AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [interarmées] La force amphibie japonaise

Aller en bas 
AuteurMessage
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: [interarmées] La force amphibie japonaise   Jeu 16 Avr 2015, 05:01

Du 11 au 17 avril 2015, des manœuvres interarmées ont lieu dans les approches de Kyūshū. Leur thème est d’améliorer l’aptitude des trois forces armées japonaises à coopérer pour faire face à divers scénarios.

Le 14, le navire de débarquement KUNISAKI, à bord duquel se trouvaient 150 hommes et 10 véhicules de la Force Terrestre d’Autodéfense a effectué la mise à terre, à l’aide de son hovercraft, de sa cargaison (soldats du Régiment d’Infanterie de l’Armée Ouest, équipes d’intervention médicale et de transport, camions, 4x4 et bulldozer) sur la plage d’Ohama sur la côte nord de l’île d’Ukujima dans l’archipel des Goto.


Carte montrant la région de l'exercice et l'île d'Ukujima

Une dizaine d’hélicoptères de la Force Terrestre d’Autodéfense, dont un embarqué sur le KUNISAKI, ont également participé aux manœuvres, ainsi qu’un groupe de chasseurs de mines soutenus par le navire-base de guerre des mines BUNGO.


Le KUNISAKI

Des exercices similaires mais de moins grande ampleur avaient été organisés en avril et octobre 2014 dans l’archipel des Amami, au large de la préfecture de Kagoshima. D’autres suivront, à raison d’un tous les six mois, pour mettre au point les modalités de coopération tactique entre les trois forces armées japonaises.

Les difficultés à coopérer entre les trois armées avaient été criantes après la catastrophe de mars 2011. Certaines ont été résolues techniquement (modification des trois LST de la classe ŌSUMI, interopérabilité des réseaux de transmission), d’autres relèvent de l’amélioration des procédures et de l’entraînement.

Le Régiment d’Infanterie de l’Armée Ouest (西部方面普通科連隊 Seibu Hōmen Futsū-ka Rentai), basé à Sasebo dans la préfecture de Nagasaki, doit devenir, à l’horizon 2018, l’unique force amphibie projetable de la Force Terrestre d’Autodéfense. Il a été créé en 2002 pour pouvoir intervenir sur les îles isolées du sud du Japon en cas d’invasion ou d’intervention étrangère sur ces îles.

C’est pour améliorer les capacités amphibies de ce régiment, dont l’effectif vient d’être porté à 680 hommes, que le ministère de la Défense a décidé d’acquérir des engins amphibies AAVP-7 et des V-22 Osprey de transport ainsi que deux nouveaux modèles d’engins blindés à roues (MCV, LCV).

Le débarquement du 14 avril s'est limité à la mise à terre des unités. Aucune manœuvre terrestre ne l'a suivie. Des journalistes ont été invités à filmer la scène et un hélicoptère a été mis à leur disposition.


Les unités débarquées à Ukujima par l'hovercraft du KUNISAKI, lâché à 10 kilomètres de la côte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Jeu 07 Mai 2015, 01:28

Le 5 mai 2015, le Département d'Etat américain a approuvé l'autorisation d'exporter dix-sept V-22 vers le Japon.
Pour les USA, cette vente d'environ trois milliards de dollars sera la première exportation de cet appareil.
Pour le Japon, c'est un pas vers la modernisation de son régiment amphibie et de ses moyens d'intervention.

Ref = http://www.air-cosmos.com/2015/05/06/34103-feu-vert-pour-la-vente-du-v-22-osprey-au-japon

La future escadrille de V-22 sera basée sur l’aéroport de la ville de Saga, dans le nord-ouest de l’île de Kyūshū.
 
Les Forces d’Autodéfense devraient recevoir un total de 17 de ces V-22 dans les quatre ans à venir. L'unique escadrille qu'ils constitueront sera basée à Saga, dans le nord-ouest de l’île de Kyūshū, de manière à rationaliser leur entretien et l’entraînement des équipages. Cet aérodrome, géré par la préfecture de Saga, est civil mais plusieurs unités des Forces d’Autodéfense sont installées à proximité. On voit Saga sur la carte de l'article ci-dessus (16 avril).
 
L’aéroport de Saga a été retenu parce qu’il est près de la mer, ce qui permet aux V-22 d’embarquer rapidement sur les porte-hélicoptères de la marine, et parce qu’il est situé près de la base navale de Sasebo dans la préfecture de Nagasaki. Le régiment de fusiliers marins actuellement en cours de formation est également basé à Sasebo. Ce sont ses hommes qui seront les principaux passagers des V-22 en cas d'intervention militaire.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Jeu 16 Juil 2015, 19:48

Le Japon va devenir le premier client export du V-22 : les cinq premiers exemplaires vont être livrés d'ici 2018.


Pour 332,5M$, le ministère de la défense va acquérir cinq V-22 Block C avec leur logistique initiale et la formation.
Ref = http://www.aerobuzz.fr/defense/article/le-japon-devient-le-premier-client
bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Sam 05 Sep 2015, 07:09

Du 2 au 4 septembre 2015, trois navires de la Force Maritime d’Autodéfense ont participé aux côtés des Américains à l’exercice Dawn Hawk 2015 à Camp Pendleton en Californie. Le but de l’exercice était d’entraîner les participants à coopérer dans l’acheminement et la mise à terre de renforts dans un contexte de crise. Le Mexique était également présent avec le patrouilleur océanique Centenario de la Revolución, 130 fusiliers marins et des hélicoptères.

La Force Maritime d’Autodéfense avait envoyé le Hyūga (DDH 181), l’Ashigara (DDG 178) et le Kunisaki (LST 4003) avec à leur bord un total de 1100 soldats des trois forces armées. Le parc aérien du Hyūga était constitué pour l’occasion de trois hélicoptères SH-60J de la Force Maritime d'Autodéfense et deux CH-47JA de la Force Terrestre. Des MV-22 Osprey des U.S.Marines partis du LHD America ont également effectué plusieurs rotations à partir du Hyūga tandis que le LCAC 2106, mis en œuvre à partir du Kunisaki, mettait à terre des véhicules, de l’armement lourd et du ravitaillement.


Un MV-22 apponte sur le Hyūga pendant Dawn Hawk 2015

C’était la deuxième fois que le Japon participait à ces manœuvres, la première étant en 2013. Cette année, des journalistes ont été embarqués à bord des navires. Pour le ministère japonais de la défense, l’exercice a été l’occasion d’améliorer la collaboration entre ses trois forces armées et de préparer la mise en service des V-22 japonais.


Le LCAC 2106

Américains et Japonais collaborant à un débarquement : les temps ont changé depuis la fin de la guerre du Pacifique, il y a 70 ans. La presse américaine rapporte les propos d’officiers américains qui louent les progrès réalisés par les Japonais en matière d’intégration et de coopération interarmées – propos politiquement corrects dans le contexte d’une conférence de presse.

 


Dernière édition par Takagi le Dim 06 Sep 2015, 04:48, édité 1 fois (Raison : hélicos embarqués)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Mar 19 Jan 2016, 02:38

En février 2016, un détachement de la Force Terrestre d’Autodéfense coopèrera avec la Force Maritime d’Autodéfense à l’occasion de l’exercice « Cobra Gold ». C’est la première fois depuis 1945 qu’un tel détachement interarmées est déployé à l’étranger : des navires de transport de la marine débarqueront des véhicules et trois cents soldats de l’armée, le tout sans faire appel à d’autres nations et en interopérabilité avec le commandement militaire thaïlandais.

Neuf pays participeront à Cobra Gold, dont les USA, la Thaïlande, la Corée du Sud, Singapour, le Japon et la Chine.

Les agitateurs de muleta rouge y verront une renaissance du militarisme japonais des années 1920. D’autres y verront un entraînement à participer à des opérations internationales dans un contexte où personne ne parle japonais.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Mer 02 Mar 2016, 00:44

L’exercice international Cobra Gold qui s’est déroulé en Thaïlande jusqu’au 19 février 2016 a vu le premier déploiement outremer des véhicules de transport léger « Hayate ». La Force Terrestre d’Autodéfense a déployé quelque 300 personnes au sol dans cet exercice dont le thème était l’organisation des secours après un grand tremblement de terre en zone littorale.

Les Hayate utilisés dans l’exercice ont été acheminés par des C-130 de la Force Aérienne d’Autodéfense. Ce premier déploiement outremer fait suite à la décision prise par le gouvernement japonais d’autoriser l’utilisation des véhicules terrestres des forces armées japonaises dans les interventions d’urgence. Cette décision a été prise en janvier 2013 après que dix ressortissants japonais ont été tués dans une prise d’otages en Algérie ; auparavant, seuls les navires et les avions étaient autorisés à participer aux opérations de secours outremer.

Les Hayate ont servi à évacuer quatre-vingts sinistrés (joués par les élèves, le personnel et des parents d’élèves du collège japonais de Sattahip) jusqu’aux C-130 qui les ont emmenés en lieu réputé sûr.

Construit par Toyota, le Hayate peut emporter dix personnes et a une vitesse de pointe de 125km/h. Tout-terrain, transportable par les LCAC de la Force Maritime d’Autodéfense et aérotransportable par C-130 et Kawasaki C-1, il constitue le principal moyen de transport rapide des armées nippones en cas de catastrophe humanitaire. Dépourvu de blindages, il n’est cependant pas adapté aux interventions en zone de crise armée.


Un véhicule léger de transport Hayate

Pour ces missions, la Force Terrestre d’Autodéfense a commencé à se doter de Bushmaster, connu au Japon sous le nom de yusō bōgo-shada (輸送防護車, Véhicule de Transport et Protection) : les quatre premiers exemplaires ont été livrés en mars 2015 au Régiment à Déploiement Rapide (中央即応連隊, chūō sokuō rentai) basé à Utsunomiya (préfecture de Tochigi, à une centaine de kilomètres au nord de Tōkyō).


Un véhicule de transport et de protection Bushmaster

Le bas de caisse du Bushmaster, blindé et en forme de V, protège ses passagers des mines antipersonnel et des IED. Ses blindages de caisse sont à l’épreuve des armes légères d’infanterie. Il a cependant l’inconvénient de ne pas rentrer dans un C-130 ou un C-1, à cause de ses dimensions. Pour être aérotransporté, il doit être partiellement démonté au départ et remonté à l’arrivée, ce qui n’est guère compatible avec des missions d’urgence, surtout en zone hostile. La mise en service des Kawasaki C-2 l’année prochaine palliera à ce problème. En attendant, les Bushmaster devront être acheminés par les LST de la classe ŌSUMI ou par des avions de transport étrangers.

Vu du côté japonais, Cobra Gold a permis de valider un certain nombre de règles et de moyens de coopération entre les trois forces armées déployées loin de la métropole. Mais comme on est en temps de paix, les bagages des « sinistrés » ont été fouillés avant leur embarquement dans les C-130... Procédure quand tu nous tiens...



Dernière édition par Takagi le Mer 02 Mar 2016, 00:48, édité 1 fois (Raison : orthographe (non réformée))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Ven 29 Juil 2016, 06:57

Quinze ans après la création d’un régiment spécialisé dans les opérations amphibies, la Force Terrestre d’Autodéfense va créer en 2018 un « Groupe de manœuvre amphibie » (水陸機動団, Suiriku kidō-dan).

Ce régiment, dont le nom complet est « régiment d’infanterie de l’armée ouest » (西部方面普通科連隊, Seibu hōmen futsūka rentai) mais qui est mieux connu par l’acronyme bâti sur ses initiales (西普連, Hiroshi ren), est basé à Aiura près de Sasebo dans la préfecture de Nagasaki. Il a été créé en 2002 dans le cadre du redéploiement du système de défense japonais, précédemment focalisé sur le risque d’attaque depuis le nord (URSS, Corée du Nord) et qui laissait tout le sud du Japon pratiquement vide de troupes. La zone dans laquelle il est censé intervenir couvre toutes les îles au sud de Kyūshū, soit une zone de 1200km du nord au sud et de 900km d’est en ouest où se trouvent 2600 îles dont un bon nombre sont inhabitées.

Le régiment a commencé sa montée en effectif : en 2018, il devrait compter 3000 personnes et recevoir ses premiers blindés amphibies, tandis que la Force Maritime d’Autodéfense achèvera la modification de ses LST de la classe ŌSUMI et que la Force Aérienne d’Autodéfense mettra en service ses premiers V-22 de transport. Six AAV-7 sont actuellement en cours de test pour mettre au point leur tactique d’emploi ; à terme, le Hiroshi ren comptera 56 de ces AAV-7 ainsi que d’autres blindés amphibies. En attendant, il peut être mis à terre par les LCAC des LST ou par les hélicoptères de transport embarqués sur les grands escorteurs porte-hélicoptères de la Force Maritime d’Autodéfense.

 
Depuis 2012, c’est-à-dire depuis que le gouvernement a analysé les limites de ses forces armées en matière d’opération depuis la mer (limites criantes lors du tsunami de mars 2011), le régiment suit un programme d’entraînement opérationnel, dont les étapes les plus visibles sont ses participations à des manœuvres de débarquement (Iron Fist, Dawn Blitz, RimPac) avec les US Marines ou d’interventions humanitaires en cas de catastrophe naturelle (Cobra Gold). Les 30 et 31 juillet 2016, dans le cadre de RimPac 2016, une partie du Hiroshi ren va débarquer à Oahu.

Parallèlement, les navires de la Force Maritime d'Autodéfense ont entrepris un programme d'entraînement dont ils n'avaient pas l'habitude: tir contre la terre au 127mm, mise en œuvre des hélicoptères de combat de la Force Aérienne d'Autodéfense, embarquement d'états-majors interarmes, mise à terre de fantassins, de véhicules et d'engins du génie.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 27 Aoû 2017, 15:36

Le premier V-22 Osprey destiné à la Force Terrestre d’Autodéfense a commencé ses essais sol à l’usine d’assemblage de Bell Helicopter à Amarillo (Texas). Il s’agit d’un V-22B Block C, le même modèle que celui utilisé par les US Marines sous le sigle MV-22. Le Japon, premier client export du V-22, en a commandé dix-sept exemplaires.


bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Mar 28 Nov 2017, 00:25

Trois photos du V-22B n°1 de la Force Terrestre d'Autodéfense en cours d'essais à Amarillo au Texas






bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 04 Mar 2018, 06:45

Le 1er mars 2018 a vu la création du Groupe de Manœuvre Amphibie (水陸機動団, Suiriku kidō-dan) de la Force Terrestre d’Autodéfense. Actuellement fort de 2000 hommes et femmes, il doit servir à reprendre une île isolée qui viendrait à être occupée par une organisation ou une puissance étrangères. Il compte deux régiments, créés à partir du Régiment d’Infanterie de l’Armée Ouest, et continue à monter en puissance. Ce Groupe de Manœuvre Amphibie doit utiliser les navires de débarquement de la Force Maritime d’Autodéfense et les V-22B de la Force Aérienne d’Autodéfense.


AAV-7 et fantassins du Régiment d'Infanterie de l'Armée Ouest en entraînement en Californie

D’aucuns relèveront le symbole fort et le changement que représente cette volonté affichée de voir les trois forces armées coopérer. D’autres préfèreront brocarder le retour d’une capacité amphibie dont le Japon s’était privé (un brin contraint, il est vrai) en 1945 – même si ses 2000 hommes et femmes (bientôt 3000) ne sauraient se comparer aux presque 110 000 hommes des troupes déployées dans le Pacifique pendant la phase offensive de 1941-42.

Il reste que ce Groupe de Manœuvre Amphibie et ces moyens aéromartimes d’action restent modestes. Les trois navires amphibies de la classe ŌSUMI et les véhicules amphibies en cours d’acquisition ont des capacités de transport limitées, les grands escorteurs porte-hélicoptères qui les accompagneraient n’ont pas de radier pour débarquer du matériel lourd, ni le V-22, ni les hélicoptères de combat de la Force Aérienne d’Autodéfense ne peuvent être utilisés sans maîtriser temporairement l’espace aérien, et aucune opération amphibie ne saurait être menée, sauf cas très particulier, sans escorte navale conséquente capable de prendre, le temps de l’opération, la maîtrise de l’espace maritime ou de le dénier à l’ennemi.

Créé en 2002 avec un effectif de 680 hommes, le Régiment d’Infanterie de l’Armée Ouest devait jusqu’ici agir préventivement, en occupant une île isolée menacée d’invasion par une puissance extérieure. Le gouvernement japonais ayant jugé que cette dissuasion n’étant plus efficace dans le sud de l’archipel, il a décidé en 2015-2016 de se doter d'une force de réaction capable de reprendre une petite île occupée inopinément par quelqu’un d’indésirable.

17 V-22 Osprey et 56 AAV-7 sont en cours d’acquisition auprès des USA. D’autres véhicules amphibies ou destinés aux opérations de débarquement vont suivre, construits au Japon, notamment des blindés légers. Le Groupe de Manœuvre Amphibie devrait, à terme, compter 3000 membres répartis en trois régiments, des unités d’un millier de personnes et basées à trois endroits différents ayant été jugées plus faciles à projeter de manière autonome, d’une part, et plus à même de rester en partie opérationnelles en cas de séisme ou d’attaque, d’autre part. Un de ces trois régiments devrait être basé à Okinawa.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Ven 30 Mar 2018, 19:22

Ce mois-ci, le Japon a procédé à une profonde réorganisation de la Force Terrestre d’Autodéfense. Pour la première fois depuis 1945, un état-major unique de cette armée de terre, subdivisé en grands départements comme cela se fait dans les autres armées, a remplacé la mosaïque d’états-majors régionaux qui avaient été mis en place lors de la création des forces d’autodéfense. À cette époque, la décentralisation des états-majors terrestres avait été justifiée par la crainte de voir resurgir un contre-pouvoir puissant s’opposant au pouvoir politique, comme cela avait été le cas dans les années 1905-1945.

L’absorption du QG de l’Armée Ouest a été mise à profit pour dissoudre le Régiment d’Infanterie de l’Armée de l’Ouest et le transformer en Groupe de Manœuvre Amphibie. Ledit groupe, commandé par le major général Aoki Shinichi (précédemment chef d’état-major adjoint de l’Armée Ouest), est toujours stationné au camp d'Ainoura près de Sasebo. C’est lui qui va recevoir les blindés amphibies AAV-7 que le Japon a commandés en 30 exemplaires. Depuis Sasebo, il pourra utiliser les MV-22 de la Force Aérienne d’Autodéfense et les bâtiments amphibies de la Force Maritime d’Autodéfense dans le cas d’une intervention dans les îles japonaises du sud si une de celles-ci venait à être occupée.


LCAC nippon pendant Dawn Blitz 2015

Les 30 AAV-7 devraient être livrés en deux lots de 15 : le premier ce mois-ci (il reste un jour…) et les 15 autres vers la fin du mois de juillet. Une deuxième commande devrait suivre portant sur 22 unités.

Quant aux MV-22, dont les essais sont en cours, ils devraient commencer à arriver à l’automne. Ils devraient être basés à Saga, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Sasebo.


V-22 américain et fantassins japonais lors d'Iron Fist 2018

La restructuration des forces terrestres ne se limite pas au Groupe de Manœuvre Amphibie : elle va également voir huit des quinze divisions ou brigades de la Force Terrestre d’Autodéfense se transformer en unités de réaction rapide. La presse nippone d’opposition dénonce dans le détail de cette transformation (baisse importante du nombre de chars lourds, augmentation de celui des blindés légers, déflation des effectifs de fantassins, capacités accrues de projection, création d’unités de soutien mobile et projetables, etc.) une réduction de volume de la Force Terrestre d’Autodéfense ; le gouvernement défend son plan en disant que la menace d’une invasion des grandes îles métropolitaines s’éloigne et que celle d’une occupation d’îles isolées dans le sud de l’archipel n’a jamais été aussi grave depuis les années 1950.



Dernière édition par Takagi le Dim 08 Avr 2018, 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 08 Avr 2018, 06:04

Après plusieurs répétitions et séances d’entraînement qui ont commencé le 27 mars, les 2100 hommes du Groupe de Manœuvre Amphibie ont participé à la cérémonie publique d’investiture de leur unité le 7 avril 2018. Quelque 1500 soldats au visage camouflé se sont assemblés sur le camp d'Ainoura près de Sasebo dans la préfecture de Nagasaki. Un terrain de sport a servi à simuler une île isolée : 220 soldats du Groupe de Manœuvre Amphibie et 220 Marines américains l’ont investi en hélicoptère et en véhicule amphibie AAV-7.


La cérémonie était présidée par Yamamoto Tomihoro, secrétaire d’état adjoint à la Défense, qui a prononcé un discours. Le Groupe de Manœuvre Amphibie se veut beaucoup plus mobile que le reste de la Force Terrestre d’Autodéfense. Ses effectifs devraient atteindre 2400 personnes fin mars 2018, et 3300 à terme. Les premiers AAV-7 ont été livrés (dix ont participé à l’occupation du stade), les premiers MV-22 sont attendus à l’automne sur la base de Saga. Le secrétaire d’état a expliqué que le Groupe était encore loin d’avoir atteint sa pleine capacité opérationnelle et qu’il restait beaucoup de choses à faire.


Il a également présenté un scénario préventif d’emploi du Groupe de Manœuvre Amphibie : si des renseignements laissaient penser qu’une île isolée allait être occupée par une organisation ou une nation hostile, les hélicoptères et les MV-22 pourraient y acheminer des troupes avant que l’île soit occupée. Le secrétaire Yamamoto a également évoqué le rôle important que le Groupe de Manœuvre Amphibie pourrait jouer en cas de catastrophe naturelle en déployant rapidement des moyens de secours dans les zones sinistrées et temporairement inaccessibles. Ce discours montre les « éléments de langage » que le gouvernement Abe emploie pour faire passer auprès de l’opinion publique la montée en puissance de la première force amphibie mobile dont le Japon se dote depuis 1945.

Un atelier d’entretien des AAV-7 va être construit à Sakibe (près de Sasebo) où se trouve déjà un centre américain de maintenance. De nouvelles infrastructures doivent être construites à Saga pour accueillir les MV-22. Il est également question d’implanter le futur troisième régiment du Groupe de Manœuvre Amphibie à Okinawa, près des « îles isolées » à risque. Gageons que d’autres éléments de langage vont devoir être déployés pour lever les réticences de certains riverains à la présence d’uniformes.



Dernière édition par Takagi le Dim 08 Avr 2018, 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 08 Avr 2018, 11:40

Un article du Sankei Shinbun du 8 avril 2018 détaille un peu le reste-à-faire du Groupe de Manœuvre Amphibie, parfois surnommé 日本版海兵隊 (les Marines du Japon, en référence aux U.S.Marines), et l’état d’avancement du programme de renforcement des défenses des îles du sud japonais qui s’étirent sur 1200 km entre Kyūshū et la petite île de Yonaguni près de Taiwan.


Les 2100 soldats du groupe sont basés à Aiura près de Sasebo. Ils constituent l’essentiel des troupes, véhicules et blindés d’intervention, mais leur capacité d’action est tributaire des navires, embarcations rapides, LCAC et hélicoptères de la Force Maritime d’Autodéfense, des hélicoptères et des V-22 de la Force Aérienne d’Autodéfense, et de la capacité de l’ensemble des armées nippones à établir – au moins temporairement – une suprématie aéromaritime autour du point d’intervention. Ces présupposés donnent la liste des domaines à améliorer…

Le Groupe de Manœuvre Amphibie est encore incomplet : il ne compte à ce jour que deux des trois régiments qu’il devrait aligner une fois sa montée en puissance achevée. Ce troisième régiment est prévu être basé à Okinawa mais rien n’est encore prêt sur place.

Les dix-sept MV-22 Osprey devraient être déployés à partir de l’automne sur la base aérienne de Saga ; des casernements doivent être construits dans le village voisin de Soba pour loger leurs équipages et le personnel de mise en œuvre et de maintenance. Mais suite au crash d’un V-22 américain sur un récif juste après son décollage d’Okinawa en décembre 2016 puis au crash d’un hélicoptère AH-64 japonais sur une maison de Saga en février 2018, les autorités locales ont gelé le programme (les municipalités et les préfectures ont beaucoup plus de pouvoir face au gouvernement central que n’en ont les communes, départements et régions en France). En attendant que la situation se débloque, il est prévu de déployer les premiers MV-22 japonais sur la base de Kisarazu dans la préfecture de Chiba, à près de 1000 km au nord-est de Saga. Un centre de maintenance des V-22 américains se trouve déjà à Kisarazu. L’enquête sur l’accident de décembre 2016 a établi que les pales du V-22 accidenté avaient heurté le cône de ravitaillement en vol d’un C-130 quelques jours auparavant, mais elle n’a pas établi formellement que c’était là la cause-racine (root cause, disent les anglophones) de l’accident, de sorte que la mauvaise réputation du V-22 (et plus généralement de tous les avions militaires made in USA) au Japon ne s’est pas améliorée. Quant aux raisons du crash de l’AH-64 de la Force Terrestre d’Autodéfense, elles n’ont pas encore été rendues publiques. Le ministère japonais de la Défense n’a aucune idée de la date vers laquelle les MV-22 nippons pourraient s’installer à Saga – ou en tout cas s’il a une date il ne l’a pas communiquée.

Les capacités de transport des trois LST de la classe ŌSUMI sont assez limitées : ces navires sont petits, et ce ne sont pas les deux LCU de 540 tonnes de la classe LCU-2001 qui pallient leur faible capacité d’emport et de débarquement de véhicules.

Les cinquante-six blindés amphibies AAV-7 prévus au départ ont été réduits à trente, les vingt-six autres étant remis à plus tard (officiellement parce que l’industrie américaine est incapable de les produire au rythme souhaité). Ces engins ont été conçus dans les années 1970 et leur vitesse sur l’eau n’est que de 13nd, que les Japonais jugent insuffisante pour une opération rapide voulant bénéficier d’un effet de surprise. Le ministère japonais de la Défense a lancé un programme d’études visant à lui trouver un remplaçant, mais cela faisait belle lurette que le Japon n’avait plus conçu de blindés amphibies et le programme ne va pas déboucher avant quelques années sur l’industrialisation de ce remplaçant.


AAV-7 et fantassins japonais

La maîtrise de l’espace aéromaritime repose aujourd’hui sur une coopération étroite entre les navires et avions de patrouille de la Force Maritime d’Autodéfense, d’une part, et les avions d’armes de la Force Aérienne d’Autodéfense, d'autre part. L’entraînement conjoint (auquel participent aussi les Forces Terrestres d’Autodéfense) a été mis sur pied, mais on ne gomme pas en quelques mois l’allergie (sic) des trois armées à opérer ensemble. Il est par exemple symptomatique que, au sein de la Force Maritime d’Autodéfense, seuls les DDH des classes HYŪGA et IZUMO et les LST de la classe ŌSUMI sont dotés de systèmes de communication, de cryptage et d’échange de données compatibles avec ceux des deux autres armées.

On comprend mieux la prudence du major général Aoki Shinichi, commandant le Groupe de Manœuvre Amphibie, quand il déclare que « la capacité d’intervention n’est pas encore parfaite ». On comprend également mieux les circonvolutions oratoires du ministère quand il aborde la question de l’installation des MV-22 nippons à Saga.

L’article du Sankei n’aborde pas l’autre question qui gerce les lèvres chinoises : l’embarquement de F-35B sur les DDH, qui permettrait d’améliorer les capacités d’action autonome de la Force Maritime d’Autodéfense autour d’une île isolée. Gageons que l’avenir nous réserve d’autres circonvolutions sémantiques et éléments de langage dûment policés et pesés…
Mr.Red

P.S. : je me suis permis d'ajouter quelques explications à l'article du Sankei, comme d'habitude un tantinet laconique et destiné à un public connaissant déjà le dossier...


Dernière édition par Takagi le Mar 10 Avr 2018, 01:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Labrador7
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe


Masculin
Nombre de messages : 267
Age : 38
Ville : Provence
Emploi : -
Date d'inscription : 08/10/2017

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Lun 09 Avr 2018, 15:55

Intéressant et  l' endroit est assez délicat ! les 3 Osumi qui peuvent au minimum emporter 330 hommes peuvent surement en avoir 500 à bord pour atteindre ces iles qui ne sont pas très éloignés par contre 1000 ca semble beaucoup ( ou au détriment de la batellerie ) et ils peuvent accueillir 2 LCAC un nombre significatif mais même si ces aéroglisseurs sont meilleurs que des LCU ceux-ci restent indispensables notamment parce que les LCAC ou autres sont beaucoup plus chers avec leurs turbines etc... ( d' ailleurs l' US Navy va commander 32 remplacants pour ses gros LCU ) notre EDAR restant un chaland de débarquement unique un compromis en fait.
www.navypedia.org/ships/japan/jap_ls_osumi.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 13 Mai 2018, 09:09

Un vaste exercice amphibie a lieu en ce moment dans le secteur de Kagoshima, au sud de Kyūshū : le HYŪGA (DDH-181) et le SHIMOKITA (LST-4002) et d’autres moyens de la Force Maritime d’Autodéfense s’entraînent à la mise à terre du Groupe de Manœuvre Amphibie. Les 450 fantassins sont mis à terre avec leur armement portatif par leurs AAV-7 et des hélicoptères CH-47 de la Force Aérienne d’Autodéfense. Les LCAC du SHIMOKITA débarquent les véhicules non amphibies, dont les groupes de missiles antiaériens et les engins de terrassement. Le site choisi est l'île de Tanegashima.


AAV-7 débarquant des fantassins avec leur armement mobile (mortier, fusils d'assaut)

L’exercice a commencé le 8 mai 2018 et devrait durer jusqu’au 24. Il est l’occasion de tester en vraie grandeur les systèmes de communication interarmées installés sur le HYŪGA et le SHIMOKITA, de roder les procédures de coopération entre les trois armées et de préparer les premiers guides tactiques. Dans sa conférence de presse, le ministère de la Défense a insisté sur l’importance de cet exercice, qui est le premier mené « en pleine nature » hors des terrains habituels d’entraînement et de manœuvre des forces d’autodéfense, et qui est aussi le premier de cette ampleur à faire coopérer les trois armées.

cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Lun 21 Mai 2018, 08:57

Les manœuvres et l’entraînement commencés le 8 mai 2018 continuent pour les soldats du Groupe de Manœuvre Amphibie. Le 19 mai, le SHIMOKITA et les équipages des AAV-7 se sont entraînés à la mise à l’eau groupée des AAV-7 et au débarquement des fantassins jusqu’à la plage de Maenohama près du village de Minamitane, au sud de l’île de Tanegashima. Des véhicules lourds les suivaient en LCAC, mis à l’eau juste avant les AAV-7. La coordination des moyens et des mouvements était un des buts de l’exercice ; le débarquement sur une île isolée investie par des « éléments hostiles » en était un autre.


Manœuvres d'AAV-7 à partir du SHIMOKITA.
On note, à la fin, le dessalement des véhicules à l'eau douce
dès qu'ils sortent du radier et remontent dans le hangar véhicules.

Lors de l’opération, plusieurs fantassins ont été fictivement blessés par balles et ont dû être évacués. Il était prévu qu’ils le fussent par LCAC le matin du 20 mai, mais au dernier moment la direction de l’exercice a modifié la donne, créant un mauvais temps fictif qui a empêché la manœuvre des LCAC à partir du SHIMOKITA. Les prétendus blessés ont été menés en camion jusqu’au petit aérodrome de Nakatane d’où ils ont été évacués par un CH-47 de la Force Aérienne d’Autodéfense. Les trois armées apprennent à travailler ensemble.




Les forces armées n'étaient pas les seules à s'entraîner : une équipe de journalistes a couvert l'évènement, photographiant et filmant entre autres les "blessés" en attente d'évacuation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de vaisseau
Capitaine de vaisseau
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4540
Age : 38
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   Dim 03 Juin 2018, 18:45

En vue du déploiement à Okinawa du troisième régiment de son Groupe Mobile Amphibie (régiment en cours de constitution, seuls les deux premiers étant opérationnels à ce jour), la Force Terrestre d’Autodéfense envisagerait de se doter en propre d’engins de débarquement, afin de raccourcir ses délais de réaction sans avoir à attendre l’arrivée des moyens de la Force Maritime d’Autodéfense, basés à Sasebo sur la côte sud de Kyūshū ou à Kure. Les trois ŌSUMI en particulier sont basés à Kure, à plus de 600 Nq de Naha, principal port d’Okinawa ; ce sont eux qui portent les LCAC de débarquement et ils ne sont pas spécialement véloces.

Un autre intérêt que la Force Terrestre d’Autodéfense voit à se doter de petits navires de transport amphibie est que les ŌSUMI n’ont pas le droit de transporter des camions citernes pleins d’essence en temps de paix, de sorte que le ravitaillement en essence d’une unité déployée préventivement sur une île isolée des Ryū-Kyū ne pourrait se faire que par LCU ou LCAC (découverts donc non soumis à la restriction de transport d’essence).

Le site d’informations 乗りものニュース (Norimono nyūsu, « Nouvelles du monde du transport ») spécule sur l’achat de L-CAT de la société française CNIM.

Laquelle CNIM propose deux versions du L-CAT : ship-to-shore, aux capacités de navigation réduites aux petits trajets et d’une capacité de 80 tonnes, et shore-to-shore, mieux équipé (100 t de charge, 500 Nq).


L-CAT ship-to-shore


L-CAT shore-to-shore présenté sur le site de la CNIM

À suivre…
study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [interarmées] La force amphibie japonaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
[interarmées] La force amphibie japonaise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [interarmées] La force amphibie japonaise
» [Aviation] Aéronavale Japonaise
» [video] Pliage de vêtement... à la japonaise !!!
» Star Wars : Force Unleashed [Xbox360 & PS3]
» WWE Flex Force Breakdown Brawl Wrestling Ring

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Asie :: Japon-
Sauter vers: