AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Jeu 10 Mai 2018, 13:38

FREGATES MULTIRÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23)
(GRANDE-BRETAGNE)


La frégate HMS Norfolk (F-230)

AVANT-PROPOS

Un panorama des frégates britanniques de l'après guerre : des destroyers transformés aux type 22

En guise d'amuse-bouche.......

Durant le second conflit mondial, l'Atlantique à été le théâtre d'une bataille sans merci entre sous-marins allemands aidés par l'aviation et par des corsaires de surface et des escorteurs, des avions et des hydravions américains, britanniques, canadiens, français libres, polonais, belges, néerlandais, brésiliens.

Ces affrontements ont été l'occasion d'avancées technologiques majeurs. Après une période où les U-Boot semblaient invincibles, les alliés ont peu à peu pris le dessus tant sur le plan quantitatif (toujours plus d'escorteurs, d'avions, d'hydravions) que qualitatif (grenades ASM plus performantes, lance-roquettes ASM, torpilles à autoguidage acoustiques, sonars, radars.....) rendant impossible une victoire allemande.

Outre le ravitaillement de la Grande-Bretagne (industrie et population), le contrôle de l'Atlantique et de ses dépendances permettaient de soutenir l'URSS dans sa lutte homérique sur le front de l'est mais aussi de pouvoir organiser séreinement l'ouverture du second front réclamé à cor et à cris par Staline.

Pour protéger cargos, pétroliers et autres transports de troupes, la marine britannique utilisa un grand nombre de navires d'escorte. Certains sont déjà en service en septembre 1939 (sloop classe Black Swan, chalutiers armés) tandis que d'autres sont mis en service durant le conflit.


La corvette HMS Starwort (K-20) de classe Flower

Cette flotte est particulièrement hétérogène puisqu'on trouve des destroyers légers type Hunt capables de mener des missions d'escorte mais également de combat en relais de destroyers «plus classiques» (86 navires construits _23 type I, 33 type II,28 type III,2 type IV_ et 24 coulés _4 type I, 6 type II,12 type III et 2 type IV_), 135 corvettes type Flower (33 coulées), 44 corvettes type Castle (3 coulées), 57 frégates de classe River (5 coulées), 78 destroyers d'escorte (7 coulés), 30 frégates classe Loch (aucune coulée) et 20 frégates classe Bay (aucune coulée).

En septembre 1945 la marine britannique est imposante. Elle est la deuxième du monde derrière les Etats-Unis et devant le Canada. Il faut dire que la situation est particulière puisque les marines allemandes et japonaises sont au fond de lot, les marines françaises et italiennes fortement réduites.

Cette marine si imposante qu'elle soit est particulièrement usée. Aucun domaine n'échappe à ce constat qu'il s'agisse des cuirassés, des porte-avions, des croiseurs, des destroyers, des sous-marins ou des navires d'escorte.

La raison principale est la relative modicité des constructions neuves, les chantiers navals britanniques aux techniques souvent vieillissantes peinant à la fois à construire de nouveaux navires marchands, à réparer les navires endommagés et à augmenter le tonnage de la RN.

En ce qui concerne la flotte d'escorte à cette usure compréhensible s'ajoute un vrai déclassement en terme de capacités avec l'apparition de nouveaux sous-marins allemands, les célèbres U-Boot type XXI et XXIII.


Le sous-marin U-3003 (type XXI) et ci-dessous le schéma des type XXIII


Si pour simplifier on parle dès l'origine de sous-marin si on veut être rigoureux il faudrait davantage parler de «torpilleur submersible». Plus rapide en surface que sous l'eau, disposant d'une distance franchissable bien supérieure en surface que sous les flots, disposant d'un puissant canon sur le pont (de 75 à 152mm), le sous-marin de l'époque attaque davantage un convoi au canon.

C'est la tactique privilégiée par les allemands au début de la guerre. Profitant du faible nombre d'escorteurs, de l'absence de radars, les commandants de U-Boot les plus expérimentés n'hésitaient pas à attaquer en surface, se faufilant entre les navires pour les surprendre au canon.

Cette tactique fût contrée par l'apparition du radar qui obligeait les U-Boot à attaquer davantage en plongée en tenant compte d'une autonomie limitée (environ 100 miles nautiques à 4 nœuds).

Avec la maîtrise de l'espace aérien par les alliés, les sous-marins allemands devaient passer le plus clair de leur temps en plongée, ne faisant surface que de nuit pour recharger leurs batteries avec leurs diesels.

Quand la nuit devint également incapable de les protéger, les allemands durent chercher un moyen de recharger leurs batteries sous l'eau. Ils s'intéressèrent à un système néerlandais le schnorchel, deux tuyaux qui permettaient de faire fonctionner les diesels sous l'eau et ainsi de recharger les batteries sans avoir à faire surface voir à utiliser les diesels sous l'eau comme propulsion principale.

Cette technique n'était cependant qu'un pis-aller en attendant d'aboutir au rêve d'un sous-marin totalement autonome, opérant sous l'eau en permanence. Les allemands crurent avoir trouvé le système idéal avec la turbine à peroxyde d'hydrogène Walter mais ce système séduisant sur le papier se révéla être une impasse.

Comme le sous-marin totalement autonome ne semblait pas être pour demain, les allemands eurent l'idée d'un sous-marin ayant encore besoin de la surface mais disposant d'une autonomie bien supérieure en plongée. Il fallait pour cela augmenter de manière importante la capacité des batteries.

L'hydrodynamisme fût soignée avec une coque lisse ou peu s'en faut, l'absence de canon de pont, des capteurs performants.

C'est l'acte de naissance des type XXI et type XXIII qui si ils arrivèrent trop tard pour changer la donne de la bataille de l'Atlantique (mais auraient-ils pu le faire?) inspirèrent tous les sous-marins de l'après guerre.

Face à ce type de sous-marin, une Flower, une River ou même une Loch ou un DE étaient totalement dépassées. De nouveaux navires d'escorte étaient nécessaires, les alliés étant persuadés que l'immense flotte sous-marine soviétique ne se préparait que pour une chose : une troisième bataille de l'Atlantique.

La marine britannique décide de construire de nouveaux navires d'escorte et en attendant décide de convertir des destroyers des programmes de guerre pour faire la soudure entre anciens et nouveaux escorteurs.

Type 15 : quand les destroyers deviennent frégates

La frégate HMS Grenville (F-197)

Si les vingt-quatre destroyers de classe Battle et les huit destroyers de classe Darling sont chargés de protéger les cuirassés et les porte-avions, il faut penser à protéger les navires amphibies, les navires de soutien et surtout les convois de navires marchands.

En attendant que soient disponibles les nouvelles frégates type 12, la Royal Navy décide de transformer de vieux destroyers en frégates ASM. La coque et le système propulsif furent conservées mais les structures totalement modifiées  pour améliorer le confort de l'équipage et embarquer un armement orienté vers l'ASM.

23 destroyers des programmes de guerre (J à Z, Ca,Ch,Co et Cr) vont ainsi être transformés en frégates type 15 entre 1949 et 1957 en l’occurrence quatre destroyers type R, un type T, huit type U, cinq type V, quatre type W et un type Z.

Ces navires vont être utilisés en compagnie de dix destroyers transformés en frégates type 16 jusqu'à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, la dernière étant coulée comme cible en 1981.

Les frégates type 16 elles vont être au nombre de dix avec la conversion d'un destroyer type O, de deux destroyers type P et sept type T.


La frégate HMS Tyrian (F-67) type 16

Caractéristiques Techniques des frégates type 15

Déplacement : standard 2337 tonnes pleine charge 2743 tonnes Dimensions : longueur 109m largeur 11.51m tirant d'eau 4.42m Vitesse maximale : 31 nœuds Armement : un canon de 102mm (4 pouces) Mark 19, deux canons de 40mm en un affût double Mark V, deux mortiers Squid ou Limbo Mk 10  Aviation : les Grenville et Undaunted reçurent une plate-forme pour un hélicoptère léger mais seul le second le conserva durant sa carrière Equipage :174 officiers et marins

Caractéristiques Techniques des frégates type 16 (type T convertis)

Déplacement : standard 1800 tonnes pleine charge 2300 tonnes Dimensions : longueur 110.57m largeur 11.51m tirant d'eau 4.42m Vitesse maximale 32 nœuds Armement : un affût double de 102mm Mk XIX, un affût double de 40mm Bofors Mk5, cinq affûts simples de 40mm Bofors Mk9, deux mortiers Squid et une plate-forme triple lance-torpilles de 533mm pour torpilles Mk 9 Aviation : aucune Equipage : 174 officiers et marins  


Classe Whitby (type 12)

La frégate HMS Blackpool (F-77)

Composée de six unités (Whitby, Torquay, Scarborough, Tenby, Eastbourne et Blackpool) plus deux construites par la marine indienne (Talwar Trishul en service respectivement de 1959 à 1992 et de 1960 à 1996), la classe Whitby en service de 1956 à 1984 est la première classe de frégates ASM construites après guerre par la Royal Navy.

Elles furent conçues en tirant les leçons de la Bataille de l'Atlantique (tenue à la mer notamment) mais également en prenant en compte l'apparition du sous-marin. Je dis bien sous-marin car avec le duo type XXI/XXIII et leurs copies d'après guerre (Narval, Tang, Whiskey, type A) pour la première fois ce type de navire était plus rapide en plongée qu'en surface.

Caractéristiques Techniques de la classe Whitby

Déplacement : standard 2185 tonnes pleine charge 2600 tonnes Dimensions : longueur (entre perpendiculaires) 109.7m (hors tout) 112.8m largeur 12.5m tirant d'eau 5.2m Performances : vitesse maximale 30 noeuds distance franchissable 4200 miles nautiques à 12 noeuds  Armement d'origine : une tourelle double de 114mm, un affût double de 40mm Mark 2 STAAG, deux mortiers Limbo Mk10 et douze tubes lance-torpilles ASM de 533mm Equipage : 152 officiers et marins


Classe Rothesay (type 12M)

La frégate HMS Berwick (F-115)

Les neuf frégates de classe Rothesay sont une évolution des précédentes ce qui explique sa désignation officielle : type 12M (M = Modified). Par rapport aux Whitby, les Rothesay reprenaient la coque et le système propulsif mais l'armement était modifié avec l'emport de missiles surface-air courte portée Sea Cat.

Treize navires étaient initialement prévus mais seulement neuf furent mis en service, trois étant non construites (éléments réutilisés pour trois frégates de type Leander), une quatrième revendue en cours de construction à la marine néo-zélandaise (qui en commanda une deuxième), l'Afrique du Sud commandant trois frégates de classe President.

Les neuf unités baptisées Rothesay Londonderry, Brighton, Falmouth, Yarmouth, Rhyl, Lowestoft, Berwick et Plymouth vont rester en service entre 1960 à 1989, deux d'entre-elles les HMS Plymouth et Yarmouth participant à la guerre des Malouines.

Caractéristiques Techniques de la classe Rothesay

Déplacement : standard 1950 tonnes pleine charge 2322 tonnes Dimensions : longueur 113m largeur 12m tirant d'eau 5.3m Performances : vitesse maximale 30 noeuds distance franchissable 5200 miles nautiques à 12 noeuds  Armement : une tourelle double de 114mm Mark 6, un canon de 40mm Mark 7 remplacé par un lanceur Sea Cat, deux mortiers Limbo Mark 10 (un conservé après refonte), douze tubes lance-torpilles ASM de 533mm. Deux canons de 20mm embarqué après refonte Aviation : après refonte, plate-forme et hangar pour un Westland Wasp Equipage : 152 officiers et marins (235 après refonte)


Classe Blackwood (type 14)

La frégate HMS Russell (F-97)

Parallèlement au type 12, les britanniques comme durant le second conflit mondial se lancèrent dans la fabrication de navires anti-sous-marins austères moins coûteux que les Rothesay et les Whitby, des navires capables d'être produits en grand nombre surtout en cas de conflit.

Douze navires de classe Blackwood furent ainsi construits, navires baptisés HMS Hardy (1957-1971), Dundas (1956-83), Murray (1956-70), Keppel (1956-79), Pellew (1956-71), Grafton (1957-71), Russell (1957-85), Blackwood (1957-1976), Malcom (1957-78), Palliser (1957-83), Exmouth (1957-79) et Duncan (1958-85).

Comme souvent cette volonté de réduire au maximum les capacités militaires d'un navire va entraîner un rapide déclassement, leur carrière étant certes longue mais très vite limitée à des missions secondaires.

Ces frégates participèrent ainsi aux guerres de la morue (Cod Wars) contre l'Islande et l'Exmouth servit à tester les turbines à gaz qui allaient équiper les nouvelles générations de navires de combat de la Royal Navy.

Caractéristiques Techniques de la classe Blackwood

Déplacement : 1479 tonnes à pleine charge  Dimensions : longueur 94m largeur 10m tirant d'eau 4.6m Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 5200 miles nautiques à 12 noeuds Armement : trois canons de 40mm Bofors Mark 7 en affûts simples (un ultérieurement débarqué), deux mortiers anti-sous-marins Limbo Mk10 et deux affûts doubles de 533mm (Blackwood Exmouth Malcolm et Palliser seulement, ensuite débarqués)  Equipage : 112 officiers et marins


Classe Tribal (type 81)

La frégate HMS Gurkha (F-122)

Rapidement, la Royal Navy se rendit compte que spécialiser exagérément ses navires (type 14 pour la lutte anti-sous-marine, type 41 pour la défense aérienne, type 61 pour les piquets radars.......) faisaient s'envoler les coûts. Les britanniques renouèrent avec le navire multirôle, le type 81 ou classe Tribal.

Ces navires étaient innovants à plus d'un titre avec l'air conditionné, une habilité soignée, une propulsion mixte COSAG (Combined Steam and Gas), la possibilité d'embarquer un hélicoptère et comme principale arme antiaérienne, le missile courte portée Sea Cat.

Vingt navires furent initialement prévus mais comme souvent dans les programmes militaires les coûts explosèrent et seulement sept navires furent construits qui eurent au moins le mérite de convertir définitivement la marine britannique aux navires multirôles qu'il s'agisse des futures Leander, Amazon,Broadsword ou Duke.

Ces navires furent mis en service à partir de 1961, la dernière étant retirée du service en 1988.

Caractéristiques Techniques de la classe Tribal

Déplacement : standard 2300 tonnes 2700 tonnes à pleine charge  

Dimensions : longueur 109.73m hors tout et 106.68m en perpendiculaires largeur 12.88m tirant d'eau 4.04m

Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 4500 miles nautiques à 12 noeuds

Armement : deux canons de 114mm Mark 5 mod 1 en affûts simples, deux canons de 40mm en affûts simples, deux affûts quadruples pour missiles Sea Cat, deux canons de 20mm, un mortier Limbo Mk 10

Aviation : un hélicoptère ASM Westland Wasp

Equipage : 253 officiers et marins


Classe Leander (type 12I)

La frégate HMS Leander (F-109)

Le type 81 ou classe Tribal marquait le retour du navire multirôle dans la Royal Navy mais les Tribal se révélèrent décevantes avec un armement jugé trop léger et une vitesse insuffisante pour le combat en escadre. Pour renforcer ses escadres, la Royal Navy décida de partir du design type 12 pour une nouvelle classe de frégates multirôles.

C'est ainsi que les trois dernières Rothesay allaient devenir les trois premières Leander tout comme la cinquième Salisbury. A ces quatre premiers navires s'ajoutèrent vingt-deux autres unités qui formèrent la prolifique classe Leander.

Ce modèle à connu un grand succès à l'exportation avec quatre navires produits directement par les chantiers anglais (deux pour la Nouvelle-Zélande et deux pour le Chili) et onze autres sous licence (deux en Australie, trois en Inde et six aux Pays-Bas)

Ces vingt-six navires ont été baptisés HMS Leander (F-109) (1963-1987), HMS Ajax (F-114) (1963-1985), HMS Dido (F-104) (1963-1983, RNZN 1983-1995), HMS Penelope (F-127) (1963-1991 Equateur 1991-2008), HMS Aurora (F-10) (1964-1987), HMS Euryalus (F-15) (1964-1989), HMS Galatea (F-18) (1964-1987), HMS Arethusa (F-38) (1965-1989), HMS Naïad (F-39) (1965-1987), HMS Cleopatra (F-28) (1966-1992), HMS Phoebe (F-42) (1966-1991), HMS Minerva (F-45) (1966-1992), HMS Sirius (F-40) (1966-1993),  HMS juno (F-52) (1967-1992), HMS Argonaut (F-56) (1967-1993), HMS Danae (F-47) (1967-1991 Equateur 1991-2008), HMS Charybdis (F-75) (1969-1991), HMS Hermione (F-58) (1969-1992), HMS Jupiter (F-60) (1969-1992), HMS Bacchante (F-69) (1969-1982 RNZN 1987-2000), HMS Andromeda (F-57) (1968-1993, Inde 1995-2012), HMS Scylla (F-71) (1970-1993), HMS Achilles (F-12) (1970-1990 Chili 1990-2006), HMS Diomède (F-16) (1971-1988 Pakistan 1988-2004 ou 2006), HMS Apollo (F-70) (1972-1988 Pakistan 1988-2006) et HMS Ariadne (F-72) (1973-1992 Chili 1992-1998)

Caractéristiques Techniques de la classe Leander (Royal Navy)

Déplacement : standard 2268 tonnes (plus tard 2531 tonnes) pleine charge 2687 tonnes ( plus tard 2294 tonnes)  Dimensions : longueur hors tout 113.4m largeur 13.1m tirant d'eau 4.5m Performances : vitesse maximale 27 noeuds distance franchissable 4600 miles nautiques à 15 noeuds

Armement : (initial) une tourelle double de 114mm Mark 6, un lanceur quadruple Sea Cat, deux canons de 20mm en affûts simples et un mortier ASM Limbo.


La frégate HMS Euryalus (F-15) refondue

Les navires refondus Ikara (Leander Ajax Galatea Aurora Naiad Euryalus Arethusa Dido )  disposait d'un lanceur ASM Ikara, de deux lanceurs quadruples Sea Cat, deux canons de 40mm, deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm pour torpilles Mk 46 puis Sting Ray et un mortier Limbo Mk10.


La frégate HMS Minerva (F-45)

Les Cleopatra Phoebe Sirius Minerva Argonaut Danae Penelope disposaient après leur refonte de quatre missiles MM38 Exocet, de trois lanceurs quadruples Sea Cat, de deux canons de 40mm et deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm


La frégate HMS Scylla (F-71)

Les Andromeda Charybdis Jupiter Hermione Scylla sont armées après leur refonte de quatre missiles MM38 Exocet, d'un affût sextuple GWS.25 pour trente missiles surface-air Sea Wolf, de deux canons de 20mm Oerlikon et deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm.

Aviation : plate-forme et hangar pour un Westland Wasp. Les frégates refondues Exocet et Sea Wolf ont remplacé leur Wasp par un Westland Lynx.

Equipage : 260 officiers et marins

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)


Dernière édition par clausewitz le Ven 18 Mai 2018, 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Jeu 10 Mai 2018, 13:50

Classe Amazon (type 21)

La frégate HMS Amazon (F-169) lors de l'exercice multinational RIMPAC 86 en 1986

Aux vingt-six frégates de classe Leander succèdent les frégates type 21 formant la classe Amazon, des frégates d'une conception 100% privée, le gouvernement plus que l'amirauté espérant des économies substantielles à une époque où si les budgets sont confortables ils n'en sont pas moins limités notamment par la conjoncture économique.

Sa conception est partiellement financée par l'Australie mais l'arrivée au pouvoir des travaillistes en 1972 enterre le projet de construire cinq unités dans les chantiers australiens. Deux prospects à l'exportation (Argentine, Pakistan) ne donnèrent rien.

Propulsées par des turbines à gaz, disposant de superstructures légères, les huit frégates disposaient d'un armement limité qui les auraient clairement handicapées en cas de troisième conflagration mondiale.


La frégate HMS Antelope (F-170) coulée aux Malouines

La HMS Amazon (F-169) est en service dans la Royal Navy de 1974 à 1993 et au Pakistan de 1993 à 2014, la HMS Antelope (F-170) mise en service en 1975 est coulée aux Malouines le 23 mai 1982, la HMS Active (F-171) est en service dans la Royal Navy de 1977 à 1994 et depuis en service au Pakistan.

La HMS Ambuscade (F-172) est en service dans la Royal Navy de 1975 à 1993 et depuis utilisée par la marine pakistanaise alors que son sister-ship HMS Arrow (F-173) à été en service de 1975 à 1993 avant d'être vendue au Pakistan où elle est toujours en service en 2018.

La HMS Alacrity (F-174) à servit dans la Royal Navy de 1977 à 1994 et dans la marine pakistanaise de 1994 à 2013 alors que la frégate HMS Ardent (F-184) à été mise en service dans la marine britannique en octobre 1977 et coulée par l'aviation argentine le 21 mai 1982. Enfin la frégate HMS Avenger (F-185) à servit dans la Royal Navy de 1978 à 1994 avant d'être vendue à la marine pakistanaise et de toujours y servir en 2018.


La frégate pakistanaise PNS Badr (184) ex-HMS Alacrity (F-174) en compagnie du USS Wasp (LHD-1)

Caractéristiques Techniques de la classe Amazon

Déplacement :  standard 2750 tonnes pleine charge 3250 tonnes (2860 et 3360 tonnes après renforcement des structures) Dimensions : longueur 117m largeur 12.70m tirant d'eau 6.20m Performances :  vitesse maximale 32 noeuds distance franchissable 1200 miles nautiques à 30 noeuds

Armement d'origine : un canon de 114mm (4.5 pouces) Vickers Mark 8 en tourelle avant, deux puis quatre canons de 20mm, un lanceur-quadruple pour missile Sea Cat, quatre missiles MM-38 Exocet et deux plate-formes triples lance-torpilles STWS-1 de 324mm pour torpilles Mk46 et Sting Ray.

Aviation :  plate-forme et hangar pour un Westland Lynx HAS Mk2 ou un Westland Wasp, les pakistanais embarquant sur ces frégates un Lynx ou une Alouette III.

Equipage :  177 officiers et marins


Classe Broadsword (type 22)

La frégate HMS Broadsword (F-88)

Quand il fût question de remplacer les type 12I et les type 42, la Royal Navy changea son fusil d'épaule. Jusqu'ici les navires étaient conçues autour du système d'arme. En clair on dessinait la coque la plus petite possible pour accueillir l'armement jugé nécessaire.

A l'usage cette façon de faire était préjudiciable pour la durée de vie des navires qui prenaient forcément du poids. De plus en cas de nouvelle mission ou de nouveau contexte tactique les navires en question pouvaient difficilement recevoir un nouvel armement.

Résultat pour les nouvelles frégates type 22, on décida de dessiner une coque plus longue, plus large à la fois pour améliorer la tenue à la mer mais aussi pour recevoir un armement supplémentaire.

Quatorze frégates de type 22 sont ainsi construites, navires répartis en trois séries, les Batch 1 et 2 sans artillerie médiane et la série Batch 3 avec un canon de 114mm dont la présence était jugée maintenant indispensable. Tout comme les type 21, elles disposaient de turbines à gaz.

-La frégate HMS Broadsword (F-88) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 7 février 1975 lancée le 12 mai 1976 et commissioned le 4 mai 1979. Désarmée le 31 mars 1995 elle à été vendue à la marine brésilienne qui l'à remise en service en juin 1995 sous le nom de Greenhalgh. Elle est toujours en service actif en 2018.

-La frégate HMS Battleaxe (F-89) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 4 février 1976 lancé le 18 mai 1977 et commissioned le 28 mars 1980. Désarmée le 30 août 1996, elle est vendue au Brésil le 30 avril 1997, étant toujours en service en 2018 sous le nom de Rademaker (F-49).

-La frégate HMS Brilliant (F-90) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 25 mars 1977 lancé le 15 décembre 1978 et commissioned le 15 mai 1981. Désarmée en 1996, elle est vendue le 31 août à la marine brésilienne qui la remet en service sous le nom de Dodsworth (F-47) où elle sert jusqu'en mars 2004 quand elle est désarmée. Elle à été démolie en Turquie en 2012.

-La frégate HMS Brazen (F-91) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 18 août 1978 lancé le 4 mars 1980 et commissioned le 2 juillet 1982. Achetée par le Brésil le 18 novembre 1994, elle est désarmée par la Royal Navy le 30 août 1996 et remis en service le même jour dans la marine auriverde sous le nom de Boiso (F-48).  Désarmée le 23 septembre 2015, l'ancienne Brazen à été coulé comme cible en juillet 2017 lors de l'exercice «MISSILEX 2017».

-La frégate HMS Boxer (F-92) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 1er novembre 1979 lancé le 17 juin 1981 et commissioned le 22 décembre 1983. Après une carrière d'une quinzaine d'année, la première frégate type 22 Batch 2 est désarmée le 4 avril 1999 et coulée comme cible en août 2004.

-La frégate HMS Beaver (F-93) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 20 juin 1980 lancé le 8 mai 1982 et commissioned le 13 décembre 1984. Désarmée le 1er mai 1999 après moins de quinze années de carrière, la frégate est vendue à la démolition le 21 février 2001 et démantelée.

-La frégate HMS Brave (F-94) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 24 mai 1982 lancée le 19 novembre 1983 et commissioned le 4 juillet 1986. Désarmée le 23 mars 1999, le HMS Brave (F-94) est coulée comme cible en août 2004 par le sous-marin nucléaire d'attaque HMS Sceptre et par la frégate anti-sous-marine HMS Argyll, le premier appartenant à la classe Swiftsure et la seconde à la classe Duke (type 23).

-La frégate HMS London (F-95) (ex-Bloodhound) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 7 février 1983 lancée le 27 octobre 1984 et commissioned le 5 juin 1987. Elle est désarmée le 14 janvier 1999, vendue à la Roumanie le 14 janvier 2003 où elle est toujours en service sous le nom de Regina Maria.

-La frégate HMS Sheffield (F-96) (ex-Bruiser) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend sur la rivière Tyne (celle qui arrose Newcastle) le 29 mars 1984 lancé le 26 mars 1986 et commissioned le 26 juillet 1988. Désarmée le 4 novembre 2002, elle est vendue à la marine chilienne où elle sert toujours en 2018 sous le nom d'Almirante Williams.

-La frégate HMS Coventry (F-98) (ex-Boadicea) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 29 mars 1984 lancé le 8 avril 1986 et commissioned le 24 octobre 1988. Désarmée le 12 juin 1999, elle est rachetée le 14 janvier 2003 par la Roumanie qui la remet en service le 9 septembre 2004 sous le nom de Regele Ferdinand. Elle est toujours en service en 2018.

-La frégate HMS Cornwall (F-99) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow sis à Glasgow le 14 décembre 1983 lancée le 14 octobre 1985 (avec la princesse Diana pour marraine) et commissioned le 23 avril 1988. La première frégate type 22 Batch 3 est désarmée le 30 juin 2011 et démantelée à l'automne 2013.

-La frégate HMS Cumberland (F-85) est mise sur cale aux chantiers navals Yarrow de Glasgow le 12 octobre 1984 lancée le 21 juin 1986 et commissioned le 10 juin 1989. Son port d'attache est Devonport. Désarmée le 23 juin 2011, elle est démantelée en Turquie en juillet 2013.


La frégate HMS Campbeltown (F-86)

-La frégate HMS Campbeltown (F-86) est mise sur cale aux chantiers navals Cammell Laird de Birkenhead le 4 décembre 1985 lancée le 7 octobre 1987 et commissioned le 27 mai 1989. Elle est désarmée le 7 avril 2011 et démantelée en Turquie à l'automne 2013.

-La frégate HMS Chatham (F-87) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 12 mai 1986 lancée le 20 janvier 1988 et commissioned le 4 mai 1990. Elle est désarmée en février 2011 et démantelée en Turquie à l'automne 2013.

Caractéristiques Techniques des frégates classe Broadsword

Déplacement : standard 3500 tonnes (Batch 1), 4200 tonnes (Batch 2) 4280 tonnes (Batch 3) pleine charge : 4730 tonnes (Batch 1) 4850 tonnes (Batch 2) 4850 tonnes (Batch 3)

Dimensions :  longueur 131.2m (125pp) (Batch 1) 148.10m (140pp) (Batch 2) 148.1m (140pp) (Batch 3) largeur 14.8m (14.75m Batch 2 et 3) tirant d'eau : 6m (Batch 1) 6.2m (Batch 2 et 3)

Propulsion : (Batch 1 et 2) système COGOG (Combined Gas or Gas) avec deux turbines Rolls-Royce Olympus TM3B de 27300ch chacune pour la navigation de combat et deux turbines Rolls-Royce Tyne RM1C de 4000ch chacune pour la navigation économique. Deux hélices.

(Batch 3 et HMS Brave) système COGAG (Combined Gas and Gas) avec deux Rolls-Royce Spey SM1A de 18770ch chacune et deux Rolls Royce Tyne RM3C de 5340ch chacune. Deux hélices.

Performances : vitesse maximale 30 nœuds vitesse de croisière 18 nœuds distance franchissable : 4500 miles nautiques à 18 nœuds (Tyne)

Electronique : (Type 22 Batch 3) : un radar de navigation 1007 ou 1008, un ensemble 967/968, des radars de veille surface-air à basse altitude associés au système Sea Wolf, deux radars de poursuite 911 pour le système Sea Wolf, un sonar de coque basse fréquence 2050 associé à un sonar remorqué 2031Z, un intercepteur UAT-1, un brouilleur 675 (débarqué), quatre lance-leurres Sea Gnat, quatre lance-leurres DLF-3, un bruiteur remorqué 182, système de direction de combat CA CS-5 (liaison 11 et 14)

Brésil : un radar de navigation 1006, un ensemble 967/968, deux radars 910, un sonar actif/passif 2008, un sonar 2016, un détecteur UAA-2, deux brouilleurs 670, deux lance-leurres Sea Gnat, un bruiteur remorqué 182, Système de Direction de Combat Sicomto-4

Chili : un radar de navigation 1008, un ensemble 967/968 (veille surface-air à basse altitude), un radar de veille aérienne 3D EL/M-2228, un radar de poursuite EL/M-2221, un sonar 2050, un sonar remorqué 2031Z, un détecteur, un brouilleur, quatre lance-leurres Sea Gnat, un bruiteur remorqué 182, système de direction de combat SP-21K avec liaison 11

Roumanie : un radar de navigation 1007, un ensemble 967/968, un sonar 2050, quatre lance-leurres Terma DL-12T, un bruiteur remorqué 182, conduite de tir Radamec 2500, système de direction de combat CACS-Nautilus 3 (liaison 11+liaison 14)

Armement :

Origine

(Batch 1) : deux canons de 40mm Bofors, deux canons de 20mm Oerlikon, deux lanceurs sextuples Sea Wolf, quatre missiles surface-surface Exocet, deux plate-formes triples lance-torpilles pour des torpilles Mk46

(Batch 2) : une tourelle double de 30mm, deux canons de 20mm, quatre mitrailleuses de 7.62mm, deux lanceurs sextuples Sea Wolf, quatre missiles surface-surface Exocet, deux affûts triples lance-torpilles STWS-2
(Batch 3) un canon de 114mm (4.5 inch) Mk-8, deux canons de 20mm GAM-BO1, un Goalkeeper, des mitrailleuses L7A2 et M-134 Minigun, deux lanceurs sextuples Sea Wolf, deux lanceurs quadruples Harpoon, deux plate-formes triples lance-torpilles de 324mm pour torpilles Sting Ray

Brésil : quatre missiles surface-surface MM-40 Exocet, deux systèmes sextuples GWS-25 Sea Wolf, deux canons de 40mm Bofors, deux canons de 20mm GAM-BO1 (pas toujours embarqués),six tubes lance-torpilles STWS-1 en deux plate-formes triples pour torpilles Mk46,

Chili : un canon de 76mm Oto-Melara compact, deux canons de 20mm GAM-BO1, quatre systèmes octuples surface-air courte portée Barak, quatre missiles surface-surface Harpoon, deux plate-formes triples lance-torpilles STWS-2

Roumanie : un canon de 76mm Oto-Melara compact, six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples STWS-2. Projet d'embarquement de missiles surface-air et surface-surface

Aviation : plate-forme et hangar pour un ou deux hélicoptères Westland Lynx Mk 8 (Royal Navy), la marine brésilienne utilise des Westland Super Lynx Mk21A (douze exemplaires disponibles armés de torpilles Mk46, de grenades Mk9 et de missiles Sea Skua), la marine chilienne embarque un Airbus Helicopter Cougar ou un MBB Bo-105 (respectivement 5 et 4 exemplaires en service) alors que la marine roumaine embarque un Airbus Helicopter Puma (IAR-330), trois hélicoptères ayant été transférés par l'armée de terre

Equipage : 222 officiers et marins (Batch 1), 273 officiers et marins (Batch 2), 250 officiers et marins (Batch 3)


Genèse des type 23 : de vrais frégates multirôles

Schéma de la frégate HMS Westminster (F-237)

Quand les britanniques  commencent à réflechir sur la future classe Duke, les futures frégates type 23 destinées à remplacer les Leander et les Amazone devaient être des frégates spécialisées dans la lutte ASM avec un sonar remorqué, un hélicoptère Lynx ou EHI (futur Merlin) mais sans autre armement.

En effet il était prévu que ces navires opèrent avec les ravitailleurs de combat de classe Fort qui auraient embarqué des missiles Sea Wolf et également assuré l'entretien et le support technique des hélicoptères.

La guerre des Malouines mit ce projet par terre en montrant l'utilité de navires de combat _frégates, destroyers_ plus polyvalents et non des navires dont la seule mission serait de traquer les sous-marins soviétiques dans l'Atlantique Nord.

Les type 23 devinrent donc de véritables frégates polyvalentes avec un canon médian de 114mm, des missiles Sea Wolf et Harpoon, un armement ASM, une artillerie légère pour la défense rapprochée et la capacité d'embarquer des hélicoptères, le chopper étant désormais indispensable pour le combat naval.

Une attention toute particulière est portée à la discrétion acoustique (système de propulsion CODLAG avec moteurs diesels, moteurs électriques et turbines à gaz), la discrétion radar. Ces navires ont également été automatisés ce qui permet de réduire l'équipage et d'améliorer le confort des officiers, officiers mariniers, quartiers-maitres et matelots.

Seize navires vont être construits formant la classe Duke, la majorité des unités portant le nom de duchés britanniques. La construction est assurée par deux chantiers et si les chantiers navals Swan Hunter de Wallsend ne construisent que quatre navires, les chantiers navals Marconi Marine de Scotstoun (ex-Yarrow Shipbuilding) vont construire les douze unités restantes.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Sam 12 Mai 2018, 15:15

HISTORIQUE

HMS Norfolk (F-230)

L'élégante frégate type 23 HMS Norfolk (F-230) avec la White Ensign à la poupe

Présentation

-La frégate HMS Norfolk (F-230) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilding) de Scotsoun le 14 décembre 1985 lancée le 10 juillet 1987 et commissioned le 1er juin 1990.

La première frégate type 23 est le cinquième navire de la Royal Navy à porter le nom de ce comté de l'est de l'Angleterre bordé à l'est par la mer du Nord, à l'ouest par le Lincolnshire, à l'ouest et au nord-ouest par le Cambridgeshire et enfin par le Suffolk au sud.

Elle succède à un navire de ligne de 3ème classe et 80 canons (1693-1755), à un navire de ligne de 3ème classe de 74 canons (1757-1774), à un croiseur lourd de classe County mis en service le 30 avril 1930, participant au second conflit mondial avant d'être désarmé en mai 1949 et enfin à un destroyer lance-missiles de classe County en servvice de 1970 à 1981 avant d'être utilisé par le Chili sous le nom de Capitan Prat de 1982 à 2006.


Le destroyer lance-missiles classe County HMS Norfolk (D-21) à lui aussi finit sa carrière sous pavillon chilien comme plus tard sa descendante de la classe Duke

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Norfolk (F-230) rentrant au port

Comme vous le savez chers lecteurs, dans les marines anglo-saxones, le terme commissioned correspond non pas à notre admission au service actif mais à la cloture d'armement. Le navire est techniquement prêt mais il reste à entrainer l'équipage. C'est ce qui occupe la frégate HMS Norfolk jusqu'à la fin de 1991 avec notamment le passage au près du Fleet Officer Sea Training (FOST), l'équivalent du CEF français (Centre d'Entrainement de la Flotte).

La carrière opérationnelle du HMS Norfolk commence donc en 1992 avec un déploiement opérationnel en Méditerranée, dans l'Océan Indien mais également en Extrême-Orient au sein d'un groupe occasionnel (Orient 92 Task Group) composé du porte-aéronefs HMS Invincible (R-05) (Al), du destroyer HMS Newcastle (D-87) (type 42) et de la frégate HMS Boxer (F-92) (type 22).


La frégate HMS Norfolk (F-230) à la mer à bonne vitesse

Ce déploiement fût l'occasion d'exercices mais aussi d'escales à La Sude (Grèce), à Alexandrie (Egypte), à Haïfa en Israël, à l'île Maurice et à Diego Garcia dans l'Océan Indien, dans les ports malaisiens de Lumut, Penang et Pulau Tioman, à Bangkok (Thaïlande), à Busan en Corée du Sud, à Hong Kong mais aussi dans l'emirat d'Oman. La frégate rentre en Grande-Bretagne en novembre 1992.

Après une série de tests de résistance aux explosions en janvier 1993, la frégate subit des travaux pour accueillir du personnel féminin à bord. L'année 1993 se termine par une escale de courtoisie à Amsterdam, un stage FOST et la préparation pour un déploiement dans l'Atlantique-Sud.

Ce déploiement réalisé en 1994 est historique puisque pour la première depuis plus de vingt ans un navire militaire britannique fait escale en Afrique du Sud marquant le retour de Pretoria dans le concert des nations, trois ans après l'abolition de l'apartheid.

Six ans plus tard, en l'an 2000, la frégate participe à l'opération Palliser, l'intervention britannique en Sierra Léone pour tenter de ramener l'ordre dans cette ancienne colonie britannique ravagée par une terrifiante guerre civile.

Colonie britannique depuis 1808, la Sierra-Leone devient indépendante en 1961. En 1971, elle devient une république avec un parti unique sept ans plus tard.

L'autoritarisme du pouvoir, la corruption provoque la montée des oppositions qui aboutit à la création du Revolutionnary United Front (RUF) en 1985. Ce mouvement armé soutenu par le Liberia (rémunéré en diamants de sang) déclenche une abominable guerre civile en 1991.

Les britanniques surveillent avec attention la situation dans leur ancienne colonie mais hésitent à intervenir. A l'heure du «zéro mort» et des «guerres propres», une intervention dans un contexte colonial est tout sauf une partie de plaisir.

Face à la dégradation de la situation, face à la menace que fait peser le RUF sur Freetown, la Grande Bretagne déclenche le 7 mai 2000 l'opération Palliser en sécurisant l'aéroport de Lungi alors que la veille le RUF avait coupé la route reliant l'aéroport à Freetown.


La frégate HMS Norfolk (F-230) à la mer avec le hangar ouvert et un Lynx sur le pont

Après avoir évacué les ressortissants étrangers encore présents, la Grande Bretagne engage de véritables opérations de combat contre le RUF. Les SAS interviennent même pour libérer six casques bleus aux mains du RAF (opération Barras).

Les troupes britanniques sont évacuées en septembre 2000 moins quelques conseillers militaires pour encadrer la nouvelle armée sierra-léonaise.

La même année la frégate franchit l'Atlantique direction le Nouveau Monde et plus précisément les Etats-Unis avec des escales à Savannah (Georgie), à Wilmington (Caroline du Nord) et à Port Canaveral en Floride, la frégate fait également relâche à Nassau (Bahamas).

Toujours en 2000, la frégate est déployée en Méditerranée, dans le Golfe Persique mais aussi dans l'Atlantique Nord pour participer à la Standing Naval Force Atlantic (STANAVFORLANT). Elle trouve encore le temps d'être déployé aux Falklands mais aussi aux Caraïbes.

L'année 2002 fût également chargée pour la frégate qui participa à plusieurs exercices au sein notamment de la STANAVFORLANT en compagnies de navires portugais, norvégiens, espagnols, allemands, italiens et américains.

Il participe en mars à l'exercice «Strong Resolve» dans le nord de la Norvège avant de participer à l'opération «Direct Endeavour» en Méditerranée. Il participe l'année suivante à l'opération TELIC, le volet britannique de l'opération IRAQI FREEDOM OPERATION déclenchée par les américains en mars 2003.

Cette opération TELIC déclenchée le 19 mars 2003 va s'achever le 22 mai 2011 quand les dernières troupes britanniques quittent l'Irak.
En 2004 la frégate HMS Norfolk participe aux célébrations du centième anniversaire de l'Entente Cordiale, l'alliance franco-anglaise.

La même année, la Royal Navy décide d'inclure la Norfolk dans les trois frégates type 23 dont le désarmement est prévu pour 2007. Rentré pour la dernière fois à Devonport en novembre 2004, la frégate est decommissioned le 15 avril 2005.

Sa carrière n'est cependant pas terminée. Le 7 septembre 2005 le Chili rachète les trois frégates type 23 (Norfolk Marlborough Grafton) dans le cadre du programme Puente III. La F-230 est officiellement remise en service dans la Armada de Chile le 22 novembre 2006 sous le nom d'Almirante Cochrane (05).



Elle rend hommage à Thomas Cochrane (Annesfield, Hamilton [Ecosse] 14 décembre 1775 Londres 31 octobre 1860), un amiral et homme politique britannique au parcours hors du commun qui inspira notamment le film Master & Command : de l'autre côté du monde (2003).

Entré très jeune dans la Royal Navy, il se révéla un navigateur et un tacticien hors paie. Il gravit rapidement les échelons mais son caractère hautain lui suscita bien des ennuis. Il participe aux guerres contre la France avant d'entamer une carrière politique où il ne cessa de dénoncer la corruption et les dysfonctionnement de l'amirauté.

Mêlé à son insu à une fraude boursière en 1814, il fût chassé de la marine, du parlement, condamné à une amende et même à la prison.

Grillé en Grande-Bretagne, il partit pour le Chili où il organisa et commanda la toute jeune marine chilienne alors en lutte contre la puissance coloniale espagnole (A noter que sur terre d'anciens soldats britanniques apportèrent leur savoir-faire, leur expérience et leur discipline aux troupes de Bolivar)

À nouveau, comme au Royaume-Uni, sa personnalité se heurta à celles des hommes politiques. Il préféra partir plutôt que de prendre parti dans la guerre civile qui s'annonçait au Chili. Il se mit alors ensuite en service du Brésil puis de la Grèce.

De retour au Royaume-Uni, il réussit à obtenir du nouveau roi Guillaume IV et du gouvernement whig son pardon et sa réintégration dans la Royal Navy le 2 mai 1832. Assagit, il est mort en 1860 et enterré à l'abbaye de Westminster.

L'ancienne frégate britannique succède ainsi à un monitor (1874-1933) auquel aurait du succéder sous ce nom prestigieux un cuirassé de classe Almirante Lattore mais inachevé en 1914 il fût racheté sur cale par les britanniques, transformé en porte-avions devenant le HMS Eagle.

Le deuxième navire à porter ce nom fût finalement un destroyer de classe Fletcher, le USS Rooks (DD-804) transféré au Chili en 1962 et démoli en 1983, cédant la place à un destroyer britannique de classe County, le HMS Antrim (D-18) en service sous ses nouvelles couleurs de 1984 à 2006.


La frégate chilienne Almirante Cochrane

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Sam 12 Mai 2018, 15:25

HMS Argyll (F-231)

La frégate HMS Argyll (F-231) à la mer en compagnie d'un patrouilleur

Présentation

-La frégate HMS Argyll (F-231) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) de Scotsoun le 20 mars 1987 lancée le 8 avril 1989 et commissioned le 31 mai 1991.

La deuxième frégate de classe Duke est le troisième navire à porté le nom de ce comté d'Ecosse, l'Argyllshire ayant eut une existence légale de 1890 à 1975. Situé sur la côté de l'Ecosse, il occupe un territoire entre le Mull of Kintyre et le Cap Wrath.

Il succède à un navire de ligne de 4ème classe de 50 canons lancé en 1638 mais adoptant ce nom en 1715, étant utilisé jusqu'en 1748 comme brise-lames puis à un croiseur cuirassé de classe Devonshire mis en service en décembre 1905 et perdu lors d'un échouage sur le Bell Rock le 28 octobre 1915.


Le croiseur cuirassé HMS Argyll classe Devonshire

Carrière opérationnelle

En 2000, la frégate HMS Argyll (F-231) participe à l'opération Palliser, une opération britannique destiné à rétablir la sécurité dans une ancienne colonie britannique la Sierra Leone alors ensanglantée par une terrifiante guerre civile.

La frégate type 23 opère au sein du Task Group 342.01 en compagnie du porte-aéronefs HMS Illustrious, du porte-hélicoptères HMS Ocean, des frégates HMS Norfolk et Chatham ainsi que de quatre navires de la Royal Fleet Auxiliary (RFA).

La frégate est restée déployée jusqu'en septembre 2000, assurant des missions de surveillance et d'appui à l'aide notamment de son hélicoptère Westland Lynx HMA Mk8. Elle alors relevée par son sister-ship Iron Duke.


La frégate HMS Argyll (F-231) à quai

En 2001, la frégate connait une petite frayeur en étant victime d'un incendie d'origine électrique alors qu'il se trouvait dans le golfe de Gascogne. L'incendie est vite maîtrisé par les équipes d'intervention et les dégâts sont heureusement très limités.

De février à août 2005 il passe six mois dans le golfe Persique à protéger deux plate-formes pétrolières, opérant en compagnie des marines américaines, australiennes et iraquiennes.

En septembre 2006 la frégate participe à des opérations anti-drogues en compagnie notamment des navires amphibies HMS Ocean et Albion. Durant ce déploiement de deux mois, elle participa à deux raids saisissant pour 50 millions de £ de drogues.


La frégate HMS Argyll (F-231) à la mer à bonne vitesse

Tous les dix-huit mois, les navires britanniques doivent subir une évaluation auprès du Flag Officer Sea Training (FOST) pour vérifier qu'ils sont toujours aptes au combat. Le 14 septembre 2007, le commandant est remplacé après que la frégate eut manqué par deux fois son évaluation.

Après un déploiement au Moyen-Orient d'octobre 2007 à avril 2008, la frégate rentre en Grande-Bretagne, ralliant l'Argyll pour permettre à la population locale d'aller à la rencontre du navire portant le nom de leur région.  

Rentrée à sa base de Devonport (HMNB Devonport, Plymouth), la frégate effectue une période d'entrainement avant d'être immobilisé pour maintenance au mois de juin 2008.

Le 18 février 2009 la frégate HMS Argyll (F-231) quitte Devonport pour un nouveau déploiement opérationnel baptisé «TAURUS 09».

Elle n'est naturellement pas seule puisqu'elle va opérer en compagnie de son sister-ship Somerset, de quatre navires de la RFA et surtout de deux navires amphibies, le transport de chalands de débarquement HMS Bulwark (L-15) et le porte-hélicoptères HMS Ocean (L-12). Ce déploiement s'achève le 17 avril 2009 lors de son retour à Devonport.

De novembre 2009 à octobre 2010, la frégate est immobilisée pour d'importants travaux, une refonte doublée d'une modernisation avec l'installation de nouveaux systèmes de commandement, la mise à niveau du système Sea Wolf, la modernisation du canon de 114mm, l'embarquement de nouveaux canons de 30mm.

Un nouveau système de mise à l'eau des embarcations est également embarqué, deux diesels-alternateurs sur quatre remplacés tout comme une turbine à gaz, le système de ventilation amélioré, une nouvelle peinture imposée notamment sous la ligne de flottaison pour éviter à la vie marine de s'y accrocher et ainsi de ralentir le navire et d'augmenter sa consommation de carburant.

Au début de l'année 2012 il est déployé dans le Golfe Persique effectuant avec six autres navires britanniques mais également des navires français et américains un démonstration de force dans un contexte de fortes tensions avec l'Iran. Il est ensuite engagé dans l'exercice «GOALKEEPER» alors qu'il se trouvait toujours dans la région.

L'année 2013 le voit passer sept mois dans l'Atlantique avec notamment des escales en Afrique du Sud. Il franchit ensuite le Cap Horn pour rallier le Pacifique afin de mener des missions anti-drogues. Cette mission terminée il franchit le canal de Panama et rentre en Grande-Bretagne.


La frégate HMS Argyll (F-231) en compagnie du porte-hélicoptères Mistral (L-9013)

En mars 2014 il tire accidentellement une torpille d'exercice alors qu'il se trouvait en entrainement à Devonport. Il n'y à pas de blessés et les dégâts matériels limités.

De juin à décembre 2014 la frégate est déployé dans l'Atlantique Nord et dans les Caraïbes, effectuant exercices, missions anti-drogues et visites de courtoisie à Hamilton (Bermude), à Baltimore, à Veracruz, à George Town (Grand Cayman) et en République Dominicaine. Le 18 octobre 2014 la frégate arrive aux Bermudes pour apporter son aide aux victimes de l'ouragan Gonzalo (12-20 octobre 2014, ouragan catégorie 4, 200 à 400 millions de dollars, un mort).

De 2015 (mois exact inconnu) à février 2017, la frégate à été immobilisée pour refonte à Devonport, les travaux portant notamment sur l'embarquement du missile Sea Ceptor, le successeur du Sea Wolf. La frégate qui est le premier navire de la Royal Navy équipé à procédé aux premiers tirs à l'été 2017.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Sam 12 Mai 2018, 15:34

HMS Marlborough (F-233)

La frégate HMS Marlborough (F-233) en plein virage

Présentation

-La frégate HMS Marlborough (F-233) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 27 octobre 1987 lancée le 21 janvier 1989 et commissioned le 14 juin 1991.



La deuxième frégate type 22 rend hommage à John Churchill, premier duc de Marlborough (Musbury, Devon 1650 Granbourn Lodge 1722).

Général et homme politique anglais qui abandonna Jacques II lors de la révolution anglaise (Glorieuse Révolution 1688), il profite de l'amitié de sa femme Sarah Jennings avec la reine Anne Stuart pour devenir un personnalité de premier plan.

Il s'illustra durant la guerre de succession d'Espagne (1701-1714) écrasant les troupes françaises à Blenheim en 1704, à Ramillies et à Turin en 1706. C'est l'ancètre direct de Winston Churchill et personnage de la fameuse chanson «Marlbrough s'en va en guerre» qui fût reprise par les anglais avec les paroles «For a jolly good fellow».

C'est le sixième navire à rendre hommage à ce héros anglais après un navire de ligne de 2ème classe (1692-1762), un navire de ligne de 3ème classe (1767-1800), un navire de ligne de 3ème classe (1807-1835), un navire de 1ère classe à hélice (1855-1904) et surtout un cuirassé de classe Iron Duke mis en service en juin 1914, participant à la bataille du Jutland et désarmé en mai 1931 avant d'être démoli un an plus tard.


Le cuirassé HMS Marlborough classe Iron Duke

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Marlborough (F-233) à bonne vitesse à la mer

Bien qu'étant la troisième frégate de classe Duke, le HMS Marlborough ne porte pas le numéro 232 mais 233 pour des raisons superstisieuses, le S-232 étant le code désignation une collision ou un échouage. On ne donne pas non plus le cap 232 mais plutôt 231.5 ou 232.5 pour les mêmes raisons.

Le 12 octobre 2000, le destroyer américain USS Cole (DDG-67) fait relache dans le port d'Aden au Yémen. Alors qu'il se ravitaillait, un bâteau suicide explose contre sa coque à babord faisant 17 morts et 69 blessés parmi l'équipage. Cet attentat est revendiqué par Al-Qaïda, l'organisation dirigée par un certain Oussama Ben Laden.

La frégate HMS Marlborough (F-233) rentrait en Grande-Bretagne après un déploiement de six mois dans le Golfe Persique. La frégate propose son assistance qui est immédiatement acceptée, des équipages médicales étant envoyées à bord pour aider le personnel américain. Onze blessés graves furent évacués par un vol sanitaire en direction de l'hôpital militaire français de Djibouti où ils furent opérés avant de rallier l'Allemagne.

Quelques années plus tard, la frégate participa à l'opération TELIC, le volet britannique de la deuxième guerre du Golfe déclenchée par les Etats-Unis en mars 2003 pour des motivations pour le moins incertaines. Quinze après la région en paye encore le prix....... .

En juillet 2004, la Royal Navy déclare que la F-233 sera l'une des trois frégates type 23 à être désarmée avant la fin 2006.


Sur les Duke, l'armement est concentré sur la plage avant

Le 5 octobre 2004 alors qu'il ralliait le Canada, le sous-marin HMCS Chicoutimi est victime d'un incendie d'origine électrique. Il est obligé de faire surface dans une mer déchainée qui rend les secours difficiles. La frégate HMS Marlborough est l'un des premières navires à arriver sur place, opérant en compagnie d'autres navires de la Royal Navy notamment le pétrolier RFA Wave Knight, la frégate HMS Montrose (F-236) ou le navire de soutien d'aviation RFA Argus.

A noter que durant les dernières années de service, la frégate HMS Marlborough (F-233) avait un officier américain à bord, un échange de bons procédés, un officier britannique embarquant à bord du destroyer USS Winston S. Churchill (DDG-81).


La frégate HMS Marlborough (F-233) à quai

Suite aux restrictions budgétaires de 2003, la frégate HMS Marlborough (F-233) doit être désarmée en mars 2006. En réalité elle le sera dès le 8 juillet 2005, la frégate étant vendue à la marine chilienne en septembre de la même année en compagnie de ses sister-ships Norfolk et Grafton.



Le 28 mai 2008 elle est remise en service sous le nom d'Almirante Condell. L'ex-Marlborough rend ainsi hommage à l'amiral Carlos Condell (Valparaíso 14 août 1843-Quilpué 24 novembre 1887), un amiral chilien qui se distingua durant la guerre du Pacifique (1879-1883), guerre qui priva la Bolivie d'un accès à la mer.

L'ancienne frégate britannique est le quatrième navire à porter ce nom au sein de la Armada de Chile après une canonnière (1891-1912), un destroyer de classe Almirante Lynch (1912-1935) et une frégate type Leander (1972-2007).


La frégate Almirante Condell (06) à quai

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Sam 12 Mai 2018, 15:41

HMS Lancaster (F-229)

La frégate HMS Lancaster (F-229) à la mer

Présentation

-La frégate HMS Lancaster (F-229) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) de Scotsoun le 18 décembre 1987 lancée le 24 mai 1990 en présence de sa marraine, Sa Majesté la reine Queen Elisabeth II dont le duché de Lancastre est une propriété personnelle et mise en service le 1er mai 1992.

La quatrième frégate de classe Duke porte donc le nom du duché de Lancastre (ou de Lancaster), une propriété personnelle du roi ou de la reine d'Angleterre, le titulaire actuel du titre étant donc la reine Elisabeth II. Ce duché correspond actuellement à une partie du Grand Manchester et une partie de la Merseyside (région de Liverpool).

La F-229 est le sixième navire de la Royal Navy à porter ce nom succédant à un navire de ligne de 80 canons (1694-1749), un «east indiaman» de 1797, une frégate (1823-1864), un croiseur cuirassé de classe Monmouth (1904-1920) et un destroyer américain de classe Wickes transféré en 1940 dans le cadre du Destroyers of Bases Agreement. Il à survécu au second conflit mondial avant d'être désarmé en juillet 1945 et démoli en 1947.


Le croiseur cuirassé HMS Lancaster de classe Monmouth

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Lancaster (F-229) à la mer

Comme d'autres navires de la classe Duke, la frégate HMS Lancaster (F-229) à participé à des missions de lutte anti-drogues dans les Caraïbes. Elle à également particicpé à des missions de lutte anti-piraterie dans le golfe d'Aden au sein de la TF-150 (février-septembre 2010) mais aussi à transporté le vice-amiral Adrian John à son nouveau poste de gouverneur de Gibraltar (2009).

A son retour de la Corne de l'Afrique, la frégate est entrée en refonte à Portsmouth, des travaux qui l'ont immobilisée jusqu'au début 2012, le navire reprenant le service actif au printemps 2013 le temps de mener essais, travaux complémentaires et remise en condition opérationnelle.


La frégate HMS Lancaster (F-229) à la mer, hangar ouvert

Les travaux ont vu la mise à niveau des systèmes de transmission, la modernisation du système Sea Wolf et des outils de commandement, l'installation de canons de 30mm télécommandés, l'installation d'un «volet arrière» (transom flap), les hélices sont remplacées tout comme les quatre générateurs diesels, une nouvelle peinture appliquée sur la coque et comme souvent les locaux-vie sont remis à niveau.

En juillet et août 2013 la frégate effectue de nouvelles missions anti-drogues dans les Caraïbes, saisissant à bord d'une embarcation rapide près de Porto Rico une cargaison de 680kg de cocaine pour un montant évalué à la revente à 100 millions de livres.

Le 23 mars 2015, la frégate HMS Lancaster (F-229) est le premier navire de la Royal Navy à embarquer l'Agusta-Westland AW-159 Wildcat, le nouvel hélicoptère destiné à remplacer le Lynx aussi bien au sein de l'Army que de la Royal Navy. Plus anecdotique (ou pas), un nouvel uniforme fait son apparition sur les membres d'équipage de la F-229.

Du 12 au 16 octobre 2016, la frégate et le pétrolier RFA Gold Rover participent au bicentennaire de l'arrivée de Napoléon à Saint Hélène. Dans la foulée il fait escale à Alger pendant trois jours avant un entrainement avec la marine algérienne et notamment le LPD Kalaat Beni Abbès, un navire inspiré des San Giusto italiens. Il est de retour en Grande-Bretagne le 17 décembre 2015.

La frégate est alors mis à effectifs réduits en vue d'une future refonte. Actuellement, la frégate est immobilisée pour travaux à Plymouth, travaux qui ont débuté en avril 2017 après un remorquage depuis Portsmouth.


La frégate HMS Lancaster (F-229) au mouillage

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 16:55

HMS Iron Duke (F-234)

La frégate HMS Iron Duke (F-234) à la mer

Présentation

-La frégate HMS Iron Duke (F-234) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) de Scotsoun le 12 décembre 1988 lancée le 2 mars 1991 et commissioned le 20 mai 1993.



La cinquième frégate type 23 rend hommage au «duc de fer», Arthur Wellesley, premier duc de Wellington (first Earl of Wellington) (Dublin 1er mai 1769, Walmer Castle,comté de Kent 14 septembre 1852).

Général et homme politique anglais, il fût rendu célèbre par sa victoire sur Napoléon à Waterloo (18 juin 1815) qui fit de lui l'équivalent d'un Nelson dans le cœur des britanniques.

Auparavant, il avait combattu comme volontaire en Inde avant de devenir député aux Communes en 1806 puis Secrétaire d'Etat à l'Irlande. Envoyé au Portugal, il en chassa les français avant de faire de même en Espagne. Il défait l'armée du maréchal Soult en avril 1814 près de Toulouse. Élément modérateur, il favorisa le retour des Bourbons aussi bien en 1814 qu'en 1815.

Anobli après ses victoires au Portugal (marquis du Douro et duc de Wellington), il reprit sa carrière politique, devenant chef du parti conservateur. Nommé premier ministre de 1828 à 1830 par George IV, sa politique réactionnaire lui valu le surnom de Iron Duke. Il fût également premier ministre quelques mois en 1834. Il se retira de la vie politique en 1846.

La F-234 est le troisième navire à rendre hommage à cet immense général succédant à un cuirassé de classe Audacious en service du 1er avril 1871 au 2 mai 1893 (démoli en 1906) et à un cuirassé de classe Iron Duke mis en service en mars 1914.


Le cuirassé HMS Iron Duke

Il participe à la bataille du Jutland (31 mai-1er juin 1916), un affrontement incertain, la plus grande bataille navale de l'histoire avec celle de Leyte en 1944. Démilitarisé en 1929 pour permettre à la Royal Navy de respecter le traité de Washington et de mettre en service les Nelson et Rodney, le vénérable cuirassé sert de navire-école puis de bâtiment-dépôt à Scapa Flow à partir d'août 1939.

Endommagé par des Junkers Ju-88 en octobre 1939, le cuirassé est échoué pour ne pas couler. Il est hâtivement réparé mais ne sert plus que de ponton jusqu'à son désarmement définitif le 6 août 1945. Il est démantelé en 1947.

Carrière opérationnelle

La frégate termine le 20ème siècle en participant à l'opération Palliser, l'intervention britannique en Sierra-Leone, une ancienne colonie britannique secouée par une abominable guerre civile. Elle intervient au sein d'une Task Force comprenant le porte-aéronefs Illustrious, le porte-hélicoptères Ocean, les frégates Argyll et Chatham ainsi que quatre navires de la Royal Fleet Auxiliary (RFA).

La F-234 relève l'Argyll en septembre 2000 et reste déployée plusieurs mois. Outre les classiques opérations de contrôle, de surveillance et d'appui, la frégate à participé à des missions civilo-militaires pour gagner «les cœurs et les esprits».


Le HMS Iron Duke (F-234) lançant un missile antinavire Harpoon

Rentré d'Afrique de l'ouest, la frégate subit une refonte où son canon d'origine de 114mm est remplacé par un modèle amélioré.

A noter que la cérémonie de remise en service en mai 2002 voit la présence du duc de Wellington et du comte Jellicoe, le duc de Wellington 8ème du nom étant l'arrière-arrière-arrière petit neveu d'Arthur Wellesley alors que le comte Jellicoe deuxième du nom était le fils du célèbre amiral qui avait fait du  cuirassé Iron Duke son navire-amiral lors de la bataille du Jutland.

Une fois pleinement opérationnelle, la frégate participe à des missions anti-drogues dans les Caraïbes, se tient prête à assister des régions victimes d'ouragans sans oublier des visites diplomatiques, nombre d'états de la région étant d'anciennes colonies britanniques membres du Commonwealth avec Elisabeth II comme chef d'état. Un nouveau déploiement de ce genre à lieu de septembre à décembre 2006 avec à la clé 31000 miles nautiques de parcouru, 22 ports visités dans 18 états ou régions différents.


La frégate HMS Iron Duke (F-234) se ravitaillant auprès du pétrolier RFA Wave Ruler (A-390)

De janvier 2007 à mars 2008, la frégate est immobilisée pour refonte au Portsmouth Royal Dockyard. Ses équipements électroniques sot mis à niveau, ses installations aéronautiques adaptées pour la mise en œuvre de l'Agusta-Westland AW-101 Merlin, les équipements de protection NRBC mis à niveau.

Les travaux et les essais terminés, la frégate subit une intense période de remise en condition opérationnelle avant de reprendre du service actif dans l'Atlantique Nord à partir du mois de mai 2008. Du 26 au 29 avril 2008, la frégate fait escale à Kingston Upon Hull pour permettre aux habitants de sa ville-marraine de visiter le navire.

Le 31 août 2008, la frégate participe aux secours suite au passage de l'ouragan Gustav (25 août-4 septembre 2008, catégorie 4, 138 morts dont 37 directement, Cuba, Haïti, îles Caïmans, Jamaïque,EUA, nom retiré).

En 2009 lors d'opérations anti-drogues, la frégate capture plusieurs cargaisons de drogue notamment en septembre 2009 quand 5.5 tonnes de cocaïne sont saisies.

L'année 2011 est particulièrement chargée pour la frégate qui après avoir passé les six premiers mois dans le Golfe Persique relève le destroyer HMS Liverpool au large de la Libye. Du 16 au 21  juillet 2011 la frégate opère au large des côtes libyennes, tirant contre terre dans la région de Misrata, son canon de 114mm faisant taire une batterie côtière, des obus éclairants facilitant le travail des avions de l'OTAN. La frégate est de retour à Portsmouth à la fin du mois de juillet en compagnie de son sister-ship Richmond.

En janvier 2012, la frégate sert de bâtiment-base pour les tests préliminaires de l'Agusta-Westland AW-159 Wildcat. De mars 2012 à juin 2013 la frégate est immobilisée au Portsmouth Royal Dockyard pour une nouvelle refonte.

Cette refonte est plus importante que prévue initialement en raison du retard dans la mise en service des frégates type 26, la première frégate baptisée HMS Glasgow ayant été mise sur cale le 20 juillet 2017 pour une mise en service espérée le plus tôt possible après 2020.

Les travaux ont vu notamment la mise à niveau de l'électronique (installation d'un radar de veille 3D moyenne portée), la modernisation du système Seawolf et le renforcement de la défense rapprochée.  


La frégate HMS Iron Duke (F-234) au mouillage

Le 20 juin 2014, la frégate HMS Iron Duke (F-234) appareille pour son premier déploiement opérationnel depuis sa refonte. Ce déploiement à lieu dans l'Atlantique avec notamment des crochets par les territoires britanniques d'outre-mer mais aussi l'Afrique de l'ouest. Le 20 août 2014, la frégate fait escale à Capetown, saluée par 21 coups de canon alors qu'elle approchait de Robben Island.

De janvier à juillet 2016, la frégate est déployée au sein du Standing NATO Maritime Group 1, groupe permanent ayant succédé à la célèbre Standing Naval Force Atlantic (STANAVFORLANT).

Durant ce déploiement la frégate participe aux exercices «DYNAMIC GUARD» (en compagnie du HMS Monmouth) et «BALTOPS 16» (exercice mis en place par les US Naval Forces in Europe en 1971).  

A l'été 2017 la frégate effectue une missions de surveillance au large du Royaume Uni avant d'enchainer par l'exercice «BALTOPS 2017» et de terminer par la semaine de Kiel, la plus grande course de bâteaux à voile du monde, un événement organisé quasi sans interruptions depuis 1882 la dernière semaine de juin.

Les 24 et 25 juin 2017, la frégate HMS Iron Duke fait escale à Liverpool pour le jour des forces armées (National Armed Forces), le premier ministre britannique Theresa May visita le navire avant que le public ne puisse faire de même.

Trois jours plus tard, le 28 juin 2017, les frégates Iron Duke et Sunderland assurent l'escorte du porte-avions HMS Queen Elizabeth durant ses premiers essais à la mer.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 17:04

HMS Monmouth (F-235)

Vue aérienne de la frégate HMS Monmouth (F-235)

Présentation

-La frégate HMS Monmouth (F-235) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) de Scotsoun le 1er juin 1989 lancée le 23 novembre 1991 et commissioned le 24 septembre 1993.



La F-235 est le septième navire de la Royal Navy à porter ce nom qui correspond à une ville du pays de Galle mais aussi à James Scott, 1er duc de Monmouth (9 avril 1649-15 juillet 1685), un noble anglais du 17ème siècle qui se rebella contre Jacques II/Jacques VII d'Ecosse, son oncle puisqu'il était le fils naturel de Charles II.

La frégate type 23 succède à un yacht armé de 8 canons (1666-1698), un navire de ligne de troisième classe armé de 66 canons (1667-1767), un navire de ligne de 3ème classe de 64 canons (1772-1796), un navire de troisième classe de 64 canons (1796-1815), un navire de cinquième classe de 46 canons de 1828 rebaptisé en 1868 puis vendu en 1902 et enfin un croiseur cuirassé classe Monmouth lancé en 1901 et coulé lors de la bataille de Coronel (1er novembre 1914).


Le croiseur cuirassé HMS Monmouth

Carrière opérationnelle

En juin 1995, la frégate HMS Monmouth fait escale à Wellington en compagnie du pétrolier RFA Brambleleaf. Ce sont les premiers navires britanniques ou américains à faire escale en Nouvelle-Zélande depuis dix ans.

Cela fait suite à une querelle de 1985 quand la Nouvelle-Zélande refuse d'ouvrir ses ports à tout navire à propulsion nucléaire ou à tout navire embarquant des armes nucléaires même tactiques.

Voilà pourquoi aucun navire militaire américain ne peut faire escale en Nouvelle-Zélande, Washington refusant de révéler si des navires emportent des armes nucléaires et comme tous les porte-avions américains sont à propulsion nucléaire..... .


Magnifique photo de la F-235 à la mer

Autre nouveauté, en 1999, la frégate HMS Monmouth (F-235) est le premier navire majeur de la Royal Navy à faire escale à Dublin depuis les années soixante.

En octobre 1997, la frégate Monmouth, la frégate furtive Surcouf et le pétrolier RFA Orangeleaf participèrent à l'opération «KINGFISHER», se tenant prêt à évacuer les ressortissants occidentaux alors que la République Démocratique du Congo est secouée par de violents combats.

Le 11 février 1998, la frégate HMS Monmouth reçoit l'ordre de rester à proximité de la Sierra Leone dans le cadre de l'opération «RESILIENT».

Après avoir été affecté début 2004 à l'Atlantic Patrol Task North, la frégate effectue un entrainement FOST de six semaines en 2006. Le 3 décembre 2007 quand la frégate rentre à sa base de Devonport elle venait de réaliser un tour du monde en visitant l'Australie, la Nouvelle-Zélande et Hawaï.

Immobilisée pour refonte en 2008, la frégate est déployée dans le Golfe Persique en 2009/2010, rentrant dans son port d'attache en avril 2010. Le 27 mai 2010, il escorta la flotte de petits navires commémorant le 70ème anniversaire de l'opération Dynamo, l'évacuation de 340000 britanniques et français coincés dans la poche de Dunkerque.

De juin 2011 à janvier 2012, la frégate HMS Monmouth (F-235) est déployée dans l'Océan Indien et notamment dans le Golfe d'Aden où sévissait une piraterie endémique dans une voie de transit capitale pour le commerce mondial puisque le golfe d'Aden et la mer Rouge connectent l'Asie véritable «usine du monde» au canal de Suez pour basculer en Méditerranée et donc aux ports européens comme Barcelone, Marseille,Malte ou Gênes.

De février à la mi-mars 2012, la frégate est immobilisée pour une période d'entretien. D'octobre 2012 à mai 2013 la frégate est déployée dans le Golfe Persique. Rentrée en Grande-Bretagne, elle participe à l'exercice «JOINT WARRIOR 2013» (exercice multinational organisé par la Royal Navy depuis 1946 deux fois par an).

Restée dans les eaux métropolitaines, la frégate est immobilisée pour une refonte de dix-huit mois de janvier 2014 à juin 2015. Après des essais et sa remise en condition, la frégate fait sa première escale à Hambourg en décembre 2015.

En février 2016, les frégates HMS Monmouth et HMS Iron Duke participent à l'exercice «DYNAMIC GUARD» dans les eaux norvégiennes.

En août 2016, la frégate HMS Monmouth accompagné du patrouilleur de classe River HMS Tyne (P-281) et le navire de soutien d'aviation RFA Argus (A-135) font escale à Bournemouth pour le festival aérien annuel. En septembre 2016 elle s'entraine dans les eaux canadiennes et sauve des pécheurs canadiens à 100 miles à l'est des côtes de la Nouvelle Ecosse.


Si les Leander ne ressemblaient à rien, les Duke ne manquent pas d'élégance

Le 6 mars 2017, la frégate HMS Monmouth (F-235) appareille de Devonport pour relever le destroyer HMS Daring (D-32) dans le Golfe d'Aden.

Elle arrive dans la région en mai, opérant au sein de la Combined Task Force 150 (CTF-150), saisissant un navire de pêche chargé de 455kg de cannabis et de 266kg d'héroïne. En juin 2017, l'Agusta-Westland Wildcat de la frégate sauve deux membres d'équipage du pétrolier Rama 2 qui coulait, les marins étant transférés sur le RFA Cardigan Bay (L-3009) pour des soins. Elle est rentrée à la fin de l'année à sa base de Devonport.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 17:14

HMS Montrose (F-236)

La frégate HMS Montrose (F-236) à la mer à bonne vitesse

Présentation

-La frégate HMS Montrose (F-236) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) le 1er novembre 1989 lancée le 31 juillet 1992 et commissioned le 2 juin 1994.

C'est le deuxième navire à porter le nom de ce duché d'Ecosse créé une première fois en 1488 mais s'éteignit à la mort de son premier titulaire en 1495. Il est recré en 1707 et dispose toujours d'un titulaire en 2018. Quand à la ville de Montrose elle se situe à proximité de Dundee.


Le destroyer HMS Montrose

Avant la frégate type 23 on trouve un destroyer leader de classe Admiralty, sous-classe Scott (sous-classe composée de huit navires). Le D-01 est commissioned le 14 décembre 1919, participe comme escorteur au second conflit mondial avant d'être vendu à la démolition le 25 juillet 1945.

Carrière opérationnelle

Peu après sa mise en service, la frégate effectue un déploiement dans l'Atlantique-Sud et notamment dans les Falklands où elle servir de navire de défense. Ce premier déploiement opérationnel s'achevant en octobre 1996. Plusieurs déploiements au profit de l'OTAN ont suivi.

Début 2002, la frégate HMS Montrose retourne dans l'Atlantique Sud au sein de l'Atlantic Patrol Task (South) assurant la garde de cet archipel pour lequel les deux meilleurs alliés des Etats-Unis s'étaient écharpés en 1982. Généralement cette patrouille se compose d'une frégate ou d'un destroyer lance-missiles accompagné par un navire de la RFA, cette patrouille opérant en soutien de la Falklands Island Patrol Task qui dispose du patrouilleur HMS Clyde (P-257).


La frégate HMS Montrose (F-236) en compagnie d'un Seahawk

Durant ce déploiement, des plongeurs de la frégate remplacèrent la White Ensign sur la frégate Antelope coulée lors du conflit. Rentré en Grande-Bretagne, la frégate subit une première refonte qui s'est achevé début janvier 2004.

En octobre 2004, la frégate participe aux opérations de secours du sous-marin canadien HMCS Chicoutimi qui victime d'un incendie d'origine électrique avait du faire surface, totalement privé de propulsion dans une mer déchaînée au large des côtes irlandaises.

De janvier à juin 2006, la frégate participe à l'opération TELIC, le déploiement britannique dans le Golfe Persique et en Irak. Rentrée en Grande-Bretagne, la frégate subit une période de maintenance, l'équipage prenant un repos bien mérité.

Du 8 janvier au 27 juillet 2007, la frégate est déployée en Méditerranée au sein de la Standing NATO Maritime Group Two (SNMG-2), participant à l'opération «ACTIVE ENDEAVOUR», une opération de contre-terrorisme organisée par l'OTAN depuis les attentats du 11 septembre qui laissait craindre un attentat contre le trafic commercial.

Après les permissions d'été, le navire rallia l'Ecosse pour participer à l'exercice «NEPTUNE WARRIOR».


Tir d'un missile Harpoon. Pour la discrétion on se repassera

Après une évaluation de ses capacités par le FOST, la frégate retourne au Moyen-Orient, intégrant la Combined Task Force 150 pour participer à des missions de contre-terrorisme et de lutte contre la piraterie de mars à octobre 2008, la frégate rentrant à Devonport le 3 octobre.

Après quelques exercices et entrainements dans les eaux métropolitaines, la frégate subit sa deuxième grande refonte de janvier 2009 à janvier 2010, la frégate étant considérée comme à nouveau opérationnelle le 11 février 2010.

Après une mise en condition opérationnelle plus spécifique, la frégate retourne en mer d'Arabie à l'été 2010 pour des missions de lutte anti-piraterie et de lutte anti-terroriste. En novembre 2010, un bâtiment pirate est détruit par le Lynx de la frégate, destruction qui dissuade d'autres pirates d'attaque.

D'octobre 2011 à mai 2012, la frégate est déployée dans l'Atlantique-Sud mais aussi dans les Caraïbes, la frégate faisant escale à La Nouvelle-Orléans et aux Bermude. Une escale prévue à Callao (Pérou) est annulée par le gouvernement péruvien en solidarité avec le gouvernement argentin sur la question des Falklands où les britanniques effectuaient des campagnes d'exploration pétrolières.

En juin 2012, la frégate sert d'escorte au navire transportant la reine Elizabeth II à Cowes pour son jubilée de Diamand. De septembre à novembre 2012, la frégate est déployée en Méditerranée avant de rentrer en Grande-Bretagne, subissant un entrainement et une évaluation de ses capacités. Après cette mission «COUGAR 2012», la frégate retourne en Méditerranée pour «COUGAR 13» avant de rallier le golfe Persique pour participer à l'opération «KIPION» sans compter des exercices avec des marines de la région.


Vue face avant de la frégate

En 2014, la frégate HMS Montrose (F-235) participe avec des navires norvégiens et danois à l'opération «RECSYR», l'escorte d'un navire marchand transportant des armes chimiques syriennes à détruire. Relevée par le destroyer HMS Diamond (D-34), la frégate rentre à sa base en mars 2014.

Après une cérémonie célébrant les vingt-ans de sa mise en service (1994-2014), la frégate participe à l'exercice «BALTOPS 14», exercice où sont engagés 30 navires et sous-marins de quatorze nations.

En octobre 2014 la frégate entame une nouvelle refonte. Initialement elle devait retrouver la flotte en 2016 mais entre-temps la décision à été prise d'embarquer le nouveau missile Sea Ceptor et un nouveau système de commandement.

Techniquement prête en 2017, la frégate est choisie pour accompagner en 2018 le porte-aéronefs HMS Queen Elizabeth (R-08) aux Etats-Unis pour les premiers essais aviation. La frégate entame ses essais post-refonte le 7 juillet 2017 puis une fois les essais terminés entamera le processus de remise en condition.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 17:26

HMS Westminster (F-237)

La frégate HMS Westminster (F-237)

Présentation

-La frégate HMS Westminster (F-237) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter, Tyne & Wear le 18 janvier 1991 lancée le 4 avril 1992 et commissioned le 13 mai 1994.

La huitième frégate de classe Duke est le deuxième navire de la Royal Navy à porter ce nom. Il fait référence à un titre nobiliaire de la pairie de Grande-Bretagne créé par la reine Victoria le 21 février 1874, le 1er duc de Westminster étant auparavant marquis de Westminster. Actuellement nous sommes rendus au 7ème duc de Westminster.

Le premier HMS Westminster est un destroyer type W, le L-40 mis en service le 18 avril 1918, participant aux dernières opérations du premier conflit mondial. En décembre 1939 ce navire est transformé en escorteur (Escort Destroyer), survivant au second conflit mondial. Désarmé en août 1948, le destroyer d'escorte est démoli.


Le destroyer HMS Westminster (L-40)

Carrière opérationnelle

Saviez-vous que la frégate Westminster est une star de cinéma ? Non ? Et pourtant c'est le cas car elle à participé au tournage d'un James Bond, Tomorrow Never Dies (Demain ne meurt jamais) avec Pierce Brosnan dans le rôle de 007, Michelle Yeoh et Jonathan Pryce dans le rôle du méchant, film sorti en 1997.

Elle sert de décor pour trois navires différents, les HMS Chester, Devonshire et Bedford, les intérieurs cependant ayant été reconstitués en studio probablement pour faciliter les prises de vue.


La frégate HMS Westminster (F-237) en compagnie du porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72)

En 2004, la frégate est l'un des premiers navires de la Royal Navy à mettre en œuvre l'hélicoptère lourd trimoteur Merlin, recevant la même année un nouveau sonar à basse fréquence, le 2087 adapté à la détection des sous-marins les plus avancés même si selon certains les basses fréquences utilisées seraient nuisibles à la faune marine sans qu'à ma connaissance il n'y ait eu d'étude incontestable sur le sujet.

En mai 2008 la frégate est déployée au large de la Birmanie pour porter assistance au pays victime du cyclone Nargis (27 avril au 3 mai 2008, cyclone catégorie 4,84537 morts officiellement en Birmanie, 140000 morts officieusement) mais la HMS Westminster à quitté la zone après le refus de la junte au pouvoir de laisser les occidentaux débarquer eux mêmes l'aide proposée.


La frégate HMS Westminster (F-237) à la mer

En mars 2011, elle participe à l'opération ELLAMY (19 mars-31 octobre 2011), le volet britannique de l'intervention occidentale en Libye. Rentrée en Grande-Bretagne, elle particicpe à l'exercice «SAXON WARRIOR» dans les Western Approaches en compagnie du porte-avions USS George H. W. Bush (CVN-77).

Début 2013, la frégate participe à l'exercice multinational «JOINT WARRIOR», un exercice à dominante amphibie exécuté au large des côtes écossaises.


La frégate HMS Westminster (F-237) au bassin

Elle enchaine ensuite par le déploiement COUGAR 13 en Méditerranée et dans le Golfe Persique, déploiement au cours duqel la frégate fit escale à Gibraltar à une période où les tensions entre Londres et Madrid étaient particulièrement vives à propos du rocher.

En septembre 2013, la frégate HMS Westminster (F-237) participe à des exercices avec le sous-marin italien Salvatore Pelosi (type 212A) et le destroyer Francesco Mimbelli (classe Durant de la Penne). Il effectue ce même type d'exercice dans le Golfe d'Oman avec le sous-marin américain USS Dallas (SSN-700) (que tous les fans de A La Poursuite d'Octobre Rouge connaissent bien même si ce n'est pas le SSN-700 qui à été utilisé pour le tournage) puis avec la marine indienne au large de Goa.

De novembre 2014 à janvier 2017 la frégate à été immobilisée à Portsmouth pour une importante refonte.

Outre une remise en état complète, la frégate à remplacé ses Sea Wolf par des Sea Ceptor, un nouveau radar, une électronique remise à niveau, des locaux-vie remis en état. Après quelques mois d'essais et de remise en condition opérationnelle, la frégate à pu reprendre sa carrière opérationnelle qui doit normalement s'achever en 2028 ce qui fera trente-deux ans de service actif.


La frégate HMS Westminster (F-237) à quai à Gibraltar (?)

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5581
Age : 53
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 20:14

Petit Quizz sur les Duke, pourquoi le pennant number 232 n'a-t-il pas été attribué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 22:13

J'en ai parlé dans l'historique de la Marlborough Very Happy

Bien qu'étant la troisième frégate de classe Duke, le HMS Marlborough ne porte pas le numéro 232 mais 233 pour des raisons superstisieuses, le S-232 étant le code désignation une collision ou un échouage. On ne donne pas non plus le cap 232 mais plutôt 231.5 ou 232.5 pour les mêmes raisons.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5581
Age : 53
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Lun 14 Mai 2018, 22:30

clausewitz a écrit:
J'en ai parlé dans l'historique de la Marlborough Very Happy

Bien qu'étant la troisième frégate de classe Duke, le HMS Marlborough ne porte pas le numéro 232 mais 233 pour des raisons superstisieuses, le S-232 étant le code désignation une collision ou un échouage. On ne donne pas non plus le cap 232 mais plutôt 231.5 ou 232.5 pour les mêmes raisons.
thumright

ah ben alors ! je la remets dans mon caleçon je la fumerai plus tard Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 11:04

HMS Northumberland (F-238)

La frégate HMS Northumberland (F-238) à la mer

Présentation

-La frégate HMS Northumberland (F-238) est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 4 avril 1991 lancé le 4 avril 1992 et commissioned le 29 novembre 1994.

La neuvième frégate de classe Duke est le huitième navire de la Royal Navy à porter le nom de ce comté du nord-est de l'Angleterre bordé à l'est par la mer du Nord, au nord par la frontière anglo-écossaise, à l'ouest par le comté de Cumbria et au sud par les comtés de Durham et de Tyne & Wear.

La F-238 succède à un navire de 3ème classe de 70 canons (1679-1703), un navire de 3ème classe de 70 canons (1705-1744), un navire de 3ème classe de 70 canons (1750-1777), un navire de 3ème classe armé de 78 canons (1794-1795), un navire de 3ème classe de 74 canons (1798-1827) célèbre pour avoir transporté Napoléon à Saint-Hélène en 1815, un cuirassé à coque en fer (1866-1898).


Le cuirassé HMS Northumberland de classe Minotaur

Le septième Northumberland fût victime des réductions budgétaires liées à la crise de 1929. Il s'agissait d'un croiseur lourd type County.

Carrière opérationnelle

La frégate Northumberland à la mer avec deux hommes armés sur la plate-forme hélicoptère

Après les essais à la mer et la mise en condition opérationnelle, la frégate est envoyée aux Falklands pour protéger l'archipel d'une éventuelle convoitise argentine même si les forces armées argentines sont dans un état tel qu'une nouvelle guerre semble quasi-impossible.

Durant le long transit la frégate doit sauvé l'équipage d'un chalutier en perdition. Durant cette mission de sauvetage, elle aurait heurté une baleine ce qui n'à pas été confirmé. A Tenerife, les marins rescapés furent débarqués et la coque inspectée. Les dégâts sont limités et la mission n'est pas remise en cause.


La frégate HMS Nothumberland à la mer à bonne vitesse

Depuis la Georgie du Sud, la frégate assure la protection des navires de pêche déployés dans cette région où le temps peut être abominable. La mission terminée il rallie Rio de Janeiro pour être mis au bassin pour 3 millions de £.

En 1999, elle est déployée dans les Caraïbes pour des missions de lutte anti-drogues et pour des missions d'assistance dans une région régulièrement frappée par des ouragans. Elle saisit deux tonnes de cocaine (valeur à la revente 135 millions de livres) en coopération avec les gardes-côtes américains.

De juillet 2004 à juillet 2005 la frégate est immobilisée pour une refonte importante exécutée dans le bassin n°1 de Rosyth, site géré par la société Babcock's.

La propulsion est remise en état, les locaux-vie modernisés, l'armement et l'électronique remis au goût du jour. Des parties corrodées du pont sont remplacées, les installations aéronautiques adaptées à l'embarquement d'un Merlin qui permettait de tirer le maximum du nouveau snoar 2087.

Une fois sorti de travaux, la frégate participe au bicentennaire de la victoire de l'amiral Nelson à Trafalgar (21 octobre 1805-21 octobre 2005), passant l'année 2006 à remonter en puissance, entrainant son équipage aux différentes opérations que la frégate pouvait être amenée à réaliser.

En 2007 la frégate HMS Northumberland (F-238) est déployée en Méditerranée puis l'année suivante dans l'Océan Indien, la frégate britannique participa à l'opération «ATALANTA», une opération anti-piraterie menée par l'Union Européenne. Durant ce déploiement elle protège des navires marchands mais aussi des navires transportant l'aide alimentaire du Programme Alimentaire Mondial. En 2010, un nouveau déploiement est mené dans l'Océan Indien.


La frégate HMS Nothumberland (F-238) en protection du porte-avions Charles de Gaulle

De janvier à juin 2011 la frégate subit une nouvelle refonte avec la modernisation du système Sea Wolf (Sea Wolf Mid-Life Update SWMLU), la mise à niveau du Système de Combat pour permettre aux frégates d'opérer avec les destroyers classe Daring (type 45), les deux canons de 30mm BMARC sont remplacés par deux canons de 30mm Automated Small Calibre Gun (ASCG), les locaux-vie remis en état et mieux adaptés aux régions chaudes.

Après les essais, la frégate effectue huit semaines d'entrainement (Basic Operational Sea Training BOST), repartant dans l'Océan Indien pour un déploiement entamé à l'automne 2012 et s'achevant lors de son retour en Grande-Bretagne en mai 2013.

Elle participe à l'exercice «JOINT WARRIOR 2013» avant d'être déployé en 2014 en Méditerranée et dans le Golfe d'Aden («COUGAR 14R»), faisant escale à Gibraltar, La Sude, Bahrein, Dubai, Fujairah (EAU), Mumbai (Inde), Mascate (Oman), Malte et Lisbonne. Elle est de retour à Devonport le 5 décembre 2014.  


La frégate HMS Northumberland (F-238) en compagnie du croiseur léger HMS Belfast

Le 9 mai 2015, la frégate participe au 70ème anniversaire de la libération de Guernesey avant d'enchainer un mois plus tard par le 200ème anniversaire du Royal Yacht Squadron, le tout en présence du duc d'Edimbourg époux de la Reine Elisabeth II, du roi Harald de Norvège, de l'ancien  roi d'Espagne Juan Carlos et le prince Henri de Danemark.

Décidément abonné aux commémorations, la frégate transporte la New Waterloo Dispatch entre Ostende et Broadstairs rejouant l'histoire du sloop HMS Peruvian qui transportant la lettre annonçant la victoire alliée à Waterloo.

En 2016, la frégate fût le théâtre de la demi-finale de l'émission culinaire Masterchef diffusée sur la BBC.

Actuellement le désarmement de la F-238 est prévue pour 2029.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 11:12

HMS Richmond (F-239)

Vue aérienne de la frégate HMS Richmond (F-239)

Présentation

-La frégate HMS Richmond (F-239) est mise sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 16 février 1992 lancée le 6 avril 1993 et commissioned le 22 juin 1995.

La dixième frégate de classe Duke est le septième navire à porter le nom de ce titre nobiliaire de la pairie d'Angleterre, le titre de Duc de Richmond ayant été créé à quatre reprises, la première fois de 1525 à 1536 avec un fils illégitime d'Henri VIII, la seconde fois en 1623/24, la troisième fois entre 1641 et 1672 et la quatrième et dernière fois en 1675. Le titre est toujours actif, la famille actuelle disposant d'un château dans le West-Sussex. Le nom est également porté par la ville anglaise de Richmond.

La F-239 succède à un navire de 26 canons (1660-1688), un yacht de 8 canons (1672-1685), un navire de sixième classe de 24 canons, l'ancien East Indiaman français Dauphin capturé en 1745 et vendu quatre ans plus tard.

Lui succède un navire de 5ème classe armé de 32 canons lancé en 1757 et capturé par les français en 1781, navire lui-même suivit par un brick de 14 canons (1806-1814), le sixième Richmond étant un ancien destroyer américain, le USS Fairfax (DD-93) transféré en 1940, loué à la marine canadienne en 1943 puis à la marine soviétique sous le nom de Zhivuchi jusqu'en 1949 quand le vétéran est démoli.


Le destroyer HMS Richmond (G-88) ex-USS Fairfax (DD-93)

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Richmond (F-238) ayant tiré un missile Harpoon

En 1997 la frégate est déployé en Extrême-Orient au sein d'un Task Group participant à la mission «OCEAN WAVE 97», faisant escale à Vladivostok, étant le premier navire britannique à visiter ce port depuis plus de 100 ans !  La même année la frégate va escorter le yacht royal HMY Britannia lors de son dernier tour de Grande-Bretagne avant son désarmement et sa transformation en navire-musée avec Leith le port d'Edimbourg comme dernière demeure.

En 1998, la frégate participe à deux exercices OTAN avant de participer à l'US Navy Fleet Week. En 1999, la frégate HMS Richmond (F-239) est déployée dans l'Atlantique Sud au sein de l'Atlantic Patrol Task (South) puis rentrée en Grande-Bretagne est immobilisée pour un carénage qui s'achève en 2000.


La frégate HMS Richmond (F-238) à quai

En 2001 elle est déployée au sein d'un groupe permanent de l'OTAN, la Standing Naval Force Mediterranean, déploiement suivit l'année suivante par un déploiement dans les Caraïbes, le frégate effectuant des exercices militaires, des escales diplomatiques et des patrouilles anti-drogues. En juin 2002 le Lynx de la frégate s'écrase au large des côtes de Virginie, les deux pilotes étant tués.

En 2003 la frégate est déployée dans le Golfe Persique au sein de l'Armilla Patrol, relevant le destroyer HMS Cardiff (D-108).

Peu de temps après la deuxième guerre du golfe éclate et dans le cadre de l'opération TELIC, la frégate assure l'appui feu des troupes britanniques opérant dans le sud du pays en compagnie des frégates HMS Chatam et HMS Marlborough mais aussi la frégate australienne HMS Anzac. La frégate est de retour en Grande-Bretagne en août 2003.


La frégate HMS Richmond (F-238) à la mer

A partir de juillet 2004, la frégate est déployée dans l'Atlantique et dans les Caraïbes au sein de l'Atlantic Patrol Task (North). Après des escales en Jamaïque et au Belize, la frégate participe en septembre aux missions de secours des îles Turks et Caicos frappées par l'ouragan FRANCES.

Cet ouragan actif du 25 août au 10 septembre 2004 à provoqué neuf à dix milliards de dollars de dégâts et la mort de 49 personnes. A la demande des Etats-Unis, ce nom à été retiré et ne sera pas donné à un futur ouragan.

Elle rallie ensuite Curaçao (Antilles Néerlandaises) pour une période de maintenance interrompue par la menace de l'ouragan IVAN. La frégate participe aux opérations de secours notamment à Grenade, la frégate accueillant le premier ministre grenadin après la destruction de sa résidence.

Cet ouragan dont le nom à été retiré à été actif du 2 au 24 septembre 2004, frappant Grenade, la Jamaïque, les Grands Cayman, Cuba et l'Alabama, causant 17 à 18 milliards de dollars de dégâts et 122 morts.

La frégate HMS Richmond (F-239) est ensuite envoyée en Jamaïque et dans les îles Caïmans elles aussi touchées par cet ouragan. Elle est de retour en Grande-Bretagne en décembre 2004.

Après une période de maintenance et de refonte de juin 2005 à la fin 2006, la frégate est de retour  au sein de la flotte en octobre 2006 après avoir subit 44 modifications majeures concernant ses senseurs et ses systèmes d'armes.

En 2011, la frégate est déployée au Moyen-Orient et en Extrême-Orient, participant à plusieurs exercices mais également à des opérations anti-piraterie dans le golfe d'Aden.

Il participe ensuite à IMEX Asia 2011 avant de rendre hommage au cuirassé HMS Prince of Wales et au croiseur de bataille HMS Repulse coulés par l'aviation japonaise le 11 décembre 1941, fragilisant la défense des colonies britanniques dans la région. La même année il participe à l'exercice «FRUKUS 2011» en compagnie de navires américains et russes. D'août 2013 à février 2014, la frégate est déployée au sein de l'Atlantic Patrol Task (South), assurant notamment des missions de sécurité dans les Falklands.

L'année suivante entre octobre et décembre 2015 la frégate est déployée en Méditerranée pour porter asssitance aux africains cherchant à traverser la Méditerranée pour rallier l'Europe coûte que coûte.


La frégate HMS Richmond (F-238) à la mer en compagnie d'un NH-90 de la Koninklijke Marine, la marine royale néerlandaise

En octobre 2016, la frégate HMS Richmond (F-239) et le destroyer HMS Duncan (D-37) marquent à la culotte le groupe de combat organisé autour du porte-avions Admiral Kuznetsov,groupe de combat qui ralliait la Syrie, comme un remake de la guerre froide à la différence qu'à l'époque c'était les frégates et les destroyers soviétiques qui pistaient porte-avions américains et britanniques.

En juin 2017, la frégate Richmond mouille à Chatham pour commémorer le 350ème anniversaire du raid néerlandais sur la Medway exécuté en 1667 (deuxième guerre anglo-néerlandaises).

Du 9 au 14 juin, la flotte néerlandaise commandée par De ruyter bombardèrent et prirent Sheerness, remontant la tamise en brisant les chaines bloquant l'accès au fleuve, remontèrent la Medway jusqu'à Chatham. Sur place ils incendièrent trois navires de commerce et dix navires de guerre, s'emparant de deux navires britanniques.

Ce raid considéré comme la pire défaite navale de l'histoire anglaise précipita l'ouverture de négociations. Le traité de Breda signé le 31 juillet 1667 met fin au conflit dans des conditions avantageuses pour les néerlandais.

Depuis la fin de l'été 2017, la frégate HMS Richmond (F-239) est immobilissée pour refonte, les travaux devant s'achever courant 2018. Une fois les travaux terminés, la frégate ne retrouvera pas son port d'attache de Portsmouth mais ralliera Plymouth, la Royal Navy ayant décidé d'y concentrer toutes les frégates type 23.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 11:21

HMS Somerset (F-82)

La frégate HMS Somerset (F-82) à la mer

Présentation

-La frégate HMS Somerset (F-82) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilding) de Scotsoun le 12 octobre 1992 lancée le 25 juin 1994 et commissioned le 20 septembre 1996.

La onzième frégate type 23 est le quatrième navire à porter le nom de ce duché de la pairie d'Angleterre créé à quatre reprises (1443-1444, 1448-1464, 1499-1500 et 1547 à nous jours).

Elle succède à un navire de 3ème classe de 1698, à un navire identique de 1731 et à un autre navire de 3ème classe de 1748.

Carrière opérationnelle

London by night ! La frégate Somerset, le croiseur léger Belfast et le London Bridge

En 2007 la frégate effectue les premiers essais à la mer d'un nouveau système d'armes de la Royal Navy en l'occurence le canon de 30mm DS30M Mk2 Automated Small Calibre Gun System (ASCG).

Le 18 février 2009, la frégate quitte sa base de Devonport pour le déploiement «TAURUS 09», un déploiement concernant le groupe occasionnel amphibie britannique (en V.O Amphibious Task Group), groupe composé pour l'occasion du transport de chalands de débarquement HMS Bulwark (L-15) _navire amiral de l'opération_, le porte-hélicoptères HMS Ocean (L-12), des frégates HMS Argyll (F-231) et Somerset (F-82) ainsi que de quatre navires de la Royal Fleet Auxiliary (RFA). Ce déploiement le voit opérer jusqu'au 17 avril 2009 date du retour du groupe occasionnel au pays.


La frégate HMS Somerset (F-82)

En mai 2010 la frégate rallie le Golfe Persique pour participer à l'opération TELIC, le volet britannique des opérations en Irak, opérations consécutives à l'invasion américano-britannique de mars 2003 déclenchée pour des motivations pour le moins obscures.


La frégate HMS Somerset (F-82) à la mer

Si les combats ont été menés rapidement _le contraire aurait été surprenant_ la sécurisation et la reconstruction du pays se sont révélés bien plus problématiques imposant le maintien des troupes américaines et britanniques bien plus longtemps qu'imaginé à Londres et Washington.


La frégate HMS Somerset (F-82)

Parmi les cibles potentielles à sécuriser figure les plate-formes pétrolières dans le Golfe Persique, protection qui imposait le maintien de moyens navals importants notamment en terme de navires médians type corvette, frégates ou destroyers.

De mai 2012 à février 2013 la frégate est immobilisée au Devonport Royal Dockyard géré par Babcock International Group pour une refonte. Après essais et remise en condition opérationnelle, elle participe à l'exercice «JOINT WARRIOR 2013».

En janvier 2015 elle participe aux recherches de l'équipage d'un transport de ciment battant pavillon chypriote, le Cemfjord qui avait chaviré dans le Pentland Firth entre l'Ecosse et l'archipel des Orcades.

Le 23 avril 2015 associé au cutter Valiant de la Border Forcer, la frégate arraisonne le remorqueur Hamal battant pavillon tanzanien à 100 miles d'Aberdeeen.

Trois tonnes de cocaïne sont saisies ce qui répresentait à l'époque la plus grosse saisie de drogue de classe A dans les eaux britanniques.

A l'automne 2015, la frégate HMS Somerset (F-82) effectue des patrouille au large de Malte pour protéger le Conseil Européen organisé à Malte. En novembre 2015, la frégate fait escale à Valence, retournant à Devonport en décembre 2015.

En mars 2016 la guerre froide fait son retour dans les eaux britanniques quand le destroyer russe Vice-Admiral Kulakov (classe Udaloy) accompagné d'un pétrolier et d'un remorqueur pénétrèrent dans la ZEE britannique. Ils sont interceptés et escortés par la frégate HMS Somerset qui remet ça un an plus tard en mai 2017 quand elle piste et traque le sous-marin de classe Kilo Krasnodar qui traversait alors la Manche.


La frégate HMS Somerset (F-82) rentrant au port (?). Notez la nouvelle tourelle de 114mm

Actuellement il est prévu de désarmer la frégate en 2031 ce qui lui fera alors trente-cinq ans de carrière.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 11:30

HMS Grafton (F-80)

La frégate HMS Grafton (F-80) à la mer

Présentation

-La frégate HMS Grafton (F-80) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) le 13 mai 1993 lancée le 5 novembre 1994 et commissioned le 29 mai 1997.

La douzième frégate de classe Duke est le neuvième navire à rendre hommage aux ducs de Grafton, le duché de Grafton ayant été baptisé ainsi en l'honneur de la ville de Grafton dans le Northamptonshire.

Le titre à été créé en 1675 pour Henry Fitzroy, fils naturel de Charles II d'Angleterre et de la duchesse de Cleveland. Le titre est toujours actif aujourd'hui.

La F-80 succède à un navire de 3ème classe de 70 canons (1679-1707), un bâteau-feu (1694-1696), un navire de 3ème classe et 70 canons (1709-1744), un navire de 3ème classe et 70 canons (1750-1767), un navire de 3ème classe et 74 canons (1771-1792), un croiseur de classe Edgar lancé  en 1892 et démoli en 1920, un destroyer de classe G  lancé en 1935 et coulé en 1940 et qui aurait du être suivit par un destroyer commandé en 1944 mais dont la construction à été annulée en 1945.

Le destroyer type G à donc été suivit par un frégate de classe Blackwood  (type 14) en service de 1957 à 1971.        


La frégate HMS Grafton (F-51) de classe Blackwood                                                                                                                                                                                                                                                                      

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Grafton (F-80) rentrant au port

Utilisé dans la série britannique Making Waves où elle joua le navire fictif Suffolk (neuf épisodes tournés, trois diffusés), la frégate HMS Grafton est déployée début 2004 dans le Golfe Persique mais en juillet de la même année il est annoncée qu'elle sera l'une des trois frégates désarmées fin 2006 pour des raisons budgétaires alors qu'elle est en service depuis moins de dix ans.


La frégate HMS Grafton (F-80)

En juin 2005 il est annoncé que la frégate va être vendue à la marine chilienne qui à l'époque multipliait les acquisitions de frégate de seconde main avec trois type 23, une type 22 pour parler de la Royal Navy mais également de quatre frégates ex-néerlandaises (deux Karel Doorman et deux Classe Jacob Van Heermskerck).


La frégate HMS Grafton (F-80)

Sur le moment cela coûtait moins cher que l'acquisition de frégates neuves mais sur la durée on peut s'interroger sur le fardeau logistique que répresente l'acquisition de navires aussi divers.

Désarmée le 31 mars 2006 après moins de neuf années de service, la frégate est remise en service au sein de la Armada de Chile le 28 mars 2007 sous le nom d'Almirante Lynch.



Elle rend ainsi hommage à Patricio Javier de los Dolores Lynch y Solo de Zaldivar (Valparaiso 18 décembre 1825-au large de Tenerife 13 mai 1886), un lieutenant de la Royal Navy et un contre-amiral de la marine chilienne.  

D'ascendance irlandaise, il était le fils d'un riche marchand argentin ayant choisit de s'établir au Chili. Il s'engage dans la Royal Navy en 1837 participant notamment à la première guerre de l'opium (1840-1842).

Rentré ua Chili en 1847, il devient lieutenant, recevant le commandement d'une frégate. Il fût relevé de ce commandement pour ne pas avoir voulu arrêter des personnes politiquement suspectes à bord.

Ministre de la marine en 1872, il fût commandant dans la marine chilienne durant la guerre du Pacifique mais ne pu obtenir un commandement majeur pour des raisons politiques.

Contre-amiral en 1884, il devient ambassadeur du Chili en Espagne. Malade il demanda à rentrer au pays mais il mouru au large des côtes de Ténérife le 13 mai 1886.

La marine chilienne à donné ce nom à quatre navires. Outre l'ex-HMS Grafton on à donné son nom  à un canonnière (1890-1919), un destroyer (1912-1945) et une frégate de classe Condell (1972-2007)


La frégate chilienne Almirante Lynch (07) ex-HMS Grafton (F-80)

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
DraniBrut
Second maître
Second maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 513
Age : 46
Ville : Dunkerque
Emploi : Chauffagiste
Date d'inscription : 04/01/2013

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 16:01

clausewitz a écrit:
HMS Marlborough ne porte pas le numéro 232 mais 233 pour des raisons superstitieuses, le S-232 étant le code désignation une collision ou un échouage. On ne donne pas non plus le cap 232 mais plutôt 231.5 ou 232.5 pour les mêmes raisons.
De quel code est-il question, au juste ? Cette superstition semble relativement récente, car le pendant number 232 a été largement utilisé par le passé : par exemple le sous-marin (classe S - 1943) Stonehenge (P.232 - ça ne lui a peut-être pas porté chance…), le destroyer (classe M - 1941) Matchless (D 232 ; dans la marine pakistanaise, il est vrai…), la frégate (du type RIVER - 1942) Tay (K.232, puis F 232 en 1951), le mouilleur de filet (classe BAR - 1935/39) Barmond (avec une marque de patrouilleur post-1951 : P 232)…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6890
Age : 47
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Mer 16 Mai 2018, 21:17

selon wiki

" Lancaster was originally allocated the pennant number F232 until it was realised that the 232 is the Royal Navy report form for groundings and collisions and therefore considered unlucky."

source le Jane's édition 1999-2000


_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Ven 18 Mai 2018, 12:49

HMS Sutherland (F-81)

La frégate HMS Sutherland (F-81)

Présentation

La lutte ASM de la Royal Navy résumée en une image : une frégate de classe Duke (type 23) avec un Lynx sur la plate-forme et un Merlin en vol

-La frégate HMS Sutherland (F-81) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) le 14 octobre 1993 lancée le 9 mars 1996 et commissioned le 4 juillet 1997.

La treizième frégate de classe Duke est le troisième navire de la Royal Navy à porté le nom de cette région d'Ecosse. Partie de l'ancienne province picte de Caith, c'est un ancien compté et une région de lieutenance dans les Highlands dont la capitale était Dornoch. De 1975 à 1996, le Sutherland était un district au sein de la région des Highlands.

Elle succède à un navire de 4ème classe de 54 canons (1704-1744) et un navire de 4ème classe de 50 canons (1741-1770).

Carrière opérationnelle

The Navy's here !

Déployé au large des Falklands durant l'hiver 1998/99, la frégate participe en 2000 à un déploiement qui permet au groupe de combat de la Royal Navy d'effectuer le premier tour du monde de la marine britannique depuis 1986.

Après le déploiement COUGAR 11 début 2011, la frégate fait escale à Patras en Grèce en mai 2011 après des exercices au large de la Crète. En urgence il est envoyé au large des côtes libyennes pour participer à l'intervention occidentale dans la cadre de la guerre civile libyenne.


La frégate HMS Sutherland (F-81) rentrant au port

Le 16 juin 2011,la frégate fait escale en baie de La Sude pour commémorer le 70ème anniversaire de la bataille de Crète où la Royal Navy perdit notamment quatre croiseurs sous les coups de la Luftwafe.

Après de nouvelles commémorations en Grèce, la frégate retourne le 24 juillet 2011 au large des côtes libyennes dans le cadre de l'opération ELLAMY.

Elle est de retour en Grande-Bretagne à l'automne 2011, faisant escale à Londres du 18 au 22 octobre, la frégate s'amarrant le long du croiseur léger HMS Belfast préservé comme musée. A noter qu'avec la mise en service de la frégate type 26 HMS Belfast le croiseur léger sera officiellement rebaptisé HMS Belfast (1936).


La frégate HMS Sutherland (F-81) avec l'équipage au poste de bande

Après avoir participé en 2012 au déploiement «COUGAR 12», la frégate est engagée dans l'exercice «JOINT WARRIOR 2013».

En 2016, la Royal Navy et la Marine Nationale participent à l'exercice «GRIFFIN STRIKE», un exercice destiné à vérifier les capacités d'un état-major combiné franco-britannique. En mai 2016, la frégate Admiral Grigorovich (classe Grigorovich) qui comme son nom le suppose appartient à la marine russe traverse La Manche escortée par la frégate britannique.

En avril 2017, la frégate HMS Sutherland (F-81) est encore chargée d'une mission d'escorte, surveillant cette fois les corvettes russes de classe Steregushchiy Soobrazitelnyy et Boikiy.


La frégate HMS Sutherland (F-81) avec des remorqueurs

En juin 2017, elle assure l'escorte du porte-aéronefs HMS Queen Elizabeth avant d'être déployé en Extrême-Orient en 2018 pour maintenir la pression sur la Corée du Nord et faire respérer la liberté de navigation en mer de Chine méridionale.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Ven 18 Mai 2018, 12:56

HMS Kent (F-78)

La frégate HMS Kent (F-78)

Présentation

-La frégate HMS Kent (F-78) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) le 16 avril 1997 lancée le 27 mai 1998 et commissioned le 8 juin 2000.

La quatorzième frégate type 23 est le dixième navire de la Royal Navy à porter le nom de cette région du sud-est de l'Angleterre (chef lieu : Maidstone) connue pour les falaises blanches de Douvres et le pélérinage de Cantorbery avec la tombe de Saint Thomas Becket, homme d'Eglise assassiné par quatre chevaliers ayant pris au mot une colère du volcanique Henri II Plantagenêt.

La frégate type 23 succède à un navire de ligne de 4ème classe armé de 46 canons (1652-1672), un navire de ligne de 3ème classe de 70 canons (1679-1744), un navire de ligne de 3ème classe de 70 canons (1746-1790), un navire de ligne de 3ème classe de 74 canons (1762-1784), un navire de ligne de 3ème classe armé de 74 canons (1798-1856), une canonnière de 16 canons (1798-1801), un navire de ligne de deuxième classe de 98 canons (1888-1891), un croiseur cuirassé de classe Monmouth de 1903 à 1920,un croiseur lourd de classe County en service de juin 1928 à mai 1945, étant démoli en 1948 et enfin un destroyer lance-missiles de classe County en service de 1963 à 1997.


Le croiseur lourd HMS Kent

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Kent (F-78) rentrant au port

D'octobre 2001 à mars 2002, la frégate est déployée dans le Golfe Persique pour faire respecter l'embargo imposé par l'ONU depuis la première guerre du Golfe en 1990/91. Durant ce déploiement, la frégate saisit 4 millions de livres de pétrole et de contrebande, un record à l'époque.

Du 16 janvier au 13 février 2006 la frégate effectue un entrainement au large de Gibraltar avec des tirs réels. Cet exercice était destiné aux étudiants du Principal Warfare Officer Course et fût suivit d'une escale de deux jours en Tunisie et d'une escale de trois jours à Barcelone.


La frégate HMS Kent (F-78) à quai

Le 12 juin 2006, la frégate HMS Kent (F-78) entame un déploiement de six mois en Méditerranée et au Moyen Orient. Il franchit le détroit de Gibraltar et le canal de Suez, faisant notamment escale à La Valette et à Koweit City.

Déployé dans le golfe Persique, la frégate effectue des  patrouilles pour protéger la navigation et les plate-formes pétrolières. Elle effectue également une période de maintenance à Port Rashid (Dubai).


La frégate HMS Kent (F-78) à quai (bis)

Après soixante jours de patrouille, quarante-sept interventions sur des navires suspects approchant des plate-formes pétrolières et 515 contrôles de navires marchands, la frégate quitta le golfe Persique pour rentrer au pays, faisant escale à Mascate et Salalah (Oman), à Mumbai (Inde),à Beyrouth (Liban), La Sude (Crète), Civitavecchia (Italie) et Alger (Algérie) avant de rentrer à son  port d'attache.

Après un début année 2008 consacré à l'entrainement dans les eaux britanniques, la frégate quitte sa base de Devonport le 31 mai pour un déploiement de six mois en Asie du Sud-Est et en Extrême-Orient. Ce déploiement prévoit des escales en Russie, en Chine, au Japon et en Indonésie ainsi que des exercices multinationaux.

Le 27 juillet 2008 la frégate participe à une cérémonie en mémoire de l'équipage du croiseur HMS Exeter coulé en mer de Java dans la nuit du 28 février au 1er mars 1942 lors d'un affrontement contre la marine japonaise.


Le HMS Kent (F-78) à la mer à bonne vitesse

En décembre 2010, la frégate HMS Kent (F-78) est retiré du service actif pour entrer en carénage, un carénage de plusieurs mois pour modernisation et remise en état complet.

De juillet à octobre 2013 la frégate est déployée au large de la Corne de l'Afrique pour des missions de lutte anti-piraterie et de lutte anti-drogues.

D'octobre 2014 à mai 2015, la frégate est déployée dans le Golfe Persique en compagnie notamment du porte-avions USS Carl Vinson (CVN-70) sous l'autorité de la 5ème flotte. Ce déploiement était lié à des opérations menées contre l'Etat Islamique, la piraterie, les trafiquants de drogue. Durant ce déploiement, la frégate effectue des escales à Bahrein et en Jordanie.

Fin 2016 la frégate à entamé une importante refonte à Devonport, l'élément majeur de ces travaux étant le remplacement des missiles Sea Wolf par des missiles Sea Ceptor.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Ven 18 Mai 2018, 13:07

HMS Portland (F-79)

La frégate HMS Portland (F-79) prenant la mer

Présentation

-La frégate HMS Portland (F-79) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) le 14 janvier 1998 lancée le 15 mai 1999 et commissioned le 3 mai 2001.

La quinzième frégate type 23 est le huitième navire de la Royal Navy à porter le nom d'un port du Dorset qui accueillit notamment une grande base navale de la Royal Navy (fermée en 1995). C'est aussi deux titres nobiliaires, le comte de Portland (titre créé en 1633 et à nouveau en 1689) et le duc de Portland, titre créé en 1716 et éteint depuis 1990. A noter que le troisième duc à été premier ministre en 1783 puis en  1807/09.

La F-79 succède à un navire de 4ème classe de 50 canons (1653-1692), un navire de 4ème classe de 48 canons (1693-1743), un navire de 4ème classe de 50 canons (1744-1763), un navire de 4ème classe de 50 canons (1770-1800), une barge (1795-1802), un navire de 4ème classe de 52 canons (1822-1862) et un dragueur de mines classe Bangor mis sur cale en 1941 mais capturé sur cale par les japonais qui l'achevèrent, les américains le coulant en 1945.

Carrière opérationnelle

La frégate HMS Portland (F-79) à la mer à (très) bonne vitesse

Après avoir effectué une mission de recherche et de sauvetage d'un homme disparu dans le chavirage d'un yacht le 3 février 2007, la frégate est déployé en 2007 pendant sept mois dans les Caraïbes, participant à des missions de lutte anti-drogue (3.5 tonnes de cocaïne saisies) et d'assistance au Bélize frappée par l'ouragan «DEAN» (13 au 24 août 2007, 42 morts confirmés, nom retiré).

En 2009 la frégate participe à des opérations de lutte anti-piraterie au large de la Corne de l'Afrique avant d’enchaîner à partir d'avril 2010 pour un déploiement dans l'Atlantique Sud au sein de l'Atlantic Patrol Task (South), relevant le destroyer lance-missiles HMS York (D-98) (classe Sheffield type 42). Elle est de retour en Grande-Bretagne en novembre 2010.


La frégate HMS Portland (F-79) au milieu des glaces

En juin 2011 la frégate participe à un exercice d'entrainement au tir de nuit au large de Gibraltar avant de rentrer en Grande-Bretagne, faisant escale à Edimbourg lors du Armed Forces Day.

Le 21 mai 2012, la frégate est le premier navire majeur de la Royal Navy à être commandé par un officier féminin, le commander Sarah West reconnu commandant le 21 mai 2012. La même année la frégate est immobilisée pour une refonte qui va l'immobiliser quasiment un an.


La frégate HMS Portland (F-79) à quai

Son électronique est mise à jour, le système Sea Wolf modernisé, les canons remplacés, les locaux-vie remis en état. Elle quitte Rosyth le 14 décembre 2012 pour trois mois d'essais. Une fois à nouveau opérationnelle la frégate participe à l'exercice «JOINT WARRIOR 2013». De janvier à août 2014, la frégate est à nouveau déployée dans l'Atlantique-Sud au sein de l'Atlantic Patrol Task (South).


Par cette photo le résumé des opérations courantes des marines occidentales en 2018 : la surveillance maritime avec le Lynx, le contrôle de navires suspects par de petites équipes embarquées sur des embarcations pneumatiques

De juin 2016 à mars 2017, la frégate est déployée au Moyen-Orient et dans l'Atlantique Sud. A noter que la frégate HMS Portland (F-79) était le dernier navire de la Royal Navy à embarquer le radar de veille combinée type 996 et le dernier navire à être ravitaillé par le pétrolier RFA Gold Rover (A-271). Actuellement le désarmement de la frégate est prévu en 2034.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Ven 18 Mai 2018, 13:21

HMS St Albans (F-83)

La frégate HMS Saint Albans (F-83) à quai

Présentation

-La frégate HMS St Albans (F-83) est mise sur cale aux chantiers navals Marconi Marine (ex-Yarrow Shipbuilders) de Scotsoun le 18 avril 1999 lancée le 6 mai 2000 et commissioned le 6 juin 2003.

La dernière frégate type 23 est le sixième navire de la Royal Navy à porter le nom de cette ville du Hertfordshire située au nord nord-ouest de Londres et au sud sud-est de Luton. Si il y eut un peuplement humain dès l'Age du Fer, la ville de St Alban descend directement de la ville romaine de Verulamium.

La F-83 succède à un navire de 4ème de classe de 50 canons (1687-1693), un navire de 4ème classe de 54 canons (1706-1744), un navire de 4ème classe de 60 canons (1747-1765), un navire de 3ème classe de 64 canons (1764-1803) et un destroyer américain, le USS Thomas (DD-182) de classe Wickes transféré en 1940 en échange de facilités dans des bases britanniques. Transféré à l'URSS en 1944, il est rendu en Grande-Bretagne en 1949 et démoli.


Le destroyer HMS Saint Albans ex-USS Thomas (DD-182)

Carrière opérationnelle

La frégate Saint Albans (F-83) nous montre sa poupe

Le 27 octobre 2002 alors qu'elle n'était pas encore en service la frégate entre en collision avec le ferry P&O Pride of Portsmouth, un ferry. Le pont du canon est endommagé tout comme le support des embarcations et l'aileron de passerelle. Fort heureusement il n'y eut aucun blessé.


La frégate HMS Saint Albans (F-83) en compagnie de la frégate HMS Argyll (F-231)

En 2004 la frégate est déployée en mer d'Arabie dans le cadre de l'opération «ORACLE», retournant dans la région en 2006. Si elle quitte son port de Portsmouth le 13 février 2006, la frégate n'est pas à pied d'oeuvre avant le mois d'avril.


La frégate HMS Saint Albans (F-83) en compagnie du sous-marin nucléaire d'attaque HMS Turbulent (S-87) de classe Trafalgar

Le 12 juillet 2006 la frégate termine ses patrouilles et ses missions de sécurisation des plate-formes pétrolières. Elle reprend la route de la maison dans la foulée mais suite au déclenchement de la deuxième guerre du Liban entre Israël et le Hezbollah elle est détournée en direction du «pays du cèdre» pour évacuer les ressortissants britanniques (opération HIGHBROW).

Sur zone le 20 juillet, la frégate embarque le lendemain 243 personnes dans le port de Beyrouth pour les débarquer à Chypre. Une fois l'évacuation terminée la frégate resta sur place au cas où, ne rentrant à Portsmouth que le 18 août 2006. Elle enchaîne par une période de maintenance, restant dans les eaux britanniques une fois la période de maintenance terminée.


La frégate HMS Saint Albans (F-83) en compagnie du ravitailleur USNS Robert E. Peary (T-AKE-5)

Ouverte au public à Londres du 5 au 15 janvier 2007 dans le cadre du London Boat Show, la frégate enchaîne par des exercices et différents tests techniques. En mai 2007 la frégate subit une importante refonte, son équipage étant temporairement réparti entre différents navires.

Immobilisée à Rosyth, la frégate reçoit un nouveau sonar type 2087, l'adaptation des infrastructures aéronautiques à l'embarquement de l'hélicoptère lourd Merlin. Les travaux sont terminés en août 2008. Il termine l'année par des essais et sa remise en condition opérationnelle.

Le 19 janvier 2009 la frégate quitte Portsmouth pour des missions de sécurisation en Méditerranée, intégrant un groupe occasionnel de l'OTAN. Il était également disponible pour une éventuel intervention au profit de la NATO Response Force (NRF)

Durant ce déploiement la frégate fait escale à Majorque, en Italie et en Egypte, rentrant en Grande-Bretagne le 7 mai 2009. De février à juillet 2010 la frégate est déployée dans le Golfe Persique pour une nouvelle mission de protection du trafic commercial et des plate-formes pétrolières.

De juin à décembre 2011 la frégate est déployée dans le golfe d'Aden pour des missions de lutte anti-piraterie puis dans le Golfe Persique pour des missions de protection du trafic commercial et des plate-formes, relevant son sister-ship Iron Duke. Il rentre à Portsmouth en décembre 2011 après des escales à Malte et Lisbonne.


La frégate HMS Saint Albans (F-83) en compagnie du porte-avions USS John C. Stennis (CVN-74)

L'année 2012 voit la frégate faire escale en Islande suivit d'une visite à Hambourg et d'une participation à la semaine internationale de Kiel, retrouvant 2000 navires de 50 pays, 5000 hommes et femmes. La frégate visite ensuite Stavanger, Oslo et Amsterdam, étant le dernier navire à tirer avec le canon de 114mm Mk8 Mod 0 au large de Stavanger.

De mai 2013 au printemps 2014 la frégate est immobilisée pour un grand carénage. Il reçoit un canon de 114mm Mk8 mod 1, la modernisation du système Sea Wolf, la mise à niveau de l'électrique, la remise à niveau des locaux-vie. Durant les essais la frégate fait escale à Plymouth et Falmouth. Elle est de nouveau opérationnelle le 1er août 2014.

Le 27 novembre 2015 la frégate quitte Portsmouth pour un déploiement au Moyen-Orient, embarquant un hélicoptère lourd Merlin HM.2 et un drone ScanEagle. Traversant la Méditerranée, la frégate participe à la saisie d'un chargement de 320kg de cocaïne. Sa mission terminée, elle est de retour à son port d'attache le 5 août 2016.

En janvier 2017 la frégate «escorte» le porte-avions russe Admiral Kuznetsov qui rentrait de Syrie après un déploiement mitigé dans le cadre de l'intervention russe au Moyen-Orient. La F-83 le suit en Manche alors que le dernier porte-avions russe construit rallia la péninsule de Kola.

Immobilisé au bassin à l'été 2017, la frégate est de retour au service actif, suivant à distance le porte-avions Admiral Kuznetsov puis la frégate Admiral Gorshkov qui conduisait des essais en mer du Nord à proximité des eaux britanniques.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9721
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   Ven 18 Mai 2018, 13:47

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Schéma de la frégate HMS Westminster (F-237)

Fiche technique

Déplacement : 4900 tonnes

Dimensions : longueur 133m largeur 16.1m tirant d'eau 7.3m

Propulsion : système CODLAG (Combined Diesel Electric and gas) avec quatre générateurs diesels Paxman Valenta 12CM de 2025ch chacun, deux moteurs électriques GEC de 4000ch chacun et deux turbines à gaz Rolls-Royce Marine Spey SM1C.

Les moteurs électriques sont connectés directement aux hélices, des moteurs diesels générant l'énergie pour charger les moteurs diesels. Les turbines à gaz sont embrayées pour permettre d'atteindre les grandes vitesses mais sont découplées pour la navigation économique.  

Performances : vitesse maximale 28 nœuds distance franchissable 7500 miles nautiques à 15 nœuds

Electronique : un radar de navigation 1007 ou 1008, un radar de veille combinée 996 (2) ou un radar 997 Artisan 3D, deux radars de poursuite 911 (système Sea Wolf), un IFF 1010 ou 1011, un sonar d'étrave BF 2050, un sonar remorqué 2031Z à très basse fréquence ou 2087, un détecteur UAT-1, un brouilleur 675 (débarqué) ou 695, quatre lance-leurres Sea Gnat/Siren, deux lance-leurres DLF-3 (AIRD), un bruiteur remorqué 2070 ou 2170, système de combat SSCS ou CMS-1 avec liaison 11 ou 16, système de communication Scot et Immarsat

Armement : un canon de 114mm Mk8 en tourelle à l'avant, un système de lancement vertical GWS.26 pour 32 missiles Sea Wolf installé à l'avant, huit missiles surface-surface Harpoon installés entre le bloc-passerelle et le système Sea Wolf, deux affût doubles lance-torpilles ASM pour torpilles Sting Ray, deux canons de 30mm DS30M Mk2 ou DS30B  

Les type 23 transférées au Chili qui devaient recevoir des missiles ESSM (Evolved Sea Sparrow Missile) en remplacement des Sea Wolf vont finalement recevoir le CAMM-M appelé Sea Ceptor dans la Royal Navy

Aviation : plate-forme et hangar pour un Lynx HMA-8 ou un Merlin HM-1, le premier embarquant deux torpilles ASM ou quatre missiles Sea Skua, le second embarquant quatre torpilles ASM. Les trois type 23 transférées au Chili mettent en œuvre un Cougar. Progressivement les Lynx de la Royal Navy sont remplacés par des AW-159 Wildcat.

Equipage : 185 officiers et marins mais logements pour 205 hommes

Les systèmes d'armes utilisés par les Duke

4.5 Inch Gun Mk8 (Canon de 114mm Mk 8)

Tourelle de 114mm Mk8 mod1 à bord du destroyer HMS Daring (D-32)  

Depuis le second conflit mondial le canon de 114mm est le calibre standard des frégates et des destroyers de la Royal Navy.

Dans les années soixante, la Royal Navy décide de développer un nouveau canon de 4.5 Inch. Elle s'inspire du canon de 105mm de l'automoteur Abbot pour aboutir à  un canon médian à tir rapide capable de dresser un vrai mur de feu contre une attaque aérienne massive voir un tir de missile.

Plus qu'une tourelle c'est un vrai système d'arme puisque la tourelle sur le pont n'est que la partie émergée de l'iceberg avec sur trois ponts de bas en haut les soutes à munitions, la salle de contrôle et le système d'alimentation (électrique et hydraulique) de la tourelle.

Le canon de 4.5 Inch Mk 8 est un canon de 55 calibres (longueur du tube 6.21m) tirant des obus encartouchés (obus + douille solidaires) de 21kg à une distance maximale de 27.5km à raison de 25 coups par minute.

Le premier navire équipé est la frégate iranienne Zaal en 1971, la Royal Navy attendant deux ans pour mettre le nouveau canon en service à bord du HMS Bristol, l'unique destroyer type 82.

Il à ensuite équipé les destroyers type 42, les frégates type 21, type 22 et 23. Il à aussi équipé les type 42 de la marine argentine, les classes Niteroi et Inhauma de la marine brésilienne, la Dat Assawari de la marine libyenne, la HTMS Makut Rajakumarn de la marine thaïlande et la KD Rahmat de la marine malaisienne.

Aux Malouines, il se révéla moins efficace que le Mk6 plus ancien. Ultérieurement le modèle Mark 8 fût modernisé en un modèle Mark 8 mod 1, Babcock modernisant 13 canons entre 2005 et 2012.

Canon de 30mm DS-30B et DS-30M/30 ASCG

Canon de 30mm ASCG (Automated Small Calibre Gun)

Pour remplacer ses canons de 40mm Bofors, la marine britannique choisit de dévelloper un système autour de canons de 30mm KCB fournis par Oerlikon, canons associés à un affût motorisé et gyrostabilisé fournit par la compagnie BMARC (British Manufacture and Research Company).

Une configuration monotube à aussi été mise au point, le Laurence Scott LS-30B combinant un canon de 30mm KCB avec un affût stabilisé. Ce canon ensuite rebaptisé DS-30 à remplacé les canons de 40mm Mark 7 et Mark 9.

Le canon de 30mm Oerlikon KCB est un canon de 75 calibres (longueur du tube : 2.25m) tirant des obus de 0.93kg à  une distance maximale de 10000m en tir antisurface et 2750m en tir antiaérien à raison de 650 coups/minute.

L'affût double pèse entre 2000 et 2150kg alors que l'affût simple pèse 1200kg avec les munitions et si l'affût double permet aux canons de pointer de -15° à 80°, l'affût simple permet de pointer de -20 à +65° à raison de 50° (55° pour l'affût simple) par seconde. Le pointage en azimut est possible sur 360° à raison de 75° par seconde pour l'affût double et 55° pour l'affût simple. La dotation en munitions varie entre 165 à 320 coups par affût double et 160 coups pour affût simple.

Les type 23 disposent désormais des DS-30M Mk2, une version améliorée du précédent avec une conduite de tir optronique intégrée EOGCS et un canon ATK Mk44 Bushmaster. Ce système à été baptisé 30 ASCG (Automated Small Calibre Gun).

Le canon ATK Mk44 Bushmaster est un canon tirant des projectiles de 30x173mm à une cadence de tir maximale de 100 à 200 coups/minute avec une portée maximale de 3000m en tir terrestre et de 5100m en tir naval.

Outre la Royal Navy ce système à été choisit par l'Indonésie, l'Irak, Oman, la Thaïlande, la Malaisie et le Brésil.

Missiles surface-air Sea Wolf

Le missile Sea Wolf est en cours de retrait au profit du Sea Ceptor

Le missile Sea Wolf est un missile surface-air à courte portée mis au point à partir de 1967 pour remplacer le premier missile surface-air courte portée de la marine britannique le Sea Cat issu d'un missile antichar le Malkara. Ironie de l'histoire, les deux systèmes ont cohabité aux Malouines.

Mis en service à partir de 1979, le Sea Wolf à été initialement utilisé depuis un lanceur à six tubes (trois missiles de part et d'autre de l'axe) avant d'être développé dans une version  à lancement vertical pour les frégates classe Duke (type 23).


Lancement d'un Sea Wolf depuis une frégate classe Duke (type 23)

A noter qu'initialement le Sea Wolf devait être utilisé par un système à lancement vertical (Vertical Launch System VLS) mais pour des raisons qu'on ignore la Royal Navy préféra un lanceur plus conventionnel.

Le missile Sea Wolf mesure 1.9m de long, une envergure de 450mm, un diamètre de 300mm, un poids de 82kg (charge explosive de 14kg). La portée maximale est de 1 à 6km pour un lanceur sextuple et de 1 à 10km en version à lancement vertical. Le plafond opérationnel est de 3000m.

Missile surface-air Sea Ceptor

Le Sea Ceptor est le successeur du Sea Wolf. Se révélera-t-il aussi efficace au combat ?

Le système Sea Wolf est un système efficace (au cours d'essais un missile à même intercepté un obus de 114mm !) mais comme tout système il vieillit. Depuis 1979 il à été naturellement remis à niveau par des modernisations successives mais une modernisation ne peut prémunir un missile du déclassement.

Aussi un nouveau système à été développé par la compagnie MBDA pour remplacer à la fois le missile Rapier de la British Army et le Sea Wolf de la Royal Navy. C'est le programme Common Anti-Air Modular Missile (CAMM).

Plus qu'un simple missile surface-air c'est une famille de missiles qui va être dévellopée avec un missile surface-air ou CAMM(M), un missile sol-air ou CAMM(L), un missile à portée étendue (CAMM-ER) destiné à l'Italie et même potentiellement un missile air-air appelé CAMM(A) qui pourrait à terme remplacer l'ASRAAM. Outre la marine britannique, le Sea Ceptor à déjà été sélectionné par le Chili, le Brésil et la Nouvelle-Zélande.

Missile propulsé par un moteur-fusée à propergol solide, il pèse 99kg au lancement (160kg pour la version à portée étendue ou CAMM-ER [Extended Range]), une longueur de 3.2m (4m pour le CAMM-ER),un diamètre de 166mm (190mm CAMM-ER), une vitesse maximale de Mach 3 (1020 m/s) avec une portée allant de un à 25km pour la version standard et de 1 à 45km pour la version à portée étendue.

La charge militaire est une charge à fragmentation, le guidage se faisant via une liaison de données mais également un radar actif, l'explosion pouvant avoir lieu à l'impact à proximité.

Par rapport au Sea Wolf ce missile dispose d'un système de lancement à froid. Le missile est éjecté de sa cellule par un piston pneumatique, le moteur-fusée ne s'allumant qu'après quelques secondes.

Il n'à pas besoin lui de radar de conduite de tir ce qui devrait lui permettre de mieux traiter les attaques saturantes.

Missiles surface-surface Harpoon

Tir d'un missile Harpoon par une frégate de classe Duke

A partir de 1965 l'US Navy commença à développer un missile destiné à détruire à 45km (23 miles nautiques) un sous-marin en surface. A l'époque le sous-marin est la principale menace navale soviétique, la flotte de surface étant encore assez faible, son renforcement _une leçon de la crise des missiles à Cuba_ n'ayant encore porté ses fruits.

La destruction en 1967 du destroyer israélien Eilat par un missile surface-surface soviétique SS-N-2C «Styx» bouleverse les certitudes des amiraux américains. Le projet Harpoon est modifié pour aboutir à un missile surface-surface, le projet étant accéléré à partir de 1970 par l'action énergique du CNO de l'époque, l'amiral Elmo Zumwalt.

Le missile entre en service dans sa version surface-surface en 1977 suivit d'une version air-surface mais aussi une version à changement de milieu pouvant être lancée depuis un sous-marin en plongée (Sub Harpoon).

Ce missile va équiper les type 23 à raison de deux groupes de quatre missiles Harpoon, batterie installée entre le bloc-passerelle et le lanceur Sea Wolf.

La version surface-surface RGM-84 pèse 628kg (tête militaire 221kg), mesure 4.6m de long, un diamètre de 340mm et une envergure de 91.4cm. Propulsé par un turboréacteur Teledyne J402 de 300kg de poussée, il peut atteindre la portée de 140km portée ensuite à 278km, avec une vitesse de 850 km/h.

Torpille Sting Ray

Torpille Sting Ray sous un hélicoptère

Les type 23 utilisaient comme torpille anti-sous-marine une torpille de conception et de fabrication nationale la Stingray. Fabriquée par GEC-Marconi, elle est entrée en service dans la Royal Navy en 1983.

En 1950 la Royal Navy disposait d'une torpille à autoguidage acoustique, la Mk30. Celle-ci ne fût pas remplacée par un projet national baptisé Mk31 mais par les torpilles américaines Mk44 et Mk46.

En dépit de la special relationship, Londres voulait conserver une certaine autonomie en matière d'armement naval. Un projet pour une nouvelle torpille acoustique fût lancée, programme baptisé à la fin des années 70 programme Sting Ray.

Les études furent particulièrement longues en raison des profondes évolutions techniques et technologiques des sous-marins plus rapides, plus silencieux et plus résistants. Le programme fût entièrement révisé en 1976 pour une mise en service qui eut lieu en 1983, la torpille étant utilisée aussi bien à bord des navires de surface qu'à bord des hélicoptères.

Sur les type 22, la torpille était mise en œuvre depuis des lance-torpilles triples STWS-1 et 2 (nombre total de torpilles inconnu). Outre la Royal Navy, cette torpille est utilisée par la Norvège, la Thaïlande, la Roumanie et le Maroc.

D'un calibre de 324mm, elle pèse 267kg (dont 45kg pour la charge militaire), mesure 2.6m de long, peut filer à 45 nœuds, atteindre une cible à une distance maximale de 8 à 11km avec une profondeur maximale de 800m.

Hélicoptères embarqués sur les type 23

Agusta-Westland Lynx

Leurres largués !

L'origine du Westland Lynx remonte à 1963 avec le lancement du programme WG-3 pour un hélicoptère de transport et de coopération pouvant transporter dix hommes.

Rebaptisé WG13, ce projet évolua rapidement et les forces armées britanniques précisèrent leurs besoins en 1966. Au même moment, la France ressentit les même besoin à savoir un hélicoptère de combat naval et un hélicoptère de reconnaissance armée.

Un accord franco-britannique fût signé en 1967 entre Westland et Aerospatiale pour le dévellopement et la production de trois modèles d'hélicoptères : l'Aérospatiale Puma, l'Aérospatiale Gazelle et le Westland Lynx.

Les autorités militaires britanniques autorisèrent le lancement des études en juillet 1967 et le premier prototype, le Westland WG13 Lynx effectua son premier vol le 21 mars 1971. Quatre autres prototypes furent construits, le dernier effectuant son premier vol le 8 mars 1972 et l'un d'eux modifié, remporta le record du monde de vitesse le 20 juin 1972 (321.7 km/h) le 20 juin 1972.

Les cinq prototypes furent suivis par huit machines de pré-série afin de tester les différentes configurations choisies. A noter que si l'armée de terre britannique choisit le Lynx comme appareil de reconnaissance puis de lutte antichar, l'ALAT renonça à l'acquisition de cet appareil et seule l'Aéronavale allait mettre en oeuvre le Lynx.

Les premiers Lynx terrestre de série furent livrés à partir de 1977 (premier vol le 12 février 1977) dans leur variante terrestre, étant déclarés opérationels en 1978. Quand au Lynx naval, le premier appareil de série effectua son premier vol le 10 février 1976.

Si la variante terrestre du Lynx ne connut qu'un seul succès à l'exportation (trois exemplaires vendus à la police du Qatar), la variante navale connu un important succès à l'exportation puisqu'elle à été vendue à l'Argentine, au Brésil (neuf Lynx Mk 21 et neuf Super Lynx Mk21A, cinq Mk21 étant portés au standard «Super Lynx»), aux Pays Bas, en Norvège, au Danemark, en Allemagne, au Nigéria, au Pakistan, en Algérie, en Malaisie, à Oman, au Portugal, en Afrique du Sud, en Corée du Sud et en Thaïlande.

Caractéristiques Techniques du Lynx HAS Mk 2

Masse : à vide 2470kg maximale au décollage 4310 à 4765kg en fonction des différentes sous versions Capacité en carburant : 735kg

Dimensions : longueur (rotor tournant) 15.16m hauteur totale : 3.60m diamètre du rotor principal : 12.80m diamètre du rotor de queue 2.21m

Propulsion : deux turbines Rolls Royce Gem 2 de 790 à 900ch

Performances : vitesse de croisière maximale 232 km/h distance franchissable en convoyage 1045 km Autonomie en mission de lutte ASM en vol stationnaire à 95 km : 2h

Electronique : radar Ferranti Seaspray et sonar Bendix.

Armement : en mission de lutte ASM, deux torpilles Mk 44 ou mk 46 ou Sting Ray et en mission de lutte antinavire deux Sea Skua

Equipage : deux hommes (trois hommes en mission de lutte ASM)


Airbus Helicopters H-215M (Eurocopter AS-532 Cougar)

Un Cougar de la marine chilienne à l'appontage

Le Cougar est une évolution du SA-330 Puma, un hélicoptère de manœuvre développé dans les années soixante-dix. C'est l'évolution militaire du Puma, la version civile étant le AS-332 Super Puma qui connu un certain succès notamment dans l'industrie pétrolière offshore.

Le AS-332 Super Puma effectue son premier vol en septembre 1977. Par rapport au SA-330, l'AS-332 dispose de moteurs plus puissants, d'un rotor composite, un train d'atterrissage amélioré et un rotor de queue modifié.

En 1990, les variantes militaires du Super Puma sont rebaptisées AS-532 Cougar pour faire une claire distinction entre les variantes civiles et militaires de l'appareil.

L'appareil à été vendu à la France, à l'Albanie, au Brésil (qui le produit sous licence), à la Bulgarrie, au Chili, à l'Allemagne, au Malawi, aux Pays-Bas, à l'Arabie Saoudite, à la Slovénie, à l'Espagne, à la Suisse, à la Turquie, au Venezuela et au Zimbawe.

Le Chili à modifié la plate-forme et le hangar hélicoptères de ses type 23 pour pouvoir embarquer un Cougar, la marine chilienne possédant cinq appareils de ce modèle.

Caractéristiques Techniques

Masse à vide 4350kg charge utile 4650kg maximale au décollage 9000kg

Dimensions : longueur 15.53m diamètre du rotor 15.6m hauteur 4.92m

Motorisation : deux turbines Turbomeca Makila 1A1de 1589ch chacun

Performances : vitesse maximale 249 km/h vitesse de croisière 239 km/h distance franchissable 573km plafond opérationnel 3450m
Electronique : un radar Varan, un sonar HS-312, un détecteur DR-2000

Armement : torpilles légères Mk-46 et missiles air-surface AM-39 Exocet

Equipage : la variante transport tactique dispose deux pilotes et vingt soldats équipés mais j'ignore la composition d'un équipage de Cougar ASM mais il ne sera pas étonnant qu'il soit composé de trois ou quatre hommes


Agusta-Westland AW-159 Wildcat

L'ancien et le moderne, un Agusta-Westland AW-159 Wildcat en compagnie du Lynx

Effectuant son premier vol le 12 novembre 2009, l'Agusta-Westland AW-159 Wildcat (ex-Future Lynx et ex-Wildcat Lynx) est le nouvel hélicoptère médian de la marine et de l'armée britannique, relevant progressivement les Lynx en service. Il à déjà connu le succès à l'export en étant vendu aux marines philippines et sud-coréennes.

Son développement à commencé en 1995 quand le gouvernement britannique annonce que les Lynx britanniques doivent être remplacés. Initialement c'est l'Agusta-Westland AW-101 Merlin, un puissant trimoteur qui devait remplacer tous les Lynx bien que l'appareil anglo-italien soit nettement plus gros que son devancier.

En dépit de cette annonce Westland continue de travailler sur de nouvelles versions de son Lynx en partant notamment du Super Lynx 300, un projet qui n'avait pas aboutit à une production en série.

Le projet rentre dans sa phase active à partir de 2002 quand les ingénieurs de Westland se penchent sérieusement sur le projet pour répondre à deux programmes, le Surface Combatant Maritime Rotorcraft (SMCR) de la Royal Navy et le Battlefield Light Utility Helicopter (BLUH) de la British Army.

Le contrat de dévellopement est signé le 22 juillet 2002 entre Agusta-Westland et Thales, l'électronicien français étant chargé du dévellopement de l'électronique embarquée. A l'époque la mise en service des nouveaux appareils est prévue respectivement pour avril 2007 et avril 2008.

En juillet 2004 l'idée de reconstruire les cellules de Lynx est abandonnée jugée peu économique sans compter que l'utilisation intensive des appareils en Afghanistan et en Irak à accéléré considérablement leur usure. Fin 2004 le programme BLUH est rebaptisé BRH pour Battlefield Reconnaissance Helicopter.

Un temps le ministère de la défense envisagea de lancer une compétition ouverte pour offrir des concurrents au Future Lynx mais au final en mars 2005, le MOD décida de faire confiance à Agusta-Westland, un contrat pour la livraison de 70 appareils est ainsi signé le 22 juin 2006 répartis entre l'armée de terre (40) et la marine (30), chaque armée pouvant éventuellement bénéficier ultérieurement de cinq appareils en option.

Fin 2007 la mise en service était prévue en 2014 pour la British Army et 2015 pour la Royal Navy mais en 2008 le programme était menacé d'annulation. Le programme est sauvé en décembre 2008 mais le nombre d'appareils est réduit à 62. Le 24 avril 2009 le Future Lynx reçoit sa désignation officielle d'AW-159 avec pour surnom Wildcat.

Le premier vol à lieu le 12 novembre 2009 suivit du premier vol d'un second appareil le 14 octobre 2010, le troisième prototype décollant pour la première fois le 19 novembre de la même année.

En décembre 2011 le nombre d'appareils prévu passe de soixante-deux à soixante-six avec l'acquisition de quatre appareils destinés aux forces spéciales. Avec quatre appareils de la commande initiale cela porte à huit le nombre de Wildcat en version assault léger (Wildcat Light Assault Helicopter).

Les versions terrestres et navales partagent une cellule commune, cellule traitée pour opérer en milieu maritime, les hélicoptères de la British Army opérant régulièrement à bord des navires amphibies de la marine britannique (actuellement deux Albions et trois Bay, l'Ocean ayant été retiré du service et vendu au Brésil). Le train d'atterrissage est renforcé pour supporter les contraintes de l'embarquement.

La version navale est équipée d'un radar à antenne active SELEX Galileo Seaspray 7000E et un système électro-optique/infrarouge L-3 Wescam MX-15Di. Le cockpit est comme sur les plus récents appareils tout écrant, l'AW-159 ayant été également le premier hélicoptère de la firme Agusta-Westland à être entièrement conçu par ordinateur. Les systèmes de guerre électronique sont identiques dans les deux versions.

Sur les soixante-six appareils, on trouve 34 pour la British Army, 28 pour la Royal Navy et 4 pour les forces spéciales (plus quatre appareils de l'armée ultérieurement convertis). En février 2012 un prototype du Wildcat effectue vingt jours d'entrainement à bord de la frégate Iron Duke. Durant cette séquence le prototype effectua 390 appontages dont 148 de nuit (76 avec des JVN).

Le premier appareil de série est livré à l'armée de terre en mai 2012, la Royal Navy suivant à la fin de 2013. Entre-temps en juillet 2012, l'hélicoptère à effectué sa première apparition publique au salon aéronautique de Farnborough.

L'appareil entre officiellement en service dans l'Army Air Corps le 29 août 2014 suivit d'une admission en service actif dans la Royal Navy en mars 2015, la frégate HMS Lancaster (F-229). Le premier déploiement opérationnel de l'appareil à lieu à partir de septembre 2015 à bord du destroyer HMS Duncan (D-37) dans le Golfe Persique.

Les Wildcat de l'AAC équipent les squadron 652,661 et 659 (Wildcat AH.1) et ceux de la Royal Navy équipent les squadrons 815,825 et 847, les deux premiers disposant de HMA.2 et le dernier de AH.1.

Le 15 janvier 2013, l'Agusta-Westland AW-159 Wildcat connait son premier succès export quand il est sélectionné par la marine sud-coréenne de préférence au Sikorsky MH-60R Seahawk. Ces huit appareils sont destinés à des missions de recherche et de sauvetage, de surveillance et de lutte anti-sous-marine.

Ces hélicoptères qui vont mettre en œuvre des missiles Spike NLOS (version longue portée du missile antichar israélien) ont été livrés pour les quatre premiers en février 2017.

Outre le missile Spike, ces hélicoptères disposent du sonar Thales FLASH, de bouées acoustiques et de torpilles Blue Shark, les appareils devant opérer devant les nouvelles frégates de classe Incheon. Une nouvelle commande est envisagée mais la marine sud-coréenne pourrait aussi choisir le Seahawk voir une version navale du KAI KUH-1 Surion.

En mars 2016, deux Agusta-Westland AW-159 Wildcat sont commandés par la marine philippine, appareils qui doivent être livrés en 2018 donnant à Manille une capacité ASM qui lui faisait jusqu'ici défaut alors que le nombre de sous-marins ne cesse d'augmenter dans la région avec la Chine mais également le Vietnam, l'Indonésie et la Malaisie.

D'autres pays sont intéressés par l'appareil britannique à savoir la Malaisie (en concurrence avec le Seahawk et le H-225M) et le Bangladesh, ce dernier ayant commandé récément deux appareils.

Caractéristiques Techniques de l'Agusta-Westland AW-159 Wildcat

Type : hélicoptère multirôle

Masse à vide 3300kg maximale au décollage 6000kg

Dimensions : longueur 15.24m hauteur 3.73m diamètre du rotor principal 12.8m

Motorisation : deux turbines LHTEC CTS800-4N de 1361ch chacun entrainant un rotor principal tripale et un rotor anti-couple quadripales

Performances : vitesse maximale 311km/h distance franchissable 777km (963km en convoyage) Endurance 2h15 doublée avec des réservoirs auxiliaires

Electronique :  radar à antenne active SELEX Galileo Seaspray 7000E, un système électro-optique/infrarouge L-3 Wescam MX-15Di, système de communication Bowman,FLIR MX-20, liaison 16, système de mesures de soutien électronique HIDAS

Armement : mitrailleuse de 7.62mm FN Mag (armée de terre) ou de 12.7mm Browning M3M (marine) plus de vingt missiles légers Thales Martlet, quatre à huit missiles air-surface Sea Venom, torpilles Sting Ray et charges de profondeur

Equipage : deux pilotes et cinq passagers dont le mitrailleur de sabord


Agusta-Westland AW-101 Merlin

Agusta Westland Merlin HM MkI de la Royal Navy

L'Agusta-Westland AW-101 (anciennement EHI EH-101) est un puissant hélicoptère trimoteur conçu comme successeur au célèbre Westland Sea King. Le projet initial était d'ailleurs baptisé Westland WG-34 avant que la firme Westland ne s'associe avec Agustta, donnant naissance à la joint-venture EHI (EH Industries Ltd).

Effectuant son premier vol le 9 octobre 1987, il est mis en service en 1999 au sein des forces armées britanniques (Royal Air Force et Royal Navy) et des forces armées italiennes (Armée de terre et marine), connaissant un immense succès à l'exportation.

Si la version de transport VIP destinée aux Etats-Unis à été abandonnée pour des raisons de coût en 2009 (Lockheed Martin VH-71), l'appareil à été exporté au Canada, au Danemark, en Algérie, au Portugal, en Norvège, au Japon, en Arabie Saoudite, au Nigéria, en Azerbaijan, au Turkmenistan et en Indonésie.

Même si je dois rester neutre un regret est pour moi de ne pas avoir pu ou voulu remplacer le Super Frelon par des Merlin. Des hélicoptères Merlin en Bretagne, le pays des légendes arthuriennes cela aurait eu de la gueule non ?

A l'origine de l'appareil figure donc la demande en 1977 d'un remplaçant pour le Sea King. Il s'agissait de mettre au point un hélicoptère suffisamment avancé pour éviter qu'il soit déclassé par la modernisation des sous-marins soviétiques qui ne cessaient de s'améliorer en terme de vitesse et de discrétion (même si la propagande et la paranoïa sur-estimait souvent les performances des systèmes d'armes du camp d'en face).

Comme l'Italie avait identifié un même besoin, Agusta et Westland mirent sur pied une joint-venture baptisée EH Industries Limited (EHI). Le projet est confirmé le 12 juin 1981, le volet financier étant réglé par un accord bipartite en 1984 ce qui permis à Agusta de présenter une maquette au salon du Bourget 1985. Le premier prototype décolle le 9 octobre 1987.  

En 1987 le Canada sélectionna l'EH-101 (AW-101 à partir de 2007) pour remplacer ses CH-124 Sea King mais en raison d'un changement de priorité politique, le contrat fût annulé en 1993 pour un montant conséquent de 470 millions de dollars canadiens.

Ils ne seront finalement remplacés qu'en 2015 par le CH-148 Cyclone (Sikorsky S-92), une version destinée à la recherche et au sauvetage étant cependant acquis, version baptisée CH-148 Cormorant.

La Grande-Bretagne passe commande de 22 appareils en février 1995 suivit en octobre 1995 par l'Italie avec 16 appareils. La RAF reçoit ses premiers appareils en 1998, la Royal Navy en 1997.

Les succès à l'exportation comme nous l'avons vu ne vont pas tarder et en avril 2009 180 AW-101 ont été vendus dans le monde, la flotte en question cumulant 170000 heures de vol.

Au final la Royal Navy à passé commande de 44 Merlin en version lutte anti-sous-marine, des appareils initialement baptisés Merlin HAS.1 puis HM.1. Le premier exemplaire est livré le 17 mai 1997, la mise en service étant officielle le 2 juin 2000, les livraisons s'achevant fin 2002.

Quatre squadrons de la FAA sont ainsi équipés, les squadron 814, 820,824 et 829, tous stationnés à RNAS Culdrose (Cornouailles). De 2000 à 2008 à existé un squadron d'évaluation, le squadron 700.

En 1995 il fût annoncé que le Merlin remplacerait tous les Lynx mais en 2010 il fût finalement décidé d'opter pour une flotte mixte avec le Merlin et un nouvel appareil, le future AW-159 Wildcat.

Sur les 44 appareils livrés, 30 ont ultérieurement portés au standard Merlin HM.2, les modifications concernant surtout l'avionique et l'électronique embarquée.

A partir de 2020 une variante d'alerte aérienne avancée du Merlin va remplacer le Sea King AsaC 7 avec la transformation de dix des quarante-quatre appareils livrés et depuis 2015, les Merlin HC.3 et HC.3a de la RAF ont été transférés à la Royal Navy pour remplacer les Westland Sea King Commando, équipant les squadrons 845 et 846 qui sont eux stationnés à RNAS Yeovilton.


La Royal Navy à récupéré les Merlin de la RAF

Caractéristiques Techniques

Type : hélicoptère de transport tactique et de lutte anti-sous-marine

Masse à vide 10500kg maximale au décollage 14600kg

Dimensions : longueur du fuselage 19.53m diamètre du rotor 18.59m hauteur 6.62m

Motorisation : trois turbines  Rolls-Royce Turbomeca RTM322-01 de 2100ch au décollage

Performances : vitesse maximale 309 km/h vitesse de croisière 278 km/h distance franchissable 833km Endurance 5h plafond opérationnel 4575m

Electronique : système de contrôle automatique de vol Smiths Industries OMI 20 SEP,  un radar de surveillance maritime Selex Galileo Blue Kestrel 5000, ESM Orange Reaper, sonar 2089 FLASH, 64 bouées acoustiques, processeurs acoustiques Thomson Marconi AQS-903et 950

Armement : quatre torpilles ASM Sting Ray ou des charges de profondeur

Equipage : 3 ou 4 hommes


FIN

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINES CLASSE DUKE (TYPE 23)
» FREGATES MULTI-RÔLES CLASSE DUKE (TYPE 23) NV (Terminé)
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINES CLASSE LEANDER (TYPE 12I)
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINE CLASSE BREMEN (TYPE 122A)
» FREGATES MULTIROLES CLASSE BRANDEBURG (TYPE 123)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Europe :: Royaume uni-
Sauter vers: