AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Destroyers japonais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 12 Oct 2016, 01:18

Le destroyer de 2e classe KURI (classe MOMI) sur le fleuve Yangtsé en 1937. Lancé le 19 mars 1920 à l'arsenal de Kure, le KURI est un des trois seuls de sa classe à ne pas être déclassé ou converti avant-guerre. D'abord affecté à l'escadre de Chine, il est reversé le 25 février 1942 à la 3e Flotte et sert comme escorteur de convois à destination des mers du sud. Le 24 juin 1943, il est endommagé lors de sa collision avec le cargo CHIFŪ MARU près de Mako dans les Pescadores. Réparé à Shanghai et modernisé à deux reprises, il survit à la guerre du Pacifique (il est à Tsingtao lors de la capitulation) pour finir sur une mine devant Fusan en Corée du Sud le 8 octobre 1945.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Lun 17 Oct 2016, 16:15

Les destroyers NENOHI et HATSUHARU de la 21e division de destroyers en cours de modernisation à Kure le 9 juillet 1934. Conçus à l’époque des limitations de tonnage et beaucoup trop chargés dans les hauts, les destroyers de la classe HATSUHARU ont dû être modifiés quelques mois à peine après la mise en service des premiers. Sur ces deux-là, la deuxième tourelle avant a déjà été supprimée.


Sur la gauche, on voit deux dragueurs de mines et, au loin et dans l’axe de la cale, l’ex-cuirassé SETTSU reconverti en navire-cible d’artillerie.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Lun 14 Nov 2016, 23:32

La passerelle du MUTSUKI après l’incident de la 4ème flotte en septembre 1935, à l’est de Honshū : pris dans un typhon dans la nuit du 26 au 27 septembre, le destroyer a planté son étrave dans une vague qui a dévasté sa plage avant, le puits des tubes lance-torpilles et la passerelle de navigation. La passerelle était de forme triangulaire et ouverte ; son « toit » n’était qu’un velum en toile. Ses parois n’ont pas résisté. Sur son avant, tous les équipements légers (tubes porte-voix, bastingages, etc.) ont été détruits. Sur la passerelle, le commandant du MUTSUKI, le capitaine de corvette Sakamoto, a été tué et plusieurs personnes de quart ont été blessées. Dans le typhon, le destroyer s’est retrouvé à la dérive, sans personne pour barrer à vue face aux vagues. Il a failli couler. Au bout de deux heures d’efforts, une passerelle de fortune a pu être établie sur l’étroite plate-forme de direction de tir des torpilles, et le MUTSUKI a pu échapper au naufrage.


À l’issue de cet incident, au cours duquel les KIKUZUKI et MIKAZUKI de la même classe ont également été endommagés dans une moindre mesure, les unités de la classe MUTSUKI recevront une passerelle fermée, de forme arrondie, avec un toit métallique renforcé, inspirée de celle des FUBUKI, et tous les destroyers de la Marine Impériale seront dotés d’une passerelle de secours à l’arrière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Dim 25 Déc 2016, 11:25

Le vieux destroyer SAWAKAZE après la guerre. Ce navire de la classe MINEKAZE, mis en service en 1920, était initialement armé de quatre pièces de 120mm et deux plateformes doubles de tubes lance-torpilles de 533mm. En mission secondaire, sa plage arrière pouvait embarquer vingt mines à orin pour des mouillages offensifs à grande vitesse ; elle était également équipée de paravanes pour le dragage de mines.

En 1939, dépassé en tant que destroyer, il fut reclassé « navire de recherche et sauvetage » et rattaché au corps aérien Tateyama avec pour mission le repêchage des pilotes tombés à la mer. Fin 1941, la Marine Impériale jugea préférable de l’utiliser pour la protection anti-sous-marine : pour ce faire, ses tubes lance-torpilles furent débarqués ainsi que les trois canons de 120mm n° 2, 3 et 4, qui se virent remplacés par cinq affûts antiaériens doubles de 25mm. La plage arrière reçut, en lieu et place des installations de guerre des mines, quatre grenadeurs ASM Type 96 et trente-six grenades. Réaffecté au district naval de Yokosuka, le SAWAKAZE passa pratiquement toute la guerre du Pacifique à patrouiller devant l’entrée de la baie de Tōkyō et à escorter quelques convois le long de la côte japonaise vers Kōbe ou Hokkaidō. En 1944, sa machinerie était en mauvais état et il ne pouvait plus marcher que sur deux chaudières au lieu de quatre. En 1944, son armement AA fut renforcé par étapes pour atteindre vingt pièces de 25mm et cinq mitrailleuses de 13,2mm.


En février 1945 enfin, la pièce de 120mm fut déplacée en position arrière (n°4) et remplacée à l’étrave par un mortier expérimental à neuf tubes de 150mm (photo). Ce mortier expérimental se voulait un équivalent au Hedgehog britannique, capable de tirer une salve de roquettes ASM sur l’avant de l’escorteur. Le SAWAKAZE reçut également un radar Type 22. Une campagne d’essais était prévue ; on ignore si elle eut lieu et, si oui, ce qu’elle donna.

En décembre 1944, l’état de la machinerie s’étant encore dégradé, le vieux destroyer ne pouvait plus filer que 16nd. Le SAWAKAZE fut affecté comme navire d’entraînement à l’école de lutte ASM de Yokosuka. À partir de mai 1945, il servit de cible (sans tirs) pour la formation rudimentaire des pilotes d’avion-suicide du 1er corps aérien d’attaque spéciale. Lors de la capitulation du Japon, il se trouvait à Yokosuka où la photo a été prise. Rayé des listes de la Marine Impériale le 15 septembre 1945, il finit à la ferraille en 1947.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Sam 07 Jan 2017, 08:14

Deux vues du destroyer AMATSUKAZE, un des quatre navires de la classe ISOKAZE. Mis en service en 1914, il est retiré du service le 1er avril 1936. Inscrite au programme 8x8, cette classe chauffait exclusivement au fuel.




La première a été prise sur le Yangtsé en 1927.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Jeu 09 Fév 2017, 23:52

Lancement du destroyer NAGATSUKI le 15 décembre 1906 aux chantiers de la 浦賀船渠株式会社 (Uraga Senkyo Kabushiki Kaisha, société des docks d'Uraga).


Premier destroyer lancé par Uraga où il a été mis sur cales le 28 octobre 1905, le NAGATSUKI est la 28e unité de la classe KAMIKAZE de 1905, version améliorée de la classe HARUSAME de 1894 et dont la construction a été décidée en urgence au début de la guerre russo-japonaise de 1904-1905. Trop petits pour le service en haute mer et d’une conception déjà vieille, ces destroyers s’avèrent obsolètes dès la fin de la guerre, alors que la plupart des unités sont encore en chantier. Le 28 août 1912, ils sont reclassés comme destroyers de troisième classe mais sont actifs dans les eaux japonaises et coréennes lors de la guerre de 1914-1918. Mis en service le 31 juillet 1907, le NAGATSUKI est déclassé et converti en dragueur de mines le 1er janvier 1924 comme ses confrères, débaptisé et numéroté W-11 le 1er août 1928 et finalement retiré du service le 1er juin 1930.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Au ras des moustaches.   Lun 13 Fév 2017, 17:42

Photo prise par un avion américain en "strafing" ; possiblement pendant la bataille de la mer de Bismarck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15807
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Lun 13 Fév 2017, 17:47

Il s'agit du destroyer Shirayuki de la classe Fubuki affectivement à la bataille de la mer de Bismarck.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Sam 04 Mar 2017, 16:28

Le destroyer OBORO de la classe FUBUKI II à l’ancre.


Construit par l’arsenal de Sasebo, mis sur cales le 29 novembre 1929, lancé le 8 novembre 1930 et mis en service le 31 octobre 1931, le dix-septième destroyer de la classe FUBUKI et septième de la sous-classe FUBUKI II est d’abord rattaché à la 7ème division. Au début de la deuxième guerre sino-japonaise en 1937, il couvre des débarquements à Shanghai et à Hangzhou. La 7ème division devient ensuite la 20ème, rattachée à la 2ème flotte. En 1940, elle est en mer de Chine méridionale pour couvrir l’arrivée des troupes impériales en Indochine Française. En 1941, l'OBORO quitte les flottilles de destroyers endivisionnés pour être rattaché à la 5ème division de porte-avions mais, assez bizarrement, il n’accompagne pas les SHŌKAKU et ZUIKAKU au début de la guerre du Pacifique. Il couvre le débarquement sur Guam puis effectue quelques missions d’escorte dans le secteur des Mariannes et des Caroliines. En avril 1942, il retourne à Yokosuka et est rattaché à ce district naval. Il effectue plusieurs missions d’escorte ou de transport à partir de Yokosuka. Au cours d’une de ces missions de transport rapide vers les Aléoutiennes, il est attaqué le 17 octobre 1942 (date japonaise) par des B-26 à une trentaine de milles marins au nord-est de Kiska. Une bombe frappe les munitions qu’il transporte en pontée, et le destroyer explose et coule. Dix-sept rescapés sont récupérés par le HATSUHARU.

Le fait qu’il n’ait pas accompagné les porte-avions de sa division au début de la guerre tient probablement à sa propulsion : sa vitesse économique sur deux chaudières était de 14nd, et il devait passer sur quatre chaudières pour accompagner les SHŌKAKU et ZUIKAKU dont la vitesse économique était de 18nd, ce qui était aussi la vitesse standard de transit des grosses unités de la Marine Impériale pendant la guerre du Pacifique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: à l’ancre ?   Sam 04 Mar 2017, 21:36

Takagi a écrit:
Le destroyer OBORO de la classe FUBUKI II à l’ancre. […] : marin:
"à l’ancre" ? Pas sûre : il n'a pas son pavillon de beaupré…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Dim 05 Mar 2017, 03:15

DahliaBleue a écrit:
"à l’ancre" ? Pas sûre : il n'a pas son pavillon de beaupré…

Une petite photo valant parfois mieux qu'un long discours, voici une photo montrant l'ISOKAZE à l'ancre dans la baie de Saeki, sur la côte nord-est de Kyūshū en bordure du détroit de Bungo, le 20 octobre 1941 :


Il semble qu'on ait pu être à l'ancre dans la Marine Impériale sans pavillon de beaupré. Shocked


Dernière édition par Takagi le Mer 08 Mar 2017, 02:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Dim 05 Mar 2017, 12:21

Takagi a écrit:
[…] Une petite photo valant parfois mieux qu'un long discours, voici une photo montrant le ISOKAZE à l'ancre dans la baie de Saeki, sur la côte nord-est de Kyūshū en bordure du détroit de Bungo, le 20 octobre 1941 : Il semble qu'on ait pu être à l'ancre dans la Marine Impériale sans pavillon de beaupré. : shock:
Dont acte. Je n'étais pas sûre ; je suis maintenant convaincue.
Jolie photo, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 08 Mar 2017, 03:24

Vues de la fin du destroyer MIKAZUKI de la classe MUTSUKI.

Le 27 juillet 1943, après un mois d’Express de Tōkyō vers Kolombangara et deux engagements majeurs (golfe de Kula les 5 et 6 juillet, Kolombangara le 12 juillet), ce destroyer de la 30e division part de Rabaul avec l'ARIAKE pour débarquer des troupes et des munitions à Tuvulu près du cap Gloucester à l’extrémité sud-ouest de la Nouvelle-Bretagne. Mais alors qu’ils approchent de Tuvulu, vers 23h, les deux destroyers s’échouent à 26 nd sur un haut-fond non cartographié. Si l’ARIAKE parvient à se dégager vers 0h45, les dégâts du MIKAZUKI l’en empêchent : un de ses compartiments est noyé (et avec lui une partie du ravitaillement transporté), l’arbre d’hélice bâbord est tordu et coincé, l’arbre tribord est faussé mais peut encore tourner. Les troupes et le matériel sont transférés sur l’ARIAKE, qui finit la course à 6 nd et débarque la cargaison des deux destroyers à destination entre 6h et 7h40. Entretemps, à 2h du matin, le vieux destroyer AKIKAZE a quitté Rabaul pour porter assistance aux deux éclopés. L’équipage du MIKAZUKI essaie d’alléger le navire en jetant par-dessus bord tout ce qui peut l’être et en vidangeant le carburant à la mer. Mais peu après 3h, l’arbre d’hélice tribord rend l’âme à son tour, laissant le destroyer sans propulsion dans la zone d’action de l’aviation américaine basée en Nouvelle-Guinée. Vers 10h30, l’ARIAKE revient et reste à proximité. Vers 13h30, les deux destroyers sont attaqués à la bombe et au canon de 75 mm par une vingtaine de B-25 américains. L’ARIAKE encaisse trois bombes et coule à 14h40. Une bombe tombée à proximité du MIKAZUKI arrache une partie du bordé la salle des machines tribord au-dessus de la flottaison et quatorze obus frappent les superstructures et la coque. Après le départ des avions, l’AKIKAZE arrive et l’équipage du MIKAZUKI s’y réfugie. Il ne déplore que sept morts, douze blessés graves et vingt-cinq légers, sur un total de cent soixante-dix hommes. Le lendemain, c’est une épave vide et abandonnée que les B-25 reviennent bombarder.

Toutes les photos ont été prises lors de la première attaque, le 28 juillet.


Les premières bombes encadrent le MIKAZUKI sans l'atteindre.


Les gerbes d'eau sont retombées.
On note que les tubes lance-torpilles arrière ont été débarqués lors de la transformation du destroyer en transport rapide.
Les canons de 120mm, dont la conduite de tir n'a aucune capacité antiaérienne, restent dans l'axe.
La défense n'est assurée que par l'affût double de mitrailleuses de 13mm devant la passerelle. Il ne peut pas tirer sur l'arrière.



Sur cette photo, la flèche indique les dégâts infligés à la cheminée arrière par un obus de 75mm.
Sur le bordé tribord, au droit de cette cheminée, on voit la brèche de 4,50m x 1,50m causée par une bombe tombée tout près.



Le canardage continue. Près de l'étrave, on voit une embarcation qui a servi à transférer la cargaison sur l'ARIAKE la nuit précédente.


Une bombe tombe à bâbord. Sur cette photo, on voit que l'affût triple de tubes lance-torpilles de l'avant est encore là, dans le puits devant la passerelle.


Les bombes continuent à tomber mais aucune n'atteint le MIKAZUKI.


La quasi-absence de DCA et l'incapacité du destroyer à se déplacer n'y changent rien : les bombes ratent leur cible.


L'attaque est finie. Les avions effectuent un dernier passage pour prendre des photos afin de pouvoir estimer les dégâts infligés à leur cible.


En s'éloignant, les B-25 photographient encore la scène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 00:08

Le destroyer AMAGIRI à l'époque de sa mise en service en novembre 1930 à Ishikawajima. Ce destroyer de la classe FUBUKI II n'est pas encore endivisionné. Il est admis au service le 10 novembre. Le 2 août 1943, lors d'une mission de l'Express de Tōkyō dans le détroit de Blackett au sud de Kolombagara, il éperonnera la vedette lance-torpilles PT-109 commandée par le lieutenant de vaisseau John Fitzgerald Kennedy, futur président des Etats-Unis qui n'était pas à la passerelle cette nuit-là.


À l’époque de la photo, on ne souciait guère de la pollution des eaux portuaires : on note la présence d'une manche à ordures juste derrière le décrochement du pont.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adama
Premier Maître
Premier Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 748
Age : 45
Ville : charleroi
Emploi : ex mécano avion, conducteur de train
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 09:36

l’entonnoir sur la corde c'est comme pour les chiens..., enfin c'est anti-intrusion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 10:12

Takagi a écrit:
Le destroyer AMAGIRI […]. Le 2 août 1943, lors d'une mission de l'Express de Tōkyō […], il éperonnera la vedette lance-torpilles PT-109 commandée par le lieutenant de vaisseau John Fitzgerald Kennedy […]. […] : marin:
Kennedy était alors Lieutenant Junior Grade, équivalent à enseigne de vaisseau de 1ère classe ; il sera promu Lieutenant (= lieutenant de vaisseau) au mois d'octobre suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5183
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 14:47

on ne la refera pas ... shaking
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 16:25

adama a écrit:
l’entonnoir sur la corde c'est comme pour les chiens..., enfin c'est anti-intrusion
La "corde" doit être une aussière (si je ne m'abuse) et l'entonnoir s'appelle un pare-rat, ce qui en indique l'usage…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 17:14

Takagi a écrit:
adama a écrit:
l’entonnoir sur la corde c'est comme pour les chiens…, enfin c'est anti-intrusion
La "corde" doit être une aussière (si je ne m'abuse) […]
… pas d'erreur ! c'est bien une aussière… Chacun sait que, sur un bateau, il n'y a qu'une seule corde
Citation :
[…] et l'entonnoir s'appelle un pare-rat, ce qui en indique l'usage… : marinsimspon:
… ou un garde-rats…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mar 09 Mai 2017, 23:57

Le 23 juin 1941 vers 18h, alors qu’ils revenaient des grandes manœuvres annuelles de la Flotte Combinée, le destroyer MINEGUMO (classe ASASHIO, 9ème division de destroyers) a été abordé dans la brume et presque simultanément par le destroyer NATSUSHIO à bâbord et KUROSHIO à tribord (tous deux de classe KAGERŌ, 15ème division).

La photo du haut montre l’étrave du KUROSHIO le lendemain de l’accident. Celle du bas montre les dégâts infligés à la plage arrière du MINEGUMO par le NATSUSHIO, qui l’a abordé à l’arrière à la hauteur de la tourelle de 127mm n°2 ; le masque de la tourelle n°3 est en cours de démontage. À gauche de la tourelle n°2 (celle du haut), l’installation de manutention des torpilles de recharge est très endommagée.


L'étrave du KUROSHIO après l'abordage avec le MINEGUMO


L'arrière du MINEGUMO après l'accident du 23 juin 1941

Les NATSUSHIO (GUMO) et KUROSHIO s’en tirèrent avec un mois de réparations à Kure. Le MINEGUMO, plus gravement endommagé, resta indisponible pendant cinq mois. Il ne reprit du service qu’à la fin novembre 1941, juste à temps pour accompagner sa division jusqu’à Mako dans les îles Pescadores où se rassemblait la flotte d’invasion sur Vigan (Philippines).



Dernière édition par Takagi le Mer 10 Mai 2017, 21:35, édité 1 fois (Raison : Correction du Natsutypo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 10 Mai 2017, 11:31

Citation :
Le 23 juin 1941 […] le destroyer MINEGUMO (classe ASASHIO […]) a été abordé […] par le destroyer NATSUSHIO à bâbord et KUROSHIO à tribord (tous deux de classe KAGERŌ […]). […] La photo du haut montre l’étrave du KUROSHIO le lendemain de l’accident. Celle du bas montre les dégâts infligés à la plage arrière du MINEGUMO par le NATSUSHIO […]. L'étrave du KUROSHIO après l'abordage avec le MINEGUMO L'arrière du MINEGUMO après l'accident du 23 juin 1941 […]
Les NATSUGUMO et KUROSHIO s’en tirèrent avec un mois de réparations à Kure. Le MINEGUMO, plus gravement endommagé […] : ambulance:
… car le Natsugumo fut aussi impliqué dans l'accident ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 10 Mai 2017, 14:44

DahliaBleue a écrit:

… car le Natsugumo fut aussi impliqué dans l'accident ?

Rhôôô, la "vilaine" chipoteuse! lol! Wink. A mon avis, il fallait, probablement, lire Natsushio , mais les noms japonais, même transcris en langue "normale" Boulet, sont une source continuelle d'erreur. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 10 Mai 2017, 16:43

DahliaBleue a écrit:
[…] … car le Natsugumo fut aussi impliqué dans l'accident ?
Loïc Charpentier a écrit:
[…] Rhôôô, la "vilaine" chipoteuse ! lol! Wink. A mon avis, il fallait, probablement, lire Natsushio , mais les noms japonais, même transcris en langue "normale" Boulet, sont une source continuelle d'erreur.  : D
Pas impossible, en effet ! Mais c'est pas faute de m'accrocher aux posts : pour chacune des ces contributions nipponaises je me reporte à mes IAN ALLAN et autres CONWAY'S ou MACDONALD pour être sûre de ne pas me planter !
Et là, j'étais toute contente (et pas peu fière !) d'avoir repéré un Natsugumo dans la classe ASASHIO !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Charpentier
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2540
Age : 71
Ville : Oberbronn
Emploi : retraité "actif"
Date d'inscription : 24/01/2013

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 10 Mai 2017, 17:30

DahliaBleue a écrit:

Pas impossible, en effet ! Mais c'est pas faute de m'accrocher aux posts : pour chacune des ces contributions nipponaises je me reporte à mes IAN ALLAN et autres CONWAY'S ou MACDONALD pour être sûre de ne pas me planter !
Et là, j'étais toute contente (et pas peu fière !) d'avoir repéré un Natsugumo dans la classe ASASHIO !

A chacun son plaisir. lol! Wink Perso, sur mer, je me suis, historiquement, arrêté à la Première Guerre Mondiale... en surface! Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3793
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Destroyers japonais   Mer 10 Mai 2017, 21:36

SHIO, pas GUMO Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destroyers japonais   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destroyers japonais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Destroyers japonais
» JAPON DESTROYERS CLASSE AKITZUKI
» Le japonais, comment ça marche ?
» Torii - Portail de temple Shintoïste (Japonais)
» Restaurant Japonais près de chez vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Rubrique Photos-
Sauter vers: