AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 18:42

SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209
(ALLEMAGNE)


Un type 209 turc dans le détroit du Bosphore


Avant propos

Si l'Allemagne ne fait pas partie des precurseurs en matière de sous marins, elle à pourtant contribué à son histoire. Par deux fois, les U-Boot (UnterSeeBoot navire sous marin) ont faillit faire basculer le sort de la guerre au profit de l'Allemagne.

Durant le premier conflit mondial, le sous marin fit une entrée fracassante. Le 22 septembre 1914, le sous marin U9 (Lieutenant de vaisseau Weddingen) torpilla coup sur coup au large des Pays Bas les croiseurs cuirassés Aboukir Cressy et Hogue.


Le sous marin allemand U9 qui coula les trois croiseurs cuirassés anglais


Les sous marins s'attaquèrent ensuite aux convois traversant l'Atlantique pour des résultats qui mirent en peril la Grande Bretagne et surtout provoquèrent l'entrée en guerre des Etats Unis suite à la guerre sous marine à outrance.

Des parades furent certes mises en place (convois, bateaux pièges ou Q-Ship, routes protégées par des champs de mines) mais les problèmes de détection rendirent ses succès très limités.

Durant les années trente, la plupart des marines négligèrent la lutte ASM pour des raisons autant techniques que financières. Résultat quand les U-Boot attaquèrent le trafic commercial britannique les pertes devinrent rapidement préoccupantes. Il fallut attendre mai 1941 pour que la généralisation des convois et surtout le decryptage des communications allemandes ne limitent les pertes.

Une véritable course s'engagea alors entre la proie et le predateur, entre le sous marin et l'escorteur même si parfois l'un devenait l'autre. La généralisation du radar, du radiogoniomètre puis du porte-avions d'escorte poussèrent les sous marins à abandonner l'attaque en surface au profit de l'attaque en plongée.

Quand les avions de patrouille maritime américains et britanniques rendirent impossible la navigation en surface, les allemands après avoir expérimenté les sous marins AA (les fameux U-Flak) généralisèrent l'emploi du schnorchel, une invention néerlandaise qui permettait l'utilisation des moteurs diesels en plongée et donc le rechargement des batteries.

En mai 1943 pourtant il devint évident que les alliés avaient repris le dessus par l'emploi de convois solidement escortés, par la présence de groupes de chasse organisés autour de porte-avions d'escorte, d'avions à très long rayon d'action comme le Liberator sans parler de l'action de la cellule de decryptage Ultra. Résultat : le nombre de sous marins détruits passa de 15 en avril à 40 en mai 1941.

La pression alliée devint si forte qu'elle poussa les allemands à dévelloper des sous marins révolutionnaires, le renforcement de la DCA et le schnorchel installés sur les Type VII et les Type IX ne pouvant être que des solutions transitoires.

Si le sous marins Type XVII (Walter) ne se révéla guère concluant en raison d'une propulsion peu fiable et potentiellement dangereuse, les deux autres projets les type XXI et XXIII vont se réveler bien plus promotteurs.

Les allemands ayant compris que l'attaque en surface n'était plus possible dessinèrent un véritable sous marin pouvant naviguer et combattre en plongée.

Ils dessinèrent une coque profilée débarassée du canon équipant encore tous les sous marins et surtout l'équipèrent de batteries à hautes performances. Résultat, pour la première fois, un sous marin était plus rapide en plongée qu'en surface.

Quand au type XXIII, il était la version réduite du type XXI avec seulement deux tubes lance-torpilles pour mener de véritables embuscades au large des ports ennemis : un tir suivit d'une brusque esquive.


Le U3008 fût l'un des type XXI récupérés par les Américains


Fort heureusement pour les alliés, peu de sous marins furent effectivement mis en service dans un contexte ou le manque de carburant obligeait la Kriegsmarine à sacrifier l'entrainement au profit des missions opérationnelles ce qui ne permettait pas aux équipages de l'U-Bootwafe de tirer la pleine mesure du talent de leurs ingénieurs.

Depuis soixante-quatre ans, on s'est souvent demandé ce qui se serait passé si ces sous marins avaient été engagés en 1943/44 contre les convois alliés.

Il est peu probable que ces sous marins auraient pu renverser le court du conflit, la supériorité des alliés était trop importante mais elle aurait probablement gênée la progression alliée et rendu la libération de l'Europe plus longue et couteuse d'autant que les type XXI étaient plus rapides en plongée que bien des escorteurs.

Genèse des type 209

En 1954, la République Fédérale Allemande fût autorisé à construire de nouveaux sous marins d'un tonnage inférieur à 350 tonnes. Cela n'était pas une mesure trop pénalisante puisque le rôle de la Bundesmarine était essentiellement le combat en mer Baltique, une mer dont la profondeur moyenne n'excède pas 80m.


Le Hecht à la mer


En attendant la construction de nouveaux sous marins, deux sous marins type XXIII sabordés dans le Kattegatt et le Grand Belt furent renfloués, remis en état et remis en service sous le nom de Hai (requin) et Hecht (brochet) pour entrainer les équipages alors qu'un type XXI, le U2540 renfloué est remis en service sous le nom de Wilhelm Bauer, l'inventeur du sous marin allemand pour tester les nouveaux systèmes d'armes et les capteurs.


Le Wilhelm Bauer est aujourd'hui musée à Bremerhaven


Suite aux trois type 201 (sur douze prévus, l'arrêt de la construction s'expliquant par la mauvaise qualité de l'acier amagnétique), les allemands mirent en service une version allongée et plus performante, le Type 205 dont douze exemplaires furent mis en service entre 1962 et 1969 et désarmés pour un dès 1965, trois en 1974, un en 1991, trois en 1993, un en 2003 et un 2005.


Le U-9 (type 205) est préservé comme musée à terre


Les chantiers allemands s'intéressèrent rapidement à l'export et dévellopèrent un projet de sous marins plus gros que le type 205 (la CEE avait autorisé l'Allemagne à construire dix exemplaires pour l'export) et pouvant opérer pour des opérations océaniques.

La marine israélienne commanda ainsi trois submersibles de 600 tonnes, le type 540 qui furent construits entre 1973 et 1975 en Angleterre (pour des raisons politiques évidentes).

La marine allemande se montra rapidement interessée et commanda 18 sous marins type 206 de 450 tonnes, dérivés des type 540.


Un sous marin type 206 à quai


Mettre sur pied une industrie de construction de sous marin ne peut se faire à perte et devant le retard pour la commande de nouveaux sous marins, IKL (Ingenior Kotor Lübeck) et HDW (Howaldtswerke Deutsche Werft) durent chercher des débouchés à l'export.

Les deux chantiers s'étaient associés en 1966 pour profiter de l'autorisation accordée par la CEE en 1962 de construire 6 sous marins de 1000 tonnes pour les pays de l'OTAN. Cela allait être le début d'un formidable succès à l'export puisque pas moins de 64 sous marins furent commandés et 61 construits.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 18:58

Les type 209 dans le monde

NdA : Les différents pays sont classés par l'ancienneté de la commande soit de la Grèce à l'Afrique du Sud. A noter que les deux nouveaux sous marins portugais baptisés à l'origine type 209PN sont aujourd'hui connus comme des type 214. Ils ne seront donc pas abordés dans cet article.

Grèce (Polemiko Naftiko):

Le Proteus à la mer

La Grèce fût la première à faire confiance au «made in germany» et en 1967, elle passa commande de 4 sous marins d'abord de type 205 mais rapidement transformés en type 209 plus gros et surtout plus performants. Baptisés classe Glavkos (type 209/1100), leur construction à Kiel suscita une violente polémique en RFA en raison du contexte politique grec de l'époque. En effet depuis le 21 avril 1967, la monarchie de Constantin II n'était plus qu'une fiction (il partira en exil en décembre), la réalité du pouvoir appartenant au colonel Yeoryos Papadopolous et ce jusqu'au 23 juillet 1974 quand le régime s'effondra.

-Le Glavkos (S110) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er septembre 1968 lancé le 15 septembre 1970 et admis au service actif le 5 novembre 1971

-Le Nereus (S111) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 janvier 1969 lancé le 7 juin 1971 et admis au service actif le 10 février 1972

-Le Triton (S112) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er juin 1969 lancé le 19 octobre 1971 et admis au service actif le 23 novembre 1972

-Le Proteus (S113) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er octobre 1969 lancé le 1er février 1972 et admis au service actif le 23 novembre 1972.

les Glavkos ont été modernisés entre 1991 et 1999 dans le cadre du programme Poséidon I (Triton en Allemagne et les autres en Grèce), le Triton étant remis en service en mai 1993, le Proteus en décembre 1995, le Glavkos en novembre 1997 et le Nereus en mars 2000.

A l'origine ces sous marins devaient être désarmés en 2015 mais ce désarmement pour être accéléré, l'Egypte étant en particulier interessée pour remplacer ses Romeo antédéluviens. Le refus de la Grèce d'acquérir les type 214 pourrait bousculer cet état de fait.

CARACTERISTIQUES

Déplacement : 1105 tonnes en surface 1230 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 54.40m largeur : 6.20m tirant d'eau 5m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY 60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée (12 avec snorchel) 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 860 miles nautiques à 4 noeuds

Plongée : 180m

Electronique : un radar Calypso, un sonar DSQS-21, un PRS-3/15 et un FAS-3, 1 détecteur Argo AR700

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 armes qu'il s'agisse de torpilles SUT ou Mark 37 mod 2 et de missiles antinavires Sub Harpoon

Equipage : 6 officiers et 25 hommes

En 1975, elle commanda 4 autres type 209 mais d'un modèle amélioré baptisé type 209/1200. En Grèce, ils sont connus sous le nom de classe Poseidon.


Le Amphitriti

-Le Poseidon (S116) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 avril 1976 lancé le 21 mars 1978 et admis au service actif le 22 mars 1979

-Le Amphitriti (S117) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 16 septembre 1979 lancé le 14 juin 1978 et admis au service actif le 14 août 1979

-Le Okeanos (S118) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er octobre 1976 lancé le 16 novembre 1978 et admis au service actif le 15 novembre 1979

-Le Pontos (S119) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 janvier 1977 lancé le 22 mars 1979 et admis au service actif le 29 avril 1980.

Les Amphitriti, Okeanos et Pontos vont être modernisés entre 2005 et 2012 (programme Poseidon II) avec notament la mise en place d'un nouveau tronçon pour accueillir un système anaérobie. Ils doivent rester en service jusqu'en 2020. les travaux ont été réalisés entre avril et novembre 2007 sur le Okeanos, est en cours sur le Pontos et doit être réalisé sur l'Amphitriti entre 2009 et 2012

CARACTERISTIQUES

Déplacement : 1185 tonnes en surface 1290 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 56.10m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY 60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée (12 avec snorchel) 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 860 miles nautiques à 4 noeuds

Plongée : 250m

Electronique : radar Calypso, sonar passif AN 526 un AN406 A9 passif, un DUUX 2, un détecteyr DR2000. La modernisation prévue prévoit l'installation d'un SdC ISUS 90-46 avec liaison 11,un mat optronique, un lance-leurres CIRCE, un détecteur Shrike

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 armes qu'il s'agisse de torpilles SUT ou Mark 37 mod 2 et de missiles antinavires Sub Harpoon

Equipage : 6 officiers et 25 hommes

Argentine (Armada de la Republica Argentina)

Le Salta a quai

L'Allemagne à toujours eu une grande influence politique, économique et culturelle sur l'Amérique du Sud aussi quand la marine argentine décide d'acquerir des sous marins dans les années soixante, elle se tourne vers l'Allemagne et fait confiance au «made in germany» en commandant deux type 209/1200 connus en Argentine sous le nom de classe Salta. Les éléments sont préfabriqués à Kiel et assemblés à l'Arsenal de Rio Santiago.

-Le Salta (S31) est mis sur cale le 3 avril 1970 lancé le 9 novembre 1972 et admis au service actif le 7 mars 1974.

-Le San Luis (S32) est mis sur cale le 30 avril 1972 lancé le 3 avril 1973 et admis au service actif le 24 mai 1974.

Ce sous marins s'illustra durant la guerre des Malouines. Après la destruction du Santa Fe en Georgie du Sud le 28 avril puis le torpillage du croiseur General Belgrano le 2 mai, la flotte argentine se réfugia dans ses ports, laissant en mer un seul sous marin, le San Luis.

Ce dernier lança une première attaque contre le Yarmouth et le Brilliant le 4 mai mais la torpille SST se perdit dans les eaux profondes suivit d'une seconde le 10 mai contre l'Alacrity et l'Arrow mais là aussi sans succès. En dépit de ces échecs, la présence avérée du San Luis obligea les britanniques à multiplier les patrouilles de chasse et à rester en permanence en alerte.

Sa refonte à commencé en 1992 mais faute de moyens, elle à été interrompu en janvier 1997 et le navire cannibalisé pour son sister-ship. En dépit d'annonces régulières, il est peu probable que le San Luis soit remis en service.

Le Salta à lui été modernisé entre 1988 et 1996 (8 ans de refonte !) chez Domec Garcia


Le San Luis dans un triste état

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1185 tonnes en surface 1290 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 56.10m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY 60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée (12 avec snorchel) 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 230 à 8 noeuds et 400 à 4 noeuds (plongée) 600 miles nautiques à 8 noeuds (snorchel)

Plongée : 250m

Electronique : un radar Calypso, un sonar AN 526 (CSU-3 de Krupp-Atlas) un télémètre DUUX-2 CN et un détecteur DR2000
Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 armes (des torpilles SST-4 ou Mk 48)

Equipage : 6 officiers et 25 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 19:05

Pérou (Marina de Guerra del Peru)

Le sous marin Péruvien Pisagua

La commande argentine débloqua les autres commandes du sous-continent sud-américain. Il s'agissait généralement d'une réponse liée à une rivalité entre deux pays même si le Perou, deuxième client du type 209 est allié de l'Argentine, une réponse au contentieux frontalier avec le Chili.

La marine péruvienne commanda ainsi d'abord 2 type 209/1200 ou classe Islay en 1970 suivis en 1976 de 4 type 209/1200 mod qui formèrent la classe Angamos. Les six submersibles ont été construits par Howaldtswerke à Kiel.

-Le Islay (S35) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 mai 1971 lancé le 11 octobre 1973 et admis au service actif le 23 août 1974

-Le Arica (S36) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er novembre 1971 lancé le 5 avril 1974 et admis au service actif le 21 janvier 1975

-Le Angamos (ex-Casma) (S31) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 juillet 1977 lancé le 31 août 1979 et admis au service actif le 19 décembre 1980

-Le Antofagasta (S32) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 3 octobre 1977 lancé le 19 décembre 1979 et admis au service actif le 22 mai 1981

-Le Pisagua (S33) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 août 1978 lancé le 19 mai 1981 et admis au service actif le 8 avril 1982. Sa livraison à été retardé en raison d'une collision en surface alors qu'il effectuait ses essais à la mer

-Le Chipana (S34) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er novembre 1978 lancé le 7 août 1981 et admis au service actif le 18 mars 1983.

Ces six submersibles doivent être modernisés pour rester en service jusqu'en 2020

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Trois sous marins péruviens à la mer en surface

Déplacement : 1185 tonnes en surface 1290 tonnes en plongée (Islay : 980 tonnes en surface 1230 tonnes en plongée)

Dimensions : longueur 56.10m (54.40m pour les Islay) en largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY 60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée (12 avec snorchel) 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 230 à 8 noeuds et 400 à 4 noeuds (plongée) 600 miles nautiques à 8 noeuds (snorchel)

Plongée : 250m

Electronique : un radar Thales Calypso, un sonar Krup-Atlas CSU-83, un PRS 3-15. direction de lancement de torpilles SINBAD M 8 de HSA (S31 à S34) et Sepa Mk3 pour les autres.

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SST4

Equipage : 6 officiers et 25 hommes (certaines sources donnent 10 officiers et 36 hommes)

Colombie (Armada Nacional Colombiana)

Le sous marin colombien Tayrona arrivant à Mayport (Floride)

Seul pays d'Amérique du Sud étant bordé par l'Atlantique et le Pacifique, la Colombie suivit bien vite le Perou et l'Argentine en commandant en 1971 deux type 209/1200 ou classe Pijao. A noter que ces navires pourraient être renforcés par deux à quatre type 206A ex-allemand sans savoir si ils serviront comme navires opérationnels ou si certains seront canibalisés pour les type 209 techniquement proche des «206».

-Le Pijao (S28) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er avril 1972 lancé le 10 avril 1974 et admis au service actif le 18 avril 1975

-Le Tayrona (S29) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er mai 1972 lancé le 16 juillet 1974 et admis au service actif le 16 juillet 1975.

Ces deux sous marins ont été modernisés à deux reprises : en 1990 pour le Pijao et en 1991 pour le Tayrona puis de nouveau entre 1999 et 2002.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1185 tonnes en surface 1300 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 56.10m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY 60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée (12 avec snorchel) 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 230 à 8 noeuds et 400 à 4 noeuds (plongée) 600 miles nautiques à 8 noeuds (snorchel)

Plongée : 250m

Electronique : un radar Thales Calypso II, un sonar Krupp-Atlas PSU 83-55, un télémètre acoustique PRS 3-4 et un détecteur DR 2000

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SUT

Equipage : 6 officiers et 25 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 19:10

Turquie (Türk Deniz Kuvvetlen)

Dans le Bosphore, un 209 turc

Depuis des siècles, la Turquie et la Grèce se regardent en chien de faillance, alternant guerre froide et affrontements armés comme en 1922 au cours de laquelle l'empire Ottoman céda la place à la Turquie d'Attaturk. Même leur adhésion à l'OTAN en 1952 ne changea pas cet état de fait.

Aussi quand les grecs commandèrent des type 209, les turcs ne tardèrent pas à imiter leurs «meilleurs ennemis» en commandant en 1971 deux sous marins type 209/1200 suivis de quatre autres dont trois construits sous licence quelques années plus tard formant la classe Atilay.

-Le Atilay (S347) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 2 août 1972 lancé le 23 octobre 1974 et admis au service actif le 12 mars 1976

-Le Saldiray (S348) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 2 mars 1973 lancé le 14 février 1975 et admis au service actif le 15 janvier 1977

-Le Batiray (S349) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 11 juin 1975 lancé le 24 octobre 1977 et admis au service actif le 7 novembre 1978

-Le Yildiray (S350) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 1er mai 1976 lancé le 20 juillet 1979 et admis au service actif le 20 juillet 1981

-Le Doganay (S351) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 21 mars 1980 lancé le 16 novembre 1983 et admis au service actif le 16 novembre 1984

-Le Dolunay (S352) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 16 novembre 1983 lancé le 22 juillet 1988 et admis au service actif le 29 juillet 1989

Ces sous marins ont été modernisés succintement entre 1999 et 2006 mais une modernisation plus importante à été abandonnée en juillet 2007 au profit du choix de la construction de 6 sous marins modernes équipés d'un système anaérobie. Le type 214 à été sélectionné au détriment du Scorpène franco-espagnol et du S80 espagnol.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : 980 tonnes en surface 1190 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 56.10m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 AZ80 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 7800 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 250m

Electronique : un radar Thales Calypso, un sonar Atlas AN 526, un télémètre DUUX-2 un sonar Atlas CSU-3 actif, un détecteur Sealion (Atilay et Saldiray) ou Porpoise (pour les autres).
Système de direction de combat M8 sur les deux premiers et Sinbads sur les autres avec liaison 11.
Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SST4 et SUT

Equipage : 8 officiers et 30 hommes

En 1987, la Turquie soucieuse d'accroitre sa force sous marine commanda deux sous marins type 209/1400 suivis de deux autres en 1992 et enfin de quatre autres le 22 juillet 1998, le tout formant la classe Preveze



-Le Preveze (S353) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 27 juillet 1989, lancé le 29 novembre 1993 et admis au service actif le 28 juillet 1994

-Le Sakarya (S354) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 4 avril 1990 lancé le 28 juillet 1994 et admis au service actif le 21 décembre 1995

-Le 18 Mart (S355) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 28 juillet 1994 lancé le 25 août 1997 et admis au service actif le 24 juillet 1998

-Le Anafartalar (S356) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 1er août 1995 lancé le 2 septembre 1998 et admis au service actif le 22 juillet 1999
-Le Gür (S357) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 24 juillet 1998 lancé le 25 juillet 2001 et admis au service actif le 19 février 2004

-Le Canakkale (S358) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 22 juillet 1999 lancé en février 2002 et admis au service actif le 26 juillet 2005

-Le Burakreis (S359) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 25 juillet 2001 lancé le 5 septembre 2005 et admis au service actif le 15 février 2006

-Le Birinci Inönü (S360) à été mis sur cale à l'Arsenal de Gölcuk le 25 juillet 2002 lancé en mai 2006 et admis au service actif le 22 juillet 2007

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement : 1454 tonnes en surface 1586 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 62m largeur 6.25m tirant d'eau 5.80m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 AZ80 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 21 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 8200 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds et 230 à 8 noeuds en plongée

Plongée : 320m

Electronique : un radar de navigation, un sonar KAE CSU 83-1, un TAS-3, un détecteur Porpoise ou Sealion, système de direction de combat ISUS-83/2 avec liaison 11

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 armes (torpilles Tigerfish pour les S353 et 356, DM2A4 pour les S357 à S360 et missiles Sub Harpoon)

Equipage : 7 officiers et 23 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 19:17

Venezuela (Armada Bolivariana de Venezuela)

Un des deux sous marins vénézuéliens avec l'équipage au poste de bande

Après l'Argentine, le Perou et la Colombie, c'est le pays de Simon Bolivar qui choisit en 1971 le type 209 pour équiper sa marine de submersibles en l'occurence de type 209/1300 formant la classe Sabalo. Ces sous marins pourraient à terme être remplacés par des submersibles russes de classe Kilo et/ou Amur 1650.

-Le Sabalo (S31 ex S-21) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 2 mai 1973 lancé le 1er juillet 1975 et admis au service actif le 6 août 1976

-Le Caribe (S32 exS-22) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er août 1973 lancé le 16 novembre 1975 et admis au service actif le 11 mars 1973

Le Sabalo à été endommagé par un incendie avant d'être remis en état en Allemagne. Ils ont été modernisés en Allemagne d'avril 1990 à juin 1992 (Sabalo) et de septembre 1992 à décembre 1994 (Caribe). Ils ont été modernisés une deuxième fois au Venezuela, le premier entre 2003 et 2006 et le second entre 2004 et 2008.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1285 tonnes en surface 1600 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 61.20m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 92 TB90 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 7800 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 250m

Electronique : un radar de navigation Terma Scanter, un sonar KAE CSU 3-32, un télémètre Alcatel DUUX-2, un détecteur DR2000, système de combat SUBTICS, système de lancement de torpilles ISUS.

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles Mk 37 ou SST-4

Equipage : 5 officiers et 28 hommes

Equateur (Armada Ecuatoriana)

Un 209 équatorien à la mer

En 1995, l'Equateur et le Perou se sont disputés un morceau de territoire au cours d'un bref mais violent, le dernier d'une longue série (1858-1860, 1941-1942, 1981 et donc 1995). Aussi la petite armée équatorienne tente avec moins de moyens quand même de suivre son voisin péruvien. Aussi quand le Perou commanda en 1970 des type 209, Quito imita Lima en 1974 en commandant deux type 209/1300 formant la classe Shyri.

-Le Shyri (ex S-11) (S101) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 5 août 1974 lancé le 6 octobre 1976 et admis au service actif le 5 novembre 1977.

-Le Huancavilca (ex S-12) (S102) est mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 20 janvier 1975 lancé le 15 mars 1977 et admis au service actif le 16 mars 1978.

Le Shyri à été gravement endommagé par un incendie le 2 février 2003 alors qu'il était en entretien (tiers avant) mais il à été réparé puis remis en service le 21 juillet 2005. Le Shyri et le Huancavilca vont être modernisés entre 2008 et 2012 au Chili par ASMAR associé pour le système de combat à DCNS.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1285 tonnes en surface 1600 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 59.50m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 21 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 7800 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 250m

Electronique : un radar Calypso, un sonar CSU-3, un télémètre DUUX-2, un détecteur DR 2000, direction de lancement HSA Sinbads

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SUT

Equipage : 5 officiers et 28 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 19:20

Indonésie (Tentara Nasional Indonesia Angkatan Laut ou TNI-AL)

Le Nanggala de la marine indonésienne

Le 27 décembre 1949, les Pays Bas reconnurent enfin l'indépendance des Indes Néerlandaises qui devinrent les Etats Unis d'Indonésie mais pour un court moment puisque le 17 août 1950, l'Indonésie redevint un Etat unitaire. Le pays se rapprocha bien vite de l'URSS qui en fit un pion majeur dans son obssession héritée de la période tsariste : l'accès aux mers chaudes.

Le 30 septembre 1965, un coup d'état mené notament par le major général Suharto renversa Sokarno et rompit avec l'URSS et se rapprocha du camp occidental. Jadis équipé de navires soviétiques, la TNI-AL se réequipa bien vite de navires de type occidental et s'intéressa ainsi aux sous marins de l'ouest après avoir utilisé 12 sous marins type Whiskey 613.

C'est ainsi que le 2 avril 1977, l'Indonésie commanda deux type 209/1300 formant la classe Cakra et qui auraient du êtres suivis de deux autres mais la marine indonésienne préféra racheter 5 sous marins type 206 d'occasion à l'Allemagne en septembre 1997 mais le contrat à été annulé un an plus tard, en septembre 1998 pour des problèmes économiques et politiques.


-Le Cakra (S 401) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 25 novembre 1977 lancé le 11 septembre 1980 et admis au service actif le 19 mars 1981

-Le Nanggala (S402) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 14 mars 1978 lancé le 11 septembre 1980 et admis au service actif le 6 juillet 1981.

Ces deux sous marins ont été modernisés entre 1986 et 1989 puis entre 1993 et 1999 et de nouveau pour le Cakra entre 2004 et le 3 avril 2006 par Daewoo en Corée du sud, l'Allemagne ayant proposé en août 2007 de modernisé le Nangala. l'Indonésie à commandé le 6 septembre 2007 deux sous marins type Kilo en attendant 4 à 8 autres submersibles (dont au moins 2 Kilo et 2 Amur 950) et ces derniers devraient remplacer les Cakra.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1285 tonnes en surface 1390 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 59.50m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 21 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 7800 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 250m

Electronique : un radar de navigation Calypso, un sonar CSU 3-2 actif/passif, un télémètre acoustique PRS 3-4, un LOPAS, un détecteur DR2000U, direction de lancement de torpilles HSA Simbads

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SUT

Equipage : 6 officiers et 28 hommes

Chili (Armada de Chile)

Le Thompson de la marine chilienne

La marine chilienne est la plus importante marine du sous-continent américain. Certes en terme de tonnage, elle n'est que la quatrième (derrière le Brésil, l'Argentine et le Pérou) mais elle est inconstestablement la mieux entrainé et surtout contrairement à certains (suivez mon regard), les navires chiliens sont régulièrement à la mer.

Les premiers sous marins utilisés par la Armada de Chile furent de conception et de construction américaine à savoir six submersibles type H livrés en 1918. Ces sous marins étaient destinés à la Grande Bretagne mais ne furent livrés qu'en 1917 mais Londres les céda au Chili en compensation de la réquisition de navires en construction pour le Chili en 1914.

Ces sous marins furent remplacés trois sous marins de classe O'Brien dérivés des Odin britanniques en 1927 et 1928 et servirent jusqu'à la fin des années cinquante avant d'être remplacés en 1961 et 1962 par deux Balao baptisés.......Thompson et Simpson qui furent à leur tour remplacés par deux Oberon de construction britanniques baptisés O'Brien et Hyatt.

A la fin des années soixante dix au moment où l'Argentine renforçait sa marine, le Chili décida de faire de même. Elle décida de commander deux nouveaux sous marins et faisant une infidélité à la Grande Bretagne se tourna comme l'Argentine, le Perou, la Colombie, le Venezuela et l'Equateur avant lui en direction de l'Allemagne et commanda officiellement en décembre 1980, deux type 209/1400 formant la classe Thompson.

-Le Thompson (20) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er novembre 1980 lancé le 28 octobre 1982 et admis au service actif le 31 août 1984

-Le Simpson (21) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 15 février 1981 lancé le 29 juillet 1983 et admis au service actif le 18 septembre 1984.

Ces sous marins qui ont été construits avec certains éléments prévus pour des sous marins iraniens (avant la révolution islamique, l'Iran envisagea la commande de six type 209 et avait d'ailleurs prévu de récupérer des Tang américains pour acquérir une culture sous marine) dans un contexte politique houleux (l'Allemagne supportant mal que ses chantiers construisent des sous marins pour une dictature) ont été modernisés en 1991/1992 et ont ou vont été modernisés, le Thompson ayant été en travaux en 2006/2008 et le Simpson doit l'être entre 2008 et 2010.

Pour remplacer ces submersibles, le Chili envisage la commande de deux autres Scorpène en plus du O'Higgins et du Carrera en service depuis respectivement septembre 2005 et juillet 2006. La décision pourrait être prise au plus tôt en 2010 mais sûrement dans quelques années.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : 1260 tonnes en surface 1390 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 59.50m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice.

Vitesse maximale : 22 noeuds en plongée 11 noeuds en surface
Distance franchissable : 8200 miles nautiques à 8 noeuds en surface 400 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 250m

Electronique : un radar de navigation Calypso II, un sonar Krupp-Atlas CSU-3, un PRS-3/15, un détecteur DR2000, système de direction de combat HSA Sinbad

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm et 14 torpilles SUT remplacés après modernisation par des Black Shark. Ils auront également la capacité de tirer des missiles antinavires à changement de milieu SM39

Equipage : 5 officiers et 27 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 19:27

Inde (Bhartiya Nau Sena)

Le sous marin indien Shishumar

Bien que l'Inde soit indépendante depuis 1947 et que sa marine ait rapidement envisagé un important plan de dévellopement avec notament l'acquisition de deux porte-avions légers.

L'acquisition de sous marins aurait du être dans la logique des choses mais c'est un facteur culturel à savoir la non-violence qui bloqua pendant plusieurs années l'acquisition/construction de submersibles.

Tout changea en 1962 après le conflit frontalier contre la Chine. L'Inde en apprenant la présence de sous marins chinois dans le Golfe du Bengale compris qu'elle ne pouvait plus négliger le dévellopement d'une force sous marine.

Ayant échoué à acquérir des sous marins neufs auprès de la Grande Bretagne (qui ne proposait que de vieux classe T) ou des Etats Unis (qui avait cédé un Tench au Pakistan), elle se tourna vers l'Union Soviétique et commanda quatre Foxtrot (projet 641) le 1er septembre 1965 et furent suivis de quatre autres sous marins mis en service au début des années soixante-dix. Ces sous marins ont servit pour la plupart jusqu'aux années quatre-vingt même si deux sont encore en service.

Dès 1967, l'Inde qui appliquait avec soin une politique de non-alignement chercha à diversifier ses sources d'approvisionement et se tourna vers l'Occident pour obtenir de nouveaux sous marins. Les indiens s'adressèrent à la Suède, aux Pays Bas, à la Grande Bretagne, à la France et bien entendu à l'Allemagne.

Il faut cependant attendre mai 1977 pour qu'une délégation visite différents chantiers. En février 1979, il ne restait plus que Howaldtswerke et Kockums qui concoururent pour la construction de 4 sous marins : deux construits en Allemagne et les deux derniers assemblés en Inde.

En juin 1980, le Comité des Affaires politiques approuva le projet d'HDW mais le contrat ne fût signé que le 11 décembre 1981. 4 sous marins type 209/1500 qui formèrent la classe Shishumar.

-Le Shishumar (S-44) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er mai 1982, lancé le 13 décembre 1984 et admis au service actif le 22 septembre 1986.

-Le Shankush (S-45) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 1er septembre 1982 lancé le 11 mai 1985 et admis au service actif le 20 novembre 1986

-Le Shalki (S-46) à été construit à Kiel mais assemblé aux chantiers Mazagon Docks de Munbai (anc. Bombay) le 5 juin 1984 lancé le 30 septembre 1989 et admis au service actif le 7 février 1992.

-Le Shankul (S-47) à été construit à Kiel mais assemblé aux chantiers Mazagon Docks de Munbai (anc. Bombay) le 3 septembre 1989 lancé le 21 mars 1992 et admis au service actif le 28 mai 1994.

Deux autres navires auraient du être construits mais l'Inde à préféré commander le 6 octobre 2005 6 Scorpène qui vont être construits à Mazagon Docks à Mumbai. Les deux premiers doivent être désarmés en 2014 quand les deux premiers Scorpène seront en service enfin si les chantiers indiens règlent un problème récurrent : les retards de construction (exemple, près de huit ans entre la mise sur cale et l'admission au service du Shalki contre seulement cinq ans pour le Shishumar).

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Déplacement : en surface 1660 tonnes en plongée 1850 tonnes

Dimensions : longueur 64.40m largeur 6.50m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY60 de 450 kW, un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) et entrainant une hélice. Un système de propulsion anaérobie doit être installé sur le S46 et le S47

Vitesse maximale : 22.5 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 13000 à 10 noeuds en surface, 8200 miles nautiques à 8 noeuds au schnorchel 524 miles nautiques à 4 noeuds en plongée

Plongée : 260m

Electronique : un radar Calypso, un sonar CSU-83, un télémètre DUUX-5 un détecteur Phoenix AR700 (Argo) leurres acoustiques C303, direction de lancement de torpilles Singer-Librascope SFCS Mk 1. Les Shalki et Shankul vont recevoir un système de direction de torpilles ISUS 90, un détecteur d'alerte radar Sea Sentry et un système de transmission par satellite. Ils pourraient également recevoir un sonar Eledone TSM 2272

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm avec 14 torpilles SUT

Equipage : 8 officiers et 32 hommes

Brésil (Marinha do Brasil)

Le Tonelero de classe Oberon et le Tamoio type 209

La marine brésilienne peut se targuer d'être une pionnière des sous marins en Amérique du Sud puisqu'elle mit en service en 1914 trois sous marins type F de 350 tonnes de construction italienne qui restèrent en service jusqu'en 1933, traçant une voie que le Brésil n'à pas quitté depuis.

Ces pionniers furent remplacés par quatre sous marins encore de construction italienne, le Humaita de classe Ballila et les Tupy, Tymbira et Tamoio de classe Perla, trois unités ne furent jamais livrés en raison de la Seconde Guerre Mondiale alors que l'Humaita resta en service jusqu'en 1950 et que les Tupy restèrent en service jusqu'en 1957.

Ce sont les américains qui reprirent le flambeau pour équiper la Força de Submarinos avec quatre Guppy baptisés Humaita, Rio do Grande do Sul, Riachuello et Bahia mais furent bientôt remplacés par des Guppy II baptisés Guanabara, Rio do Grande do Sul, Bahia, Rio de Janeiro, Ceara et les Guppy III Golas et Amazonas soit un total de 7 submersibles.

Les Guppy furent remplacés dans les années soixante-dix par des sous marins modernes en l'occurence trois Oberon mis en service en 1973 (Humaita) 1977 (Tonelero) et 1978 (Riachuello) qui furent utilisés par la marine auriverde jusqu'en 1996 pour les deux premiers et 1997 pour le dernier.

C'est avec ces sous marins que les sous-mariniers brésiliens entrèrent dans l'air moderne, n'étant plus que de simples sparring-partners pour la force de surface mais une arme comme les autres.
IKL avait équipé l'Argentine, le Pérou, la Colombie, le Vénézuela, l'Equateur et le Chili.

Le Brésil dôté de la première marine du sous-continent pouvait difficilement rester à l'écart et commanda donc 5 sous marins type 209/1400 dont le seul le premier fût construit en Allemagne, les autres étant assemblés au Brésil. Un sixième sous marin baptisé Tapuia devait être construit mais ce projet à été abandonné.

L'avenir de la sous-marinade brésilienne s'annonce radieux puisqu'elle vient de commander 4 sous marins d'attaque franco-espagnols Scorpène qui seront assemblés à l'Arsenal de Rio de Janeiro, la France devant fournir une assistance technique et technologique pour construire un SNA, projet qui à plus de 20 ans (1988)

-Le Tupi (S-30) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 8 mars 1985 lancé le 28 avril 1987 et admis au service actif le 6 mai 1989

-Le Tamboio (S-31) à été assemblé à l'Arsenal de Rio de Janeiro avec une mise sur cale le 15 juillet 1986 lancé le 18 novembre 1993 et admis au service actif le 12 décembre 1994

-Le Timbira (S-32) à été assemblé à l'Arsenal de Rio de Janeiro avec une mise sur cale le 15 septembre 1987 lancé le 5 janvier 1996 et admis au service actif le 16 décembre 1996.

-Le Tapajo (S-33) à été assemblé à l'Arsenal de Rio de Janeiro avec une mise sur cale le 6 mars 1996 lancé le 11 juin 1998 et admis au service actif le 16 novembre 1999

-Le Tikuna (S-34) à été assemblé à l'Arsenal de Rio de Janeiro avec une mise sur cale le 12 juin 1996 lancé le 9 mars 2005 et admis au service actif le 16 décembre 2005.

Ces sous marins ont été (le Tamoro en 2005 et le Timbira en 2006) ou vont être modernisés

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le Tupi

Déplacement : 1450 tonnes en surface 1590 tonnes en plongée

Dimensions : longueur 61.20m largeur 6.20m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 TY60 de 450 kW (600 ch), un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) 4 groupes AEG de 420ch. Une hélice.

Vitesse maximale : 21.5 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 8200 miles nautiques à 8 noeuds (schnorchel) 25 miles nautiques à 20 noeuds, 50 à 16 noeuds, 230 miles nautiques à 8 noeuds et 400 à 4 noeuds (plongée)

Plongée : 250m (sauf le S34 300m)

Electronique : un radar Calypso III, un sonar Krupp Atlas DSQS-21, un sonar Eledone, un PRS 3-15, un détecteur Thales DR 4000, un système de navigation Sperry Mk29, direction de lancement de torpilles Ferranti KAFS A 10

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm avec 16 torpilles Tigerfish Mk24 puis Mk48 mod6

Equipage : 8 officiers et 32 hommes

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9359
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   Ven 09 Oct 2009, 20:33

Corée du Sud (Daehanminguk Haegun)

Le Chang Bogo à la mer

La marine de la république sud-coréenne fût officiellement créée le 15 août 1948 mais pendant longtemps, elle fût à l'image du pays, une marine pauvre utilisant généralement des navires de seconde main, essentiellement voir exclusivement américains.

Le dévellopement économique phénoménal du pays basés sur les chaebols (conglomerats) comme Samsung ou Hyundai ne pouvait ne pas avoir de conséquences sur la marine qui devait maintenant protéger les lignes de communications à destination du Moyen Orient où Séoul va chercher une grande partie de son pétrole comme le Japon

1er pays en matière de construction navale civile notament illustré par le rachat de la branche navale de Aker Yards par STX en 2008, la Corée ne pouvait rester en dehors de la construction navale militaire et tout en ayant une certaine activité à l'export (notament vers l'Indonésie et la Malaisie), se mit à dévelloper des navires toujours plus sophistiqués.

Souhaitant se dôter d'une «Blue water navy» la Corée du sud ne pouvait pas négliger la constitution d'une importante force sous marine et faisant confiance au «made in germany», elle se tourna vers IKL pour le programme KSS-1.

Trois submersibles type 209/1200 furent commandés en 1987, trois autres en novembre 1989 et les trois derniers en décembre 1992 mais seul le premier à été construit en Allemagne, les huit autres étant construits en Corée du Sud.

-Le Chang Bogo (S-61) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel en 1988 lancé le 18 juin 1992 et admis au service actif le 2 juin1993

-Le Yi Chon (62) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1990 lancé le 14 octobre 1992 et admis au service actif le 30 avril 1994

-Le Choi Muson (63) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1991 lancé le 25 août 1993 et admis au service actif le 27 février 1994

-Le Park Wi (65, le chiffre 4 porte malheur en Corée) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1992 lancé le 20 mai 1994 et admis au service actif le 3 février 1996

-Le Lee Jongmu (66) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1993 lancé le 17 avril 1995 et admis au service actif le 29 août 1996

-Le Jung Woon (67) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1994 lancé le 7 mai 1996 et admis au service actif le 29 août 1997

-Le Lee Sunsin (68) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1995 lancé le 21 mai 1998 et admis au service actif le 15 juin 1999

-Le Na Daeyong (69) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1996 lancé le 15 juin 1999 et admis au service actif en novembre 2000

-Le Lee Eokgi (71) à été mis sur cale aux chantiers Daewo de Okpo en 1997 lancé le 26 mai 2000 et admis au service actif le 30 novembre 2001.

Ces neuf sous marins constituent l'épine dorsale de la force sous marine sud-coréenne en attendant la mise en service de 9 sous marins type 214 (deux en service et un troisième en essais).

Les trois derniers Chang Bogo peuvent mettre en oeuvre le missile antinavire Sub Harpoon et doivent être remplacé à partir de 2016 par une classe de 9 sous marins océaniques de 3000 tonnes (programme KSS III).

Un de ses sous marins à par ailleurs été proposé par la Corée à l'Indonésie en l'échange de 19 avions de transport CN235 mais la commande récente de Kilo russes semble avoir rendu ce troc bien improbable à moins qu'il ne serve de réserve de pièces détachées aux deux «209» utilisés la marine indonésienne.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le Jung Woon à Pearl Harbor avec un Burke en arrière plan

Déplacement : en surface 1185 tonnes en plongée 1290 tonnes

Dimensions : longueur 56.10m largeur 6.25m tirant d'eau 5.50m

Propulsion : 4 diesels MTU 12V 493 AZ80 de 450 kW (600 ch), un moteur électrique de propulsion Siemens, le tout dévellopant 3700 kW (5000 ch) entrainant une hélice. Ils doivent recevoir un système de propulsion Anaerobie.

Vitesse maximale : 21.5 noeuds en plongée 11 noeuds en surface

Distance franchissable : 8000 miles nautiques à 8 noeuds en surface 230 miles nautiques à 8 noeuds en plongée

Plongée : 320m

Electronique : un radar de navigation, un sonar CSU-83, un PRS-3/15, un détecteur Argo, un lance-leurres torpilles TACM, système de direction de combat ISUS 83. Ils doivent recevoir une antenne ETBF et un détecteur Shrike

Armement : 8 tubes lance-torpilles de 533mm avec 14 torpilles SUT mod 2

Equipage : 6 officiers et 27 hommes

Afrique du Sud (South African Navy)

Le Mathatisi à la mer

La culture sous marine de la marine sud-africaine est particulierement récente. Ce n'est qu'au début des années soixante-dix que la SAN mit en service ses premiers submersibles. Pour se faire, elle se tourna vers la France à qui elle commanda trois sous marins de type Daphné et baptisés Maria van Riebeeck (admis au service actif le 22 juin 1970) Emily Hobhouse (ASA : 25 janvier 1971) et Johanna Van der Merwe (ASA 21 juillet 1971).

Ces trois submersibles auraient du être suivis par deux sous marins de type Agosta mieux adaptés aux opérations océaniques mais le 4 novembre 1977, la résolution 418 du Conseil de Sécurité de l'ONU imposa à l'Afrique du Sud un embargo sur les armes.

Les deux submersibles baptisés Astrant et Adventurous et construits par Dubigeon Normandie à Nantes furent finalement vendus au Pakistan en novembre 1978 et baptisés Hashmat et Hurmat, ils sont toujours en service actuellement mais devraient être remplacés par les trois type 214 récément commandés.

Entre parenthèses, c'est curieux qu'un pays qui à construit un Agosta 90B et assemblé un autre et qui avait annoncé sa volonté de construire des sous marins «autochtones» pour sa marine et l'exportation décide de commander de nouveaux submersibles.

Les trois Daphné furent également victimes des soubressauts politiques. En 1999, cinq ans après la fin de l'apartheid, deux d'entre eux furent rebaptisés (le Maria van Riebeeck avait été rebaptisé avant son désarmement en 1996).

C'est ainsi que le Emily Hobhouse devint le Umkhonto et le Johanna Van Der Merwe devint l'Assegaai avant d'être désarmés en novembre 2003. seu l'Assegaai à été préservé comme musée à Simon's Town.

Ce n'est qu'en 1997 que la marine sud-africaine commença à envisager le remplacement de ses trois vénérables submersibles (la conception des Daphné remontait aux années cinquantes). Cet appel du pied ne passa pas inapperçu et cinq pays firent une offre : la Grande Bretagne proposèrent les Upholder, la France proposa la cession de deux Agosta d'occasion en attendant les Scorpène, l'Italie une version modernisée de ses Sauro, la Suède avec le type A192 dérivés des Götland et l'Allemagne avec son type 209/1400.

Le contrat entre German Submarine Consortium (GSC) et le gouvernement sud-africain fût signé le 3 décembre 1999 et les trois sous marins officiellement commandés le 12 juillet 2000. Une option pour un quatrième submersible à été rapidement abandonné ce qui n'est pas un problème d'autant que la SAN peine déjà à armer ses trois sous marins.

-Le Manthatisi (S101) à été mis sur cale aux chantiers Howaldtswerke de Kiel le 22 mai 2001 lancé le 15 juin 2004 et admis au service actif le 3 novembre 2005

-Le Charlotte Maxeke (S102) à été mis sur cale aux chantiers Thyssen NSW de Emden le 12 novembre 2003 lancé le 4 mai 2005 et admis au service actif le 14 mars 2007

-Le Queen Modjadji (S103) à été mis sur cale aux chantiers Thyssen NSW de Emden le 11 novembre 2004 lancé en octobre 2006 et admis au service actif le 30 janvier 2008.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le Charlotte Makese

Déplacement : surface 1454 tonnes plongée 1594 tonnes

Dimensions : longueur 62m largeur 7.60m tirant d'eau 5.80m

Propulsion : système diesel-électrique avec 4 diesels MTU 12 V 396 SE 84 et un moteur électrique de propulsion Siemens le tout dévellopant 5300ch et entrainant une hélice. Un système de propulsif anaérobie à mi-vie.

Vitesse maximale : 10 noeuds en surface 22 noeuds en plongée

Distance franchissable : 10000 miles nautiques à 8 noeuds en surface 600 miles nautiques à 4 noeuds en plongée
Plongée : 280m

Electronique : un radar de navigation Terma Scanter, un sonar Atlas Eletronik CSU-90, un détecteur Shrike UME-100 (Grintek), un lance-leurres anti-torpilles CIRCE, système de direction de combat ISUS 90-40, mat optronique OMS-100 et périscope d'attaque SERO-400, deux systèmes de transmission par satellite Immarsat C

Armement : 8 tubes lance-torpilles et 14 torpilles SUT 264. les Manthatisi peuvent lancer des missiles Sub Harpoon mais la marine sud-africaine n'est pas équipé de cet armement

Equipage : 7 officiers et 23 hommes (plus 5 passagers)

Sources

Un sous marin type 209 en construction. On distingue très bien les huit tubes lance-torpilles de 533mm

-Flottes de combat 2004 et 2008

-Et l'Océan fût leur tombe

-Encyclopédie des armes Tome 8 «les sous marins conventionnels» p1881-1900

-Encyclopédie des armes Tome 6 «les sous marins de l'Axe» p1221-1240

-Marines et forces navales HS n°8 p22-38 «Allemagne : tradition et exportation»

-Marines et forces navales HS n°13 «Les U-Boot»

-Marines et forces navales HS n°14 «Spécial sous marins diesels» p12-21 «Inde la tentation russe»
et p76-81 «Brésil vers l'indépendance»

-Marines et forces navales n°97 p37-51 «la marine chilienne d'hier à aujourd'hui» et n°98 p40-57 «la marine chilienne d'hier à aujourd'hui _la suite_»

-Marines et forces navales n°100 p4-15 «A bord du S-101»

-Marines et forces navales n°114 p62-65 «Le Queen Modajdji en route vers l'Afrique du sud»


L'Antofagasta de la marine péruvienne

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : NAKAJIMA B5N «KATE»


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209   

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 206
» SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 209
» SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 212
» SOUS MARINS D'ATTAQUE CLASSE KILO
» SOUS MARINS D'ATTAQUE TYPE 214

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Allemagne-
Sauter vers: