AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Alain Emmanuel DE COETLOGON 1646-1730

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
X07
Lieutenant de vaisseau
Lieutenant de vaisseau


Masculin
Nombre de messages : 2873
Age : 51
Ville :
Emploi :
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Alain Emmanuel DE COETLOGON 1646-1730   Mar 26 Mar 2013, 16:13

Ce marin Français d'origine Bretonne, compagnon d'armes de Tourville, semble oublié de nos contemporains et assez peu connu, pourtant, ses états de service sont impressionnants.



Alain Emmanuel de Coëtlogon (1646-1730)

Alain Emmanuel, marquis de Coëtlogon de Méjusseaume, issu d’une ancienne famille de la noblesse Bretonne, est né à Rennes le 4 décembre 1646 et mort à Paris le 6 juin 1730. Il s'engage en 1668 dans l'armée de terre (régiment Dauphin), puis dans la Marine royale comme Enseigne de vaisseau en août 1670.
Il embarque en 1671 à Rochefort sur le vaisseau L'Excellent 56c commandé par le CV Tourville. Le navire s’étant échoué, Tourville reçoit le commandement du Sage 50c, sur lequel embarque également Coëtlogon. Le navire prend part à la guerre de Hollande (1672-1678) sous les ordres du vice-amiral D’Estrées. En juin 1672, il combat à Solebay. Lieutenant de vaisseau en février 1673, il embarque sur l’Invincible 70c et participe en juin 1673 au combat de Schooneveld puis au Texel en août 1673. Remarqué par Duquesne, il est promu capitaine de vaisseau le 26 janvier 1675. Il embarque comme second de Tourville sur La Syrène 44c, accompagnée du Téméraire 54c et de La Gracieuse 36c, et prend d’assaut les navires ennemis à Barletta au nord-ouest de Bari sur la côte adriatique. A Agosta, il commande le Sans-Pareil 62c sous les ordres de Gabaret (arrière garde de Duquesne) et est blessé. A Palerme en 1676, il commande L’Éclatant 60c (ex-Bourbon)(avant-garde du maréchal de Vivonne), et attaque l'escadre hispano-hollandaise au mouillage. En 1677, sous les ordres de Duquesne, il escorte un convoi de troupes vers Messine et participe à son évacuation en mars 1678 (fin de la guerre)
En 1679, il commande L'Arc en Ciel 46c de la division Tourville, et rejoint Brest avec l’escadre. Cette dernière est prise dans une violente tempête le 21 octobre 1679 près de Belle Ile, et le Sans-Pareil 62c, vaisseau de Tourville, coule. Coëtlogon parvient à sauver son chef d’escadre et une partie de l’équipage, mais les pertes sont importantes. En 1683, Coëtlogon est nommé commandant du Bon 48c dans l'escadre de 13 vaisseaux du marquis Preuilly d'Humières, lieutenant général, envoyée au Danemark. Partie de Brest en juin 1683, la flotte arrive en juillet dans la rade de Copenhague, pour aider le roi du Danemark dans sa lutte contre les Hollandais et les Suédois. En 1685 il commande Le Vermandois 44c à Tanger et à Cadix. En 1686, il combat devant Malaga deux vaisseaux Espagnols qui refusent de saluer le pavillon du roi de France. En 1687, il prend à l'abordage un navire corsaire Algérien et participe au bombardement d’Alger en juillet 1688 (escadre d'Estrées)
La guerre de la Ligue d'Augsbourg éclate en 1688. Coëtlogon commande le Diamant 58c dans l’escadre de Châteaurenault, qui est son neveu par alliance. Il participe au débarquement des troupes à Kinsale en Irlande le 22 mars 1689, puis à Bantry le 10 mai. Le 11 mai, la flotte française livre bataille à la Royal Navy (amiral Herbert) dans la baie de Bantry, bataille au cours de laquelle son bâtiment est sérieusement endommagé par un incendie. Il est nommé chef d'escadre le 1er novembre 1689, et prend sa marque sur le vieux Saint Philippe 78c de 1664 (CV Forant). Le 23 juin 1690, la flotte française quitte Brest sous les ordres de Tourville. Le 10 juillet 1690, les flottes Française et Anglo-Hollandaise se rencontrent et combattent devant le Cap de Beachy Head (Beveziers). Coëtlogon commande une division de l’avant-garde de Châteaurenault, Tourville le centre et d’Estrées l’arrière-garde. Il participe à la destruction de la flotte Hollandaise d’Evertsen avec Châteaurenault, Tourville et Villette-Mursay. Les Anglais sont réduits à devoir fuir devant l’escadre Française, en profitant d’une renverse de marée. Il participe ensuite à la campagne du Large, sur le Magnifique 70c de 1686, conduite par Tourville contre l'amiral Russell du 25 juin au 14 août 1691 dans la Manche puis dans l'Atlantique. Le 29 mai 1692, à Barfleur, Coëtlogon commande une division sur le Magnifique 70c dans l'arrière garde de Gabaret opposée à l'amiral anglais Ashby. Après un combat féroce, alors qu’il est sous les ordres de Gabaret, Coëtlogon se porte au secours du Soleil Royal 104c de Tourville entouré par huit vaisseaux et plusieurs brûlots. Coëtlogon demandera à passer en conseil de guerre pour ce glorieux acte d'indiscipline et sera acquitté. La flotte Française a beaucoup souffert, et quinze vaisseaux dont le Soleil Royal de Tourville s’échoueront entre La Hougue et Cherbourg et seront incendiés par les Anglais.
Le 26 mai 1693, l’escadre de 71 vaisseaux, 15 frégates commandée par Tourville, Maréchal de France, appareille de Brest pour intercepter le convoi annuel venant de Smyrne (Izmir, Turquie). Le convoi de 148 navires marchands et de 27 vaisseaux Anglais (Rooke) et Hollandais (Van der Goes) est attaqué le 26 juin 1693 devant Lagos, une centaine sont pris, mais l’amiral Anglais Rooke réussit à fuir. Coëtlogon avec huit vaisseaux s'empare près de Gibraltar de deux vaisseaux et de trois navires marchands Anglo-Hollandais (7 d’après Casteix, plus 4 coulés). La flotte est désarmée en août 1693. Il participe avec Châteaurenault, Bienassis et Sainte-Maure à la défense de Saint Malo attaqué par les Anglais (10 vaisseaux, 6 galiotes, amiral Benbow) en novembre 1693.
Le 1er février 1694, le chevalier de Coëtlogon est nommé chevalier de l'Ordre militaire de Saint-Louis,
En 1698, Coëtlogon est envoyé à la tête de 7 frégates au large du Maroc.
En mai 1701 Tourville meurt et est remplacé comme vice-amiral du Levant par le marquis de Châteaurenault. Coëtlogon est nommé lieutenant général des armées navales le 29 mai. Après la mort du roi Charles II d’Espagne, le Saint-Empire, les Provinces-Unies et la Grande-Bretagne se coalisent à nouveau contre la France. Coëtlogon et Châteaurenault, avec 18 vaisseaux partent protéger les possessions Françaises et Espagnoles en Amérique. Revenu en France, Coëtlogon sur Le Vainqueur 88c quitte Brest en mars 1703 et gagne les côtes portugaises, à la tête d'une escadre de cinq vaisseaux. Le 22 mai, il combat au large du Cap de la Roque cinq vaisseaux Hollandais escortant une flotte de navires marchands. Il remporte coule un vaisseau et une partie de la flotte et prend quatre vaisseaux, mais laisse échapper une partie du convoi marchand.
En 1704, le comte de Toulouse, fils de Louis XIV et de Madame de Montespan, Amiral de France, appareille le 22 juillet avec cinquante vaisseaux. Coëtlogon est sur Le Monarque 90 c. Gibraltar est prise par une escadre anglo-hollandaise le 4 août 1704. Le 24 août les deux escadres se rencontrent devant Vélez-Málaga : l'avant-garde de Villette Mursay et Du Casse fait face aux Anglais Shovell et Leake, le centre du comte de Toulouse, d'Estrées et Coëtlogon s’oppose à Brooke. Langeron commande l'arrière garde face au Hollandais Callenburgh. C’est le dernier combat de Coëtlogon à la mer.
Il commande la Marine au port de Brest d’octobre 1705 à avril 1707, puis de juin 1708 à septembre 1709.
En 1712, le Traité d'Utrecht met fin à la guerre de Succession d'Espagne.
Le 18 septembre 1715, il est admis au Conseil de la Marine. En novembre, le roi Louis XIV meurt. Châteaurenault meurt un an plus tard, et Coëtlogon est élevé le 18 novembre 1716, à la dignité de vice-amiral du Levant. N’appréciant pas les mœurs de la cour, il décide de se retirer en 1726 à l'âge de quatre-vingt ans chez les Jésuites de Paris, définitivement 4 ans plus tard. Il est nommé Maréchal de France le 1er juin 1730 et meurt 6 jours plus tard.

références:
Casteix JC. Dictionnaires des batailles navales Franco-Anglaises. Les presses de l'université Laval. 2004
Roche JM. Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre Française de Colbert à nos jours. Tome I. 2005
Taillemite E. Dictionnaire des marins Français. Taillandier. 2002
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Emmanuel_de_Coëtlogon

_________________
This is the time's plague when madmen lead the blind.

William Shakespeare
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grand Draconnaire
Maître
Maître
avatar

Masculin
Nombre de messages : 638
Age : 43
Ville : Port au Prince, Haiti
Emploi : Directeur adjoint d'une entreprise d'import-export
Date d'inscription : 30/05/2006

MessageSujet: Re: Alain Emmanuel DE COETLOGON 1646-1730   Mar 26 Mar 2013, 19:07

Bonjour

Coetlogon n'est pas tous seul, Chateaurenault est cordialement oublié également, il y a Ducasse, Petit Renau aussi... Il y a plus de grands marins sous Louis XIV qu'à aucune autre période de l'histoire de France. Ils sont si nombreux qu'on aurait pu pu baptiser de leurs noms plusieurs tranches de Arleigh Burke sans problème (pas assez de frégates en France pour tous les honorer).

GD


Dernière édition par Grand Draconnaire le Mer 27 Mar 2013, 02:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Alain Emmanuel DE COETLOGON 1646-1730
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alain Emmanuel DE COETLOGON 1646-1730
» (Ok) Sol de Charles Emmanuel III, Duc de Savoie (1770)
» Alain Villechange "du Verre à la Flamme"
» Alain Albuisson...
» [Le Grand, Alain] Promenades en zone rouge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marine forum :: HISTOIRE :: LA MARINE A VOILE :: Période 1626-1788-
Sauter vers: