AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les iles Eparses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 12:08

lorsque l'on parle d'ile possession française il est rarement fait état des iles "Eparses"
La dernière parution de Cols Bleu y consacre un article très intéressant
Cols Bleus N° 3045

Terres insulaires et tropicales de l’océan Indien, de superficies modestes et méconnues, les îles Éparses offrent à elles seules, grâce à leur zone économique exclusive (ZEE), un considérable espace maritime de 425 000 km2. Essaimées autour de Madagascar, les îles – Glorieuses, Tromelin, Juan de Nova, Europa et Bassas da India – sont administrées par les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) depuis 2007.



Les îles Éparses se sont longtemps résumées à un cimetière de navires. Route maritime majeure pour relier l’océan Atlantique à l’océan Indien, le canal du Mozambique voyait en effet chaque année sa litanie de navires s’échouer… pour la plus grande joie des chasseurs de trésor d’aujourd’hui. Sous cet angle, les îles apparaissent désormais comme des lieux de mémoire à protéger : Bassas da India abrite ainsi l’une des plus importantes réserves d’épaves allant du XVIe au XXe siècles, quand Tromelin recèle aujourd’hui encore les vestiges du dramatique épisode des esclaves oubliés(1). La préfecture des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), en étroite collaboration avec le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines du ministère de la Culture (DRASSM), s’occupe de la conservation de cet héritage et de sa protection. Mais, au-delà du passé, les îles Éparses sont appelées à jouer un rôle majeur dans le monde contemporain.



DES TERRES D’AVENIR

Vue comme une nouvelle « mer du Nord », la zone du canal du Mozambique attire les sociétés pétrolières, les Éparses ne faisant pas exception. Des licences d’exploration ont été accordées et laissent entrevoir d’importants gisements d’or noir et de gaz, notamment au large de Juan de Nova. Des encroûtements cobaltifères et des nodules polymétalliques, ressources minérales des profondeurs, ont également été localisés dès 1979 par le Marion Dufresne, tandis que les ressources halieutiques – thon et espadon – attirent toutes les convoitises. Le concombre de mer (holothurie) et autres échinodermes sont particulièrement ciblés au large de Juan de Nova(2) et des Glorieuses. Ils font le bonheur des consommateurs asiatiques, friands de ces mets. La surveillance de ces vastes zones économiques exclusives (ZEE) est donc un véritable défi pour la Marine. Ses missions de défense de la souveraineté et de protection des intérêts nationaux couvrent aussi bien la lutte contre le pillage des épaves et la pêche illicite, que la préservation de potentielles ressources(3).



UNE TERRE DU « MILIEU »

Les îles Éparses ne sont occupées que par quelques météorologues, scientifiques et militaires, qui sont relevés en moyenne tous les quarante-cinq jours. Cette faible présence humaine contribue à l’état de conservation exceptionnel de ces îlots qui en fait un lieu privilégié de la biodiversité marine. Les écosystèmes sont quasi-primitifs : témoins de l’évolution des espèces, on y trouve une faune presque originelle qu’il convient de valoriser. Véritable laboratoire des sciences du climat, les Éparses constituent un observatoire idéal des effets du réchauffement climatique sur la biodiversité. Néanmoins, menacée par la montée des eaux et le risque de marée noire, leur existence est aujourd’hui précaire… En plein cœur du trafic maritime mondial, le canal du Mozambique voit en effet transiter chaque année plus de 700 millions de tonnes de pétrole brut, soit 30 % de la production mondiale en 2013. Il constitue une voie de navigation alternative au canal de Suez. Fréquenté annuellement par plus de 5 000 navires, ce passage présente un risque pour les aires marines protégées de la région. Et plus encore dans les années à venir : le développement des flux sud-sud, ainsi que les découvertes en hydrocarbures laissent à penser que son rôle stratégique ne cessera de croître.



DES TERRITOIRES CONVOITÉS

Réservoir d’hydrocarbures, richesse des écosystèmes, emplacement stratégique… tous les éléments sont réunis pour faire de ces îlots l’objet de convoitises. Madagascar revendique les îles du canal, tandis que Maurice réclame Tromelin. Si la France et les Seychelles se sont accordées sur la ZEE des Glorieuses, les délimitations d’autres Éparses restent contestées. Afin de faciliter les relations interétatiques, le Sénat s’est efforcé de trouver une solution en valorisant le rôle des Éparses comme trait d’union entre les acteurs de la zone, afin de les rapprocher plutôt que de les opposer. L’accord de cogestion économique, scientifique et environnementale passé entre la France et Maurice en 2010 pourrait justement fournir le « modèle » d’une nouvelle dynamique. Mais l’Assemblée nationale, au nom du respect de la souveraineté, se refuse pour le moment à entériner l’accord. Le maintien d’une permanence française reste ainsi un véritable enjeu pour l’avenir, dans lequel la Marine nationale aura un grand rôle à jouer, notamment grâce à ses bâtiments multimissions (B2M) et ses bâtiments de surveillance et d’intervention maritime (Batsimar).



ASP Camille Morel,

Centre d’études stratégiques de la Marine (CESM)



(1) En 1760, des esclaves malgaches naufragés se retrouvent abandonnés sur l’île de Tromelin. Certains survivront dans des conditions extrêmes avant d’être secourus quinze ans plus tard.

(2) Une saisie de 1 tonne d’holothuries a été réalisée le 29 mars 2014 par la frégate de surveillance Nivôse sur une embarcation dans le lagon Juan de Nova.

(3) Le Pacific Falcon, navire sous pavillon singapourien pratiquant la recherche sismique à des fins de prospection pétrolière sans autorisation française, a été intercepté en 2013 par la Marine dans la ZEE d’Europa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 12:11

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10283
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 14:23

Gilles17137 a écrit:
lorsque l'on parle d'île possession française il est rarement fait état des îles "Éparses" […]
Rarement ? Dans les médias ? C'est pourtant bien leur appellation… thumleft et bien connue des marins. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15483
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 14:37

Intéressant, fort peu connues en effet!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2403
Age : 70
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 15:02

NIALA a écrit:
Intéressant, fort peu connues en effet!

" bien connue des marins." (Dahlia Bleue) (sic)...en tant qu'amers, surement, mais, surtout, méconnues en ce qui concerne leur situation politique "complexe". Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JJ
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8369
Age : 70
Ville : VICHY
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 24/11/2010

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 17:39

Cela me fait penser à une autre île méconnue, sous d'autres latitudes.

Le plus petit territoire français avec 1,7 km carré de superficie et zéro habitant, mais avec un code postal (98799) !  lol!

J'ai nommé l’Île de Clipperton ex Île de la Passion, avec son fameux lagon " sans fond "

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_de_Clipperton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10283
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Les iles Eparses   Sam 06 Fév 2016, 18:56

JJ a écrit:
Cela me fait penser à une autre île méconnue, sous d'autres latitudes.
Le plus petit territoire français avec 1,7 km carré de superficie et zéro habitant, mais avec un code postal (98799) !  : lol!:
J'ai nommé l’Île de Clipperton ex Île de la Passion, avec son fameux lagon " sans fond " Clipperton
Il semblerait que le code postal ait (récemment ?) changé, et soit devenu 989 ou 98901.
En y réfléchissant, ça n'est pas si absurde d'attribuer un code postal à un territoire, même inhabité, ou seulement à l'occasion de campagnes de recherche ; sur le territoire métropolitain il existe des hameaux ou villages dans la même situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les iles Eparses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les iles Eparses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les iles Eparses
» Iles
» Iles nuageuses
» Les iles du Cap Vert.
» vendredi,iles de paix

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Afrique et Moyen Orient :: Autres pays d'Afrique-
Sauter vers: