AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FAIREY SWORDFISH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 14:54

FAIREY SWORDFISH
(GRANDE BRETAGNE)


Un Fairey Swordfish au dessus du porte-avions Ark Royal


Avant propos

La torpille apparaît en temps qu'arme au 19ème siècle mais qu'il s'agisse de la guerre de sécession ou de la guerre russo-turque en 1877-1878, ces armes étaient assez proches de ce qui allait donner naissance aux mines. L'utilisation de la torpille était dangeureuse pour ne pas dire suicidaire, les armes étant portés au bout d'une hampe ce qui entrainait souvent la destruction de la cible comme le 26 octobre 1864 quand une chaloupe nordiste coula en coulant le cuirassé sudiste CSS Albermarle à l'aide d'une torpille portée.

Au milieu du 19ème siècle, un officier autrichien, le capitaine de frégate Giovanni Luppis reprennant l'idée d'un compatriote imagine un canot explosif propulsé par ressort et dirigé par des cables dont il fait une première démonstration devant l'empereur François Joseph en 1860.

En 1864, il fait la connaissance de l'ingénieur anglais Robert Whitehead qui va perfectionner son invention. Il abandonne l'idée de la navigation en surface pour une navigation sous marin afin de frapper les navires de guerre là où ils sont le plus vulnérables à savoir sous la flottaison. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre qu'un trou sous la flottaison entraine le naufrage du navire.

Le premier essais à lieu le 21 décembre 1866 et la commission navale impressionée commande des torpilles dès 1867 suivie de l'Angleterre qui obtient la licence de fabrication en 1872.

La torpille Whitehead était difficile à contrôler et le taux de réussite limité jusqu'à son perfectionnement par l'amiral américain Howell qui en 1891 remplace le moteur à air comprimé âr un mécanisme à ressort : l'énergie est accumulée avant le lancement et est relachée au moment du lancement. Outre la discretion accrue au niveau visuel et sonore, la trajectoire était strictement rectiligne, garantie d'une précision accrue. Lors de tests menées par l'US Navy, la torpille Howell obtint 95% de réussite contre 37% pour la Whitehead.

Outre le dévellopement du torpilleur, les marines du monde entier envisagèrent rapidement de l'utiliser depuis des avions et des hydravions malgré la fragilité de la torpille.

Les anglais sont là aussi les pionniers et après avoir utiliser des hydravions en Méditerranée en 1915 (en août 1915, le commander Edmonds coule à la torpille le transport de munitions turc Injeh Bournou de 5000 tonnes), ils mettent au point le premier avion torpilleur, le Sopwith Cuckoo, un biplan triplace qui faillit être engagé contre la flotte de haute mer allemand mais l'armistice empêcha les anglais de réaliser une attaque semblable à celle qu'ils réaliseront 22 ans plus tard contre la flotte italienne à Tarente au cours de laquelle son descendant le Fairey Swordfish allait renverser à lui tout seul l'équilibre des forces en Méditteranée.


Le Sopwith Cuckoo fût le premier avion torpilleur embarqué de la marine britannique. Il largue ici une torpille


Genèse du Swordfish

A l'origine du légendaire Stringbag (sac à provision à cause de sa capacité à emporter une foultitude d'armes) se trouve le Fairey PV, un appareil concçu à la demande de la marine grecque qui effectua son premier vol le 21 mars 1933


Le premier prototype du Fairey TSR, le futur Swordfish


Au moment le ministère de l'air lança un appel d'offres connu sous le nom de S.9/30 pour un avion triplace de reconnaissance destinés au réglage du tir des cuirassés et des croiseurs mais avec un moteur radial au lieu du moteur en ligne, le Fairey TSR 1 (Torpedo Spotter Reconnaissance 1) troquant son moteur Rolls Royce Kestrel pour un Bristol Pegasus IIM radial.
Le sigle TSR s'explique par l'évolution de l'appel d'offres des autorités britanniques qui demandèrent également un avion torpilleur biplace embarqué. Le Fairey TSR 1 effectua ainsi son premier vol en juillet 1933 mais il s'écrasa au sol en septembre 1933.

Les demandes de l'Amirauté ayant évolué, le programme fût rebaptisé S.15/33 auquel répondit le Blackburn Shark (qui fût commandé mais dépassé dès 1937 fût remplacé en totalité par le Fairey Sworfish) et le Gloster TSR 38 qui ne dépassa pas le stade du prototype.
Le TSR II effectua son premier vol le 17 avril 1934 et un an plus tard, le 23 avril 1935, le TSR II fût accepté par l'Air Ministry qui donna l'autorisation de le produire en série.


Le deuxième prototype du TSR qui ressemble déjà plus au futur Stringbag

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 15:11

Carrière opérationelle

Fleet Air Arm

Généralités


Une formation de quatre Fairey Swordfish en vol

Baptisé Swordfish (espadon), le nouvel appareil commença à être livré à la Fleet Air Arm en février 1936, le premier squadron à être déclaré opérationnel étant le squadron 825 en juillet 1936, unité embarqué sur le porte-avions Glorious et à la déclaration de guerre, treize unités étaient équipés de ce biplan à l'allure archaïque mais qui allait se montrer particulièrement efficace durant le conflit à venir. Trois unités étant équipés de la version hydravion du Swordfish.


Une version hydravion du Swordfish embarquée sur le cuirassé Malaya

A partir de 1942, le Fairey Swordfish abandonna sa mission d'avion-torpilleur à son descendant direct, le Fairey Albacore, un biplan à l'allure un peu plus moderne et qui ironie de l'histoire fût retiré du service avant celui qu'il était censer remplacer, le Fairey Albacore étant alors remplacé par deux monoplans, le Fairey Barracuda (sans doute l'avion le plus laid jamais conçu) et le Grumman Avenger.


Le vieux Stringbag se montra coriace et ni le Fairey Albacore ni le Fairey Barracuda ne parvinrent à le remplacer complètement


Loin de prendre une retraite bien méritée après des faits d'armes remarquables (Tarente, Matapan, Bismarck), le Fairey Sworfish fût alors utilisé pour les missions ASM depuis les porte-avions d'escorte pour protéger des convois au combien précieux des obus et des torpilles des U-Boot allemands.


Un Fairey Swordfish équipé d'un radar ASV

Pour cela, le Swordfish MkII fût équipé d'ailes plus solides et d'un radar type ASV, son armement principal étant la roquette. Le MkII reçut également un moteur plus puissant et fût privé des installations nécessaires à la mise en place de flotteur. Le Radar ASV avait une portée de 40km contre les navires et les sous marins. Il pouvait également repéré les schnorchels à 8km mais dans une mer très calme. Quand au Swordfish MkIV c'était généralement des MkII et des MkIII équipés d'un cockpit fermé, utile pour les longues missions de patrouilles menées par ces biplans, généralement entre 20 et 70 miles autour du convoi.

A cette époque, les «Stringbag» opéraient depuis 14 porte-avions d'escorte et 18 MAC (Merchant Aicraft Carrier), ces derniers étant des pétroliers ou des transports de grains sur lequel on posa un simple pont d'envol d'où décollaient les avions qui souffraient des conditions météo, ne pouvant être abrités dans le hangar. La taille réduite du pont d'envol nécessitant souvent l'utilisation de fusées JATO.

Le dernier Swordfish fût livré à la FAA en août 1944 et le légendaire «Stringbag» fût retiré du service le 21 mai 1945 quand le squadron 836
la dernière unité à être équipée_ fût dissoute. Il continua cependant à servir en seconde ligne jusqu'en 1946.


La mise en place d'un habitacle fermé sur le Swordfish Mk IV rendit bien plus confortable les longues patrouilles au dessus de l'Atlantique et de l'Océan Glacial Arctique

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 15:23

Premiers faits d'armes

Les premières opérations de l'avion torpilleur anglais le plus célèbre de l'histoire eurent lieu en 1939 avec la couverture de convois en particulier ceux transportant le corps expéditionnaire britannique (British Expeditionnary Force ou BEF) en France.

Sa première véritable action de combat eut lieu en avril 1940 lors de l'invasion de la Norvège par les allemands. Le 11 avril, un Sworfish embarqué sur le vénérable Furious attaqua à la torpille deux destroyers amarrés dans le port de Trondheim mais l'attaque fût inefficace.

Deux jours plus tard, le 13 avril, le cuirassé Warspite catapulta un Swordfish en direction de l'Ofotfjord, le fjord conduisant à Narvik et détecta sept destroyers allemands. Le biplan dirigea le tir des pièces de 15 pouces du cuirassé qui anéantirent les forces allemandes, tous les destroyers étant soit coulés soit si endommagés qu'ils étaient hors de combat pour un petit moment.

Le Swordfish détecta ensuite un sous marin et le coula à la suite d'une attaque en piqué. Le U-64 étant le premier sous marin allemand à être coulé par la FAA

Durant les deux semaines suivantes, le Swordfish mena de nombreuses sorties dans les eaux norvégiennes, effectuant des missions d'attaque, de reconniassance et des patrouilles ASM, le tout dans des conditions difficiles surtout pour les équipages en raison d'un cockpit ouvert.


L'attaque contre le Dunkerque le 6 juillet 1940

La France vaincue, les Sworfish furent massivement engagés en Méditerranée contre l'Italie mais aussi contre la France. Le 6 juillet 1940, les anglais ayant appris par une indiscrétion de la marine française que le Dunkerque n'était que légèrement endommagé (4 obus de 380mm quand même) lancèrent douze Sworfish depuis le porte-avions Ark Royal. Le croiseur de bataille encaissa une torpille mais surtout fût sévèrement endommagé par l'explosion du patrouilleur Terre-Neuve à couple pour décharger les munitions du croiseur.


Le Dunkerque fût moins endommagé par les torpilles des Swordfish (ci-dessus) que par l'explosion du patrouilleur Terre-Neuve qui débarquait les munitions du croiseur après la première attaque du 3 juillet


Le 8 juillet 1940, des Swordfish de l'Hermes attaquèrent le cuirassé Richelieu ancré à Dakar. Une torpille toucha un arbre d'hélice, immobilisant le navire.


L'attaque du 8 juillet contre le Richelieu (ci-dessus) et ci-dessous le dessin des dégâts sur l'arbre d'hélice


Le 22 août 1940, trois Swordfish attaquèrent le port de Bomba en Lybie détruisant deux sous marins, un ravitailleur de sous marins et un destroyer soit quatre navires détruits avec trois torpilles (le destroyer ne fût pas touché par une torpille mais fût victime de l'explosion du ravitailleur de sous marins). La réussite de cette attaque n'était pas étrangère à la décision prise d'attaquer le principal port de la flotte italienne : Tarente


L'opération Menace s'est bien mal terminée pour ce Swordfish

Les Swordfish participèrent également à une autre attaque contre la marine française : l'attaque du port de Dakar ou opération Menace (23-25 septembre 1940), les anglais ayant une peur bleue de voir le Richelieu attaquer les convois à destination de Freetown ou du Moyen Orient. Une opération fratricide puisque des navires des FNFL y participèrent également (avisos Commandant Dominé et Commandant Duboc, aviso colonial Savorgnan de Brazza, patrouilleur Président Houduce et 4 cargos). Les Fairey Swordfish embarqués sur l'Ark Royal larguèrent des tracts mais se heurtèrent à une chasse française déterminée.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 15:36

Tarente Opération Judgment (11 novembre 1940)

Supermarina (l'Etat major de la marine italienne) croyait la flotte à l'abri dans l'immense base de Tarente. Comme les américains à Pearl Harbor, l'avion allait se charger de les détromper

En 1935 au moment où la guerre entre l'Italie et l'Abyssinie faillit dégénérer en conflit entre l'Italie et la Grande Bretagne. A cette occasion, l'amiral Lumley Lester planifia une attaque nocturne de la base navale italienne de Tarente à l'aide d'avions torpilleurs.

Le plan fût repris par le chef de la Meditteranean Fleet, l'amiral Andrew Cuningham pour porter un coup décisif à la Regia Marina et l'empêcher de s'attaquer aux convois ravitaillant Malte, l'Egypte et la Grèce.

Le 6 novembre 1940, les cuirassés Malaya, Ramillies, Valiant et Warspite, le porte-avions Illustrious, les croiseurs Gloucester et York et 13 destroyers apparaillèrent d'Alexandrie pour Malte afin de retrouver le porte-avions Eagle.

Le 8 novembre, les italiens alarmés par ces manoeuvres dans la Méditerranée envoyèrent des destroyers et des sous marins patrouiller dans le canal de Sicile et rassemblèrent une grande partie de leur flotte à Tarente.


Le bourreau de la Regia Marina : le HMS Illustrious qui comme l'Enterprise américain passa à travers tous les coups durs de la guerre

Les navires britanniques atteignirent Malte dans la journée du 10 novembre mais lors de l'appareillage le lendemain, l'Illustrious était le seul porte-avions, l'Eagle étant immobilisé par une avarie de moteurs. La dernière reconnaissance menée dans la soirée du 11 novembre permis aux britanniques de constater que «tous les oiseaux étaient dans le nid» qu'il s'agisse des cuirassés Andrea Doria Caio Duilio, Conte di Cavour, Giulio Cesare, Littorio et Vittorio Veneto; des croiseurs lourds Bolzano, Fiume, Gorizia, Pola, Trento, Trieste et Zara; les croiseurs légers Luigi Savoia et Giuseppe Garibaldi et Duca degli Abruzzi ainsi que plusieurs destroyers.

A 20h30, ce 11 novembre, les douze avions de la première vague décollèrent de l'Illustrious. Ils arrivèrent sur l'objectif quelques minutes avant 23h00 après 130 miles de vol et furent accueillis par un puissant tir de barrage.


Tarente où comment une poignée d'avions démodés changea le cours de la guerre

A 23h02, la première fusée éclairante fût lancée à 1370m et les avions torpilleurs descendirent au ras de flot pour échapper aux ballons statiques. Un premier avion qui faillit être abattu largua sa torpille sur le Conte di Cavour, lui déchira le flanc gauche. Deux autres torpilles lancées contre l'Andrea Doria ne touchèrent pas le cuirassé mais quatre autres avions endommagèrent les destroyers Libeccio et Pessagno ainsi que les dépôts de carburant. A 23h15, deux avions torpilleurs attaquèrent en même temps le Littorio, le touchant à bâbord et à tribord pendant que le dernier Swordfish échouait à attaquer le Vittorio Veneto.

A 23h20, les avions de la première vague se retirèrent mais à 23h30 arrivèrent les neuf de la seconde vague. Malgré la DCA italienne, un premier Swordfish lança une torpille sur le Caio Duilio le touchant à Tribord pendant que deux avions-torpilleurs touchaient le Littorio. Son sister-ship, le Vittorio Veneto eut plus de chance tout comme le Gorizia qui descendit l'avion torpilleur l'attaquant.


Tarente en plein chaos

Les derniers avions se retirèrent à 0h30 le 12 novembre. Le bilan était éloquent : le Conte di Cavour, le Caio Duilio et Italia, le croiseur Trento, les destroyers Libeccio et Pesango ainsi que deux bâtiments auxiliaires étaient gravement endommagés, bouleversant l'équilibre des forces en Méditerranée pour le prix de seulement deux appareils.


Deux images du Conte di Cavour sévèrement endommagé



Le Littorio n'est pas en meilleure forme

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 15:48

«Coulez le Bismarck !»

Le Bismarck : l'orgueil de la marine allemande et la terreur de la marine anglaise

Le Fairey Swordfish allait de nouveau entrer dans la légende en participant à la destruction du cuirassé Bismarck.

Ce dernier, orgueil de la Kriegsmarine était accompagné du croiseur lourd Prinz Eugen pour attaquer les convois de navires marchands ravitaillant l'Angleterre dans le cadre de l'opération Weserübung.

Le 16 mai, les neuf navires de soutien appareillèrent séparement pour gagner leurs positions d'attente. Deux jours plus tard, le 18 mai, le Bismarck et le Prinz Eugen mouillèrent sur la rade de Gotenhafen (auj. Gdynia) où le cuirassé compléta son plein de mazout avant d'appareiller le lendemain. Le 21 mai, les navires firent escale à Bergen pour se ravitailler en mazout avant d'appareiller le 22 mai

Dans les premières heures du 24 mai, le Bismarck et le Prinz Eugen entrèrent en contact d'abord avec le croiseur Suffolk puis le cuirassé Prince of Wales et le croiseur de bataille Hood.

Le Prinz Eugen plaça une première salve sur le Hood, salve qui alluma un incendie sur le point des embarcations. Quelques minutes plus tard, à 6h00, la distance était tombée à 16500m, Holland ordonna une évolution du groupe à babord pour augmenter le champ de bataille de son artillerie.

C'est en pleine évolution qu'il fût touché par un obus du Bismarck qui explosa dans la soute à munitions des obus de 4 pouces (102mm) qui firent exploser par sympathie les obus de 15 coups. Le croiseur se brisa en deux et disparu en quelques instants ne laissant que trois survivants (Bob Tilburn,Bill Dundas et Ted Briggs, le dernier survivant qui est mort le 4 octobre 2008) sur un équipage de 1418 hommes.

Le Prince of Wales était seul face aux deux navires allemands qui concentrèrent leur tir, plaçant 4 obus de 380mm et 3 de 203mm. Le navire ne pouvait survivre après de telles avaries d'autant que son artillerie, pas encore au point, connaissait de sérieux problèmes. Il rompit le combat.

L'annonce de la destruction du Hood, l'orgueil de la Royal Navy stupéfia l'opinion britannique. Le premier ministre britannique, le bouillant sir Winston Churchill ordonna de «coulez le Bismarck, faites l'impossible mais coulez le Bismarck».


C'est ce fragile biplan qui en bloquant le gouvernail du "chancelier de fer" scella le sort du plus puissant cuirassé de la Kriegsmarine

Une gigantesque traque s'organisa alors et le jour même, 24 mai, neuf Swordfish décollant du Victorious attaquèrent le cuirassé mais les mauvaises conditions perturbèrent l'attaque et seul un coup au but fût relevé.

Le cuirassé disparu ensuite pour être retrouvé par un Consolidated Catalina du Coastal Command de la RAF le 26 mai. 15 Swordfish furent lancés du porte-avions Ark Royal mais dans la précipitation, les biplans attaquèrent le croiseur Sheffield mais par miracle il n'y eut aucun coup au but à cause d'un dysfonctionement du détonateur magnétique sans parler de la mer démontée et des manoeuvres du croiseur.


La carte des opérations

A peine posés, les avions furent réarmés et lancés dans des conditions météorologiques absolument abominables. Il est probable que sans la menace du cuirassé, une autre mission aurait été tout bonenement annulée. Les Swordfish décollèrent avec des torpilles explosant au contact. Attaquant au ras des flots, contre une DCA infernale, les «Stringbag» plaçant deux coups au but : un ne provoqua un vague frémissement sur le blindage et un second toucha le gouvernail et le bloqua, rendant le cuirassé ingouvernable.


Le qualificatif de Heros n'est pas usurpé pour parler des équipages qui décollèrent ce 26 mai 1941

Opération Cerberus (11-13 février 1942)
Le 11 février à 23h45, les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau ainsi que le croiseur lourd Prinz Eugen embouquèrent le goulet de la rade de Brest pour regagner l'Allemagne. L'opération Cerberus était particulièrement hardie puisqu'elle prévoyait une traversée de la Manche en pleine journée au nez et à la barbe des britanniques.

L'opération minutieusement préparée surpris complètement les anglais qui se rendirent compte de la réalité de la menace qu'à 11h00 du matin. Des avions repérèrent la formation mais conservant un silence radio imposé, ils ne répercutèrent l'information qu'à 12h30 au moment où les navires allemands approchaient du détroit du Pas de Calais. Les anglais déclenchèrent ainsi le plan Fuller qui avait été prévu à l'origine pour contrer un renforcement des moyens stationnés à Brest.

Les anglais attaquèrent à partir de 12h50 qu'il s'agisse des batteries côtières ou des navires légers basés à Ramsgate et Douvres qui furent repoussées par les destroyers de l'écran.

A 13h43 survint la première attaque aérienne menée par une formation de six Swordfish menée par le capitaine de corvette Esmonde, celui-là même qui avait attaqué le Bismarck. Informé de la vitesse élevée de la formation, Esmonde n'avait pas cru pouvoir attendre de disposer de toute la protection aérienne prévue : sa formation ne franchira pas l'écran de protection, ses 6 avions seront abattus, lui même y perdra la vie (le CC Esmonde reçut la Victoria Cross à titre posthume et sur les 18 membres d'équipage seuls cinq survécurent). Des Bristol Blenheim échouèrent également.

Les navires allemands réussirent à rentrer en Allemagne le 13 février 1942 et en dépit que les deux croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau furent sévèrement endommagés par des mines, le Gneisenau ne reprit d'ailleurs jamais la mer.

L'opération Cerberus fût la dernière opération du Swordfish comme torpilleur. Désormais remplacé par le Fairey Albacore, le Fairey Barracuda et le Grumman Avenger, il avait désormais traquer les sous marins allemands.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 16:01

Sus aux U-Boot !

Une torpille mise en place sous un Fairey Swordfish à bord d'un porte-avions d'escorte. La présence de personnels avec casque américain signifie qu'il s'agit d'un porte-avions construits aux EUA

Dès octobre 1941, le Fairey Swordfish fût équipé d'un radar ASV pour faciliter la détection des U-Boat en surface. Deux mois plus tard, le 21 décembre 1941, un Swordfish opérant depuis Gibraltar fût le premier avion à coulé un sous marin de nuit. Le 23 mai 1943, le Swordfish participa à une autre première quand un appareil décollant du porte-avions d'escorte Archer détruisit à la roquette le U-752 au large de l'Irlande en dépit de la solide DCA du sous marin (un affût quadruple de 20mm)

Décollant sur une courte distance, le Swordfish était particulièrement adaptés aux courts ponts d'envol des porte-avions d'escorte. En août 1944, des Sworfish des porte-avions d'escorte Vindex et Striker protégèrent le convoi JW 59 (40 navires de commerce et 19 escorteurs appareillant du Loch Ewe le 15 août 1944 et arrivant à Kola Inlet le 25 août 1944) quand le convoi fût attaqué par 9 sous marins allemands : un U-Boat fût coulé et un autre endommagé. La défense du convoi fût si énergique qu'aucun navire du convoi ne fût coulé. Quand les porte-avions escortèrent le convoi entre Russie et en Ecosse, aucun sous marin ne tenta d'attaquer le convoi. Au total, les Swordfish coulèrent 12 sous marins au total.


Un Fairey Swordfish Mk IV

Unités équipées

Deux Swordfish engagés dans l'opération Judgment

Au total 14 squadrons de la Fleet Air Arm furent équipés de Fairey Swordfish :

-squadron 810 : Il fût équipé de Fairey Swordfish de septembre 1937 à mars 1943 avant d'être remplacé par des Albacore et de Barracuda. Embarqué à bord de l'Ark Royal, il participa à l'attaque contre le Bismarck et à toutes les opérations jusqu'à la destruction de l'Ark Royal en novembre 1941. Il embarqua ensuite sur le HMS Illustrious pour participer notament à l'opération Ironclad.

-squadron 811 : Il fût équipé de Fairey Swordfish d'octobre 1936 à décembre 1944. Il était embarqué au début de la guerre sur le HMS Courageous mais ce dernier fût détruit le 17 septembre 1939. Il fût ensuite basé à terre, détaché au sein du Coastal Command avant d'être réembarqué en janvier 1943 sur le Vindex et sur le Biter.

-squadron 812 : Il fût équipé de Fairey Swordfish d'octobre 1936 à juin 1944 avant d'être remplacé par le Barracuda. Il fût basé sur le Glorious jusqu'en janvier 1940 date à laquelle il commença à opérer à terre jusqu'en mars 1941 date à laquelle, il opéra depuis le HMS Argus puis du HMS Furious et de l'Ark Royal jusqu'à sa destruction.

-squadron 814 : Il fût équipé de Fairey Swordfish de décembre 1938 à décembre 1942, étant à bord du HMS Hermès jusqu'en février 1942 date à laquelle il fût basé à terre à Ceylan jusqu'à sa dissolution en décembre 1942.

-squadron 815 : Il à été formé en octobre 1939 avec les survivants des pilotes des squadrons 811 et 822 embarqués à bord du Courageous lors de sa destruction le 17 septembre 1939. Il à été équipé de Swordfish jusqu'en octobre 1943. Il fût embarqué sur l'Illustrious participant au raid sur Tarente au mois de novembre. Il fût basé à Malte suite à l'attaque de janvier 1941 qui endommagea gravement l'Illustrious jusqu'à sa dissolution en juillet 1943.

-squadron 816 : Il est formé en octobre 1939 pour servir à bord du HMS Furious afin de couvrir les convois entre le Canada et la Grande Bretagne. En mars 1941, il fût basé à terre et rattaché au Coastal Command jusqu'en juin 1941 quand il retrouva le Furious pour escorter un transport d'avions jusqu'à Malte. Il embarqua ensuite sur l'Ark Royal jusqu'à sa destruction en novembre 1941 et la dissolution de l'unité. Il fût réformé en février 1942, servant à bord du HMS Avenger puis à terre de septembre à décembre 1942 avant de rembarquer en février 1943 à bord sur le Dasher. Il fût également embarqué sur le Tracker et le Chaser. Il fût dissous en février 1944.
-squadron 818 : Le squadron à été formé en août 1939 et équipé de Fairey Swordfish jusqu'en novembre 1941 et d'octobre 1942 à octobre 1944, servant à bord de l'Ark Royal et pendant un court moment sur le Furious notament pour le raid sur la Norvège. Il termina la guerre à bord de l'Unicorn. Avec le squadron 810, il mena l'attaque qui allait condamner à mort le Bismarck.

-squadron 819 : Le squadron à été formé en janvier 1940 et à été équipé de Swordfish jusqu'en mars 1945 avec également des Wildcat entre août 1943 et avril 1944. A partir du mois d'août 1940, il est embarqué sur l'Illustrious, participant notament à l'opération Judgment contre Tarente le 11 novembre 1940. Après que l'Illustrious eut été sévèrement endommagé en janvier 1940, les survivants sont intégrés au squadron 815 et le squadron dissous. Il est reformé en octobre 1941 étant d'abord basé à terre puis sur l'Avenger en juin 1942 et l'Archer en juillet de la même année. C'est un Swordfish de ce squadron qui détruisit le premier U-Boat à l'aide de roquettes. Il termina la guerre à terre après avoir été à bord de l'HMS Activity (Août 1943-avril 1944)

-squadron 820 : Ce squadron à été équipé de Swordfish entre septembre 1937 et juillet 1941 servant à bord de l'HMS Ark Royal durant toute cette période.

-squadron 821 : Ce squadron à été équipé de Swordfish de septembre 1937 à mars 1942. Il à servit à bord de l'Argus et de l'Ark Royal jusqu'en juin 1941 puis à terre à Malte et en AFN jusqu'au retrait des Swordfish en mars 1942.

-squadron 822 : Le squadron à été équipé de Swordfish Mk I d'août 1937 à septembre 1939 date de sa dissolution liée à la destruction de son navire porteur, le porte-avions Courageous. Reformé en octobre 1941, il à été équipé de Swordfish Mk II jusqu'en mars 1942.

-squadron 823 : Ce squadron à été équipé de Swordfish entre novembre 1936 et avril 1942. Il à servit jusqu'en avril 1940 à bord du Glorious, la destruction du vieux porte-avions entraina la perte de la moitié de l'escadron, l'autre moitié étant alors basée ) terre. Dissous en décembre 1940, il fût reformé en novembre 1941 avec des Swordfish étant embarqué jusqu'au retrait des «Stringbag» à bord du Furious pour l'escorte de convois

-squadron 824 : Il fût équipé de Swordfish d'avril 1937 à octobre 1944 (Mk I d'avril 1937 à janvier 1943 et Mk II de novembre 1942 à octobre 1944). Il servit d'abord à bord du HMS Eagle dans l'Océan Indien et en Méditerranée. Deux appareils participèrent depuis l'Illustrious au raid sur Tarente le 11 novembre 1940. La destruction de l'Eagle le 11 août 1942 entraine la dissolution du squadron qui est reformé en octobre 1943 à bord de l'HMS Unicorn. En 1944, il fût embarqué sur le Striker et le Windex avec des Sea Hurricane (jusqu'en juin 1944) et des Wildcat (juin-octobre 1944)

-squadron 825 : Il fût équipé de Swordfish Mk I de juillet 1936 à juin 1944, de MkII de mars 1942 à juin 1944 et de Swordfish Mk III de juin 1944 à avril 1945. Il intégra également des Sea Hurricane d'août 1943 à septembre 1944 et des Wildcat VI de novembre 1944 à avril 1945. Il servit à bord du Glorious jusqu'en mars 1940 puis à terre jusqu'en juillet date de son embarquement à bord du Furious pour des opérations au dessus de la Norvège. Embarqué sur le Victorious en mai 1941, il mena la première attaque sur le Bismarck le 25 mai mais cette attaque fût éclipsée par celle des squadrons 810 et 818 le 26 mai 1941. De juin à novembre 1941, il fût embarqué sur l'Ark Royal mais fût dissous à la destruction du porte-avions. Le squadron fût reformé en janvier 1942, participant à l'opération Cerberus en février 1942. De mars 1942 à mars 1943, il fût embarqué sur l'Avenger puis sur le Furious de mars à décembre 1943. Il fût ensuite embarqué sur le Vindex de décembre 1943 à mars 1945 puis sur le Campania jusqu'en avril 1945.

Royal Air Force

Un Fairey Swordfish du squadron 119 du Coastal Command

La RAF utilisa également le Fairey Swordfish au sein de deux squadrons du Coastal Command, le commandement chargé de la patrouille maritime et de la défense côtière.

-Le squadron n°119 à été formé en mars 1941 et intégré au groupe n°15 du Coastal Command. Après avoir été équipé de Catalina Mk1 de juin à septembre 1941 puis de Sunderland Mk III de septembre à avril 1943, date à laquelle il fût dissous. Il est reformé en juillet 1944 avec des pilotes canadiens, étant aussi connu sous le nom de squadron 415 de la Royal Canadian Air Force. Il est équipé d'Albacore et ne met en oeuvre des Swordfish qu'entre janvier et mai 1945 pour attaquer la navigation côtière allemande en mer du Nord.

-Le squadron n°202 à aussi mis en oeuvre le Swordfish mais j'ignore le nombre d'appareils et la durée d'utilisation.

Autres utilisateurs


Le Swordfish à également été utilisé par le Canada et les Pays Bas au sein du squadron 860 de la FAA. Cette dernière unité à été formée avec des pilotes néerlandais en juin 1943, servant à bord de trois MAC-ship, les MV Acavus, Gadila et Macoma. Il fût utilisé à terre après la victoire en Europe étant d'ailleurs réequipé avec des Barracuda. Après la fin de la seconde guerre mondiale, l'unité regagna les Pays Bas pour servir à bord d'un porte-avions d'escorte, le HMS Nairana rebaptisé Karel Doorman, ce dernier servant jusqu'en mai 1948 date à laquelle il fût rendu à la marine britannique qui le retransforma en navire marchand. Le Port Victor ne fût ainsi démoli à Fastlane qu'en 1971.


Un Swordfish mis en oeuvre la squadron 860 composé de pilotes néerlandais

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Dim 02 Aoû 2009, 16:08

Versions

Un total de 2391 Swordfish fût produit dont 692 par Fairey et 1699 par Blackburn en quatre versions :

-Swordfish MK 1 : première version de série, certains d'entre eux étant équipés de flotteurs pour être utilisés à bord de cuirassés et de croiseurs

-Swordfish Mk II : Version équipée d'ailes renforcées pour pouvoir utiliser des roquettes. Il possédait également un moteur plus puissant et ne pouvait plus être équipé de floteurs. Introduite en 1943

-Swordfish Mk III : Version équipée d'un radar centimétrique, mise en service en 1943

-Swordfish Mk IV : version équipée d'un cockpit fermé et utilisé d'abord par la Royal Canadian Air Force

Caractéristiques Techniques (Swordfish MK II)


Type : avion de reconnaissance, de torpillage, de bombardement et de lutte ASM triplace

Masses : à vide 2132kg à pleine charge 3406kg

Dimensions :
longueur 10.87m envergure 12.87m hauteur : 3.76m

Propulsion :
Un moteur radial Bristol Pegasus XXX en étoile de 750ch

Performances :
vitesse maximale au niveau de la mer : 222 km/h vitesse ascensionelle initiale : 372 mètres par seconde plafond opérationnel : 5867m distance franchissable : 879km (1650km en convoyage)

Armement :

Le Swordfish larguant une torpille au ras des flots

Interne : une mitrailleuse Vickers de 7.7mm tirant vers l'avant et une mitrailleuse de 7.7mm Lewis ou Vickers K-Gun en poste arrière

Externe : une torpille de 457mm pesant 702kg sous le fuselage ou une mine de 700kg ou 8 roquettes de 60 livres. Les Swordfish embarquèrent également des charges de profondeur.

La torpille Mark XII pèse 702kg dont 104 de charge militaire pour une portée variant de 1370m à 40 noeuds à 3200m à 37 noeuds.

La roquette RP3 pèse donc 60 livres (27kg) et une portée maximale de 1600m.

Sources

-Encyclopédie des armes éditions Atlas Tome 7 p1541 à 1560 «L'Aéronavale 1939-1945» et Tome 5
«Les porte-avions britanniques 1939-1945» p1121-1140

-Alexandre Sheldon-Duplaix Histoire Mondiale des porte-avions

-François Emmanuel Brézet Histoire de la marine allemande 1939-1945

-Ressources internet : Wilkipedia, Fleetairarmarchive, NavWeaps, Air Vector

-Photos fournies par l'ami Vautour.


FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : CUIRASSES CLASSE PENNSYLVANIA


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Lun 03 Aoû 2009, 21:22

Bel article sur un appareil qui a marque la Fleet thumright

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Mer 12 Aoû 2009, 08:23

Beau boulot Claus thumright

C'est dingue quand même de penser que ce sont ces coucous qui causèrent la perte du fleuron de la Kriegsmarine. Il a dut falloir une sacré dose de courage aux pilotes qui ont plongé ce jour là sur le Bismarck à travers le feu de la DCA. Respect salut
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Mer 12 Aoû 2009, 16:57

Eagle_Eye a écrit:
Beau boulot Claus thumright

C'est dingue quand même de penser que ce sont ces coucous qui causèrent la perte du fleuron de la Kriegsmarine. Il a dut falloir une sacré dose de courage aux pilotes qui ont plongé ce jour là sur le Bismarck à travers le feu de la DCA. Respect salut

D'ailleurs comme je le montre dans cet article, le commandant des Swordfish engagés dans cette attaque sera tué lors de l'opération Cerberus.

Cela ne fait qu'augmenter les spéculations sur "Et si le Graf Zeppelin avait accompagné le Bismarck" parce que des Sowrdfish face à des Me109........

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6657
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Mer 12 Aoû 2009, 21:57

Idem pour ceux qui de nuit allèrent à Tarente s'occuper de la flotte italienne.

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Jeu 13 Aoû 2009, 09:29

Le problème c'est que pour que le Graf ZEPPELIN ou le Gregor STRASSER eussent pu escorter le Bismarck il eut fallu que le plan Z fut respecté dans son développement initial voulu par l'amiral Raeder.
Et pour çà l'oncle Adolf aurait du attendre 1944 pour envahir la Pologne...

Il aurait fallu résoudre aussi un autre problème qui concoura grandement à ralentir le développement des PA en Allemagne: Herman GÖRING ...

"Tout ce qui vole m'appartient"

DÖNITZ n'avait pas encore fait ses preuves comme dauphin potentiel et GÖRING était tout puissant. Le marin n'auraient pas eu la partie facile...

L'aéronavale et son rattachement ont posé d'énorme problème de coordination en Allemagne et en Italie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Jeu 13 Aoû 2009, 11:32

Mais il me semble de mémoire que c'est après la destruction du Bismarck que les travaux du Graff Zeppelin ont été relancés avant d'être définitivement interrompus en 1943 quand l'Allemagne à compris que la seule mer qu'elle pouvait encore fréquenter c'était la Baltique.

Quand à l'Italie c'est après Matapan que les travaux de l'Aquilée et du Sparviero ont été lancés.

L'air intégral à certes posé des problèmes à l'Allemagne et l'Italie mais la situation n'était pas comparable à celle de la Grande Bretagne où la RAF contrôlait la FAA ce qui ne l'à pas empêché de construire un grand nombre de porte-avions.

Je pense donc plutôt qu'il s'agit d'un problème de stratégie navale : L'Allemagne est une puissance continentale et l'Italie une puissance méditerranée et ces deux pays ont pensé que le porte-avions n'était pas adapté à leur stratégie navale et n'ont pas tout donné pour en posséder à temps

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Jeu 13 Aoû 2009, 17:32

D'après Conway's en 1939 le Graf Zeppelin est achevé à 85/90 % pour donner un ordre d'idée le Jean Bart est achevé à 77% quand il s'échappe de Saint-Nazaire.
La mise en service est prévue pour mi-40; la construction est néanmoins stoppée au profit du programme U boot en mai 40. L'ordre de la reprendre intervient en mai 42 mais à cette date de nombreux équipements sont soit obsolètes soit dégradés par manque d'entretien.
Des bulges sont ajoutés mais la construction est définitivement stoppée en janvier 1943.

La Kriegsmarine ne vit plus que par ses U boote et comme tu le dis l'Allemagne était avant tout une puissance continentale et Hitler n'était pas Guillaume II
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starshiy
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3377
Age : 67
Ville : Dans le grand sud de l'Europe !!!
Emploi : Repos et sac
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   Ven 11 Aoû 2017, 09:59

Bonjour
Quelques photos sympa du Swordfish sur l'HMS Battler (D18). On notera la petitesse de l'ilôt, avec passerelle découverte SVP ! Ainsi que les deux radars
http://477768.livejournal.com/4933809.html
A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.soumarsov.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FAIREY SWORDFISH   

Revenir en haut Aller en bas
 
FAIREY SWORDFISH
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FAIREY SWORDFISH
» [revell] fairey swordfish...MONTAGE TERMINE
» [Airfix] Fairey Swordfish Mk. I
» La collection de votre ami "Belch" Luc
» diorama fairey swordfish sur pont de porte avion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: