AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10874
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyVen 04 Oct 2019, 15:54

PORTE-AVIONS LOURDS CLASSE LEXINGTON
(ETATS-UNIS)

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le24
Le USS Lexington (CV-2) près de Diamond Head (île d'Oahu) le 2 février 1933

AVANT-PROPOS

Une histoire de l'aéronavale américaine

Les origines

L'avion apparaît en 1903 et très rapidement les militaires qu'ils soient sur terre ou sur mer s'intéresse à cette drôle de machine volante qui doit leur permettre de voir au delà de la colline pour les premiers, au delà de l'horizon pour les seconds.

Ils sont cependant prudents. En effet ils ont été échaudés par le semi-échec ou la demi-réussite des plus légers que l'air dont la mise en œuvre sur mer se révéla impossible.

L'avion et son demi-frère l'hydravion ne va pas connaître le même échec. Si le second à quasiment disparu des inventaires militaires, le premier est toujours là et constitue un outil essentiel pour toute marine digne de ce nom.

Comme à chaque apparition d'un nouveau vecteur militaire, on étudie de nombreuses techniques pour le mettre en œuvre. L'avion embarqué n'échappe pas à la règle, on teste ainsi le portique entre deux mats ou les plate-formes sur les tourelles des cuirassés.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Hms_fu10
Le HMS Furious à été reconstruit plusieurs fois pour devenir un vrai porte-avions

Quasi-immédiatement les plus lucides se rendent compte que la meilleure façon de mettre en œuvre des avions depuis une plate-forme navale est un pont continu le plus long possible, un pont dépourvu de tout obstacle, les turbulences provoquées par les superstructures du HMS Furious ayant poussé les anglais à transformer totalement l'ex-croiseur de bataille en véritable porte-avions.

L'hydravion qui avait semblé prendre une longueur d'avance avec l'invention de la catapulte (à poudre puis à air comprimé) va se heurter à deux difficultés majeures :

l'encombrement des installations et surtout la question insoluble de la récupération, la récupération à vitesse réduite à la grue rendant le navire vulnérable aux sous-marins alors que le tapis d’amerrissage se révéla être une fausse bonne idée.

C'est en 1908 que l'on peut dater le début de l'intérêt aéronautique de l'US Navy. Cette année là le chef du bureau des acquisitions recommandent l'achat d'aéroplanes à des fins expérimentales.

Le  10 février 1908 un premier avion est acheté cinq ans après le premier vol des frères Wright.

Comme toute nouveauté, le scepticisme est général. Certes le capitaine de vaisseau Irving Chambers, ancien commandant du cuirassé Lousiana est chargé par l'US Navy de coordonner le développement de l'aéronautique navale le 26 septembre 1910 mais cela n'avance pas aussi vite que ses partisans le voudrait.

Le CV Chambers comprend rapidement que pour vaincre le scepticisme des amiraux il faut leur montrer qu'un avion peut décoller d'un navire. Les frères Wright refusent l'expérience mais Glen H. Curtiss accepte avec enthousiasme.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_bi11
Le croiseur léger USS Birmingham (CL-2) et sa plate-forme montée à l'avant.

On peut dire que l'aéronavale américaine est née le 14 novembre 1910 en baie d'Hamptons Roads, quand du croiseur Birmingham décolle depuis une plate-forme installée à l'avant l'aviateur Eugène Ely grâce à un biplan Curtiss.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_pe39
Après avoir décollé du Birmingham, Eugène Ely parvint à se poser sur le.....Pennsylvania

La suite logique c'est d’atterrir sur un navire, l'essai est tenté et réussi le 18 janvier 1911 quand Ely réussi à se poser sur le croiseur cuirassé Pennsylvania (futur Pitsburgh peu avant le début de la première guerre mondiale, les américains décident de réserver les noms d'états aux cuirassés et les noms de ville aux croiseurs).

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Naval_11
Les premières installations de NAS Pensacola étaient surtout tournées vers l'hydraviation

En 1913, le capitaine de vaisseau Mark Bristol remplace Chambers et une première base aéronavale (US Naval Air Station) est établie à Pensacola en Floride, peut être une forme de compensation pour la fermeture de l'arsenal qui à lieu en 1914. Le 1er juillet 1915, l'aviation américaine est officiellement reconnue avec la création d'un Office de l'aéronautique navale (Office of Naval Aeronautics).

Sa composante active est le Naval Flying Corps (NFC) qui opère dès 1914 au Mexique avant de participer au premier conflit mondial qui lui permet de connaître une croissance spectaculaire puisqu'elle ne disposait avant le 6 avril 1917 que de 54 appareils et moins de 300 hommes dont 48 pilotes.

A peine un an et demi plus tard en novembre 1918, le NFC dispose de trente-neuf bases dont vingt-sept en Europe, 37408 hommes dont 6716 officiers, 2107 aéronefs et 15 dirigeables.

Ces moyens importants ont été utilisés en Europe mais également en Méditerranée et en Adriatique pour des missions de reconnaissance, d'observation, de bombardement et de lutte anti-sous-marine.

Dans l'immédiat après guerre, les moyens sont sensiblement réduits temps de paix oblige mais de virulents débats ont lieu notamment sur la place de l'avion par rapport au cuirassé, l'avion étant considéré comme capable de couler un cuirassé, le rendant obsolète si on le croit leur figure de proue, le colonel William «Billy» Mitchell.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_os10
Le USS Ostfriesland fût utilisé comme cible pour prouver l'obsolescence du cuirassé par rapport à l'aviation selon la volonté du bouillant William Mitchell[/i
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Willia12

Ce dernier réclame la constitution d'une aviation indépendante ce à quoi s'oppose les amiraux américains qui dans les années vingt privilégient le développement du porte-avions conçu non pas comme un vecteur indépendant mais comme un auxiliaire, un soutien aux «Gros» _croiseurs de bataille et cuirassés_ censés triompher de leurs homologues ennemis.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Amiral23
L'amiral William Moffett

Le 10 août 1921, un Bureau of Aeronautic (BuAer) est créé et placé sous la direction du contre-amiral William Moffett surnommé «l'amiral de l'Air».

Ce bureau va développer le vecteur aérien de l'US Navy qui va suivre le même chemin que les autres marines à savoir le développement du porte-avions tout en poursuivant le développement de l'aviation basée à terre en dépit de querelles d'usage et de préséance avec l'United States Army Air Corps (USAAC).

En dépit des réductions liées au retour de la paix, l'US Naval Aviation dispose d'un millier d'appareils dans les années vingt passant à 2000 en 1938. Cette même année, le Naval Expansion Act prévoit un objectif de 3000 appareils, 4500 en juin 1940 et 10000 en juillet 1942.

Le USS Langley (CV-1), un porte-avions expérimental pour la marine américaine
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_la12
Le USS Langley (CV-1)

Le 19 juillet 1918, le Furious lance la première attaque aéronavale de l'histoire quand des Sopwith Camel bombardent le hangar à zeppelins de Tondern. Les dégâts sont limités mais les graines sont semées, graines qui n'attendent qu'une chose : germer.

Si le premier conflit mondial s'était poursuivit, les anglais et les américains avaient envisagé de bombarder les bases navales allemandes de Kiel, de Cuxhaven et de Wilhemshaven.

En 1917, l'architecte naval britannique Goodalll est envoyé à Washington pour travailler sur un projet de porte-avions lourd. Le projet est présenté en juin 1918. C'est un navire de 200m de long, 30 nœuds, un armement entièrement antiaérien, un ascenseur avec un bloc-superstructure qui est vite remplacé par un îlot. Un autre projet proposé prévoit la conversion du paquebot interné Kaiser Wilhem II.

Le premier conflit mondial s'achève avant qu'un projet soit lancé côté américain alors que de leur côté britannique outre le Furious on travaille sur les futurs Argus, Hermes et Eagle.

Le porte-avions est un concept neuf qui rencontre un grand scepticisme. Impossible de convaincre les autorités politiques de débloquer les fonds  pour construire des navires neufs qui seraient inutiles si le concept se révèle être une impasse technique et tactique.

La seule façon c'est de convertir un navire existant pour réaliser des expérimentations techniques, tactiques et surtout un lobbying auprès des parlementaires pour prouver l'utilité d'un tel navire.

Le 8 mars 1919, le capitaine de frégate Kenneth Whiting est chargé du problème du porte-avions par le General Board. Sachant que le Congrès refusera la construction d'un nouveau navire, il suggère de transformer un des grands charbonniers devenu moins utile avec la généralisation de la chauffe au mazout. C'est le USS Jupiter (AC-3) qui est choisit.

Ce dernier à été mis en service le 7 avril 1913 suite aux leçons tirées de la Great White Fleet (Grande flotte blanche) quand la flotte américaine à souffert des retards à répétition des charbonniers réquisitionnés.

Sa conversion est autorisée le 11 juillet 1919. Il arrive à Hampton Roads le 12 décembre avant d'être désarmé le 24 mars 1920. Les travaux sont menés par le Norfolk Navy Yard.

Le 21 avril 1921 le Jupiter devient le USS Langley avec pour marque de coque CV-1 (C = Varrier V = plus lourd que l'air 1 = premier de son type). Le nouveau porte-avions est mis en service le 20 mars 1922.

Les travaux ont constitué à supprimé les superstructures du charbonnier et à installer un pont continu de la poupe à la proue. Il n'y à aucune superstructure, la présence ou l'absence d'un îlot étant l'objet d'un long débat, certains y voyant un repère utile pour les appontages, d'autres voyant davantage les perturbations provoquées par la structure.

Le porte-avions Langley va jouer un rôle capital mais méconnu dans la mise au point d'équipements (notamment les brins d'arrêt pour l'appontage) mais aussi de tactiques. Tout ce laborieux travail va aboutir après de nouvelles conversions (Lexington Saratoga) à la commande d'un premier porte-avions neuf, le futur Ranger.

Au milieu des années trente des porte-avions plus modernes rendent superflu le Langley qui est transformé au Mare Island Navy Yard (Californie) en ravitailleur d'hydravions, adoptant une nouvelle marque de coue (AV-3). Les travaux ont lieu d'octobre 1936 à février 1937.

Il participe aux premières opérations du second conflit mondial comme transport d'avions. Il est coulé par l'aviation japonaise au large de l'île de Java le 27 février 1942.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_la11

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  pleine charge (Jupiter) 19360 tonnes standard (Langley) 11500 tonnes pleine charge (Langley) 13000 tonnes

Dimensions :  longueur 165.3m largeur 19.9m tirant d'eau 6.3m

Propulsion :  deux turbines à engrenages General Electric  avec transmission turbo-électrique développant une puissance totale de 6500ch et actionnant deux hélices

Vitesse maximale : 15.5 noeuds

Armement : le Jupiter embarquait 4 canons de 102mm en affûts simples et le Langley 4 canons de 127mm en affûts simples

Installations aéronautiques/aviation :  un ascenseur, une catapulte à l'avant et un groupe aérien de 34 appareils

Le premier appareil embarqué est le Vought VE7, un appareil biplace d'entrainement. 124 appareils sont commandés et livrés entre 1920 et 1924, 51 appareils sont transformés en chasseur et rebaptisés TS-1. Il est accompagné par des avions torpilleurs Douglas DT en six modèles (DT-1 à DT-6). Il embarque également des hydravions Douglas T2D de bombardement

Equipage : le Jupiter avait 163 officiers et marins, le Langley embarquait 468 officiers et marins


A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Sam 12 Oct 2019, 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyVen 04 Oct 2019, 18:26

Pour moins de 20 $ port compris chez Abe ou Amazon

L'histoire de la naissance de l'aéronavale US 1911/1929

https://www.abebooks.com/first-edition/Two-Block-Fox-Rise-Aircraft-Carrier-1911-1929/22703801747/bd
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10874
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyDim 06 Oct 2019, 14:49

Genèse des Lexington

Quand une course aux armements en chasse une autre.......

C'est au 16ème siècle que l'Angleterre devient une puissance navale importante. Après la perte de Calais en 1556, elle possède plus aucune possession continentale et décide de regarder définitivement vers le grand large.

Sous l'impulsion des Tudors puis des Stuart, la Royal Navy devient une force maritime redoutable et redoutée même si le Britannia rules the wave va devoir atteindre le 18ème siècle, les espagnols, les hollandais et dans une moindre mesure les français se montrant de redoutables adversaires sur les océans.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Le_buc10
Tableau d'Auguste Mayer (1839) représentant le Bucentaure lors de la bataille de Trafalgar

A partir de Trafalgar (1805), plus aucun pays ne peut rivaliser avec la Grande-Bretagne sur les mers, la Royal Navy n'à aucun adversaire lui arrivant à la cheville. A plusieurs reprises la France montre des velléités mais cela est sans lendemain.

Tout change avec l'empereur d'Allemagne Guillaume II. Ce petit-fils de la reine Victoria (bon sang ne saurait mentir !) refuse la politique prudente et continentale de Bismarck. Après le départ du Chancelier de Fer en 1890, le Kaiser peut se lancer dans une politique mondiale ou Weltpolitik faite de conquêtes coloniales et d'un rayonnement planétaire.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Alfred10
L'amiral Tirpitz

Cela impose une puissante marine de guerre. Si Guillaume II est le compositeur, le chef d'orchestre est l'amiral Tirpitz qui va se charger de mettre en scène les volontés impériales. Une course aux armements va alors opposer Londres et Berlin, enterrant toute possibilité d'entente si jamais volonté il y eut.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Hms_dr10
Le HMS Dreadnought, premier cuirassé à artillerie monocalibre et ci-dessous, la réponse allemande avec le SMS Westfalen de classe Nassau
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Sms_we10

Chaque pays met sur cale des cuirassés et des croiseurs de bataille toujours plus rapides et toujours plus puissants. Les autres pays font figure de figurants dans cette compétition qui n'aboutira à aucune bataille décisive, les deux flottes s'affrontant à plusieurs reprises mais sans jamais l'emporter de manière incontestable que ce soit au Dogger Bank ou au Jutland. Cette course aux armements est stoppée par la première guerre mondiale. Les constructions sont ralenties côté britannique, stoppées côté allemand.

Si elle s'arrête en Europe, elle reprend de plus belle dans le Pacifique entre le Japon et les Etats-Unis, les deux pays s'affrontant pour le contrôle de cet immense océan. Cette rivalité voit le jour après la victoire nippone contre la Russie en 1905.

Les Etats-Unis ont servit de médiateur entre les deux belligérants et sont accusés par les japonais d'avoir minoré leur victoire, les empêchant de récolter tous les fruits.

Cependant à l'époque une guerre est improbable, le Japon étant depuis 1902 allié à la Grande-Bretagne.

Cette alliance permet ainsi à Londres de concentrer tous son corps de bataille à l'ouest de Suez et fait craindre à Washington la possibilité d'une guerre entre les Etats-Unis et l'alliance anglo-nippone.

Les planificateurs américains travaillent sur des scénarios prompts à vous donner la migraine (des nearvous breakdown comme on dit de nos jours.....) avec un affrontement naval anglo-américaine sur la côte est pendant que 100000 soldats nippons débarqueraient dans le Puget Sound (nord-ouest des Etats-Unis, Etat de Washington).

Ce sont les américains qui tirent les premiers. Le 21 juillet 1915, le président Wilson demande à son secrétaire à la marine, Josephus Daniels un programme naval qui est présenté à la fin du mois d'août 1915.

Il prévoit huit cuirassés, cinq croiseurs, soixante-cinq destroyers et sous-marins. Ce programme est pour ainsi dire mort-né puisque dès octobre il est remplacé par un autre programme prévoyant seize cuirassés et cent-quarante autres navires à réaliser en cinq ans pour 481 millions de dollars.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_co29
Le USS Colorado (BB-45) à la mer

Le programme naval de 1916 est ainsi approuvé le 15 août 1916 et le Bill devient Act par signature du président Wilson le 29 août 1916. Le financement de dix cuirassés (quatre de classe Colorado et six de classe South Dakota), six croiseurs de bataille de classe Lexington, dix croiseurs,cinquante destroyers, soixante-sept destroyers et treize auxiliaires est étalé sur les années fiscales 1917 1918 et 1919.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Cuiras12
Peinture représentant un cuirassé de classe South Dakota et ci-dessous un schéma représentant la classe Amagi
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe35

Les japonais connaissent les détails du plan américain au début de 1917 et ripostent le 14 juillet 1917 par le programme dit «8-4» qui prévoit huit cuirassés et quatre croiseurs de bataille pour 1924 mais l'augmentent bientôt avec le programme «8-8» pour huit cuirassés et huit croiseurs de bataille à achever avant le 1er avril 1928.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe34
Représentation d'un croiseur de bataille de classe Lexington

Dans la catégorie cuirassé, on trouve la classe Nagato (Nagato et Mutsu), la classe Tosa (Tosa et Kaga) et la classe Kii (Kii Owari et deux numérotés type 11 et type 12) tandis que pour les croiseurs de bataille se composait de la classe Amagi (Amagi, Akagi, Atago et Takao) et de la classe type 13 (type 13,14,15 et 16).  

Débordant d'ambition, la marine japonaise envisage même en juin 1918 un programme «8-8-8» prévoyant pas moins de trois flottes de huit navires de ligne (quatre cuirassés et quatre croiseurs de bataille) d'âge différent, les plus anciens étant les croiseurs de bataille de classe Kongo ainsi que les cuirassés de classe Fuso et Ise. Ce programme doit être achevé le 31 mars 1928.

Ce programme est très ambitieux, sûrement trop pour les capacités financières et industrielles du Japon. On peut même s'interroger sur la capacité des américains à achever un programme plus modeste alors qu'ils ont une industrie bien plus puissante. De toute façon les deux pays n'auront à pas se poser la question.

Le traité de Washington
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Traitz16
Représentation de la conférence navale de Washington

Cette course aux armements choque les opinions publiques dans un contexte économique difficile avec la reconversion des industries de guerre et le retour sur le marché du travail de nombreux vétérans. A cela s'ajoute un profond pessimisme qui ne permet guère de justifier d'importantes dépenses militaires.

C'est la Grande-Bretagne qui propose de limiter volontairement les constructions navales. Ce n'est pas vraiment par grandeur d'âme mais plutôt le douloureux constat que Londres ne peut suivre ni son ancienne colonie ni son allié extrême-oriental. Il y à bien les projets de cuirassés type N-3 et des croiseurs de bataille type G-3 mais ils peinent à se concrétiser.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) G311
Les croiseurs de bataille type G-3 restèrent des projets

Londres propose la réunion d'une conférence navale pour limiter les armements navals. Détail qui n'en est pas un, la conférence à lieu non pas dans la capitale britannique mais dans la capitale américaine, Washington.

Cinq pays sont invités à savoir les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon, la France et l'Italie.  Autant préciser tout de suite que les deux derniers pays ont été invités par politesse tant les décideurs sont Washington, Tokyo et Londres.

Les négociations sont longues et apres, Tokyo se heurtant à une alliance «naturelle» entre Washington et Londres. La Grande-Bretagne est d'autant plus à l'aise que la défaite allemand rend moins utile l'alliance nippone.

De leur côté les américains espionnent les communications japonaises ce qui leur permet de savoir jusqu'où ils peuvent négocier avant que Tokyo ne quitte la conférence.

La règle du 5/5/3 relègue le Japon à la troisième place du podium, laissant la deuxième place à la Grande-Bretagne et la première aux Etats-Unis.

Le traité de Washington est signé le 6 février 1922. Il interdit la construction de nouveaux cuirassés jusqu'en 1931 (cette Battleship Holiday sera ensuite prolongée jusqu'en 1936), donne un contingent par pays et limite les caracteristiques unitaires des cuirassés à savoir un navire allant de 10 à 35000 tonnes avec pour armement des canons d'un calibre minimal de 203mm et maximal de 406mm.

Les différentes marines doivent faire des choix. Les unités les plus anciennes et/ou les plus usées sont rapidement désarmées ou démilitarisées, les navires en construction démantelés sur cale.

C'est ainsi que sur les dix cuirassés du programme américain, seulement trois sont mis en service, trois unités de classe Colorado (Colorado Maryland West Virginia), une quatrième assez avancée est coulée comme cible (Washington) pendant que la construction des six South Dakota est stoppée alors qu'ils étaient encore sur cale, le plus avancé, le South Dakota l'étant à 38.5%.

C'est pire pour les six croiseurs de bataille de classe Lexington puis qu’aucun ne sera achevé du moins aucun en battlecruiser puisque deux navires vont être transformés en porte-avions.

Si le porte-avions est encore dans l'enfance, on anticipe sur leurs possibilités futures. Comme pour les cuirassés chaque pays reçoit un contingent global et les caractéristiques individuelles.

C'est ainsi que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne reçoivent 135000 tonnes, le Japon 81000 tonnes, la France et l'Italie 60000 tonnes. Le nombre d'unités est également limité ce qui impose des calculs d'apothicaires (vingt-deux pour les Etats-Unis, dix-huit pour la Grande-Bretagne, dix pour les autres pays).

De plus chaque pays n'avait le droit qu'à deux porte-avions de 27000 tonnes lesquels ne pouvaient dépasser 33000 tonnes chacun, cette clause devant permettre la transformation d'un cuirassé ou d'un croiseur de bataille en porte-avions. Il s'agit aussi d'éviter un détournement du traité en installant un petit pont d'envol sur un cuirassé pour le faire passer pour un porte-avions.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe37
Schéma des cuirassés type Caracciolo

Les différents pays signataires (sauf l'Italie) vont ainsi transformer un ou plusieurs navires de ligne en porte-avions.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe36
Si les cuirassés type Normandie restèrent à l'état de projet, ils servirent de base à un premier porte-avions français le Béarn
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Porte-14

La France va achever en porte-avions un cuirassé de classe Normandie le Béarn _qui restera hélas notre seul porte-avions avant guerre_ , le Japon va transformer le croiseur de bataille Akagi et le cuirassé Kaga _qui remplace le sister-ship de l'Akagi, l'Amagi sérieusement endommagé par le tremblement du Kanto du 1er septembre 1923_ , la Grande-Bretagne va transformer les croiseurs de bataille Courageous et Glorious.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Hms_gl10
Le Glorious et ci-dessous l'Akagi
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Akagi_11

Les Etats-Unis eux vont choisir de transformer les deux croiseurs de bataille de classe Lexington les plus avancés en l'occurence les Lexington et Saratoga. Leur grande taille va leur permettre d'absorber sans problème la croissance des appareils embarqués.  

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe38
Maquette des porte-avions type Lexington

Les Lexington vont disposer d'un pont continu, d'un petit ilôt et d'une immense cheminée. L'armement est particulièrement costaud avec huit canons de 203mm en quatre tourelles doubles, cette puissante artillerie s'expliquant par la crainte de voir un porte-avions surpris par un croiseur ou un cuirassé, cette crainte n'étant pas une chimère, le Glorious coulé par les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau étant là pour en témoigner.

Les chantiers constructeurs

Fore River Ship and Engine Building Co., Quincy (Massachussetts)
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Fore_r10

Les chantiers navals de Quincy sont connus officiellement sous le nom de Fore River Ship & Engine Building Company. Créés en 1883 sur cette rivière, ils sont  d'abord installés à Braintree avant de rallier Quincy en 1901. En 1913, il est racheté par le groupe Bethleheem Steel.

Comme pour de nombreux chantiers navals privés américains, l'immense majorité de la production  est constituée de navires militaires, l'US Navy étant une marine prodigue et le segment de la construction navale civile trop concurrentielle pour des chantiers peu compétitifs par rapport aux chantiers européens (et je ne parle même pas des chantiers asiatiques).

Racheté par le groupe General Dynamics en 1964, il à fermé en 1986 après une infructueuse reconversion dans la production de méthaniers.

Parmi les principaux navires construits on trouve des sous-marins pour la marine américaine (mais aussi pour les marines britanniques et japonaises), kes cuirassés New Jersey (BB-16), Nevada (BB-36) et Massachusetts (BB-59), les porte-avions Lexington (CV-2 et CV-16) Bunker Hill et Philippine Sea, les croiseurs  Salem, Northampton et Long Beach.

New-York Shipbuilding Corporation,Camden (New Jersey)
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) New_yo10
Le Saratoga en construction

Ce chantier implanté à Camden dans le New Jersey à été en fonction de 1899 à 1968, achevant plus de 500 navires civils et militaires.

Fondé en 1899 par Henry G. Morse (1850-1903), un ingénieur spécialisé en ponts et génie civil, il devait initialement être installé sur Staten Island mais le projet tomba à l'eau. Henry G. Morse rechercha plusieurs sites allant jusqu'en Virginie. Un temps l'estuaire de la rivière Delaware tint la corde mais finalement le chantier allait s'installer à Camden.

Ce choix répondait au besoin d'un chantier pouvant fabriquer en série des navires en appliquant à la construction navale les principes de la chaîne de montage et de la préfabrication. La construction commence en juillet 1899 et dès novembre 1900, le chantier peut construire son premier navire, un pétrolier.

Le chantier naval va connaître une brusque hausse de la production durant le premier conflit mondial. Bis repetita durant le second conflit mondial avec la construction des neuf porte-avions légers de classe Independence (qui avaient été mis sur cale comme croiseurs), le cuirassé USS South Dakota (BB-57) mais aussi 98 LCT.

La fin du second conflit mondial entraîne une brusque diminution de l'activité. Outre des navires militaires quelques navires civils sont produits comme le cargo à propulsion nucléaire Savannah.

Le dernier navire civil est produit en 1960 et le dernier navire militaire, le USS Camden est commandé en 1967. Le chantier naval fait faillite en 1968, étant même incapable d'achever son dernier navire, le sous-marin nucléaire d'attaque USS Pogy (SSN-647) qui allait être remorqué à Pascagoula pour y être achevé. Le site est actuellement occupé par le port de Camden.

Parmi les navires les plus fameux construits à Camden on trouve les porte-avions Saratoga et Kitty Hawk, les cuirassés Idaho et South Dakota, les croiseurs de bataille Alaska et Guam auquel on peut ajouter le Hawaï resté inachevé, le croiseur lourd Indianapolis...... .  

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyDim 06 Oct 2019, 17:30

Comme on peut le voir sur la photo représentant la maquette de la conversion des Lexington le deuxième personnage en partant de la gauche n'a pas l'air spécialement réjoui ... C'est le RAdm William A. Moffett chef du BuAer et partisan convaincu des petits porte-avions disponibles en grand nombre. Pour lui la réalisation de grands p-a chers et donc rares est une erreur ...
Revenir en haut Aller en bas
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18645
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyDim 06 Oct 2019, 18:54

De tous les porte-avions issus de croiseurs ou de cuirassés je pense que ce sont les plus réussis; d'ailleurs près de 20 ans plus tard on retrouve étrangement dans les Essex à peu de choses près les dimensions la puissance et la vitesse des Lexington preuve que ses concepteurs avaient vu juste.
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyDim 06 Oct 2019, 21:34

C'est un poil plus compliqué que çà. Quand le traité de Washington permet aux signataires de "sauver" deux coques de bâtiments de ligne pour en faire des porte-avions, le débat fait rage entre partisans et adversaires des gros p-a aux USA comme au Japon. L'arrivée de ces grands porte-avions ne résulte pas d'un choix technique, c'est une opportunité imposée qui n'a à l'époque rien à voir avec une quelconque réflexion en matière d'emploi de l'aéronavale. Les Lexington n'ont jamais été conçus pour être des porte-avions, on pourrait dire qu'ils sont devenus de porte-avions par défaut, à telle enseigne que Moffett le propre chef du BuAer pourtant le père de l'aéronavale US, les trouvait trop grands. A l'époque en effet - début des années 20 - tout est à écrire en termes d'utilisation et de tactiques aéronavales et pour beaucoup mieux vaut avoir cinq petits p-a que deux gros, en clair ne pas mettre ses œufs dans le même panier. Il va s'avérer - par chance - que les grands p-a vont se révéler parfaitement adaptés à leurs missions comme pourront l'expérimenter Américains et Japonais. Pour les premiers à partir de 1929 et du fameux Fleet Problem IX pour les seconds en Chine en 1937.

Seulement les Lexington sont certes grands et emportent près de 100 biplans en 1929 mais ont beaucoup de défauts ne serait-ce par exemple du fait qu'ils sont transformés alors qu'il sont déjà construits au tiers avec notamment une organisation interne de croiseur de bataille, un agencement de locaux pas optimal ...

Le premier mérite des Saratoga mais aussi du Kaga et de l'Akagi c'est d'avoir offert à un moment crucial des plate-formes rapides de grande taille qui ont permis d'expérimenter l'utilisation de groupes aériens importants.

Les Essex sont une évolution directe des Yorktown qui bien que déplaçant à la louche 15 000 t de moins que les Lexington et mesurant 30 m de moins emportaient autant d'avions ... Les Essex, conçus en 1938 ils sont le résultats de 15 ans d'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18645
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyDim 06 Oct 2019, 22:22

"Les Essex, conçus en 1938 ils sont le résultats de 15 ans d'expérience"

Je n'ai pas dit autre chose, mais cette expérience justement abouti à un navire sensiblement de mêmes dimensions que les Lexington. Very Happy ce choix était donc le bon.
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyLun 07 Oct 2019, 08:42

Disons qu'ils ont eu la chance de disposer dans leur inventaire de 1922 des bonnes coques à détruire ... C'est à dire des croiseurs de bataille (Les deux Lexington et l'Akagi) ou un cuirassé le Kaga suffisamment grands et rapides pour faire de bons porte-avions.
En France la transformation du Béarn ne fut pas heureuse, trop lent, trop petit ... Je pense que si les Américains et les Japonais avaient dû au titre du traité se débarrasser de bâtiments moins rapides ou moins grands disons de la taille des classe R anglais ou de nos Bretagne leur réflexion doctrinale sur l'emploi de l'aéronavale aurait eut-être été différente en tout cas elle aurait peut-être mis plus de temps à se mettre en place et à arriver à maturité.
Là du fait qu'ils disposent très rapidement de très grands navires (les Constellation sont avec le Hood et les Amagi les plus grands bâtiments de guerre du monde en 1922) ils peuvent d'emblée envisager de développer des tactiques innovantes par exemple en terme de taille de raids d'appareils embarqués ou de transits de nuit à très grands vitesse ... Cette vitesse qui d'ailleurs va amener Américains et Japonais à (commencer - car le débat sera rude) envisager au début des années 30 de faire opérer séparément porte-avions et cuirassés les seconds ne pouvant pas suivre les premiers dont la vitesse offrait des perspectives tactiques insoupçonnées.
Ceci eut été impossible à envisager avec des porte-avions filant 21 nœuds ou n'embarquant que 30 avions
Revenir en haut Aller en bas
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18645
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyLun 07 Oct 2019, 09:20

Les croiseurs de bataille de par leurs dimensions et leurs vitesses on constitués de façon générale les meilleurs porte-avions après conversion: Lexington, Akagi, Furious.
Il serait intéressant d'ailleurs de comparer, mais pas ici pour ne pas polluer davantage ce post, les PA issus de conversion de cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10874
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyMar 08 Oct 2019, 16:55

HISTORIQUE

Le USS Lexington (CV-2)
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le25
Le USS Lexington (CV-2) en 1928

Présentation
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le26
Le Lexington en construction

-Le USS Lexington est mis sur cale aux Fore River Ship & Engine Building Co sis à Quincy (Massachussets) le 8 janvier 1921.

C'est la première unité d'une classe de six puissants croiseurs de bataille (battlecruiser), des navires de 43500 tonnes, filant à 33.5 nœuds avec pour armement huit canons de 406mm en quatre tourelles doubles et seize canons de 152mm en casemates. Ils sont baptisés Lexington Constellation Saratoga Ranger Constitution et United States.

Il reçoit logiquement la marque de coque CC-1 (Combat Cruiser number one). La construction avance jusqu'au 8 février 1922 quand elle est suspendue suite à la signature deux jours plus tôt du traité de Washington qui stoppe le programme naval de 1916. Il était alors achevé à 24.2%.

Le 1er juillet 1922 deux décisions sont prises. La première est la reprise de la construction pour l'achever en porte-avions et la seconde c'est le changement de marque de coque.

Exit CC-1 et place à CV-2, C pour Carrier, V pour plus lourd que l'air (et non Vessel comme je l'ai longtemps cru) et 2 car il s'agit du deuxième porte-avions américain, le premier vrai porte-avions opérationnel.

Il est lancé le 3 octobre 1925 et commissioned le 14 décembre 1927.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Batail22
Gravure de 1885 représentant la bataille de Lexington et de Concord

Le CV-2 est le cinquième navire à célébrer la mémoire de la première bataille de la guerre d'indépendance américaine, la Bataille de Lexington et de Concord (Battle of Lexington and Concord) (19 avril 1775)

Lexington et Concord sont deux villes situées dans le comté de Middlesex (province de la baie de Massachusetts). Cet affrontement à pour origine l'envoi de 700 tuniques rouges de Boston à Concord pour détruire les stocks de la milice du Massachusetts.

L'opération à été décidée dans le plus secret mais en dépit de ces précautions, les patriotes sont prévenus et peuvent prendre des dispositions.

Les premiers coups de feu son tirés alors que le soleil se lève à Lexington. Huit miliciens sont tués dans l'échange de tir. Les miliciens inférieurs en nombre doivent se replier. Les tuniques rouges poursuivent sur Concord où ils se dispersent pour trouver les stocks.

Au niveau de North Bridge à Concord, 400 miliciens engagent 100 tuniques rouges de trois compagnies sur les coups de 11.00. On signale des pertes des deux côtés mais les Tuniques Rouges doivent se replier pour retrouver le gros des troupes britanniques rassemblées à Concord.  

Les troupes britanniques entamèrent alors leur marche retour en direction de Boston après leur mission de recherche. Les miliciens eux reçoivent des renforts venus des villes voisines et vont harceler les britanniques qui eux aussi reçoivent des renforts ce qui n'empêche pas les Tuniques Rouges de devoir battre en retraite, les miliciens parvenant à mettre le siège sur Boston.

Les insurgents ont eu 49 tués, 39 blessés et 5 disparus alors que les britanniques ont souffert de pertes supérieures avec 73 tués, 174 blessés et 53 disparus.

Le CV-2 succède à une brigantine acquise en 1776 et capturée en 1777,  un sloop-of-war en service de 1826 à 1830 et de 1831 à 1855, une canonnière en service de 1861 à 1865 et un patrouilleur réquisitionné de 1917 à 1918 pendant le premier conflit mondial.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le27
Le USS Lexington (CVA-16) en septembre 1955

Au premier porte-avions américain opérationnel lui à succédé un autre porte-avions, une unité de classe Essex, le CV-16. Mis sur cale le 15 juillet 1942 sous le nom de Cabot, il est rebaptisé suite à la perte du CV-2. Lancé le 23 septembre 1942 et commissionné le 17 février 1943.

Il participe à la guerre dans le Pacifique notamment à Tarawa et aux Phillipines. Il est désarmé à Bremerton le 23 avril 1947. Il est refondu du 21 juillet 1952 au 15 août 1955 date de sa remise en service comme porte-avions d'attaque (CVA-16). Basé à San Diego, il opère dans le Pacifique et en Extrême-Orient.

En janvier 1962, décision est prise de l'envoyer sur la côte est pour servir de porte-avions d'entrainement en remplacement de son sister-ship Antietam. Reclassé porte-avions anti-sous-marin (CVS-16) le 1er octobre 1962, il participe à la crise des missiles de Cuba et ce n'est que le 29 décembre 1962 qu'il remplace arrive à Pensacola (Floride).

Il va assurer sa mission vitale jusqu'au 8 novembre 1991 quand il est désarmé. Il aurait du être remplacé par le Forrestal mais des restrictions budgétaires ne permirent pas au CV-59 de servir de porte-avions d'entrainement.

Dernier Essex en service, le Lexington fût préservé comme musée, étant cédé par l'US Navy le 15 juin 1992, devenant la pièce majeure du USS Lexington Museum on the Bay implanté à Corpus Christi (Texas). Il est classé monument historique (National Historic Landmark) depuis 2003.

Carrière opérationnelle
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le28
Le Lexington à Panama le 22 février 1929

Le 7 avril 1928, le porte-avions arrive à San Pedro (Californie), presque cinq mois après avoir été commissioned. Ce délai s'explique par d'ultimes tests et surtout la mise en condition du porte-avions et de son groupe aérien au large de la côte est et surtout dans les Caraïbes.

Avec son sister-ship «Sister Sara» «Lady Lex» va permettre aux américains de mettre au point leurs tactiques d'emploi de l'outil aéronaval. Très vite l'US Navy comprend qu'il faut envoyer le plus d'avions possible sur la cible ce qui renforce leur idée d'avoir un groupe aérien important ce qui va générer des conséquences en matière d'architecture navale.

Le Lexington va ainsi participer aux différents exercices Fleet Problem. Ces manœuvres annuelles généralement organisées dans les Caraïbes voyaient deux camps s'affronter, les Bleus d'un côté et les Noirs de l'autre.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le29
Lady Lex et Sister Sara le 2 février 1933

Nombre de scénarios concernaient la défense des écluses du canal de Panama, artère vitale pour le passage de la marine américaine d'une côte à l'autre.

En janvier 1929 lors de Fleet Problem IX, le USS Lexington (CV-2) et la Scouting Force échouent à défendre le canal de Panama contre les attaques lancées par le USS Saratoga (CV-3) accompagné de la Battle Fleet.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le30
Le USS Lexington (CV-2) en 1935

Le Saratoga était parti de San Diego le 15 janvier 1929 et ses avions détruisent les avions de l'armée et les écluses de Pedro Miguel et de Miraflores. Il est certes coulé trois fois dans la journée mais trop tard. C'est à cette période que le concept de Task Force émerge.

Le «Fleet Problem X» en 1930 se déroule lui dans les Caraïbes et cette fois c'est le Lexington qui met hors de combat les Langley et Saratoga.

Durant l'hiver 1929/30, le Lexington et le Saratoga sont engagé dans une opération originale puisqu'ils servent grâce à sa propulsion turbo-électrique de centrale électrique pour la ville de Tacoma dans l'Etat de Washington. Cette dernière était alimentée par une centrale hydraulique mais le lac l'alimentant est à sec. Le porte-avions est présent du 17 décembre 1929 au 16 janvier 1930 et fournit un total de 4250960 kilowatt/heure pour 78509.60 dollars.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le31
Les porte-avions américains rassemblés à Panama en 1936

En septembre 1939, le second conflit mondial éclate mais les Etats-Unis comme en 1914 décident de rester neutres. Les tensions qui vont s'accumuler avec le Japon vont obliger les Etats-Unis à entrer en guerre.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le32
Le USS Lexington (CV-2) en 1938

Le 5 décembre 1941, le USS Lexington (CV-2) appareille pour Midway avec à son bord le squadron VMSB-231, une unité de l'aviation des Marines qui devait renforcer les défenses de l'atoll qui ne savait pas qu'il allait jouer un rôle majeur six mois plus tard en juin 1942.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le33
Le USS Lexington (CV-2) en 1940

Le porte-avions lourd va donc échapper à la destruction, étant loin d'Hawaï quand les bombes et les torpilles japonaises pleuvent sur Oahu.

A l'annonce de l'attaque japonaise, le porte-avions lourd va lancer des avions de reconnaissance pour retrouver la flotte japonaise. Problème les avions de reconnaissance de Lady Lex sont envoyés au sud-ouest alors qu'elle est au nord-est. Les recherches sont donc infructueuses et le porte-avions rentre à Pearl Harbor le 13 décembre 1941.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le34
Le Lexington à San Diego le 14 octobre 1941

Les américains sont sonnés, K.O debout. Cet état s'explique par l'avancée foudroyante des japonais à travers toute l'Asie du Sud-Est. Le temps de se ressaisir et le temps que l'industrie produise pléthore d'avions, de navires et de sous-marins il va falloir tenir le coup en limitant les pertes.

Les cuirassés hors service, reste les porte-avions qui vont mener des raids limités contre les positions japonaises, de véritables piqûres d'aiguille qui ne faisaient pas grand mal aux japonais mais qui maintenait une certaine pression et surtout remontaient (un peu) le moral chancelant des américains.

Comme chacun sait, la première bataille au delà de l'horizon à lieu en mai 1942 en mer de Corail mais il s'en ait fallut de peu pour qu'elle n'ait lieu dès décembre 1941 à proximité d'une petite île américaine, Wake, une île située entre Honolulu et Guam où les américains avaient implanté une base depuis le mois de janvier 1941.

Celle-ci subit un raid dès le 8 décembre suivi d'une nouvelle attaque le 11 au cours de laquelle deux destroyers sont coulés, trois autres sont endommagés tout comme un patrouilleur. Les japonais reviennent le 21 décembre avec cette fois de grands moyens puisque les porte-avions Hiryu et Soryu sont engagés. Malgé une belle défense, l'île est prise le 23 décembre 1941.

Cette résistance aurait donc pu conduire à la première bataille aéronavale de l'histoire. Les cuirassés étant tous hors d'état de reprendre le combat, les américains ne peuvent engager que leurs porte-avions à savoir le Saratoga, l'Enterprise et le Lexington. Malheureusement à l'annonce de la présence des porte-avions japonais, les américains renoncent le 22 décembre à secourir Wake qui tombe le lendemain 23 décembre.

Le 30 décembre 1941, l'amiral King CNO (Chief of Naval Operations) donne pour instructions à l'amiral Nimitz, nouveau commandant en chef de la flotte du Pacifique de couvrir les voies de communications entre Hawaï, Midway et les Etats Unis ainsi qu'entre les Etats Unis et l'Australie.

Le USS Lexington (CV-2) navire amiral de la TF-11 (VA Brown) appareille de Pearl Harbor le 22 janvier pour effectuer un raid sur Wake. Outre le porte-avions lourd, ce groupe occasionnel se compose des croiseurs lourds Astoria, Chicago et Minneapolis ainsi que de quatre destroyers, les Monaghan, MacDonough,Jarvis et Worden. L'opération avorte après le torpillage du pétrolier USS Neches (AO-5) par le sous marin I-72. La TF11 est donc réduite à couvrir le passage d'un convoi vers Bora Bora et les opérations des autres porte-avions.

Le 20 février 1942, le Lexington et son groupe de combat sont en route pour attaquer Rabaul quand la TF-11 (alors composée du Lexington,des croiseurs lourds Pensacola Indianapolis Minneapolis San Francisco ainsi que des destroyers Dewey, Hull,Aylwin, Mugford,Patterson,Jarvis et Bagley) est détectée par un hydravion Kawasaki H6K «Mavis» qui est immédiatement abattu par un Wildcat.

L'hydravion à cependant eu le temps de transmettre son information et alors que les américains annulent le raid, 17 bombardiers Mitsubishi G4M «Betty» armés de bombes de 250kg attaquent la TF11 en deux vagues.

La première vague de neuf appareils en perd cinq avant de lancer et les quatre derniers après dont un abattu par un Dauntless. Deux Wildcat sont touchés. La deuxième vague de huit appareils est intercepté par les Wildcat dont un est piloté par le lieutenant de vaisseau Edward O'Hare qui en abattant trois et en endommage deux autres devient le premier as américain de la guerre du Pacifique.

Quatre Betty parviennent à lancer mais la bombe la plus proche tombe à 30m de «Lady Lex», un appareil essayant de se crasher sur le pont d'envol mais termine à 1400m du porte-avions. Seulement deux appareils réussissent à rentrer à Rabaul, les deux autres devant se poser à Vunakanau.

Le 10 mars, le Lexington et le Yorktown lancent la première opération combinée, les deux navires envoyant 104 appareils bombarder Lae et Salamaua (Nouvelle Guinée), appareils qui réussissent à couler le croiseur auxiliaire Kong Maru, le mouilleur de mines Tenyo Maru et le transport Yokohama Maru et à endommager le croiseur léger Yubari, cinq destroyers et quatre auxiliaires pour le prix d'un Dauntless.

Après le raid sur Tokyo le 18 avril 1942, les japonais hésitent sur la stratégie à venir et optent finalement pour un plan fort compliqué prévoyant à la fois une poussée vers le sud (opération MO) pour prendre le contrôle de l'ensemble de la Nouvelle Guinée par un débarquement à Port Moresby et dans les Salomons et une poussée dans le Pacifique (opération MI) prévoyant la prise de Midway, prise qui doit conduire à la bataille décisive contre la flotte américaine, bataille qui doit déboucher sur une paix de compromis.

Grâce au travail de la CIU (Combat Intelligence Unit) dirigée par le capitaine de frégate Rochefort à Pearl Harbor, les américains sont parfaitement au courant des intentions japonais et vont ainsi pouvoir placer aux mieux leurs pions encore peu nombreux.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Batail23
Carte de la bataille de la mer de Corail (vous avez dit confusion ?)

Les intentions japonaises et l'anticipation américaine vont déboucher sur la première battle over the horizon, la première bataille au delà de l'horizon, la bataille de la mer de Corail qui allait voir lieu les 7 et 8 mai 1942.

Le 1er mai 1942, les TF-17 et TF-11 font leur jonction à 300 miles nautiques au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie. Les deux Task Force se ravitaillent puis se séparent. La TF-17 (celle du Lexington) est la seule à pouvoir attaquer Ttulagi le 4 mai, ile occupée par les japonais depuis la veille.

Quand débute la bataille, le Lexington est intégré à la TF-17 composée de plusieurs Task Group, le TG 17.2 [Croiseurs lourds USS Minneapolis (CA-36) New Orleans (CA-32) Astoria (CA-34) Chester (CA-27) et Portland (CA-33), destroyers USS Phelps (DD-360) USS Farragut (DD-348) Dewey (DD-349) Monaghan (DD-354) et Aylwin (DD-355)], le TG 17.3 (croiseurs lourds HMAS Australia et USS Chicago (CA-29), croiseur léger HMAS Hobart et destroyers USS Perkins (DD-377) et USS Walke (DD-416)], le TG 17.5 [porte-avions Yorktown et Lexington accompagnés des destroyers USS Anderson (DD-411) Hamman (DD-412) Russell (DD-414) et Morris (DD-417)], un groupe de ravitaillement (TG 17.6) et un groupe de surveillance maritime équipé de Catalina (TG 17.9)

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le35
Le Lexington peu avant sa destruction

Le Lexington dispose alors de soixante-huit appareils avec 21 chasseurs Grumman F4F du squadron VF-2, un squadron de bombardement en piqué équipé de 18 Douglas SBD Dauntless (VB-2), le squadron VS-2 avec dix-sept Douglas SBD Dauntless et douze avions torpilleurs Douglas TBD Devastator du squadron VT-2.

Comme je viens de faire un article sur la bataille de la mer de Corail, je vais me concentrer sur le sort de Lady Lex.

A 10.13, l'amiral Fletcher lance tous ses avions disponibles à savoir dix-huit Grumman F4F Wildcat, cinquante-trois Douglas SBD Dauntless et vingt-deux Douglas TBD Devastator.

A 10.40, la force d'attaque américaine repère le Shoho au nord-est de l'île de Misima. Elle se déploie pour attaquer. Le porte-avions japonais pour se défendre ne possède que six A6M Zero et deux A5M «Claude», tous les autres avions étant dans le hangar où il sont ravitaillés et réarmés.

Les croiseurs japonais se positionnèrent en formation diamant pour entourer le porte-avions à une distance comprise entre 2700 et 4600m. Le groupe aérien du Lexington (Commander William B. Ault) est le premier à attaquer. Deux bombes de 454kg et cinq torpilles frappent le porte-avions provoquant vous l'imaginez de très sérieux dégâts, dégâts aggravés par l'attaque ultérieure des avions du Yorktown, le porte-avions ayant au total encaissé treize bombes et sept torpilles. Le porte-avions léger coule à 11.35 (10°29′S 152°55′E).

Les pertes sont limitées, le Lexington n'ayant perdu que deux Dauntless. A 12.10, Robert E. Nixon, pilote de Dauntless et chef de squadron embarqué sur le USS Lexington (CV-2) envoie le message radio resté célèbre «Scratch one flat top ! Signed Bob» (rayez un pont-plat ! Signé Bob). A 13.38, les avions se posent sur leurs porte-avions respectifs. Immédiatement les avions sont ravitaillés et réarmés, opérations terminées à 14.20.

Les avions embarqués ne vont pas repartir, Fletcher craignant de ne pouvoir récupérer son groupe aérien avant la nuit. En fin d'après midi, les japonais attaquent mais sans succès.

Sur les coups de 20.00, la TF-17 et la force des porte-avions japonais se trouvait à 100 miles nautiques l'une de l'autre. Takagi allume les projecteurs pour guider les 18 avions survivants qui sont tous récupérés sur les coups de 22.00.

A la tombée de la nuit, Fletcher ordonna à la TF-17 de mettre cap à l'ouest et de lancer des opérations de reconnaissance sur 360° dès que la luminosité naturelle le permettra. Crace imite Fletcher en mettant cap à l'ouest pour rester à portée des Louisiades.

Après une journée du 7 mai confuse et incertaine, tout le monde était persuadé que le jour décisif allait être pour le lendemain, 8 mai 1942.

La deuxième journée de la bataille de la mer de Corail commence par des missions de reconaissance pour retrouver la flotte ennemie.

La météo à changé dans la nuit. Le 7 mai, les nuages bas avait permis aux porte-avions américains  de rester dissimulés à la vue des japonais mais le 8 c'est les japonais qui profitent de ce temps difficile, la visibilité étant comprise entre 2 et 15 miles.

A 08.20, un Dauntless du Lexington repère les porte-avions japonais dans une trouée de la couverture nuageuse et en informe immédiatement la TF-17. A 08.22, un Kate du Shokaku repère la TF-17 et en informe sa flotte. A cet instant les deux flottes sont séparées par 210 miles nautiques soit environ 390km.

Les deux flottes lancent leurs avions d'assaut, soixante-neuf appareils pour les japonais et soixante-quinze appareils côté américain dont trente-six fournis par le Lexington (neuf chasseurs, quinze bombardiers en  piqué et douze bombardiers-torpilleurs)

Ce sont les américains qui repèrent en premier leur cible. Ils repèrent le Shokaku mais le Zuikaku est caché par un grain. Le Shokaku est sérieusement endommagé par deux bombes du Yorktown et  une troisième bombe du Lexington. Les pertes sont nettement plus lourdes que la veille.

A 10.55, le radar du Lexington détecte la force d'attaque japonaise à 68 miles nautiques (126km) et guide neuf Grumman F4F Wildcat pour l'intercepter. Malheureusement les américains analysent mal la situation tactique et six Wildcat sont trop bas pour intercepter les avions japonais. 14 avions-torpilleurs attaquent le Lexington et seulement 4 le Yorktown.

Un F4F descend un B5N2 et huit des Douglas Dauntless en patrouille abattent trois autres alors que les japonais allaient se mettrent en formation pour le prix de quatre SBD abattus par les Zero d'escorte.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le10
Schéma des impacts sur le Lexington

Les quatre Kate qui visaient le Yorktown manquent tous leur attaque mais ceux visant le Lexington sont plus chanceux, l'ex-croiseur de bataille manœuvrant moins facilement que son cadet. A 11.20, deux torpilles type 91 touchent le porte-avions.

La première touche le porte-avions à bâbord au niveau des réservoirs d'essence aviation qui percés émettent des vapeurs d'essence qui vont jouer ultérieurement un bien sinistre rôle.

La deuxième frappe également à bâbord provoquant une baisse de la pression de l'eau dans les trois chaufferies avant obligeant les mécaniciens à stopper ces chaudières. Le navire était cependant encore capable de filer à 24 nœuds. Quatre bombardiers-torpilleurs japonais sont abattus par la DCA de la Task Force.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le36
Here come the smoke.....

Les trente-trois bombardiers en piqué nippons lancent leurs attaques en piquant de 4300m trois ou quatre minutes après le début de l'attaque des bombardiers-torpilleurs. Dix-neuf Val attaquent le Lexington, les quatorze restants visant le Yorktown. Les Zero d'escorte dispersent les Wildcat du Lexington mais deux Wildcat protégeant le Yorktown sont capables de perturber l'attaque.

Le Lexington encaisse deux bombes sans compter de nombreux coups à toucher qui entraînent un certain nombre d'incendies qui sont contenus à 12.33.

A 12.47, l'étincelle d'un générateur électrique mit le feu aux vapeurs d'essence qui s'étaient accumulées dans les fonds du navire. L'explosion qui s'ensuivit provoqua la mort de 25 marins et surtout un incendie qui ne cessait de prendre de l'ampleur.

A 14.42, une autre explosion provoqua un nouvel incendie, une troisième explosion survient à 15.25 et treize minutes plus tard, l'équipage annonça que les incendies étaient devenus incontrôlables. Le navire était clairement perdu et l'équipage commença à évacuer à 17.07.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le37
This is the end......
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le38

L'évacuation terminée, le destroyer USS Phelps (DD-360) lança cinq torpilles à 19.15 qui envoyèrent le porte-avions par le fond qui sombra à 19.52. 236 hommes sur 2951 accompagnèrent le navire en compagnie de trente-six appareils. Les anciens escorteurs du Lexington rallient le Yorktown pour en assurer la protection, la TF-17 se retirant en direction du sud-ouest.

Cinq jours plus tard devant l'émotion suscitée par cette destruction, le secrétaire d'Etat à la marine Frank Knox sur proposition des ouvriers du chantier de Quincy rebaptise le huitième Essex initialement baptisé Cabot, Lexington.

L'épave à été retrouvée le 4 mars 2018 par le navire de recherche Petrel du milliardaire Paul Allen, le cofondateur de Microsoft. Elle repose par 3000m de fond à 800km à l'est de la côte australienne.

Elle est brisée en trois morceaux, seule la partie centrale étant restée debout à 1600m environ de la proue et de la poupe. Des avions sont encore visibles en bon état malgré plus de soixante-dix ans sous l'eau.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18645
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyMar 08 Oct 2019, 18:32

Autre raison pour laquelle je trouve les Lexington  modernes, c'est leur proue et leur poupe fermées tout comme les Essex après refonte.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10874
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyJeu 10 Oct 2019, 13:11

Le USS Saratoga (CV-3)
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa51
Le Saratoga camouflé le 7 septembre 1944. A l'époque il est le seul porte-avions d'avant-guerre survivant avec le Ranger et l'Enterprise

Présentation
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa50
Le Saratoga en construction le 30 septembre 1921 à l'époque où il devait encore être achevé en croiseur de bataille

-Le USS Saratoga est mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation sis à Camden (New-Jersey) le 25 septembre 1920 avec la marque de coque CC-3.

Sa construction est suspendue le 8 février 1922, deux jours après la signature du traité de Washington qui raye d'un trait de plume le programme naval américain de 1916. Il était alors achevé à 35.4%.

Si quatre de ses sister-ships peu avancés vont être envoyés à la casse, le Saratoga va être comme son sister-ship Lexington transformé en porte-avions.

Le 1er juillet 1922, la marque de coque CC-3 cède la place à CV-3 et la construction reprend. Il est lancé le 7 avril 1925 et commissioned le 16 novembre 1927.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa52
7 avril 1925 : lancement du Saratoga

Le premier appontage à lieu le 11 janvier  1928, appontage effectué par un homme appelé à un brillant destin : le capitaine de frégate Mitscher.

Les batailles de Saratoga
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Batail24
Tableau représentant la reddition du général Burgoyne

Le deuxième véritable porte-avions américain rend hommage à deux batailles de la guerre d'indépendance américaine, les batailles de Saratoga qui ont lieu les 19 septembre et 7 octobre 1777, la deuxième se terminant par la reddition des troupes britanniques.

Le général britannique Burgoyne avait pris la tête d'une armée venue du Canada par la vallée Champlain dans l'espoir de rallier une force britannique venue de New-York et une troisième venue du lac Ontario. Cette offensive devait séparer en deux les colonies insurgées.

Hélas pour lui les deux colonnes censées le rallier ne vont jamais rallier et Burgoyne allait être encerclé par les américains dans l'Etat de New-York.
Il affronta deux fois les américains sur le même champ de bataille à 14km au sud de Saratoga dans l'Etat de New-York.

Cette victoire américaine poussa la France à jeter bas le masque et à passer du soutien informel au soutien officiel des insurgents. Au titre du pacte de famille, l'Espagne des Bourbons rejoignit également le conflit.

La bataille du 19 septembre commence quand le général britannique fait manœuvrer un certain nombre de troupes pour essayer de prendre par le flanc une position américaine implantée sur Bemis Heights.

Benedict Arnold anticipa la manœuvre et plaça des troupes en nombre pour barrer la route des britanniques. Burgoyne s'empara de la ferme Freeman mais au prix de sérieuses pertes.

La bataille se figea alors, les deux camps attendant des renforts qui n’arrivèrent que côté américain au grand dam des britannique.

Le général britannique Henry Clinton quitta enfin New York pour distraire les américains en capturant les forts Clinton et Montgomery sur les monts dominant la rivière Hudson (6 octobre 1777) mais ces victoires arrivent trop tard pour aider Burgoyne.

Burgoyne attaque à nouveau Bemis Heights le 7 octobre mais sans succès. Comprenant qu'il n'aurait pas gain de cause, le général britannique décide de se replier sur ses positions originelles où il finira par se rendre.

Le CV-3 est le cinquième navire de la marine américaine à célébrer la mémoire de cette bataille décisive. Il succède à un sloop-of-war de 18 canons lancé en 1781 et perdu l'année suivante, une corvette de 26 canons construite sur le Lake Champlain en 1814, un sloop-of-war de 22 canons commissionné de 1843 à 1888 et enfun un croiseur cuirassé.

L'ACR-2 est commissioné en 1893 sous le nom de New York avant d'être rebaptisé Saratoga en 1911 pour libérer ce nom au profit du futur cuirassé. Il est ensuite rebaptisé Rochester en 1917 pour libérer le nom qu'il portait. Sous cette troisième identité, il sert jusqu'en 1933 avant d'être démoli en 1941.

Depuis un sixième navire à porté ce nom. Il s'agit du CV-60, un porte-avions de classe Forrestal, la première classe de porte-avions géants de la marine américaine.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa53
Le USS Saratoga (CV-60)

-Le Saratoga (CV-60) est mis sur cale à l'Arsenal de Brooklyn à New York (New York) le 16 décembre 1952, lancé le 8 octobre 1955 et admis au service actif le 14 avril 1956. C'est le dernier porte-avions à pont droit à avoir été mis sur cale, il à reçu une piste oblique en cours de construction.

Le Saratoga est désarmé à la Naval Station de Mayport en Floride le 20 août 1994 et rayé du Naval Vessel Register le même jour. Remorqué à Philadelphie en mai 1995, il y fût désactivé, processus qui se termina en août 1998, date à laquelle il fût remorqué à Newport (Rhode Island). Il à été finalement vendu à la démolition à Esco Marine de Brownsville Texas en mai 2014 et démantelé.

Carrière opérationnelle
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa54
Le Saratoga en 1927

En cette période de temps de paix, la marine américaine ne chôme pas, multipliant les exercices pour se préparer au mieux à un futur conflit. A partir de 1929, le Saratoga participe aux exercices baptisés «Fleet Problem» qui ont souvent pour thème la défense du canal de Panama par les bleus et l'attaque par les noirs.

Lors de «Fleet Problem IX», le Saratoga appartenant à la Battle Fleet doit attaquer Panama défendu par le Lexington intégré à la Scouting Fleet.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa55
Le USS Saratoga (CV-3) en 1928

Appareillant de San Diego le 15 janvier 1929, il lance le 26 à 150 miles des côtes une force de 18 bombardiers en piqué, 18 avions torpilleurs et 36 chasseurs soit 72 appareils.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa56
Le Saratoga à Bremerton en 1930

Ils surprennent et détruisent au sol les avions de l'Armée et détruisent les écluses de Miraflores et de Pedro Miguel. Le Saratoga est coulé trois fois dans la journée mais le mal est fait.

C'est à cet époque que l'idée de regrouper des navires rapides autour d'un porte-avions émerge mais aussi l'idée d'envoyer le plus d'avions possible sur une cible ce qui influencera l'architecture navale américaine qui si l'on peut parler ainsi sacrifiera la protection pour privilégier la puissance de feu.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa57
Le USS Saratoga (CV-3) lors de Fleet Problem XIII en 1932

L'année suivante, en 1930, «Fleet Problem X» voit «Lady Lex» prendre sa revanche sur «Sister Sara» puisqu'il le coule en compagnie du Langley. En 1933, les manœuvres baptisées «Fleet Problem XIV» se déroulent au large d'Hawaï en janvier et en février, le Saratoga lançant sur le chemin du retour un raid aérien sur Long Beach.

En 1938, «Fleet Problem XIX» voit le Saratoga lancer un rais aérien sur........Pearl Harbor dans une configuration qui rappellera beaucoup le raid japonais du 7 décembre 1941 mais aucune leçon ne sera retenue.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa58
Le USS Saratoga (CV-3)

Les dernières manœuvres d'avant guerre baptisées «Fleet Problem XXI» ont lieu en avril et juin 1940 au large d'Hawai, la flotte quittant la côte ouest le 2 avril mais reste sur zone après la fin des opérations le 7 mai.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa59
Le USS Saratoga (CV-3) en 1941

Le commandant de l'US Fleet, l'amiral Richardson proteste estimant que la flotte ne dispose pas assez de soutien logistique. Il est  remplacé par l'amiral Kimmel le 1er février, date à laquelle l'US Fleet devient la Pacific Fleet.

Du 14 au 29 octobre 1940, le Saratoga transporte des conscrits de San Pedro en Californie à Hawaï puis le 6 janvier 1941 entre au Bremerton Navy Yard pour une longue modernisation qui intègre un renforcement de son pont d'envol, de sa coque (bulge), un renforcementde sa DCA et l'installation d'un radar de veille aérienne CXAM-1.

Quittant Bremerton le 28 avril 1941, le porte-avions participe à un exercice amphibie en mai et deux voyages à Hawai entre juin et octobre. Le 26 novembre 1941, il appareilla pour Bremerton pour un nouveau carénage.

Quand l'attaque japonaise frappa les îles Hawaï le 7 décembre 1941, le Saratoga venait juste de regagner San Diego après son carénage mais pris la mer dès le lendemain pour retrouver le Lexington et l'Enterprise. Il transporta ainsi des avions du corps des Marines pour renforcer Wake.

Relâchant à Pearl Harbor le 15 décembre, il appareilla dès ses soutes pleines pour couvrir le ravitailleur d'aviation Tangier et accessoirement secourir Wake mais l'annonce de la présence de deux porte-avions japonais annula le raid le 22 provoquant la reddition de Wake le lendemain.

Le 30 décembre 1941, l'amiral King CNO (Chief of Naval Operations) donne pour instructions à l'amiral Nimitz, nouveau commandant en chef de la flotte du Pacifique de couvrir les voies de communications entre Hawaï, Midway et les Etats Unis ainsi qu'entre les Etats Unis et l'Australie.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa60
Le USS Saratoga (CV-3) à Pearl Harbor en 1942

Le 11 janvier 1942, à 500 miles au sud ouest d'Oahu, le Saratoga est torpillé par le sous marin I-16 provoquant la mort de six marins et l'inondation de trois chaudières. Une fois les avaries contenues, le porte-avions pu rallier Oahu par ses propres moyens pour des réparations d'urgence, la remise en état complète et définitive devant avoir  lieu à Bremerton.

A cette ocassion les 12 canons de 127mm de 25 calibres et les 8 canons de 203mm sont remplacés par 16 canons de 127mm de 38 calibres répartis en quatre tourelles doubles installées latéralement à tribord sur le pont d'envol et huit autres installées en affûts simples de part et d'autre du pont d'envol.

Quittant le Puget Sound le 22 mai pour San Diego, il y arrive le 25 mai entamant aussitôt l'entrainement de son groupe aérien. L'annonce d'une opération japonaise contre Midway précipita les choses mais malgré l'urgence, le navire n'arriva à Pearl Harbor que le 6 juin après la fin de la bataille.

Appareillant de Pearl Harbor le 7 juin après ravitaillement en carburant, il transféra 34 appareils aux Hornet à l'Enterprise pour leur permettre de compenser les pertes de la bataille. Les trois porte-avions filèrent vers les Aléoutiennes pour contrer les opérations japonaises dans le secteur mais l'opération est annulée et «Sister-Sara» retrouve les eaux chaudes des îles Hawaï le 13 juin.

Du 22 au 29 juin, le Saratoga transporta des avions des Marines et de l'Armée à Midway là encore pour compenser les lourdes pertes d'une bataille moins décisive que ne l'à longtemps cru l'historiographie. Les avions transportés sont vingt-cinq Curtiss P-40 du 73rd Fighter Squadron et dix-huit bombardiers en piqué Douglas SBD Dauntless pour reconstituer le squadron VMSB-241.

Le 7 juillet, il appareilla pour le Pacifique Sud-Ouest et du 28 au 30 juillet assura la couverture aérienne d'un débarquement sur les Fidji destiné à assurer les arrières des futurs débarquement à Guadalcanal.

L'assaut sur cette île de l'archipel des Salomons appelée à devenir célèbre commença à l'aube le 7 août 1942 et pendant deux jours assura la couverture aérienne de l'opération WATCHTOWER.

Le 8 août dans l'après midi, les porte-avions se replièrent pour se ravitailler laissant les marines «le derrière à l'air» comme le dira de manière très imagée le général Vandergrifdt commandant la 1st  Marines Division.

Quoi qu'il en soit les porte-avions étaient trop éloignés pour sauver les quatre croiseurs lourds alliés qui furent coulés par les navires de Mikawa lors de la bataille de l'île de Savo. La force de porte-avions continua d'opérer dans les Salomons, attendant la contre-attaque japonaise.

La contre-attaque se matérialise quand une force de transport japonaise est détectée le 23 août. Fletcher qui se trouve à 150 miles nautiques dans l'est des Salomons, à sous son commandement la TF11 (porte-avions Saratoga deux croiseurs et cinq destroyers) la TF16 (porte-avions Enterprise, cuirassé North Carolina, un croiseur lourd, un croiseur antiaérien et six destroyers) et la TF18 (porte-avions Wasp, trois croiseurs et sept destroyers).

Le Saratoga lance immédiatement trente et un bombardiers en piqué Dauntless et six bombardiers-torpilleurs Grumman Avenger. Ces appareils embarqués doivent être appuyés par des avions venus d'Henderson Field pour l'attaque mais aucun avion  ne parvient à retrouver la force japonaise et doivent tous passer la nuit à Henderson Field, les américains étant encore réticents à pratiquer l'appontage nocturne.

Le lendemain 24 août, les deux ennemis se repèrent mutuellement et le Saratoga lance ses Dauntless qui à 15h50 attaquent le Ryujo suivis par des Avenger qui lancent leur torpilles à moins de 900m.

Touché par dix bombes et une torpille, le Ryujo coulera à 20h. Alors qu'une contre-attaque japonais endommage l'Enterprise et manque de peu le North Carolina, les avions du Saratoga endommagent le Chitose. Craignant une attaque de nuit en surface, Fletcher replie ses porte-avions alors que le convoi japonais lui aussi quitte le champ de bataille. C'est la fin de ce qu'on à appelé la bataille des Salomons orientales.  

Après un ravitaillement le 25 août, le Saratoga et le Wasp reprennent leurs patrouilles, patrouilles marquées par de nombreuses alertes ASM.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa61
Le USS Saratoga (CV-3) endommagé par une torpille en 1942

Le 31 août 1942 vers 7h45, le sous marin I-26 lance six torpilles sur le porte-avions dont une touche sa cible à tribord à 7h48. Les dégâts sont mineurs avec seulement 12 blessés et une chaudière inondée.

Le navire doit cependant stopper en raison du déclenchement des sécurités sur son système de propulsion électrique. Il est remorqué par le croiseur lourd USS Mineapolis (CA-36) mais peut lancer ses appareils qui gagnent Espiritu Santo puis Henderson Field.

Remis en route, le porte-avions gagne Tongatabu pour des réparations d'urgence du 6 au 12 septembre  puis Pearl Harbor où il est immobilisé à partir du 21 septembre jusqu'au mois de novembre 1942.

Le Saratoga appareille de Pearl Harbor le 10 novembre 1942 pour la Nouvelle Calédonie et le port de Nouméa via  les Fidji arrivant sur place 5 décembre 1942, retrouvant l'Enterprise qui avait son ascenseur avant bloqué en position haute.  

Le 21 février 1943, le porte-avions Saratoga assure la couverture aérienne d'un débarquement mené sur l'île Russell, les troupes débarquées étant des Marines et des éléments de la 43ème DI.

Durant les douze mois suivant, il couvrit les opérations au dessus des Salomons Orientales avec le porte-avions britannique Victorious du 17 mai au 31 juillet 1943 et à partir du 20 octobre avec le Princeton.

Cet envoi d'un porte-avions britannique dans le Pacifique est une réponse au prêt du Wasp pour le transport d'avions à Malte durant les heures sombres où l'île-forteresse semblait sur le point de succomber aux assauts germano-italiens.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa63
1943 : le Saratoga vu depuis le porte-avions léger Monterey (CVL-26)

Le 30 juin 1943, bis repetita, le Saratoga assure la couverture aérienne de l'opération CARTWHEEL, la mise à terre de 6000 hommes de la 43ème DI à Rendova par la 3ème Force Amphibie couverte par la TF 36.3 (porte-avions Saratoga et Victorious, cuirassés Massachusetts, Indiana North Carolina, croiseurs légers San Diego et San Juan,quatorze destroyers) mais aussi la TF 36.4 (cuirassés Maryland et Colorado) et la TF 36.5 (porte-avions d'escorte Sangamon Suwannee Chenango et dix destroyers) sans oublier onze sous-marins.

Alors que les troupes américaines débarquaient à Bougainville le 1er novembre, le Saratoga neutralisa les aérodromes japonais sur l'île de Buka (deuxième plus grande île de Papouasie Nouvelle Guinée).

Le 5 novembre 1943 alors que l'on annonce une concentration de croiseurs japonais à Rabaul pour contre-attaquer, le Saratoga et le Princeton lancent un raid sur Simpson Harbor avec 23 Avenger, 22 Dauntless et 42 Hellcat qui se heurtent à 70 chasseurs japonais même si la majorité des dix avions abattus le sont par la DCA japonaise.

Les croiseurs Atago Maya Takao Mogami Chikuma, Agano et Noshiro ainsi que les destroyers Fujinami et Amagiri sont touchés, le seul navire intact est le Suzuya. Tous les navires regagneront le Japon à l'exception des Maya et des Agano.

Un nouveau raid est lancé le 11 novembre, avec la TF38 et le TG 50.3 du contre-amiral Alfred E. Montgomery avec les porte-avions Essex Bunker Hill et Independence. Le destroyer Suzunami est coulé, deux croiseurs légers et trois destroyers sont endommagés. Le lendemain, l'aviation embarquée japonaise est retirée de Rabaul.

Dans le cadre de l'offensive sur les îles Gilbert, le Saratoga accompagné du Princeton et formant la TG 50.4 bombarde Nauru le 19 novembre avant de couvrir les transports se rendant à Makin et à Tarawa, à bord se trouvant le 5ème corps amphibie (2ème division de Marines et la 27ème DI).

Après un an en opérations, les réparations sont plus que nécessaires et il quitte la zone des combats le 30 novembre pour remise en état aux Etats Unis. Il entra en carénage à San Francisco du 9 décembre 1943 au 3 janvier 1944, sa DCA étant renforcée (60 canons de 40mm à place de 36 canons de 20mm).

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa62
Le USS Saratoga (CV-3) en 1944

Le porte-avions retrouva le Pacifique, arrivant à Pearl Harbor le 7 janvier 1944 et après une brève période d'entrainement, il appareille le 19 janvier avec les porte-avions légers Langley et Princeton pour soutenir la prise des îles Marshall.

Les avions de «Sister Sara» bombardèrent pendant trois jours les îles de Wotje et Taroa (29-31 janvier) puis Engebi, l'île principale d'Eniwetok (3-6 et 10-12 février). Un dernier raid eu lieu le 16 février, la veille du débarquement avant que les avions du Saratoga n'assurent des missions de couverture aérienne et d'appui rapproché et ce jusqu'au 28 février.

Outre le Pacifique, le Saratoga opère dans l'Océan Indien,Les britanniques manquant de porte-avions pour le raid sur Sumatra. C'est ainsi que le Saratoga appareille de Majuro le 4 mars avec trois destroyers et rallie l'Eastern Fleet via Hobart et Fremantle à la mer le 27 avant d'arriver  à Trincomalee le 31 mars.

Sous le commandement de l'amiral Somerville, il appareille le 16 avril avec le porte-avions Illustrious, les cuirassés britanniques Queen Elizabeth et Valiant, le croiseur de bataille Renown, le cuirassé français Richelieu, cinq croiseurs et quinze destroyers. Ses avions bombardent Sabang le 19 avril.

Après une escale à Trincomalee, il reprend la mer le 6 mai avec les mêmes navires de ligne, cinq croiseurs et quatorze destroyers  pour bombarder Soerabaja le 17 mai.

Le Saratoga quitte l'Estern Fleet le lendemain pour une remise en état à Bremerton où il arrive le 10 juin 1944. Le 24 septembre  il était de retour à Pearl Harbor pour commencer son entrainement au combat de nuit, pratique que le porte-avions avait expérimenté dès 1931. Il resta ainsi à l'arrière jusqu'en janvier 1945, plus précisement le 29 quand il appareilla pour couvrir de nuit les opérations sur Iwo Jima en compagnie de l'Enterprise.

Le Saratoga arriva à Ulithi le 7 février qu'il quitta trois jours plus tard avec l'Enteprise et quatre autres groupes de porte-avions. Il couvrit le débarquement des Marines à Tinian le 12 février avant de bombarder le Japon les 16 et 17 février pour divertir les japonais alors que les débarquements sur Iwo Jima étaient imminents, le «Sara» assurant la couverture de chasse mais face à l'absence de réaction japonaise, ses avions mitraillèrent deux aérodromes japonais. Après un ravitaillement en carburant les 18, 19 et 21 février, le Saratoga fût détaché avec trois destroyers pour couvrir de nuit les opérations amphibies au dessus de Iwo Jima et de Chi-chi Jima.

Le 21 février vers 17.00 alors qu'il s'approchait de sa zone de déploiement, il subit une attaque aérienne, un kamikaze s'écrase sur le pont d'envol l'endommageant gravement. Cependant à 20.15 les incendies étaient sous contrôle et le porte-avions pouvait récupérer ses avions mais il du mettre cap sur Eniwetok pour être capable de traverser le Pacifique puisque la remise en état définitif devait avoir lieu à Bremerton où il arriva le 16 mars.  

Le 22 mai, le Saratoga quitta le Puget Sound (où se trouve l'arsenal de Bremerton) pour assurer la formations de pilote à Pearl Harbor où il arriva le 3 juin.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa64
Le USS Saratoga (CV-3 à Alameda en septembre 1945 en compagnie de l'Enterprise, du Hornet et du San Jacinto

Il continua ses opérations d'entrainement jusqu'au 6 septembre 1945. le 9 septembre, il embarqua pour les Etats Unis dans le cadre de l'opération Magic Carpet 3712 vétérans de la marine, les 3712 premiers vétérans sur les 29204 hommes que «Sister Sara» allait rapatrier, ce qui constituait record. Le Saratoga possédait à l'époque le record du plus grand nombre d'appontages : 98549 en 17 ans de service.  

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa65
Le Saratoga lors de l'opération MAGIC CARPET

Avec la présence d'un grand nombre d'Essex bien plus modernes, le Saratoga n'était plus nécessaire pour la marine américaine et il fût décidé de l'utiliser comme cible dans le cadre de l'opération CROSSROADS, un série de tests nucléaires destinés à vérifier les capacités d'encaissement et de résistance des navires de guerre aux bombes atomiques.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa66
Des photos de l'opération CROSSROADS
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa67

Les américains vont utiliser des navires désarmés mais aussi des navires ennemis capturés comme le cuirassé Nagato et le croiseur lourd Prinz Eugen.

Les tests demandés par le BuShip sont autorisés par Truman le 11 janvier 1946. C'est le vice-amiral William Blandy qui reçoit la responsabilité de l'opération. Le lieu choisit est l'atoll de Bikini. Pas moins de 251 navires sont engagés, la majorité servant de cibles.

Ces derniers sont regroupés dans un TG-1.2 avec notamment les porte-avions Saratoga et Independence, les cuirassés Arkansas, New York Pennsylvania et Nagato, les croiseurs Pensacola, Salt Lake City, Prinz Eugen et Sakawa, 17 destroyers, 8 sous marins, dix LST, un LCI, 30 LCT et 25 transports sous le commandement du contre-amiral Fahrion à bord du croiseur Fall River, ce TG étant complété par des remorqueurs et des bâtiments de sauvetage.

La sécurité de la zone et le soutien est ainsi assuré par trois porte-avions (deux d'escorte les Saidor et Bairoko et un d'escadre le Shangri La) un croiseur, 14 destroyers, 15 transports de personnel, 105 navires divers et 156 avions, le tout armé par 42000 hommes.

Trois essais sont prévus initialement à partir du 15 mai mais reportés au 1er juin à la demande de Truman avec une bombe larguée par avion, une bombe immergée à faible profondeur et une autre explosant par grand fond.

Après une dernière répétition avec une bombe au phosphore réalisé le 24 juin, le premier tir baptisé ABLE est réalisé le 1er juillet, l'engin étant largué par un B29 et explosant à 158m d'altitude à 650m de la cible, le Nevada.

Les bâtiments présents près du point zéro sont coulés mais passé 700m les bâtiments sont restés à flot quoique sévèrement endommagés. Quand à ceux se trouvant entre 700 et 1400m _dont le Saratoga placé à 2265m du point zéro_ les dégâts sont minimes tout comme la radioactivité ce qui permet d'envoyer des équipes à bord quelques heures seulement après le tir.

Pour le deuxième tir baptisé BAKER, le Saratoga est placé 450m du point zéro, un chaland le LSM60 sous lequel se trouve l'engin à 27m. L'explosion à lieu le 25 février et le Saratoga est sévèrement endommagé, coulant 7h30 après le tir.

Il est rayé du Naval Vessel Register le 15 août 1946. L'épave situé à 12m de profondeur est une attraction pour plongeurs, le niveau de radioactivité étant aujourd'hui minime.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa10
Dessin de l'épave du Saratoga telle qu'elle repose dans l'atoll de Bikini

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Ven 11 Oct 2019, 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptyJeu 10 Oct 2019, 14:04

Le 21 février 1945 le Saratoga est attaqué par 6 avions, cinq d'entre eux placent leur bombe de 250 kg sur le PA et trois d'entre eux de surcroit se crashent sur le bâtiment. Les dommages à l'avant du pont d'envol et dans le hangar sont considérables ont compte plus de 120 morts et 200 blessés ...
Le groupe aérien du PA assurait les missions de protection nocturne de la TF 58 et le Saratoga opérait seul, ce qui fut reconnu comme étant une erreur. Mitscher demanda par la suite qu'il n'y ait plus de groupe aérien spécialisé "nuit" mais que chaque PA ait un volant d'équipages ayant les qualifs nocturnes.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10874
Age : 37
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptySam 12 Oct 2019, 15:14

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe39

Déplacement :   Lexington standard 37000 tonnes pleine charge 43746 tonnes Saratoga standard 36578 tonnes pleine charge 43746 tonnes

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le39
Le pont d'envol du Lexington (ci-dessu) et les "dessous" de dame Saratoga
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa68

Dimensions :  longueur 270.7m largeur 32.3m tirant d'eau : 7.4m (9.3m à pleine charge). La coque est muni d'un bulbe d'étrave pour améliorer la tenue à la mer.

L'ilôt abrite la passerelle de navigation et celle de commandement, la tour de contrôle aviation se situe sur l'arrière de la cheminée.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa69
l'ilôt et l'ascenseur avant du Saratoga

Propulsion :  4 groupes de turbines à engrenages alimentées par 16 chaudières, la transmission aux 4 hélices quadripales de 4.50m de diamètre se faisant par une transmission turbo-électrique : les turbines produisent du courant qui alimente des moteurs électriques entraînant les arbres d'hélice. La puissance développée est de 1800000ch

6795 tonnes de mazout sont en théorie embarquées mais seulement 4500 tonnes sont utilisables pour servir de ballastage et compenser le poids des tourelles doubles de 203mm.

Performances : vitesse maximale 33.25 noeuds distance franchissable : 9910 miles nautiques à 10.7 noeuds

Protection : ceinture blindée de 127 à 178mm troisième pont blindé à 51mm pont blindé de 76 à 114mm au dessus des soutes à munitions et du système propulsif. Tourelles 19mm Bulkheads 127 à 178mm

Armement :

Durant l'entre-deux-guerre la hantise des amiraux était qu'un porte-avions soit surpris par un croiseur ou un cuirassé. La destruction du Glorious par les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau prouvant que cette crainte était tout sauf infondée.

Voilà pourquoi tous les porte-avions de première génération possédaient un armement antisurface solide. Si les britanniques et les français étaient relativement sages (canons de 120 à 152mm pour les premiers, 155mm pour le Béarn), les américains et les japonais allèrent plus loin en installant des canons de 203mm, le calibre des croiseurs type Washington.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Tourel12
Tourelles doubles de 203mm du porte-avions Lexington (CV-2)

C'est ainsi que les Lexington et Saratoga disposaient de huit canons de 203mm Mark 9 en quatre tourelles doubles, deux installées devant l'ilôt et deux autres installées derrière la petite cheminée des porte-avions.

En théorie ces canons pouvaient tirer à tribord comme à bâbord mais le souffle aurait certainement gravement endommagé le pont d'envol.

Ce canon de 55 calibres (longueur du tube 11.165m) tire des obus de 118kg à une distance comprise entre 5490m (élévation : +2°) et 29131m (élévation : +41°) à raison de 3 ou 4 coups par minute.

La tourelle double pèse 190 tonnes et peut pointer en site de -10° à +41° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° par seconde, le rechargement se faisant à +9°. La dotation en munitions est de 300 coups par tourelle soit un total de 1200 obus embarqués.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa70
Canons de 127mm de 25 calibres à bord du Saratoga

-12 canons de 127mm de 25 calibres Mark 11 en 12 affûts simples, six à tribord et six à bâbord. Ce canon de 25 calibre tire des obus de 36kg à une distance maximale de 13259m (site : +45°) à raison de 15 à 20 coups par minute. Ce canon pouvait pointer en site de -10° à +45° et en azimut sur 150°. Chaque canon disposait de 200 obus soit un stock de 2400 projectiles.  

-Il n'y avait aucune DCA légère à  leur mise en service mais quelques mitrailleuses de 12.7mm Browning à refroidissement par eau furent embarquées peu après la mise en service, le Lexington en possédant 24 au moment de sa destruction. La portée maximale était de 1500m et la cadence de tir variait de 550 à 700 coups par minute.

-Ces mitrailleuses furent remplacées par des canons de 20mm Oerlikon plus performants, un canon tirant des projectiles de 0.123kg à une distance maximale de 4400m (910m en pratique) sachant la cadence de tir était de 450 coups par minute (250 à 320 coups par minute). Fin 1942, le Saratoga possédait cinquante-deux de ces canons.

Normalement le canon léger antiaérien standard de la marine américaine aurait du être un canon de 28mm en affût quadruple mais la mise au point à être très longue et les performances très décevantes.

En attendant qu'il soit prêt, les Lexington reçoivent cinq canons de 76mm Mark 10 en affûts simples, des canons tirant un obus de 5.9kg avec un plafond antiaérien de 9100m.

Cinq affûts quadruples de 28mm sont embarquées sur les Lexington fin 1941-début 1942. Le projectile tirait pesait 410g avait une portée maximale effective de 2700m mais la cadence de tir de 150 coups par minute était rarement pour ne pas dire jamais atteint car les chargeurs ne contenaient que huit coups. Ce canon se révéla être un échec et il fût promptement remplacé par des canons de 40mm Bofors produits sous licence.

Le célébrissime 40mm Bofors tire un projectile de 900g à une distance maximale de 10000m 3700 à 4600m en pratique), la cadence de tir de ce canon installé en affûts doubles ou quadruples atteignait 160 coups par minute. Début 1944, le Saratoga possédait 96 canons de ce type (vingt-trois affûts quadruples et deux affûts doubles).

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa71
Tourelles doubles de 127mm et l'ilôt du Saratoga

-Dès 1940 la marine américaine avait prit la décision de débarquer les canons de 203mm par quatre tourelles doubles de 127mm à double usage (dualpurpose) antisurface et antiaérien. Les canons de 127mm de 25 calibres devaient également être remplacés par des canons de 127mm en affûts simples mais par nombre pour nombre car le nouveau canon était plus lourd que l'ancien.

Ces canons tiraient des obus de 25kg à une portée maximale en tir antisurface de 16600m et une cadence de tir supérieure à 20 coups par minute.

Le Lexington perdit ses canons de 203mm quelques mois seulement avant sa destruction mais ils ne sont pas remplacés par des canons de 127mm mais par sept affûts quadruples de 28mm, une mesure temporaire qui devint définitive puisque le navire fût coulé avant les travaux qui auraient probablement eut lieu si le porte-avions avait survécu à ses avaries de la bataille de la mer de Corail. Le Saratoga perdit ses canons de 203mm lors des réparations suivant son torpillage, les pièces renforçant les défenses côtières d'Oahu.

Electronique
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Radar_10
Radar CXAM-1

-Les tourelles de 203mm supérieure avant et supérieure arrière disposait d'un télémètre Mark 30 pour le tir en autonomie au cas où les deux contrôle de tir Mark 18 installés sur l'ilôt auraient été détruits avec leurs télémètres de 6.1m.

-Chaque groupe de trois canons de 127mm disposait d'un contrôle de tir Mark 19 qui ne fût finalement pas remplacé par des systèmes de contrôle de tir Mark 33.

-Le Saratoga reçoit en février 1941 un radar de veille aérienne avancée CXAM-1 puis fin 1941 deux radars de conduite de tir antisurface FC (Mk3) qui sont cependant débarqués en même temps que les canons de 203mm en janvier 1942.

-Le nouvel armement à double-usage était contrôlé par deux contrôle de tir Mk 37 qui disposaient chacun un radar de conduite de tir antiaérienne FD Mk4. Le remplacement des canons de 28mm par des Bofors de 40mm entraîna l'installation de cinq directeurs de tir Mark 51.

Installations aéronautiques :
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa72
pont d'envol du Saratoga à la fin de la guerre

-Pont d'envol en teck de 264m de long sur 32.3m de large

-Le Lexington possède une catapulte Norden F Mk I pouvant lancer un avion de 4.5 tonnes sur 47m à la vitesse de 56km/h. Cette catapulte est débarquée en 1934 et ne sera pas remplacée.

-Le Saratoga reçoit en 1944 deux catapultes H Mk II qui peuvent lancer un avion de 3.2 tonnes à 112km/h sur une distance de 18m.

-Douze brins d'arrêt

-Hangar de 129.2m de long sur 20.7 à 22.6m de large et un clair de hangar de 6.1m. Jusqu'aux Forrestal, aucun porte-avions américain n'avait un hangar aussi haut. La surface globale est de 3114.9m²

-La largeur du hangar est limité est par les conduits de cheminée et le compartiments destiné aux embarcations.

-Un rideau métallique peut couper le hangar en deux juste devant l'ascenseur arrière.

-Atelier aviation de 32.39m de long installé à l'arrière du hangar avec juste en dessous un vaste compartiment pour abriter des appareils démontés.

-Deux ascenseurs hydrauliques axiaux, un ascenseur avant de 9.1x18.3m (7257kg de capacité) et un ascenseur arrière de 9.1x11m (2721.6kg). L'ascenseur avant pouvait être agrandit avec un ascenseur «auxiliaire» dans son prolongement, un ascenseur de 6.1m sur 7.9m avec une capacité de 5400kg

-Deux élévateurs pour bombes et un élévateur pour torpilles

-Une grue de dix tonnes

-Huit citernes pour carburant aviation d'une capacité totalee de 500670 litres.

Groupe aérien :

-Les Lexington ont été conçus pour pouvoir embarquer soixante-dix huit appareils de différents types dont trente-six bombardiers mais ce nombre augmenta quand l'US Navy adopta le principe d'embarquer des avions démontés.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa73
Vought O2U Corsair et le Saratoga en arrière plan

-A leur mise en service, «Lady Lex» et «Sister-Sara» disposaient de chasseurs Curtiss F6C et Boeing FB, d'avions d'observation Vought O2U Corsair et de bombardiers-torpilleurs Martin T4M

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_le40
Martin T4M

En 1936, le groupe aérien des Lexington se composait de dix huit chasseurs Grumman F2F-1, de dix-huit chasseurs Boeing F4B-4 (plus neuf F2F démontés), vingt bombardiers en piqué Vought SBU Corsair (+ 10 appareils démontés) et dix-huit bombardiers-torpilleurs Great Lakes BG (+ neuf appareils démontés), deux hydravions amphibies Grumman JF Duck (plus une démonté) et trois avions d'observation Vought O2U Corsair (+ 1 appareil démonté) soit soixante-dix neufs appareils armés et trente appareils démontés.

En décembre 1941, le USS Lexington (CV-2) transporte dix-huit bombardiers en piqué Vought SB2U Vindicator de l'Aviation des Marines pour renforcer les défenses de l'atoll de Midway. Il embarque en même temps soixante-cinq appareils dont 17 Brewster F2A Buffalo.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa74
Dauntless et Hellcat
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa75

Durant la malheureuse expédition de secours de l'île de Wake, son sister-ship embarquait treize Grumman F4F Wildcat, quarante-deux bombardiers en piqué Douglas SBD Dauntless et onze bombardiers-torpilleurs Douglas TBD Devastator.

Il embarquait également quatorze Buffalos pour renforcer l'aviation des Marines, avions qui ne furent jamais livrés puisque les américains annulèrent l'expédition de secours suite à la présence de deux porte-avions japonais.

Juste avant la bataille des Salomons Orientales (24-25 août 1942), le Saratoga embarquait 90 appareils dont 37 F4F Wildcat, 37 Douglas SBD Dauntless et 16 Grummant TBF Avenger.

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa76
"Slow but Deadly"

Début 1945, le groupe aérien du Saratoga comprend cinquante-trois Grumman F6F Hellcat et dix-sept Grumman TBF Avenger.

Equipage :  2122 hommes

FIN

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 12012
Age : 39
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptySam 12 Oct 2019, 16:22

Citation :
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Classe39
[…] PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa69 l'ilôt et l'ascenseur avant du Saratoga
Propulsion :  4 groupes de turbines à engrenages alimentées par 16 chaudières, la transmission aux 4 hélices quadripales de 4.50m de diamètre se faisant par une transmission turbo-électrique : les turbines produisent du courant qui alimente des moteurs électriques entraînant les arbres d'hélice. La puissance développée est de 1800000ch
Un million huit cent mille chevaux ? Ça paraît un peu beaucoup…
Citation :
[…] Installations aéronautiques :
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Uss_sa72 pont d'envol du Saratoga à la fin de la guerre

-Pont d'envol en teck de 264m de long sur 32.3m de large

-Le Lexington possède une catapulte Norden F Mk I pouvant lancer un avion de 4.5 tonnes sur 47m à la vitesse de 56km/h. Cette catapulte est débarquée en 1934 et ne sera pas remplacée. […]
Ça serait intéressant de détailler cette catapulte à volant d'inertie (me semble-t-il).
Revenir en haut Aller en bas
pascal
Vice-amiral
Vice-amiral
pascal

Masculin
Nombre de messages : 6224
Age : 56
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) EmptySam 12 Oct 2019, 16:30

Citation :
Ça serait intéressant de détailler cette catapulte à volant d'inertie (me semble-t-il).
çà a été fait ... tu as pris de mémoire part aux débats ...
faut pas vieillir thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)   PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PORTE-AVIONS CLASSE LEXINGTON (ETATS-UNIS) (NV) (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LES NAVIRES 1922-1950-
Sauter vers: