AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMar 11 Déc 2018, 10:02

LANDING HELICOPTER ASSAULT (LHA) CLASSE TARAWA
(ETATS-UNIS)

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta11

AVANT-PROPOS

Les opérations amphibies : vieilles comme le monde

Si on interroge le grand public sur les opérations amphibies et les débarquement il y à fort à parier que la majorité dira que les débarquements sont apparus durant le second conflit mondial voir pour les plus connaisseurs durant ce qui aurait du être la der et des ders.

Nous sommes loin de la vérité, très loin. C'est bien simple les opérations amphibies, les opérations combinées sont aussi vieilles que le combat sur mer. A une époque où il n'y avait que peu d'armes de jet et pas d'artillerie, le seul moyen de vaincre était d'aborder le ou les navires ennemis.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Trizor10
Une trière grecque

Pour combattre les marines grecques et romaines embarquaient sur les trirèmes et autres trières des détachements d'hoplites et de légionnaires destinés à combattre sur mer, de véritables ancêtres de nos marines.

Les romains qui n'étaient pas si mauvais marins qu'on l'à dit (la marine romaine est peu à peu réhabilitée par les historiens) inventèrent une passerelle mobile appelée corvus (corbeau) pour rendre l'abordage moins périlleux.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Corvus10
Le corvus

Aux fantassins s'ajoutaient souvent des archers dont le tir précis et meurtrier pouvait rendre l'abordage selon les points de vue plus facile ou plus difficile.

A une époque où les batailles navales avaient lieu à proximité immédiate du rivage (sa disparition provoquait de véritables terreurs chez les marins de l'époque) une autre façon de l'emporter était de frapper les villages, les villes et les ports de l'ennemi.

Ce que les français ont appelé descentes fût le mode d'action privilégié des différentes marines même après l'apparition de l'artillerie.

Un navire seul ou une petite escadre mouillait dans une baie, un estuaire, un delta, déployait à terre une petite armée qui se chargeait de ravager les récoltes, détruire les dépôts, neutraliser les défenses. On rembarquait ensuite pour rentrer au pays.

Ce mode d'action disparu en Europe quand la portée et l'efficacité de l'artillerie de marine généralisa le combat en escadre. Les descentes avaient cependant encore leur utilité outre-mer dans des régions inoccupées ou occupées par des populations n'ayant ni la puissance de feu ni la technique pour repousser une armée européenne.

Comme les navires utilisées étaient des souvent appelées canonnières, on parla de politique de la canonnière, particulièrement utile pour faire plier un potentat local où un puissant monarque mais à la tête d'un pays en déclin comme la Chine.

Néanmoins quand commence le 20ème siècle, l'opération amphibie était du domaine de la «petite guerre», un domaine n'intéressant pas beaucoup les amiraux qui ne rêvaient qu'aux batailles en ligne avec des cuirassés et des croiseurs de bataille ouvrant le feu à des distances qui paraissaient impensables jadis qui ne feront qu'augmenter.

Comme souvent pour ne pas dire comme toujours, le premier conflit mondial sur mer ne se déroula pas comme les amiraux l'avait envisagé. Il y eu bien des batailles rangées mais celles-ci furent rares et souvent indécises.

En revanche il y eu un affrontement entre sous-marins et escorteurs, l'engagement d'avions et d'hydravions mais aussi le premier débarquement amphibie de l'ère moderne.

Les Dardanelles  : une bonne idée mal exécutée
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Dardan10
Montage photo sur la première opération amphibie de l'air moderne

Franklin D. Roosevelt, 32ème président des Etats-Unis de 1932 à 1945 aurait dit un jour à propos de Winston Churchill «Winston à vingt ou trente idées par jour dont seulement deux ou trois de bonne. Le problème c'est qu'il ne sait pas lesquelles».

Parmi les bonnes idées figure l'expédition des Dardanelles. Oui je sais le résultat à été désastreux, provoquant la fin de la carrière de Winston Churchill à la tête de l'Amirauté, l'échec de l'expédition dans les détroits l'obligeant à démissionner de son poste de premier lord.

A l'origine de cette expédition figure la volonté de frapper la Triplice à son point faible à savoir l'empire ottoman considéré comme l'homme malade de l'Europe. De plus la neutralisation de Constantinople et la prise des détroits du Bosphore et des Dardanelles était indispensable pour ravitailler la Russie.

Le 18 mars 1915, les alliés tentèrent de forcer le détroit avec des cuirassés. Ce fût un échec avec la destruction de plusieurs cuirassés notamment le HMS Ocean et le Bouvet. Ces cuirassés étaient destinés à couvrir les dragueurs de mines pris pour cible par les batteries ottomanes.

Suite à cet échec les alliés comprirent que la seule façon de neutraliser les défenses ottomanes était de débarquer à terre.

Ce débarquement eut lieu le 25 avril 1915 au cap Helles et dans la baie qui allait devenir la baie ANZAC du nom des troupes australo-néo zélandaises (Australian New Zealand Corps) déployées sur ce théâtre d'opération particulièrement ingrat. Cet événement est aujourd'hui encore commémoré par l'Australie et la Nouvelle-Zélande lors d'un ANZAC Day plus important que le jour du souvenir (11 novembre 1918).

Sur un terrain bouleversé face à un adversaire mordant et déterminé dirigé par un certain Mustapha Kemal, les alliés subirent des pertes particulièrement lourdes. Aux pertes au combat s'ajoutèrent les pertes liées à la maladie.

Les alliés qui mobilisèrent six puis seize divisions (489000 britanniques et dominions plus 79000 français) perdirent 252000 hommes tués, blessés et prisonniers s'opposant à cinq puis quinze divisions ottomanes (315000 hommes 218 à 251000 pertes).

Le 6 août 1915 les alliés débarquèrent en baie de Suvla mais là encore ils furent incapables de sortir de la tête de pont.

Peu à peu le front se stabilisa, on était dans une impasse. Après le refus français d'envoyer de nouveaux renforts et l'entrée en guerre de la Bulgarie le 5 octobre 1915, les alliés décidèrent d'évacuer, évacuation terminée le 9 janvier 1916.

Cette idée sur le papier était bonne mais son exécution fût tout simplement calamiteuse. Plusieurs facteurs à cela : impréparation des alliés, sous-estimation des forces autonomes, inexpérience..... .

Cet échec décrédibilisa les opérations amphibies et enterra le projet de l'amiral Fisher d'un débarquement en mer Baltique pour se rapprocher de Berlin (située à seulement 80km), opération qui dépassa le cadre de la simple idée d'état-major puisque des cuirassés adaptés furent commandés (Furious, Courageous,Glorious).

Pire encore débarquer sur une côte défendue fût considéré comme mission impossible, mission que récupéra le Corps des Marines des Etats-Unis (United States Marines Corps USMC) tout simplement parce que l'avenir du corps était menacé et surtout parce que personne n'en voulait.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Campag10
Carte en relief de la campagne des Dardanelles

Les opérations amphibies durant le second conflit mondial

En guise d'avant-propos

L'entre deux guerres (1919-1939) est marqué sur le plan naval par de sérieuses restrictions imposées par les traités (Washington, Londres), la crise économique ainsi que le pacifisme des opinions.

Des choix sont à faire et parmi ces choix on préfère investir dans les grandes unités de surface (quelques cuirassés, croiseurs lourds, croiseurs légers, destroyers) plutôt que dans la lutte anti-sous-marine ou les opérations amphibies.

Si en Europe ce choix peut paraître censé en raison de la géographie et du rapport de force, sur le théâtre Asie-Pacifique on aurait pu s'attendre à ce que les japonais comme les américains ne développe une doctrine complète et un matériel adapté.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Ijn_sh10
Le Shinshu Maru, premier LSD de l'histoire

Les japonais ont construit quelques navires adaptés (notamment le premier LSD), disposent de quelques unités d'infanterie de marine mais à part ça rien de bien concret. Côté américain c'est encore moins avec les Marines mais pas de navires adaptés, pas de plans précis ni de doctrine d'emploi.

Tout va donc être créé, une véritable génération spontanée de navires adaptés, certains disposant d'un radier mais la plupart disposant de la capacité de plager pour débarquer hommes, véhicules et matériel.

Les débuts vont être difficiles et sanglants mais peu à peu l'USMC va passer maître dans l'art des opérations amphibies. Dans un véritable jeu de «saute-mouton», Marines et G.I débarquèrent sur de nombreux îlots, atolls et îles, grignotant les limites de la «sphère de coprospérité», permettant l'établissement de bases logistiques pour soutenir les Task Force mais aussi d'aérodromes pour mener une campagne de bombardement stratégique en direction du Japon.

En Europe les allemands tentèrent de monter l'opération Seelowe (lion de Mer) mais renoncèrent très vite devant la résistance de la Grande-Bretagne sans que l'on sache si cet renoncement était sincère ou si dès l'origine l'opération était davantage politique et militaire. D'autres projets furent étudiés mais ne dépassèrent pas l'étude d'état-major.

Ce sont les alliés qui effectuèrent de nombreux débarquement. Si les débarquements soviétiques ne furent que des opérations tactiques, des coups de main, des descentes les opérations menées par les alliés furent des opérations massives, énormes, gigantesques qu'elles se déroulent en Méditerranée (Afrique du Nord, Italie, Provence) et en Europe du Nord-Ouest avec le débarquement de Normandie.

Liste des opérations amphibies du second conflit mondial

Dans cette partie, je vais lister les différents débarquements amphibies du second conflit mondial en me limitant volontairement aux opérations majeures dans le Pacifique, en Méditerranée et en Europe du Nord-Ouest. Je vais donc exclure les débarquements tactiques comme ceux exécutés pour la prise d'Anvers.

Si les débarquements dépendaient beaucoup de la géographie, de l'hydrographie, du climat, de l'opposition ennemie, il y avait quelques points communs.

Il fallait avoir le contrôle de l'océan, la maîtrise de l'espace aérien, une bonne connaissance du dispositif ennemi et une exploitation rapide pour éviter d'être englué dans la tête de pont ce qui imposait le débarquement de chars dès la première vague.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ls10
Un LST

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les premiers navires amphibies mis au point par les britanniques étaient des Landing Ship (LST), des bâtiments de débarquement de chars.

L'appui-feu était capital nécessitant la mobilisation de cuirassés et de croiseurs pour le matraquage, de destroyers pour assurer l'appui rapproché sans compter d'autres armes comme des lance-roquettes multiples. La transmission et la coordination étaient vitales pour comprendre et agir vite.

-En ce qui concerne le théâtre «Europe-Méditerranée» plusieurs opérations amphibies sont menées par les alliés. La première opération est davantage un raid amphibie qu'un vrai débarquement massif et imposant.

C'est l'opération Jubilee, un raid amphibie mené le 19 août 1942 en direction de Dieppe. Ce sont 10500 hommes essentiellement canadiens associés à des américains et des français libre. Appuyés par 237 navires et 74 squadrons, ces hommes doivent détruire les installations portuaires, neutraliser des batteries côtières et différents objectifs clés.

Ce raid montre l'impossibilité de prendre un port lors d'une attaque frontale car ces ports sont sérieusement défendus et fortifiés.

Les pertes sont lourdes mais de précieuses leçons sont tirées notamment la nécessité de trouver un moyen de ravitailler la tête de pont une fois le débarquement réussit. Cela enterre la possibilité d'un débarquement dans le Pas de Calais, idée à laquelle s'accrocheront très trop longtemps les allemands.

En Méditerranée, le premier débarquement allié à lieu le 8 novembre 1942 dans le cadre de l'opération Torch. Ce débarquement engage 107000 hommes (33000 au Maroc, 39000 à Alger et 35000 à Oran) appuyés par 350 navires de guerre et transportés par 500 transports. L'appui aérien se fait depuis Gibraltar et surtout depuis les porte-avions d'escorte.

Après quelques jours de combat, les troupes vichystes capitulent permettant aux alliés anglo-saxons d'occuper le Maroc et l'Algérie. La Tunisie en revanche est occupée par les germano-italiens tout comme le sud de la France mettant fin à la fiction d'une France de Vichy indépendante.

Une fois l'Afrique du Nord entièrement entre leurs mains, les alliés vont se lancer dans l'invasion de l'Italie et plus précisément l'invasion de la Sicile.

L'opération Husky à lieu le 9 juillet 1943, début d'une campagne de cinq semaines qui s'achève le 17 août 1943 par la défaite des germano-italiens qui parviennent à passer avec armes et bagages sur la péninsule italienne en traversant le détroit de Messine.

Les anglo-saxons engagent 160000 hommes, 14000 véhicules, 600 chars, 1800 canons et de nombreux avions (à leur apogée 467000 hommes sont engagés) qui doivent faire face à des germano-italiens deux fois moins nombreux (131359 à 252000 italiens, 40 à 60000 allemands, 260 chars et 1400 avions).

Après la conquête de la Sicile, les germano-italiens se demandent si les alliés ne vont pas s'emparer de la Sardaigne. Finalement c'est la péninsule italique qui va être envahie par les alliés, invasion qui se réalise au travers de trois opérations au début du mois de septembre 1943.

Le 3 septembre 1943 à lieu l'opération Baytown, le débarquement à Reggio di Calabria du 13ème Corps d'Armée britannique composé de la 1ère division d'infanterie canadienne et de la 5ème division d'infanterie britannique.

Il traverse le détroit de Messine couvert par un puissant barrage d'artillerie et par les avions de la Desert Air Force opérant depuis les aérodromes siciliens. La réaction des germano-italiens est modérée, le haut commandement de l'Axe étant persuadé qu'il s'agit d'une opération de diversion.

Le 9 septembre 1943 deux opérations ont lieu, l'opération Slapstick qui voit le transport à Tarente de la 1ère Division Aéroportée britannique par les croiseurs légers du 12ème escadron et surtout l'opération Avalanche à Salerne près de Naples.

Les alliés déploient 190000 hommes soit sept divisions plus des unités indépendantes sans compter deux divisions en réserve. Ils vont affronter la 10ème Armée allemande composée de deux Panzerkorps regroupant quatre divisions blindées, une division parachutiste et une division de panzergrandiers.

Les combats sont violents mais les alliés parviennent à occuper le sud de la péninsule et entamer une lente, très lente remontée de la péninsule, freinés par un ennemi mordant se repliant d'une ligne fortifiée à l'autre mais aussi par le manque de moyens attribués à un front secondaire par rapport au front ouest ouvert en juin 1944.  

Le dernier débarquement italien à lieu le 22 janvier 1944 à Anzio (opération Shingle) pour contourner la ligne Gothique, un débarquement qui par l'indécision du général commandant l'opération. Les allemands sont à deux doigts de rejeter les alliés à la mer. Avec une poussée un peu plus énergique, Rome aurait pu être prise bien plus tôt mais ne refait pas l'histoire.

Finalement le dernier débarquement allié en Méditerranée à lieu le 15 août 1944 en Provence (opération Dragoon). Un débarquement qui voit l'engagement de la 7ème Armée américaine et surtout de l'Armée B française.

Ce débarquement qui voit l'engagement de 151000 hommes soldats alliés pour la première vague (576833 hommes au total) oblige les allemands à se replier sans réellement combattre pour éviter d'être coupés du Vaterland. Dès le 12 septembre 1944, les forces alliés venus de Normandie et celles venues de Provence font leur jonction. Toutes les troupes allemandes se sont repliées vers le nord de la France, la Belgique et l'Allemagne à l'exception des garnisons laissées dans les ports de l'Atlantique.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Overlo10
Carte et représentation photographique de l'opération Overlord
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Overlo10

Le 6 juin 1944 à donc eu lieu l'opération Overlord, le débarquement de Normandie qui à popularisé l'expression D-Day (néanmoins si nous devons être rigoureux nous devrions utiliser le nom d'opération Neptune, le code de la partie amphibie de cette monumentale opération militaire). Cette opération à lieu en Normandie et non dans le Pas de Calais comme l'avait envisagé le haut-commandement allemand.

Cinq plages (d'ouest en est Utah,Omaha,Sword,Gold,Juno,Sword) vont permettre le débarquement de troupes quasi-exclusivement anglo-américaines sous le commandement du général Montgomery.

Le plan de l'opération Overlord prévoit de constituer une puissante tête de pont incluant la prise de Caen dès le premier jour et de s'ouvrir la route de Cherbourg pour obtenir un port en eau profonde capable de prendre le relais des ports artificiels Mulberry A et Mulberry B implantés à Saint-Laurent et à Arromanches.

Initialement prévu pour le 1er mai 1944, le débarquement de Normandie est finalement repoussé au 5 puis au 6 juin 1944 dans des conditions météo assez médiocres.

Les chiffres sont gigantesques, vertigineux. 156000 hommes doivent débarquer le premier jour avec 20000 véhicules allant de la jeep au char amphibie, hommes et véhicules transportés par 864 cargos et 4126 engins de débarquement soutenus par 736 navires de soutien et appuyés par 1213 navires de guerre. 12000 avions sont engagés dont 1000 pour l'opération Pegase, le volet aéroporté.

Pour couvrir les flancs les alliés décident d'utiliser les troupes aéroportées. L'opération Pegase tire les leçons des résultats mitigés des opérations précédentes. Il est ainsi prévu le largage à l'est de la 6ème division aéroportée britannique tandis qu'à l'ouest doivent être engagées deux divisions aéroportées américaines, les 82nd et 101st Airborne, les «All American» et les «Screaming Eagle».

Le débarquement connait un succès variable selon les plages. A Omaha les combats sont si sanglants, les pertes si lourdes que l'évacuation est sérieusement envisagée. A Utah le succès est rapide car la plage n'est pas la bonne ! Ailleurs le succès est assez rapide.

Au soir le débarquement est un succès. 156000 hommes sont débarqués (17000 parachutés, 56000 en secteur américain _Omaha, Utah_ 83000 en secteur anglo-canadien) pour la perte de 10300 hommes (tués, blessés).

Sur le plan matériel, deux navires de guerre sont coulés auxquels il faut ajouter 131 LCT, 117 LCA, 43 LCI, 27 avions étant perdus et 63 endommagés.  Les pertes sont moins importantes que prévues mais les objectifs ne sont pas atteints (notamment la prise de Caen dès le premier jour).

-Dans le Pacifique les opérations amphibies vont être massives et majeures. Tout simplement parce que le caractère insulaire impose ce type d'opérations. De 1942 à 1945, les américains vont multiplier les opérations dans un véritable «saut de mouton» d'un atoll à une île et d'une île à un archipel.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Opzora10
7 août 1942 : opération Watchtower début de la terrifiante campagne de Guadalcanal

-La première opération amphibie américaine à lieu le 7 août 1942. l'opération Watchtower qui permet le débarquement de 60000 américains (dont la 1ère division de Marines) à Guadalcanal, Florida,Tugali,Gavutu et Tanambogo dans les Salomons.

Il s'agit de s'emparer d'un aérodrome japonais en construction qui si il avait été achevé aurait rendu la navigation alliée particulièrement difficile en mer de Corail. Cet aérodrome capturé est rebaptisé Henderson Field en référence au major Henderson tué à Midway.

C'est le début d'une terrible campagne de six mois (février 1942-août 1943) où à de très durs combats aériens, navals et terrestres s'ajoutent des conditions météorologiques et climatiques abominables faisant presque plus souffrir les soldats que les combats en eux mêmes.

Après la victoire américaine à Guadalcanal, les américains vont s'occuper de reconquérir la totalité des Salomons. L'industrie américaine commence à faire parler sa puissance.

Si les opérations de 1941/42 ont menés essentiellement par des navires construits avant guerre, les contre-offensives menées à partir de 1943 voit l'engagement de navires neufs qu'il s'agisse des porte-avions de classe Essex, des porte-avions légers de classe Independence, des croiseurs légers de classe Cleveland, des croiseurs lourds classe Baltimore ou des destroyers de classe Fletcher.

Cela commence d'abord dans les Salomons centrales et en Nouvelle-Guinée de juillet à novembre 1943 avant le début de la campagne de Bougainville qui commence le 1er novembre 1943 mais va ne s'achever que le 21 août 1945 à une époque où le front était secondaire, les américains laissant pourrir la situation, se contentant de surveiller la situation mais sans chercher à écraser les positions japonaises qui dépérissent faute de ravitaillement.

Parallèlement à l'offensive de l'US Navy, l'US Army sous l'autorité du flamboyant et caractériel MacArthur avance en Nouvelle-Guinée (avril-novembre 1944), se tenant prêt à passer aux Philippines.

Une fois les Salomons conquises ou du moins neutralisées, l'US Navy repasse à l'offensive dans le Pacifique Centrale.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail12
Photo de la bataille de Tarawa (opération Galvanic)

C'est le début d'une série de débarquements amphibies dans les atolls coralliens, des opérations particulièrement sanglantes comme l'opération Galvanic menée à Tarawa, Betio et Makin à partir du 20 novembre 1943.

Cette première opération est sanglante, impressionne l'opinion publique américaine qui comprend que la guerre va être particulièrement féroce, les japonais étant bien décidés à ne rien céder aux américains. Sur les 53000 hommes mis à terre par les américains, plusieurs milliers d'hommes sont tués ou blessés.

Le 31 janvier 1944 les américains débarquent dans les Marshall (opération Flintlock) plus précisément à Kwajalein et à Roi-Namur.

Plus de 46000 soldats américains sont mis à terre pour des pertes nettement plus faibles que pour Galvanic, le retour d'expérience évitant de nouveaux combats sanglants. L'atoll de Majuro inoccupé par les japonais est prestement saisi par les américains qui vont transformer l'atoll en une base avancée, la logistique dans le Pacifique dictant plus encore qu'ailleurs le tempo des opérations.

Alors que les alliés prennent pied en Normandie, les américains font parler leur puissance industrielle en menant à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres plus à l'est une autre opération amphibie majeure, l'opération Forager qui voit Marines et G.I prendre pied dans les Mariannes.

Cette opération permet aux américains de s'emparer d'aérodromes permettant aux Boeing B-29 Superfortress d'attaquer l'archipel japonais mais surtout cette opération voit au cours de la bataille de la mer des Philippines l'élimination de l'aéronavale japonaise comme entité constituée (19-20 juin) avec le fameux «tir aux pigeons des Mariannes» où 400 avions japonais sont détruits.

Les américains débarquent à Saïpan le 15 juin (les combats s'achèvent le 10 juillet), à  Guam le 21 juillet (fin des combats le 10 août) et à Tinian le 24 juillet (les combats s'achèvent le 31 juillet 1944).

Après la fin de ces opérations, les américains vont faire porter l'essentiel de leurs efforts sur la reconquête de leur ancienne colonie à savoir les Philippines. Une série de débarquements est prévue pour éliminer les japonais présents dans l'archipel.

Le premier débarquement de la campagne des Philippines à lieu le 20 octobre 1944 à Leyte. La 6ème Armée américaine chapeaute les opérations, la 7ème flotte couvrant et appuyant les opérations alors que la 3ème flotte assure la couverture éloignée.

Quatre divisions sont engagées, trois divisions d'infanterie (24ème DI, 7ème DI, 96ème DI) et la 1ère Division de Cavalerie.

Ce débarquement que les japonais ne peuvent ignorer va être à l'origine de la monumentale bataille du Golfe Leyte (23-25 octobre 1944) qui dispute à la bataille du Jutland le titre de plus grande bataille navale de l'histoire. Quant aux combats terrestres ils s'achèvent grosso modo le 20 décembre 1944 après la mort de 3500 américains et de 68000 japonais.

Le 15 décembre 1944 à lieu le débarquement à Mindoro qui voit l'engagement d'une unique division, la 24ème DI.

Le 9 janvier 1945, les américains débarquent sur l'île principale des Philippines à savoir Luçon et plus précisément dans le golfe de Lingayen (les japonais avaient débarqué au même endroit le 8 décembre 1941). Quatre divisions sont mises à terre, quatre divisions d'infanterie (6ème DI, 37ème DI, 40ème et 43ème DI).

Le 28 février 1945, la 41ème DI est mise à terre à Palawan. Entre-temps d'autres opérations ont eu lieu mais il s'agissait davantage de raids, de coups de mains tactiques que d'opérations amphibies majeures.

Au final entre février et avril 1945 pas moins de trente-huit «débarquements» ont lieu dans les Philippines pour nettoyer les Philippines, nettoyage pas terminé quand le Japon capitule. 150000 japonais tenaient ainsi encore le nord-est de la côte de l'île de Luçon.

Avant d'aider les australiens à prendre pied à Borneo, les américains reprennent leur avancée dans le Pacifique central pour renforcer l'emprise américaine sur le Japon, continuer la destruction méthodique de la flotte marchande et de l'industrie.

Voilà pourquoi le 19 février 1945 à lieu le volet amphibie de l'opération Detachment, le débarquement allié à Iwo Jima qui vise à la prise de l'archipel des iles Volcano et notamment de l'île principale d'Iwo Jima (Ile du Souffre). Le contrôle de cet archipel situé à 650 miles nautiques du Japon rendrait encore plus incofortable la situation du Japon métropolitain qui serait plus que jamais à la merci des B-29.

70000 hommes sont engagés côté américain contre 22000 japonais mais ces derniers sont des soldats de métier, solidement retranchés et ayant reçu une consigne claire : c'est seulement en vainqueur qu'ils pourront rentrer au Japon.

Ce sont les 4ème et 5ème Divisions de Marines qui sont engagées pour faire le sale boulot. Parmi les hommes de la 5ème division figure le sergent-chef John Basilone titulaire de la Congressional Medal of Honor pour actes de bravoure à Guadalcanal qui sera tué le premier jour des opérations.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) John_b10
John Basilone

Le Mont Suribachi est pris officiellement le 25 février deux jours après la prise de la célèbre photo. Les combats sont déclarés terminés le 16 mars même si des poches sont présentes jusqu'au 26, le nettoyage étant assuré par la 3ème Division de Marines et le 147ème RI.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Iwo_ji10
"Rise the flag on Iwo Jima" une des plus célèbres photos du seconde conflit mondial

Les combats sur terre et dans les airs sont féroces. Seulement 216 japonais sont capturés et côté américain on dénombre 6821 tués et plus de 19000 blessés. La résistance acharnée, suicidaire des japonais confirmée à Okinawa fût l'une des raisons qui poussèrent Truman à opter pour le bombardement atomique plutôt que pour le débarquement amphibie.

Le dernier débarquement amphibie américain majeur à lieu à Okinawa. C'est le 1er avril 1945 que débute le volet amphibie de l'opération Iceberg.

Les américains engagent sept divisions au sein de la 10ème Armée avec le 24ème Corps d'Armée (7ème/27ème/77ème et 96ème DI) et le 3ème Corps Amphibie (1ère, 2ème et 6ème Divisions de Marines). Ils sont opposés aux 77000 hommes de la 32ème Armée japonaise plus des effectifs d'autres services portant la garnison japonaise à environ 125000 hommes.

Cette bataille fût absolument terrible pour les militaires comme pour les civils, une véritable lutte à mort qui poussa sûrement les américains à préférer utiliser la bombe atomique plutôt que de débarquer au Japon. Le Japon perdit 95400 soldats tués ou suicidés et 7400 prisonniers. Côté américain, les pertes furent de 12000 tués (dont les généraux Buckner et Esaley) et plus de 50000 blessés.

Les américains ont donc acquis durant le second conflit mondial une précieuse expérience des opérations amphibies. Cette expérience ne sera pas dilapidée et sera réutilisée en Corée cinq ans plus tard notamment lors de l'opération Chromite, le débarquement d'Inchon exécuté le 10 septembre 1950 et qui sera suivie de différents débarquements de moindre ampleur mais ceci est une autre histoire.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Opzora11
Opération Chromite, le dernier débarquement majeur mené par les américains

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"


Dernière édition par clausewitz le Ven 28 Déc 2018, 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 12 Déc 2018, 10:09

L'hélicoptère révolutionne les opérations amphibies : enveloppement vertical et porte-hélicoptères

L'atome révolutionne la guerre navale

Le 19 février 1945 et le 1er avril 1945, les américains mènent leurs deux dernières opérations amphibies massives du conflit respectivement à Iwo Jima (opération DETACHMENT) et à Okinawa (opération ICEBERG).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Opzora12
Opération Downfall

La résistance japonaise est féroce, les pertes américains particulièrement lourdes ce qui fait craindre le pire aux officiers américains planifiant les opérations OLYMPIC et CORONET, les deux débarquements amphibies prévus sur les îles de l'archipel nippon dans le cadre de l'opération DOWNFALL.

Aussi quand le président Truman est averti de la disponibilité de la bombe atomique il n'hésite pas à l'utiliser pour hâter la capitulation japonaise. En larguant la première à Hiroshima le 6 août puis la deuxième à Nagasaki trois jours plus tard, les américains abrègent le conflit de plusieurs semaines voir de plusieurs mois.

Surtout ils font rentrer le monde dans l'ère de l'atome. Le monde tremble devant une troisième guerre mondiale qui verrait l'usage massif d'une arme dont les américains n'ont le monopole que pendant deux ans, les soviétiques les rattrapant avant que le club de ne s'élargisse à la Grande-Bretagne, la France et la Chine en attendant l'Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et même Israël.

Le développement de l'arme nucléaire et de l'aviation semblaient ranger les débarquements amphibies massifs dans les rayonnages de l'histoire militaire. L'imposante flotte nécessaire pour une opération de ce genre aurait été une cible idéale pour une bombe atomique.

Les expérimentations de Bikini (opération Crossroads) rassurèrent un peu les marins américains qui comprirent qu'avec quelques précautions et quelques parades préventives, les navires de guerre pouvaient combattre en milieu nucléaire.

Un autre problème se posait aux opérations amphibies. La batellerie développée pour débarquer chars, camions, véhicules légers et soldats ne pouvaient accéder qu'à un faible pourcentage des plages car elles ne pouvaient s'échouer que sur des plages à faible gradient (soit à peine 10% des plages de la planète).

Débarquer des troupes sur une plage c'est bien mais il fallait aussi leur permettre de quitter les plages et de gagner l'intérieur des terres ce que ne permettaient pas toujours la géographie.

Tous ces facteurs facilitaient grandement la défense, un commandant militaire intelligent pouvait avec un certain pourcentage de réussite identifier les plages sur lesquelles l'ennemi pouvait débarquer.

Les batteries côtières, les mines, les pièges divers et variés pouvaient rendre un débarquement extrêmement coûteux en vies humaines et en matériel sans parler du fait que si l'ennemi dispose d'une flotte encore respectable, le débarquement pouvait tourner à la catastrophe.

C'est alors que les militaires se penchèrent sur un drôle d'engin, un cousin de l'avion qui décollait et aterrissait verticalement, pouvant pivoter sur lui même et rester en stationnaire : l'hélicoptère.

Enveloppement vertical et opérations amphibies

Apparu dans les années trente, l'hélicoptère moderne fût utilisé dès le second conflit mondial mais à une échelle réduite et modeste, essentiellement pour la recherche et le sauvetage. Très vite son utilisation comme appareil de transport et de combat fût vu comme possible même si les performances des premiers choppers étaient assez limitées.

Mis à part le contexte particulier de la seconde guerre mondiale où le développement fût accéléré par la pression des événements, le développement d'un nouveau système d'armes prenait généralement du temps et commençait par des conversions plus économiques et moins risqués si jamais la réflexion conduisait militaires et ingénieurs dans le mur.

La mise en oeuvre de nombreux hélicoptères nécessitaient des navires semblables aux porte-avions avec un pont continu totalement dégagé.

La conversion était cependant plus simple que celle qui avait transformé un charbonnier, un pétrolier ou une coque de cuirassé ou de croiseur de bataille en porte-avions. Généralement, il fallait débarquer les catapultes et les brins d'arrêt et aménager dans le hangar ou ailleurs dans le navires des logements pour les soldats _en l’occurrence ici des Leathernecks, les soldats de l'United States Marines Corps (USMC).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lph_us10
Le USS Thetis Bay, premier porte-hélicoptères de l'US Navy

Après l'échec de la transformation du Block Island c'est finalement un porte-avions d'escorte de classe Casablanca, le Thetis Bay (CVE-90) qui est transformé en porte-hélicoptères. Après une première carrière du 12 avril 1944 au 7 août 1956, il est remis en service comme porte-hélicoptères le 20 juillet 1956, servant jusqu'à son désarmement le 1er mars 1964.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lph_us11
Le USS Boxer (LPH-4)

Après le succès de la transformation du Thetis Bay, les américains se montrent plus ambitieux en décidant de convertir trois porte-avions de classe Essex en porte-hélicoptères en l'occurence les USS Boxer (CV-21 futur LPH-4), Princeton (CV-37 LPH-5) et Valley Force (CV-45 LPH-8).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lph_us12
Le USS Princeton (LPH-5) et ci-dessous le USS Valley Forge (LPH-8)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lph_us13

Ces navires perdent catapultes et brins d'arrêts, les hangars sont partiellement transformés pour pouvoir accueillir 1950 Marines et 2000 tonnes de matériel.

Ces trois navires qui avaient participé à la guerre de Corée (et pour le Boxer au second conflit mondial) vont être engagé dans la guerre du Vietnam où les américains imitent les français en Algérie en ayant recours à une échelle encore jamais vue aux opérations aéromobiles. Ce n'est pas un hasard si le Bell UH-1 Huey est devenu le symbole de ce conflit qui traumatise encore les Etats-Unis plus de quarante ans après sa fin.

Si le USS Boxer (LPH-4) est désarmé le 1er décembre 1969 et démoli deux ans plus tard, le USS Princeton (LPH-5) est désarmé le 30 janvier 1970 avant d'être vendu à la démolition en septembre 1973. Le USS Valley Force (CV-45) lui quitte le service actif le 15 janvier 1970 avant d'être démoli le 29 octobre 1971.

Ces quatre conversions permettent aux américains de valider nombre de concepts techniques concernant le porte-hélicoptères et de passer aux constructions neuves avec la classe Iwo Jima.

La classe Iwo Jima

Tout en convertissant des Essex non refondus en porte-hélicoptères, les américains passent à leur construction neuve sous la forme des sept unités de classe Iwo Jima.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_iw10

-Le USS Iwo Jima (LPH-2) est mis sur cale au Puget Sound Naval Shipyard de Bremerton (Etat de Washington) le 2 avril 1959 lancé le 17 septembre 1960 et admis au service actif le 26 août 1961. Il à été désarmé le 14 juillet 1993 avant d'être vendu à la démolition le 18 décembre 1995.  

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ok10

-Le USS Okinawa (LPH-3) est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard (Pennsylvanie) le 1er avril 1960 lancé le 19 août 1961 et admis au service actif le 14 avril 1962. Il est finalement désarmé le 17 décembre 1992 avant d'être coulé comme cible le 6 juin 2002 lors de d'un exercice de la force sous-marine du Pacifique.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_gu10

-Le USS Guadalcanal (LPH-7) est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard (Pennsylvanie)le 1er septembre 1961 lancé le 16 mars 1963 et admis au service actif le 20 juillet 1963. Désarmé à Philadelphie le 31 août 1994 et rayé des registres le même jour, il est coulé comme cible 19 mai 2005.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_gu11

-Le USS Guam (LPH-9) est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard  le 15 novembre 1962 lancé le 22 août 1964 et admis au service actif le 16 janvier 1965.  Désarmé le 25 août 1998, il est coulé comme cible le 16 octobre 2001.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_tr10

-Le USS Tripoli (LPH-10) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls Shipbuilding Corporation installés à Pascagoula dans le Mississippi le 15 juin 1964 lancé le 31 juillet 1965 et admis au service actif le 6 août 1966. Désarmé en 1995, il à servit comme bâtiment-base pour le lancement de missiles destinés à mettre au point le bouclier anti-missiles. Il à été vendu à la démolition en juillet 2018 et démantelé.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ne11

-Le USS New Orleans (LPH-11) est mis sur cale au Philadelphia Naval Shipyard le 1er mars 1966 lancé le 3 février 1968 et admis au service actif le 16 novembre 1968. Désarmé en octobre 1997, il est coulé comme cible le 10 juillet 2010 lors de l'exercice RIMPAC.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_in11

-Le USS Inchon (LPH-12) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls Shipbuilding le 8 avril 1968 lancé le 24 mai 1969 et admis au service actif le 20 juin 1970. Après être intervenu en Haïti (opération Uphold Democracy) en 1994/95, l'Inchon est transformé en bâtiment-base spécialisé pour la guerre des mines. Devenu le MCS-12, il sert de juin 1996 au 19 octobre 2001. Désarmé le 20 juin 2002, il est finalement coulé comme cible le 5 décembre 2004 au large des côtes de Virginie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Classe16

Caractéristiques Techniques des Iwo Jima

Déplacement :  pleine charge 18300 tonnes

Dimensions :  longueur hors tout 183.70m largeur 25.60m tirant d'eau 7.90m

Appareil propulsif :  groupe de turbines Westinghouse alimentée en vapeur par deux chaudières développant 23000ch et entraînant une hélice

Performances :  vitesse maximale théorique 23 noeuds (20 noeuds en service courant) distance franchissable : inconnue

Electronique :  un radar de navigation LN-66, un radar de veille surface SPS-10, un radar de veille aérienne SPS-40, un radar SPN-10 ou SPN-43 d'assistance aérienne,un système ESM et des lance-leurres SRBOC

Armement :  (origine)  4 canons de 76mm modèle 1948 (Mark 22) en deux tourelles doubles Mark 33 installés à l'avant de l'ilôt  (En fin de carrière)  Une tourelle double de 76mm Mark 33,un lanceur octuple pour missiles Sea Sparrow et  deux systèmes antimissiles CIWS Phalanx Mk 15

Installations aéronautiques/capacités

-Pont d'envol entièrement dégagé pour pouvoir mettre en oeuvre de 11 à 25 hélicoptères en fonction de la taille, les appareils les plus couramment engagés étant le CH-46 Sea Knight, le CH-53 Sea Tallion, l'UH-1N Huey et le AH-1 Cobra.

-Deux ascenseurs de 20000kg (22227kg pour l'Okinawa, le Guadalcanal et le Inchon) le premier installé à tribord arrière et le second à bâbord avant

-Cinq spots d'appontage

-Le USS Inchon dispose de deux LCVP sur bossoirs

-Peuvent embarquer 190 officiers et 1900 marines

Equipage :  47 officiers et 605 hommes


Genèse des Tarawa

Hélicos il en faut ! Battelerie oui merci ! Les deux ensemble c'est beaucoup mieux

Le symbole même des débarquements amphibies du second conflit mondial c'est le Landing Ship Tank (LST), un navire simple et rapide à construire, un navire que fait ce que ne doit normalement jamais faire un bateau à savoir s'échouer.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ne12
Le USS Newport (LST-1179)

Ces navires qui ont été ensuite transformés pour de multiples rôles (navires de commandement, navires-hôpitaux, navires-ateliers) vont certes avoir une descendance sous la forme de variantes améliorées (plus rapides, mieux construits, mieux armés, plus confortables pour l'équipage et les troupes embarquées) mais le LST va finir par disparaître des flottes, les derniers LST américains (la classe Newport) n'ayant pas grand chose à voir avec leurs ancêtres puisqu'il disposait d'une imposante rampe avant pour mettre les véhicules à terre.

Un autre type de navire amphibie va cependant le concurrencer puis prendre le relais, des navires appelés en français Transport de Chalands de Débarquement (TCD) et en anglais Landing Ship Dock (LSD) ou Landing Platform Dock (LPD).

Ces navires étaient plus gros que les LST et surtout disposaient en leur sein d'un bassin immergeable baptisé radier. Celui-ci embarquaient des chalands ou des péniches de débarquement qui déposaient à terre des hommes, des véhicules, du matériel.

Ce système avait l'avantage de pouvoir maintenir les navires au large des côtes et surtout évitait la descente périlleuse depuis des filets des hommes voir le transfert dans des chalands de véhicules à la grue.

Le premier navire de ce type ne fût ni américain ni britannique mais japonais en l'occurence le Shinshu Maru mis en service en 1937 pour les opérations de Chine.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_as10
Le USS Ashland (LSD-1)

Durant la seconde guerre mondiale, les américains construisirent des LSD en l’occurrence les huit unités de classe Ashland et les treize navires de classe Casa Grande soit vingt et un navires à comparer aux 1052 LST achevés pendant le second conflit mondial.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ca10
Le USS Casa Grande (LSD-13)

Toutes ces unités ne seront d'ailleurs pas utilisées directement par l'US Navy. Si les huit unités de classe Ashland vont toutes naviguer sous pavillon américain, les treize unités de classe Casa Grande seront réparties entre l'US Navy (treize) et la Royal Navy (quatre). Après guerre des unités serviront sous pavillon espagnol (une), français (une qui avait également servit sous les couleurs grecques) et chinois (une)

Ce modèle plait cependant aux américains qui après guerre vont construire de nouveaux LSD en attendant des LPD. Ces deux navires sont similaires mais les LPD transportent plus d'hommes, plus de véhicules avec un radier et une plate-forme hélicoptère plus petit que sur le LSD.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_th10
Le USS Thomaston (LSD-28)

Le budget 1952 finance ainsi la construction des quatre premières unités de classe Thomaston (il y en aura huit au final). Ces navires sont les héritiers directs des Ashland et des Casa Grande mais intègrent dès leur conception l'hélicoptère sous la forme d'une plate-forme amovible mais l'absence de hangar interdit toute utilisation prolongée.

Les huit unités de classe Thomaston (Thomaston,Plymouth Rock, Fort Snelling, Point Defiance, Spiegel Grove, Alamo, Hermitage et Monticello LSD-28 à 35) sont mises en service en 1954 pour les deux premières, en 1955 pour les deux suivantes, en 1956 pour les LSD-32 à 34 et enfin en 1957 pour le LSD-35).

Désarmés dans l'US Navy entre 1983 et 1993 (respectivement 1984 1983 1984 1983 1989 1990 1989 et 1985), ces huit navires ont tous été démolis ou coulés comme cible à l'exception de l'Alamo et de l'Hermitage vendues à la marine brésilienne en 1989/90 qui les à utilisés jusqu'à encore récemment.

Sur le plan technique ces navires déplaçaient 11989 tonnes à pleine charge, pouvaient naviguer à une vitesse maximale de 22 nœuds et pouvaient embarquer 325 marines qui étaient déployés depuis un radier qui pouvaient contenir trois LCU ou neuf LCM ou 50 transports amphibies AAV/LVTP-7 (Les Leathernecks pouvaient également être déployés depuis une plate-forme hélicoptère)

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_an10
Le USS Anchorage (LSD-36)

Les cinq unités de classe Anchorage (LSD-36 à 40  Anchorage,Portland,Pensacola,Mount Vernon et Fort Fisher) sont mises en service pour la première en 1969, pour la deuxième en 1970, pour la troisième en 1971 et pour les deux dernières en 1972.

Ces navires étaient des versions agrandies des Thomaston. Ils déplaçaient 14225 tonnes, pouvaient filer à 22 nœuds et transportaient 375 marines qui étaient déployés soient depuis une plate-forme hélicoptère ou depuis un radier de 140m de long sur 12m de large, radier pouvant accueillir trois LCU ou neuf LCM-8 voir 48 LVTP-7 sans oublier ultérieurement les véhicules sur coussins d'air type LCAC.

Ils ont été désarmés respectivement en 2003 pour les deux premiers, en 2000 pour le troisième (il est toujours en service dans la marine tawaïnaise), en 2003 pour le quatrième et en 1998 pour le dernier.

Aux côtés des Thomaston et des Anchorage, la marine américaine va faire également construire des LPD, trois unités de classe Raleigh et douze unités de classe Austin.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ra10
Le USS Raleigh (LPD-1)

Après les trois unités de classe Raleigh (Raleigh, Vancouver,La Salle), l'US Navy va faire construire pas moins de douze unités de classe Austin (Austin Ogden Duluth Cleveland Dubuque Denver Juneau Coronado Shreveport Nashville Trenton et Ponce).

Les trois unités de classe Raleigh sont mises en service respectivement en 1962, 1963 et 1964. Il s'agit de navire de 13853 tonnes à pleine charge, pouvant atteindre la vitesse maximale de 23 nœuds avec à leur bord jusqu'à 750 marines, leurs véhicules et leurs matériel.

Le tout est mis en œuvre soit par des hélicoptères (jusqu'à six Boeing Vertol CH-46 Sea Knight) ou par la batellerie. Cette dernière abritée dans un radier de 51.20m de long sur 15.20m de large peut se composer d'un LCU et de trois LCM-6 ou de neuf LCM-6 ou de quatre LCM-8 ou encore de 20 LVTP-7 (certaines sources donnent 24) voir d'un LCAC. Devant la plate-forme hélicoptère, on trouve également deux LCM-6 et quatre LCPL mis à l'eau par grue.

Les deux premiers LPD de classe Raleigh ont été désarmés respectivement en 1991 et 1992. Si le Raleigh à été coulé comme cible le 4 décembre 1994, le Vancouver à été démoli seulement en 2013. Le La Salle transformé en bâtiment de commandement (AGF-3) en 1972 n'à été désarmé qu'en 2005 avant d'être coulé comme cible le 11 août 2007.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_au10
Le USS Austin (LPD-4)

Les douze unités de classe Austin immatriculées LPD-4 à 15 sont mises en service en 1965 (LPD-4/5/6), en 1967 (LPD-7 et 8), en 1968 (LPD-9), en 1969 (LPD-10), en 1970 (LPD-11 à 13) et enfin en 1971 pour les deux dernières unités (LPD-14 et 15).

Ces navires déplaçaient 16914 tonnes à pleine charge, pouvaient filer à 21 nœuds, transportant 900 marines, leurs fournitures et leurs véhicules. Les Leathernecks étaient déployés soit par hélicoptères (six hélicoptères CH-46 mais souvent plus) ou par la batellerie similaire à celle des Raleigh car le radier est de taille identique.

Ces navires ont tous été désarmés entre 2005 et 2017, les LPD-6 et LPD/AGF-11 en 2005, le LPD-4 en 2006, les LPD-5,12 et 14 en 2007, le LPD-10 en 2008, le LPD-13 en 2009, les LPD-7 et 8 en 2011, le LPD-9 en 2014 et enfin le LPD-15 en 2017.

Deux ont été démolis (LPD-4 et 6), deux doivent l'être (LPD-12 et 15), deux ont été coulés comme cibles (LPD-5 et LPD/AGF-11), un à été revendu à l'Inde (LPD-14 Trenton devenu INS Jalashwa) et cinq sont en réserve pour un éventuel mais peu probable réarmement (LPD-7,LPD-8,LPD-9,LPD-10 et LPD-13).

Alors que cette première génération de navires amphibies post-second conflit mondial était en construction ou en début de carrière, certains critiquèrent le concept du LPH qui ne pouvaient mettre à terre des chars et des véhicules lourds.

Certes les LPH opéraient au sein d'Amphibious Squadron (Phibron) avec des LSD et des LPD mais cela imposait de déployer des forces importantes pour réaliser la tactique amphibie imaginée par les planificateurs américains à savoir une mise à terre d'éléments lourds par des chalands de débarquement associée à un double enveloppement vertical.

L'idée germa d'associer des installations aéronautiques dévellopées avec un radier permettant à un navire de réaliser les deux types d'opérations et donc de maintenir un relatif effet de surprise.

On envisagea de modifier le PCU (Pre-Commissioned Unit) New Orleans ( futur LPH-11) alors en construction en le rallongeant de 16m pour y inclure un radier (ce qui aurait augmenté son déplacement de 1800 tonnes et son équipage de 100 hommes) mais ce projet n'aboutit pas tout simplement parce que le chantier constructeur était en avance sur le planning et qu'il y avait de sérieux doutes sur la stabilité du navire ainsi modifié. Même chose pour l'Inchon qui reçut néanmoins deux LCVP sur bossoir.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta12
Schéma des Tarawa

Il fallait donc tout reprendre à zéro ou presque. Ce nouveau type de navire désigné LHA (que l'on traduit le plus souvent par Landing Helicopter Assault ou en français porte-hélicoptères d'assaut) est aussi gros qu'un Essex (environ 40000 tonnes) mais nettement plus lent (à peine 20 nœuds).

Propulsé par des turbines à engrenages alimentées par des chaudières à vapeur, il concentre dans un même espace des capacités héliportées d'un LPH voir d'un porte-aéronefs avec l'embarquement de Harrier, des capacités amphibies d'un LPD/LSD, des capacités de transport de matériel d'un LKA (L pour Amphibie K pour cargo A pour auxiliaire) et les capacités de commandement et de contrôle d'un LCC.

Le premier navire financé au budget 1969 et baptisé Tarawa aurait du être suivit de huit autres unités mais le 30 janvier 1971, l'US Navy annonce que seuls cinq LHA seront construits, des navires baptisés Tarawa Saipan Belleau Woods Nassau et Peleliu. Si le Saipan et le Belleau Woods sont financés au budget 1970, le Nassau et le Peleliu sont construits grâce à des crédits votés au budget 1971.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Litton10
Un LHA en construction à Pascagoula

Ces cinq navires vont tous être construits dans le même chantier naval à savoir le chantier naval Ingalls Shipbuilding  de Pascagoula (qui porte donc le même nom que la rivière) dans le Mississippi.

Créé en 1938 et appartenant aujourd'hui au groupe Huntington Ingalls Industries, c'est le principal chantier naval militaire américain avec 12500 employés et le plus employeur privé de l'Etat du Mississippi.

Fondé sous le nom de Ingalls Shipbuilding Corporation par Robert Ingersoll Ingalls Sr (1882-1951), il s'implante sur la rive orientale de la rivière Pascagoula et plus précisément à son embouchure là où la rivière se jette dans le Golfe du Mexique.

D'abord spécialisé dans la production de navires marchands, le chantier naval se spécialise dans la construction navale militaire notamment en obtenant en 1957 un contrat pour douze sous-marins nucléaires d'attaque.

Racheté par Litton Industries en 1961, il s'étend en 1968 de l'autre côté de la rivière. A son apogée en 1977, le chantier naval employait 27280 ouvriers. En avril 2001, Litton fût acquis par Northrop-Grumman Corporation. En 2005, le chantier naval est endommagé par l'ouragan Katrina mais les dégâts sont au final limités.

Le 31 mars 2011, Northrop Grumman se sépare de toutes ses activités navales qui sont regroupées au sein d'une nouvelle entité baptisée Huntington Navals Industries.

Parmi les navires construits figurent plusieurs sous-marins (un de classe Babel, deux de classe Skipjack, trois de classe Thresher/Permit et sept sous-marins de classe Sturgeon), les trente et un destroyers de classe Spruance, quatre unités de classe Kidd, trente-trois unités de classe Arleigh Burke, dix-huit croiseurs de classe Ticonderoga, des cutters pour les gardes-côtes et de nombreux navires amphibies.

Outre quatre unités de classe San Antonio, on trouve deux unités de classe Iwo Jima, les cinq unités de classe Tarawa mais aussi les huit unités de classe Wasp ainsi que deux unités de classe America.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_am10
Le USS America (LHA-6). Les America doivent remplacer les Tarawa mais les deux premiers (America, Tripoli) n'ont pas de radier. Cette anomalie sera corrigée avec le Bougainville

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 248
Age : 69
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 12 Déc 2018, 15:31

Une lignée intéressante, une de plus, merci Clausewitz ! thumright
Juste une remarque, la photo du LPH-9 Guam est inversée : son îlot est à gauche...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 12 Déc 2018, 22:23

Tiens j'avais pas fait gaffe. C'est un scan donc ceci explique cela

Normalement je poste la suite vendredi avec l'historique du USS Tarawa (LHA-1)

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyVen 14 Déc 2018, 10:13

CARRIERE OPERATIONNELLE

Le USS Tarawa (LHA-1)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta13
Le USS Tarawa (LHA-1) avec l'équipage au poste de bande et un Sikorsky Seahawk en approche

Présentation

Financé au budget 1969, le USS Tarawa (LHA-1) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls de Pascagoula (Mississippi) le 15 novembre 1971 lancé le 1er décembre 1973 et commissioned le 29 mai 1976.

(Pour rappel le terme commissioned dans les marines anglo-saxonnes correspond à notre clôture d'armement : le navire est techniquement prêt mais il reste à entraîner l'équipage).

Le premier porte-hélicoptères d'assaut de la marine américaine est le deuxième navire à commémorer cette sanglante bataille de la deuxième guerre mondiale (voir ci-après).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta14
Le USS Tarawa (CV-40)

Il succède à un porte-avions de classe Essex, le CV-40. Cette vingt-deuxième unité de classe Essex est mise sur cale au Norfolk Navy Yard le 11 mars 1944 lancé le 12 mai 1945 et commissionné le 8 décembre 1945. Il est désarmé le 13 mai 1960, mis en réserve à Philadelphie, statut qu'il va conserver jusqu'au 1er juin 1967 date à laquelle il est rayé du Naval Vessel Register. Il est vendu à la démolition le 3 octobre 1968 à la compagnie Boston Metals Corporation sise à Baltimore (Maryland).

«Bloody Tarawa» (Tarawa la sanglante)

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta15
Carte de l'assaut américain à Tarawa

Cette terrible bataille de la guerre du Pacifique débute le 20 novembre 1943 quand les américains lancent l'opération Galvanic. Elle voit l'engagement de 35000 hommes appartenant à la 2ème division de Marines et à la 27ème DI, soutenus par dix-sept porte-avions, douze cuirassés, douze croiseurs et soixante-six destroyers.

Destinée à offrir aux américains une base pour de futures opérations dans les Mariannes et aux Philippines (l'aérodrome était la principale cible), cette opération est la première opposition japonaise sérieuse à un débarquement amphibie. Les pertes abominables lui valut le surnom de Bloody Tarawa (Tarawa la sanglante).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail13
Photo des combats pour la prise de Tarawa

En trois jours de combat, plus de 1196 américains furent tués et presque 5000 japonais et coréens (4690 exactement, il n'y que 17 japonais et 129 coréens survivants) ce qui rapporté à la superficie de l'atoll (32 km²) en fait l'opération amphibie la plus coûteuse de l'histoire militaire américaine.

Ces pertes choquèrent le public américain qui ne comprenait pas de telles pertes pour un atoll microscopique. Après un temps de polémique, les américains finirent par comprendre que cela allait être très long et très dur et que les japonais ne leur ferait aucun cadeau.

Comme depuis le début de la guerre du Pacifique les leçons de Tarawa furent tirées pour éviter de commettre les mêmes erreurs dans les prochains débarquements. On améliora le commandement et la coordination, la destruction des obstacles via la création des Underwater Demolition Team (UDT)...... .

Trente-trois ans de service

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta16
Le USS Tarawa (LHA-1) au début de sa carrière : Sea Sparrow et canons de 127mm comme armement

Le 7 juillet 1976, le USS Tarawa (LHA-1) quitte son chantier naval constructeur pour rallier son port d'attache en l'occurence San Diego en Californie. Il franchit le canal de Panama le 16 juillet, fait escale à Acapulco (Mexique) avant d'arriver dans le sud de la Californie le 6 août.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta17
Vue aérienne du Tarawa : les ascenseurs sont bien visibles

Le porte-hélicoptères passe la première moitié de l'année 1977 à s’entraîner et à monter en puissance dans les eaux californiennes. Le 13 août il entre au Long Beach Naval Shipyard pour des travaux complémentaires, travaux qui s'achèvent le 15 juillet 1978. Il passe le reste de l'année à s’entraîner aux opérations héliportées et amphibies. Il passe les fêtes de fin d'année dans son port d'attache.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta18
Le USS Tarawa (LHA-1) à la mer

Son premier déploiement opérationnel commence le 1er mars 1979 quand il appareille de San Diego pour l'Extrême-Orient.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta19
Avec le Harrier, le Tarawa offre une capacité d'appui-feu non négligeable pour les Marines débarqués

A bord on trouve à la fois des hélicoptères mais nouveauté des avions à décollage et atterrissage vertical Harrier qui à défaut de servir sous les cocardes de l'USN sur les Sea Control Ship rêvés par l'amiral Zumwalt opéreront (et opèrent encore) sur les LHA et les LHD sous les couleurs des Marines en attendant que le très attendu et très coûteux F-35 prenne (enfin) le relais.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta20
Un Boeing-Vertol CH-46 Sea Knight décollant du Tarawa

Ce premier déploiement qui s'achève le 21 septembre 1979 par son retour en Californie à vu le LHA effectuer des exercices et des escales à Pearl Harbor, aux Philippines, en Corée du Sud, à Hong-Kong, à Singapour et à Okinawa. 400 boat-people vietnamiens sont récupérés en mer de Chine. Une petite fille naît à bord baptisée Tarawa Grace Tran qui bien des années plus tard retrouva l'homme qui avait aidé sa mère à accoucher.

Le deuxième déploiement à lieu du 14 octobre 1980 au 16 avril 1981. Ce déploiement l’emmène au Moyen-Orient, le Tarawa faisant partie du dispositif de l'opération Eagle Claw, une opération d'une complexité telle que si elle avait été couronnée de succès aurait déclassé l'opération Tonnerre sur Entebe comme la plus formidable opération spéciale de tous les temps.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta21
Le USS Tarawa (LHA-1) à la mer

Son troisième déploiement n'à lieu que du 27 avril au 22 novembre 1983. Le Tarawa opère au sein d'un Amphibious Squadron (PhibRon) composé également du USS Duluth (LPD-6) et du USS Frederick (LST-1184) met cap plein ouest, franchit l'océan Indien, la mer Rouge puis le canal de Suez, se positionnant au large du Liban pour participer aux tentatives internationales de ramener la paix dans un pays déchiré depuis 8 ans par une terrible guerre civile.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta22
Le USS Tarawa (LHA-1) à la mer (bis)

Les deux déploiements suivants ont lieu en Extrême-Orient ou dans le langage opérationnel de l'US Navy dans le Pacifique occidental (Westpac Deployment), le premier du 18 octobre 1984 au 26 avril 1985 et le second du 19 mai au 19 décembre 1986.

Lors du déploiement de 1984/85, le porte-hélicoptères d'assaut opère avec le Duluth et un autre bâtiment de débarquement de chars en l’occurrence le USS Tuscaloosa (LST-1187) alors que lors du cinquième déploiement il opère seul, participa à l'exercice Cobra Gold en Thaïlande, un exercice qui voit la participation de nombreux pays (35 en 2016) avec comme principaux participants les Etats-Unis, la Thaïlande, Singapour, la Corée du Sud, l'Indonésie, le Japon et la Malaisie.

Il est ensuite immobilisé pour une importante modernisation, une véritable refonte à mi-vie après onze années de service actif. Les principaux changements concernent outre une remise en état complète le remplacement des Sea Sparrow par des Phalanx et l'embarquement de nouveaux systèmes de communication.

Son sixième déploiement opérationnel n'à donc lieu que du 8 juillet au 20 décembre 1989 (en compagnie du Duluth et du USS Anchorage (LSD-36)), un déploiement essentiellement mené au Proche-Orient tout comme le suivant du 1er décembre 1990 au 30 juin 1991 et pour cause puisqu'il participe à Desert Shield/Desert Storm.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta23
Avant l'arrivée du MV-22, le CH-53 était le plus gros appareil embarqué sur les navires amphibies américains

Durant la première guerre du Golfe, les américains déploient de nombreux navires amphibies (dont deux LHA et quatre LHD) dans le Golfe Persique pour faire croire à un débarquement massif sur les côtes koweïtiennes. Cela fixe des troupes irakiennes dans l’émirat, facilitant l'avancée des troupes alliées à travers le désert irakien.

Le USS Tarawa (LHA-1) n'arrive sur zone que le 12 janvier 1991, cinq jours avant le début de Desert Storm. Il d'abord en mer d'Arabie, ne pénétrant que le 6 février 1991 dans le Golfe Persique.

Il transporte la 5th Marine Expeditionnary Brigade (5ème MEB) en compagnie des  porte-hélicoptères USS Tripoli (LPH-10) et USS New Orleans (LPH-11), des LPD USS Vancouver (LPD-2), USS Denver (LPD-9), Juneau (LPD-10), des LSD USS Germantown (LSD-42) [classe Whidbey Island], USS Anchorage (LSD-36), USS Mount Vernon (LSD-39), du transport d'assaut de classe Charleston USS Mobile (LKA-115) et des bâtiments de débarquement de chars de classe Newport USS Barbour County (LST-1195), USS Peoria (LST-1183) et USS Fredericks (LST-1194).

Il participe à l'exercice Sea Soldier IV en janvier mais contrairement à ce qu'avait espéré le haut-commandement irakien c'est en Arabie Saoudite, au sud de la frontière irakienne que les Marines de la 5ème MEB sont débarqués.

En mai 1991, il porte assistance dans le cadre de l'opération Sea Angel aux victimes du cyclone Gorky. Ce dernier qui frappe le Bangladesh le 28 avril 1991 provoque la mort de 138866 personnes et faisant dix millions de sans-abris.

Au cours de son huitième déploiement opérationnel (28 mai au 25 novembre 1992) en compagnie du USS Ogden (LPD-5) et USS Fort Fisher (LSD-40), le porte-hélicoptères d'assaut participe à l'exercice Eager Mace 92-93, un exercice amphibie bilatéral américano-koweitien avant de transporter les casques bleus pakistanais en Somalie. De retour à San Diego en novembre 1992, il subit une nouvelle modernisation qui voit l'embarquement de deux lanceurs RAM Mk-49.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta33
Vue de l'ilôt du USS Tarawa (LHA-1)

Après une nouvelle refonte à Long Beach, le porte-hélicoptères connait son neuvième déploiement à lieu du 19 avril au 19 décembre 1996 en compagnie du USS Duluth (LPD-6) et du USS Rushmore (LSD-47) de classe Whidbey Island.

Au cours de ce déploiement, le porte-hélicoptères participe à un exercice américano-thaïlandais dans le golfe de Thaïlande, à l'exercice «Indigo Serpent» avec la marine saoudienne et l'exercice «Infinite Moonlight», le premier exercice mené avec les forces armées jordaniennes. Il assure également le soutien à l'opération Desert Strike, le lancement le 3 septembre 1996 de missiles de croisière sur des cibles irakiennes par l'US Navy et l'US Air Force.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta34
Le USS Tarawa (LHA-1) à la mer (ter)

Ce déploiement est suivit d'un dixième du 7 février au 7 août 1998, déploiement au cours duquel il participe à l'opération Southern Watch, l'opération alliée (anglo-américaino française jusqu'en décembre 1998) chargée de faire respecter les zones d'interdiction aérienne.

Le porte-hélicoptères d'assaut n'est pas engagé directement dans les opérations de police des airs mais on peut sérieusement imaginer qu'en cas de besoin, le Tarawa aurait été engagé dans une mission CSAR (Combat Search and Rescue). Durant ce déploiement  il est engagé avec les USS Denver (LPD-9) et Mount Vernon (LSD-39).

Le onzième déploiement n'à lieu que du 14 août 2000 au 12 février 2001 en compagnie du USS Duluth (LPD-6) et du USS Anchorage (LPD-36) suivit d'un douzième mené du 6 janvier au 13 juillet 2003 en compagnie du Duluth et de deux LSD de classe Whidbey Island, les USS Comstock (LSD-45) et Rushmore (LSD-47).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta35
Le USS Tarawa (LHA-1) avec la porte du radier ouvert

Le 12 octobre 2000 alors qu'il ravitaillait dans le port d'Aden au Yemen, le destroyer USS Cole (DDG-67) est victime d'un attentat à l'embarcation suicide. 17 marins américains sont tués et 39 blessés, d'autres sont évacués sur Djibouti par un Transall médicalisé avant d'être rapatriés en Allemagne.

Le Tarawa présent sur zone participe aux secours notamment avec ses hélicoptères et son personnel médical. Il sert aussi de navire de commandement et va rester au Yémen jusqu'au 12 décembre 2000 quand le destroyer est rapatrié par le navire semi-submersible Blue Marlin, réparé, modernisé et remis en service.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta37
Vue aérienne du USS Tarawa (LHA-1) à la mer

Ce dernier déploiement engagé dans le cadre de l'opération Enduring Freedom (liberté immuable, conséquence des attentats du 11 septembre 2001) va se poursuivre par une participation à la deuxième guerre du Golfe, l'opération Iraqi Freedom, une guerre lancée sur des preuves  inexistantes et dont on paye les conséquences encore aujourd'hui.  

Son treizième et avant dernier déploiement à lieu du 16 juillet 2005 au 20 février 2006. Le Tarawa est intégré à un Expeditionnary Strike Group (ESG) qui porte son nom (Expeditionnary Strike Group Tarawa).

Ce concept d'ESG est une évolution de l'ARG imaginée à la fin des années quatre-vingt dix mais qui à pris une nouvelle dimension avec la «guerre mondiale contre le terrorisme». Les navires amphibies sont ainsi accompagnés de navires de combat de surface, d'un SNA et de P-3 Orion de patrouille maritime utilisable aussi bien au dessus de la mer qu'au dessus de la terre (comme nos Atlantique 2).

Pour ce déploiement, l'ESG-Tarawa est composé du USS Tarawa (LHA-1), du USS Cleveland (LPD-7), du USS Pearl Harbor (LSD-52) (classe Whidbey Island) mais aussi du croiseur lance-missiles USS Leyte Gulf (CG-55) (classe Ticonderoga), du destroyer lance-missiles USS Gonzalez (DDG-66) (classe Arleigh Burke), de la frégate lance-missiles USS Ingraham (FFG-61) (classe Oliver Hazard Perry) et du sous-marin nucléaire d'attaque USS Santa Fe (SSN-763) (classe Los Angeles).

Cet ESG est déployée en soutien à la fois des opérations en Afghanistan (Enduring Freedom) mais aussi des combats menés en Irak, la guerre rapidement terminée après l'effondrement du régime baasiste irakien se transformant en une guerre d'usure. Le Tarawa participe également à l'exercice Bright Star.

Le dernier déploiement du premier LHA de l'US Navy à lieu du 5 novembre 2007 au 3 juin 2008 avec le USS Cleveland (LPD-7), le USS Germantown (LSD-42), le croiseur lance-missiles USS Port Royal (CG-73), le destroyer lance-missiles USS Hopper (DDG-70) et la frégate USS Ingraham (FFG-61) (mêmes classes que dans le précédent déploiement).

Ce quatorzième et dernier déploiement le conduit toujours au Moyen-Orient, le Tarawa participant toujours à Enduring Freedom et Operation Iraqi Freedom. Il participe également à l'opération Sea Angel II, les secours déployés au profit des victimes du cyclone Sidr (11-15 novembre 2007) qui avait touché le Bangladesh et le Bengale Orientale faisant 3447 morts (décès confirmés).

Durant ce déploiement, le porte-hélicoptères à visité Singapour, Bahrein, les Emirats Arabes Unis, Djibobuti,Perth,Hobart et les îles Hawaï.

Désarmé le 31 mars 2009, le Tarawa est remorqué à Pearl Harbor, direction le Loch pour être confiés aux bons soins de l' Naval Inactive Ship Maintenance Facility (NISMF) où il doit atteindre son sort final. Actuellement il est maintenu en réserve B pour un éventuel réarmement si besoin est. Une association tente de le transformer en musée mais pour le moment sans succès.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta36
Le USS Tarawa (LHA-1) désarmé à Pearl Harbor et ci-dessous en compagnie de deux frégates de classe Oliver Hazard Perry, les USS Crommelin (FFG-27) et USS Curts (FFG-38). Ces dernières ont été désarmées respectivement en 2012 et 2013, coulées comme cibles en 2016 et 2013
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta38

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyDim 16 Déc 2018, 13:45

Le USS Saipan (LHA-2)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa11
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer. On voit clairement la porte du radier, l'ascenseur axial, le canon de 127mm, le lanceur Sea Sparrow et les deux LCM-6 derrière l'ilôt

Présentation

-Le USS Saipan (LHA-2) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls de Pascagoula (Mississippi) le 21 juillet 1972 lancé le 20 juillet 1974 et commissioned le 15 octobre 1977.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa12
Le USS Saipan (CVL-48) à la mer

La deuxième unité de classe Tarawa est le deuxième navire à porter le nom de cette bataille du second conflit mondial (1944) après un porte-avions léger de classe Saipan. Le USS Saipan (CVL-48) est mis sur cale aux chantiers navals New York Shipbuilding Corporation de Camden (New-Jersey) le 10 juillet 1944 lancé le 8 juillet 1945 et mis en service le 14 juillet 1946.

Utilisé comme porte-avions, il est transformé en 1965 en navire relais de communication et rebaptisé Arlington (AGMR-2). Désarmé le 14 janvier 1970, il est vendu à la démolition en 1976 et démantelé.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail14
Carte de la bataille de Saipan

Le LHA-2 célèbre la mémoire de la bataille de Saipan (15 juin-9 juillet 1944). Dans le cadre de l'opération Forager, les américains vont prendre pied dans l'archipel des Mariannes, un territoire qui mettait le territoire japonais à porter des Boeing B-29 Superfortress.

Les américains engagent deux divisions de Marines (2ème et 4ème) ainsi que la 27ème DI de l'armée de terre, ces trois divisions s'opposant à la 43ème division d'infanterie japonaise. Cette défaite provoqua la démission du premier ministre Hideki Tojo.

Le 13 juin 1944, quinze cuirassés bombardèrent Saipan, tirant 165000 obus à une distance de 9100m ce qui réduisait la précision sans compter que les équipages n'étaient pas tous expérimentés dans le bombardement terrestre.

Le débarquement proprement dit commence le 15 juin 1944 à 7.00 du matin. 300 tracteurs amphibies LVT mettent à terre 8000 Marines sur la côte ouest, couvert par l'aviation et les cuirassés.

A la nuit tombée, les marines des deux divisions débarquées ont créé une tête de pont de 10km de large sur 1km de profondeur. Dans la nuit plusieurs contre-attaques japonaises furent repoussées avec de très lourdes pertes côté nippon.

Le 16 juin 1944, la 27ème DI (US Army) est mise à terre pour renforcer l'emprise américaine sur l'île. Dans la nuit une nouvelle contre-attaque japonaise échoua et le 18 les forces nippones renoncèrent à l'aérodrome. Ce débarquement entraîna la bataille de la mer des Philippines (19-20 juin 1944) qui vit la fin de l'aéronavale japonaise comme arme constituée.

Les combats furent particulièrement violents, les japonais ayant eu le temps de fortifier l'île en multipliant blockhaus, pièges, mines et barbelés. Les américains s'adaptèrent en créant des unités spécialisées dans le nettoyage des blockhaus, bien soutenus par l'artillerie et une profusion d'armes automatiques.

Le 7 juillet 1944, le général Saito ordonna une ultime charge banzai avec plus de 3000 hommes qui manqua de submerger les américains. 4300 soldats et civils japonais sont tués. Deux jours plus tard le 9 juillet, l'amiral Turner annonça que Saipan était sécurisée. De nombreux soldats et civils préférèrent le suicide à la captivité.

Le bilan est particulièrement lourd avec une garnison japonaise anéantie (29000 hommes), 2949 soldats américains tués et 10464 blessés (dont le futur acteur américain Lee Marvin). Plus de 1000 civils japonais se suicidèrent en se jetant dans le vide depuis des lieux aujourd'hui appelés la falaise du suicide ou la falaise banzai.

Des poches de résistance vont continuer jusqu'à la fin du conflit et même après, le capitaine Sakae Oba ne se rendant que le 1er décembre 1945.

Quatre mois après la victoire américaine, plus de 100 Boeing B-29 arrivèrent à Saipan pour bombarder les Philippines, les Ryu-Kyu et même le Japon métropolitain.

Carrière opérationnelle
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa13
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer avec un Sea Knight à l'avant du pont d'envol (et des Bronco à l'arrière ?)

Armé à Pascagoula le 15 décembre 1977, il est affecté à la 2ème flotte (flotte de l'Atlantique) avec Norfolk comme port d'attache.

Après les essais réglementaires, le porte-hélicoptères effectue sa croisière d'endurance dans les Caraïbes avant d'être engagé en juillet 1979 dans une opération d'évacuation des civils américains piégés au Nicaragua victime d'une terrible guerre civile, opération qui interrompit la mise en condition opérationnelle.

De février à avril 1980, le Saipan participe à l'exercice Anorak Express 80, un exercice mené en Norvège avec l'équipage du Saipan et surtout 2000 marines. En mai il assiste les garde-côtes américains dans l'assistance aux réfugiés cubains quittant Mariel pour tenter de rejoindre les Etats-Unis.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa14
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer avec des hélicoptères type CH-46 sur le pont d'envol

Du 25 août 1980 au 25 février 1981, le Saipan est déployé dans l'Atlantique et en Méditerranée en compagnie du USS Ponce (LPD-15). Son deuxième déploiement à lieu du 3 septembre 1981 au 24 février 1982 en Méditerranée et en mer d'Arabie en compagnie du USS Raleigh (LPD-1), du transport d'assaut de classe Charleston USS El Paso (LKA-117) et le bâtiment de débarquement USS Newport (LST-1179).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa15
Le USS Saipan (LHA-2) à quai avec le transport d'assaut USS El Paso (LKA-117) (classe Charleston)

Du 20 août 1982 au 27 juillet 1983 il subit une première modernisation au Norfolk Navy Yard. Il perd ses lanceurs octuples Sea Sparrow remplacés par le système de défense rapprochée Phalanx, le canon de 127mm à l'arrière est également débarqué.

Alors qu'il était en remise en condition opérationnelle en Méditerranée, le porte-hélicoptères participe à l'opération Urgent Fury, l'intervention américaine  sur l'île de Grenade, île vue comme la tête de pont des opérations de déstabilisation cubaines en Amérique Centrale.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa16
Le USS Saipan (LHA-2) à quai. Le Phalanx et le RAM ont remplacé le Sea Sparrow et le canon de 127mm

Le porte-hélicoptères retourne en Méditerranée pour son troisième déploiement (22 janvier au 9 août 1985), son quatrième déploiement le voyant participer dans l'Atlantique à l'exercice Northern Wedding avant de gagner la Méditerranée (17 août 1986 au 24 février 1987). Cet exercice était destiné à vérifier la capacité de l'OTAN à ravitailler l'Europe en cas d'attaque du Pacte de Varsovie. Il était exécuté les années paires en alternance avec Ocean Safari.

Il subit une nouvelle modernisation au Philadelphia Navy Yard du 30 octobre 1987 au 21 février 1988, le Saipan voyant ses Phalanx portés au standard Mk15 et ses systèmes de communication améliorés.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa17
Le USS Saipan (LHA-2) à quai

Son cinquième déploiement à lieu du 7 mars au 7 septembre 1990 en Méditerranée et dans l'Atlantique en compagnie du USS Ponce (LPD-15) et du USS Sumter (LST-1181) (classe Newport). Il évacue les civils piégés par la guerre civile qui ensanglante le Liberia (mars 1990) dans le cadre de l'opération Sharp Edge.

Cette opération voit l'engagement outre du Saipan du USS Ponce (LPD-15), du USS Sumter (LST-1188) avec le destroyer de classe Spruance USS Peterson (DD-969) comme protection. Le soutien logistique est assurée par les ravitailleurs USS Savannah (AOR-4), Rigel (AF-58), les pétroliers USNS Henry J. Kaiser (T-AO-187) et Neosho (T-AO-183).

Une compagnie renforcée de Marines soit 225 hommes est débarquée le 5 août 1990 pour sécuriser le périmètre de l'ambassade des Etats-Unis à Monrovia. Cette opération qui s'achève le 9 janvier 1991 voit l'évacuation de 1936 personnes dont 151 américains (6-27 septembre 1990).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa18
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer avec sur le pont d'envol des CH-46, des CH-53 et des Harrier

Après un sixième déploiement exécuté du 17 septembre 1991 au 17 mars 1992 en Méditerranée et dans la région du Golfe Persique, le Saipan participe à un septième déploiement du 17 mars au 10 septembre 1993, déploiement exécuté en Méditerranée et en Adriatique où il participe au soutien de l'opération Deny Flight, une mission de police des airs destinée à interdire le survol du territoire bosniaque par les différents belligérants (résolution 814 de l'ONU 12 avril 1993 au 20 décembre 1995).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa19
Le USS Saipan (LHA-2) à l'appareillage

De retour de ce déploiement il subit sa troisième et dernière modernisation. Immobilisé au Norfolk Navy Yard du 29 avril 1994 au 31 décembre 1995, il embarque deux lanceurs RAM Mk49 et modernise à nouveau ses systèmes de communication, perdant ses deux derniers canons de 127mm à l'avant.

Son huitième déploiement à lieu du 28 juin au 19 décembre 1996 en Méditerranée et dans le Golfe Persique en compagnie du USS Austin (LPD-4) et du USS Gunston Hall (LSD-44) (classe Whidbey Island).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa20
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer

Il est suivit d'un neuvième en Méditerranée et en Adriatique du 1er juillet au 9 décembre 1998 en compagnie de l'Austin et du USS Tortuga (LSD-46). Il passe l'essentiel de son temps en Adriatique, sauvant les passagers d'un yacht en feu le Huntress (28 juillet 1998), enchaîne par l'opération Balkan Calm pour soutenir la mission d'observation au Kosovo (15 juillet-19 novembre 1998), la 22nd MEU (SOC) se tenait prête à intervenir au profit des observateurs internationaux dans cette province serbe à majorité albanaise.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa21
Le USS Saipan (LHA-2) à quai avec sur son pont d'envol le Bell UH-1N Twin Huey

Il est détourné dans l'Atlantique pour évacuer le personnel de l'ambassade des Etats-Unis à Kinshasa (opération Autumn Shelter du 10 au 16 août 1998) avant de retourner en Adriatique pour participer à l'opération Resolve Resolute menée depuis l'Albanie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa22
Send the Marines !

En janvier 1999 il participe aux essais d'appontage du convertible MV-22 Osprey, un appareil aussi efficace que complexe qui doit à terme remplacer le Boeing-Vertol CH-46 Sea Knight.

Il effectue un dixième déploiement du 11 juillet au 21 décembre 2000 en compagnie de l'Austin et du USS Ashland (LSD-48) toujours en Méditerranée et dans l'Adriatique.

Le onzième déploiement exécuté du 10 janvier au 26 juin 2003 en compagnie des USS Kearsarge (LHD-3) et Boxer (LHD-4), du USS Ponce (LPD-15), du USS Portland (LSD-37), des Gunston Hall et Ashland change des habitudes puisqu'il le voit participer à l'opération Enduring Freedom et Operation Iraqi Freedom en l'occurence le soutien aux opérations menées en Afghanistan et dans l'Océan Indien mais aussi à la deuxième guerre du Golfe, une guerre qui plus que la première à sérieusement bouleversé un Orient qu'un grand homme qualifiait euphémistiquement de «compliqué».

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa23
Le USS Saipan (LHA-2) à la mer avec sur le pont d'envol des CH-46, un AH-1 Cobra, des Harrier

Navire-amiral de l'Amphibious Task Force Four (ATF-4), le Saipan débarque le 20 février par air et par mer le 2nd Marines Expeditionary Battalion (2nd MEB). En restant 148 jours à la mer sans escale il va battre un record de présence à la mer.

De janvier à mars 2005 il participe à l'opération humanitaire New Horizons à Haïti avant d’enchaîner par son douzième déploiement exécuté du 25 mai 2005 au 25 août 2005 dans l'Atlantique, la mer du Nord et en Méditerranée en compagnie du USS Nashville (LPD-13), du Gunston Hall et du croiseur lance-missiles USS Philippine Sea (CG-58) (classe Ticonderoga).

Durant ce déploiement il représente la marine américaine aux cérémonies du centenaire de l'indépendance américaine (juin 1905-juin 2005) avant de participer à l'International Fleet Review à Portsmouth en compagnie du cutter USCGC Eagle pour commémorer le 200ème anniversaire de la bataille de Trafalgar, célébrations à laquelle la France à eu l'excellente idée d'envoyer le Charles de Gaulle.

En mai 2006 il participe à l'opération Phoenix Express, un exercice multinational engageant les Etats-Unis, l'Espagne, le Maroc et l'Algérie. Il est de retour à Norfolk en juillet, se préparant pour un nouveau déploiement.

Le USS Saipan (LHA-2) réalise son treizième et dernier déploiement en Méditerranée et dans le Golfe Persique du 15 août au 22 décembre 2006 pour une mission de déminage, les Sikorsky MH-53E du squadron HM-15 remplaçant les hélicoptères d'assaut et d'attaque généralement embarqués.

Le USS Saipan (LHA-2) est désarmé à Norfolk le 27 avril 2007. Il sert à des essais de survivabilité au combat dans le cadre de recherches pour de futures navires plus surs et plus endurants. Il rejoint ensuite la Naval Inactive Ship Maintenance Facility de Philadelphie où il est rejoint par l'ancien porte-avions John F. Kennedy (CV-67).

Le 30 septembre 2009 un contrat pour le démantèlement du Saipan est signé entre l'US Navy et la société International Shipbreaking Ltd. Située à Brownsville (Texas). L'ex-porte-hélicoptères quitte la Pennsylvanie le 28 octobre 2009 direction le Texas. Son démantèlement s'est achevé le 23 février 2011.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa24
L'ex USS Saipan (LHA-2) à la remorque direction son chantier de démolition

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 17 Déc 2018, 17:15

Le USS Belleau Wood (LHA-3)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be10
Le USS Belleau Woods (LHA-3) rentrant au port

Présentation

-Le USS Belleau Wood (LHA-3) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls Shipbuilding de Pascagoula (Mississippi) le 5 mars 1973 lancé le 11 avril 1977 et commissioned le 23 septembre 1978.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail15
Représentation de la bataille du bois de Belleau

Le troisième porte-hélicoptères de classe Tarawa est le deuxième navire à célébrer la mémoire de la Bataille du Bois de Belleau (1er-26 juin 1918), le premier engagement majeur des troupes américaines et plus précisément des Marines en Europe.

Cette bataille engage les 2ème et 3ème divisions américaines qui incluent une brigade de Marines, des éléments français et britanniques opposés à des éléments de cinq divisions allemandes (237ème, 10ème, 197ème, 87ème et 28ème divisions d'infanterie).

Après la paix de Brest-Litovsk, les allemands rapatrient cinquante divisions du front de l'est au front occidental. Il s'agissait d'obtenir une victoire décisive avant l'arrivée massive des troupes américaines.

Une troisième offensive allemande est lancée en secteur français entre Soissons et Reims (troisième bataille de l'Aisne) permettant aux troupes de Kaiser de se retrouver sur la rive nord de la mer au niveau de Château-Thierry à 95km de Paris (27 mai 1918).

Le 31 mai 1918 la 3ème division américaine stoppe l'avancée allemande, l'armée impériale se tournant vers Vaux et le bois de Belleau. Vaux et Château-Thierry tombent le 1er juin. La 2ème division américaine intégrant une brigade de Marines est déployée pour couvrir la route entre Paris et Metz.

Le 1er juin les allemands percent dans le secteur français à gauche des Marines obligeant les américains à déployer des unités préservées en réserve. La brèche est comblée à la tombe de la nuit le 2 juin.

Les allemands reprennent l'avance le lendemain mais se heurtent aux Marines qui opposent une résistance farouche, n'hésitant pas à contre-attaquer à la baïonnette. Même quand les française se sont repliés, les Leathernecks ont refusé de suivre le mouvement. Le 4 juin 1918 des renforts français ont permis de consolider le front allié.

Les alliés contre-attaquent à 03.45 le 6 juin bousculant les allemands qui se préparaient eux aussi à attaquer. La 167ème DI attaque à gauche des américains qui attaquèrent la côte 142 pour couvrir le flanc. Cette attaque se heurtant à de sérieux retranchements allemands, les Marines subirent de lourdes pertes et furent obligés de se retrancher, ne parvenant à s'emparer de la côte 142 que l'après midi.

Dans la nuit du 4 juin les Marines effectuèrent des reconnaissances montrant le renforcement des positions allemandes. Le lendemain 5 juin, les Marines lancent un nouvel assaut qui se heurte à une farouche résistance allemande provoquant de sérieuses pertes notamment dans les premières vagues qui avançaient de manière particulièrement disciplinée. Le combat se transforma ensuite en un sauvage corps à corps.

A minuit dans la nuit du 7 au 8 juin, une attaque allemande est stoppée, arrêt suivit d'une contre-attaque américaine dans la matinée du 8 juin qui fût aussi repoussée avec de lourdes pertes. Le 9 juin le bois est violemment bombardé par les français comme par les américains entraînant la contrebatterie allemande ce qui permet aux troupes impériales de réorganiser leur dispositif.

Le 10 juin dans la matinée, les marines lancent une nouvelle attaque dans le nord du bois, un assaut initialement réussi mais qui se heurte encore et toujours au tir meurtrier des mitrailleuses allemandes (sans compter l'utilisation du gaz moutarde).  Le lendemain à l'aube une nouvelle attaque américaine est toujours stoppée par une terrible puissance de feu allemande. Il fallu six attaques pour permettre aux américains de s'emparer du bois et ce le 26 juin 1918.

Le bilan est terrible avec 9777 pertes côté américain dont 1811 morts. La plupart ont été enterrés dans le cimetière américain Aisne-Marne. Côté allemand le nombre de morts est inconnu mais 1600 furent faits prisonniers.

Le bois de Belleau fût officiellement rebaptisé «Bois de la Brigade des Marines» et la 4ème brigade de Marines reçut la crois de Guerre. Les allemands baptisèrent les marines de «chiens de l'enfer» et le général Pershing qui avait pourtant refusé la constitution d'une division de Marines déclara que l'homme le plus dangereux sur terre était un Marine et son fusil.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be11
Le USS Belleau Wood (CVL-24)

Le LHA-3 est le deuxième navire à porter ce nom dans la marine américaine. Il succède à  un porte-avions léger de classe Independence, le CVL-24.

Mis sur cale aux chantiers navals de la New York Shipbuilding Corporation de Camden (New Jersey) sous la forme d'un croiseur léger classe Cleveland baptisé New Heaven (CL-76) le 11 août 1941.  Reclassé CV-24 le 16 février 1942 et rebaptisé le 31 mars 1942, il fût lancé le 6 décembre 1942 et admis au service actif le 31 mars 1943.

Déployé dans le Pacifique, il devient ultérieurement CVL-24, étant sérieusement endommagé au large de Leyte le 30 octobre 1944. Le conflit terminé il participe à l'opération Magic Carpet, le rapatriement des soldats américains démobilisés.

Désarmé le 13 janvier 1947 et mis en réserve à Alameda, il est réactivé au titre du MDAP le 5 septembre 1953, étant engagé à la toute fin de la bataille de Dien-Bien-Phu et donc de la guerre d'Indochine. Rentré en France, il participe aux opérations de l'escadre jusqu'au 12 septembre 1960 quand il est restitué aux américains qui vont le couler comme cible.

Carrière opérationnelle

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be12
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à la mer

Armé le 23 septembre 1978, il est affecté dans le Pacifique ralliant San Diego via le canal de Panama. En décembre 1978, il est le premier LHA à mettre en œuvre l'AV-8 Harrier. Entre juillet 1979 et mai 1980 il est immobilisé au Long Beach Naval Shipyard pour des modifications après sa mise en condition opérationnelle notamment au niveau de sa propulsion.

Le premier déploiement opérationnel à lieu du 22 janvier au 4 août 1981 dans le Pacifique et dans l'Océan Indien. Il sauve des flots 150 boat-people vietnamiens et participe à trois  exercices majeurs   avec les marines de la région dont Team Spirit avec la marine sud-coréenne (51 navires et 17000 hommes, cet exercice à eu lieu de 1976 à 1993) et de Valiant Usher avec la Royal Australian Navy. Il effectue huit escales de courtoisie et de diplomatie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be13
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à la mer (bis)

Lors de son deuxième déploiement (Pacifique/Océan Indien 4 août 1982 au 24 février 1983), le porte-hélicoptères d'assaut participe à quatre exercices amphibies majeurs aux Philippines, en Thaïlande, en Somalie et en Australie (exercices Team Usher, Team Spirit et Jade Tiger 83) et à onze ports visités (Honolulu deux fois Hong-Kong, Subic Bay deux fois, Singapour deux fois également, Phuket en Thaïlande, Diego Garcia, Berbera en Somalie et Perth en Australie). Il termine l'année par un carénage de mars à octobre 1983.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be14
Le USS Belleau Woods (LHA-3) à quai à San Diego

Son troisième déploiement à lieu dans le Pacifique Ouest du 17 janvier au 27 juillet 1984), un déploiement qui le voit s'entrainer aux opérations amphibies dans les eaux hawaïennes, la Corée et les Philippines avec des descales à Hawaï (deux fois), à Hong-Kong (deux fois), à Subic Bay (deux fois), à Yokosuka au Japon, à Singapour, à Pohang et Pusan en Corée du Sud et enfin à Phuket en Thaïlande.

De mars 1985 à février 1986, le porte-hélicoptères d'assaut est immobilisé à Long Beach pour un grand carénage doublé d'une refonte.

Le quatrième déploiement à lieu du 9 janvier au 9 juillet 1987 dans le Pacifique ouest avec un important exercice dans les eaux entourant l'archipel des Aléoutiennes, exercice qui se montra particulièrement réel quand le contrôle aérien guida des AV-8 Harrier contre les Tupolev Tu-16 Badger et les Tupolev Tu-95 Bear surveillant cet exercice (un bombardier soviétique escorté par des chasseurs occidentaux étant une image iconique de la guerre froide). Une vague de 8m de haut endommagea le porte-hélicoptères à la proue.

Après réparations à Subic Bay, le porte-hélicoptères effectue de nouveaux exercices et des escales à Okinawa, à Pohang et Pusang, à Pataya et à Phuket. Après la cérémonie du passage de la ligne, le navire perdit la totalité de sa propulsion et deux générateurs. Il passa cinq jours à dériver en mer avant de bénéficier d'un minimum de propulsion pour rallier Sydney.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be16
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à Subic Bay

Il participe après réparations à des exercices avec le groupe de combat du porte-avions USS Midway (CV-41) et la Royal Australian Navy (RAN).

Rentré au pays, il est immobilisé au Long Beach Naval Shipyard pour réparations et modernisation avec notamment le  remplacement des deux lanceurs Sea Sparrow par des Phalanx Mk15.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be15
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à la mer avec des Sea Knight, des Sea Stallion et des Harrier sur le pont d'envol. Notez le remplacement du lanceur Sea Sparrow à bâbord arrière par un Phalanx

Son cinquième déploiement à lieu du 12 janvier au 19 juin 1989 toujours dans le Pacifique ouest, un déploiement marqué par le crash d'un Boeing-Vertol CH-46 du squadron HMM-161 (quatre morts). Il participe à Team Spirit 89 avec la marine sud-coréenne et Valiant Usher avec les Philippines et la Corée du Sud.

Le 4 octobre 1989, le ministre de la défense soviétique, le maréchal Dmitri Yazov est accueillit à bord du navire.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be17
Le USS Belleau Wood (LHA-3) ravitaillant le croiseur lance-missiles USS Vincennes (CG-49)

De novembre 1990 à octobre 1991, le Belleau Wood connait une nouvelle période de travaux avec l'embarquement de missiles RAM, la modernisation des systèmes de communication, l'installation d'un système de commandement et de contrôle ainsi que la réfection des locaux-vie.

Après essais et remise en condition, le porte-hélicoptères d'assaut rallie son nouveau port d'attache, Sasebo remplaçant San Diego.

Le sixième déploiement à lieu du 31 août au 31 décembre 1992, passant par son nouveau port d'attache le 30 septembre. Le 30 novembre 1992 il achève l'évacuation des bases américaines de Subic Bay et de Cubi Point, mettant un terme à presque un siècle de présence militaire américaine dans l'archipel (1898-1992). Il participe aux exercices habituels que sont Valiant Usher en Australie, Team Spirit en Corée, Cobra Gold en Thaïlande et Tandem Thrust à Guam.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be20
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à la mer. La tourelle de 127mm à bâbord avant à été débarquée

Son septième déploiement à lieu du 20 janvier au 4 juin 1995, le porte-hélicoptères participant à United Shield (évacuation des troupes américaines de Somalie).

En mars 1996 il est déployé à proximité de Taiwan pour dissuader la Chine de toute action hostile contre ce que Pékin considère comme une province rebelle.

Cette crise à lieu du 21 juillet 1995 au 23 mars 1996 et voit le déploiement de deux porte-avions américains (Independence Nimitz) qui vont pousser la Chine à décider de développer une puissante marine de guerre pour dissuader les Etats-Unis de soutenir plus fermement Taipei.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be19
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à quai à San Diego

Du 12 au 17 août 1996, le Belleau Wood effectue une escale à Vladivostok et pour la première fois deux Kamov Ka-27 appontent sur le LHA.

Du 31 août 1996 au 8 avril 1997 le porte-hélicoptères d'assaut est immobilisé aux chantiers navals de Sogami où il subit des travaux sur un dock flottant.

Le huitième déploiement à lieu du 20 octobre au 19 décembre 1998 en compagnie du USS Duluth (LPD-6) et du USS Mount Vernon (LSD-39) dans l'Océan Indien et dans le Golfe Persique, participant aux opérations Southern Watch et Desert Fox. Durant ce déploiement le porte-hélicoptères assure le soutien des opérations aériennes, se préparant à d'éventuelles missions C/SAR.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be18
Le USS Belleau Wood (LHA-3) à San Diego en compagnie du USS Pinckney (DDG-91) (classe Arleigh Burke)

Du 5 au 28 octobre 1999, il participe au soutien de l'INTERFET, une force multinationale commandée par l'Australie pour obliger l'Indonésie à respecter l'indépendance du Timor Oriental.

Le Belleau Wood n'est pas le seul navire américain engagé dans cette opération puisqu'on trouve également le croiseur lance-missiles USS Mobile Bay (CG-53), le transport de munitions USNS Kilauea (T-AE-26) mais aussi un sister-ship du LHA-3, le USS Peleliu (LHA-5).

En juillet 2000, le USS Belleau Wood (LHA-3) échange son équipage avec le USS Essex (LHD-2) qui le remplace au Japon. Il est de retour à San Diego le 13 octobre 2000.

Du 17 janvier au 16 juin 2001, le porte-hélicoptères d'assaut est immobilisé pour un carénage destinée à moderniser ses locaux-vie ainsi que son électronique.

Il effectue son neuvième déploiement du 16 juin au 14 décembre 2002 dans le Pacifique et l'Océan Indien dans le cadre de l'opération Enduring Freedom en compagnie des USS Harpers Ferrys (LSD-49) et Denver (LPD-9). Il participe à l'exercice Infinite Moonlight avec la Jordanie et Eager Mace avec le Koweit. Il assure une assistance humanitaire au profit de Djibouti en octobre 2002 et au Timor Oriental en novembre de la même année avant de rentrer à San Diego.

Du 22 janvier au 8 octobre 2003 le LHA-3 est immobilisé pour des travaux importants aux chantiers navals NASSCO (National Steel and Shipbuilding Company) de San Diego

Son dixième et dernier déploiement à lieu du 27 mai au 24 octobre 2004 en compagnie du Cleveland, du USS Comstocks (LSD-45) mais aussi du croiseur lance-missiles USS Mobile Bay (CG-53), des destroyers USS Hopper (DDG-70) et Preble (DDG-88) ainsi que du sous-marin USS Charlotte (SSN-766).

En transportant la 11th Marines Expeditionnary Unit et en assurant le commandement de l'Expedtionnary Strike Group Three (ESG-3), Il participe à Operation Iraqi Freedom (OIF), les conséquences de la deuxième guerre du Golfe, un conflit gagné rapidement par les américains qui vont s'embourber dans un guépier fait d'anciens baasistes, de milices chiites, de terroristes islamistes et d'un gouvernement irakien sans pouvoirs ou presque.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be21
Le USS Belleau Wood (LHA-3) remorqué par le USS Navajo (T-AF-169) navigue vers son destin

Le USS Belleau Wood (LHA-3) est officiellement désarmé à San Diego le 11 octobre 2005 le même jour que le 230ème anniversaire de l'US Navy. Sa retraite est brève puisqu'il est coulé comme cible lors de RIMPAC 2006 dans les eaux hawaïennes le 13 juillet 2006."

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be22
L'ex-USS Belleau Wood (LHA-3) rejoint Neptune
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be23

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyJeu 20 Déc 2018, 16:35

Le USS Nassau (LHA-4)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na18
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer avec un Seahawk en approche

Présentation

-Le USS Nassau (LHA-4) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls Shipbuilding de Pascagoula (Mississippi) le 13 août 1973 lancé le 21 janvier 1978 et commissioned le 28 juillet 1979.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail17

La quatrième unité de classe Tarawa est le premier navire de l'US Navy à célébrer la mémoire du raid de Nassau, la première opération amphibie de la toute jeune marine américaine (à l'époque Continental Navy) et avant même la déclaration d'indépendance puisque cette opération contre la colonie britannique des Bahamas est exécutée les 3 et 4 mars 1776 (le porte-avions d'escorte USS Nassau [CVE-16] fait lui référence au Nassau Sound près de Jacksonville en Floride).

Cette opération voit l'engagement côté américain de 210 marines et 50 marins, de deux frégates, de deux bricks, d'un schooner et d'un sloop alors que les britanniques disposent sur place de 110 miliciens et 63 canons.

La petite escadre américaine quitte Cap Henlopen (Delaware) le 17 février 1776 et arrivent sur zone le 1er mars. Leur mission est de s'emparer de la poudre et des munitions stockées sur place.

Les Leathernecks sont mis à terre deux jours plus tard pour s'emparer de Fort Montagu à l'extrémité orientale du port de Nassau mais n'avancent pas vers la ville où était stockée la précieuse poudre à canon qui est évacuée sur ordre du gouverneur en direction de Saint Augustine.

Le 4 mars, les Marines prennent le contrôle de la ville et restent sur place deux semaines avant de reprendre la mer après avoir récupéré toute la poudre et toutes les munitions récupérées. L'escadre américaine rentre aux Etats-Unis (New London, Connecticut) début avril après avoir capturé quelques navires de ravitaillement britannique.

Carrière opérationnelle
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na19
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer avec son ascenseur bâbord replié

Armé le 28 juillet 1979, l'avant-dernière unité de classe Tarawa est affectée dans l'Atlantique avec Norfolk (Virginie) comme port d'attache.

Après avoir renforcé Guantanamo en octobre 1979, il effectue son premier déploiement de manière précipitée du 13 avril au 28 juin 1981 prêt à évacuer les ressortissants américains d'un Liban secoué par une terrible guerre civile depuis bientôt six ans. Durant cette première il opère comme porte-aéronefs aux côtés du USS Saratoga (CV-60).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na20
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer avec sur le pont d'envol un CH-53D et des CH-46

Son deuxième déploiement à lieu en Méditerranée et dans l'Océan Indien du 19 février au 30 juin 1982. En 1983 un avion à décollage et atterrissage court Rockwell OV-10 Bronco de l'USMC apponte pour la première fois sur le pont d'envol.

Son troisième déploiement exécuté du 13 février au 24 août 1984 voit le porte-hélicoptères d'assaut participer à l'exercice OTAN «Teamwork 84». Cet exercice à lieu au delà du cercle polaire et voit l'engagement de 150 navires et de plus de 300 avions sans compter 12000 marines américains, britanniques et néerlandais face à 25000 soldats déployés à terre pour les repousser.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na21
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer, radier ouvert et LCU en approche

Il connait ensuite sa première immobilisation pour travaux et modernisation avec notamment le remplacement des deux lanceurs octuples Sea Sparrow par des systèmes automatiques de défense rapprochée Phalanx Mk15.

Après essais et remise en condition, il effectue son quatrième déploiement opérationnel toujours en Méditerranée mais aussi au large de l'Afrique du 29 septembre 1987 au 26 mars 1988.  Durant ce déploiement son équipage participe au replantage de 3000 arbres dans une forêt de Provence ravagée par un incendie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na22
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer

Son cinquième déploiement exécuté du 30 mai au 10 novembre 1989 le voit opérer en compagnie du transport de chalands de débarquement USS Shreveport (LPD-12) et du bâtiment de débarquement de chars USS Barnstable County (LST-1197).

Son sixième déploiement du 18 août 1990 au 20 avril 1991 le voit participer à la première guerre du Golfe (Desert Shield/Desert Storm).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na23
Le USS Nassau (LHA-4) et un Seahawk

Opérant dans le golfe Persique pour obliger le haut-commandement irakien à conserver le plus de troupes possible au Koweit pour faciliter la manœuvre principale à l'intérieur des terres. Il transporte à cette occasion des éléments de la 4th Marines Expeditionnary Brigade (4th MEB), arrivant sur zone le 14 septembre 1990.

Le 2 février 1991 pour la première fois des Harrier opèrent depuis le porte-hélicoptères d'assaut pour frapper des cibles notamment au Koweit.

Ces appareils qui décollent sur courte distance et se posent verticalement vont effectuer 243 sorties, délivrant 256 tonnes de munitions pour la perte de deux appareils, le premier étant abattu le 25 février (pilote récupéré) et le second deux jours plus tard le 27 février (pilote tué).

Il est immobilisé  au Norfolk Navy Yard de septembre 1992 à septembre 1993 pour une importante modernisation qui concerne les Phalanx, voit l'installation de deux lanceurs RAM Mk49 sans compter la mise à niveau de l'électronique et des systèmes de communication.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na24
Le USS Nassau (LHA-4) rentrant au port avec des remorqueurs

Après avoir participé à Agile Provider le plus grand exercice amphibie jamais organisé dans l'Atlantique (exercice ayant pour thème un débarquement sur une île des Caraïbes pour évacuer des ressortissants américains et sauver le gouvernement en place, exercice organisé à Camp Lejeune en Caroline du Nord avril 1994), le USS Nassau (LHA-4) participe à l'opération Uphold Democracy en Haïti (septembre 1994) avant d'effectuer son septième déploiement en Méditerranée et dans l'Adriatique du 20 octobre 1994 au 15 avril 1995 en compagnie du USS Ponce (LPD-15) et du USS Gunston Hall (LSD-44).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na25
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer en compagnie du destroyer USS Ross (DDG-71)

Le navire assure le soutien de l'opération Deny Flight, la mission de police des airs destinée à faire respecter l'interdiction de survol de l'espace aérien bosniaque, participe à l'opération Sharp Guard (blocus et embargo de l'ex-Yougoslavie) et Provide Promise (opération humanitaire en Bosnie du 2 juillet 1992 au 9 janvier 1996).

Après avoir passé le début de l'année 1996 à effectuer de nombreux exercice, le porte-hélicoptères effectue son huitième déploiement du 28 novembre 1996 au 23 mai 1997. Engagé dans le soutien de la Stabilization Force (SFOR), le Nassau opère en compagnie du USS Nashville (LPD-13) et du USS Pensacola (LSD-38). Il fait escale à Marseille en février 1997 puis se déploie au large de Zaire avant de rentrer aux Etats-Unis.

Le neuvième déploiement à lieu du 14 novembre 1998 au 13 mai 1999 en Méditerranée et dans l'Adriatique en compagnie du Nashville et du Pensacola. Il participe à cette occasion à l'opération Allied Force, les bombardements sur la Serbie et le Kosovo (24 mars-10 juin 1999).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na26
Le USS Nassau (LHA-4) avec un LCAC entrant dans le radier

Le dixième déploiement à lieu du 28 novembre 2000 au 24 mai 2001 en Méditerranée et dans l'Océan Indien dans le cadre de l'opération Enduring Freedom. Il opère en compagnie du Nashville et du USS Portland (LSD-37).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na27
Le USS Nassau (LHA-4) à la mer en compagnie du destroyer USS Bulkeley (DDG-84)

Le onzième déploiement à lieu du 26 août 2002 au 29 mai 2003 voyant le Nassau engagé en compagnie du USS Austin (LPD-4) et du USS Tortuga (LSD-46) en Méditerranée puis dans l'Océan Indien et le Golfe Persique dans le cadre d'Enduring Freedom et Operation Iraqi Freedom.

Le douzième déploiement exécuté du 7 novembre 2005 au 4 mai 2006 voit le porte-hélicoptères d'assaut être engagé à la tête d'un Expeditionary Strike Group (ESG) dont il est navire-amiral.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na28

L'ESG-Nassau est ainsi composé du USS Austin (LPD-4), du USS Carter Hall (LSD-50), des destroyers de classe Arleigh Burke USS Arleigh Burke (DDG-51), Gonzalez (DDG-66) et Winston S. Churchill (DDG-81), du croiseur lance-missiles classe Ticonderoga USS Cape Saint George (CG-71) et du sous-marin nucléaire d'attaque USS Norfolk (SSN-714) (classe Los Angeles).

Le treizième déploiement à lieu du 20 février au 11 juillet 2008 en Méditerranée et dans le Golfe Persique dans le cadre de l'opération Enduring Freedom mais aussi de l'opération Operation Iraqi Freedom.

Ce déploiement voit l'engagement d'un Expeditionary Strike Group composé outre du Nassau du USS Nashville (LPD-13), du USS Whidbey Island (LSD-41), des destroyers USS Ross (DDG-71) et USS Winston S. Churchill (DDG-81), du croiseur lance-missiles USS Philippine Sea (CG-58) et du sous-marin USS Albany (SSN-753).

Le 18 septembre 2008, le USS Nassau (LHA-4) participe aux opérations de secours liées à l'ouragan Ike et plus précisément sur l'île de Galveston.

En 2009 le porte-hélicoptères est adapté à l'embarquement du convertible MV-22B Osprey, l'année précédent son quatorzième et dernier déploiement qui à lieu du 18 janvier au 15 août 2010 en compagnie USS Mesa Verde (LPD-19) et du USS Ashland (LSD-48). Avant d'être envoyé en Méditerranée et dans le Golfe Persique il est détourné au large d'Haïti après le tremblement de terre qui avait dévasté le pays(opération Unified Response).

Le USS Nassau (LHA-4) est désarmé à Norfolk le 30 mars 2011. Mis en réserve, il est mouillé à Beaumont (Texas) au sein de la Maritime Administration National Defense Reserve Fleet en attendant que son sort final soit décidé. En 2013 l'ONG Coalition od Hope à annoncé vouloir racheter le navire pour en faire un bâtiment humanitaire mais visiblement le projet n'à pas abouti.

Trois photos de l'ex-USS Nassau (LHA-4)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na29
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na31
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na30

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptySam 22 Déc 2018, 17:21

Le USS Peleliu (LHA-5)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe10
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer

Présentation

-Le USS Peleliu (ex-Khé Sanh ex-Da Nang) (LHA-5) est mis sur cale aux chantiers navals Ingalls Shipbuilding de Pascagoula (Mississippi) le 12 novembre 1976 lancé le 25 novembre 1978 et comissioned le 3 mai 1980.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Batail18

La cinquième et dernière unité de classe Tarawa célèbre la mémoire de la Bataille de Peleliu (15 septembre-27 novembre 1944) dans la campagne des Mariannes et de Palau c'est l'opération Stalemate II.

Les américains engagent au sein du 3ème Corps Amphibie les 1ère division de Marines et 81ème DI plus des unités de soutien soit 47561 hommes contre 10900 japonais qui disposent de 17 chars.

L'objectif était de capturer un aérodrome sur cette petite île coralienne. Les américains pensaient régler l'affaire en quatre jours mais il fallu deux mois pour s'emparer d'une île.

Une polémique éclata sur l'utilité de cette opération qui est au cœur de la mini-serie The Pacific de Tom Hanks et Steven Spielberg, polémique sur l'utilité et sur les pertes engendrées par les combats (2336 morts et 8450 blessés côté américain contre 10695 tués côté japonais). Voilà pourquoi le musée national du Corps des Marines décrit cette bataille comme la plus amère de la guerre.

La capture de cette île et de son aérodrome était jugée nécessaire pour appuyer et couvrir le futur débarquement des troupes de MacArthur aux Philippines.

Cela ne s'annonçait pas simple car les japonais avaient sérieusement fortifié l'île en tirant les leçons des échecs précédents, renonçant à défendre directement les plages. En revanche les américains en dépit de pertes toujours plus importantes n'avaient pas changé fondamentalement de façon de faire.

C'est ainsi que les planificateurs américains décidèrent de débarquer au sud-ouest car il s'agissait des plages les plus proches de l'aérodrome.

Le 4 septembre 1944, les marines embarquent à Pavuvu (île située au nord de Guadalcanal) à 3400km de la cible. Une Underwater Demolition Team (UDT) doit précéder les marines en déblayant les plages sous la protection de l'aviation et des bombardements de la flotte. Les bombardements préliminaires doivent commencer le 12, trois jours avant le débarquement proprement dit. Ce bombardement se révéla assez inefficace contrairement aux espoirs de l'US Navy.

Le débarquement commence à 08.32 le 15 septembre. Dès le début les pertes sont élevées, les japonais tirant au dernier moment. Une heure plus tard les japonais avaient déjà détruit 60 LVT et DUKW. L'aérodrome était encore hors de portée même si les Marines ne pouvaient plus être rejetés à la mer. Les pertes sont sérieuses avec 200 morts et 900 blessés.

A 2.00 dans la nuit du 15 au 16 septembre, les japonais montent une contre-attaque mais elle est repoussée. Le lendemain la progression se reprend mais l'aérodrome est capturé (il est cependant toujours sous la menace des japonais retranchés sur les montagnes Umurbrogol). Les Marines souffrent de la chaleur et du manque d'eau potable.

Les premiers avions se posent dès le 17 mais il s'agissait d'avions légers de reconnaissance et de liaison. Ce n'est que le 26 septembre que des Chance-Vought Corsair de la VMF-114 se posèrent pour appuyer les troupes au sol en utilisant roquettes et une arme aussi abominable qu'efficace le napalm. Les marines ont ensuite capturé The Point puis l'île Ngesebus au nord de Peleliu.

Le 21 septembre, les G.I de la 81ème DI sont mis à terre pour relever des régiments de Marine ayant subit de terribles pertes. Avec cette division fraiche, le mont Umurbrogol est encerclé le 24 septembre 1944. Ce n'est qu'à la fin du mois de novembre que l'île fût considéré comme totalement nettoyée. Pourtant le 22 avril 1947, un lieutenant et quarante-quatre soldats se rendent après qu'un amiral japonais ait réussi à les convaincre que la guerre était fini depuis plus de dix-huit mois.

Carrière opérationnelle
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe11
Le USS Peleliu (LHA-5) au début de sa carrière puisqu'il dispose encore de ses canons de 127mm

Armé le 3 mai 1980, le USS Peleliu (LHA-5) franchit le canal de Panama le 13, passant la ligne le 27 mai. Il rallie San Diego le 10 juin 1980 puis Long Beach son port d'attache.

Son premier déploiement à lieu en Extrême-Orient (Westpac Deploiement) du 28 mars à octobre 1982 suivit d'un deuxième du 12 septembre 1983 à avrril 1984, d'un troisième d'avril à septembre 1985 au cours duquel il participe à l'exercice américano-thaïlandais Cobra Gold puis du quatrième de janvier à juillet 1988.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe12
Le USS Peleliu (LHA-5) de retour au port

Le 17 octobre 1989, San Francisco est frappé par un puissant séisme (qui n'est pas encore le Big One tant redouté magnitude 6.9 63 morts et 3757 blessés). Vingt-quatre navires de l'US Navy et du Military Sealift Command (MSC) sont engagés dans les opérations de secours, le porte-hélicoptères abritant 300 victimes et servant de base pour les hélicoptères de secours.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe13
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer à bonne vitesse. Sur le pont d'envol on peut apercevoir des Sea Knight et des Sea Stallion

Le USS Peleliu (LHA-5) effectue son cinquième déploiement opérationnel de janvier à juillet 1990, étant à la tête d'un Amphibious Squadron (Phibron) composé du USS Cleveland (LPD-7), du USS Fort Fisher (LSD-40) et du USS Fresno (LST-1182).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe14
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer vue depuis un hélicoptère. On peut apercevoir les deux ascenseurs, le canon de 127mm et les Sea Sparrow et sur le pont
d'envol des Sea Knight, des Sea Stallion, des Twin Huey et même un Cobra


Durant ce déploiement le LHA participe à l'exercice Team Spirit avec la marine sud-coréenne et à l'exercice Cobra Gold avec la Thaïlande. Rentré à Long Beach en juillet 1990 il aurait du passer un an en grand carénage mais l'invasion irakienne du Koweit oblige l'US Navy à bousculer son planning.

En dépit des efforts menés par les ouvriers et les marins du bord, le navire ne pu participer à Desert Shield/Storm, ne quittant Long Beach que le 29 mai 1991 pour un déploiement de presque six mois jusqu'au 27 novembre en compagnie du Cleveland, du USS Ashland (LSD-48) et du USS Bristol County (LST-1198). Il va participer si l'on peu dire au «service après vente» de la première guerre du Golfe.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe15
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer avec un CH-46 au décollage, un SeaHawk et des Cobra sur le pont d'envol. Les canons de 127mm ont été débarqués

Alors qu'il se rendait en direction du Golfe Persique, le porte-hélicoptères est détourné en direction des Philippines pour évacuer la base navale de Subic Bay touché par les centres du volcan Pinatubo (contrairement à ce qu'on écrit parfois ce n'est pas cette éruption qui à provoqué le départ des troupes américaines des Philippines, il n'à fait que l'accélérer).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe17
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer avec six hélicoptères parés au décollage

De retour de son sixième déploiement le porte-hélicoptères d'assaut subit enfin son grand carénage, étant immobilisé de novembre à mai 1992. En juin 1993 il quitte Long Beach pour son nouveau port d'attache de San Diego.

Son septième déploiement à lieu de janvier à juillet 1994 dans l'Océan Indien, participant avec la 11th Marines Expeditionary Unit (11th MEU) aux opérations Continue Hope et Quick Draw en Somalie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe16
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer. L'absence d'hélicoptères pourrait laisser penser que le porte-hélicoptères effectuait des essais techniques

Arrivé sur zone le 3 mars 1994, il passa trois mois sur zone avant d'être engagé en juin de la même année à l'opération Distant Runner qui vit les hélicoptères embarqués sur le porte-hélicoptères opérer à la frontière entre le Rwanda et le Burundi alors qu'un terrifiant génocide venait d'avoir lieu au Rwanda.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe19
Retour à San Diego pour le Peleliu avec l'équipage au poste de bande

Quittant la Corne de l'Afrique le 4 juin 1994, le Peleliu fait escale à Perth, passe à proximité de Peleliu avant de rentrer à San Diego.

De novembre 1995 à mai 1996 à lieu le huitième déploiement opérationnel du Peleliu au sein d'un ARG également composé du USS Denver (LPD-9) et du USS Mount Vernon (LSD-39). Il est engagé dans l'opération Southern Watch, mission qu'il va également mener à bien lors de son neuvième déploiement du 28 août 1997 au 28 février 1998 en compagnie des USS Juneau (LPD-10) et Comstock (LSD-45).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe20
Ca se bouscule sur le pont du Peleliu !

Son dixième déploiement à lieu 21 juin au 21 décembre 1999 en compagnie des USS Ogden (LPD-5) et Rushmore (LSD-47), un déploiement qui le voit participer notamment au soutien de l'INTERFET, une force d'interposition sous commandement australien déployée au Timor Orientale, le Peleliu y étant détaché sans ses comparses du 26 octobre au 27 novembre 1999.

Du 13 août 2001 au 4 mars 2002 à lieu le onzième déploiement opérationnel du porte-hélicoptères qui embarque la 15th Marines Expeditionary Unit (15th MEU). Il n'est naturellement pas seul puisqu'il va opérer avec le USS Dubuque (LPD-8) et le USS Comstock (LSD-45). Il était à Darwin un certain 11 septembre 2001.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe18
Large manœuvre pour le porte-hélicoptères

Rapidement l'ARG organisé autour du Peleliu rallie le nord de la mer d'Arabie, étant sur zone le 26 novembre 2001. Les marines de la 15th MEU sont déployés au «royaume de l'insolence» et le 14 décembre 2001 le taliban américain John Walker Lindh est soigné et interrogé à bord du porte-hélicoptères d'assaut.

Le 22 août 2003 commence le douzième déploiement du Peleliu. Cette fois le LHA-5 n'est pas à la tête d'un ARG mais d'un ESG. Cet Expeditionary Strike Group-Peleliu (ESG-Peleliu). Autre première c'est le premier navire amphibie commandé par une femme, le Captain (capitaine de vaisseau) Pamela Markiewick.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe21
Le USS Peleliu (LHA-5) à la mer avec des Harrier rassemblés sur le pont d'envol à tribord arrière

Cet ESG-Peleliu est composé du USS Ogden (LPD-5), du USS Germantown (LSD-42), du croiseur lance-missiles USS Port Royal (CG-73), du destroyer USS Decatur (DDG-73), de la frégate USS Garrett (FFG-33) et du sous-marin USS Greenville (SSN-772).

Durant ce déploiement ce groupe de frappe expéditionnaire assure le soutien d'Operation Iraqi Freedom en interceptant des navires hostiles notamment un navire chargé de 1300kg de hashich intercepté au cours d'une opération conjointe américano-australienne. Le LHA lance aussi des frappes aériennes pendant que les marines embarqués opèrent dans le sud de l'Irak dans des missions «Search abd Destroy».

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe22
Retour à San Diego pour le USS Peleliu (LHA-5)

Le treizième déploiement toujours consacré à la deuxième guerre d'Irak à lieu du 15 février au 16 août 2006 au sein d'un ESG composé du  USS Ogden (LPD-5), du USS Germantown (LSD-42), du croiseur lance-missiles USS Port Royal (CG-73), du destroyer lance-missiles USS Gonzalez (DDG-66) et de la frégate USS Reuben James (FFG-57).

Du 23 mai au 20 septembre 2007, le porte-hélicoptères effectue son quatorzième déploiement dans le cadre du Pacific Parternship (partenariat Pacifique), une opération de diplomatie avec des programmes d'assistance médicale aux Philippines, au Vietnam, en Papouasie Nouvelle-Guinée, dans les Salomons et dans les îles Marshall. Le personnel médical embarqué appartenait à la marine américaine, à dix autres pays et trois ONG.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe23
Le USS Peleliu (LHA-5) se ravitaillant à la mer auprès du pétrolier-ravitailleur USNS Bridge (T-AOE-10)

Le quinzième déploiement à lieu du 4 mai au 4 novembre 2008 en Extrême-Orient puis dans le Golfe Persique pour participer à la fois à Operation Iraqi Freedom et Opération Enduring Freedom mais aussi dans une mission antipiraterie, repoussant des pirates attaquant le cargo Gem of Kilakari.

Il est à la tête d'un groupe de frappe expéditionnaire composé également du USS Dubuque (LPD-8), du USS Pearl Harbor (LSD-52), du croiseur lance-missiles USS Cape Saint George (CG-71), des destroyers USS Benfold (DDG-65) et USS Halsey (DDG-97).

En mai 2009 il est adapté à l'emport du convertible MV-22 Osprey, ce puissant et complexe appareil remplaçant les antédiluviens CH-46 Sea Knight.

Le seizième déploiement du Peleliu à lieu du 22 mai au 18 décembre 2010 en compagnie des USS Dubuque (LPD-8) et USS Pearl Harbor (LSD-52). Ses hélicoptères participent en août 2010 aux opérations de secours liées aux inondations frappant le sud du Pakistan. Durant ce déploiement le commandant est relevé pour attitude trop familière avec son équipage.

Le 24 novembre 2010, le porte-hélicoptères fait escale à Subic Bay, l'ancienne base étant devenu un port franc (Subic Bay Freeport Zone). C'est une des escales du déploiement, le LHA-3 ayant fait relache à Apra Harbor (Guam), Darwin (Australie), Dubai (Emirats Arabies Unis), Phuket (Thaïlande) et Pearl Harbor.

Son dix-septième déploiement à lieu du 17 septembre 2012 au 14 mai 2013. Il opère en compagnie du USS Green Bay (LPD-20) (classe San Antonio) et du USS Rushmore (LSD-47), les trois navires opérant en soutien des opérations en Afghanistan et en Irak.

Le dix-huitième et dernier déploiement du Peleliu  à lieu du 17 juin au 24 décembre 2014 en compagnie du USS Denver (LPD-9). Rentré à San Diego le navire entame son processus de désarmement après 34 ans de service, dix-huit déploiements et plus de 800000 miles nautiques parcourus. Désarmé officiellement le 31 mars 2015, il à été remorqué à Pearl Harbor où il à été mouillé aux côtés du Tarawa.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 24 Déc 2018, 11:04

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Fiche-technique des LHA classe Tarawa (SCB-410)
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta39

Déplacement : à vide 33596 tonnes pleine charge 40032 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 249.9m longueur à la flottaison 237.4m largeur maximale 40.2m largeur à la flottaison 31.82m tirant d'eau à pleine charge 7.9m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages Westinghouse alimentées en vapeur par deux chaudières Combustion Engineering développant 77000ch et entraînant deux hélices. Deux propulseur d'étrave de 900ch

5900 tonnes de fuel sont embarquées tandis que la production d'énergie électrique est assurée par quatre turbo-alternateurs de 2500kW et deux diesels dynamos de 2000kW. La puissance électrique maximale développée est de 14000kW soit de quoi alimenter une ville de plus de 50000 habitants. Le mouillage est assuré par deux ancres de 18.1 tonnes reliées à 356m de chaîne, chaîne composée de maillons de 70.3kg chacun !

Performances : vitesse maximale 24 nœuds mais seulement 22 nœuds en continu distance franchissable 10000 miles nautiques à 20 nœuds

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa25
Ilot du USS Saipan (LHA-2) permettant de voir la suite électronique d'un porte-hélicoptères de classe Tarawa

Electronique : (1988) un radar de veille surface SPS-10F, un radar de veille air SPS-40B, un radar de veille tridimensionnelle SPS-52B, un radar de contrôle de tir SPS-53, un radar d'aide à l'appontage SPN-35, un système de conduite de tir Mk86 pour les canons de 127mm, un système de conduite de tir Mk115 pour les Sea Sparrow, système de guerre électronique SLQ-32V.

(Final)  un radar de veille surface SPS-67(v)3, un radar de veille air longue distance SPS-40E, un radar de veille air tridimensionnelle SPS-48E, un radar de navigation SPS-64(v)9 ou SPS-73, un radar de navigation Furuno, un radar SPN-43B de contrôle des aéronefs à l'appontage, un radar d'aide à l'appontage SPN-35, un TACAN URN-25.

Système de leurrage antitorpilles SLQ-25A Nixie et lance-leurres SRBOC mk36 mod.5, la détection, l'identification et le leurrage des systèmes électromagnétiques adverses est assurée par le système WLR-1 et le SLQ-32(v)1

Les communications sont assurées par de nombreux systèmes radios UHF/VHF rapidement complétées par des systèmes de communication par satellite notamment le système FleetSatCom avec son antenne OE-82 et son système WSC-1 en UHF ultérieurement remplacé par le système WSC-3 en UHF.

Dans les années quatre-vingt dix on embarque le WSC-6 un système satellitaire en SHF (communications téléphoniques, Internet et téléconférences) tandis que les communications les plus sensibles sont assurées par le système USC-38 en SHF.  

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Canon_22
Canon de 127mm de 54 calibres Mk45 à l'avant du Saipan. En arrière plan le Mount Whitney ou le Blue Ridge

Armement : (initial) trois canons de 127mm Mk45, deux lanceurs octuples pour missiles Sea Sparrow et six canons de 20mm Mk67.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Rim-7_10
Lancement d'un missile surface-air Sea Sparrow. Ce système est toujours en service dans des marines sous la version ESSM (Evolved Sea Sparrow Missile)

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Canon_23
Les canons de 20mm Mk16 sur affût Mk67 ont été remplacés par des canons de 25mm Mk38 plus modernes (la photo ci-dessous à été prise sur le USS Arleigh Burke [DDG-51]
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Canon_24

(final) deux systèmes de défense rapprochée Phalanx Mk15 Block 1B, deux lanceurs RAM Mk49, quatre mitrailleuses de 12.7mm et quatre canons de 25mm Bushmaster Mk38

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Phalan10
A la fin de leur carrière, la défense rapprochée des Tarawa était assurée par des Phalanx et des lanceurs missiles RAM
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Rim-1110

Installations Aéronautiques :
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta40
Grosse activité sur le pont d'envol du USS Tarawa (LHA-1)

-pont d'envol du 250m de long sur 32.3m relié à un hangar de 80m de long sur 23.8m de large et 6.1m de haut par deux ascenseurs, le latéral bâbord mesurant 15.2 sur 10.3m alors que le central arrière mesure 18.2 sur 10.62m de long. 1529000 litres de kérosène JP5.

-Dix puis neufs spots hélicoptères

-Cinq monte-charges pour les munitions et pièces détachées entre le hangar et le pont d'envol

Le groupe aérien se compose d'une trentaine d'appareils. Le plus souvent on trouve un squadron de douze Boeing-Vertol CH-46E Sea Knight, un détachement de quatre Sikorsky CH-53E Sea Stallion, un détachement d'hélicoptères d'attaque (quatre Bell AH-1T puis AH-1W et deux à quatre Bell UH-1N) et un détachement de six Harrier soit un total de 30 appareils.

Installations Amphibies
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ba10
Un LCAC rentrant dans le radier du USS Bataan (LHD-5). Les Wasp qui succèdent aux Tarawa ont été conçus dès l'origine pour embarquer ces gros chalands sur coussins d'air dans les meilleures conditions

-Radier de 75.9m de long sur 23.2m de large. Ce radier peut accueillir quatre LCU type 1610 ou 2 LCU type 1610 et 3 LCM-8 ou 2 LCU type 1610 et un LCAC ou 45 tracteurs amphibies LVTP-7 ou un unique LCAC.

-Deux LCM-6 sont installés derrière l’îlot

-Pont stockage véhicule de 2360m² relié au pont d'envol par une rampe

-37800 litres de carburant véhicule

-860m² pour le stockage cargo

-1885 Marines sont généralement embarqués. Ils disposent d'un espace d'entrainement de 450m²

Installations hospitalières

-Trois salles d'opérations, seize lits médicalisés, 300 lits d'hôpital

Equipage : A l'origine on trouve 58 officiers et 882 officiers mariniers/matelots mais à la fin de la carrière des Tarawa on trouve 82 officiers et 882 officiers mariniers/matelots

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 26 Déc 2018, 13:52

Les Tarawa en détail
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na32
Représentation du USS Nassau (LHA-4)

Construction et aménagements intérieurs
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na33
Structure interne du USS Nassau (LHA-4)

Les Tarawa sont des navires aussi gros que les porte-avions Essex du second conflit mondial. Ils disposent d'un pont continu de la poupe à la proue avec des encoches à l'avant et à l'arrière pour accueillir l'armement défensif. Ces navires sont organisés en 1400 compartiments.

L’îlot est situé à tribord, un îlot particulièrement imposant. La rumeur raconte que cet îlot aussi imposant ainsi qu'une vitesse limitée à 24 nœuds ont été imposées par l'US Navy pour éviter que le concept de Sea Control Ship sorti par la porte ne revienne subrepticement par la fenêtre.

L’îlot dispose de deux mats pour accueillir les radars mais aussi les importants systèmes de communication rendus obligatoire par le statut de navire-amiral de ces porte-hélicoptères d'assaut.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_be24
L'avant de l'ilot du USS Belleau Wood (LHA-3) avec la passerelle du commandant de la force amphibie surmontée par la passerelle de navigation

La passerelle de navigation où opère le commandant (captain soit l'équivalent d'un capitaine de vaisseau) est installée à l'extrême avant de l’îlot. Il surmonte la passerelle du commandant de la force amphibie.

En revanche la passerelle aviation appelée Pri-Fly dans la marine américaine se situé à l'arrière. Il est le domaine réserve du commandant aviation (Air Boss) et de son adjoint (Mini-Boss) qui gèrent tous les mouvements aviation dans un rayon d'une dizaine de kilomètres autour du navire.

Le Flight Deck Control (contrôle du pont d'envol) situé au niveau du dit pont gère les emplacements des aéronefs sur le pont mais aussi dans le hangar.

L’îlot abrite également l'Air Trafic Control (ATC) ou centre de contrôle du trafic aérien , le Combat Information Center (CIC) que l'on trouve sur tout navire de guerre d'importance et un Tactical Amphibious Warfare Center, le PC de la force amphibie

Propulsion

Si nombre de navires militaires américains sont propulsés par des turbines à gaz et des moteurs diesels, les Tarawa continuent de faire confiance aux turbines à engrenages alimentées en vapeur par des chaudières à vapeur.

Les turbines à vapeur sont de marque Westinghouse, turbines alimentées en vapeur par deux chaudières à mazout Combustion Engineering timbrées à 41.6kg/cm² (ce sont les plus grosses chaudières jamais construites aux Etats-Unis).

La puissance développée est de 52 MW ou 77000ch, elles entraînent deux lignes d'arbre et on compte également deux gouvernails.

la production d'énergie électrique est assurée par quatre turbo-alternateurs de 2500kW et deux diesels dynamos de 2000kW. La puissance électrique maximale dévellopée est de 14000kW soit de quoi alimenter une ville de plus de 50000 habitants.

Performances

La vitesse des navires de classe Tarawa est donc limitée à 24 nœuds même si sur la durée cela ne dépasse pas 22 nœuds (et avec une coque fatiguée c'est sûrement plus proche de 20).

La distance franchissable en revanche est respectable avec 10000 miles nautiques (environ 20000km) à 20 nœuds.

Electronique
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) An_sps10
Radar SPS-52

La détection des Tarawa se compose initialement d'un radar de veille surface SPS-10F, d'un radar de veille air longue distance SPS-40B, d'un radar de veille air tridimensionnelle SPS-52B.

-On trouve un radar d'aide à l'appontage SPN-35 et une balise de radionavigation URN-20 TACAN

-La défense des Tarawa se compose de missiles et de canons de 127mm.

Le guidage des missiles surface-air Sea Sparrow se compose d'un système Mk86 GFCS (Ground Fire Control System) composé d'un radar de désignation de cibles TAS Mk23 et de deux illuminateurs Mk115 pour le guidage.

Le guidage du tir des canons de 127mm est assurée par un radar SPG-60

-Système de leurrage antitorpilles SLQ-25A Nixie et lance-leurres SRBOC mk36 mod.5

-La détection, l'identification et le leurrage des systèmes électromagnétiques adverses est assurée par le système WLR-1 et le SLQ-32(v)1

Avec une carrière aussi longue l'électronique embarquée sur les Tarawa est régulièrement modernisée. C'est ainsi que la veille surface est désormais assurée par un radar SPS-67(v)3, la veille air longue distance par un SPS-40E, la veille air tridimensionnelle par un SPS-48E, la navigation par un SPS-64(v)9 et un radar de navigation Furuno.

Un radar SPN-43B assure le contrôle des aéronefs à l'appontage. Le TAS mk23 est remplacé par un SPQ-9A. Le TACAN URN-25 remplace le URN-20. En revanche le SPN-35 reste le radar d'aide à l'appontage.

-Les communications sont assurées par de nombreux systèmes radios UHF/VHF rapidement complétées par des systèmes de communication par satellite notamment le système FleetSatCom avec son antenne OE-82 et son système WSC-1 en UHF ultérieurement remplacé par le système WSC-3 en UHF.

-Dans les années quatre-vingt dix on embarque le WSC-6 un système satellitaire en SHF (communications téléphoniques, Internet et téléconférences) tandis que les communications les plus sensibles sont assurées par le système USC-38 en SHF.  

Armement

Canon de 127 Mk45
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta41
Deux canons de 127mm sont installés à l'avant du USS Tarawa (LHA-1)

Les porte-hélicoptères d'assaut de classe Tarawa sont armés de trois canons de 127mm Mk45 installés en encorbellement, deux à l'avant et un à tribord arrière. Ils servent à la fois à défendre le navire contre les menaces de surface et aériennes mais aussi à bombarder des cibles et ainsi appuyer les Marines débarqués.

Ce canon de 54 calibres (longueur du tube : 6.86m) est la pièce d'artillerie standard de la marine américaine, étant embarquée sur les destroyers et les croiseurs de l'US Navy. Il à connu également un énorme succès à l'étranger, les qualités de la pièce et le poids politique des Etats-Unis expliquant ce succès.

Sa mise au point à commencé dans les années soixante pour remplacer le canon de 127mm Mk42 par une pièce plus légère et plus facile à entretenir.

Plusieurs variantes ont été mises au point depuis sa mise en service en 1971 : Mod 0, Mod1 mise en service en 1980, Mod2 en 1988, Mod3 et enfin Mod4 en 2000 qui contrairement aux  précédentes dispose d'un tube de 62 calibres (longueur du tube 7.874m) et d'une tourelle plus furtive.  

Ce canon peut tirer en totale autonomie 20 coups soit la capacité du chargeur automatique. Il faut ensuite le réapprovisionner en munitions

Ce canon est en service en Australie, au Danemark, en Grèce, au Japon, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande,en Espagne, à Taiwan, en Thaïlande, en Turquie en attendant la Grande-Bretagne pour ses type 26 et l'Inde pour de futurs navires.

Ce canon de 45 calibres (mod 0 à 3) pèse 21?691kg, mesure au total 8.992m de long (dont 6.858m pour le tube), tire un obus de 31.75kg à une distance maximale de 24.1km à raison de 16 à 20 coups par minute.

La tourelle permet au canon de pointer en site de -15° à +65° à raison de 20° par seconde et en azimut sur 170° de part et d'autre de l'axe à raison de 30° par seconde. La dotation en munitions était de 500 coups par pièce soit 1500 obus au total.

Ces canons ont été débarqués au cours des années quatre-vingt en même temps que les Sea Sparrow. Ils ont été revendus à l'Espagne pour ses destroyers type F-100 (classe Alvaro de Bazan)

Missiles Sea Sparrow
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Rim-7_11
Lancement d'un missile Sea Sparrow par le porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72)

Le missile surface-air RIM-7 Sea Sparrow est l'adaptation du missile air-air AIM-7 Sparrow. C'est un missile courte portée ayant des capacités antimissiles. Son développement à commencé au début des années 1960 avec l'intention de mettre au point un système suffisamment léger pour pouvoir être installé sur des navires pas conçu pour recevoir ce système (alors que les systèmes de missiles de l'époque sont lourds et encombrants).

Durant les années soixante-dix et quatre-vingt les améliorations apportées au Sparrow sont intégrées au Sea Sparrow. Avec la mise en service de l'AIM-120 AMRAAM, les évolutions du Sea Sparrow sont strictement liées au milieu naval.

Le développement du Point Defense Missile System (PDMS) commence en 1960 avec une version navale du Mauler mais ce missile se révèle un échec et l'US Navy doit lancer un nouveau programme baptisé Basic Point Defense Missile System (BPDMS) en choisissant d'adapter le Sparrow alors que l'US Army décida d'adapter le Sidewinder sous le nom de Chaparral.

Les essais du Sea Sparrow commence en février 1967 mais sont interrompus par la guerre du Vietnam. Il faut attendre 1971 pour voir le système jugé suffisamment mature pour être installé sur les frégates de classe Knox (FF61052 à 1069 et 1071 à 1083). Régulièrement le missile, les capteurs et le système de gestion sont mis à jour par les Etats-Unis mais aussi par des pays alliés.

Les Tarawa disposaient de deux lanceurs octuples, un installé à babord arrière et un autre installé devant l'ilôt.

Outre l'US Navy, le Sea Sparrow est utilisé par Taiwan, l'Australie, la Belgique, la Bulgarie (ex-frégates belges), le Canada, le Chili, la Danemark, l'Allemagne, la Grèce, l'Italie, le Japon, la Corée du Sud, le Mexique, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Portugal, l'Espagne et la Turquie.

Ce missile pèse 510kg (dont 41kg de charge militaire), mesure 3.7m de long, une envergure de 1.02m avec un diamètre de 200mm. Sa portée maximale est de 19km avec une vitesse maximale de 4256km/h, le guidage se faisant avec un système radar semi-actif.

Canon de 20mm Mk16 sur affût Mk67
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Canon_26
Canon de 20mm Mk16 sur affût Mk67

Le canon de 20mm Mk16 à été à l'origine mis au point pour offrir aux patrouilleurs fluviaux employés au Vietnam une arme automatique plus puissante que la célèbre «Ma Deuce», la mitrailleuse Browning M2 de 12.7mm.

A l'époque le canon de 20mm standard de l'US Navy était le célébrissime, l'immortelissime Oerlikon mais à l'époque (milieu des années soixante), leur nombre était limité, les pièces détachées difficiles à trouver.

Comme il y avait urgence, l'US Navy récupéra des canons de 20mm employés anciennement par l'aviation, des AN/M3 qui furent adaptés à une utilisation fluviale. Ces canons de 20mm baptisés Mk16 utilisait un système d'alimentation à bande en remplacement du gros chargeur tambour de l'Oerlikon.

5000 canons de ce type furent livrés durant la guerre du Vietnam mais au début des années quatre-vingt ils deviennent difficiles à entretenir. Leur remplacement aura lieu quelques années plus tard avec le canon de 25mm type Bushmaster officiellement connu sous le nom de type 38.

Ce canon pesait 52.6kg, mesurant 1.974m, tirait des projectiles de 130g à une distance maximale de 6400m (efficace 1830m) à raison de 600 à 850 coups par minute.

Les Tarawa disposaient de six canons de ce type employés sur des affûts simples Mk67. Cet affût qui pesait 879.7kg permettait au canon de pointer en site de -30° à +75° et en azimut sur 360°. les boites à munitions comprennaient 385 coups en bandes souples ce qui permettait un tir soutenu.

Système Phalanx
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Systzo10
Fire !

Le système de défense rapprochée (Close-In Weapon System) Phalanx est destiné à abattre les avions et les missiles à courte distance.

C'est une arme de défense rapprochée combinant système de détection avec un canon de 20mm hexatube type Gatling. Il va équiper de nombreux navires de guerre américains sans compter les marines étrangères.

Parfois surnommé R2D2 en raison de sa forme qui s'approche du petit droïde de Star Wars, le Phalanx à aussi donné naissance à une version terrestre (Land Phalanx Weapon System) destinée à protéger les bases opérationnelles avancées (Forward Operative Base FOB) contre les roquettes et autres armes tirées par des groupements insurgés.

Le prototype est testé sur le destroyer USS King (DLG-10) (classe Farragut) dès 1973 mais il faut attendre 1977 et les tests sur le USS Bigelow (DD-942) (classe Forrest Sherman) pour que le système soit jugé mature.

La production commence en 1978 avec des commandes pour 37 exemplaires (23 pour l'US Navy et 14 pour l'export). Le premier navire opérationnel est le porte-avions USS Coral Sea (CV-43) en 1980 et quatre ans plus tard des navires de soutien sont également équipés souvent en remplacement de canons de 76mm.

Le système est régulièrement mis à jour notamment au niveau de l'électronique mais aussi des munitions avec le Block 0, le Block 1 en 1988, le Block 1A, le Block 1B PsuM (Phalanx Surface Mode) en 1999 et le Block 1B.

Les Tarawa reçoivent deux systèmes en remplacement des lanceurs Sea Sparrow, un système est installé à bâbord arrière et le second devant l’îlot. Le système TAS Mk23 désignait la cible et le Phalanx s'occupait de tout.

Outre les Etats-Unis, le Phalanx est mis en œuvre par l'Australie, le Bahrein, le Canada, la Grèce, l'Egypte, l'Inde, Israël, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan, la Pologne, le Portugal, l'Arabie Saoudite, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Turquie, Taiwan et la Grande-Bretagne.

Le système Phalanx mesute 4.7m, pèse 5700kg pour les premiers modèles (6200kg pour les modèles ultérieurs), disposant d'un radar fonctionnant sur la bande Ku et d'un FLIR. Le canon de 20mm hexatube M-61 peut pointer de -25° à +85° en site à raison de 115° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 100 à 115° coups par seconde. La portée maximale est de 3500m mais la portée effective est classifiée. La dotation en munitions est de 1550 coups.

Système RAM Mk49
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Rim-1111
Lancement d'un missile RAM

Le missile RIM-116 Rolling Airframe Missile (RAM) est un missile léger à très courte portée utilisé par les Etats-Unis, l'Allemagne, le Japon, la Grèce, la Turquie, la Corée du Sud, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Mexique, les Emirats Arabes Unis et le Qatar. Utilisé initialement pour la défense antimissiles, ce missile tire son nom par le fait qu'il tourne sur son axe pour être stabilisé.

Son développement à commencé en juillet 1976 par un accord entre General Dynamics, le Danemark et l'Allemagne de l'Ouest, Copenhague se retira ultérieurement du programme mais fût remplacé par les Etats-Unis.

Le lanceur Mk49 est évalué par la marine américaine à la fin des années quatre-vingt, devenant opérationnel le 14 novembre 1992 à bord du USS Peleliu (LHA-3). Les Etats-Unis ont acquis 1600 missiles et 115 lanceurs pour équiper 74 navires allant du LCS au porte-avions en passant par le navire amphibie.

Si le Block 0 était clairement issu du Sidewinder, le Block 1 intégrait un capteur infrarouge pour intercepter les missiles n'émettant aucune émission radar, un capteur dérivé de celui du Stinger. Le Block 2 était un missile plus apte à intercepter les missiles manoeuvrant.

On trouve également le Sea RAM, un système combinant le radar et le système électro-optique du Phalanx avec un lanceur de onze missiles ce qui permet d'obtenir un système de défense totalement autonome.

Ce missile mesure 2.79m de long, un diamètre de 127mm, une envergure de 434mm, un poids de 73.5kg avec une charge militaire de 11.3kg. La portée maximale est de 9km, sa vitesse de pointe Mach 2. Le lanceur est de 5777kg

Canon de 25mm Mk38 Bushmaster
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Canon_27
Tir d'un canon de 25mm Mk38 Bushmaster

Depuis l'attentat contre le destroyer USS Cole (DDG-67) à Aden en octobre 2000, la défense rapprochée des bâtiments américains à été sérieusement renforcée avec une multiplication des canons  à tir rapide pour détruire le plus rapidement possible une embarcation bourrée d'explosifs.

Parmi ces canons on trouve le canon de 25mm Bushmaster M242, un canon utilisé par l'US Army sur des VCI Bradley mais aussi par l'USMC sur ses LAV Mk III.

Connu sous le nom de Mk38 dans la marine américaine il était disponible à quatre exemplaires sur les Tarawa. Mis au point au début des années quatre-vingt, il à pris la relève du canon de 20mm Oerlikon alors utilisé.

Pesant 119kg, il mesure 2.527m de long, une largeur de 318mm et une hauteur de 373mm. Il tire des obus de 25x137mm à une distance maximale de 6800m (efficace 3000m) à raison de 200 coups par minute.

Outre les Etats-Unis, il est utilisé par l'Australie, le Canada, la Géorgie, Israël, la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, les Philippines, Singapour, l'Espagne,le Sri Lanka, la Suisse et la Turquie.

L'action des quatre canons de 25mm est complétée par quatre mitrailleuses de 12.7mm M2HB, l'immortelle «Ma Deuce», une arme bientôt centenaire mais toujours efficace.

A SUIVRE

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
JJMM
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe
JJMM

Masculin
Nombre de messages : 248
Age : 69
Ville : Lotharingie
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 07/06/2017

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 26 Déc 2018, 15:09

Très intéressant et détaillé, comme d'hab' ! J'aime beaucoup les 6 unités réunies, de quoi faire des dégâts importants, merci encore !! thumright
Les noms des sites de débarquement sont éloquents et bien choisis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eeforbin.fr
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyMer 26 Déc 2018, 22:20

Merci

La suite et la fin le 28 décembre. Ensuite j'enchainerai par ça

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) <a href=LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Wilhel10"/>

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyVen 28 Déc 2018, 11:42

Installations Aéronautiques
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta43
Bell UH-1 sur l'ascenseur latéral bâbord du USS Tarawa (LHA-1)

-Pont d'envol du 250m de long sur 32.3m relié à un hangar de 92m de long sur 23.8m de large et 6.1m de haut (capacité neuf hélicoptères) par deux ascenseurs, le latéral babord mesurant 15.2 sur 10.3m alors que le central arrière mesure 18.2 sur 10.62m de long.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta42
Vue aérienne du Tarawa. On voit clairement les deux ascenseurs mais aussi la porte du radier

1529000 litres de kérosène JP5 sont embarqués et des ateliers dans le prolongement du hangar permettent aux hélicoptères de durer.

-Dix puis neufs spots hélicoptères

-Cinq monte-charges pour les munitions et pièces détachées entre le hangar et le pont d'envol

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta44
Grosse activité sur le USS Tarawa (LHA-1) avec un CH-53 qui vient de décoller tout comme un LCU. L'ascenseur axiale est en position basse et le radier ouvert

Le groupe aérien se compose d'une trentaine d'appareils. Le plus souvent on trouve un squadron de douze Boeing-Vertol CH-46E Sea Knight, un détachement de quatre Sikorsky CH-53E Sea Stallion, un détachement d'hélicoptères d'attaque (quatre Bell AH-1T puis AH-1W et deux à quatre Bell UH-1N) et un détachement de six Harrier soit un total de 30 appareils.

La règle est que les hélicoptères ne devant pas être employés immédiatement sont rangés à tribord devant l'ilôt alors que les Harrier sont à tribord arrière ce qui libère la place pour les hélicoptères devant décoller.

Installations Amphibies
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ta45
Radier ouvert pour le USS Tarawa

-Radier de 81.7m de long sur 15.8m de large.

-Ce radier peut accueillir différentes embarcations (voir ci-après) avec au choix quatre LCU (Landing Craft Utility) type 1610 ou deux LCU type 1610 et 3 LCM-8 (Landing Craft Mecanized) ou deux LCU type 1610 et un LCAC (Landing Craft Air Cushion) ou encore deux LCM-8 et trois LCM-3 ou 17 LCM-17 voir 45 LVTP-7. Une fois plein, le radier alourdit le Tarawa de 12000 tonnes !

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe24
Le USS Peleliu (LHA-5). Avec le remplissage puis l'ouverture du radier, le navire s'élève légèrement hors de l'eau

-Deux LCM-6 sont installés derrière l'ilôt mis à l'eau par Tinny une grue utilisée normalement pour débarrasser le pont des appareils crashés.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_na34
La grue Tinny du USS Nassau (LHA-5)

-Pont stockage véhicule de 2360m² relié au pont d'envol par une rampe 37800 litres de carburant véhicule

-860m² pour le stockage cargo

-1885 Marines sont généralement embarqués. Ils disposent d'un espace d'entrainement de 450m² pour se maintenir en forme durant les périodes où ils sont en attente dans une zone instable.

-Généralement déployé avec un LPD et un LSD, le LHA forment un Amphibious Squadron ou Phibron. En ajoutant un élément de commandement, un bataillon de débarquement (Marines Expeditionnary Unit) et un squadron d'hélicoptères renforcé (HMM Reinforced) on forme un Amphibious Ready Group (ARG) qui se déploie sur zone pendant six mois avant d'être relevé.

Avions et Hélicoptères embarqués sur les Tarawa

McDonnell Douglas AV-8 Harrier
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_pe25
Un Harrier au décollage depuis le USS Peleliu (LHA-5)

A l'époque de la guerre froide les occidentaux craignaient que les soviétiques et leurs alliés ne frappent prioritairement les aérodromes pour détruire au sol le maximum d'avion de combats ennemis.

D'où l'idée d'utiliser des portions d'autoroute comme pistes improvisées ou mieux de mettre au point un avion pouvant décoller et atterrir comme un hélicoptère. De nombreux pays occidentaux imaginèrent cet avion mais seule la Grande-Bretagne aidée ensuite des Etats-Unis parvint à mettre en service un tel appareil, le Harrier.

Cet appareil avait été conçu comme avion d'attaque légère mais aussi comme intercepteur à courte portée pour permettre à la Royal Navy de conserver une capacité aéronavale après l'abandon du porte-avions au profit d'un croiseur à pont continu, le type Invincible.

Le premier vol du Harrier à lieu le 31 août 1966 suivit du premier vol d'un appareil de série le 29 décembre 1967. l'appareil est mis en service au sein de la RAF en 1969 (quatre puis trois squadrons opérationnels) et dans la Royal Navy en juin 1979 avec quatre unités .

Le Harrier connait son baptême du feu aux Malouines en 1982 aussi bien sous les cocardes de la RAF que de la FAA depuis les porte-aéronefs Hermes et Invincible mais aussi depuis un aérodrome improvisé à San Carlos. Quatre Harrier et Six Sea Harrier furent perdus sous les coups de l'ennemi ou par accident. L'appareil est ensuite engagé dans les Balkans.

Dès l'origine les américains surveillent avec attention ce projet mais entre surveiller le projet et acheter des appareils malgré l'intérêt de l'USMC il y à un fossé que les américains vont tarder à franchir. C'est finalement en 1971 que l'AV-8A fût mis en service pour être employé à bord des LHA en attendant les LHD.

Le Harrier à connu un processus régulier de modernisation mais cela ne résolvait pas les faiblesses intrinsèques de l'appareil notamment un rayon d'action et une charge militaire insuffisants. Il fallu pourtant un certain temps pour que Londres et Washington ne s'entendent pour un projet commun.

Le prototype de l'AV-8B Harrier II effectue son vol inaugural le 5 novembre 1981, le premier appareil de série décolle pour la première fois le 29 août 1983, les livraisons s'étalant de 1984 à 1987.

Au total les américains ont acquis 235 AV-8B neufs auxquels il faut ajouter 47 AV-8C qui étaient des AV-8A remis à niveau soit 282 appareils auxquels s'ajoutèrent 28 TAV-8B d'entrainement.

Huit squadrons opérationnels de l'USMC sont ainsi équipés (VMA-331, VMA-231, VMA-542,VMA-513, VMA-223,VMA-211,VMA-311 et VMA-214). Il participe avec les Leathernecks à la première guerre du Golfe (1990-91), à l'opération Enduring Freedom (2001) en Afghanistan puis à l'opération Iraqi Freedom (2003). Depuis le Harrier II+ à été mis en service, dernière variante de cet appareil en attendant l'arrivée du F-35. La production à cessé en 2003.

Côté britannique, l'équivalent du Harrier II est l'Harrier GR.5, GR.7 et GR.9. Ces appareils opèrent au sein de la Joint Force Harrier avec les Sea Harrier FA.2 aussi bien à terre que sur les porte-aéronefs de classe Invincible jusqu'à leur désarmement.

Les Harrier britanniques ont ainsi été engagés dans la première guerre du Golfe, dans l'opération Allied Force (Kosovo 1999), à l'opération Enduring Freedom mais aussi à la deuxième guerre du Golfe à partir de 2003.

Le Harrier à connu un certain succès à l'export avec des ventes en Espagne, en Thaïlande (anciens Matador espagnols), en Inde et en Italie. Le Japon à un temps songé à s'équiper d'Harrier pour reconstituer une force aéronavale mais n'à pas franchit le pas probablement pour des raisons logistiques.

Caractéristiques du McDonnell Douglas AV-8B Harrier II+

Type : Monoplace d'assaut et d'appui tactique

Masse : à vide 6340kg en charge 10410kg maximale au décollage 9415kg en décollage vertical et 14100kg en décollage court

Dimensions : longueur 14.12m envergure 9.25m hauteur 3.55m

Propulsion : un turboréacteur Rolls Royce F402-RR-408 (Pegasus Mk105) de 10659kg de poussée

Performances : vitesse maximale : 1070 km/h (Mach 0.89) au niveau de la mer Distance franchissable 1200 miles nautiques (2200km) rayon d'action de combat 300 miles nautiques (556km)

Armement : un canon de 25mm type Gatling GAU-12 Equalizer monté en pod sous le côté gauche du fuselage avec 300 obus. 6 points d'emport pour pouvoir embarquer 5988kg de charge. Parmi les armes embarquées figurent 4 paniers de 19 roquettes CRV7, 4 missiles AIM-9 Sidewinder ou 6 AMRAAM, 6 missiles AGM-65 Maverick ou 2 AGM-84 Harpoon ou 2 AGM-88 HARM, des bombes CBU-100, des bombes lisses, des bombes à guidage laser Paveway, conteneurs au napalm Mark 77, quatre réservoirs supplémentaires de carburant pour le convoyage.


Boeing CH-46 Sea Knight
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Boeing11
Boeing CH-46E Sea Knight au décollage depuis un LHA ou un LHD

Le Boeing Vertol CH-46 Sea Knight à été pendant plus de cinquante et un an (!) l'hélicoptère de transport tactique standard de l'USMC. Il s'agissait d'un hélicoptère typique de la fin des années cinquante avec un double rotor, système qui allait faire la fortune de son cadet, le Boeing-Vertol CH-47 Chinook qui est toujours en service et même toujours en production.

Effectuant son premier vol le 22 avril 1958 et mis en service en 1964, il à été utilisé principalement pour deux missions : le ravitaillement vertical (VERTREP) pour l'US Navy (où il à été remplacé en 2004 par le MH-60S KnightHawk) et le transport tactique pour l'USMC (où il à été remplacé par le convertible Bell-Boeing MV-22 Osprey). 524 appareils ont été produits.

Outre ces deux missions l'appareil à également été utilisé pour l'appui-feu, la recherche et le sauvetage, la récupération tactique. L'appareil à été exporté au Canada, en Suède, au Japon, en Thaïlande et en Arabie-Saoudite. Il à été de tous les combats du Corps du Vietnam à la deuxième guerre du Golfe en passant par la Grenade, le Liban, la première guerre du Golfe, la Bosnie et le Kosovo, l'Afghanistan.

Le dernier vol du CH-46 Sea Knight à eu lieu le 5 octobre 2014 depuis la base aérienne du corps des Marines de Miramar. Il se posa sur le porte-hélicoptères USS America (LHA-6) alors que ce dernier effectuait sa traversée de longue durée. Il est officiellement retiré du service actif le 1er août 2015.

Caractéristiques Techniques du Boeing-Vertol CH-46E Sea Knight

Type : hélicoptère médium de transport tactique birotor

Masse à vide 7047kg maximale au décollage 11000kg

Dimensions : longueur du fuselage 13.66m diamètre du rotor 15.24m hauteur 5.09m

Motorisation : deux turbines General Electric T58-GE-16 de 1870ch chacune

Performances : vitesse maximale 267km/h distance franchissable 1020km (1100km en convoyage) plafond opérationnel 5180m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm GAU-15A au niveau des portes et une mitrailleuse de 7.62mm M240D sur la rampe (en option)

Equipage : deux pilotes, un chef de bord, deux mitrailleurs, 24 soldats équipés ou 15 civières avec deux infirmiers ou 2270kg


Sikorsky CH-53 Sea Stallion
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Sikors10
Sikorsky CH-53 paré au décollage depuis un LHA type Tarawa

Le Sikorsky CH-53 Sea Stallion est le plus gros hélicoptère développé dans le monde occidental. Il effectue son premier vol le 14 octobre 1964 avant d'être mis en service deux ans plus tard en 1966.

C'est le début d'une très longue carrière puisqu'il à été retiré du service en 2012, ne laissant en service que le CH-53E Super Stallion qui doit lui même être remplacé à partir de 2019 par le CH-53K Knight Stallion.

Utilisé par l'US Navy pour le déminage, par l'USMC pour le transport de troupes et par l'USAF pour la recherche et le sauvetage au combat ainsi que le soutien aux forces spéciales, le CH-53 à connu un beau succès à l'export puisqu'il à été vendu en Allemagne, en Autriche, au Mexique, en Iran et en Israël.

Sous les couleurs américaines, l'hélicoptère connait son baptême du feu au Vietnam où il servit pour le transport de troupes mais aussi pour la récupération d'hélicoptères abattus, se montrant dans ce domaine plus efficace que le Sikorsky S-64 Skycrane.  Il à ensuite participé à tous les conflits dans lesquels les Etats-Unis ont été engagés.

A partir de septembre 2007, les Osprey commencent à remplacer les CH-46E et les CH-53D, ne laissant donc en ligne que les CH-53E qui doivent donc être remplacés par des CH-53K.

Caractéristiques Techniques du Sikorsky CH-53D

Type : hélicoptère lourd

Masse à vide 10740kg Charge utile 3630kg En Charge 15227kg Maximale au décollage 19100kg

Dimensions : longueur 26.97m diamètre du rotor 22.01m hauteur 7.6m largeur du fuselage 4.7m largeur avec les sponsons latéraux 8.64m

Motorisation : deux turbines General Electric T64-GE-413 de 3925ch chacun entraînant un rotor principal hexapale

Performances : vitesse maximale 315km/h vitesse de croisière 278km/h distance franchissable 1000km rayon d'action de combat 160km distance franchissable en convoyage 1640km plafond opérationnel 5106m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm GAU-15/A aux portes et une mitrailleuse de 12.7mm AU-21 sur la rampe. Les CH-53G allemands disposent de deux mitrailleuses de 7.62mm MG-3 aux portes remplacées par deux GAU-21 aux portes et une troisième sur la rampe

Equipage : deux pilote, un chef d'équipage, 38 à 55 hommes ou 24 civières


Sikorsky CH-53E Super Stallion
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Sikors11
Le Sikorsky CH-53E est un appareil particulièrement imposant n'est-il pas ?

Le Sikorsky S-80 (désignation constructeur) effectue son premier vol le 1er mars 1974. Mis en service en 1981, il à été utilisé par l'US Navy pour le déminage et par les Marines pour le transport de troupes depuis les navires d'assaut (LPH,LHA et LHD).

Produit à 234 appareils, l'appareil à aussi été utilisé par le Japon. Il s'agit d'une évolution directe du CH-53D pour aboutir à un appareil plus gros, plus puissant notamment par l'installation d'un troisième moteur, d'un rotor principal à sept pales au lieu de six, un rotor anti-couple incliné à 20°.

L'appareil doit être remplacé à partir de 2019 par le Sikorsky CH-53K King Stallion qui se caractérise par de nouveaux moteurs, des pales composites et une cabine plus large pour permettre d'y glisser des palettes standards.

Le projet «Super Stallion» commence en octobre 1967. En 1968, Sikorsky propose son S-80 que l'USMC accepte en finançant un prototype. Le premier prototype effectue son premier vol le 1er mars 1974, le contrat de production est signé en 1978 et la mise en service à lieu en février 1981, trois mois après le vol du premier appareil de série (décembre 1980). 177 ont été acquis par l'US Navy et l'USMC.

L'appareil connait son baptême du feu au Liban en 1983, participant également à Urgent Fury (Grenade), à Restore Hope (Somalie), aux deux guerres du Golfe, à la récupération du capitaine O'Grady abattu au dessus de la Bosnie (8 juin 1995), à l'opération Enduring Freedom en Afghanistan,

Cet appareil est efficace mais sa maintenance devenant de plus en plus coûteuse, l'USMC décide de lancer un programme de modernisation de l'appareil.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Sikors12
Sikorsky CH-53K King Stallion

Ce programme baptisé CH-53X débouche finalement en avril 2006 sur la signature d'un contrat pour 156 nouveaux hélicoptères baptisés CH-53K Knight Stallion, nombre porté à 227 en août 2007.

Initialement il était prévu que le premier appareil vole en novembre 2011 pour une capacité opérationnelle initiale en 2015 mais les délais se sont allongés,  le premier vol ayant eu lieu le 25 octobre 2015, la mise en service est désormais prévue pour 2019.

Actuellement il reste 150 CH-53E et 28 MH-53E en service au sein des forces armées américaines, le Japon ayant retiré ses appareils du service en 2017 (remplacés par des Merlin italo-britanniques).

Caractéristiques Techniques

Type : hélicoptère lourd

Masse à vide 15071kg maximale au décollage 33300kg

Dimensions : longueur 30.2m diamètre du rotor 24m hauteur 8.46m

Motorisation : trois turbines General Electric T64-GE-416/416A/419 de 4380ch chacune entraînant un rotor principal à sept pales et un rotor anti-couple à quatre pales
Performances : vitesse maximale 278km/h vitesse de croisière 222km/h distance franchissable 1000km Rayon d'action de combat 333km distance franchissable convoyage 1833km plafond opérationnel 5640m

Armement : deux mitrailleuses de 12.7mm GAU-21 aux portes et une autre montée sur la rampe

Equipage : deux pilotes, un chef de bord/tireur droit, un mitrailleur gauche, une mitrailleuse de queue, 65 soldats équipés ou 13600kg de charge utile interne (14500kg en externe).


Bell-Boeing V-22 Osprey
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_sa26

L'hélicoptère est un excellent vecteur militaire mais il était limité par sa vitesse et la charge utile embarquée. L'avion pouvait le compléter ou le remplacer mais il ne pouvait décoller facilement d'un navire. D'où l'idée de combiner les qualités des deux pour obtenir un bon vecteur de transport et de puissance.

Le Bell-Boeing V-22 Osprey effectue son premier vol le 19 mars 1989. Il n'à été mis en service que le 8 décembre 2005 après un très long et très coûteux développement (16 milliards de $ !) marqué par plusieurs accidents mortels, le programme passant près de l'annulation et ne devant sa survie qu'au besoin de remplacer le CH-46 et le CH-53 et par l'argent déjà dépensé.

458 exemplaires doivent être livrés à l'USMC, à l'USAF et à l'USN pour différentes missions : transport, recherche et sauvetage au combat, soutien aux opérations spéciales, ravitaillement à bord...... .

Le programme Joint Advanced Vertical Lift Aircraft (JVX) est lancé en 1982 sous la responsabilité de l'US Navy. Trois versions sont prévues : MV-22 pour les Marines, CV-22 pour l'USAF et HV-22 pour l'USN (version abandonnée au profit du V-22).

Bell et Boeing sont chargés de l'industrialisation du projet, Bell ayant une certaine expérience et une expérience certaine dans ce domaine. En 1985 la désignation de V-22 Osprey est choisie en 1985. Le premier vol à lieu le 14 septembre 1989 et en 1990 des essais ont lieu à bord du USS Wasp (LHD-1).

Les essais sont interrompus entre juillet 1992 et août 1993 le temps de corriger les défauts relevés au cours des accidents. Le premier appareil de présérie est livré en décembre 1996 et décolle pour la première fois le 5 février 1997. Les essais à la mer ont lieu en janvier 1999 suivis de tests opérationnels entre octobre 1999 à août 2000. Deux nouveaux accidents mortels ralentissent la mise au point de l'appareil tout comme la découverte de rapports de maintenance falsifiés.

Les essais reprennent en avril 2002, essais concernant le MV-22 et le CV-22. Le 28 juin 2005 la décision de reprendre la production en série est décidée. L'appareil est mis en service à la fin de l'année et en 2007, des Osprey sont envoyés en Irak. En 2008 c'est l'Afghanistan qui voit cet appareil engagé en attendant la Libye en 2011, le Sud-Soudan et le Yémen.

Plusieurs pays se sont montrés intéressés : la Grande-Bretagne, Israël et le Japon mais aucun appareil n'à été livré.

Caractéristiques Techniques du MV-22B

Type : convertible de transport et de combat

Masse à vide 15032kg en charge 21500kg maximale au décollage 27400kg maximale au décollage 23859kg

Dimensions : envergure 25.55m longueur 17.48m hauteur 5.38m diamètre du rotor 11.6m

Motorisation : deux turbopropulseurs Rolls-Royce T406 de 6150ch chacun entraînant des rotors basculants tripales

Performances : vitesse maximale 566km/h à 4600m 509km/h au niveau de la mer vitesse de croisière 446km/h rayon d'action 1627km plafond 7620m

Armement : une mitrailleuse de 7.62mm M240 ou une mitrailleuse de 12.7mm M2 Browning sur la rampe, une mitrailleuse de 7.62mm GAU-17 en tourelle sous le ventre (tourelle rétractable)

Equipage : 4 membres avec 24 soldats assis ou 32 soldats debout ou 9070kg de charge utile interne ou 6800kg de charge suspendue ou un véhicule léger type Growler


Bell UH-1N Twin Huey et Bell UH-1Y Venom
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_u10
Bell UH-1N Twin Huey en vol avec en arrière plan le USS Nassau (LHA-4)

Un hélicoptère volant au ras du sol, un homme tirant à la mitrailleuse depuis la porte latérale. Tel est l'image iconique de la guerre du Vietnam faisant entrer dans la légende le Bell UH-1 Iroquois plus connu sous le nom de Huey (déformation de sa désignation d'origine HU-1).

Cet appareil est le premier hélicoptère américain propulsé par une turbine. Triomphant du Sikorsky S-59, le Bell XH-40 va connaître un immense succès tant au sein des forces armées américaines qu'à l'export.

Effectuant son premier vol le 20 octobre 1956, il est mis en service en 1959, produit jusqu'en 1987 à plus de 16000 exemplaires. Si il est encore en service à l'étranger il à été remplacé au sein de l'US Army par le Sikorsky UH-60 Blackhawk.

Si le Huey à été utilisé par l'US Navy, l'US Army et l'USAF, il n'à pas été utilisé par l'USMC qui avait choisit antérieurement le CH-46.

De plus sa configuration monomoteur ne plaisait guère aux Leathernecks pour une question de sécurité au dessus des flots (ce sera la même chose avec l'AH-1 Cobra).

La guerre du Vietnam démontrant la vulnérabilité des hélicoptères monomoteurs, l'idée d'un hélicoptère bimoteur émergea pour succéder au UH-1 Huey. C'est pourtant le Canada qui est à l'origine d'une variante bimoteur du Huey.

Baptisé UH-1N, le Twin Huey effectue son premier vol en avril 1969 avant d'être mis en service en octobre 1970. Il s'agit d'abord d'un appareil militaire avant qu'une version civile baptisée Bell 212 ne voit le jour. De cet appareil sont également issus le Bell 214, le Bell 412 et le UH-1Y Venom (que nous allons étudier ensuite).

Au sein de l'USMC, le Bell UH-1N est utilisé pour la reconnaissance, le commandement et le contrôle ainsi que la coordination avec les troupes au sol. De son côté l'USN l'à utilisé pour ravitailler les stations scientifiques américaines en Arctiques alors que l'USAF l'à utilisé pour les opérations spéciales et la surveillance de ses sites d'ICBM.

Chez les Leathernecks, l'UH-1N à été retiré du service actif en septembre 2014 après 43 ans de service actif (1971-2014). L'USAF à annoncé en septembre 2018 que le Boeing/Leonardo MH-139 (version de l'Augusta-Westland AW-139) avait remporté la compétition pour remplacer les UH-1N, les appareils devant être livrés à partir de 2021.

Outre les Etats-Unis et le Canada, le UH-1N à été utilisé par l'Italie (produit sous licence par Augusta), l'Angola, l'Argentine, l'Autriche, le Bahrein, le Bangladesh, la Colombie, la Grèce, le Guatemala, l'Iran, le Mexique, le Maroc, le Panama, le Pérou, les Philippines, l'Arabie Saoudite, l'Espagne, le Sri Lanka, le Soudan, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, la Grande-Bretagne (Bell 212 argentins capturés aux Malouines), l'Uruguay, le Venezuela, le Yemen, le Brunei, Israël, la Jamaique et Singapour.

Caractéristiques Techniques

Type : hélicoptère médian de manœuvre et de combat

Masse à vide 2765kg en charge 4763kg charge utile 1996kg

Dimensions : longueur 12.69m diamètre du rotor 14.6m hauteur 4.4m

Motorisation : deux turbines Pratt & Whitney Canada T400-CP-400 de 900ch

Performances : vitesse maximale 220km/h vitesse de croisière 207.3km/h distance franchissable 460km plafond opérationnel 5273m  

Armement : mitrailleuses et roquettes

Equipage : deux pilotes, chef de bord et mitrailleur, six à huit soldats équipés ou une charge cargo équivalent


Pour remplacer le Bell UH-1N, l'USMC aurait pu choisir un nouvel appareil sur étagère mais elle préfère rester en terrain connu en décidant de financer le développement d'une nouvelle version d'un concept de base vieux de plus de soixante ans.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_u11
Bell UH-1Y Venom

Le développement du Bell UH-1Y Venom (appelé également Super Huey) à commencé en 1996. A l'époque il s'agissait d'une modernisation profonde des UH-1N en service mais en 2005 décision est prise de produire des appareils neufs. En parallèle était lancé le programme AH-1Z Zulu destiné à moderniser les Cobra en service dans l'USMC en adoptant une politique de communauté logistique maximale (taux de 84% atteint entre le UH-1Y et le AH-1Z).

Le prototype du UH-1Y effectue son vol inaugural le 20 décembre 2001, sa mise en service à lieu le 8 août 2008. 92 appareils ont été produits mais aucun succès à l'export n'à pour l'instant été enregistré sachant que les livraisons à l'USMC doivent s'achever cette année avec la livraison du 160ème et dernier exemplaire.

Outre une mise à niveau des systèmes de sécurité et de l'avionique, le UH-1Y dispose de moteurs plus puissants et surtout d'un rotor quadripale en composite.

Au sein des unités d'hélicoptères de l'USMC, le UH-1Y doit être utilisé pour le commandement et le contrôle (C2), l'escorte, la reconnaissance, le transport de troupes, l'évacuation sanitaire et l'appui aérien rapproché. Ils opèrent en liaison avec les Cobra.

Caractéristiques Techniques

Type : hélicoptère médian de transport, de soutien et de combat

Masse à vide 5370kg maximale au décollage 8390kg charge utile 3020kg

Dimensions : longueur 17.78m diamètre du rotor 14.88m hauteur 4.5m

Motorisation : deux turbines General Electric T700-GE-401C de 1546ch en continu

Performances : vitesse maximale à ne pas dépasser 366km/h vitesse maximale sur 30 minutes 304km/h vitesse de croisière 250km/h rayon d'action de combat 241km avec 990kg de charge utile Endurance 3h30 Plafond opérationnel 6100m

Armement : deux mitrailleuses de 7.62mm au niveau des portes, deux pods de roquettes de 70mm en externe

Equipage : un ou deux pilotes, un chef de bord et d'autres membres d'équipage en fonction de la mission, dix passagers ou six civières


Bell AH-1 Cobra et Super Cobra
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_a12
Bell AH-1 Cobra de l'US Army

La France pionnière du combat aéromobile se trouva rapidement confrontée à un problème en matière de sécurité de ses hélicoptères de manœuvre. Les fellaghas après un temps de surprise apprirent à localiser les Landing Zone (LZ) et à tendre de meurtrières embuscades aux hélicoptères de transport.

La réaction française fût immédiate en armant certains hélicoptères de mitrailleuses, de canons, de roquettes voir de bombes pour nettoyer la LZ et faire baisser la tête à l'ennemi. Il n'y eu cependant pas la mise au point d'un hélicoptère d'attaque spécifique même si le prototype de l'Alouette III disposait d'un canon de 20mm dans le nez.

Les américains firent pareil au Vietnam mais ne furent pas satisfaits. Si le Bell UH-1 était particulièrement manœuvrant en configuration lisse, avec mitrailleuses et roquettes il perdait de sa superbe (on ose imaginer ce qu'aurait donné un Chinook d'attaque comme en révèrent certains militaires américains).

Il fallait un véritable hélicoptère de combat qui aurait du être le Lockheed AH-56 Cheyenne mais cet appareil se révéla être une impasse technologique. Finalement le premier Attack Helicopter allait être le Bell AH-1 Cobra.

La firme Bell Helicopters avait par le passé proposé une version d'attaque du Bell 47 mais il s'agissait davantage d'un démonstrateur que d'un appareil opérationnel. Alors que le Cheyenne n'était pas encore abandonné (il le sera officiellement en 1972), Bell décide de développer un hélicoptère d'attaque plus petit et moins coûteux.

Pour économiser les frais de R&D, le bureau d'études de Bell Helicopter reprend la transmission et le rotor principal ainsi que la turbine du UH-1C, dessinant autour un nouveau fuselage qui fixe les canons de l'hélicoptère d'attaque à savoir deux membres d'équipage en tandem.

Cette anticipation permet à la firme de remporter l'appel d'offres pour un appareil intérimaire destiné à préparer l'arrivée du Cheyenne. Le Bell 209 devient le AH-1G Cobra ou Huey Cobra, les premiers appareils sortant des chaines de Bell en 1970.

Outre les Etats-Unis, le Cobra est ou à été utilisé par le Bahrein, le Japon, la Jordanie, le Kenya, le Pakistan, les Philippines, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Turquie, Israël et l'Espagne.

Dès le développement du Cobra, les Marines se montrèrent intéressés par l'idée de s'équiper d'un hélicoptère de combat, très utile pour les opérations amphibies pour appuyer les Leathernecks sur les plages ou à la descente de leur hélicoptère.

Néanmoins le Cobra avait un défaut pour les marines : il était monomoteur ce qui pouvait constituer une tare mortelle au dessus de l'océan. Ils exigèrent une version biturbine pour accepter cet hélicoptère.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_a13
Bell AH-1J Sea Cobra

C'est l'acte de naissance du AH-1J Sea Cobra, la version biturbine du AH-1G car comme lui, il était armé d'une mitrailleuse et de roquettes. Lui succéda l'AH-1T, une version du AH-1J capable de mettre en œuvre le missile Tow et donc apte à la lutte antichar.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_a14
Bell AH-1T Sea Cobra

Le début des années quatre-vingt marqua l'arrivée d'un nouveau tueur dans le domaine des hélicoptères de combat sous la forme du McDonnell Douglas AH-64A Apache, un formidable appareil conçu dès l'origine pour casser du blindé à l'étoile rouge dans les plaines d'Allemagne en liaison avec l'A-10 Thunderbolt II.

En 1981 le Congrès refusa les fonds nécessaires pour une version navalisée de l'Apache. Les leathernecks se rabattirent sur une version modernisée de l'AH-1T baptisée AH-1W Super Cobra dont ils vont acquérir 179 exemplaires auxquels il faut ajouter 43 AH-1T portés à ce standard soit un total de 222 appareils.

Ce Super Cobra (qui doit être retiré du service quand le Viper sera totalement en service) à été exporté en Iran, à Taiwan et en Turquie.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_a15
Bell AH-1W Super Cobra

Caractéristiques Techniques du Bell AH-1W Super Cobra

Type : hélicoptère biturbine d'attaque

Poids : à vide 4630kg maximal au décollage 6690kg

Dimensions : longueur (rotors tournants) 17.7m diamètre du rotor 14.6m hauteur 4.19m longueur du fuselage 13.9m largeur avec moignons d'ailes 3.28m
Motorisation : deux turbines General Electric T700-401 de 1690ch chacun entraînant un rotor principal bipale et un rotor anti-couple de même configuration

Performances : vitesse maximale 352 km/h distance franchissable : 587km plafond opérationnel 3720m

Armement : un canon de 20mmM197 en tourelle de nez avec 650 à 750 obus, des moignons d'aile pouvant emporter des roquettes (Hydra de 70mm ou Zuni de 127mm, des missiles Tow, des Hellfire et des Sidewinder

Equipage : un pilote et un tireur


En 1996, les Marines souhaitèrent à nouveau s'équiper d'Apache mais ce projet n'aboutit pas car on craignait qu'ils ne soient le seul client de cette variante navalisée. L'USMC continua à faire évoluer le Cobra sous la forme de l'AH-1Z Zulu, l'ultime (?) version d'un appareil mis au point à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Bell_a16
Bell AH-1Z Zulu

Le AH-1Z se distingue par des moignons d'ailes plus longs, un point d'attache en bout d'aile pour par exemple un missile type Sidewinder, un rotor quadripale en composite...... . De plus il partage comme nous l'avons vu un maximum de composants avec le UH-1Y Venom pour faciliter le soutien logistique (84% de communauté).

Le premier vol du Zulu à eu lieu le 8 décembre 2000 et sa mise en service à été prononcée le 30 septembre 2010 à une époque où il ne restait que le Nassau et le Peleliu en service. Il est prévu que les livraisons s'échelonnent de 2010 à 2022 avec un total de 189 AH-1Z mais seulement 58 appareils neufs, le reliquat étant composé de AH-1W reconstruits.

Cette ultime (?) (bis) version du Cobra à déjà intéressé l'étranger. Si la Corée du Sud lui à préféré l'AH-64E, le Viper à été choisit par le Bahrein (douze appareils) et le Pakistan (quinze appareils) en attendant d'autres pays, le Maroc, la Pologne, la République Tchèque, la Roumanie, la Thaïlande ayant fait preuve d'un intérêt pour l'appareil.

Caracteristiques Techniques du Bell AH-1Z Viper

Type : hélicoptère d'attaque

Masse à vide 5580kg maximale utile 8390kg charge utile 2620kg

Dimensions : longueur 17.8m diamètre du rotor 14.6m hauteur 4.37m

Motorisation : deux turbines General Electric T700-GE-401C de 1800ch chacune entraînant un rotor principal quadripale et un rotor de queue quadripale

Performances : vitesse de croisière 296km/h distance franchissable 685km rayon d'action de combat 231km (avec 1130kg de charge) plafond opérationnel 6000m

Armement : un canon de 20mm Gatling M197 à trois tubes avec 750 coups, six points d'attache sur les moignons d'ailes (deux à droite, deux à gauche et deux en bouts d'aile) pouvant recevoir des paniers de roquettes de 70mm, des missiles Sidewinder, des missiles Hellfire.


Embarcations amphibies

Les Tarawa peuvent utiliser différents modèles d'embarcations amphibies, des péniches de débarquement héritières de celles utilisées durant le second conflit mondial et en Corée, des véhicules amphibies et même des véhicules sur coussins d'air.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Uss_ha10
Un LCAC et en arrière plan le USS Harpers Ferry (LSD-49)

-Le Landing Craft Air Cushion (LCAC) est un gros chalands de débarquement sur coussin d'air. Avec une vitesse bien supérieure aux péniches traditionnelles (entre 25 et 50 nœuds), il permet de maintenir les navires amphibies à une plus grande distance des côtes et réduire ainsi leur vulnérabilité.

Les Tarawa ne pouvaient en embarquer qu'un exemplaire en raison de la forme du radier. Le LCAC mesure 26.8m de long (flotteurs gonflés sinon cela retombe à 24.7m) sur 14.3m (13.3m) de large.

Il est propulsé par quatre turbines de 15820ch et peut ainsi accéder à 70% des côtes du monde contre 17% pour des péniches classiques. L'équipage se compose de cinq marins, un LCAC pouvant transport sur 200 miles nautiques à 40 nœuds 24 soldats, un char M-1 ou quatre engins blindés légers.

82 exemplaires ont été commandés par les Etats-Unis, 6 par le Japon et 2 par la Corée du Sud. Ils subissent actuellement un programme d'extension de durée de vie en attendant la mise en service de leurs successeurs, le SSC (Ship to Shore Connector ou connecteur navire-rivage 72 exemplaires prévus).

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lcu-1610
Un chaland type LCU

-Le LCU type 1610 est le plus gros chalands (hors LCAC) utilisable par les Tarawa. Déplaçant 190 tonnes à vide et plus du double à pleine charge (390 tonnes), ils sont propulsés par quatre moteurs diesels de 1200ch puis de 1700ch.

Mesurant 41.1 sur 9.1m de large, ils peuvent naviguer à la vitesse maximale de 11 nœuds sachant que leur autonomie est de 1200 miles nautiques à 8 nœuds. Ils peuvent transporter 350 à 400 hommes ou deux chars M1 Abrams ou 190 tonnes de charge. Ils possèdent une rampe principale à l'avant et une rampe auxiliaire à l'arrière.  Les Tarawa pouvaient embarquer au maximum quatre de ces chalands.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lcm-810
LCM-8 à la mer

-Le Landing Craft Mechanized 8 (LCM-8) mesure 22.4x6.4m de long, possède à l'avant une rampe de débarquement pour mettre à terre jusqu'à 200 hommes ou 65 tonnes de cargo. Les Tarawa pouvaient en embarquer trois en compagnie de deux LCU type 1610.

-Deux Landing Craft Mechanized 6 (LCM-6) étaient embarqués derrière l'ilôt des LHA, des chalands plus petits que les précédents pouvant transporter 80 hommes ou 34 tonnes de cargo.

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Amphib10
Des AAV-7 dans un radier

-Les américains utilisent également des transports de troupes amphibies capables de guider un radier et de rallier la côté. Jusqu'à 45 Amphibious Assault Vehicle (AAV) pouvaient prendre place sur un LHA.

Le AAV est une version modernisée du LVTP-7. Ce dernier est mis en service en 1972 et descend d'une lignée lancée durant le second conflit mondial et poursuivie en Corée et au Vietnam.

C'est un gros véhicule chenillé de plus de 29 tonnes, mesurant 7.94m de long sur 3.27m de large et 3.26m de haut. Protégé par 45mm de blindage, il transporte un équipage de trois hommes et 21 marines. Son armement se compose d'une tourelle comprenant un lance-grenades de 40mm Mk19 (96 coups prêts au tir, 768 stockés), et une mitrailleuse de 12.7mm M2 (200 coups prêts, 1000 stockés).

Avec son moteur diesel de 400ch, il peut atteindre la vitesse maximale de 24 à 32km/h en tout terrain, 72km/h sur route et 13.2km/h sur l'eau.

Il devait être remplacé par l'Expeditionnary Figthing Vehicle (EFV) mais suite à des problèmes financiers et techniques, le projet à été annulé en 2012 sans qu'il y ait actuellement de projet de remplacement clairement annoncé.

Le programme Amphibious Combat Vehicle remporté en juin 2018 par le duo BAE systems/Iveco avec un véhicule 8x8 étant destiné à occuper le segment entre les JLTV (successeur des Humvee) et les AAV (et son remplaçant).

Le LVTP-7 remplace donc en 1972 le LVTP-5. En 1982 la firme FMC reçoit un contrat pour moderniser ces véhicules qui deviennent des AAV-7A1 (moteur amélioré, changement de la transmission, amélioration de l'armement, maintenance plus facile).

En 1987 ils reçoivent une tourelle créée par la firme Cadillac, une tourelle comprenant une mitrailleuse de 12.7mm et un lance-grenades de 40mm Mk19. Deux ans plus tard en 1989, des kits de surblindage s'ajoute à l'ensemble. D'autres programmes moins spectaculaires mais tout aussi importants ont suivi pour maintenir une flotte très sollicitée notamment en Irak. Outre la variante de base, on trouve une variante de commandement et  une variante de dépannage.

Le LVTP-7 à été engagé au combat par l'Argentine aux Malouines et par les américains dans toutes leurs opérations depuis 1983 et le Liban à savoir la Grenade (Urgent Fury), la Somalie (Restore Hope), les deux guerres du Golfe...... .  Le véhicule à aussi été exporté en Espagne, en Italie, au Brésil, en Indonésie, au Japon, à Taiwan, en Thaïlande, en Corée du Sud et aux Philippines.  

Equipage

A l'origine on trouve 58 officiers et 882 officiers mariniers/matelots mais à la fin de la carrière des Tarawa on trouve 82 officiers et 882 officiers mariniers/matelots

Le groupe amphibie se compose de 172 officiers et 1713 marines soit un total de 1885 hommes.

FIN

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyVen 19 Avr 2019, 06:27

J'annonce que j'ai quasiment terminé mon article sur les Wasp j'espère pouvoir le poster la semaine prochaine

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
PALEZ
Contre-amiral
Contre-amiral
PALEZ

Masculin
Nombre de messages : 5582
Age : 47
Ville : au bord du golfe de Botnie.... (200m)
Emploi : Mercenaire... :/
Date d'inscription : 11/09/2006

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 22 Avr 2019, 16:36

Pour agrémenter l'excellent article de clausewitz, quelques photos de ma collection du LHA-2 Saipan à la base navale OTAN de La Rota en 1998
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa11
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa10
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa12
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa15
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa13
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa14
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Usa_sa16
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 22 Avr 2019, 20:14

Merci pour ces photos PALEZ

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
bilou06
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 102
Age : 57
Ville : Nice
Emploi : employé
Date d'inscription : 04/10/2016

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 13 Mai 2019, 17:51

Merci pour ce superbe article Claudewitz !  C'était de superbes bateaux ces Tarawa !

J'ai eu la chance de visiter le Nassau en 1989 et le Saïpan en 1990 et 96. C'était le règne des Cobra, Huey, Sea Knight, Sea Stallion et Harrier à bord dans toutes les décos possibles...

Photos G.PEREZ :

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lha2_s10

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lha4_n10

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Lha2_s11
Revenir en haut Aller en bas
clausewitz
Amiral
Amiral
clausewitz

Masculin
Nombre de messages : 10016
Age : 35
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) EmptyLun 13 Mai 2019, 23:15

Superbes photos. thumleft thumleft

_________________
"C'est un argentin qui ne lâche rien Emiliano Sala Emiliano Sala" "Sing a song for Sala we will never let you go You will always be at the city with me"
Revenir en haut Aller en bas
https://clausuchronia.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty
MessageSujet: Re: LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)   LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
LANDING HELICOPTER ASSAULT CLASSE (LHA) TARAWA (TERMINE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment devenir chasseur de 1e classe ?
» Classe 70/10
» UN NOM DE DOMAINE, la classe
» Classe Amiral Gorshkov (Projekt 22350)
» Chaussette de Noël... classe!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: