AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 ...
Voir le deal
1.06 €

 

 Section de débarquement

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10335
Age : 36
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyLun 24 Déc 2018, 15:44

Bonjour

Je travaille actuellement sur un article sur les Vauquelin et je n'ai pas trouvé dans le très bon livre de Jean Lassaque la composition de la section de débarquement d'un contre-torpilleur de classe Vauquelin

Si quelqu'un à l'info je suis preneur

Merci d'avance et bien entendu un Joyeux Noël

Cordialement,
Renan Pouclet

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
SAGHAAR
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 83
Age : 73
Ville : ST POL SUR MER
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 11/07/2017

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: section debarquement   Section de débarquement  EmptyMar 25 Déc 2018, 09:33

Bonjour l'ami,


A ma connaissance,chaque batiment a une section déb.En principe il s'agit des personnels du 3ème tiers,avec le bidel qui est un sacot

et d'autres sacots s'il y en a à bord.


Bien cordialement.Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10335
Age : 36
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyMar 25 Déc 2018, 21:27

SAGHAAR a écrit:
Bonjour l'ami,


A ma connaissance,chaque batiment a une section déb.En principe il s'agit des personnels du 3ème tiers,avec le bidel qui est un sacot

et d'autres sacots s'il y en a à bord.


Bien cordialement.Pierre.

Je cherche surtout sa composition et son armement

D'ailleurs avec la réduction des équipages trouve-t-on encore des sections de débarquement sur les navires qu'ils soient français ou étrangers ?

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Quartier Maître 2eme classe
Quartier Maître 2eme classe
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 369
Age : 70
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyMer 26 Déc 2018, 11:32

Sur le livre des CT classe Guépard, il n'y a pas de détail sur le corps de débarquement, juste l'armement portatif constitué de :

- 4 FM type Châtellerault (MAC ?)
- 35 mousquetons
- 17 revolvers
- 1 pistolet "signaleur" de 35 mm

Sans détail de calibre ou de type, plutôt pauvre donc...
Il y a plus d’information sur le livre consacré aux Avisos Escorteurs, mais c'est pas le sujet ! study
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10335
Age : 36
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyMer 26 Déc 2018, 13:31

JJMM a écrit:
Sur le livre des CT classe Guépard, il n'y a pas de détail sur le corps de débarquement, juste l'armement portatif constitué de :

- 4 FM type Châtellerault (MAC ?)
- 35 mousquetons
- 17 revolvers
- 1 pistolet "signaleur" de 35 mm

Sans détail de calibre ou de type, plutôt pauvre donc...
Il y a plus d’information sur le livre consacré aux Avisos Escorteurs, mais c'est pas le sujet ! study

Merci de la réponse comme dit F. Vauvillier dans GBM L'enquête continue.....

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyMer 26 Déc 2018, 13:34

Bonjour,

Je peux me tromper, mais quel que soit sa force et son effectif, dans la "Royale", on parle, exclusivement, de "Compagnie de Débarquement" et non de "Section de...".  Ladite compagnie est constituée de "plusieurs" sections, fortes d'une demi-douzaine ou d'une dizaine matafs (y compris la section FM), placées "sous l'autorité", en général, d'un QM1 - je le sais, car, en 1968, j'avais été bombardé "chef de section", alors que je n'avait pas encore décroché la casquette & mon premier galon "doré" -. C'est là que le concept de la "section" diffère entre l'armée de terre et la marine, car, même, les plus fortes compagnies de débarquement n'ont jamais aligné  plus que l'équivalent d'une malheureuse section "terrestre", dont le commandement est confié, en principe, à un officier subalterne (sous-lieutenant, lieutenant). A bord de petites unités, le "Bidel" - qui est, systématiquement, un officier-marinier -,  pouvait, souvent, être un maitre, voire un second-maitre de 1ère classe (du temps où ce grade existait!).

Le principe de la Compagnie de Débarquement doit, toujours, existé, de nos jours, dans le Règlement, mais avec l'évolution des missions et la spécialisation des équipages, son rôle est, désormais, confié à une équipe brevetée de commandos-marines, fournie par
nos différentes unités de commandos - exemple : les missions de surveillance et de protection de la navigation marchande dans l'Océan Indien, etc.).

Dans la Royale, depuis les années 1950-1960, hormis les fusiliers-marins et les "Bérets Verts", le mataf "breveté" - du temps du Service National, le matelot sans spécialité était, déjà, devenu une rareté et bossait, le plus souvent, à la cuisine, comme serveur ou chauffeur (pour ceux qui avaient, déjà, leur permis de conduire, à l'appel de la classe !) - , quelque soit son grade,  tire, au mieux, un malheureux chargeur - de mon temps, avec le MAS 49-56, c'était 10 cartouches! -, une fois par an et n'a jamais foutu un pied sur un parcours du combattant! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 68
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyJeu 27 Déc 2018, 11:57

Loïc Charpentier a écrit:

Dans la Royale, depuis les années 1950-1960, hormis les fusiliers-marins et les "Bérets Verts", le mataf "breveté" - du temps du Service National, le matelot sans spécialité était, déjà, devenu une rareté et bossait, le plus souvent, à la cuisine, comme serveur ou chauffeur (pour ceux qui avaient, déjà, leur permis de conduire, à l'appel de la classe !) - , quelque soit son grade,  tire, au mieux, un malheureux chargeur - de mon temps, avec le MAS 49-56, c'était 10 cartouches! -, une fois par an et n'a jamais foutu un pied sur un parcours du combattant! lol!

Bonjour,

C'était bien mon cas, au début des années 70 Section de débarquement  Marinos

J'ai en tête le terme de "Corps de débarquement", effectivement avec les sacos du bord et quelques matafs rafflés dans divers services. Valeur opérationnelle de ces derniers quasi-nulle. Ca m'a juste donné l'occasion de tirer quelques cartouches à blanc au MAS 49-56 et de porter le fût d'une AA 52 (pas très rembourré pour les épaules) sur quelques kilomètres... Mais aussi de voler en HSS, la porte ouverte. Sympa mais un peu impressionnant, juste assis sans rien pour me retenir...
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11570
Age : 38
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyJeu 27 Déc 2018, 15:54

Bleu Marine a écrit:
[…] J'ai en tête le terme de "Corps de débarquement"[…] effectivement avec les sacos du bord et quelques matafs rafflés dans divers services. Valeur opérationnelle de ces derniers quasi-nulle.[…]
En me connectant sur le sujet, je m'apprêtais à écrire la même chose. Appelé "CorpDéb" en abrégé, ce "groupe" de combat (plus ou moins nombreux, selon l'effectif du bâtiment ; sans doute de l'ordre d'une compagnie sur un croiseur, mais réduit à une section sur un escorteur…) ne pouvait prétendre qu'à un rôle mineur (ou d'appoint) dans une opération  terrestre. Tout assaut de vive force était évidement hors de sa portée. (note)
Tout au plus pouvait-il servir à une garde (plus ou moins statique) au profit d'un consulat ou d'une ambassade.scratch

Note : D'autant que la doctrine amphibie de la marine ne prévoit plus (au moins depuis les années '1960) les débarquements en force sur des rivages hostiles.
Revenir en haut Aller en bas
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 68
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyJeu 27 Déc 2018, 21:19

DahliaBleue a écrit:
D'autant que la doctrine amphibie de la marine ne prévoit plus (au moins depuis les années '1960) les débarquements en force sur des rivages hostiles.

J'analyse le corps de débarquement comme une survivance de l'ancienne marine à voile, où les soldats d'infanterie de marine embarqués et une proportion de l'équipage pouvaient être mis à terre pour s'emparer d'une batterie côtière gênante, voire d'un port ou d'une ville côtière. A cette lointaine époque tous les gabiers savaient se battre à l'arme blanche, ce qui était plus qu'utile dans les abordages...
Section de débarquement  Combat-j

Tout ça a survécu tant bien mal jusqu'au début du 20e siècle, disons jusqu'à la guerre de 14. Mêmes doutes que Dahlia sur la période ultérieure.
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11570
Age : 38
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyJeu 27 Déc 2018, 22:13

Bleu Marine a écrit:
[…] J'analyse le corps de débarquement comme une survivance de l'ancienne marine à voile, où les soldats d'infanterie de marine embarqués et une proportion de l'équipage pouvaient être mis à terre pour s'emparer d'une batterie côtière gênante, voire d'un port ou d'une ville côtière. A cette lointaine époque tous les gabiers savaient se battre à l'arme blanche, ce qui était plus qu'utile dans les abordages… : combatjedi: […] Tout ça a survécu tant bien mal jusqu'au début du 20e siècle, disons jusqu'à la guerre de 14. Mêmes doutes que Dahlia sur la période ultérieure.
Appréciation corroborée par le journal de bord d'un mien aïeul (école navale, promo 1900 ; école d'application 1902-03) qui relate l'activité de la Compagnie de débarquement et des exercices y afférents. Lui-même étant devenu fusilier, l'une des trois spécialités d'officiers de l'époque (avec celle de canonnier et celle de torpilleur).
Revenir en haut Aller en bas
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 68
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 06:55

DahliaBleue a écrit:
Lui-même étant devenu fusilier, l'une des trois spécialités d'officiers de l'époque (avec celle de canonnier et celle de torpilleur).

J'ai rencontré, notamment dans des actes de mariage, le terme de "quartier-maître de mousqueterie". Les termes "fusilier" et "mousqueterie" ont été utilisés de façon plus ou moins simultanée pour désigner la spécialité, pour le personnel non-officier.

Des informations intéressantes aussi dans ce document.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 09:14

DahliaBleue a écrit:

Appréciation corroborée par le journal de bord d'un mien aïeul (école navale, promo 1900 ; école d'application 1902-03) qui relate l'activité de la Compagnie de débarquement et des exercices y afférents.

Ouf... Section de débarquement  Smiley_a DB... ce qui, au passage, confirme l'existence de la dénomination Compagnie de Débarquement. lol!
L'un (ou l'une) d'entre vous connaitrait-il  la période (à la louche) qui a vu l'introduction de la désignation "Corps de Débarquement" ? En dehors du fait qu'il parait excessivement pompeux pour définir une unité de petite dimension, le terme de "Corps" était, historiquement, peu utilisé dans la Marine, sauf, parfois, pour désigner de grandes entités (ex: Corps des Officiers, etc.) ; j'aurais tendance à y voir l'influence (néfaste!) de la "Biffe"! lol! Wink

L'exercice au sabre d'abordage semble avoir perduré jusqu'à la fin du XIXème, voire le début du XXème siècle - j'ai un vieux cliché qui traine dans ma doc -.

Section de débarquement  Saluta10
Revenir en haut Aller en bas
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11570
Age : 38
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 10:11

Bleu Marine a écrit:
[…] Des informations intéressantes aussi dans ce document.
Très intéressant, en effet. Fouillé et précieux. Et prudent et modeste, là où l'auteur n'hésite pas à signaler ses doutes.
Loïc Charpentier a écrit:
[…] ce qui, au passage, confirme l'existence de la dénomination Compagnie de Débarquement. : lol!: […]
Le terme apparaît d'ailleurs dans l'ouvrage justement ici référencé (dernière page). Il n'est pas impossible que les effectifs conséquents des bâtiments de l'époque (croiseurs, cuirassés…) permettaient d'armer aisément des corps de débarquement de la taille d'une compagnie.
Citation :
[…] la période […] qui a vu l'introduction de la désignation "Corps de Débarquement" ? En dehors du fait qu'il parait excessivement pompeux pour définir une unité de petite dimension […] j'aurais tendance à y voir l'influence (néfaste!) de la "Biffe"! : lol!: ; )[…]
En effet, le Corps (… de troupe) désigne dans l'armée de terre une unité de la taille régiment. Ou un bataillon indépendant. Le chef de corps étant colonel ou lieutenant-colonel. Mais dans la marine, tout commandant de bâtiment, unité non-rattachée - ~ à partir de lieutenant de vaisseau - , est chef de corps. Ce qui est effectivement pompeux, pour des unités parfois réduites à un effectif de quelques dizaines de marins. Mais plutôt conforme pour des grandes unités (porte-avions, croiseurs, BAN, escadrilles de sous-marins).
Citation :
[…] le terme de "Corps" était, historiquement, peu utilisé dans la Marine, sauf, parfois, pour désigner de grandes entités (ex: Corps des Officiers, etc.)[…]
Dans ce cas, il ne s'agit pas de Corps de troupe, articulation opérationnelle, mais d'une notion administrative et statutaire.
Citation :
[…] L'exercice au sabre d'abordage semble avoir perduré jusqu'à la fin du XIXème, voire le début du XXème siècle […] Section de débarquement  Saluta10
Vus le cuirassé d'arrière plan et les bonnets à pompons, ça doit dater des environs de 1914. Cela dit, ce maniement du sabre par des matelots fait plutôt penser à un aimable divertissement (folklorique ?) scratch
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10335
Age : 36
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 10:47

Euh sinon pas d'info sur la composition d'une compagnie de débarquement d'un CT type Vauquelin ? lol! lol!

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 11:00

DahliaBleue a écrit:

Vus le cuirassé d'arrière plan et les bonnets à pompons, ça doit dater des environs de 1914. Cela dit, ce maniement du sabre par des matelots fait plutôt penser à une aimable représentation théâtrale ou folklorique scratch

La "tronche" du mât militaire, à l'arrière-plan, armé, apparemment, de canons-revolvers de 37 mm, indiquerait, plutôt, la décennie 1890-1900.
L'exercice au sabre d'abordage, qui n'avait rien d'une représentation folklorique, était, longtemps, resté au "programme" d'instruction du mataf. Les sabres et un certain nombre de haches faisaient, avec la mousqueterie, partie de l'armement réglementaire des compagnies de débarquement. Les armes blanches avaient deux emplois, celui d'outils (couper des cordages, défoncer des portes, etc.) et d'armes de combat; seule, la pique, arme d'estoc, avait été mise au rencard, après la disparition de l'abordage "à l'ancienne", tactique qui avait eu, longtemps, les faveurs de l'état-major français. Il existe de nombreux écrits qui vantent son emploi et la soit-disant dextérité "particulière" du mataf français dans l'affrontement "au corps à corps" ; on retrouve une "pensée" très similaire chez les thuriféraires de la baïonnette, qui verra, ainsi, notre infanterie se faire décimer en 1870 et 1914, avec l'évolution de la "mousqueterie" (fusils à répétition, mitrailleuses).Section de débarquement  Coscorro
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 11:02

clausewitz a écrit:
Euh sinon pas d'info sur la composition d'une compagnie de débarquement d'un CT type Vauquelin ? lol! lol!

Un petit topo sur le sujet, évoqué sur le forum ATF 40... http://atf40.forumculture.net/t7333-compagnies-de-dbarquement Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bleu Marine
Maître principal
Maître principal
Bleu Marine

Masculin
Nombre de messages : 814
Age : 68
Ville : Clermont-Ferrand
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 29/01/2014

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 11:10

Sur cette page, à la date du 28 novembre 1942, des indications sur les opérations menées à La Réunion par le contre-torpilleur Léopard.

La première vague de 40 fusiliers-marins parait énorme pour un bâtiment de cette taille, et avait probablement été singulièrement renforcée pour l'opération. La deuxième vague de 40 marins de spécialités diverses pourrait donner un ordre de grandeur pour un corps de débarquement de contre-torpilleur.

Et ici une allusion à un détachement de 33 hommes de la compagnie de débarquement du Jaguar.
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10335
Age : 36
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 11:43

Loïc Charpentier a écrit:
clausewitz a écrit:
Euh sinon pas d'info sur la composition d'une compagnie de débarquement d'un CT type Vauquelin ? lol! lol!

Un petit topo sur le sujet, évoqué sur le forum ATF 40... http://atf40.forumculture.net/t7333-compagnies-de-dbarquement   Wink

Merci

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
DahliaBleue
Amiral
Amiral
DahliaBleue

Féminin
Nombre de messages : 11570
Age : 38
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 12:08

Loïc Charpentier a écrit:
[…] Un petit topo sur le sujet, évoqué sur le forum ATF 40 […] ; )
Le contributeur là identifié sur ATF40 comme Clausmaster me rappelle vaguement quelqu'un Rolling Eyes Finalement, la question pendante n'est pas toute récente.
Revenir en haut Aller en bas
NIALA
Amiral
Amiral
NIALA

Masculin
Nombre de messages : 18302
Age : 77
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 12:25

Loïc Charpentier a écrit:
DahliaBleue a écrit:

Vus le cuirassé d'arrière plan et les bonnets à pompons, ça doit dater des environs de 1914. Cela dit, ce maniement du sabre par des matelots fait plutôt penser à une aimable représentation théâtrale ou folklorique scratch

La "tronche" du mât militaire, à l'arrière-plan, armé, apparemment, de canons-revolvers de 37 mm,  indiquerait, plutôt, la décennie 1890-1900.
L'exercice au sabre d'abordage, qui n'avait rien d'une représentation folklorique, était, longtemps, resté au "programme" d'instruction du mataf.  Les sabres et un certain nombre de haches faisaient, avec la mousqueterie, partie de l'armement réglementaire des compagnies de débarquement. Les armes blanches avaient deux emplois, celui d'outils (couper des cordages, défoncer des portes, etc.) et d'armes de combat; seule, la pique, arme d'estoc, avait été mise au rencard, après la disparition de l'abordage "à l'ancienne", tactique qui avait eu, longtemps, les faveurs de l'état-major français. Il existe de nombreux écrits qui vantent son emploi et la soit-disant dextérité "particulière" du mataf français dans l'affrontement "au corps à corps" ; on retrouve une "pensée" très similaire chez les thuriféraires de la baïonnette, qui verra, ainsi, notre infanterie se faire décimer en 1870 et 1914, avec l'évolution de la "mousqueterie" (fusils à répétition, mitrailleuses).Section de débarquement  Coscorro  

Le cuirassé en arrière plan le le Brennus; entré en service en 1893 et rayé en 1919.(il était déjà désarmé en 1914)
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 28 Déc 2018, 12:31

Bleu Marine a écrit:
Sur cette page, à la date du 28 novembre 1942, des indications sur les opérations menées à La Réunion par le contre-torpilleur Léopard.

La première vague de 40 fusiliers-marins parait énorme pour un bâtiment de cette taille, et avait probablement été singulièrement renforcée pour l'opération. La deuxième vague de 40 marins de spécialités diverses pourrait donner un ordre de grandeur pour un corps de débarquement de contre-torpilleur.

Et ici une allusion à un détachement de 33 hommes de la compagnie de débarquement du Jaguar.

Les 40 "sacos" de la première vague avaient, très probablement, embarqué à bord du CT, dans le cadre de la mission. En théorie, un CT classe Jaguar, embarquait, à plein effectif (de guerre), 195 hommes ; les 40 "pinpins" du bord, soit 20% de l'équipage, qui avaient constitué la seconde vague, c'est beaucoup et cet effectif indique, au passage, qu'il n'y avait, probablement, aucun risque d'intervention extérieure & immédiate pour le bâtiment.

Je rebondis sur ton propos

Citation :
J'analyse le corps de débarquement comme une survivance de l'ancienne marine à voile, où les soldats d'infanterie de marine embarqués et une proportion de l'équipage pouvaient être mis à terre pour s'emparer d'une batterie côtière gênante, voire d'un port ou d'une ville côtière.


Effectivement, jusqu'en 1895, avant que le corps de l'artillerie et de l'infanterie de marine ne soit versé dans la "Biffe", les grandes unités embarquaient une "garnison" - qui jouait, aussi, le rôle de police du bord, ce qui fait qu'elle n'était pas très appréciée! -, mais si ses effectifs pouvaient atteindre, dans le meilleur des cas, une grosse centaine d'homme à bord des grands vaisseaux de deux ou trois-ponts, sur les frégates de 44 canons - équipage au complet (y compris la "garnison"), de l'ordre de 350 hommes -, la garnison - quand elle existait! - ne dépassait guère, 40 hommes (cadres inclus!).

Il y a eu des cas particuliers, comme, par exemple, lors du célèbre combat entre l'Embuscade et la Bayonnaise - cette dernière, une corvette, ramenait de Guyane en France, un corps de 30 hommes de l'infanterie de marine, entassé dans l'entrepont! -; lors de l'abordage, sa présence avait été décisive. La corvette française, armée de 24 canons de 8 n'arrivait pas à distancer & n'avait pas les moyens d'affronter, à armes égales, la frégate (ex-française), armée, elle, de 26 pièces de 12; d'où la solution de l'abordage, en profitant du "surnombre", que le Brit ne pouvait connaitre - en toute logique, une corvette n'embarquait pas de garnison! -!
Revenir en haut Aller en bas
Delambily
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 80
Ville : TOULON
Emploi : du temps chargé
Date d'inscription : 26/10/2016

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 11 Jan 2019, 16:16

Salut à Tous,

La mise à terre du corps de débarquement figure aux rôles des bâtiments, catégorie "rôle d'activités particulière" (Voir mon message du 30 mars 2016). Les rôles à bord sont établis d'après le plan d'armement du bâtiment, suivant la nature de son effectif : Guerre, Paix ou DA.
http://forum.netmarine.net/viewtopic.php?f=5&t=4024&p

Lors de la rédaction de l'historique du Gustave Zédé, j'ai inclut un chapitre, dans la partie technique, consacré au corps de débarquement. Le Gustave Zédé était pourtant loin d'être un foudre de guerre.
Voici les sous-titres du texte original :

§ 1 - Matériel :
A - Moyens de déplacement (en parallèle avec le chapitre concernant la drome),
B - Armes portatives (voir tableau en annexe 1),  
C - Transmission radioélectrique,
D - T. Téléphonique.

§ 2 - Personnel :
L'instruction général sur le corps de débarquement n°259 EMG 3, annexe III, classe le Gustave Zédé dans la série " F " (effectif compris entre 50 et 100 hommes) soit l'armement d'un second-maître et de 7 quartiers-maîtres ou matelots. Une demande adressée au contre-amiral Major-général de Brest, pour faire passer le Zédé dans la catégorie  " E " (bâtiment entre 100 et 200 hommes) est restée sans suite.

Annexe n° 1 :
Nombres, armes, munitions et artifices du corps de débarquement du GZ :
8  -  Mousquetons (Mi 92 M 1916)  -  Calibres 8 mm
3  -  Pistolets mitrailleurs STEN      -  Calibres 9 mm
7  -  Pistolets automatiques MAB    -  Calibres 7,65 mm
2  -  Pistolets signaleurs allemands  -

Dans son rapport de fin de commandement, le CF Salini évoque lors du séjour à Bizerte (du 5 septembre au 15 octobre 1963) en vue de l'évacuation de la base, l'artillerie de 105 devait être parée à tirer contre la terre en cas de troubles, a permis d'entrainer les armements et la conduite de tir et l'instruction du personnel à terre est poussée au possible (séance d'entrainement au C.E.S.A.R.T.).

Praticien de l'histoire de la marine française, je privilégie toujours la matière première que l'on trouve dans les archives. Le texte ci-dessus est d'ailleurs issu en totalité des divers rapports rédigés par les commandants successifs, présents dans les archives du bord, au SHM de Toulon. Difficile pour les Vauquelin, leurs archives seront détruites par fait de guerre, par contre ces rapports étaient rédigés en plusieurs exemplaires et adressés à divers services, le principal destinataire n'est autre que le ministre de la marine, ces documents sont donc conservés au fort de Vincennes. Les écrits, (correspondance et rapports ou devis de campagne) de l'officier désigné pour suivre les travaux pour prendre ensuite le commandement du bâtiment, sont à consulter en priorité.

Ce texte a été publié suite à une amicale pression. Le devoir d'un ancien secrétaire et documentaliste d'une amicale d'anciens marins était d'y répondre, en dépit d'une actualité récente.


André Delambily, ancien du Gustave Zédé
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 11 Jan 2019, 17:54

Delambily a écrit:
Salut à Tous,

La mise à terre du corps de débarquement figure aux rôles des bâtiments, catégorie "rôle d'activités particulière" (Voir mon message du 30 mars 2016). Les rôles à bord sont établis d'après le plan d'armement du bâtiment, suivant la nature de son effectif : Guerre, Paix ou DA.
http://forum.netmarine.net/viewtopic.php?f=5&t=4024&p
§ 2 - Personnel :
L'instruction général sur le corps de débarquement n°259 EMG 3, annexe III, classe le Gustave Zédé dans la série " F " (effectif compris entre 50 et 100 hommes) soit l'armement d'un second-maître et de 7 quartiers-maîtres ou matelots. Une demande adressée au contre-amiral Major-général de Brest, pour faire passer le Zédé dans la catégorie  " E " (bâtiment entre 100 et 200 hommes) est restée sans suite.

Annexe n° 1 :
Nombres, armes, munitions et artifices du corps de débarquement du GZ :
8  -  Mousquetons (Mi 92 M 1916)  -  Calibres 8 mm
3  -  Pistolets mitrailleurs STEN      -  Calibres 9 mm
7  -  Pistolets automatiques MAB    -  Calibres 7,65 mm
2  -  Pistolets signaleurs allemands  -


Bonjour,

Ni vois pas grief, mais c'est le type même d'organisation qui reste entachée d'un flou "sublime"!
Dans la réalité, la compagnie de débarquement, pompeusement baptisée "Corps", a, en réalité, à peine l'effectif d'une section terrestre (18 armes d'épaule et de poing).

Il faudrait, juste, m'expliquer quelles pouvaient être les missions terrestres possibles avec une "telle" puissance de feu ? ... même en tenant compte de l'appui de l'artillerie du bord.

Ces "compagnies" de débarquement, un, trouvent leur origine dans la compagnie d'abordage, deux, dans les effectifs "pléthoriques" des vaisseaux de ligne, qui embarquaient des équipages de 800/1000 pinpins, dont la majorité était, le plus souvent, "sans spécialité". Sauf volontariat ou besoin spécifique, on n'allait pas y incorporer un gabier "volant" ou un canonnier "premier brin". On tablait sur le personnel "à peu de frais" - taillable et corvéable à merci!  Very Happy  -, encadré par la garnison du bord (Infanterie & Artillerie de la Marine et des Colonies).

Les compagnies d'abordage, converties en unités de débarquement "à usage terrestre", n'avaient qu'un seul rôle, éliminer et occuper un point fort avancé adverse, jusqu'à l'arrivée (rapide) de  la "Biffe", éventuellement embarquée. Les matafs n'avaient rien à envier, sur le plan combatif, à leurs homologues terrestres, mais, une fois, à terre, faute d'expérience en la matière, - y compris de leurs cadres - , ils devenaient, vite, très compliqués à gérer!  Par exemple, ils n'étaient pas formés pour "crapahuter"  dans la "pampa"; 90%  de l'équipage d'un vaisseau de ligne se déplaçait, alors, pieds nus, sauf quand il gelait, en mer, à pierre fendre. Si on leur collait des godillots, à part pour aller faire le beau durant les escales, je ne vous dis pas le problème, ne serait-ce que pour leur faire parcourir cinq malheureuses bornes sur la terre ferme! Section de débarquement  Marinos

L'évolution de la technologie, qui avait amené, entre autres, la spécialisation des équipages et celle des missions, elles-aussi, de plus en plus spécialisées, avaient, progressivement, sonné le glas des garnisons "d'infanterie" embarquées sur nos bâtiments. Elles avaient été remplacées par le corps des fusiliers-marins, mais dans une proportion très inférieure, car il n'avait pas pour mission de jouer les garnisons coloniales - rôle qu'avaient conservé l'artillerie et infanterie de la marine, devenues "coloniales", une fois, versées dans l'armée de terre, à dater de 1895 -.  

En gros, avant même 1914,  la compagnie de débarquement, selon sa définition originale de "compagnie d'abordage" n'était plus qu'un vieux reste du passé! Ne serait-ce que faute d'abordage!  

Aussi étonnant que çà puisse paraitre, ce sont, toutes à la fois, la spécialisation des formations de fusiliers-commando - ils ne sont pas très nombreux- et les besoins d'actions spécifiques, tels que la lutte contre le piratage en Mer Rouge ou dans l'Océan Indien, qui ont réactualisé le rôle de la compagnie d'abordage et de débarquement. Lors d'un incident assez récent (quelques années),  les commandos-marine avaient été débarquées pour chasser les pirates somaliens dans les terres - certains d'entre eux, croupissent, depuis lors, dans nos geôles nationales - cà devrait leur apprendre à parler très correctement le français et à découvrir une  petite partie des "bienfaits" de la démocratie (les avocats, le téléphone portable, le chauffage des cellules, la télé câblée, etc.), mais ils risquent d'être un peu déboussolés, les "pôvres Choupinets" quand ils seront réexpédiés dans leur terre natale! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Delambily
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 139
Age : 80
Ville : TOULON
Emploi : du temps chargé
Date d'inscription : 26/10/2016

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 18 Jan 2019, 15:08

Bonjour Loïc,

Il est assez cocasse d'avoir des exigences sur l'appellation du CORPS de DEBARQUEMENT, alors que tout au long de tes messages, tu nommes la marine nationale française par l'appellation historiquement anachronique "LA ROYALE" , alors qu'aucun texte ni objet (ruban légendé, ancre couronnée etc) n'existe. Mon récit familial étant raccord avec l'article de Michel Vergé-Franceschi, paru dans son dictionnaire d'histoire maritime, page 1270.

Le terme "CORPS de DEBARQUEMENT" figure bien dans les textes officiels du ministère de la marine, notamment dans l'arrêté du 28 octobre 1910 (714 articles), sur le service intérieur à bord des bâtiments de la flotte, in Journal Officiel du 3 décembre 1910 (ce document est présent sur Gallica (BNF). Il est vrai nous étions encore marqué par la descente à Casablanca de l'EV Ballande du croiseur Galilée et de son équipe. Pas la peine de ressortir les corps des officiers de marine et assimilés et officiers civils, j'ai listé les "Cadres de l'Etat-Major de l'Armée Navale" pour la période de 1800 à 1940, que je désigne comme pyramide des grades (nombre d'officiers par grade et limite d'âge), classés par chronologie et par cadre y compris les troupes de marine.
Petite précision ces troupes de marine transformées en troupes coloniales et versées au département de la guerre à compter du 1er janvier 1901, en vertu de la loi du 7 juillet 1900, et non en 1895. Je possède d'ailleurs en bibliothèque, section "personnel", une soixantaine d'annuaires de la marine sous ses diverses appellations, ça débute en l'an IX (1800-1801) pour terminer en 1973.  

La devise des corps de débarquement aurait pu être empruntée à la Belgique ou à Haïti l' "Union fait la force". Pour mémoire à Bizerte en 1963, le Gustave Zédé n'était pas seul (à l'époque j'étais à bord) entre autres l'EE Jauréguiberry et la présence de nombreux biffins, chargés de la manutention et de la garde. Le dernier commandant de la marine à Bizerte était aussi très entouré de fusiliers-marins et commandos, suite aux violents évènements intervenus en ce lieu, de juillet à septembre 1961, comme d'ailleurs pendant une grande partie de sa carrière, vu la biographie de son titulaire.
http://forum.netmarine.net/viewtopic.php?f=11&t=3087  


Je viens de sortir des archives imprimées de ma documentation : "Le Manuel du Marin Fusiliers" de 1916. Numéro 5152 de la Nomenclature des documents, 12ème édition, tirage provisoire, décision ministérielle du 26 juillet 1916 :
* Page 389 :
TITRE IV  CORPS de DEBARQUEMENT
Chapitre premier  -  Composition en personnel et Matériel.
* Pages 403 à 413 :
Chapitre II  -  Mise à terre et retour à bord du Corps de débarquement.


Bien cordialement,


André Delambily, ancien du Gustave Zédé
Revenir en haut Aller en bas
Loïc Charpentier
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
Loïc Charpentier

Masculin
Nombre de messages : 3681
Age : 73
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  EmptyVen 18 Jan 2019, 16:40

Les documents officiels sont une chose, la réalité, une autre.
Désigné "pompeusement" Corps de Débarquement, force est de constaté que l'effectif réel n'atteignait, même pas, celui d'une demi-section de la Biffe. Dans l'exemple que tu donnes, pour le Gustave Zédé, il se résumait à... 9 hommes, pour un équipage de la catégorie 50 à 100 hommes, en gros, l'effectif d'un canot!

Cà peut s'avérer suffisant pour arraisonner un cargo, mais dans l'éventualité d'un débarquement terrestre, c'est une aimable rigolade; c'est, à peu de chose près, - l'armement en plus - l'équivalent de l'effectif d'une "patrouille de police", qui sillonnait le quartier de "Chicago", à Toulon, durant les heures chaudes, dans les belles années de ce célèbre quartier!

Il est évident que, dans l'éventualité d'une intervention terrestre, on n'allait pas y expédier une malheureuse dizaine de pinpins esseulés. C'est, d'ailleurs ce que tu précises en évoquant les "évènements" de Bizerte. C'est, en réalité, la quote-part, au prorata de l'effectif total du bâtiment, dans le cadre d'une possible opération amphibie combinée, pour laquelle ont été rameutées d'autres forces, plus aptes - aussi bien sur les plans de l'effectif, la spécialité, l'armement - à mener des opérations à terre, notion qu'implique le terme débarquement. Cà n'a rien à voir avec la qualité militaire (ou le courage) des matafs, juste avec leurs compétences réelles dans ce domaine particulier.

Puisque tu as, toi-même, été dans la "Royale" Boulet, tu es bien au au fait du niveau réelle de notre formation "militaire" - nombre de cartouches tirées par an (avec le bon vieux mousqueton 92!) et de kilomètres parcourus - de mon temps, après cinq bornes de marche, on nous ramassait à la p'tite cuiller et je ne parle, même, pas de crapahuter, avec armement et sac à dos, sur une voie carrossable... plate! -. A chacun son métier et la Marine n'avait pas constitué pour rien, un corps de fusiliers-marins, en même temps ou peu après, le versement de l'infanterie de marine dans l'armée de terre. 1895 ou 1905, peu importe, l'intention était, déjà, dans les tuyaux.

Nota : Mon père était avec les fusiliers-marins de Ronarc'h, en 14-18, et mon grand-père, dans l'artillerie coloniale, feu ou ex-Artillerie de la Marine, de 1914 à 1930... alors ne viens pas trop chercher dans ce domaine. Wink

Ah, juste, un truc... Fais, aussi, un effort (de courtoisie) pour éviter de tacler à propos du moindre détail, car ces derniers temps, çà devient pénible! En ce qui me concerne, je n'ai jamais prétendu avoir la science infuse, ni connaitre les règlements sur le bout des doigts. Il s'agit, ici, en général, de conversations "à bâtons rompus", sans prétention.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Section de débarquement  Empty
MessageSujet: Re: Section de débarquement    Section de débarquement  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Section de débarquement
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Votre Forum :: Quid de Marine Forum-
Sauter vers: