AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Aéronavale japonaise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5054
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Aéronavale japonaise   Mar 20 Sep 2016, 05:50

très intéressante l'aile en w du K-14 le profil de la voilure est superbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Aéronavale japonaise   Jeu 22 Sep 2016, 05:24

Une autre vue d'un Hiro H1H3 du kōkūtai Yokosuka :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: DX He1   Mar 08 Nov 2016, 05:14

Heinkel DX He1

Le Heinkel He-118 est un concurrent du Junkers Ju-87. Il fait son premier vol en 1935. Dans ses grandes lignes, c’est une variante tout aluminium du He-70 Blitz renforcée pour le bombardement en piqué, avec des ailes elliptiques et un empennage tout en rondeurs. Avec son train escamotable, ses lignes aérodynamiques et sa bombe en soute, il paraît plus moderne que son concurrent. Mais il n’est pas doté de freins de piqué et ne peut effectuer que des attaques en glissade, pas en véritable piqué. En outre, il est lourd. En essais, l’angle maximal de piqué s’avère être de 50°. Les essais révèlent d’autres faiblesses : le 27 juin 1936, lors d’un piqué amorcé à 13 000 pieds (3960m), l’hélice se met en drapeau sous la pression aérodynamique, réduisant les engrenages de commande de pas à une salade d’écailles métalliques. Le pilote d’essai, Ernst Udet, s’en tire en sautant en parachute, laissant l’avion se désintégrer en vol et s’écraser. Le Ju-87, quant à lui, réussit plusieurs piqués à 90° ; en fin de compte, c’est lui qui est retenu pour la production en série et le service dans la Luftwaffe.

Heinkel a construit quinze exemplaires du He-118 : cinq prototypes et dix appareils de pré-série. Il en reste quatorze, dont quelques-uns trop éloignés d’un appareil viable. L’entreprise allemande essaie de les vendre à l’étranger. L’attaché naval japonais se montre intéressé. Le prototype He-118 V4, équipé du moteur DB-601, part à bord du KAGA MARU pour le Japon où il arrive en février 1937. Le bureau aéronautique de l’arsenal de Yokosuka le renomme DX He1, le DX signifiant « Dive-bomber, eXperimental » en anglais dans le sigle. Hitachi envisage une production sous licence du moteur, mais le crash de l’avion lors d’un essai met un terme à toute velléité de produire l’appareil au Japon. La marine émet donc une spécification pour un nouvel appareil affranchi des limites du He-118. Ce projet aboutira au Yokosuka D4Y Suisei dont le premier vol aura lieu en 1940 avec un moteur Aichi AE1A Atsuta 12, qui est une version sous licence du DB-601.


Le DX He1 aux couleurs japonaises

Pour mémoire, l’Armée Impériale importe aussi un prototype (le He-118 V5 équipé d’un DB-600) quelques mois après celui de la Marine et ne lui donne pas de suite. Les sources mal informées attribuent à la marine les deux appareils importés.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Aéronavale japonaise   Jeu 29 Déc 2016, 18:36

Kawanishi H3K1

Concurrent du monoplan Hiro H3H (voir photo postée le 31 mai 2016), le Kawanishi H3K vise à répondre à une spécification de 1929 portant sur un navire volant de reconnaissance à grand rayon d’action pour remplacer le H2H. Kawanishi s’associe avec le britannique Short qui propose une version agrandie et remotorisée du Short Rangoon.

Le prototype, construit en Grande-Bretagne par Short, effectue son premier vol le 10 octobre 1930. Après de brefs essais, il est démonté et emmené au Japon par voie maritime. Les essais au Japon donnent satisfaction, et Kawanishi se voit commander quatre appareils légèrement modifiés (cockpit fermé, vitrage d’étrave plus important). Ils sont construits en 1931-33. Le H3K est puissamment armé pour l’époque : huit mitrailleuses de 7,7mm en quatre affûts doubles (un à l’étrave, deux sur le dos et un à l’arrière), et jusqu’à 1000kg de bombes. Il dispose d’un coin cuisine et d’un coin couchette pour que ses six à neuf membres d’équipage puissent se reposer au cours des 9h que peut durer un vol.


Le prototype du H3K construit par Short Brothers

L’avion est accepté au service en 1932 sous le nom de Navire Volant de la Marine Type 90 Modèle 2, H3K1. Il est déployé au sein du groupe aérien Tateyama qui s’en sert pour des patrouilles lointaines dans le Pacifique et occasionnellement comme avion de transport vers les îles sous mandat. Il est retiré du service à la fin de 1936.


Le H3K construit en quatre exemplaires par Kawanishi d'après le prototype Short.
Le cockpit est fermé et plusieurs hublots ont été rajoutés à l'étrave.

Pour Kawanishi, le H3K a surtout servi à emmagasiner une expérience qui sera précieuse lors de la conception du quadrimoteur H6K.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Mitsubishi B3M   Lun 13 Fév 2017, 05:06

Mitsubishi B3M

En 1932, la Marine Impériale publie de nouvelles spécifications portant sur un bombardier torpilleur embarqué pour remplacer le B2M Type 89 et devant être construit sans assistance étrangère. Trois constructeurs y répondent : Nakajima avec un projet de B3N (voir plus haut), Mitsubishi avec un projet de B3M (3MT10 ou カ-5 pour Mitsubishi), et Yokosuka avec son B3Y.


Le prototype de Mitsubishi avec son aile inférieure en W, ses radiateurs profilés déportés sous le plan inférieur et ses impressionnants carénages de roues.
Il est doté de volets de bord d’attaque pour améliorer la stabilité à basse vitesse.


L’appareil est dérivé du B2M avec un moteur plus puissant (un Rolls-Royce Buzzard II-MS de 835cv). Il effectue son premier vol en octobre 1932. Malgré l’augmentation de puissance, il s’avère légèrement plus lent que son prédécesseur tant il a pris de poids.

La marine préfère le projet de l’arsenal naval de Yokosuka, commencé quelques mois plus tard que ses concurrents et très proche techniquement du projet Mitsubishi, simplifié. Il deviendra le B3Y déjà présenté plus haut.

Le crash de l’unique prototype du カ-5  en février 1934 suite à une brusque perte de puissance du moteur met un terme définitif au projet.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Hitachi LXG-1   Ven 17 Fév 2017, 02:10

Hitachi LXG-1

Au début des années 1930, la société 東京瓦斯電気工業 (Tōkyō Gasu Denki kikōgyō, société industrielle du gaz et de l’électricité de Tōkyō) a produit un petit avion de transport quadriplace (un pilote + trois passagers) à usage civil. L’engin, qui ne pesait que 550kg à vide, était bâti autour du moteur Gasuden Jinpu 3 de 150cv au décollage entraînant une hélice bipale en bois à pas fixe. Il atteignait une vitesse maximale de 215km/h et sa vitesse de croisière était de 180km/h. En lieu et place des passagers, 225kg de fret pouvaient être embarqués. Les premiers exemplaires sortirent d’usine en 1934. Sous le nom commercial de Chidori, l’’avion connut un certain succès comme avion de transport commercial et plusieurs dizaines d’exemplaires furent livrés entre 1934 et 1939, date de la fin de production.


Un des premiers Chidori


Une variante améliorée du Chidori. Le cockpit de pilotage et la cabine des passagers ont été inversés pour améliorer le centrage. L'empennage et le train d'atterrissage ont été remaniés pour être plus aérodynamiques. Un collecteur annulaire a remplacé les pipes d'échappement pour éviter les projections d'huile et de fumée vers le pilote.

À l’ouverture de la guerre sino-japonaise en 1937, la Marine Impériale n’avait encore aucun avion de transport et de liaison. L’immensité du territoire chinois et le piètre état du réseau routier en fit bientôt sentir le besoin, et le Chidori fut choisi comme « avion expérimental de transport léger » (LXG-1 dans la nomenclature abrégée). En 1939, dernière année de production, la Tōkyō Gasu Denki kikōgyō s’est associée au constructeur d’avions Hitachi pour satisfaire rapidement les besoins de la marine ; c’est pourquoi la version militaire du Chidori est connue sous le nom de Hitachi LXG-1. Le tout premier appareil de transport de la Marine Impériale est resté en service pendant les premières années de la guerre du Pacifique. Les Américains lui attribuèrent le nom de code de Plover II.

Il n'en reste que très peu de photos. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Nakajima NAF-2   Sam 18 Fév 2017, 09:49

Kakajima NAF-2

Après l’échec du NAF-1 en 1933 (voir l'article du Sam 03 Sep 2016, 14:27) , Nakajima se remit sur les rangs pour répondre à la nouvelle spécification émise par le Kaigun Kōkū Hombu en 1933 portant sur un chasseur biplace embarqué.

Kyushi Akegawa, l’ingénieur de Nakajima qui avait développé le NAF-1, modifia profondément son appareil pour aboutir au NAF-2. Le prototype fut prêt deux mois après son concurrent, le Mitsubishi Ka-8 (か-8 ). Par rapport au NAF-1, le NAF-2 avait perdu son plan inférieur en W, l’envergure avait été réduite, la structure métallique renforcée mais le moteur restait le Nakajima Kotobuki 2 poussé à 580cv. Les entretoises en N entre les ailes avaient été remplacées par des poutres simples en I profilé. En mission secondaire, l’appareil pouvait servir de bombardier léger avec quatre bombes de 30kg accrochées sous les ailes. L’armement consistait en trois mitrailleuses de 7,7mm : deux Vickers sur le capot moteur tirant vers l’avant, et une Lewis sur affût orientable à l’arrière.

Lors des essais comparatifs menés pendant l’été 1934, le concurrent か-8 ne put sortir d’un piqué et s’écrasa au sol, de sorte qu’il ne resta plus que le Nakajima NAF-2 en course. Un deuxième prototype rejoignit le premier pour poursuivre la campagne de tests. Le NAF-2 passa tous les tests de qualification mais le Kōkū Hombu changea encore d’avis : malgré les améliorations apportées, le chasseur biplace manquait de maniabilité pour affronter les chasseurs légers, il était plus lent que le monomoteur A4N (300km/h contre 350km/h) il doublait le personnel volant des flottilles de chasse (ce qui posait problème sur les petits porte-avions HŌSHŌ et RYŪJŌ où la place était comptée) et en mission secondaire il n’était qu’un bombardier médiocre. Comprenant que ses spécifications de 1933 étaient inadaptées, les Kōkū Hombu les retira en 1935, mettant un terme à la carrière militaire du NAF-2.

Les deux prototypes furent vendus au journal Asahi Shinbun qui les utilisa comme avion de liaison.





Deux photos du J-BAAC, prototype du NAF-2 aux couleurs du quotidien Asahi Shinbun. L'armement a été démonté et le siège arrière est devenu celui du passager.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3230
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Aéronavale japonaise   Dim 30 Avr 2017, 00:36

L'hydravion Kawanishi E7K2 du croiseur léger KASHIMA sur sa catapulte.


study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aéronavale japonaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aéronavale japonaise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Aviation] Aéronavale Japonaise
» aéronavale japonaise (WW-II)
» Aéronavale japonaise
» je ne presente
» Aéronavale japonaise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Rubrique Photos-
Sauter vers: