraient sanctuarisées mais on sait tous que les promesses des politiques n'engagent que ceux qui les croient. A cela s'ajoute l'opposition de l'Eglise d'Angleterre, de l'opposition de partis politiques comme les Lib-Dem, les partis nationalistes écossais et gallois ainsi que plusieurs syndicats.

Wait and See comme le disent nos amis anglais.............. .


Evolution des missiles balistiques américains : de plus en plus grands

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 21:43

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Nuage et soleil pour un Vanguard

Déplacement : en plongée 15850 tonnes

Dimensions : longueur 149.83m largeur 12.80m tirant d'eau 12m

Propulsion : un réacteur à eau pressurisée Vickers-Rolls Royce PWR-2 (par rapport au PWR-1, il à une puissance et une durée de vie 50% supérieure) produisant la vapeur nécessaire aux deux turbines GEC dévellopant une puissance totale de 27500ch et entrainant une pompe hélice. Les Vanguard disposent également d'un moteur électrique de secours.

Performances : vitesse maximale en plongée : 25 noeuds

Electronique : un radar de navigation Kelvin-Hughes 1007; un système sonar type 2054 avec un sonar de coque actif/passif type 2043, un sonar remorque à très basse fréquence type 2046, un sonar d'évitement type 2081 et un intercepteur type 2082; un intercepteur UAC-3, un détecteur UAP-3, deux lance-leurres SSDE Mk10 et un système de combat SMCS

Armement :


Torpille Spearfish

-4 tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à l'avant pour 16 torpilles lourdes Spearfish. Entrée en service au sein de la marine britannique en 1999, cette torpille qui à cessée d'être fabriquée en novembre 2003 pèse 1850kg avec une charge militaire de 300kg, une vitesse maximale de 65 noeuds, une portée maximale de 26km et une immersion maximale de 1000m. Elle à remplacé la Tigerfish et elle sera remplacée dans le cadre du programme FIWW (Future in Water Weapon Program) par une torpille modulaire remplaçant également la Sting Ray.


Lancement d'un Trident. En cas de guerre, les commandants de sous marins préféraient largement lancer leurs seize missiles en une seule vague pour des raisons évidentes de discrétion

-16 missiles Lockeed Trident II D5. Si le missile est américain, les têtes nucléaires sont de conception et de fabrication britannique, des A90 de 150kt. Depuis 1998, les Vanguard embarquent à la fois des missiles équipés de 6 à 8 têtes nucléaires MIRV et de missiles à tête nucléaire unique pour des frappes préstratégiques.

Caracteristiques Techniques du Trident II D5

Longueur : 13.90m Diamètre : 2.05m Poids : 61.68 tonnes au lancement Propulsion : trois étages à poudre Portée : 12000km (7500km en pratique) Guidage intertiel Coefficient d'erreur probable : 90m. Les têtes MIRV pourraient à terme être remplacées par des MARV dont la trajectoire pourra être reprogrammées en vol.


Equipage : deux équipages composés de 14 officiers et de 121 hommes

SOURCES

-Flottes de combat 2008

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 2 «Les bombardiers de l'après guerre» p281-300 (Le Vickers Valiant p295, le Avro Vulcan p296, la force de frappe aérienne britannique p297 et le Handley Page Victor p298)

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 8 «Les premiers missiles stratégiques» p1681-1700
(Le Douglas Thor p1683, le De Havilland Blue Streak p1698)

-Encyclopédie des armes Editions Atlas Tome 7 «Les sous marins lance-engins» p1521-1540 (MSBS Trident II D5 p1540)

-Ressources internet diverses

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : FREGATES ASM CLASSE GARCIA


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 22:16

Encore un article très intéressant
Merci Claus
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Ven 02 Juil 2010, 22:18

De rien. Je commence dès demain les Garcia mais cela prendra plus de temps que les Vanguard. thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Lun 05 Juil 2010, 22:45

Joli , comme toujours

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Mar 06 Juil 2010, 00:14

Merci Jolly. J'aurais aimé avoir plus de photos et de meilleure qualité mais dans la vie on ne fait pas tout ce que l'on veux. thumright

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5388
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Jeu 30 Déc 2010, 14:50

Voici une photo du HMS Vigilant à sec, où on peut voir comme ils sont très laids...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Jeu 30 Déc 2010, 14:59

Ah oui les plus beaux SNLE sont les Ohio et les Triomphant. cheers

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Jeu 30 Déc 2010, 15:24

Laids peut-être mais tellement silencieux qu'on leur rentre dedans ...

Surtout il est sale avec une belle ligne d'algues à la flottaison, preuve qu'il est resté à quai pas mal de temps en surface.

Sans anti fouling çà s'encrasse ces bêbêtes et plus c'est sale moins c'est silencieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bernard P. A.
Vice-amiral
Vice-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7796
Age : 74
Ville : près de Toulouse
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Jeu 30 Déc 2010, 15:26

lowlow a écrit:
Voici une photo du HMS Vigilant à sec, où on peut voir comme ils sont très laids...


so british.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5388
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Sam 09 Avr 2011, 10:28

Il suivait de trop près un SNLE français et a avalé son antenne linéaire ?

Un SNLE britannique rentre au port après un problème de propulsion
http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=115885
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Mer 05 Déc 2012, 11:27

Info DSI n°87 : le 23 octobre 2012, le HMS Vigilant à effectué un tir de missile Trident II D5, une première depuis trois ans

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    Mer 05 Déc 2012, 13:39

Tir de recette après sa refonte je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5388
Age : 44
Ville : à la maison, loin de Dahlia...
Emploi : Brasseur d'air...
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: ECHEC TIR TRIDENT II D5 en Juin 2016   Dim 22 Jan 2017, 15:48

Échec lors d'un tir d'essai en juin 2016 par le sous-marin HMS Vengeance au large des côtes de Floride, pendant son Demonstration and Shakedown Operation (DASO) . L'information cachée est révélée seulement en janvier 2017 par le Sunday Times.

No 10 covered up Trident missile fiasco
http://www.thetimes.co.uk/edition/news/no-10-covered-up-trident-missile-fiasco-hch3shsrn

Britain's May faces pressure after reports of Trident test malfunction
http://www.reuters.com/article/us-britain-missiles-idUSKBN1550WX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SNLE CLASSE VANGUARD    

Revenir en haut Aller en bas
 
SNLE CLASSE VANGUARD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SNLE CLASSE RESOLUTION
» SSBN type 094 "JIN"
» SSBN type 092 XIA
» SNLE de la classe OHIO, renovés et leurs successeurs
» USN CUIRASSES CLASSE COLORADO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: