AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les torpilleurs français

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Les torpilleurs français   Sam 03 Jan 2015, 12:01

Les torpilleurs du type Le Hardi

Voici la dernière série de torpilleurs mise sur cale avant guerre, qui évoquent indubitablement la Marine Française de juin 1940 ; en effet les 8 terminés sont tous entrés en service en juin 1940, précipitamment, quelque soit le stade d'achèvement; seul le premier Le Hardi a terminé alors ses essais; la plupart les ont écourtés, les derniers sont entrés en service sans leur armement! Pourtant le Hardi appartenait à la tranche navale de 1932; les suivants aux tranches 1935 à 1938; mais des retards dans les mises en chantiers, ont écoutés la vie de ces torpilleurs qui pour la plupart ont disparus lors du sabordage de la flotte à Toulon le 27 novembre 1942.



Le Hardi en 1940


La poupe du Hardi 

-Le Hardi premier de la série, est mis sur cale aux chantiers de la Loire à Nantes en 1936; lancé le 4 mai 1938, il entre en service en juin 1940 ce sera le seul de la série à pouvoir faire ses essais dans des conditions normales; sabordé à Toulon le 27 novembre 1942, renfloué le 12 juin 1943, saisi par les italiens, puis par les allemands, il est sabordé à Gènes le 24 avril 1945.

-Le Fleuret devenu le Foudroyant. L'Epée devenu L'Adroit. Le Mameluk. Le Casque. Le Lansquenet. Le Corsaire devenu le SirocoLe Flibustier devenu le Bison; les quatre ont changés de nom au 1er avril 1941 pour rappeler le souvenir de torpilleurs coulés en 1940; tous ont été sabordés le 27 novembre 1942 à Toulon
.
Les suivant ne seront pas terminés.
-L'Intrépide ;Le Téméraire ;L’Opiniâtre; le dernier, L'Aventurier, sera lancé le 20 avril 1947, non terminé, la coque fut conservée pour expériences jusqu'en 1981, ou elle finit comme cible, torpillée par un sous marin en exercice; paradoxalement c'était le dernier à disparaître.


Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: LES TORPILLEURS DE 1500 tonnes   Mer 11 Mar 2015, 16:31

Les torpilleurs de 1500 tonnes constituent l'épine dorsale de notre flotte de torpilleurs durant l'entre deux guerres, ils appartiennent à deux classes très proches; les 12 Bourrasque du programme 1922 et les 14 L'Adroit des tranches 1924 à 1926; ils ont payé un lourd tribu à la guerre puisque en 1945 ne subsistaient que 5 Bourrasque et 4 L'Adroit usés par les années de guerre et qui ont rapidement été condamnés.    

Les 12 type Bourrasque

déplacement 1319 tw ; 105,80 m ; 31 000 cv; vitesse 33n
armement: 4 x 130 mm; 2 x 37 mm; 6 tubes lance torpilles

Programme 1922; tous mis sur cale en 1923
-Bourrasque; Orage; Simoun; Tempête; Ouragan; Tramontane; Trombe; Cyclone; Mistral; Siroco; Typhon;  Tornade.


Simoun en 1926; les 1500 t avaient à l'origine à l'exception de ceux de la tranche 1926 les cheminées hautes, celles ci ont été raccourcies en 1929. Le Simoun est le seul 1500 t à avoir à l'origine une marque de coque avec son initiale. 


Simoun en 1930; les cheminées ont été raccourcies; la marque de coque: le 5 indique le numéro de la division; le 4 le rang dans la division. 



Simoun en octobre 1945 à Malte; les modification subies au cours de la guerre; le mat arrière a été supprimé; sont armement modifié est de 3 x 130 mm; 1 x 40mm; 1 x 25mm; 8 x 20mm; 3 TLT; 4 grenadeurs; 4 mortiers 32 grenades. 

Simoun est construit au chantier de Penhoet à Saint Nazaire; il est mis sur cale le 8 août 1923; il est lancé le 3 juin 1924; il entre en service le 24 décembre 1926; condamné le 17 février 1950; démoli le 23 avril 1952 à Brest  

Les 14 type L'Adroit

déplacement 1378 tw ; 107,20 m ; 32 000 cv; vitesse 33n
armement: 4 x 130 mm; 2 x 37 mm:; 6 tubes lance torpilles

programme 1924; sur cale en 1925
-Le Mars; Le Fortuné; La Palme; La Railleuse; L'Alcyon; L'Adroit.


L'Adroit en 1928; il à encore ses cheminées hautes

 
L'Adroit en 1932; ses cheminées ont été raccourcies; il porte la marque du chef de division d'ou l'absence de marque de coque


Épave de l'Adroit échouée le 21 mai 1940 sur la plage de Malo les Bains à Dunkerque

-L'Adroit est construit aux A C France à Dunkerque; il est mis sur cale le 26 mai 1925; il est lancé le 1er avril 1927; il entre en service en octobre 1929; il est détruit devant Dunkerque par l'aviation allemande le 21 mai 1940.

programme 1925; sur cale en 1926
-Boulonnais; Brestois; Bordelais; Basque.

programme 1926; sur cale en 1927
-Forbin; Fougueux; Foudroyant; Frondeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Les torpilleurs de 600 t de la classe MELPOMENE   Ven 29 Mai 2015, 11:31

L'origine des torpilleurs de 600 t est à trouver dans les traités naval de Washington, en effet les navires jusqu’à 600 t n'étaient pas inclus dans le tonnage limité par les traités, il en est résulté que plusieurs nations se sont engouffrées dans la brèche et ont construit des torpilleurs de 600 t; outre les Melpomène français, il y a eu les Spica italiens, les T35 allemands, les Tomodzuru japonais, seuls des grandes nations maritimes la Grande Bretagne et les USA n'ont pas construits de torpilleurs de 600 t parce qu'ils ne correspondaient pas à leur besoin.

Les torpilleurs de la classe Melpomène étaient rapides et bien armés pour leur tonnage: 2 canons de 100 mm; 4 x 13,2 mm; 2 TLT; une torpille Ginoccio remorquée et un grenadeur; puissance 22 000 cv, vitesse 34, 5 nœuds; mais la coque comportait des défauts de structure; par suite de la dimension des chaudières, le pont n'est pas continu au dessus, ce qui causait une faiblesse de la coque en tant que poutre, on pense que ce défaut est à l'origine de la perte du Branlebas dans une tempête.


Les torpilleurs: Branlebas; La Cordelière; L'Incomprise; La Flore; la Melpomène et le Bouclier sont saisis le 3 juillet 1940 par les britanniques lors de l'opération Catapult; le Branlebas est perdu par fortune de mer le 14 décembre 1940; la Melpomène et le Bouclier sont armés par les FNFL; les cinq survivants sont rendus à la France en 1945, mais seront condamnés en 1950 sans avoir été réarmés.

 

Le torpilleur Branlebas en 1939

Le Branlebas est mis sur cale au chantier Augustin Normand au Havre le 27 août 1934; il est lancé le 12 avril 1937; il entre en service le 16 mars 1938; saisi par les britanniques le 3 juillet 1940; il disparaît au cours d'une tempête le 14 décembre 1940, probablement par suite de la faiblesse de la structure de sa coque.  



Le torpilleur La Cordelière en 1938

La Cordelière est mise sur cale au chantier Augustin Normand au Havre le 15 aout 1934; elle est lancée le 9 septembre 1936; elle entre en service le 1er janvier 1938; elle est saisie par les britanniques à Portsmouth le 3 juillet 1940; elle est armée par la Royal Navy; elle est restituée à la France le 29 septembre 1945; elle est rayée le 17 février 1950.  

Les torpilleurs: La Bayonnaise; la Baliste et la Poursuivante sont sabordés à Toulon le 27 novembre 1942.



Le torpilleur La Bayonnaise en décembre 1939

La Bayonnaise est mise sur cale aux chantiers Maritimes du Sud Ouest à Bordeaux le 18 octobre 1934; elle est lancée le 28 janvier 1936; elle entre en service le 1 er juillet 1938; elle est sabordée à Toulon le 27 novembre 1942 à l'arrivée des allemands, elle est renflouée le 28 avril 1943, saisie par les italiens elle prend le sigle FR44, puis par les allemands elle devient le TA13, mais les travaux de remise en état n'étaient pas achevés à la libération, elle sera sabordée par les allemands à La Seyne le 25 août 1944, l'épave est démolie en 1949.    


Les torpilleurs: La Bombarde; la Pomone et l'Iphigénie sont saisis le 8 décembre 1942 par les allemands à Bizerte et seront coulés sous pavillon allemand.


Le torpilleur La Bombarde en 1937

La Bombarde est mise sur cale au au chantiers de la Loire à Nantes le 12 février 1935; elle est lancée le 23 mars 1936; elle entre en service le 16 août 1937; le 8 décembre 1942 elle est saisie par les allemands  dans le lac de Bizerte les rives étant occupées par les allemands remis par ceux ci aux italiens elle prend le signe FR41; le 5 avril 1943 les trois navires saisis sont transférés à la Kriegsmarine et constituent la 4e flottille, l'armement est modifié à La Seyne par les allemands, la Bombarde devient le SG48 puis le TA9; le TA9 ex La Bombarde  est en réparation à La Seyne à partir de janvier 1944; il est coulé lors d'un bombardement aérien sur Toulon le 23 août 1944; l'épave est retrouvée à la libération darse nord du Mourillon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Le torpilleur MAMELUK classe Le HARDI   Ven 24 Juil 2015, 14:21

Le torpilleur MAMELUK classe Le HARDI 

Il a été question ces temps ci du torpilleur Mameluk de la classe Le Hardi, la classe Le Hardi a été traitée au tout début de ce fil, voici l'historique du torpilleur Mameluk.


Le torpilleur Mameluk en 1940

Le Mameluk est le quatrième torpilleur de la classe Le Hardi, il appartient à la tranche navale 1936; il est mis sur cale le 1er janvier 1937 aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes; il est lancé le 18 février 1939; début 1940 il fait ses essais à Lorient; le 9 mai il est présenté en recette, et aussitôt mis en service vu les circonstances; le 17 juin il appareille pour Casablanca pour escorter le cuirassé Jean Bart qui quitte précipitamment Saint Nazaire sous le feu des allemands le 18 juin 1940 ; le Mameluk assure avec ses sister-ship Le Hardi remplacé ensuite par l'Epée la protection du Jean Bart durant sa traversée vers Casablanca, ou le cuirassé et son escorte arrivent le 22 juin; en novembre 1940 le Mameluk revient à Toulon.


Le Mameluk sabordé le 27 novembre 1942 à Toulon

Le 27 novembre 1942 le Mameluk est sabordé à Toulon au quai de l'artillerie, le Casque de la même classe est sabordé à ses cotés; en janvier 1943 une tentative de renflouement des deux torpilleurs est entreprise puis interrompue; le Mameluk est avarié lors du bombardement du 4 février 1944; nouvelle tentative de renflouement au cours du premier trimestre 1944 et nouvel échec; l'épave toujours coulée est restituée à la Marine Française par les allemands lors des accords d'avril 1944! il n'est renfloué qu'en 1947 pour démolition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Le torpilleur LANSQUENET de la classe LE HARDI   Lun 26 Oct 2015, 08:51

Je vous ai présenté au tout début de ce fil, les torpilleurs de la classe Le Hardi; parmi les 8 terminés, voici le Lansquenet et son historique.


Le Lansquenet en 1940, il est loin d’être terminé. 


Le Lansquenet appartient à la tranche 1936, il est mis sur cale le 17 décembre 1936 aux Forges et Chantiers de la Gironde à Bordeaux; il est lancé le 20 mai 1939; il est présenté aux essais le 1 er juin 1940, ces essais n'auront jamais lieu par suite des événements; il quitte son chantier de construction le 21 juin 1940; il quitte le Verdon le 24 juin pour Casablanca ou il arrive le 27 juin après quelques incidents les machines n'avaient jamais été testées auparavant; du 27 juin au 28 octobre  des travaux sont exécutés sur son artillerie à Casablanca; le 8 novembre 1940 le Lansquenet rentre à Toulon escortant le cuirassé Provence endommagé à Mers el Kébir; en janvier 1941 il est mis en position de gardiennage ; le 20 août 1942 l’achèvement est autorisé mais la pénurie de matières premières font qu'il ne sera jamais terminé; le 27 novembre 1942 le Lansquenet est sabordé au quai d'armement des chantiers de La Seyne.


Le Lansquenet sabordé à La Seyne le 27 novembre 1942 ou l'on tentait vainement de le terminer.


Le Lansquenet est renfloué par les Italiens le 24 avril 1943 devenu le FR34, il est remorqué de Toulon à Impéria le 31 août 1943; il est saisi par les allemands le 9 septembre 1943 et devient le TA34 de la Kriegsmarine, il ne sera jamais remis en état et sera sabordé à Gênes en 1945; le 19 mars 1946 il est renfloué une fois de plus et ramené à Toulon; après quelques hésitations, il est même rebaptisé Cyclone, il est jugé irrécupérable, il est condamné en 1958 et démoli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Sam 02 Jan 2016, 10:25

Au début de ce fil je vous ai présenté les torpilleurs de 1319 tw de la classe Bourrasque du programme 1922, voici un résumé en image de la carrière du premier d'entre eux.



La Bourraque en 1928 dans son état d'origine 

La Bourrasque est mise sur cale en 1923 aux Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque; elle est lancée le 5 août 1925; elle entre en service en septembre 1926.




La Bourrasque en 1932, ses cheminées raccourcies lui donne une allure un peu plus moderne, les masques des pièces de 130 mm ont aussi été changées


Les cheminées de la Bourrasque comme celle de tous les torpilleurs de sa classe sont raccourcies en 1929.



Le 30 mai 1940 la Bourrasque touchée par les batterie côtières allemandes coule par l'arrière, on aperçoit les troupes embarquées sur la plage avant


La Bourrasque est coulée par mine et tir des batteries côtières allemandes de Nieuport près de Dunkerque le 30 mai 1940 alors qu'elle participait à l'évacuation des troupes avec 600 hommes du corps expéditionnaire embarqués à Dunkerque à bord, les navires présents sur la zone en recueilleront 520 .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: La saga du torpilleur TROMBE    Sam 27 Fév 2016, 10:18

Voici la carrière mouvementée du torpilleur Trombe 

Le torpilleur Trombe à son entrée en service; des 1929 les masques des 130 mm seront remplacés et les cheminées raccourcies pour diminuer le poids dans les hauts, ce qui améliorera la silhouette.  

Le torpilleur Trombe du programme 1922 de la classe Bourrasque est mis sur cale le 5 mars 1924 aux Forges et Chantiers de la Gironde à Harfleur ; il est lancé le 29 décembre 1925; il entre en service en 1927.


La Trombe en 1935


En 1936 la Trombe participe à la surveillance des cotes espagnoles durant la guerre civile; en mai 1939 elle rallie Oran; en juin 1940 elle perd son affût n°4 de 130 mm.
Le 3 juillet 1940 la Trombe est à Mers el Kébir lors de l'attaque britannique; elle s'échappe sans dégâts accompagnant le cuirassé Strasbourg, elle rentre à Toulon en août 1940; elle est mise en gardiennage d'armistice le 1er septembre 1940; entre mai et octobre 1941 elle est en entretien à la Seyne et récupère son 4 em canon de 130 mm.


La Trombe lors du sabordage de Toulon, elle est à flot entre les torpilleurs Siroco et Foudroyant sabordés.

Le 27 novembre 1942 la Trombe est quasiment intacte lors du sabordage de Toulon par suite du manque d'équipage; récupérée par les italiens elle quitte Toulon pour l'Italie, elle est devenue le FR31.



Le FR31 ex Trombe échoué le 2 mai 1943 sur la plage de Ginosa

Des le 2 mai 1943 le FR31 ex Trombe s'échoue sur la plage de Ginosa ; l'armement est débarqué pour permettre son renflouement; il est réparé à Tarente; il est restitué à la France le 28 octobre 1943 à Bizerte en application de l'armistice avec l'Italie et reprend son nom d'origine; il est remis en état du 1er janvier au 18 mars 1944; en juin 1944 à Casablanca il est équipé d'un sonar et d'un radar;on installe une DCA: 1 x 40 mm; 6 x 20 mm; mais il perd à nouveau un canon de 130 mm et une plate forme triple de TLT; il escorte des convois en Afrique du Nord; le 14 novembre 1944 il intègre la Flanck Force; il escorte les croiseurs Emile Bertin et Montcalm au large de San Remo.


Les dégâts considérables causés par la vedette explosive SMA312 le 17 avril 1945 au torpilleur Trombe . 

Dans la nuit du 16 au 17 avril 1945 la Trombe est atteinte par une torpille lancée par la SMA312 (vedette d'assaut de 4,5 t) au sud de Vintimille, elle rejoint péniblement Toulon ; vu son age et la fin de la guerre imminente elle n'est pas réparée.


La Trombe en réserve en 1945 dans l'arsenal de Toulon

La Trombe est mise en réserve le 3 juillet 1945; elle est désarmée à compter du 26 février 1946; elle est condamnée le 12 décembre 1946.; ses superstructures sont rasées à Bregaillon en février 1950; la coque est vendue le 7 décembre 1950 et démolie à Gênes en 1951.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JJ
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8375
Age : 70
Ville : VICHY
Emploi : Casquette à carreaux
Date d'inscription : 24/11/2010

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Sam 27 Fév 2016, 11:18

Bonjour Alain.

Est il possible d'avoir une photo de ce type de vedette explosive telle la SMA-312 ?
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Sam 27 Fév 2016, 11:43

JJ a écrit:
Bonjour Alain.

Est il possible d'avoir une photo de ce type de vedette explosive telle la SMA-312 ?
Merci.
C'est fait, j'ai ouvert un nouveau fil pour ne pas polluer celui ci.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mar 11 Oct 2016, 19:11

Les torpilleurs de haute mer français

Je vais vous décrire ci dessous les 55 torpilleurs de haute mer français construits de 1886 à 1903, ils étaient au moins à l'origine construits pour accompagner les escadres contrairement aux torpilleurs numérotés, alors que les torpilleurs numérotés déplaçaient au maximum 100 t; les torpilleurs de haute mer déplaçaient pour la plupart de 100 à 200 t; à partir de 1903 considérés eux aussi comme trop petits, ils seront remplacés par les contre-torpilleurs dont les premiers déplaçaient à peine 300 t.
Les torpilleurs de haute mer peuvent être répartis en 12 classes assez hétéroclites, avec pas mal de différences selon le chantier de construction, en outre beaucoup ont été remotorisés au cours de leur carrière, ce qui a entraîné des différences de silhouette certains ayant une cheminée au début de leur carrière et en ont eu deux après changement des chaudières ce qui complique nettement l'identification.      

1- Les Balny  
9 Balny ont été construits: Balny, Derouléde et Doudart de Lagrée par les chantiers Augustin Normand comme d'habitude ce seront les meilleurs.
Capitaine Cuny, Capitaine Mehl, Challier à Saint Nazaire
Edmond Fontaine, Bouet Willaumez, Dehorter à Saint Denis

Entrés en service en 1886 et 1889


Le Doudart de Lagrée en 1896 à Alger (la difficulté pour ces torpilleurs et d'éviter les photos Marius Bar un vrai casse tète)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mar 11 Oct 2016, 20:54

2- Les Ouragan
Les cinq Ouragan: Ouragan; Téméraire;Aventurier; Alarme; Defi; sont construits à Saint Nazaire; ils entrent en service entre 1889 et 1892.

 
Le torpilleur de haute mer Alarme au Havre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mar 11 Oct 2016, 21:04


Le Téméraire de la classe Ouragan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mar 11 Oct 2016, 21:23

3 -Les Coureur
Le Coureur construit en 1888 chez Thornycroft en Grande Bretagne est particulièrement réussi; aussi deux copie sont commandées chez A.Normand au Havre, entrés en service en 1892 le Veloce et le Grondeur .Le Grondeur aura une particulière longévité puisqu'il sera le plus ancien torpilleur de haute mer encore en service lors de la première guerre mondiale, il ne sera rayé qu'en 1925 et démoli en 1926 après avoir terminé sa carrière comme stationnaire sur la Bidassoa.


Le Coureur à Philippeville


Le Grondeur à Bordeaux, le Grondeur sera le plus ancien torpilleur de haute mer encore en service lors de la première guerre mondiale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mar 11 Oct 2016, 21:50

4- les 7 THM dérivés de l'Avant Garde
L'Avant-Garde construit chez Augustin Normand est particulièrement réussi il entre en service en 1890 après des essais particulièrement réussis; aussi 3 dérivés de l'Avant -Garde; les Dragon; Grenadier et Lancier sont construits chez Augustin Normand ils entrent en service en 1892 et 1893; deux les Turco et Zouave sont construits à Nantes; enfin le prototype l'Avant-Garde se perd par échouage devant Porto en 1890, ses machines sont récupérées et une nouvelle coque est commandée chez Augustin Normand pour utiliser les machines de l'Avant Garde ce sera l'Archer qui rentre en service en 1894.


L'Avant-Garde


Le Grenadier


Le Lancier en 1909 à Saint Malo


Le Zouave à Saint Vaast
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 08:46

5- Les 7 THM de la classe Agile et dérivés

En 1888 sont commandés au chantier de La Seyne deux THM les Agile et Audacieux, ils entrent en service en 1889 et 1890, réussi, ils sont suivi de trois autres commandés au même chantier les Eclair; Kabyle et Orage ils différent de deux premiers par leurs deux cheminées alors que les Agile et Audacieux en avaient une seule ils entrent en service en 1892 ; enfin deux autres les Sarrazin et Tourbillon sont commandés à Bordeaux, ils entrent en service en 1894.


L'Eclair à Port la nouvelle


Le Sarrazin en 1906 à Port la nouvelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 11:08

6-Les trois THM rapides
Trois torpilleurs de haute mer sont commandés en 1891 à trois chantiers différents, il s'agit de mettre au point des torpilleurs rapides, de tonnage équivalent au THM en service ils devront atteindre la vitesse de 27 noeuds; le meilleur devant servir de modèle pour les constructions futures.

Le Mousquetaire est commandé aux chantiers du Havre, il entre en service en 1893
Le Chevalier est commandé chez Augustin Normand, il entre en service en 1893
Le Corsaire est commandé à Saint Denis, il entre en service en 1894

Comme la plupart du temps le torpilleur de chez Normand est de loin le meilleur, il sera d'ailleurs le seul des trois encore en service lors de la première guerre mondiale, puisqu'il ne sera rayé qu'en 1920.


Le Mousquetaire en 1906 sur dock flottant à Alger


Le Chevalier en 1910 à Villefranche sur mer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 16:43

7-Les trois torpilleurs de haute mer de la classe Argonaute
En 1892 sont commandés à Nantes les torpilleurs de haute mer Argonaute et Tourmente et en 1895 un troisième le Mangini qui portait le nom d'un ingénieur mort l'année précédente lors d'une explosion de chaudière lors des essais du Sarrazin; les Argonaute et Tourmente sont entrés en service en 1894, le Mangini en 1897.


Le torpilleur de haute mer Argonaute


A bord du torpilleur de haute mer Tourmente


Le torpilleur de haute mer Mangini à Brest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3321
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 17:44

Un groupe de torpilleurs au mouillage dans la darse de l'Amirauté à Alger en 1899 :


Les corps morts sur lesquels les navires sont amarrés non pas l'air des coffres d'aujourd'hui. En outre, il semblerait que des sortes de débordoirs gardent les navires parallèles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 18:09

Les torpilleurs de haute mer suite...
8-Les deux THM de la classe Averne
En 1892 sont commandé au Havre en 1892 les deux torpilleurs de haute mer Averne et Dauphin qui entrent en service en 1894, le Dauphin est rayé en 1913 alors que l'Averne sera rayé en 1919 après avoir participé à la première guerre mondiale.


L'Averne en 1916 à Corfou


Le torpilleur de haute mer Dauphin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 18:20

9- Le Lansquenet; un loup complet  

En dépit de son aspect futuriste le Lansquenet mis sur cale à Nantes en 1892 et terminé si l'on peut dire en 1894, fut un loup complet, il ne sorti jamais en fait de la période des essais et fut rayé des 1900 sans être jamais entré en escadre!


Le Lansquenet lors de ses essais dont il n'est jamais sorti!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Mer 12 Oct 2016, 21:28

10-Les quatre Ariel sont considéré comme les meilleurs de tous les torpilleurs de haute mer; ils ont tous été commandés en 1893 chez Augustin Normand qui est considéré comme le meilleur chantier constructeur de torpilleurs.
Ces torpilleurs furent si réussi qu'ils servirent de modèle pour tous les torpilleurs de haute mer qui suivirent.

-L'Ariel entre en service en 1895, il aura hélas une courte carrière en effet il est coulé abordé par le croiseur Friant.
-Le Flibustier entre en service en 1895, il est rayé en 1914 et démoli en 1923
-Le Forban entre en service en 1895, il dépasse 31, 029 noeuds aux essais vitesse qui n'avait jamais été atteinte dans le monde à l'époque, il fit une longue carrière, il est rayé et condamné en 1920
-L'Aquilon entre en service en 1896, il est rayé en 1915 et démoli en 1920


L'Ariel à 27 noeuds


Le Flibustier


Le Forban


L'Aquilon à la Rochelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Jeu 13 Oct 2016, 09:28

11- Le Cyclone

Le torpilleur de haute mer Cyclone, dérivé du type Ariel qui l'a précédé est commandé en 1896 chez Augustin Normand, désormais le torpilleur de haute mer a atteint son apogée et n'évoluera pratiquement plus jusqu’à la fin, on a tiré le meilleur parti possible de ces petits navires.
Le Cyclone entre en service en 1899 et sera condamné en 1920.  


Le Cyclone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15364
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Jeu 13 Oct 2016, 10:29

12- Les 10 derniers torpilleurs de haute mer de la classe Borée dérivés du Cyclone sont semblables à l'exception d'un léger blindage qui protège les superstructures des six derniers.

-Borée, construit à Bordeaux, entre en service en 1901, rayé en 1920
-Tramontane ,construit à Bordeaux, entre en service en 1902, rayé en 1921
-Bourrasque ,construit chez Augustin Normand, entre en service en 1902, rayé en 1921
-Rafale ,construit chez Augustin Normand, entre en service en 1902, rayé en 1921


Le Borée en 1913 à Toulon


La Bourrasque à Bizerte

Les six derniers légèrement blindés:

-Audacieux, construit à Nantes, entre en service en 1901, rayé en 1923  
-Siroco construit chez Augustin Normand, entre en service en 1901, rayé en 1925
-Mistral construit chez Augustin Normand, entré en service en 1902, rayé en 1927, démoli en 1928,sera le dernier torpilleur de haute mer à disparaître.
-Trombe, construit à Nantes, entré en service en 1902, rayé en 1921
-Simoun, construit au Havre, entré en service en 1902, rayé en 1924
-Typhon, construit au Havre, entre en service en 1903, rayé en 1922, démoli en 1928 est le dernier des 55 torpilleurs de haute mer construits.


Le torpilleur de haute mer Audacieux


Le Mistral à Granville, il sera le dernier torpilleur de haute mer à disparaître


Le Typhon à Fécamp, dernier torpilleur de haute mer construit

Les torpilleurs de haute mer seront remplacés par les contre-torpilleurs de 300 tonnes type Durandal et dérivés. .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
david
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2044
Age : 41
Ville : Eaubonne
Emploi : éducation nat
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Dim 06 Nov 2016, 18:53

un torpilleur  de la longue série des numérotés  entrant dans un port de la Manche


_________________
je ne suis pas fou, juste un peu cinglé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3321
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   Sam 19 Nov 2016, 12:55

Trois photos du torpilleur KABYLE (1891-1911) dérivé de la classe AGILE :


à Marseille au fond du Vieux Port, vu par le chocolat Louit. On note l'ancien pont transbordeur, au fond à gauche.


à quai


au mouillage vers 1898

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les torpilleurs français   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les torpilleurs français
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les torpilleurs français
» Les contre-torpilleurs français
» "Lieutenant BOURAKOV" contre-torpilleur de 300 tonnes - 1905.
» Doublage des films : québécois vs français
» les voix française des personnages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Rubrique Photos-
Sauter vers: