AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15480
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931   Mer 17 Sep 2014, 16:38

Les problèmes de stabilité des navires japonais du programme 1931

Les navires de guerre japonais construits entre les deux guerres étaient très armés pour leur tonnage, mais avec le programme 1931, les ingénieurs japonais ont mis la barre trop haut et de nombreux déboires et accidents ont entrainé la reconstruction partielle de la plupart des navires de ce programme. La principale raison de ces erreurs réside dans la recherche des possibilités ultimes laissé dans l'application des traités ; puisque le tonnage aussi bien global que par unité était limité ainsi que le calibre, le seul paramètre sur lequel ils pouvaient jouer était le nombre de canons porté par les navires; ce qui explique que les navires japonais de cette période étaient plus armés que ceux de tous les autres nations à tonnage égal; déjà les croiseurs de 10 000 tonnes étaient les plus armés  avec 10 canons de 203mm alors que les autres n'en portaient que 8 ou 9; cependant cette surenchère a des limites et les japonais allèrent au delà des limites du raisonnable, lors des études des navires du programme 1931, d'où des gros problèmes d'échantillonnage insuffisant des coques pour gagner du poids, et surtout beaucoup trop de poids dans les hauts d'où de graves défauts de stabilité.

1 LES CROISEURS DE LA CLASSE MOGAMI

Les Mogami déplaçaient à l'origine 8500 Tonnes, pour un armement de 15 canons de 155mm et une vitesse de 37noeuds; mais lors des essais des deux premiers,  le Mogami et le Mikuma en 1935 de graves problèmes de stabilité et d'échantillonnage des coques firent qu'il fallu des 1936 les renvoyer au chantier de Kuré, des bulges ont été ajouté pour améliorer la stabilité et renforcer la coque, la même modification fut opérée sur les Kumano et Suzuya en achèvement, il en résulta que le déplacement fut porté à 11200 tonnes (32% d'augmentation) et la vitesse réduite à 35,9 nœuds par suite de l'alourdissement des navires.
En 1939 une nouvelle refonte de ces navires pour les équiper de canons de 203mm fit passer leur déplacement à 12 400 tonnes, la vitesse étant réduite à 34 nœuds.


Le Mogami à ses essais

2 LES DESTROYERS DE LA CLASSE HATSUHARU

Les Hatsuharu et Nenohi premiers d'une série de six destroyers du programme 1931 déplaçaient à l'origine 1368 tonnes pour un armement de 6 canons de 127mm et 9 tubes lance torpilles et une vitesse de 36noeuds; la aussi il fallu suite à leurs essais les renvoyer sur les chantiers ; de grosses modifications firent passer le déplacement à 1715 tonnes (25% d'accroissement) ; l'armement fut réduit à  5 canons de 127 mm à plat pont et le nombre de tubes lance torpilles fut réduit à 6, alors que la vitesse passait à 33,5 nœuds, les suivants furent modifiés de la même façon  sur cale.


Le Hatsuharu à ses essais


Le Hatsuharu après modification, la silhouette est beaucoup plus basse

3 LES TORPILLEURS DE LA CLASSE TOMODZURU

Ce fut le plus grave, puisque le Tomodzuru chavira lors de ses essais le 12 mars 1934 ; ses caractéristiques à l'origine étaient 527 tonnes de déplacement, un armement de 3 canons de 127mm, 4 tubes lance torpilles et une vitesse de 30 nœuds, le navire fut renfloué et renvoyé sur le chantier, la construction fut totalement reprise, il en sorti avec un déplacement de 600 tonnes (14% d'augmentation), l'armement fut réduit à 3 canons de 120mm et 2 tubes lance torpilles, la vitesse passant à 28 nœuds, les trois sister-ships furent modifiés sur cale de la même façon.


Le torpilleur Tomodzuru qui chavira au cours de ses essais

Le dur rappel aux réalités de la construction navale fut compris, les croiseurs de la classe Tone qui suivirent les Mogami profitèrent de l'expérience acquise tout comme les destroyers de la classe Shiratsuyu qui suivi les Hatsuharu, ainsi que les torpilleurs de la classe Ootori qui suivi les Tomodzuru; les japonais savaient désormais qu'il y a certaines limites à ne pas dépasser.

Les japonais dénoncèrent les traités en 1936 reprenant leur liberté totale, ce qui allait leur permettre de construire les cuirassés de la classe Yamato, mais cela on ne le su que beaucoup plus tard après la guerre.

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5104
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931   Mer 17 Sep 2014, 22:00

Les Japonais brûlèrent les étapes en matière de construction navale, les ingénieurs du génie naval, tous issus de l'Université de Tokyo (Hiraga en tête) manquaient de retour d'expérience avec pour conséquence entre autre ce genre de problèmes.

De plus ils devaient composer avec les "monsieur plus" de l'EMM réclamant toujours plus d'armement sur les bâtiments que l'on souhaitait toujours plus rapides. Fuljimoto successeur d'Hiraga à la tête du département des constructions navales n'avait a priori pas la capacité de son aîné à résister aux desiderata des amiraux. Il paiera de sa place puis de sa santé et enfin de sa vie (mort prématurée en 1935 après sa démission puis retraite forcée en nov. 34) l'affaire du Tomorozu dont il était le concepteur.

Pour les croiseurs "Washington" et "Londres" les dispositions des traités rajoutaient des contraintes de tonnage supplémentaires. Tous les moyens étaient bons pour les contourner à commencer par les mensonges mais aussi des techniques nouvelles comme la soudure à l'arc ... Ces techniques nouvelles et une quête effrénée du gain de masse partout où c'était possible expliquent en partie les déboires des Mogami et les soucis de rigidité longitudinale des croiseurs lourds japonais survitaminés ...

Concevoir ces bâtiments -très codifiés- était un véritable casse tête, quand on voit les arbitrages que durent opérer des gens comme Berry et Lillicrap sur les County britanniques on imagine les difficultés rencontrées par leurs collègues japonais qui bénéficiaient d'une expérience bien moins importante.
Bien que eux à la différence des Britanniques n'eurent pas vraiment à se préoccuper d'un strict respect du déplacement maximum ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15480
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931   Jeu 18 Sep 2014, 09:00

En complément pour le chavirage du Tomodzuru le 12 mars 1934 qui a été l’élément essentiel de la prise de conscience des japonais; voici pour comparer une photo avant le naufrage et après la reconstruction du torpilleur, on se rend compte que les tourelles de 127 mm sont surdimensionnées pour un bateau de 527 tonnes.

   
Le Tomodzuru en 1933 avec sont armement de 127 mm en tourelles d'origine


Le Tomodzuru après reconstruction les 120 mm sous masque sont plus adaptés à la taille du navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les problèmes de stabilité des navires japonais de 1931
» Navires japonais de la Seconde Guerre Mondiale
» photos PA japonais
» Courbe de stabilité
» Le japonais, comment ça marche ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: