AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 20:38

AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A69)
(FRANCE)


Le Lieutenant de Vaisseau Le Henaff à la mer

INTRODUCTION

La lutte ASM pour la marine nationale : escorteurs d'escadre et escorteurs rapides

Escorteurs rapides classe Le Corse

L'Escorteur rapide Le Corse est le premier navire de guerre lancé après guerre en France

Comme nous venons de le voir, la marine française faute de constructions dans ses propres chantiers occupés par l'ennemi bénéficia de l'aide des alliés qui cédèrent des navires au top de la modernité notament en terme de détection.

Ces navires sont rapidement dépassés par les spectaculaires progrès des submersibles qui deviennent suffisament rapides pour pouvoir choisir ou non d'attaquer voir d'échapper après leur forfait aux escorteurs.

Toutes les marines vont ainsi dévelloper de nouveaux navires plus rapides mais qui étaient armés comme leurs devanciers avec une artillerie légère pour la défense contre avions et un armement ASM composé de grenadeurs à sillage, de lance-roquettes, de mortiers et de torpilles.

Les études commencent sérieusement à la fin de 1947 et aboutissent en octobre 1950 au projet E-50 ,un escorteur de 1500 tonnes Washington, filant à 27 noeuds avec une autonomie intéressante (presque 5000 miles nautiques à 15 noeuds) et un armement antiaérien et anti-sous-marin.

L'évolution de l'armement fera qu'on identifiera trois sous-classes dans la catégorie des escorteurs rapides qui seront financés pour une partie d'entre-eux par les crédits du Mutual Defence Assistance Programm (MDAP), le type E-50 regroupant les ER Le Corse Le Brestois Le Boulonnais et Le Bordelais; le type E-52 regroupant les Le Normand, Le Picard, Le Gascon, Le Lorrain, Le Bourguignon, Le Champenois, Le Savoyard, Le Breton, Le Basque, L'Agenais et Le Béarnais alors que le type E-52b regroupe les L'Alsacien Le Provencal et Le Vendéen.


L'ER Le Corse

-Le Corse est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 15 mars 1952 mis à flot le 5 août 1952 et admis au service actif le 23 avril 1955. Il est désarmé le 31 janvier 1975 et coulé comme cible dans l'Atlantique par le sous-marin Psyché.

-Le Brestois est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 14 août 1952 mis à flot le 16 décembre 1952 et admis au service actif le 19 janvier 1956. Il est désarmé le 30 septembre 1975 et coulé comme cible en Méditerranée.

-Le Boulonnais est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 5 septembre 1952 lancé le 12 mai 1953 (en même temps que l'escorteur d'escadre Cassard construit par les ACB) et admis au service actif le 5 août 1955. Il est désarmé en juin 1976 et sa coque est coulée comme cible dans l'Atlantique en 1994.

-Le Bordelais est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne sur Mer le 30 janvier 1953 lancé le 11 juillet 1953 et admis au service actif le 7 avril 1955. Il est désarmé le 1er juin 1976 et démoli à Vigo en Espagne en 1981.


L'ER Normand

-Le Normand est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à la Seyne sur Mer en juillet 1953 lancé le 13 février 1954 et admis au service actif le 13 novembre 1956. Il est désarmé le 29 octobre 1983 et restitué aux Etats Unis, il est coulé comme cible par la 6ème flotte.

-Le Picard est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes le 12 décembre 1953 lancé le 31 mai 1954 et admis au service actif le 20 septembre 1956. Il est désarmé le 21 décembre 1979. Il est coulé comme cible dans l'Atlantique par l'US Navy en 1981.

-Le Gascon est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes le 1er avril 1954 lancé le 23 octobre 1954 et admis au service actif le 29 mars 1957. Il est démoli le 26 septembre 1977. Il est restitué aux Etats Unis à Brest en 1980 mais sa destinée finale est inconnue.

-Le Lorrain est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée de la Seyne sur Mer en février 1954 lancé le 19 juin 1954 et admis au service actif le 1er janvier 1957. Il est désarmé le 6 mars 1976 et démoli à Vigo en Espagne en 1978.

-Le Bourguignon est mis sur cale aux chantiers navals Penhoet sis à Saint Nazaire le 23 avril 1954 lancé le 28 janvier 1956 et admis au service actif le 11 juillet 1957. Il est désarmé le 24 septembre 1976 à été soit coulé comme cible soit démoli.

-Le Champenois est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 20 août 1954 lancé le 12 mars 1955 et admis au service actif le 1er juin 1957. Il est désarmé en août 1975 et coulé comme cible dans l'Atlantique par l'US Navy en novembre 1978.

-Le Savoyard est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée de la Seyne sur Mer en novembre 1953 lancé le 7 mai 1955 et admis au service actif le 14 juin 1957. Il est désarmé le 29 février 1980, restitué aux américains en 1982, il est coulé cible par la 6ème flotte.

-Le Breton est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 2 novembre 1954 mis à flot le 23 avril 1955 et admis au service actif le 20 août 1957. Il est désarmé le 2 avril 1976, utilisé comme brise-lames avant d'être coulé comme cible dans l'Atlantique en 1995.

-Le Basque est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 3 mai 1955 mis à flot le 25 février 1956 et admis au service actif le 18 octobre 1957. Il est désarmé le 27 décembre 1979 et coulé comme cible par le sous-marin Galatée en 1984.

-L'Agenais est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 3 août 1955 lancé le 26 janvier 1957 et admis au service actif le 14 mai 1958. Terminant sa carrière comme navire d'expérimentation, il est désarmé le 30 novembre 1985 puis coulé comme cible en Méditerranée par un Exocet tiré par un Super Etendard Modernisé du porte-avions Foch le 11 octobre 1988.

-Le Béarnais est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 15 décembre 1955 lancé le 26 janvier 1957 et admis au service actif le 18 octobre 1958. Il est désarmé le 1er juin 1979 puis coulé comme cible en Méditerranée en 1984.


L'ER L'Alsacien

-L'Alsacien est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 2 juillet 1956 mis à flot le 26 janvier 1957 et admis au service actif le 27 août 1960. Il est désarmé le 1er septembre 1981 et coulé comme cible en Méditerranée par le sous-marin Flore.

-Le Provencal est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 1er février 1957 lancé le 5 octobre 1957 et admis au service actif le 6 novembre 1959. Il est désarmé le 11 mars 1981 et coulé comme cible en 1992.

-Le Vendéen est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée de la Seyne sur Mer le 11 mars 1957 lancé le 27 octobre 1957 et admis au service actif le 1er octobre 1960. Il est désarmé le 3 juin 1982 et coulé comme cible en compagnie du Breton en 1995.



Caractéristiques Techniques des escorteurs rapides

Déplacement : aux essais 1528 tonnes à pleine charge 1702 tonnes Dimensions : longueur (hors tout) 99.80m (entre perpendiculaires) 95m largeur 10.30m tirant d'eau 3.00m Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées par deux chaudières dévellopant 20000ch et entrainant deux hélices Performances : vitesse maximale 27 noeuds (29 noeuds réussis aux essais) distance franchissable 4500 miles nautiques à 15 noeuds Electronique : un Asdic, un radar de veille aérienne, un radar de veille surface, un radar de conduite de tir et un détecteur d'alerte radar

Armement : (type E-50) 6 canons de 57mm en trois affûts doubles, deux canons de 20mm, quatre plate-formes triples de 533mm et un lance-roquettes de 375mm Bofors et deux grenadeurs de sillage (type E-52) 6 canons de 57mm en trois affûts doubles, 2 canons de 20mm, quatre plate-formes triples lance-torpilles de 533mm à l'arrière, un lance-roquettes de 375mm Bofors sur la plage avant (type E-52b) 4 canons de 57mm en deux affûts doubles, 2 canons de 20mm, quatre plate-formes triples lance-torpilles de 533mm et un mortier ASM de 305mm à la place du lance-roquettes

Equipage : en début de carrière 13 officiers 185 officiers-mariniers, quartiers-maitres et matelots soit 198 hommes; en fin de carrière 9 officiers 52 officiers-mariniers et 109 quartiers-maitres et matelots soit 170 hommes.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 20:47

Escorteurs d'escadre classe Surcouf

Le "Crabe Tambour" alias le Jaureguiberry

Les premiers navires modernes de la marine nationale sont des escorteurs d'escadre type T47, douze navires financés aux budget de 1949 (Surcouf), de 1950 (Kersaint), de 1951 (Cassard Bouvet Dupetit-Thouars et Chevalier Paul) et de 1952 (Maillé-Brézé, Vauquelin, D'Estrées, Du Chayla Casabianca et Guépratte)

Ils sont suivis par une version améliorée dite T53R (meilleure capacité de veille aérienne éloignée pour l'escorte des deux Clemenceau) composée de cinq unités toutes financées au budget 1953 (Duperré, La Bourdonnais Forbin Tartu et Jaureguiberry) et un unique T56, financé au budget 1956, l'escorteur d'escadre La Galissonnière qui est le chainon manquant entre les escorteurs d'escadre et la corvette type C65 Aconit.


L'EE Surcouf

-Le Surcouf est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 16 juillet 1951 mis à flot le 3 octobre 1953 et admis au service actif le 1er novembre 1955. Modifié en bâtiment de commandement, il est victime d'un abordage par le pétrolier soviétique General Boucharov et coupé en deux le 6 juin 1971.

-Le Kersaint est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 5 novembre 1951 mis à flot le 3 octobre 1953 et admis au service actif le 20 mars 1956

-Le Cassard est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 3 mars 1952 lancé le 12 mai 1953 et admis au service actif le 14 avril 1956

-Le Bouvet est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 16 juin 1952 mis à flot le 25 septembre 1954 et admis au service actif le 13 mai 1956.

-Le Dupetit-Thouars est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 24 mars 1952 lancé le 4 février 1954 et admis au service actif le 15 septembre 1956

-Le Chevalier Paul est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) à Bordeaux en février 1952 lancé le 28 juillet 1953 et admis au service actif actif le 22 décembre 1956

-Le Maillé Brezé est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 9 octobre 1953 mis à flot le 2 juillet 1955 et admis au service actif le 4 mai 1957.

-Le Vauquelin est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 8 mars 1954 mis à flot le 2 juillet 1955 et admis au service actif le 3 novembre 1956.

-Le D'Estrées est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 6 octobre 1953 mis à flot le 27 novembre 1954
et admis au service actif le 19 mars 1957

-Le Du Chayla est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 6 octobre 1953 mis à flot le 27 novembre 1954 et admis au service actif le 4 juin 1957

-Le Casabianca est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) à Bordeaux en octobre 1953 lancé le 13 novembre 1954 et admis au service actif le 4 mai 1957

-Le Guépratte est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 19 octobre 1953 lancé le 8 novembre 1954 et admis au service actif le 6 juin 1957.


L'Escorteur d'escadre Duperré dans sa configuration d'origine

-Le Duperré (T53R1) est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 2 novembre 1954 mis à flot le 23 juin 1956 et admis au service actif le 8 octobre 1957

-Le La Bourdonnais est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 7 décembre 1954 mis à flot le 15 octobre 1955 et admis au service actif le 3 mars 1958

-Le Forbin est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 7 décembre 1954 mis à flot le 15 octobre 1955 et admis au service actif le 1er février 1958

-Le Tartu est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes en novembre 1954 lancé le 2 décembre 1955 et admis au service actif le 5 février 1958

-Le Jaureguiberry est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) à Bordeaux en septembre 1954 lancé le 5 novembre 1955 et admis au service actif le 15 juillet 1958


L'Escorteur d'escadre La Galissonnière

-Le La Galissonnière est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 4 novembre 1956 mis à flot le 12 mars 1960 et admis au service actif le 9 juillet 1962

Caractéristiques Techniques des Escorteurs d'Escadre à leur admission au service actif

Déplacement : lège 2846 tonnes (T47) 2950 tonnes (T53) 2938 tonnes (T56) pleine charge 3710 tonnes (T47) 3830 tonnes (T53)

Dimensions : longueur hors tout 128.62m (T47) 128.86m (T53) 132.70m (T56) largeur à la flottaison 12.71m tirant d'eau en charge à l'avant : 3.75m pour les T47, 3.93m pour les T53 et les T56.

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par quatre chaudières dévellopant environ 64000ch et entrainant deux hélices quadripales

Performances : vitesse maximale 34 noeuds distance franchissable 5800 miles nautiques à 16 noeuds

Electronique : radar de veille combinée DRBV-11 et DRBV 22A , radar de veille aérienne DRBV 20A, radars de veille surface et navigation DRBV 30 31 et 50 Sonars DUBV1B et DUBA 1B Détecteur d'alerte radar ARBR10 et radio ARBA20, interrogateur IFF Mk10

Armement : (T47 ) 6 canons de 127mm en trois pseudo-tourelles doubles, 6 canons de 57mm en trois tourelles doubles, 6 canons de 20mm en affûts simples, deux plate-formes triples, lance-torpilles, deux affûts lance-torpilles ASM,deux grenadeurs et quatre mortiers (approvisionnés à 56 projectiles)

(T53) 6 canons de 127mm en trois pseudo-tourelles doubles, 6 canons de 57mm en trois tourelles doubles, 6 canons de 20mm en affûts simples, une plate-forme quadruple lance-torpilles, un lance-roquettes ASM sextuple ,deux grenadeurs et quatre mortiers (approvisionnés à 56 projectiles)

(T56) 2 canons de 100mm en deux pseudo-tourelles à l'avant, un mortier de 305mm ASM, un lanceur pour missiles Malafon

Aviation : aucune sauf pour le T56 qui dispose d'une plate-forme et d'un hangar qui replie sur la plate-forme pour un hélicoptère type Alouette II ou III.

Equipage : 347 officiers et marins pour les T47B, 350 pour les T53R et 307 pour le T56


Peu après leur mise en service, il faut se rendre compte que les Surcouf et les Duperré sont périmés , qu'ils auraient été excellents au sortir de la seconde guerre mondiale mais qu'au début des années soixante, ils n'ont plus grande valeur militaire notament au niveau de l'artillerie de 127mm qui ne sera jamais véritablement au point. Une refonte globale de toute la flotte est nécessaire et c'est ainsi qu'au cours des années soixante, les dix-huit escorteurs d'escadre vont être modifiés, formant des sous-variantes.

Le 8 février 1960, la marine nationale décide de refonte en escorteurs ASM les escorteurs d'escadre D'Estrées, Maillé Brézé, Vauquelin Casabianca et Guépratte. Le projet évolue entre les premiers désidératas de l'état major et la réalité budgétaire du moment pour aboutir en 1965. L'artillerie d'origine est ainsi remplacée par deux canons de 100mm modèle 1964 (une tourelle à l'avant et une autre à l'arrière), les tubes lance-torpilles sont maintenus par les nouveaux escorteurs ASM embarquent une rampe Malafon et un lance-roquettes ASM de 375mm. Les superstructures sont refondus et la détection ASM grandement améliorée par l'embarquement du sonar d'étrave DUBV-23 et d'un sonar remorqué DUBV-43.


L'Escorteur d'Escadre Maillé Brézé, l'un des cinq EE transformés en escorteurs ASM

Les escorteurs d'escadre ont été désarmés le 1er juillet 1971 pour le Chevalier Paul le 1er octobre 1974 pour le Cassard,le 1er juillet 1976 pour le La Bourdonnais, le 27 juillet 1977 pour le Jaureguiberry, le 3 décembre 1979 pour le Tartu, le 1er juin 1981 pour le Forbin, le 1er janvier 1982 pour le Bouvet, le 3 mars 1984 pour le Kersaint, le 7 septembre 1984 pour le Casabianca, le 3 juillet 1985 pour le D'Estrées,, le 5 août 1985 pour le Guépratte, le 6 novembre 1986 pour le Vauquelin, le 1er avril 1988 pour le Maillé Brézé (qui est préservé comme musée flottant à Nantes),le 22 avril 1988 pour le Dupetit-Thouars, le 20 avril 1990 pour La Galissonnière, le 2 septembre 1991 pour le Du Chayla et enfin le 1er juin 1992 pour le Duperré.

Faire bien avec peu de choses

Le choix fait par la France de dévelloper une force nucléaire militaire à rapidement eu une incidence sur le budget accordé à la marine nationale. La majorité des ressources étant absorbée par le dévellopement des SNLE et de leur environement, la force de surface fût contrainte de revoir nombre de ses programmes à la baisse.

A la fin des années soixante fût lancé un plan bleu (à ne pas confondre avec l'ambitieux plan de 1972) destiné à renforcer les capacités anti-sous-marines de la marine nationale qui devait faire face au vieillissement de ses escorteurs rapides et de ses escorteurs d'escadre plus proche de leur désarmement que de leur mise en service.

Le budget étant limité, le Service Technique des Constructions Navales (STCN) dessina en deux navires un navire simple (pour ne pas dire austère), aux capacités militaires limitées mais pouvant être produit en grande nombre.

Connu sous le nom d'aviso type A69, ces navires vont former la première grande série de la marine nationale, construite à l'Arsenal de Lorient en utilisant massivement la préfabrication.

Les quatorze premiers navires sont commandés en 1974 suivit de trois autres dont on envisagea un temps de les équiper d'une plate-forme pour un hélicoptère léger.

Le type A-69 va aussi être exporté. En 1975, l'Afrique du Sud commande deux avisos baptisés Transvaal et Good Hope mais l'embargo sur les armes décidé par les Nations Unies en 1977 oblige l'Afrique du Sud à abandonner ces navires qui sont rachetés par l'Argentine qui le 25 septembre 1978 y ajoute une troisième unité. L'autre client export est la Turquie qui va utiliser huit anciens aviso après leur désarmement à la fin de la décennie quatre-vingt dix et au début de la décennie suivante.


Lignes simples et capacités unitaires limités pour une production de masse

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:00

HISTORIQUE

Le D'Estienne d'Orves

L'aviso D'Estiennes d'Orves à toulon en 1983

Présentation

-Le D'Estienne d'Orves est mis sur cale le 1er septembre 1972 lancé le 1er juin 1973 et admis au service actif le 10 septembre 1976.


Le Lieutenant de Vaisseau D'Estiennes d'Orves

Il porte le nom du Lieutenant de Vaisseau Henri Honoré D'Estienne d'Orves (1901-1941). Sorti de l'Ecole Polytechnique en 1923, il est lieutenant de vaisseau au moment où la France connait les heures les plus sombres de son histoire.

Immobilisé à Alexandrie avec la force X alors qu'il est affecté au croiseur lourd Duquesne, il décide de rallier le général De Gaulle («Tant qu'il y aura une lueur d'espoir je combattrai pour débarrasser mon pays de l'emprise de cet homme qui veut détruire nos familles et nos traditions. Mes ancêtres se sont battus jusqu'au bout, je ne puis faire autrement que les imiter.») .

Affecté au deuxième bureau, il est ensuite envoyé en France occupée pour organiser à partir du 22 décembre 1940 un réseau de renseignement (réseau NEMROD). Arrêté par la Gestapo le 20 janvier 1941 après avoir été trahit par son radio «Marty». Condamné à mort à l'issue d'un procès du 13 au 16 mai, il est fusillé le 29 août 1941.

Le premier aviso type A69 est le deuxième navire à porté ce nom après une corvette de type Flower des FNFL. Lancée sous le nom de HMS Lotus aux chantiers Hills le 17 janvier 1942, elle fut transférée aux Forces Navales Françaises Libres le 23 mai de la même année et prit le nom de Commandant d'Estienne d'Orves. La corvette est rendue à la Royal Navy le 31 mai 1947.

Carrière opérationnelle

L'aviso D'Estiennes d'Orves en 1991 lors de son Iper à Lorient

A son admission au service actif, l'aviso est affecté en Méditerranée avec pour port-base Toulon.

Le 1er mai 1977 est mise sur pied la troisième division d'Avisos formée du D'Estiennes d'Orves et du Drogou qui sont rejoints par le Quartier-maître Anquetil à partir du 15 mai 1978.

Dans la Mare Nostrum, l'aviso va essentiellement passé son temps entre exercices otaniens ou multinationaux et missions de surveillance et de présence.

Il subit une première IPER du 6 novembre 1978 au 2 février 1979 et connait son premier déploiement hors Méditerranée du 16 janvier au 19 mai en étant envoyé dans l'Océan Indien. Ce premier déploiement sera suivit d'un second du 17 juin au 11 décembre 1982.

Il est également engagé dans la guerre du Liban participant à «Olifant XIX» du 14 décembre 1983 au 20 février 1984 avant d'enchainer par un nouveau déploiement dans l'Océan Indien et la mer d'Oman du 5 avril au 26 août 1984.

Du 2 juillet au 10 décembre, il subit sa sixième IPER, une IPER etoffée comparable à une refonte à mi vie. A son retour à Toulon, il retrouve la 3ème division qui regroupe désormais les avisos mieux équipés en contre-mesures à savoir le D'Estienne d'Orves, le Premier maitre L'Her et le Commandant Ducuing.

Du 12 septembre 1988 au 26 janvier 1989, l'aviso D'Estiennes d'Orves est en mission dans l'Océan Indien. Du 30 octobre au 2 novembre, il subit une période d'entretien intermédiaire à Dubaï, partageant le bassin avec un cargo battant pavillon iranien............ .

Suite à sa mission dans l'Océan Indien, l'avio participe à une mission en Méditerranée orientale du 20 mars au 27 avril. Suite à des incidents entre pêcheurs sétois et espagnols, l'aviso est déployé en mission de surveillance des pêche du 8 au 10 novembre.

Comme une partie non négligeable de la marine nationale, l'aviso est engagé dans l'opération Daguet, il assure par exemple l'escorte du transport de munitions Tchekov du 1er au 11 octobre 1990 mais également d'autres navires affrêtés en Méditerranée orientale (30 décembre 1990-17 janvier 1991) avant d'assurer une mission de surveillance du trafic commercial en Méditerranée orientale du 11 mars au 19 avril 1991.

Du 15 juillet 1991 au 17 mars 1992, l'aviso est en IPER mais sans son équipage qui est dispersé quand les travaux commence. L'équipage de l'aviso rembarquera sur le D'Estiennes d'Orves après une formation sur le Drogou à chaque fois avec un tiers de l'équipage.

Du 16 février au 31 mars 1993, l'aviso est en mission d'Artimon dans le Nord de la mer rouge, cette mission devant servir à vérifier le respect de l'embargo imposé à l'Irak. 58 bâtiments sont ainsi visités en 28 jours de mer. Il enchaine par une mission dans l'Océan Indien jusqu'au 2 août. Entre-temps, le 1er juillet 1993, la 3ème division d'aviso à été dissoute.

Le D'Estiennes d'Orves est ensuite engagé dans le conflit de l'ex-Yougoslavie, participant à plusieurs missions Sharp Guard (21 au 28 novembre 1993, 28 février au 3 avril, 4 août au 25 septembre) avant un nouveau déploiement dans l'Océan Indien du 17 novembre 1994 au 28 avril 1995 marquée notamment par une participation à l'opération United Shield, l'évacuation de la force des casques bleus déployée en Somalie.


L'aviso D'Estiennes d'Orves dans l'Atlantique Nord en 1995

A son retour de l'Océan Indien, le D'Estiennes d'Orves est transféré à Brest. Il effectue du 25 septembre au 6 novembre 1995 une mission de présence dans l'Atlantique Nord. C'est ensuite la mission Corymbe XXVII de juillet à octobre 1995.

Les jours de l'aviso sont comptés, son désarmement se rapporchant chaque jour un peu plus et le 30 juin 1999, le D'Estiennes d'Orves est mis en réserve spéciale avant d'être vendu à la Turquie en compagnie de cinq de ses sister-ships. La vente est officielle le 2 novembre 1999. Rebaptisé TCG Beycoz, il à été remis en service après remise à niveau le 18 mars 2002.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:08

L'Amyot d’Inville

L'aviso Amyot d'Inville à Cherbourg en 1984

Présentation

L'Amyot d'Inville en construction

-L'Amyot d'Inville est mis sur cale le 2 juillet 1973 lancé le 30 novembre 1974 (en même temps que la frégate De Grasse et son sister-ship Commandant Drogou) et admis au service actif le 13 octobre 1976.


Le deuxième aviso de type A69 est le deuxième navire à rendre hommage au Capitaine de frégate Hubert Amyot d’Inville (Beauvais 1er octobre 1909-Rome 9 juin 1944). Après un service militaire dans la marine, il intègre la marine marchande tout en étant enseigne de réserve ce qui lui permet de prendre le commandement d'un groupe de dragueurs qui aida au nettoyage des chenaux de Dunkerque.

Français libre de la première heure, il devient l'adjoint du capitaine de corvette Détroyat, commandant du 1er bataillon de fusiliers marins. Il combat en AEF, en Ethiopie, en Erythrée puis aux opérations de Syrie où il est grièvement blessé avant d'enchainer par les combats en Libye notamment les combats de Bir Hakeim et d'El Alamein.

Après la campagne de Tunisie en mai 1943, il participe à la campagne d'Italie. Il est tué le 9 juin lors d'une mission de reconnaissance dans la banlieue de Rome, tué par l'explosion d'une mine sous son véhicule.

Le premier navire à porté ce nom est un aviso-dragueur colonial dont la construction est interrompue par l'armistice de juin 1940. Repris par la France lors de la libération de Saint Nazaire, il est mis en service en 1947, servant en Extrême Orient de 1948 à 1954 puis après une période de réserve, est réarmé en 1956 servant en Algérie et pour les corvettes de l'Ecole Navale. Placé en réserve spéciale B le 18 août 1964, il est condamné le 15 juillet 1966 puis démoli.

Carrière opérationnelle

L'Amyot d'Inville lors de la mission Corymbe XXV

A son admission au service actif, l'aviso est basé à Brest. Le 1er mai 1977, il participe à la constitution de la 2ème division d'avisos (2ème DIVAVI) avec son sister-ship Détroyat, le Jean Moulin les rejoignant le 25 octobre suivant.

Comme ses sister-ship, l'Amyot D’Inville va partager son temps entre différentes escales des missions de surveillance dans l'Atlantique qu'il s'agisse de protéger les sorties des SNLE ou de surveiller le rail d'Ouessant.

Le 7 mars 1980, le pétrolier malgache Tanio fait naufrage au large des côtes bretonnes et l'aviso Amyot d’Inville participe aux opérations de lutte contre la catastrophe.

Après l'exercice Suroit 82, l'aviso change de port base, quittant Brest pour Cherbourg. Il forme au sein de la Flottille de bâtiments légers du Nord la 1ère DIVAVI en compagnie de ses sister-ship Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff et Second-maître Le Bihan.

Depuis le port normand, l'aviso va essentiellement mené des missions de pistage des forces soviétiques, l'accompagnement des SNLE, des exercices au sein de l'Escadre de l'Atlantique ainsi que des missions de service public notamment la surveillance du rail d'Ouessant et de la fosse du Casquet sans parler de missions de sauvetage.

Le 5 novembre 1984, l'aviso appareille de Brest pour une mission de présence Okoumé 2/84 en Afrique de l'Ouest faisant escale à Dakar, Lagos, Abidjan, Freetown, Conakry et de nouveau Dakar avant de rentrer à Cherbourg le 24 décembre 1984.

Le 31 décembre 1985, il quitte Cherbourg pour une mission en mer Baltique, faisant escale à Copenhague avant de rentrer à Cherbourg le 15 janvier 1986. Il subit sa sixième IPER (IPER de mi-vie) à Lorient du 25 mars au 17 octobre 1986, recevant des torpilles L5, des roquettes ASM modèle F1 et une tourelle de 100mm CADAM.

Du 18 juin au 1er octobre 1987, il effectue une mission de surveillance dans la zone Antilles-Guyane notamment pour surveiller la ZEE avec des manoeuvres avec les marines de la région (Pays Bas, Etats-Unis et Canada).

A la suite d'incidents entre pêchers espagnols et français, l'aviso effectue une mission de surveillance au cours d'un entraînement de groupe dans le golfe de Gascogne avant de quitter l'Atlantique pour une mission de présence en Mer du Nord à la fin de 1989.

Du 18 au 22 juin 1990, l'aviso assure la protection maritime du sommet franco-africain de La Baule puis lors de la visite du président de la République à la Rochelle. Il enchaine par un déploiement en Atlantique Nord du 2 au 18 août. Il termine l'année par une mission de surveillance des pêches dans l'Atlantique Nord notamment au large de Saint Pierre et Miquelon.

Du 30 mars au 9 novembre 1992, il subit une IPER sans équipage, l'équipage de l'aviso Commandant Blaison prend possession de l'Amyot-d'Inville, les essais post-IPER se déroulant jusqu'au 10 novembre.

Le 10 novembre 1992, l'Amyot-d'Inville est affecté au GASM (Groupe d'Action Sous-Marine) avec Brest comme nouveau port d'attache.
Il commence l'année 1993 par une mission de présence au large de l'Afrique, la mission Corymbe IX qui voi l'aviso protéger les champs pétrolifères exploités par Elf au large de Soyo (Angola) et patrouiller dans le Golfe de Guinée avant de rentrer à Brest le 11 mai 1993.

Trois ans après, l'aviso effectue une nouvelle mission au large de l'Afrique de l'ouest, une mission double en fait avec Corymbe XXV (mission de présence) et Aramis, le soutien de Paris au Cameroun dans le conflit l'opposant au Nigéria à propos de la péninsule de Bakassi qui à débouché en 2008 sur la rétrocession de la région au Cameroun. Rentré à Brest, il participe à la remise en condition du GEAOM (croiseur-école Jeanne d'Arc et frégate de surveillance Germinal) du 12 au 22 septembre 1996.

Le principal événement de l'année 1997 pour l'aviso est un déploiement aux Antilles de la mi-août à la fin novembre 1997.
Le 1er mai 1998, il quitte Brest pour un déploiement en mer Baltique en compagnie de son sister-ship Jean Moulin dans le cadre du PFP (Parternship for Peace Partenariat pour la Paix), l'antichambre de l'OTAN. Il est de retour à Brest le 22 juin 1998.

Il est déployé dans les Antilles du 1er février (date de son départ de Brest) au 23 avril (date de son retour à son port d'attache).
Le 25 juin 1999 a lieu la dernière sortie des commandants avant une mise en réserve spéciale le 30 juillet. Il doit subir une longue période de remise à niveau avant d'être revendu à une marine étrangère.


L'Amyot d'Inville en grand carénage avant son transfert à la Turquie

En novembre 2000, il est vendu à la Turquie, le contrat étant signé le 2 novembre. Il est remis en service le 3 juin 2002 sous le nom de TCG (Türkiye Cumhuriyeti Gemisi/Navire de la République Turque) Bartin (F-504).


Photo de famille en Turquie : L'aviso turc F504 Bartin (ex Amyot d'Inville) à couple des avisos F502 Bandirma (ex QM Anquetil) et F 501 Bodrum (ex Drogou) à la base navale d'Izmir

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:15

Le Drogou (F-783)

L'aviso Drogou à Brest

Présentation

Les avisos Amyot d'Inville et Drogou en achèvement à flot à Lorient

-Le Drogou est mis sur cale le 1er octobre 1973 lancé le 30 novembre 1974 et admis au service actif le 30 septembre 1976.


Le troisième aviso type A-69 est le deuxième navire de la marine nationale à rendre hommage au capitaine de corvette François Drogou (Bohars, Finistère 30 décembre 1904-en mer 15 décembre 1940). Entré à l'Ecole Navale en 1923, il sert à bord du cuirassé Paris et du torpilleur Enseigne Gabolde, il suit les cours officiers torpilleurs avant de servir sur le croiseur léger Primauguet. Il passe sur les sous-marins, servant à bord de l'Argo, de l'Oréade et du Monge avant de prendre la tête des sous-marins Orion puis du Narval.

A la tête de ce sous-marin, il rallie Malte le 25 juin 1940, se plaçant sous les ordres du général De Gaulle. Promu capitaine de corvette le 29 août 1940, il effectua avec le Narval plusieurs missions avant de disparaître le 15 décembre 1940 avec son bâtiment, qui a probablement sauté sur une mine du barrage de Sfax.

Le premier navire à porté le nom de ce grand marin est une corvette de type Flower, la HMS Chrysanthem lancée le 11 avril 1941 et attribuée le 30 mai aux FNFL. Baptisée Roselys, elle est rebaptisée Commandant Drogou. Entrée en service en janvier 1942, elle eut comme commandant, le LV Yves Drogou, frère de François Drogou. De retour à Brest en septembre 1946, elle est restituée à la Royal Navy à Rosyth le 31 mai 1947.

Carrière opérationnelle

L'aviso Drogou lors de la revue navale du 14 juillet 1982, l'équipage au poste de bande

Basé à Toulon lors de son admission au service actif, l'aviso est redéployé à Brest à partir de 1994.

Durant sa longue carrière, il va mener comme ses sister-ship des missions de présence outre-mer aux Antilles et au large de l'Afrique ou lors de missions de guerre comme en Adriatique et au large du Liban.

Désarmé le 27 juillet 2000, le Drogou est transféré à la Turquie le 18 octobre 2001 où il est devenu le TCG Bodrum (F-501).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:19

Le Detroyat (F-784)

L'aviso Détroyat à la mer

Présentation

-Le Détroyat est mis sur cale en 1974, lancé le 31 janvier 1976 et admis au service actif le 4 mai 1977.


Le quatrième aviso type A-69 est le deuxième navire de la marine nationale à rendre hommage au Capitaine de corvette Robert Détroyat (Tours 8 janvier 1911 Mezza Syrie 21 juin 1941). Entré à l'Ecole Navale en 1929, il sert à bord notamment du croiseur Algérie, du contre-torpilleur Chevalier Paul et du croiseur léger Primauguet. Il participe à la camapgne de France sur le chasseur 5 avant de rallier les FNFL dès le 14 juillet 1940, recevant le commandement du 1er bataillon des fusiliers marins. Il est tué le 21 juin 1941 lors de la campagne de Syrie.

Le premier navire à lui rendre hommage fût une corvette de classe Flower, la HMS Coriander lancée le 9 juin 1941 et cédée au moins d'août de la même année aux FNFL où elle est baptisée Commandant Détroyat. Il est restitué à la Royal Navy à Rosyth le 3 mai 1947.

Carrière opérationnelle

Le 15 novembre 1976, l'acteur Jean Gabin est décédé. Il est incinéré et ses cendres sont dispersées en mer d'Iroise le 19 novembre 1976 par le croiseur-école Jeanne d'Arc accompagné par l'aviso Détroyat, un hommage au second maitre Jean Moncorgé qui à servit à bord du pétrolier Elorn et au sein de la 2ème DB. Le reste de sa carrière m'est inconnue mais elle ne devait pas être différente de ses sister-ship. Désarmé le 25 avril 1997, il sert de brise-lames à Brest.


Aujourd'hui, l'ex-Détroyat sert de brise-lames à Brest en attendant une probable déconstruction

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:29

Le Jean Moulin

Le Jean Moulin se ravitaillant auprès du BSL Loire

Présentation

Le Jean Moulin en construction

-Le Jean Moulin est mis sur cale le 15 janvier 1975 lancé le 31 janvier 1976 et admis au service actif le 11 mai 1977.


Le Jean Moulin peu avant sa mise à flot


Le cinquième aviso type A-69 rend hommage au préfet Jean Moulin (Béziers 20 juin 1899 Metz le 8 juillet 1943). Après des études de droit à la faculté de Montpelier, il devient en 1930 le plus jeune sous-préfét de France. En 1937, il devient préfet de l'Aveyron puis en 1939 d'Eure et Loire, poste qu'il occupait encore en 1940 lors de la défaite de la France.

Après l'occupation allemande, il refusa de signer un document relatant les atrocités imputées à des tirailleurs sénégalais par les allemands. Torturé, il tente de se suicider pour ne pas céder.

Relevé de ses fonctions, il entra dans la Résistance et gagna l'Angleterre. Par la suite, nommé délégué du général De Gaulle pour la zone libre, il retourna en France et joua un rôle déterminant dans l'organisation des maquis et dans le développement du conseil national de la Résistance dont il devint président le 27 mai 1943.

Arrêté par la Gestapo à Caluire, près de Lyon en juin 1943, emprisonné et torturé, il mourut le 8 juillet 1943 à Metz, au cours de son transfert en Allemagne.

Chevalier de la Légion d'honneur, il reçut la croix de la Libération le 17 novembre 1942. A titre posthume, il fut décoré de la médaille militaire et de la Croix de guerre avec palmes et fut fait général de brigade honoraire.

Carrière opérationnelle

L'aviso Jean Moulin en 1985-86

A son admission au service actif, le Jean Moulin est basé à Brest au sein de la 2ème division d'avisos. Du 15 septembre au 15 décembre 1978, il effectue une mission Sargasse 7, une mission de présence dans l'Atlantique avec des escales au Brésil et en Afrique Noire francophone. Il subit sa première IPER du 3 janvier au 18 mai 1979.

Après l'exercice Opengate du 27 avril au 3 mai 1984, l'aviso est déployé du 4 mai au 6 juillet dans la Zone Maritime Antilles-Guyane (ZMAG) pour une mission de présence avec de nombreuses escales de répresentation pour montrer le pavillon.

Le 4 août 1986, le Jean Moulin quitte Brest direction le Pacifique où il va désormais être affecté comme bâtiment de zone. Il fait escale à Heraklion, Port Saïd, franchit le canal de Suez, fait escale à Djibouti, Malé, Colombo, Port Kelang et Darwin. Le 14 septembre, l'aviso est officiellement placé sous le commandement d'ALPACI (Amiral Commandant la flotte du Pacifique) avec pour supérieur direct COMAR (Commandement MARine) Nouméa où l'aviso arrive le 30 septembre 1986 après presque deux mois de mer.

Sur zone, il va mener une mission de présence, des missions de service public et des exercices avec les autres bâtiments présents sur zone. Il quitte Nouméa le 31 août 1987 et rentre à Brest le 6 novembre, étant de nouveau affecté à la 2ème division d'avisos. Il est en Iper du 21 décembre 1987 au 4 mars 1988.

Le 1er octobre 1990, la 2ème division d'avisos est dissoute et le Jean Moulin rejoint la 4ème division d'avisos.


Le Jean Moulin à la mer au début des années quatre-vingt dix

Le 25 mars 1991, le Jean Moulin rentre en Iper, une Iper sans équipage à Lorient avec passage au bassin, remplaçant le Detroyat, 70% du personnel rejoyant cet aviso pour le réarmer. Il est remis en service en février 1992. Le 1er juin 1992, le Jean Moulin est rattaché au Groupe d'Action Sous-Marine qui remplace l'Escadre de l'Atlantique.

Du 6 avril au 28 mai 1993, il participe à l'opération Sharp Fence, une mission de contrôle maritime destiné à faire respecter l'embargo à l'encontre des pays de l'ex-Yougoslavie.

Du 12 avril au 9 mai 1994, il participe à un exercice anti-sous-marin franco-polonais en mer Baltique dans le cadre du PFP. C'est la première manifestation d'un rapprochement de la Pologne avec l'OTAN qui se concrétisera par l'adhésion de Varsovie à l'Alliance Atlantique en 1997 en compagnie de la République Tchèque et de la Hongrie.

Après un exercice franco-polonais du 18 avril au 11 mai 1995 en Baltique toujours dans le cadre du PFP, le Jean Moulin participe du 6 novembre au 20 novembre 1995 à la mission Corymbe XXIII en compagnie du BSS Rance notamment pour sécuriser les approches de Cotonou lors du 6ème sommet de la francophonie (2-4 décembre).

L'année 1997 est principalement marqué par la mission Corymbe XXXI au large de l'Afrique du Noire du 21 mars au 13 juin avec notamment l'opération Espadon, l'évacution des ressortissants français de Sierra Léone en compagnie de la frégate Germinal. 369 ressortissants ont été exfiltrés par l'aviso.
Du 26 janvier au 9 mai 1999, l'aviso effectue une mission de surveillance du narcotraffic dans l'Atlantique avec une incursion dans le Pacifique.

Rentré à Brest, le Jean Moulin est désarmé le 14 mai puis mis en réserve spéciale le 2 juillet 1999.

Les négociations avec la Turquie ayant échoué, le bâtiment est placé sous la responsabilité de la base navale de Brest le 27 juillet 2001, mais n'est officiellement condamné que le 30 juin 2009. Sa coque prend le numéro Q834, elle est destinée à la déconstruction.


Le Jean Moulin sert actuellement de brise-lames à Lanvéoc

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:33

Le Quartier-Maître Anquetil

L'aviso Quartier-Maitre Anquetil en 1982

Présentation

-Le Quartier-Maître Anquetil est mis sur cale le 1er août 1975 lancé le 7 août 1976 et admis au service actif le 15 juin 1979.


Le sixième aviso type A-69 est le premier navire à rendre hommage au Quartier-Maître Bernard Anquetil (Bernières-d'Ailly Calvados 20 décembre 1916 prison de Fresnes 24 octobre 1941). En juin 1940, il était affecté au sous-marin Ouessant en carénage à Brest. Démobilisa, il accepta d'intégrer un réseau de renseignement comme opérateur radio. Repéré par les goniomètres allemands, il est arrêté le 30 juillet. Condamné à mort le 15 octobre, il est fusillé le 24 octobre 1941.

Carrière opérationnelle

Le Quartier-Maitre Anquetil en 1995

A sa mise en service, il est affecté à Toulon au sein de la 3ème division d'avisos. Sa première mission est une mission de présence en Méditerranée du 4 au 25 août avant une seconde du 4 au 22 décembre 1978. Il subit sa première Iper du 15 octobre 1979 au 1er février 1980 avant des essais du 1er au 15 février.

Le 11 novembre 1980, il appareille pour une première mission dans l'Océan Indien, mission qui s'achève le 21 mars 1981 par son retour à Toulon. Il effectue une deuxième mission dans cette zone du 3 novembre 1981 au 27 mars 1982. Il participe à la revue navale à Toulon le 14 juillet 1982.

Il repart pour un troisième déploiement en Zone Maritime Océan Indien (ZMOI) du 1er octobre 1982 au 24 février 1983 avec des escales à Aqaba (Jordanie), Djibouti et Karachi. Il est également engagé dans la guerre du Liban, participant à la mission Olifant XVIII du 21 octobre au 20 novembre 1983 puis à la mission Anabase du 9 au 23 décembre 1983.

Le quartier-Maître Anquetil commence l'année 1984 par la mission Olifant XIX du 1er février au 24 mars. Il retournera au large du Liban du 20 octobre au 20 décembre. Il effectue une nouvelle mission en ZMOI du 21 juin au 10 octobre 1985.

Du 8 janvier au 14 mars 1986, il participe à la mission Olifant au large du Liban avant une mission de surveillance en Méditerranée du 5 au 8 octobre 1986 suivit d'uen seconde baptisée «Artemis» du 8 au 20 janvier 1987.

Il subit son IPER à mi-vie à partir du 26 octobre 1987 à Lorient, terminant ses travaux le 26 avril 1988 avant des essais à la mer. Il effectue une mission Onagre de présence en Méditerranée centrale et orientale avant un Passex avec la marine italienne du 19 au 23 juin puis avec les marines italiennes et espagnoles du 27 au 30 juin.

Le 13 janvier 1989, il appareille pour l'Océan Indien afin de participer à l'opération Néréides, une mission de protection des intérêts français dans cet Océan. Cette mission s'achève le 26 mai 1989.

Du 20 janvier au 10 mars 1990, il effectue une mission de présence en Méditerranée (opérations Orque et Glycine). Il participe ensuite à l'opération Daguet du 22 septembre au 6 octobre pour escorter les navires civiles affrêtés de Toulon à Port Saïd. Après une Iper du 16 octobre 1990 au 4 janvier 1991, il reprend sa mission d'escorte du 12 février au 14 mars 1991.

Du 16 au 21 avril 1991, il participe à l'opération de lutte anti-pollution Haven en servant de PC, cette opération ayant été déclenchée suite au naufrage d'un pétrolier chypriote au large de Gênes avant d'exécuter l'opération Badge, l'exfiltration hors du Liban du général libanais Michel Aoun.

Du 23 au 26 juillet 1992, il surveille le littoral français durant les J.O de Barcelone avant une mission Sharp Vigilance dans l'Adriatique du 27 septembre au 18 novembre. Après un échouage en baie de Thessalonique, il est au bassin du 25 novembre au 18 décembre pour réparations, l'indisponibilité accidentelle s'achevant le 23 décembre 1992.

Du 21 janvier au 1er mars 1993, l'aviso est engagé dans une mission Sharp Fence dans l'Adriatique suivit d'une seconde du 13 avril au 18 mai. Il est ensuite en mission Artimon du 18 août au 26 septembre avant un long déploiement dans l'Océan Indien jusqu'en mars 1994.

Après une Iper jusqu'à la fin du mois de septembre, le Quartier-Maître Anquetil participe à une opération Sharp Guard du 29 octobre au 24 novembre 1994 suivit d'autres missions du 4 avril au 12 mai et du 7 septembre au 20 octobre 1995.

Le 20 novembre 1995, il appareille pour l'Océan Indien pour une mission de présence jusqu'au 4 avril 1996. Du 28 novembre au 8 décembre 1996, il effectue une mission de présence en Méditerranée. Il effectuera une nouvelle mission de présence en Méditerranée du 5 au 22 juin 1996.

Du 27 septembre 1998 au 23 janvier 1999, il est déployé dans l'Océan Indien, cette mission étant centré sur l'opération Condor, la médiation française dans le différent territorial des îles Hanish entre le Yémen et l'Erytrée. Relevé par l'Enseigne de Vaisseau Jacoubet, le quartier-Maître Anquetil quitte Djibouti le 3 février, franchit le canal de Suez le 8 février avant de rentrer à Toulon le 12 février 1999.

Du 22 septembre au 28 octobre 1999, il effectue une mission de surveillance en Méditerranée et en mer Noire. Il effectue un dernier exercice de flottille «Entflo 2000» du 6 au 17 mars, le dernier événement saillant de sa carrière française.

Le 2 novembre 2000, le bâtiment est vendu à la Turquie, étant livré le 15 novembre. Il est remis en service le 14 décembre 2001 sous le nom de TCG Bandirma (F-502).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:39

Le Commandant de Pimodan (F-787)

Le Commandant de Pimodan à quai

Présentation

-Le Commandant de Pimodan est mis sur cale le 1er septembre 1975, lancé le 7 août 1976 et admis au service actif le 20 mai 1978.


Le septième aviso de classe D'Estiennes d'Orves est le deuxième navire à rendre hommage au Commandant Henri Charles, Marie de la Vallée de Rarecourt, comte de Pimodan (Jumellière Maine-et-Loire 22 octobre 1911 camp de Ludwiglust 18 avril 1945). Entré à l'Ecole navale de 1930, ce petit-fils de La Grandière sort sixième de sa promotion et va être affecté sur l'aviso Ville d'Ys puis sur le Jules Vernes, le Duquesne, le Georges Leygues et le Jean de Vienne, affectations en mer entre-coupées de postes d'instructeurs.

Après le sabordage, il est affecté à Paris où il s'engage dans la Résistance (ORA Organisation de Résistance de l'Armée). Arrêté par la Gestapo le 5 février 1944, il est torturé puis déporté le 19 mai en Allemagne au camp de Ludwiglust où il meurt le 18 avril 1945.

Le premier navire à avoir rendu hommage à ce grand marin est un aviso-dragueur colonial de type Chamois mis sur cale aux ACL à Saint-Nazaire en décembre 1939 mais dont l'armistice perturba la cosntruction bien qu'il fût lancé le 29 mai 1942. Les travaux d'achèvement reprennent après la libération.

Armé le 1er juillet 1947, il est envoyé en Indochine de 1948 à 1955 moins des grands carénages à Uraga et à Bizerte. Il participe aux missions Surmar au large de l'Afrique du Nord puis termine sa carrière comme navire-école de 1957 à 1964. Placé en réserve spéciale B le 15 août 1964, il n'est condamné que le 1er juin 1976.

Carrière opérationnelle

Le Commandant de Pimodan à la mer lors d'une revue navale

Durant ces vingt-quatre années de carrière, l'aviso à été basé successivement à Cherbourg, à Toulon puis à Brest où il à passé les cinq dernières années de sa vie active sous pavillon français. Comme tous ses sister-ship, il à effectué des missions de présence outre-mer, de défense des approches maritimes, des missions de service public sans oublier de nombreux exercices avec d'autres bâtiments français et étrangers.

Désarmé le 28 juillet 2000, le Commandant de Pimodan est vendu à la Turquie en compagnie de cinq de ses sister-ship dans le cadre d'un contrat signé le 2 novembre 2000. Après une remise en condition effectuée par la DCN, l'aviso à quitté Brest pour Izmir le 8 juillet 2001. Il sert depuis dans la marine turque sous le nom de TCG Bozcaada (F-500).


Le TCG Bozcaada (F-500).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:43

Le Second-Maître Le Bihan (F-788)

Le Second-Maitre Le Bihan à Brest en 2000

Présentation

-Le Second-Maître Le Bihan est mis sur cale le 1er novembre 1976 lancé le 13 août 1977 et admis au service actif le 11 juillet 1979.


Le huitième aviso de type A-69 rend hommage au Second-Maître Marcel Le Bihan (Douarnenez 23 avril 1916-15 juin 1940). Entré dans la marine le 1er avril 1935, il était au printemps 1940 pilote de chasse au sein de l'escadrille AC3 (équipée de bloch MB-151 et de Dewoitine D-510), il fût grièvement brûlé lors d'une attaque italienne quand il fonça sur les appareils italiens en vidant ses chargeurs. Il mourut quelques heures plus tard.


La gabare Marcel Le Bihan

Le premier navire à avoir rendu hommage à ce fier breton est un ancien aviso allemand, le Greif entré en service en 1937, saisi par les américains puis transféré à la France en février 1948. Utilisé comme dépanneur d'aviation, il est mis en réserve en 1953 mais réarmé le 1er novembre 1959 comme gabare. Rebaptisé Gustave Zédé le 1er jnavier 1978, la gabare est désarmée en 1985 et coulée en 1990.

Carrière opérationnelle

Le Second Maitre Le Bihan en 2001

A sa mise en service, le Second-Maitre Le Bihan est affecté à Cherbourg mais la réduction des moyens de la marine dans le cadre du plan Optimar 95 puis de la professionnalisation des forces armées, voit l'aviso être basé à Brest à partir de 1994.

Comme tous ses sister-ship, il à effectué des missions de présence outre-mer, de défense des approches maritimes, des missions de service public sans oublier de nombreux exercices avec d'autres bâtiments français et étrangers.

Sa dernière mission à été l'escorte d'un SNA français jusqu'en Océan Indien via le canal de Suez pour lui permettre de participer à l'opération Heraklès en l'occurence le Rubis.

Désarmé le 26 mai 2002 suite à une dernière sortie à la mer avec ses anciens commandants, l'aviso est transféré à la marine turque le 26 juin 2002. Transféré directement à ses nouveaux propriétaires, il sert depuis sous le nom de TCG Bafra (F-505).

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:51

Le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff (F-789)

Le LV Le Hénaff en 1990

Présentation

-Le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff à été mis sur cale le 21 mars 1977 lancé le 16 septembre 1978 et admis au service actif le 13 février 1980.


Le neuvième aviso type A-69 est le premier navire à rendre hommage à Yves Le Hénaff (Penhars Finistère 23 octobre 1914-juillet 1944). Entré à l(Ecole Navale, il servit en Extrême Orient avant de rentrer en France en 1941 où il affecté à une unité aéronavale. Parachuté en Bretagne le 15 juin 1943, il fit évader près de soixante personnes mais suite à l'échouage de son bateau le 2 février 1944, il est arrêté par la Gestapo trois jours plus tard. Torturé, il succombe dans le train le déportant à Dachau. Sa date de décès tout comme sa sépulture restent inconnues.

Carrière opérationnelle

Le LV Le Hénaff à Brest en 2004

Conçu pour contrer sur le plateau continental, les hors de sous-marins soviétiques déferlant lors d'une hypothétique invasion du Pacte de Varsovie, l'aviso va mener une carrière bien différente en passant la plus grande partie de son temps dans des exercices et des missions de surveillance maritime et de présence outre-mer. Il va s'illustrer à plusieurs reprises dans la répression du narcotrafic et des dégazages sauvages en mer.

C'est ainsi que du 12 au 30 octobre 1998, le Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff va mener un entrainement de groupe en compagnie de ses sister-ships Second-Maître Le Bihan Commandant de Pimodan Lieutenant de Vaisseau Lavallée et du D'Estiennes d'Orves ainsi que de navires étrangers notamment espagnols et marocains.


Le cargo Winner

En juin 2002, il participe avec deux Falcon 50M, le commando Jaubert et son sister-ship Commandant Bouant à l'arraisonnement mouvementé du cargo cambodgien Winner soupçonné de se livrer au trafic de drogues. Le cargo tente ainsi d'éperonner les embarcations de visite, une collision avec le LV Le Hénaff est évité de justesse. Des tirs au but doivent être exécutés pour faire stopper le navire alors qu'une partie de la cargaison était jetée par dessus bord.

Après avoir participé en mars 2003 au soutien des opérations de dépollution lié à la catastrophe du Prestige, l'aviso arraissonne le minéralier Nicholas M (pavillon Saint-Vincent et Grenadines) prit en flagrant délit de dégazage au mois de décembre 2003.

Le LV Le Hénaff effectue la mission Corymbe 75 en février-mars 2004 avant d'être en IPER à Brest de décembre 2005 à mars 2006.


Le LV Le Hénaff en 2006

L'année 2007 est marquée pour l'aviso par un exercice anti-sous-marin Spontex en octobre 2007 en compagnie de navires et d'aéronefs anglais, allemands et italiens qui fait suite à l'arraisonnement d'un cargo lituanien, le Vytautas en flagrant délit de dégazage en juin et un exercice amphibie Skreo du 14 au 25 mai.

Après un exercice d'entrainement Morskoul du 11 au 21 mars, le LV Le Hénaff participe à la mission Corymbe 93, en relève du BPC Tonnerre. L'aviso est ainsi déployé dans le golfe de Guinée et au large des côtes africaines de mars à juin 2008.

Après un arrêt technique majeur d'octobre 2009 à janvier 2010, l'aviso devenu patrouilleur de haute mer (débarquement du lance-roquettes) est reparti à la fin du mois de mars dans une mission Corymbe dans le Golfe de Guinée. Cette mission, 102ème du nom s'est achevé à la mi-juin quand le patrouilleur de haute mer est rentré à Brest.

Après une période d'entretien avec passage au bassin de janvier à mars 2011, l'aviso devait être déployé à partir d'avril dans l'Océan Indien mais les événements de Libye on conduit le LV Le Hénaff à être déployé au large de la Libye dans le cadre de l'opération Harmattan, volet français d'Unified Protector.

Son désarmement est actuellement prévu pour 2014 ce qui fera trente-quatre années de bons et loyaux services.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:53

Le Lieutenant de Vaisseau Lavallée (F-790)

Le Lieutenant de Vaisseau Lavallée à la mer

Présentation

-Le Lieutenant de Vaisseau Lavallée est mis sur cale le 11 novembre 1977 lancé le 29 mai 1979 et admis au service actif le 9 octobre 1980.


Le dixième aviso de classe D'Estiennes d'Orves rend hommage à Jean Lavallée (Saint-Nazaire 11 octobre 1913-Buchenwald 5 octobre 1944). Entré à l'Ecole Navale en 1932, il sert à bord de l'aviso Ville d'Ys avant de passer à bord de l'Agosta, de l'Amienois, du Henri Poincaré et de l'Antiope jusqu'en 1943. Engagé dans la résistance, il est arrêté à Paris le 10 décembre 1943, déporté en Allemagne le 4 février 1944 et fusillé à Buchenwald le 5 octobre 1944.

Carrière opérationnelle

Le LV Lavallée en 2008

Conçu pour contrer sur le plateau continental, les hors de sous-marins soviétiques déferlant lors d'une hypothétique invasion du Pacte de Varsovie, l'aviso va mener une carrière bien différente en passant la plus grande partie de son temps dans des exercices et des missions de surveillance maritime et de présence outre-mer. Il va s'illustrer à plusieurs reprises dans la répression du narcotrafic et des dégazages sauvages en mer.

C'est ainsi que du 12 au 30 octobre 1998, le Lieutenant de Vaisseau Lavallée va mener un entrainement de groupe en compagnie de ses sister-ships Second-Maître Le Bihan Commandant de Pimodan Lieutenant de Vaisseau Le Henaff et du D'Estiennes d'Orves ainsi que de navires étrangers notamment espagnols et marocains. Le pétrolier ravitailleur Meuse parti de Toulon va ravitailler les navires du GASM.

De juillet à septembre 1999, il participe à la mission Corymbe 47 au large de l'Afrique Noire.

De mars à juillet 2000, il est en Iper et du 20 au 29 mars 2001, l'aviso participe à l'exercice anti-sous-marin Spontex.

De mars à juin 2002, il participe à la mission Héraclès dans l'Océan Indien en compagnie du porte-avions Charles de Gaulle.

En mars 2006, l'aviso LV Lavallée participe à l'exercice amphibie Skreo (mouette en breton) en compagnie du TCD Foudre et du BPC Mistral du 27 au 30 mars 2006.

Il subit un arrêt technique à Brest en décembre 2006 pour prolonger la carrière opérationnelle de l'aviso jusqu'en 2014.

De juillet à novembre 2007, le Lieutenant de Vaisseau Lavallée participe à la mission Corymbe 89 en relève du bâtiment-atelier polyvalent Jules Verne. Il rentre à Brest le 22 novembre 2007.

D'août à octobre 2009,l'aviso à participé à une nouvelle mission Corymbe, faisant notamment escale à Dakar et à Recife.

Le 10 juillet 2010, l'aviso Lieutenant de Vaisseau Lavallée à assuré la sécurité de la zone où évolua le SNLE Le Terrible chargé d'un tir de qualification du M-51. Il termine l'année 2010 par une période d'arrêt technique de deux mois et demi.

Le 7 juillet, l'aviso à appareillé de Brest pour participer à l'opération Harmattan. Son déploiement doit durer environ trois mois soit jusqu'au au début du mois d'octobre. Son déploiement opérationnel à réellement démarré après une escale technique à Malte du 14 au 16 juillet.

Actuellement, son désarmement est prévu pour 2015.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 21:58

Le Commandant L'Herminier (F-791)

Le Commandant L'Herminier en 1992

Présentation

-Le Commandant L'Herminier est mis sur cale le 1er mai 1979 lancé le 7 mars 1981 et entré en service le 19 janvier 1986. Ce délai s'explique par les soucis rencontrés par les diesels BTC (Bas Taux de Compression) qui testés à terre chez Alstom avaient fonctionnés parfaitement mais une fois en mer ce fût une toute autre histoire. Comme souvent dans ces situations, chacun se renvoya la balle ce qui explique que les problèmes ont mis du temps à être résolus.


Le onzième aviso type A-69 rend hommage au Commandant Jean L'Herminier (Fort de France 25 janvier 1902 Paris 7 juin 1953). Entré à l'Ecole Navale en 1921, il sert d'abord sur le cuirassé Provence et sur le croiseur cuirassé Jules Michelet avant de faire le reste de sa carrière sur les sous-marins le Morse, le Sidi Ferruch et surtout le Casabianca dont il devient commandant en janvier 1942. Capitaine de frégate le 15 novembre, il s'échappe de Toulon le 27 novembre et reprend le combat notamment en participant à la libération de la Corse. Il quitte la marine peu après la fin de la guerre, étant promu capitaine de vaisseau le 31 décembre 1945.

Carrière opérationnelle

Le Commandant L'Herminier en 1997

Conçu pour contrer sur le plateau continental, les hors de sous-marins soviétiques déferlant lors d'une hypothétique invasion du Pacte de Varsovie, l'aviso va mener une carrière bien différente en passant la plus grande partie de son temps dans des exercices et des missions de surveillance maritime et de présence outre-mer.

Du 17 au 25 décembre 1999, l'aviso à servit de PC flottant au dispositif anti-pollution déclenché en raison du naufrage du pétrolier maltais Erika.

De novembre 2002 à avril 2003, il participe à l'opération Héraklès en mer d'Oman.

D'octobre 2003 à avril 2004, l'aviso subit une Iper avec pour principaux travaux la visite des moteurs de propulsion, des lignes d'arbre, la coque est gratée, décapée et repeinte.

De juillet à novembre 2004, l'aviso Commandant L'Herminier effectue la mission Corymbe 77 avant d'être relevé par le LV Lavallée. Il rentre à Brest le 10 novembre 2004.

De janvier à avril 2007, il participe à la mission Corymbe 88 en relève du TCD Foudre. Comme à chaque fois, il va assurer une mission de présence et le soutien aux petites marines de la région (entretien et formation). Il rentre à Brest le 29 avril 2007.

En janvier 2009, l'aviso est reclassé patrouilleur de haute mer, perdant ainsi son lance-roquettes, ses torpilles, ses missiles Exoce et ses leurres en mai.

Actuellement, le désarmement de l'aviso est prévu pour 2015.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:02

Le Premier-Maître L'Her (F-792)

Le Premier Maitre L'Her à quai en 1999

Présentation

-Le Premier-Maître L'Her est mis sur cale le 15 décembre 1978 lancé le 28 juin 1980 et admis au service actif le 5 décembre 1981.


Le douzième aviso type A-69 rend hommage à Jean-François L'Her (Kerlouan, Finistère 24 janvier 1904 Berck 25 mai 1940). Engagé comme mousse en 1920, il franchit une à une les étapes des équipages de la Flotte, étant promu premier maître le 1er octobre 1939. Capitaine d'armes de la BAN de Berck en mai 1940, il décide de défendre l'ouvrage de la Tour d'Oche, étant abattu après avoir tué un soldat allemand qui venait d'hisser les couleurs ennemies.

Carrière opérationnelle

Le Premier Maitre L'Her en 2008

A son admission au service actif, l'aviso Premier-Maître L'Her est basé à Toulon au sein de la Flotille des Bâtiments Légers de la Méditerranée mais depuis le 26 juin 2000, il est basé à Brest.

Comme ses sister-ship, cet aviso à connu de fréquents déploiements dans l'Océan Indien tout en menant des opérations contre les dégazages (lutte contre la pollution du Prestige) et de présence outre en mer, la présence aux Antilles étant fortement lié à la lutte contre le narcotrafic.

De janvier à mars 2002, l'aviso à participé aux opérations de lutte anti-pollution suite au naufrage du Prestige avant de relever le LV Lavallée dans le cadre de l'opération Héraklès en juin 2002, le Premier-Maître L'Her assurant l'escorte du porte-avions entre l'Océan Indien et Toulon avant de rentrer à Brest.

En mars 2003, l'aviso participe à l'exercice multinational Spontex 03. Il voit l'aviso engagé avec les frégates Trouville et Latouche-Tréville, les avisos Commandant Bouan et Lieutenant de Vaisseau Lavallée; le SNA Rubis; la frégate Asturias et le sous-marin Marsopa pour la marine espagnole; la frégate Tjerk Hiddes de la marine néerlandaise; la frégate Argyll de la marine britannique et le sous-marin U15 de la marine allemande.

D'août à décembre 2005, l'aviso est déployé dans l'Océan Indien au sein de la TF150 dans le cadre de l'opération Enduring Freedom.

Du 6 au 13 mars 2007, l'aviso Premier-Maître L'Her participe à l'exercice Aman 07 au large du Pakistan en compagnie du BSM Loire et des chasseurs de mines Persée et Sagittaire ainsi que de navires du Bangladesh, de Chine, des Etats Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Italie, de la Malaisie et de la Turquie

Du 2 au 10 octobre 2007, l'aviso participe à l'exercice de lutte anti-sous-marine Spontex en compagnie des frégates Tourville et Primauguet, de son sister-ship LV Le Hénaff, les SNA Casabianca et Trenchant

De novembre 2007 à janvier 2008, l'aviso à assuré la protection des convois du Programme Alimentaire Mondial (PAM).

De décembre 2008 à mars 2009, l'aviso à été déployé dans l'Océan Indien pour participer à l'opération Atalante, la lutte contre la piraterie dans le Golfe d'Aden doublé de l'escorte des cargos transportant l'aide du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Le 1er janvier 2009, il arrête huit pirates qui étaient venus attaquer un cargo panaméen.


Le Premier Maitre L'Her en 2009

Le 2 février 2010, l'aviso Premier-Maître L'Her quitte Brest pour une mission de plusieurs semaines avec d'abord un entrainement en Grande-Bretagne avec le FOST (Flag Officer Sea Training) avant l'exercice multinational Cold Response, voyant l'aviso franchir le cercle polaire avec les cérémonies liées. Il est de retour à Brest à la fin du mois de mars.

Actuellement, le désarmement de l'aviso est prévu pour 2016

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:11

Le Commandant Blaison (F-793)

Le Commandant Blaison à la mer

Présentation

Le Commandant Blaison en construction

-Le Commandant Blaison est mis sur cale le 15 novembre 1979, lancé le 7 mars 1981 et admis au service actif le 28 avril 1982.


Le treizième aviso de classe D'Estiennes d'Orves rend hommage à Georges-Louis Nicolas Blaison (Lapalisse Aller 30 juillet 1906 en mer dans la nuit du 18 au 19 février 1942). Admis à l'Ecole navale en 1925, il effectue ses premières années sur des navires de surface avant de passer sur les sous-marins. Rallié aux FNFL, il fût affecté le 10 septembre au croiseur sous-marin Surcouf comme officier en second.

Capitaine de corvette le 1er janvier 1941, il devient commandant du bâtiment le 8 octobre 1941 et devenait capitaine de frégate à titre temporaire. Il disparai dans le naufrage de son bâtiment au large du canal de Panama dans la nuit du 18 au 19 février, naufrage longtemps attribué au cargo américain Thompson Lykes mais qui aurait été en réalité causé par des avions américains ayant pris le croiseur sous-marin pour un U-Boot.

Un premier navire à rendu hommage à cet officier en l'occurence le sous-marin allemand U-123 de type IXB. Récupéré par la France après la fin du conflit, il est rebaptisé Blaison le 23 juin 1947 et sert jusqu'à sa mise en réserve spéciale le 1er août 1957 puis sa condamnation le 18 août 1959.


Le sous-marin Blaison

Carrière opérationnelle

Le Commandant Blaison à Brest

A son admission au service actif, le Commandant Blaison est affecté à Toulon qui est toujours son port d'attache. Rattaché à la flottille des bâtiments légers de la Méditerranée (Flomed) qui regroupait les avisos et les chasseurs de mines, il est depuis le 1er juin 2000 affecté à la Force d'Action Navale et basé depuis ce temps à Brest.

Durant sa carrière, il à ainsi été déployé dans le Pacifique lors des incidents en Nouvelle-Calédonie en 1985, à participé à l'opération Daguet et au respect de l'embargo imposé aux belligerants de l'ex-Yougoslavie.
Du 20 au 29 août 2001, il participe au sein de la Force Navale Franco-allemande (FNFA) à l'exercice Spontex en compagnie de la frégate De Grasse, de l'aviso Second Maitre Le Bihan, le BCR Marne et côté allemand les frégartes Lubeck, Augsburg, Bremen ainsi que le bâtiment de soutien Rhein.

Cette force occasionnelle participe au Joint Maritime Course en Ecosse du 26 février au 9 mars avec des escales à Dundee et Faslane et donc un exercice Spontex en compagnie de la frégate Primauguet, de l'aviso Lieutenant de Vaisseau Lavallée, du SNA Emeraude, du porte-aéronefs Principe de Asturias, de la frégate Argyll et du sous-marin Triumph de la marine britannique, la frégate polonaise Kaszub et le sous-marin néerlandais Zeeleeuw. La FNFA est désactivée le 2 avril à Brest.

Après une Iper de janvier à juin 2002, l'aviso est déployé dans l'Océan Indien en septembre et octobre 2002.


Le Commandant Blaison à la mer

D'août à décembre 2007, l'aviso est déployé dans l'Océan Indien pour participer à l'opération Enduring Freedom. Il va également participer à l'exercice Varuna 07 du 15 au 17 septembre en compagnie de la frégate La Motte-Picquet plus des bâtiments indiens.

D'octobre 2008 à février 2009, l'aviso est déployé dans l'Océan Indien pour participer au sein de la TF150 à l'opération Enduring Freedom, relevant à cette occasion son sister-ship Commandant Birot.

Le 11 octobre 2009, le Commandant Blaison quitte Brest pour participer à l'exercice «Northern Coasts» en mer Baltique, exercice organisé par la marine allemande. Après dix jours d'exercice, l'aviso fait escale à Riga pour commémorer l'intervention d'une force navale franco-anglaise qui favorisa l'indépendance lettone.

Après une escale à Nantes du 15 au 18 janvier 2010, l'aviso à subit une Iper jusqu'au mois de juillet, enchainant par une mission Corymbe, la n°104 en relève du BPC Mistral. Il est déployé dans le golfe de Guinée et au large de l'Afrique pendant quatre mois soit jusqu'au mois de novembre 2010.

Actuellement le désarmement de l'aviso est prévue pour 2017.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:15

L'Enseigne de Vaisseau Jacoubet (F-794)

L'EV Jacoubet à la mer

Présentation

-L'Enseigne de Vaisseau Jacoubet a été mis sur cale le 1er avril 1979, lançé le 26 septembre 1981, et admis au service actif le 23 octobre 1982.


Le quatorzième aviso type A-69 rend hommage à André Louis Laurent Jacoubet (Toulouse 6 mars 1913-Calvados 17 juin 1940). Entré à l'Ecole Navale en 1932, il embarque sur le contre-torpilleur Chevalier Paul en 1936/37, il devient ensuite pilote de l'aéronavale. Il est mort pour la France le 17 juin 1940 lorsqu'il attaqua seul un groupe de bombardiers.

Carrière opérationnelle

A couple, l'EV Jacoubet et le Commandant Birot

Modernisé entre le 19 mai et le 2 novembre 1993, l'EV Jacoubet perd à cette occasion son lance-roquettes de 375mm et reçoit la station Syracuse prototype.

D'août à décembre 2000, il participe à la mission «Khor Angar», la surveillance maritime des aterrages immédiats de Djibouti suite au conflit érythréo-éthiopien.

En septembre 2003, il participe à l'exercice «Sanso 03», un exercice de contre-prolifération organisé par la marine espagnole en compagnie des frégates Navarra (Espagne), Somerset (Grande Bretagne) et Nicholas (Etats-Unis).

Le 15 août 2004, il participe à la revue navale célébrant le soixantième anniversaire du débarquement de Provence, revue navale à laquelle participe des navires français, algériens, marocains, tunisiens, américains et britanniques.

Le 28 septembre 2005, l'EV Jacoubet et la frégate Courbet escortent le ferry mixte Pascal Paoli de la SNCM. Ce dernier avait été détourné par des grévistes du STC la veille pour le ramener en Corse. Le GIGN et des hommes du Commando Hubert héliportés sur le navire, reprennent le contrôle du navire qui est ramené sous bonne escorte dans l'enceinte du port militaire de Toulon.


L'EV Jacoubet en 2006

D'avril à août 2007, il est déployé dans l'Océan Indien pour participer au sein de la TF150 à l'opération Enduring Freedom.

Du 25 au 30 novembre 2007, l'aviso Enseigne de Vaisseau Jacoubert participe à l'exercice «Multicooperative Exercise 2007» au sein de l'Euromarfor, force multinationale européenne qui s'entraina avec la marine algérienne.

Du 5 au 7 février 2008, l'EV Jacoubert participent aux journées de présentation marine aussi connues sous le nom de «opération Ecume Eternelle» et ce en compagnie du : BPC Mistral, du sous-marin Casabianca, du TCD Foudre, des frégates Dupleix, Cassard, Courbet, du pétrolier-ravitailleur Meuse, du chasseur de mines Capricorne, de l'EDIC Rapière, du BSAD Ailette, du BSR Chevreuil, des CTM 27 et 28, des hommes du commando Hubert ainsi que des avions Super-Etendard, Hawkeye, Atlantique, Falcon 50, des hélicoptères Super-Frelon, Panther, ainsi que des Tigre, Puma et Gazelle de l’ALAT.

Le 8 mai 2009, l'aviso participe à la revue navale donnée au large de Sainte-Maxime (Var) pour célébrer le 64ème anniversaire de la capitulation allemande du 8 mai 1945, le président de la République passant en revue la flotte à bord du BPC Mistral.

D'août à décembre 2009 et de décembre 2010 à mars 2011, l'aviso EV Jacoubet est déployé dans l'Océan Indien pour des missions anti-terroristes et anti-piraterie. Il est rentré à Toulon le 15 mars 2011 et après deux semaines de gardiennage pour permettre à l'équipage de prendre ses perms, l'aviso à repris la mer pour une mission de sauvegarde en mer Méditerranée.

Actuellement, le désarmement de l'aviso est prévu pour 2017 ce qui fera trente-cinq années de service actif.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:21

Le Commandant Ducuing (F-795)

Le Cdt Ducuing à la mer

Présentation

-le Commandant Ducuing a été mis sur cale le 1er octobre 1980, lancé le 26 septembre 1981 et admis au service actif le 17 mars 1983.


Le quinzième aviso type A-69 rend hommage à Gabriel Ducuing (Paris 25 décembre 1885-Gris Nez 24 mai 1940). Attiré très tôt par la mer, il s'engage dans la marine marchande avat d'effectuer son service militaire en 1907/08 à bord des cuirassés Brennus et Bouvet.

Retrouvant ensuite la marine marchande, cet officier cultivé et polyglotte (quatre langues maitrisées et une licence de droit), il s'engage comme chasseur à pied en juillet 1914 puis dans l'aviation, devenant pilote en juillet 1915 avant d'intégrer l'aviation marine.

Démobilisé en 1919, il devient armateur tout en restant officier de réserve, participant le 23 février 1930 à la fondation de la Fédération des amicales de marins anciens combattants (FAMMAC) avant de favoriser la création de cours de perfectionnement pour les officiers de réserve en décembre 1931.

Capitaine de corvette en avril 1932, il est atteint par la limite d'âge en 1934 mais obtient d'être admis dans la réserve jusqu'en décembre 1942, la limite légale permise. Quand la guerre éclate, il prend le commandement de la redoute de la Croix Faron puis d'un poste de défense au Cap Gris-Nez. Il est tué le 24 mai alors qu'encerclé il à résisté jusqu'au bout. Fait rarissime, la marine fait une entorse à sa règle refusant les promotions posthume et le promeut au grade de capitaine de frégate.

Le F-795 est le deuxième navire à lui rendre hommage après un aviso-dragueur colonial de classe Chamois retrouvé sur cale à Bordeaux lors de la libération en août 1944. L'achèvement est suspendu en mars 1946 mais la coque est tout de même lancée le 8 juin 1948 mais son achèvement est abandonné en 1951 et la coque est vendue à la démolition en 1952.

Carrière opérationnelle

Le Cdt Ducuing à quai

Affecté à la Flottille des bâtiments légers de la Méditerranée (Flomed), il est ensuité rattaché à la FAN à partir du 1er juin 2000 avec Toulon toujours comme port-base. Cette même année, il participe à la mission Khor Angar.

Le 21 novembre 2001, la France décide d'envoyer le porte-avions Charles de Gaulle dans l'Océan Indien pour participer à l'opération Enduring Freedom, le volet français de «liberté immuable» s'appelant Heraklès.

La Task Force 473 placé sous le commandement du contre-amiral François Cluzel appareille de Toulon le 1er décembre. Elle est composée du porte-avions Charles de Gaulle, des frégates La Motte-Picquet, Jean de Vienne, Jean Bart, du sous-marin nucléaire d'attaque Rubis, du pétrolier ravitailleur Meuse et de l'aviso Commandant Ducuing.


Le Cdt Ducuing au mouillage

Il franchit le canal de Suez le 11 décembre 2001 et quatre jours plus tard, le 15 décembre 2001, il se ravitaille auprès du Meuse avant de rejoindre le dispositif allié composé de plus de cents navires. Le groupe aéronaval rentre à Toulon à l'été 2002 en compagnie de l'aviso.

Le 15 août 2004, l'aviso participe à la revue navale commémorant le soixantième anniversairedu débarquement de Provence.

De novembre 2007 à février 2008, il assure dans l'Océan Indien la protection des cargos du Programme Alimentaire Mondial (PAM) ravitaillant la Somalie en alternance avec le Premier-Maitre L'Her. Au 2 février 2008, la marine nationale passe le relais à la marine danoise.

Après l'exercice Anvil du 8 au 16 mai 2008, l'aviso participe à l'exercice ELMED 08 du 20 au 30 octobre avec des navires espagnols, italiens, marocains, tunisiens et algériens sur le thème de la protection du trafic commercial.

De janvier à mai 2009, il est déployé dans l'Océan Indien dans le cadre de l'opération Atalanta avec notamment la triste affaire du Tanit au mois de mars. Après un exercice franco-egyptien Cléopâtra du 10 au 22 mai, l'aviso rentre à Toulon le 26 mai.

En novembre-décembre 2009, l'aviso participe successivement à l'exercice franco-tunisien «Pangolin» du 16 au 26 novembre puis un exercice PEAN du 23 novembre au 11 décembre 2009.

En mars 2010, le Commandant Ducuing participe jusqu'au 18 mars à l'exercice OTAN «Mare Aperto» (mer ouverte) en mer Ionienne et en mer Tyrrhénienne. D'avril à août 2010, l'aviso est déployé en Méditerranée orientale puis dans l'Océan Indien pour participer à l'opération Enduring Freedom. Le 22 juin 2010, l'aviso est le premier navire français à faire escale dans un port irakien en l'occurence Um Qasr depuis trente-deux ans.

Il est en arrêt technique majeur (ATM) de février à juin 2011 avant de participer à une mission de surveillance de la flotte de thons rouges.

Actuellement le désarmement de l'aviso est prévue pour 2018.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:25

Le Commandant Birot (F-796)

Le Cdt Birot dans l'Atlantique en 1993

Présentation

-Le Commandant Birot est mis sur cale le 23 mars 1981 lancé le 22 mai 1982 et admis au service actif le 14 mars 1984.


Il rend hommage à Roger Birot (Le Mans 29 août 1906-en mer 9 juin 1942). Après des études au Prytanée militaire de La flèche, il entre à l'Ecole Navale en octobre 1924 et en sort en octobre 1926, servant à bord du torpilleur Sénégalais, de l'aviso Ville d'Ys, au pétrolier Mekong puis aux torpilleurs L'Alcyon et Le Foudroyant. Lieutenant de vaisseau en janvier 1933, il sert à bord des contre-torpilleurs Guépard et Jaguar, du croiseur-école Jeanne d'Arc, du cuirassé Paris puis du contre-torpilleur Lion.

En septembre 1939, il commande le patrouilleur la Cancalaise et la 13ème EPA (Escadrille de Patrouilleurs Auxiliaires) se distinguant durant l'opération Dynamo. Commandant le patrouilleur La Nantaise en juin, il est alors capitaine de corvette et rallie en novembre 1940 les FNFL.

Il est second du cuirassé Courbet puis commande le torpilleur Bouclier avant de prendre la tête de la corvette Mimosa puis du groupe de corvettes françaises avec le grade de capitaine de frégate. Il participe au ralliement de Saint-Pierre et Miquelon en décembre 1941 et disparaît avec son bâtiment torpillé par le U-124 le 9 juin 1942.

Carrière opérationnelle

Vue aérienne du Commandant Birot

A son admission au service actif, il est rattaché à la Flottille des bâtiments légers de l'Atlantique (FLOLANT), formant le 5 avril 1984 la 4ème division d'avisos en compagnie de ses sister-ships EV Jacoubet, Commandant Blaison et Commandant Bouan. Il effectue un stage au CEF à Toulon du 3 juin au 6 juillet 1984.

Comme tous ses sister-ships, l'aviso va participer au soutien des écoles, à des missions de présence et à des exercices de lutte anti-sous-marine. Il est ainsi déployé pour une mission de présence dans l'Atlantique Nord et dans la zone Antilles-Guyane du 2 avril au 30 juillet 1985.

Le 1er août 1985, la 4ème division d'avisos perd le Commandant Blaison qui est affecté aux Forces Maritimes du Pacifique. Les trois navires de cette division sont rarement rassemblés. Il termine l'année par la surveillance du rail d'Ouessant.

Après sa première Iper du 3 février au 2 avril 1986, l'aviso reprend son activité opérationnelle notamment un concours apporté à la corvette d'été de l'Ecole Navale ce qui le conduit en Norvège, en Ecosse et en Irlande puis un déploiement dans la zone Antilles-Guyane de septembre à décembre 1986.

Le 3 juin 1988, l'aviso Commandant Birot appareille de Brest pour un déploiement d'un an dans le Pacifique. Il arrive à Papeete le 29 juillet 1988. Sur place, il va assurer une mission de présence pour faire respecter la souveraineté français sur ses eaux avec des missions de service public par exemple pour le sauvetage de quatre polynésiens à la dérive depuis sept jours.

Il quitte Papeete le 16 juin pour rallier Brest via Suva (Fidji), Guam, Tokyo, Hong Kong, Penang et Phuket, Colombo, Karashi, Djibouti, Suez, Port Saïd et Palerme, arrivant à Brest son nouveau port base le 10 octobre 1989. Il est en entretien jusqu'à la fin de l'année.

Dôté en début d'année de MM-40, l'aviso appareille le 14 juin 1990 pour un nouveau déploiement outre-mer en l'occurence la Nouvelle-Calédonie, arrivant à Nouméa via le canal de Panama à la fin du mois de septembre. Il est en PEI (Période d'Entretien Intermédiaire) du 24 septembre au 18 octobre avant d'entamer son tour opérationnel par une mission de présence en Asie (Japon, Guam, Corée du Sud) et de rentrer à Nouméa à Noël.

Durant ce tour opérationnel, il va alterner déploiements lointains et périodes d'entretien. Après une ultime période d'entretien du 14 septembre au 6 novembre, l'aviso rentre à Brest le fin décembre 1992 après vingt-huit mois passés dans le Pacifique. Il est désormais rattaché au Groupe d'Action Sous-Marine.

Après plusieurs périodes d'entretien et une indisponibilité accidentelle, l'aviso effectue une mission de présence en mer Baltique du 13 mai au 17 juin avec des escales à Saint Petersbourg et Helsinki, rentrant à Brest après une escale à Edimbourg. La fin de l'année 1993 est occupé par différents exercices et la corvette d'hiver pour les Elèves Officiers de Réserve.

Du 28 avril au 30 juin 1994, l'aviso participe à la mission Sharp Guard destiné à faire respecter l'embargo imposé à la Serbie et au Monténégro.

En 1995, la flotte des avisos est réorganisée, les mieux armés pour la lutte ASM sont regroupés à Brest au sein du GASM alors que les autres sont basés à Toulon, ces derniers ayant de meilleures capacités anti-surface. C'est ainsi que le Commandant de Pimodan basé à Toulon rejoint Brest alors que le Commandant Birot fait le chemin adversaire, arrivant dans le Var le 23 janvier 1995. les deux équipages permuttant.

Le 25 mars, le Commandant Birot quitte Toulon pour une mission en mer Noire, rentrant à son port le 29 avril après des escales à La Sude, Varna (Bulgarie), Costantza (Roumanie) Novorossiysk (Russie), Istanbul Kabatepe et Canakkale (Turquie), l'aviso manoeuvrant avec les marines bulgares, roumaines et turques.

Après une PEI, l'aviso appareille pour une mission en ZMOI (Zone Maritime Océan Indien) le 26 juin, arrivant à Djibouti le 11 juillet. Il gagne ensuite Dubaï pour une PEI avec le bâtiment-atelier polyvalent Jules Vernes. Sur zone, il va alterner entre exercices bi- et multinationaux et escales de représentation. Il rentre à Toulon le 30 novembre avant d'être en PEI jusqu'au 22 janvier 1996.

L'aviso participe à une mission Sharp Guard du 28 janvier au 11 mars 1996 avant plusieurs exercices multinationaux en Méditerranée ou nationaux notamment un exercice avec l'armée de l'air. Il est déployé en mer Noire du 26 novembre au 15 décembre avec des escales à Varna, Constantza et Odessa.

Du 9 février au 7 juillet 1997, l'aviso est en Iper avec passage au bassin du 17 février au 9 juin. Au cours de ses travaux, il perd son lance-roquettes de 375mm remplacé par une station navale légère Syracuse 2 alors que la soute est aménagée en poste pour neuf commandos-marine. Les essais après IPER du 8 au 21 juillet 1997. Il effectue une mission de surveillance en Méditerranée du 15 septembre au 9 octobre 1997.

Le 3 mai 1998, l'aviso Commandant Birot quitte Toulon pour un déploiement en Océan Indien avec des exercices et une mission Condor, la surveillance de la dispute entre l'Erythrée et le Yémen à propos des îles Hanish (au final, le Yémen à récupéré la quasi totalité des îles moins quelques îlots).

Rentré à Toulon au début du mois de septembre, il termine l'année par une activité plus habituelle en Méditerranée comme la remise en condition du sous-marin Emeraude ou l'exercice franco-tunisien Amitié du 13 au 23 novembre 1998.

Après plusieurs entrainements de flottille et un exercice avec la marine italienne, l'aviso effectue une mission de surveillance en mer Noire du 26 juillet au 11 septembre. Après une PEI, il participe à l'exercice franco-marocain Chebek puis à un entrainement de flottille du 10 au 17 novembre 1999.

Le Commandant Birot effectue un entrainement de flottille du 6 au 17 mars, le dernier du nom puisque la flottille des bâtiments légers de la Méditerranée est dissoute le 1er juin suite à l'activation de la Force d'Action Navale. La dernière année du siècle est marquée par la participation du Commandant Birot à la mission Khor Angar du 18 mai au 6 août.

Après une Iper du 16 octobre 2000 au 15 janvier 2001 suivi d'un stage de remise en condition du 5 au 15 février, l'aviso effectue une mission de présence en Méditerranée du 19 février au 30 mars 2001

Le 10 septembre 2001, le Commandant Birot quitte Toulon pour un déploiement de trois mois et demi dans l'Atlantique en compagnie notamment de son sister-ship Commandant Bouan, de la frégate Primauguet et du BCR Marne. Le Commandant Birot et le Primauguet continuent seuls après une escale à Dakar en direction de l'Amérique du Sud. Ils font escale à Salvador de Bahia, à Rio de Janeiro (après un Passex avec la marine brésilienne), Buenos Aires, Montevideo, Rio de Janeiro, Suape, Recife, Dakar du 7 au 9 décembre 2001 avant un entrainement de groupe avec le Primauguet, l'Aconit, son sister-ship Premier-Maitre L'Her et une escale à Funchal, le Commandant Birot rentrant à Toulon le 19 décembre 2001.

Après une PEI de la mi-janvier au 10 mai 2002, il subit un stage de remise en condition opérationnelle du 27 mai au 15 juin avant d'appareiller le 1er août 2002 pour la mission Corymbe 66, l'aviso faisant escale à Dakar, Abidjan, Lomé, Port Gentil, Luanda, Walvis Bay (Namibie) et de Pointe Noire avant de recevoir l'ordre de patrouiller au large de la Côte d'Ivoire en raison du déclenchement de la guerre civile. Il va patrouiller pendant six semaines avant une escale à Lomé puis un passage de témoin au TCD Orage au large d'Abidjan le 6 novembre, étant de retour à Toulon le 15 novembre 2002.

Du 16 septembre au 7 octobre 2003, il effectue une mission en mer Noire, son principal événement d'une année 2003 assez avare en événements saillants.


Le Commandant Birot dans l'Océan Indien en 2004

Le 15 janvier 2004, le Commandant Birot appareille avec la frégate Latouche-Tréville pour une mission Agapanthe en Océan Indien et dans le Pacifique, alternant entre exercices et escales de représentation. Il est de retour à Toulon le 28 mai 2004.

D'avril à septembre 2005, le Commandant Birot est engagé au sein de la Tf150 pour l'opération Enduring Freedom.

Du 15 janvier au 2 février 2008, il participe à l'exercice franco-algérien Raïs Hamidou 07 avant une IE du 25 mars à la fin du mois de juillet, date de sa disponibilité.

Le 27 janvier 2009, le Commandant Birot quitte Toulon pour le Liban, remplaçant le 1er février la FS Germinal au sein de la TF448, composante maritime de la FINUL, force chargée de la mission Impartial Behaviour. Cette mission s'achève le 3 février 2009 quand l'aviso met cap sur Toulon. Le 8 mai 2009, il participe à la revue navale au large de Sainte-Maxime.

Au printemps 2010, le Commandant Birot à été déployé dans l'Océan Indien pour participer à des missions de lutte anti-terroriste et de lutte anti-piraterie.
Son désarmement est actuellement prévu pour 2019.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:30

Le Commandant Bouan (F-797)

Le Commandant Bouan en 2002

Présentation

-Le Commandant Bouan est mis sur cale le 12 octobre 1981 lancé le 23 avril 1983 et admis au service actif le 31 octobre 1984.


Le dix-septième et dernier aviso type A-69 est le deuxième navire à rendre hommage au Commandant Bouan (Agen 9 avril 1892 En mer le 3 mai 1940). Entré à l'Ecole Navale en octobre 1910, il en sort en octobre 1912, participant au premier conflit mondial. Après guerre, il se spécialisa dans les sous-marins sur lequel il effectua une bonne partie de sa carrière. Le 14 octobre 1939, il reçoit le commandement du contre-torpilleur Bison et de la 11ème DCT qui est engagée dans l'expédition de Norvège. Il disparaît avec le contre-torpilleur le 3 mai 1940.

Le premier «Commandant Bouan» est l'ancien sous-marin allemand U-510 (type IXC) saisi à Saint-Nazaire le 10 mai 1945. Remis en état, il sert à la marine nationale pour réentrainer des équipages et assimiler les leçons du second conflit mondial. Le Bouan fut rayé des listes de la flotte en 1959.

Carrière opérationnelle

Le Commandant Bouan en 2004

Depuis son admission au service actif, le Commandant Bouan est basé à Toulon, intégré au sein de la Flottille des bâtiments légers de la Méditerranée (Flomed) puis à la Force d'Action Navale (FAN) à partir du 1er juin 2000.

Depuis le 31 octobre 1984, l'aviso à été déployé sur plusieurs théâtres d'opérations comme l'Océan Indien (septembre 1999 à février 2000 et 2008), l'Amérique du Sud (février à avril 2001), l'Afrique de l'Ouest (2002) et la Méditerranée orientale en 2007.

En juin 2002, l'aviso participe à l'interception du cargo cambodgien Winner en compagnie du LV Le Hénaff et du Commando Jaubert et en avril 2008, il participe à la reprise du voilier Ponant avant d'être gravement avarié en juillet 2008 lors d'un appareillage à Nice.

Le 22 septembre 2010, l'aviso Commandant Bouan à appareillé de Toulon pour une nouvelle mission de lutte anti-piraterie dans le Golfe d'Aden, mission qui s'achève par son retour à Toulon à la fin du mois de décembre.

Actuellement son désarmement est prévu pour 2019.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:32

Frégates classe Drummond

En 1975, l'Afrique du Sud commande deux avisos baptisés Transvaal et Good Hope mais l'embargo sur les armes décidé par les Nations Unies en 1977 oblige l'Afrique du Sud à abandonner ces navires qui sont rachetés par l'Argentine qui le 25 septembre 1978 y ajoute une troisième unité.

Par rapport aux unités françaises, les frégates argentines se distinguent par un passavant de chaque bord du rouf arrière et une tourelle double de 40mm à la place du lance-roquettes de 375mm.


L'ARA Drummond (P-31)

-Le Drummond (P-31) (ex F-432 Good Hope, ex P-1) est mis sur cale le 12 mars 1976 lancé le 5 mars 1977 et admis au service actif le 25 septembre 1978.


L'ARA Guerrico (P-32)

-Le Guerrico (P-32) (ex F-602Transvaal, ex P-2) est mis sur cale le 1er octobre 1976 lancé le 13 août 1978 et admis au service actif en octobre 1978. Il à été endommagé par une roquette antichar britannique lors de l'occupation de la Géorgie du Sud durant la guerre des Malouines.


L'ARA Granville (P-33)

-Le Granville (P-33) (ex P-3) est mis sur cale le 1er décembre 1978 lancé le 28 juin 1980 et admis au service actif le 22 juin 1981.

Ces navires sont encore en service dans la marine argentine et vu l'état des finances de la marine argentine, ils risquent de rester en service plus longtemps que leurs homologues français.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:43

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Avisos encore en service dans la marine nationale

Construction : Ces navires sont d'une conception simple et robuste en raison d'un budget serré alors que les besoins sont importants.

Les avisos type A-69 sont construits en acier soudés constitué de douze tranches séparées par onze parois étanches tranversales. Pont continu et plage arrière dégagée pour servir d'aire d'hélitreuillage.

Les quatre derniers disposent d'ailerons stabilisateurs actifs, installés après des essais concluants sur les avisos argentins (qui sont en réalité les coques du LV Le Hénaff et Commandant L'Herminier vendus sur cale à l'Afrique du Sud).

Déplacement : standard : 1100 tonnes (F-789 à 791) 1140 tonnes (F-792 et 793) 1175 tonnes -F-794 à F-797) pleine charge : respectivement 1250, 1330 et 1410 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 80.50m longueur entre perpendiculaires 76m largeur : 10.30m tirant d'eau : 5.60m (au niveau du dôme sonar).

Propulsion : deux diesels SEMT-Pielstick 12 PC 2V 400 dévellopant 12000ch et entrainant deux hélices. Le Commandant l'Herminer dispose de diesels 12 PA 6V 280 BTC de 13200

Performances : vitesse maximale 24 noeuds distance franchissable 4500 miles nautiques à 15 noeuds 3000 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : un radar de veille surface-air à basse altitude DRBV-51A; un radar de conduite de tir DRBC-32E; un radar de navigation DRBN-34 ou DRBN-38 ou DRBN-37; un sonar de coque DUBA-25; un détecteur ARBR-16; deux lance-leurres Dagaie, un bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie, système de télécommunication Immarsat et Syracuse (F-792 à F-797)

Armement :

Tourelle de 100mm du Commandant Ducuing en compagnie d'une frégate de type ANZAC

-Un tourelle simple de 100mm Creusot-Loire modèle 1968 (deux à l'avant et un à l'arrière). Ce canon de 55 calibres tire des obus de 23.5kg à une distance maximale de 17260m (12000m en pratique) en tir antisurface et de 6000m en tir antiaérien à raison de 60 coups par minute. La tourelle pèse 22 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -15° à +80° à raison de 40° par seconde et en azimut sur 150° à tribord et à babord. La dotation en munitions m'est inconnue.

-Deux canons de 20mm Giat M693/F-2 et quatre mitrailleuses de 12.7mm


Tir d'un MM-40 Exocet par l'aviso Premier Maitre L'Her

-Deux missiles MM-38 Exocet (F-790 et F-791) ou Quatre missiles MM-40 (les autres). Le LV Le Hénaff n'à aucun missile embarqué. Les avisos ont perdu leurs Exocets lors de leur reclassement patrouilleurs de haute mer


L'aviso D'Estiennes d'Orves tirant avec son lance-roquettes de 375mm

-Un lance-roquettes de 375mm Bofors. Ce système d'arme à été débarqué sur toutes les unités, précocément sur les avisos F-792 à F-797 et plus tardivement pour les trois autres quand les avisos ont été reclassés patrouilleurs de haute mer. (modification effectuée en 1993 sur le F-793 et F-794, en 1994 sur le F-792; en 1996 sur le F-795, en 1997 sur F-796 et en 1999 sur F-797).


Tir d'une torpille L5

-Quatre tubes lance-torpilles de 533mm pour un total de huit torpilles L3 (jusqu'en 1990) puis L5.


Lanceur Simbad

-Un lanceur Simbad pour deux missiles Mistral (au moins sur les F-792 à 797)

Equipage : 7 officiers 58 officiers mariniers et 24 quartier-maitres et matelots soit 89 officiers et marins

Classe Burak (avisos type A-69 transférés à la Turquie)

Déplacement : standard : 1100 tonnes pleine charge : 1250 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 80.50m longueur entre perpendiculaires 76m largeur : 10.30m tirant d'eau : 5.60m (au niveau du dôme sonar).

Propulsion : deux diesels SEMT-Pielstick 12 PC 2V 400 dévellopant 12000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 24 noeuds distance franchissable 4500 miles nautiques à 15 noeuds 3000 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : un radar de veille surface-air à basse altitude DRBV-51A; un radar de conduite de tir DRBC-32E; un radar de navigation Decca 1226 (DRBN-34) ; un sonar de coque DUBA-25; un détecteur ARBR-16; deux lance-leurres Dagaie, un bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie

Armement :

-Un tourelle simple de 100mm Creusot-Loire modèle 1968 (deux à l'avant et un à l'arrière).

-Deux canons de 20mm Giat M693/F-2 et quatre mitrailleuses de 12.7mm

-Deux missiles MM-38 Exocet

-Un lance-roquettes ASM de 375mm Bofors.

-Quatre tubes lance-torpilles de 533mm pour un total de huit torpilles L3 (jusqu'en 1990) puis L5.

Equipage : 7 officiers 58 officiers mariniers et 24 quartier-maitres et matelots soit 89 officiers et marins

Classe Drumond

Déplacement : standard : 1100 tonnes pleine charge : 1250 tonnes

Dimensions : longueur hors tout : 80.50m longueur entre perpendiculaires 76m largeur : 10.30m tirant d'eau : 5.60m (au niveau du dôme sonar).

Propulsion : deux diesels SEMT-Pielstick 12 PC 2V 400 dévellopant 12000ch et entrainant deux hélices.

Performances : vitesse maximale 24 noeuds distance franchissable 4500 miles nautiques à 15 noeuds 3000 miles nautiques à 18 noeuds

Electronique : un radar de veille surface-air à basse altitude DRBV-51A; un radar de conduite de tir DRBC-32E; un radar de navigation Decca 1226 (DRBN-34) ; un sonar de coque Diodon; un détecteur DR-2000; un brouilleur Alligator; deux lance-leurres Dagaie (Granville) ou Syllex (pour les autres). Conduite de tir optronique Naja et CT optique Panda. Infastructure Immarsat

Armement : une tourelle de 100mm modèle 1968 à l'avant, une tourelle double Breda de 40mm, deux canons de 20mm F2, deux mitrailleuses de 12.7mm; 4 missiles MM-38 Exocet et six tubes lance-torpilles de 324mm en deux plate-formes triples pour des torpilles A-244S

Equipage : 10 officiers et 85 officiers mariniers et marins

SOURCES

-Flotte de combat 2008

-Encyclopédie des Armes Edtions Atlas Tome 6 Frégates modernes p1401-1420 (classe D'Estiennes d'Orves p1405

-Jean Moulin Les navires français 1960-1980 en images (LV Le Hénaff p50 Marcel Le Bihan p84)

-Christian Herrou Les navires français d'aujourd'hui en images (Commandant Blaison p34)

-Navires et Histoire HS n°9 «La marine nationale en 2008/2009» T1 (Avisos budget 1969 p52-57)

-Ressources internet diverses

FIN DE L'ARTICLE
A VENIR : LST CLASSE NEWPORT


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 22:53

Très intéressant et très instructif ... Merci beaucoup salut
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Ven 02 Sep 2011, 23:09

Merci beaucoup capitaine salut

Une belle petite classe de navires, véritables bonnes à tout faire de la marine nationale

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Mar 06 Sep 2011, 22:02


Belle petite classe ... j'aime bien leur aspect thumright
Merci Claus

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9335
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   Mar 06 Sep 2011, 22:42

De rien l'ami Belge.

Je prévois de poster les Newport jeudi avant ma longue pause notamment pour retrouver de l'envie pour les faire.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)   

Revenir en haut Aller en bas
 
AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» AVISOS CLASSE D'ESTIENNES D'ORVES (TYPE A-69)
» FREGATES MULTIROLES CLASSE ANZAC
» FREGATES MULTIROLES CLASSE BRANDEBURG (TYPE 123)
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINES CLASSE DUKE (TYPE 23)
» CORVETTES MULTIRÔLES CLASSE BRAUNSCHWEIG (TYPE 130)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: France-
Sauter vers: