AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 13:13

PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ
(ETATS-UNIS)



Le porte-avions Nimitz (CVN-68) dans le Golfe Persique le 12 octobre 1997

INTRODUCTION

Une formidable puissance aéronavale

En 1945, la marine américaine est la première du monde. Puissance navale mineure au 19ème siècle, elle commence à faire parler d'elle au moment de la guerre hispano-américaine de 1898 qui transforma les Etats-Unis en puissance coloniale impliquant une marine de premier plan.

Après une course aux armements avec le Japon, la marine américaine profite du déclassement de la marine britannique usée par le premier conflit mondial pour se hisser au premier rang devant la marine britannique, la marine japonaise et la marine française.


Le USS Essex (CV-9) à la mer. Il symbolise la puissance aéronavale américaine

A l'issue du second conflit mondial, l'US Navy apparaît comme un chêne entouré de bosquets. Si la marine britannique est encore numériquement importante, elle est usée et les marins de sa gracieuse majesté savent qu'ils ne pourront maintenir un train de vie aussi luxueux alors que les autres marines ont disparu (Allemagne, Italie,Japon) ou n'est  que l'ombre de ce qu'elle était  avant guerre pour la marine française. Pour ce qui est de l'URSS, les programmes délirants de Staline et sa manie de fusiller des ingénieurs n'ont pas permis à la marine soviétique de devenir une marine de premier plan.

Sur le plan des forces, si les cuirassés sont encore présents en nombre au sein de la marine américaine (vingt-deux unités : Arkansas New York Texas Nevada Pennsylvania New Mexico Mississippi Idaho Tennessee California Maryland West Virginia North Carolina Washington South Dakota Indiana Massachussetts Alabama Iowa New Jersey Missouri Wisconsin), nombre d'entre-eux sont des unités anciennes, déclassées et dont l'espérance de vie était limitée, seuls les deux North Carolina, les quatre South Dakota et quatre Iowa pouvaient être considérés comme modernes.

Le tour du cuirassé était de tout façon passé. Maitre-étalon de la puissance navale depuis quasiment un siècle, il allait céder la place à un petit nouveau le porte-avions. Signe qui ne trompait pas, la construction de deux Iowa avait été ralentie puis interrompue tandis que cinq Montana ont été rayés des programmes de construction faute d'acier.


Le USS Lexington (CV-2) le 08 août 1941


Entrée en guerre avec sept porte-avions en décembre 1941 (Lexington Saratoga Ranger Yorktown Enterprise Wasp Hornet), elle dispose en septembre 1945 de la flotte aéronavale suivante :


Le USS Midway (CVB-41) à Hampton Roads (Virginie) le 10 septembre 1945

-Un porte-avions lourd de classe Midway, le USS Midway qui entrera en service une semaine après la fin du conflit, deux autres étant en construction ou en achèvement à flot (Franklin D. Roosevelt et Coral Sea), la construction de deux autres ayant été annulée.

-Un porte-avions moyen de classe Lexington, le USS Saratoga (CV-3)


Le "Big E", le USS Enterprise (CV-6) vétéran de toutes les batailles hélas démoli en 1958

-Un porte-avions moyen de classe Yorktown, le USS Enterprise (CV-6)

-Seize porte-avions moyen de classe Essex (Essex Yorktown Intrepid Hornet Franklin Ticonderoga Randolph Lexington Bunker Hill Wasp Hancock Bennington Boxer Bonhomme Richard Shangri-La Lake Champlain) mais deux ont été gravement endommagés et bien que réparés ne reprendront jamais du service (Bunker Hill Franklin).

Sept sont à différents stades de construction ou d'achèvement (Leyte Kearsarge Oriskany Antietam Princeton Tarawa Phillipine Sea) et que deux ne seront jamais terminés (Reprisal Iwo Jima) soit un total de vingt-trois navires sur un total de trente-deux navires commandés.


Le USS Ranger (CV-4) à Hampton Roads le 18 août 1942

-Un porte-avions léger de classe Ranger, le USS Ranger (CV-4)


Le USS Belleau Wood (CVL-24), futur Bois Belleau de la marine nationale

-Huit porte-avions légers de classe Independence (Independence Belleau Wood Cowpens Monterey Langley Cabot Bataan San Jacinto)


Le USS Casablanca (CVE-55)

-L'US Navy à également mis en œuvre de nombreux porte-avions d'escorte, des conversions et des constructions neuves avec l'unique Long Island, quatorze de classe Bogue (sur les 45 construits), quatre de classe Sangamon, quatre de classe Avenger, cinquante de classe Casablanca et dix-neuf de classe Commencent Bay soit un total de quatre-vingt douze navires, huit navires étant coulés.

Même si de nombreux navires vont être mis en réserve (porte-avions d'escorte et légers essentiellement) et que les navires les plus anciens et les plus usés vont être rapidement désarmés, l'avenir semble radieux pour les ponts plats de la marine américaine.

C'était sans compter avec un nouveau venu aux dents longues........ .

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 13:21

The United States Air Force (USAF)

Le Boeing B-29 Superfortress symbolise la puissance aérienne américaine en 1945

Quand la seconde guerre mondiale éclate, l'aviation américaine ne forme pas une arme indépendante d'où le nom de United States Army Air Corps (USAAC) ou en français Corps Aérien de l'Armée (de terre) des Etats-Unis.

Créé le 2 juillet 1926, c'est un compromis entre les partisans de la création d'une arme indépendante sur le modèle italien ou britannique et ceux ne voyant dans l'aviation qu'une arme auxiliaire.

Le 20 juin 1941, l'USAAC devient l'United States Army Air Forces (USAAF) une arme quasiment indépendante qui va grandir sous l'effet de la guerre, passant de 12797 avions en décembre 1941 à 63715  en août 1945, l'apogée ayant été atteinte en décembre 1944 avec 72726 appareils !

Durant le conflit, l'USAAF va peser de tout son poids participant au soutien des forces américaines engagées dans le Pacifique, en Afrique du Nord et en Europe ainsi qu'aux opérations de bombardement stratégique sur l'Allemagne et le Japon, opérations qui n'auront qu'un impact modéré sur l'industrie allemande ou japonaise sur la volonté de résistance de leurs populations.

Néanmoins, son impact rend difficile le maintien du statut hérité de la guerre d'autant que depuis le 6 août 1945, elle dispose de l'arme absolue, de la bombe atomique qui allait précipiter la fin de la guerre et éviter le cauchemar d'un débarquement américain au Japon dont les prévisions les plus optimistes tablait sur au moins 100000 morts.

C'est chose faite le 18 septembre 1947 avec le National Security Act qui fait de l'USAAF une arme égale à l'US Army et l'US Navy, l'USAAF devenant donc l'United States Air Force (USAF).

Le nouveau-né à un solide appétit. Muni de la bombe atomique alors monopole américain, il dénie le droit à tout autre armée de pouvoir mettre en œuvre l'atome vue comme la seule arme pouvant stopper l'URSS en lui infligeant des pertes telles qu'il devra renoncer au conflit ou s'en retirer.

Les Marines craignent de perdre leur aviation tout comme l'US Navy craint de perdre sa force aéronavale.
La crainte est d'autant plus prégnante que le porte-avions est remise en cause. Alors qu'il avait été l'instrument de la victoire américaine dans le Pacifique et qu'il avait joué un rôle vital dans la bataille de l'Atlantique, ses détracteurs semblent vouloir sa peau.

Concentrant sur une étroite plate-forme du carburant, des munitions et autres matières combustibles, elle est vulnérable aux avaries de combat même si certains porte-avions gravement endommagé on survécu comme le Franklin et l'Intrepid au prix il est vrai d'une carrière ultérieure brève sans refonte ni nouvelle carrière.

Cette plate-forme semble également un milieu hostile pour mettre en œuvre les avions à réaction, des appareils lourds et encombrants qui compliquent les manœuvres aviation.

Enfin en cette période où la mission nucléaire prend le pas sur tout le reste, les porte-avions sont incapables d'embarquer des appareils suffisamment gros pour pouvoir emporter les lourdes bombe A de l'époque.

Néanmoins la miniaturisation des armes atomiques rend possible l'utilisation de bombardiers nucléaires embarqués et à l'USAF qui rétorque que l'US Navy ne peut participer à l'offensive stratégique, les marins répondent qu'avec leurs plate-formes mobiles ils peuvent multiplier les frappes.

Les porte-avions existants (Essex et Midway) se révélant peu ou pas adaptés à la mise en œuvre des Savage (en attendant le Skywarrior), l'US Navy étudie des porte-avions dont la mission principale pour ne pas dire exclusive est le bombardement nucléaire.


Vue d'artiste du projet C2 avec des chasseurs bimoteurs Tigercat

Les bombardiers nucléaires étant lourds et encombrants, un premier projet baptisé C2 est rapidement abandonné et à ce navire de 43200 tonnes à pleine charge (soit un tonnage comparable aux Midway) succède un navire de 83000 tonnes dont le pont d'envol n'est marqué par aucune ilôt.


Tests au bassin de carène d'une maquette du USS United States (CVA-58)


Quatre porte-avions sont approuvés par le Congrès en 1948. Le premier d'entre-eux est baptisé United States. Il est mis sur cale le 18 avril 1949 mais sa construction est abandonnée dès le 23 avril et les quelques éléments mis en place sont recyclés.


La construction du United States n'ira pas plus loin

La survie de l'aviation embarquée est clairement en jeu, les projets prévoyant de réduire le nombre de porte-avions à moins de dix voir quatre pour certains plans. L'amiral Forrest Sherman obtient le maintien d'un porte-avions en Extrême Orient et la «révolte des amiraux» permet à la marine d'obtenir le soutien de certains législateurs comme Carl Vinson.

Néanmoins en novembre 1949, le nombre de Carrier Air Group est réduit à neuf et le nombre de porte-avions à six.

Fort heureusement, un facteur extérieur va sauver l'aéronavale de l'extinction pure et simple.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 13:32

Et la guerre de Corée sauva le porte-avions

Le porte-avions est-il condamné ?

La seule présence du Valley Forge (CVA-45) sauva les alliés de la déroute

Le 25 juin 1950, les forces nord-coréennes attaquent la Corée du Sud. La petite armée sud-coréenne est bousculée et les différents aérodromes sont pris, privant les troupes alliées d'un important soutien aérien,qui n'est assuré que par le Valley Forge (CV45) mais ce soutien aérien sauve le camp occidental du désastre en leur permettant de maintenir autour de Pusan.


Carte du conflit coréen

Opérant depuis la mer Jaune et la mer du Japon, les onze Essex engagés dans le conflit (quatre déploiements pour le Valley Forge et le Boxer, trois pour le Phillipine Sea et le Princeton, deux pour le Bonhomme Richard et l'Essex, un pour le Leyte, l'Antietam, le Kearsarge, l'Oriskany et le Lake Champlain) montre la souplesse inégalée du porte-avions.

Le 13 juillet 1950, le secrétaire d'Etat à la Défense, Louis Johnson offre à la marine les crédits nécessaires pour un porte-avions, c'est l'acte de naissance des quatre Forrestal qui marque la renaissance de l'aviation embarquée américaine.

Il faut néanmoins remarquer que ce porte-avions à pour mission première le bombardement nucléaire et secondairement le combat conventionnel et l'appui des forces déployées à terre.


Le USS Forrestal (CVA-59)

Le premier de ces porte-avions baptisé Forrestal bénéficie également d'un contexte technologique favorable qui acclimate définitivement l'avion à réaction aux «ponts plats», trois inventions britanniques.

La barrière rend dangereux la manœuvre des avions à réaction qui ne peuvent remettre les gaz pour tenter une nouvelle approche car des avions sont parqués à l'avant ? La piste oblique décalée de quelques degrés vers bâbord permet à l'avion n'ayant pas réussi à accrocher un brin de remettre les gaz pour effectuer une nouvelle approche.

Elle permet également de pouvoir réaliser simultanément des opérations de catapultage et d'appontage (pour peu qu'il y à suffisamment d'écart entre les brins d'arrêt et la catapultage), chose impossible du temps des ponts droits.

La vitesse d'approche de plus en plus élevée rend la tache du batman impossible ? On le remplace par un miroir d'appontage qui guide le pilote tout comme les officiers d'appontage, des pilotes expérimentés qui donnent en permanence des conseils au pilote.

Les catapultes hydrauliques arrivent aux limites de leurs possibilités rendant leur utilisation dangereuse ? Les catapultes à vapeur plus souple d'utilisation et plus puissantes les remplacent ce qui n'est pas un mal quand on sait que le Skywarrior affiche la masse de 38 tonnes sur la balance.

Forrestal, Kitty Hawk et Enterprise : super porte-avions au rapport

De mal-aimé le porte-avions devient le véritable chouchou des amiraux. Alors que seulement six porte-avions étaient en service au moment où éclate la guerre de Corée, leur nombre doit monter à quinze pour pouvoir déployer cinq bâtiments en permanence ce qui nécessite dix bâtiments supplémentaires avec un en transit et un autre en entretien ou refonte.

Pour parvenir à cet objectif de quinze porte-avions, il faut en construire douze pour compléter les trois Midway. La commande d'un navire par an est prévue et financée sur les années fiscales de 1952 à 1958.

le budget 1952 finance ainsi la construction du Forrestal (CVA-59) (mis en service en 1955), le budget 1953 finance la construction de son sister-ship Saratoga (CVA-60) (mis en service en 1956), le budget de 1954 le Ranger (CVA-61) (mis en service en 1957) et le budget de 1955 la quatrième et dernier Forrestal, l'Independence (CVA-62) qui est mis en service en 1959.


Le USS Kitty Hawk (CV-63) en février 1981

Les budgets de 1956 et de 1957 finance deux porte-avions lourd inspirés des Forrestal. Baptisés respectivement Kitty Hawk (CVA-63) et Constellation (CVA-64) ils sont mis en service en 1961 portant la flotte de super-porte-avions à six unités.
Le dernier porte-avions du programme initial marque un tournant dans l'aéronavale américaine puisqu'il s'agit de l'Enterprise (CVAN-65), le premier porte-avions nucléaire au monde  mis en service en novembre 1961.


Le USS Enterprise (CVN-65)

Il aurait du être suivit de cinq sister-ship mais les coûts de construction du prototype explosèrent ce qui entraina l'abandon de la construction de cinq autres Nuclear Carrier, l'Enterprise et ses huits réacteurs allait donc rester unique.

Le programme de construction de super porte-avions se poursuit sur les budgets suivants. Le budget de 1960 ne finance pas la construction de porte-avions ce qui permet aux américains de reprendre les études.

L'hypothèse nucléaire est étudiée mais le CVAN-66 ne verra jamais le jour et la propulsion classique moins coûteuse est remise au goût du jour. Il faut rappeler qu'à l'époque le pétrole est très bon marché et que la consommation en mazout n'est pas un facteur capital dans la construction d'un pont plat.

Après avoir étudié une version à propulsion conventionnelle de l'Enterprise puis des projets de navires austere (qui étaient moins performants mais aussi coûteux que les grands porte-avions), les américains reprennent le design des deux premiers Kitty Hawk pour le porte-avions du budget 1961.

Baptisé America (CVA-66), il est mis en service en janvier 1965 et constitue donc une version améliorée du Kitty Hawk.

Le débat entre partisans de la propulsion nucléaire et de la propulsion classique fait toujours rage, les avantages de la première en dépit de son coût d'acquisition élevé ayant été mis en évidence au cours de la croisière Sea Orbit du 31 juillet au 3 octobre 1964 par l'Enterprise, le Long Beach et le Bainbridge.


Le USS John F. Kennedy (CV-67), dernier porte-avions conventionnel de la marine américaine

Le budget 1963 finance la construction d'un nouveau porte-avions classique, le dernier de la marine américaine (qui ne le sait pas encore bien entendu). Baptisé John F. Kennedy (CVA-67), il est mis en service en septembre 1968. C'est une version modifiée du Kitty Hawk qui aurait pu être le deuxième porte-avions nucléaire de la marine américaine mais au réacteur A3W on préféra une propulsion conventionnelle.

La construction de ces neuf porte-avions lourds aurait du être suivit d'un dixième mais McNamara annule le porte-avions prévu au budget 1965.

La construction des CVA-59 à 67 entraine le déclassement des Essex qui deviennent majoritairement des porte-avions anti-sous-marins. Ils sont maintenus en service en raison du rayon d'action insuffisant des Neptune qui laisse un gap, un trou au milieu de l'Atlantique.

La guerre du Vietnam sera leur dernier conflit et la mise en service du P-3 Orion entrainera leur désarmement, le USS Hancock (CVA-19)  étant le dernier à quitter le service actif en janvier 1976.


Le USS Hancock (CVA-19), dernier Essex à avoir été désarmé en 1976

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 13:47

La guerre du Vietnam ou la légitimation du porte-avions

Le scepticisme Macnamarien


Robert MacNamara, Secrétaire d'Etat à la défense de 1961 à 1968

Arrivé au Departement de la Défense (DoD) en janvier 1961, Robert MacNamara bouscule les habitudes du Pentagone en tentant d'appliquer à l'armée des méthodes managériales du privé avec un succès limité qu'il s'agisse de la gestion du conflit vietnamien ou du programme TFX comme nous l'avons vu plutôt.

En ce qui concerne le porte-avions, MacNamara est sceptique sur son utilité réelle. Il est également opposé à la propulsion nucléaire et sous son magistère, le porte-avions prévu au budget 1965 est annulé.

Comme jadis avec Louis Johnston, un nouveau conflit extérieur va remettre le porte-avions au goût du jour. Il s'agit de la guerre du Vietnam.

Depuis 1956 et le départ des français, les américains soutiennent le gouvernement du Sud Vietnam installé à Saigon, lui offrant une aide économique (largement détournée) et militaire sous la forme de conseillers chargés d'encadrer l'ARVN à l'efficacité militaire inversement proportionnelle à sa propension au putsch ou à la parade.

En 1960, le Front National de Libération (FNL) relance la guérilla au sud, obligeant les américains à envoyer toujours plus de conseillers, toujours plus d'armes. Le doigt puis la main passe dans un engrenage qui entraine l’Amérique dans une guerre qui la traumatise encore aujourd'hui presque quarante ans après sa fin.

Le 2 août 1964, l'incident du Golfe du Tonkin précipite les Etats-Unis dans la guerre, une guerre qu'elle est persuadée de gagner facilement dans la disproportion des forces est écrasante en sa faveur.

Bien entendu ce n'est pas comme cela que cela va se passer et très rapidement, les américains vont comprendre la difficulté de la tache d'autant que la conduite de la guerre par les politiques à Washington limite les possibilités des militaires sur le terrain de crainte que cela ne provoque une escalade avec les soviétiques et les chinois.


Le USS Coral Sea (CVA-43) au large du Vietnam en 1969 avec un AGI soviétique chargé de prévenir la DCA du Nord-Vietnam

Dans ce conflit, le porte-avions fait à nouveau taire les sceptiques qui doutait de son efficacité et de sa capacité à survivre à des avaries de combat. A tel point que Macnamara après avoir voulu réduire le nombre de porte-avions d'attaque à douze décide de maintenir le nombre à quinze avec néanmoins toujours douze groupes aériens pour tenir compte des indisponibilités pour entretien.

Grâce à sa mobilité, le porte-avions peut se déployer rapidement du Golfe du Tonkin à la mer de Chine Méridionale, passez en quelques heures de Dixie Station à Yankee Station pour mener des raids contre le nord-Vietnam ou appuyer les troupes américaines qui au sud tentaient d'extirper la guérilla viet-cong du delta, de la jungle et des rizières.

Dix-sept porte-avions américains vont se succéder au large des côtes vietnamiennes, onze porte-avions modernes (Midway, Forrestal, Kitty Hawk et Enterprise) et six Essex refondus.


Avec l'Hancock, l'Oriskany détient le record du plus grand nombre de déploiements opérationnels au large du Vietnam

L'Hancock et l'Oriskany réalisent douze déploiements, le Constellation et le Coral Sea onze, le Midway huit, le Ranger sept, le Ticonderoga, le Bonhomme Richard, le Kitty Hawk et l'Enterprise en réalisent six, l'America est le seul à réalisé quatre tour of duty tout comme l'Intrepid est le seul à réaliser trois déploiements.

Les autres porte-avions ne réalisent qu'un seul et unique déploiement qu'il s'agisse du Franklin D. Roosevelt, du Forrestal, de l'Independence, du Shangri-La et du Saratoga.

En fonction des périodes de tension, le nombre de porte-avions en ligne varie de deux à quatre mais il y eut parfois six porte-avions en ligne comme au printemps 1972 quand pour forcer le nord à négocier et repousser l'offensive de printemps, le président Nixon fait déployer le Hancock, le Midway, le Coral Sea, le Saratoga, le Kitty Hawk et le Constellation.

Le principal reproche fait aux porte-avions par ses détracteurs c'est sa vulnérabilité aux avaries de combat. La guerre du Vietnam ne voit aucun porte-avions touché par l'ennemi mais trois accidents graves montre que les porte-avions sont plus robustes qu'on pourrait le penser.

Le 26 octobre 1966, 650 fusées d'exercice explosent à bord de l'Oriskany incendiant six appareils et tuant quarante-quatre hommes.


Le Forrestal en plein incendie qui interrompit de manière précoce son seul déploiement au Vietnam

Neuf mois plus tard, le 29 juillet 1967, le Forrestal était en opérations depuis quatre jours quand une roquette Zuni s'auto-alluma et explosa contre un réservoir externe d'un autre appareil provoquant une explosion qui provoqua un incendie de plusieurs avions, tuant 134 marins, blessant 161 et détruisant 21 appareils,les dégâts ayant coûté à la Navy 72 millions de dollars.

Après plusieurs heures de lutte contre l'Incendie rendue difficile par la mort de la quasi-totalité des pompiers et du manque de formation des autres marins (certains épandaient de la mousse et d'autre de l'eau qui la faisait disparaître faisant ainsi repartir l'incendie, marins apprenant sur le tas le fonctionnement des équipements), le Forrestal peut une semaine plus tard rallier Norfolk pour y être reconstruit, reprenant son service actif au printemps 1968 après plus de sept mois de réparations.

Le 14 janvier 1969, c'est au tour de l'Enterprise d'être à nouveau victime d'une roquette Zuni qui détruit quinze appareils, tue vingt-sept hommes et en blesse trois cent quarante-quatre.

Alors que le conflit ne cesse de prendre de l'ampleur, se pose la question des futurs porte-avions et même en ces temps de pétrole bon marché, la consommation faramineuse de pétrole par les porte-avions de la TF-77 interpelle.

Aussi on se penche à nouveau sur la propulsion nucléaire......... .

Un porte-avions nucléaire ?

La mise au point des premières armes atomiques se fait en parallèle avec la mise au point des premiers réacteurs nucléaires destinés en premier lieu aux sous marins. Cependant dès 1946 soit sept ans après les premières esquisses, on envisage la construction de porte-avions à propulsion nucléaire.

Ce mode de propulsion outre une autonomie illimitée supprimait les conduits de cheminée qui empoisonne les architectes lors de l'aménagement du navire et les pilotes avec des panaches de fumée qui peut rendre l'appontage particulièrement délicat.

L'idée d'une propulsion nucléaire est avancée dès le projet de l'United States mais ne commence réellement à se concrétiser que le 1er août 1950 quand l'amiral Forrest Sherman demande l'étude de faisabilité d'une réacteur destiné au porte-avions.

Le capitaine Herman G. Rickover pense pouvoir dévelloper un prototype à terre pour 1953 et une version embarquée deux ans plus tard pour un coût de 150 millions de dollars soit le prix d'un porte-avions à propulsion conventionnel.

Ce coût provoque l'abandon d'un projet de petit porte-avions atomique, les recherches reprennant en août 1954 pour un projet de porte-avions nucléaire dérivé du Forrestal. Le réacteur ainsi obtenu, l'A2W de Westinghouse dévellope une puissance unitaire de 35000ch.

Parallèlement le projet de porte-avions avance. Les spécifications du projet SCB 160 sont validées en février 1954  : longueur 329m largeur à la flottaison 39m tirant d'eau 10.9m quatre catapultes à  combustion interne C14 et quatre ascenseurs, huit réacteurs A2W et quatre lignes d'arbre. Devant l'explosion des coûts, on renoncera au final à l'embarquement de quatre systèmes Terrier.

Comme nous l'avons vu plus haut, il était prévu à l'origine cinq porte-avions identique à l'Enterprise mais devant la dérive des coûts, leur construction fût abandonné avant même la mise sur cale.

1968 alors que l'Enterprise est en service depuis sept ans, la guerre du Vietnam atteint son apogée avec notamment l'offensive du Têt. La consommation de carburant est absolument faramineuse ce qui pousse les américains à relancer les études d'un porte-avions nucléaire.

Le coût à l'achat est plus élevé mais à l'usage, on l'espère plus rentable puisqu'il n'y aura pas les millions de litres de mazout pour la propulsion, libérant ainsi de l'espace pour le carburant aviation ce qui permet d'augmenter le nombre de sorties du groupe aérien.

Les nouveaux porte-avions nucléaires sont des versions améliorées de l'Enterprise. Plus petits, ils ne sont propulsés que par deux réacteurs nucléaires au lieu de huit ayant pour autant la même puissance propulsive.


Schéma de la classe Nimitz

Le premier d'entre-eux, le CVAN-68 est financé à l'année fiscale 1966-67 (1er juillet 1966 au 30 juin 1967) et baptisé Nimitz en référence au chef de la marine américaine, artisan majeur de la victoire des américains durant le second conflit mondial.

Le second, le CVAN-69 est financé à l'année fiscale 1969-70 (1er juillet 1969 au 30 juin 1970) et baptisé Eisenhower en référence au commandant en chef des troupes alliées en Europe qui fût également président des Etats-Unis.

Le troisième, le CVAN-70 est financé à l'année fiscale 1973-74 (1er juillet 173 au 30 juin 1974) et baptisé Carl Vinson en référence un sénateur qui contribua grandement à ce que la marine américaine entre bien préparée dans le second conflit mondial avec notamment les Vinson-Trammell Act.

La désignation CVAN (Carrier Vessel Attack Nuclear) ne sera porté que pour fort peu de temps et uniquement par le Nimitz car le 30 juin 1975, la spécialisation des porte-avions disparaît, tous devenant des CV ou des CVN.

Alors que les Essex sont peu à peu désarmés (il n'en restait à l'époque que deux en service, les Hancock et Oriskany) et en attendant la construction espérée par certains (et redoutée par d'autres) de porte-aéronefs (les Sea Control Ship SCS), tous les porte-avions doivent être capables de mener des missions anti-sous-marines. Les anciens CVA perdent une partie de leur potentiel d'attaque pour faire de la place à des avions Viking et des hélicoptères Sea King de lutte anti-sous-marine.  


Schéma du Sea Control Ship dont la seule réalisation sera espagnole avec le Principe de Asturias

Après le financement des trois premiers Nimitz, on pourrait s'attendre à ce que leurs successeurs le soit facilement. Erreur, grossière erreur, le débat est à nouveau relancé.

Sous l'impulsion d'Elmo Zumwalt, Chief of Naval Operation de 1970 à 1974, les partisans des petits porte-avions relèvent la tête.

Le plus jeune chef de l'histoire de la marine américaine s'inquiète du déclin numérique de l'US Navy  face à l'expansion de la marine soviétique qui après avoir fait une confiance aveugle au sous-marin multiplie la mise sur cale de frégates, de destroyers et de croiseurs.

L'amiral Zumwalt estime que face à ce déséquilibre numérique, il faut repenser totalement la stratégie navale américaine. Il craint qu'une nouvelle bataille de l'Atlantique ne soit menée entre les convois amenant les renforts américains et canadiens en Europe et les loups gris, les sous-marins de l'amiral Gorshkov.

Pour assurer la protection des convois, il faut des navires en nombre, il faut privilégier la quantité sur la qualité. Il faut donc dans tous les domaines des navires plus simples, plus faciles et plus rapides à construire. L'exemple le plus connu étant les lourds et coûteux destroyers de classe Spruance et les frégates «économiques» type FFG-7 ou classe Oliver Hazard Perry.

Le 21 septembre 1972, le secrétaite à la défense Melvin Laird présente deux projets de porte-aéronefs, le Sea Control Ship  coûtant 100 millions de dollars et le CVV, un porte-avions de 50000 tonnes coûtant 550 millions de dollars soit beaucoup moins qu'un Nimitz.


Vue d'artiste du CVV, un porte-avions de 50000 tonnes

La mission des SCS/VSS était la protection des convois contre les sous marins avec les hélicoptères, contre les bombardiers à l'aide des Harrier. Il devait aussi assurer la maintenance des hélicoptères des frégates classe Oliver Hazard Perry. Ils doivent mener les convois jusqu'à la zone d'opérations des grands porte-avions déployés en mer du Nord et dans le Golfe de Gascogne.

Plusieurs variantes sont étudiées pour un tonnage de 8400 à 21480 tonnes, le modèle retenu étant un navire de 13736 tonnes. Pour valider ce concept, le porte-hélicoptère USS Guam est transformé en SCS avec Harrier et Sea King en janvier 1972, jouant ce rôle jusqu'en avril 1974.

Le lobby nucléaire fait rejeter le projet de construire huit navires de ce type tout comme son successeur le VSS plus gros (22490 à 29130 tonnes) avec 22 hélicoptères (12 pour le SCS) et 4 Harrier (4 pour le SCS) et une vitesse plus importante (29 noeuds contre 26). les projets de porte-aéronefs et de porte-avions économiques sont enterrés en 1978 après le départ de l'amiral Holloway, CNO qui avait succédé à Zumwalt en 1974.

En 1976, Jimmy Carter est élu président des Etats-Unis contre Gerald Ford. Il souhaite tourner le dos à la politique étrangère qui à conduit au désastre du Vietnam. Comme on dit, Washington avait la gueule de bois.

Le porte-avions lourd symbolisant l'impérialisme américain, Carter ne les apprécient guère, préférant des navires plus petits, moins coûteux, moins visibles en quelque sorte.

Suite à la construction des trois premiers Nimitz, le président Carter souhaite construire des porte-avions de 50000 tonnes à propulsion conventionnelle.

En 1976, le Congrès avait voté la construction d'un quatrième porte-avions de classe Nimitz mais Gerald Ford avait opposé son véto au budget le finançant.

L'administration Carter impose à nouveau son véto en 1978 suite à une nouvelle tentative de financement du Congrès pour un nouveau Nimitz.

C'est l'arrivée au pouvoir du président Reagan qui débloque la situation en faveur des partisans des «gros». Le Théodore Roosevelt _version améliorée des Nimitz notamment au niveau de la protection ce qui réduit de 20% son stock de munition_ est financé à l'année fiscale 1979-80 (1er octobre 1979 au 30 septembre 1980) sous la présidence Carter mais en raison peut être de considérations électorales, le président démocrate n'appose pas son véto.

L'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan marque le retour des Etats-Unis sur la scène internationale et la Maritime Strategy de 1982 officialise l'abandon d'une stratégie défensive au profit d'une stratégie nettement plus offensive.

Le porte-avions étant le meilleur outil pour porter le fer où on le souhaite, leur nombre dans la «600 ship navy» est porté de douze à quinze ce qui impose la commande de deux nouveaux Nimitz, la prolongation du Midway et du Coral Sea pendant une dizaine d'année ainsi que la refonte du Kennedy et du Kitty Hawk.

L'année fiscale 1982-83 (1er octobre 1982 au 30 septembre 1983) finance non pas un mais deux Nimitz, le CVN-72 étant baptisé Abraham Lincoln et le CVN-73 étant baptisé George Washington.

Cinq ans plus tard, l'année fiscale 1987-88 (1er octobre 1987 au 30 septembre 1988) finance à nouveau deux porte-avions de classe Nimitz, le CVN-74 étant baptisé John C. Stennis _un sénateur père de la Navy moderne_ et le CVN-75 est baptisé United States avant de recevoir un nom plus présidentiel en l'occurence, Harry S. Truman. Ces deux porte-avions doivent remplacer le Midway et le Coral Sea.

L'année fiscale 1994-95 (1er octobre 1994 au 30 septembre 1995) finance un neuvième Nimitz, le CVN-76 étant baptisé Ronald Reagan, un homme encore vivant à l'époque ce qui peut étonner en France mais pas outre-Atlantique.

L'année fiscale 2000-01 (1er octobre 2000 au 30 septembre 2001) finance la construction d'un dixième et dernier Nimitz. Le CVN-77 baptisé George H. W. Bush, 41ème président des Etats-Unis de 1988 à 1992 et qui fût en 1943 le plus jeune pilote de l'aéronavale à l'âge de dix-huit ans.

Cette unité est cependant le maillon faisant la transition avec une nouvelle classe de porte-avions, la classe Gerald R. Ford.

Le CVN-77 qui à remplacé Kitty Hawk dispose par rapport aux Théodore Roosevelt d'un nouveau système de direction de combat, un bulbe d'étrave, une mâture et un ilôt qui peut recevoir des radars à face planes. De plus, il pourra recevoir à mi-vie de nouveaux brins d'arrêts plus performants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 14:18

LE USS NIMITZ (CVN-68)

Le Nimitz à la mer avec des Tomcat, des Corsair II et des Viking sur le pont d'envol


Présentation


13 mai 1972 : le Nimitz en achèvement à flot

-Le Nimitz (CVN-68) est mis sur cale aux chantiers navals Newport News ShipBuilding & DryDock Company le 22 juin 1968 lancé le 13 mai 1972 avec pour marraine, Christine Nimitz-Lay, la fille de l'amiral décédé en 1966 et mis en service le 3 mai 1975 à Norfolk en présence du président Gerald Ford.

A noter que le deuxième porte-avions nucléaire de la marine américaine est mis en service comme CVAN-68 mais pour à peine plus d'un mois puisque le 30 juin 1975, il est reclassé CVN, la spécialisation entre porte-avions d'attaque et porte-avions anti-sous-marins disparaissant avec le retrait du service des Essex.



Le CVN-68 rend hommage au Fleet Admiral  Chester W. Nimitz (Fredericksburg, Texas 24 février 1885 Yerba Buena Island 20 février 1966).

Né au Texas de parents d'origine allemande, le jeune Chester ne connait pas son père mort avant sa naissance. La présence masculine la plus marquante est celle de son grand père, un ancien de la marine marchande allemande.

Néanmoins, dans un premier temps, il espéra rentrer à West Point mais il n'y avait pas de place et Chester Nimitz se replia sur l'Académie Navale d'Annapolis. Entré en 1901, il en sort en 1905 7ème  sur 114.

Il suit une carrière régulière sans éclat ni véritable erreur (même si il reçut une lettre de réprimande en 1908 après avoir échoué son destroyer aux Philippines).

En septembre 1938, il prend le commandement de la 1ère division de cuirassés de la Battle Force puis le 15 juin 1939 devient le chef du Bureau de Navigation.

L'entrée en guerre des Etats-Unis le 7 décembre 1941 accélère la carrière de Chester Nimitz qui le 17 décembre, devient commandant en chef de la flotte du Pacifique (Commander in Chief Pacific Fleet CINCPACFLT) avec le rand d'Amiral effectif le 31 décembre.

Il choisit comme navire-amiral le sous-marin USS Grayling en raison de l'absence de cuirassé, tous les navires de ce type ayant été coulés ou gravement endommagés. Son état-major est cependant installé à terre. A partir de mars 1942, il chapeaute toutes les forces alliées dans la région à une époque où la machine de guerre japonaise semble irrésistible.

Après avoir contenu la progression japonaise, il lui porte un coup fatal à Midway, cette deuxième bataille au delà de l'horizon qui marque l'arrêt définitif de l'expansion japonaise.

C'est le début d'une lente et méthodique reconquête, reconquête qui aboutit le 14 décembre 1944 à une promotion au grade d'Amiral de la flotte de la marine américaine (Fleet Admiral of the United States Navy) effective le 19 décembre 1944.

En janvier 1945, il quitte Pearl Harbor pour Guam pour se rapprocher des opérations et le 2 septembre 1945, il signe la capitulation japonaise en baie de Tokyo à bord du cuirassé Missouri. Un «Nimitz Day» est institué le 5 octobre 1945.


Le 26 novembre 1945, sa nomination comme Chef des Opérations Navales est approuvée par le Sénat, l'amiral Nimitz remplaçant l'amiral King.

Il ne resta que deux ans mais ces deux années eurent un impact majeur sur l'avenir de la marine américaine puisqu'il appuya le capitaine Ricokver, le père du Nautilus, premier sous-marin nucléaire au monde. Ces deux années furent chargées car le nouveau CNO du réduire une marine du temps de guerre à une marine du temps de paix.

Au procès de Nuremberg, il témoigna en faveur du Grand Amiral Karl Dönitz en rappelant que lui aussi avait pratiqué la guerre sous-marine à outrance. Cela explique peut être pourquoi Dönitz n'à été condamné qu'à dix ans de prison.

Le 15 décembre 1947, il est remplacé au poste du CNO par l'amiral Louis Denfeld. Il n'occupera plus aucun poste mais ne partit pas à la retraite.

Marié et père de quatre enfants, l'amiral Nimitz est décédé en 1966 à 80 ans, étant enterré au Golden Gate National Cemetery à San Francisco. Le CVN-68 est le premier navire de la marine américaine à rendre hommage à ce grand amiral.

Sa fille ainée Catherine à été bibliothécaire, son fils Chester William Jr devint lui aussi marin dans l'US Navy. Sous-marinier, il quitta le service actif en 1957 avec le grand de contre-amiral. Sa fille cadette devint une experte de l'économie soviétique alors que sa dernière fille, Mary devint religieuse.

Carrière opérationelle

Deux photos du Nimitz lors de ses essais et de sa mise en condition opérationnelle


Basé à Norfolk sur la côte est, le Nimitz commence réellement sa carrière opérationelle en 1976 par un premier déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte.


Le USS Nimitz (CVN-68) entre 1975 et 1977

Avec le Carrier Vessel Wing (CVW-8), il appareille en compagnie des croiseurs lance-missiles South Carolina et California le 7 juillet 1976, relevant le Saratoga et cohabitant avec l'America.

Il est relevé en janvier 1977 par le John F. Kennedy _dernier porte-avions conventionnel construit pour la marine américaine_ et rentre à Norfolk le 7 février 1977.


Le USS Nimitz (CVN-68) photographié au cours de son deuxième déploiement en Méditerranée

Il est de nouveau déployé en Méditerranée en fin d'année. Il appareille de Norfolk le 1er décembre 1977 pour y relevant le Saratoga. Comme le précédent déploiement, ce deuxième déploiement au sein de la 6ème flotte est sans événement saillant. Relevé par le John F. Kennedy, il rentre à Norfolk le 20 juillet 1978.


A Norfolk, le USS Nimitz (CVN-68) cohabite avec le HMS Ark Royal


Avant un nouveau déploiement en Méditerranée, il participe au tournage de The Final Countdown plus connu sous le nom de Nimitz, retour vers l'enfer qui voit le CVN-68 propulsé à travers un orage magnétique le 6 décembre 1941 à la veille de Pearl Harbor avec la sempiternelle question : faut-il intervenir et réécrire l'histoire ?

Le troisième déploiement en Méditerranée va sortir le Nimitz de sa routine. Appareillant de Norfolk le 10 septembre 1979, il relève l'America et entame un déploiement composé d'exercices et d'escales.

Le 4 novembre 1979 après plusieurs mois de tension, des «manifestants» forcent les grilles de l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran prenant en otage 52 personnes. A l'annonce de cette prise d'otage, les moyens américains dans l'Océan Indien sont renforcés.

Le Nimitz accompagné de ses escorteurs Texas et California entre dans l'Océan Indien le 16 janvier 1980, retrouvant les groupes de combat du Midway et du Kitty Hawk.

Après plusieurs mois de négociation, le président Carter se résout à tenter une libération par la force des otages.

Les difficultés sont innombrables qu'il s'agisse de l'infiltration ou de la récupération, le tout sous le menace d'interception des Tomcat iraniens.

Le plan est d'une extraordinaire complexité avec l'utilisation d'hélicoptères RH-53D venus du Nimitz, ravitaillés au sol par des MC-130E qui transportèrent depuis Masirah (Oman), des hommes de la Delta Force et des Rangers.

Les hélicoptères doivent déposer les hommes de la Delta Force dans la banlieue de Téhéran où des camions fournis par la CIA doivent les amener à pied d’œuvre à proximité de l'ambassade. Les otages libérés doivent être ramenés à un terrain situé au sud-ouest de Téhéran où les hélicoptères sont détruits, les hommes de la Delta Force et les diplomates embarquant à bord d'un C-141.

Cette opération complexe est déclenchée le 24 avril 1980 mais Eagle Claw (Serres d'Aigle) se soldera par un échec cuisant lié à une planification complexe et des pilotes mal entrainés pour cette mission.

Les otages seront finalement libérés le 20 janvier 1981 après l'élection de Reagan mais elle sera riche d'enseignement pour les américains notamment avec la création du 160th Special Operations Aviation Regiment (160th SOAR).

Quand au Nimitz, il est de retour à Norfolk le 26 mai 1980 après avoir passé 144 jours à la mer. Le déploiement est marqué par un accident le 26 mai 1981 quand un Prowler s'écrase sur le pont d'envol tuant 14 marins et en blessant 45, détruisant au passage onze appareils.

Cet accident causé par un manque de carburant de l'appareil entraina une vaste enquête auprès du personnel de pont dont une partie fût contrôlée positive à la marijuana. En dépit du fait que l'influence de la drogue dans l'accident n'à pas été clairement prouvée, le président Reagan ordonna une politique de tolérance zéro dans ce domaine.

Le quatrième déploiement du Nimitz dans la Mare Nostrum commence quand le CVN-68 appareille de Norfolk le 3 août 1981. Il remplace le Forrestal et va cohabiter avec l'America.


Le Nimitz en mer en 1982

Le 24 décembre 1951, la Libye était devenue indépendante et jusqu'au coup d'état du colonel Khadafi le 1er septembre 1969, la Libye avait été pro-occidentale, les britanniques et les américains ayant notamment installé des avions sur la base aérienne de Wheelus à Mellaha près de Tripoli. Cette base aérienne est évacuée le 11 septembre 1970. Il faut préciser que l'évacuation avait été décidé avant même le coup d'état.

La Libye ne tarde pas à mener une politique anti-occidentale et pro-arabe. Pendant longtemps, les américains se contentent de protestations diplomatiques mais l'arrivée de Reagan au pouvoir à Washington pousse les américains à muscler leurs attitude.

La principale pierre d'achoppement c'est le Golfe de Syrte. Les américains ne reconnaissent la souveraineté lybienne que sur 12 miles comme l'impose le droit international alors que les libyens reconnaissent leur souveraineté jusqu'au parallèle 32'30.

Pour faire respecter la liberté de navigation, les américains montent une opération de démonstration de force. Baptisée OOMEX (Open Ocean Missile Exercice), il voit l'engagement à partir du 18 août de la 6ème flotte sous le commandement du vice-amiral Rowden dont le cœur de puissance est composée des groupes de combat du Nimitz et du Forrestal.

Les lybiens se contentent le premier jour de se montrer mais le lendemain, se montrent nettement plus agressif poussant les américains à réagir. Une patrouille de deux F-14 Tomcat de la VF-41 Black Aces est engagée par deux Su-22 lybiens. Les deux appareils lybiens sont abattus par des Sidewinder sans pertes pour les américains bien que les lybiens revendiquent la destruction d'un Tomcat. Le Nimitz est de retour à Norfolk le 12 février 1982.

Le USS Nimitz (CVN-68) quitte Norfolk le 10 novembre 1982 pour son cinquième déploiement en Méditerranée après une incursion dans les Caraïbes pour entraînement. Il relève l'America (qui lui même allait relever le Forrestal quelques semaines plus tard). Il est déployé à nouveau devant la Libye, effectuant une démonstration de force au large de la Libye pour gêner l'action de Tripoli au Soudan. Le CVN-68 est de retour à Norfolk le 20 mai 1983 après avoir été relevé par le Dwight D. Eisenhower.


Le Nimitz à Palma de Majorque à l'été 1985

Le sixième déploiement du Nimitz en Méditerranée à lieu du 8 mars au 4 octobre 1985 avec toujours le même groupe aérien embarqué à savoir le CVW-8. Le 14 juin 1985, deux pirates de l'air libanais détournent le vol TWA vol 847 qui transportait 153 passagers et membres d'équipage dont des américains. Le Nimitz se déploie au large du Liban jusqu'en août 1985, prêt à intervenir mais contrairement aux avions du Saratoga avec les pirates de l'air de l'Achille Lauro, les Tomcat du CVW-8 n'interviendront pas.


Norfolk octobre 1985 : le Nimitz en compagnie de son sister-ship Dwight D. Eisenhower, de l'America et du John F. Kennedy


Le Nimitz et un B-52

Le septième et dernier déploiement du Nimitz au sein de la 6ème flotte à lieu du 30 décembre 1986 au mois de mars 1987. Après quatre mois où le porte-avions multiplia les escales dans les ports de la Mare Nostrum, le CVN-68 retrouva l'Atlantique pour rejoindre son nouveau port d'attache en l'occurence Bremerton dans l'Etat de Washington où il arrive le 2 juillet 1987 après une escale à Rio de Janeiro, la traversée du cap Horn et une escale à San Diego pour débarquer son groupe aérien.  

Avec ce changement de port d'attache, le Nimitz change également de groupe aérien, le Carrier Vessel Wing Nine (CVW-9) embarquant désormais à bord du CVN-68.

C'est avec ce groupe aérien que le Nimitz participe à la sécurisation des jeux olympiques de Séoul (opération Olympic Presence) avant d'enchainer par l'opération Earnest Will, la protection de pétroliers koweitiens placés sous pavillon américain.

Le 30 novembre 1988, un canon de 20mm Phalanx ouvre le feu accidentellement, détruisant un KA-6D Intruder (version ravitaillement en vol du bombardier), endommage six autres avions et tue deux marins. Le Nimitz rentre à Bremerton le 2 mars 1989.

A la différence de ses sister-ship Dwight D. Eisenhower et Théodore Roosevelt, le Nimitz ne va pas participer à la guerre de Golfe. Quand le cessez-le-feu entre en vigueur le 28 février, le Nimitz avait quitté Bremerton depuis trois jours, il était donc toujours dans le Pacifique, bien loin du Moyen Orient.

Au 7 mars, l'US Navy déployait dans la région six porte-avions soit les Saratoga John F. Kennedy Théodore Roosevelt Midway Ranger et America. Le Nimitz va relever le Ranger pour gérer les suites de Tempête du Désert, rentrant à Bremerton le 24 août 1991.


Du 1er février au 19 août 1993, le Nimitz et son groupe de combat est à nouveau déployé au Moyen-Orient pour participer à Southern Watch, une opération de police du ciel destiné à faire respecter les zones d'exclusion aérienne (no-fly zone) imposées à l'Irak pour protéger les chiites au sud et les kurdes au nord.

L'implosion de l'URSS qui à suivit la chute du rideau de fer entraine la fin de la guerre froide. Les Etats-Unis étant la seule superpuissance, les budgets généreux de la guerre froide sont à ranger au rayon des souvenirs.

L'US Navy n'échappe pas à la règle et le nombre de porte-avions passe de quinze le 1er octobre 1989 à treize en 1993 et douze en 1995 avec seulement dix groupes aériens plus un de réserve.

La même année les deux flottes (Atlantique et Pacifique) sont réorganisées autour des groupes de combat de porte-avions, le Nimitz étant l'élément central du Carrier Group Seven avec toujours à bord le Carrier Vessel Wing 9, le Carrier Groupe Seven intégrant le Cruiser-Destroyer Group Three en compagnie des groupes de combat du Carl Vinson, de l'Abraham Lincoln et de l'Independence.

Du 27 novembre 1995 au 20 mai 1996, le Nimitz et son groupe de combat sont déployés dans le Pacifique occidental, dans l'Océan Indien et dans le Golfe Persique, participant notamment à l'opération Southern Watch mais également dans le détroit de Taïwan pour dissuader la Chine de toute mesure hostile vis à vis de Taïwan considérée par Pekin comme une province rebelle.


Le USS Nimitz dans le Golfe Persique le 12 octobre 1997

Du 1er septembre 1997 au 2 mars 1998, le Nimitz effectue un nouveau déploiement opérationel notamment dans le Golfe Persique dans le cadre d'Operation Southern Watch, effectuant plusieurs raids de représailles contre la DCA irakienne parfois un peu trop remuante.

Arrivé à Newport News le 2 mars 1998, le porte-avions va y resté immobilisé jusqu'au 25 juin 2001 pour une opération RCOH (Refueling and Complex Overhaul). Outre un rechargement du cœur du réacteur, l'électronique est modernisée tout comme l'armement, deux lanceurs RAM remplaçant deux Phalanx.

Le 11 septembre 2001 après des essais en baie de Chesapeake, le Nimitz quitte la côte est pour retourner sur la côte ouest via le Cap Horn, les Nimitz ne pouvant passer par le canal de Panama.


Le USS Nimitz (CVN-68) naviguant de concert avec le USS John Paul Jones (DDG-53)

Il arrive à son nouveau port d'attache, San Diego et plus précisément la Naval Air Station de North Island située sur la péninsule de Coronado le 13 novembre 2001. A noter que durant ce transit, le Carrier Vessel Wing Reserve 20 (CVWR-20) est embarqué pour permettre aux réservistes de maintenir leur niveau opérationnel. De janvier à mai 2002, il passa quatre mois à quai pour des travaux complémentaires.


Le Nimitz en mer d'Arabie le 7 avril 2003

Cinq ans après son dernier déploiement opérationnel, le Nimitz appareilla de North Island le 3 mars 2003 avec le CVW-11 direction le Golfe Persique où il arriva à la mi-avril, relevant l'Abraham Lincoln pour appuyer les troupes américaines engagées dans Operation Iraqi Freedom (OIF), le nom de code de la deuxième guerre du Golfe. Il assura également l'appui des forces engagées dans les suites d'Enduring Freedom en Afghanistan. Il est de retour à North Island le 5 novembre 2003.


Décembre 2004 : le Nimitz à l'entraînement


Le Nimitz toujours avec le Carrier Vessel Wing Eleven effectue un nouveau déploiement opérationel dans le Golfe Persique du 7 mai au 8 novembre 2005. Le treizième déploiement opérationel du Nimitz à lieu d'avril à septembre 2007 dans l'Océan Indien (manœuvres avec la marine indienne) et dans le Golfe Persique.


Le USS Nimitz (CVN-68) et le USNS Bridge le 11 février 2006

De décembre 2007 à juin 2008, le Nimitz effectue un nouveau déploiement en Extrême Orient, étant survolé à plusieurs reprises par des Tu-95 Bear russes comme au bon vieux temps de la guerre froide. Un nouveau déploiement opérationel à lieu de juillet 2009 à février 2010, participant à Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan.


Le Nimitz rentrant à San Diego le 30 septembre 2007


Le Nimitz à San Diego le 14 mars 2009

Le 9 décembre 2010, l'US Navy annonce que le Nimitz allait être redéployé à Everett dans l'Etat de Washington. Ce redéploiement n'est effectif que le 9 mars 2012 quand le CVN-68 arrive après une semaine d'essais à la mer après carénage d'un an à Bremerton. Il remplace l'Abraham Lincoln qui devait subir une refonte RCOH.


Le Nimitz à la mer en mars 2010

Depuis le 1er décembre 2012 et le désarmement de l'Enterprise, le Nimitz est le plus ancien porte-avions américain en service avec 37 années de service.  

Sa durée de vie est fixée à cinquante ans et devrait donc être remplacé dans une dizaine d'année par un porte-avions de classe Gerald R. Ford en l'occurence le CVN-79 baptisé John F. Kennedy.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NIALA
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 15235
Age : 73
Ville : MENTON
Emploi : RETRAITE
Date d'inscription : 12/07/2012

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 14:44

Bel article, bravo

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 14:49

LE USS DWIGHT D. EISENHOWER (CVN-69)

Présentation

Le USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69) à Naples en juillet 1979

-Le USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69) est mis sur cale aux chantiers navals Newport News ShipBuilding & Drydock de Newport News (Virginie) le 15 août 1970, lancé le 11 octobre 1975 en présence de la veuve d'Eisenhower marraine du bâtiment et mis en service le 18 octobre 1977.


Le deuxième porte-avions de classe Nimitz rend hommage à Dwight D. Eisenhower (Denison Texas 14 octobre 1890, Walter Reed Army Hospital Washington D.C 28 mars 1969).

Texan comme l'amiral Nimitz, David Dwight Eisenhower (sa mère échangea ces deux noms pour éviter la confusion avec d'autres membres de sa famille prénommés David) est né lui aussi dans une famille d'ascendance allemande de Karlshruhe, migrant en Suisse au 17ème siècle suite aux persécutions religieuses avant de franchir l'Atlantique un siècle plus tard.

Troisième d'une fratrie de sept garçons, le jeune Dwight songea à entrer à l'Académie Navale d'Annapolis mais étant trop jeune, il se rabattit sur West Point, suivant le chemin inverse à Chester Nimitz.

Sorti du «Saint Cyr américain» en 1915, il appartient à une promotion formidable, la promotion où les étoiles sont tombées (the class the stars fells on) puisque 59 d'entre-eux sont devenus généraux, promotion où se trouvait Eisenhower mais également le «Général G.I» Omar Bradley.

En 1917, il épouse Mamie Geneva Doud. Le couple eut deux fils, un prénommé Doud Dwight mort à l'âge de trois ans et un second prénommé John né en 1922.

Il sort de West-Point le 6 juin......1944 et va terminer sa carrière comme brigadier général. Son fils David épousa Julie Nixon, la fille de Richard.

En dépit de ses demandes, Dwight Eisenhower ne servit pas aux Philippines et resta durant le premier conflit mondial aux Etats-Unis. Lieutenant Colonel à titre provisoire, il redevient capitaine à la fin de l'Armistice puis major, grade il va occuper pendant près de seize ans. De 1935 à 1939, Il est l'assistant de Douglas MacArthur aux Phillipines.

De retour aux Etats-Unis en 1939, il occupe différentes fonction à Washington, devenant en juin 1941 chef d'état-major de la 3ème armée au Texas, devenant brigadier général le 3 octobre 1941 alors que les Etats-Unis ne sont toujours pas entrés en guerre.

Quand les Etats-Unis entrent enfin en guerre, Eisenhower occupe des postes clés à Washington puisqu'il est chargé de mettre au point les plans destinés à défaire le Japon et l'Allemagne.

En juin 1942, il devient commandant en chef des troupes américaines en Europe, commandement auquel s'ajoute celui des forces alliées engagées en Afrique du Nord dans le cadre de l'opération Torch.

En décembre 1943 alors que le général Marshall était pressenti, c'est le général Eisenhower qui est choisit comme commandant suprême des forces alliées destinées à reconquérir l'Europe. Celui qui il y à deux ans n'était qu'un général inconnu va devoir commander plusieurs millions d'hommes et gérer les égos de Patton et de Montgomery sans oublier les questions diplomatiques.

Après avoir occupé ce poste jusqu'en mai 1945 et la capitulation allemande, «Ike» devient gouverneur militaire de la zone d'occupation américaine et installe son QG à Francfort sur le Main dans le sud du pays.

En novembre 1945, il succède au général Marshall comme chef d'état-major général de l'armée, devant participer au long processus de démobilisation. Il quitte ce poste en 1948 et après avoir décliné la proposition de Truman de devenir son vice-président, il prit la tête de l'université de Columbia dans l'Etat de New-York.

De décembre 1950 à mai 1952, il prend le commandement des troupes de l'OTAN. C'est son dernier poste militaire, le general of the armies Eisenhower prenant sa retraite le 31 mai 1952 après 37 ans de service et reprit son rôle de président de l'université de Columbia.

Quatre ans après une première possibilité, Eisenhower accepta de se porter candidat à la présidence des Etats-Unis en 1952 mais au grand dam de Truman, il choisit de porter les couleurs républicaines, les républicains espérant réoccuper la maison blanche après vingt ans de domination démocrate.

Il batit Robert Taft lors des primaires républicaines et pour apaiser les craintes de l'aile droite du parti républicain, choisit comme vice-président Richard Nixon. Affrontant le candidat démocrate Adlai Stevenson, il l'emporta facilement avec 442 grands électeurs contre 81.

Réelu en 1956 contre ce même Stevenson avec une marge encore supérieure (457 grands électeurs sur 531 et 56.7 % du vote populaire), il mena une politique extérieure de détente avec les russes en dépit de signaux négatifs venus de Moscou (tout en laissant la bride sur le cou à la CIA). Il initia la théorie des dominos qui allait conduire les Etats-Unis dans la sanglante guerre du Vietnam.

Ne pouvant se présenter à nouveau en 1960 suite au 22ème amendement de 1951, il fût le premier président sortant à bénéficier d'une pension à vie, d'un staff et d'une protection du Secret Service. Le  plus vieux président en exercice (70 ans) céda la place à John F. Kennedy le plus jeune (43 ans) et premier catholique à occuper une telle fonction.

Retiré de la vie politique mais pas de la vie publique, Dwight Eisenhower meurt au Walter Reed Army Hospital de Washington le 28 mars 1969.

Le CVN-69 est le premier navire de l'US-Navy à lui rendre hommage et le troisième à porter le nom d'un président.

Carrière opérationelle

Le Dwight D. Eisenhower en achèvement à flot et ci-dessous au cours de ses essais


A sa mise en service, le Dwight D. Eisenhower remplace au sein de la marine américaine, le USS Franklin D. Roosevelt (CV-42), le deuxième Midway qui ne connu pas la même carrière que ses deux compères en raison d'une refonte moins profonde et d'une usure telle qu'il fût envoyé à la démolition dès son désarmement (à moins que ce ne soit la crainte de voir supprimer le 4ème Nimitz en sa présence).


Le Dwight D. Eisenhower à la mer à la fin des années soixante-dix

Après une année supplémentaire à s'entrainer, le nouveau porte-avions et son groupe aérien le CVW-7 quitte Norfolk le 16 janvier 1979 pour un premier déploiement opérationel en Méditerranée, relevant le John F. Kennedy. Ce déploiement se passa sans histoires et sans événements saillants, le porte-avions et son groupe de combat rentrant à Norfolk le 13 juillet 1979.


Dans les Caraïbes en 1978, le CVN-69 navigue en compagnie du croiseur lance-missiles California (CGN-36)

Son deuxième déploiement fût nettement plus mouvementé puisqu'il releva le Nimitz dans l'Ocean Indien, trois jours après l'échec d'Eagle Claw, restant plus de sept mois à la mer.

Du 5 janvier au 13 juillet 1982, le CVN-69 effectue son deuxième déploiement au sein de la 6ème flotte en Méditerranée, relevant son sister-ship Nimitz. Le 2 avril, un avion de ravitaillement C-2 se crashe dans la baie de la Sude en Crète, les onze passagers étant tués.


Le CVN-69 à la mer

Le 24 juin, il couvre l'évacuation des diplomates américains de Beyrouth alors que le pays du Cèdre semble ne jamais devoir se sortir d'une terrible guerre civile devenue rapidement guerre régionale avec les interventions syriennes et israéliennes. A l'issue de ce déploiement, il est relevé par l'Independence.

Le quatrième déploiement du Dwight D. Eisenhower (CVN-69) en Méditerranée à lieu du 27 avril au 2 décembre 1983 en relève du Nimitz. Outre de nombreux exercices avec les marines de l'OTAN, les forces egyptiennes et l'USAF, il met la pression sur la Libye pour forcer Khadafi à évacuer ses forces engagées au Tchad.

Entre le 2 et le 5 août, les patrouilles de Tomcat interceptèrent deux Mig-23 et deux Mirage V libyens, interceptions sans affrontements, les avions libyens faisant demi-tour avant le combat.

A la fin du mois d'août, le CVN-69 rallie une autre région conflictuelle en l'occurence le Liban, passant 93 jours en mer, faisant escale en Italie le 21 mais le 26 octobre, il appareille en urgence pour le Liban suite à l'attentat suicide du 23 qui avait tué 241 marines et 58 paras français (immeuble Drakkar). Il reste déployé sur zone jusqu'à la mi-novembre quand il est relévé par deux porte-avions conventionnels, les USS Independence (CV-62) et USS John F. Kennedy (CV-67).

Le cinquième déploiement de l'Eisenhower en Méditerranée à lieu du 10 octobre 1984 au 8 mai 1985, relevant à cette occasion le Saratoga (CVA-60). Ce déploiement est sans véritable événement saillant même si le 7 mars il doit interrompre une escale à Palma de Majorque pour rallier en urgence les côtes libanaises.

Relevé par le Nimitz, le Dwight D. Eisenhower est déployé au large du Nicaragua lors des affrontements entre Sandinistes et Contras (juillet-août 1985). Il rallie ensuite son chantier constructeur pour un grand carénage de dix-huit mois jusqu'en avril 1987. Il reçoit notament des Phalanx en complément des missiles Sea Sparrow, un système de direction de combat Naval Tactical Data System en plus d'une remise en état complète.


Le Dwight D. Eisenhower en 1988

Du 29 février au 29 août 1988, le Dwight D. Eisenhower effectue son sixième déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte en relève du Coral Sea. Il subit un nouveau carénage au Norfolk Naval Shipyard à Portsmouth en Virginie de septembre 1988 à avril 1989.


Le Dwight D. Eisenhower en mai 1990 en Méditerranée

Du 8 mars au 12 septembre 1990, le Dwight D. Eisenhower effectue un septième déploiement en Méditerranée au sein de la 6ème flotte en relève du Forrestal. Ce déploiement était sur le point de s'achever quand l'Irak envahit le Koweït (2 août 1990).

Le CVN-69 franchit le canal de Suez et se déploie en mer Rouge à partir du 8 août dans le cadre de l'opération Desert Shield pour protéger l'Arabie Saoudite d'une agression irakienne et intercepter les navires irakiens cherchant à franchir l'embargo.

Relevé par le Saratoga le 22 août 1990, le Dwight D. Eisenhower quitte la zone pour rentrer aux Etats-Unis afin de subir une période de travaux et d'entretien. Il retourne dans la région le 26 septembre 1991 pour participer à la gestion de l'après guerre de Golfe. Ce déploiement s'achève quand il rentre à Norfolk le 2 avril 1992. Il subit un nouveau carénage au Norfolk Naval Shipyard du 12 janvier au 12 novembre 1993, date de son retour dans la flotte.


Le Dwight D. Eisenhower rentrant à Norfolk en mai 1990

L'implosion de l'URSS qui à suivit la chute du rideau de fer entraine la fin de la guerre froide. Les Etats-Unis étant la seule superpuissance, les budgets généreux de la guerre froide sont à ranger au rayon des souvenirs.

L'US Navy n'échappe pas à la règle et le nombre de porte-avions passe de quinze le 1er octobre 1989 à treize en 1993 et douze en 1995 avec seulement dix groupes aériens plus un de réserve.

La même année les deux flottes (Atlantique et Pacifique) sont réorganisées autour des groupes de combat de porte-avions, le Dwight D. Eisenhower et son groupe de combat étant intégrés au Cruiser-Destroyer Groupe Eight qui regroupait les groupes de combat organisés autour des porte-avions Dwight D. Eisenhower, Théodore Roosevelt et Saratoga, de squadrons de destroyers et de sous-marins.

Première république noire indépendante en 1804, Haïti sombra rapidement dans la délisquesence avec une succession de régimes autoritaires. Les Etats-Unis occupent le pays de 1915 à 1934, une parenthèse de stabilité dans un océan d'instabilité.

De 1957 à 1986, les Duvalier père et fils se succèdent au pouvoir en Haïti. Après une nouvelle période d'instabilité, le père Jean-Bertand Aristide est élu en 1990 mais chassé par un coup d'état militaire en janvier 1991.

Le 19 septembre 1994, les Etats-Unis soutenus par la Pologne et l'Argentine déclenchent l'obtention «Uphold Democracy» (rétablir la démocratie) pour réinstaller le président Arisitde dans ses fonctions.

Les américains engagent la 82ème division aéroportée, des unités de l'USSOCOM et la 10ème division de montagne héliportée depuis le Dwight D. Eisenhower utilisé en porte-hélicoptères. Cette opération s'achevera en mars 1995 quand les américains passeront le relais à l'ONU.

Un mois après sa participation à la phase initiale de Uphold Democracy, le porte-avions Dwight D. Eisenhower entama une déploiement de six mois en Adriatique et au Moyen-Orient, participant à deux opérations identiques à savoir une mission de police du ciel : Deny Flight au dessus de la Bosnie et et Southern Watch au dessus de l'Irak.

A cette occasion, plus de 400 femmes furent déployés à bord du porte-avions et de ses escorteurs avec néanmoins quinze femmes débarquées car tombées enceintes au cours du déploiement ce qui valu au porte-avions le surnom de Love Boat. Le porte-avions rentre à Norfolk en avril 1995.


Le Dwight D. Eisenhower  en Méditerranée


Du 17 juillet 1995 au 27 janvier 1997, le porte-avions subit une nouvelle refonte dans son chantier constructeur, effectuant un dixième déploiement opérationnel de juin à décembre 1999 avant une nouvelle période d'entretien de février à juin 1999 cette fois au Norfolk Naval Shipyard.


Le Dwight D. Eisenhower le 1er août 2000

De février à août 2000, il est déployé en Méditerranée et au Moyen Orient, participant à l'opération Southern Watch au cours de laquelle il attaque plusieurs positions de DCA iraliennes.


Le CVN-69 survolé par un Seahawk

De mai 2001 à janvier 2005, le porte-avions Dwight D. Eisenhower est immobilisé dans son chantier constructeur pour une refonte RCOH (Refueling Complex OverHaul) avec notamment la recharge des deux réacteurs auxquelles s'ajoute une remise en état complète et une modernisation du système d'arme.

Ces travaux réalisés pour 2.5 milliards de dollars (soit le prix estimé du PA-2 français) doivent permettre au porte-avions de rester en service jusqu'en 2025, date prévue pour son remplacement par le CVN-80 Enterprise.


En mer d'Arabie, le Dwight D. Eisenhower navigue en compagnie du croiseur USS Anzio (CG-68) et du porte-hélicoptères USS Saïpan (LHA-2)

Le premier déploiement de l'Eisenhower depuis sa refonte à lieu d'octobre 2006 à avril 2007. Il quitte Norfolk le 3 octobre 2006 avec à son bord de le CVW-7 qui disposait de Hornet (VFA-83 et 131), de Super Hornet (VFA-103 et VFA-143), d'avions de guet aérien embarqué E-2C Hawkeye (VAW-121), d'avions de guerre électronique EA-6B Prowler (VAQ-40), de Greyhound de transport et d'hélicoptères SH-60F Seahawk (HS-5).


Atlantique 3 novembre 2005 : le Dwight D. Eisenhower navigue avec le Harry S. Truman et le ravitailleur Arctic

Il est accompagné par le croiseur lance-missiles USS Anzio (CG-68) (classe Ticonderoga), de deux destroyers lance-missiles, le USS Ramage (DDG-61) et Mason (DDG-87) (classe Arleigh Burke) et du sous-marin nucléaire d'attaque Newport News (SSN-750).


Le CVN-69 à la mer le 28 juillet 2006

Après deux mois en Méditerranée, le CVN-69 entre dans le Golfe Persique au mois de décembre, participant en janvier 2007 au soutien d'une opération anti-terroriste menée en Somalie par une canonnière volante ou gunship, un AC-130 Spectre engagé au dessus de la Somalie, l'Eisenhower devant si nécessaire lancer une mission CSAR (Combat Search & Rescue) ce qui ne fût pas le cas.


Le Dwight D. Eisenhower à Jebel Ali (EAU) le 15 juillet 2007

En mars 2007, suite à la capture de marins britanniques par l'Iran, le CVN-69 mena des manœuvres au large des côtes iraniennes pour faire pression sur Téhéran. Un mois plus tard, il est relevé par son sister-ship Nimitz et rentre aux Etats-Unis.

Le 4 mars 2008, un marin du porte-avions, Robert Lemar Robinson est tué après avoir été heurté par un avion sur le pont d'envol.


"The three sixty nine" : le Dwight D. Eisenhower, le Vicksburg et le Milius tous possédant la marque de coque soixante-neuf

De février à juillet 2009 (21 février-30 juillet), le Dwight D. Eisenhower est à nouveau déployé au Moyen Orient avec le CVW-7 au sein du Carrier Strike Groupe 8 avec  les croiseurs lance-missiles de classe Vicksburg (CG-69) et Gettysburg (CG-64), le destroyer Bainbridge (DDG-96) (classe Arleigh Burke), la frégate USS Halyburton (FFG-40) (classe Oliver Hazard Perry) et le SNA USS Scranton (SSN-756).

Il participa à Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan, Operation Iraqi Freedom au dessus de l'Irak ainsi qu'à des opérations de sécurité maritime. Le 16 mai, il est le premier porte-avions américain à faire escale à Manama au Bahrein depuis le USS Rendova (CVE-114) en....1948.


Le Dwight D. Eisenhower en Méditerranée en juillet 2010

De janvier à juillet 2010, le Dwight D. Eisenhower est déployé dans la même région avec toujours à bord le CVW-7 avec pour escorteurs le croiseur lance-missiles USS Hué City (CG-66) (classe Ticonderoga) ainsi que les trois destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke USS McFaul (DDG-74) Carney (DDG-64) et Farragut (DDG-99). Il est ensuite en maintenance de juillet 2010 à juin 2011.

Depuis février 2013, le Dwight D. Eisenhower est déployé au Moyen Orient avec pour la première fois un navire étranger comme escorteur en l'occurence la frégate antiaérienne de classe Saschen (type 124), la FGS Hamburg. Il doit rentrer à Norfolk en octobre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 15:16

LE USS CARL VINSON (CVN-70)

Le USS Carl Vinson (CVN-70) en 1993

Présentation

Le Carl Vinson en achèvement

-Le USS Carl Vinson (CVN-70) est mis sur cale aux chantiers navals Newport News ShipBuilding & Drydock Company le 11 octobre 1975 lancé le 15 mars 1980 et mis en service (commissioned) le 13 mars 1982.


Après un amiral et un général et homme politique, le troisième Nimitz rend hommage à un homme politique, un élu démocrate de Georgie, Carl Vinson (Baldwin County, Georgie 18 novembre 1883 Millegdeville 1er juin 1981)

Il est élu à la Chambre des Représentants du 3 novembre 1914 au 3 janvier 1965 soit plus de cinquante ans ! Défenseur des intérêts de la marine et des marines, il intégra dès son élection le Naval Affaires Comitee et laissa sa trace dans l'histoire grâce au Vinson-Trammell Act en compagnie du sénateur démocrate de Floride Park Trammell.

Alors que la guerre approchait, il renforça la marine américaine en faisant passer un deuxième puis un troisième projet de loi qui portèrent son nom, le troisième étant connu également sous le nom de Two Ocean Navy Act ce qui vaut à Carl Vinson le surnom de «Father of the two ocean navy».

En reconnaissance à son action pour la marine américaine durant plus de cinquante, il eut l'insigne honneur de voir un navire porter son nom. Il assista ainsi le 15 mars 1980 au lancement du porte-avions nucléaire lui rendant hommage mais était décédé quand le CVN-70 rentra en service.

Carrière opérationnelle

Le Carl Vinson à la mer le 26 janvier 1982

Après son admission au service actif, le Carl Vinson effectue sa mise en condition opérationnelle, le terme commissioned utilisé par la marine américaine correspondant à notre clôture d'armement. Le navire était techniquement prêt mais il était loin d'être capable de mener des opérations de guerre.

Le Carl Vinson (CVN-70) quitte Norfolk le 1er mars 1983 avec à son bord le Carrier Vessel Wing (CVW-15) direction Alameda via le Cap Horn, arrivant à destination le 28 octobre 1983.

Sa première sortie opérationelle est sa participation à l'exercice «Rim of the Pacific» (RIMPAC 84), un exercice auquel participe les nations riveraines du Pacifique alliées des Etats-Unis.

Il enchaîne par un déploiement en Extrême Orient de janvier à avril 1985, passant notamment plus de trois mois dans l'Océan Indien et poursuivant un sous-marin soviétique type Charlie I de la mer du Japon à l'Océan Indien.


Le Carl Vinson à San Francisco le 12 octobre 1985

Il effectue un nouveau déploiement opérationnel d'août 1986 à mars 1987 avec toujours le CVW-15 embarqué à bord du CVN-70. Du 14 au 31 août 1986 et du 20 au 31 janvier 1987, il opère dans le détroit de Bering entre l'Alaska et l'URSS.


Le Carl Vinson dans l'Océan Indien le 14 décembre 1986

Le quatrième déploiement opérationnel du Carl Vinson à lieu de juin à décembre 1988, un déploiement qui le conduit à participer à l'opération Earnest Will, la protection des pétroliers koweitiens passés pour l'occasion sous pavillon américain. Il est de retour en Californie le 16 décembre 1988.

Du 18 septembre au 17 octobre 1989, le Carl Vinson et son groupe de combat participent à PACEX 89, le plus important exercice militaire depuis le second conflit mondial. Cet exercice se déroula en mer de Bering, au large des Aléoutiennes, en mer du Japon et dans le Pacifique, pas moins de trois groupes de porte-avions opérant ensemble. Il rentre à Alameda quelques heures après un terrible tremblement de terre qui frappa la Californie le 17 octobre 1989.

Du 1er février au 30 juillet 1990, le Carl Vinson effectue un nouveau déploiement opérationnel avant de subir une refonte RCOH (Refueling Complex Overhaul), vingt-huit mois de travaux à Bremerton de septembre 1990 à janvier 1993.


Le Carl Vinson à Hawaï en 1995

Son sixième déploiement opérationnel à lieu avec le CVW-14 de février à août 1994. Il participa à l'opération Southern Watch, une mission de police du ciel au dessus de l'Irak. Il rentre à Alameda le 17.

En 1995, les deux flottes (la 3ème dans le Pacifique et la 2ème dans l'Atlantique) sont réorganisées avec de nouveaux groupes de combat. Le Carl Vinson devient ainsi le navire-amiral du Cruiser-Destroyer Carrier Group Three qui comprend également les groupes de combat du Nimitz, de l'Abraham Lincoln et de l'Independence.

Du 26 août au 3 septembre 1995, le Carl Vinson et son groupe de combat participe à l'exercice Ke Koa ainsi qu'aux cérémonies commémorant le cinquantième anniversaire de la fin du second conflit mondial. Le président Clinton visite le navire lors d'une escale à Pearl Harbor, le Carl Vinson lançant onze avions du second conflit mondial.


Le Carl Vinson guidant un drone Predator

Du 14 mai au 14 novembre 1996, le Carl Vinson est absent de sa base d'Alameda pour particicper à un nouveau déploiement au Moyen Orient. Il participe d'abord à Southern Watch puis à l'opération Desert Strike.

Cette opération menée les 3 et 4 septembre à été déclenchée en riposte à une attaque irakienne contre les kurdes. Outre le groupe de combat du Carl Vinson, trente-quatre missiles de croisière sont lancés par le croiseur lance-missiles Shiloh (CG-67) (classe Ticonderoga), les destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke, Laboon (CG-58) et Russell (CG-59), le sous-marin Jefferson City (SSN-759) ainsi que des B-52H de l'Air Force, ces missiles ciblant les défenses antiaériennes irakiennes.

Suite à la fermeture de la base navale d'Alameda le 25 avril 1997 (le site est devenu musée avec le porte-avions Hornet de classe Essex), le porte-avions à été redéployé à Bremerton dans l'Etat de Washington, arrivant dans sa nouvelle base dès le 17 janvier. Il fût le dernier porte-avions à catapulter et à récupérer des A-6 Intruder.


Le Carl Vinson à Pearl Harbor le 6 juillet 1998

Après sa participation à RIMPAC 98 du 6 juillet au 6 août, le Carl Vinson avec le CVW-11 à bord effectue un nouveau déploiement opérationnel au Moyen-Orient de septembre 1998 à avril 1999, participant à l'opération Southern Watch et à l'opération Desert Fox. Cette opération menée du 16 au 20 décembre 1998 est destinée à forcer l'Irak à coordonner avec l'USSOCOM.

Le Carl Vinson y participe en compagnie de l'Enterprise mais également en compagnie du croiseur lance-missiles Gettysburg (CG-64) rejoint par le Princeton (CG-59), des destroyers lance-missiles Paul Hamilton (DDG-60), Stoot (DDG-55), Hopper (DDG-70), Fletcher (DD-992) et Hayler (DD-997) puis du Fitzgerald (DDG-62) et et du sous-marin Miami (SSN-752) qui eux lancent des Tomahawk. Des navires amphibies y participent également (Belleau Wood et Germantown).

De juillet 1999 à août 2000, le Carl Vinson est immobilisé au Puget Sound Naval Shipyard pour un grand carénage, le reste de l'année étant consacrée aux tests et à la remise en condition.

Le 23 juillet 2001 avec à bord le CVW-11, le Carl Vinson et son groupe de combat appareille de Bremerton pour le soutien à l'opération Southern Watch. Les attents du 11 septembre 2001 changent  le programme et le CVN-70 doit rallier le nord de la mer d'Arabie pour participer à l'opération Enduring Freedom. En soixante-douze jours, le CVW-11 lança 4000 sorties aériennes pour des frappes air-sol contre les positions talibans.


Opération Enduring Freedom, le Carl Vinson et le USS Sacramento (AOE-01)

A la mi-décembre, le Carl Vinson entame le long voyage jusqu'à la côte ouest et son port d'attache de Bremerton. Il passe les fêtes de fin d'année à Singapour, rentrant aux Etats-Unis le 23 janvier 2002.

D'avril à septembre 2002, le porte-avions est immobilisé pour un carénage avec l'installation de nouveaux systèmes électroniques et la rénovation des installations aéronautiques qu'il s'agisse des brins d'arrêt et des catapultes. Les locaux-vie sont également rénovés. Les travaux terminés, le porte-avions effectue ses essais jusqu'à la fin de l'année.


Le Carl Vinson à Pearl Harbor le 31 janvier 2003

La remise en condition du porte-avions à lieu de janvier à septembre 2003, faisant escale à Hawaï, à Guam, en Corée du Sud, le Japon, l'Australie, le Hong-Kong et Singapour.


Le Carl Vinson à Santa Rita (Guam) le 1er mars 2003

De janvier à juillet 2005, le Carl Vinson effectue un nouveau déploiement opérationnel dans le Golfe Persique, appuyant les forces américaines engagées dans OIF. Il effectua également des escales à Singapour, Guam, les Emirats Arabes Unies, Rhodes, en Grèce et à Lisbonne, ralliant Norfolk le 31 juillet 2005.


Le Carl Vinson dans le Golfe Persique le 31 mars 2005

De novembre 2005 à juin 2009, le Carl Vinson est immobilisé dans son chantier constructeur pour une refonte RCOH (Refueling and Complex Overhaul) avec notamment un rechargement des réacteurs.


Le Carl Vinson entre au bassin à Newport News le 11 novembre 2005 pour subir une refonte RCOH

Sorti du bassin en mai 2007, il achève ses travaux le 27 juin 2009, réalisant ses essais techniques du 28 juin au 11 juillet 2009, date à laquelle l'US Navy accepte de le remettre en service.

En octobre 2009, le Carl Vinson devient le navire-amiral du Carrier Strike Group One basé à San Diego.

Il quitte Norfolk le 12 janvier 2010 ( après quatre mois d'entretien à Newport News) avec à bord le CVW-17, le Destroyer Squadron One (destroyers USS Stockdale Gridley Higgins de classe Arleigh Burke, frégates Rentz et McClusky de classe Oliver Hazard Perry) et le croiseur lance-missiles Bunker Hill. Stationné à San Diego, il cohabite avec son sister-ship Nimitz et le dernier de la bande, le Ronald Reagan.


Le Carl Vinson au large d'Haïti le 15 janvier 2010

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre ravage Haïti. Le Carl Vinson alors dans l'Atlantique reçoit l'ordre d'assurer l'aide américaine à la première république noire. Il rallie Mayport en Floride pour charger des vivres et des médicaments ainsi que des hélicoptères supplémentaires.

Le Carl Vinson arrive au large de Port au Prince le 15 janvier, servant d'hôpital flottant tout en transférant de l'aide humanitaire vers la terre. L'usine de désalinisation du bord fournit de l'eau potable.

En mars 2010, il reprend son transit direction la Californie, arrivant à NAS North Island, le nom officiel de la base navale de San Diego le 12 avril.

Son premier déploiement en presque cinq ans à lieu de novembre 2010 à avril 2011 en Extrême Orient et au Moyen-Orient soit les zones de responsabilité des 7ème et 5ème flotte.

Le 11 avril 2011, un Hornet catapulté par le Carl Vinson doit effectuer un appontage d'urgence peu après son catapulte suite à l'incendie d'un moteur. L'avion est récupéré, l'incendie éteint sans aucun dommage pour le navire, le pilote ou l'équipage.

Le 2 mai 2011, le corps d'Oussama Ben Laden est ramené à bord du porte-avions et immergé en mer d'Arabie pour éviter que sa tombe devienne un lieu de pèlerinage. Le porte-avions rentre à San Diego le 15 juin après des escales aux Phillipines et à Hong-Kong.


Le Carl Vinson dans le Pacifique le 28 septembre et le 1er octobre 2011



Unique ! un match de basket sur porte-avions. A quand du hand-ball sur le pont du Charles de Gaulle ?


Le 11 novembre 2011, le pont du Carl Vinson accueille un match de basket universitaire, les North Carolina Tar Heels l'emportant sur les Michigan State Spartans (67-55) sous les yeux du président des Etats-Unis Barack Obama.

Du 30 novembre 2011 au 23 mai 2012, le Carl Vinson effectue un déploiement en Extrême Orient et au Moyen Orient.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 15:43

LE USS THEODORE ROOSEVELT (CVN-71)

Le Theodore Roosevelt à Portsmouth (New Hampshire) dans les années quatre-vingt dix

Présentation

Une longue gestation

Comme nous avons pu le voir, la gestation du CVN-71 à été longue et difficile. Dans un contexte peu favorable aux investissements militaires (nous sommes en pleine post-guerre du Vietnam), la commande d'un quatrième Nimitz n'était pas acquise loin de là même.

Après la menace des porte-aéronefs (SCS,VSS), les grands porte-avions nucléaires furent menacés par des porte-avions de 50000 tonnes (comparables aux mort-nés CVA-01 britanniques) à propulsion conventionnelle (une variante à propulsion nucléaire à été vite retoquée car trop chère) défendus notamment par les président Ford (qui annula la commande d'un CVN-71 en 1976 au profit de deux CVV) et Carter.

Finalement, le Congrès partisan des grands porte-avions eut gain de cause et le soixante et onzième porte-avions américain allait être à propulsion nucléaire et une version améliorée des trois premiers Nimitz notamment au niveau de la protection ce qui réduisit de 20% la capacité en munitions.

Quand au nom de baptême, c'est l'un des premiers présidents américains à avoir compris l'importance d'une puissante marine que le CVN-71 rend hommage : Théodore Roosevelt.

Le premier Roosevelt à la Maison Blanche


Théodore Roosevelt est né à New York le 27 octobre 1858. Fils d'un riche banquier de l'Etat de New York, dans une famille d'ascendance néerlandaise, c'est un enfant de santé fragile, un vrai citadin qui cherchera pourtant toujours une vie trépidante qu'il s'agisse d'être cow-boy dans les plaines de l'ouest ou cavalier.

Il entre en politique en 1886, échouant à être élu comme maire de New York. Peu après il se marie une deuxième fois avec une amie d'enfance qui lui donna cinq enfants dont trois fils.

De 1888 à 1895, il est nommé à la tête de l'United Civil Service Commission, une agence fédérale chargé du recrutement des fonctionnaires fédéraux puis de 1895 à 1897 dirige la police de New York qu'il réforme en profondeur.

Secrétait adjoint à la marine en 1897, il en est en réalité le véritable patron. Dix jours après son arrivée, le cuirassé Maine explose à La Havane, offrant aux américains le prétexte d'en découdre avec l'Espagne.

Théodore Roosevelt démissionne le 25 avril 1898 et s'engage comme volontaire, formant un régiment de cavalerie baptisé «Rought Riders», un mélange improbable de cow-boys du Midwest et patriciens issus de la Ivy League (Brown, Columbia, Cornell,Darmouth College,Harvard,Princeton, Yale,University of Pennsylvania). A la tête de ce régiment, il s'illustre sur la colline de San Juan.

Gouverneur de l'Etat de New-York en 1898, il devint vice-président des Etats-Unis lors de l'élection  de 1900.

Suite à l'assassinat du président McKinley en 1901, il devint à 42 ans le plus jeune président de l'histoire des Etats-Unis. Réélu en 1904, il déploya la même énergie que dans ses postes précédents.

En politique intérieure, il se montra attaché au libéralisme tout en combattant les excès du capitalisme notamment les trusts. Il fût à l'origine des premiers parcs naturels et de l'immortel Teddy Bear suite à son refus d'abattre un ourson attaché à un arbre.

En politique extérieure, il mena une politique active résumée par l'image du big stick ou gros baton, une vision énergique de la doctrine Monroe.

Il sert également de médiateur pour mettre fin à la guerre russo-japonaise (1904-05).

Il donne une impulsion décisive à l'US Navy renforcée par de nombreux cuirassés qui effectuent entre 1907 et 1909 un véritable tour du monde (The Great White Fleet).

Il choisit de ne pas se représenter en 1908 et soutient William Taft qui est élu. Après plusieurs années passées à voyager en Afrique, il décide de se présenter aux primaires républicaines contre William Taft mais échoue en 1912. Il fonde le parti progressiste et se présente comme troisième candidat au scrutin empêchant par sa présence la réelection de son successeur battu par le démocrate Woodrow Wilson.

Quand le premier conflit mondial éclate, il prend résolument le parti des alliés et critique vertement la politique non-interventioniste de Wilson. Quand l'Amerique entre en guerre, il proposa de lever une division d'infanterie composée de volontaires mais Wilson refusa.

Sa santé déclinante (aggravée par la mort en juillet 1918 de son fils Quentin tué dans un combat aérien) l'empêcha de se présenter aux primaires républicaines de 1920 où ses chances de succès étaient considérées comme bonnes. Il meurt dans son sommeil d'une crise cardiaque le 6 janvier 1919 âgé de 60 ans.

Sa mémoire à été célébrée de multiples façon qu'il s'agisse d'une médaille d'honneur du Congrès reçu en 2001 pour sa charge sur la colline de San Juan (décoration reçue également par son fils Teddy Jr qui débarqua en Normandie le 6 juin 1944), d'une sculpture sur le Mont Rushmore en compagnie de George Washington, Abraham Lincoln et Thomas Jefferson ou encore par deux navires, un sous-marin et un porte-avions.

Un prédécesseur : le USS Theodore Roosevelt (SSBN-600)

Le USS Theodore Roosevelt (SSBN-600)

En effet, le CVN-71 n'est pas le premier navire de l'US Navy à rendre hommage à ce grand président, un sous-marin nucléaire lanceur d'engins l'à précédé.

Sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe George Washington, il est mis sur cale au Mare Island Naval Shipyard en Californie le 20 mai 1958 lancé le 3 octobre 1959 et commissionné le 13 février 1961.

Stationné à Charleston avec Holy Loch comme base avancée, le SSBN-600 multiplia les patrouilles jusqu'en 1971 quand il rallia une dernière fois Charleston afin de subir une profonde refonte. En septembre 1974, il rallie le Pacifique, chargeant des missiles à Bangor dans l'Etat de Washington avant de rallier Pearl Harbor, son nouveau port d'attache, Guam étant sa base avancée.

Après sa 43ème et dernière patrouille en 1977-78, il est mis en position de complément jusqu'au désarmement le 1er décembre 1982. Rayé du Naval Vessel Register le même jour, il est confié aux bons soins du Nuclear Power Ship and Submarine Recycling Program et disparaît totalement le 24 mars 1995.

Caractéristiques Techniques du USS Theodore Roosevelt (SSBN-600)

Déplacement : standard 5400 tons(4899 tonnes) en surface 5959 à 6019 tons (5406 tonnes à 5460 tonnes) en plongée 6709 à 6888 tons (6086 à 6249 tonnes)

Dimensions : longueur 116.3m largeur 10m tirant d'eau 8.8m

Propulsion : un réacteur nucléaire à eau préssurisée S5W alimentant deux turbines dévellopant 15000ch entraînant une hélice

Performances : vitesse maximale 20 nœuds en surface 25 nœuds en plongée Immersion maximale 210m

Armement : seize missiles balistiques Polaris A1 et A3 (portée : 4500km pour la variante A-3) et six tubes lance-torpilles de 533mm

Equipage : deux équipages (Blue et Gold) de douze officiers et cent marins


Carrière opérationnelle

Construction et mise en condition opérationnelle

Cérémonie de "mise en service" pour le Theodore Roosevelt le 25 octobre 1986

La construction du Théodore Roosevelt est confiée aux chantiers navals de Newport News (Newport News Shipbuilding & Drydock) par un contrat signé le 30 septembre 1980. Ce  chantier est le seul capable à construire des porte-avions depuis la fermeture du Brooklyn Navy Yard en 1966 qui avait construit le Constellation (CV-64).

La construction du CVN-71 connu sous le nom de Hull 624D marque l'introduction de la préfabrication à grande échelle avec des éléments de plusieurs centaines de tonnes, les grues et les portiques pouvant soulever 900 tonnes.

Cela explique pourquoi le Théodore Roosevelt qui est mis sur cale le 31 octobre 1981 et mis à flot le 27 octobre 1984 soit 1092 jours de construction. Pour comparaison, le Nimitz à été mis sur cale le 22 juin 1968 et mis à flot le 13 mai 1972 soit 1421 jours de construction. Le gain est de 329 jours soit quasiment un an.

Le 3 novembre 1981, le CVN-71 est baptisé Theodore Roosevelt par le secrétaire à la marine John F. Lehman dont l'épouse est la marraine du bâtiment.

Après presque deux ans d'achèvement à flot, le USS Theodore Roosevelt (CVN-71) est commissioné le 25 octobre 1986 à Newport News.

Prêt techniquement parlant, il ne l'est pas opérationnellement parlant et va passer donc presque deux ans à mettre en condition son équipage et son groupe aérien, le Carrier Vessel Wing 8.


Tests de résistance aux chocs pour le CVN-71

Carrière opérationnelle

Le Theodore Roosevelt à la mer le 26 juin 1996

Stationné à Norfolk, le Théodore Roosevelt appareille de sa base virginienne le 30 décembre 1988 direction la Méditerranée et la 6ème flotte. Il va y relever le John F. Kennedy à la fin du mois de janvier. Ce déploiement est sans événements saillants et après avoir été relevé par l'America, le Théodore Roosevelt rentre à Norfolk le 30 juin 1989.

Le 28 décembre 1990, le Theodore Roosevelt et le CVW-8 appareille de Norfolk direction la mer Rouge pour participer à l'opération Desert Shield. Il arrive sur zone le 16 janvier 1991 à la veille du déclenchement de Desert Storm.

Durant la phase active de la guerre du Golfe, le groupe aérien du Théodore Roosevelt va réaliser plus de 4200 sorties larguant presque 3 tonnes de bombes jusqu'au cessez-le-feu du 28 février 1991.

Le 21 janvier 1991, le Théodore Roosevelt se repositionne dans le Golfe Persique et le même jour, un Tomcat de la VF-103 est abattu par un missile sol-air, le pilote (Lt Devon Jones) étant récupéré à la différence de son RIO (Radar Interception Officer), le Lieutenant Larry Slade qui est capturé par les irakiens et detenu jusqu'à la fin du conflit.  

Le 2 février c'est un Intruder du VA-36 qui est abattu par la DCA irakienne et trois jours plus tard, le 5 février 1991 c'est un Hornet (unité inconnue) qui est porté manquant.

Il participe ensuite à l'opération Provide Comfort, une intervention armée pour protéger les kurdes des forces irakiennes, intervention armée se doublant d'une intervention humanitaire déclenchée le17 mai, le Théodore Roosevelt repassant en Méditerranée opérant en compagnie du Forrestal, le CVN-71 rentrant à Norfolk le 28 juin 1991

De mars à septembre 1993, le Théodore Roosevelt effectue un nouveau déploiement en Méditerranée et en Adriatique avec le CVW-8 et une Special Purpose Marine Air Ground Task Force (SPMAGTF) pour tester l'embarquement d'une force amphibie sur un porte-avions lourd, expérience qui se révéla infructueuse, les manœuvres des voilures tournantes gênant la mise en œuvre des avions.

Durant ce déploiement de 184 jours dont 169 à la mer, le porte-avions va participer à l'opération Deny Flight en Adriatique et l'opération Southern Watch au dessus de l'Irak depuis la mer Rouge. Il est relevé par le porte-avions America.

De novembre 1993 à avril 1994, le Théodore Roosevelt est en disponibilité limitée pour une période d'entretien au Norfolk Naval Shipyard.

Le quatrième déploiement opérationnel du Theodore Roosevelt de mars à septembre 1995 en Méditerranée, en Adriatique et en Mer Rouge pour participer aux opérations Southern Watch au dessus de l'Irak ainsi que les opérations Deny Flight, Sharp Guard et Deliberate Force en Adriatique et au dessus de la Bosnie.

Le 14 octobre 1996, à 100 miles du Cap Haterras (Caroline du Nord) le porte-avions entre en collision avec le croiseur lance-missiles de classe Ticonderoga, le Leyte Gulf (CG-55) sans autres dommages que de la tole froissée pour dix millions de dollars et la fin d'une carrière à la mer pour le commandant du Théodore Roosevelt.

Le 25 novembre 1996, le Theodore Roosevelt quitte Norfolk pour son cinquième déploiement avec à bord le Carrier Vessel Wing Three. Ce déploiement consacré essentiellement à l'opération Southern Watch se termine en mai 1997 quand il rentre en Virginie. Il subit ensuite un grand carénage du 8 juillet 1997 au 2 juillet 1998.

Du 1er février au 4 mars 1999, le Theodore Roosevelt participe à l'exercice JTEX/TMDI99 en compagnie de la marine brésilienne et de marines de l'OTAN. Au cours de cet exercice, le CVN-71 est «coulé» par le sous-marin néerlandais Walrus qui détruit une bonne partie de son escorte.

Le sixième déploiement du Thedore Roosevelt à lieu du 26 mars au 24 septembre 1999 avec le CVW-8 à son bord. Durant ces six mois en mer, il participa à l'opération Allied Force, les frappes aériennes de l'OTAN menées au Kosovo et en Serbie ainsi qu'à l'opération Southern Watch au dessus de l'Îrak.

De janvier à juin 2000, le Théodore Roosevelt subit une période d'entretien baptisé Planned Incremental Availability (PIA) que l'on pourrait comparer à nos PEI (Périodes d'Entretien Intermédiaire) et que l'on pourrait traduire par une période d'entretien à flot.


Le Theodore Roosevelt dans l'Atlantique le 15 septembre 2001

Du 19 septembre 2001 au 27 mars 2002, le Théodore Roosevelt effectue son septième déploiement opérationnel avec à son bord le CVW-1. Ce déploiement l'enmène dans le nord de la mer d'Arabie pour qu'il puisse apporter son concours à l'opération Enduring Freedom, la réponse américaine et occidentale aux attentats du 11 septembre.


Le Theodore Roosevelt accompagné par le Sacramento et le croiseur lance-missiles Vella Gulf lors de l'opération Enduring Freedom le 24 novembre 2011

Le CVN-71 passa 159 jours consécutifs à la mer soit la plus longue période pour un porte-avions depuis le second conflit mondial. Il subit ensuite jusqu'au mois d'octobre, une PIA au Norfolk Navy Yard.

Il commence l'année 2003 par un entraînement d'un mois au large de Porto Rico. Il embarque ensuite le squadron VFA-201, une unité de réserve basée à Fort Worth au Texas pour un déploiement en Méditerranée.

C'est un véritable événement puisque c'est la première fois depuis la guerre de Corée qu'un squadron de la réserve est intégré à un groupe aérien d'active pour une croisière opérationnelle et non pour un simple entraînement.


Le Theodore Roosevelt lors d'operation Iraqi Freedom (OIF)

Arrivé en Méditerranée en février, le Theodore Roosevelt accompagné du Harry S. Truman (CVN-75) participe à Operation Iraqi Freedom jusqu'à la fin du mois de mai, rentrant à Norfolk le 26 mai 2003.


Le Theodore Roosevelt arrivant à Norfolk le 19 février 2004

Du 19 février au 17 décembre 2004, le Theodore Roosevelt subit une période d'entretien baptisé DPIA pour Docked Planned Incremental Availability avec une remise en état complète et une modernisation de l'armement et de l'électronique.


Le Theodore Roosevelt à la mer en compagnie du John F. Kennedy (CV-67)

Le neuvième déploiement du Theodore Roosevelt à lieu dans le Golfe Persique en soutien des troupes américaines engagées dans OIF. Quittant Norfolk et la Virginie le 1er septembre 2005, il franchit le canal de Suez le 27 et entame ses premières missions de combat le 6 octobre.

Ce déploiement est marqué par les adieux aux armes du Tomcat, le Theodore Roosevelt embarquant encore deux unités volant sur ce légendaire appareil, les VF-31 «Tomcatters» et VF-213 «Black Lions». Le Theodore Roosevelt est de retour à Norfolk le 11 mars 2006.  


Le CVN-71 en escale dans la base navale turque d'Aksaz en mer de Marmara

Après plusieurs mois passés à multiplier les entraînements, le Theodore Roosevelt subit une nouvelle PIA de mars à novembre 2007, PIA au cours de laquelle il reçoit des missiles RAM.


Le Theodore Roosevelt dans l'Atlantique le 17 décembre 2006 en compagnie du Mount Baker et du Lewis and Clark

Après avoir participe à l'exercice «Operation Brimstone» du 21 au 31 juillet en compagnie de navires britanniques, brésiliens et du sous-marin française Améthyste, le Theodore Roosevelt appareille pour son dixième déploiement opérationnel.


Le Theodore Roosevelt ralliant Norfolk le 7 mars 2007


Quittant Norfolk le 8 septembre 2008, le CVN-71 arriva le 4 octobre au Cap en Afrique du Sud pour la première escale d'un navire nucléaire depuis le cargo allemand Otto Hahn dans les années soixante-dix. Durant ce déploiement, le porte-avions fit escale à Jebel Ali aux Emirats, y passant notamment les fêtes de fin d'année.


Atlantique 28 mars 2008 : le Theodore Roosevelt naviguant en compagnie du ravitailleur USNS Supply et du destroyer USS Nitze (DDG-94)


Après 3100 sorties et 27 tonnes de munitions larguées, le Theodore Roosevelt est relevé le 21 mars 2009 par le Dwight D. Eisenhower avant de rallier Norfolk le 18 avril.


Le Theodore Roosevelt à la mer le 23 juillet 2008

Depuis 2010 , le Théodore Roosevelt est immobilisé dans son chantier constructeur pour une refonte RCOH avec la phase extrêmement délicate du rechargement des réacteurs. Il est actuellement (18 août) toujours en plein travaux.

Une fois remise en service, il remplacera au sein du Carrier Strike Groupe Twelve, le USS Enterprise désarmé le 1er décembre 2012 avec également un nouveau groupe aérien, le Carrier Vessel Wing One (CVW-1).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 16:08

LE USS ABRAHAM LINCOLN (CVN-72)

Le Abraham Lincoln en 1989

Présentation

Construction

Financé au budget 1983, le contrat attribuant la construction du CVN-72 aux chantiers navals Newport News ShipBuilding & Drydock Company est signé le 27 décembre 1982.

Le futur Abraham Lincoln est mis sur cale le 3 novembre 1984, lancé le 13 février 1988 et commissioné le 11 novembre 1989.

«Honest Abe»

Le cinquième porte-avions de classe Nimitz rend hommage à Abraham Lincoln (près d'Hodgenville, Kentucky 12 février 1809, Washington 15 avril 1865), seizième président des Etats-Unis.

Fils d'un fermier du Kentucky, Abraham devient avocat après des études menées en autodidacte. Il entame bientôt une carrière politique en étant élu à l'Assemblée de l'Etat de l'Illinois (1834-42) avant d'être élu au Congrès des Etats-Unis en 1847.

Opposé à la guerre contre le Mexique (1846-48), il connu une brève traversée du désert avant de revenir en politique à partir de 1854 au sein du parti républicain en militant contre l'extansion de l'esclavage au territoire Kansas-Nebraska.

Il n'était pas pour autant un abolitionniste acharné et fanatique. Il partageait les présupposés de son état vis à vis des noirs. Il semblait convaincu qu'à terme le système servile était condamné mais il était partisan de laisser le temps faire son œuvre.

Pourtant sa candidature à la présidentielle de 1860 fût vue avec horreur par le Sud qui assimila Abraham Lincoln aux abolitionnistes fanatiques comme John Brown qui le 16 octobre 1859 avait attaqué l'Arsenal d'Harper Ferry's pour s'emparer d'armes destinés à provoquer une révolte d'esclaves.

Son élection fût un prétexte tous trouver pour permettre à plusieurs états du Sud de faire sécession puis d'attaque le 12 avril 1861 Fort Sumter. S'engagea alors une terrible guerre qui fit plus de victimes que tous les autres conflits dans lesquels les Etats-Unis furent engagés.

En 1863, après plusieurs années d’attentisme, il proclama l'émancipation des noirs puis confia l'année suivante en 1864 le commandement des armées de l'Union à Ulysse Grant, le meilleur général nordiste connu pour son mauvais caractère et son penchant pour la boisson.

A ces contempteurs, Lincoln aurait répondu : «donnez-moi la marque de Whisky préférée de Grant et j'en donnerai à tous mes généraux»

Le conflit se termina sur la victoire du Nord et le président Lincoln réélu 1864 chercha à apaiser les rancoeurs et les rancunes pour reconstruire les Etats-Unis.

Un extrémiste sudiste prénommé John Wilkes Booth ne l'entendit pas de cette oreille et le 14 avril 1865 lui tira une balle dans la tête au théâtre ford au le président Lincoln et son épouse assistaient à une pièce de boulevard.

Après neuf heures d'agonie, le président Lincoln décéda le lendemain matin à l'âge de cinquante-six ans.

Cet assassinat eut des conséquences terribles pour le Sud qui au lieu d'une reconstruction pacifique connu une véritable vengeance de la part du Nord surtout sous les présidences d'Andrew Johnson et d'Ulysses Grant.

Sa mémoire à été préservée et célébrée par sa présence sur la pièce d'un penny et sur le billet de cinq dollars, par sa présence sur le mont Rushmore tout à la gauche du monument, sur le Lincoln Memorial installé à Washington dans le West Potomac Park et par deux navires de la marine américaine, le CVN-72 succèdant à un sous-marin nucléaire lanceur d'engins.

Le USS Abraham Lincoln (SSBN-602)

Le USS Abraham Lincoln (SSBN-602)

En effet, le CVN-72 à été précédé dans la marine américaine par un sous-marin nucléaire lanceur d'engins de classe George Washington.

Le SSBN-602 est commandé le 30 juillet 1958. Mis sur cale au Portsmouth Naval Shipyard le 1er novembre 1958, il est lancé le 14 mai 1960 et commissioné le 11 mars 1961.

Basé à Charleston et déployé depuis Holy Loch en Ecosse, il multiplie les patrouilles pendant les quatre premières années avant de subir un important carénage d'octobre 1965 à juin 1967.

Redéployé en 1972 à New London dans le Connecticut, il n'y effectue que deux patrouilles avant d'effectuer un nouveau carénage en Californie avant de retourner dans l'Atlantique pour deux nouvelles années de patrouille.

De 1974 à son désarmement, il est stationné à Pearl Harbor avec Guam comme base avancée. Il est le premier SSBN à atteindre le chiffre de cinquante patrouilles.

Après une dernière patrouille achevée en octobre 1979, l'Abraham Lincoln entame le processus de désarmement qui s'achève le 28 février 1981. Rayé du Naval Vessel Register le 1er décembre 1982, il est confié aux bons soins du Ship and Submarine Recycling Program qui achève son démantèlement le 10 mai 1994.

Carrière opérationnelle

Le Abraham Lincoln à la mer

Comme je l'ai déjà expliqué, quand un navire américain est commissionné cela ne signifie pas qu'il est prêt à partir au combat, loin de la même. Voilà pourquoi, il faut attendre en septembre 1990 pour que l'Abraham Lincoln rallie la côte ouest, étant affecté à la 3ème flotte avec Alameda pour base.


L'Abraham Lincoln en décembre 1989

Le 28 mai 1991, le USS Abraham Lincoln appareille avec son groupe de combat direction le Moyen Orient pour participer aux opérations qui suivent la fin de la première guerre du Golfe. Des événements volcaniques vont en décider autrement.


Le CVN-72 dans le Pacifique en juin 1991

Le 16 juillet 1990, un violent tremblement de terre (7.8) secoue l'île de Luzon et entraine le réveil du Mont Pinatubo qui secoué de micro tremblements de terre provoque l'apparition de trois nouveaux cratères qui émettent des tonnes et des tonnes de dioxyde de souffre suivit le 7 juin 1991 de la formation d'une concretion de magma au sommet du volcan.

Le 10 juin 1991, l'évacuation des civils de la défense et des militaires non indispensables de la base aérienne de Clark est décidée. 15000 personnes et plusieurs centaines de véhicules vont rallier la base navale de Subic Bay, c'est l'opération Fiery Vigil.

Des nuées de cendres sont projetées à plus de 24000m du 12 au 14 juin 1991 et le lendemain 15 juin 1991, le Pinatubo entre en éruption et des millions de tonnes de cendres recouvrent la base aérienne de Clark et la base navale de Subic Bay , les endommageant gravement, des bâtiments s'effondrant sous l'accumulation de cendres.  

L'opération Fiery Vigil voit l'engagement des porte-avions Midway et Abraham Lincoln, du porte-hélicoptères d'assaut Peleliu et d'une vingtaine d'unités majeures.

Cette évacuation devait être provisoire mais les dégâts sont tels que cette éruption devient un prétexte pour évacuer les forces américaines des Phillipines au plus tard le 16 septembre 1992 comme l'annonce le 12 juillet 1991 le secrétaire à l'Air Force Donal Rice, la base aérienne de Clark étant rendu au gouvernement phillipin dès le 26 novembre 1991.

L'évacuation terminée, l'Abraham Lincoln rallie le Moyen Orient pour participer à l'opération Southern Watch. Il rentre aux Etats-Unis à l'autonme 1991.

Après une année 1992 consacrée à l'entretien et à la remise en condition de son groupe aérien, l'Abraham Lincoln participe à l'automne 1993 à l'opération Restore Hope en Somalie, une opération militaro-humanitaire destiné à mettre fin à la famine et à ramener l'ordre et la stabilité dans un pays privé d'état central depuis 1991 et la chute du dictateur Siyad Barré. Le CVN-72 passe ainsi trois semaines à Groundhog Station

Depuis avril 1993, des femmes peuvent participer au combat. Longtemps cantonnées à des taches auxiliaires, elles peuvent désormais intégrer les unités de combat comme les squadrons de chasse mais le 24 octobre 1994, la première pilote de Tomcat, le lieutenant Kara Hultgreen se tenue lors d'un crash en mer suite à une défaillance technique doublée d'une erreur de pilotage alors qu'elle tentait d'apponter sur le CVN-72.


L'Abraham Lincoln dans le Pacifique en 1995

Le troisième déploiement de l'Abraham Lincoln à lieu d'avril à novembre 1995 dans le Golfe Persique, participant à l'opération Southern Watch _la mission de police du ciel au dessus du sud de l'Irak_ et Vigilant Sentinel, une démonstration de force pour forcer Saddam Hussein à retirer des troupes massées à la frontière entre l'Irak et le Koweït.

Au cours de ce déploiement, le porte-avions entre en collision avec le ravitailleur rapide Sacramento. Si le porte-avions peut continuer sa mission, le ravitailleur doit passer plusieurs semaines au bassin à Jebel Ali aux Emirats Arabes Unis pour réparations.

Cette même année, circule sur internet un échange entre le porte-avions et un phare canadien prit pour un navire. En dépit d'un démenti officiel de l'US Navy, ce fake continue à circuler sur internet en prospérant sur la supposée balourdise et stupidité des américains.  

Le 25 avril 1997, la base d'Alameda est fermée et le porte-avions redéployé officiellement à Everett dans l'Etat de Washington (dans les faits, il y était depuis janvier).

Le USS Abraham Lincoln (CVN-72) effectue son quatrième déploiement entre juin 1998 et janvier 1999 dans le Golfe Persique et dans l'Océan Indien.


L'Abraham Lincoln à la mer en janvier 1998

Il participe à l'opération Southern Watch ainsi qu'à Infinite Reach, des lancements de missiles de croisière Tomahawk le 20 août 1998 contre des cibles au Soudan (une usine pharmaceutique suspectée de soutenir Al-Qaïda) et en Afghanistan (camp d'entraînement du mouvement islamiste), le tout en riposte aux attentats visant les ambassades des Etats-Unis au Kenya et en Tanzanie le 7 août (224 morts dont 12 américains et plus de 2000 blessés).


L'Abraham Lincoln en compagnie de la frégate néo-zélandaise Te Mana


L'Abraham Lincoln en mer d'Oman le 30 octobre 2000

Le cinquième déploiement du CVN-72 à lieu d'août 2000 à mars 2001, toujours dans le Golfe Persique en soutien de l'opération Southern Watch.


L'Abraham Lincoln à la mer le 7 février 2001

Le 20 juillet 2002, l'Abraham Lincoln quitte l'Etat de Washington et Everett  pour rallier le Golfe Persique afin de participer à l'opération Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan. Il participa également à Southern Watch.


L'Abraham Lincoln à Pearl Harbor le 1er août 2002

Alors qu'il était en escale à Perth sur le chemin du retour, l'Abraham Lincoln reçoit l'ordre de retourner dans le Golfe Persique pour participer à Operation Iraqi Freedom (OIF), son déploiement qui aurait du s'achever en janvier sera prolongée jusqu'au mois d'avril.  

Durant ce déploiement, le Super Hornet connu son baptême du feu avec la VFA-115 embarqué sur le CVN-72.

Le 1er mai 2003, le président des Etats Unis George W. Bush embarqua sur un Viking du VS-35 non pas comme passager mais comme co-pilote du Navy Commander John Lussier. «Navy One», l'indicatif de l'appareil (car le président des Etats Unis à bord) apponta sur l'Abraham Lincoln situé à 25 miles au large de San Diego ce qui provoqua une polémique au sein de la presse pour sa dangerosité (que se serait-il passé si l'avion s'était crashé sur le pont d'envol ?) et son côté théatral sans parler du message délivré, une bannière «Mission Accomplished» étant déployé sur l'ilôt.

Si le gros des opérations militaires en Irak était achevé, le retour à la normalité allait prendre plusieurs années. L'appareil en question fût retiré du service le 15 juillet 2003 et cédé au National Museum of Naval Aviation de Pensacola en Floride.
Le 1er octobre 2004, le Cruiser-Destroyer Group Three dont l'Abraham Lincoln est le navire-amiral devient le Carrier Strike Group Nine.

Le 15 octobre, l'Abraham Lincoln appareille pour un nouveau déploiement opérationnel. Alors qu'il était en escale à Hong Kong, un tremblement de terre à lieu dans l'Océan Indien provoquant un terrible tsunami (26 décembre 2004) qui fit plus de 250000 morts.


L'Abraham Lincoln et le navire-hôpital USNS Mercy à la mer

Le CVN-72 appareilla en urgence pour mener une opération d'assistance sur l'île de Sumatra dans le cadre de l'opération Unified Assistance. Outre les livraisons de vivres et de médicaments, le porte-avions fournit de l'eau potable et assura un soutien sanitaire.

Le porte-avions ne resta sur zone que jusqu'à la mi-janvier suite au refus des indonésiens de laisser les pilotes de combat de s'entraîner dans les eaux indonésiennes. Le porte-avions n'eut d'autre choix que de rallier les eaux internationales, restant sur zone jusqu'à ce que le navire-hôpital USNS Mercy ne le relève.  


L'Abraham Lincoln passant au large d'Alcatraz le 1er novembre 2005

Du 7 mars au 27 mai, l'Abraham Lincoln subit un petit carénage à Everett appelé aux Etats-Unis Docked Planned Incremental Availability (DPIA). Aprè des essais et remise en condition, il subit une nouvelle période d'entretien appelée Planned Incremental Availability (PIA) du 28 juin au 26 juin 2005 qui suit une période d'entraînement de son groupe aérien, le CVW-2. Il reprend l'entraînement du 19 octobre au 16 novembre 2005 avec la participation du porte-avions Ronald Reagan.


L'Abraham Lincoln à Pearl Harbor le 30 juin 2006 et ci-dessous le CVN-72 engagé dans RIMPAC 2006


De septembre 2006 à mars 2007, le porte-avions subit une nouvelle période de DPIA au Puget Sound Naval Shipyard. Le navire est entièrement remis en état et l'armement modernisé avec l'installation de missiles RAM. Il effectue ensuite ses essais et sa remise en condition avant de reprendre un entraînement de routine jusqu'en avril 2009 quand il entame une période PIA jusqu'en décembre quand il reprend l'entraînement.


L'Abraham Lincoln arrivant à Everett (Etat de Washington) le 30 juin 2007


Le USS Abraham Lincoln à la mer le 4 avril 2008


Le 9 décembre 2010, l'US Navy annonce que le Nimitz allait être redéployé à Everett en remplacement du Abraham Lincoln qui devait subir une refonte RCOH qui devait débuter en 2013 juste après le Theodore Roosevelt.

Le contrat est signé le 1er mars 2011 entre l'US Navy et Northrop Grumman ShipBuilding et cinq mois plus tard, l'US Navy annonce que le CVN-72 ralliera Newport News en août 2012 à l'issue de son déploiement entamé en décembre 2011 ce qui lui offrira un tour du monde.  

Ce déploiement l'à envoyé dans le Golfe Persique en relève de son sister-ship John C. Stennis (CVN-74) dans une période de tension entre Washington et Téhéran.

Le 16 juillet 2012, il franchit le canal de Suez et dix jours plus tard les colonnes d'Hercules avant de rallier Norfolk le 7 août pour préparer la refonte RCOH.

Le 8 février 2013, le Department of Defense (DoD) annonce que la refonte RCOH de l'Abraham Lincoln est repoussée suite aux problèmes budgetaires et de la dette américaine.

Ce retard va entrainer également du retard dans la procédure RCOH du George Washington (CVN-73) ainsi que le déchargement des réacteurs de l'Enterprise récement désarmé.

La situation se débloque en mars 2013 et les travaux vont pouvoir commencer au mois de juin pour trois ans de travaux jusqu'en 2016.


L'Abraham Lincoln à la mer le 15 mars 2011

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 16:41

LE USS GEORGE WASHINGTON (CVN-73)

Le George Washington lors de ses essais

Présentation

Construction

Financé au budget 1983, le contrat pour la construction du George Washington est signé entre l'US Navy et les chantiers navals de Newport News Shipbuilding le 27 décembre 1982.
Il est mis sur cale le 25 août 1986 lancé le 21 juillet 1990 avec la First Lady Barbara Bush comme marraine et commissioné le 4 juillet 1992.  

Le père de la nation


Le sixième porte-avions de classe Nimitz porte le nom de l'un des pères fondateurs des Etats-Unis, probablement le plus emblématique puisqu'il donna son nom à la capitale créée ex-nihilo sur les rives du Potomac.

George Washington est né dans le comté de Westmoreland (Virginie) le 22 février 1732. Fils de planteurs aisés. Ingénieur arpenteur, il devient adjudant d'un district militaire de la Virginie, participant sous les couleurs britanniques à la guerre de Sept Ans contre les français, s'emparant en 1758 de Fort Duquesne (Pittsburgh). Le conflit terminé, il retourne dans sa propriété de Mount Vermont sur les rives de Potomac.

Membre du parlement de Virginie de 1759 à 1774, il devint le chef de l'opposition à la politique coloniale britannique, les treize colonies s'opposant avec le slogan “pas d'impôts sans représentation”.

Commandant de la Continental Army dès 1775, il s'illustra à la tête des Insurgents moins par de remarquables qualités de stratège que par son courage et sa ténacité, une armée de miliciens étant bien en peine devant les tuniques rouges, l'élite de l'armée britannique sans oublier les mercenaires allemandes d'Hanovre et de Hesse.

Après avoir chassé les anglais de Boston en 1776, il dut abandonner New York. Les quelques victoires remportées en 1776-77 furent une goutte dans un océan de défaite qui provoqua une profonde démoralisation des Insurgents et sans l'arrivée d'un corps expéditionnaire français mené par Rochambeau, il est probable que les anglais auraient fini par l'emporter.

La victoire des forces françaises et américaines à Yorktown en 1781 sur les troupes britanniques de Cornwallis poussa les britanniques à négocier, aboutissant au traité de Paris en 1783 qui reconnait l'indépendance des treize colonies sous le nom d'Etats-Unis d'Amérique.

Retourné sur son domaine de Mount Vermont, son prestige est tel qu'il accepte la présidence de la Convention de Philadelphie de 1787 à une véritable constitution.

Deux ans plus tard, en 1789, il est élu président des Etats-Unis, devant arbitrer entre fédéralistes et républicains (futurs démocrates), les premiers représentés par Alexandre Hamilton voulant renforcer le pouvoir fédéral, les seconds dirigés par Jefferson s'y opposant.

Réélu en 1792, il montra une nette préférence au profit de l'Angleterre et non de la France. Il refusa un troisième mandat en 1796 et se retira sur son domaine de Mount Vermont.

Décédé le 14 décembre 1799 à l'âge de soixante-sept ans, il est enterré sur place.

Sa mémoire à été célébré de multiples façon. Promu à titre posthume General of the Armies en 1976, il eut dans sa capitale le Washington Monument sous la forme d'un obélisque en attendant le Mont Rushmore, étant sélectionné avec Jefferson, Lincoln et Theodore Roosevelt. Il est également présent sur les timbres, sur les pièces de monnaies (25 cents) et billets (un dollar).
Sa mémoire à été également célébré au travers de plusieurs navires de la marine américaine.

Les autres USS George Washington

Le CVN-73 est le quatrième navire de la marine américaine à porter le nom du premier président des Etats-Unis.
Le premier est un sloop acquis le 12 octobre 1798 mais vendu dès mai 1802. Le second est  le paquebot allemand Bremen de 1908. Réquisitionné en 1917 à l'entrée en guerre des Etats-Unis, il va être utilisé comme transport de troupes durant le premier puis après une carrière commerciale durant le second conflit mondial. Désarmé en 1947, il est vendu à la démolition en 1951.


Le SSBN George Washington

Le troisième navire à porter ce nom est un sous-marin nucléaire lanceurs d'engins, le premier SSBN de la marine américaine.
Il est mis sur cale aux chantiers navals de Groton (Connecticut) (Electric Boat Division of General Dynamics) le 1er novembre 1957  comme sous-marin d'attaque Scorpion (SSN-589) mais il est lancé le 9 juin 1959 comme sous-marin nucléaire lanceur d'engins et commissioné le 30 décembre 1959 avec le marque de coque SSBN-598 (Strike Submarine Balistic Nuclear) avec deux équipages, un équipage bleu et un équipage or.

Le 20 juillet 1960, il tire le premier missile Polaris lancé sous la mer suivit d'un second deux heures plus tard, les deux missiles retombant 2000km plus loin. Deux autres missiles sont lancés le 30 juillet 1960 par l'équipage Gold.

Affecté à New London (Connecticut), il était également famillier de Holy Loch. Après trois ans de service dans l'Atlantique, il passa dans le Pacifique étant stationné à Pearl Harbor avec Guam comme base opérationnelle avancée.

Le 9 avril 1981, il entre en collision alors qu'il faisait surface avec le cargo Nissho Maru en mer de Chine mériditionale à 110 miles nautiques au sud-sud ouest de Sasebo provoquant la mort de deux marins japonais pendant que treize autres étaient sauvés. Cet accident tendit les relations entre le Japon et les Etats-Unis.

Après une dernière patrouille stratégique en 1982, les missiles sont débarqués en 1983 à Bangor (Etat de Washington) pour permettre aux Etats-Unis de se mettre en conformité avec le traité SALT I.

Il va donc être utilisé comme sous-marins d'attaque jusqu'à son désarmement le 24 janvier 1985 et rayé des registres le 30 avril 1986. Il est recyclé par le Ship-Submarine Recycling Program au Puget Sound Naval Shipyard, recyclage achevé le 30 septembre 1998.

Carrière opérationnelle

Le George Washington à Fort Lauderdale en 1993

Mis en service le jour de la fête nationale américaine, le dernier né des Nimitz (le John S. Stennis était à l'époque en construction) passa presque deux ans au large de Norfolk pour se mettre en condition opérationnelle qu'il s'agisse du flotteur ou du groupe aérien.

Le premier déploiement opérationnel du CVN-73 eut lieu à l'été 1994, le George Washington participant en Normandie aux commémorations du cinquantième anniversaire du débarquement en Normandie.


Le George Washington à la mer en 1994 avec son groupe aérien


En 1996, son deuxième déploiement (départ de Norfolk le 26 janvier, retour le 23 juillet) le voit participer aux dernières opérations liées à la guerre de Bosnie, notamment la couverture de la mise en place de l'IFOR (Implementation Force) (opération Decisive Endeavor) chargée de ramener la paix et de reconstruire la Bosnie après les accords de Dayton qui mirent fin à quatre années de guerre qui ravagèrent les ex-républiques yougoslaves.


Le George Washington et le USS Stout (DDG-55) en janvier 1996


1997 : l'ainé et son cadet, le Nimitz naviguant de conserve avec le George Washington

Le troisième déploiement du George Washington eut lieu d'octobre 1997 à avril 1998 dans le Golfe Persique en relève du Nimitz. De mai 1998 à mars 1999, il subit une période d'entraînement PIA avant d'effectuer essais et remise en condition.


Le George Washington dans le Golfe Persique le 19 novembre 1997

Le quatrième déploiement du CVN-73 à lieu que du 21 juin au 19 décembre 2000 en Méditerranée et dans le Golfe Persique.

Durant de dernier déploiement, le porte-avions participa à des opérations de police du ciel pour faire respecter l'opération Southern Watch mais également des misions de contrôle océanique pour faire respecter l'embargo pétrolier, plus de 20000 tonnes de pétrole étant saisis.

Il participa également en Méditerranée à de nombreux exercices multinationaux comme Destined Glory, un exercice OTAN voyant la participation d'unités militaires hongroises, croates, turques, grecques, espagnoles, françaises et britanniques.

Durant ce déploiement, le porte-avions et son groupe de combat parcouru plus de 400 000 miles nautiques, passant un total cumulé de 1800 jours à la mer. Quand au groupe aérien, le CVW-17, il effectua 9000 sorties aériennes.

Le George Washington rentre à Norfolk le 19 décembre en compagnie du croiseur Normandy (CG-60) de classe Ticonderoga, des destroyers Caron (DD-970) et Briscoe (DD-977) de classe Spruance, de la frégate Hawes (FFG-53) de classe Perry et du pétrolier ravitailleur Supply (T-AOE-6).


Le George Washington dans l'Atlantique le 4 novembre 2001

Du 13 février au 31 juillet 2001, le George Washington est immobilisé à Norfolk pour subir une PIA (Planned Incremental Availability). Il effectue ensuite quatre jours d'essais jusqu'au début août avant de reprendre l'entraînement.
Le 11 septembre 2001 alors qu'ils était en plein entraînement aéronaval (CARQUAL Carrier Qualification), surviennent les attents qui rendirent tristement célèbre ce jour. Il se déroute en direction de New York pour sécuriser l'espace aérien (opération Noble Eagle).


Le George Washington au mouillage à La Sude (Crète) le 8 juillet 2002

Le George Washington effectue son cinquième déploiement opérationnel en mer d'Arabie de juin à décembre 2002 en relève du John F. Kennedy. Il participe à l'opération Southern Watch au dessus de l'Irak ainsi qu'à Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan. Il est relevé par l'Abraham Lincoln (qui devait à l'origine rentrer aux Etats-Unis), le George Washington retrouvant Norfolk et la Virginie à la fin du mois de décembre.  


Le George Washington à la mer le 27 novembre 2002

Le 11 septembre 2003, lors de l'appontage d'un Hornet, un brin d'arrêt se détacha, balayant le pont d'envol tel un fouet. Onze marins furent blessés dont deux grièvement mais tous survécurent à cette mésaventure, l'avion étant perdu mais le pilote à réussi à s'éjecter avant que l'avion ne bascule en mer.

Du 10 november au 19 décembre 2003, le porte-avions réalise un entraînement de base (COMPUTEX pour Composite Training Unit Exercise) avec le CVW-7 et un groupe de combat composé du croiseur de classe Ticonderoga USS Vella Gulf (CG-72), des destroyers de classe Arleigh Burke USS Ramage (DDG-61), Ross (DDG-71) et Buckley (DDG-84), de la frégate de classe Perry USS Elrod (FFG-55) et du ravitailleur USNS Supply (T-AOE-6).


Golfe Persique 3 juin 2004 : le George Washington escorté par le croiseur Vella Gulf et le destroyer Bulkeley

Le sixième déploiement du George Washington commence le 20 janvier 2004 quand le CVN-73 avec le CVW-3 et ses escorteurs quittent Norfolk direction le Moyen Orient.

Après une escale à La Sude en Crète du 6 au 10 février, le porte-avions franchit le canal de Suez le 16 février puis entre dans le Golfe d'Aden le 20, les opérations de combat commençant dans le Golfe persique une semaine plus tard.


Le George Washington dans le Golfe Persique le 26 juin 2004

Il appuie les troupes américaines en Irak mais également en Afghanistan en fonction des besoins. Relevé par le John F. Kennedy, le George Washington met cap sur les Etats-Unis relâchant à Naples du 14 au 18 juillet avant de rentrer à Norfolk le 26.


1er septembre 2005 : le George Washington quitte le bassin n°11 après plus de sept mois de travaux

Du 28 janvier au 17 décembre 2005, le George Washington subit au Norfolk Naval Shipyard une période d'entretien baptisé Drydocking Planned Incremental Availability (DPIA) pour une remise en état complète et une modernisation de l'électronique et de l'armement avec l'embarquement de deux lanceurs RAM en remplacement d'un Phalanx et d'un lanceur Sea Sparrow.
Alors qu'il était encore en travaux, l'US Navy annonça officiellement le 1er décembre 2005 que le George Washington allait remplacer le Kitty Hawk (CV-63) à Yokosuka au Japon.

Du 4 avril au 24 mai 2006, le George Washington et son groupe de combat (croiseur lance-missiles classe Ticonderoga USS Monterey (CG-61), destroyer lance-missiles classe Arleigh Burke USS Stout (DDG-55) et frégate classe Perry USS Underwood (FFG-36) ) sont déployés en mer des Caraïbes pour des manœuvres communes avec des marines latino-américaines dans le cadre du «Partenariat des Amériques».


25 avril 2007 : le George Washington quitte le bassin où il était en entretien à Norfolk

Le 7 avril 2008 une page se tourne pour le George Washington. En effet, il quitte définitivement Norfolk où il était basé depuis plus de quinze ans pour rallier Yokosuka via le détroit de Magellan, les Nimitz étant trop larges pour les écluses du canal de Panama.

Durant ce transit il participe à l'exercice «Gringo-Gaucho» avec l'aéronavale argentine. Le 22 avril 2008, il fait escale à Rio de Janeiro puis après différents exercices avec les marines locales franchit le détroit de Magellan les 9 et 10 mai.

A l'origine, il était prévu que la relève entre le Kitty Hawk et le George Washington ait lieu à Pearl Harbor, le dernier porte-avions conventionnel américain en service devant ensuite rallier la Californie pour y être désarmé.

A noter que le CVW-17 cesse alors d'être le groupe aérien du George Washington (il deviendra celui du Carl Vinson), le CVN-73 devant embarquer le CVW-5 basé à Atsugi au Japon (mais qui avait accompagné aux Etats-Unis le CV-63), ses escorteurs formant avec lui le Carrier Strike Group Five, tous les navires étant stationnés à Yokosuka.

Un incendie va en décider autrement. Ce sinistre survenu le 22 mai 2008 blesse assez sérieusement trente-sept marins mais sans aucun décès. C'est l'un des plus importants sinistres frappant un porte-avions américain depuis celui du Forrestal en 1967. Il fallut douze heures de lutte aux pompiers pour circonscrire le sinistre.

Arrivé le 27 mai à North Island en baie de San Diego, le porte-avions va devoir subir des réparations plus importantes qu'initialement envisagées pour un coût de 70 millions de dollars ce qui entraine le report du désarmement du Kitty Hawk et un passage de témoin mené à San Diego au lieu d'Hawaï.

L'enquête démontra que le service incendie du porte-avions avait passé trois inspections négatives entre juin 2007 et avril 2008 ce qui explique peut être les difficultés à maitriser l'incendie. Le rapport souligne néamoins le courage des marins du bord pour éteindre un incendie qui détruisit 80 compartiments sur huit ponts.

Comme souvent dans ce genre de situation, le commandant est relevé de ses fonctions, deux officiers mariniers sont lourdement sanctionnés et six marins plus légèrement. Le Senior Chef Petty Officer (Premier Maitre) Keith Hendrickson reçut la Navy and Marine Corps Medal pour avoir dirigé une équipe ayant secouru quatre matelots prisonniers d'un compartiment en feu.

Les réparations terminées, le porte-avions quitte North Island le 21 août direction Yokosuka où il arrive le 25 septembre dans un climat tendu, nombre d'habitants de Yokosuka refusant qu'un navire nucléaire soit stationné à demeure dans leur pays.

Dès le 1er octobre, le porte-avions quitte le Japon direction la Corée du Sud pour participer à une revue navale internationale. Cette manifestation terminée, il rallie Guam le 31 octobre en compagnie du croiseur Cowpens et du destroyer John S. McCain pour différents exercices, rentrant au Japon le 21 novembre 2008.

De janvier à septembre 2009, le George Washington et son groupe de combat effectuèrent de nombreux exercices en Australie et en Asie du Sud-Est, faisant escale à Singapour et aux Philippines, jetant l'ancre à Corregidor du 11 au 15 août avant de participer à une revue navale organisée par l'Indonésie. Le George Washington et son groupe de combat son rentrés au Japon le 3 septembre 2009.


Le George Washington à Yokosuka le 3 juillet 2010

Après plus de huit mois d'entretien à Yokosuka, le porte-avions reprend la mer le 11 mai pour ses essais à la mer avant de reprendre l'entraînement. Il participe du 25 au 28 juillet à l'exercice «Invincible Spirit» (Esprit invincible) en compagnie de l'USAF, de la marine et de l'armée de l'air sud-coréen pour démontrer la détermination américano-sud coréenne après le torpillage de la corvette Cheonan par la Corée du Sud.

Le 8 août 2010, il mouille au large de Da Nang pour célébrer le quinzième anniversaire de la normalisation des relations entre Washington et Hanoï. C'est la première escale d'un porte-avions américain depuis la fin de la guerre du Vietnam.

En novembre 2010, le groupe de combat du George Washington participe à un exercice commun avec la marine sud-coréenne en réponse au bombardement de l'île de Yeonpyeong par l'artillerie nord-coréenne.


Le George Washington à la mer le 6 décembre 2010

Comme nombre de navires américains stationnés au Japon, le George Washington participa aux opérations de secours consécutives au tremblement de terre et au tsunami du 11 mars 2011 non sans mal en raison d'un manque de membres d'équipage, le navire ayant du appareiller en urgence pour éviter les nuages radioactifs emis par la centrale de Fukushima gravement endommagé par la vague géante.

Le 22 novembre 2011, le George Washington rentre à Yokosuka après avoir parcouru près de 50000 miles nautiques dans le Pacifique, fait escale dans quatre ports de la région et participé à deux exercices majeurs.

Le déploiement de 2012 voit le porte-avions multiplier les exercices dans sa zone de responsabilité avec des marines de la région mais également avec son sister-ship, le USS John C. Stennis (CVN-74).

Toujours en service en 2013, le USS George Washington (CVN-73) doit subir en 2016 une refonte RCOH mais le retard pris par les travaux de l'Abraham Lincoln vont décaler le calendrier de plusieurs mois.

A noter qu'un temps, on envisagea le désarmement du George Washington avant sa refonte RCOH et après la mise en service du Gerald R. Ford mais il semble que ce projet ne soit plus d'actualité.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 17:24

LE USS JOHN C. STENNIS (CVN-74)

Le USS John C. Stennis (CVN-74) lors de ses essais à la mer en octobre 1995

Présentation

Construction

Le contrat attribuant la construction du CVN-74 aux Newport News Shipbuilding & Drydock Company esy signé le 29 mars 1988, le financement assuré par le budget 1988 (1er octobre 1987 au 30 septembre 1988) en même temps que le CVN-75.

Mis sur cale le 13 mars 1991, il est mis à flot le 11 novembre 1993 et officiellement baptisé le même jour USS John C. Stennis (CVN-74). Sa marraine n'est autre que la fille de John Cornelius Stennis, Madame Margaret Stennis-Womble.

Il est commissioné le 9 décembre 1995 à Norfolk puis entame sa mise en condition opérationelle, le premier avion à apponter étant un F-14B Tomcat du squadron d'expérimentation VX-23 de Patuxent River (Maryland) en janvier 1996.

Un autre Congressman honoré

Le septième porte-avions de classe Nimitz rend hommage à John Cornelius Stennis (Kemper County, Mississippi 3 août 1901 Jackson,Mississippi 23 avril 1995), un sénateur démocrate du Mississippi pendant plus de 41 ans qui comme Carl Vinson, joua un rôle capital dans l'expansion de la marine américaine.

Diplomé en droit en 1928, il entra la même année en politique en devenant membre de la Chambre des Représentants de l'Etat du Mississippi jusqu'en 1932 avant d'effectuer une carrière judiciaire comme procureur de 1932 à 1937 puis comme juge de 1937 à 1947.

Marié à Coy Hines, il eut deux enfants, John Hampton (1935-) qui devint attorney (avoué?) qui échoua aux élections de 1978 pour devenir représentant et une fille Margaret Jane, marraine du bâtiment portant le nom de son père.

A la mort du sénateur Theodore Bilbo en 1947, Stennis remporta l'élection et devint Sénateur des Etats-Unis représentant le Mississippi. Connu pour sa grande honnêteté, il fût surnommé «Mister Integrity».

Il est surtout pour son action en faveur de la marine américaine ce qui lui valut le surnom de «Father of the america's modern navy» et le privilège d'avoir un navire baptisé de son vivant.

Partageant les présupposés de son état et farouche partisan de la ségrégation raciale, il évolua peu à peu mais vota contre l'établissement d'un Martin Luther King Day's.

Il fit néanmoins campagne pour Mike Espy qui devint le premier congressman de l'Etat d'origine afro-américaine depuis la fin de la Reconstruction qui suivit la guerre de Sécession. Il fût également le premier démocrate à publiquement critiquer Joseph McCarthy alors tout puissant.

Renonçant à se représenter en 1988, il quitta le Senat en 1989 sans avoir perdu une seule élection en soixante ans de carrière. Il devint professeur à l'université d'Etat du Mississippi jusqu'à sa mort à l'âge canonnique de 93 ans.

Carrière opérationnelle

Le USS John C. Stennis (CVN-74) à la mer en 1996 avec à son bord le CVW-8

Après avoir été commissionné, le porte-avions va passer deux ans à mettre en condition l'équipage du porte-avions et le groupe aérien qui lui est rattaché en l'occurence le CVW-7. Le 18 janvier 1997, le premier appontage d'un Super Hornet à lieu sur ce porte-avions.


Le John C. Stennis et le HMS Illustrious dans le Golfe Persique le 9 avril 1998

Le 26 février 1998, le John C. Stennis largue les amarres et qui Norfolk pour son premier déploiement opérationnel dans le Golfe Persique. Il franchit le canal de Suez le 7 mars et se retrouva dans le Golfe Persique le 11 mars, relevant son sister-ship et ainé de trois ans et demi, le George Washington. Ce déploiement est consacré à l'opération Southern Watch.

Sa mission terminée, il met cap à l'ouest pour rallier son port d'attache en l'occurence la base aéronavale de North Island à San Diego où il arrive le 26 août 1998. Il subit ensuite une période PIA d'octobre 1998 à avril 1999, période à laquelle il reprend la mer.


Le John C. Stennis à la mer en 1998

Le 30 novembre 1999, il s'échoue sur un haut fond au large de San Diego. Le système de refroidissement des réacteurs étant endommagé, les deux réacteurs sont stoppés, l'un manuellement et le second automatiquement et ce pendant 45 minutes. Remorqué à son port d'attache, il passe deux jours en maintenance, les réparations coûtant à la Navy deux millions de dollars.

Le deuxième déploiement opérationnel du Stennis à lieu de janvier à juillet 2000. Quittant San Diego , il relève le John F. Kennedy le 7 janvier  pour participer à l'opération Southern Watch. Il effectue également des visites de courtoisie en Corée du Sud, à Hong Kong, en Malaysie, à Bahrein, aux Emirats Arabes Unis, en Australie ainsi qu'à Pearl Harbor. Il est de retour à San Diego le 3 juillet 2000.


Le John C. Stennis à la mer au printemps 2001

Suite aux attentats du 11 septembre, le John C. Stennis participe à l'opération Noble Eagle de sécurisation des côtes américaines.

Alors qu'il ne devait appareiller qu'à la mi-janvier 2002 pour un nouveau déploiement opérationnel, le USS John C. Stennis quitte North Island dès le 12 novembre 2001 pour participer à l'opération Enduring Freedom sous l'autorité de la 5ème flotte installée à Manama au Bahrein. Ce déploiement s'achève le 28 mai 2002 quand il rentre à San Diego.


Le John C. Stennis en pleine PIA le 21 août 2002

De juin 2002 à janvier 2003, il subit une période Planned Incremental Avaibility ou PIA.


Le John C. Stennis à la mer le 3 avril 2003 en compagnie du destroyer USS John Paul Jones (DDG-53)


Le John C. Stennis et le Sacramento dans le Pacifique le 20 mars 2004


24 mai 2004 : le John C. Stennis quitte San Diego pour un nouveau déploiement opérationnel

Le quatrième déploiement opérationnel du Stennis à lieu du 24 mai au 1er novembre 2004 dans le Pacifique sans aucune mission de combat, le CVN-74 participant à Northern Edge 2004 dans le Golfe d'Alaska (7 au 16 juin) puis à RimPac 2004 au large d'Hawaï du 27 juin au 27 juillet 2004, exercice au cours duquel 40 navires américains, japonais sud-coréens, australiens, canadiens, chiliens et britanniques, 18000 hommes et 100 avions participèrent à différentes manœuvres.


Le John C. Stennis arrivant à Pearl Harbor le 29 juin 2004 lors de RIMPAC 2004 et ci-dessous, le même une semaine plus tard


Peu après son retour à San Diego, le CVN-74 change de port d'attache, ralliant Bremerton le 19 janvier 2005, passant ensuite onze mois en carénage (DPIA Docked Planned Incremental Avaibility)  jusqu'en décembre 2005.

Le 20 janvier 2007, le John C. Stennis quitte Bremerton pour rallier le Golfe Persique. Arrivé sur zone le 19 février, il y retrouve le Dwight . Eisenhower, les deux porte-avions opérant ensemble dans une nouvelle période de tensions avec L'Iran lié à son programme nucléaire.


Le John C. Stennis en mer d'Arabie le 13 avril 2007

Le 23 mai 2007, il franchit le détroit d'Ormutz en compagnie du Nimitz _qui avait relevé l'Eisenhower_ et du porte-hélicoptères Bonhomme Richard. Le Stennis est de retour à Bremerton le 31 août 2007.


Le John C. Stennis le 24 août 2007 alors qu'il ralliait Bremerton et ci-dessous le même, faisant escale à North Island le 27 août 2007


Du 13 janvier au 10 juillet, le John C. Stennis est absent de son porte d'attache pour un nouveau déploiement en Extrême Orient. Lors d'une escale à Singapour le 24 avril, un marin du bord est tué alors qu'avec une embarcation du porte-avions, il sécurisait un manche souple vidangeant l'eau usé des catapultes.


Le John C. Stennis dans le Pacifique le 13 mai 2008

Après avoir participé à des exercices avec les marines japonaises et sud-coréennes dont Northern Edge 2009, le porte-avions rentre aux Etats-Unis, le CVW-9 ralliant North Island le 6 juillet, le porte-avions continuant jusqu'à Bremerton où il arrive le 10.


Le John C. Stennis à North Island le 17 janvier 2009

Le 30 mars 2011, un Hornet de la VMFAT-101 (une unité de transformation opérationnelle des Marines) est victime d'une explosion de moteur. Si l'avion est entièrement détruit, il n'y à pas d'autres victimes.

Déployé au Moyen Orient d'août 2011 à mars 2012, le John C. Stennis et son groupe de combat mette symboliquement fin à la guerre en Irak avec la dernière mission C2 menée par un Hawkeye du porte-avions de 7.32am à 11.04am. Le 7 janvier, il participe à la libération d'un chalutier iranien dans le Golfe d'Aden. Le Stennis rentre à Bremerton le 2 mars.

Dès le 27 août 2012, le porte-avions repart au Moyen Orient pour un déploiement de huit mois jusqu'en avril 2013. Il est de retour à Bremerton (Naval Air Station Kitsap) le 3 mai 2013.


Le John C. Stennis à Bremerton le 10 juillet 2009


_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 20:40

LE USS HARRY S. TRUMAN (ex-United States) (CVN-75)

Le USS Harry S. Truman (CVN-75) lors de ses essais constructeurs le 24 juin 1998

Présentation

Construction

Financé au budget 1988 en même temps que le Stennis, le CVN-75 est connu à l'origine sous le nom de United States. C'est sous ce nom qu'il est d'ailleurs mis sur cale le 29 novembre 1993.

En février 1995, le secrétaire d'Etat à la Navy John H. Dalton changea ce nom en Harry S. Truman, le 33ème président des Etats-Unis de 1945 à 1952.

Ce nom de United States est décidément maudit car les deux derniers navires baptisés ainsi n'ont jamais été achevé qu'il s'agisse du CV-58 ou d'un croiseur de bataille de classe Lexington, le CC-6.

Après 33 mois de travaux, le Harry S. Truman est mis à flot aux chantiers navals de de Newport News le 13 septembre 1996 en présence du président Clinton et d'autres hautes personnalités.


Le Harry S. Truman mis à flot

Les essais constructeurs ont lieu de janvier à juin 1998. Les essais terminés le 11 juin sont suivis par l'acceptation de l'US Navy du navire le 30 juin 1998.

Le USS Harry S. Truman (CVN-75) est officiellement commissionné le 25 juillet 1998 à Norfolk et entame aussitôt la mise en condition opérationnelle du flotteur et de son groupe aérien, le Carrier Vessel WingThree (CVW-3).

Le premier président de la guerre froide



Le huitième porte-avions de classe Nimitz perpétue la mémoire du 33ème président des Etats-Unis, Harry S. Truman (Lamar Missouri 8 mai 1884 Kansas City 26 décembre 1972)

Fils d'un agriculteur du Missouri, sans aucun diplôme universitaire, il fût engagé volontaire en 1917 puis démobilisé ouvrit un commerce qui ne tarda pas à faire faillite.

Il étudia alors le droit et s'engagea dans le parti démocrate du Missouri, devenant sénateur des Etats-Unis représentant le Missouri en 1935.

Occupant différentes fonctions officielles, il fût choisit comme candidat à la vice-présidence en 1944.

Le 12 avril 1945, Franklin Roosevelt meurt à Warm Springs, faisant d'Harry S. Truman le nouveau président des Etats-Unis.

Tenu à l'écart des grandes décisions, le nouveau président découvrit à cette occasion le projet Manhattan et la puissance de la bombe atomique.

Alarmé par les progrès soviétiques en Asie et les pertes potentielles lors d'un débarquement au Japon (au moins 100000 morts), il prit la décision d'utiliser la bombe atomique sur Hiroshima le 6 août et sur Nagasaki trois jours plus tard, mettant fin au second conflit mondial.

Gêné dans sa politique intérieur par un congrès aux mains des républicains, il eut les mains nettement plus libres en politique extérieure.

Moins naïf vis à vis de Staline que Roosevelt, il décide de s'opposer à l'expansion du communisme au travers de la politique de containement ou Doctrine Truman. Outre une aide militaire, cette politique se doubla d'une aide économique (plan Marshall).

Réélu en 1948 contre le républicain Dewey, il organisa l'OTAN en 1949, engagea les Etats-Unis dans la guerre de Corée, première vraie poussée de fièvre de la guerre froide.

Opposé au MacCarthysme, il devint très impopulaire et renonça à se représenter pour un troisième mandat (le 22ème amendement n'à été voté qu'en 1947 et donc Truman n'à pas été présenté) et laissa sa place au républicain Eisenhower.

Il décède à l'hôpital de Kansas City des suites d'une pneumonie à l'âge de 88 ans.

Outre le porte-avions, des timbres ont été régulièrement mis en vente entre 1973 et 1999.

Carrière opérationnelle

Cérémonie de mise en service du Truman le 25 juillet 1998

C'est en août 1998 que le Harry Truman entame sa mise en condition opérationnelle au large de Norfolk avec les qualifications embarquées et différents exercices.


Le Harry S. Truman à grande vitesse dans l'Atlantique

Presque deux ans et demi après avoir été déclaré commissioned, le 28 novembre 2000, le Harry S. Truman appareille de Norfolk avec à son bord le CVW-3 direction le Golfe Persique pour participer à l'opération Southern Watch. Au cours des 869 sorties aériennes effectuées, les avions du Truman effectuèrent le 16 février 2001 un raid aérien contre des batteries antiaériennes irakiennes.


Le CVN-75 arrivant à Halifax le 30 septembre 1999

Relevé le 27 avril, il rentre aux Etats Unis le 23 mai 2001 puis entame une Planned Incremental Avaibility (PIA) le 5 septembre 2001, PIA qui s'achève en mars.


Le Truman dans l'Atlantique le 5 mai 2000


Le Truman à Norfolk le 5 décembre 2002 peu avant son appareillage pour son deuxième déploiement

Le deuxième déploiement opérationnel du Truman à lieu à partir du 5 décembre 2002 quand le CVN-75 appareille de Norfolk direction la Méditerranée. Du 19 mars au 18 avril 2003, il participe à  Operation Iraqi Freedom depuis la Méditerranée.


Le Harry S. Truman en Méditerranée le 19 décembre 2002 et ci-dessous le 14 janvier 2003


Après une escale à Portsmouth, le porte-avions met cap à l'ouest direction Norfolk où il arrive le 23 mai. Il est ensuite ne PIA à partir d'août 2003 et jusqu'au 13 février 2004.


Le Truman en mer en compagnie du pétrolier-ravitailleur USNS John Lenthall en Méditerranée le 3 avril 2003

Après sa participation à «Summer Pulse» en Méditerranée et «Majestic Eagle» dans l'Atlantique, le Harry S. Truman quitte Norfolk le 13 octobre 2004 direction la Méditerranée et le Moyen Orient.


Le Truman en mer le 25 avril 2004 et ci-dessous le 25 juin 2004


Après avoir fait escale à La Sude, il rallie le Golfe Persique où le 20 novembre, il relève le John F. Kennedy. Le CVW-3 effectua durant ce déploiement 2577 sorties aériennes soit 13000 heures de vol pour des opérations de surveillance et d'appui.


Le Truman en mer le 18 juillet 2004

Le 19 mars 2005, il est relevé par le Carl Vinson, rentrant à  Norfolk le 18 avril après être rentré par le cap de Bonne Esperance et une escale à Portsmouth.


Le Harry S. Truman à La Sude le 8 novembre 2004


Le Truman à Portsmouth (Angleterre) en avril 2005

Du 23 au 30 août 2005, l'ouragan Katrina ravage les Caraïbes et le Golfe du Mexique notamment la ville de la Nouvelle Orléans. En réponse, le porte-avions Truman appareille le 1er septembre direction le Golfe du Mexique où il arrive le 4 septembre, servant de navire-amiral pour la force navale chargée des secours.

Ancré au large des côtes, il servit d'usine de désalinisation d'eau et de plate-forme pour les hélicoptères de secours. Il quitte la région en octobre 2005 pour rentrer à Norfolk.

De janvier à décembre 2006, le Harry Truman subit au Norfolk Naval Shipyard une Docked Planned Incremental Avaibility (DPIA). Il entame aussitôt ses essais et sa remise en condition à partir d'avril 2007. Le 15 août 2007, un Hawkeye du porte-avions s'écrase en mer après avoir raté son catapultage, tuant les trois membres d'équipage.


Le Truman dans l'Atlantique le 12 novembre 2007, une semaine après son départ de Norfolk

Le 5 novembre 2007, le USS Harry S. Truman (CVN-75) appareille de Norfolk pour son quatrième déploiement opérationnel consacré à l'appui des forces américaines engagées dans Operation Iraqi Freedom (OIF).

De retour aux Etats-Unis le 1er juin, il embarque les familles des marins et des aviateurs à Mayport en Floride pour une croisière de trois jours jusqu'à Norfolk où il arrive le 4 juin 2008. De juillet 2008 à février 2009, le Harry S. Truman effectue une PIA au Norfolk Naval Shipyard

Au cours de sa remise en condition, le porte-avions est le premier sur lequel apponte des Growler, la version de guerre électronique du Hornet qui remplace le Prowler.

Le 21 mai 2010, le Truman appareille de Norfolk pour son cinquième déploiement opérationnel, franchissant le canal de Suez le 20 juin. Il participe à des opérations de sécurité maritime de la région contre la piraterie endémique dans le Golfe d'Aden. Il est de retour à Norfolk le 20 décembre 2010.


Le Harry S. Truman en mer le 10 décembre 2010

Du 28 février 2011 au 7 avril 2012, le Harry S. Truman est immobilisé au Norfolk Naval Shipyard pour une DPIA consacrée à une remise en état complète et une modernisation de ses équipements.

Les essais et la remise en condition vont occuper le porte-avions pendant plus de trois mois jusqu'à l'été 2012. Il participe ensuite aux tests du drone de combat X-47B (Unmanned Combat Air System UCAS) du 26 novembre au 18 décembre 2012.

A l'origine, le Harry S. Truman devait appareiller le 8 février 2013 pour rallier le Moyen Orient et relever le Stennis qui va prolonger son déploiement. Il arrive finalement sur zone au mois d'avril pour un déploiement qui doit normalement s'achever en novembre.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 21:21

LE USS RONALD REAGAN (CVN-76)

Le Ronald Reagan en 2003-2004

Présentation

Le Ronald Reagan en construction en janvier 1999

Construction

Installation de l’ilot sur le pont du porte-avions

Le CVN-75 peut être considéré comme le dernier vrai Nimitz. En effet, le CVN-76 ultérieurement baptisé Ronad Reagan affiche un certain nombre de différences et de modifications qui annoncent les futurs unités de classe Gerald Force, impression encore plus nettement marquée sur le CVN-77, véritable échelon manquant entre les Nimitz et les Gerald Ford.

Parmi les modifications, nous trouvons un bulbe d'étrave, un ilot plus long (30m au lieu de 24m) qui intègre les ascenseurs à munitions, neuf ponts au lieu de dix car plus élevés de 23cm, une nouvelle mature, une piste oblique décalé de 0.3° vers babord ce qui permet l'utilisation simultanée de la catapulte axiale bâbord et de celle de la piste oblique, trois brins d'arrêts au lieu de quatre, de nouveaux systèmes électroniques et pas de Phalanx.

Le contrat attribuant la construction du CVN-76 aux chantiers navals de Newport News est signé le 8 décembre 1994 après que les financements eurent été votés au budget 1995 (1er octobre 1994 au 30 septembre 1995).


Cérémonie de mise à flot du Ronald Reagan le 4 mars 2001

Mis sur cale le 12 février 1998, le CVN-76 est baptisé Ronald Reagan lors de son lancement le 4 mars 2001 par sa marraine, Nancy Reagan, la deuxième épouse du 40ème président des Etats-Unis qui était le premier président américain à avoir un porte-avions à son nom de son vivant. Hélas, à l'époque, la maladie d'Alzheimer était tellement avancé qu'il ne fût pas en état d'assister au lancement d'un navire lancé et entré en service onze mois avant sa mort le 12 juillet 2003.


Achèvement à flot du Ronald Reagan

L'équipage monta pour la première fois à bord le 30 octobre 2002 et la commision prononcée le 12 juillet 2003 à Norfolk.


Deux photos des essais à la mer du Ronald Reagan


America is back !


Le neuvième et avant-dernier Nimitz rend hommage au 40ème président des Etats-Unis au pouvoir de 1980 à 1988 en l'occurence Ronald Reagan (Tampico Illinois 6 février 1911,Los Angeles Californie 5 juin 2004)

Issu d'une famille modeste de Californie, il est d'abord reporter sportif puis acteur de série B avant de servir dans le service cinématographique de l'armée durant le second conflit mondial.

Démocrate à l'origine, il se rapproche des républicains au point d'épouser Nancy Robbins, la fille d'un responsable républicain en 1952. Ce n'est cependant qu'en 1962 qu'il adhère au Grand Old Party.

En 1964, il soutient Barry Goldwater le candidat républicain battu par Johnson. Gouverneur de Californie de 1967 à 1974, il est proche de Richard Nixon.

Il se présente aux primaires républicaines en 1976 mais est battu par Gerald Ford qui sera lui même battu aux élections par le démocrate Jimmy Carter.

Quatre ans plus tard c'est la bonne, Ronald Reagan est élu président des Etats-Unis face à Jimmy Carter avec seulement 50.89% des voix mais 489 grands électeurs contre 49.

Il entame ce qu'on appelle une révolution conservatrice qui n'était pas sociétale mais économique avec des baisses massives d'impôts pour relancer l'économie, un contrôle des échanges monétaires pour éviter l'inflation.

Le 30 mars 1981, il est victime d'une tentative d'assassinat en étant visé par John Hinckley Jr, un admirateur de Jodie Foster qu'il voulait impressionné. Assez sérieusement blessé, Reagan eut la force de plaisanter sur la table d'opérations en espérant que tous les chirurgiens étaient républicains à quoi le chirurgien en charge de l'opération _connu pour ses être un démocrate libéral_ répondit «Aujourd'hui nous sommes tous républicains».

Remis de ses blessures, il s'attaque aux monopoles syndicaux, virant un millier de contrôleurs aériens syndiqués, les remplaçant par des militaires en attendant la formation de nouveaux contrôleurs aériens.

C'est en politique extérieure que sa politique fût la plus marquante. Guérie de la dépression post-Vietnam, les Etats-Unis montrent à nouveau les crocs face à l'URSS considérée comme «l'Empire du Mal» par le président républicain.

Il lança l'Initiative de Défense Stratégique (IDS) qui poussa l'URSS à investir dans l'armement jusqu'à l'implosion du système, intervint au Liban, en Grenade et installa des missiles Pershing II et Tomahawk pour riposter aux SS-20 italiens.

Aux élections de 1984, Ronald Reagan écrasa, éparpilla façon puzzle le candidat démocrate Walter Mondale, remportant 58% des voix populaires et 525 grands électeurs sur 538, seuls le Minesota (ancien Etat du sénateur Mondale) et le District de Columbia _bastion démocrate_ ayant accordé leurs grands électeurs à Mondale.

En dépit du scandale de l'Irangate (vente d'armes à l'Iran en dépit de l'embargo pour financer les contras) et du krach boursier d'octobre 1987, Ronald Reagan pu passer la main à son vice-président, George H.W Bush élu président en novembre 1988 face au démocrate Michael Dukakis.

Atteint de la maladie d'Alzheimer en 1994, il cessa d'apparaître en public jusqu'à sa mort en 2004 alors que sa mémoire était déjà célébrée par un porte-avions portant son nom, juste hommage au président qui relança l'expansion de la marine américaine avec l'objectif jamais aboutit d'une 600 ships navy.

Carrière opérationnelle

Le Ronald Reagan à la mer le 8 mai 2003

Du 23 juillet au 5 août 2003, le porte-avions est à la mer pour la qualification du porte-avions aux opérations aéronavales avec le CVW-11 affecté en temps normal au Nimitz.


Le Ronald Reagan à la mer le 16 septembre 2003


Le USS Ronald Reagan (CVN-76) arrivant à Fort Lauderdale (Floride) le 11 novembre 2003

Le 27 mai 2004, le Ronald Reagan quitte définitivement Norfolk pour rallier la côte ouest et sa nouvelle base de North Island près de San Diego. Il fait escale à Rio de Janeiro du 9 au 12 juin, franchit le Cap Horn le 22 juin avant de remonter la côte Pacifique , faisant escale à Valparaiso du 25 au 29 juin, à Callao du 9 au 12 juillet avant de rallier San Diego le 23 juillet. Il est affecté au Carrier Strike Group Fifteen.


Le Ronald Reagan à Rio de Janeiro le 9 juin 2004 et ci-dessous dans le détroit de Magellan le 21 juin 2004


Le premier déploiement opérationnel du Ronald Reagan commence le 4 janvier 2006 quand le CVN-76 quitte San Diego pour le Moyen Orient afin de soutenir les troupes américaines engagées avec à son bord le CVW-14.


Le Ronald Reagan à San Diego en octobre 2005 et ci-dessous en compagnie du Gotland, un sous-marin  loué à la marine suédoise


Entré dans le Golfe Persique le 22 février 2006, il rentre en Californie le 6 juillet après avoir fait escale à Brisbane, à Singapour, à Jebel Ali, à Port Kelang en Malaisie et Hong Kong et participer à des exercices avec le porte-avions indien INS Viraat et le porte-avions français Charles de Gaulle ainsi qu'un exercice avec le sous-marin suédois Gotland loué par la marine américaine.


Golfe Persique 20 mai 2006 : le Ronald Reagan en compagnie du USNS Rainier et du USS Campbell


Le Ronald Reagan passant à Pearl Harbor devant le cuirassé Missouri le 28 juin 2006

Du 27 janvier au 20 avril 2007, le USS Ronald Reagan est absent de son port d'attache pour un déploiement non prévu initialement, remplaçant le Kitty Hawk alors en maintenance au Japon. Il s'agissait également de vérifier la capacité du porte-avions à appareiller en urgence pour faire face à une crise imprévue.


Le Ronald Reagan à North Island le 6 juillet 2006


Le Ronald Reagan à la mer le 24 octobre 2006


Le Ronald Reagan arrivant à Sasebo le 24 février 2007

Le 15 décembre 2007 alors que le porte-avions était en manœuvre dans le sud de la Californie, il reçoit un appel d'urgence d'un paquebot en croisière au large de la Basse Californie. Un passager est victime d'une crise d'appendicite. Un SH-60 du porte-avions hélitreuilla le malade qui fût opérer à bord du porte-avions par le chirurgien du bord.


Essais de stabilité du Ronald Reagan le 30 octobre 2007

Le 19 mai 2008, le Ronald Reagan quitte San Diego en compagnie du CVW-14 et de ses escorteurs pour son deuxième vrai déploiement opérationnel dans le Pacifique et au Moyen Orient soit les zones de responsabilité des 7ème et 5ème flotte.


Le Ronald Reagan survolé par deux Hornet (1er mars 2007)

Du 24 juin au 2 juillet, les hélicoptères Seahawk et les avions Greyhound participe à une mission de secours et d'assistance des victimes du typhoon Fengshen. Il rallie ensuite le Moyen Orient où il est déployé à partir du 28 août pour appuyer les troupes américaines de l'opération Enduring Freedom avant de rentrer à San Diego le 23 novembre 2008.


Le Ronald Reagan en mer de Chine méridionale le 13 mars 2007

Le 28 mai 2009, le USS Ronald Reagan (CVN-76) quitte San Diego pour son troisième déploiement, toujours dans les même régions. Il relève l'Eisenhower et entame son cycle opérationnel le 6 juillet en appui d'Enduring Freedom, rentrant à San Diego le 21 octobre.


Le Ronald Reagan arrivant à San Diego le 20 avril 2007


De décembre 2009 à mai 2010, le Ronald Reagan subit une Planned Incremental Avaibility (PIA) par le Norfolk Naval Shipyard à North Island en liaison avec d'autres partenaires industriels des deux côtes, des travaux menés avec une telle célérité qu'ils coûtèrent moins chers que prévus !


Le Ronald Reagan naviguant de conserve avec le Sao Paulo, notre ancien Foch

Les essais à la mer sont menés du 18 au 20 mai et son suivis de la remise en condition opérationnelle notamment du groupe aérien, remise en condition qui commence le 2 juin, se poursuivent par l'exercice RIMPAC 2010 et une évaluation finale le 25 août 2010.


Le Ronald Reagan le 30 juin 2008

En novembre 2010, le Ronald Reagan assista le paquebot Carnival Splendor victime d'un incendie dans sa propulsion qui la rendait totalement ingouvernable dans le Pacifique.


Le Ronald Reagan à San Diego le 25 novembre 2008

Le 2 février 2011, le Ronald Reagan appareille pour un nouveau déploiement en Asie du Nord-Est, participant à un exercice avec la marine sud-coréenne puis l'assistance aux victimes du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars 2011, servant au large de Sendai de plate-forme de ravitaillement pour hélicoptères.


Le Ronald Reagan à la mer le 12 septembre 2009

A noter que dix-sept membres d'équipage de trois hélicoptères américains furent contaminés par les radiations et les poussières radioactives de la centrale de Fukushima ce qui nécessita également un lessivage complet du porte-avions.  L'équipage reçut les remerciements du ministre japonais de la défense le 4 avril. Le porte-avions rentre à San Diego le 9 septembre.

De janvier 2012 à mars 2013, le Ronald Reagan subit sa première DPIA (Docked Planned Incremental Avaibility) au Puget Sound Naval Shipyard, rentrant à San Diego le 21 mars 2013.  

Il prépare depuis un nouveau déploiement dans le Pacifique ou au Moyen-Orient avec comme groupe aérien le CVW-2 déployé auparavant à bord de l'Abraham Lincoln qui va subit une refonte RCOH.

Quand au CVW-14, il devait être dissous mais au printemps 2012, la décision en ce sens à été annulée.


Le Ronald Reagan à la mer le 12 mars 2011

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 21:43

LE USS GEORGE H. W. BUSH (CVN-77)

Le USS George H. W. Bush (CVN-77) dans le détroit d'Ormuz le 9 octobre 2011

Présentation

Construction

Présentation de la maquette du CVN-77

Financé au budget 2001, le CVN-77 est le dixième et dernier Nimitz mais comme le Ronald Reagan avant lui, même plus encore, il intègre un certain nombre de modifications qui ont font le chainon manquant avec les futurs porte-avions de classe Gerald Ford (CVN-78 Gerlad R. Ford, CVN-79 John F. Kennedy et CVN-80 Enterprise).

Il dispose d'un bulbe d'étrave, d'un nouveau système de direction de combat, une mâture et un ilôt différent. Il doit également recevoir de nouveaux radars à faces planes installés sur l'ilôt et des brins d'arrêts d'un nouveau type.

Le contrat est signé entre l'US Navy et les chantiers navals Northrop Grumman de Newport News le 26 janvier 2001. Il est baptisé le 9 décembre 2002 après que le Sénat eut émis l'avis de le baptiser Lexington, du nom d'une bataille de la guerre d'Indépendance et de deux porte-avions, le CV-2 et le CV-16.

Différentes étapes de construction du dixième et dernier Nimitz. 1-030303 2-081204 3-080305 4-030805 5-281105








9 juillet 2006 : l'ancien pilote George H. W. Bush et le capitaine du porte-avions, le capitaine Kevin O'Flaherty placent leurs ailes sous l'ilot du porte-avions comme les grecs mettaient une pièce sous le mat de leurs galères

Il est mis sur cale le 6 septembre 2003 et  le 8 juillet 2006, le 41ème président, toujours vivant à l'époque y plaça ses ailes de pilote en compagnie de celle du premier commandant du porte-avions, le capitaine Kevin O'Flaherty.


Le George H. W. Bush quasiment achevé le 12 septembre 2006


Programme de la cérémonie mise à flot

Il est lancé le 7 octobre 2006 en présence de sa marraine, Dorothy Bush-Koch _fille cadette de George Bush Sr_ , du 41ème président des Etats-Unis George H. W. Bush au pouvoir de 1988 à 1992, de son épouse Barbara et surtout de son fils, George W. bush, 43ème président des Etats-Unis élu depuis 2000.


Le George H. W. Bush peu après sa mise à flot

Le 25 janvier 2008, les premiers catapultages ont lieu à l'aide non pas d'avions mais de poids morts destinés à tester le bon fonctionnement des mécanismes


Le George H. W. Bush en armement à flot en compagnie du Carl Vinson le 20 août 2008 alors en refonte RCOH

Le 11 août 2008, les premiers membres d'équipage emménagent à bord du porte-avions avec  tout une série de premières : premier repas, premier hissage du pavillon national dans la mature..... .

Les premiers essais à la mer réalisés sous le contrôle du constructeur ont lieu le 23 décembre 2008.

Le USS George H.W Bush (CVN-77) est officiellement commissioné le 10 janvier 2009 à Norfolk en Virginie en présence de 15000 personnes dont des vétérans du porte-avions léger San Jacinto, le porte-avions sur lequel George Bush Sr avait servit.


Le George H. W. Bush effectuant ses essais constructeurs le 16 février 2009

Les tests constructeurs s'achèvent le 16 février 2009, laissant la place aux essais de la marine américaine qui commencnet le 10 avril 2009 sous le magistère du US Navy Board of Inspection and Survey. Le porte-avions est officiellement accepté par la marine le 11 mai 2009.

Le plus jeune pilote de l'aéronavale


Le dixième et dernier Nimitz rend hommage à George Herbert Walker Bush (Milton,Massachusetts 12 juin 1924-).

Fils de Prescott Bush sénateur républicain modéré du Connecticut et homme d'affaires ayant fait fortune dans la banque et de la finance et de Dorothy Bush née Walker, il subit un cursus secondaire classique qui l'aurait conduit à Yale sans l'entrée en guerre des Etats-Unis après l'attaque sur Pearl Harbor.

Il s'engage comme pilote de l'aéronavale le 12 juin 1942 et devient le plus jeune pilote à recevoir ses ailes. Déployé dans le Pacifique comme pilote d'avion torpilleur TBM Avenger, il effectue un total de 58 missions jusqu'au 2 septembre 1944 quand son avion est abattu. Il est le seul survivant et après avoir été récupéré par le sous-marin USS Finback, il est démobilisé.

Le 6 janvier 1945, il épouse Barbara Pierce avec laquelle il aura six enfants : George Walker, Robin (décédée à l'âge de 4 ans d'une leucémie), John (plus connu sous le nom de Jeb), Neil,Marvin et Dorothy.

Il reprend ses études là où elles avaient été interrompues. Il sort diplomé en économie de Yale en 1948 après avoir été initié comme son père et comme son fils ainé au sein de la confrérie des Skulls & Bones, une confrérie objet de tous les fantasmes.

Après s'être lancé avec succès dans l'industrie pétrolière au Texas, il embrasse une carrière politique, étant élu à la Chambre des Représentants de 1966 à 1970 après un premier échec en 1964.

Il échoue à  nouveau en 1970 en ne parvenant pas à se faire élire au Sénat mais devient en 1971 ambassadeur des Etats-Unis auprès de l'ONU (1er mars 1971 au 18 janvier 1973) avant d'occuper différentes fonctions politiques et diplomatiques.

De janvier 1976 à janvier 1977, il est directeur de la CIA sous la présidence Ford et le début de la présidence Carter.

Il prend alors du recul, retrouvant le monde des affaires en présidant notamment la First National Bank.

En mai 1979, il replonge dans la politique en se présentant aux primaires républicaines face à Ronald Reagan. Il échoue mais se voit proposer de former un ticket avec l'ancien gouverneur de Californie ce qu'il accepte, ce choix rassurant les modérés et offrant à Reagan une expérience dans le domaine diplomatique et du renseignement qu'il n'avait pas.

Vice-président de 1981 à 1989, il occupe le poste de président par intérim à deux occasions en 1981 après la tentative d'assassinat et en 1985 après une nouvelle opération de Reagan.

Profitant à plein de la bonne santé économique des Etats-Unis et surfant sur la popularité du président sortant, George Bush est élu 41ème président des Etats-Unis en novembre 1988, remportant largement le scrutin avec 53.8% des voix et 426 grands électeurs contre le démocrate Michael Dukakis (46% et 111 grands électeurs).

Sur le plan intérieur, il doit composer avec un Congrès à majorité des démocrates. Pour gérer un important déficit budgétaire hérité de Reagan, il doit réduire les dépenses et augmenter les impôts, revenant sur une promesse électorale («read my lips no new taxe») ce qui lui aliène les républicains conservateurs.

Résultats, en dépit de résultats probants sur la scène internationale (intervention au Panama, chute du mur de Berlin, guerre de Golfe et implosion de l'URSS), il doit justifier un bilan économique nettement moins reluisant.

Gêné par la candidature de l'indépendant Ross Perot (19% des voix), il est battu par Bill Clinton qui remporte 43% des suffrages et 370 grands électeurs contre 37% et 168 grands électeurs au président sortant.

Retiré de la vie publique, il reste néanmoins une voix très écoutée au sein du parti républicain, son soutien à John Mc Cain en 2008 boostant la candidature du sénateur de l'Arizona sans pour autant lui permettre de battre le candidat démocrate Barack Obama.

Carrière opérationnelle

Le George H. W. Bush à la mer le 31 mai 2011

Après avoir été officiellement livré à la marine américaine, le USS George H. W. Bush (CVN-77) entame sa mise en condition opérationnelle.

Le 19 mai 2009, un Super Hornet du squadron VX-30 basé à Patuxent River effectue un appontage et un catapultage sur le dernier né des porte-avions américains. La certification du pont d'envol est obtenu le 26 mai sous les yeux du 41ème président des Etats-Unis et de la marraine du bâtiment.

De retour dans son chantier constructeur le 18 juin 2009, le CVN-77 subit une période de démontages et de modifications en tirant les leçons des essais à la mer. Ces travaux ont immobilisé le porte-avions jusqu'au 29 janvier 2010, date de la fin des essais à la mer consécutifs à cette immobilisation.

Le 15 mai 2011, le porte-avions intégré au Carrier Strike Group Two et embarquant le CVW-8 quitte Norfolk pour son premier déploiement opérationnel.

Il met cap sur la Grande Bretagne pour participer dans les Western Approaches à l'exercice Saxon Warrior avant une escale ou plutôt un mouillage à Portsmouth du 27 au 31 mai 2011. Il fait ensuite escale à Carthagène du 6 au 9 juin puis à Naples du 11 au 14.

Franchissant le canal de Suez, il entre dans le Golfe d'Aden le 21 juin, relevant le USS Enterprise dont c'était le dernier déploiement opérationnel avec son désarmement. Outre différentes escales dans les ports de la région, le groupe aérien du porte-avions va assurer l'appui des troupes américaines engagées dans Enduring Freedom en Afghanistan.

Après avoir été relevé, le USS George H. W. Bush franchit le canal de Suez le 20 novembre 2011, fait escale à Marseille du 25 au 29 novembre puis à Mayport le 8 décembre, rentrant à Norfolk deux jours plus tard, le 10 décembre 2011.

Le 20 mars 2012, un MV-22 Osprey effectue le premier appontage sur un porte-avions américain en l'occurence le George H. W. Bush (CVN-77). Le 10 juin, George Bush père et son fils ainé visitent le navire alors qu'il se trouvait au large des côtes du Maine.

Du 25 juillet au 30 novembre 2012, il subit une Planned Incremental Avaibility (PIA) au Norfolk Naval Shipyard avant d'effectuer ses essais à la mer du 1er au 4 décembre. Il reprend ensuite l'entraînement de son groupe aérien et ce jusqu'à la fin de l'année.

Le 14 mai 2013, un X-47B, un démonstrateur de drone de combat est catapulté depuis le George H. W. Bush, contrôlé par le navire mais qui atterrira à terre à Patuxent River, le démonstrateur effectuant néanmoins dans touch and go (approche, pas d'accroche des brains et remise des gaz) le 17 mai. Il faut attendre le 8 juillet pour qu'un X-47B effectue un appontage sur le porte-avions.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 21:55

FOCUS : LES GERALD R. FORD

Comparaison entre le Nimitz et le Gerald R. Ford

Avec la mise en service début 2009 du USS George H. W. Bush (CVN-77), une page se tourne dans l'histoire de l'aéronavale américaine puisqu'il s'agit du dernier Nimitz à entrer en service.

En effet, il à été décidé depuis longtemps que le CVN-78 serait d'un nouveau type, tirant les leçons de plus de quatre décennies d'utilisation des Nimitz.

Certes le design original à rapidement évolué, le CVN-71 n'était pas identique au CVN-68 sans parler des importants changements introduits par les CVN-76 et 77 mais le CVN-78 rompt la lignée inaugurée en 1975.


Représentation 3D du Gerald R. Ford

Baptisé CVN(X) puis CVN-21 (porte-avions du 21ème siècle), cette nouvelle classe de porte-avions à été dévellopé pour tenir compte de plusieurs facteurs :


Ecorché d'un porte-avions de type Gerald R. Ford

-Résoudre le problème de stabilité rencontrer sur les Nimitz en fin de carrière suite à l'ajout de nombreux équipements (problème en partie résolu avec le Reagan et le George H. W. Bush qui intègrent de nombreux espaces vides)

-Augmenter la capacité de production d'électricité

-Obtenir des réacteurs pouvant tenir 50 ans et éliminer la phase délicate du déchargement du combustible usé et du chargement de combustible propre

-Intégrer les dernières évolutions technologiques qu'il s'agisse de nouveaux radars, de brins d'arrêts évolués et des nouvelles catapultes électromagnétiques

-Réduire les coûts et en premier lieu celui de l'équipage en diminuant le nombre de marins nécessaires

Par rapport aux Nimitz, les Gerald R. Ford disposent d'un pont d'envol plus large organisé différement avec un ilôt plus petit (18m au lieu de 30) installé très en arrière avec seulement trois ascenseurs, deux tribord et un à babord.

Initialement prévue en 2005, la commande du CVN-78 n'à été passé que le 10 septembre 2008 en raison des coûts engendrés par les interventions en Irak et en Afghanistan.


Le 16 janvier 2007, le CVN-78 est officiellement baptisé Gerald R. Ford

Le 16 janvier 2007 il à été baptisé du nom du seul président américain jamais élu puisque nommé vice-président en 1973 en remplacement de Spiro Agnew tombé pour corruption et qui remplaça Nixon après sa démission, échouant ensuite face à Carter aux élections de 1976.

Ce choix ne coulait pas de source. Certes, Gerald R. Ford à fait la seconde guerre mondiale dans la marine sur le porte-avions léger Monterey mais ses faits d'armes sont pour le moins discret, ses détracteurs disant que son seul fait de gloire était ne pas avoir basculé par dessus bord lors d'une tempête.

Les vétérans du USS America (CV-66) désarmé en 1996 et coulé comme cible de tests en 2005 essayèrent de baptiser le CVN-78 America mais sans succès, le porte-hélicoptères LHA-6 recevant ce nom.

Il faut dire qu'entre-temps, Gerald Ford est décédé ce qui explique peut être pourquoi ce nom controversé à été finalement retenu par le Secrétaire d'Etat à la Navy.


14 novembre 2009 : mise sur cale du Gerald R. Ford à Newport News

Le Gerald R. Ford est mis sur cale aux chantiers navals Northrop Grumman de Newport News le 14 novembre 2009 en présence de sa marraine, Susane Ford Bales, marraine du bâtiment et fille du défunt président.

La construction facilité par le recours poussé à la préfabrication avance vite puisqu'il est achevé à 50% en août 2011,75% en avril 2012, la partie inférieure de la proue étant installée le 24 mai suivant. Achevé à 88% au 8 octobre 2012, il l'est à 90% au 19 décembre soit 446 modules sur 500 installés. L’ilot est installé le 26 janvier 2013.


Installation de l'ilot sur le pont d'envol du Gerald R. Ford

Le pont d'envol est achevé le 9 avril 2013 par installation de la partie supérieure de la proue, portant le taux d'achèvement à 96%. Il est considéré comme achevé le 7 mai 2013 mais la mise à flot prévue pour juillet 2013 à été repoussée au 9 novembre pour une livraison à l'US Navy prévue pour début 2016. Il remplacera alors numériquement l'Entreprise désarmé en décembre 2012.


Le Gerald R. Ford est pratiquement achevé....

Financé au budget 2009, le CVN-79 devait remplacer numériquement le John F. Kennedy, dernier porte-avions conventionnel construit pour la marine américaine et désarmé en 2007 mais qui au final remplacera le Nimitz.

Comme son ainé, le choix du nom à fait l'objet de plusieurs demandes, un sénateur de l'Arizona proposant de baptiser Arizona le nouveau porte-avions alors qu'un représentant du même état proposait le nom de Barry M. Goldwater, ancien sénateur d'Arizona et candidat républicain malheureux aux élections de 1964.


Cérémonie de présentation du choix du CVN-79. Caroline Kennedy fille du défunt président présente cette cérémonie. 44 ans plus tôt, en 1967, elle avait baptisé le CV-67.

Le 29 mai 2011, le DoD annonce que le CVN-79 allait être baptisé John F. Kennedy comme le CV-67.

Commandé aux chantiers navals Ingalls Hilton Industries de Newport News le 15 janvier 2009, la découpe de la première tole à lieu le 25 février 2011. A l'heure actuelle (août 2013), il n'à toujours pas été mis sur cale, la mise sur cale étant prévue pour 2014 avec une livraison planifiée pour 2020.

Le 1er décembre 2012 au cours de la cérémonie de désarmement de l'USS Enterprise, le secrétaire à la Navy Ray Mabus annonça que le CVN-80 destiné à remplacer le Dwight D. Eisenhower serait baptisé Enterprise.

Sa mise sur cale est prévue pour 2018 et sa mise en service pour 2025 mais ce calendrier pour des raisons budgétaires pourrait être décalé de deux ans jusqu'en 2027.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9362
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 28 Aoû 2013, 22:16

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES


Déplacement :

Nimitz Dwight D. Eisenhower Carl Vinson : standard 72900 tonnes pleine charge 93700 tonnes

Theodore Roosevelt Abraham Lincoln George Washington John C. Stennis Harry S. Truman Ronald Reagan : standard 73970 tonnes pleine charge 96800 à 104200 tonnes

George H. W Bush :  98000 tonnes à pleine charge

Dimensions :

Nimitz Dwight D. Eisenhower Carl Vinson : longueur 332.80m hors tout et 317m entre les perpendiculaires largeur : 40.85m au niveau de la flottaison et 77.10m au niveau du pont d'envol tirant d'eau : 11.30m

Theodore Roosevelt Abraham Lincoln George Washington John C. Stennis Harry S. Truman Ronald Reagan : longueur 332.84m hors tout et 317m entre les perpendiculaires largeur : 40.85m au niveau de la flottaison et 78.33m au niveau du pont d'envol tirant d'eau : 11.71m

George H. W Bush :  longueur 333m hors tout et 317m entre les perpendiculaires largeur : 41m au niveau de la flottaison et 78m au niveau du pont d'envol tirant d'eau : 12m

Propulsion : deux réacteurs nucléaires A4W/A1G à eau pressurisée fabriquant la vapeur nécessaire aux quatre groupes turbopropulseurs General Electric qui dévellope 280000ch et entraînent quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 32 nœuds (31 pour le George H. W. Bush) Autonomie : en principe illimitée avec la propulsion nucléaire. L'autonomie en vivres est de 90 jours mais le Theodore Roosevelt à passé 154 jours sans revenir une seule fois au port

Electronique :

Nda : source Flotte de Combat 2008

Nimitz Dwight D. Eisenhower Carl Vinson

Un radar de navigation Furuno 900 et un radar de navigation SPS-73, un radar d'appontage SPN-44 (bande I/J), deux radars d'appontage SPN-46 (bande I/J) et un radar de contrôle de l'espace aérienne SPN-43B (bande E/F portée maximale 90km)

-Un radar de veille combinée SPS-67(v)1 (bande G/H), un radar de veille air SPS-49(v)5 (bande C portée 480km, 250 pistes suivies simultanément), un radar d'altimétrie et de veille tridimensionelle SPS-48E (portée maximale 400km bande E/F),  
-Quatre conduite de tir Mk95 et un radar de désignation d'objectifs SPQ-9B

-La guerre électronique est assurée par un brouilleur SLQ-32(v)4, un intercepteur SLQ-20B, quatre lanceurs SRBOC mk36, un bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie, un leurre anti-torpilles SLX-1
-Balise TACAN URN-25

-Système de direction de combat ICDS avec liaison 11 et 16

-Systèmes de transmissions par satellite WSC-3, WSC-6, USC-38, SSQ-82 et SSR-2.

-Ils sont équipés également du système ASCAC (Anti-Submarine Classification and Anylisis Center), du NTCS-A (Naval Tactical Command System Afloat) et du CEC (Cooperative Engagement Capability)

Theodore Roosevelt Abraham Lincoln George Washington John C. Stennis Harry S. Truman Ronald Reagan :

Un radar de navigation Furuno 900 et un radar de navigation SPS-64(v)9 (SPS-73 pour le Ronald Reagan), un radar d'appontage SPN-44 (bande I/J), deux radars d'appontage SPN-46 (bande I/J) et un radar de contrôle de l'espace aérienne SPN-43B (bande E/F portée maximale 90km)

-Un radar de veille combinée SPS-67(v)1 (bande G/H), un radar de veille air SPS-49(v)5 (bande C portée 480km, 250 pistes suivies simultanément), un radar d'altimétrie et de veille tridimensionelle SPS-48E (portée maximale 400km bande E/F),  

-Quatre conduite de tir Mk95 (six pour le Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln) et un radar de désignation d'objectifs SPQ-9B.

-Conduite de tir Mk91 pour le Sea Sparrow

-La guerre électronique est assurée par un brouilleur SLQ-32(v)4, un intercepteur SLQ-20B, quatre lanceurs SRBOC mk36, un bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie, un leurre anti-torpilles SLX-1

-Système de défense antimissiles SSDS

-Balise TACAN URN-25

-Système de direction de combat ICDS avec liaison 11 et 16 pour le Reagan (ACDS pour les autres)

-Systèmes de transmissions par satellite WSC-3, WSC-6, USC-38, SSQ-82 et SSR-2.

-Le Ronald Reagan à disposé dès sa construction du Tactical Imput Segment (TUS) et de l'ICAN (Integrated Communication Advanced Network)

-Ils sont équipés également du système ASCAC (Anti-Submarine Classification and Anylisis Center), du NTCS-A (Naval Tactical Command System Afloat) et du CEC (Cooperative Engagement Capability) (uniquement pour le George Washington, le John C. Stennis et le Harry S. Truman)

George H. W Bush :

Un radar de navigation Furuno 900 et un radar de navigation SPS-73, un radar d'appontage SPN-44 (bande I/J), deux radars d'appontage SPN-46 (bande I/J) et un radar de contrôle de l'espace aérienne SPN-43B (bande E/F portée maximale 90km)

-Un radar de veille combinée SPS-67(v)1 (bande G/H), un radar de veille air SPS-49A(v)1 (bande C portée 480km, 250 pistes suivies simultanément), un radar d'altimétrie et de veille tridimensionelle SPS-48E (portée maximale 400km bande E/F).

A terme recevra le radar SPY-2 VSR (Volume Search Radar bande S) en remplacement du SPS-48 et 49

-Quatre conduite de tir Mk95 et un radar de désignation d'objectifs SPQ-9B remplacés à terme par un SPY-3 MFR(Multi-Fonction Radar) à trois faces planes travaillant en bande X.

-La guerre électronique est assurée par un brouilleur SLQ-32(v)4, un intercepteur SLQ-20B, quatre lanceurs SRBOC mk36, un bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie, un leurre anti-torpilles SLX-1

-Balise TACAN URN-25

-Système de direction de combat ICDS avec liaison 11 et 16

-Systèmes de transmissions par satellite WSC-3, WSC-6, USC-38, SSQ-82 et SSR-2.

-Ils sont équipés également du système ASCAC (Anti-Submarine Classification and Anylisis Center), du NTCS-A (Naval Tactical Command System Afloat) et du CEC (Cooperative Engagement Capability)

Armement

Nimitz, Dwight D. Eisenhower et Carl Vinson

Lancement d'un missile RAM

-Deux lanceurs verticaux QPELS Mk56 à trois cellules quadruples Mk25 soit un total de vingt-quatre missiles

-Deux systèmes RAM Mk31 (babord avant et tribord arrière) qui ont remplacés les Phalanx d'origine

-Quatre mitrailleuses de 12.7mm en affûts simples

Theodore Roosevelt Abraham Lincoln George Washington John C. Stennis Harry S. Truman Ronald Reagan

Tir d'un missile Sea Sparrow par l'Abraham Lincoln

-Deux lanceurs octuples Mk29 pour missiles Sea Sparrow (trois pour le Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln) (avant tribord et arrière babord)

-deux systèmes RAM Mk31 (babord avant et tribord arrière)


Phalanx en pleine action

-Trois systèmes Phalanx sauf le Reagan qui n'en possède pas

-Quatre à dix mitrailleuses de 12.7mm en affûts simples

George H. W. Bush

-Deux lanceurs verticaux QPELS Mk56 soit un total de vingt-quatre missiles (deux fois douze)

-Deux systèmes RAM Mk31

Installations Aéronautiques

Nimitz, Dwight D. Eisenhower et Carl Vinson

-Piste oblique longue de 237.70m de long sur 25m de large inclinée à 9° vers babord

-Quatre ascenseurs latéraux de 70 tonnes avec trois à tribord (deux devant et un derrière l'ilot) et un quatrième à babord arrière longs de 25.90m sur 15.80m

-Hangar de 275m de long sur 32.90m de large et 7.60m de haut

-Quatre catapultes à vapeur C13 mod1 de 94.50m (deux sur la piste axiale et deux sur la piste oblique) pour le Theodore Roosevelt, C13mod2 pour les autres

-Quatre brins d'arrêts Mk14 et une barrière Mk7mod3

-Carburéacteur embarqué pour seize jours d'opérations (9000 tonnes) avec 3000 tonnes de munitions

-Récupérateurs d'élingue installés au début de la carrière mais ultérieurement débarqués, les nouveaux avions embarqués disposant d'un Nosegear permettant une accroche directe à la catapulte

-Système d'appontage automatique ACLS ou JPALS (Joint Precision Approach and Landing Systems) associé au SPN-46

Theodore Roosevelt Abraham Lincoln George Washington John C. Stennis Harry S. Truman Ronald Reagan

-Piste oblique longue de 237.70m de long sur 25m de large inclinée à 9° vers bâbord (9,3° pour le Ronald Reagan)

-Quatre ascenseurs latéraux de 70 tonnes avec trois à tribord (deux devant et un derrière l'ilot) et un quatrième à bâbord arrière longs de 25.90m sur 15.80m. Le Ronald Reagan à des ascenseurs nettement plus puissants (100 tonnes)

-Hangar de 275m de long sur 32.90m de large et 7.60m de haut

-Quatre catapultes à vapeur C13 mod1 de 94.50m (deux sur la piste axiale et deux sur la piste oblique) pour le Theodore Roosevelt, C13mod2 pour les autres

-Quatre brins d'arrêts Mk14 et une barrière Mk7mod3 (trois brins d'arrêt pour le Ronald Reagan) qui seront à terme remplacés par des brins AAG (Advanced Arrested Gear)

-Carburéacteur embarqué pour seize jours d'opérations (9000 tonnes) avec 3000 tonnes de munitions

-Récupérateurs d'élingue installés au début de la carrière mais ultérieurement débarqués, les nouveaux avions embarqués disposant d'un Nosegear permettant une accroche directe à la catapulte

-Système d'appontage automatique ACLS ou JPALS (Joint Precision Approach and Landing Systems) associé au SPN-46

George H. W. Bush

-Piste oblique longue de 237.70m de long sur 25m de large inclinée à 9,3° vers babord

-Quatre ascenseurs latéraux de 100 tonnes avec trois à tribord (deux devant et un derrière l'ilot) et un quatrième à babord arrière longs de 25.90m sur 15.80m.

-Hangar de 275m de long sur 32.90m de large et 7.60m de haut

-Quatre catapultes à vapeur C13 mod2 de 94.50m (deux sur la piste axiale et deux sur la piste oblique)

-Trois brins d'arrêts Mk14 et une barrière Mk7mod3  qui seront à terme remplacés par des brins AAG (Advanced Arrested Gear)

-Carburéacteur embarqué pour seize jours d'opérations (9000 tonnes) avec 3000 tonnes de munitions

-Système d'appontage automatique ACLS ou JPALS (Joint Precision Approach and Landing Systems) associé au SPN-46

Le fonctionnement d'un pont d'envol


Faire manoeuvrer 60 à 100 appareils sur une surface réduite nécessite une organisation rigoureuse et une gestion raisonnée de l'espace.

Le pont d'envol d'un Nimitz est organisé en ving-six parties :

-Les quatre ascenseurs

-Les quatre catapultes (1 et 2 sur tribord et bâbord avant, 3 et 4 sur tribord et bâbord de la  piste oblique)

-Les déflecteurs des catapultes refroidis à l'eau de mer

-The Street (La rue) qui sépare les catapultes axiales

-Les deux Rows, espaces extérieurs des catapultes avant où sont parqués les Hornet

-Le Finger, petit espace situé à l'arrière de l'ascenseur tribord avant (emplacement pour un appareil)

-La Ramp l'espace arrière du pont d'envol

-Le Meat Ball nom famillier du miroir d'appontage
-L'emplacement de l'officier d'appontage à bâbord arrière

-La Barrier, en français la barrière, un filet utilisé pour récupérer un avion ne pouvant utiliser sa crosse ou l'ayant cassé

-Le Junkyard, un espace situé à l'arrière de l'ilôt où sont stockés les grues, les tracteurs et les véhicules de pompiers

-Le Hummer Hole, le long de l'ilôt où sont installés les Hawkeye et les Greyhound

-La Bomb Farm entre l'ilôt et le bastingage tribord où sont stockés les munitions

-Le Crotch, le décrochement avant de la piste oblique

-Le Six Pack, centre du pont d'envol derrière le Corral

-Le Corral est l'espace situé à bâbord des deux ascenseurs avant

La gestion des opérations de vol

On trouve cinq configurations différentes sur les porte-avions américains :

-Launch Only (catapultage uniquement) : pour lancer le maximum d'avions, on utilise les quatre catapultes et on suspend les appontages, les appareils étant disposés sur l'arrière et devant l'ilôt

-Recovery Only (appontage uniquement) : l'avant est encombré d'appareils sans possibilité de catapultage, l'arrière et la piste oblique étant totalement libérées

-Flex Deck (pont flexible) : le porte-avions peut faire apponter et catapulter des appareils en même temps. Une catapulte axiale et une catapulte de la piste oblique peuvent être utilisés, les avions étant parqués juste à côté.

-Alert Five (alerte 5) : le porte-avions est passif, l'avant encombré d'avions avec la piste oblique qui reste libre pour permettre des appontages et la catapulte extérieure bâbord peut lancer les chasseurs en alerte, les appareils de veille ou de transport sont parqués devant l'ilôt

-Locked Deck (pont fermé) :  lors des escales et des ravitaillement en mer, les appareils sont stockés sur le pont d'envol sans possibilité d'opérations aériennes

Groupe Aérien

Pont d'envol du Nimitz

Généralités

Quand le Nimitz entre en service en mai 1975, les groupes aériens américains sont en pleine évolution.

La fin de la guerre du Vietnam laisse l'US Navy avec des équipages aguérris par plus de dix ans de frappes aériennes et d'attaques air-sol dans le Sud-Est asiatique.

Le désarmement des Essex entraine la fin de la spécialisation des groupes aériens, les porte-avions d'attaque deviennent des porte-avions multimissions capables de mener des missions d'assaut et de lutte anti-sous-marines.
En ce qui concerne l'équipement, les avions suivants ont posés leurs roues sur les Nimitz :

-En matière de chasse, le Phantom II à brièvement été embarqué sur le USS Nimitz (CVN-68) mais à rapidement cédé la place au F-14 Tomcat, le chasseur mythique de l'US Navy en service jusqu'en 2006 quand il à cédé la place au F/A-18 Super Hornet. A terme le F-35C embarquera sur les porte-avions.

-Pour les avions d'assaut, trois appareils ont été utilisés : le Grumman A-6 Intruder _premier avion d'attaque tout temps de l'US Navy_ , le Vought A-7 Corsair II _évolution du Crusader_ et le F/A-18 Hornet, un avion utilisé aussi bien pour la chasse que pour le bombardement.

-Pour la guerre électronique, longtemps c'est le Grumman EA-6B Prowler qui à été utilisé, cette version de l'Intruder est en cours de remplacement par le EA-18G Growler, version de guerre électronique du Super Hornet. L'US Navy à également utilisé pour l'écoute électronique des ES-3 Shadow, version issue du Viking et retirée du service dès 1999.

-Pour la lutte anti-sous-marine, les Nimitz ont utilisé jusqu'en 2009 des biréacteurs Lockeed S-3 Viking et des hélicoptères, des SH-3 Sea King et des SH-60F Seahawk avant que ces derniers ne cèdent la place à une version plus polyvalente baptisée MH-60S.

-L'alerte aérienne avancée est du domaine exclusif du Grumman E-2 Hawkeye présent dans différentes versions : E-2C, Hawkeye 2000 _version modernisée de l'E-2C_ et la version E-2D doit entrer en service d'ici l'année prochaine.

-Le ravitaillement en vol était jadis le domaine partagé du KA-6D _version de l'Intruder_ et du KS-3A version du Viking. Ces deux appareils ont été retirés du service et aujourd'hui ce sont les avions d'assaut qui servent de nounou à moins que les citernes volantes de l'USAF ne ravitaillent leurs rivaux de la Navy.

-Le transport de personnel et de matériel est assuré par le Grumman C-2 Greyhound, un appareil issu du Hawkeye qui pourrait remplacé à terme par une version COD (Carrier on board Delivery) du MV-22 Osprey en cours d'évaluation par l'US Navy à bord du Nimitz et du Harry S. Truman.

Le nombre d'appareils à régulièrement diminué passant de quasiment cent à moins de soixante-dix aujourd'hui.

Selon Flotte de Combat 2008, le groupe aérien des Nimitz dispose de soixante-huit avions et hélicoptères avec 14 Hornet, 30 Super Hornet, 4 Prowler, 4 Hawkeye, 4 Viking, deux Greyhound et dix hélicoptères type Seahawk.

Le Ronald Reagan disposait lui à sa mise en service de vingt Hornet, vingt-quatre Super Hornet, quatre Hawkeye, six Prowler, quatre SH-60F, deux HH-60H et deux C-2A Greyhound soit un total de soixante-deux avions et hélicoptères.

A plusieurs reprises, des Rafale M de l'Aéronavale ont effectués de cours déploiements à bord des porte-avions américains.

On peut noter que cela pourrait être le prélude à une coopération plus poussée. Le nombre d'avions américains ne cessant de se réduire sur les superporte-avions, passant de 80-90 dans les années quatre-vingt dix à 68 aujourd'hui alors que la France ne dispose que d'un porte-avions.

On pourrait très bien imaginer d'ici quelques années qu'en absence du Charles de Gaulle, des flottilles de l'aéronavale prennent leurs quartiers d'été sur les Nimitz, Théodore Roosevelt, George H. W Bush voir Gerald Ford et complètent ainsi les groupes aériens américains.

Les groupes aériens des porte-avions de classe Nimitz en 2013

USS Nimitz (CVN-68)

Comme tous les porte-avions américains, le Nimitz est à la tête d'un Carrier Strike Group (force de frappe embarquée).

Le CSG-11 dispose de navires destinés à l'escorte du porte-avions mais également de navires capables de mener une action antisurface sans pour autant affaiblir la protection du CVN-68

L'escorte du porte-avions est assurée par le croiseur lance-missiles USS Princeton (CG-59) de classe Ticonderoga et par deux destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke, un Flight IIA, le USS Pinckney (DDG-91).

Le groupe d'action en surface ou Surface Action Group (SAG) dispose de quatre destroyers de classe Burke, un Flight II, le USS Higgins (DDG-76) et un Flight IIA, le USS William P. Lawrence (DDG-110).

Quand au Carrier Vessel Wing Eleven (CVW-11) basé à NAS Lemoore en Californie, il dispose de quatre squadrons d'assaut avec une unité des Marines, la VMFA-323 équipée de F/A-18C(N) Hornet et trois de la Navy, la VFA-146 équipée de F/A-18C, la VFA-147 disposant elle de F/A-18E, version monoplace du Super Hornet alors que la VFA-154 dispose elle de sa version biplace, le F/A-18F.

L'alerte aérienne avancée est assurée par les Grumman E-2C de la VAW-117, la guerre électronique par les EA-6B Prowler de la VAQ-142 et le soutien logistique par le Det.3 de la VRC-30 équipé de Grumman C-2 Greyhound.

Les hélicoptères ne sont pas oubliés avec les MH-60S du Helicopter Sea Combat Sqiadron 6 (HSC-6) équipé de MH-60S  et du Helicopter Maritime Strike Squadron 75 équipé de MH-60R.

USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69)

Le deuxième porte-avions de classe Nimitz est la pierre angulaire du Carrier Strike Group Eight qui comme le CSG-11 dispose d'unités d'escorte et d'unités d'action antisurface.

L'escorte du porte-avions est assurée par deux croiseurs lance-missiles de classe Ticonderoga, le USS Hué City (CG-66) et le USS Vella Gulf (CG-72) alors que le Surface Action Group regroupe les destroyers du DesRon 28 (Destroyer Squadron 28) composé de trois Arleigh Burke Flight I (USS Mitscher DDG-57, USS Ramage DDG-61 et USS Cole DDG-67), d'un Flight II, le USS Donald Cook DDG-75 et de trois Flight IIA (USS Winston S. Churchill DDG-81 USS Forrest Sherman DDG-98 et USS Truxtun DDG-103) ainsi qu'une frégate de classe Perry, la USS Elrod (FFG-55).

Le groupe aérien embarqué sur le Ike est le CVW-7 basé à Oceana (VAQ-140 à Whitbey Island) qui dispose de quatre unités de chasse et d'assaut équipées de F/A-18C Hornet (VFA-83 et 131), de F/A-18E Super Hornet (VFA-143) et de F/A-18F Super Hornet (VFA-103); d'une unité d'alerte aérienne avancée équipée d'E-2C Hawkeye (VAW-121), d'une unité de guerre électronique équipée d'EA-6B Prowler (VAQ-140), d'une unité de transport, le Fleet Logistic Support Squadron 40 Det.3 (vRC-40 Det.3) équipé de C-2  Greyhound et enfin du Helicopter Anti-submarine Squadron 5 (HS-5) équipée de SH-60F Seahawk.

USS Carl Vinson (CVN-70)

Le troisième porte-avions de classe Nimitz est la pierre angulaire du Carrier Strike Group 1 avec pour escorte du porte-avions, les croiseurs lance-missiles USS Bunker Hill (CG-52) et USS Lake Champlain (CG-57), deux croiseurs AEGIS de classe Ticonderoga alors que le Surface Action Group correspond aux unités du Destroyer Squadron One (DesRon One) qui dispose de cinq destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke et trois frégates de classe Oliver Hazard Perry.

On trouve ainsi deux flight I, les USS Benfold (DDG-65) et USS Russell (DDG-59), un Flight II, le USS Higgins (DDG-76) et deux Flight IIA, les USS Gridley (DDG-101) et USS Stockdale (DDG-106).

Les trois frégates de classe Perry sont les USS McClusky (FFG-41) USS Rentz (FFG-46) et USS Gary (FFG-51).

Le Carrier Vessel Wing Seventeen (CVW-17) basé à NAS Lemoore (Californie) et embarqué sur le Carl Vinson dispose des unités suivantes :

-Quatre unités de chasse et d'assaut équipées de F/A-18C Hornet (VFA-94 et VFA-113), de F/A-18E (VFA-81) et de F/A-18F (VFA-22)

-Une unité d'alerte aérienne avancée, la VAW-116 équipée d'E-2C Hawkeye

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-139 équipée d'EA-18G Growler

-Une unité COD (Carrier Onboard Delivery), le Fleet Logistics Support Squadron 40 (VRC-40 Det.5) équipé de C-2 Greyhound

-Deux squadrons d'hélicoptères, l'HSC-15 équipé de MH-60S et le HSM-73 équipé de MH-60R.

USS Theodore Roosevelt (CVN-71)

Achevant actuellement sa refonte RCOH, le Theodore Roosevelt va remplacer au sein du Carrier Strike GroupTwelve, le USS Enterprise désarmé en décembre 2012. Il va également embarquer un nouveau groupe aérien en l'occurence le CVW-1

Le CSG-12 dispose pour assurer l'escorte du porte-avions et des actions anti-surface des croiseurs lance-missiles de classe Ticonderoga, USS Normandy (CG-60) et USS Vicksburg (CG-69) ainsi que de trois destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke, un Flight II le USS Porter (DDG-78) et deux Flight IIA, les USS Nitze (DDG-94) et USS James E. Williams (DDG-95).

Le CVW-1 basé principalement à Oceana dispose lui des unités de combat et de soutien suivantes :

-Un squadron de chasse-bombardement des Marines, la VMFA-251 équipée de F/A-18C

-Trois squadrons de chasse-bombardement de la Navy, la VFA-136 équipée de F/A-18E, les VFA-11 et VFA-211 équipés de F/A-18F.
-Un squadron d'alerte aérienne avancée, la VAW-123 équipée de Grumman E-2C Hawkeye

-Un squadron de guerre électronique, la VAQ-137 équipée d'EA-18G Growler

-Un squadron COD, le VRC-40 Det.2 équipé de C-2A Greyhound

-Un squadron d'hélicoptères anti-sous-marins, le squadron HS-11 équipé de SH-60F Seahawk

USS Abraham Lincoln (CVN-72)

Actuellement en refonte RCOH avec l'étape au combien délicate du déchargement et du réchargement des deux réacteurs, l'Abraham Lincoln n'appartient actuellement à aucun CSG.

Quand à son groupe aérien, le CVW-2 basé à NAS Lemoore, il à été transféré à bord du Ronald Reagan (CVN-76). Ce groupe aérien dispose des unités suivantes :

-Quatre unités de chasse-bombardement, une équipée de F/A-18C Hornet (VFA-34) et trois équipées de Super Hornet, deux équipées de F/A-18E monoplaces (VFA-86 et VFA-137) et une équipée de F/A-18F biplaes (VFA-2).

-Une unité de veille aérienne avancée, la VAW-113 équipée de Grumman E-2C Hawkeye

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-131 équipée d'EA-6B Prowler

-Une unité COD, le VRC-30 Det.2 équipée de C-2A Greyhound

-Deux unités d'hélicoptères, la HSC-4 équipée de  MH-60S et la HSM-78 équipée de MH-60R

USS George Washington (CVN-73)

Seul porte-avions basé en permanence à l'étranger en l'occurence à Yokosuka au Japon, le sixième porte-avions de classe Nimitz est la pierre angulaire du Carrier Strike Group Five (CSG-5) qui dispose de navires de surface et d'un groupe aérien, le CVW-5.

Le Carrier Strike Groupe Five (CSG-5) dispose de deux croiseurs lance-missiles de classe Tincoderoga, les USS Antietam (CG-54) et Shiloh (CG-67) ainsi que le Destroyer Squadron Fifteen (DesRon 15) qui dispose de sept destroyers de classe Arleigh Burke répartis entre quatre Flight I (USS Wilbur DDG-54 USS John S. McCain DDG-56 USS Fitzgerald DDG-62 et USS Stethem DDG-63) et trois Flight IIA (USS Lassen DDG-82 USS McCampbell DDG-85 et USS Mustin DDG-89).

Le Carrier Vessel Wing Five basé à NAF (Naval Aviation Facility) Atsugi près de Yokosuka dispose des unités suivantes :

-Quatre unités de chasse-bombardement, deux équipées de F/A-18E, version monoplace du Super Hornet (VFA-27,VFA-115 et VFA-195) et une équipée de F/A-18F, version biplace du Super Hornet (VFA-102).

-Une unité de veille aérienne avancée, la VAW-115 équipée de Grumman E-2C Hawkeye 2000

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-141 équipée de Boeing EA-18G Growler

-Une unité COD, le VRC-30 Det.5 équipée de C-2A Greyhound

-Deux unités d'hélicoptères, la HSC-12 équipée de MH-60S et la HSM-77 équipée de MH-60R

USS John C. Stennis (CVN-74)

Basé à Kitsap (base créée en 2004 par la fusion des bases de Bremerton et de Bangor), le John C. Stennis est le navire-amiral du Carrier Strike Group Three.

Le CSG-3 dispose de deux croiseurs lance-missiles de classe Ticonderoga, les USS Mobile Bay (CG-53) et USS Antietam (CG-54) et quatre destroyers lance-missiles de classe Arleigh Burke, un type I, le USS Milius (DDG-69) et trois type IIA, les USS Kidd (DDG-100), le USS Dewey (DDG-105) et le USS Wayne E. Meyer (DDG-108).

Le groupe aérien embarqué sur le Stennis est le Carrier Vessel Wing Nine (CVW-9) basé à Lemoore (Californie) qui dispose des unités suivantes :

-Six unités de combat, une encore équipée de F/A-18C Hornet, la VFA-97 et cinq  équipées de Super Hornet, quatre équipées de monoplaces F/A-18E (VFA-14 VFA-151 VFA-192 et VFA-25) et une équipée de F/A-18F (VFA-41).

Quand il sera transformé sur Super Hornet, la VFA-97 quittera le groupe aérien tout comme le VFA-192 déjà équipé de Super Hornet.

-Une unité de veille aérienne avancée, la VAW-112 équipé d'E-2C Hawkeye

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-136 équipée de Grumman EA-18G Growler

-Une unité COD, la VRC-30 Det.4 équipé de C-2 Greyhound

-Deux unités d'hélicoptères, la HSC-8 équipée de MH-60S et la HSM-71 qui dispose de MH-60R

USS Harry S. Truman (CVN-75)

Basé à Norfolk, le huitième porte-avions de classe Nimitz est à la tête du Carrier Strike Groupe Ten qui regroupe des croiseurs, des destroyers lance-missiles et un groupe aérien, le CVW-3 basé à Oceana.  

Actuellement, le CSG-10 dispose du croiseur lance-missiles Normandy (CG-60) qui appartenait au CSG du Theodore Roosevelt alors immobilisé pour RCOG et du Destroyer Squadron (DESRon 26) actuellement composé de trois destroyers de classe Arleigh Burke, un type I, le USS Gonzalez (DDG-66), un type II, le USS McFaul (DDG-74) et un type IIA, le USS Oscar Austin (DDG-79) ainsi qu'une frégate de classe Perry, la USS Nicholas (FFG-47).

Quand au groupe aérien, il dispose des unités suivantes :

-Quatre unités de combat, deux unités équipées de F/A-18C Hornet (VMFA-312 et VFA-37) et deux unités équipées de Super Hornet, une équipée de monoplaces F/A-18E (VFA-105) et une autre équipée de biplaces F/A-18F (VFA-32).

-Une unité de veille aérienne avancée, la VAW-130 équipée de Grumman E-2C Hawkeye

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-130 équipée de Grumman EA-18G

-Une unité COD, la VRC-40 Det.1 équipée de C-2A Greyhound

-Deux unités d'hélicoptères, la HSC-7 équipée de MH-60S et la HSM-74 équipée de MH-60R

USS Ronald Reagan (CVN-76)

Actuellement, le CVN-76 embarque le CVW-2, ancien groupe aérien de l'Abraham Lincoln qui va entrer en refonte RCOH. Auparavant, il disposait du CVW-14 qui devait être dissous mais il à été préservé mais jusqu'à quand....... .

Pour mémoire, voici la composition du Carrier Vessel Wing Fourteen quand il était embarqué :

-Quatre squadrons de combat, les VFA-146 et VMFA-323 équipés de F/A-18C Hornet et deux unités équipées de Super Hornet, la VFA-147 équipée de F/A-18E et la VFA-154 équipée de F/A-18F.

-Une unité de veille aérienne avancée, la VAW-113 équipée de E-2C Hawkeye 2000 NP

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-139 équipé d'EA-6B

-Une unité COD, la VRC-30 Det.1 équipé de C-2 Greyhound

-Une unité d'hélicoptères, la HS-4 équipée de SH-60F et de HH-60H.

Quand au Ronald Reagan, outre le CVW-2, il à sous son autorité, le Carrier Strike Groupe Nine qui aligne deux croiseurs lance-missiles, les USS Chancellorsville (CG-62) et USS Cape St. George (CG-71) ainsi que le Destroyer Squadron Nine (DesRon Nine) soit les destroyers de classe Arleigh Burke _tous des type IIA_ les  USS Shoup (DDG-86), USS Prebble (DDG-88), USS Sterett (DDG-104) USS Momsen (DDG-92) ainsi que les frégates Ford (FFG-54) Rodney M. Davis (FFG-60) et USS Ingraham (DDG-61).

USS George H. W. Bush (CVN-77)

Le dernier né des porte-avions de classe Nimitz est le navire-amiral du Carrier Strike Group Two qui regroupe un groupe aérien basé à Oceana et des unités de surface.

Actuellement, en 2012, le CSG-2 dispose de trois croiseurs lance-missiles de classe Ticonderoga, les USS Philippine Sea (CG-58), USS Gettysburg (CG-64) et USS Anzio (CG-68) et des destroyers du Destroyer Squadron 22 (DesRon 22) soit les unités suivantes :

-Trois destroyers classe Arleigh Burke type I, les USS Barry (DDG-52) USS Mitscher (DDG-57) et USS Ross (DDG-71)

-Quatre destroyers classe Arleigh Burke type IIA, les USS Bulkeley (DDG-84) USS Mason (DDG-87) Uss Bainbridge (DDG-96) et USS Gravely (DDG-107)

-Deux frégates de classe Perry, les USS Carr (FFG-52) et USS Kauffman (FFG-59)

Le Carrier Vessel Wing (CVW-8) dispose des unités suivantes :

-Quatre unités de combat, deux unités équipées de Hornet, les VFA-15 et VFA-87 et deux équipées de Super Hornet, la VFA-31 équipée de F/A-18E et la VFA-213 équipée de F/A-18F.  

-Une unité de veille aérienne, la VAW-124 équipée de Grumman E-2C Hawkeye

-Une unité de guerre électronique, la VAQ-134 équipée de Grumman EA-6B Prowler

-Unité COD, la VRC-40 Det.2 équipée de C-2A Greyhound

-Deux unités d'hélicoptères, la HSC-9 équipée de MH-60S et la HSM-70 équipée de MH-60R

Equipage

-Les neuf premiers Nimitz disposent d'un équipage total de 6072 hommes répartis entre le flotteur (3207 hommes) et le groupe aérien (2865 hommes). Cet équipage doit être réduit par application du concept Smart Ship avec une augmentation de l'automatisation.

-Le George H. W. Bush lui dispose d'un équipage plus réduit avec 5600 hommes répartis entre le flotteur (2900 hommes) et le groupe aérien (2700 hommes).

-Les Nimitz disposent d'importantes installations hospitalières avec deux blocs opératoires et soixante-huit lits

SOURCES

-Flotte de Combat 2008

-Jean Moulin US Navy Tome 2 De Nimitz au Nimitz 1945-2001

-Encyclopédie des Armes Editions Atlas Tome 2 Les porte-avions modernes (Classe Nimitz p467 et Le Nimitz en action p468 à 473)

-Alexandre Sheldon-Duplaix Histoire mondiale des porte-avions des origines à nos jours (P142 à 145  P152 à 154 P175 : la mise en œuvre d'un groupe aérien à bord d'un Nimitz p185 et 186)

-Marines et Forces Navales n°104 août-septembre 2006 Le porte-avions USS Ronald Reagan P-4 à 15

-Marines et Forces Navales n°106 décembre 2006-janvier 2007 Porte-avions et présidents p62 à 73

-Sources internet diverses et variées

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10212
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Mer 22 Juil 2015, 22:47

clausewitz a écrit:
PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ
(ETATS-UNIS)
[…] Le tour du cuirassé était de tout façon passé. Maitre-étalon de la puissance navale depuis quasiment un siècle, il allait céder la place à un petit nouveau le porte-avions.[…].
Embarassed Je suis désolée : elle m'avait échappée celle-là !

Sinon : superbe article, bien entendu ! thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10212
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   Jeu 23 Juil 2015, 22:41

clausewitz a écrit:
CARACTERISTIQUES TECHNIQUES
[…]
Le fonctionnement d'un pont d'envol

[…]
Le pont d'envol d'un Nimitz est organisé en vingt-six parties :
-Les quatre ascenseurs
-Les quatre catapultes  […]
Il n'aurait pas été superflu de reporter sur la liste les repères du plan.

Par exemple :

(1)(2)(3)(4) - Les quatre catapultes […]
(5)(6)(7)(8 ) - Les quatre ascenseurs
(20)(21)(22)(23) - Les déflecteurs des catapultes […]
(12) - The Street (La rue) qui sépare les catapultes axiales
(13)(14) - Les deux Rows, espaces extérieurs des catapultes avant […]
(19) - Le Meat Ball nom familier du miroir d'appontage
(26) - L'emplacement de l'officier d'appontage à bâbord arrière
(9) - La Barrier, en français la barrière, […]
(10) - Le Junkyard, un espace situé à l'arrière de l’îlot où sont stockés les grues […]
(11) - Le Hummer Hole, le long de l’îlot où sont installés les Hawkeye et les […]
(17) - La Bomb Farm entre l’îlot et le bastingage tribord où sont stockés les munitions
(18) - Le Crotch, le décrochement avant de la piste oblique
(25) - Le Corral est l'espace situé à bâbord des deux ascenseurs avant
(24) - Le Six Pack, centre du pont d'envol derrière le Corral

(16) ? - La Ramp l'espace arrière du pont d'envol (équivalent de l'arrondi sur le Clemenceau ?)

pas vu : (15 ? scratch )
-Le Finger, petit espace situé à l'arrière de l'ascenseur tribord avant (emplacement pour un appareil) scratch ou plutôt bâbord (arrière) ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10212
Age : 35
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: Virage à grande vitesse   Jeu 18 Mai 2017, 19:15

Le CVN-75 Harry S. Truman en virage.
Une bande de seulement quinze degrés.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ   

Revenir en haut Aller en bas
 
PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PORTE-AVIONS CLASSE NIMITZ
» USN PORTE AVIONS LEGERS CLASSE SAIPAN
» JAPON PORTE-AVIONS CLASSE UNRYU
» ROYAL NAVY PORTE-AVIONS CLASSE CENTAUR
» ROYAL NAVY PORTE AVIONS CLASSE IMPLACABLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: