AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMar 29 Oct 2019, 19:00



CROISEUR LEGER DE GRASSE
(FRANCE)

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra12
Le Croiseur Anti-Aérien (CAA) De Grasse

AVANT PROPOS

Reconstruire la Flotte

Généralités

La première guerre mondiale surprend la Royale en plein processus d'expansion et de modernisation via le programme naval de 1912 qui prévoyait notamment une marine à vingt-huit cuirassés avec des unités de classe Courbet, de classe Bretagne, de classe Normandie et de classe Lyon sans compter des unités non encore prévues (on parlait notamment de croiseurs de bataille).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Bb_lyo10
Schéma des cuirassés de classe Lyon

Ce conflit est pour la puissance maritime française une catastrophe. Enfin sortie de l'influence pernicieuse de la Jeune Ecole (qui fit beaucoup de mal et un peu de bien), elle avait enfin admis la nécessité de posséder une puissante marine mais ne pu profiter de cette prise de conscience.

En effet la construction des unités majeures est stoppée, des ouvriers qualifiés des arsenaux mobilisés, les dits Arsenaux travaillant davantage pour l'armée de terre, les seuls navires construits entre 1914 et 1918 étant des unités légères destinées à l'escorte des convois et à la lutte anti-sous-marine.

N'ayant participé à aucun affrontement majeur, oubliée des communiqués officiels, mal comprise par une opinion légitimement préoccupée par le front terrestre, la marine française termine le premier conflit mondial dans un triste état.

La marine nationale à perdu 111745 tonnes de navires de guerre et plus de 11000 marins sans pour autant que ces pertes n'émeuvent beaucoup de monde en dehors bien entendu des familles des marins disparus.

Les navires sont vieillis, usés et fatigués, les équipages démotivés. Pas étonnant qu'en 1919/20 des mutineries éclatent en mer Noire, à Toulon et à Bizerte. Signe que cet état de fatigue moral est compris, la répression est très modérée.

Reste à savoir si cette prise de conscience va déboucher du concret. Tout la classe politique s'accorde sur la nécessité de reconstituer la marine. Plusieurs raisons expliquent cette nécessité qu'il s'agisse de la défense du deuxième empire colonial du monde, du statut de la France et surtout de la volonté de profiter du réservoir colonial pour compenser les futures classes creuses, la majorité des hommes tués durant le premier conflit mondial étant des hommes en âge de procréer ce qui ne peut qu'accentuer le déséquilibre démographique avec l'Allemagne.

Rien ne sera cependant simple puisque l'après guerre est marqué par un profond pacifisme de l'opinion, par une crise économique et par la nécessité de rembourser les dettes de guerre, remboursement qui explique la volonté de faire payer l'Allemagne ce qui ne sera que très imparfaitement le cas. L'instabilité ministérielle va compliquer les choses même si un homme va longtemps occuper le poste de Ministre de la Marine.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) George12
Georges Leygues

Cet homme c'est bien entendu Georges Leygues qui va occuper ce poste de 1917 à 1933 à l'exception d'un bref intermède comme président du conseil et ministre des affaires étrangères (24 septembre 1920 au 16 janvier 1921).

Une certaine continuité va donc présider la politique navale française au point que l'on parle souvent de la «belle marine de Georges Leygues et de l'amiral Darlan». La marine ne s'y trompe pas puisque le sixième et dernier croiseur de classe La Galissonnière qui devait initialement être baptisé Chateaurenault va être mis en service sous le nom de Georges Leygues.

Cette marine va se reconstruire autour d'unités légères à savoir des croiseurs, des contre-torpilleurs, des torpilleurs mais aussi des sous-marins. Ce choix prudent s'explique à la fois par des moyens qui ne sont pas extensibles à l'infini mais aussi parce que la France est signataire du traité de Washington qui limite les constructions navales et interdit la construction de nouveaux cuirassés même si la France possède une dérogation pour pouvoir remplacer le France perdu sur une roche près de Quiberon, dérogation qu'elle n'exercera pas.

En 1924, Georges Leygues propose un statut naval destiné à porter la marine à un tonnage de 750000 tonnes. Ce texte ne sera pas adopté en l'état mais servira de fil conducteur pour le renouvellement d'une flotte très usée.

Chaque année des tranches seront votées par le parlement auxquelles il faut ajouter également des contingents supplémentaires au titre de la défense des côtes (cela concerne essentiellement les navires légers et les sous-marins).

Certaines années aucune construction neuve ne sera autorisée par le parlement pour la simple et bonne raison que parfois les constructions de la tranche précédente n'avaient pas encore été mises sur cale !

En septembre 1939, la Royale est la quatrième marine du monde derrière l'US Navy, la Royal Navy et la marine impériale japonaise. Elle dispose de bons navires, rapides et puissants mais manquant d'autonomie car essentiellement conçus pour opérer en Méditerranée.

Elle est magnifique, remplit de fierté les shiplovers que nous sommes mais si nous la regardons d'un œil froid (en se prémunissant du défaut de connaître à l'avance la fin du second conflit mondial) force est de constater que les défauts sont importants.

Un seul porte-avions pas vraiment apte aux opérations modernes (Béarn) avec deux porte-avions au design insolite (l'axe du pont d'envol ne se confond pas avec celui de la coque du navire), une DCA faible, un manque dramatique de capteurs notamment anti-sous-marins.

Aucun défaut n'était totalement rédhibitoire et si le conflit s'était prolongé nul doute que nombre de ces carences auraient été comblées. Hélas comme on le sait la France allait être contrainte de se retirer du conflit en juin 1940.

Les différentes tranches de construction navale ayant mis le paquet sur les croiseurs et les contre-torpilleurs, attardons-nous un peu sur les croiseurs légers qui ont équipé la Royale avant la seconde guerre mondiale, une flotte hétérogène mais qui montre l'évolution technique de notre marine nationale.

Les Duguay-Trouin, enfin des croiseurs modernes pour la Royale

En août 1914 quand éclate le premier conflit mondial la marine nationale ne possède aucun croiseur léger à la différence des marines britanniques, allemandes, austro-hongroises et italiennes, devant utiliser pour l'éclairage des croiseurs cuirassés trop lents et trop gros pour cette mission.

Cette carence était connue, un projet étudié mais le Lamotte-Picquet qui devait être construit à l'Arsenal de Toulon n'était pas encore sur cale en août 1914. La construction n'aura pas lieu et le projet est entièrement repris dans l'immédiat après guerre.

Après maturation, le projet définitif nous donne un navire de 8000 tonnes (d'où la désignation de «croiseur de 8000 tonnes» qui lui est souvent attribuée), filant à 34 nœuds, une protection très faible et un armement composé de huit canons de 155mm en quatre tourelles doubles, quatre canons de 75mm et surtout douze tubes lance-torpilles de 533mm en quatre plate-formes triples avec un total de vingt-quatre torpilles.

Trois navires sont financés par la loi-programme du 18 avril 1922 (cette loi finance également la construction de six contre-torpilleurs de classe Jaguar, douze torpilleurs d'escadre de classe Bourrasque, douze sous-marins _six de classe Requin et six de classe Ondine_ , la transformation du cuirassé Béarn en porte-avions ainsi que l'abandon de la construction des autres unités de classe Normandie), trois navires baptisés Duguay-Trouin, Lamotte-Picquet et Primauguet.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_dug23
Le Duguay-Trouin

Le Duguay-Trouin construit à l'Arsenal de Brest est mis en service le 15 février 1927. A la différence de ces deux sister-ship, il survit au second conflit mondial, terminant sa carrière par un déploiement en Indochine. Il est désarmé le 15 décembre 1951 puis vendu à la démolition et démantelé.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_lam20
Le Lamotte-Picquet

Le Lamotte-Picquet construit à l'Arsenal de Lorient est mis en service le 15 novembre 1927 (date incertaine), opère en Méditerranée et dans l'Atlantique avant d'être déployé définitivement en Indochine à partir de 1935.

Ce déploiement définitif est contraint et forcé puisqu'il est bloqué en Extrême-Orient à cause de la défaite. Il participe à la méconnue bataille de Koh-Chang, seul affrontement de surface de la marine nationale pendant le second conflit mondial. Il est coulé par les avions de la TF-38 le 12 janvier 1945.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_pri19
Le Primauguet

Le Primauguet construit lui aussi à l'Arsenal de Brest est mis en service le 25 avril 1927. Il opère en Méditerranée, dans l'Atlantique, se rendant également en Indochine. Après l'armistice, il est au Maroc et est donc aux premières loges lors de l'opération TORCH.

Navire-amiral de la 2ème Escadre, il participe à une charge aussi magnifique de panache qu'inutile sur le plan militaire tant l'écart est important entre des navires américains modernes et des navires français usés, manquant d'appareils de détection et d'une DCA moderne. Sérieusement endommagé, échoué à l'entrée du port, le vénérable croiseur est vendu à la démolition le 9 mai 1951.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_pri11

Caractéristiques Techniques des Duguay Trouin

Déplacement : standard 8000 tonnes pleine charge 8760 tonnes en surcharge 9656 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 181m (flottaison) 175m largeur 17.2m tirant d'eau 5.86m

Propulsion : Quatre groupes de turbines Parson alimentées par huit chaudières Indret développant une puissance totale de 102000ch et entraînant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 34 noeuds distance franchissable 3600 miles nautiques à 14 noeuds 1300 miles nautiques à 19 noeuds et 800 miles nautiques à 34 noeuds

Protection : pont principal 10mm premier pont 20mm tourelles de 155mm 30mm blockaus 30mm

Armement : 8 canons de 155mm modèle 1920 en quatre tourelles doubles modèle 1921, 4 canons de 75mm modèle 1922 en quatre affûts simples,12 mitrailleuses de 13.2mm en six affûts doubles, 12 tubes lance-torpilles de 550mm en quatre plate-formes triples avec un stock de 24 torpilles et 15 grenades ASM de 35kg

Aviation : une catapulte avec un ou deux hydravions

Equipage : 27 officiers 102 officiers mariniers et 452 matelots.


Le Pluton
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_plu11
Le Pluton

Arme au rapport prix/efficacité inégalable, la mine marine nécessite des moyens particuliers pour mettre en place des bouchons ou des champs de mines.

Si on utilisait parfois des navires réquisitionnés on prévoyait souvent des moyens spécialisés, des sous-marins et des navires mouilleurs de mines. La France ne fait pas exception à la règle et décide de construire un navire baptisé Pluton.

Financé à la tranche 1925, le croiseur mouilleur de mines Pluton est mis en service en janvier 1932. Comme en temps de paix le mouillage de mines n'est pas vraiment d'actualité, le Pluton est utilisé comme navire-école plus précisément au profit de l'école d'application de Tir à la Mer mais aussi pour le transport de troupes.

Envoyé au Maroc pour protéger les côtes contre une éventuelle démonstration de croiseurs allemands, le Pluton arrive à Casablanca le 5 septembre.

Il coule accidentellement le 13 septembre 1939 après l'explosion de mines qu'il était entrain de désamorcer. Le bilan humain est lourd avec 207 hommes tués (186 du croiseur et les autres de navires présents à proximité).

Sans ce terrible accident, le croiseur mouilleur de mines aurait été transformé en navire-école pour opérer en compagnie du croiseur-école Jeanne d'Arc sous le nom de la Tour d'Auvergne, nom qu'il n'à jamais porté en dépit du fait que la marine annonça dans son communiqué la perte du croiseur La Tour d'Auvergne.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_plu10

Caractéristiques techniques du Pluton

Déplacement : standard 5300 tonnes pleine charge : 6214 tonnes

Dimensions :  longueur 152.5m largeur : 15.5m Tirant d'Eau : 5.20m

Propulsion : Deux turbines Rateau-Bretagne alimentées par 4 chaudières à petits tubes développant une puissance maximale de 57000 ch actionnant deux hélices

Vitesse maximale : 30 noeuds (31.6 noeuds atteint aux essais) Distance Franchissable : 4510 miles nautiques à 14 noeuds

Armement :  4 canons de 138mm modèle 1923 de 40 calibres en 4 affûts simples (deux avant deux arrière), 4 canons de 75mm de 50 calibres modèle 1922 en 4 affûts simples latéraux (deux à tribord et deux à babord entre les deux cheminées), 2 canons de 37mm de 50 calibres modèle 1933 en un affût doubles, 12 mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1929 en trois affûts quadruples et 250 à 270 mines.

Equipage : 424 hommes. En configuration transport de troupes, il peut embarquer 1000 hommes


La Jeanne d'Arc
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Croise20
Le croiseur-école Jeanne d'Arc en 1964

Si les officiers de marine  peuvent être former à terre dans des bâtiments, cette formation théorique doit se doubler d'une formation pratique à la mer pour mettre en pratique les notions apprises.

En 1912 le croiseur cuirassé Jeanne d'Arc devient croiseur-école. Ce choix s'explique par la charge symbolique que représente la «Pucelle d'Orléans» dans un contexte de patriotisme exacerbé par la volonté de Revanche.

Désarmé en 1928, il est remplacé temporairement par l'Edgar Quinet en attendant qu'un nouveau croiseur-école Jeanne d'Arc soit construit.

Ce navire construit aux Ateliers et Chantiers de Penhoët est mis en service le 6 octobre 1931 à été conçu spécifiquement pour cette mission et ne manque pas d'élégance avec un bloc-passerelle ramassé, quatre tourelles doubles de 155mm et de longs passavants qui lui donne un faux-air de paquebot.

Après plusieurs croisières d'instruction, le croiseur participe à la seconde guerre mondiale, étant bloqué aux Antilles (plus précisément à Fort de France) de juin 1940 à août 1943 en compagnie du porte-avions Béarn et du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin.

Il participe à la libération de la Corse, au débarquement de Provence. La paix revenue, le croiseur reprend sa mission d'instruction jusqu'à son désarmement en juin 1964, le croiseur-école étant démoli en 1966.

Caractéristiques techniques du croiseur-école Jeanne d'Arc

Déplacement : 6500 tonnes Dimensions : longueur 170m largeur : 17.70m tirant d'eau 6.50m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par quatre chaudières à petits tubes de type Du Temple et entraînant deux lignes d'arbres terminées par des hélices tripales. La puissance développée est de 32500ch

Performances : Vitesse maximale : 25 noeuds (27.86 noeuds atteints aux essais)  Distance franchissable : 4000 miles nautiques à 20 noeuds, 6000 miles nautiques à 14 noeuds

Armement : 8 canons de 155mm modèle 1921 en quatre tourelles doubles, 4 canons de 75mm modèle 1922 en quatre affûts simples, 12 mitrailleuses de 13.2mm en trois affûts quadruples et deux  tubes lance-torpilles de 550mm.

Aviation :  Deux selettes pour deux hydravions CAMS 37 mais pas de catapulte

Equipage :  28 officiers 120 officiers mariniers et 424 matelots. 156 élèves embarquables.


L'Emile Bertin
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_emi12
Le rutilant, l'élégant Emile Bertin

Le croiseur Emile Bertin à été imaginé à une époque où on s'inquiétait des capacités réelles des Duguay-Trouin et sur l'intérêt de construire un mouilleur de mines spécialisé comme le Pluton.

Le croiseur financé à la tranche 1930 est un vrai croiseur léger ayant une capacité secondaire de mouillage de mines (mission d'ailleurs qu'il ne ménéra jamais). Baptisé Emile Bertin, construit aux Ateliers et Chantiers de Penhoët, il est mis en service le 17 mai 1935.

Il participe à la campagne de Norvège au cours de laquelle il est légèrement endommagé. Réparé, il est envoyé aux Antilles chargé d'or. Bloqué outre-mer jusqu'en août 1943, le croiseur léger reprend alors la lutte en Méditerranée participant notamment à l'opération SHINGLE (débarquement à Anzio), à la neutralisation des moyens navals allemands en Ligurie au sein de la Flank Force.

Après avoir participé aux premières opérations de la guerre d'Indochine, le navire rentre à Toulon en juillet 1946, servant de navire-école jusqu'à son désarmement le 15 août 1951. Condamné en 1959, il est démoli en 1961.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_emi11

Caractéristiques Techniques de l'Emile Bertin

Déplacement : déplacement Washington 5984 tonnes déplacement en charge normale 6530 tonnes déplacement en surcharge 8480 tonnes.

Dimensions : Longueur hors tout 177m Largeur : 15.84m Tirant d'eau (déplacement Washington) 5.33m

Propulsion : quatre groupes de turbines à vapeur Parson alimentées en vapeur par six chaudières Penhoët développant 102000ch et entraînant quatre hélices tripales

Performances : Vitesse maximale : 33 noeuds Distance franchissable : 6000 miles nautiques à 15 noeuds, 2800 miles nautiques à 20 noeuds, 1100 miles nautiques à 33 noeuds

Protection : parois latérales du blockaus et de la soute à munitions 30mm. Étroit compartimentage avec quatorze tranches (A à N) et donc treize cloisons transversales sans ouverture du fond au pont principal.

Armement : 9 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1930 en trois tourelles triples modèle 1930 (deux avant et une arrière), 4 canons de 90mm (3.5 pouces) Schneider modèle 1926 en un affût double axial modèle 1930 et deux affûts simples latéraux modèle 1926, 8 canons de 37 mm modèle 1933 en quatre affûts CAD, 8 mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1929 en quatre affûts doubles, 6 tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples modèle 1928T, 21 grenades ASM Guilbaud de 52kg, 84 mines mises en œuvres par deux voies démontables Decauville de 50m et deux paravanes type C4 pour le dragage à 25 noeuds

Aviation : une catapulte et un ou deux hydravions Gourdou-Lesseure GL-832

Equipage : 23 officiers, 93 officiers et mariniers et 427 quartiers maitres et matelots


Les croiseurs de 7600 tonnes classe La Galissonnière
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_mon11
Le croiseur léger Montcalm en Norvège en 1940

Le 6 février 1922 le traité de Washington avait stoppé la course aux armements navals entre les Etats-Unis et le Japon. Il interdisait jusqu'en 1931 (interdiction ensuite repoussée à 1936) la construction de cuirassés.

Ce traité définissait naturellement ce qu'était un cuirassé à savoir un navire de plus de 10000 tonnes Washington (un tonnage propice aux calculs et aux dissimulations en tout genre) et surtout  un calibre d'artillerie principale compris entre 203 et 406mm.

Toutes les marines majeures vont donc construire des croiseurs de 10000 tonnes armés de six à dix canons de 203mm. Le tonnage maximal fût vite atteint et certains pays comme le Japon essayèrent de dissimuler ce fait en construisant des croiseurs légers transformables en croiseurs lourds.

Pour éviter trop de dérives, un nouveau traité naval est signé à Londres le 22 avril 1930. Il clarifie la situation en définissant deux types de croiseurs, les croiseurs lourds ou type A et les croiseurs légers ou type B, les premiers ayant une artillerie comprise entre 155 et 203mm, les seconds une artillerie comprise entre 130 et 155mm. Le tonnage des croiseurs allait de 1850 à 10000 tonnes.

Après avoir construit le Pluton, le Jeanne d'Arc et l'Emile Bertin, la France décide de construire une nouvelle classe de croiseurs, croiseurs dit de 7600 tonnes en raison de leur tonnage standard.

C'est une évolution de l'Emile Bertin, la «Rolls des croiseurs français» servant de base de départ pour connaître les caractéristiques techniques.

L'armement principal reste identique (neuf canons de 152mm en trois tourelles triples) mais la DCA à base de canons de 90mm est renforcée tout comme la protection. En revanche la capacité de mouillage de mines est abandonnée et la catapulte est installée de manière inhabituelle sur la tourelle III de 152mm. Plus généralement aux performances, on préfère l'endurance.

Deux navires sont financés au budget 1931 (La Galissonnière, Jean de Vienne) et quatre au budget 1932 (La Marseillaise, Chateaurenault,Gloire,Montcalm). Ultérieurement, le Chateaurenault sera rebaptisé Georges Leygues pour rendre hommage au ministre de la Marine récemment décédé.

-La Galissonnière est mis sur cale à l'Arsenal de Brest le 15 décembre 1931 lancé le 18 novembre 1933 et admis au service actif le 29 octobre 1936.

Affecté en Méditerranée, il participe à la seconde guerre mondiale jusqu'à l'armistice, se retrouvant bloqué en zone libre à Toulon. Intégré aux Forces de Haute Mer (FHM), il est désarmé le 11 avril 1941, servant de réserve de pièces détachées pour ses sister-ship.

Sabordé à Toulon le 27 novembre 1942 au bassin 3 du Missiessy, il est sorti du bassin par les italiens qui cherchent à le récupérer soit pour le remettre en service ou pour récupérer l'acier dont ils avaient tant besoin. Il est définitivement coulé en août 1944 par des bombardiers américains, l'épave relevée en 1954 est démolie en 1956.

-Le Jean de Vienne est mis sur cale à l'Arsenal de Lorient le 20 décembre 1931 lancé le 31 juillet 1935 et mis en service le 7 avril 1937.

Affecté en Méditerranée, il participe au contrôle océanique lié à la guerre d'Espagne puis au second conflit mondial au sein de la 4ème Escadre. Ils assure également des transport d'or en direction du Canada.

Après l'armistice, il est affecté aux FHM, étant basé à Toulon. Désarmé du 1er décembre 1940 au 15 mars 1941, il est sabordé dans le bassin n°1 du Missiessy. Relevé par les italiens, il chavire le 25 novembre 1943 au lendemain d'un bombardement allié. L'épave est relevée en 1948 et démolie.

-La Marseillaise est mise sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Saint-Nazaire le 23 octobre 1933 lancé le 17 juillet 1935 et mis en service le 26 octobre 1937.

Déployé en Méditerranée au sein de la 3ème DC, il est affecté après septembre 1939 à une 4ème escadre déployée à Bzerte. En compagnie de son sister-ship Jean de Vienne, le croiseur effectue des transports d'or en direction du Canada pour mettre à l'abri des allemands le métal précieux.

Après l'armistice, le croiseur est replié à Toulon, intégrant les Forces de Haute Mer (FHM). Le 27 novembre 1942 le croiseur se trouvait à l'épi 3 des appontements Milhaud. Sabordé, il brûle pendant plus d'une semaine ce qui fait qu'il est considéré comme une épave et que la démolition commence sur place. Endommagé à plusieurs reprises par des bombardements alliés, l'ancien croiseur est relevé au printemps 1946 et démoli.

-La Gloire est mise sur cale aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) à Bordeaux le 13 novembre 1933 lancé le 28 septembre 1935 et mis en service le 4 décembre 1937.

Après une croisière en Extrême-Orient en 1938, le croiseur intégré à la 4ème DC avec le Georges Leygues et le Montcalm intègre la Force de Raid qui regroupe les navires les plus modernes de la Flotte de l'Atlantique. Cette force opère dans l'Atlantique et en Méditerranée.

Après l'armistice, la 4ème DC est envoyée à Dakar d'où elle reprend le combat après l'opération Torch (novembre 1942) qui voit le ralliement de l'AOF. Envoyé en Méditerranée, le croiseur participe  à l'opération SHINGLE (débarquement à Anzio) et à l'opération DRAGOON (débarquement en Provence).

Après avoir terminé la seconde guerre mondiale dans l'Atlantique (blocus des poches allemandes), le croiseur est déployé en Indochine en 1946/47 avant de revenir en Méditerranée. Il reviendra en Indochine après la chute de Dien-Bien-Phu. Définitivement désarmé le 1er novembre 1955, il est démoli en 1959.

-Le Montcalm est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de la Seyne sur Mer le 15 novembre 1933 lancé le 26 novembre 1935 et mis en service le 4 décembre 1937.

Affecté dans l'Atlantique avec le Georges Leygues et la Gloire, il intègre en septembre 1939 la Force de Raid, force opérant dans l'Atlantique et en Méditerranée. Après l'armistice, la 4ème DC est envoyée à Dakar, défendant la capitale de l'AOF contre les anglo-gaullistes lors de l'opération Menace en septembre 1940.

Après l'opération TORCH (novembre 1942), la 4ème DC rallie les alliés, reprenant la lutte d'abord contre les forceurs de blocus allemands puis en soutien des deux débarquements majeurs en Europe, en Normandie et en Provence après un détour par les Etats-Unis pour être modernisé.

Après guerre il intègre la Force Navale d'Intervention (FNI), étant déployé en Indochine en 1954/55 avant de participer à la guerre d'Algérie ainsi qu'à l'expédition de Suez (opération MOUSQUETAIRE/MUSKEETER). Mis en réserve le 4 mars 1957, il sert de ponton-école avant d'être démoli en 1970.

-Le Georges Leygues est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët le 21 septembre 1933 lancé le 24 mars 1936 et mis en service le 4 décembre 1937.

Il forme la 4ème DC avec laquelle il effectue une croisière en Extrême-Orient (1938). De retour dans l'Atlantique, il entre en collision avec le contre-torpilleur Bison dans la nuit du 7 au 8 février 1939, n'étant que légèrement endommagé.

En septembre 1939, il intègre la Force de Raid, opérant essentiellement en Méditerranée avec des incursions dans l'Atlantique. Après l'armistice en juin 1940, le croiseur rallie Dakar d'où il reprend la guerre après le ralliement de l'AOF après Torch.

Après avoir été modernisé aux Etats-Unis, il participe au débarquement de Normandie puis au débarquement de Provence, terminant la guerre en Méditerranée.

Le second conflit mondial terminé, le croiseur intégré la Force Navale d'Intervention (FNI) qui regroupe la quasi-totalité des navires disponibles. Il est engagé en Algérie puis à Suez dans le cadre de l'opération MOUSQUETAIRE. En réserve le 1er avril 1957, il est utilisé comme cible lors d'essais de missiles air-surface avant d'être vendu à la démolition le 17 mars 1961 en compagnie de l'Emile Bertin et démantelé.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Classe41

Caractéristiques Techniques de la classe Georges Leygues

Déplacement :  standard 7720 tonnes

Dimensions : Longueur hors tout : 179.5m Longueur entre perpendiculaires 172m Largeur à la flottaison : 17.480m Tirant d'eau : 5.280m

Appareil Propulsif : deux groupes de turbines alimentées en vapeur par quatre chaudières Indret dévellopant 84000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale en service courant 31 nœuds distance franchissable 7000 miles nautiques à 12 nœuds

Protection :  ceinture 105mm tourelles 100mm (avant) 50mm (côté) 40mm (arrière) 45mm (côtés) blockhaus 95mm (parois) 50mm (dessus)

Armement : 9 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1930 en trois tourelles triples modèle 1930 (deux avant et une arrière), 8 canons de 90mm modèle 1926 en quatre affûts doubles, 8 mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1929 en quatre affûts doubles R4 modèle 1931, deux affûts doubles lance-torpilles de 550mm, douze grenades ASM

Aviation : Une catapulte à air comprimé installée sur la tourelle de 152mm arrière avec un Hangar pour deux hydravions installés juste derrière la tourelle III de 152mm.

Equipage : 557 officiers et marins
A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Mer 06 Nov 2019, 11:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
ecourtial
Premier Maître
Premier Maître
ecourtial

Masculin
Nombre de messages : 773
Age : 36
Ville : Lyon, FRA
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMar 29 Oct 2019, 19:48

Navire que j'affectionne particulièrement, pour son histoire... particulière.
A suivre Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dynamic-mess.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMar 29 Oct 2019, 23:10

ecourtial a écrit:
Navire que j'affectionne particulièrement, pour son histoire... particulière.
A suivre Very Happy

La suite jeudi thumleft

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Second maître
Second maître
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 534
Age : 71
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMer 30 Oct 2019, 08:24

Toujours un gros travail de recherche passionnant, merci ! thumright
J'attends la suite de cette histoire, qui a été, en partie, la mienne ... bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMer 30 Oct 2019, 11:46

JJMM a écrit:
Toujours un gros travail de recherche passionnant, merci ! thumright
J'attends la suite de cette histoire, qui a été, en partie, la mienne ... bounce

Merci. Si tu as des anecdotes sur le De Grasse n"hésite pas cela ne pourra qu'enrichir mon article

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Second maître
Second maître
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 534
Age : 71
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 11:21

clausewitz a écrit:


Merci. Si tu as des anecdotes sur le De Grasse n"hésite pas cela ne pourra qu'enrichir mon article

Je viens de t'envoyer un mail pour trier ce que tu veux poster dans l'ordre que tu souhaites. salut
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 16:05

JJMM a écrit:
clausewitz a écrit:


Merci. Si tu as des anecdotes sur le De Grasse n"hésite pas cela ne pourra qu'enrichir mon article

Je viens de t'envoyer un mail pour trier ce que tu veux poster dans l'ordre que tu souhaites. salut

Voici les anecdotes en question :

2 ou 3 choses sur le De Grasse :

- les groupes électrogènes Diesel du croiseur étaient, il me semble, des Sulzer, qui faisaient un bruit d'enfer au mouillage ou à quai, et qui nous empêchaient de dormir au poste des QM1 alors que nous n'étions pas de quart. A tel point qu'à Papeete, le bâtiment était accosté côté tribord pour ne pas casser les oreilles des habitants au moins au moment des postes de manœuvres. Les mécaniciens des groupes avaient les oreilles cassées et doivent en avoir gardé des séquelles !

- les chaudières timbrées à 35 bars étaient volumineuses car de type symétriques, contrairement au Colbert, les manœuvres étaient de ce fait moins rapides, malgré une puissance plus grande (105000 ch), et d'autant plus que ce croiseur était aussi plus lourd (supérieur à 10000 t).

- en 1971, les machines et les auxiliaires étaient vieillissants, les bouilleurs avaient du mal à suivre la cadence et le Forbin pourtant bien plus petit a du subvenir à nos besoins lors du voyage aller ou retour, je ne sais plus, Jean Veillon a évoqué ce point. Les fumées visibles lors du dernier appareillage fait foi aussi de la situation finale, même si je soupçonne les mécanos d'avoir joué aux Indiens avec des signaux de fumée !!

- à l'arrivée à Trinidad le matin du 22 mars 1971, la mer est couverte de petites méduses presque à perte de vue et de manière très compacte, la chaleur sans doute ? et on a des craintes pour le colmatage des prises d'eau nombreuses, surtout les condenseurs à cause de leur petits tubes d'eau ! Mais pas de soucis de ce côté heureusement !!

- il y avait une forge avec du charbon sur la teugue de ce croiseur, bien utiles lorsqu'il fallait recuire les tuyaux des égouttures de gazole des Diesel qui risquaient de casser sans ce traitement approprié. Des grillades "sauvages" en petit comité y ont été faites sur ce barbecue improvisé, mais chut !!

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 16:23



Genèse des De Grasse

Arsenal de Lorient
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Lorien12
Le site de Lorient en 1910. Au fond la future forme de Lanester

Bien que ce site ait été peuplé dès la préhistoire, la ville de Lorient à été fondée officiellement en 1666 sous le nom de L'Orient sous l'impulsion de Colbert qui voulait doter la Compagnie Française pour le commerce des Indes Orientales créée le 27 août 1664 d'une base de départ. Une corderie est inaugurée en 1676.

Lors de la guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697), le chantier naval implanté à L'Orient est réquisitionné par la marine royale, marquant le début de la présence de la marine nationale sur le site bientôt connu sous le nom d'Arsenal Royal de Lorient.

Pendant longtemps cependant, le port vivote, reste chétif. Des travaux sont bien menés avec la création d'un avant port et d'un bassin à flot entre 1839 et 1848 qui suivent les travaux de modernisation menés dans l'enceinte de l'Arsenal avec une forme de radoub et une cale couverte.

Il  était cependant dit que Lorient, 26ème port commercial de France en 1860 ne serait jamais un port majeur en dépit des efforts de la chambre de commerce et l'essentiel (pour ne pas dire la totalité) de l'activité maritime serait celle de l'Arsenal.

Longtemps, l'Arsenal de Lorient va mener des constructions neuves et des entretiens mais la loi du 3 avril 1926 fait de l'établissement morbihanais un établissement consacré aux constructions neuves. Il assure également les essais officiels des navires construits sur la façade atlantique (Bordeaux, Saint-Nazaire et Nantes).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Lorien13
Le Henri Poincaré entrant dans le port de Lorient

Le site original situé donc sur la confluence Scorff-Blavet dispose d'une forme de radoub (utilisée également pour l'armement des navires) de 240m de long sur 28m de large accompagnée de  deux cales, les cales n°4 et n°7 qui mesurent 175m de long sur 20m de large. On trouve également deux autres bassins de carénage.

-Sur la rive orientale du Scorff nous trouvons la forme dite de Lanester, une forme de 240m de long sur 30m de large. Elle est accompagnée de trois cales.

La cale n°1 (couverte) mesure 230m de long sur 32m de large pouvant donc construire tous les navires jusqu'au croiseur lourd. La cale n°2 mesure 195m de long sur 28m de large et la n°3 de 175m de long sur 25m de large.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Lorien14
Base sous-marine de Kéroman

Durant le second conflit mondial, le site fût transformé par la construction d'une base sous-marine pour les U-Boot. La ville est rasée par les bombardements alliés laissant la base sous-marine quasiment intact.

Le site à été reconstruit après guerre, Lorient étant à la fois un arsenal et une base opérationnelle avec notamment une escadrille de sous-marins.

La base navale ferme en 1995 dans le cadre du programme OPTIMAR mais les installations d'entretien et de construction restent opérationnelles, étant actuellement le seul site de Naval Group à pouvoir produire des navires de surface avec actuellement la fin du programme FREMM et le début du programme FTI (Frégate de Taille Intermédiaire).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Forme_10
La Forme de Lanester et ci-dessous simulation informatique de la future classe Amiral Ronar'ch
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Belhar10

Trois puis un seul croiseur
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil10
Profils du croiseur léger De Grasse

Jusqu'au milieu des années trente, la marine nationale avait calqué son expansion sur un confit avec l'Italie. L'arrivée des nazis au pouvoir et leur volonté de réarmer l'Allemagne poussa Paris à envisager une guerre avec Berlin, guerre d'autant plus probable que par souci d'apeasement, la Grande Bretagne avait autorisé la Kriegsmarine à posséder un tonnage équivalent à 35% de celui de la Royal Navy (45% pour les sous-marins).

Après la signature du traité de Washington (1922), deux traités de limitation navale ont été signés à Londres, le premier en 1931 et le second en 1936, des traités imparfaitement appliqués notamment en raison du retrait japonais.

Le dernier traité augmente de 400 tonnes le tonnage maximal autorisé pour les croiseurs légers ce qui pousse l'état-major à demandé au Service Technique des Constructions Navales (STCN) la meilleure façon d'utiliser ce tonnage supplémentaire.

A cette époque la marine nationale doit aussi commencer à prévoir le remplacement des premières unités construites à partir de 1922.

Logiquement les premiers travaux ont pour base de départ les 7600 tonnes qui sont des navires réussis avec une bonne vitesse, un bon armement et une bonne protection. Il est toujours difficile de classer un navire de guerre du plus mauvais au meilleur mais nul doute que les Galissonnière étaient dans le haut du panier.

Une note du 25 juin 1936 est l'acte de naissance du croiseur De Grasse. Le STCN part des 7600 tonnes comme base d'étude. On cherche à augmenter la taille de la drome, améliorer les installations d'hydraviation, augmenter l'angle maximal de chargement (qui doit passer de +15 à +45° soit l'angle de pointage maximal des canons de 152mm des 7600 tonnes»), augmenter la puissance propulsive à 105 ou 110000ch pour maintenir une vitesse la plus proche possible des 35 nœuds.

On s'interroge également sur l'armement. Doit-on reprendre l'armement des La Galissonnière ou innover ? Trois configurations sont ainsi étudiées :

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Cl_lui10
Le croiseur léger italien Luigi di Savoia Duca degli Abruzzi

-Solution n°1 : augmenter la batterie principale à dix canons avec toujours deux tourelles triples à l'avant et une tourelle arrière quadruple (une configuration type Condottieri avec deux tourelles triples et deux tourelles doubles étaient trop lourde en terme de déplacement et de dimensions)

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Tourel13
Tourelles triples de 152mm du Richelieu

-Solution n°2 : neuf canons de 152mm en trois tourelles triples avec la tourelle modèle 1936 conçue pour le Richelieu et pouvant pointer à +90° ce qui en fait une pièce théoriquement polyvalente.

-Solution n°3 : Utiliser trois tourelles triples modèle 1936 mais dont l'angle maximal sera limité à +70°

La première solution est rapidement abandonnée en raison de problèmes de cohabitation avec les installations aéronautiques ne laissant en piste que les deux autres solutions. L'armement secondaire doit être composé de canons de 100mm comme pour l'Algérie mais avec un affût différent conçu également pour les aviso-dragueurs.

Le STCN affirme sa préférence pour la solution n°3 en ce qui concerne l'armement principal. Il demande un armement secondaire composé de deux ou trois affûts doubles de 100mm, deux catapultes et trois hydravions, une protection similaire à celle des Galissonnière. Ces préférences sont également celles de l'Etat-Major général.

Dès la fin 1936, les plans détaillés du nouveau croiseur sont dessinés. On choisit une configuration à cheminée unique ce qui permet l'installation de deux hangars de par et d'autre de la dite cheminée. Des télémètres sont implantés sur les hangars.

En janvier 1938, des plans modifiés sont dessinés avec le même armement que les 7600 tonnes mais les tourelles triples sont semblables à celles des Richelieu avec un pointage maximal limité à +70°.

L'armement secondaire est composé de trois affûts doubles de 100mm modèle 1933 tandis que la DCA se compose de quatre affûts doubles de 37mm modèle 1933 (en attendant que le prometteur canon de 37mm ACAD modèle 1935 soit disponible) ainsi que d'un affût quadruple et deux affûts doubles de 13.2mm. On trouve deux affûts triples lance-torpilles de 533mm, deux catapultes et deux hydravions dont un de chasse. Les hangars doubles ont disparu.

Une première unité ultérieurement baptisée De Grasse est financée à la tranche 1937 (loi du 31 décembre 1936). Outre le croiseur léger on trouve quatre torpilleurs de classe Le Fier, deux torpilleurs d'escadre type Le Hardi, un pétrolier type Adour, huit aviso-dragueurs type Elan, deux aviso-dragueurs coloniaux type Chamois, douze chasseurs de sous-marins type CH-5, deux avisos coloniaux classe Bougainville, quatre ravitailleurs d'aviation type Sans Soucis, quatre sous-marins type Aurore et un sous-marin mouilleur de mines type Emeraude.

Une deuxième unité est financée pa la tranche 1938 (loi du 31 décembre 1937), le futur Chateaurenault étant financé en même temps que les porte-avions Joffre et Painlevé, trois torpilleurs d'escadre type Le Hardi, trois torpilleurs classe Le Fier, deux vedettes porte-torpilles VTB, un sous-marin type Rolland Morillot et quatre sous-marins type Aurore.

Une troisième unité baptisée Guichen est financée au titre de la tranche 1938bis (décret-loi du 2 mai 1938) qui permet également la mise en chantier de deux cuirassés type Richelieu, trois pétroliers type Adour, deux pétroliers rapides, quatre aviso-dragueurs type Chamois, cinq chasseurs de sous-marins type CH-5, deux chasseurs de sous-marins type CH-41, six vedettes porte-torpilles type VTB, six bâtiments hydrographiques type Goéland et sept sous-marins.

La construction du premier croiseur est attribué à l'Arsenal de Lorient, celle du second aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) de la Seyne sur Mer (le chantier provencal venait d'achever le Montcalm) alors que le troisième devait être construit aux Forges et Chantiers de la Gironde (FCG) de Bordeaux, chantier qui venait d'achever La Gloire.

Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne. Deux jours plus tard, la France et la Grande Bretagne déclarent la guerre à l'Allemagne. C'est le début de la seconde guerre mondiale et c'est surtout un profond bouleversement dans la production militaire française perturbée par la mobilisation.

Si la construction du De Grasse entamée le 28 août 1939 dans la forme de Lanester n'est que suspendue, celle de ses sister-ship pas encore mis sur cale est carrément annulée.

Les Saint Louis, des croiseurs morts-nés
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Classe18

Outre les limitations qualitatives et quantitatives, les différents traités imposaient un délai avant le renouvellement des unités.

En ce qui concerne les croiseurs de plus de 3000 tonnes, la durée de vie était fixée à vingt ans ce qui signifiait que le Duguay-Trouin pouvait être remplacé à partir de 1946.

Comme on comptait un an de mise au point et quatre à cinq ans pour la construction, il fallait s'attaquer à cette question à la fin des années trente.

La France doit alors tenir compte à la fois de la menace italienne mais aussi de la menace allemande, la Kriegsmarine devenant une marine de première plan.

On part des plans de l'Algérie tout en intégrant de nouvelles informations. Comme une partie des archives à disparu il est difficile de retracer finement le processus créatif.

La variante qui aurait pu être choisie baptisée A-3 était armée de neuf canons de 203mm en trois tourelles triples (deux avant, une arrière), dix canons de 100mm en cinq tourelles doubles, huit canon de 37mm en affûts doubles ACAD modèle 1935, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples, deux catapultes et trois Loire 130. Une variante appelée SA1 (Sans Aviation 1) voyait une DCA plus importante (14 canons de 100mm, six affûts ACAD modèle 1935 et seize mitrailleuses de 13.2mm).

Lors de l'entrée en guerre de la France en septembre 1939 la construction des navires pas encore sur cale ou ne pouvant être achevés rapidement est suspendue. Le 23 janvier 1940 on demande de lancer une nouvelle étude pour un croiseur lourd de 13000 tonnes.

Le 1er avril 1940, un décret-loi finance la construction de deux cuirassés, d'un croiseur léger, de six contre-torpilleurs, de seize torpilleurs et six sous-marins mais le 27 mai le croiseur léger est remplacé par six nouveaux contre-torpilleurs. Le déplacement du futur croiseur est portée à 14774 tonnes.

Un document manuscrit en date du 15 avril 1940 donne pour les futurs Saint Louis un déplacement standard de 14537 tonnes (pleine charge 16000 tonnes), une longueur entre perpendiculaires de 202mm, une puissance propulsive fixée à 120000ch pour une vitesse maximale de 33 nœuds et une distance franchissable de 4200 miles nautiques à 20 nœuds.

Quand à l'armement, on trouve neuf canons de 203mm en trois tourelles triples, douze canons de 100mm modèle 1933 en six tourelles doubles, douze canons de 37mm en six affûts doubles ACAD modèle 1935, six tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples, l'aviation étant composée de deux catapultes et de deux hydravions.

Le 15 mai 1940 une circulaire propose au ministre six noms pour les trois croiseurs lourds à construire à savoir Saint Louis, Henri IV,Charlemagne,Brennus,Charles Martel et Vercingetorix. C'est ce même texte qui proposait quatre noms pour les deux cuirassés de la tranche 1940 (Alsace, Normandie,Flandre,Bourgogne).

Naturellement le développement des Saint-Louis s'arrête là....... .

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
ecourtial
Premier Maître
Premier Maître
ecourtial

Masculin
Nombre de messages : 773
Age : 36
Ville : Lyon, FRA
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 16:25

Très intéressantes anecdotes. Pour ce qui est du bruit des générateurs, cela me rappelle ce patrouilleur US coincé sur le Saint-Laurent il y a deux ans, par la glace, et qui faisait tourner son générateur H24 alors qu'il était à quai dans le vieux port de Montréal. Les riverains, québécois, pourtant peu enclins à se plaindre (en public), n'ont pas manqué de faire remarquer que ce n'était pas sympa pour eux Mr. Green

Pour ce qui concerne l'appareil propulsif vieillissant, est-ce que NetMarine se serait emballé sur le "potentiel" :

Citation :
Pour l'anecdote, le dernier commandant du croiseur, navré à la perspective de voir désarmer son bâtiment alors qu’il avait encore un excellent potentiel propulsif, poussa les machines du De Grasse à 33 nœuds, la veille de son arrivée à Brest !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dynamic-mess.com/
ecourtial
Premier Maître
Premier Maître
ecourtial

Masculin
Nombre de messages : 773
Age : 36
Ville : Lyon, FRA
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 16:36

Citation :
Le Henri Poincaré entrant dans le port de Lorient

Et qui est le gros (croiseur?) en arrière plan, en achèvement ou travaux?  scratch

Citation :
la DCA se compose de quatre affûts doubles de 37mm modèle 1933 (en attendant que le prometteur canon de 37mm ACAD modèle 1935 soit disponible)

De mémoire il était prévu que le nouveau canon soit déjà disponible à son entrée en service. Si l'ancien modèle, périmé, a été retenu, c'est pour une raison d'aménagement des soutes, requises dessous l'affût, pour le nouveau modèle.  scratch

Citation :
Si la construction du De Grasse entamée le 28 août 1939 dans la forme de Lanester n'est que suspendue, celle de ses sister-ship pas encore mis sur cale est carrément annulée.

Ce point est d'ailleurs intéressant. J'avais lu que jurisprudence 1914 oblige, et voulant certainement éviter des pénalités, la marine avait fait inscrire ces clauses dans les contrats de commandes des navires à la fin des années 30 : si conflit (que l'on savait imminent), la marine se réservait le droit de décider de la suite à donner aux chantiers en cours, en fonction de leur état d'avancement, de leur priorité : annulation, pause, ou révision. Dans les faits, cela eut peu d'impact, puisque je crois que seuls les deux croiseurs que tu mentionnes en furent victimes, les autres programmes étant au pire ralentis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dynamic-mess.com/
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18649
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 17:10

ecourtial a écrit:
Citation :
Le Henri Poincaré entrant dans le port de Lorient

Et qui est le gros (croiseur?) en arrière plan, en achèvement ou travaux?  scratch

La photo est datée du 12 juin 1930 il s'agit donc du croiseur lourd Tourville, il était alors en cours d'aménagement à Lorient pour la campagne de l'Ecole navale suite à la perte de l'Edgar Quinet et avant l'entrée en service du futur Jeanne d'Arc alors en achèvement; les trois croiseurs lourds Duquesne, Tourville et Suffren ont fait la soudure pour la promotion 1930-1931.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyJeu 31 Oct 2019, 18:52

ecourtial a écrit:
Citation :
Le Henri Poincaré entrant dans le port de Lorient

Et qui est le gros (croiseur?) en arrière plan, en achèvement ou travaux?  scratch

Citation :
la DCA se compose de quatre affûts doubles de 37mm modèle 1933 (en attendant que le prometteur canon de 37mm ACAD modèle 1935 soit disponible)

De mémoire il était prévu que le nouveau canon soit déjà disponible à son entrée en service. Si l'ancien modèle, périmé, a été retenu, c'est pour une raison d'aménagement des soutes, requises dessous l'affût, pour le nouveau modèle.  scratch

Citation :
Si la construction du De Grasse entamée le 28 août 1939 dans la forme de Lanester n'est que suspendue, celle de ses sister-ship pas encore mis sur cale est carrément annulée.

Ce point est d'ailleurs intéressant. J'avais lu que jurisprudence 1914 oblige, et voulant certainement éviter des pénalités, la marine avait fait inscrire ces clauses dans les contrats de commandes des navires à la fin des années 30 : si conflit (que l'on savait imminent), la marine se réservait le droit de décider de la suite à donner aux chantiers en cours, en fonction de leur état d'avancement, de leur priorité : annulation, pause, ou révision. Dans les faits, cela eut peu d'impact, puisque je crois que seuls les deux croiseurs que tu mentionnes en furent victimes, les autres programmes étant au pire ralentis.

Le canon de 37mm ACAD modèle 1935 était encore à l'état de prototype au moment de la défaite en juin 1940. Si je ne dis pas de bêtises, la télécommande démontée à été jetée par dessus bord au moment de l'opération CATAPULT (l'aviso Amiens se trouvait à Plymouth à l'époque) mais j'ignore si les anglois l'ont récupérée.

Pour les constructions, pareil j'ai pas d'exemples d'annulation, les constructions furent soit ralenties (notamment plusieurs sous-marins) ou suspendues comme celle du cuirassé Clemenceau.

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 889
Age : 69
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyVen 01 Nov 2019, 07:43

Bonjour,

ecourtial a écrit:

Pour ce qui concerne l'appareil propulsif vieillissant, est-ce que NetMarine se serait emballé sur le "potentiel" :

"Pour l'anecdote, le dernier commandant du croiseur, navré à la perspective de voir désarmer son bâtiment alors qu’il avait encore un excellent potentiel propulsif, poussa les machines du De Grasse à 33 nœuds, la veille de son arrivée à Brest !"

On retrouve cette anecdote, et sa motivation, dans les mémoires de l'Amiral Jaouen, qui fut le dernier commandant du De Grasse. Je la considère donc comme authentique. A noter que le PH Jeanne d'Arc s'est également offert une petite pointe de vitesse lors de son dernier transit, avec des installations machine plus que vieillissantes et maintenues à bout de bras par le personnel de l'Arsenal de Brest.

Jaouen déplorait en revanche que l'artillerie était devenue hors d'état de tirer, faute d'entretien. Tout au plus avait-il pu faire remettre une des tourelles en état correct de présentation.
Revenir en haut Aller en bas
ecourtial
Premier Maître
Premier Maître
ecourtial

Masculin
Nombre de messages : 773
Age : 36
Ville : Lyon, FRA
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyVen 01 Nov 2019, 10:47

Citation :
Le canon de 37mm ACAD modèle 1935 était encore à l'état de prototype au moment de la défaite en juin 1940.

Oui sauf que quand les plans du Dunkerque sont réalisés en 33-34, la tourelle est censée être prête pour 1937. Ensuite quand les plans du De Grasse sont réalisés en 37-38, on s'attend à ce qu'elle soit prête pour 1939*, donc bien avant l'achèvement du croiseur qui est prévu pour courant 1941. Donc ce que l'on lit dans le French cruisers de John Jordan pourrait (j'insiste sur le conditionnel) être cohérent, les concepteurs du croiseur décidant de tabler sur l'ancienne version du 37mm  scratch  .

*Et en 1939, elle n'est toujours pas prête, donc sur le Richelieu on va...  Very Happy

Bleu Marine a écrit:
Bonjour,

On retrouve cette anecdote, et sa motivation, dans les mémoires de l'Amiral Jaouen, qui fut le dernier commandant du De Grasse. Je la considère donc comme authentique. A noter que le PH Jeanne d'Arc s'est également offert une petite pointe de vitesse lors de son dernier transit, avec des installations machine plus que vieillissantes et maintenues à bout de bras par le personnel de l'Arsenal de Brest.

Jaouen déplorait en revanche que l'artillerie était devenue hors d'état de tirer, faute d'entretien. Tout au plus avait-il pu faire remettre une des tourelles en état correct de présentation.

thumleft Merci pour cette info. Pour l'artillerie en effet on m'avait dit la même chose, qu'en version CEP le navire n'avait plus de technicien d'armes et de munition.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.dynamic-mess.com/
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 889
Age : 69
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyVen 01 Nov 2019, 12:05

Vérification faite dans son livre "Marin de guerre", Jaouen parle de 29 noeuds, dans des creux de 8 à 9 m, pour ce dernier "galop".

Il évoque aussi le fait que l'artillerie aurait dû être débarquée en totalité lors de la transformation en bâtiment de commandement, mais qu'elle a été conservée à la demande expresse de l'Ingénieur de l'Artillerie navale qui l'avait installée autrefois. Il aurait en outre été nécessaire d'embarquer des gueuses dans les hauts pour éviter un roulis trop dur résultant d'une stabilité qui serait devenue excessive.

Mais nous anticipons un peu sur la suite que nous mijote Clausewitz...
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyVen 01 Nov 2019, 12:46

Bleu Marine a écrit:
Vérification faite dans son livre "Marin de guerre", Jaouen parle de 29 noeuds, dans des creux de 8 à 9 m, pour ce dernier "galop".

Il évoque aussi le fait que l'artillerie aurait dû être débarquée en totalité lors de la transformation en bâtiment de commandement, mais qu'elle a été conservée à la demande expresse de l'Ingénieur de l'Artillerie navale qui l'avait installée autrefois. Il aurait en outre été nécessaire d'embarquer des gueuses dans les hauts pour éviter un roulis trop dur résultant d'une stabilité qui serait devenue excessive.

Mais nous anticipons un peu sur la suite que nous mijote Clausewitz...

Merci ! La suite demain. Effectivement j'avais lu que l'artillerie à été conservée pour deux raisons 1) un certain prestige 2) Un problème d'instabilité excessive en cas de débarquement de TOUTE l'artillerie

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptySam 02 Nov 2019, 13:34

CARRIERE OPERATIONNELLE
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra13
Le croiseur De Grasse (C-610) à la mer

Présentation

-Le croiseur léger De Grasse baptisé le 20 mars 1937 est mis en chantier le 28 août 1939 à l'Arsenal de Lorient dans la forme de Lanester sur la rive orientale du Scorff. Cette nef venait de réparer le contre-torpilleur Bison qui avait reçut une nouvelle étrave après une collision avec le croiseur léger Georges Leygues dans la nuit du 7 au 8 février 1939.

Les travaux sont suspendus le 3 septembre 1939 au moment où la France entre en guerre. Ils ne vont reprendre que le 28 septembre 1939 avant d'être à nouveau suspendus le 10 juin 1940 au moment où la situation militaire de la France est quasi-désespérée.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra14
Le croiseur De Grasse en construction
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra15

Quand la France signe l'Armistice, le De Grasse n'est achevé qu'à 28%. Lorient est occupée le 22 juin et les allemands s'intéressent rapidement à cette coque. Ils décident de l'achever pour libérer la forme.

Les travaux sont menés avec une lenteur calculée, les ouvriers de l'Arsenal se montrant les dignes héritiers de Pénélope d'Itaque.

En août 1942, les allemands qui ont enfin compris l'importance de l'aéronavale décident d'achever le De Grasse en porte-avions.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil11
Profil du De Grasse achevé en porte-avions

Cela aurait donné un porte-avions long de 192.50m et large de 24.40m pour un déplacement de 11400 tonnes. La puissance propulsive de 110000 ch donnait une vitesse de 32 noeuds.

La DCA était composée de douze canons de 105mm, douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 20mm. L'aviation embarquée était de 23 avions. Les installations aéronautiques se compose d'un pont d'envol de longueur inconnue mais d'une largeur de 23m, le hangar unique faisait 145m de long sur 19m de large.

Ce projet ne va pas aller bien loin. On peut d'ailleurs s'interroger sur la faisabilité du projet entre le manque d'expérience des ingénieurs allemands, le manque d'enthousiasme des travailleurs et surtout le fait que le navire une fois mis à flot aurait été une cible de choix pour les bombardiers anglais qui rasèrent la ville à défaut de toucher la base sous-marine de Kéroman.

Lorient n'est libéré que le 10 mai 1945 après avoir été une des poches de l'Atlantique. La coque est retrouvée en bon état (il y à seulement deux impacts de bombes britanniques). Mieux même elle à servit à planquer du matériel pour le mettre à l'abri des convoitises allemandes !

Les travaux reprennent rapidement en dépit de nombreuses pénuries et d'une situation générale très difficile. La coque est mise à flot le 11 septembre 1946, remorquée à l'écart en attendant que l'on décide quoi faire.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Croise21
La coque mise à flot attend d'être achevée
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Croise22

Rien ne s'empêchait d'achever le De Grasse selon les plans d'avant-guerre qui étaient quasiment achevés quand l'Armistice à été signé. De plus mettre en service à la fin de la décennie un croiseur armé de canons de 152mm avec des canons de 100mm comme armement secondaire n'avait rien de farfelu. Seule la DCA légère initialement prévue devait être remplacée car totalement obsolète en 1946.

En novembre 1947, un plan prévoit six croiseurs légers armés de canons de 152mm  et six croiseurs plus petits et spécialisés dans la Défense Aérienne à la Mer (DAM).

L'achèvement du De Grasse est autorisée en 1950. Il doit devenir l'un des CAA (Croiseur Anti-Aérien) de la Marine Nationale. Reste à savoir l'armement à retenir, le STCN hésitant entre six tourelles doubles de 127mm et six tourelles doubles de 57mm (CA1) ou trois tourelles triples de 152mm à double-emploi (DP Dual Purpose), quatre tourelles doubles de 100mm et quatre tourelles doubles de 57mm.

C'est le premier projet qui est retenu. En ce qui concerne les croiseurs, malheureusement, les projets seront réduits à seulement deux croiseurs, le De Grasse et le Colbert, deux CAA à l'armement identique.

En février 1951, la coque est remorquée à Brest pour y être achevée. Il est armé pour essais le 17 août 1954.

Les essais à la mer ont lieu au large de Brest en janvier (le 27), en février (le 9), en mars (1er, 10, 11, 17, 25 et 29), en avril (le13), en mai  (les 10, 12, 14, 21, 24 et 27 mai). Il est ensuite en travaux avant une nouvelle série d'essais (15 et 16 novembre 1955).

Les essais se poursuivent durant l'année 1956 en janvier (17,20 et 30), en février (2,7,10 et 19), en juin (19,22,26 et 29), en juillet (6, 7, 10, 13, 17, 13, 24, 26 et 27) et enfin en août (1er,3 et 10 août).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Croise23
Le croiseur léger De Grasse achevé après dix-sept ans de construction

Il entre en armement définitif le 10 août 1956. Il quitte Brest le 29 pour rallier la Méditerranée où il doit être mis en service. Après avoir opéré depuis Arzew et Toulon, le croiseur léger De Grasse est admis au service actif le 10 septembre 1956.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Le_com11

Le CAA est le premier navire à rendre hommage à François-Joseph, comte de Grasse, de Rouville et de Bar, des Princes souverains d'Antibes, Marquis de Tilly (13 septembre 1722-11 janvier 1788), un amiral français.

Entré dans l'ordre de Malte en 1733, il passe au service de la France en 1740. Il participe à la bataille d'Ouessant (23-27 juillet 1778) puis à la prise de Grenade avant de participer aux combats de Guichen contre Rodney.

Répondant aux appels pressants de Washington et de Rochambeau luttant pour l'indépendance de l'Amérique, De Grasse embarque a Saint-Dominique avec 3 000 hommes. Arrivé à l'entrée de la Cheasapeake en septembre 1781, il en chasse les forces anglaises, puis assure le blocus de la côte jusqu'à la capitulation de l'armée de Cornwallis. Cette victoire assurait définitivement l'indépendance des Etats Unis. Après avoir servi sur mer plus de 50 ans, il meurt à Paris le 14 janvier 1788.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) F-asm_16
La frégate ASM De Grasse (D-612) de classe Tourville

Un deuxième navire français à rendu hommage au comte De Grasse. Il s'agit d'une frégate anti-sous-marine type F-67 en service du 1er octobre 1977 au 5 septembre 2013. Depuis septembre 2014, la coque de l'ancienne frégate sert de brise-lames à Lanvéoc-Poulmic.

Un troisième navire doit lui rendre hommage en l’occurrence un sous-marin nucléaire d'attaque de classe Suffren dont la mise en service est prévue pour 2026.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Uss_co30
Le USS Comte de Grasse (DD-974)

La marine américaine lui à également rendu hommage en baptisant un destroyer de classe Spruance, le DD-974 en service du 17 juillet 1978 au 5 juin 1998 (coulé comme cible le 7 juin 2006).

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 12012
Age : 39
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyDim 03 Nov 2019, 11:31

Citation :
[…] l'artillerie aurait dû être débarquée en totalité lors de la transformation en bâtiment de commandement, mais qu'elle a été conservée à la demande expresse de l'Ingénieur de l'Artillerie navale qui l'avait installée autrefois.[…]
Peut-être aussi (un peu) pour lui conserver une apparence de bâtiment de combat (voire de croiseur) ; à défaut de canons (même symboliques), le De Grasse aurait alors dû étre reclassé bâtiment auxiliaire (catégorie A***) ; un peu comme le Gustave Zédé (A641) ou le Henri Poincaré (A603)…
Citation :
[…] Il aurait en outre été nécessaire d'embarquer des gueuses dans les hauts pour éviter un roulis trop dur résultant d'une stabilité qui serait devenue excessive.[…]
C'est tout de même un comble de s'être sentis obligés de réduire sa réserve de stabilité pour octroyer du confort.

Sur les bâtiments postérieurs (à la génération "1965") et dotés de gyro-stabilisateurs, les (plus ou moins) violents rappels de roulis (voire de tangage) nuisent assez peu à l'endurance de l'équipage…
Revenir en haut Aller en bas
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 889
Age : 69
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyDim 03 Nov 2019, 13:22

DahliaBleue a écrit:
C'est tout de même un comble de s'être sentis obligés de réduire sa réserve de stabilité pour octroyer du confort.

C'est un problème classique. Ainsi les minéraliers sont dotés de ballasts supérieurs ("topside tanks") pour diminuer leur stabilité et augmenter leur période de roulis lorsqu'ils transportent un chargement très dense, comme du minerai de fer.

DahliaBleue a écrit:
Peut-être aussi (un peu) pour lui conserver une apparence de bâtiment de combat (voire de croiseur) ; à défaut de canons (même symboliques), le De Grasse aurait alors dû étre reclassé bâtiment auxiliaire (catégorie A***) ; un peu comme le Gustave Zédé (A641) ou le Henri Poincaré (A603)…

C'est arrivé à d'autres, comme le DE Somali/Arago, devenu le A607 après débarquement de l'essentiel de son armement.
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 12012
Age : 39
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: De Grasse Heller 1:400   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyLun 04 Nov 2019, 09:22

Le De Grasse version 1956-1960 ; avec tous ses affûts de 57 d'origine (et ses deux télépointeurs latéraux de 127).

Mais avec un petit anachronisme : à l'époque considérée le croiseur AA ne portait pas de marque de coque ("C610").

Laquelle marque de coque est légèrement sous dimensionnée : 1 cm de long et 0,3 de hauteur au lieu des 1,33 et 0,45 réglementaires, à l'échelle 1:400.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra11

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra10

Autre anachronisme : les radeaux (type "Brest") sont ici peints en orange - foncé - (et bleu), au lieu de jaune et bleu, comme ça devait être dans les années 1950/1960.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyLun 04 Nov 2019, 15:17

Historique
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra16
Le De Grasse (C-610)

Navire-amiral
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra17
Le De Grasse (C-610) (presque) au mouillage

Le nouveau fleuron de la marine nationale est affecté à la 1ère flottille d'Escorteurs d'Escadre (1ère FEE) hors rang. Après une visite de garantie le 15 décembre 1956, le De Grasse devient le navire-amiral de l'Escadre de la Méditerranée, portant la marque de l'amiral Jozan.

Le croiseur antiaérien ne tarde à s'engager dans différents exercices en Méditerranée, notamment les exercices SANS ATOUT et MEDFLEX.

Le 11 mai 1957, le De Grasse quitte Toulon pour une croisière transatlantique, faisant escale à Fort-de-France, aux Saintes, à Norfolk et à New-York. Sur le chemin du retour, il fait escale à Casablanca avant de rentrer à Toulon le 12 juillet.

Indisponible pour travaux du 15 juillet au 4 septembre (câblage, chaudières), le croiseur léger repart pour des exercices, entrainement entrecoupés d'escales à Bône (12 septembre), à Philippeville (14 septembre) et Alger (15 septembre). De retour à Toulon le 28 septembre, il entre en carénage pour travaux divers le 1er octobre 1957.

A nouveau disponible le 4 janvier 1958, il reprend la mer pour différents exercices, connaissant de petites périodes d'indisponibilité (24 au 30 janvier et 22 mars au 1er mai).

Le 18 mai, il reprend la mer pour la croisière de printemps. Il fait escale à Messine, Palerme,Naples,Alger,La Sude, le Golfe de Mirabella (toujours en Crète), Beyrouth et Jounié, rentrant le 2 août à Toulon.

De nouveau indisponible du 7 août au 17 septembre, le De Grasse reprend la mer pour des exercices en Méditerranée, exercices entrecoupés d'escale àAlger, Mers-El-Kébir et Villefranche.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil12
Le De Grasse (C-610)

Il subit un petit carénage du 23 au 31 mars 1959 avant de reprendre l'entrainement avec notamment l'exercice MEDFLEX GUARD.

Après une période d'indisponibilité, il reprend la mer pour la crosière de printemps du 28 avril au 25 juin avec des escales à Naples, à Santorin, Le Pirée, Phalère, Istanbul, Bône, Mers-El-Kébir et Alger.

Après une période d'entretien du 26 juin au 4 août, il reprend l'entrainement, enchaînant les exercices au large de Toulon et de Cannes de septembre à novembre.

Il quitte Toulon le 24 novembre 1959 direction Brest où il arrive le 22 décembre après des escales à Oran, Mers-El-Kébir, Alger, Agadir,Dakar et Gibraltar.

Du 23 décembre 1959 au 18 janvier 1961, le croiseur est immobilisé à l'Arsenal de Brest pour grand carénage et transformation. Il sort pour essais en janvier (18 au 20), en février (13, 16 et 17, 20 et 23) et en mars (3, 6 et 7).

Après une escale à Plymouth le 23 mars, le croiseur quitte Brest le 28 avril 1961 direction Toulon où il arrive le 6 mai après une escale à Mers-El-Kébir. Cinq jours plus tôt il avait été réaffecté à l'Escadre de la Méditerranée.

Il reprend son activité classique avec exercices, escales et période d'indisponibilité pour entretien comme du 19 au 29 mai ainsi que du 25 septembre au 14 octobre 1959, ce petit carénage précédant l'exercice MEDASWEX 46 en novembre.

Il est à nouveau indisponible pour entretien du 30 novembre au 10 décembre et du 28 décembre 1961 au 14 janvier 1962.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil13
Le croiseur (et non pas le sous-marin [sic]) De Grasse (C-610) en 1962

Le 3 février 1962, le croiseur quitte Toulon pour une croisière mondiale de huit mois et de 45 escales !

Il va successivement faire escale à Dakar, Fort-de-France, Les Saintes, Pointe-à-Pitre, Saint Barthélémy, Saint Martin, Cristobal, Balboa, Clipperton, San Diego, Honolulu, Nuku Hiva, Hiva Oa, Papeete, Rangiroa, Fakarava, Les îles Gambier, Raevavae, Nouméa, Taridou, Lifou, Uvéa, Efate, Port Vila (Efate), Norsup (à Mallicolo ou… Malekula), Fauna (Espiritu Santo), Tanna, Poindimié, Port Darwin, Saigon, Colombo, Diego Suarez, île de la Réunion, Tamatave, Tuléar, Juan de Nova, Majunga, Dzaoudzi (Mayotte), Moroni, Djibouti, Suez. Il est de retour à Toulon le 9 octobre 1962.

Après une telle croisière la fin d'année est plus calme avec deux périodes d'entretien (9 octobre au 20 novembre et du 9 au 29 décembre) et quelques exercices locaux.

Pour l'année 1963, le programme est plus classique avec des exercices et des périodes d'entretien (1er au 9 février, 24 mars au 22 avril et du 21 décembre 1963 au 7 janvier 1964). Du 11 février au 23 mars, il effectue une croisière d'entrainement avec des escales à Las Palmas, Dakar, Abidjan, Port-Etienne et Casablanca.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Croise24
Le De Grasse (C-610)

Du 30 avril au 21 juin 1963, il est en Méditerranée orientale pour des exercices et des escales à Salonique, Mykoni Delos, Santorin, Rhodes,Tarente,Corfou,Venise et Catane.

Le 25 septembre 1963, il quitte Toulon pour l'Océan Indien, faisant escale à Djibouti, Mahé, Diego-Suarez, Port-Louis, Massawa et Suez, rentrant dans le Var le 20 décembre.

Le 8 janvier 1964, il quitte Toulon pour les derniers exercices de sa première vie. Il fait escale à La Maddalena (Sardaigne), rentrant dans sa base opérationnelle le 8 février. Il est indisponible du 8 au 16 février. Il quitte alors définitivement Toulon, faisant escale à Gibraltar du 4 au 6 mai avant d'arriver à Brest le 10 mai 1964.

Le Pacifique et les essais nucléaires pour terminer
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra18
Le De Grasse à la mer

Nation pionnière dans le domaine nucléaire, la France voit ses projets bloqués par la défaite de juin 1940. Le programme est relancé sous la IVème République pour aboutir sous la Vème République à une France comme puissance nucléaire autonome, l'une des cinq puissances nucléaires officiellement reconnues (Etats-Unis, URSS puis Russie, Grande-Bretagne, France et Chine populaire).

Le programme de la bombe est lancé officiellement en octobre 1958. C'est un effort considérable alors que la guerre d'Algérie grève encore le budget des armées. L'Algérie est justement le territoire utilisé pour expérimenter les premières bombes nucléaires.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Reggan10
Base de Reggane

Le site choisit est le site de Reggane à 600km au sud-est de Colomb-Béchar. Le premier test baptisé «Gerboise bleue» à lieu le 13 février 1960. La France devient la quatrième puissance nucléaire après les Etats-Unis, l'URSS et la Grande-Bretagne.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) In_ekk10
Le site d'expérimentations de In Ekker

Les essais sont d'abord aériens avant que l'on passe à des essais souterrains sur le site d'In Ecker au sud de Reggane mais à 150km au nord de Tamanrasset. Au total ce sont dix-sept essais qui eurent lieu dans le Sahara.

Le 5 mai 1962, l'Algérie devient indépendante. Des accords permettent aux français d'utiliser certaines installations pendant quelques années mais il est évident qu'il faut à terme trouver un nouveau centre d'expérimentations pour les engins nucléaires qu'ils soient de type A ou de type H.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Fangat10
Fangataufa et Mururoa, les deux atolls où les bombes nucléaires ont été expérimentées
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Mururo10

C'est le Pacifique qui est choisit. Le Centre d'Expérimentations du Pacifique (CEP) est créé avec deux atolls pour les essais Mururoa et Fangataufa ainsi que l'île d'Hao comme base aérienne. Le premier essai baptisé «Aldébarran» ayant lieu le 2 juillet 1966.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Canopu10
24 août 1968: essai nucléaire Canopus, la France fait exploser sa première bombe H

Les premiers essais sont aériens (46 sur les 193 essais réalisés dans le Pacifique) dont l'essai de la première bombe H française («Canopus» 24 août 1968) avant de passer après l'essai «Verseau» du 14 septembre 1974 aux essais sous-terrains en forant dans la couronne corallienne.

Du temps des essais aériens, il y avait peu d'installations en dur. Nombre d'entre-elles étaient installées sur des bateaux qui appareillaient peu avant les tirs pour se mettre à l'abri des retombées atomiques.

De nombreux bâtiments vont opérer au profit du CEP qu'il s'agisse de patrouilleurs, d'avisos, de bâtiments-base mais aussi d'un bâtiment de commandement pour le Centre d'Expérimentation du Pacifique qui n'est autre que le De Grasse. Pour cela des travaux importants sont menés du 10 mai 1964 au 1er février 1966.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra19
Ainsi modifié, on ne peut pas dire que le De Grasse passe inaperçu

Les travaux sont importants avec le doublement de la surface du bloc-passerelle, la modernisation des locaux-vie et des locaux de travail, l'équipage est réduit à 560 hommes pour permettre l'embarquement de 160 ingénieurs et techniciens.

Le plus visible est naturellement un mât quadripode de plus de 50m de haut installé sur le rouf arrière pour permettre les transmissions télécommandées des tirs avec le PCT (Poste de Contrôle de Tir) à terre, le croiseur De Grasse relayant les ordres de tir donnés depuis Paris.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra20
Le De Grasse (C-610) à quai

L'armement est considérablement réduit puisque les affûts de 57mm sont débarqués tout comme quatre des huit tourelles doubles de 127mm.

Le croiseur de commandement De Grasse est le navire-amiral du GOEN (Groupement Opérationnel des Expérimentations Nucléaires). Il va participer à six campagnes d'essais nucléaires de 1966 à 1972 soit durant la quasi-totalité de la période des expérimentations aériennes.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra21
Le De Grasse en compagnie des TCD Orage et Ouragan

Il quitte Brest pour le Pacifique le 8 mars 1966. Les essais avaient lieu à l'été et en début d'automne, le croiseur revenant en Métropole tous les hivers pour une période d'IPER (Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra22
Gros plan sur le mat quadripode

La campagne de 1966 se compose de cinq essais : Aldébaran le 2 juillet, Tamouré le 19 juillet, Bételgeuse le 11 septembre (en présence du président de la République Charles de Gaulle), Rigel le 24 septembre et Sirius le 4 octobre.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Dassau82
"Un bel avion est un avion qui vole bien" La maxime de "Tonton Marcel" alias Marcel Dassault est vérifiée avec le Mirage IV

Les 1er,4ème et 5ème sont des tirs sur barge, le 2ème la bombe est larguée par un Mirage IVA et le 3ème la bombe est placée sous un ballon. Tous les tirs ont lieu à Mururoa sauf Rigel qui à lieu à Fangataufa.


La campagne de 1967 comprend seulement trois tirs, les tirs Altaïr et Antarès sous ballon les 5 et 27 juin, cette campagne se terminant par un tir sur barge le 2 juillet  (Arcturus),Les trois tirs ont lieu à Mururoa.

La campagne de 1968 comprend cinq tirs, quatre à Mururoa et un à Fangataufa. Les trois premiers baptisés Capella Castor et Pollux ont lieu sous ballon respectivement les 7 juillet, 15 juillet et 3 août.

Ils sont suivis par le tir Canopus à Fangataufa le 24 août, ce tir étant l'explosion sous ballon de la première bombe thermonucléaire française. Le tir Procyon exécuté le 8 septembre 1968 ayant lieu sous ballon et à Mururoa (Muru pour les intimes).

En 1969 il n'y à pas de campagne de tir. C'est peut être la raison pour laquelle la campagne de 1970 est particulièrement copieuse avec huit tirs entre le 15 mai et le 6 août 1970.

Les deux premiers tirs ont lieu à Mururoa les 15 et 22 mai (Andromède et Cassiopée), des tirs sous ballon. Le 30 mai, le tir Dragon à lieu lui aussi à Mururoa sous ballon.

Il est suivit par trois tirs sous ballon, les 24 mai, 3 et 27 juillet (Eridan Licorne Pégase) à Mururoa sous ballon. Le 2 août à lieu le tir Orion à Fangataufa, le dernier tir nom de code Toucan à lieu sous ballon à Mururoa le 6 août 1970.

La campagne de tir de 1971 comprend cinq tirs tous sous ballon et tous à Mururoa. Successivement on trouve le tir Dioné le 5 juin, Encelade le 12, Japet le 4 juillet, Phoebé le 8 août et Rhéa le 14 août.

La campagne de tir de 1972 est la dernière à laquelle participe le De Grasse. Elle ne comprend que trois essais, Umbriel (25 juin, Mururoa sous ballon), Titania (30 juin, Mururoa sous ballon) et Obéron (27 juillet, Mururoa sous ballon).

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra23
Le croiseur de commandement De Grasse

En septembre 1972, le croiseur De Grasse est placé en réserve spéciale B même si le croiseur ne rentre à Brest que le 9 décembre 1972. La mise en réserve spéciale B n'est effective que le 20 mars 1973. A noter que durant le transit retour, le commandant Jaouen pousse les machines à son maximum, atteignant les 33 nœuds !

Le croiseur est placé en gardiennage sous l'autorité de Direction du Port (DP) de Brest. Il est condamné le 25 janvier 1974, devenant le Q-521. Il est remis aux Domaines pour vente à la démolition. La démolition est exécutée à La Spezia en 1974.

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra24
Le De Grasse en démolition à La Spezia
A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Mar 05 Nov 2019, 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 889
Age : 69
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyLun 04 Nov 2019, 19:06

Bonjour,

Merci pour cette somme d'informations !

clausewitz a écrit:
L'armement est considérablement réduit puisque les affûts de 57mm sont débarqués tout comme quatre des huit tourelles doubles de 127mm.

N'y a-t-il pas 6 tourelles sur les photos ?
2 sur la plage avant, 2 devant le bloc passerelle, 2 à l'AR.

clausewitz a écrit:
A noter que durant le transit retour, le commandant Jaouen pousse les machines à son maximum, atteignant les 33 nœuds !

Jaouen ne parle que de 29 noeuds dans son livre. Déjà bien...
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 12012
Age : 39
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyLun 04 Nov 2019, 22:29

Citation :
Historique CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra16 Le De Grasse (C-610)

Navire-amiral CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra17 Le De Grasse (C-610) au mouillage […]
Pas encore au mouillage, même s'il s'en approche : ici, il est clairement en route
Citation :
[…] CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil12 Le De Grasse (C-610) dans son aspect de 1959 […]
En 1959 il ne portait pas sa marque de coque…
Citation :
[…] Il reprend son activité classique avec exercices, escales et période d'indisponibilité pour entretien comme du 19 au 29 mai ainsi que du 25 septembre au 14 octobre 1959, ce petit carénage précédant l'exercice MEDASWEZ 46 en novembre. […]
"MEDASWEX"…
Citation :
[…]CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil13 Le sous-marin De Grasse (C-610) en 1962 […]
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Sm113  CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Mdr2  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10880
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMar 05 Nov 2019, 10:24

DahliaBleue a écrit:
Citation :
Historique CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra16 Le De Grasse (C-610)

Navire-amiral CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) De_gra17 Le De Grasse (C-610) au mouillage […]
Pas encore au mouillage, même s'il s'en approche : ici, il est clairement en route
Citation :
[…] CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil12 Le De Grasse (C-610) dans son aspect de 1959 […]
En 1959 il ne portait pas sa marque de coque…
Citation :
[…] Il reprend son activité classique avec exercices, escales et période d'indisponibilité pour entretien comme du 19 au 29 mai ainsi que du 25 septembre au 14 octobre 1959, ce petit carénage précédant l'exercice MEDASWEZ 46 en novembre. […]
"MEDASWEX"…
Citation :
[…]CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Profil13 Le sous-marin De Grasse (C-610) en 1962 […]
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Sm113  CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Mdr2  Very Happy

La dernière oh bordel j'ai honte je vais me flageller et je reviens lol! lol!

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Second maître
Second maître
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 534
Age : 71
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) EmptyMar 05 Nov 2019, 14:50

Je partage la responsabilité de l'image avec marque C610 du DG en 1959 (rectifiée avant midi) j'ai du faire ces planches sur un fichier plus ancien, je commence a en avoir beaucoup, sur 3 DD et un autre ordinateur portable !!! study
Si tu veux rectifier Clausewitz sers toi...
Je suis d'autant surpris que les dessins du 21 février 2016 sur le fil des dessins sont corrects et que les dernières planches du 10 février 2018 soient passées au travers des Fourches Caudines de Dahlia, tout se perd ma pauvre dame !!! Rolling Eyes

Il y avait bien 6 affûts doubles de 127 mm en 1971, les 2 AR centraux avaient été enlevés, pas de présence de spécialités "armes" à cette époque non plus, autant que je me souvienne.

La vitesse de 35 nds lors du retour de 1972 me semble aussi exagérée, mais je n'étais pas à bord et je n'ai jamais eu l'occasion de voir de marche à 4 chaudières lors de mon embarquement. Sur d'autres forums on peut lire aussi d'autres vitesses élevées comme celle du Tartu lors d'essais au C.E.F. à 36 nds ! Ce n'est pas possible, la règle en temps de paix et de ne jamais dépasser 0,8 de P.M.P. (Puissance Maximale Pratique), ce qui donne plutôt 29 à 30 nds, déjà pas mal (!) ; cela ne concerne évidemment plus les bâtiments dans leurs derniers tours d'hélice... study

Autre anecdote, qui ne concerne pas que le DG, nous profitions de l'eau douce sur le lac de Gatun, lors du passage du Canal de Panama, et après les écluses éponymes, à un copieux lavage général et un rinçage du réseau incendie. Le Forbin et le Jauréguiberry actionnaient aussi leur dispositif d'arrosage en pluie... CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Marinos
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
Contenu sponsorisé




CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)   CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CROISEUR LEGER DE GRASSE (FRANCE) (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: