AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Règles de nommage des navires de la Marine Impériale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mar 17 Déc 2013, 03:19

Règle générale

En 1913, le ministre de la marine Saitō Makoto adopta un système assez cohérent pour baptiser ses nouveaux navires. Les cuirassés devaient porter des noms d’anciennes provinces féodales, les croiseurs lourds des noms de montagnes, les croiseurs légers des noms de rivières. Les autres navires (destroyers de premier rang, destroyers de second rang, sous-marins) ne reçurent que des numéros. À cette époque, le Japon n’avait qu’un seul porte-avions expérimental, bâtiment hybride et atypique (pour l’époque) auquel on donna le nom d’un animal mythique.

À la fin des années vingt intervinrent plusieurs changements. Le nombre de porte-avions allant croissant, l’habitude fut entérinée de les baptiser à l’instar de leur aîné de noms de créatures célestes ou mythiques. Les destroyers évoluant vers des bâtiments durables, non destinés à être très rapidement déclassés et remplacés, le besoin se fit sentir d’abandonner le système de numérotation et de les baptiser : à partir de 1924, ceux de premier rang reçurent donc d’élégants noms d’éléments climatiques, ceux de second rang de poétiques noms de plantes ; les torpilleurs devaient porter des noms d’oiseaux de mer. Seuls les sous-marins gardèrent des numéros. Enfin, les bâtiments de soutien logistique prirent des noms tirés de la géographie côtière (ports, caps, îles, etc.). Notons la cohérence de cette méthode et son arrière-plan : les navires de ligne recevaient des noms de régions ayant construit l’histoire nationale, les grands croiseurs ceux d’éléments naturels particulièrement stables, les croiseurs légers ceux d’éléments fluides et vifs, les destroyers ceux d’éléments éphémères, les porte-avions ceux d’esprits capables d’atteindre les cieux – ou de frapper depuis le ciel. Tous les noms évoquaient l’emploi du navire au combat.

Exceptions

Ce système d’appellation semblait clair. Il souffrit cependant de nombreuses exceptions dans l’entre-deux-guerres : des croiseurs de bataille, des croiseurs lourds et des cuirassés furent convertis en porte-avions ; six croiseurs furent commencés comme croiseurs légers et convertis par la suite (parfois avant d’être achevés) en croiseurs lourds, quatre croiseurs de bataille furent reconstruits comme cuirassés rapides. Tous gardèrent leur nom premier au cours de ces conversions. Plus tard, pendant la guerre, le programme de constructions neuves adopté après le désastre de Midway ne comprenant plus aucun cuirassé et un seul croiseur lourd, et le nombre de porte-avions programmés étant tel qu’on aurait vite manqué d’animaux mythiques , la décision fut prise de réserver les noms de montagnes aux porte-avions.

Cas des sous-marins

Historiquement, les premiers sous-marins japonais furent achetés au début du XXe siècle en Amérique, France, Angleterre et Italie à des fins d’évaluation ; rapidement, les arsenaux nippons en adoptèrent les principes et construisirent en parallèle plusieurs modèles, qui étaient tous numérotés à suivre : n° 46, n° 47, etc. En 1919, quelques « croiseurs sous-marins » allemands furent donnés au Japon au titre des réparations, et on savait que les Anglais en avaient construits de leur côté : l’idée germa de plagier ces grands bâtiments pour en tirer des sous-marins océaniques.  En 1924, on ré-immatricula tous les sous-marins existants par une syllabe (en fait, un katakana) suivie d’un numéro :

  • « i » (イ) suivi d’un numéro pour les sous-marins de haute mer, dits « sous-marins de premier rang » parce qu’ils dépassaient les 1 000 t. (descendants des « croiseurs sous-marins »)
  • « ro » (ロ) suivi d’un numéro pour les sous-marins de deuxième rang qui déplaçaient moins de 1 000 t. (en fait, tous les sous-marins sauf ceux dérivés des U-Boote saisis en 1919)
  • « ha » (ハ) suivi d’un numéro pour les sous-marins de troisième rang, sous-marins de poche et engins destinés aux opérations spéciales.

Ces trois kana étaient les trois premiers du classement dit « à la chinoise » du syllabaire japonais, dit classement « I – Ro – Ha » par opposition au classement « à la japonaise » (A - I - U). Le katakana イ fut souvent remplacé par le kanji 伊 d'où il est tiré, sans que ce 伊 ne signifie quoi que ce soit.

En 1940, un assez grand nombre de sous-marins anciens des séries イ furent renumérotés en rajoutant 100 à leur numéro : les イ-21 à イ-24 de la classe KRS de 1919 devinrent ainsi les イ-121 à イ-124, etc. et les numéros イ-1 à 99 furent réattribués des constructions neuves.

 study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15429
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mar 17 Déc 2013, 08:58

Merci pour cet exposé très clair  cheers 

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5099
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mar 17 Déc 2013, 09:11

il est certain que "grue chanceuse" ou 飛龍, « dragon volant » c'est nettement plus joli que Graf Zeppelin
merci pour ces explications Takagi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Grues   Mar 17 Déc 2013, 19:12

pascal a écrit:
il est certain que "grue chanceuse" ou 飛龍, « dragon volant » c'est nettement plus joli que Graf Zeppelin
merci pour ces explications Takagi

A dire vrai, la traduction anglaise de 瑞鶴 par 'Lucky crane' qui devient 'grue chanceuse' ou 'grue bienheureuse' en français ne me plaît guère parce qu'elle ne reflète pas la poésie du nom. 瑞鶴 (ZUIKAKU) signifie à peu près "grue dont le vol est de bon augure" : ce n'est pas la grue qui a de la chance, c'est celui qui la voit passer. De même, 翔鶴 (SHŌKAKU) ne signifie pas 'grue victorieuse' mais "grue dont le vol est un présage de victoire".

Ach ! Fous ententez komme ça sonne mieux que Led Zeppelin !
  bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10242
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 10:14

Takagi a écrit:
[…] la traduction anglaise de 瑞鶴 par 'Lucky crane' qui devient 'grue chanceuse' ou 'grue bienheureuse' en français ne me plaît guère parce qu'elle ne reflète pas la poésie du nom.[…]
Ach ! Fous ententez komme ça sonne mieux que Led Zeppelin !
  bounce
  … les Nippons ont-ils jamais protesté de cette approximation coupable ? La langue anglaise manque clairement de subtilité  Twisted Evil Preuve en est encore apportée, ici !

, sonne surtout fort, dur, et lourd !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 16:59

DahliaBleue a écrit:
... les Nippons ont-ils jamais protesté de cette approximation coupable ? La langue anglaise manque clairement de subtilité  Twisted Evil Preuve en est encore apportée, ici !

Mais non, mais non ! La langue anglaise ne manque pas de subtilité. Mais "Crane whose flight is a sign of luck" ou "Crane whose flight is a sign of victory" est trop long pour les coupeurs de tête qui traduisent les noms.

Que dire de UNRYŪ (Dragon chevauchant les nuages) ou de RYŪJYŌ (Envol du dragon vers le ciel) ? Vous croyez que ça se réduit à "Dragon céleste" et à "Dragon qui décolle" ? Pfff... Autant réduire  l' Адмирал флота Советского Союза Кузнецов à un bête KUZNETSOV ! toute la poésie du nom disparaît !
 Sad

Je reviendrai plus tard sur la poésie cachée d'autres noms (notamment ceux des croiseurs).
 salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15429
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 17:24

Merci Takagi de nous parler de la poésie des noms japonais; cela fait tout drôle; on n'a pas du tout cette culture là en France.

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5099
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 17:45

j'imagine un croiseur léger français "Oeil de perdrix qui voit loin"
ou le porte-avion d'escadre "Busard planant au dessus de la montagne" ...

sans parler du cuirassé "Ile de la cité" (berceau de notre civilisation)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 17:56

pascal a écrit:
j'imagine un croiseur léger français "Oeil de perdrix qui voit loin"
ou le porte-avion d'escadre "Busard planant au dessus de la montagne" ...

sans parler du cuirassé "Ile de la cité" (berceau de notre civilisation)

... toute l'astuce consistant à saisir ces noms dans des trisyllabes écrits en deux caractères seulement. Une idée pour une nouvelle rubrique du forum ?
 Cool 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15429
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 18:12

La dernière fois qu'on a eu un cuirassé France, çà lui a pas porté bonheur depuis on s'abstient!

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10242
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 18 Déc 2013, 19:48

Takagi a écrit:
[…] La langue anglaise ne manque pas de subtilité. Mais "Crane whose flight is a sign of luck" ou "Crane whose flight is a sign of victory" est trop long pour les coupeurs de tête qui traduisent les noms.[…]
Citation :
… toute l'astuce consistant à saisir ces noms dans des trisyllabes écrits en deux caractères seulement. […]
 Embarassed J'avais répliqué trop vite, en effet. Ce n'est en effet pas la subtilité qui lui manque, mais la précision, dans la concision. Ce que réunissent bien le nippon et le tinois.
pascal a écrit:
[…] cuirassé "Ile de la cité" (berceau de notre civilisation)
ça, encore, c'est plausible : des noms géographiques, il y en eu souvent (Île d'Oléron, Lac Tchad, Durance, Vosges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Le nom des bâtiments de ligne   Ven 03 Jan 2014, 12:36

Voici l'origine des noms des bâtiments de ligne (cuirassés et croiseurs de bataille) de la Marine Impériale entre 1910 et 1945 :

Classe Kongō

  • Kongō : du haut de ses 1 125 m., le Kongō san est le point culminant du massif qui sépare la vallée de la Kino gawa de la plaine côtière d’Ōsaka (plaine du Kansai, Honshū). Kongō signifie « impassibilité », vertu cardinale du bouddhisme.
  • Hiei : le Hiei san domine de ses 848 m. l’ancienne capitale Kyōto et le lac Biwa. Il doit sa notoriété à ses nombreux temples dont certains remontent au VIIIe siècle et reste un symbole de la spiritualité bouddhique japonaise. Hiei san signifie « la montagne où il fait froid. »
  • Haruna : volcan éteint de la préfecture de Gunma (Honshū), le Haruna san fait face à l’Akagi san et surplombe la haute vallée de la Tone gawa. Il porte un temple homonyme célèbre pour le paysage qui lui sert d’écrin.
  • Kirishima : la chaîne volcanique de Kirishima (1 700 m.) est à cheval sur les préfectures de Kagoshima et de Miyazaki (île de Kyūshū) ; comptant une vingtaine de sommets, elle est célèbre par ses sources thermales et ses paysages. Elle barre le fond de la baie de Kagoshima : Kirishima signifie « l’île dans le brouillard ».


Classe Fusō

  • Fusō : littéralement, « Divin pays des mûriers », ancien nom du Japon antique.
  • Yamashiro : l’ancienne province de Yamashiro (dont le nom signifie « forteresse dans la montagne ») est un des berceaux du Japon : s’étendant sur l’actuelle plaine du Kansai qui va de Ōsaka à Kyōto, elle compte les villes de Heian, Nagaoka et Otsu qui furent tour à tour capitales.


Classe Hyūga

  • Ise : ancienne province couvrant l’actuelle préfecture de Mie, au cœur du Japon médiéval. Centrale, elle touchait d’un côté à la province de Yamato et de l’autre à la célèbre baie d’Ise, contrôlait la route du Tōkaidō et le port de Nagoya.
  • Hyūga : province de Kyūshū correspondant à l’actuelle préfecture de Miyazaki, Hyūga passe pour un irréductible fief montagnard.


Classe Nagato

  • Nagato : fief le plus méridional de Honshū, Nagato occupait une partie de l’actuelle préfecture de Yamaguchi. Son nom signifie « la longue porte ».
  • Mutsu : fief le plus septentrional de Honshū, Mutsu occupait la préfecture actuelle d’Aomori et une partie de celles d’Iwate et d’Akita. Mutsu signifie « le fin fond de la terre », digne pendant du Finistère français et du Land’s end (Finisterre) britannique.


Classe Tosa

  • Tosa : plus puissant fief de l’île de Shikoku sur laquelle il a longtemps maintenu sa domination, Tosa couvrait l’actuelle préfecture de Kochi et une partie de celle de Tokushima.
  • Kaga : fief qui correspond à l’actuelle préfecture d’Ishikawa (Honshū).


Classe Amagi

  • Amagi : point culminant (1407 m.) de la presqu’île d’Izu (préfecture de Shizuoka, Honshū) qui sépare la baie de Suruga de celle de Sagami sur laquelle donne la rade de Tōkyō. Tous les marins japonais connaissent l’Amagi san, « mont du château céleste ».
  • Akagi : volcan éteint (1828 m., préfecture de Gunma, Honshū) dominant la haute vallée de la Tone gawa au nord de Tōkyō. Akagi signifie « château rouge ».
  • Takao : mont peu élevé dominant Kyōto, sur les pentes duquel les temples et vestiges de l’époque médiévale en disputent au flamboiement des érables l’automne.
  • Atago : domine de ses 928 m. le Takao san, la vallée de Kyōto et celle de la Kiyotaki gawa.


Classes Kii et « n° 13 »

  • Kii : fief du Japon central correspondant à l’actuelle préfecture de Wakayama (Honshū).
  • Owari : province couvrant l’actuelle préfecture de Nagoya (Honshū).
  • n° 11 (nom pressenti : Suruga) : province côtière correspondant à l’actuelle préfecture de Shizuoka (Honshū).
  • n° 12 (nom pressenti : Ōmi) : province centrale, faisant face à Kyōto par-delà le lac Biwa et correspondant à l’actuelle préfecture de Shiga.


Classe Yamato

  • Yamato : le clan de Yamato (aujourd’hui, préfecture de Nara, Honshū) est le premier à s’être doté d’une structure étatique au IIIe siècle. Unique véritable puissance à partir du Ve siècle, il est le prototype de l’état-nation japonais et lui a donné sa dynastie impériale. Sa capitale, Nara, a longtemps été celle du Japon. Yamato signifie « grande paix harmonieuse ».
  • Musashi : province prospère établie dans le sud de la plaine du Kanto, Musashi couvrait les deux préfectures actuelles de Tōkyō et de Saitama : ainsi Yamato et Musashi portent deux des capitales de l’empire. Tōkyō (alors appelée Edo) étant capitale shogunale, Musashi signifie « réserve de l’armée ».
  • Shinano (n° 110) : province montagneuse sise en plein centre de Honshū, couvrant l’actuelle préfecture de Nagano.
  • n°111, n°797 et n°798 : jamais nommés


Classe B-65

  • n°795, n°796 : jamais nommés


 study


Dernière édition par Takagi le Ven 03 Jan 2014, 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles17137
Enseigne de vaisseau 2ème classe
Enseigne de vaisseau 2ème classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1756
Age : 72
Ville : 17137 MARSILLY
Emploi : Retraité et Grand-Père
Date d'inscription : 02/11/2011

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Ven 03 Jan 2014, 13:31

Eh alors ce petit Papoose nommé Petit préservatif percé ???       Poétique ?  lol! lol!   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Starling
Matelot de 1ère Classe
Matelot de 1ère Classe


Masculin
Nombre de messages : 288
Age : 52
Ville : Là-bas
Emploi : Gênant
Date d'inscription : 03/01/2014

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Ven 03 Jan 2014, 14:16

Merci Takagi une fois de plus pour cet éclairage si cultivé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Ven 03 Jan 2014, 15:37

Gilles17137 a écrit:
Eh alors ce petit Papoose nommé Petit préservatif percé ???  Poétique ? 

Malheureux ! Jamais un navire japonais ne porte le nom d'une personne !  Mr.Red 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Croiseurs lourds   Sam 04 Jan 2014, 05:55

Je poursuis la rubrique avec le nom des croiseurs lourds.

Le Kako, premier croiseur « type Washington », portait encore un nom de rivière, comme les croiseurs légers antérieurs aux années 1920 ; les autres reprirent les noms de montagnes attribués aux anciens croiseurs cuirassés et croiseurs de bataille, à l’exception des Mogami et des Tone qui avaient été conçus comme « grands croiseurs légers » avant d’être convertis en croiseurs de premier rang.

Dans l'ancienne religion animiste, les Japonais voyaient des esprits partout (les célèbres "kami"). Le nom des navires est autant celui d'une montagne, d'une rivière, d'un élément climatique, etc. que celui des esprits censés les habiter. La beauté d'un lieu est le signe de l'harmonie ou de la puissance du kami qui l'habite : ainsi les formes parfaites du mont Fuji reflètent-elles la perfection de l'esprit qui l'habite. Les sanctuaires shintō qui se trouvent dans les montagnes servent souvent à honorer l'esprit du lieu. C'est un arrière-plan culturel qu'on passe souvent sous silence.

On notera également que plusieurs montagnes qui ont donné leur nom à des croiseurs sont des points de repère pour la navigation côtière ou, si l'on préfère, qu'ils sont habités par des esprits qui aident les marins.

Classe Kako

  • Furutaka : le mont Furutaka est le point culminant de l’île de Kurahashi jima ; il sert de repère pour la navigation aux abords du grand port de Kure (préfecture de Hiroshima, Honshū) et il domine l’académie navale d’Etajima. Furutaka san signifie « le mont de l’ancien faucon ».
  • Kako : fleuve traversant la préfecture de Hyogo (Honshū) et le nord de la plaine de Himeji avant de se jeter dans la mer intérieure.


Classe Kinugasa

  • Aoba : sommet côtier de la province de Fukui, le Aoba san domine la baie de Wakasa et le port de Maizuru. Aoba san signifie « le mont des feuilles vertes ».
  • Kinugasa : point de repère pour les navigateurs, le Kinugasa domine le port de Yokosuka et la presqu’île qui sépare la baie de Sagami de la rade de Tōkyō. Kinugasa san signifie « le mont des pins parasols ».


Classe Myōkō

  • Myōkō : barrant de ses 2446 m. l’extrémité sud de la plaine côtière de la préfecture de Niigata, le Myōkō san domine l’ouvert de la baie de Toyama.
  • Nachi: surplombant le cours inférieur de la Kumano gawa et la partie méridionale de la préfecture de Wakayama, le Nachi san, réputé pour la beauté de ses paysages et de ses cascades, porte deux sanctuaires qui sont des pèlerinages prisés.
  • Haguro : dernier contrefort du Gassan, le Haguro san (436 m.) sépare la plaine côtière de Sakata (préfecture de Yamagata, Honshū) de la haute vallée de la Mogami gawa. Il porte le sanctuaire shinto Ideha jinja.
  • Ashigara : peu élevé (759 m.), le Ashigara san, situé à la frontière des préfectures de Tōkyō et de Shizuoka, domine la petite ville de Gotemba et fait face au Fuji san (ou Fuji yama) sur lequel il donne un des meilleurs points de vue.


Classe Takao

  • Takao : mont peu élevé dominant Kyōto, sur les pentes duquel les temples et vestiges de l’époque médiévale en disputent au flamboiement des érables l’automne.
  • Atago: domine de ses 928 m. le Takao san, la vallée de Kyōto et celle de la Kiyotaki gawa.
  • Maya : mont peu élevé (702 m.) qui domine le port de Kōbe et la baie d’Ōsaka dans la préfecture de Hyogo (Honshū).
  • Chōkai : point culminant (2236 m.) de la préfecture de Yamagata (Honshū). Plus belle montagne du massif de Tohōku, le Chōkai san est surnommé le Fuji de Dewa. Au lever du Soleil et par beau temps, son ombre s’étend sur la mer du Japon. Cela lui a valu son nom : Chōkai san signifie « le mont oiseau de mer ».


Classe Mogami

  • Mogami : fleuve de la préfecture de Yamagata (Honshū), célèbre pour ses paysages et ses villages de pêcheurs, sources d’inspiration de nombreux poètes. L’esthétique remarquable de la rivière lui a donné son nom : Mogami signifie « esprit supérieur » ou « dieu des dieux ».
  • Mikuma: « Rivière des trois angles » : affluent de la Chikugo gawa, dans la préfecture de Fukuoka (Kyūshū).
  • Suzuya : nom japonais d'un fleuve de l’île de Kabata (partie méridionale de l’île de Sakhaline occupée par le Japon et récupérée par l’URSS en 1945).
  • Kumano : fleuve côtier issu des montagnes de la préfecture de Nara (Honshū) et servant de frontière aux préfectures de Wakayama et de Mie. Sur son estuaire est bâti le port de Shingū, où débarqua le légendaire empereur Jimmu, fondateur de la dynastie impériale. Kumano signifie « sonneur de cloche » (annonçant la neige).


Classe Tone

  • Tone: « Dispensateur de richesses » : plus puissant fleuve du Japon, arrosant la plaine du Kanto au nord de Tōkyō ; il sert tour à tour de frontière aux préfectures de Gunma, Saitama, Chiba et Ibaraki.
  • Chikuma : affluent montagnard de la Shinano gawa, dans la préfecture de Nagano (Honshū).


Classe Ibuki

  • Ibuki: mont dominant le lac Biwa, dans la préfecture de Shiga (Honshū) ; haut de 1377 m., l’Ibuki san est célèbre par sa flore particulièrement riche et pour avoir vaincu (en lui donnant une fièvre maligne) le héros légendaire Yamatotakeru.
  • n° 301: jamais nommé


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Croiseurs légers   Lun 06 Jan 2014, 05:08

Suite logique : voici les noms des croiseurs légers et des croiseur-écoles.


Classe Tenryū

  • Tenryū : « Dragon céleste » : fleuve prenant sa source dans le lac Suwa, dans la préfecture d’Aichi (Honshū), et débouchant dans celle de Shizuoka. Les gorges encaissées de la Tenryū gawa, enserrées dans un paysage de pins, constituent l’un des plus beaux sites du Japon.
  • Tatsuta : « Domaine du dragon » : torrent de montagne, affluent de la Yodo gawa qui arrose Kyōto et Ōsaka (préfecture de Ōsaka, Honshū).

Classe Tama

  • Tama : Le cours inférieur de la Tama gawa sépare les préfectures de Tōkyō et de Kanagawa. Le village de pêcheurs de Haneda, qui marquait l’embouchure de la Tama gawa, est aujourd’hui dans le port de Tōkyō. L’embouchure était marécageuse : Tama signifie « terre humide ».
  • Kuma: fleuve côtier de la préfecture de Kagoshima (Kyūshū) et sur l’embouchure duquel est le port de Yatsushiro. Il prend sa source au mont Ichibusa, dans la préfecture de Kumamoto.
  • Kiso: important fleuve côtier qui irrigue la plaine de Nagoya (préfecture d’Aichi, Honshū) et se jette dans la célèbre baie d’Ise ; dans la partie haute de son cours, la Kiso gawa emprunte des gorges qui sont, avec celles de la Tenryū gawa et de la Hida gawa, parmi les plus belles du Japon. Kiso signifie « pente raide ».
  • Ōi : « Grande source » : fleuve côtier de la préfecture de Shizuoka (Honshū), qui prend sa source au mont Ai no Take et arrose la ville de Shimada. Il servait de frontière aux anciennes provinces de Totomi et Suruga, et ses paysages sont célèbres.
  • Kitakami: la Kitakami gawa prend sa source dans le massif de Kitakami dans la préfecture de Iwate (Honshū) et achève son cours dans la préfecture de Miyagi. Kitakami signifie « esprit du nord ».

Yūbari

  • Yūbari (ex-Ayase) : rivière de Hokkaidō, affluent de la Ishikari gawa. Yūbari signifie « qui vient des sources chaudes ». Ce croiseur devait initialement s’appeler Ayase, du nom d’une rivière de la préfecture de Saitama, affluent de l’Ara gawa, elle-même tributaire de la Sumida gawa ; il fut rebaptisé le 23 décembre 1921.

Classe Nagara

  • Nagara: la Nagara gawa est une des très nombreuses rivières de la plaine de Nagoya dans la préfecture d’Aichi (Honshū) ; elle arrose la ville de Gifu et irrigue la basse plaine.
  • Isuzu : « Cinquante cloches » : très court fleuve côtier de la presqu’île d’Ise dans la préfecture de Mie (Honshū).
  • Natori : fleuve côtier de la préfecture de Miyagi sur l’estuaire duquel est bâti le port de Sendai.
  • Yura (ex-Suzuka) : long fleuve côtier de la préfecture de Kyōto qui arrose Ayabe et Fukushiyama avant de se jeter dans la baie de Wakasa.
  • Kinu (ex-Otonase) : affluent de la Tone gawa qui traverse notamment Ōyama. Les gorges de sa vallée haute, connues sous le nom de Ryūo Kyō, allient sources chaudes et paysages traditionnels.
  • Abukuma (ex-Minase) : fleuve côtier qui prend sa source dans la préfecture de Fukushima (Honshū) et termine sa course dans celle de Miyagi.

Classe Jintsū

  • Jintsū : « Œuvre magnifique des dieux » : fleuve sur l’estuaire duquel est installé le port de Toyama, chef-lieu de la préfecture du même nom (Honshū).
  • Naka : fleuve côtier de la préfecture de Tokushima (Shikoku).
  • Sendai : petit fleuve côtier de la préfecture de Kumamoto dans le sud de Kyūshū.
  • Kako : démoli sur cales peu après sa mise en chantier, son nom a été donné au premier croiseur lourd « Washington ». Fleuve traversant la préfecture de Hyogo (Honshū) et le nord de la plaine de Himeji avant de se jeter dans la mer intérieure.
  • Kamo: Rivière traversant Kyōto, affluent de la Katsura gawa. Kamo gawa signifie « la rivière du canard sauvage ».
  • Kizu : rivière prenant sa source dans la préfecture de Mie, traversant celle de Kyōto et se jetant dans la Yodo gawa.
  • Nayoro: petit fleuve côtier du nord de Hokkaidō.

Les quatre derniers ont été annulés en 1922 pour éviter une réaction américaine, bien que les croiseurs légers ne fussent pas contingentés par le traité de Washington.

Classe Katori

  • Katori: sanctuaire situé dans la préfecture de Chiba, au bord de la Tone gawa et fondé sous le règne de l’empereur Jimmu, fondateur de la dynastie impériale.
  • Kashima: sanctuaire fondé (selon la légende) par l’empereur Jimmu, et situé dans la préfecture d’Ibaraki.
  • Kashii : sanctuaire et ville au nord de Fukuoka, dans la préfecture du même nom (Kyūshū). Kashii signifie « le gué ». Le temple est dédié à l’impératrice Jingū et à l’empereur Chūai qui régna, selon la légende, de 192 à 200 de notre ère.
  • Kashihara (ou Kashiwara, selon les transcriptions des kanji) : sanctuaire situé sur le mont Unebi dans la préfecture de Nara (Honshū), construit en 1889 et dédié à l’empereur Jimmu. Kashihara signifie « plaine des chênes » et est le nom de la première capitale de Jimmu (actuellement, c’est une petite ville de la préfecture d’Ōsaka).

Classe Agano

  • Agano: « Issu de la pente » : important fleuve côtier qui traverse les préfectures de Fukushima et Niigata (Honshū).
  • Noshiro: « Grand passage à travers la plaine » : affluent de la Yoneshiro gawa (préfecture d’Akita, Honshū).
  • Yahagi: fleuve côtier de la préfecture d’Aichi (Honshū) ; née au pied du Ena san, la Yahagi gawa se jette dans la baie de Chita qui est une des ramifications de la baie d’Ise.
  • Sakawa : fleuve côtier de la préfecture de Kanagawa (Honshū), qui se jette dans la baie de Sagami à Odawara.

Classe Ōyodo

  • Ōyodo: « Grand fleuve impassible » : fleuve côtier sur l’estuaire duquel est bâti le port de Miyazaki, préfecture de la préfecture homonyme (Kyūshū).
  • Niyodo (n° 137) : fleuve côtier de la préfecture de Kochi dans l’île de Shikoku ; arrose notamment les villes de Tosa et Ino.
  • 138 : annulé en 1940, jamais nommé.

Type C-44

  • 810 à 814 (programme 1942) : jamais nommés
  • 5037 et 5038 (programme 1942 modifié) : jamais nommés

 salut


Dernière édition par Takagi le Jeu 09 Jan 2014, 03:29, édité 2 fois (Raison : quelques améliorations de mise en page)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Porte-avions   Mer 08 Jan 2014, 02:05

Et maintenant les porte-avions :

Hōshō

  • Hōshō : Vol plongeant du Phénix

Akagi et Kaga : Voir l’article sur les cuirassés.

Ryūjyō

  • Ryūjyō : Envol du dragon vers le ciel

Classe Sōryū

  • Sōryū : Dragon bleu comme l’océan (dragon bleu outremer)
  • Hiryū : Dragon volant

Classe Shōhō

  • Shōhō : Phénix présageant la victoire
  • Zuihō : Phénix de bon augure

Classe Shōkaku

  • Shōkaku : Grue présageant la victoire
  • Zuikaku : Grue de bon augure

Classe Taiyō

  • Taiyō : Grand faucon
  • Unyō : Faucon chevauchant les nuages
  • Chuyō : Faucon gagnant vivement le ciel

Classe Jūnyō

  • Jūnyō : Faucon pèlerin
  • Hiyō : Faucon en vol

Ryūhō

  • Ryūhō : Phénix-dragon

Kaiyō

  • Kaiyō : Faucon de mer

Shinyō

  • Shinyō : Faucon divin (Condor)

Kamakura Maru

  • Kamakura Maru : Maru de Kamakura, qui est une ancienne capitale shōgunale de Minamoto no Yoritomo et qui est située sur la presqu’île de Miura, au sud de Tōkyō. L’époque shōgunale a donné son nom à l’ère Kamakura, qui a duré plus d’un siècle (1192-1333).

Classe Taihō

  • Taihō : Phénix immense (ou : grand phénix majestueux)
  • n° 801 et n° 802 (programme 1942) : jamais nommés
  • n° 5021 à 5025 (programme 1942 modifié, sur des plans légèrement différents des trois précédents) : jamais nommés

Classe Chitōse

  • Chitōse : Ville de Hokkaidō, au sud de Sapporo, au pied du volcan actif Terumae, et abritant une base de l’aéronavale.
  • Chiyoda : Ville au nord de Tōkyō, dans la préfecture de Ibaraki. A proximité se trouve l’école de Tsuchiura, où étaient formés tous les pilotes de l’aéronavale. Chiyoda est installée sur le lac de Kasumigaura, base d’hydravions.

Shinano : Voir l’article sur les cuirassés.

Classe Unryū

  • Unryū : Dragon chevauchant les nuages
  • n° 800 : Non commencé avant l’abandon du programme de 1942, jamais nommé
  • Amagi (n° 5001) : Nom de montagne : voir classe Amagi dans l'article des cuirassés
  • Katsuragi (n° 5003) : Mont situé à la frontière des préfectures de Ōsaka et Nakayama, dominant d’un côté la vallée de la Kino gawa et de l’autre la baie d’Ōsaka. Le Katsuragi san est un des points de repère utilisés en navigation pour entrer dans la baie d’Ōsaka par le détroit de Tomogashima. Il portait un château qui lui donna son nom : « château de Katsura ».
  • Kasagi (n° 5004) : Petit sommet de la préfecture de Kyōto (Honshū), proche de l’ancienne capitale Nara. Il porte les ruines du château de Kasa, d’où son nom.
  • Aso (n° 5006) : Volcan en activité au centre de l’île de Kyūshū, dans la préfecture de Kumamoto (1592 m.). Le mont Aso se dresse, majestueux, au milieu d’un immense cratère externe de 128 km. de circonférence et constitue un des paysages les plus imposants du Japon.
  • Ikoma (n° 5007) : Point culminant de la petite chaîne du même nom qui sépare la vallée d’Ōsaka de celle de Nara (préfecture d’Ōsaka, Honshū). Vu de la mer, il domine le port d’Ōsaka.
  • n° 5002 : Construction annulée en 1943 pour accélérer celle du Shinano. Le nom de Kurama a parfois été avancé pour le n° 5002. Le Kurama san est un petit sommet (plus proche d’une colline que d’une montagne) de la ville de Kyōto ; ce nom devait initialement être donné au deuxième croiseur lourd de la classe Ibuki.
  • n° 5005, 5008 à 5015 (programme 1942 modifié) : jamais nommés

Classe Shimane Maru

  • Shimane Maru : Shimane est une préfecture sur la côte nord de Honshū qui a donné son nom à une presqu’île.
  • Otakisan Maru : « Maru du mont Otaki »

Ibuki : Voir l’article sur les croiseurs lourds.

 salut


Dernière édition par Takagi le Mer 08 Jan 2014, 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10242
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 08 Jan 2014, 07:55

salut Superbes et précieuses synthèses !  study salut 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5099
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 08 Jan 2014, 08:24

Je plussoie ...  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Merci   Mer 08 Jan 2014, 18:10

Merci, merci...   
Je m'attaque aux destroyers, ça va me prendre un peu de temps, mais ce sont les noms que je préfère, personnellement. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15429
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 08 Jan 2014, 18:27

Tres intéressant, merci; une petite question; que signifie le mot maru qui termine le nom des navires marchands et de certains navires auxiliaires.

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 08 Jan 2014, 18:55

NIALA a écrit:
Tres intéressant, merci; une petite question; que signifie le mot maru qui termine le nom des navires marchands et de certains navires auxiliaires.

Alain

Maru (丸) est un mot fourre-tout qui signifie "cercle" ou "rond", à l'origine. Depuis très longtemps, depuis le temps des jonques, les Japonais ont pris l'habitude d'appeler les navires de charge "QUELQUECHOSE MARU", le "maru" désignant un navire de charge aux formes arrondies. L'idée qui est derrière est celle de plénitude, de soute pleine, un peu comme une outre bien pleine.
Pas très flatteur mais très utile pour distinguer les navires de commerce des navires de guerre...
 study 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15429
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   Mer 08 Jan 2014, 18:59

Merci Takagi 

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de corvette
Capitaine de corvette
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3386
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Compléments   Mer 08 Jan 2014, 19:02

Quelques compléments que j'utilise dans mes explications :

  • gawa (川) est une rivière, d'ailleurs le caractère qui le représente mime trois filets d'eau qui s'écoulent
  • san (prononcé à la chinoise, qui prévaut aujourd'hui) ou yama (prononcé à la japonaise) 山 est une montagne, d'ailleurs le caractère qui le représente symbolise trois sommets d'une chaîne de montagnes
  • kanji (漢字) sont les caractères (字) empruntés à l'ethnie Hàn (漢) chinoise

 study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Règles de nommage des navires de la Marine Impériale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Règles de nommage des navires de la Marine Impériale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Règles de nommage des navires de la Marine Impériale
» 32ème bataillon - Marine Impériale - 1819-1810
» Le souvenir de la Marine Impériale
» militaire - Allemagne marine impériale WW1
» Les sous-marins de poche de la Marine Impériale Japonaise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Asie :: Japon-
Sauter vers: