AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS

Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Mar 17 Avr 2018, 18:43

RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS
(ETATS-UNIS)


Le USS Mars (AFS-1)

AVANT-PROPOS

Généralités sur le soutien logistique à la mer

Longtemps la logistique à été une question secondaire de la guerre navale (et de la guerre en général). Les premières batailles navales se déroulaient à proximité des côtes, de jour et les seuls besoins logistiques concernaient la nourriture nécessaire pour la chiourme (les rameurs) et les soldats embarqués.


Une trière grecque

Plus les batailles navales se déroulaient au large et plus la logistique prenait une place importante, plus le besoin de bases parfaitement outillées devenait indispensable.

En ce qui concerne les ravitailleurs les grandes découvertes voyaient souvent l'envoi d'un ou deux navires «opérationnels» avec un ravitailleur transportant l'eau de boisson, le vin, la nourriture, navire qui était souvent sacrifié surtout quand le manque de marins rendait impossible la manœuvre des navires opérationnels et du ravitailleur.

C'est surtout l'apparition de la machine à vapeur qui fit exploser les besoins en la matière puisqu'il fallait ravitailler en carburant (charbon puis pétrole alors qu'avant c'était le vent ou le muscle qui faisaient avancer le bateau), en nourriture, en munitions, assurer la maintenance mais également le soutien sanitaire.

Pour faire face à ces besoins les marines du XIXème préféraient multiplier les points d'appui ce qui explique en partie la course coloniale lancée par les puissances européennes puis par la jeune mais gourmande puissance américaine.

En Afrique, en Asie mais aussi dans les Caraïbes ou dans le Pacifique des points d'appui sont mis sur pied avec des dépôts de charbon, des dépôts de nourriture et de munitions voir parfois de véritables arsenaux pour assurer la maintenance.

Il y à donc assez peu de navires de soutien en dehors des charbonniers et des pétroliers. Le ravitaillement à la mer se fait d'ailleurs au mouillage et non en mer.

Peu à peu des navires spécialisés sont mis sur pied notamment quand l'utilisation de bases devient impossible.

C'est ainsi que l'Allemagne se dote de ravitailleurs spécialisés pour une future guerre de course et que les croiseurs auxiliaires qu'elle prévoit d'engager sur les océans doivent à la fois couler les navires ennemis mais également ravitailler sous-marins et corsaires de surface.


Le KMS Atlantis un croiseur auxiliaire allemand du second conflit mondial

Quand le second conflit mondial éclate, le nombre de navires de soutien spécialisé est plutôt maigre en dehors des pétroliers.


Le ravitailleur d'aviation USS Wright (AV-1)

C'est ainsi que l'US Navy n'aligne alors que deux ravitailleurs d'aviation, huit ravitailleurs de destroyers, cinq ravitailleurs de sous-marins, trois navires-ateliers, deux transports de munitions, une vingtaine de pétroliers, un navire-hôpital et deux transports de troupes.

C'est beaucoup mais bien peu quand on connait les contraintes logistiques monstrueuses du théâtre d'opérations Asie-Pacifique. Les japonais n'ont jamais pu disposer d'un train d'escadre digne de ce nom et ont perdu face aux américains qui aidés par une industrie surpuissante à pu disposer de tous les navires de soutien nécessaires.

L'US Navy et la logistique : une machine monstrueuse

En guise d'avant-propos

Depuis 1905 et la défaite de la Russie face au Japon la question n'est pas de savoir si il y aura une guerre entre Washington et Tokyo mais quand. Les deux pays deviennent rivaux pour le contrôle de l'immense océan Pacifique.

Ce théâtre d'opérations gigantesque impose des navires très endurants, disposant d'un rayon d'action très important mais même en privilégiant le rayon d'action sur la vitesse, les cuirassés, croiseurs et autres destroyers doivent être ravitaillés en carburant, vivres et munitions, réparés en cas d'avaries, les marins nourris, évacués et soignés..... .

L'US Navy ne peut se permettre de négliger totalement la logistique et sa flotte auxiliaire est conséquente surtout si on la compare à une marine aux responsabilités mondiales comme la Royal Navy.

Cette dernière dispose de nombreuses bases qui compensent (un peu) ce manque mais cette dépendance aura de sérieuses conséquences quand Londres enverra une flotte conséquente (deux cuirassés, quatre porte-avions, des croiseurs et des destroyers) opérer aux côtés des américains dans le Pacifique (British Pacific Fleet BPF) dans une région où les bases britanniques ne sont pas si nombreuses que cela et où le tempo des opérations impose de «durer» à la mer.

Dès la fin des années trente de nouveaux navires de soutien sont construits mais ce ne sera rien par rapport à l'effort considéral réalisé pendant le conflit avec la construction de navires auxiliaires conçus dès l'origine comme tels mais également de l'utilisation de navires marchands adaptés à tous les besoins.

Cette utilisation à été anticipée par la Maritime Commission créée le 29 juin 1936 pour stopper le déclin de la flotte marchande américaine durement touchée par le krach boursier de 1929 et ses conséquences telluriques.

Cet organisme doit favoriser le maintien d'un nombre suffisant de navires réquisitionnables en temps de guerre mais également permettre la modernisation des chantiers pour accélerer la montée en puissance une fois le conflit entamé.

En 1937, la Commission Maritime prévoit la construction de cinquante navires par an pendant dix ans, des navires standardisés pour accélérer la production et faciliter réquisition et utilisation. Le programme initial est doublé une première fois en 1939 (cent navires par an) puis une second fois en août 1940 (200 navires par an répartis entre 19 chantiers).

De ce programme massif sont issus les «Liberty Ship» et «Victory Ship» mais surtout les cargos C2 et C3 et une imposante flotte de pétroliers. Douze pétroliers type T3-S2-A1 sont commandés le 5 janvier 1938 pour des compagnies pétrolieres mais ils vont en réalité être réquisitionnés par l'US Navy formant la classe Cimarron qui au final comptera 35 navires (quatre ultérieurement transformés en porte-avions d'escorte).


le pétrolier USS Cimarron (AO-22)

Entre 1939 et 1945, la Commission Maritime à fait construire 4490 coques de cargos ou de paquebots soit 31629422 tonnes de jauge brut dont 2680 «Liberty Ship», 534 «Victory Ship», 60 cargos type Ocean pour les britanniques et 684 pétroliers (T1,T2 et T3). Les cargos type C3 sont construits à 258 exemplaires avec 28 modèles différents mis sur cale entre 1939 et 1951 dans douze chantiers.


Le S.S Lane Victory et ci-dessous le S.S Hat Creek, un pétrolier type T-2


La distance n'est pas le seul facteur dimensionant de la logistique américaine dans le Pacifique. Les terres emergées sont rares et les infrastructures inexistantes.

Ce sont de véritables bases navales qui vont devoir se déplacer, l'atoll d'Ulithi devenant une base parfaitement outillée pouvant réaliser les réparations les plus importants et éviter les aller et retour chronophages en direction d'Hawaï ou de la côte ouest.

Le conflit terminé la flotte auxiliaire est certes drastiquement réduite mais de précieuses leçons ont été tirées en vue d'un potentiel nouveau conflit qui ne pourrait être que nucléaire.

Face à cette apocalypse programmée, émerge une théorie baptisée broken back (reins brisés) qui doit permettre aux armées occidentales de continuer la lutte même en ayant perdu l'accès à leurs bases.

Dans ces conditions les besoins en navires auxiliaires sont gigantesques. De nombreux navires spécialisés sont construits, certains étant confiés au Military Sealift Command (MSC), un organisme paramilitaire avec des équipages civils plus des détachements de l'US Navy gérant une flotte de navires de soutien.

Si dans un premier temps les navires du MSC n'étaient que des cargos, paquebots, porte-conteneurs et autres rouliers peu à peu ce commandement à prit à son compte le ravitaillement des navires militaires au point qu'aujourd'hui c'est le MSC qui gère les ravitailleurs rapides et les pétroliers militaires américains.

Suite à la fin de la guerre froide les budgets sont revus à la baisse, il faut faire mieux avec moins ce qui explique pourquoi les ravitailleurs cessent d'être spécialisés pour devenir polyvalents et capables de ravitailler tous les types de navires.


Le USNS Lewis & Clark (T-AKE-1) et ci-dessous le USNS Henry J. Kaiser (T-AO-187)


Actuellement l'épine dorsale du MSC est assurée par les quatorze ravitailleurs rapides classe Lewis et Clark associés à quinze pétroliers classe Henry J. Kaiser qui doivent prochainement être remplacés par de nouveaux navires.

Maudit Pacifique !


Le vice-amiral William L. Calhoun

Installé à Pearl-Habor, le vice-amiral William L. Calhoun est le grand manitou de la logistique, dirigeant le Service Force Pacific Fleet qui s'assurait que les porte-avions, cuirassés, croiseurs, destroyers,escorteurs, sous-marins et navires amphibies disposent de tout ce dont ils ont besoin pour combattre.

Les besoins comme nous le savons maintenant sont colossaux. Il faut ravitailler les navires en carburant (mazout, gazole, carburant aviation), en munitions, en vivres, en pièces détachées. Il faut également assurer la maintenance mais aussi s'occuper des hommes (évacuation sanitaire, soins hospitaliers).

La flotte auxiliaire américaine déjà importante en septembre 1939 (et qui à augmenté entre l'automne 1939 et décembre 1941) explose littéralement durant le conflit. On trouve quelques navires auxiliaires «militaires» mais surtout énormément de navires marchands adaptés aux besoins du moment.

Bien que le ravitaillement à la mer ait été développé avant guerre, le ravitaillement se fait souvent à flot à l'arrière et non en route sur le front. Le ravitaillement en munitions se fait un temps au mouillage mais en février 1945 ont lieu les premiers ravitaillement en route de munitions et de charges solides. Le système est si bien huilé que la Fast Carrier Task Force (TF38/58) reste treize semaines sur seize à la mer entre le 6 octobre 1944 et le 26 janvier 1945.  

La part la plus importante du ravitaillement est naturellement consacrée au carburant ce qui explique la construction de nombreux pétroliers. Entre 1939 et 1946, 525 pétroliers type T2, 63 pétroliers T3 _plus grands que les précédents_ et 113 T1 plus petits que les T2 soit 701 navires plus 95 construits par des armateurs privés soit un total de 796 navires. Sur ces 796 navires, l'US Navy arme pour ses besoins propres 35 pétroliers T3 et 47 pétroliers T2.

La consommation de carburant est importante la 5ème flotte en avril 1945 consomme 26500 mètres cubes de mazout et 1750 mètres cubes d'essence d'aviation par jour !  

Une véritable «route du pétrole» traverse le Pacifique. Les pétroliers de l'avant font la navette entre les groupes de combat et Ulithi aux Mariannes (principale base avancée de la marine américaine dans le Pacifique) où 16000 mètres cubes sont stockés en permanence.

Ce stock recomplété par d'autres pétroliers qui effectuent la navette entre Ulithi et les stocks de Saïpan, Guam, Kwajalein et Pearl Harbor (795000 mètres cubes), stocks eux même ravitaillés par des pétroliers depuis les Etats Unis.

On image aisément ce qui se serait passé si les japonais avaient pu et/ou avaient voulu se lancer dans une bataille du Pacifique comparable à celle de l'Atlantique. Il est évident que cela aurait sérieusement ralentit la contre-offensive américaine.

Les navires n'ont pas seulement besoin de carburant, il leur faut également des munitions, des pièces détachées, des vivres ce qui pousse les américains à aménager des cargos pour le ravitaillement à la mer. Des pétroliers sont même aménagés pour le ravitaillement et la distillation de l'eau.

La logistique c'est aussi la réparation des navires ce qui implique la construction de docks flottant dont certains pouvaient caréner un porte-avions de type Midway (même si le USS Midway est arrivé trop tard pour participer au conflit).


Le dock-flottant ABSD-1

Des bases avancées sont construites au fur et à mesure de l'avance, du «saut de puce» à travers le Pacifique : Majuro, Kwajalein, Eniwetok, Manus, Guam (où s'installe le commandement en chef de la flotte du Pacifique, l'amiral Chester Nimitz) Saïpan, Ulithi, Leyte et enfin Okinawa.

En ce qui concerne les groupes aériens, des porte-avions d'escorte officieusement appelés CVET (Carrier Vessel Escort Transport) sont chargés du transport d'appareils et d'équipages pour compléter les effectifs des groupes aériens embarqués.

Lors des ravitaillement à la mer, ces CVET transfèrent les équipages et des appareils neufs et récupèrent les appareils réparables (les britanniques auront le même objectif en construisant l'Unicorn bien vite utilisé comme porte-avions standard puis en transformant le Pioneer et le Perseus, deux porte-avions léger de classe Colossus en navires-ateliers pour l'aviation embarquée).

C'est ainsi qu'en mars 1945 est constitué à Ulithi, le Logistic Support Group 50.8 ou Servron 6 (Service Squadron 6) qui sous le commandement du contre-amiral Donald B. Beary (croiseur Détroit CL-Cool comprend deux groupes composé de pétroliers, de transports de munitions et de vivres, de remorqueurs et bâtiments d'escorte et deux groupes de porte-avions d'escorte de soutien (CVET). Le LSG 50.8 devient le TG 30.8 le 27 mai 1945.

Génèse de la classe Mars

Le second conflit mondial terminé, les Etats-Unis s'empressent de démobiliser pour permettre à l'économie de reprendre son cours «normal».

Les effectifs sous les drapeaux sont considérablement réduits, de nombreux navires sont soit désarmés et démolis (pour les plus anciens), mis en réserve sous cocon (pour les plus récents).

La logistique tire les leçons du second conflit mondial. Désormais le ravitaillement se fait en route pour le carburant mais aussi les charges solides. Ultérieurement, l'arrivée de l'hélicoptère permettra également le ravitaillement à la verticale. La capture du ravitailleur allemands KMS Dithmarschen devenu le USS Conecuh (AO-110) permet aux américains d'affiner les caractéristiques de leurs futurs ravitailleurs.


Le USS Conecuh (AO-110) ex-KMS Dithmarschen

La logistique à la mer prend d'autant plus une importance capitale que les risques de voir les bases navales et les ports anéantis par des frappes nucléaires soviétiques sont importants. C'est la théorie des «reins brisés» qui doit permettre aux forces armées occidentales de pouvoir continuer à combattre même sans leurs bases.

De nouveaux bâtiments-bases sont ainsi construits pour créer de véritables bases navales mobiles notamment pour les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins qui imposaient des servitudes logistiques particulièrement importantes.


Holy Loch base avancée des SNLE américains en Ecosse

Grâce à l'évaluation du ravitailleur allemand, les américains comprennent l'utilité de regrouper sur une même coque un pétrolier et un ravitailleur, donnant naissance au concept de pétrolier-ravitailleur.


Le USS Sacramento (AOE-1)

Quatre Fast Combat Support Ship (AOE) de classe Sacramento sont ainsi construits de 1963 à 1970 suivis des sept Wichita, plus petits construits entre 1968 à 1976 avant que quatre nouveaux AOE de classe Supply soient construits à la fin des années quatre-vingt et dans les années quatre-vingt dix.


Le USS Wichita (AOR-1) et ci-dessous le USS Supply (AOE-6)


En dépit de cette construction de navires polyvalents des ravitailleurs spécialisés comme les ravitailleurs de munitions sont construits (classe Suribachi, classe Kilauea) mais aussi des ravitailleurs de combat.

C'est l'acte de naissance de la classe Mars, des navires classés AFS, des navires qui peuvent transporter du carburant mais qui surtout se spécialisent dans le transport de vivres et de rechanges notamment pour l'aviation.

Sept navires vont ainsi être construits, navires ultérieurement complétés par trois ravitailleurs ex-britanniques de classe Lyness (NdA qui ne seront naturellement pas étudiés dans cet article).

Ces navires appartenaient à la Royal Fleet Auxiliary (RFA) ce qui à entraîné une erreur dans l'Encyclopédie des Armes Editions Atlas qui cite P1067 T.5 «L'US Navy ne devrai acquérir aucun autre bâtiment de type AFS avant les années quatre-vingt dix, car elle à devancé ses besoins en achetant à l'Allemagne fédérale trois unités de classe Ness.»

Ces navires combinent sur une même coque un bâtiment-dépôt (AF), un transport de matériel (AKS) et un transport de pièces détachées pour l'Aviation (AVS).

Ils intègrent comme les Kilauea une plate-forme et un hangar à hélicoptères pour assurer le ravitaillement vertical (VERTREP pour VERTical REPlenisment), un système de manutention particulièrement automatisé et l'installation des premiers équipements informatiques pour favoriser la gestion des stocks.


Le USS Mars (AFS-1) à la mer

A SUIVRE

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Jeu 19 Avr 2018, 14:59

HISTORIQUE

Le USS Mars (AFS-1)

Le USS Mars (AFS-1) à la mer. Un CH-46 effectue un ravitaillement vertical

Présentation

-Le USS Mars (AFS-1) est mis sur cale aux chantiers navals de la National Steel & Shipbuilding Company (NASSCO) sis à San Diego le 5 mai 1962 lancé le 15 juin 1963 et commissioned le 1er décembre 1963.

Le premier ravitailleur de combat de l'histoire de l'US Navy est le troisième navire à porter ce nom (quatre si on ajoute un navire annulé), nom qui ne fait ni référence à la planète rouge ni au dieu romain de la guerre mais à un bourg du comté de Buttler en Pennsylvanie.

Il succède à une galère (galley) construite en 1798 mais rebaptisée Charleston en cours de construit, à un charbonnier en service de 1909 à 1921 (démoli en 1923). Un navire-atelier immatriculé AR-16 avait été mis sur cale le 16 mai 1945 mais sa construction à été abandonnée le 12 août 1945.


Le charbonnier USS Mars (AC-6)

Carrière opérationnelle

A sa mise en service, le nouveau ravitailleur de combat est affecté au Japon, plus précisément la base navale de Yokosuka et le Service Squadron 1 (ServRon 1).

Il quitte San Diego le 16 mars 1964 pour Acapulco pour ce qu'on appelait jadis dans la marine française la TLD (Traversée de Longue Durée), revenant à San Diego le lundi de Pâques.

Après des travaux complémentaires, le USS Mars (AFS-1) quitte la Californie le 1er septembre pour son port d'attache japonais où il arrive le 23. Si Yokosuka est son port d'attache, le Mars lui fait des infidélités en opérant aussi depuis des ports philippins.

La guerre du Vietnam commence en août 1964. La principale force de frappe américaine est la TF-77, une Task Force de porte-avions qu'il faut ravitailler en pièces détachées, en vivres et autres équipements nécessaires à la poursuite du combat.


Le USS Mars (AFS-1) arrivant à San Francisco. On aperçoit en arrière plan le Golden Gate Bridge et l'île d'Alacatraz

Ses hélicoptères réalisent même un ravitaillement vertical sur le croiseur lourd Canberra (CA-70) alors que ce dernier pilonnaient les côtes avec ses canons de 8 pouces. En janvier 1968 il rallie les eaux coréens pour participer au soutien des navires de combat engagés dans la crise causée par la capture du navire de renseignement Pueblo.

Le USS Mars (AFS-1) subit une refonte importante à Richmond (Californie) entre août 1971 et avril 1972, recevant des chaudières brûlant non plus du mazout mais du fioul léger (distillate fuel). L'électronique du bord est également modernisée. Il est ensuite engagé à nouveau au Vietnam (mai-décembre 1972).

En avril 1973 il change de port d'attache passant de Yokosuka à Sasebo. D'avril 1973 à la fin 1974, le ravitailleur de combat soutien les navires dans la région, effectuant deux incursions dans le Golfe Persique.

En août 1976 il est redéployé en Californie, son port d'attache étant désormais Alameda. Il participe en avril 1980 à l'opération «Eagle Claw», la tentative de libération par la force des otages américains à Téhéran.

Après cet échec, le Mars est chargé de nettoyer l'île omanaise de Masirah des débris d'une opération qui si elle avait réussi aurait constitué l'une des plus formidables opérations commandos de l'histoire avec le raid israélien sur Entebbe. Il est de retour à Alameda en novembre 1980 après un déploiement long de neuf mois.

Après trente années de service au sein de l'US Navy, le USS Mars (AFS-1) est désarmé le 1er février 1993 à la base navale de Treasure Island (San Francisco). Il est aussitôt transféré au Military Sealift Command (MSC) où il devient le USNS (United States Naval Ship) Mars (T-AFS-1).

Mis en réserve par le MSC le 19 février 1998, le ravitailleur de combat est mouillé à Pearl Harbor au sein du Naval Inactive Ship Maintenance Facility (NISMF) en attendant que son sort final soit décidé. Rayé du Naval Register le 24 mai 2004, l'ex-Mars est coulé comme cible le 15 juillet 2006 lors de «RIMPAC 2006», son épave reposant à 5000m de profondeur à 62 miles nautiques de l'archipel hawaïen.


Le USS Mars (AFS-1) à la mer en compagnie de deux croiseurs, les USS Arkansas (CGN-41) et Antietam (CG-55)

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Jeu 19 Avr 2018, 15:11

Le USS Sylvania (AFS-2)

Le USS Sylvania (AFS-2) à la mer

Présentation

-Le USS Sylvania (AFS-2) est mis sur cale aux chantiers navals de la National Steel & Shipbuilding Company sis à San Diego le 18 août 1962 lancé le 15 août 1963 et commissioned le 11 juillet 1964.

C'est le deuxième navire de l'US Navy à porter ce nom, un nom partagé par trois villes aux Etats-Unis, une dans le comté de DeKalb (Albama), une autre dans le comté de Lucas (Ohio) et une autre dans le comté de Screven (Georgie). L'AFS-2 fait cependant référence à la ville de l'Ohio et non aux deux autres.

Le premier à été un cargo d'attaque (AKA), l'AKA-44 mis sur cale le 25 février 1945 lancé le 25 avril 1945 et commissioned le 19 mai 1945. Il est utilisé dans le Pacifique jusqu'à son désarmement à Bremerton le 17 décembre 1946.

Rayé du Naval Vessel Register le 1er février 1947, il est transféré le 30 avril à la Maritime Commission et affecté à la National Defense Reserve Fleet. Mouillé à Olympia dans l'Etat de Washington, il est vendu à la démolition le 7 janvier 1964, le démantèlement s'achevant le 11 mai de la même année.


Le cargo d'assaut amphibie USS Sylvania (AKA-44)

Carrière opérationnelle

A sa mise en service, la deuxième unité de la classe Mars est affectée à l'Atlantic Fleet. Il franchit le canal de Panama le 11 août 1964, effectue sa traversée de longue durée, sa mise en condition opérationnelle avant d'arriver à Norfolk le 16 octobre 1964 pour les travaux traditionnels après cette phase.

Les travaux terminés le ravitailleur de combat opère dans la région de Norfolk jusqu'au 14 avril 1965 quand il rallie la 6ème flotte et la Méditerranée pour un premier déploiement outre-mer.


Le USS Sylvania (AFs-2) en escale dans le port de Gênes dans l'une de ses escales au cours d'un déploiement au profit de la 6ème flotte

Il fait escale à Rota (base navale américaine près de Cadix en Espagne), franchit le détroit de Gibraltar avant de rallier Naples le 29 avril. Deux jours plus tard, le ravitailleur entame ses opérations de soutien au profit des navires de la 6ème flotte.

Du 5 décembre 1966 au 17 avril 1967 il est le navire amiral de la Service Force, 6th Fleet. Dans la nuit du 8 janvier 1968, le cargo est endommagé par le mauvais temps, une gite de 38°, des lames entrainant la perte de 52 palettes.

Le navire est au bassin à Malte du 29 novembre au 10 décembre 1968 avant de reprendre son cycle opérationnel en Méditerranée. Le 16 juin 1969, un Boeing-Vertol UH-46D dédié au ravitaillement vertical s'écrase dans le port de Palma de Majorque mais l'équipage est récupéré sain et sauf.

Le 30 septembre 1969 le USS Sylvania (AFS-2) quitte la Méditerranée pour rentrer à Norfolk, arrivant en Virginie le 24 octobre.


Le USS Sylvania (AFS-2) à la mer

Après un nouveau déploiement en Méditerranée du 28 décembre 1969 au 15 février 1970, le ravitailleur de combat est immobilisé pour carénage d'abord au bassin du 11 avril au 13 mai puis à quai, le navire étant de nouveau opérationnel le 13 juillet 1970. Du 13 août au 11 septembre, le ravitailleur de combat effectue sa remise en condition en baie de Guantanamo (Cuba).

Du 18 novembre 1970 au 17 mai 1971, le Sylvania effectue son troisième déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte. Il est ensuite immobilisé jusqu'au début du mois d'octobre au Norfolk Naval Shipyard pour une période de travaux.

Quittant l'Arsenal de Norfolk le 4 octobre, le ravitailleur de combat est à Fort Lauderdale du 23 au 27 octobre avant de passer deux semaines à Guantanamo pour une remise en condition opérationnelle.

Il termine l'année par une nouvelle période de travaux et d'entretien (availability period ou période de disponibilité) avant de se préparer à un nouveau déploiement.

Son quatrième déploiement en Méditerranée à lieu du 24 février au 26 août 1972 suivit d'un cinquième du 2 octobre au 10 novembre, terminant l'année à Norfolk pour une période d'entrainement.

Après un entrainement à Guantanamo du 6 au 16 mars 1973, le Sylvania effectue son sixième déploiement méditerranéen du 25 mai au 3 décembre 1973 (les dates correspondent à son départ de Norfolk et à son retour), l'AFS-2 relevant son sister-ship Concord (AFS-5) le 16 juin avant d'être lui même relevé par le USS San Diego (AFS-6) le 12 novembre.

Le septième «mediteranean tour of duty» du USS Sylvania (AFS-2) à lieu de septembre 1974 à avril 1975. Il ne retourne en Méditerranée qu'en mai 1981, y restant jusqu'en novembre. Il est présent dans la Mare Nostrum en 1983 et 1984, participant aux opérations de maintien de la paix au Liban.

Le ravitailleur de combat subit une importante refonte en 1985/86 avant de reprendre sa carrière opérationnelle.


Le USS Sylvania (AFS-2) ravitaillant le USS Coral Sea (CV-43)

Il cohabite avec trois autres AFS, ses sister-ship Concord et San Diego mais aussi un ancien navire britannique, le USNS Sirius (T-AFS-8). Cela réduit son tempo opérationnel passant d'un déploiement tous les 8 à 12 mois avec cinq mois en Méditerranée à un déploiement tous les 12 à 15 mois avec toujours cinq mois en Méditerranée.  

Le Sylvania est à nouveau déployé en Méditerranée fin 1986-début 1987 et à nouveau début 1988, effectuant des entrainements au large de la côte est entre deux déploiements.

En moyenne chaque mois d'un déploiement méditerranéen voyait le Sylvania parcourir 300 à 400 miles (600 à 800km), ravitaillant 40 à 70 navires avec 2000 à 3000 palettes dont la moitié transférée par hélicoptère.

De nombreuses escales ont lieu, les ports les plus souvents visités étaient les ports espagnols de Malaga, Alicante,Torremolinos, Carthagène, Rota et Palma de Majorque, les ports français de Toulon et de Marseille, la baie d'Augusta en Sicile, Naples, Gibraltar, Haïfa en Israël, Antalya en Turquie et Le Pirée en Grèce.

En 1990, le USS Sylvania (AFS-2) participe à l'opération «Desert Shield», étant déployé en Méditerranée et en mer Rouge pour soutenir trois groupes de porte-avions qui couvraient la montée en puissance de l'armée destinée à libérer le Koweit de l'occupation irakienne.

Le 19 janvier 1991 alors que l'offensive à commencé depuis deux jours, le Sylvania parvient à ravitailler quatre navires simultanément. Il est le premier navire de l'opération «Desert Shield/Desert Storm» à rentrer aux Etats-Unis le 18 mars 1991 après un déploiement de sept mois et le transfert de 19000 palettes aux navires soutenus.

Désarmé le 26 mai 1994, le Sylvania est affecté à l'Atlantic Reserve Fleet, Philadelphia Group. Il est rayé du Naval Vessel Register le 5 janvier 1995, transféré à la Maritime Administration (Marad) et vendu à la démolition en 2012.


Le USS Sylvania (AFS-2) désarmé à Philadelphie en attente de démolition

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Sam 21 Avr 2018, 17:12

Le USS Niagara Falls (AFS-3)

Le USS Niagara Falls (AFS-3) au mouillage

Présentation

-Le USS Niagara Falls (AFS-3) est mis sur cale aux chantiers navals National Steel & Shipbuilding Company le 22 mai 1965 lancé le 26 mars 1966 et mis en service le 29 avril 1967.

C'est le premier navire de l'US Navy à porter le nom de de cette ville de l'Etat de New-York célèbre pour les chutes du même nom.

Carrière opérationnelle

Le USS Niagara Falls (AFS-3) en compagnie de son sister-ship San José (AFS-7)

Opérationnel le 4 février 1968 (le commissioned des navires anglo-saxons correspond en France à la clôture d'armement, le navire est techniquement prêt mais il faut entrainer l'équipage), le ravitailleur de combat quitte San Diego le 28 mars direction l'Asie du Sud-Est pour son premier déploiement opérationnel.

Arrivé à Subic Bay le 14 avril, le ravitailleur de combat opère au large des côtes vietnamiennes en ravitaillant les navires en mer (Yankee Station pour les porte-avions, Market Time pour les unités de blocus)  mais également des élements à terre. Il est de retour à San Diego le 17 octobre 1968.  

Le 3 janvier 1969, le USS Niagara Falls (AFS-3) quitte San Diego pour son deuxième déploiement, déploiement qui se double d'un changement de port d'attache, Sasebo remplaçant la principale base de l'US Navy en Californie.

Le 14 septembre 1970, le ravitailleur de combat retrouve et sauve un voilier de 14m, le Galilee à 400 miles nautiques W/NW d'Honolulu. Les trois membres d'équipage (deux hommes et une femme) étaient selon le médecin du bord à quelques jours d'un décès causé par le manque de nourriture.


Le USS Niagara Falls (AFS-3) à la mer. Les mats de charge en M sont bien visibles

Jusqu'aux accords de Paris de janvier 1973, l'AFS-3 va effectuer un déploiement annuel au large du Vietnam, assurant le ravitaillement des navires en mer qu'il s'agisse de porte-avions ou de destroyers et de croiseurs assurant l'appui-feu des troupes au sol.

Après les accords de Paris, le USS Niagara Falls (AFS-3) assure le soutien des dragueurs de mines participant à l'opération «END SWEEP» à savoir le déminage du port d'Haïphong.
Moins réjouissant, au début des années soixante-dix, un matelot radio du navire John Anthony Walker Jr espionnait pour le compte du KGB. Démasqué en 1985, il à été condamné à la prison à vie et est décédé en prison en 2014

Comme cela ne suffisait pas l'équipage du navire à été exposé au sinistre «Agent Orange», un défoliant utilisé en masse et qui à provoqué (et provoque toujours) de nombreux cas de cancers chez les populations exposées.

Après quatorze ans à Sasebo le ravitailleur de combat change de port d'attache, ralliant l'île de Guam et Apra Harbor. Il va opérer au profit de la 7ème flotte dans le Pacifique mais assurer également des missions dans le Golfe Persique, la mer d'Arabie et l'Océan Indien. Au total ce sont 15 déploiements qui ont été réalisés de 1983 à 1991.

Durant la guerre Iran-Irak, il participe aux opérations «PRIME CHANCE» et «EARNEST WILL», la protection des pétroliers naviguant dans le Golfe Persique et attaqués par l'aviation des deux belligérants.

Pionnier dans l'embarquement du personnel féminin (jusqu'à trente femmes ont servit à bord simultanément), le ravitailleur de combat participa au soutien logistique de l'opération «DESERT STORM», l'offensive occidentale contre l'Irak. Opérant dans le Golfe Persique, il détruisit lui même cinq mines.

Du 17 janvier au 28 février, il va ainsi soutenir essentiellement les groupe de combat organisés autour du cuirassé USS Missouri (CV-63) et  porte-avions USS Ranger (CV-61) mais aussi le groupe amphibie ainsi que des navires hôpitaux, le navire faisant relâche à Dubaï, Bahreïn et Abu Dhabi pour recompléter ses soutes et reposer l'équipage.

Le conflit terminé, le ravitailleur de combat fit une escale à Phuket (Thaïlande) pour permettre à l'équipage de souffler après le conflit.

C'est alors que mont Pinatubo entra en éruption, projettant des quantités monumentales de cendre qui endommagèrent sérieusement plusieurs bases américaines, accélérant leur fermeture (et non la provoquant comme on le lit parfois).

Il quitte la Thaïlande, fait escale à Singapour pour compléter ses stocks avant de rallier Subic Bay, la grande base navale américaine dans la région. Il débarque ce qu'il devait débarquer et son équipage participe aux opérations de secours (opération FIERY VIRGIL).

Fin 1991-début 1992, le USS Niagara Falls (AFS-3) subit une refonte et une modernisation de ses capacités avant de reprendre sa carrière opérationnelle. En août 1992 immobilisé à Guam il est légèrement endommagé par le typhoon Omar, ayant plus de chances que son sister-ship White Plains. Son dernier déploiement opérationnel à lieu à l'automne 1992 dans le Golfe Persique.


Le USS Niagara Falls (AFS-3) et un Sea King effectuant un ravitaillement vertical

Le USS Niagara Falls (AFS-3) est désarmé en septembre 1994. Il est transféré au Military Sealift Command (MSC) où il devient le USNS Niagara Falls (T-AFS-3), sa remise en service ayant lieu le 23 septembre 1994. Il est affecté à la Naval Fleet Auxiliary Force.


Le USNS Niagara Falls (T-AFS-3)

Il assure les mêmes missions qu'auparavant mais avec un équipage civil, un détachement de l'US Navy s'occupant des communications. Il participe en janvier 2005 à l'opération «UNIFIED ASSISTANCE», l'aide aux pays victimes du terrible tsunami du 26 décembre 2004 qui provoqua la mort de 184 à 250000 personnes.


Nouvelle photo du Niagara Falls en mission de ravitaillement vertical mais cette fois avec un CH-46

Il transportait des fournitures depuis Singapour, les transféraient sur le porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72) qui assurait la distribution avec ses hélicoptères embarqués.

Endommagé par un nouvel échouage le 27  octobre 2005 à Palau, le ravitailleur de combat peut se dégager sans assistance et après réparations peut reprendre sa carrière opérationnelle. Celle ci s'achève en juillet 2008 quand se termine la dernière opérations de soutien.

Définitivement désarmé en septembre 2008 à Pearl Harbor il est choisit en 2010 pour être coulé comme cible.

Le 14 juillet 2012 en fin de matinée il sert de cible lors d'un SINKEX (SINK Exercice) exécuté lors de «RIMPAC 2012». Il enchaine des missiles Harpoon, des bombes à guidage laser, des obus de 30mm. Il repose à plus de 7000m de profondeur à 63 miles nautiques au sud-ouest de Kauai.


Le USNS Niagara Falls (T-AFS-3) attendant sereinement ou pas que l'on décide de son sort

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Sam 21 Avr 2018, 17:22

Le USS White Plains (AFS-4)

Le USS White Plains (AFS-4) à la mer. L'affût double de 76mm est bien visible à la proue

Présentation

-Le USS White Plains (AFS-4) est mis sur cale aux chantiers navals National Steel and Shipbuilding Company (NASSCO) de San Diego le 2 octobre 1965 lancé le 26 juillet 1966 et commissioned le 23 novembre 1968.

Le quatrième ravitailleur de combat de classe Mars est le deuxième navire de la marine américaine à porter le nom de cette bataille de la guerre d'indépendance américaine survenue le 28 octobre 1776 à proximité de ce village de l'Etat de New-York, bataille qui fait suite à l'évacuation de New-York par les insurgents qui se termina par une victoire tactique britannique même si la Continental Army parvint à retraiter vers le nord, préservant ainsi l'avenir (franchissement de la rivière Delaware, victoire de Trenton).

Le premier navire militaire américain à porter ce nom est un porte-avions d'escorte de classe Casablanca, le CVE-66 mis en service le 15 novembre 1943, désarmé le 10 juillet 1946, conservé en réserve jusqu'au 1er juillet 1958 date à laquelle il est rayé des registres puis vendu à la démolition le 29 juillet de la même année.


Le USS White Plains (CVE-66) porte-avions d'escorte de classe Casablanca

Carrière opérationnelle

Affecté dans le Pacifique, le USS White Plains (AFS-4) effectue un certain nombre de déploiement dans le Pacifique occidental (Westpac deployment), d'abord dans le cadre du conflit vietnamien puis dans d'autres déploiements dans l'Océan Indien puis dans le Golfe Persique.

En 1978, le ravitailleur de combat est endommagé par le USS Mount Vernon (LSD-39) un transport de chalands de débarquement de classe Anchorage lors d'un ravitaillement à la mer.


Le USS White Plains (AFS-4) à la mer

La même année dans le détroit de Malacca, le White Plains subit une perte totale de propulsion alors qu'il était suivi par un supertanker. La collision était iminente et les hommes appelés aux postes d'évacuation mais heureusement le drame fût évité.

Un ravitailleur de combat est un navire de l'ombre, rarement mis en lumière mais là le White Plains pu se targuer d'être le premier navire à embarquer à des fins de tests deux systèmes de défense rapprochée (Close-in Weapon System CIWS) Phalanx, systèmes qui restèrent à bord après la fin de l'évaluation. Initialement il était prévu que tous les Mars soient équipés de ces systèmes mais au final ce ne fût pas le cas.

Autre première, l'embarquement de personnel féminin après la refonte nécessaire à l'adaptation des lovaux à la fin des années quatre-vingt.


Le USS White Plains (AFS-4) à la mer

Le 9 mai 1989 alors qu'il naviguait en mer de Chine méridionale direction Guam, un incendie se déclenche dans la salle des machines alors qu'il se ravitaillait auprès du USS Sacramento (AOE-1).

Le feu à été causé par la défaillance d'une valve du système de transfert de carburant qui pulvérisa du carburant sur une chaudière brûlante, déclenchant une boule de feu et donc un incendie. Il y eut six morts et 161 bléssés.

Réparé le navire reprend son service actif, participant à l'opération Desert Shield, la montée en puissance du dispositif allié (essentiellement américain) en vue de libérer le Koweit de l'occupation irakienne. Il est relevé en janvier 1991 par son sister-ship Niagara Falls (AFS-3).

En août 1992 le navire était immobilisé à Guam pour une importante refonte. Il est assez sérieusement endommagé par le typhoon Omar qui frappa l'île le 27 août.

En dépit de travaux de renforcement, le navire rompit ses amarres et s'échoua. Il y eut visiblement incompréhension entre le chantier et l'équipage. Il est rapidement réparé et peut retourner dans le Golfe Persique en mai 1993.


Le White Plains à la mer en compagnie du pétrolier USS Misspillion (AO-105) et le USS Anchorage (LSD-36)

Après un peu plus de vingt-six ans de service actif, le ravitailleur de combat est decommissioned le 17 avril 1995, rayé des registres le 24 août 1995 puis coulé comme cible 8 juillet 2002 lors de RIMPAC 2002 reposant à 4700m de profondeur.

A suivre

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 17:46

Le USS Concord (AFS-5)

Le USS Concord (AFS-5) à la mer

Présentation

-Le USS Concord (AFS-5) est mis sur cale aux chantiers navals National Steel and Shipbuilding Company (NASSCO) de San Diego le 26 mars 1966 lancé le 17 décembre 1966 et mis en service le 21 novembre 1968.

Le cinquième ravitailleur de combat de classe Mars est le cinquième navire à porter le nom de cette ville du Massachusetts, ville célèbre car ayant été le théâtre de la première bataille de la guerre d'indépendance américaine (bataille de Lexington et de Concord) survenue le 19 avril 1775 et qui se termina par une victoire stratégique des insurgents.

L'AFS-5 succède à un sloop de 1828, une canonnière (1890-1909), un remorqueur (1917-1920) et à un croiseur léger de classe Omaha en service du 3 novembre 1923 au 12 décembre 1945, étant vendu à la démolition le 21 janvier 1947 et démantelé.  


Le USS Concord (CL-10) classe Omaha

Carrière opérationnelle

Le Concord à la mer

Affecté à l'Atlantic Fleet, le USS Concord (AFS-5) ne participe donc pas à la guerre du Vietnam mais effectue des déploiements réguliers en Méditerranée au sein de la 6ème flotte sans compter des exercices en mer du Nord avec des marines de l'OTAN pour se préparer à une guerre qui n'eut heureusement jamais lieu.


Le USS Concord (AFS-5) à la mer

Après quasiment vingt-six années de carrière au sein de l'US Navy, l'AFS-5 est transféré au Military Sealift Command (MSC) le 15 octobre 1992, c'est d'ailleurs le premier navire de la classe à être transféré, la marine américaine décidant de se concentrer sur les opérations de combat, laissant à ce commandement composé essentiellement de civils le soutien logistique, quelques militaires à bord gérant les communications.


Le USS Concord (AFS-5) avec un hélicoptère MH-60S Knighthawk en mission de ravitaillement vertical

Après dix sept ans de carrière, le USS Concord (AFS-5) est désarmé le 18 août 2009, rayé des registres le même jour. Il est coulé comme cible 17 juillet 2012 lors de «RIMPAC 2012» par une torpille Mk 48 tiré par le sous-marin canadien HMCS Victoria (type Upholder), l'ex-ravitailleur de combat reposant à 4691m de profondeur à 61 miles nautiques (113km) au large de Kauai.


L'ex-Concord remorqué par le USNS Salvor (T-ARS 52) lors de son ultime voyage qui s'acheva sous les coups d'une torpille Mk48 tirée par un sous-marin canadien

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 17:55

Le USS San Diego (AFS-6)

Le USS San Diego (AFS-6) à la mer. Notez sur la plate-forme la présence d'un Sea Knight

Présentation

13 avril 1968 : lancement du futur San Diego

-Le USS San Diego (AFS-6) est mis sur cale aux chantiers navals de la National Steel and Shipbuilding Company (NASSCO) sis à San Diego le 11 mars 1967 lancé le 13 avril 1968 et mis en service le 24 mai 1969.

L'avant dernier ravitailleur de combat de classe Mars est le troisème navire à porter le nom de la grande ville du sud de la Californie.

Fondée au 18ème siècle par les espagnols, elle devient américaine suite à la guerre américano-mexicaine de 1843 à 1845. C'est la huitième plus grande ville du pays (derrière New York Los Angeles Chicago Houston Phoenix Philadelphie et San Antonio) et la deuxième de Californie. Situé à 120km au sud de Los Angeles et à 20km de la frontière mexicaine, c'est une base navale importante de la marine américaine.

Le ravitailleur de combat succède à un croiseur cuirassé de classe Pennsylvania mis en service en août 1907 sous le nom de USS California (ACR-6). Rebaptisé San Diego pour libérer ce nom au profit du BB-44 (cuirassé classe Tennessee), il est coulé par une mine au large de Portsmouth (Virginie) le 19 juillet 1915.


Le USS San Diego (LPD-22) de classe San Antonio

Lui succède un croiseur léger de classe Atlanta, le CL-53 mis en service le 10 janvier 1942. Il est désarmé le 4 novembre 1946, mis en réserve (Pacific Reserve Fleet,Bremerton Group), reclassé CLAA-53 le 18 mars 1949, rayé du Naval Vessel Register le 1er mars 1959 et vendu à la démolition en décembre 1960.

Après l'AFS-6, un quatrième navire porté ce nom. Il s'agit du LPD-22, un transport de chalands de débarquement de classe San Antonio mis en service le 19 mai 2012 avec......San Diego comme port d'attache. Il est toujours en service actuellement et toujours stationné en Californie.

Carrière opérationnelle

Le USS San Diego (AFS-6) à la mer

Après avoir effectué sa mise en condition opérationnelle jusqu'à la fin de 1969, le ravitailleur de combat effectue en 1970 un déploiement de sept mois en Méditerranée sous l'autorité de la 6ème flotte.

Rentré à son port d'attache de Norfolk, le ravitailleur de combat représente la flotte de l'Atlantique aux célébrité de Mardi Gras à La Nouvelle-Orléans en Louisiane. Il retourne en Méditerranée d'avril à octobre 1971.

Après neuf mois de présence au large de la côte est, le ravitailleur de combat reprend le chemin de la Méditerranée.
Arrivé à Rota près de Cadix (Espagne) le 4 août 1972, il relève son sister-ship USS Sylvania (AFS-2) opérant dans la Mare Nostrum jusqu'en janvier 1973, rentrant à Norfolk le 26.

Après neuf mois au large de la côte est et dans les Caraïbes, le ravitailleur de combat effectue son quatrième déploiement en Méditerranée du 4 novembre 1973 au 19 avril 1974 (date de ses passages à Rota). Il est de retour à Norfolk le 27 avril 1974.

Entre juin 1974 et juin 1976, le USS San Diego (AFS-6) effectue deux nouveaux déploiements en Méditerranée ainsi qu'une période d'entrainement en baie de Guantanamo.

Durant ces déploiements outre-mer les ports les plus fréquentés étaient Lisbonne, Corfou, Athènes, Tunis, Palma de Majorque et Naples.  

Lors de son septième déploiement en Méditerranée (octobre 1976-avril 1977), le ravitailleur de combat assura le soutien logistique des groupes de combat des porte-avions USS Franklin D. Roosevelt (CV-42), USS John F. Kennedy (CV-67) et USS Nimitz (CVN-68) ainsi que le groupe amphibie de la 6ème flotte. L'AFS effectua alors des escales à Naples, Palma de Majorque, Livourne, Athènes et Almeria, perdant ses deux hélicoptères CH-46D (Helicopter Combat Support Squadron 6 HC-6) dans des accidents.

Le 17 janvier 1989, le San Diego et le sous-marin nucléaire d'attaque USS Norfolk (SSN-714) entrent en collision mais les dégâts furent limitées, le ravitailleur de combat étant immobilisé pour réparations du 8 février au 10 avril 1989.  

Le 11 août 1993, le USS San Diego (AFS-6) est désarmé. Il est transféré le même jour au Military Sealift Command (MSC) devenant à cette occasion le USNS San Diego (T-AFS-6). Désarmé définitivement le 10 décembre 1997, rayé des registres le 8 septembre 2003, il est vendu à la démolition le 9 avril 2006 et démantelé à Philadelphie.


L'ex-USS San Diego (AFS-6) attendant la démolition à Philadelphie

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 18:14

Le USS San Jose (AFS-7)

Le USS San José (AFS-7) à la mer

Présentation

Intense activité à bord du San José, deux MH-60S effectuant des ravitaillement verticaux

-Le USS San Jose (AFS-7) est mis sur cale aux chantiers navals National Steel & Shipbuilding Company (NASSCO) de San Diego le 8 mars 1969 lancé le 13 décembre 1969 et commissioned le 23 octobre 1970.

Le dernier ravitailleur de combat de classe Mars est le premier navire de l'US Navy à porter le nom de cette ville du nord de la Californie, la dixième ville la plus peuplée des Etats-Unis avec un peu plus d'un million d'habitants (et la troisième de Californie après Los Angeles et San Diego).

Elle est située au nord de la vallée de Santa Clara à proximité de la baie de San Francisco. Elle est considérée comme la capitale de la Silicon Valley.

Carrière opérationnelle

Le USNS San José (T-AFS-7) devant l'iconique opéra de Sydney

Affecté dans le Pacifique, le San Jose commence sa carrière opérationnelle en effectuant des croisières en direction notamment d'Acapulco (Mexique). Il effectue son évaluation opérationnelle au large de Long Beach avant de rallier son port d'attache d'Alameda (Californie) en février 1971.

Arrivé sur place le 10 février 1971, effectue des essais finaux et complémentaires en mars avant de réaliser l'équivalent américaine de la TLD. Le 10 septembre 1971, il embarque deux Boeing-Vertol UH-46 du squadron HC-3 et met cap à l'ouest pour son premier déploiement au sein de la 7ème flotte.

Il arrive à Subic Bay le 27 septembre, débarquant du matériel avant de reprendre la mer en direction du golfe du Tonkin et de Yankee Station le 4 octobre, effectuant son premier ravitaillement deux jours plus tard, combinant ravitaillement à la mer et ravitaillement vertical.

Outre les ravitaillements à la mer, il effectue également des transports en direction de Da Nang, de Cam-Ranh et de Vung-Tau. Il allait parfois jusqu'à Singapour pour recompléter ses soutes et offrir une escale de détente à son équipage loin du stress du combat.

Il achève son déploiement le 16 mars 1972, date de son départ de Subic Bay pour rentrer aux Etats-Unis via Apra (Guam) et Pearl Harbor (Hawaï). Il arrive à San Diego à la fin du mois de mars.

Le 26 août 1972 il reprend la mer pour un nouveau déploiement au sein de la 7ème flotte, arrivant à Subic Bay le 12 septembre. Il va passer neuf mois dans la région, quittant Sasebo le 11 juin 1973 pour rentrer à San Francisco le 22 de ce même mois.

A la fin des années quatre-vingt et début des années quatre-vingt dix, le navire est stationné à Guam en compagnie de ses sister-ship Niagara Falls et White Plains. Il participe aux opérations «DESERT SHIELD» et «DESERT STORM» en 1990/91.


Le USS San José (T-AFS-7) et deux SA-330 Puma du MSC

Désarmé le 2 novembre 1993, le ravitailleur de combat est transféré le même jour au Military Sealift Command (MSC) devenant le USNS San José (T-AFS-7).

Il participe du 25 au 31 octobre 1993 à l'opération australienne de rétablissement de la paix au Timor-Oriental et cinq ans plus tard soutien le navire-hôpital USNS Mercy engagé dans l'opération «UNIFIED ASSISTANCE», le San José opérant avec son sister-ship Niagara Falls. Il à assuré également le soutien aux opérations «ENDURING FREEDOM» et «OPERATION IRAQI FREEDOM», les actions américaines et accessoirement alliées en Afghanistan et en Irak.


Le USNS San José (T-AFS-7) en compagnie du navire hôpital USNS Mercy (T-AH-19), du USS Swift (HSV-2) et du USS Tippecanoe (T-AO-199) en 2005 lors de l'opération UNIFIED ASSISTANCE

Définitivement désarmé le 27 janvier 2010 et rayé des registres le même jour, le navire est vendu à la démolition le 1er octobre 2013 à la compagnie All Star Metals de Brownsville (Texas) et démantelé.

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 18:37

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le USS Mars (AFS-1) à la mer

Déplacement : standard 9200 tonnes pleine charge 16070 tonnes

Dimensions : longueur 177.08m 161.54 entre perpendiculaires) largeur 24.10m tirant d'eau 7.32m

Propulsion : une turbine à engrenages De Laval alimentées en vapeur par trois chaudières Babcock & Wilcox (40.8kg/cm², 440°) développant 22000ch et entraînant une hélice

Performances : vitesse maximale 20 nœuds distance franchissable 10000 miles nautiques à 20 nœuds, 18000 miles nautiques à 11 noeuds

Electronique : un radar de veille surface SPS-10, un système de communication SATCOMM, un dispositif SLQ-32(v), un système ESM, un lanceur de leurres Super BROC Mk36


Deux photos des canons de 76mm équipant les AFS de classe Mars, photos prises à bord du USS Niagara Falls (AFS-3)


Armement : quatre canons de 76mm en deux affûts doubles (six à l'origine), mitrailleuses moyennes et lourdes pour la défense rapprochée. Le White Plains disposaient de deux systèmes Phalanx.  L'armement est débarqué au moment du transfert au MSC.


Système Phalanx

Capacités particulières :

-7000 tonnes de charge dont 1300 tonnes de produits réfrigérés

-Cinq cales : deux pour le matériel (n°1 et n°5), un pour les vivres secs, un pour les produits réfrigérés (n°3 et n°4) et un pour les pièces détachées destinées à l'aviation (n°2) 16600 mètres cubes de surface de stockage

-Quatre mats de charge en M anneaux à tension constante, le transbordement prend 90s

-Le portique avant tribord peut transférer du combustible

-Un monte de charge de 10.5 tonnes pour transférer les charges en direction de la plate-forme hélicoptères


Aux UH-46 (ci-dessus) ont succédé les MH-60S (ci-dessous)


Aviation : plate-forme et hangar pour deux hélicoptères Boeing-Vertol UH-46C remplacés par des MH-60S Knighthawk

Equipage : 486 officiers, officiers mariniers et matelots (USN). Lors du transfert au MSC l'équipage est réduit à 137 hommes du Military Sealift Command (MSC) plus un détachement de 40 hommes de l'US Navy soit un total de 177 hommes.

FIN

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
bilou06
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 47
Age : 56
Ville : Nice
Emploi : employé
Date d'inscription : 04/10/2016

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 21:00

Merci Clausewitz pour cet article sur une classe de navires .

Comme tu site souvent les escales, sache que le Sylvania, Concord et San Diego ont été aussi des visiteurs assidus de la rade de Villefranche sur mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9686
Age : 34
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    Lun 23 Avr 2018, 23:38

Merci de la précision. Comme je suis quelqu'un de généreux, je vous annonce que je vais commencer à poster mercredi 25 avril un article consacré aux frégates type 22 (classe Broadsword)

_________________
"J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner (F. Naudin, poète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://clausuchronia.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS    

Revenir en haut Aller en bas
 
RAVITAILLEURS DE COMBAT (AFS) CLASSE MARS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FREGATES LEGERES DE COMBAT CLASSE VALOUR
» SOUS MARINS D'ATTAQUE CLASSE KILO
» LES RAVITAILLEURS POLYVALENTS CLASSE BERLIN
» USN CROISEURS DE BATAILLE CLASSE ALASKA
» LHD Classe Dokdo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: