AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Août 1914

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11608
Age : 69
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Août 1914   Sam 09 Aoû 2014, 14:21

août 1914
en Méditerranée croisent le croiseur de bataille allemand Gœben accompagné du croiseur léger Breslau.
la flotte française a été chargée de la protection des convois de transport de troupes.
c'est à la Mediterranean Fleet britannique qu'incombe la tâche de neutraliser les deux navires allemands.
elle se compose de trois croiseurs de bataille, de quatre croiseurs cuirassés, et d'autant de croiseurs légers modernes.
sa supériorité sur l'ennemi est écrasante. sur le papier…
malheureusement, à l'Amirauté sévissent quelques incapables qui donneront leur pleine mesure quelques mois plus tard.
ordres et contre-ordres, messages ambigus informations incomplètes vont semer la confusion, et l'escadre allemande, après avoir bombardé Bône et Philippeville, parviendra à rallier la Turquie.
ces bévues vont coûter très cher, puisqu'elle vont entrainer la désastreuse batailles des Dardanelles et la sanglante défaite de Gallipoli.
comme il se doit, on fera porter aux exécutants, la responsabilité de cet échec.
les vrais responsables ne seront écartés qu'après un second désastre: la bataille de Coronel, qui provoquera le "retour aux affaires" de l'Amiral Fisher.
le vrai vainqueur de la bataille des Falklands. opposé à l'aventure des Dardanelles, il va entrer en conflit avec Churchill, et quittera l'Amirauté en 1915.
on pourrait aussi parler de l'Escadre Légère de la Manche, chargée d'interdire celle-ci à la Hochseeflotte… affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ecourtial
Maître
Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 613
Age : 32
Ville : Nîmes & Lyon
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Août 1914   Lun 11 Aoû 2014, 10:36

On peut imaginer une rencontre entre la Hochseeflotte et nos forces en 1914... Le désastre.
Par contre en Méditerranée, on avait les moyens d'intercepter les deux croiseurs allemands.

En parlant de 1914, on avait à ce moment là un de nos 23500 tonnes (Jean Bart?) flambant neuf qui rentrait en France en provenance d'un voyage diplomatique en Scandinavie. Il n'y avait pas un obus à bord. "Quelle belle cible".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dynamic-mess.com/
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15354
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Août 1914   Lun 11 Aoû 2014, 12:12

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valdechalvagne
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1737
Age : 48
Ville : puget thenier
Emploi : artisant
Date d'inscription : 22/09/2012

MessageSujet: Re: Août 1914   Lun 11 Aoû 2014, 12:41

ecourtial a écrit:
On peut imaginer une rencontre entre la Hochseeflotte et nos forces en 1914... Le désastre.
Par contre en Méditerranée, on avait les moyens d'intercepter les deux croiseurs allemands.

En parlant de 1914, on avait à ce moment là un de nos 23500 tonnes (Jean Bart?) flambant neuf qui rentrait en France en provenance d'un voyage diplomatique en Scandinavie. Il n'y avait pas un obus à bord. "Quelle belle cible".
lire le livre de Robert Dumas et Jean Guiglini  
LES CUIRASSES FRANCAIS DE 23500 TONNES
éditions des 4 seigneurs
ils en parle dedans ! pas de munitions sauf pour les armes de présentations et de saluts et faut canons sur une des tourelles arrière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ecourtial
Maître
Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 613
Age : 32
Ville : Nîmes & Lyon
Emploi : Ing. IT
Date d'inscription : 07/03/2006

MessageSujet: Re: Août 1914   Lun 11 Aoû 2014, 13:25

valdechalvagne a écrit:
ecourtial a écrit:
On peut imaginer une rencontre entre la Hochseeflotte et nos forces en 1914... Le désastre.
Par contre en Méditerranée, on avait les moyens d'intercepter les deux croiseurs allemands.

En parlant de 1914, on avait à ce moment là un de nos 23500 tonnes (Jean Bart?) flambant neuf qui rentrait en France en provenance d'un voyage diplomatique en Scandinavie. Il n'y avait pas un obus à bord. "Quelle belle cible".
lire le livre de Robert Dumas et Jean Guiglini  
LES CUIRASSES FRANCAIS DE 23500 TONNES
éditions des 4 seigneurs
ils en parle dedans ! pas de munitions sauf pour les armes de présentations et de saluts et faut canons sur une des tourelles arrière

D'accord maintenant je sais où je l'ai lu! Très bon bouquin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dynamic-mess.com/
titian
Matelot de 2ème classe
Matelot de 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 127
Age : 64
Ville : rebecq belgique
Emploi : ex marin
Date d'inscription : 04/03/2014

MessageSujet: Re: Août 1914   Lun 11 Aoû 2014, 17:54

Affabulations d'un espion ou ...Intox des services secrets anglais ...Ou serait-ce la vérité ??


Franz von Rintelen , chef des services secrets allemands aux USA , incarcéré durant 21 mois en Angleterre puis extradé aux USA et incarcéré durant 3 ans au pénitencier d'Atlanta , renonça à sa nationalité allemande en 1931 et se mit à la disposition du British War Office. Il a écrit un livre " The Dark invader " dans lequel il fait état de " confidences " faites par l'Amiral Hall et son adjoint , lord Herschell.

Voici l'extrait de son livre concernant la Bataille des Falklands :
Ce télégramme au comte Spee ! Pendant des années, cette affaire me tourmentait .  Perplexe et inquiet quand j'étais un prisonnier de guerre en Angleterre , et plus tard dans les prisons et les pénitenciers d'Amérique , dans lesquels la diplomatie au cœur dur et peu romantique de l'Angleterre m'avait expédié lorsque l'Amérique déclara la guerre contre nous . Encore et encore, j'avais en mémoire cette déclaration , depuis  ma capture en 1915, et de nouveau après mon retour de captivité en 1921 , au moment de l'invasion de la Ruhr et l' inflation , et elle ne me laissait pas en paix . Le télégramme au comte Spee ! Qu'y avait-il derrière tout cela? Quelle était la vérité à ce sujet ? Combien de fois j'avais torturé mon cerveau avec cette question !

Enfin , un jour , vers la fin de 1925 , quand, à la demande du ministère des Affaires étrangères , je suis allé à Londres très discret pour sonder  la possibilité d'envoyer un attaché naval à l'ambassade , j'ai envoyé ma carte à Mr Herschell , qui entre-temps étais devenu lord- en - attente ordinaire et avait sa résidence officielle au Palais de Buckingham .
" Sa Seigneurie passe les vacances de Noël dans l'île de Wight , dans sa maison à Bembridge , me dit un laquais galonné  .
Un paire de jours plus tard, une charmante invitation est arrivée " à un punch à Bembridge , à la mémoire des vieux jours ensemble dans la guerre . "
Noël à l'île de Wight , un feu de bois crépitant , flamboyant , un  pudding , je ne me suis pas fait prier !
À travers un brouillard dense , comme il y en a seulement dans la Manche - brouillard sans qui l'hiver dans le sud-ouest de l'Angleterre perdrait son charme spécial - au milieu du vacarme assourdissant des cornes de brume, le paquebot fit son chemin de Southampton à l'île de Wight .
Lord Herschell était debout sur​le quai , bien sûr . Le paquebot manoeuvra plusieurs minutes avant de s'amarrer correctement.
Nous nous sommes salués comme de vieux amis . Un sentiment étrange m'envahit ; que serait cette première réunion après la guerre avec cet homme qui avait insisté pour être présent à mon entretien avec " mon " Ambassadeur suisse " ,  en août 1915, mais avait été contraint à l'abandon , furieux , parce que cette entrevue ne pouvait avoir lieu en tête- à-tête .

" Hello , my old ! " il appela , et ceci rompit la glace . C'était deux vieux amis qui roulèrent au travers du paysage d'hiver silencieux de ce Noël 1925 . Les arbres brillaient de givre . Dieu merci l'automobile de Sa Seigneurie avait du chauffage  ...
« J'espère que vous vous sentirez à l'aise ici , " dit Lord Herschell . " Je suppose qu'ils vous ont joué quelques sales tours depuis notre dernière rencontre , hein ? LesYankees vous ont fait souffrir , parce qu'ils ne pouvaient pas mettre la main sur le « diplomate » Papen . Nous aurions été très heureux de l'envoyer vous rejoindre au bagne là-bas en 1918 , mais il a couru comme un lièvre en Palestine , plus vite que notre cavalerie ... Qu'est-ce qu'ils vous ont dit à Berlin lorsque vous êtes revenu après toutes ces années mornes ? "
" S'il vous plaît ne me parler pas de Berlin -  Ils prétendent ne rien savoir de moi là-bas; . C'est le moyen le plus commode pour eux , je préfère de loin votre hospitalité sportive ; sans rancune envers vous , mon bien-aimé ex - ennemi . "
Ce ne fut qu' après le dîner ,et beaucoup d'excellents crus , qui délie la langue d'un homme si bien , que je lui ai dit :
" Maintenant, parlons de notre affaire, Herschell . "
Nous avions déjà convenu avant le dîner et les cocktails de laisser tomber le «Seigneur » et le « capitaine ».
" Dites-moi , Herschell , ce télégramme au comte Spee ? , l'amiral commandant l'escadron de croiseur ? En1915 , quand nous étions à l' Army and Navy Club , nous n'avons pas continués sur ce sujet...
Lord Herschell ne me fit pas patienter plus avant. En un réçit rapide , j'ai eu droit à toute l'histoire triste et déchirante des événements qui ont conduit à la destruction du splendide escadron von Spee, qui comprenait le Scharnhorst , Gneisenau , Nuremberg et Leipzig , et des méticuleux  travaux frénétiques de l'Amirauté , jusqu'à ce que les dernières mailles du filet aient été tissés dans lequel l'amiral Spee était inévitablement tombé .

Lord Herschell ne se souvenait plus tout à fait de tous les détails après tant d'années . Pas tout le monde pouvait se souvenir de nombreux mouvements dans le jeu qu'il a commencé à décrire de l'histoire navale . Compte tenu des mouvements continuels des unités de l'escadre cuirassée britannique, de la mer du Nord à la Méditerranée , de la mer d'Irlande à l'Atlantique , dans les Antilles , principalement dans le but de tromper notre flotte de haute mer , lord Herschell aurait dû être un prodige de mémoire pour être en mesure de rappeler chaque détail avec précision .

Avant que je raconte l'histoire étonnante , et la plus profondément déprimante pour moi , le lecteur doit avoir un court tableau synoptique de la façon dont les choses étaient pour nous à l'état-major de l'Amirauté à Berlin à l'époque.

Après la destruction de l' escadre de l'amiral Cradock dans la bataille navale de Coronel le 1er novembre 1914, le temps jouait en faveur du comte Spee. Il était au Cap Horn avec son escadron complètement intact , et devait apparaître dans l'Atlantique ,  avant toute chose , pour rejoindre les navires qui avaient été envoyés vers lui avec du charbon et des dispositions convenues par Berlin .
Il y avait trois possibilités :
Soit il enverrait ses croiseurs séparément avec des instructions pour terroriser la marine marchande britannique, comme l' Emden et , plus tard, nos croiseurs auxiliaires . Cela aurait contraint l'Amirauté britannique d'envoyer de suite, dispersés partout sur les sept mers , un très grand nombre de croiseurs de chaque classe , alors que ces croiseurs rapides étaient nécessaires de toute urgence dans la mer du Nord , à des fins de reconnaissances .

Ou encore , le comte Spee pouvait garder son escadron ensemble et engager le corps principal des croiseurs ennemis , qui étaient sans doute quelque part dans l'Atlantique , ou peut-être dans les Antilles , dans une bataille , ce qui était susceptible d'être favorable à notre escadron tant  que ce dernier n'avait pas de forces très supérieures , à savoir des croiseurs de bataille moderne, à rencontrer. Mais cette possibilité - disait Berlin - ne devait pas être prise en compte parce que les Anglais ne serait pas si prêt à risquer une réduction du nombre des croiseurs de bataille stationnés en mer du Nord , en raison de la proximité de nos propres croiseurs de bataille et le corps principal de la flotte de haute mer .

Enfin , il était loisible au comte Spee d' éviter de s'engager avec l'ennemi et d' essayer de rentrer en Allemagne. Dans ce cas, il pouvait compter sur la flotte de haute mer de prendre toutes les précautions pour assurer une couverture convenable pour lui , soit au nord ou à l'ouest de l'Écosse ou au large des côtes de la Norvège . Les plans de ce retour avaient été établis par le personnel de l'Amirauté et le haut commandement de la flotte .

Cette esquisse donne , je pense , en général un compte rendu juste de la façon dont les gens à Berlin conçevaient le futur et de justifier entre eux - à prévision ,  que le destin se révèle gentil ; pas plus que cela!

Mais l'événement a été très , très différent . Tout ce qui nous avions pensé avec fierté , et une foi tranquille , devait s'écrouler .

Et maintenant, la version de lord Herschell de l'histoire .

«L'amiral Spee était en croisière avec son escadre , quelque part sur les sept mers , et Londres n'avait pu découvrir aucun indice fiable de ses allées et venues . L' Amirauté britannique était cependant parfaitement consciente du danger, et a oeuvré avec sa logique de fer . afin de planifier la bataille avec les Allemands avec quelque chance de succès . Il était nécessaire de libérer deux croiseurs de bataille du dernière type . L' artillerie brillante du Scharnhorst et le Gneisenau , qui a formé le noyau de l'escadre de Spee , ne pouvait pas autrement être traitée . de plus, il était essentiel d'essayer de découvrir où Spee serait un jour donné .

" Mais , pour commencer, deux croiseurs britanniques dreadnought devaient être détachés. Cela devait être fait discrètement , car si le commandement de la Marine allemande avait vent du fait que deux croiseurs britanniques quittaient la mer du Nord pour l'Atlantique , il devinerait que ce voyage avait à faire avec le comte Spee , ce qui devait être évité à tout prix .

«Un poids particulier a été accordé au fait que la marine allemande était pleinement consciente que la majorité des croiseurs de bataille britanniques étaient dans la mer du Nord ,mais deux d'entre eux avaient été envoyés en Méditerranée , où ils sont restés stationnés non loin des Dardanelles , afin de bloquer toute sortie possible du cuirassé Gœben de la Méditerranée . Il était considéré comme une possibilité à Londres que ce puissant cuirassé allemand allait essayer de passer à travers à Pola afin de renforcer la flotte autrichienne .Impossible que les deux croiseurs lèvent l'ancre . Leur disparition  aurait immédiatement été observée par les agents allemands omniprésents  . Cela ne pourrait être géré que par la ruse , et la ruse était le département de l'amiral Hall.

" Il  eut une brillante idée . Il obtint deux nouveaux croiseurs construits dans un chantier naval anglais . La construction a commencé et fut réalisée dans le plus grand secret , et les deux nouveaux croiseurs étaient tout prêt en quelques semaines . Ils étaient là,  peints en gris , avec leurs grandes cheminées et des canons lourds pointant menaçants de leurs tourelles blindées . Mais ils n'étaient pas des croiseurs de bataille du tout , seulement des maquettes de bois , et ils étaient à peine terminés lorsque deux remorqueurs puissants sont apparus sur la scène , et leur passèrent une ligne, et une nuit sombre , remorqués , les deux monstres en bois prirent la mer .des vigies se tenaient sur le pont de chaque remorqueur , scrutant l'horizon avec des lunettes puissantes à la recherche de navires ennemis . Si quoi que ce soit de suspect apparaissait des écrans de fumée couvraient le convoi . L'existence des leurres devait rester un secret absolu .

" Ils ont navigué par le golfe de Gascogne , passé Gibraltar , et à travers la Méditerranée vers la mer Egée , où les deux véritables croiseurs de bataille , l'Invincible et le Inflexible étaient à l'ancre , depuis des semaines , à la vue des insulaires , parmi lesquels se trouvaient deux hommes dont l'occupation principale à ce moment était de garder un oeil aux aguets pour voir si ils étaient toujours là .

. " A ce stade, les deux remorqueurs arrivés de nouveau par une nuit sombre , bien sûr, avec les leurres remorqués , qu'ils amenèrent juste à côté des croiseurs Les bateaux en bois , vu de la rive , des îles ,  étaient indiscernables des deux croiseurs authentiques . ils ressemblaient trop exactement à leurs prototypes en tout point - ont été encerclés par une foule dense de lance-torpilles et bateaux de surveillance , afin d'éviter les mines et les torpilles de faire des dommages , et , surtout , ce qui était de la plus haute importance ,de  garder les yeux curieux à distance.

" Les navires leurres étaient encore à tanguer sur les vagues , n'ayant pas encore jeté l'ancre , lorsque les deux véritables croiseurs de bataille s'éloignèrent sous le couvert de l'obscurité Ils labouraient de manière inaperçue les vagues de la Méditerranée ; . Et le service de renseignement allemand jamais ne soupçonnèrent que deux ennemis dangereux , infiniment supérieurs en force ,étaient désormais sur les traces de l'amiral Spee . Les deux croiseurs se précipitèrent passant Gibraltar à pleine vitesse et virèrent brusquement vers le sud -ouest " .

Lord Herschell , fatigué , mit fin à l'entretien ;

. " Il est tard , et vous devez avoir autre chose à penser maintenant . Un jour, je vous montrerai la maison , vous y trouverez beaucoup de souvenirs qui , j'en suis sûr vous intéresseront... D'ailleurs , nous nous verrons à Londres après-demain .l' amiral Hall  m'a invité à être le troisième pour revoir son vieil ennemi de la guerre . "

L'amiral Sir Reginald Hall avait été la première personne à Londres à qui j'avais envoyé mes respects . Je l'avais appelé le lendemain de mon arrivée . L'ancien préposé à l'Amirauté , avec qui j'avais eu cette petite difficulté en août 1915 sur la signature du livre d'or , et qui a été surpris et ravi de me revoir à cette occasion , m'informa que l'amiral Hall était dans l'intervalle devenu membre du Parlement et était probablement à la Chambre des communes .

Sir Reginald téléphona immédiatement à lord Herschell lui demandant de se joindre à nous pour le déjeuner au Navy and Army Club, le même club dont les chambres étaient si confortables , et où nous avions passé un peu de temps ensemble auparavant.

Ma rencontre avec l'amiral Hall était l'une des plus belles expériences de ma vie depuis mon retour de la guerre et de la captivité . La façon dont le vieux monsieur a mis ses mains sur les deux épaules , et me regarda droit dans les yeux , honnêtement et sans affectation heureux de voir devant lui une telle image de la santé et de vigueur, qui avait supporté ces quatre années terribles dans les prisons et les pénitenciers américains ; la façon dont ce  marin , dont les cheveux blancs comme neige lui donnait un air vénérable , étendit sa main vers moi - exactement comme le chef d'état-major de la Marine , l'amiral Zenker , avait fait quelques semaines avant à Berlin - et brisé la glace instantanément et effacé toute trace de l'ancienne inimitié . Mon ressentiment muet contre cet homme qui m'avait fait tant de mal et changé le cours de ma vie était enterré pour toujours dès ce moment . Et lui, animé, sans doute , par un désir silencieux de rattraper le passé , a été un ami fidèle et un génie de bon conseil pour moi et ma fille depuis.
C'est l'Angleterre !

Ce jour-là , l'amiral Hall, lord Herschell , et moi, assis dans le même club , dans le même coin de la même pièce , dans les mêmes chaises, où nous avions siégé dix ans auparavant, nous avons échangé des souvenirs de guerre .

Lord Herschell , bien sûr , résuma notre conversation de la veille de Noël dans l'île de Wight , le sujet sur lequel j'étais tellement intensément curieux , à savoir , l'histoire du comte Spee . "Le capitaine Rintelen meurt d'envie de savoir pourquoi nos deux croiseurs de bataille ont navigué au sud -ouest dans l'Atlantique . "

" Oh , nous savions où l' escadre de l'amiral Spee était et nous savions où il serait , " dit Lord Herschell , regardant vers l'amiral Hall. Les yeux de l'amiral regardaient en face de lui . «Je lui avais télégraphié , " dit-il calmement .  pour lui faire savoir où nos croiseurs de bataille le rencontrerait , et tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il a  viré de bord vers l'endroit. "

J'ai poussé ma chaise un peu de la table et de rire . " Vraiment , Sir Reginald , c'est plutôt cruel de tirer la jambe d'un pauvre ennemi vaincu comme ça. Vous voulez me faire croire cela? " Mais je voyais le visage grave de l'amiral et je compris instinctivement que ce que lord Herschell avait laissé entendre était la vérité . Mais je ne comprenais toujours pas . Comment Hall aurait-il pu télégraphier au comte Spee ? Qu'est-ce que cela signifiait? .
Puis l'amiral Hall  continua :
" Nous ne faisons jamais les choses à moitié . Nous avions déjà pris soin que nos deux croiseurs ne devaient pas manquer leur objectif . Nous savions ce que nous faisions . Je vous ai déjà dit que nous étions en possession du code allemand . Vous devez admettre cela si vous voulez comprendre ce que je vais vous dire .

" Il allait de soi que l'escadre de Spee était quelque part sur  la côte ouest de l'Amérique du Sud. L' hypothèse s'est révélée correcte . Des nouvelles horribles arrivèrent à Londres  ; le comte Spee avait détruit l'escadre de Cradock à Coronel . Il s'était éloigné de la scène de bataille dans la direction de Valparaiso , et les nouvelles de son arrivée était , bien sûr , câblées pour nous. Nous savions qu'il était allé à terre avec ses officiers et avait été accueilli par la colonie allemande .
Alors le comte Spee est maintenant à Valparaiso
«Hall maintenant a commencé à construire un schéma sur la table à l'aide d' une variété d'objets .
" . . Voici Valparaiso , voici nos deux croiseurs , et maintenant Berlin , et à Berlin est mon homme . ».
" Votre homme , l'amiral ? "
" Oui , mon homme , " dit-il calmement , . . ». Mon agent à qui j'ai demandé de connaître la procédure exacte d'envoi des télégrammes  aux croiseurs allemands à l'étranger Il m'avait informé que la procédure était assez simple Lorsqu'un tel télégramme devait être envoyé un messager de l'Amirauté allait au siège et l'envoyait . Ils ont utilisé des formes spéciales pour ces télégrammes à Berlin , n'est-ce pas ? , et avant , un message de ce genre devait être visé par l'Amirauté ? et le Bureau de la censure , je ne sais pas comment mon agent a réussi , et je ne crois pas que j'aurais été très intéressé de le savoir  ; tout ce que je savais, c'est qu'il s'était procuré les cachets et les formulaires requis "
Vous n'avez pas oublié , je l'espère, que l'amiral Spee et son escadron sont ancrés au large de Valparaiso .
" Eh bien, j'ai attendu qu'il soit arrivé là, j'ai demandé à mon agent à Berlin d'agir Il était porteur d'un télégramme que nous lui avions envoyé de Londres
Le télégramme était dans le code allemand ; il contenait des ordres stricts et précis pour Spee d'aller aux îles Falkland à toute vitesse et de détruire la station de TSFà Port Stanley ...

" Vous n'avez pas besoin de me dire le reste de l'histoire , Sir Reginald , " je lui dit avec une profonde émotion . " Ce qui a suivi , je le sais de ma période de service au personnel de l'Amirauté à Berlin . "
Après une courte discussion à Valparaiso avec le ministre allemand au Chili , le comte Spee appela son chef d'état-major et les commandants de ses croiseurs à une conférence immédiate . Ils ont tous essayé de le dissuader de mener à bien le plan qu'il déplia pour eux, qui était , de doubler le Cap Horn, et de faire route sur les Malouines . Son chef d'état-major avait souligné qu'une telle action impliquait un risque inutile d'attirer l'attention des forces hostiles , et que l'escadre pouvait être mise hors de combat à la suite d'une rencontre avec l'ennemi en force .
Spee n'avait dit à personne qu'il avait reçu un télégramme secret, adressé à « L'amiral commandant l'escadron  en personne», et simplement déclaré son intention de mener à bien le plan . Il a agi comme il devait , sur ces instructions .

L' agonie de l'escadre allemande contre les forces supérieures de l'ennemi n'a duré que quelques heures ...

A Berlin , au siège de l'Amirauté , il y avait un mystère permanent concernant les deux escadres - celle de l'amiral Spee , l' anglaise sous l'amiral Sturdee - de se rencontrer malgré tant de milliers de miles de mer en moins de 24 heures . Il devait y avoir quelque chose de sinistre et tout à fait mystérieux derrière cela .

Au rapport officiel de la catastrophe fourni par un officier allemand survivant, commandant Poch , le Kaiser ajouta la note manuscrite suivante :

" Cela reste un mystère ce qui a fait Spee attaquer les îles Falkland . Voir stratégie navale de Mahan . "

Déplaise à Votre Majesté Impériale , le comte Spee avait reçu des instructions précises et claires pour procéder aux îles Falkland . Seulement , cet ordre est venu de Londres , pas de l'état-major de l'Amirauté à Berlin , et encore moins de votre Majesté Impériale .


-------------------------------------------------- ------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Août 1914   

Revenir en haut Aller en bas
 
Août 1914
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tableau d'Honneur 1914-191-19
» Baptême du feu du 16 en 1914
» 1914 - 1919 - DEUXIEME CHAPITRE
» operations vallée Munster 08.1914
» 1817 - 1914 - PREMIER CHAPITRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: HISTOIRE MODERNE (de 1860 à nos jours)-
Sauter vers: