AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Croiseurs japonais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mer 29 Juin 2016, 19:19

Le croiseur-école KATORI à quai à Shanghai en 1940 :


L'armement disparate de ce croiseur (canons de 140mm, canons de 127mm et de 25mm, torpilles, charges ASM, tous en nombre insuffisant) était destiné à l'instruction. C'est aussi pour des fins d'instruction qu'il avait une propulsion mixte, par diesel et turbines à vapeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 05 Juil 2016, 02:39

En réaction à l’attaque américaine sur les îles Gilbert, le croiseur léger ISUZU (classe NAGARA) et le NAKA, qui formaient alors la 14e division de croiseurs, sont engagés pour transporter rapidement des renforts. Le 25 novembre 1943, ils transportent 1500 hommes à Kwajalein. La chute de Tarawa rend inutile leur acheminement aux Gilbert, et les deux croiseurs débarquent leurs fantassins à Mili le 1er décembre.

Le 4, l’ISUZU est à l’ancre à Roi, dans la partie nord de l’atoll de Kwajalein, quand les SBD et les TBF du YORKTOWN et du LEXINGTON attaquent la base. Le ravitailleur en combustibles YAMAKAZE MARU est coulé, l’ISUZU essaie de s’esquiver en manœuvrant. Son arrière est endommagé par plusieurs coups à proximité (photos), qui font sortir une ligne d’arbres de ses paliers et qui endommagent les presses hydrauliques de l’appareil à gouverner, les rendant inutilisables. Privé de sa capacité à manœuvrer sèchement, le croiseur encaisse trois bombes qui détruisent sa pièce de 140mm arrière (il s’agit de l’affût n°6, le n°7 ayant été remplacé par un affût double de 127mm). Mais le croiseur n’est pas coulé. Vingt membres de son équipage sont morts, plusieurs autres blessés. Le 7, il quitte Roi et gagne Kwajalein en gouvernant à bras à l’aide de palans ; là, il reçoit des réparations provisoires qui remettent sa poupe en état d’étanchéité puis, le 9, l’éclopé regagne Truk puis, le 17 janvier 1944, son appareil à gouverner remis en état, il regagne le Japon. Il reste en travaux du 21 au 31 janvier 1944 à l’arsenal de Yokosuka. Puis il gagne les chantiers Mitsubishi de Yokohama pour une refonte complète de son armement : tous ses 140mm sont débarqués, le nombre d’affûts doubles de 127mm est porté à trois, quelque 38 pièces de 25mm AA sont installées ainsi qu’un radar Type 13, un radar Type 21 et un radar Type 22. La conduite de tir antisurface des 140mm est remplacée par une conduite de tir à double emploi. Chose rare sur un croiseur léger japonais, un sonar Type 93 Modèle 3 lui est ajouté, ainsi qu’une batterie d’hydrophones Type 93 modèle 2. Deux grenadeurs remplacent les installations de mouillage et dragage de mines sur la plage arrière. Les quatre plateformes doubles de tube lance-torpilles sont remplacées par deux quadruples, la catapulte et les installations pour l’hydravion sont débarquées. La grue est conservée pour mettre à l’eau les deux barges Daihatsu de 10m qui remplacent les deux baleinières arrière de la drome.




Ainsi modifié, il reprend du service en août 1944 comme navire de commandement de la 31e flottille, qui comprend plusieurs destroyers de la classe MATSU et plusieurs Kaibōkan, et dont la vocation est la lutte ASM. Le 14 septembre, après réentraînement de son équipage, il est à nouveau déclaré opérationnel (photo ci-dessous).


En Occident, on considère souvent que la reconstruction de l’ISUZU en a fait un croiseur antiaérien ; c’est techniquement vrai, bien que cela ne corresponde qu’incomplètement au nouveau rôle de l’ISUZU. En pratique le croiseur est resté un conducteur de flottille, avec un armement mieux adapté aux menaces de 1944 qu’il ne l’était fin 43, et sa principale mission consiste à coordonner la lutte ASM sous menace aérienne.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Dim 10 Juil 2016, 04:05

Le croiseur léger TATSUTA dans la mer Intérieure dans les années 1920, accompagné des deux divisions de destroyers dont il est le conducteur de flottille.


Le TENRYŪ et le TATSUTA ont été conçus pour servir de conducteurs de flottilles. Pour ce faire, ils sont plus des destroyers agrandis que de vrais croiseurs légers : il leur faut avoir la vitesse et les qualités manœuvrières des navires qu’ils sont censés mener au combat. Mais au moment de leur mise en service, ils ne peuvent, avec leurs 33nd, soutenir les vitesses des nouveaux destroyers de la classe MINEKAZE (39nd), et ils sont surclassés en armement par les croiseurs légers étrangers, notamment par les OMAHA américains. Leur petite taille leur interdit en outre d’embarquer des torpilles de recharge, d’y installer des pièces antiaériennes dont le besoin se fait croissant, et plus tard d’y installer un hydravion.

À sa mise en service le 31 mars 1919, le TATSUTA remplace le vieux TONE comme conducteur de la 1ère flottille de destroyers, basée à Sasebo. L’année d’après, il est transféré à la 2ème flotte, engagée en soutien du corps expéditionnaire japonais contre les bolcheviques en Sibérie. Mis en réserve à Sasebo le 1er décembre 1921, il est réactivé du 1er décembre 1922 au 1er décembre 1923, remis en réserve, puis encore brièvement réactivé du 6 juin au 31 août 1926 pour effectuer des patrouilles sur le Yangtzé.

Le statut de réserve ne signifie pas l’inactivité complète : avec un équipage réduit ne permettant pas la mise en œuvre de son armement complet, le navire effectue quelques sorties, notamment pour l’instruction à la manœuvre. Le 19 mars 1924, au cours d’une de ces sorties, le TATSUTA aborde et coule le sous-marin Ro-25 devant Sasebo.

Fin 1926, il reçoit un mât tripode puis reprend du service du 1er décembre 1926 au 1er décembre 1927, puis de décembre 1930 à novembre 1931. Réactivé en 1933, il sert encore un temps comme conducteur de flottille, puis forme avec son sister-ship TENRYŪ la 10ème division de croiseurs, engagée dans les opérations en Chine. Remis en réserve le 1er décembre 1939 à Maizuru, il bénéficie de sa seule refonte importante de l’entre-deux-guerres : remplacement des chaudières, installation de deux affûts doubles de 25mm en lieu et place des deux simples de 13mm, d’un roof en tôle au-dessus de la passerelle précédemment découverte ou protégée par une bâche. Endivisionné avec son sister-ship, il participe à plusieurs débarquements dans la première année de la guerre du Pacifique (Wake, Kavieng, Rabaul, Gasmata, Salomon, mer de Corail, Guadalcanal), bien que son armement et sa conduite de tir soient considérés obsolètes. Il participe ensuite à plusieurs missions de ravitaillement ou de transport de troupes (Baie de Milne, Guadalcanal) avant d’être relégué à l’escorte des convois – mission à laquelle il est totalement inadapté, n’ayant ni radar, ni sonar, ni armes ASM. Il finit torpillé par le sous-marin SANDLANCE le 13 mars 1944 près de Hachijōjima lors de sa première escorte de convoi.



Dernière édition par Takagi le Mer 08 Mar 2017, 21:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 16 Juil 2016, 05:41

Lancement de deux torpilles Type 93 (Longue Lance) par un croiseur léger de 5500 t.
La photo est souvent dite avoir été prise pendant la bataille de la mer de Java, mais le nombre de personnes présentes autour de l'affût, en particulier d'un civil couvert d'un chapeau, fait plutôt penser à un lancement technique lors d'un exercice ou d'un essai avant guerre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Lun 25 Juil 2016, 05:59

Exercice ou poste de combat de vérification à bord d'un croiseur lourd de la classe AOBA ; il ne s'agit pas d'un tir réel puisque les bonnettes de protection sont encore sur les bouches des canons.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 30 Juil 2016, 02:36

Le croiseur lourd FURUTAKA et le pétrolier TSURUMI


Vus d'avion et en préparation d'un ravitaillement à la mer


En train de ravitailler à la mer en 1935.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Lun 08 Aoû 2016, 03:42

Le KAKO en exercice de tir lors de manœuvres d'avant-guerre :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 20 Aoû 2016, 09:10

Vus depuis l'ATAGO, le TAKAO et le KIRISHIMA en route vers Henderson Field le 13 novembre 1942 :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 11 Oct 2016, 07:16

Le HAGURO en construction dans le chantier Mitsubishi de Nagasaki le 20 février 1928. Quand on compare cette vue à celles montrant le DD25 en construction ( http://forummarine.forumactif.com/t7598-destroyers-type-dd25 ), on voit l'évolution du chantier...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15819
Age : 74
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 11 Oct 2016, 09:17

Il semble que contrairement au DD25 le Haguro ait été construit à plat dans une forme de radoub, il s'agit donc dans ce cas d'une mise à flot, et non d'un lancement traditionnel sur une cale en pente comme cela semble être le cas pour le DD25.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 11 Oct 2016, 09:38

Sur ce lien on peut voir une vue aérienne du chantier Naval Mitsubishi aujourd'hui.

La forme où a été construit le Haguro est à droite, elle a été bien agrandie depuis 1928

La cale qui a vu la construction et le lancement du Musashi est visible au centre sous les deux portiques les plus étroits, il y avait exactement 680 m entre le bout de la cale et la berge opposée ...

http://media.gettyimages.com/photos/japan-nagasaki-prefecture-kyushu-aerial-view-of-city-and-shipyard-picture-id487974303

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Lun 31 Oct 2016, 00:23

Le croiseur léger KISO de la classe KUMA à quai à Shibaura en 1937. Shibaura est aujourd'hui un quartier de la capitale. Le croiseur y est en mission de représentation ; son hangar à aviation, situé sous la passerelle de navigation, a été transformé en PC de conduite d'une force à la mer. Le navire ne semble pas encore avoir reçu de catapulte à l'arrière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Ven 25 Nov 2016, 22:12

Une très rare vue du croiseur léger JINTSŪ au mouillage avec un hydravion Aichi E11A sur la catapulte :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 03 Jan 2017, 04:46

Le croiseur lourd HAGURO en manœuvres par gros temps en 1936


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pascal
Contre-amiral
Contre-amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5190
Age : 52
Ville : marseille
Emploi : fonctionnaire
Date d'inscription : 08/02/2009

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 03 Jan 2017, 05:29

Il me semble surtout que le photographe a attendu qu'il soit dans la vague d'étrave du bâtiment qui le précède, alors que visiblement la division vient d'abattre d'environ 90° sur bâbord. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mer 04 Jan 2017, 07:21

Le croiseur léger TAMA (classe KUMA) à Honolulu le 15 août 1925. Le croiseur est en route pour San Pedro en Californie. Il rapatrie le corps d'Edgar Addison Bancroft, ambassadeur des Etats-Unis au Japon décédé le 27 juillet précédent.


salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 14 Jan 2017, 01:32

Le croiseur léger ABUKUMA de la classe NAGARA le 7 décembre 1941. La passerelle du croiseur est partiellement protégée des éclats par des hamacs d’équipage serrés dont la position en bas de la tour permet de comprendre où étaient les locaux de l’état-major… L’ABUKUMA accompagne la force de raid du vice-amiral Nagumo vers Pearl Harbor ; il sert de navire-amiral au contre-amiral Ōmori Sentaro qui commande la première escadrille de contre-torpilleurs (SHIRANUI, ARARE, KASUMI, KAGERŌ, TANIKAZE, HAMAKAZE, ISOKAZE et URAKAZE).


Le télépointeur de l'artillerie principale est pointé vers le navire où se trouve le photographe. Le croiseur est probablement en train d'effectuer un transfert de courrier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 14 Jan 2017, 10:29

Citation :
Le croiseur léger ABUKUMA de la classe NAGARA le 7 décembre 1941. La passerelle du croiseur est partiellement protégée des éclats par des hamacs d’équipage serrés dont la position […]
L'équipage se séparait-il ainsi de son hamac, sans grogner ? (« Pour l'Empereur ! Banzai ! »). Sachant qu'il n'aurait plus l'occasion d'y dormir, la nuit suivante ?
Ou bien y en avait-il d'autres (hamacs) en rechange ?
Citation :
[…] Le télépointeur de l'artillerie principale est pointé vers le navire où se trouve le photographe. […] : marinpilote:
… à moins qu'il ne soit tourné à l'opposé, vers son tribord. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Sam 14 Jan 2017, 11:42

DahliaBleue a écrit:
L'équipage se séparait-il ainsi de son hamac, sans grogner ? (« Pour l'Empereur ! Banzai ! »). Sachant qu'il n'aurait plus l'occasion d'y dormir, la nuit suivante ?
Ou bien y en avait-il d'autres (hamacs) en rechange ?

Ils avaient été embarqués en supplément à l'armement quelques mois avant le début des hostilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: UNEBI   Mar 14 Fév 2017, 05:53

Dans la période qui précéda la guerre sino-japonaise de 1894, la toute récente Marine Impériale, qui n’avait pas les moyens de se doter de cuirassés de haute mer pour contrer la flotte chinoise du Beiyang, s’intéressa de près aux croiseurs protégés, suffisamment rapides pour échapper aux cuirassés adverses mais bien armés et assez protégés pour résister aux attaques des bâtiments légers. Le ministre de la marine, Kawamura Sumiyoshi, en poste de 1878 à 1885, fit commander trois de ces bâtiments à l’étranger : les NANIWA et TAKACHIHO auprès d’Armsrtong Whitworth en Angleterre, et l’ UNEBI auprès des Forges et Chantiers de la Gironde en France. Un sister-ship de l’UNEBI devait suivre.

L’UNEBI (畝傍) était d’une conception moins moderne que les deux autres : il avait encore un gréement de trois-mâts barque en guise de propulsion auxiliaire. Sa coque était relativement étroite mais embarquait un armement impressionnant : quatre pièces de 254mm, sept de 152mm, deux de 47mm à tir rapide, dix affûts quadruples de mitrailleuses Nordenfeld de 25mm, deux mitrailleuses Gatling et quatre tubes lance-torpilles de 356mm, le tout sur une coque de 98m de long et 13,10m de large déplaçant 3 673 tonnes métriques. L'équipage était de 280 hommes.


L'UNEBI au Havre le 18 octobre 1886. Le navire vient d'être officiellement transféré au Japon dont il arbore les couleurs.


Une autre vue de l'UNEBI au Havre en octobre 1886.

L’UNEBI fut remis à la Marine Impériale au Havre en octobre 1886. Il prit la mer peu après avec un capitaine français et un équipage mixte de huit officiers japonais, un nombre inconnu de marins japonais et soixante-seize Français (dont le commandant) pour rallier Yokohama au Japon. Mais après une dernière escale à Singapour le 3 décembre, il disparut corps et biens en Mer de Chine méridionale. Aucune épave et aucun survivant ne furent jamais retrouvés.

Le navire ne fut officiellement rayé des listes de la Marine Impériale que le 19 octobre 1887, tout espoir étant perdu de le retrouver échoué quelque part. Une stèle à la mémoire de ses marins disparus a été érigée au cimetière d’Aoyama à Tōkyō. Il reste l’unique bâtiment de toute l’histoire de la Marine Impériale à avoir ainsi disparu sans laisser de traces.


L'UNEBI quittant Le Havre pour sa traversée vers Yokohama.

En l’absence complète d’éléments matériels, l’enquête ne put établir les causes exactes du naufrage. Le bruit (invérifiable) courut que des marins français s'étaient enivrés et auraient déclenché un incendie. L'enquête conclut cependant que le navire était probablement surchargé dans les hauts, du fait de son armement concentré sur une coque de petite taille, et que son gréement le rendait probablement instable par fort vent. Le gouvernement japonais annula la commande d’un deuxième exemplaire et se fit dédommager de la perte du premier par le gouvernement français.

Le drame marqua la fin des commandes de navires japonais aux chantiers français. Avec les indemnités de l’UNEBI, le gouvernement japonais passa commande du croiseur CHIYODA aux chantiers écossais John Brown & Co.

Unebi est le nom d’un sommet de l’actuelle préfecture de Nara, près de l’ancienne capitale du proto-état japonais, Asuka. Selon les annales Shintō de la période Meiji, c’est sur ce mont qu’aurait résidé le premier empereur du Japon, Jimmu Tennō. Le nom ne fut plus jamais réattribué à un navire de la Marine Impériale par la suite.


Le monument aux morts de l'UNEBI au cimetière d'Aoyama.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Jeu 09 Mar 2017, 03:13

Une autre vue de l'UNEBI appareillant du Havre en 1886 aidé d'un remorqueur :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Jeu 11 Mai 2017, 23:33

Le croiseur lourd AOBA en essais le 25 décembre 1938. La catapulte vient d'être installée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mar 20 Juin 2017, 19:03

Image de la propagande japonaise montrant des marins en train de se délecter de quelque revue distrayante sur la plage arrière du croiseur léger KATORI.


La photo a été prise vers 1942-43.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11741
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   Mer 21 Juin 2017, 00:26

bonsoir
sur ! une image de propagande; parce que des marins nippons qui rigolent… Shocked
bon, va falloir aussi créer un index "croiseur japonais"…
heureusement, personne ne s'est encore attaqué aux LST, ou aux Liberty Ship… affraid
quoi que… ça fait un moment que Claus ne nous a pas pondu un article… c'est qu'il en serait capable, le bougre ! lol!
ceci n'est évidemment pas une "vacherie"; je ne crois pas m'aventurer beaucoup, en disant que ses articles sont toujours intéressants.
bon; assez fayoté pour aujourd'hui; faut que j'en garde pour les jours/semaines à venir… Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takagi
Capitaine de frégate
Capitaine de frégate
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3802
Age : 37
Ville : Saint-Cannat (13)
Emploi : Oui
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Takasago   Jeu 03 Aoû 2017, 07:40

Le croiseur protégé TAKASAGO (高砂) tire son nom d’une ville de la préfecture de Hyōgo. Amélioration du VEINTICINCO DE MAYO construit pour la marine argentine sur des plans de Sir Philip Watts, il est mis sur cales en avril 1896 sur fonds privés aux chantiers Armstrong Whitworth d’Elswick – lointaine époque où un chantier pouvait commencer un tel navire sans avoir de commande et en étant sûr de pouvoir le vendre. Il n’est alors que la coque n°660 d’Armstrong Whitworth. En juillet 1896, le Japon s’en porte acquéreur, la Marine Impériale étant très satisfaite des croiseurs des classes IZUMI et NANIWA, eux aussi sortis des planches à dessin de Sir Philip Watts. Le TAKASAGO est lancé le18 mai 1897 et achevé le 6 avril 1898.

De construction entièrement métallique, il est protégé par un blindage d’acier harveyé censé le mettre à l’abri des obus perforants de 203mm. Sa coque est subdivisée en 109 compartiments étanches et sa proue est doté d’un éperon. Propulsé par deux machines alternatives à triple expansion alimentés par quatre chaudières et entraînant deux hélices, il file 23,5nd. Son armement principal consiste en deux canons de 203mm / L45 Type 41 sous masque blindé, un à l’avant et un à l’arrière. Son important armement secondaire comprend dix canons Elswick de 152mm / L40 à tir rapide en sabord ou barbette, douze canons de 76mm / L40, six canons Hotchkiss de 47mm à tir rapide et cinq tubes lance-torpilles de 457mm.


L'image la plus connue du TAKASAGO

Lors de son premier déploiement opérationnel après son arrivée au Japon, il appuie en juillet 1900 le débarquement japonais à Tianjin (Tien-Tsin) en Chine septentrionale pendant la révolte des Boxers. Ce débarquement est le prélude à la marche de la coalition des Huit Nations sur la capitale chinoise et aux Cinquante-Cinq Jours de Pékin qui libèrent les légations internationales.

Le 7 avril 1902, accompagné du croiseur protégé ASAMA, il entreprend un long périple vers le Royaume-Uni où il représente le Japon au couronnement du roi Edouard VII et à la revue navale de Spithead le 16 août 1902. À l’aller comme au retour, les deux croiseurs font de nombreuses escales : Singapour, Colombo, Singapour, Suez, Malte et Lisbonne à l’aller, Anvers, Gibraltar, Naples, Aden, Colombo, Singapour, Bangkok et Hong-Kong au retour. Ils sont de retour au Japon le 28 novembre 1902 après avoir parcouru 24 718 Nq.


Une image du TAKASAGO beaucoup moins connue que la précédente

Au début de la guerre russo-japonaise de 1904-1905, le TAKASAGO, qui porte la marque de l’amiral Dewa Shigetō, participe au bombardement de Port-Arthur au lendemain de l’attaque surprise des torpilleurs japonais contre l’escadre russe d’Extrême-Orient. Puis il participe pendant plusieurs semaines au blocus de la place ; à cette occasion, il arraisonne le cargo MANCHURIA de Compagnie de Navigation de l’Extrême-Orient Russe, qui deviendra le KANTŌ MARU japonais. Le 10 mars 1904, le TAKASAGO participe à l’attaque du croiseur russe BAYAN. Le 15 mai, il récupère des survivants des cuirassés YASHIMA et HATSUSE qui ont sauté sur des mines. Le 10 août, pour contrer une tentative de sortie de l’escadre russe de Port-Arthur, il prend part à la bataille de la Mer Jaune que les Japonais appellent Kokai Kaisen (黄海海戦).

De retour au Japon en octobre, le TAKASAGO entre en travaux pour remise en état. En décembre, il retourne au combat et couvre une mission de reconnaissance menée par des torpilleurs devant Port-Arthur. Dans la nuit du 13 décembre, il saute sur une mine à 37Nq au sud de la base navale russe. L’explosion se propage à une soute à munitions dont la déflagration entraîne le naufrage rapide du croiseur. Le mauvais temps empêche la mise à l’eau des embarcations. Le croiseur OTOWA qui l’accompagne récupère 162 naufragés mais 273 officiers et marins périssent dans le naufrage.

Le TAKASAGO est le dernier grand navire japonais perdu pendant la guerre russo-japonaise. Son nom n’est jamais réattribué à un navire de la Marine Impériale parce que les règles de nommage des navires adoptées en 1913 ne prévoient pas qu’on donne le nom d’une ville à un navire.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Croiseurs japonais   

Revenir en haut Aller en bas
 
Croiseurs japonais
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Croiseurs japonais
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE TONE
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MOGAMI
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE AOBA
» JAPON CROISEURS LOURDS CLASSE MYOKO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Divers :: Rubrique Photos-
Sauter vers: