AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyJeu 23 Mai 2019, 13:14

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH
(GRANDE-BRETAGNE)

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu44
Le paquebot Queen Elizabeth paré pour son premier voyage inaugural le 16 octobre 1946

AVANT-PROPOS

Les Grandes Liners britanniques

Appendice

Définir un grand paquebot est difficile. La taille ? Oui  pourquoi pas . Les prouesses techniques ? Cela peut effectivement permet de faire la différence entre un grand et un petit paquebot même si certaines  petites unités peuvent être à la pointe de la technologie. Le luxe ? Pas vraiment à mon sens.

Pour éviter un débat éternel j'ai décidé tout simplement de faire comme pour mon article sur le Wilhelm Gustloff  à savoir de parler uniquement des principaux paquebots britanniques ayant acquis le Ruban Bleu .

La classe Oceanic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_at10
Le RMS Atlantic

En 1868, la White Star Line  est rachetée par Thomas Henry Ismay. Elle investit massivement  en commandant quatre paquebots baptisés Oceanic, Atlantic, Baltic et Republic, quatre navires dont la construction est attribuée aux chantiers Harland & Wolff de Belfast.

Ces navires à coque en fer, sont propulsés par des machines verticales à triple expansion alimentées par douze chaudières à vapeur. Déplaçant 3707 tonnes de jauge brut, ils mesuraient 128.01m de long et 12.47m de large.

Ils peuvent transporter 166 passagers de 1ère classe et 1000 autres en entrepont et disposent d'un équipage de 143 hommes.

Devant le succès de ces navires, deux autres navires sont commandés, des navires  baptisés Adriatic  et Celtic, ces deux navires étant plus grands (133.26m) et plus lourds (3888 tjb pour le premier 3867 pour le second).

Sur ces six navires, seulement deux vont s'emparer du Ruban Bleu. L'Adriatic  s'empare de la prestigieuse décoration en mai 1872. Il réalise la traversée Queenstown (auj. Cobh en Irlande près de Cork)-Sandy Hook (New-Jersey)  du 17 au 25 mai, une traversée réalisée en 7 jours, 23h et 17 minutes à la vitesse maximale de 14.53 nœuds.

Le Baltic s'empare lui de la prestigieuse décoration en janvier 1873, réalisant la traversée Sandy Hook-Queenstown du 11 au 19 janvier, traversée réalisée en 7 jours, 20h et 9 minutes à la vitesse maximale de 15.09 nœuds.

L'Oceanic sert au sein de la White Star Line de 1871 à 1875 (démoli en 1896), l'Atlantic  du 8 juin 1871 au 1er avril 1873, date à laquelle il est victime d'un accident fatal, heurtant le rocher Marr's Head près d'Halifax (585 morts sur 931 personnes embarquées), le Baltic  sert de 1871 à 1888 (coule en 1898 après avoir heurté une épave), le Republic de 1872 à 1889 (démoli en 1910), l'Adriatic  de 1872 à 1897, carrière marquée par de nombreuses collisions et autres incidents (démoli en 1899) et enfin le Celtic de 1872 à 1893 (démoli en 1898 à Brest).

La classe Britannic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_br12
Le RMS Britannic

Les deux paquebots de classe Britannic (Britannic et Germanic) sont construits pour la White Star Line  par les chantiers Harland & Wolff sis à Belfast. Le premier est mis en service le 25 juin 1874, le second le 30 mai 1875.

Déplaçant environ 5000 tonnes de jauge brute (5004  pour le premier 5000 pour le second), ils mesuraient 143.26m de long pour 13.77m de large, transportant 1720 passagers (220 en 1ère classe 1500 en 3ème classe).

Le Britannic détient deux fois le Ruban Bleu. La première fois c'est dans le sens Queenstown-Sandy Hook du 27 octobre au 4  novembre 1876 , une traversée effectuée à la vitesse de 15.43 nœuds (7 jours 13h et 11 minutes). La seconde fois c'est dans le sens Sandy Hook-Queenstown du 16 au 24 décembre 1876 à la vitesse maximale de 15.94 nœuds (7 jours 12h et 41 minutes).

Le Germanic lui le détient trois fois. La première fois dans le sens Queenstown-Sandy Hook du 30 juillet au 7 août 1875 à 14.65 nœuds (7 jours 23h et 7 minutes), la seconde fois dans le sens Sandy Hook-Queenstown du 5 au 13 février 1876 à 15.79 nœuds (7 jours 15h, 37 minutes) et la troisième fois dans le sens Queenstown-Sandy Hook du 6 au 13 avril 1877 à 15.76 nœuds (7 jours 11h et 37 minutes).

Le City of Berlin
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Ss_cit11

Paquebot construit par les chantiers navals Cair & Company de Greenock pour la compagnie Inman Line, il est mis en service le 29 avril 1875. Déplaçant 5491 tonnes de jauge brute, il mesure 148.93m de long sur 13.47m de large. Il pouvait emporter 202 passagers de 1ère classe et 1500 passagers en entrepont.

Il est utilisé de 1875 à 1893 par la compagnie Inman Line. Sa carrière va se poursuivre comme paquebot civil jusqu'en 1898 quand il est racheté par le gouvernement américain, poursuivant son activité jusqu'à sa démolition en 1921.

A deux reprises, il détient le Ruban Bleu, la première fois dans le sens Queenstown-Sandy Hook du 17 au 25 septembre 1875 (15.21 nœuds 7 jours 18h et 2 minutes) et la seconde fois dans le sens inverse Sandy Hook-Queenstown du 2 au 10 octobre 1875 (15.37 nœuds 7 jours 15h et 28 minutes).

L'Arizona
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) S_s_ar11

Navire construit par les chantiers navals Fairfield Shipbuilding and Engineering Company à Govan pour la Guion Line, il est mis en service le 31 mai 1879.

Déplaçant 5147 tonnes de jauge brute, il mesurait 137.22m de long et 13.84m de large, transportant 140 passagers de 1ère classe, 70 de 2ème classe et 1000 de 3ème classe à la vitesse de 16 nœuds.

Servant sous le pavillon de son constructeur jusqu'en 1886, il arrache une fois le Ruban Bleu, dans le sens Sandy Hook-Queenstown en juillet 1879, effectuant la traversée en 7 jours, 8h et 11 minutes à la vitesse de 15.96 nœuds. Acquis par l'US Navy en 1902, devenu le USS Hancock il est vendu à la démolition en mai 1926.

L'Alaska
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Alaska11

Construit dans le même chantier que le précédent pour le même armateur que le précédent, l'Alaska était un navire de 6932 tonnes de jauge brute, mesurant 158.50m de long sur 15.24m de large, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 16 nœuds, transportant ainsi 350 passagers de 1ère classe et 1000 en entrepont.

A six reprises, le paquebot va être le prestigieux détenteur du Ruban Bleu, à quatre reprises dans le sens est-ouest (Queenstown-Sandy Hook) et à deux reprises dans le sens ouest-est (Sandy Hook-Queenstown).

Du 9 au 16 avril 1882, il réalise la traversée est-ouest en 7 jours, 6h et 20 minutes (16.07 nœuds) améliorant sa performance du 14 au 21 mai 1882 (7 jours 4h et 12 minutes à 16.67 nœuds), du 18 au 25 juin 1882 (7 jours 1h et 58 minutes à 16.98 nœuds) et du 29 avril au 6 mai 1883 (6 jours 23h et 48 minutes à 17.05 nœuds).

Dans le sens ouest-est, il obtient le ruban bleu du 30 mai au 6 juin 1882 (6 jours et 22h) puis du 12 au 19 septembre 1882 (6 jours 18h et 37 minutes).

Désarmé en 1894 suite aux difficultés  financières de son armateur, il est vendu en 1897. Il est finalement démoli en septembre 1902.

L'Oregon
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) S_s_or11

Troisième unité construite à Govan pour la compagnie Guion, l'Oregon est mis en service en 1884. Il va devenir le plus rapide paquebot à traverser l'Atlantique. Déplaçant 7375 tonnes de jauge brute, il mesurait 158.80m de long sur 16.46m de large, transportant 340 passagers en 1ère classe, 92 en 2ème classe et 1000 passagers en entrepont soit 1432 passagers.

Son voyage inaugural à lieu en octobre 1883, sa carrière va durer jusqu'au 14 mars 1896 quand il sombre suite à une collision.

A cinq reprises l'Oregon va posséder le Ruban Bleu, quatre dans le sens ouest-est (Sandy Hook-Queenstown) et un dans le sens est-ouest (Queenstown-Sandy Hook).

Dans le sens est-ouest, il traverse l'Atlantique du 13 au 19 avril 1884 à la vitesse maximale de 18.56 nœuds, effectuant la traversée (6 jours, 10h et 10 minutes).

Dans le sens ouest-est, l'Oregon traverse l'Atlantique toujours plus rapidement, la première fois du 29 mars au 5 avril 1884 à 17.12 nœuds (7 jours, 2h et 18 minutes), la deuxième fois du 26 avril au 3 mai à 18.09 nœuds (6 jours 16h et 57 minutes), la troisième fois du 30 juillet au 6 août 1884 à 18.18 nœuds (6 jours, 12h et 54 minutes) et la quatrième fois du 3 au 10 septembre 1884 à 18.39 nœuds (6 jours, 11h et 9 minutes).

Classe Etruria
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Etruri11
Le RMS Etruria

Ces deux paquebots sont construits à Govan pour la Cunard. Ils déplacent 7718 tonnes de jauge brute, mesurant 158.19m de long sur 17.43m de large. Ils pouvaient transporter 550 passagers de 1ère classe et 800 en 2ème classe puis après 1892, 500 passagers de 1ère classe, 160 en 2ème classe et 800 en 3ème classe.

Si l'Etruria  est en service de mars 1885 à 1909 (démoli en 1910), l'Umbria  l'est de novembre 1884 à 1910.

L'Etruria  va posséder le ruban bleu à quatre reprises, deux dans chaque sens. Pour le sens est-ouest, le paquebot effectue la traversée Sandy Hook-Queenstown du 1er au 7 août 1885 à 18.44 nœuds (6 jours et 9h) et du 7 au 14 juillet 1888 à 19.36 nœuds (6 jours 4h et 50 minutes).

Pour le sens ouest-est, il effectue la traversée du 16 au 22 août 1885 à 18.73 nœuds (6 jours 5h et 31 minutes) et du 27 mai au 2 juin 1888 à 19.56 nœuds (6 jours, 1h et 55 minutes).

L'Umbria lui ne détient qu'à une reprise le ruban bleu. Du 29 mai au 4 juin 1887, il traverse l'Atlantique d'est en ouest à 19.22 nœuds en 6 jours 4heures et 12 minutes.

Le City of Paris II
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) City_o12

Construit à Clydebank pour l'Inman Line, il est mis en service le 3 avril 1889. Il déplaçait 10499 tonnes de jauge brute, mesurant 170.69m de long sur 19.26m de large. Il transportait 540 passagers de 1ère classe, 200 de 2ème classe, 1000 de 3ème classe, le tout servit par un équipage de 362 membres. Après une très longue carrière, le City of Paris II  devenu le Paris, changeant plusieurs fois de nom avant d'être démoli en 1923.

A cinq reprises, il remporte le Ruban Bleu. Dans le sens ouest-est il détient la prestigieuse décoration suite à sa traversée du 15 au 22 mai 1889 en 6 jours, 0h et 29 minutes à 20.03 nœuds.

A quatre reprises il le détient dans le sens est-ouest, améliorant chaque fois la performance, la première traversée record du 2 au 8 mai 1889 en 5 jours, 23h et 7 minutes à 19.95 nœuds.

La deuxième à lieu du 22 au 28 août 1889 en 5 jours, 19h et 18 minutes à 20.01 nœuds, la troisième du 20 au 27 juillet 1892 en 5 jours 15h et 58 minutes à 20.48 nœuds et enfin du 13 au 18 octobre 1892 en 5 jours, 14h et 24 minutes à 20.70 nœuds.

Le City of New-York III
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) City_o13

C'est le sister-ship du précédent. Il est effectue son voyage inaugural le 1er août 1888. Devenu le New-York  en 1893, il participe à la guerre hispano-américaine en 1898 puis au premier conflit mondial à chaque fois comme transport de troupes.

Il décroche son premier et unique ruban bleu lors d'une traversée Sandy Hook-Queenstown du 17 au 23 août 1892 en 5 jours, 19h et 57 minutes à 20.11 nœuds.

Le  Majestic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_ma13

Construit à Belfast aux chantiers navals Harland & Wolff , il à été livré à la White Star Line le 22 mars 1893. Déplaçant 9965 de tonnes de jauge brute, mesurant 177.39m de long sur 17.62m de large, il peut embarquer 300 passagers en 1ère classe, 190 en 2ème et 1000 en 3ème soit un total de 1490 passagers.

Effectuant son voyage inaugural le 2 avril 1890, il obtient le ruban bleu en reliant Queenstown (auj. Cobh Irlande) à Sandy Hook (New-Jersey) du 30 juillet au 5 août en 5 jours, 18h et 8 minutes à la vitesse de 20.10 nœuds.

Après une longue carrière, le paquebot est mis en réserve en 1911. Il reprend brièvement du service pour remplacer le Titanic. Il est définitivement désarmé en 1914 et démoli.

Le Teutonic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_te11

C'est le sister-ship du précédent. Effectuant son voyage inaugural le 7 août 1889, il est le dernier navire de la White Star Line à décrocher le ruban bleu. Du 13 au 19 août, il relie Queenstown à Sandy Hook en 5 jours, 16h et 31 minutes à la vitesse de 20.35 nœuds. Il sert de croiseur auxiliaire entre 1914 et 1918, reprend ensuite sa carrière de navire de croisière avant d'être démoli en 1921 à Emden en Allemagne.

Le  Campania
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_ca11

Construit pour la compagnie Cunard, il effectue son voyage inaugural le 22 avril 1893. Il déplaçait 12950 tonnes de jauge brut, mesurant 189.59m de long sur 19.26m de large, fonctionnant avec des machines verticales à triple expansion, les  plus grandes du monde (cette technologie atteint ses limites). Avec 31000ch, il peut atteindre la vitesse de 22 nœuds.

Avec son équipage de 424hs, il pouvait transporter 600 passagers de 1ère classe, 400 en 2ème classe et 1000 en 3ème classe. Financé en partie par l'Amirauté, il pouvait être transformé en croiseur auxiliaire (Armed Merchant Cruiser AMC)  en temps de guerre.

Du 6 au 12 mai 1894 le paquebot relie Sandy Hook à Queenstown en 5 jours, 17h et 27 minutes à la vitesse de 21.30 nœuds. Du 12 au 17 août 1894, il relie Queenstown à Sandy Hook en 5 jours, 9h et 29 minutes à la vitesse de 21.44 nœuds.

Réquisitionné au début du premier conflit mondial, il sert notamment de porte-hydravions, étant coulé le 5 novembre 1918 dans le Firth of Forth. Elle est pétardée sur place.

Le  Lucania
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Lucani11

Construit lui aussi pour la Cunard, le sister-ship du précédent effectue son voyage inaugural le 2 septembre 1893, Il détient à plusieurs reprises le Ruban Bleu.

Dans le sens Sandy Hook-Queenstown, il réalise sa meilleure performance du 18 au 24 mai 1895, effectuant la traversée en 5 jours, 11h et 40 minutes à la vitesse maximale de 22 nœuds. Dans le sens Queenstown-Sandy Hook, sa meilleure performance est réalisée du 21 au  26 octobre 1894, effectuant la traversée en 5 jours, 7h et 23 minutes à la vitesse maximale de 21,81 nœuds.

Mis en réserve en 1909, il est victime d'un incendie le 14 août 1909 qui l'endommage gravement et si l'inspection montre que les machines sont intactes, le navire est trop ancien pour que sa remise en état soit rentable. Il est donc vendu à la démolition et démantelé en 1909/1910

Le  Lusitania
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Lusita12

Depuis 1897, les armateurs britanniques assistent mortifiés à leur exclusion de la course au Ruban Bleu. En 1902 un accord est passé avec le gouvernement britannique qui accepte de financer partiellement la construction de deux super-paquebots transformables en croiseurs auxiliaires en cas de guerre. Outre le financement direct, le gouvernement se porte garant pour un prêt avantageux.

Destiné à la Cunard, ce paquebot est construit aux chantiers navals John Brown, il effectue son voyage inaugural le 7 septembre 1907.

Mesurant 236m de long sur 26.82m, déplaçant 31550 tonnes de jauge brut, il était propulsé par des turbines à engrenages. Avec son équipage de 802 officiers et marins, il pouvait transporter 563 passagers de 1ère classe, 464 en 2ème classe et 1138 en 3ème classe.

Le Lusitania et le Mauretania  vont régner sur l'Atlantique Nord, se livrant à une concurrence acharnée pour le Ruban Bleu.

Le Lusitania va détenir à cinq reprises le prestigieux ruban. Dans le sens ouest-est, il traverse l'Atlantique du 19 au 24 octobre 1907 en 4 jours 22h et 53 minutes à 23.61 nœuds.

Dans le sens opposé est-ouest, il réalise une traversée du 6 au 10 octobre 1907 en 4 jours 19h et 52 minutes à 23;99 nœuds suivit d'une seconde du 17 au 21 mai 1908 en 4 jours 20h et 22 minutes à 24.83 nœuds, d'une troisième du 5 au 10 juillet 1906 en 4 jours 19h et 36 minutes à 25.01 nœuds et enfin une quatrième du 8 au 12 août 1909 en 4 jours 16h et 40 minutes à 25.65 nœuds.

Il était initialement prévu de le réquisitionner comme croiseur auxiliaire mais finalement cette réquisition ne dure pas, le navire est trop gros et consomme trop de charbon.

Comme le blocus de la Royal Navy préserve la navigation commerciale de la Kaiserliche Marine, son service commercial reprend, la menace sous-marine n'étant pas considérée comme importante.

Le 7 mai 1915 alors qu'il se trouvait au large de l'Irlande (près du Fasnet à 12 miles des côtes de la verte Erin), le paquebot est torpillé par le sous-marin allemand U-20.

Il est touché par une torpille, commence à couler avant d'être foudroyé par une terrible explosion officiellement attribuée à l'explosion des chaudières mais en réalité causée par les munitions embarquées au mépris  de toutes les règles et conventions internationales.

Cette information ne sera reconnue qu'en 1972. Sur les 1158 ou 1195 passagers, seuls 703 sont sauvés.

Le Mauretania
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_ma14

Sister-ship du précédent, il effectue son voyage inaugural le 16 novembre 1907. Construit aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsen-upon-Tyne, il est plus grand que son sister-ship de 3m et est 400 tonneaux plus lourd. Sa carrière s'achève en septembre 1934 quand il est retiré du service et démoli.

En ce qui concerne le Ruban Bleu, le sister-ship du Mauretania va le détenir à neuf reprises, une fois dans le sens est-ouest et huit fois dans le sens opposé.

Durant la traversée Queenstown-Ambrose (qui remplace Sandy Hook comme marque d'enregistrement), le paquebot traverse l'Atlantique du 26 au 30 septembre 1909 en 4 jours, 10h et 51 minutes à 26.06 nœuds.

Durant la traversée en sens opposé, le Mauretania s'illustre donc à huit reprises. La première traversée relit Beady Hook à Queenstown du 30 novembre au 5 décembre 1907 en 4 jours 22h et 33 minutes à 23.69 nœuds alors que la second relie Sandy Hook à Queenstown du 25 au 30 janvier 1908 en 5 jours, 2h et 41 minutes à 23.90 nœuds.

La troisième traversée entre Sandy Hook et Queenstown à lieu du 7 au 12 mars 1908 5 jours et 5 minutes à 24.42 nœuds alors que la quatrième traversée entre Ambrose et Queenstown  du 3 au 8 février 1909 en 4 jours, 20h et 27 minutes à 25.16 nœuds.

La cinquième traversée (Ambrose-Queenstown) à lieu du 17 au 22 mars 1909 en 4 jours 18h et 35 minutes alors que la sixième du 5 au 10 mai  se déroule en 4 jours, 18h et 11 minutes à 25.70 nœuds.

La septième à lieu du 16 au 21 juin 1909 en 4 jours, 17h et 21 minutes à 25.88 nœuds. La huitième et dernière traversée à lieu du 20 au 25 août 1924 en 5 jours, 1h et 49 minutes à 26.25 nœuds.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Dim 26 Mai 2019, 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyVen 24 Mai 2019, 12:51

Cunard et White Star Line

Cunard
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Cunard11

La compagnie voit le jour en 1840 sous le nom de British & North American Royal Mail Steam Packet Company, compagnie fondée par Samuel Cunard et qui bénéficie de l'aide de l'ingénieur Robert Napier, pionnier de la propulsion vapeur.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Sir_sa11
Statue de Sir Samuel Cunard à Halifax

Opérant sur les traversées transatlantiques, la compagnie connait de sérieuses difficultés au début des années 1870. En 1879 elle est totalement restructurée et adoptée le nom de Cunard Steamship Company Ltd.

Elle concurrence sérieusement  la White Star Line et l'Inman Line. En 1902 elle obtient l'aide du gouvernement britannique pour financer la construction de deux grands paquebots, les Mauretania  et le Lusitania. Si le second est connu pour sa fin tragique, le premier est connu pour avoir conservé le Ruban Bleu de 1909 à 1929.

Après avoir subit des pertes durant le premier conflit mondial, la prestigieuse et vénérable compagnie subit la redoutable concurrence des paquebots italiens, allemands et français (Rex,Bremen,Europa,Normandie) et doit réagir.

Elle décide de faire construire deux super-paquebots baptisés Queen Mary  et Queen Elisabeth. Seulement voilà alors que la Grande Dépression faisait rage, la construction du premier nommé venait à peine de commencer.

Le gouvernement britannique proposa alors  le deal  suivant : une aide publique pour achever le Queen Mary et construire le Queen Elisabeth en échange de la fusion entre la Cunard et la White Star Line.

Cet accord est scellé en 1934 donnant naissance à la Cunard White Star Limited,  la Cunard possédant les 2/3 de la nouvelle compagnie laissant le tiers restant à la White Star. Cela entraîne également l'abandon de la construction de l'Oceanic  qui sans la crise économique aurait concurrencé le Queen Mary et le Normandie.

En 1947, la Cunard rachète les parts de la compagnie à son ancienne rivale ce qui permet à la  Cunard  White Star  Line  de redevenir la Cunard Line en 1950.

Au milieu des années cinquante, la compagnie arme douze paquebots sur des lignes transatlantiques entre les îles britanniques, le Canada et les Etats-Unis.

Cependant l'avenir des traversées hebdomadaires entre l'ancien et le nouveau monde est peu à peu compromis par l'arrivée d'avions à réaction capables de traverser l'Atlantique sans escale.

En 1968, la Cunard abandonne les traversées régulières de l'Atlantique, ses paquebots étant reconvertis sur le marché naissant de la croisière. En 1998, la compagnie est rachetée par Carnival Corporation et actuellement la compagnie aligne quelques grands paquebots comme le Queen Mary 2, le Queen Victoria et un nouveau Queen Elisabeth, des paquebots polyvalents capables aussi bien de traverser l'Atlantique que d'effectuer des croisières.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu45
Le RMS Queen Mary 2

White Star Line
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) White_11

La White Star Line voit le jour en 1845 pour exploiter un marché juteux à savoir celui de l'émigration vers l'Australie, le pays-continent connaissent une véritable ruée vers l'or, la population australienne passant de 430000 à 1.7 millions d'habitants. En 1864, elle fait construire son premier navire vapeur, le Royal Standard.

Quand le marché australien devint moins intéressant, la compagnie britannique décide de se concentrer sur la ligne Liverpool-New York mais en 1867 la compagnie fait faillite, ne disposant pas de navires suffisamment modernes pour faire face à la Cunard.

Le 18 janvier 1868, le financier Thomas Henry Ismay rachète la compagnie qui est juridiquement rebaptisée Ocean Steam Navigation Company  mais à l'usage le nom de White Star Line est utilisé pour des raisons commerciales.

La compagnie fait construire ses navires aux chantiers  navals Harland & Wolff  de Belfast, des navires se terminant essentiellement par le suffixe «ic». Avant la fin du 19ème siècle, cinq navires ont remporté du Ruban Bleu.

La compagnie joue à la fois sur les progrès techniques mais aussi sur le luxe de ses aménagements. En 1902, la compagnie intègre l'International  Mercantile Marine Co  du financier américain John Pierpont Morgan, la société devient américaine mais les navires arborent toujours  le pavillon britannique et sont toujours immatriculés à Liverpool.

La société concurrence sérieusement la Cunard avec des navires toujours plus gros, toujours plus rapides, toujours plus luxueux. L'euphorie est telle qu'on en oublie que la mer est un univers impitoyable. La catastrophe du Titanic  le 15 avril 1912 fait figure de piqûre de rappel, une coûteuse piqûre (plus de 1500 morts).

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_ti12
Le RMS Titanic dont le naufrage symbolise pour beaucoup la catastrophe maritime (alors qu'elle n'est pas la plus meurtrière)

Cette catastrophe entraîne la démission de Joseph Bruce Ismay (dont le comportement durant la catastrophe sera particulièrement déplorable) mettant la compagnie en difficulté, difficultés qui vont s'accroitre avec la mort de J.P Morgan en 1913. De plus les nouvelles règles de sécurité imposent des dépenses supplémentaires ce qui n'arrange pas la situation.

Après avoir perdu plusieurs navires durant le premier conflit mondial (dont le sister-ship du Titanic le Britannic), elle reçoit le paquebot allemand Bismarck  qui reprend du service sous le nom de Majestic.

En 1927 elle est rachetée par lord Kylsant qui l'intègre au consortium Royal Mail Steam Packet Company.

Hélas pour elle la compagnie est victime de l'incurie de son propriétaire emprisonné pour fraude fiscale et de la Grande Dépression. Suite à un accord signé le 10 mai 1934, la White Sar Line et la Cunard fusionnent sous le nom de Cunard-White Star Line, le terme White Star disparaissant en 1949. 90  paquebots ont été construits entre 1845 et 1934.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptySam 25 Mai 2019, 11:19

Oceanic, Queen Mary et Queen Elizabeth

Un paquebot mort-né  : L'Oceanic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Oceani11

Dans les années vingt l'heure est à un relatif optimisme. Le souvenir de la première guerre mondiale s'estompe (un peu) et la crise économique de l'après guerre fait place à la croissance et à la prospérité.

C'est l'heure des grands investissements . Les compagnies transatlantiques veulent aller toujours plus vite pour relier l'Ancien et la Nouveau Monde. Outre l'acquisition du Ruban Bleu, aller plus vite permet en théorie d'augmenter les rotations, le nombre de passagers transportés et donc d'augmenter les profits.

Il faut construire des navires plus gros pour transporter plus de passagers mais aussi pour aller plus vite même dans des mers dures et difficiles.

Ces constructions ne vont pas être des parties de plaisir car la construction est lancée au moment où surgit la Grande Dépression, une terrible crise économique dont le déclencheur fût un certain «Jeudi Noir» le 24 octobre 1929.

Si la majorité de ses «super-paquebots» vont voir le jour et naviguer, l'un d'eux ne quittera jamais les cales de son chantier constructeur. Ce navire c'est l'Oceanic de la White Star Line.

Troisième navire à porter ce nom, il est issu d'un projet lancé en 1926 pour moderniser le service transatlantique qui perdait à cette époque de l'argent. C'est le nouveau patron Lord Kylsant qui lance l'idée d'un navire qui aurait été le premier à dépasser les 300m et les 30 nœuds en service courant.

Le navire est mis sur cale dans le chantier naval historique de la White Star Line, les chantiers nord-irlandais Harland & Wolff de Belfast en juin 1928. La construction est mené à un train de sénateur et cesse en juin 1929 pour mener de nouvelles études sur la propulsion.

Elle ne reprendra jamais. En effet, la Grande Dépression à frapper le monde et la compagnie est éclaboussé par un scandale financier qui envoie lord Kylsant en prison. La construction est définitivement abandonnée en 1930.

Deux navires plus petits sont construits mais le Britannic  et le Georgic  n'effacent pas le besoin pour un grand navire. Ce navire ne sera jamais construit, le gouvernement britannique poussant à la fusion avec la Cunard pour permettre l'achèvement du grand paquebot construit par cette dernière le Queen Mary.

Ce navire aurait donc mesure 300m (1010 pieds) pour un déplacement de 60000 tonneaux, un coût global de 3.5 millions de livres. Seul l'arrangement général du navire est connu ce qui permet de voir qu'il pouvait transporter 722 passagers de 1ère classe, 464 passagers de 2ème classe et 1096 places de 3ème classe soit un total de 2808 passagers.

Queen Mary
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu11

Au début des années trente, les grandes nations maritimes se lancent dans la construction de paquebots modernes pour conquérir définitivement le Ruban Bleu. Les allemands vont construire le Bremen et l'Europa, la France le Normandie et l'Italie le Rex.

Les britanniques ne peuvent pas laisser le terrain libre à leurs concurrents. La White Star Line lance la construction de l'Oceanic alors que le Cunard va lancer la construction du Queen Mary.

La construction est lancée le 3 avril 1929, la mise sur cale le 1er décembre 1930 mais la construction est suspendue le 11 décembre 1931 en raison de la Grande Dépression, rendant alors impossible le lancement prévu pour mai 1932.

Finalement grâce à l'aide du gouvernement britannique, le Cunard qui doit racheter la White Star Line peut reprendre la construction de son paquebot le 10 mai 1934. Le lancement à lieu le 26 septembre 1934.

Les essais à la mer commencent en 1936, la traversée inaugurale ayant lieu à partir du 27 mai 1936 entre Southampton et New-York. Il échoue cependant à s'emparer du Ruban Bleu lors de sa première traversée.

Ce n'est cependant que partie remise. Le 24 août 1936 il s'empare du ruban bleu après une traversée réalisée en 4 jours et 27 minutes à la vitesse de 30.14 nœuds. Il fait mieux lors de la traversée retour, reliant New-York et Southampton (ou plutôt Ambrose et Bishop Rock) en 3 jours 23 heures et 57 minutes soit une demi-heure de moins.

Le 2 août 1937 le Normandie avait repris le ruban bleu dans le sens est-ouest en réalisant la traversée en 3 jours 23h et 2 minutes à la vitesse de 30.58 nœuds. Le Queen Mary  récupère le ruban bleu en réalisant la traversée du 4 au 8 août 1938 en 3 jours 21h et 48 minutes (30.99 noeuds).

Ce record va tenir jusqu'en juillet 1952 quand il sera pulvérisé par le paquebot United States qui du 11 au 15 juillet va réaliser la traversée en 3 jours 12h et 2 minutes à la vitesse de 34.51 nœuds !

C'est la même chose dans le sens opposé. Le fleuron de la Transat avait amélioré par deux fois le record de la traversée entre Ambrose et Bishop Rock. La première fois du 18 au 22 mars 1937 en 4 jours et 6 minutes à la vitesse de 30.99 nœuds et la deuxième fois du 4 au 8 août 1937 en 3 jours 22h et 7 minutes à la vitesse de 31.20 nœuds.

Du 10 au 14 août 1938 il traverse l'Atlantique dans le sens ouest-est en 3 jours, 20h et 41 minutes à la vitesse de 31.69 nœuds. Ce record va tenir jusqu'en juillet 1952 quand il est également battu par l'United States  qui du 3 au 7 juillet 1952 réalise la traversée en 3 jours 10h et 40 minutes à la vitesse de 35.59 nœuds.

Durant le second conflit mondial, le Queen Mary est transformé en transport de troupes, sa taille et sa vitesse lui permettant de traverser à bonne vitesse les océans et ainsi échapper à l'incertaine et potentiellement meurtrière traversée en convois. En mars 1940, son sister-ship Queen Elizabeth le rejoint à New York pour lui éviter les bombes allemandes.

Le 2 octobre 1942 il coupe en deux le croiseur léger Curacao (239 morts et 99 survivants), ne s'arrêtant pas pour des raisons de sécurité. En juillet 1943 il est victime d'une vague scélérate de 28m de haut ce qui inspirera le roman de Paul Gallico L'Aventure du Poseidon, roman qui sera adapté à deux reprises en film (1972 et 2006).

Outre le transport de troupes, le paquebot transporta à trois reprises le premier ministre britannique aux Etats-Unis pour différentes conférences avec le président Roosevelt et d'autres alliés.

Il embarquait sous le nom de «colonel Warden»  et exigeait une embarcation armée d'une mitrailleuse pour éviter d'être capturé vivant. Le conflit terminé le paquebot britannique rapatria des soldats américains démobilisés.

Le paquebot transportait également des prisonniers de guerre italiens et allemands en direction de l'Australie.

Entre juin 1943 et avril 1945, les deux Queen (Queen Mary Queen Elisabeth) ont transporté en Europe 340000 soldats américains et canadiens en direction de l'Europe. Selon certains cela à raccourcit la guerre d'un an.

Durant le conflit le paquebot Queen Mary effectuant trente-trois rotations aller et retour à travers l'Atlantique. Il reliait New York à l'estuaire de la Clyde et plus précisément le port de Gourock près de Greenock, les ports de Southampton et de Liverpool étant trop exposés aux bombardements allemands.

Après avoir amené au Canada des «épouses de guerre» (des femmes venues d'Europe ayant épousé des soldats américains et canadiens), le paquebot retourna à Southampton, effectuant la traversée en trois jours 22h et 42 minutes à la vitesse de 32 nœuds.

De septembre 1946 à juillet 1947 le paquebot est immobilisé pour remise en état et refonte complète. Avec le Queen Elizabeth et le Queen Mary, la Cunard-White Star Line va dominer les traversées transatlantiques grâce à des navires amortis (ah quel dommage que la Transat n'est pu conserver le Normandie).

Le temps joue cependant contre nos deux liners, l'aviation qui ne cesse de progresser permet aux voyageurs de traverser en quelques heures l'Atlantique. Ce n'était qu'une question de temps avant que le service transatlantique ne devienne déficitaire. On tente de lancer des croisières pour compenser mais les navires ne sont pas forcément taillés pour sans compter que les mentalités ne sont pas encore prêtes.

Le Queen Mary est retiré du service en 1967. Le 27 septembre il effectue sa 1000ème et dernière traversée de l'Atlantique du Nord. Le bilan est éloquent :  2 112 000 passagers et 3 792 227 miles parcourus.

Le 31 octobre 1967, le paquebot quitte définitivement Southampton sous le commandement du capitaine John Treasure Jones pour rallier Long Beach en  contournant  le cap Horn, arrivant à destination le 9 décembre. Quand au Queen Elizabeth il est désarmé en 1968, le Queen Elizabeth II prenant le relais en 1969.

Depuis donc près de cinquante ans, cette «vieille anglaise» comme chantait Sardou est échoué sur un quai de Californie où il sert d'hôtel et de centre des congrès avec un succès variable selon les années.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu46

Caractéristiques Techniques du Queen Mary

Déplacement : 81961 tons (74353 tonnes) 81237 tonnes de jauge bute

Dimensions : longueur hors tout 310.7m longueur entre perpendiculaires 294.1m largeur 36m tirant d'eau 11.9m tirant d'air 55.2m

Propulsion :  quatre turbines à Parson à simple réduction alimentées en vapeur par vingt-quatre chaudières Yarrow (28 bars 371°C) développant 200000ch et entraînant quatre hélices qui tournent au maximum à 200 tours par minute

Performances : vitesse maximale en service courant 28.5 nœuds vitesse maximale 33 nœuds

Passagers : 2139 passagers en configuration initiale (776 en 1ère classe, 784 en classe cabine et 579 en classe touriste)

Après les travaux de 1946/1947, le nombre de passagers à été réduit à 1995 répartis entre 711 personnes en première classe (anciennement appelées classes cabines), 707 en classe cabine (ex-classe touriste) et 577 en classe touriste (ex-troisième classe).

Le paquebot disposait de douze ponts, les décors luxueux étaient du type art déco. Durant le second conflit mondial, ces précieuses décorations furent démontées à New-York et stockées dans des entrepôts.

Equipage : 1101 officiers et marins


Genèse d'une (autre) reine
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu48

Comme nous l'avons vu plus haut, les britanniques avaient bien l'intention de construire deux «superpaquebots» pour concurrencer les unités identiques construites ou en cours de construction en France, en Italie ou en Allemagne.

Seulement voilà la crise économique faucha en plein vol l'Oceanic et contraria sérieusement l'achèvement du Queen Mary.

Bien que pays libéral, la Grande Bretagne savait faire preuve comme il le fallait d'un grand pragmatisme. La Cunard sollicita l'aide financière du gouvernement qui accepta en échange du rachat de la White Star.

La nouvelle compagnie baptisé Cunard-White Star Line pu ainsi achever le Queen Mary mais la construction d'une deuxième unité identique ou équivalente n'était pas garantie. C'est le succès du futur Grey Ghost et la nécessité de maintenir une traversée permanente de l'Atlantique qui poussa à la commande d'un deuxième paquebot.

Néanmoins dès la traversée inaugurale du Queen Mary, le chef de la compagnie Sir Percy Bates demanda à son bureau d'études de travailler sur un deuxième paquebot comparable au Queen Mary.

Impossible de réaliser un navire strictement identique. Non seulement les techniques évoluent rapidement mais on se souvient que l'aspect extérieur du Queen Mary avait été critiqué par certains britanniques comme trop conservateur, trop rétrograde par rapport notamment au Normandie que le concepteur du Bremen _que l'on ne peut soupçonner de chauvinisme_ estimait être «la quintessence du savoir-faire technique de l'époque».

Le futur Queen Elizabeth dispose ainsi de seulement douze chaudières au lieu de vingt-quatre ce qui permet la suppression d'une cheminée (soit autant de place gagnée pour l'aménagement intérieur). De plus les cheminées sont arrimées intérieurement ce qui supprime les câbles présents sur le QM.

La coque est redessinée et allongée de 3m (314m contre 311). Au final le nouveau paquebot pèse 4000 tonnes de plus que son aînée.

«Queen Mum»
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) George11
Elizabeth Bowes-Lyon lors de son mariage avec Albert, duc d'York, futur George VI

Le deuxième «superpaquebot» britannique porte le nom d'une reine mais pas celui de Gloriana ou de la Reine Vierge. Non, il  porte le nom de la mère d'Elizabeth II affectueusement surnomée par les britanniques «Queen Mum».

Née Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon à Londres le 4 août 1900, elle est issue de la noblesse anglaise, épousant le 23 avril 1923, Albert, duc d'York, deuxième fils du roi George V et de Mary de Teck, fils qui à l'époque à fort peu de chance d'accéder au trône.

Devenue duchesse de York, elle mène des opérations de représentation en compagnie de son époux, représentant le roi George V dans les différentes colonies mais aussi dans les Dominions qui ont le roi de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord comme souverain. Elle donne deux enfants à son mari, deux filles, Elizabeth née le 21 avril 1926 et Margareth le 21 août 1930.

Le 20 janvier 1936, George V meurt après un règne de vingt-six ans. Lui succède son fils aîné Edouard qui devient Edouard VIII, faisant de «Bertie» son héritier sous le titre de prince de Galles, la duchesse d'York devenant donc la princesse de Galles.

Le 11 décembre 1936, Edouard VIII abdique officiellement par amour pour pouvoir épouser une américaine deux fois divorcée Wallis Simpson (en réalité la situation est plus complexe mais cela sort du cadre de cet article). Le prince de Galles devient le roi George VI et la princesse de Galles devient reine consort du royaume de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord mais aussi et jusqu'au 15 août 1947 l'impératrice consort des Indes.

Durant le second conflit mondial, sa présence galvanise les britanniques au point qu'Hitler aurait dit d'elle qu'elle était la femme la plus dangereuse d'Europe. Quand une bombe tombe sur Buckingham, elle dira «je suis fière d'avoir été bombardée. Maintenant je peux regarder l'East End dans les yeux» (Ne pas oublier que le gouvernement avait voulu au début du conflit que la reine et les princesses gagnent le Canada pour être mises à l'abri).

Le 6 février 1952, George VI meurt faisant de sa fille ainée, «Lilibet», Elizabeth II reine de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Pour éviter toute confusion avec sa fille, elle prend le titre officiel de «Queen Elizabeth, The Queen Mother» (Elle aurait pu prendre le titre de reine douairière mais sa belle-mère, la reine Mary était encore en vie).

Elle continue ses missions de représentation et va rester immensément populaire y compris dans des périodes où les autres membres de la famille royale Windsor-Mountbatten étaient particulièrement impopulaires.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Queen_10
"Queen Mum" avec sa fille Elizabeth II

Elle décède à l'âge canonique de 101 ans et 238 jours, quelques mois après sa fille la princesse Margareth.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11026
Age : 37
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptySam 25 Mai 2019, 11:37

Citation :
Oceanic, Queen Mary et Queen Elizabeth
Un paquebot mort-né  : L'Oceanic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Oceani11[…] Il faut construire des navires plus gros pour transporter plus de passagers mais aussi pour aller plus vite même dans des mers dures et difficiles. […]
C'est pourquoi la longueur optimale pour un transatlantique s'établit à ~310 mètres, en correspondance avec la longueur moyenne de la houle en Atlantique nord.
Citation :
[…] Au début des années trente, les grandes nations maritimes se lancent dans la construction de paquebots modernes pour conquérir définitivement le Ruban Bleu. […]
Peut-on vraiment dire qu'une conquête est définitive ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
warburton

Masculin
Nombre de messages : 12013
Age : 72
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyDim 26 Mai 2019, 01:06

Citation :
[…] Au début des années trente, les grandes nations maritimes se lancent dans la construction de paquebots modernes pour conquérir définitivement le Ruban Bleu. […]
Peut-on vraiment dire qu'une conquête est définitive ? scratch [/quote]

parfois; il suffit pour cela de décourager l'adversaire.
et - pour ce faire - il faut disposer de moyens financiers, et surtout d'une ferme volonté.
la "Perfide Albion" ne manquait ni de l'une, ni de l'autre.
autrefois… Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyDim 26 Mai 2019, 09:49

DahliaBleue a écrit:
Citation :
Oceanic, Queen Mary et Queen Elizabeth
Un paquebot mort-né  : L'Oceanic
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Oceani11[…] Il faut construire des navires plus gros pour transporter plus de passagers mais aussi pour aller plus vite même dans des mers dures et difficiles. […]
C'est pourquoi la longueur optimale pour un transatlantique s'établit à ~310 mètres, en correspondance avec la longueur moyenne de la houle en Atlantique nord.
Citation :
[…] Au début des années trente, les grandes nations maritimes se lancent dans la construction de paquebots modernes pour conquérir définitivement le Ruban Bleu. […]
Peut-on vraiment dire qu'une conquête est définitive ? scratch

Je pense qu'il y avait volonté. Avec le second conflit mondial, le Queen Mary l'à posséder jusqu'en 1952 quand le United States le remporte. Après cela tombe en désuétude.

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 17314
Age : 76
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyDim 26 Mai 2019, 14:30

"Je pense qu'il y avait volonté. Avec le second conflit mondial, le Queen Mary l'à posséder jusqu'en 1952 quand le United States le remporte. Après cela tombe en désuétude"

A la fois parce que le record de l'United States est inattaquable et surtout parce que l'ère des paquebots transatlantiques est révolue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyDim 26 Mai 2019, 21:11

HISTORIQUE
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu49
Le Queen Elizabeth quittant New York

Une début de carrière retardé par le second conflit mondial

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu50
Différentes photos de construction du Queen Elizabeth
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu51
Le Queen Elizabeth paré au lancement (ci-dessous)
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu52

Le futur paquebot est commandé le 6 octobre 1936. C'est sous la désignation technique de Hull n°552 (coque n°552) que les chantiers navals John Brown de Clydebank (Ecosse) entame sa construction, la mise sur cale (cale n°4) ayant lieu le 4 décembre 1936.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu54
Le Queen Elizabeth paré au lancement et ci-dessous la reine consort et ses filles, les princesses Elizabeth et Margareth
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu53

Il est lancé le 27 septembre 1938 après un peu moins de deux années de chantier. La reine consort est la marraine du bâtiment qui pressé de rallier son élément commence à glisser avant même qu'Elizabeth ne brise la bouteille de vin australien. Heureusement pour les plus superstitieux, in extremis la bouteille se brisera sur la coque, baptisa officiellement le navire qui devient le RMS Queen Elizabeth.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu55
27 septembre 1938 : le Queen Elizabeth prend contact avec son élément
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu56

Le navire n'est cependant qu'une coque vide et les travaux se poursuivent au quai d'armement pour lui permettre d'effectuer un voyage inaugural prévu pour le 24 avril 1940.

Le 2 novembre 1939 le Queen Elizabeth reçoit du ministère de la marine marchande la licence lui permettant de prendre la mer. Le 29 décembre, ses moteurs sont testés pour la première fois mais sans connexion des hélices pour tester la consommation d'huile et de vapeur.

Deux mois plus tard, en février 1940, le premier lord de l'Amirauté Winston Churchill ordonne au navire de quitter l'estuaire de la Clyde dès que possible et de se mettre à l'abri des bombardements allemands.

Outre la nécessité de mettre à l'abri un navire important pour l'effort de guerre allié, il fallait libérer de la place et de la main d'oeuvre pour achever le cuirassé HMS Duke of York (classe King George V).

Pour masquer ce voyage aux espions allemands, les britanniques inventèrent une ruse pour masquer son départ et éviter par exemple une embuscade sous-marine ou un bombardement de la Luftwafe.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu57
Le Queen Elizabeth tout de gris paré à appareiller pour les Etats Unis

Prêt à partir début mars, le paquebot avait troqué l'élégante livrée de la Cunard pour un gris moins seyant mais plus discret. Il appareille le 3 mars 1940, longeant la côte en attendant de recevoir les ordres, l'attente étant l'occasion de ravitailler le navire et de procéder à différents tests et ajustements.

Le commandant du paquebot Queen Elizabeth, le capitaine Townley décachette les ordres qui lui enjoint de rallier New York sans s'arrêter, se mettant à l'abri dans un port neutre. Quelques heures plus tard, à l'heure où il devait arriver à Southampton, la ville fût bombardée par l'aviation allemande.

Le «QE» traverse l'Atlantique en zigzaguant à 26 nœuds, atteignant la Big Apple en six jours. Il s'amarre à proximité du Queen Mary et du Normandie. Le capitaine reçoit les félicitations de la reine Elizabeth.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu59
Dans le port New York sont rassemblés les paquebots Queen Elizabeth, Queen Mary et Normandie

Il passe plusieurs mois à New-York, attendant la suite des événements. Finalement le 13 novembre 1940 il appareille pour Singapour pour être transformer en transport de troupes. Il fait escale à Trinidad et au Cap pour se ravitailler. Sa coque est repeinte en gris, des canons antiaériens sont installés.

Les travaux terminés, il quitte Singapour le 11 février et douze jours plus tard arrive à Esquimalt (Colombie Britannique) le 23 février 1942 pour des travaux complémentaires. A la mi-mars, il transporte 8000 soldats américains entre San Francisco et Sydney puis des troupes australiennes en direction de l'Asie et de l'Afrique. Il est ensuite redéployé sur l'Atlantique pour participer à l'opération BOLERO, le transfert en Europe des troupes américaines appelées à reprendre pied en Europe continentale.

Durant tout le conflit, le paquebot transportant 750000 hommes (soit grosso modo l'équivalent de 50 divisions !) et parcouru 500000 miles nautiques. Pas étonnant que certains considèrent que la présence de ces énormes transports de troupes à raccourcit le conflit d'un an.

Tout comme le Queen Mary, le Queen Elizabeth opérait seul pour profiter de sa vitesse bien supérieure aux cargos de l'époque. Il était escorte uniquement dans les eaux britanniques à proximité des côtes.

Les différents convois recevaient un code. Les transports de troupes étaient codés AT dans le sens ouest-est et TA dans le sens est-ouest. Ces deux lettres étaient suivis d'un nombre.

Au final le Queen Elizabeth effectua trente-sept traversées entre les Etats-Unis et les îles britanniques et trente-cinq dans le sens inverse.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu58
Le Queen Elizabeth tout de gris vêtu va jouer un rôle considérable dans l'effort de guerre allié

Le RMS Queen Elizabeth effectue six traversées ouest-est en 1942. Elles sont codées AT-15Z (4 au 9 juin 1942, escorte par le croiseur léger HMS Delhi du 8 au 9 juin, 10000 hommes embarqués), AT-21 (Halifax-Clyde 30 août au 5 septembre 1942, escorte assurée par le Blyskawica, le Castleton, le Curacoa et le Wells), AT-25 (New York-Clyde 5 au 11 octobre 1942, escorte par le croiseur léger HMS Delhi les 10 et 11 octobre),AT-28 (Halifax-Clyde 30 octobre au 3 novembre 1942, 11000 hommes), AT-29 (New York-Clyde 24 au 29 novembre 1942 11000 hommes) et AT-31 (New York-Clyde 13 au 17 décembre 1942).

L'année 1943 est chargée avec treize traversées ouest-est soit entre New York et l'estuaire de la Clyde ou entre Halifax et ce même estuaire. La traversée inaugurale codée AT-34 relie New York à la Clyde du 6 au 11 janvier 1943 avec 10500 hommes à bord, le destroyer USS Decatur (DD-341) le protégeant le 6.

Elle est suivit de douze autres traversées transatlantiques avec successivement l'AT-38 (New York-Clyde 10 au 16 mars 1943), AT-40 (Halifax-Clyde 29 mars au 3 avril), AT-42 (New York-Clyde 5 au 11 mai 1943 avec 14900 hommes à bord), AT-46 (New York-Clyde 27 mai au 2 juin 15000 hommes), AT-54 (New York-Clyde 1er au 6 juillet 1943), AT-56 (Halifax-Clyde 23 au 27 juillet 1943 avec 14994 hommes à bord), AT-62 (New York-Clyde 20 au 25 août 1943), AT-64 (Halifax-Clyde 14 au 19 septembre 1943 avec 14998 hommes à bord), AT-69 (New York-Clyde 13 au 18 octobre 1943 avec 13000 hommes à bord), AT-71 (New York-Clyde 3 au 11 novembre 1943 avec 12000 hommes), l'AT-75 (23 au 28 novembre 1943 avec 12981 hommes à bord) et AT-80 (14 au 19 décembre 1943 avec 13000 hommes à bord).

L'activité pour l'année 1944 est semblable avec treize traversées entre New York et l'estuaire de la Clyde. On trouve successivement le convoi AT-84 (2 au 8 janvier 1944 12922 hommes), le AT-91 (2 au 8 février 1944 13065 hommes), l'AT-104 (31 mars au 6 avril 1944 13042 hommes), l'AT-108 (20 au 26 avril 1944 13021 hommes), l'AT-120 (30 mai au 5 juin 1944 13125 hommes), l'AT-125 (22 au 27 juin 1944), l'AT-132 (15 au 21 juillet 1944 12931 hommes), l'AT-140 (6 au 11 août 1944 14311 hommes), l'AT-146 (28 août au 3 septembre 1944 12908 hommes), l'AT-152 (24 au 30 septembre 1944 avec 12883 hommes), l'AT-159 (17 au 22 octobre 1944 avec 12983 hommes), l'AT-169 (21 au 27 novembre 1944 avec 12906 hommes) et l'AT-174 (16 au 21 décembre 1944 avec 13057 hommes, escorte les 20 et 21 décembre par le Faulknor et l'Offa).

L'année 1945 est marquée par seulement cinq traversées est-ouest, la première codée AT-180 à lieu entre New York et l'estuaire de la Clyde du 8 au 14 janvier 1945 avec 12664 hommes, le paquebot étant escorté les 13 et 14 par les destroyers Caesar et Cambrian.

La seconde codée AT-187 à lieu du 31 janvier au 6 février 1945 avec 12295 hommes à bord, les destroyers Cambrian et Carron escortant le paquebot le 5 février. Elle est suivie par l'AT-193 du 28 février au 6 mars 1945 avec 12285 hommes, les destroyers Cavalier et Cavendish offrant un comité d'accueil puis par l'AT-200 du 25 au 31 mars 1945 avec à son bord 11407 hommes et 72 anciens prisonniers de guerre, les destroyers Caprice et Cavalier assurant la protection du paquebot le 30.

La dernière traversée à lieu du 26 au 31 juillet 1945 (AT-223).

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu60
Le paquebot Queen Elizabeth chargé de troupes

Qui dit traversée ouest-est dit logiquement traversées est-ouest. Les traversées sont codées TA avec un nombre.

L'année 1942 est marquée par cinq traversées entre l'estuaire de la Clyde et le port de New York avec une première traversée codée TA-21 du 8 au 14 septembre 1942, traversée qui commence par une escorte composée du croiseur Curacoa et des destroyers Castleton Sabre Saladin Sardonyx et Wells, cette escorte abandonnant le paquebot une fois la haute mer atteinte.

Les convois suivant sont le TA-25 (17 au 22 octobre 1942 avec pour navires d'escorte le croiseur léger HMS Delhi à l'appareillage et des destroyers canadiens et américains à l'arrivée les 21 et 22 en l'occurence les Annapolis, Columbia, Corvichan et Ungawan), le TA-28 (8 au 13 novembre 1942 avec 7000 hommes), le TA-29 (3 au 9 décembre 1942 avec pour escorte le destroyer Hamilton et la corvette Hepatica) et le TA-31 (20 au 26 décembre 1942 avec pour escorte finale le Decatur).

L'année 1943 est marquée par treize traversées, dix entre l'estuaire de la Clyde et New York et trois entre la Clyde et Halifax.

Les trois traversées en direction du grand port canadien de la côte est sont les TA-38 (20 au 25 mars 1943), TA-54 (10 au 15 juillet 1943 avec 1245 hommes) et TA-62 (29 août au 3 septembre 1943 avec 649 hommes).

A New York le paquebot subit entre deux traversées des périodes d'entretien et des réparations, la mer n'épargnant pas le liner. C'est ainsi qu'après la traversée TA-34 (19 au 25 janvier 1943 3000 hommes, escorte assurée par le Decatur les 24 et 25 janvier) le paquebot subit 44 jours d'entretien  visiblement sans passage au bassin.

Même topo après la traversée TA-40 du 7 au 13 avril 1943 qui est suivie par une période d'entretien de 22 jours. En revanche aucune période d'entretien après les convois TA-42 du 15 au 21 mai 1943 et TA-46 du 6 au 12 juin 1943.

La traversée TA-56 à lieu du 30 juillet au 5 août 1943 avec en bonus quinze jours d'entretien à New York. Elle est suivie par cinq traversées jusqu'à la fin de l'année, les TA-64 (23 au 28 septembre 1943 suivie de 15 jours de réparations), TA-69 (22 au 28 octobre 1943), TA-71 (13 au 19 novembre 1943), TA-75 (2 au 8 décembre 1943) et TA-80 (23 au 29 décembre 1943).

L'année 1944 est chargée avec une douzaine de traversée, la première codée TA-84 à lieu du 13 au 19 janvier 1944. Elle est suivie par la TA-84 (13 au 19 janvier 1944), la TA-91 (12 au 18 février 1944) est suivie par 44 jours de réparations.

La TA-104 à lieu du 10 au 16 avril 1944 suivie de la TA-108 du 30 avril au 6 mai 1944 avec seulement 1000 hommes à bord et de la TA-120 du 9 au 15 juin 1944 avec 870 hommes à bord.

La traversée TA-125 à lieu du 1er au 7 juillet 1944 suivie de la TA-132 du 25 au 31 juillet 1944 avec 3300 hommes et de la TA-140 (16 au 22 août 1944 avec 1550 hommes).

Si la TA-146 à lieu du 11 au 17 septembre 1944 avec 4400 hommes et 3400 prisonniers de guerre (avec l'escorte assurée par les Zambesi et Zest le 11 septembre), la TA-152 à lieu du 4 au 10 octobre 1944 avec 4300 hommes à bord et la TA-159 entre l'estuaire de la Clyde et Boston du 28 octobre au 3 novembre 1944 avec 2500 hommes à son bord. La dernière traversée de l'année (TA-169) à lieu du 2 au 8 décembre 1944 avec 3000 hommes à bord, les destroyers Eskimo et Nubian assurant la protection rapprochée à son appareillage.

La traversée TA-174 se distingue en commençant en 1944 le 28 décembre avec 3575 hommes à bord, le paquebot arrivant à destination le 3 janvier 1945, les destroyers Offa et Oribi le protégeant les 28 et 29 décembre au moment de l'appareillage.

L'année 1945 est marquée par quatre traversées est-ouest. La TA-180 à lieu du 20 au 26 janvier 1945 avec 3500 hommes et une escorte des destroyers Caprice et Carron suivit de la TA-187 du 13 au 19 février 1945 _escorté les 13 et 14 février par les Impulsive et Oribi_, de la TA-193 du 13 au 19 mars (escorté les 13 et 14 par les HMCS Restigouche et St Laurent) et de la TA-200 du 7 au 13 avril 1945 avec l'escorte des destroyers HMS Caprice et Cavalier, la traversée étant suivit de soixante jours d'entretien dans le port de la Big Apple.

Outre ces traversées transatlantiques, le paquebot effectue d'autres transports sur d'autres théâtres d'opérations comme son ainée Queen Mary.

Il participe ainsi au convoi US-10 qui quitte Wellington (Nouvelle-Zélande) pour Colombo le 7 avril 1941. Ce convoi est particulièrement impressionnant puisqu'il regroupe le  paquebot Queen Mary  (5724 hommes), le futur «Saint Bernard des Mers»  l'Ile de France  (3269 hommes pour Fremantle), le Mauretania (3891 hommes), le Nieuw Amsterdam (2642 hommes) et le Queen Elisabeth (5633 hommes) soit un total de 21159 hommes. Ce convoi US-10  arrive à destination le 26 avril 1941.

Il participe ensuite au convoi US-11A entre Fremantle et Suez du 9 au 31 juillet 1941, ce convoi se composant du Queen Mary (5723 hommes), du Queen Elisabeth (5807 hommes) et de l'Aquitania (4012 hommes) soit un total de 15542 hommes.

Le convoi suivant US-12A relie à nouveau Fremantle à Suez du 9 au 25 septembre 1941 avec 11421 hommes répartis entre le Queen Mary (5718 hommes) et le Queen Elizabeth (5703 hommes)

Le 8 novembre 1941, le Queen Elizabeth et le Queen Mary  qui forment le convoi US-13  quittent Fremantle avec à leur bord respectivement 5186 et 5020 hommes soit un total de 10206 hommes, le convoi se dispersant à la position 14°30'N.

Du 17 juin au 18 juillet 1942, il relie la Clyde et Suez, escorté au moment de l'appareillage par le croiseur Delhi, les destroyers Boadicea Keppel Leanington Salisbury et St Albans.

Le transport de passagers enfin !

Le second conflit mondial terminé, le Queen Elizabeth va progressivement retrouver son rôle original de transport translatlantique de passagers. Pour cela il voit ses cheminées peintes aux couleurs de la compagnie mais conserve encore pour un an la couleur grise pour sa coque et ses superstructures.

Il transporte alors les soldats et autres militaires démobilisés ainsi que celles que l'on à appelé les «fiancées de la liberté» ou G.I Bride, les femmes ayant épousé un militaire américain et commençant une nouvelle vie loin d'une Europe dévastée.

Il rallie ensuite son chantier constructeur pour remise en état complète et plus étonnant la réalisation des essais à la mer !

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu61
Le Queen Elizabeth prêt à appareiller pour ses essais à la mer en compagnie du Queen Mary

Ces essais ont lieu entre l'embouchure de la Clyde et l'île d'Arran avec à son bord trois personnalités prestigieuses : la reine consort de Grande-Bretagne qui à donné son nom au navire et ses deux filles, Elizabeth et Margareth. On imagine que les essais ont été menés dans des strictes conditions de sécurité.

Le commodore Bisset, commandant du paquebot avait reçut comme instruction du président de la compagnie, Sir Percy Bates de ne pas dépasser la vitesse maximale atteinte par le Queen Mary (navire détenteur du Blue Ribbon/Ruban Bleu).

Il semble donc admis que si le Queen Elizabeth n'à jamais obtenu la prestigieuse décoration c'est uniquement par la volonté du président de la Cunard.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu62
Deux photos du voyage inaugural du paquebot Queen Elizabeth
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu63

Le voyage inaugural du QE à lieu le 16 octobre 1946. Le 17 avril 1947, il s'échoue sur un banc de sable (Brambles Bank) à l'entrée du port de Southampton mais il est remis à flot le lendemain après débarquement des passagers et allègement du navire par pompage d'une partie de carburant emporté. L'année suivante en 1948 il est bloqué deux semaines à New York en raison de grèves au Royaume Uni.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu64
Photo montrant l'arrivée du paquebot Queen Elizabeth lors de son voyage inaugural

Le paquebot arrivait généralement à New York le mardi débarquant immédiatement ses nombreux passagers (2283 au maximum même si lors d'une traversée seulement 200 personnes étaient montés à bord soit un passagers pour six membres d'équipage !) et leurs bagages.

Le lendemain mercredi les nouveaux passagers embarquaient en compagnie de leurs bagages. On s'occupait également du ravitaillement en carburant, vivres et fournitures diverses.

En septembre 1951, le paquebot réalise sa centième traversée. Avec deux navires amortis, la Cunard-White Star Line domine le marché bien que durement concurrencée par les paquebots américains America et United States qui en 1952 s'empare définitivement du Ruban Bleu.

Le 29 juillet 1959 il entre en collision avec le cargo américain American Hunter en plein brouillard au large de New-York. Les dégâts sont cependant assez limités même si dangereusement situés sous la ligne de flottaison.

En apparence tout va bien mais en réalité de sombres nuages s'accumulent à l'horizon. Ces nuages s'appelaient aviation et transport aérien.

L'aviation ne cesse en effet de progresser. En 1947 le Lockheed Constellation permettait la traversée transatlantique via des escales à Halifax au Canada et à Shannon en Irlande. Onze ans plus tard, en 1958, le Boeing 707 pouvait traverser sans escale l'Atlantique, reliant d'un trait New York et Paris en quelques heures.

En 1954 si un million de personnes traverse l'Atlantique par la mer, 600000 le font déjà par avion. Trois ans plus tard les deux modes de transport sont à égalité et en 1961 l'avion remporte le combat par K.O avec 750000 passagers annuels par mer et deux millions par les airs. Le monde s'accélère et il devient inutile de passer cinq jours pour traverser l'Atlantique quand on peut le faire en quelques heures.

En février 1963 signe des temps, le grand et prestigieux liner des lignes transatlantiques effectue une croisière entre New-York et Nassau aux Bahamas.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu65
affiche représentant les croisières réalisées par le paquebot Queen Elizabeth

C'est ainsi que le Queen Elizabeth fût modifié à Greenock entre décembre 1965 et avril 1966 pour pouvoir opérer entre New York et Nassau quand il ne réalisait pas ses traversées atlantiques (à savoir en dehors de la période avril-octobre). Ses ponts arrières sont allongés, un pont-lido est aménagé tout comme une piscine extérieure, un nouveau système d'air conditionné installé.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu66
Le paquebot Queen Elizabeth en 1966

La Cunard espère ainsi le conserver jusqu'au milieu des années soixante-dix mais cette stratégie se révélera être un échec en raison de la consommation trop élevée de carburant d'un tirant d'eau qui l'empêchait d'accéder à certains ports insulaires et d'une largeur qui lui interdisait le canal de Panama.

En 1965 décision est prise de remplacer les deux Queen par un seul navire. Initialement le futur Queen Elizabeth II devait être un liner classique mais heureusement la Cunard prend la sage décision de s'équiper d'un paquebot monoclasse avec des installations adaptées à la réalisation de croisières.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu67
Le Queen Elizabeth en 1967

Chaque année le paquebot subissait une période de travaux qui est l'occasion d'apporter des améliorations.

C'est ainsi qu'en janvier 1952 il subit des travaux pour augmenter ses capacités en carburant et pour recevoir un premier système d'air conditionné pour améliorer le confort des passagers.

C'est ainsi qu'en 1955 le paquebot reçoit des ailerons stabilisateurs pour améliorer la stabilité du navire par mer formée.

On trouvait deux stabilisateurs à tribord et deux à bâbord, le tout fonctionnant par paire. Ces ailerons étaient rétractables pour économiser le carburant quand la tenue de la mer ne le justifiait mais aussi pour faciliter l'entrée au bassin.

Une fin peu glorieuse

Alors que le paquebot Queen Elizabeth 2 est en construction, la Cunard décide de tailler dans les coûts d'exploitation en se séparant de ses unités les plus anciennes comme le Queen Mary désarmé en 1967 et le Queen Elizabeth en 1969.

Va-t-il finir sous les chalumeaux des démolisseurs ? Que nini Neptune lui offre un sursis sous la forme d'une retraite dorée.

En effet en 1968, le Queen Elizabeth est vendu pour 7.7 millions de dollards à un groupe d'hommes d'affaires américains qui avaient monté une société baptisée The Queen Corporation, une compagnie détenue majoritairement par la......Cunard (85%).

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu68
Le Queen Elizabeth à Port Everglades en 1969

La nouvelle compagnie prévoit d'utiliser le paquebot comme hôtel et attraction touristiques à Port Everglades en Floride soit un destin similaire à celui que va connaître le Queen Mary à plusieurs milliers de kilomètres à l'ouest à Long Beach sur un quai de Californie.

Le paquebot quitte New-York pour la dernière fois en octobre 1968 et rallie la Floride mais ce projet tombe à l'eau. En effet, le climat floridien chaud et humide est nettement plus agressif que celui de la Californie.

Le paquebot est finalement revendu en 1970 à un homme d'affaires chinois de Hong Kong, Tung Chao Yung qui avait l'intention de le transformer en université flottante sous le nom de Seawise University.  

Se posait alors le problème du transfert entre la Floride et la Chine, la propulsion n'avait pas tourné depuis 1968 et surtout n'était plus entretenue correctement. Finalement après plusieurs mois d'efforts, le paquebot est ramené à Hong Kong pour les travaux de conversion.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) S_s_se10
Le Seawise University ex-Queen Elizabeth arrivé à Hong Kong

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) S_s_se11
Le Seawise University en travaux de modification

Alors que ces travaux allaient se terminer, un incendie se déclare à bord le 9 janvier 1972, un incendie particulièrement suspect puisqu'on à relevé plusieurs départs de feu sans compter que Chao Yung qui avait acheté le navire 3.5 millions de dollars l'avait assuré pour huit millions. On à également parlé d'un conflit entre Tung un nationaliste chinois et les syndicats sous influence communiste.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) S_s_se12
Triste fin pour un magnifique paquebot
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu69

Ce qui est sur c'est que le navire est totalement détruit. L'eau envoyée par les bateaux de lutte contre l'incendie à provoqué le chavirage du navire comme jadis le Normandie dans le port de New York.

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu70
L'épave du Queen Elizabeth

L'épave est démantelée partiellement en 1974 et 1975, 40 à 50% de l'épave étant laissée sur place, ces éléments ayant été noyés par la poldérisation des espaces nécessaires à l'aménagement du Terminal containers n°9.

Le paquebot est immortalisé au cinema dans le film «La Panthère Rose» avec Peter Sellers en 1959, trois ans après avoir été au cœur de l'intrigue du roman de Ian Fleming «les diamants sont éternels», une des aventures de James Bond, le célèbre 007. Le roman est adapté au cinéma en 1971 avec Sean Connery dans le rôle titre mais le Canberra comme navire destiné à représenter le Queen Elizabeth. A noter qu'en 1974, le James Bond «L'Homme au pistolet d'or» fait de l'épave le QG secret du MI-6.

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 9927
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyDim 26 Mai 2019, 21:21

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu71

Déplacement : 83000 tons (75296 tonnes métriques) (83673 tonnes de jauge brute)

Dimensions : longueur hors tout 314.2m largeur 36m tirant d'air 71m tirant d'eau 11.6m

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu72
Les machines du Queen Elizabeth

Propulsion : quatre turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par douze chaudières Yarrow dévellopant 200000ch et entrainant quatre hélices

Performances : vitesse maximale 28.5 nœuds

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu73
La passerelle du Queen Elizabeth

Equipage : 1200 officiers et marins au service de 2283 passagers

Les 2283 passagers se répartissent entre 823 pour la 1ère classe, 662 pour la classe cabine et 798 pour la classe touriste.

On compte douze ponts, vingt-huit ascenseurs, un cinéma-théâtre de 338 places, trois piscines et trois bibliothèques

FIN

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11026
Age : 37
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Formidable !   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) EmptyLun 27 Mai 2019, 10:36

Citation :
HISTORIQUE […] PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu54
Le Queen Elizabeth paré au lancement et ci-dessous la reine consort et ses filles, les princesses Elizabeth et Margareth
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Rms_qu53 Il est lancé le 27 septembre 1938 après un peu moins de deux années de chantier. La reine consort est la marraine du bâtiment qui pressé de rallier son élément commence à glisser avant même qu'Elizabeth ne brise la bouteille de vin australien. Heureusement pour les plus superstitieux, in extremis la bouteille se brisera sur la coque, baptisa officiellement le navire qui devient le RMS Queen Elizabeth.[…].
Tiens donc ? Presque la même mésaventure que pour le porte-avions HMS Formidable en août 1939… Mais pour ce dernier, c'était en Irlande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)   PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
PAQUEBOT QUEEN ELIZABETH (GRANDE BRETAGNE) (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grande Bretagne 1850
» Plaque d'identité - Grande Bretagne - Harold Oscar Rowles. Pte Gloucestershire Regt. 3423.
» Les chimères humaines sont pour demain
» Rapace
» 4cv de Schoum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Marine Marchande :: Navires de commerce-
Sauter vers: