AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Guerre des Malouines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Francis Marliere
Second maître
Second maître


Masculin
Nombre de messages : 566
Age : 43
Ville : Tourcoing
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Guerre des Malouines   Ven 12 Juin 2015, 11:46

Bonjour,


mon intérêt pour la guerre des Malouines s'est réveillé récemment et j'ai quelques questions auxquelles je ne trouve pas de réponse.

La Royal Navy avait en 1982 plusieurs navires potentiellement fort utiles pour ce genre de conflit. L'Intrepid a été sorti de la réserve et envoyé aux Malouines, mais d'autres (HMS Bulwark, Tiger et Blake en particulier) ne l'ont pas été. La raison est-elle d'ordre matériel (bâtiments trop usés ou travaux trop longs) ou politique / budgétaire ?

Je me demande pourquoi certains navires argentins n'ont pas été utilisés lors de l'invasion des Malouines et/ou de la sortie contre la flotte britannique fin avril / début mai :
* le croiseur General Belgrano et le destroyer Segui dans le premier cas
* le destroyer Comodoro Py dans le second
* le destroyer Almirante Domecq Garcia dans les deux cas

Je ne comprends pas la décision d'envoyer le Santa Fe ravitailler la Georgie du Sud. Le Santa Fe était trop lent pour arriver à Grytviken avant les britanniques et trop vieux pour les combattre. La logique voudrait que l'ARA envoie soit des navires assez rapides pour effectuer la mission avant l'arrivée de l'ennemi ou assez puissants pour pouvoir leur résister en cas de rencontre.

Par ailleurs, je réfléchis à un scénario pour Harpoon basé sur les évènements de Georgie du Sud (Opération Paraquet), dans lequel les argentins envoient un transport escorté en lieu et place du Santa Fe. Je me demande quel transport pourrait faire l'affaire. Je pense à plusieurs navires :
* Bahia Paraiso
* Almirante Irizar
* Bahia San Blas / Canal de Beagle / Cabo de Hornos
* Piloto Alsina
* Puerto Deseado
* etc
Cependant, je ne trouve pas d'informations assez précises et fiables sur la position et l'utilisation de ces navires à la période donnée permettant de confirmer ou d'infirmer ces hypothèses.

Merci d'avance pour vos remarques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6656
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Ven 12 Juin 2015, 20:46

pour les 3 navires de la RN cités c'est leurs état matériels et le délais de remise en état qui font qu'ils ne sont pas réarmés.

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valdechalvagne
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1785
Age : 48
Ville : puget thenier
Emploi : artisant
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Guerre des Malouines   Ven 12 Juin 2015, 22:22

bonjour si sa peut intéressé !

http://laguerredesmalouines.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ironclaude
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1035
Age : 68
Ville : BAYONNE
Emploi : Ingénieur retraité
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Sam 13 Juin 2015, 23:00

LE BRETON a écrit:

pour les 3 navires de la RN cités c'est leurs état matériels et le délais de remise en état qui font qu'ils ne sont pas réarmés.
Et côté Argentin, plus surprenant, l'invasion avait été lancée dans un gros état d'impréparation, ils n'imaginaient apparemment pas que les Anglais allaient réagir.
Pas mal de bateaux et d'avions à l'effectif n'étaient pas "ops"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 01:29

Et pourquoi les Mirages n'ont pas ete engages ?!
il n'aurait fait qu'une bouchees des harriers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 08:26

Et ben non justement loin de là...

Il y eut un seul combat entre les Mirage III EA et les Sea Harrier et cela se solda par un 2-0 pour les Britanniques. Jusqu'à cette rencontre les Argentins évitaient de descendre à l'altitude des Harrier, là où les delta perdaient leur avantage de manœuvrabilité à grande vitesse. Le jour où ils l'ont fait ils se sont fait surprendre.
Ils ont été accrochés au radar en face à face, Barton et Thomas ont manœuvré par la gauche se sont placé derrière eux sans que les Argentins les voient ... Alors que le n°2 argentin défile devant lui de droite à gauche Barton lui envoie une rafale de 30 mm en snap shooting et le manque. Barton finit son virage à gauche et descend le n°2 à l'aide d'un AIM 9L; le lieutenant Perona s'est retrouvé accroché à son pépin sans savoir ce qui lui arrivait. De son côté Thomas après avoir fait une baïonnette suit le leader argentin qui part en virage serré à droite en accélérant et en piquant il tire un AIM 9L qui endommage le Mirage. Le Capitaine Cuerva essaie de se poser à Port Stanley mais se fait descendre et tuer par la DCA argentine un peu nerveuse ...

Après leur départ en passant au large de la Bretagne les Sea Harrier s'entrainèrent contre les Mirage V de Colmar ... après avoir pris quelques raclées ils ont adapté leurs tactiques en jouant notamment sur les qualités de la version Lima du Sidewinder. Le cochers de Sea Harrier de la Fleet Air Arm étaient considérés comme l'élite des pilotes de chasse britanniques.

A la suite de ce combat et surtout des missions Black Buck sur Stanley les Argentins ont affecté les III EA du Gruppo 8 à la défense de Buenos-Aires, ils refirent quelques CAP en fin de conflit mais de toute façon la forte consommation d'huile de l'Atar 9C réduisait l'autonomie des Mirage qui étaient de surcroit quasiment short petrol en arrivant sur l'archipel.


Dernière édition par pascal le Dim 14 Juin 2015, 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10328
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 10:21

pascal a écrit:
[…] Barton lui envoie une rafale de 30 mm en snap shooting et le manque. […]
scratch  Y a-t-il une autre méthode tir au canon ? À moins qu'il ne s'agisse là de décrire un tir instinctif, sans (vraiment) viser ?
Citation :
[…] la forte consommation d'huile de l'Atar 9C réduisait l'autonomie des Mirage qui étaient quasiment short petrol en arrivant sur l'archipel.
« […] d'huile » ? Une façon de désigner le kérosène ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 10:48

@Dahlia

snap shooting: tir d'instinct sur une cible qui défile devant l'avion, dans 99% des cas le tireur rate la cible car celle ci vole à 7/800 km/h ... mais on ne sait jamais

huile: non le kérosène c'est le "pétrole" ou "petrol" genre "short petrol" mais phrase était mal tournée, en arrivant sur l'archipel les III EA sont presque au "bingo" petrol c'est à dire point auquel ils doivent rentrer pour ne pas tomber en panne sèche et de surcroit leur réserve d'huile ne leur permettrait pas de voler guère plus longtemps ...

Non il s'agit bien de l'huile lubrifiant moteur ... certains réacteurs surtout d'ancienne génération (et aussi fonction de leur âge) consomment beaucoup de lubrifiant (çà "pisse" d'ailleurs souvent sur les fuselage ou aux divers reniflards autour du réacteur (exemple regardez certains pieds de dérive des Mirage 2000 vous comprendrez) dès lors leur autonomie de vol est parfois conditionnée par autre chose que le pétrole. C'est d'ailleurs un des très nombreux avantages du rafale révélé durant l'opération Serval, l'autonomie en huile du M 88 est très importante ...

C'est la même chose pour l'oxygène: pilote les pilotes argentins volaient sur deux types de A4 les B et les C; et de mémoire ceux de la FAA (l'Armada volait aussi sur A4) qui utilisaient une des deux versions voyaient leur autonomie rognée par une réserve d'oxygène plus réduite ce qui était ennuyeux vu que le A4 était le seul appareil argentin de strike avec le SUE à être ravitaillable en vol.

On a souvent dit que le malheur des argentins (notamment les pilotes de Dagger du Gruppo 6) résidait dans le fait qu'après 700 km de vol avec des configuration chasseurs bombardiers deux/trois bidons plus deux bombes et sans capacité de ravitaillement en vol le tout en basse très basse altitude ils n'avaient aucune chance face aux "moustachus" anglais.
Leurs réserves de pétrole étaient au plus juste quand ils arrivaient sur les îles (leur objectif consistait à trouver une cible larguer leurs bombes et rentrer le plus vite possible) et de surcroit leurs AIM 9 B avaient une enveloppe de tir très < à celle de la version Lima livrée aux Britanniques par les Américains ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10328
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 11:15

pascal a écrit:
@Dahlia
snap shooting: tir d'instinct sur une cible […]
huile: non le kérosène c'est le "pétrole" ou "petrol" genre "short petrol" mais phrase était mal tournée […]
Non il s'agit bien de l'huile lubrifiant moteur […]
C'est plus clair ainsi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 12:25

Pourquoi les argentins n'ont pas bases la FAA a Port Stanley ?

Certes, cela aurait deplacer du monde avec le soutien et le reste, mais c'aurait et l'affaire de 2-3 bateaux, et ils avaient le temps pour eux au debut.
De cette maniere, la FAA aurait put etre beaucoup plus effective, plutot que de perdre plusieurs avios par panne seche.

Pour le combat perdant du mirage, je suis surpris, car les missiles matra avait une autre portee que les Sidewinder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10328
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 12:47

pascal a écrit:
@Dahlia
snap shooting: tir d'instinct sur une cible qui défile devant l'avion, dans 99% des cas le tireur rate la cible car celle ci vole à 7/800 km/h… mais on ne sait jamais[…]
Il est certain qu'un tir sur une cible en fort défilement latéral est quasiment voué à l'échec, surtout à l'instinct ! et le tireur en virage !
À moins de viser (et d'ajuster) largement devant elle !
C'est vraiment du tir au jugé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 13:36

Citation :
Pourquoi les argentins n'ont pas bases la FAA a Port Stanley ?

Certes, cela aurait deplacer du monde avec le soutien et le reste, mais c'aurait et l'affaire de 2-3 bateaux, et ils avaient le temps pour eux au debut.
De cette maniere, la FAA aurait put etre beaucoup plus effective, plutot que de perdre plusieurs avios par panne seche.

Pour le combat perdant du mirage, je suis surpris, car les missiles matra avait une autre portee que les Sidewinder.

1- Port Stanley à l'époque est une piste de 1300 m qui se transforme en patinoire en cas de pluie aucune barrière d'arrêt  aucun taxiway aucun parking pas un hangar ...
Les argentins n'y poseront même pas les A4 ...
Ce n'était même pas une question de logistique mais plus sérieusement d'infrastructures.

2-Tu es surpris parce que tu surestimes la valeur de certaines choses et que tu penses que les argentins avaient des missiles Matra 530 opérationnels et avaient décidé de les utiliser ce jour là je t'invite à te documenter sur les performances réelles du Matra 530 et du Cyrano II A du III EA en allant ailleurs que sur le wiki lol! tu ne sera pas déçu !
Quant aux Matra 550 dont sont dotés les III EA ce sont des engins de la catégories des AIM 9 P et tirables uniquement en secteur arrière selon un angle assez fermé ;les AIM 9L eux sont des IR tirables tout secteur

@Dahlia
Citation :
À moins de viser (et d'ajuster) largement devant elle !

il faut en avoir le temps là on parle en fractions de seconde


Dernière édition par pascal le Dim 14 Juin 2015, 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 15:17

Tu as l'air de bien connaitre ton sujet sur les malouines et les forces aero

Je pensais le Matra nettement meilleur que ca en fait.

pour Port Stanley, les C130 y atterissaient regulierement, c'etait si compliques d'en faire une base qui se tenait ?
Plus compliques que de faire venir a chaque vol des zincs du continent ? Bon, les argentins ne sont pas idiots, ils ont du y penser quand meme. sans doute qu'il y avait des raisons.
Aussi, l'Aeroport de Port Stanley a ete l'objet d'attaque des Anglais, avec les Vulcain, il devaient aussi y avoir des raisons.
Pour un taxi way, je ne sais pas, mais je vois comment ils font les routes heavy duty dans mon chantier naval en Chine.
tu creuses un trou de la largeur de la route, profond de 60cm, tu remplis de gravier et tu met un couche de beton avec un camion beton ou un betonneuse, de 20~30 cm... et une semaine apres, roule raoul, avec des blocs de 300 tonnes sur le camion... alors un mirage ou un dagger, qui doit pas faire 10 t... franchement, surtout pour un taxiway a vitesse reduite, je ne vois pas le probleme
Qualite pas terrible, soit, mais ca tiendrat le temps que ca pourra et ce sera suffisant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ironclaude
Elève officier
Elève officier


Masculin
Nombre de messages : 1035
Age : 68
Ville : BAYONNE
Emploi : Ingénieur retraité
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 16:22

Ca relève de l'improvisation qui a présidé à cette histoire côté Argentin... Un coup de poker des généraux dont la dictature s'essoufflait et qui voulaient redorer le régime, sans avoir sérieusement imaginé une riposte des Anglais.
Dans ce contexte les travaux qu'il aurait fallu faire pour transformer la piste en base opérationnelle sérieuse n'avaient pas été prévus, et il faut dire aussi que vu l'endroit ou étaient les Iles la logistique n'était pas évidente.
Cela dit, les Argentins ont quand même utilisé l'aérodrome et sa piste pour y baser des avions d'attaque légers biturbopropulseurs "Pucara" pour lesquels la piste était assez longue et qui ont pu y opérer pendant le conflit.
La quasi totalité des avions de ce type engagés ont été détruits en l'air ou au sol.
Preuve que baser des avions sur place n'était pas une solution évidente, les Commandos britanniques ont mené un raid sur un autre aérodrome annexe et y ont détruit tous les avions et hélicos qui s'y trouvaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Dim 14 Juin 2015, 16:37

Le problème Bill il est que tu compares des choses non comparables, en Chine vous avez tout sous la main, les moyens industriels sont là pour répondre à la demande.
En 82 Stanley rien n'est prévu, amener un Bulldozer sur place c'est déjà une rotation de C 130, il faut tout apporter il n'y a rien là bas pas de centrale à béton pas de gravillons aucun spécialiste infra ...
la priorité va au déploiement des 14000 gusses qu'on envoie là bas avec leur logistique et tout le tralala, tout çà avec moins de 10 C 130 pas tous dispo, peu ou pas de moyens pour décharger les petits cargos susceptibles d'être utilisés et la menace des premiers bombardements par les Vulcan.
Dans l'échelle des priorités le renforcement des capacités aéroportuaires arrive en fin de liste

Outre les Pucara (dont un certain nombre étaient basés à Prebble Island où ils furent détruits par le SAS) Stanley vit l'arrivée de MB 339 ...

Ces appareils étaient parqués en plein air le long de la piste où pour éviter qu'ils ne s'embourbent on avait disposé des madriers perpendiculairement au runway sur lesquels on les faisait rouler... Ils appréciaient très peu l'humidité de l'endroit et leur disponibilité était très réduite compte tenu de problèmes électriques récurrents.

Les appareils parqués à Stanley subirent les raids Blackbuck des Vulcan avec notamment une bombe de 454 kg qui y fit un superbe cratère, mais surtout les attaques de Harrier et Sea Harrier avec des bombes à fragmentation de 454 kg qui détruisirent ou mirent hors de combat quelques Pucara.

Un aérodrome pour appareils militaires à réaction ne s'improvise pas en 1 mois ni même en 2. Déjà rien que sur le continent quand il a fallu desserrer les Daggers à San Julian et les A4 à Rio Gallegos ce ne fut pas de la tarte car ces aérodromes régionaux prévus pour accueillir des vols commerciaux d'appareils de taille moyenne n'étaient absolument pas préparés à recevoir 15 ou 20 chasseurs bombardiers avec la logistique et les munitions qui vont bien. Avions et matériel dormaient à la belle étoile ou sous la flotte car là bas en mai il pleut souvent.

Comme le dit Ironclaude la clique militaire argentine aux abois avait joué un coup de poker aux Falklands en pensant que les Anglais n'iraient pas et pensaient ainsi redorer un blason particulièrement terni à peu de frais, ils se trompaient sur toute la ligne, car Maggie a décidé d'y aller ... Alors certes dans les premiers jour ce fut l'euphorie mais quand le contingent envoyé  sur place a commencé à subir les rigueurs de l'hiver austral plus les premiers bombardements ce ne fut plus du tout pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Marliere
Second maître
Second maître


Masculin
Nombre de messages : 566
Age : 43
Ville : Tourcoing
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 09:43

J'ajouterai quelques précisions à l'excellent exposé de Pascal.

Jusqu'au torpillage du Belgrano, les argentins ne croyaient pas qu'ils se battraient contre les britanniques. Les préparatifs militaires visaient à décourager l'ennemi et non à se préparer à le combattre. Dans ces conditions, transformer l'aéroport de Port Stanley en véritable base aérienne n'a pas vraiment de sens.

Le terrain des Malouines rend les travaux d'allongement de la piste très difficiles et très longs. Le sol est à ce point mou que la plupart des véhicules s'embourbent, et que les pièces d'artillerie s'enfoncent lorsqu'elles tirent. Allonger la piste est donc plus compliqué que ce que décrit Bill.

Enfin, comme l'a souligné Pascal, une base aérienne ne se résume pas à une piste d'aviation. Pour transformer l'aéroport de Stanley en base aérienne pouvant accueillir des Mirage, Dagger, Skyhawk et / ou Super Etendard, il aurait fallu du personnel et du matériel en grande quantité (pilotes, mécaniciens et armuriers ; pièces détachées, munitions et carburant ; dca supplémentaire, moyens de communications, logements et nourriture, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10328
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 10:15

Francis Marliere a écrit:
[…] Les préparatifs militaires visaient à décourager l'ennemi et non à se préparer à le combattre. […]
Il est cependant totalement illusoire de prétendre décourager un ennemi sans se préparer à le combattre ! scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 16:27

compliques, compliques compliques... pas tant que ca quand meme...

cas concret que je vois:
1- une riziere, terrain tres mou, on ne peu pas plus mou que ca !
2- une pelleteuse ou 40 clamplins avec des pelles
3- du fer a beton entrecroises, et si y'a pas tant pis
4- 40 clampins a la betoneuses avec des pelles
la route est faite et des camions avec des blocs de bateaux roulent dessus.... ou, comme mon grand pere l'avait connus, on construit la ligne maginot en alsace. Avec des pelles, une betoneuse, je ne parle pas la de technologie particuliere. vous avez vu le mur de l'Atlantique ?!

Bon, on ne refera pas l'histoire, les Argentins se sont plantes. Le fait est.

Mais installez un taxiway sur une piste meme en 1982 a Port Stanley... ce n'est jamais que quelques centaine de tonnes de beton et un peu de charpentes metalliques pour faire un atelier.
Et dans le contexte d'une guerre moderne, le trouffion est plus utile avec une pelle(teuse) qu'avec un fusil.
Clairement, quand le trouffion en vient a utiliser un fusil, c'est que la guerre est perdu !

Maintenant, je peut poser la question : est ce qu'ue armee ne doit pas plus compte sur des entrepreneurs de l'industrie et des BTP que sur des strateges militaires ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Marliere
Second maître
Second maître


Masculin
Nombre de messages : 566
Age : 43
Ville : Tourcoing
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 16:57

Ne travaillant pas dans le bâtiment, je ne peux pas développer sur les difficultés techniques qui rendent l'allongement de la piste difficile. Je ne peux que citer le major Southby-Tailyour (RM), fin connaisseur des îles, qui conseilla le commodore Clapp pour le choix des plages de débarquement. Il estimait qu'en raison de la nature du terrain (toundra), il était possible de rallonger la piste mais que cela prendrait plus de temps que n'en avaient les argentins.

Par ailleurs, le rallongement de la piste n'est qu'une donnée du problème. Il faut également construire des aires de dispersion et des taxiways (désolé de l'anglicisme) pour y garer les avions. Il faut également construire des hangars pour entretenir les avions (on ne travaille probablement pas l'électronique d'un Mirage III ou d'un Super-Etendard sous une pluie battante) et stocker les munitions et les pièces détachées. Il faut construire les infrastructures pour stocker le carburant et transférer celui-ci aux avions (faire le plein d'un Dagger avec une pompe à main demande un certain temps). Il faut des tonnes et des tonnes de carburant, lubrifiants, pièces détachées et munitions. Il faut renforcer les défenses aériennes de la base, ses moyens de communication, etc.

Tout cela demande des rotations de C-130 et une organisation que l'Argentine ne possède pas. Les C-130 ont été utilisés au maximum pour acheminer des hommes, des vivres et des munitions, et je doute que la FAA avait des capacités de projection permettant d'acheminer les hommes et le matériel nécessaires avec un préavis si bref.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Marliere
Second maître
Second maître


Masculin
Nombre de messages : 566
Age : 43
Ville : Tourcoing
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 17:28

Bill a écrit:
ce n'est jamais que quelques centaine de tonnes de beton et un  peu de charpentes metalliques pour faire un atelier.

Je rebondis sur ce qu'a écris Bill. Compte-tenu de la capacité d'emport d'un C-130 (20 tonnes si ma mémoire est bonne), il aurait fallu des dizaines de rotations rien que pour amener le matériel (sans parler des Buldozers, bétonnières, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Lun 15 Juin 2015, 19:42

Salut Francis

Pour faire comprendre çà à "ching" Bill un seul conseil ...

yaka faucon
essaie encore Mr.Red

Cordialement et rendez-vous à Manado !!!

Pascal

PS

Bill regarde google earth et rallonge la piste de Stanley de 1000 m (un piste aux normes OTAN c'est 2400m x 45)

précision l'aéroport de Stanley en 2015 n'a plus rien à voir avec celui de 82 notamment en terme de parkings (je ne parle pas de Mount Pleasant)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Mar 16 Juin 2015, 00:56

pascal a écrit:
Salut Francis

Pour faire comprendre çà à "ching" Bill un seul conseil ...

yaka faucon
essaie encore Mr.Red
Cordialement et rendez-vous à Manado !!!

Pascal

PS

Bill regarde google earth et rallonge la piste de Stanley de 1000 m (un piste aux normes OTAN c'est 2400m x 45)


Merci du commentaire, j'aprecie beaucoup....

1- je n'ai jamais parle de rallonger la piste, mais de faire un taxyway, ce qui pour moi correspond a un parking. Et je ne repondais qu'a une question sur les moyens a mettres en oeuvre pour ce faire, pas plus.
2- je n'ai jamais penses empiler des sacs de ciment dans un C-130, mais je me dit que meme a port Stanley en 1982, les locaux n'habitaient pas dans des cabanes et qu'une boite de BTP avec un buldozzer des camions et une betoneuse devait exister dans le coin avant l'invasion
3- je fais des bateaux, pas des avions, je sais que les skyhawk decolle de porte avions, je pensais que 1300 m leurs suffisaient.
4- les transports dans les iles peuvent se faire par bateau figurez vous, pas juste par C-130

Maintenant, si je vous embete avec mes questions, vous me le dites.....

J'aprecie Beaucoup les post de Francis Marliere, il connait vraiment bien son sujet et de nombreux details sur les malouines, les avions, l'armement. c'est un plaisir de le lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5133
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Mar 16 Juin 2015, 06:32

Si tu n'allonges pas la piste tu n'auras aucune occasion d'y faire atterrir autre chose que des appareils légers incapables de faire autre chose que ce que firent les Pucara en 82 ... le reste est à l'avenant à Stanley ...

Que tu apprécies ou pas mes commentaires çà te regarde et personnellement je m'en tamponne, moi j'essaie simplement de te donner des faits, tu dis ne pas comprendre pour quoi ceci pourquoi cela okay mais tu ne te donnes même pas la peine de comprendre comment fonctionnent effectivement les choses dans leur ensemble, en dehors de tes propres certitudes ...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Marliere
Second maître
Second maître


Masculin
Nombre de messages : 566
Age : 43
Ville : Tourcoing
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Mar 16 Juin 2015, 10:02

Bonjour Bill,

Bill a écrit:

1- je n'ai jamais parle de rallonger la piste, mais de faire un taxyway, ce qui pour moi correspond a un parking. Et je ne repondais qu'a une question sur les moyens a mettres en oeuvre pour ce faire, pas plus.

Au temps pour moi, je n'avais pas compris. Cela étant dit, les problèmes logistiques et organisationnels restent les mêmes.

Bill a écrit:

2- je n'ai jamais penses empiler des sacs de ciment dans un C-130, mais je me dit que meme a port Stanley en 1982, les locaux n'habitaient pas dans des cabanes et qu'une boite de BTP avec un buldozzer des camions et une betoneuse devait exister dans le coin avant l'invasion

Je peux me tromper mais il me semble que les Malouines sont à l'époque vraiment le bout du monde (et je dis "le bout" pour ne pas dire le "trou ..."). Je ne suis pas persuadé qu'il y ait des enterprises de BTP avec le personnel, le matériel et les matériaux pour un tel chantier.

Bill a écrit:

3- je fais des bateaux, pas des avions, je sais que les skyhawk decolle de porte avions, je pensais que 1300 m leurs suffisaient.

Le problème n'est pas uniquement de décoller mais également d’atterrir. Même les A-4 navalisés ont besoin d'une certaine longueur de piste pour atterrir en toute sécurité lorsqu'il n'y a pas de système d'arrêt comme sur un porte-avions. J'insiste sur le fait qu'il s'agit d'atterrir en sécurité c'est à dire avoir une longueur de piste suffisante pour les cas difficiles : piste mouillée, mauvaise visibilité, avion endommagé, pilote épuisé et stressé par le combat, piste éventuellement endommagée, etc. Il faut donc prévoir une piste bien plus longue que ce dont les avions ont besoin.

Si ma mémoire est bonne, les argentins avaient bricolé un système artisanal (avec des chaînes) pour ralentir les avions durant l'atterrissage, afin de permettre l'usage de la piste de Stanley. Ils n'osèrent cependant pas l'utiliser, compte-tenu du côté aléatoire du dispositif, de la pression britannique (bombardements réguliers par les Harriers et des frégates) et des problèmes logistiques.

Je reviens, une fois n'est pas coutume (désolé d'être rabat-joie), aux problèmes logistiques. Allonger la piste est une chose, mais transformer l'aéroport de Stanley en une base pour Mirage, Dagger ou Skyhawks en est une autre. Il faudrait pour cela construire des infrastructures et amener une quantité de matériel (carburant, munitions, pièces détachées, etc.) ce qui était à mon humble avis hors de portée des argentins.

Bill a écrit:

4- les transports dans les iles peuvent se faire par bateau figurez vous, pas juste par C-130

Le transport maritime vers les Malouines pose deux énormes problèmes. Le premier est l'absence d'infrastructures portuaires dignes de ce nom pour décharger les navires (sans compter l'indigence du réseau routier, la pénurie de camions, qui posent d'autres problèmes de transport). Le second est l'établissement le 12 avril d'une zone d'exclusion de 200 milles marins autour des Malouines : tout navire s'approchant de l'archipel risquait d'être coulé par un sous-marin nucléaire britannique (les premiers étant sur zone au milieu du moi d'avril). Les argentins, dont les capacités anti-sous-marins étaient extrêmement modestes, ne prirent pas le risque et ravitaillèrent les Malouines uniquement par un pont aérien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4198
Age : 45
Ville : ca vat, ca vient.... j'ai un metier !
Emploi : glorieux et beau
Date d'inscription : 26/06/2006

MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   Mar 16 Juin 2015, 15:01

merci beaucoup Francis de tes explications tres documentes, c'est un plaisir de te lire.
Oui, vraiment, le problemes de Port Stanley ne se limite pas a un parking pour les avions, et la l'infrastructure etait autrement plus important que quelques charpentes

Quand meme, uniquement faire le ravitaillement par C 130, c'est un peu leger, la FAA n'ayant pas autant de C 130 que l'US Airforce. Ca fait vraiment "coup de poker" comme invasion.
Est ce que les forces ASM des argentins se limitait au 2 A69 et a leurs Sheffield ou leurs deux escorteurs qui ont loupes le soum qui a torpilles le Belgrano ?
Aussi, la marine Argentine n'a pas joue de chance avec leurs portes avions.

Peut etre aussi un manque de formation des pilotes ou de reglages des bombes, dont beaucoup n'ont pas exploses car largues de trop pres et trop bas (donc aucun reprche a faire sur le courage et l'habiletes de pilotes)

Effectivement, ralentir un avion n'est pas facile dans ces conditions, pas mal l'idee des chaines, j'ai beaucoup appris, ce qui fait je ne regrette aucune de mes questions.

Ce soir je m'etais connectes avec dans l'idee de supprimer tous mes messages du forum, un peu excedes par de mauvaise maniere, mais bon finalement, je n'ai simplement qu'a ne pas m'occuper des gosses mal eleves apres tout.

Au fait, a la fin de ce conflit, qu'est il devenu de Monsieur Davidoff ? at il finalement pu recuperer la feraille des anciennes installations baleinieres de Georgie du Sud comme il le voulait ?

Bonsoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guerre des Malouines   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guerre des Malouines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vidéo : La guerre des Malouines
» Guerre des Malouines Avril - Juin 1982
» La guerre des Malouines
» 1982 2012: 30 ans la guerre des Malouines
» FREGATES ANTI-SOUS-MARINES TYPE 22

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: HISTOIRE MODERNE (de 1860 à nos jours)-
Sauter vers: