AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 14:35

DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR
(ETATS UNIS)


Un Douglas KA-3B du VAH-4 en vol. Il était basé à bord du USS Hancock (CVA-19).

AVANT PROPOS : DUEL ATOMIQUE : US AIR FORCE VS US NAVY

Un nouveau venu aux dents longues : l'USAF

L'importante contribution de l'USAAF à la victoire en Europe et dans le Pacifique plus l'apparition de la bombe atomique et les promesses de l'avion à réaction permettent à l'armée de l'air de quitter le giron de l'armée de terre. Par le National Security Act du 18 septembre 1947, l'USAAF devient une arme indépendante sous le nom de US Air Force.


Un Boeing B-29 Superfortress en vol

La supériorité numérique de l'armée rouge sur les armées alliées rend difficile voir impossible le maintien d'un front continu et les américains prévoient de ne maintenir que des bases avancées allant des îles britanniques à la Chine (avant 1949) en passant par l'Egypte, l'Inde et si possible l'Italie. De ces bases devant partir les B-29 disposant de la bombe atomique pour détruire l'URSS.


Boeing B-50 en vol. C'était une version améliorée du B-29

Plusieurs plans de bombardement stratégiques sont dressés comme le plan Trojan approuvé en janvier 1949 qui prévoit 133 bombardements nucléaires par des B-29 et B-50 décollant de Grande Bretagne et d'Egypte ainsi que des B-36 décollant d'Alaska ou le plan Pfftackle approuvé en décembre 1949 avec 220 bombardements et une réserve de 72 bombes.


Un Convair B-36 Peacemaker en vol

Les aviateurs sont persuadés de pouvoir mettre à genoux seuls l'URSS mais les marins en doute, eux qui réclament qu'une éventuelle percée soviétique soit arrêtée sur le Rhin, que les occidentaux aient la maitrise de la Méditerranée et des puits de pétrole du Moyen Orient.

Vous avez dit porte-avions ?

L'US Navy connait une période noire. La question du renouvellement de sa flotte de porte-avions se pose. En dépit des brillants succès remportés durant le dernier conflit mondial, le porte-avions est jugé comme inapte à la mise en oeuvre d'appareils à réactions et au combat en ambiance nucléaire.


Le USS Essex

Les opposants au porte-avions peuvent s'appuyer sur des arguments solides : le pont en bois des Essex résiste très mal à la chaleur des réacteurs et même les Midway disposant d'un pont en acier ne sont pas aptes à mettre en oeuvre des avions suffisaments performants pour pouvoir mettre en oeuvre des bombes atomiques encore très encombrantes en dépit de progrès dans la miniaturisation.


Le USS Midway

En 1948 cependant, la marine américaine obtient l'accord du secrétaire à la défense James Forrestal pour la construction de quatre porte-avions adaptés au bombardement nucléaire. Malheureusement pour les marins, Truman opposé aux grands porte-avions (tout comme des généraux aussi célèbres qu'Eisenhower et Bradley) décide de remplacer Forrestal _partisan des «ponts plats»_ par un opposant farouche, Louis Johnson. Le remplacement est prévu le 1er mai mais Forrestal déprimé démissione le 2 mars et remplacé par Johnson le 28 mars. Le 2 mai 1949, Forrestal se suicide à l'hopital naval de Bethesda. L'US Navy lui rendra hommage en baptisant son premier superporte-avions de son nom.


Le United State aurait pu ressembler à la photo ci-dessus mais au final il ressembla à la photo ci-dessous : quelques élements de métal assemblés

Conséquence logique : la construction du premier porte-avions géant baptisé symboliquement United States et mis sur cale à Newport News le 18 avril est arrêté dès le 23 avril 1949 (ce nom semble «maudit» car un croiseur de bataille de classe Lexington devait déjà porter ce nom et dont la construction fût stoppée par le traité de Washington tout comme le CVN-75 avant qu'on ne choisise de rendre hommage au président Truman).

C'est paradoxalement les communistes qui vont sauver l'aéronavale américaine. L'attaque de la Corée du Nord le 25 juin 1950 contre la Corée du Sud provoque la prise de conscience sur l'utilité du porte-avions : les bases de l'USAF sont rapidement tombées, les avions à réaction présents au Japon ont un rayon d'action trop court pour intervenir et sans la présence du Valley Forge et de ses chasseurs-bombardiers, les troupes américaines n'auraient jamais pu se maintenir autour de Pusan. Le 12 juillet 1950, Johnson offre un porte-avions au CNO, l'amiral Forrest Sherman. C'est l'acte de naissance des Forrestal et la renaissance de l'aéronavale américaine.


Le USS Valley Forge et le USS Leyte à Sasebo en 1950. Sans le premier nommé, la guerre de Corée aurait mal tourné pour les américains et leurs alliés

Le North American AJ-1 Savage

Si Hiroshima et Nagasaki sont vitrifiés par des B-29 et non par des avions embarqués c'est naturellement parce que les premières bombes atomiques sont très encombrantes, Little Boy pesant 4000kg et Fat Man pesant 4545kg.

On espère une miniaturisation à moyen terme mais les progrès scientifiques sont plus rapides que prévus et dès le début des années cinquante, une bombe de 2.2 tonnes et d'une diamètre de 635mm est possible.

La première bombe légère d'un poids de 1600kg est la B-5 ou Mk V est mise en service en mars 1952 et deux mois auparavant, la première bombe atomique tactique, la B-7 ou Mk-7 pesant 765kg est mise en service et en décembre 1954, la B-12 pesant 550kg est mise en service.

Qui dit grosse bombe dit avion lourd et encombrant peu compatible avec l'embarquement sur des porte-avions à pont droit, en bois avec des catapultes hydrauliques qui atteignent leurs limites.


Un P2V-2 (P-2D) Neptune basé à Jacksonville en vol en 1952

Le premier et seul appareil utilisable pour le bombardement nucléaire est le Lockeed P2V Neptune, un bimoteur de patrouille maritime en service depuis 1947 mais ce dernier atteint 15 tonnes à vide. Le squadron VC-5 créé en septembre 1948 à Moffet Field en Californie est la première unité à mettre en oeuvre des Neptune «nucléaires».


Décollage d'un Neptune avec des fusées Jato depuis le Franklin D. Roosevelt. On comprend les limites de cette méthode de décollage notament le dégagement complet du pont d'envol

La technique choisie est de charger le bombardier à bord du porte-avions à la grue. Il décolle du bord à l'aide des fusées d'appoint Jato, exécute la mission et se pose sur une base terrestre amie ou l'équipage est récupéré après évacuation de l'avion. Aucun embarquement de Neptune sur les Midway n'aura lieu, les seuls essais menés par les VC-5, VC-6 et VC-7 auront lieu exclusivement à terre.

La solution Neptune était bien entendue provisoire en attendant le dévellopement d'appareils spécialisés. Le premier est le North American AJ-1 Savage, un bimoteur à ailes à haute et propulsion mixte (deux moteurs à piston et un turboréacteur) dont le dévellopement est initié par un contrat de dévellopement signé le 24 juin 1946.


Un North American Savage à Port Lyautey au Maroc

Le premier des trois prototypes XAJ-1 effectue son premier vol le 3 juillet 1948. En cours de dévellopement, l'appareil est modifié pour embarquer une bombe Mk3. 55 AJ-1 Savage sont commandés bientôt suivis par 55 AJ-2 et 30 AJ-2P modifiés pour des missions de reconnaissance. Le premier appontage à lieu le 31 août 1950 sur le USS Coral Sea.

L'US Navy possède donc son bombardier nucléaire mais le Savage atteint 24 tonnes en charge et donc difficilement utilisable sur les Essex. Aussi, il est prévu que les Savage soient basés à terre et n'embarquent sur les porte-avions que sur alerte où ils chargent leurs bombes, décollent, bombardent et ensuite se posent sur une base terrestre.

Les 143 Savage sont restés en service jusqu'en 1956, les survivants terminant leur carrière comme ravitailleurs. Neuf unités ont été équipés de cet appareil : sept squadrons d'attaque (VAH-15, VAH-5, VAH-6, VAH-9, VAH-7, VAH-11) et deux squadrons de reconnaissance (VAP-61 et VAP-62).

Caractéristiques Techniques du North American AJ-1 Savage

Masse à vide : 12500kg Masse en charge 21363lg Masse maximale au décollage 23161kg

Dimensions : longueur 19.2m envergure 21.8m hauteur 6.2m

Propulsion : deux moteurs radiaux Pratt & Whitney R-2800-44W de 2400ch chacun et un turboréacteur Allison J33-A-1 de 2086kg de poussée

Performances : vitesse maximale 758 km/h distance franchissable : 2787km plafond opérationnel 12440m

Armement : une bombe atomique Mk3 ou 5400kg de bombes conventionnelles.

Equipage : trois hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 14:51

GENESE DU SKYWARRIOR

Bien que concçu expressement pour le bombardement nucléaire stratégique, le Savage est lui aussi un appareil que l'on pourrait qualifier de transition. En effet, le AJ-1 ne dispose d'un porte-avions qui à été conçu pour le recevoir. L'United States aurait parfaitement fait l'affaire mais il à été torpillé par l'USAF.


L'AJ-1 Savage sur l'Oriskany. L'embarquement du Savage sur les Essex était possible mais délicat

Il faut donc attendre la guerre de Corée pour que la construction de porte-avions soit relancée et bien que les porte-avions n'ait mené au dessus de la péninsule coréenne que des missions de reconnaissance, de défense aérienne et d'appui-feu conventionnel, ce qui est avant tout recherché est une capacité de bombardement nucléaire, la lutte ASM et l'appui tactique étant des missions secondaires.

Les marins ne se découragent pas et dès janvier 1948, le Chief of Naval Operations, l'amiral Louis A. Denfeld avait lancé un concours auprès de différents constructeurs pour fournir à l'US Navy un bombardier stratégique embarqué pouvant embarquer 4500kg de charge militaire (sous entendu une bombe atomique de ce poids) avec un rayon d'action de 3700km et une masse maximale ne dépassant pas 45 tonnes.

La firme Douglas qui avait déjà fourni un grand nombre d'appareils à la marine américaine confia la mise au point de l'appareil à Ed Heinemann (qui avait déjà dessiné le Skyraider et bientôt le Skyhawk) et à son équipe qui dessinèrent un avion plus petit que demandé comme si ils préssentaient l'annulation de la construction de l'United States. Aussi le projet de Douglas avait une masse maximale de 31.7 tonnes et pouvait donc opérer depuis les porte-avions existants.

Deux constructeurs furent sélectionnés _Douglas et Curtiss_ et reçurent un contrat pour affiner leurs propositions.

C'est Douglas qui fût sélectionné et qui reçut un contrat pour la construction de deux prototypes baptisés «XA3D-1» le 31 mars 1949 et moins d'un mois plus tard, le United States fût abandonné confirmant l'intuition d'Ed Heinemann.


Un A-3B sur le pont du Coral Sea en avril 1965 au large du Vietnam

Le XA3D-1 effectua son premier vol le 28 octobre 1952 et le premier appareil de série effectua son premier vol le 16 février 1953. Le premier squadron équipé fût le VAH-1 qui effectua sa première croisière à la mer en mars 1956

CARRIERE OPERATIONNELLE

Généralités

Au total, 283 Skywarrior sont construits pour l'US Navy, ces appareils se répartissant entre trois prototypes, 49 A3D-1 rebaptisés ensuite à partir de 1962 A-3A et 231 A3D-2 rebaptisés ensuite A-3B mais dès 1959, une partie des derniers appareils produits le seront non pas en bombardiers nucléaires mais en ravitailleurs en vol (85 KA-3B), en avions de guerre électronique et de ravitaillement en vol (34 EKA-3B), en avions d'entrainement (12 TA-3B), en avions de guerre électronique (24 EA-3B), en avions de reconnaissance (30 RA-3B) et sur ces 30 appareils, 8 furent modifiés en ERA-3B. Il y eu également un EA-3B transformé en appareil de transport VIP et rebaptisé VA-3B, cinq TA-3B furent modifiés en UA-3B de transport et 6 RA-3B transformés en NRA-3B pour servir à des essais divers.

Les Skywarrior équipent deux wings lourds d'attaque, un par flotte, les Skywarrior de la flotte du Pacifique étant basés à Whidbey Island (près de Oak Harbour dans l'Etat de Washington) et ceux de la flotte de l'Atlantique étant basés d'abord à Jacksonville puis à Sandford (Floride).

Le Wing du Pacifique se compose du VAH-2, du VAH-4, du VAH-6, du VAH-8, du VAH-10 et du VAH-123 tandis que le wing de l'Atlantique se compose du VAH-1, du VAH-3, du VAH-5, du VAH-7, du VAH-9, du VAH-11 et du VAH-13. Ultérieurement, le VAH-6 gagna en 1958 la base de Sanford.
Le premier déploiement opérationnel du Skywarrior est réalisé par le VAH-1 qui embarque sur le USS Forrestal (CV-59) en novembre 1956 pendant la crise de Suez mais le porte-avions ne dépasse pas la région des Açores. Le premier déploiement avec le VAH-1 au complet correspond au premier déploiement en Méditerranée du Forrestal du 15 janvier au 22 juillet 1957. La masse et l'encombrement de l'appareil font que les équipages surnomme l'A-3 «The Whale» (La Baleine).


Un Skywarrior peint en noir sur le pont d'un porte-avions

Ensuite, ces squadrons dédiés au bombardement furent transformés en squadrons d'appui qu'ils s'agisse d'unités de reconnaissance (VAH-1, VAH-3, VAH-5, VAH-6, VAH-7, VAH-9 et VAH-11 qui devinrent donc RVAH-1, RVAH-3, RVAH-5, RVAH-5, RVAH-6, RVAH-7, RVAH-9 et RVAH-11) ou de guerre électronique (Le VAH-2 devint le VAQ-132, le VAH-4 devint le VAQ-131, le VAH-10 devint le VAQ-129). Les VAH-8 et les VAH-123 furent désactivés quand les Skywarrior cessèrent d'être des bombardiers.
D'autres unités furent créées dès l'origine pour mener des missions de soutien comme les squadrons de guerre électronique VAQ-133, VAQ-134 et VAQ-135 basés à Whidbey Island, les VAQ-33, VAQ-34 basés respectivement à Key West (Floride) et à Point Mugu (Californie), les squadrons de ravitaillement en vol VAK-208 et VAK-308 basés à Alameda (Californie), les squadrons de reconnaissance photographique VAP-61 et VAP-62 basés respectivement à Agana (Guam) et à Jacksonville (Floride) et les squadrons de renseignement électronique VQ-1 et VQ-2 basés respectivement à Agana (Guam) et à Rota (Espagne).


Un B-66B en vol

L'USAF s'équipa également de Skywarrior dans une variante terrestre, le B-66 Destroyer qu'elle commanda à 294 exemplaires répartis entre cinq appareils de préproduction (baptisés RB-66A), 145 RB-66B de reconnaissance, 72 B-66B de bombardement, 36 EB-66C de reconnaissance électronique et 36 WB-66D de reconnaissance météorologique. 13 B-66B furent convertis en machine de guerre électronique, 52 RB-66B furent transformés en EB-66E de guerre électronique et deux WB-66D furent utilisés pour des essais divers.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 15:04

Les Skywarrior de l'US Navy au Vietnam du bombardement aux missions de soutien

Préambule

C'est la France de Napoléon III qui entame la conquête de l'Indochine française avec tout d'abord la Cochinchine en 1862, le Cambodge en 1863, l'Annam et le Tonkin en 1884 avant d'être regroupé dans une Union indochinoise en 1887.


Carte de l'Indochine française

Si l'Algérie à marqué les consciences par son statut de colonie de peuplement, l'Indochine avait une place particulière dans l'Empire français. Colonie la plus peuplée avec 25 millions d'habitants, elle fascinait les métropolitains attirés par l'Asie et les mystères.

La défaite française de 1940 met le pouvoir colonial au péril. Le Japon transforme l'Indochine en véritable protectorat et favorise la défaite venant les nationalistes du Viet Minh. Le 9 mars 1945, une attaque surprise des troupes japonaise décapite l'administration coloniale française et provoque la mort de plusieurs milliers de civils et de militaires français.

«Protegez moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge». Cette maxime ne pouvait que sied à la France qui voit ses alliés la pousser hors de l'Asie du Sud Est en divisant l'Indochine en deux zones d'occupation : chinoise au nord et britannique au sud chargée officiellement de désarmer les troupes japonaises encore présentes.

Si la France accorde l'indépendance au Laos et au Cambodge, il est hors de question de lâcher le Vietnam dont les enjeux économiques sont bien plus importants que les deux pays précités. La France reprend pied en 1946 en janvier dans le sud et en mars dans le nord.

De 1946 à 1949, la guerre semble être une guerre du faible au fort, une guerre de guerilla qui voit une armée française équipée à l'Européenne affronter une guerilla mal équipée mais connaissant parfaitement le terrain.

L'arrivée au pouvoir de Mao-Tse-Toung en octobre 1949 change la donne. Le Viet Minh bénéficie maintenant d'une puissante base arrière en Chine et se transforme en une véritable armée capable d'infliger des sévères défaites au corps expéditionnaire française comme à Cao Bang sur la RC4 en octobre 1950.

Suit une période de relatif redressement sous la houlette du général de Lattre de Tassigny qui «vietnamise» avant l'heure le combat, bénéficiant en parallèle d'un puissant soutien militaire américain qui revenant de leur anticolonialisme traditionnel voit désormais la guerre d'Indochine comme un affrontement de la guerre froide.

Si le Vietminh est de plus en plus puissant, il ne commet pas l'erreur d'accepter un affrontement en rase campagne où la puissance de feu française est encore écrasante avec une supériorité aérienne totale.


Parachutage sur le futur camp retranché de Dien Bien Phu

Le haut commandement français décide de fixer les forces Vietminh par un appat en installant un camp retranché à Dien Bien Phu. C'est l'opération Castor lancé le 20 novembre 1953. Sans le savoir, c'est le début de la fin du corps expéditionnaire français.

Cette idée de camp retranchée paraît absurde 55 ans plus tard mais à l'époque, elle semblait couler de source, le haut commandement français se rappelant le précédent de Na San (23 novembre-2 décembre 1952) où le Viet-Minh s'était cassé les dents sur ce camp retranché

Contrairement aux prévisions optimistes des officiers français, le Vietminh est capable de hisser sur les collines entourant la cuvette de Dien Bien Phu des canons que l'artillerie française du colonel Piroth sera incapable de neutraliser (le chef de l'artillerie française se suicidera trois jours après le début de la bataille dans la nuit du 15 au 16 mars 1954). Le soutien aérien insuffisant et le manque d'avions de transport condamne à brève échéance ce camp retranché qui se transforme en piège pour l'armée française.

L'attaque lancée le 13 mars 1954 voit le Viet Minh submergée peu à peu les différents points d'appui français (Isabelle, Eliane Claudine, Françoise, Huguette, Dominique Anne Marie Gabrielle et Béatrice, du nom selon la légende des maitresses du colonel de Castries, le commandant du camp retranché).

Au même moment les Etats Unis se préoccupent de contenir l'expansion du communisme dans le monde dans la droite file de la doctrine Truman. Le 7 avril 1954, le président Eisenhower définit la «théorie des dominos».

Afin d'empêcher la chute du camp retranché, les américains préparent une opération baptisée «Vulture», un bombardement des positions vietminhs par soixante B29 pouvant être couverts contre la chasse chinoise par les chasseurs de la 7ème flotte, début avril huit porte-avions se trouvant à l'ouest d'Hawaï : au Japon le porte-avions léger Saipan et les porte-avions moyens Oriskany et Tarawa (classe Essex); le Philippine Sea venait de quitter les eaux hawaïennes pour relever l'Oriskany, le porte-avions d'escorte Rendova à Hong Kong en configuration CVS et dans les eaux philippines l'Essex, le Wasp et le Boxer. Ces trois derniers porte-avions embarquent chacun 70 appareils avec des Banshee, des Panther et des Skyraider.

Un bombardement nucléaire est même étudié mais au final l'opération ne se fera pas pour des raisons aussi diverses que la crainte d'une escalade avec la Chine et du refus des britanniques de soutenir cette opération. Le camp retranché tombe le 7 mai 1954 et le cessez-le-feu se produit à la fin du moins de juillet.

La France quitte définitivement la région le 28 avril 1956 et au nom de la «théorie des dominos», les américains veillent à soutenir la république du Sud-Vietnam contre la guerilla communiste du Front de Libération National bientôt plus connu sous le surnom de Viet-Cong.

Des conseillers militaires américains sont en place au sein du Military Assistance Advisory Group (MAAG), 685 hommes en janvier 1960 chargés de réorganiser et de réentrainer l'ARVN (Army of the Republic of Vietnam).

L'engagement américain va cependant prendre un tour plus concret avec l'incident du Golfe du Tonkin, pretexte idéal pour un engagement franc, clair et massif des troupes américaines puisque la Résolution du Golfe du Tonkin votée le 7 août 1964 sera la base juridique.


L'Incident du Golfe du Tonkin

Le 2 août 1964, le destroyer Maddox est en mission de renseignement électronique (Desoto) à 28 miles des côtes vietnamiennes. Quatre patrouilleurs sud-vietnamiens qui interveniennent pour la première fois sur la côte du nord ont bombardé un station radar sur l'île d'Hon Me et une station de radio sur l'île de Hon Ngu dans la nuit du 30 au 31 juillet. En se repliant vers le sud, ils croisent le destroyer américain poursuit sa mission le 31 juillet et le 1er août.

Le matin du 2 août, le capitaine de vaisseau John J. Herrick qui commande la DesDiv 192 et qui se trouve sur le Maddox est prévenue d'un risque d'attaque. Trois vedettes nord-vietnamiennes type P4 attaquent effectivement dans l'après midi. Ce dernier tire trois coups de semonce qui n'arrêtent par les navires communistes qui lancent leurs torpilles que le destroyer américain évite en ripostant, une vedette étant touchée.

Le Maddox réclame un support par le porte-avions en couverture qui est alors le Ticonderoga. Quatre Vought F8E Crusader en entrainement à 300 miles dans le sud du destroyer rallient et coulent probablement une des vedettes.

Le Maddox regagne le large dans la soirée et le porte-avions Constellation en escale à Hong Kong reçoit l'ordre de gagner le golfe du Tonkin.

Le 3 août 1964, le Maddox rejoint par le destroyer Turner Joy reprend sa mission sur l'ordre de Johnson et les deux destroyers se rapprochent de la côte le lendemain 3 août.

Les deux destroyers se retirent à une centaine de milles au large pour la nuit du 3 au 4 août pendant que des patrouilleurs sud-vietnamiens attaquent une station radar à Vinh Son et un poste militaire près de Cua Ron.

A la nuit tombée, le 4 août 1964, le Maddox repère au radar cinq contacts rapides à 36 miles et ouvrent le feu tout en demandant l'assistance à l'aviation. Deux Skyraider du VA-52 arrivent sur zone mais ne trouvent rien et pour cause puisqu'il n'y à pas eu d'attaques ce qu'ont affirmé dès le début les nord-vietnamiens et que confirme l'ouverture des archives de la NSA.


Le Douglas Skyraider fût le premier ou au moins l'un des premiers appareils engagés par les américains au Vietnam

Les américains mettent les doigts dans l'engrenage et montent une opération «Pierce Arrow» le 5 août 1964 avec les Skyraider, les Crusader et les Skyhawk des porte-avions Ticonderoga et Constellation qui visent le dépôt pétrolier de Vinh et la base de vedettes lance-torpilles de Quang Khe et les installations portuaires à Ben Thuy, Hon Gai, Hon Me et Loc Chao.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 15:26

Le Skywarrior dans le bourbier vietnamien

Un Skywarrior photographié à la fin des années cinquante

Le Skywarrior n'attend pas l'incident du golfe du Tonkin pour être engagé au dessus du Vietnam. En effet, en septembre et octobre 1961 puis en mai 1962 et enfin de novembre 1962 à février 1963, des A3D-2P/RA-3B de reconnaissance photographique survolent le Vietnam pour réaliser des cartes du pays.


Un A-3B du squadron VAH-8 en piqué larguant une bombe sur le Vietnam.

Une fois la guerre déclenchée, le Skywarrior est déployé au large du Vietnam pour assurer des missions de combat. Il est d'abord utilisé comme bombardier classique mais cela ne dure que quelques mois, l'US Navy employant bien vite des appareils plus petits et surtout mieux adaptés. Le Skywarrior est également utilisé au printemps 1967 pour des campagnes de minage.Le Skywarrior est donc rapidement utilisé pour des missions de soutien aux avions d'assaut qu'il s'agisse de la reconnaissance, de la guerre électronique et du ravitaillement en vol.


Un A-3B ravitaillant en vol un F-4B. L'appelation KA-3B apparu en 1967

Pour cette dernière mission, les KA-3B et EKA-3B sont utilisés à la fois à l'aller pour ravitailler les avions d'assaut avant de franchir la côte du Vietnam mais également au retour pour ravitailler des appareils ayant leurs réservoirs à sec. Véritables Saint Bernard, les Skywarrior sauvèrent un grand nombre d'appareils endommagés qui purent soient se poser sur les porte-avions ou permettre aux équipages de s'éjecter en mer et ainsi d'éviter une capture par les Nord-Vietnam et un séjour au «Hanoï Hilton».


Mais oui les amis une Baleine peu voler et donc apponter comme le prouve cette photo d'un A3D-2 "The Whale" Skywarrior du VAH-6 appontant sur le USS Ranger en avril 1958

Les premiers Skywarrior déployés au dessus du Vietnam sont les A-3B du VAH-10 «Viking» intégrés au sein du CVW-14 et embarqué sur le USS Constellation (CVA-64) pour une campagne du 5 mai 1964 au 1er février 1965. Il est relevé par le Coral Sea (CVA-43) (23 janvier au 23 octobre 1965) qui au sein du CVW-15 déploie le VAH-2 équipé d'A-3B.

Un mois plus tard, en mars 1965, ce sont les A-3B du squadron VAH-8 «Fireballer» qui sont engagés au Vietnam en étant intégrés au CVW-2 et embarqué sur le USS Midway (CVA-41) pour une campagne du 6 mars au 23 novembre 1965. Le sister-ship du Midway, le USS Franklin D. Roosevelt (CVA-42) est déployé au Vietnam du 25 juillet 1966 au 29 janvier 1967 avec le CVW-1 qui intègre le Det.42 du VAH-10 équipé de bombardiers A-3B.

Après une très longue éclipse, le USS Midway (CVA-41) retrouve le Vietnam le 7 mai 1971, entamant un déploiement de cinq mois qui s'acheva le 24 octobre 1971 avec le CVW-5, groupe aérien qui disposait du Det.2 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B. Il effectue son troisième et dernier déploiement au Vietnam du 21 avril 1972 au 23 février 1973 avec le CVW-5 qui dispose du Det.2 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B


Chargement de bombes dans un A-3B du VAH-2 en avril 1965 à bord du USS Coral Sea

Son sister-ship, le USS Coral Sea (CVA-43) est engagé au Vietnam du 11 août 1966 au 16 février 1967 avec le CVW-2 qui dispose du Det.A du VAH-2 équipé encore et toujours de bombardiers A-3B. Il est de nouveau déployé du 10 août 1967 au 29 mars 1968 avec le CVW-15 qui intègre le Det.43 du VAH-3 équipé de KA-3B.

Il effectue un troisième déploiement au Vietnam du 23 septembre 1968 au 11 avril 1969 avec le CVW-15 qui intègre le Det.43 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B. Le quatrième déploiement du Coral Sea au Vietnam eut lieu du 14 octobre 1969 au 18 juin 1970 avec le CVW-15 qui dispose notament du VAQ-135 équipé de KA-3B et d'EKA-3B. Le Coral Sea effectue son dernier déploiement au large du Vietnam du 8 décembre 1971 au 11 juillet 1972 avec le CVW-15 qui disposait notament du Det.3 du VAQ-135 équipé d'EKA-3B.


Catapultage d'un EA-3B

En compagnie du Constellation, le Ticonderoga (CVA-14) de classe Essex embarque lui aussi des Skywarrior. De taille plus réduite qu'un porte-avions de classe Midway ou de classe Kitty Hawk, il ne déploie au sein du CVW-5 du 11 mai au 10 décembre 1964 qu'un détachement, le Det.B du squadron VAH-4 composé de quatre appareils. Il est à nouveau déployé au large du Vietnam du 25 octobre 1965 au 7 mai 1966 avec le CVW-5 qui intègre le Det.B du VAH-4 équipé d'A-3B puis du 27 octobre 1966 au 22 mai 1967 avec cette fois le CVW-9 qui intègre le Det.E du VAH-4.

Presque deux ans plus tard, le USS Ticonderoga retrouve le Vietnam avec un nouveau déploiement du 18 février au 10 septembre 1969 avec le CVW-16 qui intègre notament le Det.14 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B.

Son sister-ship, le USS Bonhomme Richard (CVA-31) déploie lui aussi des Skywarrior. Du 24 février au 16 novembre 1964, au sein du CVW-19 avec le Det.E du squadron VAH-4 composé de quatre A-3B.Il est relevé par le USS Hancock (CVA-19) qui déploie au sein du CVW-21 du 16 novembre 1964 au 11 mai 1965 avec le Det.L du VAH-4 équipé lui aussi d'A-3B. Le Hancock est de retour dans le Golfe du Tonkin le 20 janvier 1967 pour un déploiement qui le mena jusqu'au 14 juillet 1967 avec le CVW-5 qui disposait du Det.B du squadron VAH-4.

Du 10 février au 17 août 1967, le USS Bonhomme Richard (CVA-31) est de nouveau affecté à la TF77 avec le CVW-21 qui intègre le Det.L du squadron VAH-4 équipé de A-3B. Le CVA-31 est déployé au Vietnam du 9 février au 29 septembre 1968 avec le CVW-5 qui dispose du Det.31 du VAW-13 et le Det.31 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B.

Neuf mois plus tard, le CVA-31 regagne les eaux vietnamiennes pour un déploiement du 6 avril au 19 octobre 1969 avec le CVW-5 qui disposait du Det.31 du VAQ-130 avec des KA-3B et des EKA-3B.


Un KA-3B ravitaillant un Tomcat

Après six mois loin des eaux indochinoises, le Bonhomme Richard (CVA-31) est de nouveau réaffecté à la TF77 du 21 avril au 3 novembre 1970 avec le CVW-5 qui disposait notament du Det.31 du VAQ-130 équipé de KA-3B et d'EKA-3B.

Le USS Hancock (CVA-19) est à nouveau déployé au large des côtes vietnamiennes du 6 août 1968 au 23 février 1969 avec au sein du CVW-21, le Det.19 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B de guerre électronique et de ravitaillement en vol.

Le Hancock regagne le Vietnam le 21 août 1969 pour un déploiement de huit mois jusqu'au 6 avril 1970 avec toujours le CVW-21 et surtout le Det.19 du squadron VAH-10. Le Hancock retourne dans le gofle du Tonkin le 7 novembre 1970 pour un déploiement de six mois qui s'acheva le 19 mai 1971 avec le CVW-21 qui disposait notament du Det.19 du VAQ-129 équipé d'EKA-3B. Il effectue son dernier déploiement au Vietnam du 28 janvier au 25 septembre 1972 avec le CVW-21 qui dispose notament du Det.5 du squadron VAQ-135.

Le USS Ranger (CVA-61) est déployé dans les eaux indochinoises du 17 août 1964 au 25 avril 1965 avec le CVW-9 qui intègre le Det.M du VAH-2 équipé d'A-3B. Il est de nouveau déployé au large du Vietnam du 3 janvier au 18 août 1966 avec le CVW-14 qui dispose du Det.F du squadron VAH-2 équipé d'A-3B de bombardement. Il retrouve les eaux vietnamiennes du 20 novembre 1967 au 18 mai 1968 avec le CVW-2 qui dispose à cette occasion du Det.61 du VAH-2 avec des KA-3B mais également le Det.61 du VAW-13 équipé d'EKA-3B.

Le quatrième déploiement de ce porte-avions à lieu du 12 novembre 1968 au 10 mai 1969 avec toujours le CVW-2 qui intègre notament le Det.61 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B. Le Ranger est décidément abonné au Vietnam avec un cinquième déploiement réalisé du 4 novembre 1969 au 23 mai 1970 avec le CVW-2 qui intégrait notament le VAQ-134 qui disposait de KA-3B de ravitaillement en vol et d'EKA-3B de ravitaillement en vol et de guerre électronique.

Le USS Ranger effectue un sixième déploiement au Vietnam du 11 novembre 1970 au 9 juin 1971 avec le CVW-2 qui embarquait le VAQ-134 équipé de KA-3B et de EKA-3B. Son septième et dernier déploiement eut lieu du 28 novembre 1972 au 14 juin 1973 avec le CVW-2 qui disposait du Det.4 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B.


Un RA-3B tout de noir vêtu

Du 27 avril au 6 décembre 1965, le USS Oriskany (CVA-34) est déployé au large du Vietnam avec le CVW-16 qui intègre le Det.G du VAH-4 équipé de quatre A-3B de bombardement. Il est à nouveau déployé au sein de la TF77 du 11 juin au 8 novembre 1966 avec le CVW-16 qui dispose du Det.G du VAH-4. L'Oriskany est de nouveau déployé au sein de la TF77 du 26 juin 1967 au 23 janvier 1968 avec le CVW-16 qui dispose du Det.G du VAH-4.

L'USS Oriskany (CVA-34) regagne le Vietnam le 5 mai 1969 pour un déploiement de six mois (qui s'acheva le 10 novembre) avec le CVW-19 qui disposait Det.34 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B. L'Oriskany retourne au Vietnam pour un déploiement du 1er juin au 29 novembre 1970 avec le CVW-19 qui intègre notament le Det.1 du VAQ-130, détachement équipé d'EKA-3B.

Le USS Oriskany (CVA-34) retrouve le Vietnam le 4 juin 1971 pour un déploiement de six mois jusqu'au 8 décembre 1971 avec le CVW-19 qui disposait du Det.3 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B de ravitaillement en vol et de guerre électronique. Il effectue son dernier déploiement au large du Vietnam du 21 juin 1972 au 20 mars 1973 avec le CVW-19 qui dispose notament du Det.3 du VAQ-130 équipé d'EKA-3B

Le USS Independence (CVA-62) est engagé au large du Vietnam du 5 juin au 21 novembre 1965 avec le CVW-7 qui intègre le Det.62 du VAH-4 équipé d'A-3B. Il est relevé par le USS Enterprise (CVAN-65) du 21 novembre 1965 au 14 juin 1966 avec le CVW-9 qui lui aussi embarque des Skywarrior de bombardement à savoir le Det.M du squadron VAH-4. Le premier porte-avions nucléaire du monde est de nouveau déployé au sein de la TF77 du 3 décembre 1966 au 30 juin 1967 avec le CVW-9 qui disposait du Det.M du VAH-2.

Le USS Kitty Hawk (CVA-63) est engagé à Yankee Station dans le Golfe du Tonkin du 15 novembre 1965 au 6 juin 1966 avec le CVW-11 qui intègre le Det.C du VAH-4. Il retrouve le Vietnam pour un nouveau déploiement du 17 novembre 1966 au 12 juin 1967 avec le CVW-11 qui dispose du Det.C du VAH-4.

Le Kitty Hawk est de nouveau intégré à la TF77 du 6 décembre 1967 au 20 juin 1968 avec le CVW-11 qui dispose du Det.63 du VAH-4 avec des KA-3B . Six mois plus tard, il effectue son quatrième déploiement dans le Golfe du Tonkin (15 janvier-27 août 1969) avec le CVW-11 qui outre des Phantom II et des Corsair II intègre le VAQ-131 au complet, unité qui dispose de KA-3B et d'EKA-3B.

Le Kitty Hawk retrouve le Vietnam le 27 novembre 1970 pour un déploiement de sept mois avec le CVW-11 qui s'acheva le 6 juillet 1971 et parmi les unités embarquées se trouvait le squadron VAQ-133 équipé de KA-3B et d'EKA-3B. Il effectue son dernier déploiement au Vietnam du 1er mars au 17 novembre 1972 avec le CVW-11 qui disposait du Det.1 du VAQ-135 équipé d'EKA-3B.

Le USS Constellation (CVA-64) est affecté à la TF77 du 15 mai au 26 novembre 1967 avec le CVW-14 qui intègre le Det.64 du squadron VAH-8 qui dispose d'A-3B et de KA-3B. Du 14 juin 1968 au 23 janvier 1969, il est de nouveau déployé au large du Vietnam avec à nouveau le CVW-14 qui intègre le Det.64 du VAQ-132 (ex-VAH-2) équipé d'EKA-3B et le Det.64 du VAQ-130 équipé également d'EKA-3B.

Le Constellation retrouve le Golfe du Tonkin le 1er septembre 1969 pou un déploiement qui s'acheva le 29 avril 1970, le CVA-64 embarquant le CVW-14 avec notament le VAQ-133 qui dispose de KA-3B et d'EKA-3B. Le Constellation effectue son dernier déploiement au large du Vietnam du 27 octobre 1971 au 24 juin 1972 avec le CVW-9 qui disposait notament du Det.1 du VAQ-130 équipé d'avions de ravitailleurs en vol et de guerre électronique EKA-3B.

Le USS Forrestal (CVA-59) connait son premier déploiement au large du Vietnam du 8 juillet au 22 août 1967 avec le CVW-17. Ce déploiement éphémère s'explique par le terrible incendie du 29 juillet qui faillit provoquer la perte du porte-avions. Le CVW-17 disposait du Det.59 du VAH-10 avec des KA-3B mais aucun Skywarrior ne fût perdu dans cet incendie.

Le USS Ticonderoga (CVA-14) est de nouveau déployé dans les eaux indochinoises du 13 janvier au 9 août 1968 avec le CVW-19 qui dispose du Det.14 du VAH-4 avec des KA-3B.

Le USS Enterprise (CVAN-65) est de nouveau déployé au Vietnam du 14 janvier au 12 juillet 1968 avec le CVW-9 qui intègre le Det.65 du VAH-2 avec des KA-3B et le Det.65 du VAW-13 équipé d'EKA-3B. L'Enterprise effectue un nouveau déploiement du 17 mars au 26 juin 1969 avec le CVW-9 qui dispose notament du VAQ-132 qui dispose de KA-3B de ravitaillement en vol et d'EKA-3B de guerre électronique et de ravitaillement en vol.

L'Enterprise retourne au Vietnam le 27 juin 1971 pour un déploiement de huit mois jusqu'au 2 février 1972 avec le CVW-14 qui disposait notament du VAQ-130 (Det.4). Il effectue son dernier déploiement de la guerre du 19 septembre 1972 au 3 juin 1973 avec le CVW-14 qui disposait notament du squadron VAQ-131 équipé d'EA-3B de guerre électronique.

Le USS America (CVA-66) est déployé au sein du TF77 du 12 mai au 20 novembre 1968 avec le CVW-6 qui dispose du VAH-10 (Det.66) équipé de KA-3B, des VAW-13/VAQ-130 (Det.66) équipé d'EKA-3B. L'America retourne au Vietnam du 12 mai au 23 novembre 1970 avec le CVW-9 qui disposait notament du VAQ-132 équipé de KA-3B et d'EKA-3B.

A ma connaissance, aucun Skywarrior n'à été perdu durant le conflit que ce soit du fait de l'ennemi ou des accidents.


Un RA-3B photographié à Alameda avec une livrée expérimentale

A noter que des Skywarrior opéraient également depuis la terre. Le squadron VAP-61 équipé de RA-3B basé en temps normal à Guam déploie des détachements à Da Nang au Vietnam et à Don Muang en Thaïlande. Chargés initialement de la carthographie de la région, ils sont chargés à partir du 1er novembre 1968 de la surveillance de la piste Ho-Chi-Minh à l'aide de capteurs infrarouges et vidéo. Le squadron VAP-62 qui déploie ses appareils à Da Nang est plus particulièrement chargé de la surveillance de nuit à l'aide de capteurs infrarouges. Le VAP-61 est dissous en 1970.


Un RA-3B avec devant son équipement photographique

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 15:46

La carrière post-Vietnamienne du Skywarrior

Un EKA-3B du VAQ-34 se posant à terre en 1987

Le Skywarrior connu une fort longue carrière après le terrible conflit vietnamien. Remplacé progressivement dans ses missions de ravitaillement en vol par le KA-6D et pour la guerre électronique par l'EA-6B Prowler, le Skywarrior resta pourtant en service jusqu'au 27 septembre 1991, participant ainsi à toutes les opérations de l'US Navy jusqu'à la guerre du Golfe (août 1990-février 1991).


Un EKA-3 Skywarrior sur le pont du porte-avions USS Midway préservé comme musée à San Diego

Le B-66 Destroyer : le cousin terrestre du Skywarrior

La guerre de Corée révéla à l'USAF d'importantes carences notament en terme d'avions d'attaque et l'armée de l'air américaine chercha un appareil à réaction destiné à remplacer les bimoteurs Douglas B-26 Invader qui jouèrent un rôle majeur dans le conflit (et plus tard durant les premières opérations au Vietnam !).


North American proposa une version de son B-45 Tornado.......

Quatre constructeurs proposèrent des modèles : North American proposa une variante plus moderne du B-45 Tornado; Boeing une variante tactique de son B-47 Stratojet; Martin une variante de son triréacteur B-51 et Douglas une variante de son A-3D Skywarrior.


Et Martin, son triréacteur XB-51

A la fin du mois de novembre 1951, l'USAF déclara la proposition de Douglas vainqueur du concours et désigné B-66. L'USAF décida également d'acquérir également une version de reconnaissance baptisée RB-66B qui devint rapidement prioritaire sur la version d'attaque.

Comme le B-66 n'était après tout qu'une variante terrestre du Skywarrior, l'USAF décida de se passer de prototypes et se contenta de cinq appareils de préproduction baptisés RB-66A dans le cadre d'un contrat signé en décembre 1952.


Un B-66B en vol

A ce moment, les modifications de l'USAF étaient telles qu'à part l'aspect extérieur, le B-66 et l'A-3 étaient des appareils très différents. Il reçut par exemple des sièges éjectables ce qui obligea les ingénieurs de Douglas à redessiner complètement la verrière. Devant opérer à basse altitude, la structure fût renforcée et l'aile redessinée, les pneus du train d'atterrissage étaient plus large et surtout les moteurs furent remplacés : les J-57 furent remplacés par les J-71.

Le premier RB-66 A effectua son premier vol le 28 juin 1954 et les essais révélèrent quelques problèmes si sérieux que l'USAF envisagea l'annulation du programme mais au final Douglas parvint à résoudre les problèmes. Le premier RB-66B de série effectue son premier vol en mars 1955 avec des premiers livraisons en février 1956. Les cinq RB-66A furent cédés à General Electric pour des tests de moteurs.


Un RB-66B au sol

Un total de 145 RB-66B et de 72 B-66B furent construits et mis en service au sein du Tactical Air Command (TAC). Treize B-66B furent plus tard modifiés en appareils de guerre électronique, rebaptisés EB-66B pour être utilisés au dessus du Vietnam.

Le RB-66C fût une variante produite à 36 exemplaires et destinée à la reconnaissance électronique avec sept membres d'équipage. Rebaptisé EB-66C en 1966, ils furent déployés au dessus de Cuba durant la crise des missiles et plus tard au Vietnam. La dernière variante produite fût une variante de reconnaissance météorologique produite à 36 exemplaires et baptisés WB-66D. 52 RB-66B furent transformés en EB-66E de guerre électronique et deux WB-66D furent utilisés pour des essais divers.

VERSIONS

-XA3D-1 : deux prototypes équipés de turboréacteurs Westinghouse J40 sans canons dans la tourelle de queue

-YA3D-1 (YA-3A) : un appareil de préproduction avec deux Pratt é Whitney J57. Utilisé ultérieurement au Pacific Missile Test Center.

-A3D-1 (A-3A) : 49 appareils de série

-A3D-1P (RA-3A) : un A3D-1 converti en prototype pour la version de reconnaissance photographique A3D-2P avec des appareils photographiques dans la soute à munitions.

-A3D-1Q (EA-3A) : A3D-1 converti en appareils de reconnaissance électronique

-A3D-2 (A-3B) version définitive de bombardement

-A3D-2P (RA-3B) : version de reconnaissance photographique du Skywarrior

-A3D-2C (EA-3B) : version d'écoute et de guerre électronique

-A3D-2T (TA-3B) : version d'entrainement au bombardement

-KA-3B : A-3B transformés en ravitailleurs en vol avec l'équipement installé à la place de l'équipement de bombardement.

-EKA-3B : KA-3B équipés pour la guerre électronique. Après 1975, ils furent reconvertis en KA-3B.


Un ERA-3B au sol

-ERA-3B : huit RA-3B convertis pour l'entrainement à la guerre électronique


Un NRA-3B du Pacific Test Missile Center

-NRA-3B : six RA-3B utilisés pour des tests non militaires

-VA-3B : deux EA-3B convertis en appareils de transport VIP

-NTA-3B : un appareil utilisé par Hughes/Raytheon pour les tests du radar du F-14D Tomcat

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 03 Juin 2010, 15:55

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Douglas A-3B Skywarrior


Triplace de bombardement nucléaire et conventionnel

Masse à vide : 17900kg Masse en charge : 31750kg Masse maximale au décollage : 37200kg

Longueur : 23.27m Envergure : 22.1m Hauteur : 6.95m

Propulsion : deux turboréacteurs Pratt & Whitney J57-P-10 de 46.7 kN

Performances : vitesse maximale 980 km/h vitesse de croisière : 840 km/h Distance franchissable : 2130km Plafond opérationnel : 12500m

Armement : (intégré) deux canons de 20mm en tourelle de queue plus tard débarqué pour des raisons techniques) 5443kg de bombes avec soit une bombe atomique Mark15 ou une bombe B43 oue une combinaison de bombes conventionnelles par exemples 12 bombes Mk82 de 227kg ou 6 Mk83 de 454kg.

Douglas B-66 Destroyer


Triplace de bombardement et de reconnaissance

Masse à vide : 19300kg Masse en charge : 26200kg Masse maximale au décollage : 38000kg

Longueur : 22.9m Envergure : 22.1m Hauteur : 7.2m

Propulsion : deux turboréacteurs Allison J71-A-11 ou 13 de 45 kN chacun

Performances : Vitesse maximale : 1020 km/h Rayon d'action au combat : 1500km Rayon d'action de convoyage : 3970km Plafond opérationnel : 12000m

Armement : deux canons de 20mm dans une tourelle de queue téléopérée et 6804kg de charge militaire

SOURCES

-Jean Moulin US Navy Tome 2 1945-2001 de Nimitz au Nimitz

-Encyclopédie des armes éditions Atlans tome 6 p1301-1320 «L'aviation embarquée des années soixante» (l'A-3 Skywarrior p1302)

-Le Fana de l'Aviation HS n°33 «L'aéronautique navale américaine au Viêtnam Meurtrier Yacht Club»

-Ressources internet diverses

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CROISEURS LEGERS CLASSE OMAHA


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: il   Ven 04 Juin 2010, 17:23

Ah le Skywarior, encore un saré tour de force des Ricains !
Mettre un oiseau de cette taille (qui plus est un "jet") sur les pa de cette époque, il falait osé!
(Remarquez il feront encore pire, en envisageant une version embarqué du C-130 Hercule).

Merci Claus!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Ven 04 Juin 2010, 18:35

De rien Fred. Et encore il aurait été encore plus gros mais comme je le dis dans mon article, Ed Heinemman sentant que le programme United States était mal embarqué, limita volontairement la taille de son appareil pour permettre un embarquement sur les Essex refondus et les Midway. Je n'ai par contre pas d'infos sur le projet de Curtiss.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Ven 04 Juin 2010, 22:32

C'est justement l'un des aspects du A-3, qui m'épate le plus: le fait qu'il ait été capable d'opéré sur des pa pour lequel il n'était pas prévus à l'origine!
Ed Heinemman c'est montré particulièrement brillant sur ce coup la!
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Ven 04 Juin 2010, 22:34

En même temps, un homme capable de réaliser le Dauntless, le Skyraider et le Skyhawk ne peut être que quelqu'un de brillant thumleft

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 46
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Sam 05 Juin 2010, 20:55

Ca reste un engin dans la même lignée que ceux que tu cites Claus ...
Brillant et impensable sur un PA ...
The WHALE ... la grosse bestiole du pont ... une belle carriere dans les squadron ECM bien qu'il n'est pas là pour ça au départ

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Dim 06 Juin 2010, 12:30

C'est vrai que c'est un avion énorme. J'ai une photo que je n'ai pas mis où sur le Coral Sea, trois A-3 occupe toute la longueur de l'ilôt !

La preuve :



Pour l'alerte nucléaire, les américains au début maintenait un appareil parqué derrière l'ilôt avec une bombe armée à bord mais un jour lors d'un aterrissage compliqué, un autre Skywarrior à faillit emboutir cet appareil et les américains ont sagement abandonné cette idée. lol!

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11663
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 10 Mai 2012, 12:27

A ma connaissance, aucun Skywarrior n'à été perdu durant le conflit que ce soit du fait de l'ennemi ou des accidents.

bonjour
je déterre cet excellent article.
quelques précisions:
les RA-3B peints en noir sont certainement des appareils du VAP-61. le Skywarrior appontant est un avion du VAH-6 (Fleur).
en ce qui concerne les pertes (je cite l'auteur): "A ma connaissance, aucun Skywarrior n'à été perdu durant le conflit que ce soit du fait de l'ennemi ou des accidents. "
les recherches que j'effectue en ce moment, concernant les pertes de l'US Navy lors de ce conflit, m'amènent à penser que ce n'est pas le cas.
il est vrai que la Navy s'est montrée très pudique à ce sujet. sans doute en raison du caractère des missions effectuées par ces appareils.
les VAP-61 et VQ-1 ont en effet, effectué de nombreux vols au dessus de la péninsule indochinoise (et de la Chine), bien avant l'incident du golfe du Tonkin. (de même que le VFP-63 équipé de RF-8 Crusader). ces missions ont bien sur continué pendant la guerre.
j'ai découvert que, durant cette période, un nombre certain d'EA-3 et RA-3, ont été victimes d'accident en opération; ou, ont tout simplement disparu lors de vols de liaison.
à l'heure actuelle, quelques pertes sont admises. l'ouverture des archives devrait permettre d'en savoir plus, même si les causes de celles-ci demeurent mystérieuses…
un membre passionné (du forum) pourrait sans doute, nous en dire plus… lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9328
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   Jeu 10 Mai 2012, 12:46

Merci de ce complément.

Je regrette que le PA58/59 n'ait été construit car l'aéronavale aurait eu ses skywarrior en l'occurence des Mirage IV navalisés ! affraid Imaginez la bête !

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR   

Revenir en haut Aller en bas
 
DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DOUGLAS A-3 SKYWARRIOR
» Biscornu Jeannette Douglas
» [Kennedy, Douglas] Une relation dangereuse
» [Kennedy, Douglas] La poursuite du bonheur
» [Adams, Douglas] H2G2 - Tome 2: Le dernier restaurant avant la fin du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: