AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 GRUMMAN F-14 TOMCAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 14:12

GRUMMAN F-14 TOMCAT
(ETATS-UNIS)


Un Grumman F-14 Tomcat de la VF-111 Sundowners tirant un missile Phoenix en 1991

AVANT-PROPOS

Protéger la flotte

Les prémices : le temps de l'hélice

Comme toutes les marines de première plan durant l'entre-deux-guerre (ou peu s'en faut), l'US Navy dévellopa un outil aéronaval puissant destiné à frapper la flotte japonaise et couvrir le corps de bataille.

Frapper la flotte ennemie c'est bien mais il fallait se prémunir d'une riposte ennemie d'où la présence aux côtés des bombardiers en piqué et des avions torpilleurs de chasseurs destinés aussi bien à protéger le porte-avions qu'à escorter les avions d'attaque.

Durant la seconde conflagration mondiale, un trio de choc assura la couverture de la flotte. Le Grumman F4F Wildcat ouvrit le bal face aux Zéro japonais. Moins maniable que l'avion japonais, il était plus solide et mieux armé que son adversaire et si il ne parvint jamais à le surclasser, des parades adaptées et un entraînement plus important lui permis de tenir le coup.

C'est son successeur, le Grumman F6F Hellcat qui infligea le coup de grâce à une aéronavale japonaise incapable de se remettre des saignées de Midway et de Guadalcanal. Supérieur aux zéro dans quasiment tout les domaines, il devint une arme redoutable dans les mains de pilotes nettement mieux entrainés que leurs adversaires.


Chance-Vought F4U-2 sur le pont d'un porte-avions de classe Essex

Il partagea la vedette avec le Chance-Vought F4U-1 Corsair, un véritable oiseau de proie qui faillit ne jamais faire carrière sur les ponts plats tant sa vitesse élevée à l'appontage rendait méfiante l'US Navy qui le delaissa un temps au profit des Marines qui l'employait à terre comme au sein de la VMF-214 Black Sheep, héroïne de la série «Les Têtes Brûlées».

Le Corsair finit par se faire une place sur les ponts plats de l'US Navy à une époque où la composition des groupes aériens embarqués évoluait.

En effet, la situation militaire dans le Pacifique avait imposé une nouvelle répartition. Après le coup d'arrêt de Midway en juin 1942, la guerre bascule définitivement du côté américain en février 1943 quand les japonais évacuent Guadalcanal.

La flotte japonaise à subit de très lourdes pertes et représente une menace de plus en plus faible, menace qui devint inexistante après la déroute de la bataille de la mer des Phillipines (juin 1944) et celle de Leyte en octobre.

Désormais la menace japonaise numéro 1 ce sont les kamikazes qui vont s'abattre comme des nuées sur les escadres américaines, mettant les nerfs des marins américains à très rude épreuve.

Outre la multiplication des canons antiaériens (jusqu'à 140 pièces de 20 et de 40mm sur les cuirassés classe Iowa), la chasse était en première ligne. Résultat, sur les Essex, on trouvait une infime minorité de bombardiers en piqué Curtiss Helldiver et d'avions-torpilleurs Grumman Avenger et une écrasante majorité de chasseurs-bombardiers Hellcat et Corsair (jusqu'à 72 pour le USS Bennington) utilisés pour protéger la flotte et appuyer Marines et GI dans la sanglante reconquête des îles occupées par l'armée nippone.

La seconde guerre mondiale se termina avant que le Grumman F8F Bearcat n'entre en service. Il s'agissait d'un intercepteur racé, le moteur le plus puissant dans la cellule la plus légère possible pour gagner en vitesse et en maniabilité.

Rapidement après la capitulation japonaise, le Wildcat et le Hellcat furent retirés des unités de première ligne laissant aux Bearcat et aux Corsair le soin de défendre les porte-avions contre les menaces aériennes.

Ce règne allait cependant être de courte durée car apparaissait déjà à l'horizon un successeur aux chasseurs à hélice, les chasseurs à réaction embarqué.

Le temps de la réaction

Apparu durant le Second Conflit Mondial avec le Messerschmitt Me262 et le Gloster Meteor, l'avion à réaction prit une place de plus en plus envahissante dans les armée de l'air jusqu'à chasser les derniers à avions à hélices des unités de combat, la guerre de Corée étant le dernier conflit où l'avion à hélice à été massivement utilisé (l'emploi du Skyraider durant la guerre du Vietnam répondant plus au domaine de l'anecdotique qu'autre chose).

Si à terre la mise en oeuvre de ces nouveaux appareils ne pose guère de problèmes (peut être l'impossibilité d'utiliser des pistes en herbe comme leurs devanciers à hélice), il en va tout autrement en mer, sur porte-avions et il n'étais pas écrit d'avance que l'avion à réaction aurait pu s'acclimater à l'océan et à l'espace réduit d'un «pont plat».

En effet, la mise en oeuvre d'un avion à réaction sur porte-avions pose un certain nombre de problèmes qu'il s'agisse d'un poids plus élévé l'excluant des petits porte-avions et rendant obsolète les brins d'arrêts classiques et les catapultes hydrauliques sans oublier la question de la piste droite qui convient parfaitement à un avion à hélice mais guère à un avion à réaction qui à parfois besoin de remettre les gaz pour tenter une nouvelle approche. Et pour ne rien ajouter, la vitesse d'approche plus élevé rendait difficile le travail du batman.

Les britanniques qui avaient inventé le porte-avions furent également ceux qui firent entrer le porte-avions dans l'air de la réaction avec des inventions aussi importantes que la piste oblique, la catapulte à vapeur et le miroir d'appontage, trois inventions qui permirent une utilisation efficace de l'avion à réaction sur les porte-avions y compris sur des plate-formes de taille modeste.

En matière de chasse, de nombreux modèles de chasseurs vont être utilisés par l'US Navy car à l'époque, il faut rappeler que l'avion évolue très vite, un appareil étant presque dépassé au moment de sa mise en service ou du moins en voie de péremption.

Après deux tentatives ratées (Ryan FR-1 Fireball _en réalité un appareil mixte_ et le McDonnell FH-1 Phantom _un appareil sous-motorisé), les deux premiers appareils à réaction efficaces de la marine américaine furent le McDonnell FH-2 Banshee et le North-American FJ-1 Fury.


Mc-Donnell F2H Banshee au dessus de la Corée en 1952

Ces appareils étaient encore inférieurs aux appareils terrestres équivalents et il faut attendre le McDonnell F3H Demon et le Douglas F4D-1 Skyray pour que ce retard soit rattrapé.


McDonnell F3H-2 Demon

A ces appareils s'ajoutent le Douglas F3D Skyknight spécialisé dans la chasse de nuit, le Grumman F9F Panther utilisé pour la chasse et l'attaque au sol avec ses dérivés Cougar et Tiger sans oublier les North American FJ-2/3/4 Fury, des appareils de transition en attendant la disponibilité du Cougar et du Vought F7U Cutlass.


Vought F7U-3M Cutlass catapulté depuis le USS Intrepid (CVA-11) en 1954

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 14:27

Place aux stars : le Crusader et le Phantom II entre en piste

Le Vought F8U Crusader : un intercepteur supersonique pour l'US Navy

Un Vought F-8D Crusader de la VF-154 embarquée sur le Coral Sea (décembre 1964)

En novembre 1951, l'USAF avait lancé un appel d'offres pour un intercepteur supersonique qui allait donner naissance au North American F-100 Super Sabre. L'US Navy voulant disposer d'un appareil similaire, le BuAer (Bureau of Aeronautics) lança le 19 août 1952, un appel d'offres (Request for Proposal ou RFP) pour un intercepteur embarqué supersonique.

Le BuAer demande un appareil extrêmement maniable (nous sommes en pleine guerre de Corée où les américains se battent contre des Mig extrêmement agiles), capable de monter très vite en altitude pour intercepter les bombardiers soviétiques voulant s'en prendre à la flotte (même si à l'époque ils n'étaient pas encore équipés de missiles).

Cela explique pourquoi il devait pouvoir être supersonique (Mach 1.2) tout en ayant une grande autonomie pour pouvoir intercepter loin de la flotte, les bombardiers à l'Etoile Rouge.

Le reste des demandes répondait au milieu si particulier de l'aviation embarquée : une vitesse d'appontage faible (pour permette son utilisation sur les Essex), des ailes repliables, une crosse d'appontage et les ferrures de catapultage.

Si la majorité des cosntructeurs proposèrent un dérivé d'un appareil existant (Grumman avec le Super Tiger, North Americain avec un F-100 navalisé et McDonnell avec une version modernisée du F3H Demon), Vought proposa un appareil de conception neuve ce qui lui évite un certain nombre d'écueils provoqués par la navalisation d'un appareil terrestre.

Ce choix fût gagnant et Vought l'emporta sur ses concurrents. Le premier prototype baptisé officiellement BuNo 138899 et famillièrement «One-X» fût présenté au public le 22 février 1955 seulement vingt mois après la commande officielle ce qui avouez-le était assez rapide.

A cette époque, le deuxième prototype baptisé BuNo 138890 et famillièrement «Two-X» était en cours d'assemblage alors que la construction du troisième avait été annulée, la cellule sans moteur ni équipement interne, devant être utilisée pour les essais statistiques.

Envoyés en pièces détachés par avion et par camion sur la base d'Edwards (Californie), le premier prototype effectue des essais de roulage à partir du 18 mars 1955, le premier vol officiel du Crusader ayant lieu le 25 mars.

Le premier vol d'environ une heure fût un succès, le XF8U-1 atteignant la vitesse de Mach 1. En octobre 1960, à l'issue du programme d'essais, «One X» fût cédé  au Smithsonian Institute alors que son compère «Two X» est ferraillé après 460 vols d'essais.

1261 Crusader furent produits jusqu'au 25 janvier 1965, les derniers appareils en question étant les 42 Crusader destinés à l'Aéronavale française, l'US Navy ayant elle reçut son dernier appareil en septembre 1964.


Vought RF-8G de la VFP-206 en décembre 1986

Les 1216 appareils commadés et livrés à l'US Navy se repartissent en plusieurs versions, 317 F8U-1 (futurs F-8A en 1962) furent suivis par 130 F8U-1E (futurs F-8B) avec des possibilités tous temps, 144 F8U-1P (RF-8A) de reconnaissance, 187 F8U-2 (F-8C) et F8U-2N (F-8D) de chasse de nuit, 286 F8U-2NE (F-8E) et un F8U-1T (TF-8A) biplace. 448 d'entre-eux seront modernisés en versions baptisés RF-8G, F-8L, F-8K,F-8H et F-8J.

L'apogée de la carrière du Crusader est atteinte en 1967. Alors que le «Mig Master» équipait trente squadrons de l'US Navy et des Marines plus vingt de la réserve. Cetta apogée fût suivie peu après de son retrait des unités de première ligne.

La raison principale est le désengagement américain du Vietnam et pour corollaire le désarmement des Essex sur lequel il servait de chasseur de défense aérienne, les vétérans du second conflit mondial ne pouvant mettre en oeuvre le F-4 Phantom II.

Le dernier pilote qualifié sur Crusader fût formé en août 1975 et neuf mois plus tard, en mai 1976, l'US Navy retira du service son dernier Crusader de chasse. Seule la version de reconnaissance resta en ligne jusqu'en mars 1987 quand il fût son tour retiré du service actif, marquant la fin de la carrière du Crusader.


Vought F-8P de l'armée de l'air Phillipine

En 1977, la Phillipine Air Force (PhAF) (Hukbong Panghimpapawid ng Pilipinas) décide d'acquérir 35 F-8H ex-américains stockés à l'AMARC (Aerospace Maintenance and Regeneration Center) de Davis-Monthan (Arizona).

Seuls vingt-cinq furent remis en service dans la PhAF, les dix autres servant de réserve de pièces détachées. A noter que c'est à cette occasion que l'unique Crusader biplace fût perdu au cours d'une formation de pilotes phillipins, l'éleve et le moniteur parvenant à s'éjecter sans dommages.

En 1984, dix-neuf appareils connus sous le nom de F-8P furent renovés mais le climat tropical de l'Asie du Sud-Est leur fût fatal et les appareils furent interdits de vol en 1988 puis feraillés en 1991 après avoir été gravement endommagés le 15 juin par l'éruption du volcan Pinatubo qui endommagea la base aérienne de Basa près de Floridablanca (île de Luçon).


Vought F-8P Crusader sur le pont du Foch en octobre 1999

Quand à la France, elle utilisa le Crusader au sein de deux flottilles de chasse, la 12F et la 14F, cette dernière recevant ensuite le Super Etendard en 1979. Quand à la 12F, elle va mettre en œuvre le Crusader jusqu'en 1999 quand les derniers F-8P (P pour Prolongé) furent retirés du service, laissant le GAN sans couverture de chasse jusqu'à l'arrivée deux ans plus tard du Rafale F1.

Caractéristiques Techniques du Vought Crusader

F-8C Crusader

Type :  chasseur monoplace embarqué

Masse : à vode 7477kg au combat 11102kg maximale au décollage 12670kg

Dimensions : envergure 12.87m (6.86m ailes repliées) longueur 16.54m hauteur 4.80m

Motorisation : un turboréacteur Pratt & Whitney J57 P-6 dévellopant 7666 kg de poussée

Performances : vitesse maximale : 1778 km/h à 1060m vitesse maximale au niveau de la mer 210 km/h Plafond opérationnel 16000m distance franchissable : 2400 à 2775km

Armement :   quatre canon de 20mm Colt Mk12 approvisionnés chacun à 84 ou 125 obus chacun et deux  missiles Sidewinder

F-8E Crusader

Type :  chasseur monoplace embarqué

Masse :  à vide 8935kg maximale au décollage 15422kg

Dimensions : envergure 12.87m longueur 16.61m hauteur 4.80m

Motorisation : un turboréacteur Pratt & Whitney J57-20A ou -420 de 8165kg de poussée (avec pc)

Performances : vitesse maximale 1859 km/h distance franchissable 2253km

Armement : quatre canon de 20mm Colt Mk12 approvisionnés chacun à 84 ou 125 obus chacun, deux ou quatre missiles Sidewinder et jusqu'à 1814kg de charge militaire (bombes, roquettes, missiles Bullpup).

F-8J Crusader

Type :  chasseur monoplace embarqué

Masse :  à vide 8998kg maximale au combat 12153kg maximale au décollage 15875kg

Dimensions : envergure 12.87m longueur 16.61m hauteur 4.80m

Motorisation : un turboréacteur Pratt & Whitney J57-P-420 dévellopant 8900kg de poussée avec pc

Performances : vitesse maximale au niveau de la mer 1226 km/h vitesse maximale 1852 km/h à 11000m Plafond opérationnel 15450m

Armement : quatre canon de 20mm Colt Mk12 approvisionnés chacun à 84 ou 125 obus chacun, quatre missiles Sidewinder et jusqu'à 1814kg de charge militaire (bombes, roquettes, missiles Bullpup).


Mc-Donnell Douglas F-4 Phantom : the Mig Killer

McDonnell-Douglas F-4B Phantom II de la VF-74 en 1961

La guerre du Vietnam fût le dernier conflit où les américains se heurtèrent à une opposition aérienne et antiaérienne digne de ce nom. C'est peut être pourquoi deux avions entrèrent dans la légende durant ce conflit, le Crusader appelé également Mig Master et le Phantom II appelé Mig Killer.

Issu du F3H Demon, le F-4 Phantom (à l'origine F4H-1) avait été conçu à l'origine comme chasseur bombardier tout temps. L'US Navy commande ainsi deux prototypes le 18 octobre 1954 mais entre-temps, le Crusader et le Skyhawk avait comblé les besoins en matière de chasse et d'attaque au sol.

McDonnell-Douglas ne se découragea pas et transforma son projet en un intercepteur tout-temps pour protéger la flotte, le Crusader n'étant pas un appareil tout-temps et son armement étant plus adapté à intercepter des bombardiers attaquant avec des bombes à gravité (canons) que des porteurs de missiles qui nécessite des missiles air-air.

Baptisé Phantom II, le prototype du «Mig Killer» effectua son premier vol le 27 mai 1958 et le 17 décembre fût sélectionné au détriment du XF8U-3 Crusader III, un appareil neuf quoi que fortement dérivé du Crusader.


McDonnell-Douglas F-4D Phantom II du 435th Tactical Figther Squadron au Vietnam

Suite à la pression de Robert McNamara, Secrétaire d'Etat à la Défense, le Phantom II allait équiper également l'USAF sous le nom de F-110 Spectre (avant que les désignations ne soient unifiées en 1962) comme chasseur bombardier et non comme intercepteur même si par une savoureuse ironie de l'histoire, l'US Navy allait également l'utiliser comme chasseur bombardier.

La production du Phantom II aux Etats Unis cessa en 1979 après la sortie du 5195ème appareil (5057 pr McDonnell et 138 par Mitsubishi au Japon) faisant de lui le deuxième chasseur à réaction américain le plus construit et le plus exporté derrière le F86 Sabre.


McDonnell-Douglas F-4 Phantom II de la VMFA-314 en 1968

2874 appareils équipèrent l'USAF, 1264 l'US Navy et l'USMC, le solde allant à l'étranger. C'est en 1981 que le dernier appareil de ce type fût produit : un F4EJ construit par Mitsubishi Heavy Industries.

Les F4N servirent jusqu'en 1983 date de leur remplacement par des F14 Tomcat et en 1986, les derniers F4S cédèrent la place à des F/A18 Hornet, le dernier catapultage d'un Phantom ayant lieu le 25 mars 1986 à bord de l'USS Midway, le dernier appontage ayant lieu le 18 octobre 1986 à bors de l'USS America. En 1987, les derniers F4S cédèrent la place à des F14.

Les derniers Phantom à servirent au sein de la Navy jusqu'en 2004, il s'agissait des drones QF4 du Naval Air Warfare Center.
Pour les Marines, le Phantom II ainsi que sa version de reconnaissance furent utilisés jusqu'en 1992 quand les derniers F-4S furent retirés du service et remplacés par des F/A-18 Hornet.

L'US Air Force qui s'était fait tordre le bras pour adopter ce nouvel avion devint le plus important utilisateur de l'appareil, appareil utilisé dans des missions de chasse-bombardement, de destruction des défenses aériennes ennemies (mission «Wild Veasel» ou officiellement Suppression of Ennemy Air Défense SEAD) et de reconnaissance.

Elle utilisa le Phantom jusqu'en 1996 quand la dernière unité cessa d'utiliser ce chasseur, appareil qui participa à tous les conflits jusqu'à la guerre du Golfe.


McDonnell-Douglas F-4K du squadron 892 de la Fleet Air Arm

A l'export, le Phantom fût largement utilisé. Il équipa l'aéronavale britannique quand elle disposait encore des porte-avions conventionnels (l'Aéronavale étudia également l'acquisition sans aller au bout) mais également les armées de l'air de l'Australie, de l'Egypte, de l'Allemagne, de la Grèce, de l'Iran du Shah, d'Israël, du Japon, de la Corée du Sud, de l'Espagne, de la Turquie et de la Grande-Bretagne.


McDonnell-Douglas F-4F Phantom II du JG-74 de la Luftwafe

Actuellement, le Japon, la Corée du Sud, la Grèce et la Turquie utilisent encore cet appareil même si son remplacement par des appareils plus modernes est iminent.


McDonnell-Douglas RF-4 de l'armée de l'air grecque

Caractéristiques Techniques  du Mc-Donnell F4E Phantom II

Type : Biplace biréacteur de chasse, de bombardement et de reconnaissance

Masse : A vide 13757kg A pleine charge 18825kg

Dimensions : Envergure 11.7m Longueur 19.2m Hauteur 5m

Motorisation : Deux réacteurs General Electric J79-GE-17A avec compresseur axial d’une puissance maximale de 79.4kN

Performances :  Vitesse maximale : Mach 2.23 (2370 km/h) à 12190m  Vitesse de croisière : 940 km/h  Rayon d’action de combat : 680km  Rayon d’action de convoyage avec 3 réservoirs extérieurs : 2600km  Plafond opérationnel : 18300m vitesse de montée : 210m/s

Armement :

-Un canon de 20mm hexatube M61 Vulcan. avec 640 obus

-8480kg d’armes sur neuf point d’attache extérieure incluant des bombes lisses, des bombes à sous munitions, des bombes guidées (laser TV) des roquettes, des missiles air-sol, des bombes antipistes, de missiles antinavires, d’armes nucléaires mais aussi des pods de reconnaissance, des armes nucléaires.

-4 missiles AIM7 Sparrow sous le fuselage et 4 missiles AIM9 Sidewinder sous les ailes. Les Phantom grecs et allemands modernisés peuvent employer des missiles AIM-120 AMRAAM (les Phantom grecs embarqueront des IRIS-T), les F4EJ Kai utilisent des missiles AAM-3 et les Phantom iraniens pourraient utiliser des missiles russes et chinois. Enfin les Phantom britanniques pouvaient embarquer des missiles Skyflash.

-8 missiles AGM65 Maverick

-4 missiles AGM62 Walleye

-4 missiles antiradars AGM45 Shrike AGM88 HARM et AGM 78 Standard ARM

-4 bombes GBU15

-18 bombes lisses Mk 82 ou GBU12

-5 bombes Mk84, GBU10, GBU14

-18 bombes CBU87 CBU89 CBU58

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 14:43

Du TFX au Tomcat : une genèse difficile

Programme TFX : qui trop embrasse.......


Robert McNamara, secrétaire d'état à la Défense de 1961 à 1968

En novembre 1960, John F. Kennedy est élu président des Etats-Unis et nomme à la tête du Département de la Défense, Robert McNamara. Ayant participé au second conflit mondial, il était surtout président de la Ford Motor Company et reconnu comme l'un des meilleurs gestionnaires du pays.

A la tête du DoD, il applique les recettes managériales du privé et notamment la recherche de l'efficacité au meilleur coût y compris en matière d'équipement militaire et aéronautique.

Si par le passé, certains appareils avaient été choisis par l'US Navy et par l'USAF, ce n'était pas le fruit d'une politique concertée mais simplement faute de mieux. Ainsi le Phantom II dévellopé pour l'US Navy allait être imposé par MacNamara à l'US Air Force et cette dernière allait acquérir une version adaptée de l'A-3D Skywarrior baptisé B-66 Destroyer.

Le Secrétaire d'Etat à la Défense veut aller beaucoup plus loin. Il veut que l'armée de l'air et la marine partage le même avion. Sur le papier cela n'à que des avantages  notamment des coûts R&D supportables par deux services au lieu d'un seul.

Ce programme baptisé Tactical Figther eXperimental (TFX) est lancé dès l'arrivée de MacNamara au Pentagone le 14 février 1961.

Les demandes de l'US Air Force et de l'US Navy sont diamétralement opposés. La première souhaite s'équiper d'un bombardier tactique tout-temps alors que l'US Navy à besoin d'un intercepteur tout-temps à long rayon d'action pour intercepter les bombardiers soviétiques bientôt porteurs de missiles avant qu'ils ne soient en mesure de lancer leurs engins de mort.

Boeing, General Dynamics, Lockeed, Mc-Donnell Douglas, North American et Republic proposèrent des projets à partir du mois d'octobre mais seuls les deux premiers reçurent commande d'un projet.

Boeing fût un temps considéré comme favori mais au final c'est General Dynamics et son F-111 qui fût choisit en décembre 1962.

Deux versions devaient être dévellopées : le F-111A pour l'US Air Force et le F-111B pour l'US Navy.


General Dynamics F-111B en vol et en schéma


Manquant d'expérience dans le domaine des avions embarqués, General Dynamics s'associa avec Grumman pour dévelloper plus précisément la version embarquée du programme TFX.

Le F-111B devait être un biplace côte à côte équipé d'un radar très évolué et portant des missiles air-air longue portée, le futur AIM-54 Phoenix.

Il effectua son premier vol le 18 mai 1965, sept prototypes furent construits. Mesurant 20.35m de long et pesant 34 tonnes, son utilisation à bord des porte-avions apparaissait compliquée voir impossible.

Les essais menés à bord du Coral Sea confirmèrent les pires craintes des pilotes de l'US Navy  : il était trop gros, trop lent, sous-motorisé, peu manoeuvrant et sa configuration biplace côte à côte si elle était adaptée au bombardement tactique ne l'était pas du tout pour l'interception où la configuration en tandem était nettement préférable notamment pour l'observation du «champ de bataille».

Héritant du surnom peu flatteur de «Sea Pig» (Cochon de Mer), le F-111B est abandonné en 1968 à la grande satisfaction de l'US Navy qui n'avait pas accepté de se faire tordre le bras par MacNamara.

Le programme TFX reçoit un coup dont il ne se remet pas même si le F-111A Aardvark allait être produit en serie pour l'Air Force qui en fit un redoutable bombardier tactique après une mise au point laborieuse.

Le programme VFX

Le F-111B et le programme TFX enterrés, l'US Navy lance en juin 1968 le programme VFX (Vessel Figther eXperimental) qui demande un avion biréacteur (plus sur pour les survols au dessus de la mer), d'une grande autonomie pour pouvoir patrouiller loin du porte-avions et offrir une bulle de protection maximum, une maniabilité correcte, un armement composé de missiles et de canons, le retex de la guerre du Vietnam y trouvant ici sa pleine expression.


Maquette du Grumman G-303, le prédecesseur immédiat du Tomcat

Grumman proposa son projet 303 lancé dès 1967 quand il devint évident pour les plus lucides que le F-111B allait dans le mur.

Reprenant les ailes à géométrie variable et le système d'arme du F-111B (radar AWG-9 et missiles Phoenix), il disposait d'un fuselage nouveau aussi long que le F-111B mais nettement moins lourd avec une dérive unique qui n'allait pas tarder à céder la place à une double dérive.


Grumman G-303E

Grumman fût opposé à McDonnell-Douglas, North American, Light Temco Vought (LVT) et General Dynamics mais seuls les deux premiers atteignirent le stade de la finale, une finale très serée qui aboutit le 14 janvier 1969 au choix du Grumman F-14 qui héritat du surnom de Tomcat pour «matou» succédant au «chat sauvage» (Wildcat), au «chat de l'enfer» (Hellcat) et au «chat ours» (Bearcat).


Le prototype n°1 du Tomcat qui s'écrasa neuf jours après son premier vol

Le prototype du F14A effectua son premier vol le 21 décembre 1970 depuis le terrain de Grumman situé à Calverton sur l'île de Long Island mais neuf jours plus tard, il s'écrasa suite à la rupture des canalisation hydrauliques en acier qui furent désormais construites en titane.

Un second prototype prit l'air le 24 mai 1971 et effectua ses premiers essais de catapultage et d'appontage à bord du USS Forrestal en juin 1972.


Le prototype n°3 du Grumman F-14 Tomcat

Ces deux étapes franchies sans trop de difficultés sont d'autant plus cruciales que le programme est dans le collimateur de nombreux opposants.


Le prototype n°5 du Grumman F-14 Tomcat

Nous sommes en pleine fin de la guerre du Vietnam. L'heure est aux économies et le coût prohibitif du Tomcat (pourtant calculé au plus juste ce qui faillit perdre Grumman) ne plaide pas en sa faveur surtout chez ceux qui réclament des avions moins coûteux mais plus nombreux.

Des alternatives au F-14A sont étudiées comme le F-14D (désignation reprise ultérieurement pour une version améliorée du matou), le F-14D Optimod (avec une version austere de l'AWG-9), le F-14X avec différentes configurations de radars et le F-14T qui aurait été armé que de missiles Sparrow sans oublier une version modernisée du F-4 Phantom II voir un F-15N, version navalisée du F-15 alors en dévellopement pour l'USAF.

Finalement la guerre du Kipour montre que la sophistication des avions à été la clé de la victoire israélienne ce qui sauve le programme, les affrontements du F-14 Tomcat et du F-4 Phantom s'étant toujours terminé par une victoire du Tomcat.

Un temps, l'USMC et l'US Air Force étudièrent l'acquisition du Tomcat. En juillet 1975, alors que les premiers Leathernecks commencèrent leur formation au sein de la VF-124 et que les premiers avions sont attendus à la fin de l'année, le corps des Marines renonce à un avion trop cher pour lui puisqu'il pouvait se payer 138 F-4S pour le prix de 50 Tomcat. Ils choisissent de moderniser leurs Phantom et d'augmenter leurs commandes de F/A-18 Hornet.


Grumman F-14 IMI proposé à l'USAF

Quand à l'USAF, Grumman échoua également à vendre son appareil qui n'aurait été qu'un appareil de transition pour faire la jonction entre le F-106 Delta Dart et le F-15. Le F-14 IMI ne dépasse pas le stade du projet qui est abandonné en 1977 officiellement pour des raisons de coût mais d'autres avance l'idée que l'acquisition de quelques Tomcat aurait pu mettre en péril le programme du F-15.

Grumman le proposera également à l'export et c'est la commande de 80 exemplaires par l'Iran du Shah qui sauva la peau de l'avion et de Grumman par la même occasion, la firme de Bethpage ayant laissé pas mal de plumes dans cette histoire.

Au final, 712 F-14 furent produits répartis entre douze prototypes, 620 appareils pour l'US Navy et 80 pour l'Iran.


Deux Grumman F-14 Tomcat de l'Imperial Iranian Air Force

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 15:11

CARRIERE OPERATIONNELLE

Un Tomcat de la VF-1 Wolfpack

US Navy

Généralités

Un Grumman F-14 Tomcat post-combustion allumée

Bénéficiant encore des budgets élevés de la guerre du Vietnam, l'US Navy reçoit rapidement ses premiers Tomcat, les deux premiers squadrons (VF-1 Wolfpack et VF-2 Bounty Hunters) recevant leurs premiers appareils en octobre 1972.

Déployés à bord du USS Enterprise (CVAN-65), ils assurent la couverture aérienne de l'opération Frequent Wind, l'évacuation du personnel américain (et de civils sud-vietnamiens) de Saïgon pour échapper aux nord-vietnamiens qui avaient violé les accords de Paris.

Au total ce sont trente squadrons (vingt-quatre d'active, quatre de réserve et deux de transformation  opérationnelle) qui vont mettre en oeuvre le Tomcat, les deux premières unités étant équipées comme nous l'avons vu en octobre 1972, la dernière étant transformée sur ce splendide appareil en mars 1987. A cela s'ajoute également différentes unités de réserve et la NASA qui utilisa des Tomcat pour différentes campagnes d'essais.

Avion remarquable, le Tomcat avait cependant un talon d'achille : sa motorisation fort médiocre qui pénalisait les performances de l'avion et rendait le travail des mécaniciens extrêmement pénible.

Les problèmes posés par le Pratt & Whitney TF-30 n'étaient pas nouveaux. Héritage du F-111B, il avait des aubes de turbines fragiles et était sujet à de fréquentes extinctions lorsque l'avion évoluait en virages serrés ou sous de fortes incidences. Résultat : une quarantaine d'avions furent perdus suite à une double extinction des moteurs.

En dépit de problèmes criants, il fallut de nombreuses années pour que ce problème de motorisation soit résolu moins pour des raisons techniques qu'en raison de choix techniques et budgétaires.

Une première tentative est réalisée dès les essais puisque le septième prototype est équipé de General Electric F401-PW-400, effectuant son premier vol le 12 septembre 1973. La fiabilité est là mais les performances attendues ne sont pas au rendez-vous ce qui explique peut être pourquoi la commande de 400 exemplaires du F-14B est annulée et l'unique prototype est placé en stockage longue durée.

En 1981, le F-14B est sorti de son cocon et reprend du service avec de nouveaux moteurs en l'occurence une paire de General Electric F-101DFE qui transforme l'avion en un véritable pur-sang, permettant un catapultage sans postcombustion mais l'enthousiasme des pilotes ne parvint pas à convaincre l'US Navy et le programme s'achève en septembre 1981, un second F-14B étant finalement achevé en A.

La troisième tentative est finalement la bonne. En juillet 1984, le F-14B reprend du service avec des réacteurs General Electric F110-GE-400, un réacteur équipant également les F-15 et les F-16 de l'USAF.

Les gains sont énormes, spectaculaires, prodigieux avec une fiabilité nettement améliorée,  un gain de puissance de 35% (12247kg de poussée contre 9480kg) permet au F-14A+ de devenir un appareil redoutable en combat tournoyant sans parler d'une autonomie accrue de 60% et un taux de montée accru de 61%. L'électronique est également mise à jour.

Seulement trente-huit F-14A+ sont fabriqués à partir de mars 1987 auxquels s'ajoute 47 F-14A mis à ce niveau, les 85 appareils étant rebaptisés F-14B le 1er mai 1991.

La version la plus aboutie du Tomcat est le F-14D. Effectuant son premier vol le 14 juillet 1981, cet appareil qui à été cablé pour tirer l'AMRAAM aurait du être produit à 304 exemplaires plus 200 F-14A remotorisés (mais sans motorisation de l'électronique) mais seuls 37 appareils furent produits jusqu'en juillet 1992 plus 18 F-14A portés à ce standard et devenant F-14D(R).

Plus précisément, cet ultime dévellopement du Tomcat apporte les modifications suivantes :

-Un radar Hugues AN/APG-71 proche de celui équipant le F-15E Strike Eagle qui double la portée de l'AWG-9 avec de meilleures performances et un système de cartographie.

-Un système AN/AAS IRST (Infrared Search and Tracking) intégré au radar permettant une poursuite passive des cibles en traquant leur signature infrarouge.

-Un module de surveillance électronique des moteurs

-Des systèmes de guerre électronique modernisés avec un détecteur d'alerte RWR ALR-67 et un brouilleur ALQ-165.
-Le cockpit est modernisé avec des commandes HOTAS (Hand on Throttle And Stick) qui met sur le manche la commande des gaz, une compatibilité avec des JVN, deux écrans multifonctions et un nouvel affichage tête haute. L'alimentation en oxygène est améliorée et un nouveau siège éjectable est installé. L'avionique est également modernisée.


Deux Tomcat lors du Army-Navy Game, un match de football américain opposant Annapolis et West-Point. Depuis 2002, la Navy l'emporte chaque année.

Unités équipées

VF-1 Wolfpack

Un Tomcat de la VF-1 en vol

Créée le 1er juillet 1922, la VF-1 disparaît le 1er juillet 1934 quand elle devient la VB-2. Un an plus tard, le 1er juillet 1935, une nouvelle VF-1 est créée pour deux ans quand elle devient VF-6, les deux VF-1 ayant successivement mis en oeuvre des Curtiss TS-1, Boeing F2B et F3B, des Curtiss F8C et BFC Goshawk et Boeing F4B.

Le troisième VF-1 est activée le 1er mai 1943 avec pour monture le Grumman F6F Hellcat, unité engagée dans la guerre du Pacifique. Elle est dissoute le 25 octobre 1945.

Presque vingt-sept ans plus tard, la VF-1 «Wolfpack» est réactivée sur la base aéronavale Miramar avec le Grumman F-14A Tomcat même si les appareils ne sont livrés qu'à l'été 1973.

Déployée à partir de l'Entreprise, il participe donc à l'opération Frequent Wind, la couverture de l'évacuation de Saïgon.
Dans les années quatre-vingt, l'unité est déployée à bord du Ranger et du Kitty Hawk en compagnie de la VF-2, participant à bord du Ranger à l'opération Desert Storm au cours de laquelle un Tomcat descend un Mil Mi-8 à l'aide d'un Sidewinder (6février 1991).

La VF-1 est dissoute en octobre 1993 et non reconstituée avec un nouvel appareil.

VF-2 Bounty Hunters

Un F-14D Tomcat de la VF-2 appontant sur le USS Constellation (CV-64) en 2005 lors d'un entraînement au combat aérien

Comme la VF-1, la VF-2 à été créée en 1922 et dissoute en 1945 alors qu'elle était équipée de Grumman F6F Hellcat.

Réactivée le 14 octobre 1972, elle est la deuxième unité à recevoir le Tomcat ce qui lui permet de participer à l'opération Frequent Wind au printemps 1975 au dessus de Saïgon.

Etant embarquée sur le Ranger et le Kitty Hawk, l'unité participe à l'opération Desert Storm (Tempête du Désert) contre l'Irak en 1990-91.

En 1994, l'unité reçoit des F-14D et l'année suivante suite à la transformation de la base de Miramar en base des Marines, l'unité est redéployée sur la côte est à Oceana en Virginie où vont être progressivement regroupés tous les squadrons de Tomcat.

Elle participe à l'opération Southern Watch de surveillance aérienne de l'Irak en 1999 à bord du Ranger et en 2001 depuis «Connie», le USS Constellation (CV-64), dernier porte-avions à ne pas avoir été construit à Newport News.

En 2003, elle participe à l'opération Iraqi Freedom (OIF), la deuxième guerre du Golfe, le dernier conflit mené avec le matou. Au cours de ce conflit, elle reçoit une mission particulière à savoir la couverture et l'appui des hommes de la Task Force 20.

Composés de différentes unités de forces spéciales, la TF-20 avait pour mission de traquer les cadres de l'ancien régime et notamment Saddam Hussein.

Le 1er juillet 2003, la VF-2 devient VFA-2 et transformée au mois d'octobre suivant sur Boeing F/A-18F Super Hornet.

VF-11 Red Rippers

Un Tomcat de la VF-11 paré au catapultage

Trois squadrons distinctifs ont été désignés VF-11 mais seuls deux seulement ont été officiellement baptisés Red Rippers. Une première unité créé en 1927 fût dissoute en 1959 après avoir reçu de multiples désignation (VF-5S, VB-1B, VF-5 et VF-4) avec pour équipement des Boeing F3B-1, F4B-1, F4B-2 ainsi que des Grumman FF-1 et F3F-1.

Une deuxième unité (jamais baptisée Red Rippers) fût créée en 1942, rebaptisée VF-111 en 1948 et dissoute en 1959.

La troisième unité fût créée en 1950 sous le nom de VF-43 puis rebaptisée VFA-11 avec pour équipement premier le F2H Banshee suivit du F-8 Crusader et du F-4 Phantom II qui céda la place au F-14 Tomcat en 1980.

Déployé à bord du USS John F. Kennedy (CV-67), il participe à la guerre du Liban en couvrant plusieurs raids d'Intruder sur des positions syriennes, un Tomcat étant endommagé par DCA syrienne.


Un Tomcat de la VF-11 escortant un Tu-95 Bear

En 1985, la VF-11 (et la VF-31) est transféré au CVW-6 déployée à bord du Forrestal (CV-59), servant à bord de ce porte-avions jusqu'à son désarmement en 1991 soit un total de cinq déploiements.

En janvier 1992, les deux unités sont redéployées à Miramar et transformées sur F-14D, les F-14A de l'unité étant transférées à la VF-24 et la VF-211.

Deux ans plus tard, en février 1994, le VF-11 (et son groupe aérien CVW-14) est déployé à bord du Carl Vinson (CVN-70), participant à l'opération Southern Watch, les missions de surveillance aérienne de l'Irak.

A partir de 1995, les Tomcat des Red Rippers acquièrent des capacités d'attaque au sol, participant l'année suivante à une nouvelle mission dans le cadre l'opération Southern Watch ainsi qu'à l'opération Desert Strike, la destruction de batteries de missiles antiaériens irakiens, les Tomcat escortant les B-52.

A son retour aux Etats Unis, elle s'installe à Oceana en Virginie et reçoit des F-14B, ralliant à l'occasion le CVW-7 et en février 1998, participe depuis le John C. Stennis (CVN-74) à un véritable tour du monde.  

En 2000, il participe à l'opération Southern Watch depuis le USS Dwight D. Eisenhower puis en 2001 à l'opération Noble Eagle, la sécurisation de New-York et de la côte est après les attentats du 11 septembre.

En février 2002, il participe à l'opération Enduring Freedom, l'attaque alliée contre l'Afghanistan au cours de laquelle les F-14 de l'unité larguent des bombes JDAM à guidage GPS.

C'est à bord du USS George Washington (CVN-73) que la VF-11 effectua sa dernière campagne sur Tomcat, participant à Operation Iraqi Freedom en 2004 notamment à l'appui de l'opération Phantom Fury, la reconquête de la ville de Fallujah.

Le 20 avril 2005, l'unité cède son dernier F-14 au 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group installé sur la base aérienne de Davis-Monthan près de Tucson dans l'Arizona. Elle devient la VFA-11 avec pour équipement des Super Hornet.

VF-14 Tophatters

Un Tomcat de la VF-14 en vol en 1975

Cette unité créée en 1919 est la plus ancienne unité de l'US Navy encore en activité. Elle à été équipée de vingt-trois types d'appareils différents avec quatorze changement de désignation.

Elle à été successivement désignée Pacific Fleet Air Detachment (septembre 1919-15 juin 1920), VT-5 (15 juin 1920 au 7 septembre 1921), VP-4-1 (7 au 23 septembre 1921), VF-4 (23 septembre 1921 au 1er juillet 1922), VF-1 (1er juillet 1922 au 30 juin 1927), VF-1B (1er juillet 1927 au 1er juillet 1934), VB-2B (1er juillet 1934 au 1er juillet 1937), VB-3 (1er juillet 1937 au 1er juillet 1939), VB-4 (1er juillet 1939 au 14 mars 1941), VS-41 (15 mars 1941 au 1er mars 1943), VB-41 (1er mars 1943 au 4 août 1943), VB-4 (4 août au 15 novembre 1946), VA-14 (15 novembre 1946 au 2 août 1948) et VF-14 du 15 décembre 1949 au 1er décembre 2001 quand il devient VFA-14.

Sur le plan de l'équipement, de nombreux appareils ont équipé les unités qui s'y sont succédés et pour la chasse, nous trouvons le F-4B Aurora (version embarquée du Boeing P-12), le F4U Corsair, le F3D Skynight, F3H Demon, F-4 Phantom II et enfin le Tomcat.

C'est en janvier 1974 que la VF-14 reçoit le Tomcat pour remplacer ses Phantom II. Transformée sur la base aérienne de Miramar, elle rejoint ensuite la base aérienne d'Oceana et en juin 1975 est la première unité de la flotte de l'Atlantique à effectuer un déploiement opérationnel à bord du USS John F. Kennedy (CVA-67).


Un Tomcat de la VF-14 en vol aile en flèche minimale

En 1976, un Tomcat de l'unité lança le 100ème missile Phoenix contre une cible simulant à 32 miles (51km) un missile de croisière et un autre appareil intercepta un Tu-95, l'escortant pendant 45 minutes, le temps pour le Bear d'effectuer deux passages au dessus du porte-avions.

En juin 1982, la VF-14 est réaffectée au Carrier Vessel Wing 6 (CVW-6) embarqué à bord du USS Independence (CV-62), participant notamment à l'opération Urgent Fury en novembre 1983 contre la Grenade puis au soutien des forces étrangères déployées au Liban.

Le 1er avril 1985, la VF-14 retourne vers le USS John F. Kennedy (CV-67) et est affecté au Carrier Vessel Wing 3 (CVW-3), participant à nouveau à des opérations en Méditerranée notamment au large du Liban en 1986. En 1990, le squadron manoeuvre au large de Porto-Rico en compagnie de Super Etendard et de Crusader du porte-avions Foch.


Deux Tomcat de la VF-14 survolant le Foch au large de Porto-Rico en 1990

Il participe ensuite depuis la mer Rouge à la guerre du Golfe, les opérations Desert Shield/Desert Storm, assurant des patrouilles de combat aérien et d'escorte d'avions d'assaut, des missions très longues pouvant atteindre 8h. Il rentre à NAS Oceana après huit mois en mer puis s'entraine à NAS Fallon aux missions air-sol.

La VF-14 participe en 1992-93 aux premières opérations en ex-Yougoslavie en appui des forces de l'ONU. Il participe ensuite à l'opération Provide Comfort en Irak, la couverture d'une opération humanitaire à destination des réfugiés kurdes, opération qui fût lancée en avril 1991 et s'acheva en décembre 1996.

Fin 1995, suite à la décision de la Navy de réduire de deux à un le nombre de squadron de Tomcat au sein des CVW avec uniquement des Tomcat pouvant mettre en oeuvre la nacelle de reconnaissance TARPS faillit provoquer la disparition du squadron VF-14.

Grâce à une intense campagne de lobbying, l'unité est sauvée de la dissolution et la VF-14 remplace la VF-84 qui lui est dissous, la VF-14 retrouvant la VF-41, le CVW-8 étant l'un des rares groupes aériens embarqués à conserver deux squadronts de Tomcat.

Il est déployé à nouveau à bord du John Kennedy avant d'être déployé à bord de porte-avions nucléaires qu'il s'agisse du John C. Stennis, du Theodore Roosevelt (à bord duquel il participe à Allied Force _bombardement sur la Bosnie_ et Southern Watch _surveillance aérienne du sud de l'Irak pour faire respecter les zones d'exclusion aérienne_)

Néanmoins c'est à bord de l'Entreprise que la VF-14 va réaliser ses dernières croisières à bord du Tomcat qu'il s'agisse de Southern Watch ou de l'opération Enduring Freedom jusqu'au mois de novembre 2001.

A l'issue de cette ultime croisière, le squadron et son compère VF-41 quitte sa base d'Oceana pour Lemoore où ses pilotes sont transformés sur Super Hornet, le successeur du Tomcat.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 15:29

VF-21 Freelancers

Un Tomcat de la VF-21 "Freelancers"

La VF-21 surnomé Freelancers est la troisième unité de l'aéronavale américaine à porter ce numéro.
La première fût l'unité VGS-11 mis sur pied en 1942, redésignée VF-21 en 1944 et dissoute en 1945 et la seconde est une unité créé en 1945 sous le nom de VF-74A devenu VF-21 en 1948 puis VA-43 Challengers en juillet 1959 et enfin VF-43 en 1973 et dissous en 1994.  

La VF-21 Freelancers est créée en 1944 sous le nom de VF-81 avant de devenir successivement le VF-13A (1946),  le VF-131 (1948), VF-64 en 1950 avant de devenir VF-21 le 1er juillet 1959.

Affecté au Carrier Air Group 2, l'unité est déployée depuis le porte-avions Midway, utilisant des McDonnell F3H-2 Demon puis des F-4 Phantom à partir de 1963 avec lequel il va s'illustrer durant la guerre du Vietnam.

Le VF-21 va être avec son unité soeur la VF-154, la dernière unité embarquée basée aux Etats Unis à être équipé de Phantom II. Ce n'est qu'en 1984 que le Tomcat remplace le Phantom, l'unité effectuant sa première croisière opérationnelle début 1985 en compagnie des premiers Hornet et ce à bord du USS Constellation (CV-64).

En 1987, il participe à une opération de présence dans le Golfe Persique, tirant des missiles Sparrow contre des F-4 iraniens qui avaient engagé un P-3 Orion.

A partir de 1990, le squadron est déployé à bord du USS Independence (CV-62) et c'est à bord de ce porte-avions que les Tomcat des Free Lancers participèrent à l'opération Desert Shield puis à sa variante offensive baptisée Desert Storm. Elle enchaina par la mission de surveillance aérienne baptisée Southern Watch.

En août 1991, l'Independence remplace le Midway à Yokosuka au Japon et la VF-21 le suit intégrant au passage le CVW-5 au lieu du CVW-14 car le groupe aérien du Midway ne disposait pas de Tomcat.

Sa dernière mission fût une démonstration de force dans le détroit de Taiwan pour dissuader la Chine populaire de toute manoeuvre hostile vis à vis de ce que Pekin considère comme une province rebelle (1995).

C'est la dernière mission du squadron VF-21 qui est dissous le 31 janvier 1996 et n'à pas été réactivé depuis.

VF-24 Figthing Renegades

Un Tomcat de la VF-24 à l'appontage

La VF-24 à pour origine le squadron VF-211 créé en juin 1955 à Moffett Field (Californie) avec des FJ-3 Fury comme monture. Après avoir été transformée sur Crusader en 1957, l'unité devient deux ans plus tard, la VF-24.

Après avoir participé à la guerre du Vietnam avec le «Mig Master», l'unité fût transformée en 1975 sur Tomcat, recevant son premier appareil le 9 décembre 1975 et une fois transformée fût déployée à bord du Constellation, effectuant 22000 heures de vol en six ans sans un seul accident.

A partir de 1983, la VF-24 (et le CVW-9) sont déployés à bord du Ranger de 1983 à 1985 puis à bord du Kitty Hawk à partir de cette date. En 1988, c'est au tour du Nimitz d'accueillir les Tomcat de l'unité qui participent notamment à la sécurisation des jeux olympiques de Séoul en 1988 dans le cadre de l'opération Olympic Presence.

Après une campagne dans le Pacifique Nord jusqu'en août 1989, l'unité de retour à Miramar est choisie pour être l'un des squadrons destinés à recevoir le F-14B et l'année suivante, est la première unité de Tomcat à mener une opération d'attaque au sol sur la base aérienne de Fallon dans le Nevada.

Il participe ensuite à la guerre du Golfe puis à l'opération Provide Comfort et ce jusqu'en août 1991 quand la VF-24 est de retour à Miramar.

Le squadron VF-24 effectue sa dernière croisière opérationnelle à bord du Nimitz de novembre 1995 à mai 1996, étant dissous le 31 août 1996.

VF-31 Tomcatters

Un Tomcat de la VF-31

Deux unités de l'aéronavale américaine ont porté la désignation VF-31. La première exista de mai 1943 à octobre 1945 et une seconde qui à un lieu directe avec l'actuel VFA-31.

Créée sous le nom de VF-1B le 1er juillet 1935 avec des Boeing F-4B, cette unité devient ensuite la VF-6 ayant pour équipement le Grumman F3F et le F4F.

Devenant la VF-3A le 15 juillet 1943, l'unité participe à la fin de la guerre du Pacifique sur Hellcat, appareil qui est remplacé après guerre par le F8F Bearcat.

Rebaptisée VF-31 le 7 août 1948, l'unité va ensuite recevoir successivement le F9F Panther, le F2H Banshee, le F3H Demon et enfin le F-4 Phantom qu'elle va utiliser de 1964 à 1980 quand elle est transformée sur Tomcat, effectuant sa première croisière l'année suivante à bord du USS John F. Kennedy, participant à l'intervention étrangère dans la guerre du Liban.

A partir d'avril 1985 et jusqu'à son désarmement, la VF-31 accompagné de la VF-11 servit à bord du Forrestal. Quand le premier superporte-avions américain fût retiré du service en 1991, les deux squadrons quittèrent Oceana pour Miramar, étant désormais déployés à bord du Carl Vinson avec pour monture des F-14D plus modernes.

L'unité ainsi équipée participa aux différentes opérations au Moyen Orient notamment Southern Watch et Desert Strike. En 1997, l'unité est de retour à Oceana et participe à nouveau l'année suivante à l'opération Southern Watch cette fois à bord de l'Abraham Lincoln.

Toujours à bord de l'Abraham Lincoln, le squadron VF-31 participe à l'opération Enduring Freedom et toujours à l'opération Southern Watch. Alors qu'il allait revenir à la maison, le squadron participe aux premières opérations d'Operation Iraqi Freedom, le nom de code de la deuxième guerre du Golfe. Il est de retour  à Oceana le 2 mai 2003.

Après une croisière dans le Pacifique en 2004 à bord du John C. Stennis, le squadron VF-31 effectue une dernière croisière sur Tomcat dans le Golfe Persique, depuis le porte-avions Theodore Roosevelt (septembre 2005-février 2006), participant à Operation Iraqi Freedom.


Un Tomcat de la VF-31 en 2006

De retour à Oceana le 10 mars 2006, elle reste équipée de Tomcat jusqu'en octobre 2006, le dernier Tomcat volant le 4 octobre 2006. L'unité devient la VFA-31 après sa transformation sur Super Hornet.

VF-32 Swordsmen

Deux Tomcat en vol, un de la VF-14 et un de la VF-32

La VF-32 à pour origine le squadron VBF-3 (chasse-bombardement) créé le 1er février 1945 avec pour équipement les F6F Hellcat par division du squadron VF-3. Il participe aux dernières opérations du second conflit mondial.

Le 15 novembre 1946, la VBF-3 devient VF-4A et reçoit des Bearcat avant de devenir la VF-32 le 7 août 1948, recevant alors des F4U Corsair avec lesquels il va participer à la guerre de Corée.

Le conflit terminé, l'unité retourne sur la côte est et est transformée sur appareil à réaction en l'occurence le F9F6 Cougar jusqu'en 1956 quand il est remplacé par le Crusader, la VF-32 devenant la première unité supersonique de la marine.

En 1965, le Crusader est remplacé par le Phantom II, appareil qui va équiper l'unité durant la guerre du Vietnam et jusqu'à fin 1973 quand elle entame sur la base de Miramar sa transformation sur F-14 , l'unité _première de la flotte de l'Atlantique_ devant ensuite retourner à Oceana.

Déployé depuis le porte-avions John F. Kennedy, l'unité se rend à plusieurs reprises en Méditerranée également à bord l'Independence depuis lequel elle participe à l'opération Urgent Fury contre la Grenade en novembre 1983 et à l'intervention étrangère au Liban. Elle est également déployé en Méditerranée et dans l'Océan Indien d'octobre 1984 et février 1985.

En février 1985, les Swordsmen rallient le Carrier Vessel Wing 3 et embarquent à bord du John F. Kennedy pour des déploiements en Méditerranée entre août 1986 et février 1987 puis entre août 1988 et mars 1989.

Le 4 janvier 1989, une patrouille de deux Tomcat de l'unité est en patrouille dans le Golfe de Syrte, une zone considérée comme appartenant aux eaux territoriales lybiennes mais qui sont reconnues comme les eaux internationales.

Les consignes données aux pilotes américaines sont claires : ils doivent ouvrir le feu si ils se sentent menacés. Le 4 janvier 1989, une patrouille de la VF-32 intercepte deux Mig-23 venant de Tobrouk.

Les appareils lybiens étant considérés comme armés et après l'échec d'une interception pacifique, les Tomcat décident d'éliminer la menace. Un premier missile Sparrow tiré par le leader échoue mais son ailier parvient à détruire un des Mig (le pilote s'éjecte), le leader se ratrappant en détruisant le second Mig à l'aide d'un Sidewinder, le deuxième pilote lybien s'éjectant lui aussi.


Un Tomcat et deux Prowler en vol derrière un KC-10 durant Desert Storm

Quand la guerre du Golfe éclate en août 1990, les Swordsmen sont à Nellis dans le Nevada pour un entraînement. Ils reçoivent l'ordre de rallier dare dare la base d'Oceana  pour embarquer à bord du John F. Kennedy.

Ce dernier va être déployé en mer Rouge, arrivant sur zone le 14 septembre 1990 et en repartant presque six mois plus tard le 12 mars 1991. Quand Desert Shield devient Desert Storm, la VF-32 participe à des Combat Air Patrol ou patrouilles de chasse, assure l'escorte des missions d'assaut et mène des missions de reconnaissance avec la nacelle TARPS ce qui représente 1445h de vol de combat en 403 missions dont 38 missions TARPS.

Entre octobre 1992 et avril 1993, l'unité est de nouveau déployée en Méditerranée, participant aux premières opérations américaines contre la Yougoslavie, opérations pacifiques puisque les Tomcat escortent les C-130 assurant les largages humanitaires au dessus de la Bosnie.

L'année suivante en 1994, la VF-32 participe à l'opération Restore Democracy en Haïti avant un nouveau déploiement en Méditerranée et dans l'Océan Indien, les Tomcat de la VF-32 assurant leur part de missions dans le dispositif de l'opération Soutern Watch, ces deux missions étant menées à bord du Dwight D. Eisenhower.

En 1995, l'unité est de retour en Méditerranée, participant à l'opération Deny Flight, une opération internationale faisant de la Bosnie une no-fly zone ou zone d'exclusion aérienne. Elle remet ça en 1996 mais cette fois à bord du Theodore Roosevelt.
En août 1997, la VF-32 commence sa transformation sur F-14B, transformation achevée en février 1998 quand l'unité est considérée comme pleinement opérationnelle sur le nouvel appareil.

Entre novembre 1998 et mai 1999, la VF-32 embarquée à bord du USS Enterprise est déployée dans le Golfe Persique, en Méditerranée et dans l'Adriatique, participant à l'opération Desert Fox (16-19 décembre 1998) non pas comme intercepteur mais comme chasseur-bombardier.

Entre novembre 2000 et mai 2001, la VF-32 est déployée dans le Golfe Persique à bord du Harry S. Truman (CVN-75) dont c'est le premier déploiement opérationnel, participant à cette occasion à l'opération Southern Watch. A partir de décembre 2002, il est de nouveau déployé à bord du Harry S. Truman, participant aux opérations Northern Watch, Southern Watch et Noble Eagle.

En 2003, il participe à Operation Iraqi Freedom, le nom de code de la deuxième guerre du Golfe, toujours à bord du Harry S. Truman. La VF-32 est impliquée dans le plus grave «tir ami» de la guerre quand le 6 avril 2003, un F-14 de l'unité largue une bombe non pas sur un char irakien à Dibakan à 48km au sud est de Mosoul mais sur un convoi melant forces spéciales américaines et combattants kurdes tuant 18 kurdes, quatre soldats des  forces spéciales et un traducteur de la BBC sans compter 80 blessés.

L'enquête démontrera que le pilote à largué sa charge sans la validation du contrôleur aérien avancé débordé à ce moment là. Durant OIF, la VF-32 à effectué 275 sorties et largué 365 bombes guidées (247 BGL et 118 JDAM).

En janvier 2004, un Tomcat des Swordsmen lance six missiles Phoenix, une première depuis 1972 même si au final seulement cinq missiles ont atteint leur cible. La même année, ils retournent dans le Golfe pour assurer le soutien des troupes américaines déployées en Irak dans le cadre d'une pacification nettement plus violente qu'escomptée par les américains.

La carrière du Tomcat au sein de la VF-32 s'achève en octobre 2005 quand l'unité commence sa transformation sur F/A 18F Super Hornet, la VF-32 devenant VFA-32 un mois plus tard.

VF-33 Starfigthers

Deux Tomcat de la VF-33 au dessus de Porto-Rico

La première unité à être baptisée VF-33 à été créée le 6 août 1942 sous le nom de VGS-16, devenant VC-16 le 1er mars 1943 et enfin VF-33 le 15 août 1943 avec pour équipement le Grumman F6F Hellcat. L'unité est dissoute le 19 novembre 1945.

Une nouvelle VF-33 est mise sur pied le 11 octobre 1948 avec pour monture le Vougth F4U Corsair qu'elle va utiliser en Méditerranée et en Corée. Elle est ensuite équipée en 1953 de Grumman F9F-6 Cougar puis à partir de 1956, elle met en oeuvre des FJ-3 Fury.

La carrière du Fury au sein des Starfigthers est brève puisque dès 1958, ils sont remplacés par des Grumman F11F-1 Tigers qui eux même cède leur place au Crusader en 1961, participant avec cet appareil à la crise des missiles à Cuba ainsi qu'à l'opération Sea Orbit, un tour du monde menée par une escadre nucléaire (porte-avions Enterprise, croiseurs Long Beach et Bainbridge).

Trois ans plus tard, le Crusader cède sa place à une autre légende de l'aéronavale américaine en l'occurence le F-4 Phantom II qui va l'équiper jusqu'en 1981, date de sa transformation sur Tomcat.

En compagnie de la VF-102, la VF-33 est affecté au CVW-1 déployé à bord de l'America avec lequel il va effectuer jusqu'en 1992 un total de douze déploiements dans l'Atlantique, en Méditerranée et dans l'Océan Indien, participant à de nombreux exercices mais également à des missions opérationnelles. A noter que ce n'est qu'en 1987 qu'ils adoptent le surnom de Starfigthers.

En mars 1986, les F-14 de la VF-33 participent à des démonstrations de force dans le Golfe de Syrte en compagnie des groupes aériens du Saratoga et du Coral Sea destinés à faire respecter le droit international qui ne reconnaissait pas les prétentions lybiennes qui intégraient tout le Golfe dans ses eaux territoriales et non simplement douze miles.

Le 5 avril 1986, une bombe explose dans la discothèque La Belle à Berlin-Ouest tuant deux soldats américains et une femme. Les américains soupçonnent non sans raison que la Libye est derrière cet attentat (La CIA interceptera un message envoyé par l'ambassade de Libye à Berlin-Est se félicitant de l'attentat).

En riposte, l'USAF et l'US Navy lancent l'opération El Dorado Canyon, un raid aérien mené par des F-111 décollant d'Upper Heyford (GB) et frappant Tripoli, les Intruder et les Corsair II de la Navy ainsi que les Hornet de l'USMC embarqués à bord des porte-avions bombardent Benghazi. Les Tomcat de la VF-33 ainsi que des autres unités assurent la couverture aérienne de l'opération, les forces aériennes lybiennes n'étant pas négligeables.

En 1987, la VF-33 est brièvement déployée à bord du Theodore Roosevelt puis après une année 1988 sans déploiement embarqué, l'unité retourne en mer à bord de l'America en 1989 et en février 1990 alors que l'America quitte San Diego pour Philadelphie, les Tomcat assurent sa protection aérienne et manoeuvrent avec différentes nations du sous-continent sud-américain.

C'est ensuite la participation à la guerre du Golfe, l'unité déployée à bord de l'America  étant déployée dans le Golfe Persique à partir du 13 février 1991 après avoir été engagé en mer Rouge pour Desert Shield à partir du 14 janvier 1991.

Suite aux réductions budgétaires consécutives à la fin de la Guerre Froide, l'US Navy décide de réduire à une flottille de Tomcat par groupe aérien embarqué en conservant les flottilles capables de mener des missions de reconnaissance avec les nacelles TARPS. La VF-33 ne l'étant pas, elle est dissoute le 1er octobre 1993.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 15:47

VF-41 Black Aces

Un Tomcat de la VF-41 durant Desert Storm

La VF-41 est créée le 1er juin 1945 sur la base aéronavale de Chicoteague (Virginie) avec pour équipement des Vought F4U-4 Corsair. En juillet 1948, elle devient VF-3B mais ce changement est provisoire car dès le mois de septembre elle retrouve sa désignation d'origine.

En 1953, le Corsair est remplacé par le F2H-3 Banshee qui lui même cède la place en 1959 au F3H-2 Demon. Trois ans plus tard, en février 1962, le Demon est remplacé par le Phantom II, à temps pour participer à la crise des missiles à Cuba puis à la guerre du Vietnam sans oublier diverses opérations en Méditerranée.

En avril 1976, le Phantom II après quatorze années de bons et loyaux services cède sa place au Tomcat, les «as noirs» étant la treizième unité à recevoir ce formidable chasseur. Une fois transformée, elle réalise sa première campagne embarquée à partir de décembre 1977 au sein du Carrier Vessel Wing 8 (CVW-Cool sur le tout nouveau porte-avions nucléaire d'attaque, le USS Nimitz (CVN-68).

En 1980, il participe depuis le Nimitz à l'opération Eagle Claw, la tentative infructueuse de libération des otages, tentative qui échoua suite à une planification trop optimiste et un manque de forces entrainées à ce type de mission (notamment en ce qui concerne le pilotage des hélicoptères).

Les Tomcat de la VF-41 devaient assurer la couverture du dispositif et si le gouvernement iranien avait été mis au courant, ils auraient pu avoir à affronter des Tomcat de l'ancienne force aérienne impériale iranienne.


Le pont d'envol du Nimitz ravagé après le crash d'un Prowler sur le pont d'envol

Durant un déploiement du Nimitz en Méditerranée entre août 1981 et février 1982, un Prowler piloté par un Leatherneck se crasha sur le pont d'envol du Nimitz et l'épave de l'avion fila comme une boule de bowling en direction d'un groupe de six F-14 en plein ravitaillement de carburant.

Si le Nimitz ne fût que superficiellement endommagé, trois Tomcat furent détruits, 45 marins étant blessés et 14 tués dont trois appartenant à la VF-41.

Durant ce même déploiement, le 19 août 1981, une patrouille de deux Su-22 «Fitter» libyens furent abattus par des F-14 de la VF-41, les premières victoires aériennes de la Navy depuis la guerre du Vietnam, combat qui opposa des avions à aile à géométrie variable.

En novembre 1982 au cours d'un autre déploiement (novembre 1982-mai 1983), la VF-41 participe aux opérations internationales destinées à mettre fin à terrible guerre du Liban, guerre civile devenue une guerre régionale avec l'intervention syrienne puis israélienne.


Un Tomcat de la VF-41 devant l'ilôt du Nimitz

En 1985, la VF-41 passa soixante-huit jours au large du Liban dans le cadre du détournement du TWA 847 et sans la libération des otages américains (un passager américain fût exécuté), il est probable que les Tomcat de la VF-41 et de la VF-84 seraient intervenus comme leurs homologues des VF-74 et VF-103 qui détournèrent l'avion transportant les pirates de l'Achille Lauro.

Entre décembre 1986 et juin 1987, l'unité effectue un dernier déploiement à bord du Nimitz qui à l'issu de ce déploiement rallie la flotte du Pacifique avec San Diego comme port d'attache. La VF-41 et le CVW-8 vont alors être embarqués à bord du Théodore Roosevelt.

C'est à bord du CVN-71 que les Black Aces participent à la guerre du Golf, arrivant sur zone à la mi-janvier 1991, participant à Desert Storm, l'unité effectuant 1500 heures de vol de combat. Il reste sur zone participant à l'opération Provide Comfort, l'opération humanitaire au profit des réfugiés kurdes.

En 1995, la VF-84 est dissoute et la VF-41 reprend la mission TARPS. Elle est ensuite en Méditerranée, en mer Rouge, en mer d'Arabie, dans le Golfe Persique et en mer d'Adriatique. Il participa aux opérations Deny Flight/Deliberate Force au dessus de la Bosnie ainsi que l'opération Southern Watch au dessus de l'Irak. Durant l'opération Deliberate Force, deux F-14 larguent des bombes laser sur des objectifs serbes, une première pour le Tomcat.

En 1996, le Carrier Vessel Wing 8 repassa à deux flottilles de Tomcat, la VF-14 «Tophatters» rejoignant la VF-41. Il est ensuite déployé à bord du John C. Stennis puis à bord du John F. Kennedy pour un déploiement en Méditerranée et dans le Golfe Persique en 1997 pour des exercices et des missions au dessus de la Bosnie et de l'Irak.

Deux ans plus tard, en 1999, la VF-41 participe à l'opération otanienne Allied Force, les raids aériens sur le Kosovo et la Serbie pour forcer le gouvernement de Milosevic à mettre fin à la représsion au Kosovo, province à majorité albanaise mais considéré par les serbes comme le berceau de leur nation. La VF-41 effectue au cours de cette opération 1100 heures de vol de combat en 384 sorties avec 160 tonnes d'armes guidées larguées avec une précision remarquable de 85%.

En avril 2001, la VF-41 appareile à bord de l'Enterprise pour la dernière croisière opérationnelle avec le matou. Il participe à Southern Watch au dessus de l'Irak puis à Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan, d'abord des missions de reconnaissance puis des missions d'attaque de nuit.

De retour aux Etats-Unis fin 2001, l'unité est transformée sur F/A-18F Hornet et dans la foulée rebaptisée VFA-41.

VF-51 Screaming Eagle

un Tomcat de la VF-51 escortant un Bear

Plus ancienne unité de la flotte du Pacifique en service continu, la VF-51 «Aigles hurlants» (un surnom commun à la 101ème Aéroportée) voit le jour le 1er février 1943 sous le nom de VF-1 mais dès le 15 juillet, elle devient la VF-5 puis la VF-5A le 15 novembre 1946 avant de devenir VF-51 le 16 août 1948, numéro qu'elle conservera jusqu'à sa dissolution.

En octobre 1947, la VF-51 devient la première unité à réaction de la Navy en recevant des FJ-1 Fury qu'elle utilisera jusqu'à son remplacement par des Grumman F9F2 avec lesquels elle combattra en Corée avec comme pilote un certain Neil Armstrong.

Elle participa à la guerre du Vietnam sur Crusader puis à partir de 1971 sur Phantom II, appareil qu'elle va utiliser jusqu'en 1976, entamant sa transformation sur Tomcat en juin de cette année.

Intégrée au Carrier Vessel Wing-15, la VF-51 et la VF-111 servent à bord du Kitty Hawk avec lequel la VF-51 est déployée dans l'Océan Indien au moment où commence la prise d'otages à l'ambassade des Etats Unis en Iran. Elle n'était cependant plus zone lors de l'opération Eagle Claw, le Kitty Hawk ayant été relevé par le Nimitz.

Après deux autres croisières à bord du Kitty Hawk, le squadron et son groupe aérien furent redéployés sur la côte est pour une croisière sur le Carl Vinson (CVN-70) et ce de mars à octobre 1983.

La VF-51 est ensuite redéployée à Alameda et réaffectée à la Flotte du Pacifique et le restera jusqu'à sa dissolution. Opérant toujours depuis le Carl Vinson, elle participe à de nombreux exercices sans nouvelles opérations de guerre.

A l'origine, les VF-51 et VF-111 devaient être transformés sur F-14D, la version la plus évoluée du Tomcat mais en décembre 1991, l'acquisition massive de F-14D fût abandonnée pour des raisons budgétaires et la VF-51 tout comme la VF-111 fût dissoute en mars 1995 et non reconstituées depuis.

VF-74 Be-Devilers

Un Tomcat de la VF-74 paré au catapultage sur le Saratoga

La VF-74 est créée le 16 avril 1945 sous le nom de VBF-20 avec des F4U-1 Corsair pour monture mais pour peu de temps car elle reçoit ensuite des Hellcat et enfin des Bearcat.

Le 15 novembre 1946, elle devint la VF-10A du Carrier Air Group 9 embarqué à bord du Phillipine Sea. Elle devient la VF-92 du CAG-7 déployé à Quonset Point (Rhode Island). Ce n'est que le 15 janvier 1950 qu'elle adopte sa désignation finale et définitive.

Elle participe à la guerre de Corée d'abord sur F4U-4 Corsair puis sur Grumman F9F-8 Cougar, la version à ailes en flèche du Panther. Un an plus tard, elle est transformée sur Douglas F4D-1 mais là encore pour peu de temps car dès 1962, elle est transformée sur F-4B Phantom II, appareil qu'elle va utiliser pendant 20 ans, effectuant treize croisière opérationnelles en Méditerranée et deux en Asie du Sud Est, toutes à bord du Forrestal sauf une à bord de l'America, la VF-74 étant présente à bord lors du terrible incendie du 29 juillet 1967 qui couta la vie à 42 hommes de l'unité qui perdit trois avions dans l'affaire.

La dernière croisière sur Phantom (F-4S après avoir été équipée de F-4B et de F-4J) s'achève en novembre 1982 et au mois de février suivant, la VF-74 entame sa transformation sur F-14 Tomcat, transformation achevée en octobre, date à laquelle elle intègre le Carrier Vessel Wing-17 embarqué à bord du USS Saratoga (CV-60).

Le 7 octobre 1985, un commando palestinien s'empare du paquebot italien Achille Lauro. Un passager américain handicapé est tué et son corps balancé par dessus bord. Une intervention de la Delta Force voir des forces spéciales italiennes est envisagée mais n'est pas exécutée.

Suite à des négociations menées par l'Italie et l'Egypte, les terroristes palestiniens après un échec à destination de la Syrie rallient l'Egypte où ils abandonnent les passagers en échange d'un sauf conduit pour le pays de leur choix.

L'OLP étant installé en Tunisie, l'avion transportant les pirates décolla dans la nuit du 10 octobre direction Tunis. Les américains qui avaient échoué à convaincre les autorités egyptiennes de retenir les meurtriers de Léo Klinghoffer ne laissèrent pas passer cette opportunité.

Quatre Tomcat de la VF-74 et de la VF-103 guidés par liaison de donnée par un Hawkeye après trois tentatives infructueuses, interceptèrent l'avion à 30 miles SE de la Crète et le forcèrent à poser à Sigonella en Sicile, une base de l'OTAN en territoire italien.

Débuta alors une crise politico-diplomatique entre Rome et Washington connue sous le nom de «Crise de Sigonella» où on voit l'avion placé sous la protection de forces italiennes encerclées par des membres de la Delta Force eux même cernés par les carabiniers. La tension est telle qu'on est à deux doigts de l'engagement armé entre deux nations alliées. Les américains finiront par céder, laissant les italiens juger les terroristes.

L'année suivante, en 1986, les Tomcat de la VF-74 participent à l'opération El Dorado Canyon contre Tripoli et Tobrouk.

Le 11 août 1988, la VF-74 est la première unité de l'US Navy à recevoir le F-14A+ (futur F-14B), version améliorée du Tomcat, l'unité étant totalement transformée sur cet appareil à la fin de l'année.

La VF-74 participe ensuite à la guerre du Golfe, les opérations Desert Shield et Desert Storm depuis le porte-avions Dwight. E. Eisenhower qui arrive dans la région le 8 août 1990 et reste déployé dans la région jusqu'en mars 1991 quand la VF-74 retrouve sa base d'Oceana. .

L'année suivante, c'est à bord du Saratoga que l'unité est déployée en Méditerranée et en Adriatique pour participer notamment au soutien des casques bleus de l'ONU qui tentaient de mettre fin au terrible conflit qui ensanglantait l'ex-Yougoslavie.

La croisière opérationnelle suivante à lieu à bord du Constellation qui sortait d'une refonte SLEP (Service Life Extension Programm) réalisée de juillet 1990 à mars 1993.

Il devait ensuite effectuer une croisière à bord du Saratoga mais l'US Navy ayant décidé de conserver une unique de flottille de Tomcat à bord des porte-avions, la VF-74 qui n'était pas une unité TARPS quitta le CVW-17 pour le Figther Wing Atlantic, devenant une unité Agressort (entraînement au combat aérien).

De janvier à avril 1994, l'unité effectue une dernière mission depuis la base aéronavale de Roosevelt Roads (Porto Rico). Le 30 avril 1994, la VF-74 est officiellement dissoute.

VF-84 Jolly Rogers

Un Tomcat de la VF-84 en vol

Pas moins de cinq unités différentes ont utilisé le surnom Jolly Rogers. La VF-84 mise sur pied le 1er mai 1944 avait pour surnom original «Wolf Gang» mais avait été mise sur pied à partir de vétérans de la VF-17 «Jolly Rogers». Cette unité participa à la guerre du Pacifique et fût dissous après la fin du conflit le 8 octobre 1945.

Une nouvelle VF-84 est mise sur pied sous le nom de Vagabond le 1er juillet 1955 sur la base d'Oceana en Virginie avec pour équipement le FJ-3 Fury. Le 1er avril 1960, elle devient la VF-84 Jolly Rodgers suite à la requête du nouveau commandant de la VF-84 qui était l'ancien commandant de la défunte VF-61 qui portait ce surnom.

Affecté au CVW-7, la VF-84 est transformée sur Crusader en 1959, appareil qu'elle va utiliser durant la crise des missiles à Cuba, participant à la guerre du Vietnam sur Phantom II (B, J et N).

En juin 1976, elle commence sa transformation sur F-14 Tomcat, effectuant sa première croisière sur le nouvel appareil à bord du USS Nimitz à partir de décembre 1977. en 1979, elle devient la première unité de l'Aéronavale à mettre en oeuvre la nacelle TARPS qui compense le retrait d'avions de reconnaissance spécialisés que sont le Vigilante et des versions spécialisées  du Crusader et du Phantom II.

En 1980, il participe au tournage du film «The Final Countdown» plus connu en France sous le nom de «Nimitz : retour vers l'enfer», un film de science-fiction qui voit le Nimitz être projeté dans le passé à la veille de Pearl Harbor avec le dilemme : faut-il ou non intervenir et ainsi bouleverser l'histoire ?

La réalité se rappelle ensuite au bon souvenir de l'unité qui est déployée à bord du Nimitz à Gonzo Station en mer d'Arabie suite à la prise d'otages des diplomates américains à Téhéran. Il participe à la couverture de l'opération Eagle Claw, la tentative infructueuse de libérer les otages par la force.

En 1983 et 1985, il est déployé au large du Liban pour participer aux tentatives internationales de ramener la paix dans le pays du Cèdre. La VF-84 effectue une dernière croisière à bord du Nimitz de décembre 1986 à juin 1987, le Nimitz étant alors redéployé dans le Pacifique, le CVW-8 restant sur la côte est avec le Théodore Roosevelt comme nouveau bâtiment-base.

La VF-84 participe à la guerre du Golfe avec les opérations Desert Shield et Desert Storm, le CVN-71 étant déployée dans le Golfe Persique en compagnie du Ranger, du Midway et de l'America.

Comme les autres unités de Tomcat, la VF-84 va réaliser des missions de patrouille aérienne (Combat air Patrol), d'escorte d'avions d'assaut et de missions TARPS de reconnaissance tactique, effectuant au total 468 missions de combat auxquelles ont doit ajouter 111 missions dans le cadre de l'opération Provide Comfort jusqu'en juin 1991 quand le CVN-71 est relevé par le Forrestal.

Entre mars et septembre 1993, la VF-84 est déployée à bord du Théodore Roosevelt pour participer à l'opération Deny Flight, effectuant des missions de reconnaissance autour de Sarajevo. Il participa également à l'opération Southern Watch.
Suite aux réductions budgétaires consécutives à la fin de la guerre Froide, la VF-84 est dissoute le 1er octobre 1995 mais son surnom perdure, étant repris par la VF-103 qui jusque là avait été baptisée Sluggers.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 16:00

VF-101 Grim Reapers

Un Tomcat de la VF-101 sur le pont du porte-avions USS Hornet préservé comme musée à Alameda en Californie

La VF-101 était le Fleet Replacement Squadron des Tomcat de  la flotte de l'Atlantique basé à Oceana puis de toute la flotte de Tomcat après la dissolution de la VF-124 au milieu des années quatre-vingt dix.

Après un VF-10 baptisé Grim Reapers, la VF-101 est officiellement mise sur pied le 1er mai 1952 sur la base aérienne de Cecil Field (Floride) avec pour équipement des FG-1D Corsair avec lesquels elle participe à la guerre de Corée.

Le Corsair est utilisé quelques mois par l'unité qui est transformé sur F2H-1 Banshee à la fin de l'année, un appareil qu'elle va utiliser jusqu'en 1956 quand la VF-101 est transformée sur F-4D1 Skyray.

En avril 1958, la VF-101 fusionne avec la Fleet All Weather Training Unit Atlantic, devenant une unité d'entraînement opérationnel au pilotage tout-temps sur deux modèles d'appareils : Douglas F4D-1 Skyray et McDonnell F3H-2 Demon. Affecté au Readiness Attack Carrier Air Wing 4, elle cesse d'être une unité embarquable.

En juin 1960, la VF-101 met sur pied un «Detachment A» sur la base aéronavale d'Oceana en Virginie avec des F-4 Phantom qui remplacent définitivement les Skyray et les Demon fin 1962.

A cette date, tous les moyens de l'unité sont redéployés à Key West jusqu'au 1er mai 1966 quand un Detachment A est réactivé pour une formation plus spécialisée (ravitaillement en vol, entraînement à la qualification embarquée et armement conventionnel), Key West concervant l'entraînement au combat air-air.

Le 1er juin 1970, la majorité des moyens sont concentrés à Oceana, seul un détachement restant à Key West.

En janvier 1976, l'unité commence à utiliser le F-14 Tomcat en compagnie du F-4 Phantom jusqu'au 5 août 1977 quand les F-4 de la VF-101 sont regroupés au sein de la VF-171 (dissoute en 1984) suite à la transformation sur Tomcat des deux derniers squadrons de Phantom stationnés à Oceana (VF-74 et VF-103).

L'unité va former les pilotes et les RIO des Tomcat de la flotte de l'Atlantique puis de la flotte du Pacifique suite à la dissolution de sa consoeur du Pacifique, la VF-124 en 1994, un détachement de la VF-101 s'installant sur la base de Miramar.

Le transfert de cette base aux Marines en 1996 entraine la dissolution du détachement, tous les squadrons de Tomcat étant concentrés à Oceana qu'elle que soit leur flotte d'affectation.

Avec la transformation des unités de Tomcat sur Super Hornet, les besoins en formation diminue réduisant l'activité du VF-101 jusqu'à sa dissolution le 30 septembre 2005, les trois derniers pilotes sur Tomcat ayant été formé en mars.

Elle est reconstituée sous le nom de VFA-101 sur la base aérienne d'Englin (Floride) le 1er mai 2012 pour assurer la formation sur F-35 mais ceci est une autre histoire....... .

VF-102 Diamondbacks

Un Tomcat de la VF-102 interceptant un Bear au dessus de l'Atlantique le 1er septembre 1985. Il était basé à l'époque sur l'America (CV-66)

Dans l'histoire de l'US Navy, deux flottilles ont été baptisées VF-102, la première existant du 1er mai 1952 au 1er juillet 1955 date à laquelle elle à été rebaptisée VA-36 et quittant Cecil Field pour Jacksonville (Floride).

La deuxième unité, celle qui nous intéresse est créée le 1er juillet 1955 sous le nom de VA-36 avant de devenir la VF-102. Elle est basée à Jacksonville avec pour équipement le McDonnell F2H Banshee rapidement remplacés par des Douglas F4D Skyray.

En 1960, la VFA-102 quitte Jacksonville pour Oceana, remplaçant à cette occasion le Skyray par le Phantom II, appareil qui va rester vingt ans en service jusqu'en juin 1981 quand s'achève la dernière croisière opérationnelle de l'unité sur Phantom à bord de l'Independence.


Grumman F-14 Tomcat de la VF-102 paré au décollage

L'été est consacré à la transformation de l'unité sur Tomcat ce qui permet à l'unité de mener également des missions de reconnaissance avec la nacelle TARPS.

La première croisière opérationnelle de l'unité avec son nouvel appareil à lieu à bord de l'America à partir de 1982, participant à des exercices dans l'Atlantique Nord suivit en 1983 d'un déploiement dans l'Océan Indien avec une patrouille de Tomcat prise sous le feu d'une batterie somalienne de SA-2 sans dommages.

En 1985, dans le cadre d'exercices OTAN dans l'Atlantique Nord, un F-14 effectue une mission TARPS de 1200 miles nautiques pour suivre un croiseur lance-missiles soviétique de classe Kynda suivit l'année suivante en 1986 des opérations dans le Golfe de Syrte contre la Libye avec notamment l'opération El Dorado Canyon, ces deux déploiements étant réalisés depuis l'America.


Un Tomcat de la VF-102 survolant un navire de renseignement soviétique de classe Balzam

La VF-102 participe ensuite à la guerre du Golfe à bord de l'America qui arrive en mer Rouge le 14 janvier puis est redéployé dans le Golfe Persique à partir du 13 février 1991. En six semaines d'opération, la VF-102 va effectuer plus de 1400 heures de combat.

De décembre 1991 à mai 1992, la VF-102 est déployée en Méditerranée et dans le Golfe Persique puis à nouveau en Méditerranée en août et en septembre 1993 au profit notamment des troupes de l'ONU déployées en Bosnie (opérations Provide Promise et Deny Flight).

En octobre, ils participent à l'opération Restore Hope en Somalie puis à l'opération Southern Watch, l'unité étant de retour à Oceana en juin 1994.

De retour en Virginie, l'unité remplace ses F-14A par des F-14B qui connaissent leur baptême du feu dans le cadre de l'opération Deliberate Force avant un passage dans le Golfe Persique pour Southern Watch suivit d'un nouveau passage en Adriatique en mois de décembre.

Après la dissolution de la VF-33, la VF-102 reste la seule unité de Tomcat de l'America et ce jusqu'en 1996 date du désarmement du CV-66, le Carrier Vessel Wing 1 étant transféré à bord du USS George Washington (CVN-73) avec lequel il effectue un déploiement opérationnel en Méditerranée et dans le Golfe Persique, rentrant aux Etats Unis en mars 1998.

La VF-102 participe à nouveau à l'opération Southern Watch à l'automne 1999, les missions TARPS s'effectuant dans une véritable ambiance de guerre avec plusieurs accrochages avec la DCA irakienne.


Les Tomcat de la VF-102 pouvaient participer à des missions de reconnaissance avec la nacelle TARPS

La dernière mission de la VF-102 est effectué à l'automne 2001 et au printemps 2002 dans le cadre de l'opération Enduring Freedom, depuis le Theodore Roosevelt, les Diamondbacks volant 5000 heures et larguant 680 bombes sans oublier le guidage de munitions lancées par d'autres avions.

Rentrée aux Etats Unis, la VF-102 rallie la base aéronavale de Lemoore en Californie où elle entame sa transformation sur Super Hornet, devenant à cette occasion, la VFA-102.

VF-103 Sluggers/Jolly Rogers

Un Tomcat de la VF-103 au dessus de Pula (Croatie) pour l'exercice Joint Wings 2002

La VF-103 est activée en 1952 avec pour premier équipement des F4U Corsair rapidement remplacés par des F9F-8 Cougar utilisés jusqu'à la fin 1957 quand elle est transformée sur F-8 Crusader. Elle va l'utiliser pendant huit ans, étant transformée sur Phantom II au printemps 1965 et c'est avec cet appareil qu'elle va participer à la guerre du Vietnam.

Après quasiment dix-huit années d'utilisation, le Phantom II quitte la VF-103 pour être remplacé par le Tomcat, les Sluggers étant d'ailleurs la dernière unité de chasse la Navy à faire la transition.

Avec ce magnifique appareil,la flottille va participer notamment en octobre 1985 à l'interception du Boeing 737 transportant les pirates de l'air de l'AChille Lauro puis l'année suivante aux opérations contre la Libye (Attain Document et El Dorado Canyon).

En 1989, elle est transformée sur F-14A+ (futurs F-14B) et participe deux ans plus tard à la guerre de Golfe, opérant comme la VF-74 depuis le Saratoga en mer Rouge, effectuant des patrouilles de combat aérien, des escortes de raids d'assaut et des missions TARP, un appareil est d'ailleurs perdu sous les coups d'un SAM irakien, le pilote (Lt Devon Jones) étant récupéré à la différence de son RIO (Radar Interception Officer), le Lieutenant Larry Slade qui est capturé par les irakiens et detenu jusqu'à la fin du conflit.

Le 1er octobre 1995, la VF-84 est dissoute et la VF-103 reprend son nom de baptême à savoir Jolly Rogers. La même année, la VF-103 teste la nacelle LANTIRN améliorant consdérablement les capacités d'attaque au sol du Tomcat qui devient autonome pour le largage des bombes à guidage laser.

Deux ans plus tard, en 1997, la VF-103 quitte l'Entreprise pour le Dwight D. Eisenhower et c'est à bord du CVN-69 qu'elle va participer aux opérations au dessus du Kosovo puis à Southern Watch.

En 2002-2003, l'unité déployée à bord du George Washington va successivement participer à Enduring Freedom, Southern Watch et Operation Iraqi Freedom.

C'est à bord du John F. Kennedy que la VF-103 effectue au à l'été et à l'automne 2004 sa dernière croisière opérationnelle sur Tomcat, appuyant les marines et les soldats irakiens dans l'opération Phantom Fury, la reconquête de la ville de Fallouja.

De retour aux Etats Unis en décembre 2004, la VF-103 entame sa transformation opérationnelle sur Super Hornet.

VF-111 Sundowners

Un Tomcat de la VF-111 en vol

La première VF-111 est mise sur pied à North Island (Californie) sous le nom de VF-11 le 10 octobre 1942 avec pour équipement des Grumman F4F Wildcat. Equipée de Hellcat à partir de juillet 1943, elle participe à toutes les opérations de la guerre du Pacifique.

Devenue la VF-11A en 1946, elle devient la VF-111 en juillet 1948 et l'année suivante, en 1949, elle est transformée sur jets avec des Grumman F9F-2 Panther avec lesquels elle participe à la guerre de Corée sur différents porte-avions.
Le conflit coréen terminé, elle est transformée sur Grumman F9F-8 Cougar puis sur North American FJ-3 Fury et dissoute le 19 janvier 1959.

Une seconde VF-111 est mise sur pied le 20 janvier 1959 par changement de nom de la VA-156 et deux ans plus tard, elle reçoit des F-8D Crusader avec lesquels il participe à la guerre du Vietnam, différentes versions du Crouze étant mis en oeuvre par l'unité.

En 1971, le Crusader cède la place au Phantom II qui lui aussi fût engagé dans la guerre du Vietnam.
De retour à Miramar en avril 1977, l'unité entame sa transformation opérationnelle sur Tomcat, transformation achevée en octobre 1978.

Sa première croisière opérationnelle eut lieu entre mai 1979 et février 1980 dans l'Océan Indien au sein du CVW-15 embarqué sur le USS Kitty Hawk dans un contexte tendu marqué par la crise des otages américaines en Iran. Il est à nouveau déployé à bord du Kitty Hawk d'avril à octobre 1981.

Elle est ensuite déployée à bord du Carl Vinson pour sa croisière inaugurale, le troisième porte-avions de classe Nimitz devenant la nouvelle base du VF-111. Néanmoins entre août et octobre 1991, il est à nouveau embarqué sur le Kitty Hawk lors d'un transit entre Norfolk et North Island après une refonte SLEP, les Sundwoners ralliant Miramar en décembre 1991.

En 1993, elle participe à l'opération Restore Hope au large de la Somalie puis à l'opération Southern Watch. En 1994, elle effectue une ultime croisière dans le Pacifique avant d'être dissoute en mars 1995 suite aux réductions budgétaires post-guerre froide.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warburton
Amiral
Amiral
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11741
Age : 70
Ville : paris
Emploi : antimythes
Date d'inscription : 05/03/2011

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 16:21

effacé


Dernière édition par warburton le Mar 27 Aoû 2013, 12:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 16:22

VF-114 Aardvarks

Quand un matou intercepte un ours....

La VF-114 est créé sous le nom de VBF-19 le 20 janvier 1945 sur la base d'Alameda en Californie avant d'être rapidement transféré à North Island. Mise sur pied avec des F6F Hellcat, elle est rapidement transformée sur F4U-4 Corsair.

Elle devient ensuite VF-192 le 24 août 1948 et enfin VF-114 le 15 février 1950 avec «Executionners» comme surnom. C'est toujours sur Corsair qu'elle participa à la guerre de Corée.

Elle est ensuite transformée sur Grumman F9F Panther, puis F2H Banshee et enfin en 1957 sur F3H Demon. Redéployée à Miramar, elle est transformée sur Phantom II avec lequel elle va participer à la guerre du Vietnam.

Le 15 décembre 1975, l'unité commence sa transformation sur Tomcat en compagnie de son unité-soeur, la VF-213. Cette transformation s'acheva en octobre 1977 quand elle commença sa première croisière opérationnelle à bord du Kitty Hawk, porte-avions sur lequel était embarqué le Carrier Vessel Wing 11.

Le déploiement suivant entre mars et septembre 1979 à lieu à bord de l'America tout comme une autre croisière entre avril et novembre 1981, à chaque fois en Méditerranée ce qui étonnant pour un groupe aérien stationné sur la côte ouest.

En septembre 1982, la VF-114 retourne dans le Pacifique participant à bord de l'Enterprise à l'un des plus importants exercices navals depuis 1945, deux semaines de manoeuvres avec les groupes de combat de l'Enterprise, du Midway et du Coral Sea.

A partir de la fin du mois de janvier 1986, la VF-114 est déployée dans l'Océan Indien depuis le porte-avions Enterprise mais suite aux tensions et affrontements entre les Etats Unis et la Libye, l'Enterprise reçoit l'ordre de rallier la Méditerranée par le canal de Suez ce qui constituait à l'époque une première perminée en Méditerranée, le porte-avions franchit le détroit de Gibraltar, le cap de Bonne Esperance, fait escale à Perth et rallie ensuite San Diego.

L'année 1987 est consacrée à l'entraînement mais l'année 1988 voit la VF-114 participer à un nouvel déploiement opérationnel dans le Golfe Persique pour participer à la protection des pétroliers koweïtiens qui étaient pris pour cible par les iraniens et par les irakiens (ces pétroliers passèrent à cette occasion sous pavillon américain).

Elle participe également à l'opération Praying Mantis contre une plate-forme pétrolière utilisée comme base par les iraniens. La VF-114 est de retour aux Etats-Unis en février 1989.

Dès le mois de septembre 1989, la VF-114 reprend la mer à bord de l'Enterprise pour un quasi-tour du monde, le «Big E» quittant la Californie pour être redéployé à Norfolk.

Si le porte-avions reste en Virginie, le CVW-11 lui va retourner sur la côte ouest et retrouver la base d'Alameda avec comme nouveau porte-avions, l'Abraham Lincoln (CVN-72) sur lequel le groupe aérien et la VF-114 effectue ses premiers vols à partir du 25 septembre 1990. Le porte-avions et son groupe aérien arrivent à destination en novembre 1990.

Après avoir participé à l'évacuation du personnel américain des bases aux Phillipines touchées par l'éruption du volcan Pinatubo, la VF-114 rallie le Golfe Persique mais trop tard pour participer au conflit, les Tomcat des Aardvarks menant des patrouilles de combat aérien destinées à faire respecter le cessez-le-feu.

La VF-114 effectue son dernière vol le 30 novembre 1992 et cinq mois plus tard, le 30 avril 1993, l'unité est dissoute dans le cadre des réductions budgétaires post-guerre froide.

VF-124 Gunfighters

Un Tomcat de la VF-124 à Miramar

La VF-124 est un Fleet Replacement Squadron, une unité chargée de l'entraînement des pilotes des unités de combat.
Elle voit le jour le 16 août 1948 comme VF-53 et devient la VF-124 à Moffett Field le 11 avril 1958, étant chargée de la formation des pilotes et des rampants des unités de Crusader, le F-8 commençant alors à être mis en service au sein des unités embarquées de la Navy.

En 1961, la VF-124 quitte Moffett Field pour Miramar, assurant l'entraînement des pilotes de Crusader de la flotte du Pacifique jusqu'en août 1972 puis des pilotes de Tomcat de cette même flotte, les gunfigthers recevant leur premier tomcat en octobre 1972 peu avant l'activation des deux premières unités d'active équipées de Tomcat (VF-1 et VF-2).

Des pilotes des Marines intégrèrent brièvement l'unité entre 1973 et 1976, date à laquelle le projet de l'USMC d'acquérir des Tomcat à été abandonné. La première promotion de pilotes formées sur Tomcat par la VF-124 subit sa qualification embarquée en décembre 1974 à bord du Kitty Hawk.

De 1976 à 1979, des pilotes et des rampants iraniens sont formés par l'unité, l'Iran du Shah ayant commandé 80 F-14 pour stopper les incursions des Mig-25 soviétiques.

La VF-124 participa également aux tests de la nacelle TARPS, tests techniques et opérationnels.
D'ici à décembre 1988, l'unité à entrainé 1502 équipages (3004 hommes) et 14400 rampants pour un total de 153193 heures de vol.

Le 16 novembre 1990, la VF-124 reçoit ses quatre premiers F-14D qui effectuent ses premiers essais embarqués sur le Nimitz le 2 octobre 1991. Le 11 mars 1993, un F-14 de la VF-124 effectue le 330 683ème et dernier appontage de l'unité à bord du USS Ranger (CVA-61).

En effet la réduction du nombre d'unités équipées de Tomcat au début des années quatre-vingt dix rendait inutile un certain nombre d'unités d'entraînement opérationnel. La VF-101 devenant la seule unité d'entraînement opérationnel sur Tomcat après la dissolution de la VF-124 en septembre 1990.


Un Tomcat au dessus de la Californie

VF-142 Ghostriders

Un Tomcat de la VF-142 en vol

La VF-142 Ghostriders est mise sur pied en 24 août 1948 sous le nom de VF-193 et rebaptisée VF-142 le 15 octobre 1963.
Mise sur pied avec F4U-4 Corsair, l'unité participe à la guerre de Corée et c'est à la fin du conflit qu'elle passe sur avions à réactions en l'occurence le McDonnell F2H-3 Banshee. Cinq ans plus tard, le Banshee cède la place au F3H-2 Demon.

En 1963, peu avant d'être rebaptisée, la VF-193 est transformée sur F-4B Phantom II, participant avec cet avion à la guerre du Vietnam jusqu'en 1969 quand le F-4B cède la place au F-4J.

De retour d'un déploiement en Méditerranée à bord de l'America (CVA-66) en août 1974, l'unité est transformée sur F-14 Tomcat et huit mois plus tard, le 1er avril 1975, elle quitte sa base de Miramar pour Oceana, quittant le Carrier Vessel Wing 14 pour le CVW-6.

Le 23 avril 1976, un Tomcat de l'unité intercepte pour la première fois un bombardier soviétique Tu-95.

A partir de 1978, la VF-142 quitte le CVW-6 pour le CVW-7 avec pour bâtiment-base le USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69) avec lequel elle va effectuer de nombreux déploiements en Méditerranée et dans l'Océan Indien.


Deux Tomcat de la VF-142 au dessus de leur porte-avions, le USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69)

Le 24 mars 1989, la VF-142 entame sa transformation sur F-14B, une version améliorée du F-14A Tomcat. Elle effectue sa première croisière opérationnelle avec le nouvel appareil en Méditerranée à bord du Dwight D. Eisenhower de mars à septembre 1990.

Suite à l'invasion du Koweït par l'Irak le 2 août 1990, le CVN-69 franchit le canal de Suez le 8 août pour se déployer en mer Rouge dans le cadre de Desert Shield. La VF-142 effectue 2300 heures de vol et effectuèrent 1200 appontages.

En 1992, la VF-142 et le CVW-7 quittent le Dwight D. Eisenhower pour le George Washington (CVN-73), le nouveau porte-avions qui devait l'embarquer.

L'unité ne survit cependant pas aux réductions budgétaires post-guerre froide et la VF-142 est dissoute en avril 1995.

VF-143 Pukin' Dogs

Un Tomcat de la VF-143 au dessus du Lake Pyramid (Nevada)

Une premiere unité baptisée VF-143 à été créée le 20 juillet 1950 sous le numéro VF-821 et rebaptisée VF-143 le 4 février 1953 mais elle est dissoute le 1er avril 1958.

Une deuxième unité va reprendre ce nom le 20 juin 1962 après avoir été baptisée VF-871 avec des Corsair comme avions avant de devenir le 4 février 1953, la VF-123, changement de nom qui coïncide avec le transition sur Panther.

Le F9F va équiper l'unité jusqu'en avril 1958 quand elle est redésignée VF-53 et rééquipée avec des F3H Demon.
Le changement de nom coïncide à nouveau avec un changement d'avion, le F-4 Phantom équipant l'unité qui va effectuer pas moins de sept déploiements opérationnels au Viet-Nam.

Le Phantom va équiper l'unité jusqu'en 1974 quand elle est transformée sur Tomcat, transformation qui s'accompagne d'un changement de base, la VF-143 disant adieu à Miramar pour saluer Oceana, passant ainsi de la côte ouest à la côte est. Accompagnant la VF-142, elle va donc embarquer à bord du USS Dwight D. Eisenhower, effectuant avec lui sa croisière inaugurale en 1979.

Effectuant de nombreuses croisières opérationnelles à bord du CVN-69, la VF-143 devient à partir de 1983 une unité TARPS et le 5 août, rencontre cinq Mig-23 lybiens en Méditerranée, un passage tendu mais qui ne dégénère pas en conflit armé comme ce sera le cas trois ans plus tard. A l'automne 1983, au dessus du Liban, l'unité utilise pour la première fois la nacelle TARPS au combat.

Autre première en mars 1990 quand la VF-143 est l'une des premières unités à mettre en œuvre le F-14A+ (version rebaptisée ensuite F-14B) et c'est avec cet avion que la VF-143 va opérer au dessus de l'Irak dans le cadre de la guerre du Golfe depuis la mer Rouge. Le Dwight D. Eisenhower est relevé à la fin août par le Saratoga et rentre aux Etats-Unis.

En août 1992, la VF-143 et le reste du Carrier Vessel Wing 7 quitte le Dwight D. Eisenhower pour le George Washington, récément mis en service.

Il va participer dans les années suivantes à Decisive Endeavour (mise en place de l'IFOR en Bosnie) puis à l'opération Southern Watch, exécutant le panel de missions complète : missions TARPS, contrôle aérien avancé, supériorité aérienne et attaque au sol.

Début 1997, la VF-143 change à nouveau de porte-avions, quittant le George Washington pour le John C. Stennis qui effectue son premier déploiement dans le Golfe Persique en 1998 en soutien de l'opération Southern Watch.
Entre 2001 et 2003, la VF-143 participe successivement à l'opération Southern Watch, à Enduring Freedom et Operation Iaqi Freedom.

C'est en 2004 que la VF-143 effectua au dessus de l'Irak sa dernière campagne opérationnelle avec le F-14 et depuis le George Washington, appuyant notamment l'opération Phantom Fury, la reprise de la ville de Fallouja.

Rentrée aux Etats-Unis, la VF-143 entame sa transformation opérationnelle sur F/A-18E Super Hornet et devient peu après la VFA-143.

VF-154 Black Knights

Un Tomcat de la VF-154 et un Hornet en vol

La VF-154 Black Knigths est créée le 1er juillet 1946 sous le nom de VFB-718, une unité de réserve stationnée à New York avec le F6F Hellcat comme monture, monture rapidement remplacée par le F4U Corsair, devenant ensuite VF-68A et VF-837.

Redéployée à Moffett Field (Californie), elle est ensuite transformée sur F9F2 Panther, devenant la VF-154 le 4 février 1953. Elle participe avec cet appareil à la guerre de Corée, opérant ensuite sur F9F5 puis le conflit terminé sur FJ-3 Fury.

En 1957, la VF-154 est transformée sur F-8 Crusader, participant avec cet appareil à la guerre du Vietnam. Au cours du conflit, il est transformer sur F-4 Phantom II qui va l'équiper jusqu'au début des années quatre-vingt.

En octobre 1983, la VF-154 entame sa transformation sur F-14 Tomcat en compagnie de son unité sœur, la VF-21, ces deux unités étant les dernières à quitter le Phantom pour le Tomcat. La VF-154 effectue son premirer déploiement opérationnel sur le nouvel avion en 1985 à bord du Constellation au sein du CVW-14.

Après plusieurs croisières opérationnelles à bord du Constellation, le CVW-15 embarque à bord de l'Independence, le CV-62 étant le premier porte-avions américain déployé dans le Golfe Persique dans le cadre de l'opération Desert Shield. Quittant la zone le 4 novembre 1990, l'Independence ne participera pas à Desert Shield tout comme ses unités Tomcat embarquées.

En août 1991, l'Independence relève le Midway comme porte-avions américain déployé au Japon et la VF-154 quitte du CVW-14 au CVW-5, quittant Miramar pour Atsugi. En 1995, il participe avec le Nimitz à une démonstration de force dans le détroit de Formose pour dissuader la Chine de toute agression contre Taïwan.


Un Tomcat de la VF-154 à Atsugi en 2005

A partir de janvier 1996, la VF-154 est la seule unité de Tomcat du CVW-5 après la dissolution de la VF-21. Elle participe à de nombreux exercices, étant déployé au printemps 1998 dans le Golfe Persique pour mettre la pression sur Bagdad.
Après le désarmement de l'USS Independence (30 septembre 1998), la VF-154 et son groupe aérien rejoint le Kitty Hawk (CV-63), le nouveau porte-avions déployé au Japon.

Entre 1999 et 2002, la VF-154 participe à cinq déploiements dans le Pacifique et dans l'Océan Indien, participant à l'opération Enduring Freedom puis à Operation Iraqi Freedom avec douze avions embarqués et cinq basés à terre à Al Udeid au Qatar en compagnie de F-16 et de F-15 de l'USAF, de Tornado britanniques et d'Hornet australiens. Un appareil est perdu au dessus de l'Irak le 1er avril 2003.


Deux Tomcat de la VF-154 au dessus des Mariannes

De retour à Atsugi en septembre 2003, la VF-154 devient VF-154 un mois plus tard, ralliant la base aéronavale de Lemoore en Californie pour entamer sa transformation sur F/A-18F Super Hornet.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 16:38

VF-191 Sattan's Kittens

Un Tomcat de la VF-191

La VF-191 à été créé sous le nom de VF-19 le 15 août 1943, devenant le 15 novembre 1946 la VF-19A puis VF-191 le 24 août 1948 avec pour surnom les chattons de Satan. Il participe à la guerre du Vietnam avec le Crusader puis est transformée sur Phantom en 1976 pour peu de temps car elle est dissoute en 1978.

Le 4 décembre 1986, elle est réactivée avec pour équipement le F-14, devant être  déployée à bord de l'Independence au sein du CVW-10 mais avant même que la croisière n'ait lieu, l'unité est dissoute le 30 avril 1988.

VF-194 Red Lightnings

Un Tomcat de la VF-194

Le VF-194 Red Lightnings est créée le 26 mars 1952 sous le nom de VF-91 avec pour équipement le Grumman F9F-2 Panther, cette unité ralliant le Carrier Air Group (CVG-9) qui participe à la guerre de Corée à bord du Philippine Sea (CVA-47).

En 1956, elle est équipée de F9F-8 Cougar puis l'année suivante de FJ-3 Fury qui cède la place aux F-8 Crusader en 1959. Le 1er août 1963, la VF-91 devient la VF-194 et réaffectée dans le Carrier Air Wing 19 (CVW-19). Elle participe ensuite à la guerre du Vietnam avec pour équipement le Crusader, étant transformée sur F-4J Phantom II en 1976, étant redéployée au sein du CVW-15.

Après un seul unique déploiement à bord du Coral Sea, l'unité est dissoute le 1er mars 1978. Elle est reconstituée le 1er décembre 1986, s'entrainant avec la VF-124 mais avant même de réaliser sa croisière opérationnelle à bord de l'Independence, l'unité est dissoute le 30 avril 1988.


Un Tomcat de la VF-194 en vol

VF-201 Hunters

Un Tomcat des "chasseurs" en vol

La VF-201 est une unité de réserve mise sur pied sur la base aéronavale de Dallas le 25 juillet 1970 étant issu du VF-124D1. Il dispose alors de F-8H Crusader mais en 1976, il est transformé sur McDonnell-Douglas F-4N Phantom II, recevant des F-4S en 1984.

A cette époque, l'US Navy décide que ses unités de réserve doivent disposer du même matériel que les unités d'active et debut 1987, elle est transformée sur F-14A Tomcat, effectuant ses qualifications embarquées sur le Forrestal. Elle va utiliser le Tomcat jusqu'en janvier 1999 quand elle est transformée sur Hornet, devenant à cette occasion la VFA-201.

VF-202 Superheats

Un Tomcat de la VF-202 au dessus du USS Dwight D. Eisenhower (CVN-69)

La VF-202 est mise sur pied le 1er juillet 1970 sur la base aéronavale de Dallas. Cette unité équipée de F-8H Crusader appartient comme la VF-201 au Carrier Vessel Reserve Wing (CVRW-20).

En 1976, elle est transformée sur F-4N Phantom II puis sur F-4S avant de recevoir le Tomcat en 1987, le premier appareil étant livré à l'unité le 27 mars 1987 et la transition terminée seulement en mai 1988, statut d'unité de réserve oblige.

En raison des réductions budgétaires consécutives à la fin de la guerre froide, la VF-202 est dissoute le 31 décembre 1994  et les avions récupérés par des unités d'active.

VF-211 Checkmates

Un Tomcat de la VF-211 en 1986

Le 1er mai 1945, le VB-74 est créé à Ottis Field à Camp Edwards à Massachusetts. Il est alors équipé de Curtiss Helldiver. Redéployé à Norfolk, il est transformé sur Skyraider avec un changement de numéro, le VA-1B.
Deux ans plus tard, elle devient la VA-24 (1er septembre 1948) et reçoit peu après le F4U Corsair, devenant la VFA-24 le 1er décembre 1949.

Redéployée à Alameda, elle participe à la guerre de Corée avec des Corsair puis avec des Panther à qui succèdent des Fury, des Demon, des Tiger et des Crusader. Le 9 mars 1959, elle reçoit le surnom de Checkmates.

En 1961, la VF-211 rallie la base de Miramar et va participer avec cet appareil à la guerre du Vietnam, remportant huit victoires aériennes contre les Mig nord-vietnamiens.

En 1975, la VF-211 remplace ses Crusader par des Tomcat, effectuant son premier déploiement en Extrême-Orient en avril 1977 au sein du CVW-9 et à bord du Constellation.

En 1980, l'unité devient une unité TARPS ajoutant la reconnaissance à sa mission originale et en 1983 quitte le Constellation pour le Ranger.

Néanmoins en 1985, l'unité est déployée à bord du Kitty Hawk durant l'immobilisation du Ranger alors en plein travaux pour accueillir le Hornet. Dans les années suivantes, l'unité va poser ses avions sur le Constellation, le Kitty Hawk et le Nimitz.

En 1989, elle reçoit des F-14A+ (futurs F-14B).

En 1991, la VF-211 participe à la guerre du Golfe, effectuant des missions de couverture aérienne et de reconnaissance au profit des forces de la coalition. L'année suivante, en 1992, l'unité repasse sur F-14A, les F-14B devant être concentrés sur la côte est et en 1996, elle devient la seule unité de F-14 au sein du CVW-9 après la dissolution de la VF-24 et à la même époque, elle rallie la base aérienne d'Oceana où sont concentrés les unités de Tomcat.

En septembre 1997, elle participe à l'opération Southern Watch jusqu'en janvier 1998 pour surveiller la no-fly-zone sud imposée à l'Irak.


Un Tomcat de la VF-211 chargé de bombes

En 2000, la VF-211 et le CVW-9 rejoint le USS John C. Stennus (CVN-74) pour une croisière de quatre mois dans le Golfe Persique avant de participer l'année suivante à l'opération Enduring Freedom au dessus de l'Afghanistan.

Rentrés aux Etats-Unis, la VF-211 rejoint le CVW-1 et le porte-avions USS Enterprise (CVN-65), participant à Operation Iraqi Freedom (OIF) en 2003, la dernière opération de l'unité avec le Tomcat.

A son retour aux Etats-unis, l'unité toujours déployée à Oceana est transformée sur Super Hornet, devenant la VFA-211, la première unité déployée de la côte est équipée du nouvel appareil.

VF-213 Black Lions

Un Grumman F-14D de la VF-213 équipé d'un pod LANTIRN

La VF-213 est mise sur pied le 22 juin 1955 sur la base aérienne de Moffett Field en Californie avec des F2H Banshee comme équipement, appareils rapidement remplacés par le F4D Skyray qui après deux croisières opérationnelles à bord du Lexington cède la place au F3H Demon.

En juin 1961, la VF-213 rallie la base de Miramar et presque trois ans plus tard, en février 1964, entame sa transformation sur F-4 Phantom II. C'est avec cet avion qu'elle va participer à la guerre du Vietnam à la fois comme unité de supériorité aérienne mais également comme unité d'attaque au sol.

En septembre 1976, l'unité entame sa transformation sur Tomcat, effectuant sa première croisière opérationnelle sur le nouvel avion à bord du Kitty Hawk en octobre 1977. Après cette unité croisière à bord du CV-63, l'unité embarqua à bord de l'America pour ses autres croisières. A noter qu'à partir d'avril 1981, l'unité reçut la capacité TARPS de reconnaissance tactique.

Début 1986, la tension montre entre les Etats-Unis et la Libye de Khadafi en raison d'une querelle sur la délimitation des eaux territoriales libyennes, Tripoli allant bien plus loin que les douze miles reconnus pour intégrer tout le Golfe de Syrte derrière une «ligne de la mort». S'en suis plusieurs mois de tension marqués des affrontements aériens et des attaques air-sol (opération El Dorado Canyon).

La VF-213 embarquée sur l'Enterprise participe à ces opérations pendant deux mois avant de reprendre sa croisière initiale franchissant le détroit de Gibraltar, le cap de Bonne Esperance, faisant escale à Perth avant de rentrer sur la côte ouest.

Après avoir participé en 1988 à l'opération Praying Mantis, la VF-213 change de porte-avions en 1990, embarquant désormais à bord de l'Abraham Lincoln (CVN-72).

Si elle ne participe pas à la guerre de Golfe, la VF-213 participe aux opérations qui suivent le ceseez-le-feu en l'occurence l'opération Southern Watch. Seule unité de Tomcat du CVW-11, la VF-213 participe en 1993 à Restore Hope en Somalie et à Southern Watch en Irak.

La VF-213 est la première unité à avoir un pilote de Tomcat féminin en l'occurence Kara Hultgreen qui se tue lors d'un appontage raté le 25 octobre 1994, l'équipage s'éjectant mais seul son RIO survécu. La perte du Tomcat piloté par le lieutenant Hultgreen est controversée, la panne mécanique à été clairement identifié mais il semble qu'elle à été aggravée par une erreur du pilote.

En 1995, la VF-213 est de nouveau engagée au dessus de l'Irak dans le cadre de l'opération Southern Watch mais pour la campagne 1996-97, la VF-213 retrouve temporairement le Kitty Hawk.

C'est la dernière croisière menée depuis sa base de Miramar puisqu'à l'issue de cette croisière, la VF-213 comme toutes les unités de Tomcat sont regroupées à Oceana sur la côte est. Ce déménagement se double d'une transformation sur F-14D Super Tomcat, la version la plus évoluée du matou.

Durant le déploiement 1998-99, la VF-213 est déployée à bord du Carl Vinson (CVN-70), participant à l'opération Desert Fox, le plus important engagement aérien américain depuis Desert Storm.

Le 5 janvier 1999, deux F-14D de la VF-213 interceptent deux Mig 25 irakiens et lancent des Phoenix qui échouent à intercepter et à détruire les avions irakiens.

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, le Carl Vinson est le premier porte-avions à être déployée dans le nord de la mer d'Arabie pour frapper l'Afghanistan. C'est la VF-213 qui ouvre le feu le premier le 7 octobre 2001, larguant des bombes sur un site de SA-3 à proximité de l'aéroport international de Kaboul. Durant ce déploiement, faute de menace aérienne, les Tomcat furent utilisés comme avions de reconnaissance et chasseur-bombardier.

A l'issue de cette croisière opérationnelle, la VF-213 quitte le CVW-11 pour le CVW-8 embarqué à bord du Théodore Roosevelt à partir duquel il va participer à Operation Iraqi Freedom (OIF), larguant 102 bombes à guidage laser et 94 bombes JDAM à guidage GPS.

La VF-213 effectue une dernière croisière opérationnelle au dessus de l'Irak à bord du Théodore Roosevelt en compagnie de la VF-31. Rentrée à Oceana, elle entame sa transformation sur Super Hornet, devenant la VFA-213 le 2 avril 2006.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 17:06

VF-301 Devil's Disciples

Un Tomcat de la VF-301 sur le porte-avions Constellation en 1987

La VF-301 est une unité de réserve mise sur pied le 1er octobre 1970. Basée à Miramar, elle appartient au Carrier Vessel Wing Reserve 30 (CVWR-30)

Mis sur pied avec des F-8L Crusader, les «disciples du diable» passent quatre ans plus tard sur F-4B puis à peine un an plus tard sur F-4N. En 1980, ils reçoivent la version la plus évoluée du Phantom en l'occurence le F-4S.

En octobre 1984, l'unité entame sa transformation sur Tomcat, effectuant son premier déploiement en avril 1985 à Yuma en Arizona, s'entrainant contre une unité d'Agressors des Marines qui pilotent des Kfir israéliens. Ils effectuèrent leurs qualfications embarquées (CarQual) sur le Ranger et embarquèrent sur l'Entreprise du 10 au 22 août 1988.

Conséquence des réductions budgétaires post-guerre froide, la VF-301 est dissoute le 11 septembre 1994 suivit peu après par le CVWR-30.

VF-302 Stallions

Un Tomcat de la VF-302

La VF-302 est une unité de réserve créée le 21 mai 1971 et affectée au CVWR-30 en compagnie de la VF-301. Basée à Miramar, elle met en œuvre jusqu'en novembre 1973, le F-8L Crusader avant d'être transformée sur Phantom II, mettant brièvement en œuvre le modèle B avant de successivement utiliser le F-4N (janvier 1975-1981) puis le F-4S de 1981 à 1985.

En février 1985, elle est transformée sur Tomcat, effectuant sa qualification embarquée sur le Ranger en janvier 1986 avant un embarquement sur l'Enterprise du 10 au 22 août 1988. A partir de 1986, l'unité acquiert la capacité TARPS.


Un Tomcat de la VF-302 sur le Constellation en 1987

Conséquence des réductions budgétaires post-guerre froide, la VF-302 est dissoute le 11 septembre 1994 suivit peu après par le CVWR-30.

VX-4 Evaluators

L'unité VX-4 (Vessel eXperimental) est une unité de tests aériens de l'US Navy basée à Point Mugu en Californie. Elle était chargée des tests de tous les avions appelés à servir au sein de l'US Navy et naturellement cette unité créée à Atlantic City en 1950 utilisa des Tomcat. Elle à été dissoute le 30 septembre 1994 et ces appareils transférés au VX-9 Vampires issu de la fusion VX-4 et VX-5.

VX-9 Vampires

Un Tomcat de la VX-9 avec un Bunny, le lapin play-boy sur la dérive

L'unité d'évaluation VX-9 Vampires est stationnée sur la Naval Air Weapons Station China Lake en Californie. Elle à pour origine la VX-5 créée le 18 juin 1951, utilisant notamment des skyraider et travaillant plus précisément sur les essais d'armement.

Stationnée principalement à China Lake, elle mit également en œuvre des détachements à Oceana, à Kirtland au Nouveau Mexique sur la Naval Weapons Evaluation Facility, sur la base aéronavale de Whidbey Island (Etat de Washington) ainsi que sur la base aéronavale de Sanford en Floride.

Comme sa consoeur VX-4, la VX-5 va utiliser tous les avions en service dans l'US Navy dont le Tomcat.

En juin 1993, décision est prise de fusionner les unités VX-4 et VX-5 en une seule et unique unité d'évaluation, la VX-9 Vampires qui va utiliser le Tomcat jusqu'en juin 2004, les Vampires ayant eut à leur apogée, quatre F-14, trois F-14B et quatre F-14D.

A noter que l'un des avions de l'unité disposait d'une superbe livrée, tout en noir avec le lapin du magazine Play-Boy sur sa dérive jusqu'à la fin des années quatre-vingt quand il fût effacé car jugé «politiquement incorrect».

VX-30 Bloodhounds

Un Tomcat de la VX-30

La VX-30 à été mise sur pied le 1er mai 1995. Basée à Point-Mugu en Californie, elle est chargée de différentes missions d'évaluation et à utilisé un temps des Tomcat.

Autres unités

Outre les unités que nous venons de voir, le Tomcat à été utilisé comme appareil d'expérimentation et d'entraînement dans les unités suivantes :


Un Tomcat de la NASA

-La NASA à utilisé deux appareils pour différentes expérimentations, le premier utilisé entre août 1979 et septembre 1984 pour des essais sur le vol à basse altitude, à haute incidence et une poussée dissymétrique, cas rencontré par la communauté du Tomcat notamment lors d'une extinction d'un moteur. Le second à été utilisé de 1984 à 1987 pour des essais sur la géométrie variable dans le haut subsonique.

-La Naval Figther Weapon School plus connue sous le nom de Top Gun à utilisé le Tomcat de 1974 à 1996, date de sa disparition dans une fusion avec le  Naval Strike Warfare Center (NSWC) et le Carrier Airborne Early Warning Weapons School dans le Naval Strike & Air Warfare Center installé sur la base aérienne de Fallon dans le Nevada. Ce dernier à utilisé le Tomcat jusqu'en 2003.

-Le Naval Force Aircraft Test Squadron (NFATS) installé à Patuxent River dans le Maryland à utilisé le Tomcat de 1972 (date de sa mise en service) à 2004 date à laquelle son retrait du service actif à été acté.


Un Tomcat du NATC

Bye bye le matou

Quatre Tomcat au dessus du mémorial du Mont Suribachi

Les projets avortés

Conçu comme un chasseur-intercepteur lourd, le Tomcat devait en cas de troisième guerre mondiale couvrir les groupes de porte-avions américains contre l'aviation et les missiles soviétiques. Guidés par des E2C Hawkeye et armé de missiles Phoenix, ils devaient détruire la menace le plus loin possible du porte-avions.

Néanmoins dès la conception de l'appareil, Grumman étudia des versions de bombardement et de reconnaissance. Ces versions spécialisées ne dépassèrent pas le stade de la planche à dessin voir même de l'étude théorique mais d'autres projets allèrent nettement plus loin.

-Alors que le programme F-14B était en cours, une étude pour un F-14C optimisé pour l'attaque au sol qui ne vit jamais le jour même si certaines modernisations envisagées pour ce modèle furent intégrées au F-14D.

-Le F-14 Quickstrike aurait été une évolution du F-14D avec un cockpit modernisé (larges écrans multifonctions) et de doter le radar AN/APG-71 de nouveaux modes pour permettre le tir de nouvelles armes air-sol comme le Harpoon, le missile anti-radar Harm ou le missile air-sol Maverick. Ce projet ne vit pas le jour, la Navy préférant après l'abandon de l'Avenger se lancer dans le programme Super Hornet.

-Le ST-21 (Super Tomcat du 21ème siècle) et l'AST-21 (Attack Super Tomcat du 21ème siècle) étaient deux modernisations très ambitieuses du F-14D Tomcat avec notamment des entrées d'air modifiées, des commandes de vol électrique, un pare brise monobloc, des moteurs plus puissants.... . Quand à l'AST-21, elle était optimisé pour la frappe nucléaire.

-L'ASF-14 (Advanced Strike Figther) aurait donné naissance à un appareil totalement nouveau n'ayant que l'apparence extérieure du Tomcat un peu comme le Super Hornet qui ressemble au Hornet mais doit être considéré comme un nouvel avion tant les modifications sont profondes.

Aucun de ces projets ne vit le jour et comme jadis son dévellopement avait faillit couler Grumman, la fin de carrière du Tomcat sonna le glas de son indépendance et en mai 1994, Grumman fusionna avec Northrop pour donner naissance à la firme Northrop Grumman.

Fin de la guerre froide, fin de partie

Dernier catapultage du Tomcat en 2006

La fin de la guerre Froide marque la fin d'une époque pour l'US Navy qui se retrouve sans adversaire à combattre. Du jour au lendemain, le Tomcat se retrouve démuni de proie. Fini les Bear, les Backfire et les missiles de croisière...... .

Les fameux dividendes de la paix entraine une réduction des moyens de l'US Navy qui doit réduire la voilure et notamment le nombre de groupes aériens embarqués, les deux CVW de réserve sont dissous ainsi que certaines unités de Tomcat.

Si en 1989, on trouvait encore vingt-quatre squadrons d'active, quatre squadrons de réserve et deux de transformation opérationnelle, cinq ans plus tard en 1994, trois des quatre squadrons de réserve ont disparu tout comme un des deux squadrons de transformation opérationnelle alors que sur les vingt-quatre unités de combat, quatre unités ont disparues. De plus, tous les squadrons vont être installés à Oceana quelque soit leur flotte d'affectation.

Sur le plan industriel, la fin de la guerre froide signe l'arrêt de mort du programme F-14D réduit à la portion congrue avec seulement trente-sept appareils neufs et dix huits appareils retrofités.

En dépit de ses augures peu favorables, le Tomcat connait une brillante reconversion dans l'attaque au sol, larguant ses premières bombes sur la Bosnie au milieu des années quatre-vingt dix, des bombes à guidage laser puis des JDAM à guidage GPS. C'est dans un rôle d'attaque au sol qu'il effectue ses dernières missions opérationnelles.

2005 est l'année de la fin pour le Tomcat puisqu'alors qu'il reste 79 appareils en service, les trois derniers pilotes sont formés par la VF-101 au mois de mars, la VF-101 étant dissoute en septembre.

Les deux dernières unités équipés, les VF-31 et VF-213 effectuent un dernier déploiemen en Irak depuis le Théodore Roosevelt, déploiemen qui s'achève en mars 2006.

Le dernier catapultage ayant ainsi lieu le 28 juillet 2006 et le dernier Tomcat retiré du service au mois de septembre 2006, la fin d'une époque pour l'US Navy et le début d'une nouvelle ère avec le Super Hornet.

Dans la culture populaire

Les liens entre l'US Navy et Hollywood sont très anciens, les deux partenaires ayant tiré mutuellement profit, la première acquérant une bonne image auprès du public et le second trouvant là des sujets de films à grand spectacle.

Le Tomcat est bien évidement un des avions emblématiques de films et de série télé américains et la liste qui suit est loin d'être exaustive.


Maverick (Tom Cruise) et Iceman (Val Kilmer)

Le film le plus connu mettant en scène le Tomcat est certainement Top Gun, film de Tony Scott sortit en 1986 et qui fit de Tom Cruise une star internationale. Ce film met en scène la célèbre école de Miramar avec l'affrontement entre deux pilotes, Maverick (Tom Cruise) et Iceman (Val Kilmer)


Deux photos de A La Poursuite d'Octobre Rouge où figure le Tomcat


D'autres films mettent en scène le matou comme A La Poursuite d'Octobre Rouge (The Hunt for Red October) de John McTiernan.

Ce film sorti en 1990 et adapté d'un roman de Tom Clancy voit un commandant de sous-marin russe, Marko Ramius joué par Sean Connery tenter de passer à l'ouest au grand dam des russes alors que les américains s'interrogent sur l'attitude à adopter.

Le Tomcat y fait une brève apparition depuis le porte-avions Enterprise avec le crash d'un appareil (représenté par le crash d'un Panther pendant la guerre de Corée) et le catapultage d'un autre. Aucun combat aérien n'est représenté dans le film.


Nimitz retour vers l'enfer

Enfin, un troisième film représente le Tomcat en action, il s'agit du célèbre Nimitz, retour vers l'enfer (the Final Countdown) de 1980 qui voit le porte-avions Nimitz suite à un orage magnétique être envoyé le 6 décembre 1941 à la veille de Pearl Harbor.

Le commandant Matthew Yelland (Kirk Douglas) et son équipage s'interrogent : faut-il intervenir au risque de modifier radicalement l'histoire ou laisser faire. Ce film est marqué par une scène où deux Tomcat affrontent des Zero japonais.


Deux extraits du générique de la série JAG


Une série télé met également à l'honneur le Tomcat en l'occurence la série JAG où le héros principal, le capitaine de corvette Harmon Rabb Jr est pilote de Tomcat avant de devenir avocat au Judge Advocat General (JAG), la justice militaire américaine ce qui ne l'empêche au cours de la série de redevenir pilote.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 17:33

Export : les occasions manquées

Un Tomcat peint dans une livrée inhabituelle

Après les échecs avec les Marines et les USAF, Grumman se tourna vers l'export pour rentabiliser un programme qui lui coûtait plus qu'il ne rapportait, la firme de Bethpage ayant commis l'erreur d'accepter un prix fixe par appareil.

Malheureusement pour Grumman, un avion aussi sophistiqué ne pouvait pas être exporté comme ça à la fois à cause de son coût mais également de sa sophistication et des secrets militaires afférants.

Seul l'Iran du Shah (voir ci-après) allait acheter ce formidable chasseur, les autres pays sondés ou intéressés ne donnèrent pas suite, préférant souvent le F-15.

Canada

En 1977, la composante aérienne des forces armées canadiennes reçut l'autorisation de lancer un appel d'offres pour remplacer les CF-104 Starfighter et CF-101 Voodoo voir à terme les CF-5 Freedom Fighter.

Lancé officiellement en 1978, ce programme devait aboutir aux premières livraisons des appareils en 1981. Six appareils furent sélectionnés par Ottawa :

-Le Dassault Mirage F-1E, version du F-1 proposée au Pays Bas, à la Belgique, au Danemark et à la Norvège dans le cadre du contrat du siècle et battu par le F-16.

-Le Panavia Tornado ADV (Air Defence Variant)

-Le General Dynamics F-16

-Le McDonnell-Douglas F-15 Eagle

-Le McDonnell-Douglas/Northrop F-18 Hornet

-Le Grumman F-14 Tomcat

Le programme demandait un avion de supériorité aérienne mais capable également de mener des missions d'attaque, de lutte anti-navire et de reconnaissance. L'avion devait avoir un très long rayon d'action pour pouvoir opérer sur l'immense espace aérien canadien.

Le Tomcat ne fût pas sélectionné en raison de capacités d'attaque au sol perfectibles puisque Grumman proposait le F-14A. On lui reprocha également son coût mais ce qui torpilla le projet d'acquisition de Tomcat par les canadiens fût un lobbying forcené de McDonnell-Douglas et de Northrop au profit de leur F-18 qui finit par remporter la mise.

Israël

Au début des années soixante-dix, l'armée de l'air israélienne chercha à remplacer ses F-4 Phantom II et se tourna vers les Etats Unis pour y trouver un nouveau chasseur.

Elle sélectionna deux appareils, le Grumman F-14 Tomcat et le McDonnell-Douglas F-15 Eagle, la Heyl Ha'Avir chercha un appareil pouvant monter très vite, une capacité d'emport de missiles air-air élevée et un radar capable de suivre plusieurs cibles en même temps, l'armée de l'air israélienne sachant qu'en cas de nouvelle guerre israélo-arabe, elle devra combattre en infériorité numérique.

Le Tomcat ayant certaines lacunes par rapport à l'Eagle (moins bonne vitesse ascensionnelle, dernières technologiques en terme d'avionique), Grumman dévellopa le F-14X, une version spécifique pour Israël qui devint ensuite la version export du F-14 Tomcat.

Le F-14X était extérieurement identique au F-14A avec l'absence de tous les éléments de navalisation, l'absence de missiles Phoenix, un radar AWG-9 sans capacité de guidage Phoenix. Cet allégement en terme de poids permettait au Tomcat d'améliorer ses performances pures contre le F-15.

Ces efforts furent vains car Tel-Aviv préféra le F-15 Eagle et ce pour plusieurs raisons :

-Coût unitaire moins élevé

-Vitesse ascensionnelle, rayon de virage et capacité d'accélération nettement meilleurs

-Un radar mieux adapté au combat aérien courte et moyenne portée

-Temps de maintenance réduit, McDonnell-Douglas affirmant qu'un moteur pouvait être changé en seulement dix neuf minutes.

Japon

Comme Israël, le Japon chercha à remplacer ses F-4 Phantom II par un nouveau chasseur et se tourna vers son fournisseur exclusif les Etats-Unis en sélectionnant le Tomcat et l'Eagle mais comme Israël, le F-14X pour les même raisons échoua face à l'Eagle.

République Fédérale d'Allemagne

Au début des années soixante-dix, la Luftwaffe envisagea de remplacer ses chasseurs Phantom II et Starfighter. Grumman au cours d'une visite du Lieutenant Général Steinhof, chef d'état-major de la Luftwafe présenta un Tomcat rebaptisé Luftwaffe Kater aux couleurs allemandes mais cela ne dépassa pas ce stade.

Australie

Dans les années soixante-dix, la Royal Australian Air Force était équipée de Mirage IIIO et de F-4 Phantom II. Ces appareils n'étant pas éternels, Canberra envisagea le remplacement de ces appareils au début des années quatre-vingt.

Grumman proposa son F-14 Tomcat et McDonnell-Douglas proposa son F-15 Eagle mais aucun d'entre-eux ne gagna la compétition remporté par le McDonnell-Douglas F-18 Hornet.

Arabie Saoudite

Riyad envisagea également l'acquisition de Tomcat. Allié très proche des Etats-Unis, disposant de ressources financières importantes, elle préféra néanmoins l'acquisition du Tornado F3, la version de défense aérienne du Tornado IDS.

A noter que pour remplacer ses Lightning, la Grande Bretagne évalua le F-15 et le F-14 avant de choisir de dévelloper une version de défense aérienne du Tornado.

Iran

Un Grumman F-14 Tomcat destiné à l'Iran à Galveston en avril 1976. Il porte toujours la cocarde américaine

A l'orée des années soixante-dix, l'Iran du Shah est l'allié majeur des Etats-Unis dans la région, un allié qui bénéfice des armes les plus modernes de l'arsenal américain grâce à l'augmentation des prix du pétrole suite au premier et au deuxième choc pétrolier.


Un McDonnell-Douglas F-4D Phantom II de l'IIAF

A cette époque, le chasseur majeur de l'Imperial Iranian Air Force est le F-4 Phantom II, un bon appareil mais qui se heurte à plus fort que lui en l'occurence le Mig-25R, version de reconnaissance stratégique du Foxbat qui ne se priva pas pour surveiller l'Iran où les américains étaient comme chez eux.

Pour mettre fin à ces incursions, le Shah se tourna d'abord vers le F-15C avant finalement de préférer le F-14A.


Galveston avril 1976 : deux Tomcat destinés à l'Iran sont présentés à la presse

Un premier programme «Persian King» est signé le 7 janvier 1974 pour trente F-14A-GR, de pièces détachées et de 424 missiles AIM-54 Phoenix. Six mois plus tard, un deuxième contrat est signé pour cinquante appareils supplémentaires, de pièces détachées et de 290 missiles Phoenix.

Les avions sont livrés entre début 1976 et juillet 1978 et devaient être le début d'un programme ambitieux prévoyant l'acquisition de huit AWACS et de satellite de télécommunications.

En service, les appareils effectuent des exercices d'interception sur des cibles supersoniques représentant des Mig-25. Le message est entendu fort et clair à Moscou et les incursions cessent très rapidement. Les Tomcat iraniens vont équiper les unités suivantes :

72nd TFS: F-14A, 1976 - 1980
73rd TFS: F-14A, 1977 – milieu des années 1990
81st TFS: F-14A, 1977 - aujourd'hui
82nd TFS: F-14A, 1978 - aujourd'hui
83rd TFS: F-14A, rebaptisé 73rd TFS

Quand éclate la révolution islamique, l'IIAF dispose de soixante-dix neuf appareils et de 284 missiles Phoenix. Washington tente de racheter les appareils à Téhéran qui n'aurait rien contre, n'ayant pas pas les pilotes nécessaires pour les mettre en œuvre soit parce qu'ils sont en fuite ou parce qu'ils sont jugés trop peu surs.

Malheureusement, à partir du 4 novembre 1979, les pasdharans prennent en otage 55 diplomates américains suite à l'hospitalisation à New-York du Shah à partir du 22 octobre. Les américains vont ainsi se retrouver au cours de l'opération Eagle Claw avec une menace d'interception potentielle par des appareils dont ils sont très bien placés pour en connaître les performances.

Les américains craignent que les iraniens ne fournissent un Tomcat et des Phoenix à Moscou. Si la rumeur de la vente d'un appareil n'à jamais été confirmée, il semble certain que des Phoenix ont été envoyés en URSS où ils auraient servi à la mise au point du AA-9 Amos.


Un Tomcat sous les couleurs de l'armée de l'air de la république islamique d'Iran

Le Tomcat va participer à la guerre Iran-Irak. Soumis à un embargo américain, les iraniens peinent à maintenir leur flotte de Tomcat en état de vol. Ils vont néanmoins participer à de nombreux combats aériens contre les irakiens.

Les informations sont à prendre avec des pincettes. Selon Téhéran, le F-14 aurait remporté 130 victoires confirmées et 20 probables avec les différents missiles air-air (dont dix avec le Phoenix) et le canon de bord répartis entre 58 MiG-23, 23 MiG-21, 9 MiG-25, 33 Dassault Mirage F1, 23 Su-17, un hélicoptère Mil Mi-24, cinq Tu-22, deux MiG-27, un Dassault Mirage 5, un B-6D, un Aérospatiale Super Frelon,et deux appareils inconnus.

Quand aux pertes, là encore, elles sont à prendre avec des pincettes. Selon l'Irak, un appareil aurait été abattu par un Mirage F1 tirant un missile Matra Super 530D. En effet, l'épuisement du stock de Phoenix en 1986 obligea les iraniens à utiliser des Sidewinder et des Sparrow. Cette perte n'est pas confirmée par les iraniens qui ne reconnaissent que des pertes liées au manque de fiabilité légendaire des moteurs TF-30.

Actuellement, une vingtaine d'avions seraient en service mais leur état opérationnel exact est incertain.

VERSIONS


-F-14A : version de base 12 exemplaires de préserie et 485 appareils de série équipées de TF30

-F-14B : 2 prototypes propulsés par des réacteurs Pratt et Whitney F401-P-400. Désignation reprise pour les F-14A modernisés

-F-14C : version dérivée du F14B avec avionique et armements nouveaux non construite

-F-14 TARPS : 49 F14A dont le cablage à été modifié pour pouvoir recevoir la nacelle TARPS

-F-14/101DFE : dénomination attribuée au septième exemplaire de série qui à servi de prototype pour le F14B et remotorisé avec des General Electric F110

-F-14D : version équipée de deux réacteurs General Electric F110. 37 exemplaires neufs plus dix-huit F-14A

-F-14 Quickstrike : version issue du F-14D qui aurait optimisée pour l'attaque au sol. Non construite, la Navy préférant se lancer dans le programme Super Hornet

-ST-21 (Super Tomcat XXIème siècle) : version nettement modernisée du F-14D qui aurait aboutit à un appareil quasiment neuf

-AST-21 (Attack Super Tomcat XXIème siècle) : version du ST-21 optimisée pour l'attaque nucléaire. Non construite

-ASF-14 : un appareil issu du F-14D qui aurait repris la silhouette du Tomcat mais qui aurait été dans la pratique un appareil différent

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 17:53

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Description générale

Chaud devant ! le Tomcat à basse altitude et à grande vitesse

Le F14 Tomcat est un chasseur biplace bimoteur à aile à géométrie variable. Le choix de l'aile à géométrie variable s'explique par le besoin d'un chasseur  pouvant mener des combats tournoyants mais également d'un intercepteur pouvant patrouiller loin et longtemps.

Avec une flèche minimale, l'appareil possède de bonnes performances au décollage et à l'appontage, un rayon d'action en vol subsonique et une importante autonomie en mission de couverture aérienne (deux F14 étaient en permanence en vol pour intercepter avions de patrouille maritime et bombardiers soviétiques approchant la zone de sécurité du porte-avions. Dirigés par un E2C Hawkeye, ils devaient pouvoir abattre les bombardiers le plus loin possible du porte-avions avec les missiles Phoenix). La flèche maximale quant à elle permet au F14 d'avoir d'excellentes performances en vol transsonique et en vol supersonique.


Le Tomcat avec ses ailes en flèche maximale

Sa manoeuvrabilité était très bonne même si l'absence de commandes de vol électriques le rend moins manoeuvrable que le F-15 ou le F-16.  


Vue arrière du Tomcat. Notez l'espace important séparant les moteurs


Le «felin des mers» à cependant connu au début de sa carrière de sérieux déboires avec ses moteurs TF30 qui mettaient les nerfs des mécaniciens et des équipages à rude épreuve. La situation devint-elle que l'US Navy décida d'acquerir des Tomcat avec de nouveaux moteurs : des General Electric F110 qui transformèrent le Tomcat en un vrai pur-sang.
Le Pratt & Whitney TF-30-P-412 à été conçu pour le F-111B. Les problèmes qui handicapèrent le Tomcat étaient connus mais les responsables du programme Tomcat espéraient que des entrées d'air plus longues allaient les résoudre.

Ils n'en fût rien. Dès le début du programme Tomcat, les pilotes d'essais se heurtèrent aux faiblesses des aubes de turbine et le manque de pilotabilité du moteur, le compresseur se décrochant souvent en cas de défaut d'alimentation en air ce qui arrivait souvent aux fortes incidences ou à grande altitude. Pas moins de 40 appareils auraient été perdu suite à décrochage du compresseur.

L'US Navy esperant que le TF-30 soit un moteur interimaire, elle serra les dents mais il fallut attendre les F-14B et F-14D pour que de nouveaux moteurs soient installés en l'occurence des General Electric F-110 qui donna enfin au Tomcat un moteur digne de ce nom.

Electronique

Radar AWG-9

Le système électronique embarqué sur le Tomcat est extrêmement complexe. L'élement central est le radar Hughes AWG-9 fonctionnant en bande X. L'antenne à un diamètre de 91cm avec une antenne plane et intègrant un IFF.

Ce radar peut suivre en permanence 24 cibles et en engager six cibles dans un rayon de 60 miles nautiques (100km). La portée maximale est de 190km même si la portée efficace est de 120 à 140km. Ce radar peut détecter des avions mais aussi des missiles de croisière.

Le Tomcat embarque également un système complet de guerre électronique avec un détecteur d'alerte radar disposant de 4 antennes couvrant les 360° et capable de classifier le type de radar et la dangerosité des menaces, des lanceurs de leurres thermiques et électromagnétique relié avec un système de navigation inertiel. Plus tard un GPS sera installé.

Senseur infrarouge, le AN/ALR23 à été remplacé par le système optique Northrop AAX-1 permettant de répérer une cible dans un rayon d'action de 60 miles. Ce système peut être couplé avec le radar.

Le F-14D à remplacé le radar AWG-9 par un radar AN/APG-71 et de nouveaux détecteurs de mance (ensemble ALR-67). Il dispose également e'un IRST (InfraRed Search and Track).

Quand le Tomcat reçoit une capacité d'attaque au sol (prévue dans les premiers dévellopements mais passés à la trappe pour des raisons d'économie), l'ère des bombes classiques est quasi-terminée ou peu s'en faut. De plus, on ne va pas envoyer un avion aussi couteux au contact des défenses antiaériennes ennemies.


Nacelle LANTIRN installé sur un Tomcat

Pour lui permettre de larguer en autonome des armes de précision, l'US Navy décide d'acquérir la nacelle LANTIRN (Low Altitude Navigation and Targeting for Night) utilisée par l'USAF de préférence à la Loral Nite Hawk qui équipe les Hornet.

La LANTIRN des F-14 n'utilisent que la partie désignation laser qui recevant certaines améliorations avec un recepteur GPS qui combiné avec la centrale inertielle de l'avion facilite le ciblage et devient le Lantirn Targeting System ou LTS.

Cette nacelle n'offre aucune capacité de suivi de terrain ou de vol de pénétration de nuit à basse altitude, capacité qu'à le F-15E Strike Eagle avec un pod de navigation projettant une image FLIR sur le collimateur tête haute (HUD).

Soixante-quinze nacelles LTS ont achetées permettant d'équiper chaque flottille de six à huit exemplaires. Ls nacelles étaient pratiquement accrochées à démeure sur les avions non équipées de la nacelle TARPS.

Au début des années 80, le retrait du service des RA5C Vigilante,  et des RF8G Crusader priva l'US Navy d'une plate-forme de reconnaissance dédiée.

En attendant la construction d'un F18 Hornet de reconnaissance _qui ne fût finalement jamais produit tout comme un Corsair II de reconnaissance_, l'US Navy développa un pod de reconnaissance baptisé TARPS pour Target Air Pods System comportant des caméras et un système de balayage infrarouge.


Mise en place d'une nacelle TARPS et ci-dessous, un Tomcat nous montre ses dessous et son oeil indiscret


49 Tomcat furent modifiés entre 1980 et 1981 pour recevoir cette plate-forme destinée aussi bien à la reconnaissance classique et à la vérification post-frappe. La nacelle TARPS mesure 5.27m de long et pèse 737kg se compose d'une caméra oblique CAI KS87B, une caméra panoramique Fairchild KA99 et un système de balayage infrarouge AAD5.

Ce n'était qu'un juste retour des choses puisqu'un RF-14 Tomcat de reconnaissance avait été envisagée au début du programme.

En 1996, une nouvelle version de la nacelle baptisée TARPS-DI (Digital Imagery) qui concerne 42 des nacelles produites, la caméra verticale étant remplacée par une caméra numérique et grâce au système FTI (Fast Tactical Imagery), les images sont corrélées avec les coordonnées GPS et peuvent être vues en direct par le RIO (Radar Interception Officer) et transmises au porte-avions ou à des stations au sol. La portée de transmission ne dépasse pas 300km.

La troisième version de la TARPS apparaît en 1999. Baptisée TARPS-CD (Completely Digital) ou encore Tomcat Tactical Targeting.

Au début des années 2000, on envisage d'équiper le F-14 d'un radar à ouverture de synthèse (SAR) pour cartographier ses objectifs dans n'importe quelles conditions météo. Ce projet n'aboutit pas en raison du lancement du programme Super Hornet qui allait utiliser la nacelle de reconnaissance SHARP qui est équipé d'un radar à ouverture de synthèse et qui est la remplaçante de la TARPS.

Armement

Un Tomcat avec sa charge maximale soit six missiles Phoenix

Le système d'armes principal du Tomcat est le missile AIM54 Phoenix. Ce missile longue-portée est destiné à abattre les bombardiers soviétiques mais aussi les missiles de croisière.

La portée initiale de l'AIM-54A était de 111km mais au cours de l'évaluation, ces prévisions furent pulverisées puisque le record est de 205km à Mach 1.35m.

L'exploit le plus extraordinaire fût quand six missiles furent lancés en 38 secondes avec une réussite de 75% (4 sur 6).

Si la version AIM-54B ne fût jamais produite, l'AIM54C le fût. C'était une version très améliorée : remplacement de l'analogique par du numérique, système plus résistant aux contre-mesures et la charge militaire unitaire est remplacé par une charge à fragmentation pour augmenter la létalité. Le F14 Tomcat peut embarquer 4 Phoenix sous le fuselage et deux sous les ailes. La portée maximale pratique du Phoenix est de 184km pour une vitesse de 4800km/h.

En mission d'interception standard, le F14 embarque 4 AIM54C sous le fuselage, deux AIM7M Sparrow et deux AIM9 Sidewinder.

Le Tomcat fût cablé pour utiliser l'AIM-120 AMRAAM mais il n'à jamais été utilisé opérationellement parlant.
Pour le combat tournoyant, il dispose également d'un canon de 20mm M61 Vulcan approvsionné à 675 obus.

Pour l'attaque au sol, le Tomcat pouvait embarquer au maximum quatorze bombes Mk83 de 454 kilos lises ou guidées.
Au début des années quatre-vingt dix, le «Bombcat» utilise des bombes lisses Mk 82 de 500 livres (227kg), Mk83 de 1000 livres (454kg) et Mk84 de 2000 livres (907kg) plus quelques bombes à sous-munitions.


Une GBU-12 sous l'aile d'un F-4E du 51th Tactical Figther Wing en 1982

Quand à l'utilisation des BGL, elle n'est possible que de jour et l'illumination doit être fournie par un autre appareil ou par un opérateur au sol jusqu'à l'intégration de la nacelle LANTIRN. Les bombes utilisées étaient des GBU-16 de 500 livres, des GBU-24 de 2000 livres  et des GBU-12 de 500 livres bientôt suivies par les JDAM à guidage GPS.


Une bombe JDAM (Joint Direct Attack Munition)

Données techniques

Un matou attend sa nounou : un F-14 en vol au dessus de l'Irak attend son ravitailleur en vol

F14A

Type : chasseur bimoteur biplace embarqué

Masse : à vide 18040kg maximale au décollage : 31950 kg

Dimensions :  Envergure avec flèche minimale : 19.55m avec flèche moyenne : 11.65m avec flèche maximale : 10.15m Longueur : 19.10m hauteur : 4.88m surface alaire : 52.49m²

Motorisation : Deux réacteurs à double flux Pratt & Whitney TF30-P-412A de 9480kg avec postcombustion

Performances : vitesse maximale en configuration lisse 2490 km/h (Mach 2,34) temps de montée à 18300m : 2 minutes et 6 secondes rayon d'action de combat avec 4 AIM7F : 725 km

Electronique : un radar AWG-9, une suite complète de guerre électronique, nacelle TARPS et LANTIRN

Armement : six missiles air-air AIM-54 Phoenix et deux AIM-9 Sidewinder ou six AIM-7F Sparrow et quatre AIM-9 Sidewinder et un canon de 20mm M-61 Vulcan alimenté à 678 coups. Des bombes à guidage laser et JDAM




F14D

Type : chasseur bimoteur biplace embarqué

Masse : à vide 19838kg pleine charge 27700kg

Dimensions : Envergure avec flèche minimale : 19.55m avec flèche moyenne : 11.65m avec flèche maximale : 10.15m Longueur : 19.10m hauteur : 4.88m surface alaire : 52.49m²

Motorisation : Deux réacteurs à turbofans General Electric F110 GE-400 de 6910 kg de poussée unitaire et de 13400kg après postcombustion soit une puissance totale de 27800 kg

Performances : vitesse maximale en configuration lisse Mach 2.34 (2485 km/h) taux de montée : 229m/s soit 1m20s pour monter à 18300m rayon d'action de combat : 926kg rayon d'action de convoyage : 2960km

Electronique : un radar AN/APG-71, une suite complète de guerre électronique, nacelle TARPS et LANTIRN

Armement : six missiles air-air AIM-54 Phoenix et deux AIM-9 Sidewinder ou six AIM-7F Sparrow et quatre AIM-9 Sidewinder et un canon de 20mm M-61 Vulcan alimenté à 678 coups. Des bombes à guidage laser et JDAM.  


SOURCES

-Jean Moulin US Navy Tome 2 1945-2001

-Atlas des Avions de Combat Modernes Editions Atlas

-Frederic Lert Le Grumman F-14 Tomcat au combat

-Encyclopédie des Armes Editions Atlas Tome 2 «L'Aviation Embarquée moderne» p421-440
(Le Grumman F-14 Tomcat p428 + Le Tomcat en action p429-433)

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
patzekiller
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1283
Age : 49
Ville : mouans sartoux (06)
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 18:27

tu devrais proposer tes articles pour le nouveau mag sur les avions modernes des editions caraktere

_________________
frog of war le e-zine des pousseurs de pions.
www.frogofwar.org
www.strategikon.info
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.frogofwar.org
JollyRogers
Enseigne de vaisseau 1ère classe
Enseigne de vaisseau 1ère classe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2286
Age : 47
Ville : Courcelles, Hainaut , Belgique
Emploi : Tech en Informatique
Date d'inscription : 22/11/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 20:25

Joli ^^ c'est un bel article thumright 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 20:53

Merci les gars

@Patz : c'est une idée à creuser.

Actuellement je travaille sur une classe de navires dont le premier navire porte le nom d'un très célèbre amiral. A vous de devinez laquelle

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LE BRETON
Amiral de la Flotte
Amiral de la Flotte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 6719
Age : 46
Ville : Paris 12ème
Emploi : Fonctionnaire
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Mer 07 Aoû 2013, 21:39

Classe NIMTZ ??????

sinon bel article........thumright 

_________________
kentoc'h mervel eget bezañ saotret (plutôt la mort que la souillure) devise de la Bretagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clausewitz
Vice-amiral d'Escadre
Vice-amiral d'Escadre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9355
Age : 33
Ville : Nantes
Emploi : Agent de sécurité
Date d'inscription : 22/12/2005

MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   Jeu 08 Aoû 2013, 00:46

En plein dans le mille le Breton

Ayant du mal à me mettre sur l'Allemagne dans mon uchronie, j'ai eu l'idée de relancer les articles et notamment d'en faire un digne de ce formidable avion qu'était le Tomcat.

Et puis ensuite, pourquoi s'arrêter, allons pour les Nimitz.

J'ai également très envie de refaire un article fouillé sur le Phantom II.

_________________
"Le patriote est celui qui aime son pays, le nationaliste est celui qui déteste les autres" (D. Likhatchev)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DahliaBleue
Amiral
Amiral
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10429
Age : 36
Ville : Au septième Ciel… sous la dunette
Emploi : Passagère du Vent
Date d'inscription : 21/06/2010

MessageSujet: TFX… X ?   Mer 25 Jan 2017, 22:07

clausewitz a écrit:
Du TFX au Tomcat : une genèse difficile
Programme TFX : qui trop embrasse……… […]
Ce programme baptisé Tactical Figther eXperimental (TFX) est lancé dès l'arrivée de MacNamara au Pentagone le 14 février 1961.[…]
Bien sûr, classiquement en aéronautique étasunienne, la lettre "X" a une connotation d'Experimental.
Les "X"-Planes sont bien connus. Le 'X' tenant alors lieu d'unique lettre de désignation (X-1, X-2, … X-15…).

Mais ici le 'X' est placé à la fin. Et s'il était en tête, ce serait plutôt celui d'un prototype (XF8U-1 ; XF4H-1…).
Par ailleurs, en quoi le projet de chasseur unique (commun) serait-il celui d'un appareil expérimental ?
Ne serions-nous pas légitimes à nous interroger sur ce sigle ?
Ne représenterait-il pas plutôt une désignation "provisoire" ; ou mieux, le 'X' n'étant pas une lettre de "rôle", mais un substitut aux chiffres attendus : comme celle des (ultérieurs) destroyers DDG-X, par exemple.

Dans ce cas, le (T)F-X n'aurait-il pas été tout simplement la désignation provisoire du futur (T)F-111 ?

Au fait, pourquoi un chasseur tactique ? Au sens de chasseur bombardier ? Ambiguïté avec le 'T' de Trainer/Training ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRUMMAN F-14 TOMCAT   

Revenir en haut Aller en bas
 
GRUMMAN F-14 TOMCAT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Italeri 1/72] Grumman F-14A Tomcat
» GRUMMAN F-14 TOMCAT
» Grumman F-14 Tomcat ....
» [Italeri 1/72] Grumman F-14A Tomcat
» [Academy 1/72] Grumman F-14A Tomcat VF-1 "Wolfpack"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: Les Marines du monde :: Amérique :: Etats Unis-
Sauter vers: