AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Site complet sur le Bismarck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Requin
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3551
Age : 44
Ville : Ca dépend des jours
Emploi : en IPER
Date d'inscription : 18/01/2008

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Mer 09 Juin 2010, 22:49

Entièrement d'accord

On repart comme au Xe siècle





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 09:10

Jefgte a écrit:
J'ai retrouvé une "Alternate History" Bismarck/Richelieu...en anglais.

Bonne lecture study

Actually the Battle of Denmark Straits happened with Hood, Richelieu, Algérie and 4 french DD(Le Hardy class) and of course RN DDs and cruisers.
here is the description from the "alternate chronology" of this battle where Richelieu earned her nickname "Fighting Cardinal".
-----
MAY 24th: Just after midnight, Suffolk temporarily losts contact with Bismarck, but regained it by 2h45 am. By then Hood and Richelieu have altered course back to due North. British destroyers which have been sent to search for contact at 2h10 were not immediately recalled and would arrive late on the action place.
Both German ships are detected by Richelieu at 5h42.

Admiral Holland orders to close the range as soon as possible and both Allied ships approach the enemy 30° to port. This closes fire arcs for Hood but is perfect for Richelieu. Algerie trails behind the French battleship as the third ship of the squadron, with the four French DDs by her side. At 5h49 Admiral Holland orders fire to be concentrated on the enemy lead ship - actually the Prinz Eugen. The Richelieu Gunnery officer however is not mistaken and the French captain signals to both Hood and Algérie that Bismarck is the second ship in the German line. Allied ships open fire at 5h53 at a 24,500m range. Richelieu concentrates at once against Bismarck as Hood fires first against Prinz Eugen before shifting fire. Algérie fires on Prinz Eugen.

At 5h55 a Prinz-Eugen salvo hits the Hood setting-off ammunition in the ready-use lockers and causing a huge fire. At 5h59 the Prinz Eugen gunnery officer divides his fire against Richelieu and Hood. At the same time the Bismarck fifth salvo lands around HMS Hood. One or may be two shells penetrate the old Battlecruiser belt and detonate in the 4in magazine,whose explosion set-off the after two 15in magazines. Hood blows-up second later at 6h01. In the meantime however Bismarck is hit twice, on the bow and in the front boiler room, by Richelieu.
The German battleship is slowed down to 25kts. Prinz-Eugen is also hit twice in quick succession by Algérie at 6h00 and 6h02. Seing the dramatic fate of Hood, the Richelieu commanding officer decides to slightly open range, stabilizing at 22,000m. This range enables Algérie to fight against Prinz-Eugen from her immune zone (Prinz-Eugen has no IZ against Algérie). Bismarck is now free to concentrate on Richelieu, but RN cruisers Suffolk and Norfolk began to close in, opening fire on the slowed down battleship by 6h15. Richelieu is hit 3 times by Bismarck between 6h03 and 6h10, the last hit damaging "A" turret wich is temporarily out of action. However Bismarck suffers two major hits, one destroying the "Bruno" turret and damaging the "Anton", and the second near the bridge. Fire control has to be moved to the secondary position.
Prinz-Eugen is able to hit 4 times Algérie but twice her shells don't explode (faulty fuzes) and the two others are dished out by the French cruiser belt. Algérie on the other hand scores thre hits destroying PE aft fire-control position and "X" and "Y" turrets. By 6h12 the Richelieu commander, who has signaled Admiral Tovey the loss of Hood, orders the two British cruisers present to be ready for a torpedo attack, combined with French destroyers.
The gun duel between the two battleships goes on without significant results till 6h28 as the French battleship fires with just one turret and Bismarck Gunnery control is shaky following hits on her superstructure by British 8in shells. At 6h28 however, Richelieu "A" turret is repaired despite two more Bismarck hits, one slightly under the belt (underwater hit) causing some flooding and another aft setting the seaplane hangar on fire.
Soon after Richelieu scores three hits in succession on Bismarck, two amidship of which one penetrates a turbine room, and one in the aft superstructure setting up a massive fire. Bismarck speed is again slowed down to 17kts. By then, the German battleship is heavily under fire of the two British cruisers which are scoring multiple hits against her superstructure. Prinz-Eugen is unable to support her flagship as Algérie has clearly gained the upper hand. French shells have penetrated the German cruiser belt and her delicate high-pressure machinery has been severely damaged. With speed reduced to 14kts, PE begins to fall back but gets a temporary respite as Suffolk and Norfolk are focusing on Bismarck and Algérie too switches fire on the German battleship.

At 6h34 the Richelieu commander orders British destroyers which are racing toward the battle to attack the Prinz-Eugen as French destroyers are to focus on Bismarck, with support of now three heavy cruisers. By 6h39 the four French destroyers, Le Hardi, L'Adroit, Foudroyant and Casque deliver a coordinated torpedo salvo (20 torpedoes) against Bismarck, which has been hit again by Richelieu and whose Gunnery Control positions are now disabled by the 8in shell rain she is suffering. At 6h44, despite brutal Bismarck movements to avoid incoming torpedoes, three hits are scored, two forward (under "Anton" turret and under the bridge) and one aft (at the aft AA directors level). The battleship is again slowed down at now less than 10kts, and her fire becomes erratic.
Richelieu closes in down to 10,000m and open fire at litterally close range (for 15in guns). Bismarck is now burning, and only her aft turret answers fire every 2 minutes. At least six 15in hits are obtained by Richelieu between 6h49 and 6h53, two of them opening huge holes in the Bismarck hull and another forcing the Bismarck captain to flood aft magazines. Soon after however the French battleship "A" turret breaks down again.
By 6h54, Norfolk delivers a torpedo attack, putting two fishes in Bismarck by 6h58. The German battleship is now nearly stopped, burning from stem to stern. At 7h01, Suffolk on one side and the four French destroyers on the other, deliver a last torpedo attack at point blank range (2,000m). Multiple hits (may be up to 5) are obtained. At 7h13 Bismarck rolls over and sinks. French destroyers will save 118 men and officers of her crew.

At 7h46 British destroyers close on the Prinz-Eugen sailing North at 12kts. By 7h56 the German cruiser is hit by two topedoes, and stopped. By 8h42 Algérie, followed by Norfolk, close on the stopped cruiser. After trying to raise the German captain by radio to ask him to surrender his ship, both Allied cruisers open fire. They stop at 8h49 as it is obvious that her crew is scuttling the Prinz-Eugen. The ship sinks by the bow at 8h58. British destroyers save 131 men and officers including her Second Gunnery Officer, Kpt.Lt Paul Schmalenbach whose tales of Bismarck and Prinz-Eugen ends have become famous after war.




Petite traduction

En fait, la bataille du détroit de Danemark qui s'est passé avec Hood, Richelieu, Algérie et 4 Français DD (Le Hardy classe) et du DD RN cours et des croiseurs.
voici la description de la «chronologie alternative" de cette bataille où Richelieu a gagné son surnom "Lutte contre le cardinal".
-----
24 mai: Juste après minuit, Suffolk losts temporairement contact avec Bismarck, mais il retrouvé par 2h45 am. D'ici là, Hood et Richelieu ont changé de cap retour au plein nord. destroyers britanniques qui ont été envoyés à la recherche de contact à 2h10 n'ont pas été immédiatement rappelé et serait arrivée tardive sur le lieu d'action.
Les deux navires allemands sont détectés par Richelieu à 5h42.

Admiral commandes Holland pour fermer la plage dès que possible et les deux navires alliés approche de l'ennemi 30 ° sur bâbord. Cette ferme arcs de tir pour Hood, mais est parfait pour Richelieu. Algérie traîne derrière le cuirassé français comme le troisième navire de l'escadre, avec les quatre DD français à ses côtés. A 5h49 amiral Holland ordres de tir à se concentrer sur le navire ennemi de plomb - en fait le Prinz Eugen. L'agent de Richelieu tir n'est cependant pas trompé et les signaux de capitaine français à la fois Hood et que Bismarck Algérie est le deuxième navire de la ligne allemande. navires alliés ouvert le feu sur une gamme 5h53 à 24.500 m. Richelieu se concentre à la fois contre Bismarck comme Hood premiers feux contre Prinz Eugen avant de passer au feu. Algérie feux sur Prinz Eugen.

À 5h55 une salve Prinz-Eugen hits les munitions Hood mise hors dans le prêt-utilisation des casiers et provoquant un gigantesque incendie. A 5h59 de l'agent Prinz Eugen tir partage son feu contre Richelieu et Hood. Dans le même temps les terres Bismarck la salve cinquième environ HMS Hood. Un ou deux coquilles peuvent être pénétrer dans la vieille courroie cuirassé et de faire exploser dans le magazine 4in, dont l'explosion compensation au bout de deux magazines 15in. coups Hood-up seconde plus tard à 6h01. Dans l'intervalle toutefois Bismarck est frappé deux fois, sur la proue et dans la chaufferie avant, par Richelieu.
Le cuirassé allemand est ralentie à 25kts. Prinz-Eugen est également frappé deux fois en succession rapide par Algérie à 6h00 et 6h02. Voyant le sort dramatique de Hood, le commandant Richelieu décide de gamme légèrement ouverte, se stabilisant à 22.000 m. Cette gamme permet Algérie pour lutter contre le Prinz-Eugen de sa zone immunitaire (Prinz-Eugen n'a pas IZ contre Algérie). Bismarck est maintenant libre de se concentrer sur Richelieu, mais RN croiseurs Suffolk et du Norfolk a commencé à se rapprocher, ouvrir le feu sur le cuirassé ralentie par 6h15. Richelieu est frappé 3 fois par Bismarck entre 6h03 et 6h10, le dernier hit dommageable "A" tourelle qui est temporairement hors de combat. Cependant Bismarck subit deux hits majeurs, une destruction de la "Bruno" tourelle et d'endommager le "Anton", et le second près du pont. lutte contre l'incendie doit être déplacé à la position secondaire.
Prinz-Eugen est capable de frapper 4 fois Algérie, mais deux fois ses coquilles n'explosent pas (fusées défectueux) et les deux autres sont servies par la ceinture croiseur français. Algérie, d'une part les scores thre autres hits détruire PE position arrière de commande de tir et "X" et "Y" tourelles. En 6h12, le commandant Richelieu, qui a indiqué l'amiral Tovey la perte du capot, des commandes, les deux croiseurs britanniques présents à être prêts pour une attaque à la torpille, combiné avec destroyers français.
Le duel de feu entre les deux navires de guerre se poursuit sans résultats significatifs jusqu'à 6h28 que les incendies cuirassé français avec une seule commande de tir tourelle et Bismarck est fragile hits suivants sur sa superstructure de la Colombie-8po coquilles. A 6h28 Cependant, Richelieu "A" tourelle est réparé malgré deux visites Bismarck plus, un peu moins de la ceinture (appuyez sur sous-marins) causant des inondations et une autre à l'arrière du hangar création d'hydravion sur le feu.
Peu de temps après scores Richelieu trois coups de suite sur Bismarck, deux au milieu du navire dont l'un pénètre dans une salle des turbines, et un dans la superstructure à l'arrière la création d'un gigantesque incendie. vitesse de Bismarck est à nouveau ralenti à 17kts. D'ici là, le cuirassé allemand est fortement sous le feu des deux croiseurs britanniques qui sont de notation de multiples coups contre sa superstructure. Prinz-Eugen est incapable de soutenir son phare comme Algérie a clairement pris le dessus. obus français ont pénétré dans la bande croiseur allemand et ses machines délicates à haute pression a été gravement endommagé. Avec une vitesse réduite à un groupe appelé 14kts, PE commence à tomber en arrière, mais obtient un répit temporaire, Suffolk et du Norfolk se concentrent sur Bismarck et Algérie bascule trop le feu sur le cuirassé allemand.

A 6h34 destroyers le commandant de la Colombie-Richelieu qui font la course vers la bataille pour attaquer le Prinz-Eugen que destroyers français sont de se concentrer sur Bismarck, avec le soutien de maintenant trois croiseurs lourds. En 6h39 les quatre destroyers français, Le Hardi, L'Adroit, Foudroyant et Casque offrir une salve de torpilles coordonnée (20 torpilles) contre Bismarck, qui a été à nouveau frappé par Richelieu et dont le tir de contrôle des postes sont désormais désactivés par la pluie shell 8po elle souffre. A 6h44, malgré les mouvements de Bismarck brutale pour éviter torpilles entrants, trois coups sont marqués, deux à l'avant (sous la rubrique «Anton» tourelle et sous le pont) et une à l'arrière (à l'administration niveau AA à l'arrière). Le cuirassé est de nouveau ralenti au désormais moins de 10kts, et son feu devient erratique.
Richelieu se termine en bas à 10.000 m et ouvert le feu à bout portant littéralement à proximité (15 pouces pour les armes). Bismarck est en train de brûler, et que son feu arrière de tourelle réponses toutes les 2 minutes. Au moins six coups sûrs 15in sont obtenus par Richelieu entre 6h49 et 6h53, deux d'entre eux l'ouverture d'énormes trous dans la coque Bismarck et une autre obligeant le capitaine à Bismarck contre les inondations magazines arrière. Peu après toutefois, le cuirassé français "A" pauses tourelle à nouveau.
En 6h54, Norfolk délivre une attaque à la torpille, mettre deux poissons à Bismarck par 6h58. Le cuirassé allemand est maintenant presque arrêté de battre, brûler de la proue à la poupe. À 7h01, dans le Suffolk d'un côté et les quatre destroyers français de l'autre, de livrer une dernière attaque à la torpille à bout portant (2.000 m). visites multiples (peut être jusqu'à 5) sont obtenus. À rouleaux Bismarck 7h13 plus et les puits. destroyers français permettra d'économiser 118 hommes et officiers de son équipage.

A 7h46 près destroyers britanniques sur le voile Prinz-Eugen Nord à 12kts. Par 7h56 le croiseur allemand est touché par deux topedoes, et s'arrêta. En 8h42 Algérie, suivie par Norfolk, près sur le croiseur arrêté. Après avoir essayé de soulever le capitaine allemand par radio pour lui demander de renoncer à son navire, deux croiseurs alliés feu ouvert. Ils s'arrêtent à 8h49 car il est évident que son équipage est saborder le Prinz-Eugen. Le navire coule par l'avant à 8h58. destroyers britanniques sauver 131 hommes et officiers dont son officier en second tir, Kpt.Lt Paul Schmalenbach dont les histoires de Bismarck et se termine Prinz-Eugen sont devenus célèbres après la guerre.
Écouter
Lire phonétiquement
Nouveau ! Cliquez sur les termes ci-dessus pour voir d'autres traductions. Ignorer
Dictionnaire


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 09:59

Ah quelle belle bataille. La version française bien traduite c'est ici :

24 mai
Bataille du Détroit du Danemark (heures GMT+2)
« Le 24, juste après minuit, le Suffolk perd le contact radar avec le Bismarck. Informé, Holland ordonne au Hood et au Richelieu de venir plein nord, et envoie à 02h10 les destroyers anglais ratisser l’océan dans une autre direction. A 02h45, le Suffolk retrouve le contact, mais les destroyers ne sont pas immédiatement rappelés ; ils arriveront un peu en retard pour la bataille. » (Jack Bailey, The Cardinal and the Chancellor – The End of KM Bismarck, New York, 1963)



Edition Spéciale (article exceptionnellement publié en même temps, quelques jours après les faits, dans le New York Times et le New York Herald Tribune)

L’affrontement du Cardinal Combattant et du Chancelier de Fer
De notre Envoyé Spécial à bord du Richelieu, Donald “Abe” Lincoln

« (…) Il n’est guère plus de 5 heures 30. En mai et sous ces latitudes nordiques, le soleil est levé depuis un moment. Mais il jette sur l’océan une lueur étrange – on dirait que les couleurs ont disparu, que le monde est en noir et blanc. Le ciel est gris pâle, la mer est gris sombre, et les deux silhouettes qui viennent à l’horizon d’apparaître sont noires comme l’enfer. La distance diminue rapidement et bientôt quelques détails apparaissent. Les deux bâtiments sont très semblables, différant surtout par leur taille. Le plus petit, devant, c’est le Prinz Eugen. Le mastodonte, derrière, c’est lui, c’est le Bismarck. (…) »



05h25. Les hydrophones du Prinz Eugen détectent les bruits d’hélice de deux navires sur son bâbord.

05h42. Alors que le temps s’est nettement amélioré pendant la nuit et que la mer est calme, les vigies du Richelieu repèrent les deux navires ennemis. L’amiral Holland ordonne aussitôt de réduire la distance le plus vite possible (le Hood est très vulnérable à des tirs plongeants) et les navires alliés approchent l’ennemi par bâbord, selon un angle de 30°. Cette route empêche le Hood d’utiliser ses tourelles arrière, mais convient parfaitement au Richelieu, qui va également pouvoir employer deux de ses trois tourelles de 152 mm. Le Hood est en tête, suivi du Richelieu et de l’Algérie, les quatre torpilleurs un peu en arrière, sur bâbord.

05h49. L’amiral Holland ordonne de concentrer les tirs sur le navire ennemi de tête – qui est en réalité le Prinz Eugen. Cependant, l’officier de tir du Richelieu ne s’y trompe pas et le commandant du vaisseau français signale au Hood et à l’Algérie que le Bismarck est le second navire de la ligne allemande.

05h53. Les vaisseaux alliés ouvrent le feu, à 24 500 m. Le Richelieu et l’Algérie visent d’emblée le Bismarck, tandis que le Hood commence par tirer sur le Prinz Eugen, puis change de cible. Les deux Allemands répliquent au bout de quelques secondes, tous deux sur le Hood. Privé de radar, le Bismarck se voit obligé d’utiliser ses télémètres optiques. Sur le Prinz Eugen, les tubes lance-torpilles bâbord sont parés à tirer.



Lincoln : « Quelque part, un gong a dû retentir, et les adversaires ont commencé d’échanger des coups. Ils ont de l’allonge : plus de 15 miles les séparent. Et ils ont de la précision : déjà, les énormes gerbes d’eau qui montent vers le ciel ne sont pas très loin de leurs cibles. Questions suivantes : ont-ils du punch ? Et son corollaire : savent-ils encaisser ? Je sens que je ne vais pas tarder à avoir les réponses… »



05h55. Une salve du Prinz Eugen touche le Hood et fait exploser des munitions de canons de petit calibre, provoquant un violent incendie.

05h58. L’Algérie change de cible, prenant à partie le Prinz Eugen. Les tourelles secondaires du Richelieu (152 mm) commencent à prendre pour cible le Bismarck, qui réplique bientôt avec ses propres canons de 150 mm. Lütjens, d’abord réticent à entamer ce stock d’obus, en principe destiné à la guerre de course, a compris que cette bataille se joue à quitte ou double.

05h59. Alors que l’officier de tir du Prinz Eugen décide de diviser son feu entre le Richelieu et le Hood, la cinquième salve du Bismarck encadre le Hood. Un, peut-être deux obus percent le blindage du vieux croiseur de bataille et font exploser la soute à munitions des 4 pouces, dont l’explosion déclenche celle des deux soutes à munitions arrière des 15 pouces.

06h01. Le HMS Hood explose, se brise en deux et disparaît corps et biens en quelques minutes[2].



Lincoln : « Alors, l’incroyable arrive. Une flamme écarlate s’empare du Hood, le consume, un immense éclair blanc-jaune explose et, le temps de compter dix, l’orgueil de la Royal Navy est englouti par les flots… KO foudroyant au premier round. »



06h02. Tout le monde est frappé de stupeur par la destruction du Hood. Pourtant, à cet instant, le Bismarck vient lui-même d’être frappé par deux obus du Richelieu, à la proue et à la chaudière avant. Sa vitesse a été réduite à 25 nœuds. Le Prinz Eugen a également reçu deux obus, provenant, eux, de l’Algérie.

06h03. Le contre-amiral Edmond Derrien, chef de la partie française de l’escadre mais qui n’avait en pratique que peu de rôle à jouer en présence de l’amiral Holland, annonce qu’il prend le commandement de la flotte alliée. Devant le funeste destin du Hood (qu’il signale à l’amiral Tovey), il décide de virer légèrement sur bâbord et de stabiliser la distance à 22 000 m (stoppant ainsi l’engagement des tourelles secondaires). Cette distance permet à l’Algérie de tirer sur le Prinz Eugen à partir de sa “zone immune”[3]. Les deux navires français ralentissent quelque peu, pour ne pas dépasser leurs adversaires.

06h03 à 06h10. Lütjens décide de maintenir le cap en direction de l’Atlantique, car il espère que l’escadre alliée va jeter l’éponge après la perte du Hood. Libre de concentrer son tir sur le Richelieu, le Bismarck touche par trois fois son adversaire. Le troisième impact endommage la tourelle 1, dont le moteur est mis hors service par une panne électrique. Mais auparavant, un obus du Richelieu a détruit la tourelle “Bruno” et légèrement endommagé la tourelle “Anton”, tandis qu’un autre frappait le cuirassé près de la passerelle, obligeant à transférer le contrôle du tir à la position secondaire. Aucun témoignage parmi les rescapés du Bismarck n’a permis d’établir si l’amiral Lütjens a été touché lors de cet impact.

Le Prinz Eugen, lui, a cessé de tirer sur le Richelieu et fait maintenant feu sur l’Algérie, qu’il parvient à toucher quatre fois, mais deux des obus de 203 mm ne peuvent traverser le blindage du meilleur croiseur lourd français, tandis que les deux autres n’explosent pas (malfaçon des fusées). En revanche, l’Algérie touche trois fois son adversaire, détruisant successivement la position arrière de contrôle du tir et les tourelles “Caesar” et “Dora” (tourelles arrière).



Lincoln : « A nouveau, le Richelieu frémit sous le choc d’un des énormes obus allemands, mais cette fois, la conséquence est terrible : l’une des deux tourelles quadruples est réduite au silence ! Le combattant n’a plus qu’un poing pour frapper. Pourtant, il ne jette pas l’éponge et continue la lutte. Heureusement, l’Autre semble lui aussi souffrir : ses coups se font moins nombreux, moins précis… »



06h11. L’amiral Derrien ordonne aux deux croiseurs britanniques Suffolk et Norfolk, qui se trouvent toujours à plus de 20 000 m sur bâbord arrière de la formation allemande, de se rapprocher et d’ouvrir le feu sur le cuirassé ennemi ralenti. Le Prinz Eugen, toujours engagé par l’Algérie, ne pourra pas contrer leur manœuvre, leur permettant ainsi de préparer leurs torpilles. Il ordonne également aux torpilleurs de feindre une attaque à la torpille, pour distraire le Bismarck de son duel, mais de se retirer avant de risquer de recevoir un obus de 150 ou de 105.

06h11 à 06h27. Le duel au canon des deux cuirassés se prolonge sans résultat notable. Le Français n’a plus qu’une tourelle principale sur deux. Côté allemand, quelques salves sont employées à repousser la feinte d’attaque des torpilleurs. Puis, lorsque le tir contre le Richelieu reprend, c’est avec une précision réduite. En effet, le contrôle de tir du Bismarck a du mal à digérer la pluie d’obus infligée à partir de 06h15 par les canons arrière de 8 pouces des croiseurs britanniques, qui se sont progressivement rapprochés et suivent à présent une route parallèle, légèrement sur tribord arrière, alors que les Français sont à bâbord. Les deux croiseurs anglais utilisent leurs deux tourelles avant contre le Prinz Eugen pour soutenir l’Algérie, plus petit que son adversaire, « mais, commentera l’officier de tir du Suffolk, nous avons bientôt constaté que le Français se débrouillait très bien tout seul ». Les obus anglais ne peuvent percer le blindage du cuirassé allemand, mais ils finissent par mettre hors service sa direction de tir secondaire. Le Richelieu est pourtant touché à deux reprises par les six canons de 380 opérationnels de son adversaire : une fois au flanc, sous la ceinture blindée, l’obus provoquant une voie d’eau limitée, et une fois à l’arrière : le hangar à hydravion est incendié (les hydravions ont heureusement été laissés à Scapa en prévision d’un tel impact).



Lincoln : « Soudain, dans tous les haut-parleurs du vaisseau, la voix de l’amiral Derrien : “Nous avons reçu un message du général de Gaulle, ministre de la Guerre : « Amiral, sachez et dites à vos hommes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil. »” J’ai l’impression qu’un courant électrique parcourt le navire. Un instant plus tard, le cuirassé gronde sa fierté : la tourelle muette a retrouvé sa voix. » (NDE – Le message avait en fait été envoyé par De Gaulle peu avant le début du combat).



06h28. La tourelle 1 est réparée et peu après, le Richelieu atteint trois fois de suite son adversaire. Deux obus frappent en plein milieu du bâtiment et l’une d’eux pénètre jusque dans une salle de turbine. Un autre atteint la superstructure arrière et allume un violent incendie. Le Bismarck ralentit à nouveau, il ne donne plus que 17 nœuds. Le Norfolk et le Suffolk obtiennent une série de coups au but sur la superstructure.



Lincoln : « Cette fois, le colosse nazi vacille ! Il a visiblement ralenti. La lueur d’un incendie est visible à l’arrière. J’aperçois dans mes jumelles les silhouettes semblables des deux croiseurs anglais Norfolk et Suffolk qui harcèlent le géant pour venger leur Hood. »



06h30. Le Prinz Eugen ne peut plus soutenir son vaisseau amiral, car l’Algérie l’a nettement maté. Les obus de ce dernier ont percé la ceinture blindée du croiseur allemand et ont sévèrement endommagé sa délicate machinerie à haute pression. La vitesse du Prinz Eugen tombe à 14 nœuds, il perd du terrain et est dépassé par son compagnon. Le Bismarck abat vers bâbord et l’escadre française pour passer en tête, avant de reprendre son cap. Il masque ainsi pendant deux minutes le Prinz Eugen à l'Algérie, qui doit interrompre son tir. Sur l’autre bord, c’est le Prinz Eugen qui masque le Bismarck aux deux croiseurs anglais. Ceux-ci en profitent pour lui décocher 4 salves complètes de 8 pouces, à une distance d’environ 16 000 m. La cible étant déjà acquise, les conséquences sont terrifiantes, entraînant de graves avaries à bord du croiseur allemand, qui commence à abattre de manière erratique vers le nord-ouest, puis vers le nord. Lorsque le Prinz Eugen réapparaît, constatant qu’il ne peut plus participer au combat, l’Algérie cesse de l’accabler et prend lui aussi pour cible le Bismarck.

Les Norfolk et Suffolk se glissent alors entre le Bismarck et le Prinz Eugen, prenant brièvement ce dernier à partie avec leur armement secondaire tribord (4 pouces AA). Mais le croiseur allemand brûle de la proue à la poupe et pourra manifestement être achevé plus tard. Les deux croiseurs anglais se préparent à lancer leurs torpilles contre le Bismarck.

06h34. Les destroyers britanniques rejoignent enfin le champ de bataille. L’amiral Derrien leur ordonne d’attaquer le Prinz Eugen pendant que les torpilleurs français attaqueront le Bismarck, la majorité de l’armement secondaire de ce dernier (150 mm et 105 mm AA) étant presque certainement hors d’usage.

06h39. Le Hardi, L’Adroit, le Foudroyant et le Casque effectuent – pour de bon, cette fois – une attaque coordonnée et lancent 20 torpilles sur le Bismarck, que le Richelieu vient encore de toucher (avec ses 380 comme avec ses 152, qui ont repris part au combat) et dont les contrôles de tir ont été mis totalement hors de combat par les obus de 8 pouces qui continuent de s’abattre sur lui.

06h44. En dépit de manœuvres d’évasion désespérées, le Bismarck reçoit trois torpilles : une à l’avant, sous la tourelle “Anton”, une au niveau de la passerelle, et une à l’arrière, au niveau du contrôle arrière de la DCA. La vitesse du cuirassé tombe à moins de 10 nœuds, et son tir devient erratique.

06h49 à 06h53. Le Richelieu se rapproche à 10 000 m, c’est-à-dire à courte portée (pour des canons de 380). Le Bismarck est en flammes, et seule sa tourelle “Dora” (arrière) répond encore, une fois toutes les deux minutes. Le Richelieu obtient au moins six coups au but, deux d’entre eux ouvrant d’énormes trous dans la coque du Bismarck et un autre obligeant à noyer la soute à munitions arrière, ce qui réduit définitivement au silence le cuirassé. Peu après, la tourelle 1 du Richelieu retombe en panne.

06h54. Au tour du Norfolk de lancer ses torpilles.

06h58. Le Bismarck encaisse deux torpilles du Norfolk et stoppe. Il brûle maintenant de la proue à la poupe.

07h01. Le Suffolk d’un côté, les torpilleurs français de l’autre, lancent une dernière salve de torpilles à bout portant (2 000 m). Plusieurs torpilles (peut-être cinq) frappent leur cible.

07h13. Le Bismarck s’incline lentement sur bâbord et coule. Les torpilleurs sauvent 118 hommes de son équipage.



Lincoln : « Lentement, le navire d’acier portant le nom du Chancelier de Fer est englouti par les eaux sombres de l’Atlantique. Blessé, noirci par la fumée des incendies, mais vainqueur, le Cardinal Combattant savoure son triomphe. »



07h46. Les destroyers britanniques rattrapent le Prinz Eugen, qui s’éloigne vers le nord à 12 nœuds, et l’attaquent à la torpille. Le croiseur allemand, qui n’a jamais été en position de lancer ses propres torpilles contre le Richelieu, ne peut répliquer. Il n’est plus qu’une épave brûlante et ses tubes sont hors d’état de fonctionner.

07h56. Le croiseur allemand est frappé par deux torpilles. Il stoppe.

08h42. L’Algérie, suivi du Norfolk, s’approche du croiseur dérivant lentement vers le sud. Après avoir tenté de joindre le commandant du navire allemand, dont les installations radio ont été détruites, pour lui demander de se rendre, les deux croiseurs alliés ouvrent le feu.

08h49. Comme il devient évident que son équipage est en train de saborder le Prinz Eugen, le tir est interrompu.

08h58. Le Prinz Eugen s’enfonce par la proue et coule. Les destroyers britanniques sauvent 131 hommes, dont le Second Officier Artilleur, le Kapitan-Leutnant Paul Schmalenbach, dont le “Destin du Bismarck et du Prinz Eugen” est devenu célèbre après la guerre. L’histoire de ces deux navires, leur conception erronée, leur mission plus motivée par les luttes de pouvoir au sein de l’entourage d’Hitler que par la stratégie, puis leur fin brutale, y sont remarquablement narrées. On y retrouve aussi des anecdotes typiques ou bizarres, telle que celle de l’étrange erreur des vigies allemandes, qui leur fit prendre pendant plusieurs minutes le Richelieu pour « un cuirassé de classe King George V, sans doute le Prince of Wales »[4], tandis que la présence même de l’Algérie et des torpilleurs était d’abord ignorée…



Alger

Le Général De Gaulle attend l’issue du combat. « Après l’anéantissement soudain du Hood, la lutte prenait une dimension presque mythologique entre les champions de la France et de l’Allemagne. Quel pouvait être le sort du Richelieu face au monstre sorti des aciéries allemandes, qui venait en un instant de terrasser la fleur de la Marine anglaise ? Seul dans mon bureau, je travaille. Mais voici que, vers dix heures, l’Amirauté m’envoie dire : “Le Bismarck et le Prinz Eugen ont été coulés. Le Richelieu n’a subi que des dommages limités. Il fait route vers Scapa Flow.” Je remercie le messager, le congédie, ferme la porte. Je suis seul. Oh ! Cœur battant d’émotion, sanglots d’orgueil, larmes de joie ! » (Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre, tome 1, Le Sursaut, Ed. Plon).


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 10:26



Il y a un très bon livre la dessus

" Les deux combats du Bismarck "
du Baron Burkard von Müllenheim-Rechberg
au éditions maritimes & d'outre-mer
Il était 2éme ou 3éme officier artilleur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Age : 44
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 10:52

cette histoire alternative est trop franco-française, trop de batiment d'un coté mais le même nombre chez les allemands.
j'ai depuis pas mal de temps une histoire alternative pour se combat de titan avec d'un côté le hood et le richelieu, de l'autre le prince eugene et le bismarck.

un petit amuse gueule,
le hood est coulé comme a chaque fois, le richelieu se trouve seul face au bismack et au prince eugene, ceux-ci se separent pour prendre le richelieu sous deux direction differente, qui a pour but de divisé le feu du français mais de concentré leur propre feu, le bismarck se trouve sur l'avant du français car peu resisté au 380 plus facilement que le prince, celui-ci s'occupe de l'arrierre du cardinal et se bat contre les 152mm avec ses 203.......





a suivre......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 11:06



Eh oui les français avaient un grave défaut , ils ne pouvaient se servir des 380 que devant , en fuite ils avaient que les 152 , un peu faible il me semble

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10330
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Chasse et fuite…   Sam 14 Mai 2011, 11:33

Le Gros Ventre a écrit:
[…]
Eh oui les français avaient un grave défaut , ils ne pouvaient se servir des 380 que devant, en fuite ils avaient que les 152 , un peu faible il me semble […]
… et sur le travers aussi : du gisement 204 (bâbord) au gisement 156 (tribord) en passant par l’avant… soit un masquage sur l’arrière de (seulement) 48 degrés (24 degrés de part et d’autre du gisement 180…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Age : 44
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 11:41

bah il vas survivre grâce a son sister ship.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 11:49

Le Gros Ventre a écrit:


Eh oui les français avaient un grave défaut , ils ne pouvaient se servir des 380 que devant , en fuite ils avaient que les 152 , un peu faible il me semble


Mais les français ne fuient pas monsieur !

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 12:46

bon les gens qui ont conçu le Richelieu n'était quand même pas trop idiots non plus
Citation :

mais le même nombre chez les allemands.

c'est simple pour les allemands ils n'ont rien d'autre à mettre

-les deux Gneisenau sont à Brest depuis le 22 mars 41 et après de mois de mer ils ont grand besoin d'une révision, de plus coursés par les britishs ils n'avaient guère d'autre solution que de jeter l'ancre dans le port du Ponant. Ils vont d'ailleurs commencer à se faire harceler par la RAF
-le Lützow vient à peine de sortir de réparation après Weserubung et il est aux essais de toute façon ces deux là sont trop lents pour opérer avec les autres
-Le Hipper rentre de vadrouille et est en révision

...

La Kriegsmarine est pauvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 742
Age : 44
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Sam 14 Mai 2011, 13:14

je sais mais c'est une version alternative, car dans la réalité le richelieu est en afrique et l'algérie est en france lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Dim 15 Mai 2011, 18:57

clausewitz a écrit:
Le Gros Ventre a écrit:


Eh oui les français avaient un grave défaut , ils ne pouvaient se servir des 380 que devant , en fuite ils avaient que les 152 , un peu faible il me semble


Mais les français ne fuient pas monsieur !





Je n'ai pas dis çà , mais quand le Strasbourg c'est échappé de Mers-el-Kebir avec le Hood a son train pour le" terminer " avoir des 380 au lieu des 152 , cela aurait été un peu mieux , mais je vois que l'on s'éloigne du sujet premier de ce topic , qui est sur le Bismarck

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5134
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Dim 15 Mai 2011, 20:42

Le Strasbourg avait des 330 mm une dispersion assez inacceptable (> à 1 000 m) et de plus il n'eut pas l'occasion de tirer

en revanche ses 28 noeuds furent suffisants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Gros Ventre
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 340
Age : 54
Ville : Lévignac
Emploi : responsable de conduite
Date d'inscription : 14/05/2011

MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   Dim 15 Mai 2011, 21:09



Oui c'est vrais c'était du 330 et non du 380 , mais cela ne change rien au problème d'avoir les grosses pièces sur l'avant et rien sur l'arrière

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Site complet sur le Bismarck   

Revenir en haut Aller en bas
 
Site complet sur le Bismarck
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Site complet sur le Bismarck
» Un site complet sur le tourisme au Québec
» Un site complet sur la langue grecque
» Site complet+spec dvd
» [RÉSOLU] OPERA 9.7 : forcer le site Facebook dans sa version classique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Allemagne-
Sauter vers: