AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les pontons,prisons flottantes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Les pontons,prisons flottantes.   Dim 15 Mai 2016, 22:26

Bonjour.Tout le monde a entendu parler des pontons de Rochefort,sous la Revolution,ainsi que des pontons anglais et espagnols sous le Premier Empire.Ces bateaux desarmes ont ils servi de lieu d internement pour des marins Français apres 1814?Merci a tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2107
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Les pontons,prisons flottantes.   Lun 16 Mai 2016, 14:57

tatahouinard a écrit:
Bonjour.Tout le monde a entendu parler des pontons de Rochefort,sous la Revolution,ainsi que des pontons anglais et espagnols sous le Premier Empire.Ces bateaux desarmes ont ils servi de lieu d internement pour des marins Français apres 1814?Merci a tous.

En 1836, dans son ouvrage, en quatre tomes, "Bagnes, Prisons & Criminels",  Benjamin Appert inventorie les trois bagnes flottants de Toulon, comme les seuls existants. Ils étaient "mixtes" (condamnés civils et militaires).
Par contre, à l'époque, selon son propre inventaire, bon nombre d'établissement pénitentiaires, installés à terre, "accueillaient" des militaires et des marins condamnés....

Prison militaire de La Rochelle et, à proximité, celle de Belle-Croix
Rochefort, mixte, mais "ancien bâtiment" réservé aux militaires.
Bordeaux, Fort du Hâ (mixte), en voie de démolition, à l'époque
La citadelle de Blaye (mixte), en aval de Bordeaux, sur la Gironde
Le Bouffai, à Nantes, mixte, qui lors de la visite de l'auteur, détenait 4 marins
Landerneau, mixte, au moins un marin détenu, à la même époque.
Brest (prison militaire)
Rennes : La Tour-de-Bat (mixte) et la Maison de Justice départementale (mixte)

En 1843,  Eugène Pacini,  "La Marine, arsenaux, navires, équipages, navigation, atterrages, combats", évoque l'Amiral, bâtiment "concierge", qui fait, également, office de "prison navale", à Toulon (avec son dessin, en prime!)



En 1875, dans son livre "L'Art Naval", Léon Renard indique trois bâtiments de la Royale qui ont été convertis en "pénitenciers flottants" (militaires), Hercule, Grondeur, Pluton, mais sans préciser si les trois étaient, en même temps, en service, ou s'ils s'étaient succédés chronologiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: disciplinaires et repris de justice   Lun 16 Mai 2016, 15:36

Bonjour.Je vous remercie beaucoup pour cette reponse tres detaillee.
Le code penal de 1810 ayant etabli la classification en trois categories des infractions (contravention,delit ,crime) je me pose les questions suivantes:
Si le marin a commis un crime, son envoi sur les pontons de Toulon,en clair le bagne portuaire,est justifie,car il doit subir la peine des fers,ex peine des galeres,rebaptisee "peine des travaux forces".L armee ne le reprendra pas.
Si le marin a commis un delit militaire sanctionne de la peine des ateliers de travaux publics,son envoi aux ateliers de Belle Croix ou de Blaye est justifie.Comme le temps de detention ne compte pas dans les états de service,il devra terminer son temps aux BILA.
Mais si le marin n a commis que des fautes contraventionnelles,il subit ,eu egard a la legislation militaire de l epoque,une sanction disciplinaire non judiciaire,telle que l envoi en prison maritime, c est a dire la prison militaire de l arrondissement maritime.Dans ce cas la pourquoi l affecte t on sur un ponton,alors que c est le lieu de penitence du forcat de l epoque?
En clair,existait il des bons et des mauvais pontons? Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2107
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Les pontons,prisons flottantes.   Lun 16 Mai 2016, 16:42

Le problème, que j'ai constaté, dans les différents écrits, est l'exacte graduation de la peine en fonction de la faute reprochée.
Par exemple, on trouve, au bagne, un malchanceux "Biffin", condamné à 5 ans, après avoir eu le malheur de vendre une paire de guêtres (avec intention d'en racheter de nouvelles pour les remplacer), pour se constituer un ridicule petit pécule, afin de pouvoir sortir avec ses copains, un jour de perm! L'auteur, Benjamin Appert, avait eu accès à son dossier disciplinaire, vierge, jusque là...sauf que le condamné, jeune recrue, avait, peu avant, refusé de jouer le cireur pour les pompes (au 1er degré) de son sergent, qui l'avait "allumé"! Comme l'auteur n'était pas idiot - au seul Bagne de Toulon, il s'entretiendra, selon ses dires, avec 4000 des 4600 bagnards ! -, il avait acquis une bonne expérience, au cours de ses visites de prisons et bagnes, qui lui permettait de distinguer les versions "pipeau", des relations honnêtes et véridiques. Les exemples similaires se succèdent... un jeune engagé, après 4 ans de service irréprochable, dont les frères sont, également, dans l'armée, mais qui, apprenant le décès de son père, "déserte" pour porter secours à sa mère, seule et sans revenu - faits vérifiés par le même auteur - et condamné à 10 ans de bagne (voire plus, il faudrait que je retrouve le passage).
Les bagnes, prisons et compagnies disciplinaires étaient, certes, remplis de gibiers de potence, mais la justice militaire avait, aussi, la main très lourde et une dureté, totalement, inimaginable de nos jours, notamment à l'égard des "sans-grade". Quelle serait la peine, aujourd'hui, pour le vol d'un pain sur l'étal d'un boulanger ? Délit qui expédiait au bagne, au XIXème siècle! Tous les textes officiels, que je me suis amusé à compulser depuis vos premières interventions, à propos des compagnies de discipline, préconisaient l'équité de la peine et faisaient, expressément, appel au jugement humain des membres du tribunal militaire, y compris pour la "simple police", mais, dans la réalité, sans généraliser, les condamnations sévères pour des "pacotilles" étaient monnaie courante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2107
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Les pontons,prisons flottantes.   Lun 16 Mai 2016, 17:56

tatahouinard a écrit:
Bonjour.Je vous remercie beaucoup pour cette reponse tres detaillee.
Le code penal de 1810 ayant etabli la classification en trois categories des infractions (contravention,delit ,crime) je me pose les questions suivantes:
Si le marin a commis un crime, son envoi sur les pontons de Toulon,en clair le bagne portuaire,est justifie,car il doit subir la peine des fers,ex peine des galeres,rebaptisee "peine des travaux forces".L armee ne le reprendra pas.
Si le marin a commis un delit militaire sanctionne de la peine des ateliers de travaux publics,son envoi aux ateliers de Belle Croix ou de Blaye est justifie.Comme le temps de detention ne compte pas dans les états de service,il devra terminer son temps.
Mais si le marin n a commis que des fautes contraventionnelles,il subit ,eu egard a la legislation militaire de l epoque,une sanction disciplinaire non judiciaire,telle que l envoi en prison maritime, c est a dire la prison militaire de l arrondissement maritime.Dans ce cas la pourquoi l affecte t on sur un ponton,alors que c est le lieu de penitence du forcat de l epoque?
En clair,existait il des bons et des mauvais pontons? Cordialement.

Je reprends votre intervention, car si elle exacte, elle me parait par trop théorique, en regard des délits et peines infligées, en fonction de l'époque, et je ne suis, même, pas convaincu que les sentences aient pu "s'alléger", avant 1914 (pour rester dans "l'ancien temps"). La distinction militaire entre "crime", "simple délit" et "infraction" (mineure) au règlement, semble être, à cette époque, du seul ressort de l'humeur du jury constitué et de l'unité concernée. Ce n'est pas discutable en temps de guerre, pour des raisons évidentes, mais, en temps de paix, sa rudesse est telle qu'elle explique, en partie, l'image de "garde-chiourme" que s'était forgée l'armée française, dans un petit peuple peu ou pas du tout instruit.

C'est là qu'intervient, au sein de la Royale, la distinction entre les engagés volontaires (EV), majoritaires, les inscrits maritimes et les (peu nombreux) appelés des classes. Les deux premières catégories citées pouvaient, effectivement, aligner, dans leurs rangs, des fauteurs de troubles et des délinquants, mais la discipline et la moralité exigées faisaient partie du "bagage"; les premiers, parce qu'ils les avaient, librement, acceptées, les seconds, pour ne pas mettre en péril, durant leur temps de service, leur activité civile; la troisième catégorie, elle, n'était pas préparée "intellectuellement", à la discipline de l'Armée ou de la Marine - même si les conditions de vie "civiles" de l'époque n'étaient pas franchement "Club Med" pour un jeune paysan ou ouvrier -. On était, alors, même dans les équipages de la Royale, dans une approche "chair à canon", c'est une notion qui s'assimile, sans problème, chez les engagés et même les "Inscrits", beaucoup moins chez un civil "appelé sous les drapeaux" - la plupart d'entre eux s'y plient jusqu'à la fin de leur temps, d'autres, non -. Selon l'époque, le service militaire était de 3 ou 5 ans - on est loin des 12 mois des années 1970-1990 ! - et il convient de prendre sa durée en considération - j'oublie, volontairement, la période des remplaçants "payés", qui, s'ils voulaient voir la couleur du "rachat", avaient intérêt à se tenir à carreau -.

Quand on a usé ses fonds de culotte dans la Royale, on constate, très vite, que si on s'y était cogné quelques jours d'arrêt simple, pour un motif mineur ou futil (retard à l'appel, etc.), on se retrouvait, très vite, classé "récidiviste potentiel" et qu'à la moindre m..., au sein du poste, même totalement innocent, on était, très vite, classé dans la catégorie des "suspects". Cà ne devait pas être beaucoup mieux, il y a, 150 ans de çà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 61
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Re: Les pontons,prisons flottantes.   Lun 16 Mai 2016, 19:28

Je vous remercie beaucoup pour toutes ces informations.Dans le document qui illustre votre propos se trouve mentionnee une expression qui au XIXeme siecle avait beaucoup de succes aupres des pénalistes,"le recalcitrant".
Cette notion me semble un peu imprecise:
Si le marin est un peu faineant,il devient un "disciplinaire",s il desobeit, un justiciable des travaux publics,et s il se mutine un criminel expose au pire...
Juridiquement,on est aux portes de l arbitraire.Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les pontons,prisons flottantes.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pontons,prisons flottantes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les pontons,prisons flottantes.
» Iles Flottantes... rapides
» ILES FLOTTANTES AUX CLEMENTINES
» [Poème] - Les prisons - PG
» DEBAT 3 | Les prisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LA MARINE A VOILE :: Période 1789-1815-
Sauter vers: