AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Presentation de tatahouinard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Presentation de tatahouinard   Sam 30 Avr 2016, 21:24

Bonjour.Ancien du 2eme Etranger,je consacre mes loisirs depuis 1977 au recensement des disciplinaires des armees depuis 1818, et aux unites de réfractaires et de déserteurs depuis 1643.Mon cousin, l amiral Baudoin avait debute des recherches sur les disciplinaires de Lorient au château de Vincennes.Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Dim 01 Mai 2016, 11:07

Citation :
[…]Ancien du 2eme Etranger, je consacre mes loisirs depuis 1977 au recensement des disciplinaires des armées depuis 1818, et aux unités de réfractaires et de déserteurs depuis 1643. Mon cousin, l'amiral Baudoin avait débuté des recherches sur les disciplinaires de Lorient au château de Vincennes.Cordialement.


… à vous, tatahouinard ! cheers

PS : De quel Baudoin s'agit-il au juste ? De Jean-Marie Joseph Paul (1910-…) ? de Louis (1922-2014)… ? de René Gustave (1901-…) ? de Pierre Charles (1905-1981) ?…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Tatahouinard   Dim 01 Mai 2016, 11:50

Bonjour et merci de votre accueil.Il s agit de la famille Baudoin de Saint Andre de Valborgne,dans les Cevennes,cousine du medecin general Pierre Puy, du Mazeldan,alias Dupuy Montbrun.Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valdechalvagne
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1805
Age : 48
Ville : puget thenier
Emploi : artisant
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Presentation de tatahouinard   Dim 01 Mai 2016, 16:10

bien venue et bonjour a vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2035
Age : 42
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Dim 01 Mai 2016, 17:31

bienvenue à vous cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers cheers

_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Disciplinaires de la marine (1818-1900)   Dim 01 Mai 2016, 18:26

Bonjour et merci.J ai fait passer une question sur les unites disciplinaires de la Marine au XIXeme siecle.Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Dim 01 Mai 2016, 21:32

Citation :
[…]PS : De quel Baudoin s'agit-il au juste ? De Jean-Marie Joseph Paul (1910-…) ? de Louis (1922-2014)… ? de René Gustave (1901-…) ? de Pierre Charles (1905-1981) ?…
tatahouinard a écrit:
[…] Il s'agit de la famille Baudoin de Saint-André de Valborgne, dans les Cévennes, cousine du médecin général Pierre Puy, du Mazeldan, alias Dupuy Montbrun. […]
tatahouinard a écrit:
[…] J'ai fait passer une question sur les unités disciplinaires de la Marine au XIXème siècle. […]

  • Vu la question (qui fait appel à solide érudition !)…
  • À propos de la généalogie familiale, malgré la réponse détaillée, ne suis pas encore parvenue à en déterminer la bonne branche… Sauf erreur, aucun des Baudoin cités n'a d'origine cévenole… Pourrait-il s'agir d'un autre encore ?…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Lun 02 Mai 2016, 21:15

Bonjour et bien venue à bord dans notre canot!
2ème étrange mais lequel REP ou REI ?

Je ne sais pas quand on allait plus à "Birib" mais je ne crois pas vraiment aux affectations disciplinaires et il me semble qu'il devait être presque impossible de faire plus dur que l'époque de la marine à voile.
Bien sur il y eu les Galères mais depuis Saint Vincent de Paul les choses avaient beaucoup bien changé.
En fin avec deux jours de retard joyeuses fêtes de CAMERONE cheers cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Lun 02 Mai 2016, 21:36

Baudoin de Saint André ?
Je trouve trois Branches
1) Les Pochons de Saint André
2) Les Vidal de Saint André
3)Les DURANT de Saint André

De quelle branche êtes vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Lun 02 Mai 2016, 21:39

Est-ce de lui dont vous nous parlez ?

Né le 16 mars 1905 à BREST (Finistère) - Décédé en juillet 1981 à TOULON (Var)

Inhumé dans le caveau familial au cimetière du REVEST (Var).


Entré à l’Ecole navale en 1924. Port de Cherbourg.

Officier breveté canonnier, directeur de tir.

Enseigne de vaisseau de deuxième classe le 1er octobre 1926.

Enseigne de vaisseau de première classe le 1er octobre 1928.

Lieutenant de vaisseau le 2 avril 1934.

Il embarque le 30 août 1937, sur le croiseur Foch en escadre de la Méditerranée, assiste au bombardement de Gènes, en juin 1940.

A cette occasion, le Foch détruit des réservoirs d’hydrocarbures et coule une vedette rapide italienne, qui l’attaquait à la torpille.

Après l’armistice, il est affecté à la D.C.A. de Toulon, mais ne rêve que de reprendre le combat.

Après le sabordage de novembre 1942, il fédère diverses autorités du port et de l’arsenal, et entre dans la résistance en se rapprochant du groupe SAMPAN composé du LV de la Ménardière (Max-Sampan) chef, du LV Midoux (René-Jonque) adjoint, de l’EV Sanguinetti (Tony-Canot) adjoint et d’un maître mécanicien volant Turleur (Perroquet) radio et des responsables départementaux et régionaux FFI.

Capitaine de corvette le 28 décembre 1943.

Le chef de la sureté navale, chargé par le gouvernement de Vichy de combattre les « pro-gaullistes » n’est autre que « Teddy » (Pierre Baudouin) le chef de la résistance marine (1). Avec ses adjoints de la Sureté navale les LV Pieters (futur commandant du Gustave Zédé), Gardies, Morel et Tournyol du Clos, l’inspecteur Ligier, l’EV Grandmanche et autres, il prépare le débarquement de Provence. Il envoie l’EV Sanguinetti à la rencontre du Général de Lattre de Tassigny, à peine débarqué, à son PC de Cogolin, avec renseignements et propositions, qui a permis de gagner quelques semaines sur le tableau de l’ordre de marche de la première armée, dans la libération des ports de Toulon et Marseille (2).

Capitaine de frégate le 9 octobre 1944.

Chef de cabinet du préfet maritime de Toulon.

Commandant de l’aviso Commandant Duboc et la première division d’avisos.

Capitaine de vaisseau le 1er octobre 1947. Commandant du croiseur léger Le Terrible, puis celui du croiseur léger Le Fantasque et de la première DCL.

Contre-amiral le 1er décembre 1954.

Affecté à l’état-major interallié centre-Europe, avant de prendre le commandement de marine Madagascar.

Major-général du port de Toulon de septembre 1957 à juillet 1958.

Commandant de la marine en Afrique centrale, à Dakar, de 1958 à 1960.

Vice-amiral le 1er février 1959.

Commandant du centre d’entrainement de la flotte (CEF) du 10 octobre 1960 au 16 juillet 1962, avec marque sur le BdL Jean-Bart.

Vice-amiral d’escadre le 1er novembre 1961.

Préfet maritime de la IIIe région, de septembre 1962 au 1er octobre 1964.



Décoration : Grand-officier de la Légion d’honneur (1963). Croix de guerre 1939-1945 avec palmes. Médaille de la résistance avec rosette.


Bibliographie : il a donné un court récit de sa participation à la Résistance dans un ouvrage collectif intitulé " La Résistance en Provence " 2ème tome, chapitre "La marine dans la résistance à Toulon" pages 169 à 193. Genève, éditions Famot, 1974.

Note 1) : voir le récit de cette situation romanesque dans Alex Wassilieff " un pavillon sans tâche", page 324.
Note 2) : « Vers 22 heures (le 18 août 1944) s’introduit dans mon PC une sorte de bandit corse, mai-gre et fiévreux, qui se présente avec exaltation : " Enseigne Sanguinetti, évadé de Toulon ". Son chef, le capitaine de frégate Baudoin , l’envoie me prévenir que les allemands réorganisent hâtivement leur dispositif. […] Tout retard dans l’arrivée des forces françaises risque donc d’aggraver les dommages et d’accroître les difficultés de notre manœuvre. ». Passage des mémoires de de Lattre cité par Arthur Layton Funk

Documentation personnelle :
Annuaires de la marine et annuaires des officier d’active (diverses années).
Collectif : " La Résistance dans le Var ". Hyères, ouvrage édité par l’Association des Mouvements Unis de la Résistance et du Maquis du Var, sd (1983).
Alex Wassilieff " Un pavillon sans tache, de l’armistice au sabordage-la vérité- ". Paris, Grasset, 1986.
Arthur Layton Funk " Les Alliés et la Résistance, un combat côte à côte pour libérer le sud-est de la France ". Traduction de l’américain par Christine Alicot. Aix en Provence, Edisud, 2001
Coupures de presse et notes manuscrites personnelles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 01:41

Bonsoir monsieur.Je vous remercie de vos reponses,mais il s agit d une autre famille qui habitait non loin du casernement du 2 eme REI.L enquete menee par la fille de Neptune va bientôt aboutir.Merci encore et bons forums.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 10:31

tatahouinard a écrit:
[…]J'ai fait passer une question sur les unités disciplinaires de la Marine au XIXème siècle. […]
Gilles17137 a écrit:
[…] Je ne sais pas quand on allait plus à "Birib"  mais je ne crois pas vraiment aux affectations disciplinaires et il me semble qu'il devait être presque impossible de faire plus dur que l'époque de la marine à voile.[…]
Ce n’est pas parce qu’il y a eu « plus dur [à] l'époque de la marine à voile » que le système n’a pas pu perdurer (fût-ce sous une forme atténuée).
Jusqu'à la fin du XXème siècle, sans doute, la marine a peut-être connu des unités plus ou moins pénitentiaires (des dépôts ? en casernes flottantes ?…) mais probablement pas de bâtiment.
Dans les armées, des unités disciplinaires ont été actives jusqu’à la fin de la Guerre d’Algérie ; principalement dans l’armée de Terre.
À la fin des années 1960, il n’en existait officiellement(*) plus qu’une seule pour l’ensemble des armées : une compagnie, basée à Briançon. Une unité interarmées, donc ; surtout encadrée par l’armée de Terre (chasseurs alpins ?). La fin de la conscription obligatoire a rendu inutile ce type d’unité.

(*) officiellement… car il convient de la distinguer des unités qualifiées ainsi par une réputation plus ou moins méritée, en fonction de la sévérité (ou du rigorisme) de l’encadrement.

Sa caractéristique de fonctionnement était extrêmement simple. Reconnaissant que dans un État de Droit il n’était pas acceptable (ni concevable) d’inventer (et d’appliquer) un règlement de discipline spécifique (et nécessairement hors droit pénal militaire) aux réfractaires, son principe était — tout simplement — celui d’appliquer le règlement de discipline à la lettre. Cela suffisait à rendre quasiment insupportable la vie courante.
Ce qui est accessoirement un aveu que, pour être vivable, le RDG doit être appliqué avec souplesse, subtilité et compréhension.


Dernière édition par DahliaBleue le Mar 03 Mai 2016, 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MONCEY
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe


Masculin
Nombre de messages : 271
Age : 70
Ville : ST POL SUR MER
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 21/11/2011

MessageSujet: présentation de tatahounar.   Mar 03 Mai 2016, 11:50

Bonjour char ami,et bien venu sur le forum.
Pour avoir des renseignements sur la personne recherchée il serait judicieux de te rapprocher
de Christophe ROUSSEL.Il possède une documentation très complète des anciens élèves de
l'Ecole Navale.
Maintenant en ce qui concerne les régiments disciplinaires ou semi disciplinaires cela existe encore.
Certain régiments de la Légion (presque tous) sont disciplinaires.Il faut regarder les écussons de régiment ou la flamme.
Trois bandes se sont des régiments disciplinaires,deux bandes des régiments semi disciplinaires.Par exemple,
la Gendarmerie à deux bandes sur les sous tâches,c'est une arme semi disciplinaire.Par contre,la Garde
Républicaine n'a pas de sous tâche et donc,n'est pas une arme ni disciplinaire,ni semi disciplinaire.

Bien cordialement MONCEY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 12:46

MONCEY a écrit:
[…] en ce qui concerne les régiments disciplinaires ou semi disciplinaires cela existe encore.[…]
Au sens du maintien des traditions, peut-être ?
Citation :
[…] Certains régiments de la Légion (presque tous) sont disciplinaires.[…]
Au sens de l'application rigoriste du Règlement ; mais pas statutairement.
Citation :
[…] Il faut regarder les écussons de régiment ou la flamme.
Trois bandes ce sont des régiments disciplinaires, deux bandes des régiments semi disciplinaires.
Par exemple, la Gendarmerie a deux bandes sur les sous tâches, c'est une arme semi disciplinaire.[…]
Ces bandes ont-elles vraiment une telle signification ? Si un gendarme est (fortement) indiscipliné, il est tout simplement exclu de la Gendarmerie, non ?
Les bandes ne seraient-elles pas plutôt des sortes de brisques de mérite ?
Citation :
[…] Par contre, la Garde Républicaine n'a pas de sous tâche et donc, n'est pas une arme ni disciplinaire, ni semi disciplinaire.[…]
Ce n'est pas une Arme, c'est une subdivision, plutôt.

À vrai dire, la fin de la conscription obligatoire a supprimé tout intérêt au principe de l'unité disciplinaire (quelle que soit l'armée concernée).

Même l'ultime unité de cet acabit (la compagnie interarmées de Briançon) a perdu cette caractéristique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 14:02

Bon, comme tout le monde s'entête à poster ici, je fais de même! lol!
Alors...
1) Peines applicables dans la Marine (1858)



Le versement dans les compagnies disciplinaires est une "simple" mesure, décidée par le Conseil de Discipline de l'unité (régiment), qui intervient avant le stade de la présentation éventuelle de l'individu devant un tribunal militaire, pour "faute grave". En fouillant dans les documents y relatifs, il s'avère qu'elle ne concerne pas les équipages de la Flotte mais, uniquement, les troupes de l'Armée de Terre et assimilées ( dont l'Infanterie de marine) ainsi que la gendarmerie.
La condamnation aux "Travaux Publics", assimilables aux "travaux forcés", en "moins dur", est, formellement, distincte du bagne.

2) Compagnies disciplinaires de l'Infanterie de Marine - Bulletin Officiel du Ministère des Colonies (1894)




3°) Les Compagnies disciplinaires au sein de l'Armée de Terre (Ministère de La Guerre (distinct du Ministère de la Marine) - 1890)




Les compagnies disciplinaires étaient, toutes, à l'époque (1890), cantonnées en Algérie & Tunisie.





Exit la Royale et ses équipages!  lol!

Je ne saurais trop conseillé à "tatahouinard" d'aller fouiller dans la riche collection de documents militaires que nous propose la BNF-Gallica, car on y trouve une foule d'informations, éléments indispensables pour une recherche efficace.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 20:13

Pour ce qui concerne les régiments de la Légion Etrangère je ne pense que tous les régiments étaient disciplinaire mais chaque régiment et particulièrement les unités saharienne comportaient une compagnie disciplinaire Je tiens de mon père une très vaste collection d'insignes et parmi ceux consacrés à la légion j'ai un insigne représentant sur la croix d'Agadès la grenade à 7 branches frappée entre la flamme et la base les deux lettres CD
Au 5 ème REI au moment de sa formation en Indochine il y avait une compagnie disciplinaire mais en réalité c'était une affectation temporaire pour faire plier les plus durs et en particulier les légionnaires ayant fait une tentative de désertion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JJ
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8369
Age : 70
Ville : VICHY
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 24/11/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 20:38

Et moi qui croyais naïvement que " CD " voulait dire Corps Diplomatique !! lol!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mar 03 Mai 2016, 22:10

Citation :
Et moi qui croyais naïvement que "CD" voulait dire Corps Diplomatique !! : lol!:
… voire Cornichon Diplômé
Citation :
Pour ce qui concerne les régiments de la Légion Étrangère je ne pense [pas] que tous les régiments étaient disciplinaires mais chaque régiment et particulièrement les unités sahariennes comportaient une compagnie disciplinaire.[…]
Il est certain que la Légion constitue une des subdivisions de l'armée les plus rigoureuses sur le plan disciplinaire. Ce qui ne lui impliquait pas nécessairement le label "unité disciplinaire" au sens sens hors légalité. Même si quelques unités pouvaient être particulièrement exigeantes sur le plan formalisme. Voir ici.
Citation :
[…] Au 5ème REI au moment de sa formation en Indochine il y avait une compagnie disciplinaire mais en réalité c'était une affectation temporaire pour faire plier les plus durs et en particulier les légionnaires ayant fait une tentative de désertion.
Tout simplement, en effet. C'était le rôle dévolu, dans les régiments ordinaires, aux compagnies d'instruction, chargées d'incorporer et de former les recrues (appelés) pendant leurs classes.

La notion d'unité disciplinaire doit être appréciée à l'aune de la perception (relative) de la rigueur ressentie.

De ~1965 à ~2002, la seule et ultime unité disciplinaire officielle était une compagnie interarmées, sise à Briançon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mer 04 Mai 2016, 11:05

DahliaBleue a écrit:

La notion d'unité disciplinaire doit être appréciée à l'aune de la perception (relative) de la rigueur ressentie.

En ce qui concerne les compagnies disciplinaires, au XIXème siècle, c'était de la rigueur puissance maximale; les conditions de vie étaient très proches de celles d'un bagnard (sous uniforme militaire). L'objectif est clair, cassé l'individu.
Nota : le terme mutilé correspond à une mutilation (considérée comme) volontaire, pour échapper au service.
De surcroit, il existait une graduation au sein de ces unités, le régime disciplinaire dans la section de pionniers (de discipline) était encore plus dur que dans la section de fusiliers.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mer 04 Mai 2016, 16:21

Loïc Charpentier a écrit:
Citation :
La notion d'unité disciplinaire doit être appréciée à l'aune de la perception (relative) de la rigueur ressentie.
En ce qui concerne les compagnies disciplinaires, au XIXème siècle, c'était de la rigueur puissance maximale; les conditions de vie étaient très proches de celles d'un bagnard (sous uniforme militaire). L'objectif est clair, casser l'individu.[…]
Je me suis mal exprimée : mon propos ne visait pas les authentiques unités disciplinaires, en tant que telles, mais les unités régulières (ou les Corps du même ordre) auxquel(le)s était faite une réputation de disciplinaire en raison de leur caractère - ressenti ou réel - plus autoritaire et plus rigoriste, que les autres. En effet à la manière de la Bounty, par exemple ; ou plutôt à celle de l'USS Caine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Mer 04 Mai 2016, 18:05

DahliaBleue a écrit:

Je me suis mal exprimée : mon propos ne visait pas les authentiques unités disciplinaires, en tant que telles, mais les unités régulières (ou les Corps du même ordre) auxquel(le)s était faite une réputation de disciplinaire en raison de leur caractère - ressenti ou réel - plus autoritaire et plus rigoriste, que les autres. En effet à la manière de la Bounty, par exemple ; ou plutôt à celle de l'USS Caine.

Dans la plupart des cas récents, l'aspect supposé "disciplinaire" du régiment sous-entendait, en réalité, pour les appelés qui y avaient servis, l'évocation d'une discipline "jugulaire-jugulaire", issue de la tradition - exemple, le 15/2 de Colmar, qui n'a jamais été un régiment disciplinaire! -. Une manière comme une autre de "se la péter", après coup. Wink

Sinon, le Captain Bligh, commandant du Bounty, était, accessoirement, un superbe connard, borné et imbu de son autorité, qui sévira, encore, par ses excès d'autoritarisme, dans la Royal Navy, même, après sa parution devant le Conseil de Guerre de l'Amirauté et son acquittement. Ce dernier était la conséquence directe de la récente mutinerie du Nore, qui avait sérieusement écorné l'autorité de l'Amirauté, et, même si une bonne partie des juges était convaincue que le comportement de Bligh était punissable, en aucun cas, il ne pouvait faire l'objet d'une sentence de culpabilité, dans l'ambiance délétère qui régnait, alors, dans la Navy en guerre!... Condamner un officier supérieur, à ce moment-là, revenait à se "suicider", aux yeux de la nation britannique et remettre en cause, de fait, l'autorité des officiers de la Navy. En plus, il y avait une insurrection irlandaise à gérer!

Par contre, Ouragan sur le Caine et son commandant, le Captain Queeg, sont, eux, des œuvres de pure fiction (même si le bouquin et le film sont intéressants à lire ou regarder). Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Tatahouinard suite   Jeu 05 Mai 2016, 18:54

Merci a tous pour vos brillantes interventions.Je pense qu il serait bon de preciser que l armee francaise n a compte de véritables unites disciplinaires,  c est a dire de corps de punition dans lesquels on était envoye sur decision du conseil de discipline, que les unites suivantes:
Compagnies de Discipline d Afrique (1818-1910):les compagnies de fusiliers reçoivent les sanctionnes,les compagnies de pionniers les fusiliers incorrigibles.Ces compagnies n ont servi qu une seule fois a former un "bataillon de marche des compagnies de discipline".C était en 1870-1871,avec des résultats assez mitiges.Elles ont tres peu tourne:Crimee,Tonkin,Tunisie.Au surplus,il est utile de noter que la tentative de reinserer ces soldats dans des unites combattantes était fortement deconseille apres l experience menee de 1832 a 1836 au sein des bataillons d Afrique.Les "zéphyrs" ,engages au passe trouble,ne supportaient pas les antimilitaristes et en ont meme assassine quelques uns.
Corps Disciplinaire Colonial (1860-1902):Constitue a l origine avec les 9emes et 10emes compagnies des trois bataillons d infanterie legere d Afrique,ou les soldats cumulaient les antécédents judiciaires et disciplinaires,le CDC comprend un  etat major et un depot a Oléron,ainsi que 4 compagnies:Guadeloupe,Senegal,La Reunion et Nouvelle Caledonie.Ells n ont jamais été reunies au sein du mythique "bataillon disciplinaire colonial", souhaite par Faidherbe ,pour des raisons de securite.Elles ont toutefois combattu au Senegal(1860-1882) au Soudan (1882-1902) a Madagascar (1885-1902) et participe a quelques operations de police en Nouvelle Caledonie.
Sections Spéciales (1910-1972):succédant aux CD,elles se distinguent en SS de CA (1910-1914) reparties sur les cotes de la Manche,et en SS régimentaires des XVeme (Marseille) et XVIIIeme CA (Bordeaux).Elles sont alimentees par 20 corps d armee sur 22.Regiments du XVeme CA:3eme,111eme,et 173eme RI.
          Régiments du XVIIIeme CA:6eme,123eme et 144eme RI.
L armee d Afrique et les troupes coloniales sont derogataires par rapport a la reforme de 1910 et conservent leurs disciplinaires avec elles,pour des raisons de commodite:
Legion Etrangere:8eme Cie du 2eme REI (Oranais) SS du Tonkin du 5eme REI (Ha Giang) et CDRE/EO du 2eme REI (ile de Tagne) de 1946 a 1954.En 1955,la CD glisse de Bechar a Djenien Bou Rezg puis devient la SS du Sahara dissoute en 1964.
Les trois dernieres SS sont celles de Djibouti (13eme DBLE) de Guyane (3eme REI) puis de Corte (2eme REI) rebaptisee "section d epreuve" finalement dissoute en 1978.
BILA:cinq sections de discipline creees en 1890,portees a huit avec la creation de trois BMILA en 1914.On culminera a douze SS en 1939-1940.La derniere est dissoute en 1972.
Tirailleurs et Zouaves:une section par regiment.Elles donnent les "sections de redressement" dissoutes en 1954.La derniere ferme ses portes en 1962.
Troupes Coloniales:une section par continent.
En France,on ne comptait plus qu une section de discipline par armee en 1939-1940.On crea une compagnie de discipline a Albertville en 1945 et une autre au sein des TOA,dissoute avec l apparition des FFA.Le grand public confondit alors la CD d Albertville avec le penitencier du meme lieu,ferme en 1926,et pire,la defunte CD des TOA avec la prison de Landau....
Les fusillades de Landau remontaient pourtant a 1813.
Apres les evenements de mai 1968 et surtout le film "Papillon" sorti en 1973-fiction qui relate les mémoires de Charriere,ancien de la SS de Calvi-la mode apparut de se dire "disciplinaire",en totalite,ou en partie....
Pourtant,la CSTM d Aiton disparaissait en 1972,et la 50eme Cie d instruction en 1976.
Internet a donc fabrique de nouvelles unites:
"bataillon disciplinaire des Spahis" alors que c est de la cavalerie!
"disciplinaires de l Artillerie,de la Cavalerie et du Genie..." alors que les unites disciplinaires sont une subdivision de l arme de l infanterie.
Et meme,pour rire un peu,cuisinier disciplinaire dans le Sahara (plus chaud que le four) et aumonier disciplinaire (plus proche de l enfer).
Comme a tente de l expliquer notre collegue,il faut distinguer le ressenti (le delire de persecution) de l institutionnel (l envoi en corps de punition).
Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: de tatahouinard a Moncey   Sam 07 Mai 2016, 11:07

Salut a toi cher Moncey.Les gendarmes n ont jamais été des disciplinaires,ni des "semi" ou des "quart" (excuse ce jeu de mot tres lourd avec leurs moyens de transport) tout simplement parce qu ils ont la charge du maintien de l ordre dans le cadre de la legalite republicaine.Et d une autre facon, Jacques Mesrine,le roi du mitard, n en est pas un non plus;il a servi en Algerie au sein d une compagnie du Materiel.J ai du envoyer une mise au point sur le site Justice: Ranucci/Rabineau car des témoins ont tente d expliquer la personnalite de Ranucci en racontant qu il avait souffert en "unite semi disciplinaire en Allemagne" (voir a ce sujet mon article dans passion militaria, "les disciplinaires en Allemagne,les raisons d un mythe" (I et II).Ceux qui ont été expedies devant le TPFA de Landau ne l avaient en general pas vole,meme si cela a coute une etoile a un de mes proches.
Les gendarmes ont toujours assure aupres des bat d Af des missions exemplaires,voire d un tres grand danger:mise en batterie des FM 24-29 dans les gares,arrestation des bandes d ivrognes etc..etc..En revanche,la Garde Republicaine a du fournir des encadrants aux BIL interarmees de GS en 1939-1940.Le colonel de Puel de Lobel,conservateur du musee des chasseurs de Vincennes,dont l unite voisinait, m a raconte que tous les soirs,les gardes se repliaient sur la prison du corps avec leurs mousquetons et s y enfermaient pour passer la nuit tranquille.Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Sam 07 Mai 2016, 14:24

tatahouinard a écrit:
Salut a toi cher Moncey.Les gendarmes n ont jamais été des disciplinaires,ni des "semi" ou des "quart" (excuse ce jeu de mot tres lourd avec leurs moyens de transport) tout simplement parce qu ils ont la charge du maintien de l ordre dans le cadre de la legalite republicaine.

A propos du personnel de la Gendarmerie, les textes confirment qu'il pouvait, également, être versé, pour mesure disciplinaire, dans lesdites compagnies disciplinaires, à l'exception des hommes de la Garde Républicaine, où, là, de toute manière, un coupable éventuel étant, immédiatement, viré comme un malpropre, il ne faisait plus partie de l'unité. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tatahouinard
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe


Masculin
Nombre de messages : 69
Age : 57
Ville : Ales,Choisy le Roi
Emploi : Retraite
Date d'inscription : 30/04/2016

MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   Sam 07 Mai 2016, 14:47

Bonjour.Naturellement,puisqu il est militaire.Mais on peut aussi le condamner a la reclusion ou a la peine de mort,comme un certain general en Nouvelle Caledonie,ou un certain marechal apres la guerre...Mais il n est plus gendarme!L affaire des filets de gendarme ou de je ne sais quoi de disciplinaire est une invention totale d appele en Allemagne et en Algerie.Les seuls policiers et gendarmes qui ont été condamnes a des peines criminelles et admis a servir sont ceux du BILOM,recrute dans les maisons centrales apres la guerre.Quant aux fameux GMR de Vichy,on en aurait compte que trois ou quatre.Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Presentation de tatahouinard   

Revenir en haut Aller en bas
 
Presentation de tatahouinard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Presentation de tatahouinard
» PRESENTATION STUDIO
» Presentation de l'eboueur Macedonien, Pabow
» presentation dun chanteur peu connu
» Krouchenko - HI everybody this is my presentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Votre Forum :: Trombinoscope-
Sauter vers: